Vous êtes sur la page 1sur 2

1830 

: Stendhal part à la quête du bonheur


Henry Bayle dit Stendhal

1783- 1842

Deuxième roman de Stendhal, Le Rouge et le Noir passe quasiment inaperçu à


sa parution. C’est un chef-d’œuvre, l’un des romans les plus importants de
toute la littérature française !

Biographie de Stendhal : https://www.etudes-litteraires.com/stendhal.php


Beaucoup plus détaillée : http://salon-
litteraire.linternaute.com/fr/stendhal/content/1825504-stendhal-biographie

Des émissions sur France culture : https://www.franceculture.fr/personne/stendhal

Le film de 1997 : https://www.youtube.com/watch?v=kTCmHuXOqEc

Le rouge et le noir : ascension et chute d’un arriviste.

Fils d'un bûcheron grossier et brutal, Julien Sorel, grand admirateur de Napoléon,
devient précepteur des enfants du maire de Verrières, M. de Rénal. Julien s'éprend
de Madame. Renvoyé sur des racontars, il entre au séminaire d'où il ressort plus
hypocrite que jamais. Mathilde, fille du marquis de La Mole, tombe sous son charme.
Un mariage se profile. Une lettre de Mme de Rénal, écrite sous la dictée de son
confesseur, dénonce son arrivisme et ses multiples aventures. De rage, Julien se
rend à Verrières, et la blesse durant la messe de deux coups de feu. Jugé,
condamné à mort, il est guillotiné. Mathilde enterre elle-même la tête de son amant.
Trois jours plus tard Mme de Rénal décède.

Une chronique de 1830.

Le roman évoque les événements qui ont préparé la révolution de 1830. Le rouge
est la couleur de l'habit d'officier que, sous l'Empire, Julien aurait porté, mais que la
Restauration lui interdit de revêtir parce qu'il est un roturier. Le noir est la cou leur
des soutanes et de l'Église, des intrigues et de l'hypocrisie. Écrit dans un style
volontairement froid et sec, c'est aussi paradoxalement un roman sur le bonheur, du
moins sur sa quête passionnée.

Une élite romanesque.

Les autres romans de Stendhal sont également des fresques historiques. Lucien
Leuwen décrit le triomphe de la bourgeoisie sous la Restauration ; et La Chartreuse
de Parme évoque les intrigues d'une petite cour italienne vers 1820. Stendhal y met
en scène une élite, non pas sociale, mais du cœur, capable de toutes les énergies et
de tous les courages pour aller jusqu'au bout de ses rêves.

La chartreuse de Parme.

Généreux, romanesque, Fabrice del Dongo, jeune noble milanais, rêve de gloire et
de liberté. Ayant rejoint l’armée de Napoléon, il participe a la bataille de Waterloo,
sans y rien comprendre. Mais cela suffit pour le rendre politiquement suspect à la
cour de Parme. Sa tante, la duchesse de Sanseverina,toute d’audace et de passion,
veillera sur lui. Emprisonnement, bonheur, jalousie, perte de l’être aimé conduiront
Fabrice, devenu archevêque, à se retirer à la Chartreuse de Parme, où il mourra.
Roman de la quête du bonheur, c’est le plus stendhalien des romans.

Vie de Henry Brulard.

Henry Brulard est l’un des deux cent cinquante pseudonymes que s’est choisis Henri
Beyle. Cette Vie est donc une autobiographie. Après son Journal et ses Souvenirs
d’égotisme, elle est la troisième tentative de Stendhal en ce domaine. Remontant
pour l’essentiel à l’enfance de l’auteur, les souvenirs rapportés y sont directs, peu
flattés et encore moins flatteurs: haine du père, attachement excessif à la mère, rejet
de l’Église, mépris des tabous, quête du bonheur. Ces souvenirs sont-ils pour autant
d’une authenticité absolue? Avant Proust, Stendhal s’interroge sur les mécanismes
de la mémoire. Cette Vie est un texte majeur pour tous les admirateurs de
Stendhal... et les psychanalystes.