Vous êtes sur la page 1sur 134

Sommaire

QCM THEORIE ............................................................................................................................................................ 3

1. ECG ........................................................................................................................................................................ 3
2. ANGOR STABLE........................................................................................................................................................... 5
3. ATHEROSCLEROSE ....................................................................................................................................................... 8
4. RAA ...................................................................................................................................................................... 10
5. LES ANTI-THROMBOTIQUE.......................................................................................................................................... 14
6. STEMI ................................................................................................................................................................... 17
7. NSTEMI ................................................................................................................................................................ 21
8. TVP ....................................................................................................................................................................... 21
9. IM......................................................................................................................................................................... 24
10. IAO ................................................................................................................................................................... 26
11. RM ................................................................................................................................................................... 29
12. RAO .................................................................................................................................................................. 32
13. EMBOLIE PULMONAIRE .......................................................................................................................................... 35
14. BAV .................................................................................................................................................................. 38
15. HTA .................................................................................................................................................................. 41
16. TROUBLES DE RYTHME ........................................................................................................................................... 46
17. ENDOCARDITES .................................................................................................................................................... 50
18. AOMI ............................................................................................................................................................... 53
19. INSUFFISANCE CARDIAQUE ..................................................................................................................................... 59
20. SYNDROME PERICARDIQUE ..................................................................................................................................... 64
21. DIURETIQUES ...................................................................................................................................................... 68
22. CARDIOPATHIES CONGENITALES............................................................................................................................... 70

QCM TD/TP................................................................................................................................................................72

1. DOULEUR THORACIQUE.............................................................................................................................................. 72
2. ANTICOAGULANTS .................................................................................................................................................... 77
3. SURCHARGE CAVITAIRE .............................................................................................................................................. 83
4. ECHOGRAPHIE .......................................................................................................................................................... 88
5. LECTURE D’ECG ....................................................................................................................................................... 90
6. SYNCOPES ............................................................................................................................................................... 98
7. CAT DEVANT TROUBLES DE RYTHMES ......................................................................................................................... 102
8. ECG DANS L’INSUFFISANCE CORONAIRE ...................................................................................................................... 106
9. DYSPNEE ............................................................................................................................................................... 110
10. CHIRURGIE CARDIAQUE........................................................................................................................................ 112
11. FIEVRE CHEZ LE CARDIAQUE .................................................................................................................................. 112

LES CAS CLINIQUES : ................................................................................................................................................114

1. CAS CLINIQUE : STEMI ............................................................................................................................................ 114


2. CAS CLINIQUE : STEMI ............................................................................................................................................ 114
3. CAS CLINIQUE : STEMI ............................................................................................................................................ 115
4. CAS CLINIQUE : STEMI ............................................................................................................................................ 116
5. CAS CLINIQUE : STEMI ............................................................................................................................................ 116
6. CAS CLINIQUE: STEMI ............................................................................................................................................ 117
7. CAS CLINIQUE : STEMI ............................................................................................................................................ 117
8. CAS CLINIQUE : STEMI ............................................................................................................................................ 118
9. CAS CLINIQUE : STEMI ............................................................................................................................................ 119
10. CAS CLINIQUE : STEMI ....................................................................................................................................... 120

1
11. CAS CLINIQUE : IM ............................................................................................................................................. 120
12. CAS CLINIQUE: RM ............................................................................................................................................ 121
13. CAS CLINIQUE : RAO ........................................................................................................................................... 121
14. CAS CLINIQUE : EMBOLIE ................................................................................................................................... 122
15. CAS CLINIQUE : EMBOLIE ..................................................................................................................................... 122
16. CAS CLINIQUE: HTA ........................................................................................................................................... 123
17. CAS CLINIQUE : HTA ........................................................................................................................................... 123
18. CAS CLINIQUE : HTA ........................................................................................................................................... 124
19. CAS CLINIQUE : HTA ........................................................................................................................................... 124
20. CAS CLINIQUE : HTA ........................................................................................................................................... 125
21. CAS CLINIQUE : HTA ........................................................................................................................................... 125
22. CAS CLINIQUE : HTA ........................................................................................................................................... 126
23. CAS CLINIQUE : HTA ........................................................................................................................................... 126
24. CAS CLINIQUE : HTA ........................................................................................................................................... 127
25. CAS CLINIQUE : HTA ........................................................................................................................................... 127
26. CAS CLINIQUE : HTA ........................................................................................................................................... 127
27. CAS CLINIQUE : HTA ........................................................................................................................................... 128
28. CAS CLINIQUE : HTA ........................................................................................................................................... 128
29. CAS CLINIQUE : HTA ........................................................................................................................................... 129
30. CAS CLINIQUE : LES ENDOCARDITE .................................................................................................................... 129
31. CAS CLINIQUE : LES ENDOCARDITES ........................................................................................................................ 130
32. CAS CLINIQUE : LES ENDOCARDITES ........................................................................................................................ 130
33. CAS CLINIQUE: INSUFFISANCE CARDIAQUE ............................................................................................................... 131
34. CAS CLINIQUE : INSUFFISANCE CARDIAQUE .............................................................................................................. 131
35. CAS CLINIQUE : SYNDROME PERICARDIQUE .............................................................................................................. 131
36. CAS CLINIQUE : SYNDROME PERICARDIQUE .............................................................................................................. 132
37. CAS CLINIQUE : SYNDROME PERICARDIQUE .............................................................................................................. 132

2
QCM THEORIE

1. ECG
1. Chez un homme de 50 ans quels sont les critères ECG d'un infarctus antéro-septal avec sus décalage du ST
(sus ST) ?
A. Sus ST d'au moins 1 mm en Dll Dlll et AVF
B. Sus ST d'au moins 1 mm de V1 à V4
C. Sus ST d'au moins 2 mm en V2 et V3 et 1mm en V1 et V4
D. Sus ST d'au moins 2 mm en Dll Dlll et AVF
Source : Ratt 2020
Rep : C

2. L'emplacement des patches des dérivations précordiales :


A. V1 :4eme espace intercostal droit, bord droit du sternum
B. V6 : même ligne horizontale que V4, ligne axillaire postérieure
C. V4 :6eme espace intercostal gauche, sur la ligne médio claviculaire
D. V5 : même ligne horizontale que v4, ligne axillaire moyenne
E. V3 : à mi-chemin entre V2 et V4
Source : Ratt 2020
Rep : AE

1. La dépolarisation ventriculaire est assurée généralement en trois temps grâce :


A. Au vecteur septal
B. Au vecteur ventriculaire
C. Au vecteur principal
D. Au vecteur basal
E. Au vecteur latéral
Source : R1 2020
REP : ACD
2. Sur un ECG le complexe QRS :
A. Représente la dépolarisation du ventricule gauche
B. Est toujours composé de 3 ondes : Q, R et S
C. Son axe normal se situe entre -30 et +100
D. Son amplitude s'évalue généralement par le calcul des indices
E. Représente la dépolarisation et la repolarisation des deux ventricules
Source : R2 2020
REP : CD
3. A l’ECG. D1 est une dérivation bipolaire qui explore la différence d’activité électrique entre :
A. Bras gauche (+) et bras droit (-)
B. Bras droit (-) et jambe gauche (+)
C. Bras gauche (-) et jambe gauche (+)
D. Bras gauche (-) et bras droit (+)
E. Bras gauche (+) et jambe gauche (-)
Source : R3 2020
Rep : A
4. A propos de l'onde T normale l'ECG à : (cocher la réponse juste) :
A. Elle représente la repolarisation des oreillettes et des ventricules
B. Est toujours négative en V1 et V2
C. Est asymétrique avec une pente ascendante rapide et une pente descendante lente
D. Elle suit généralement le sens de complexe QRS
E. Est positive dans toutes les dérivations

3
Source : R4 2020
Rep : D
5. A l’ECG l’indice de SOKOLOW est donné par la formule suivante (cocher la réponse juste) :
A. R en V1 + S en VS ou V6
B. (RD1+SD3) - (SD1+RD3)
C. R en aVL + S en V3
D. S en Vi + R en V5 ou V6
E. R en D1 + S en D3
Source : R1 2019
REP : D
6. L’indice de Lewis est donné par la formule :
A. R V1+ S VS ou V6
B. (RDI + SDIII) - (SDI + RDIII)
C. R AVL+ S V3
D. (RDIII + SDI) - (SDIII + RDI)
E. RDI + SDIII
Source : R2 2019
REP : B
7. Une onde T normale : (cocher la réponse juste)
A. Elle représente la repolarisation des oreillettes et des ventriculaires
B. Est toujours négative en V1 et V2
C. Est asymétrique avec une pente ascendante rapide et une pente descendante lente
D. Elle suit généralement le sens de complexe QRS
E. Est positive dans toutes les dérivations
Source : R3+ R4 2019
REP : D
8. Lors de l'enregistrement ECG des dérivations précordiales, l'emplacement des électrodes est :
A. V1 : 4ème espace intercostal droit
B. V6 : même ligne horizontale que V4, ligne axillaire postérieure
C. V4 : 6ème espace intercostal gauche sur la ligne médio-claviculaire
D. V5 : même ligne horizontale que V4, ligne axillaire moyenne
E. V3 : à mi-chemin entre V2 et V4
Source : R4 2019
REP : AE
9. A propos de l'onde R de l’ECG :
A. Elle peut être négative
B. Elle augmente d'amplitude de Vi å V6.
C. Son amplitude en DI est inférieure à celle de l'onde S en cas de déviation axiale droite.
D. Lorsqu’elle est absente on parle d'aspect QS.
Source : R3 2018
REP : BCD
10. Dans un ECG normal :
A. La durée de l'onde P doit être < 0.12 secondes
B. L'intervalle PR se situe e entre 0.10 et 0.18 secondes
C. L'axe des QRS se situe entre 90 et +180°
D. La durée des QRS est toujours > 0.12 secondes
Source : R4+ Ratt 2018
REP : A
11. Les territoires suivant de l'infarctus du myocarde à l''ECG sont justes :
A. Inferieur : DII, DIII, AVF
B. Antérieur étendu : V1 à V6 et DI AVL

4
C. Latéral haut : V5 et V6
D. Antéro-septo-apical : V1 V2 V3 V4
Source : R4 2018
REP : ABD
12. La zone de transition &l’ECG prend un aspect
A. rS
B. qRs
C. RS
D. Qr
Source : R4 2015
REP : C

2. Angor stable

1. L'angor stable : (cocher la ou les réponse(s) juste(s)


A. Est une urgence nécessitant l'hospitalisation
B. Il est dû à une thrombose sur rupture ou érosion d'une plaque d'athérosclérose
C. La douleur apparait généralement à l'effort et disparait au repos
D. L'ECG est rarement normal
E. Le Coro-scanner est fiable pour éliminer une maladie coronaire Obstructive
Source : Ratt 2020
Rep : CE

2. Dans l’angor stable cocher la réponse juste


A. Il y a toujours une sténose coronaire significative
B. Un thrombus plaquettaire obstrue la lumière coronaire
C. La douleur apparait généralement à l'effort et disparait au repos
D. Le principal but de la revascularisation est la réduction de la mortalité
Source : R3 2020
Rep : C
3. Un homme de 48 ans sans antécédents particuliers, tabagique, consulte pour une constriction rétro-
sternale de quelques minutes qui survient surtout lorsqu'il monte les escaliers. Cette gêne qui dure depuis
quelque mois l'oblige à s'arrêter ou troisième étage. S'agit-il :
A. D'un angor instable
B. D'un angor typique classe III
C. D'un angor typique classe II
D. D'un angor atypique
Source : R1 2019
REP : C
4. Un homme de 50 ans fumeur consulte pour une gêne retro sternale déclenchée par la marche sur une
courte distance et soulagée par le repos. L’ECG montre un bloc de branche gauche.
A. Il s'agit d'un angor typique classe 2
B. Il s'agit d'un angor typique classe 3
C. Il s'agit d'un angor typique classe 4
D. L'épreuve d'effort est utile au diagnostic
Source : R1 2018
REP : B
5. A propos de l'angor stable :
A. Il survient à l'effort ou au stress émotionnel et disparait au repos.
B. Il traduit un déséquilibre entre les apports et les besoins en oxygène du myocarde.
C. Il résulte le plus souvent d'une rupture d'une plaque d'athérosclérose
D. La douleur peut durer quelques secondes mais elle dépasse généralement 10 minutes.

5
E. La coronarographie est nécessaire pour le diagnostic
Source : R2 2018
REP : AB
6. Un homme âgé de 65ans se plaint depuis un mois d'une douleur retro-sternal gauche irradiant vers le
membre supérieur gauche, elle est exagérée par l'effort et dure généralement une à deux heures. il s'agit:
cocher la réponse correcte :
A. Douleur non angineuse.
B. Angor typique.
C. Angor atypique.
D. Angor instable.
Source : R3 2018
REP : A
7. Une femme de 64 ans diabétique et hypertendue se plaint depuis quelques mois d'une gêne rétro sternale
de quelques minutes déclenchées par un effort modéré et soulagée par le repos. Quel est votre diagnostic
?
A. Angor atypique
B. Douleur non angineuse
C. Angor instable
D. Angor typique
Source : R1 2017
REP : D
8. L'ECG de la patiente montre un rythme irrégulier sans ondes p, avec un aspect QR en DII DIII VF. Quel est
son score CHADS-VASC ?
A. Score = 1
B. Score = 2
C. Score = 3
D. Score = 4
Source : R1 2017
REP : D
9. Le traitement de l'angor stable comprend systématiquement :
A. Une statine
B. Un anti vitamine K (AVK)
C. De l'aspirine
D. Du clopidogrel
E. Un IEC (inhibiteur de l'enzyme de conversion)
Source : R1 2017
REP : AC
10.Dans l'angor stable :
A. Il y a rupture de plaque d'athérome avec thrombose plus ou moins occlusive
B. La coronarographie est indiquée si l'angor est sévère malgré le traitement médical
C. Le scanner coronaire a une excellente valeur prédictive négative pour éliminer une obstruction
coronaire
D. Les statines améliorent les symptômes du patient
Source : R3 2017
REP : BC
11. Un patient diabétique de 55 ans se plaint depuis quelques mois d'une douleur rétro sternale de repos qui
dure plus d'une heure et sans aggravation à l’effort ; il s'agit :
A. D'un angor typique
B. D'un angor atypique
C. D'une douleur non angineuse
D. D'un angor instable
Source : R4 2017
REP : C
12. Les étiologies d'une insuffisance coronaire fonctionnelle sont :
A. Spasme coronaire

6
B. Sténose coronaire réduisant plus de 70% la lumière artérielle
C. Rétrécissement aortique
D. Hyperthyroïdie
Source : R1 2016
REP : CD
ère intention
13. Les examens complémentaires de 1 devant angor d'effort stable sont :
A. Epreuve d'effort
B. Scintigraphie myocardique
C. Troponine
D. Coronarographie
Source : R2 2016
REP : AB
14. Les explorations de 1ere Intention dans l'angor d'effort sont :
A. Holter ECG
B. ECG de repos
C. Epreuve d'effort
D. Coronarographie
E. Dosage de la troponine
Source : R3 2016
REP : BC
15. Le traitement de la crise angineuse est :
A. Aspirine
B. Bétabloquants
C. Statine
D. Dérivés nitrés en sublingual
Source : R4 2016
REP : D
16. Un patient se plaint de brulures rétro sternales en montant au 2eme étage, depuis 3 mois. Il nécessite en
première intention :
A. Une hospitalisation en urgence
B. Un dosage de troponine
C. Un ECG
D. Une coronarographie
E. Une fibroscopie digestive
Source : R4 2016
REP : C
17. L’ordonnance de sortie d'un coronarien stable comporte :
A. Clopidogrel à vie
B. Aspirine à vie
C. Une statine
D. Un bétabloquant
E. Anti vitamine K
Source : R1 2015
REP : BCD
18. A propos de l'angor d'effort stable
A. La douleur est toujours précordiale
B. La douleur cède sous bétabloquants
C. Est toujours témoin d'une sténose coronaire serrée
D. Le patient doit bénéficier d'une coronarographie
E. L'association statine+ antiagrégant plaquettaire est obligatoire
Source : R1 2015
REP : E
19. Le traitement de fond d'une angine de poitrine stable comporte :
7
A. Héparine de bas poids moléculaire.
B. Statine.
C. Béta bloquants.
D. Double anti agrégation plaquettaire.
Source : R2 2015
REP : BC
20. L'ordonnance d'un patient présentant un angor d'effort stable doit comporter :
A. Aspirine
B. Association aspirine et clopidogrel
C. Statine
D. Anti vitamine K
Source : R3 2015
REP : AC
21. Dans l’angor d'effort, le traitement de la crise repose sur :
A. L’aspirine en sublinguale
B. Dérivés nitrés en sublinguale
C. Bita bloquants
D. Statine
Source : R4 2015
REP : B

3. Athérosclérose
1. Le bilan du patient montre un LDL 0.80 g/L et un débit de filtration glomérulaire à 50 ml/min/1.73 m2 en
moyenne. Selon l'échelle SCORE, Il à un risque cardiovasculaire de 1%. Que proposez-vous chez lui ?
A. Une statine en visant un LDL<0.55 g/L
B. Une statine en visant un LDL<0.70 g/L
C. Des mesures hygiéno-diététiques uniquement
D. Un score calcique.
Source : R2 2020
REP : B
2. L'athérosclérose touche habituellement :
A. Les artérioles de gros et mayen calibre
B. Les artères de petit calibre
C. Les artères de gros calibre
D. Les veines de calibre moyen
E. Les artères de calibre moyen
Source : R2 2019
REP : CE
3. Un homme de 31 ans, fumeur, s'est présenté avec un taux de cholestérol LDL à 2.10 g/L. Deux dosages
antérieurs étaient à 1.99 et 2.08 g/L. Il ne semble pas qu'il y ait une cause qui expliquerait cette
hypercholestérolémie. Qu'est-ce que vous devez prescrire ?
A. Des mesures hygiéno-diététiques seules
B. Une statine à dose modérée
C. Une statine à forte dose
D. Une aide au sevrage tabagique
Source : R3 2019
REP : CD
4. Ce patient se plaint d'un angor atypique depuis quelques mois. Le Coroscanner a montré une sténose de
60% sur le tronc coronaire gauche. Quelle conduite proposez-vous ?
A. Un pontage coronaire
B. Une angioplastie coronaire
C. Un traitement médical seul
D. Une coronarographie
8
Source : R3 2019
REP : D
5. Parmi ces propositions quelle(s) est (sont) habituellement la (les) complication(s) de d’athérosclérose ?
A. Anévrysme de l'aorte abdominale
B. L'AVC hémorragique
C. La cardiomyopathie hypertrophique
D. La thrombose veineuse profonde
E. L'artériopathie oblitérante des membres inférieurs
Source : Ratt 2019
REP : AE
6. En Algérie ; quelle est la 1ère cause de mortalité chez la femme ?
A. Les maladies cardio-vasculaires
B. Les cancers
C. Les maladies respiratoires
D. Le diabète
Source : R1 2018
REP : A
7. Un homme âgé de 33 ans, asymptomatique, consulte parce que son frère de 45 ans a récemment fait une
mort subite, il ne fume pas, sa TA est 120/79mmitg, sa glycémie est a 0,99g/l. Qu'est-ce que vous faite
pour réduire son risque cardio-vasculaire de ce patient ?
A. Vous préconisez un régime avec une activité physique
B. Vous préconisez une statine à forte dose.
C. Vous préconisez une statine à dose modérée.
D. Vous préconisez de l'aspirine
E. Vous préconisez un bétabloquant
Source : R2 2018
REP : AB
8. Les lésions d'athérosclérose :
A. Se voient sur les artères et les veines
B. Débutent dans l'intima
C. Prédominent chez les femmes avant 50 ans
D. Contiennent des macrophages
E. Débutent dans la media
Source : R4 + Ratt 2018
REP : BD
9. Préciser parmi ces propositions les complications possibles de l'athérosclérose :
A. L'AVC hémorragique
B. L'AVC ischémique
C. La thrombose veineuse profonde
D. Les syndromes coronaires aigus
E. L'artériopathie oblitérante des membres inférieurs
Source : R1 2016
REP : BDE
10. Chez le diabétique, quelles sont les mesures dont l’efficacité est prouvée dans la prévention des
événements cardiovasculaires :
A. A Contrôle strict de la glycémie
B. Prescription d'une statine
C. Prescription de l'aspirine
D. Contrôle de la pression artérielle
Source : R3 2016
REP : BD

9
11. La plaque d'athérosclérose vulnérable est caractérisée par :
A. Une lumière artérielle très rétrécie
B. Une chappe fibreuse fine
C. Une chappe fibreuse épaisse
D. Un noyau lipidique large
E. Un noyau lipidique faible
Source : R4 2016
REP : BD
12. Concernant les complications de l’athérosclérose : Quelle(s) est (sont) la (les) proposition {s) correcte(s)?
A. Elles résultent généralement de la thrombose
B. Du fait du risque hémorragique faible, l'aspirine est indiquée en prévention primaire de ces
complications
C. L'association aspirine clopidogrel est indiquée dans la prévention secondaire de toutes les
complications de l'athérosclérose
D. Les statines ne sont pas indiquées en prévention primaire
Source : Ratt 2016
REP : A
13. Les modifications suivantes sont observées au cours de la grossesse :
A. Augmentation du débit cardiaque
B. Diminution des résistances artérielles systémiques
C. Augmentation des facteurs de la coagulation
D. Anémie gravidique physiologique
E. Œdème des membres inférieurs.
Source : R1+R2 2015
REP : ABCDE
14.A propos de l’athérosclérose coronaire :
A. Est toujours symptomatique
B. Le risque de rupture de plaque complique particulièrement les plaques anciennes est calcifié.
C. Dans la cascade ischémique les conséquences hémodynamiques précédent les conséquences
électriques
D. Est plus fréquente chez 'homme
Source : R1 2015
REP : CD
15.A propos de la Planification des grossesses chez les cardiopathies
A. Toute femme présentant une cardiopathie doit être explorée avant la grossesse.
B. La cure chirurgicale des cardiopathies opérables doit être proposée à toute femme en âge de procréer.
C. Contre-indication de toute grossesse si la cardiopathie est à un stade avancé.
D. Les œstro-progestatifs sont contre indiqués en raison de risque thromboembolique et de la rétention
hydro sodée liée aux œstrogènes
E. Les progestatifs purs minidosés sont les plus indiqués, associés aux moyens locaux
Source : R3 2015
REP : ABCDE

4. RAA
1. Parmi ces éléments lesquels font partie des critères de Jones dans le diagnostic d'une poussée de
rhumatisme articulaire aigu ?
A. Arthralgies
B. Allongement de PR
C. VS accélérée
D. Elévation des ASLO
E. Cardite
Source : Ratt 2020
Rep : ABCE

10
2. Lors d'une crise de rhumatisme articulaire aigu chez un enfant, la cardite peut se manifester de la (des)
façons suivante(s) :
A. Frottement péricardique
B. Insuffisance cardiaque
C. Souffle diastolique d'insuffisance aortique
D. Souffle systolique de rétrécissement aortique
E. Souffle systolique d'insuffisance mitrale
Source : R1 2020
REP : ABCE
3. Quels éléments font partie des critères de Jones dans le diagnostic d'une poussée de rhumatisme
articulaire aigue ?
A. Arthralgies
B. Allongement de PR à l'ECG
C. VS accélérée
D. Elévation des ASLO.
E. Cardite
Source : R3 2020
Rep : ABCE
4. Concernant le rhumatisme articulaire aigu (réponses justes) :
A. Le rebond c'est la reprise du syndrome inflammatoire biologique durant la phase d’entretien
B. Durant le rebond on doit ajouter la pénicilline durant quelques jours
C. La reprise c’est la réapparition de syndrome Inflammatoire biologique et clinique
D. La rechute c'est une autre poussée de RAA qui survient à distance de la première
E. Un patient avec antécédent de RAA avec 3 ou plus critères mineurs et une preuve de l'infection
streptococcique fait suspecter une rechute de RAA
Source : R4 2020
Rep : ACDE

5. Concernant les critères de Jones dans le RAA quelles affirmations sont justes ?
A. 2 critères majeurs ou 1 critère majeur et 2 mineurs permettant le diagnostic d'un premier épisode de
crise de RAA
B. La preuve d'infection par streptocoque béta hémolytique A n'est pas obligatoire.
C. La fièvre, les arthralgies, l'intervalle PR prolongé sur l'ECG, la CRP élevée sont des critères mineurs.
D. 2 critères mineurs + évidence d'infection streptococcique A permettant le diagnostic de récidive de RAA
avec antécédent de cardiopathie rhumatismale antérieure
E. Ces critères majeurs : cardite-chorée de Sydenham-érythème marginé de Besnier- nodules sous cutané
de Meynet, surviennent au même temps
Source : R1 2019
REP : CD
6. Concernant la prise en charge thérapeutique du RAA, quelles affirmations sont justes ?
A. Le traitement curatif associe antibiothérapie (ATB) et un anti inflammatoire non stéroïdien
B. La durée de la corticothérapie est de 2 semaines d'attaque et 6 semaines d'entretien en cas de cardite
sévère
C. La prophylaxie primaire recommandée par le programme national de lutte contre le RAA est le
traitement de toute angine purulente par les ATB
D. La prophylaxie secondaire après RAA avec cardite mais sans cardiopathie rhumatismale séquellaire est
de 10 ans minimum ou jusqu'à l'âge de 25 ans
E. Le traitement du rebond consiste à adjoindre l'aspirine à 100 mg/Kg/j durant quelques jours
Source : R2 2019
REP : CDE
7. Dans le RAA la polyarthrite est :
A. Obligatoire pour le diagnostic positif

11
B. Migratrice, passe d'une articulation à l'autre
C. C'est la manifestation la plus fréquente du RAA
D. Touche préférentiellement les petites articulations
E. Fait partie des critères majeurs de Jones
Source : R3 2019
REP : BCE
8. La durée de la prophylaxie secondaire dans le RAA est :
A. Minimum 10 ans ou jusqu'à l'âge de 40 ans après un RAA sans cardite
B. Minimum 10 ans ou jusqu'à l'âge de 25 ans après un RAA avec cardite mais sans cardiopathie
rhumatismale séquellaire
C. Minimum 10 ans ou jusqu'à l'âge de 40 ans parfois à vie après un RAA avec cardite et cardiopathie
rhumatismale séquellaire
D. Minimum 05 ans ou jusqu'à l'âge de 21 ans après un RAA sans cardite
E. Minimum 05 ans ou jusqu'à l'âge de 21 ans après un RAA avec cardite mais sans cardiopathie
rhumatismale séquellaire
Source : R3 + Ratt 2019
REP : BCD

9. Le diagnostic d'une crise de RAA est retenu selon les critères de Jones ; cocher les réponses justes :
A. Premier épisode de crise de RAA si présence de deux critères majeurs ou un critère majeur et deux
critères mineurs sans évidence d'infection streptococcique A antérieure
B. Premier épisode de crise de RAA si présence de deux critères majeurs ou deux mineurs avec une
évidence d'infection streptococcique A antérieure
C. Premier épisode de crise de RAA si présence de deux critères mineurs avec une évidence d'infection
streptococcique A antérieure
D. Récidive de RAA avec antécédent de cardiopathie rhumatismale antérieure si présence de deux critères
mineurs avec une évidence d'infection streptococcique A antérieure
E. Récidive de RAA avec antécédent de cardiopathie rhumatismale antérieur si présence de deux critères
mineurs
Source : R4 2019
REP : D
10. Parmi ces atteintes cutanées lesquelles peuvent se voir en cas de RAA :
A. Erythème marginé.
B. Nodosités d'Heberden.
C. Nodosités de Meynet.
D. Eruption scarlatiniforme
Source : R3 2018 + R4 2015
REP : AC
11. Les signes cliniques suivants peuvent survenir en cas de rhumatisme articulaire aigu :
A. Endocardite.
B. Arthrite.
C. Fièvre élevée.
D. myocardite.
Source : R3 2018
REP : ABD
12. Les lésions anatomopathologiques du RAA ont les particularités suivantes :
A. Le nodule d'Aschoff est caractéristique de l'atteinte rhumatismale
B. Les lésions initiales sont réversibles
C. L'évolution se fait vers la fibrose
D. Les lésions péricardiques évoluent vers la constriction
Source : R4 2018

12
REP : ABC
13. L'atteinte articulaire du RAA se caractérise par, cocher les réponses justes :
A. Douleur à la mobilisation
B. Séquelles fonctionnelles importantes
C. Chaude et tuméfiée
D. Fixes dans le temps
E. Siègent au niveau des doigts de la main
Source : R1 + Ratt 2017
REP : AC
14. Concernant les lésions anatomo-pathologiques du rhumatisme articulaire aigu (RAA), cocher les
affirmations justes :
A. Les lésions initiales sont spécifiques et irréversibles
B. Le nodule d'Aschoff est caractéristique de l'atteinte due au RAA
C. L'évolution se fait vers la fibrose
D. Les lésions péricardiques évoluent vers la constriction péricardique
Source : R3 2017
REP : BC
15. L'atteinte articulaire au cours du rhumatisme articulaire aigu est :
A. Fixe dans le temps
B. Associée à des séquelles fonctionnelles importantes
C. Localisée surtout au niveau de doigts de la main
D. Douloureuse à la mobilisation.
E. Les articulations sont souvent chaudes et tuméfiées.
Source : R1 2016
REP : DE
16. Parmi les signes cliniques suivants pouvant survenir eu cour du RAA ; quel est le plus grave ?
A. Erythème marginé
B. Arthrite
C. Endocardite
D. Péricardite
E. Fièvre élevée
Source : R3 2016
REP : C
17. Parmi ces propositions, lesquels font partie des critères diagnostiques de Jones révisés en 1982 en vue
diagnostic du RAA :
A. La chorée
B. La présence d'une CRP positive
C. Antécédents de RAA
D. Nodules de Meynet
E. Souffle d'une insuffisance mitrale
Source : R4 2016
REP : ABDE
18. L'atteinte articulaire au cours du rhumatisme articulaire aigu est :
A. Localisée surtout au niveau des articulations de taille moyenne
B. Associée à des séquelles fonctionnelles importantes
C. Fixe dans le temps
D. Toujours associée à une atteinte cardiaque
Source : Ratt 2016
REP : A
19. Quel est l'atteinte la plus grave au cours du rhumatisme articulaire aigu ?
A. Erythème marginé
B. Arthrite
C. Endocardite
D. Péricardite

13
Source : R1 2015
REP : C

5. Les Anti-thrombotique
1. Les anti vitamine K : (une ou plusieurs propositions exactes)
A. Inhibent directement les facteurs PPSB activés de la Coagulation
B. Peuvent être déplacés des sites de liaison sur les protéines plasmatiques
C. Traversent la barrière foeto-placentaire
D. Ont leur activité anticoagulante diminuée du fait de L’interaction avec des substances qui sont des
inducteurs Enzymatiques tels que les barbituriques
E. Ont leur activité anticoagulante antagonisée par le Sulfate de protamine
Source : Ratt 2020
Rep : BCD

2. Concernant les anti-vitamine K cochez la ou les propositions exactes :


A. Inhibent directement les facteurs PPSB activés de la coagulation
B. Peuvent être déplacés des sites de liaison sur les protéines plasmatiques
C. Traversent la barrière fœto-placentaire
D. Leur activité diminuée du fait de l'interaction avec des inducteurs
E. Leur activité est antagonisée par le sulfate de protamine
Source : R1 2020
REP : BCD
3. Concernant l'aspirine : cocher les réponses justes :
A. Est un inhibiteur réversible de la cyclo-oxygénase 1
B. L'effet antiagrégant plaquettaire est obtenu à faible dose : 75- 500 mg
C. L'insuffisance rénale peut majorer l'effet antiagrégant de l'aspirine
D. Il a une toxicité gastrique directe par stimulation de la pompe à protons
E. Il est Indiqué dans le post-infarctus à une posologie entre 75 et 160 mg/jour
Source : R3 2020
Rep : BCE
4. L'activation du plasminogène en plasmine est le mode d'action (Une ou plusieurs propositions exactes) :
A. De l'héparine sodique
B. De l’héparine calcique
C. Des héparines de bas poids moléculaire
D. Des anti vitamine « K »
E. Des thrombolytiques
Source : R4 2020
Rep : E
5. L'activation du plasminogène en plasmine est le mode d’action :
A. De l’héparine sodique
B. De l'héparine calcique
C. Des héparines de bas poids moléculaire
D. Des antivitamine k
E. Les thrombolytiques
Source : R1 2020 + R2+R4 2019
REP : E
6. Lors d'un relai héparine-anti-vitamine K (AVK) l'INR est à 2,5. Que décidez-vous ?
A. Augmenter l'héparine, poursuivre l'AVK à la même dose
B. Augmenter l'héparine et l'AVK
C. Arrêter l'héparine et poursuivre AVK à la même dose
D. Arrêter l'héparine et augmenter l'AVK
E. Poursuivre héparine et AVK à la même dose

14
Source : R1 2019
REP : C
7. Concernant l'aspirine, cocher les réponses justes :
A. Est un inhibiteur réversible de la cyclo-oxygénase 1
B. L'effet antiagrégant plaquettaire est obtenu à fortes doses
C. L'insuffisance rénale peut majorer l'effet antiagrégant de l'aspirine
D. Toxicité gastrique directe par stimulation de la pompe à protons
E. Indiqué dans le post-infarctus avec une posologie entre 75 et 160 mg/jour.
Source : R3 2019
REP : CE
8. Concernant les antivitamine K, quelle affirmation est fausse ?
A. Inhibent la synthèse hépatique des facteurs PPSB activés de la coagulation et donc diminuent leur
concentration sanguine.
B. Peuvent être déplacés des sites de liaison sur les protéines plasmatiques.
C. Traversent la barrière fœto-placentaire.
D. Ont leur activité anticoagulante diminuée par les inducteurs enzymatiques tels les barbituriques.
E. Leur activité est antagonisée par le sulfate de protamine
Source : R4 2019
REP : E
9. Pour éviter une thrombose de stent :
A. On utilise des stents actifs
B. On associe une double anti agrégation plaquettaire
C. On prescrit des statines à forte dose
D. On prescrit des anticoagulants
Source : Ratt 2019
REP : B
10.Concernant les antivitamine K (réponses justes) :
A. Ils inhibent la synthèse hépatique des facteurs PPSB activés de la coagulation
B. Ils peuvent être déplacés des sites de liaison sur les protéines plasmatiques
C. Ils traversent la barrière fœto-placentaire.
D. Ils ont leur activité anticoagulante diminuée du fait de l'interaction de substances qui sont les
inducteurs enzymatiques tels les barbituriques
E. Ils ont leur activité anticoagulante antagonisée par le sulfate de protamine
Source : Ratt 2019
REP : ABCD
11. L’héparine de bas poids moléculaire (HBPM) est :
A. Une molécule chimique de synthèse.
B. Est surveillé par le TCA.
C. Comporte un risque de thrombopénie.
D. Est surveillée par TP/INR et le taux de plaquettes.
E. Eliminée par voie rénale.
Source : R2 2018
REP : CE
12. Les nouveaux anticoagulants oraux (NACO) :
A. Agissent sur la synthèse des facteurs 2 et 10.
B. Sont surveillés par le TP et PINR.
C. Ont pour antidote la prothamine.
D. Peuvent être utilisés dans l'embolie pulmonaire.
E. Agissent sur les facteurs 2 et 10 circulants.
Source : R3+Ratt 2018
REP : DE

15
13. L'héparine de bas poids moléculaire (HBPM) est :
A. Une molécule chimique de synthèse.
B. Est surveillée par le TCA.
C. Comporte un risque de thrombopénie.
D. Est surveillée par TP /INR
E. Est éliminée par voie rénale
Source : Ratt 2018
REP : ACE
14. Concernant l’héparine non fractionnée, cocher les réponses justes :
A. C'est une substance chimique de synthèse
B. Est contre indiquée en cas d'insuffisance rénale
C. A une activité anti X et anti II
D. Est surveillée par le TCA
E. Son antidote est la protamine
Source : R3 2017
REP : CDE
15. A l'occasion d'un accident hémorragique sévère au cours d'un surdosage thérapeutique par Héparine,
indiquez la mesure qui vous parait la plus appropriée :
A. Demander en urgence un taux de prothrombine
B. Injecter en urgence du PPSB à la dose de 20 UI/kg
C. Injecter du sulfate de protamine par voie intraveineuse
D. Injecter 20 mg de vitamine K par voie intraveineuse
E. Transfuser du plasma frais congelé pour neutraliser l'héparine circulante.
Source : R1 2016
REP : C
16.Les anticoagulants oraux :
A. Inhibent la synthèse hépatique des facteurs PPSB activés de la coagulation
B. Peuvent être déplacés des sites de liaison sur les protéines plasmatiques
C. Traversent la barrière foeto-placentaire
D. Ont leur activité anticoagulante diminuée en cas d'interaction avec des inducteurs enzymatiques tels que les
barbituriques.
E. Ont leur activité anticoagulante neutralisée par le sulfate de protamine
Source : R2 2016
REP : ABCD
17. Quelles sont les indications de la thrombolyse :
A. L'embolie pulmonaire massive
B. L'infarctus du myocarde sans sus décalage du segment ST
C. L'accident vasculaire cérébral (AVC) ischémique précoce.
D. Le thrombus intra ventriculaire gauche
E. L'infarctus du myocarde avec sus décalage du segment ST
Source : R2 2016
REP : ACE
18. Au cours d'un relais héparine Sintrons (Acénoncoumarol) pour une thrombose veineuse profonde vous
obtenez les résultats suivants : temps de céphaline kaolin = 1,5 le témoin, INR = 2.5 à aux reprises.
Choisissez, en fonction de ces résultats, l'attitude convenable :
A. Arrêter l'héparine et continuer le Sintrom à la même dose
B. Augmenter l'héparine et continuer le Sintrom è la même dose
C. Augmenter le Sintrom et l'héparine
D. Augmenter le Sintrom et arrêter l’héparine
E. Continuer l'Héparine et le Sintrom à la même dose
Source : R3 2016
REP : A
19. Le ticagrelor est :
16
A. Un thrombolytique
B. Un antiagrégant plaquettaire
C. Un anticoagulant oral
D. Une héparine de bas poids moléculaire (HBPM)
E. Aucune réponse n'est juste
Source : R3 2016
REP : B
20. Le clopidogrel :
A. Est un inhibiteur réversible de l'agrégation plaquettaire
B. Est une pro drogue qui nécessite une activation hépatique
C. Il bloque le récepteur P2Y12
D. Il doit être arrêté 5-7 jours avant une chirurgie majeure
E. Son action est plus puissants st plus prédictibles que celle du ticagrelor
Source : R3 2016
REP : BCD
21. Une jeune femme de 35 ans, porteuse d'une prothèse mécanique et régulièrement suivie, apyrétique,
présente une gingivorragie et une douleur abdominale. Le diagnostic en premier lieu est :
A. Thrombus para prothétique
B. Endocardite infectieuse
C. Accident hémorragique aux anticoagulants
D. Anémie hémolytique
E. Oblitération artérielle aigue de l'artère mésentérique
Source : R4 2016
REP : C
22. Concernant les anti vitamine K (AVK) cocher la ou les réponse (s) juste(s) ?
A. Sont autorisés au 1 trimestre de la grossesse
B. Constituent le traitement au long cours de la maladie thromboembolique
C. Sont contre Indiqués en cas d’ulcère gastroduodénal évolutif
D. Leur association aux anti-inflammatoires non stéroïdiens est sans risque
Source : R1 2015
REP : BC
23. La thrombolyse est indiquée en cas :
A. De thrombose veineuse ilio-fémorale
B. D'embole pulmonaire avec état de choc
C. D’embole pulmonaire avec troponine levée
D. L’infarctus pulmonaire
Source : R4 2015
REP : B

6. STEMI
1. L'intervention coronaire percutanée :
A. Se fait sous anesthésie générale
B. Se termine le plus souvent par l’implantation d’un stent
C. Elle nécessite la prescription d’une double anti- agrégation plaquettaire
D. Elle est indiquée pour les lésions complexes surtout chez le diabétique
Source : Ratt 2020
Rep : BC

2. L'infarctus du myocarde a la phase aigüe est défini par :


A. Une lésion myocardique aigue
B. Une lésion myocardique chronique
C. Une augmentation et/ou diminution de la troponine uniquement
D. Une augmentation et/ou diminution de la troponine dans un contexte d'ischémie myocardique

17
Source : R2 2020
REP : AD
3. L'ordonnance de sortie d'un patient victime d'un infarctus du myocarde doit comporter
A. Une héparine de bas poids moléculaire (HBPM)
B. Un anti vitamine k
C. De l'aspirine seule pendant une année
D. Une double anti-agrégation plaquettaire pendant une année
E. Une statine, quel que soit le taux du LDL-cholestérol.
Source : R3 2020
Rep : DE
4. L'intervention coronaire percutanée (réponses justes) :
A. Se fait sous anesthésie générale
B. Se termine le plus souvent par l'implantation d'un stent
C. Nécessite la prescription d'une double anti-agrégation plaquettaire
D. Est indiquée pour les lésions complexes surtout chez le diabétique
Source : R4 2020
Rep : BC
Année 2020 / Rot 4
5. Les critères électriques d'un IDM avec sus décalage persistant du segment ST sont :
A. Sus décalage du point J de 1 mm dans toutes les dérivations
B. Sus décalage du point J de 1 mm dans les dérivations inférieures
C. Sus décalage du point J de 1,5 mm dans les dérivations V2 V3 chez la femme
D. Sus décalage du point J de 1,5 mm dans les dérivations V2 V3 chez l'homme
Source : R4 2020
Rep : BC
6. Quel est le diagnostic à évoquer devant un patient âgé de 57 ans, tabagique depuis10 ans et
diabétique, présente depuis 6 heures une douleur thoracique constrictive prolongée de repos. A
l'ECG : rythme sinusal régulier, courant de lésion sous épicardique de V1 à V6 ?
A. Un syndrome coronaire aigu (SCA) sans sus-décalage du segment ST (sus ST)
B. Un infarctus du myocarde (IDM) avec sus ST
C. Un angor instable
D. Un IDM sans sus ST
Source : R1 2019
REP : B
7. Quelle est votre conduite à tenir devant un patient âgé de 57 ans, tabagique depuis10 ans et diabétique,
présente depuis 6 heures une douleur thoracique constrictive prolongée de repos. A l'ECG : rythme
sinusal régulier, courant de lésion sous épicardique de V1 à V6 ?
A. Aspirine seule
B. Double anti agrégation plaquettaire
C. Un traitement thrombolytique
D. Une angioplastie primaire
Source : R1 2019

REP : BCD
8. Les critères électriques de diagnostic d'un Infarctus du myocarde avec sus décalage du segment ST (sus ST)
sont :
A. Un sus ST ≥ 1 mm dans les dérivations V2-V3
B. Un sus ST ≥ 1 mm dans toutes les dérivations sauf V2-V3
C. Ce sus ST existe dans au moins une dérivation
D. Ce sus ST existe dans au moins 2 dérivations contigües
Source : R2 2019

18
REP : BD
9. Quelles sont les complications précoces des syndromes coronaires aigus de type STEMI :
A. Insuffisance cardiaque
B. Rupture myocardique
C. Le syndrome de Dressler
D. Le choc cardiogénique
E. La mort subite
Source : R3 2019
REP : ABDE
10. La prévention secondaire dans les suites d'un IDM doit comporter :
A. Aspirine seule
B. Double antiagrégation plaquettaire pendant 1 année
C. Une statine
D. Un fénofibrate
E. Un anti vitamine K
Source : R3 2019
REP : BC
11.Le syndrome coronaire aigu avec sus décalage du segment ST est défini par :
A. Un sus décalage du ST au point J supérieur ou égal à 1mm dans toutes les dérivations
B. Un sus décalage du ST au point J supérieur ou égal à 1mm en D2, D3, AVF
C. Un sus décalage du ST supérieur ou égal à 2,5mm en V2, V3 chez l’homme dont âge est inférieur à 40
ans
D. Un sus décalage du ST supérieur ou égal à 2,5mm en V2, V3 chez l'homme dont l'âge est supérieur ou
égal à 40 ans
Source : R4 2019
REP : BC
12. L'infarctus du myocarde est défini par :
A. Une élévation et/ou une diminution de la troponine avec des symptômes d'ischémie
B. Une élévation et/ou une diminution de la troponine avec des modifications significatives du segment ST
C. La détection de modifications significatives du segment ST
D. La détection d'ondes T négatives
Source : R4 2019
REP : AB
13.Le syndrome coronaire aigu avec sus décalage du segment ST est défini par :
A. Un sus décalage du ST au point J supérieur ou égal à 1mm dans toutes les dérivations
B. Un sus décalage du ST au point J supérieur ou égal à 1mm en D2, D3, AVF
C. Un sus décalage du ST supérieur ou égal à 2,5 mm en V2, V3 chez l'homme dont l’âge est inférieur à 40
ans
D. Un sus décalage du ST supérieur ou égal à 2,5mm en V2, V3 chez l'homme dont l'âge est supérieur ou
égal à 40 ans
Source : Ratt 2019
REP : BC
14. Quelles sont les complications précoces des syndromes coronaires aigus de type STEMI :
A. Insuffisance cardiaque
B. Rupture myocardique
C. Le syndrome de Dressler
D. Le choc cardiogénique
E. La mort subite
Source : Ratt 2019
REP : ABDE
15. Un sus décalage du segment ST évoquant un infarctus du myocarde mesure au moins :

19
A. 0.5 mm en DII, DIII, AVF.
B. 2 mm en V2-V3 chez un homme âgé de moins de 40ans.
C. 1 mm en V4-V5-V6.
D. 1.5mm en V2-V3 chez une femme.
Source : R3 2018
REP : BCD
16. Le TRT de prévention secondaire après un syndrome coronaire aigu comporte.
A. Une héparine de faible poids moléculaire
B. Une double anti agrégation plaquettaire pendant une année
C. Une statine.
D. Un digitalique.
Source : R3 2018
REP : BC
17. Le syndrome coronarien aigu avec sus-décalage du segment ST (STEMI) est caractérisé paRep :
A. Une douleur au repos retro-sternale constrictive
B. Il faut attendre le taux de troponines avant de commencer le traitement
C. L'ECG un sus décalage concave du ST sans englober l'onde T
D. L'échocardiographie est intéressante pour les diagnostics différentiels
E. La coronarographie a un intérêt diagnostic et thérapeutique
Source : R4 2018
REP : ADE
18. Les complications de la phase aigüe de l'infarctus du myocarde peuvent être :
A. Un anévrysme du ventricule gauche
B. Un état de choc cardiogénique
C. Un thrombus intra ventriculaire gauche
D. Une mort subite
E. Une insuffisance cardiaque
Source : R1 2017
REP : BCDE
19. Les critères électriques d'un infarctus du myocarde (IDM) avec sus décalage du segment ST (sus ST) en
antéro septal, chez un homme de 50 ans sont :
A. Un sus ST d'au moins 1 mm de V1 à V4
B. Un sus ST d'au moins 2 mm en V2 et V3 et 1 mm en V1 et V4
C. Un sus ST d'au moins 1 mm en DII DIII et AVF
D. Un sus ST d'au moins 2 mm en DII DIII et AVF
Source : R3 2017
REP : B
20. Chez un homme de 50 ans quels sont les critères ECG d'un infarctus antéro-septal avec sus décalage du ST
(sus ST) ?
A. Sus ST d'au moins 1 mm en DII DIII et AVF
B. Sus ST d'au moins 1 mm de V1 à V4
C. Sus ST d'au moins 2 mm en V2 et V3 et 1mm en V1 et V4
D. Sus ST d'au moins 2 mm en DII DIII et AVF
Source : Ratt 2017
REP : C
21. Les complications de la phase aigüe de l'infarctus de myocarde sont :
A. La rupture du pilier de la valve mitrale
B. La fibrillation ventriculaire
C. Le bloc auriculo-ventriculaire
D. L'insuffisance cardiaque
E. Le syndrome de Dressler
Source : Ratt 2017

REP : ABCD
22. L'association Aspirine + anti P2Y12 (clopidogrel ou ticagrelor est indiquée dans
20
A. Les syndromes coronariens aigus (SCA) à vie
B. Les SCA pendant 1 mois
C. Les SCA pendant 12 mois en moyenne
D. L'AVC ischémique
E. L'ischémie aigue du membre
Source : R1 2016
REP : C
Année 2016 / Rot 2
23. Les syndromes coronaires aigus (SCA) résultent généralement (choisissez la réponse juste) :
A. D'une sténose coronaire serrée
B. D'une embolie coronaire
C. D'une rupture d'une plaque d'athérome
D. D'une augmentation des besoins du myocarde en O2
Source : R2 2016
REP : C
24. Concernant la reperfusion myocardique :
A. Elle se fait par traitement fibrinolytique s'il s’agit d'un SCA sans sus décalage du segment ST.
B. Elle se fait par traitement fibrinolytique s'il s’agit d'un SCA avec sus décalage du segment ST.
C. Elle se fait par angioplastie primaire s'il s'agit d’un angor instable.
D. Elle se fait par héparine non fractionnée s'il s'agit d'un SCA avec sus décalage du segment ST.
Source : R2 2015
REP : B
25. Le traitement dans les syndromes coronaires aigus avec sus décalage persistant du segment ST :
A. Doit être débuté si la troponine est élevée
B. Doit être débuté sans attendre les résultats de la troponine
C. La reperfusion myocardique est le traitement de choix
D. Les résultats de la thrombolyse sont meilleurs que ceux de l'angioplastie
Source : R3 2015
REP : BC
26. Les complications précoces d’un infarctus du myocarde a la phase aigüe sont :
A. Anévrysme
B. Insuffisance cardiaque droite
C. Bloc auriculo ventriculaire
D. Fibrillation ventriculaire
E. Syndrome de Dressler
Source : R4 2015

REP : BCD

7. NSTEMI
1. Dans les SCA sans sus décalage du segment ST la prise en charge comporte :
A. Une stratégie Invasive pour tous les patients
B. Double anti agrégation plaquettaire et héparino-thérapie pour tous les patients
C. Un traitement thrombolytique pour les patients à haut risque
D. Le dosage de la troponine permet de distinguer un infarctus du myocarde de l'angor stable
Source : R3 2017

REP : BD

8. TVP
1. Un score de Wells compris entre 1 et 2 signifie :
A. A L'absence de thrombose veineuse profonde

21
B. Une probabilité clinique élevée
C. C Une probabilité clinique faible
D. Une probabilité clinique moyenne
E. E Une thrombose veineuse bilatérale
Source : R1 2020
REP : D
2. Les complications d'une thrombose veineuse profonde sont ?
A. Embolie pulmonaire
B. Extension de la thrombose
C. Récidive de la phlébite
D. Syndrome post phlébitique
E. Endocardite Infectieuse
Source : R2 2020
REP : ABCD
3. Parmi les examens paracliniques suivants, quel est celui qui doit être pratiqué en première intention pour
le diagnostic d'une thrombose veineuse profonde ?
A. La phlébographie
B. La thermographie
C. L'écho-doppler veineux
D. L'angioscanner
E. La scintigraphie
Source : R1 2019
REP : C
4. Une thrombophlébite (TVP) récidivante des membres inférieurs chez une femme jeune sans antécédents
doit faire rechercher :
A. Un ulcère gastrique
B. Un cancer
C. Un trouble congénital de l’hémostase
D. Une fibrillation auriculaire
E. Un infarctus du myocarde
Source : R2 + Ratt 2019
REP : BC
5. Complication(s) d'une TVP est (sont) :
A. Embolie pulmonaire
B. Embolie cérébrale
C. Extension de la thrombose
D. Récidive de la phlébite
E. Syndrome post phlébitique
Source : R2 2019
REP : ACDE
6. Quels sont les facteurs de risque de thrombose veineuse profonde (TVP) ?
A. Alitement prolongé
B. Déficit en protéine c
C. Chimiothérapie anticancéreuse
D. Antécédent de TVP
E. Hypercholestérolémie
Source : R3 2019
REP : ABCD
7. Que faire en cas de forte probabilité de thrombose veineuse profonde (TVP)
A. Pas d'autres examens (TVP confirmée)
B. Faire un Echo doppler veineux

22
C. Faire angioscanner veineux
D. Doser les D- dimères
E. Faire une phlébographie
Source : R1+Ratt 2018
REP : B
8. Quel examen demander en cas de probabilité intermédiaire de TVP avec D-dimères négatifs :
A. Echodoppler veineux des membres inferieurs
B. Angioscanner des membres inferieurs
C. Phlébographie
D. Aucun examen
Source : R4 2018
REP : D
9. Que faire en cas de faible suspicion de thrombose veineuse profonde et D-dimères élevés ?
A. Pas d'autres examens (TVP éliminée)
B. Echodoppler veineux
C. Angioscanner veineux
D. Phlébographie
E. Angio-IRM veineux
Source : R1+Ratt 2017
REP : B
10. Quel signe clinique ne fait pas partie du tableau habituel de thrombose veineuse profonde (TVP) ?
A. Douleur provoquée à la palpation du mollet
B. Un signe de Homans
C. Une augmentation du volume du mollet
D. Diminution du ballottement passif du mollet
E. Une froideur du membre
Source : R2 2017
REP : E
11. Chez une femme enceinte de 8 mois, vous avez la certitude d'une thrombose veineuse fémorale sans
embolie pulmonaire. Quelle thérapeutique préconisez-vous dans l’immédiat ?
A. Anti vitamines K avec doses de charge
B. Héparinothérapie
C. Antiagrégants plaquettaires
D. Traitement thrombolytique
E. Interruption de la veine cave inférieure
Source : Ratt 2016
REP : B
12. Les complications habituelles de la thrombose veineuse profonde (TVP) sont :
A. Une embolie pulmonaire.
B. Un infarctus du myocarde.
C. Une endocardite infectieuse
D. Une récidive de TVP.
E. Une gangrène.
Source : Ratt 2016
REP : AD
13. Un patient de 80 Kg ayant une fonction rénale normal va subir une intervention sur la hanche. Que
proposez-vous pour la prévention de la thrombose veineuse profonde ?
A. Enoxaparine 0,8 cc / j
B. Еnохараrine 0,4 cc / j
C. Enoxaparine 0,8 cc x 2/ j
D. Enoxaparine 0,4 cc x 2/ j
Source : R1 2015
REP : B

23
14. Quel est le traitement médical qu'on peut administrer en urgence à une patiente pesant 60 kg qui
présente un thrombose veineuse profonde ?
A. Héparine calcique 0.3 ml en sous cutanée deux fois par jour.
B. Héparine sadique en IV 300 000 UI par voie intraveineuse en bolus en une seule injection.
C. Héparine bas poids moléculaire, exemple enoxaparine 0.6 ml deux par jour par voie sous cutanée.
D. Thrombolytique type streptokinase a raison de 1500000 UI pendant une heure par voie intraveineuse
précédée d'une injection de corticoïde.
Source : R2 2015
REP : C
15. Le traitement habituel de la thrombose veineuse profonde est :
A. La thrombolyse
B. Anti vitamine K - héparine de bas poids moléculaire (HBPM)
C. Aspirine + HBPM
D. Aspirine + clopidogrel
Source : R3 2015
REP : B
16. Le diagnostic de la thrombose veineuse profonde est basé sur : cocher la réponse juste
A. La phlébographie
B. L'angioscanner
C. Les D-Dimères
D. L'écho-doppler
Source : R4 2015
REP : D

9. IM
1. Quels sont les signes de gravite de l'insuffisance mitrale ?
A. Bruit de galop proto-diastolique (B3)
B. Éclat du B2 au foyer pulmonaire
C. Râles crépitants à l'auscultation pulmonaire
D. Souffle d'IM intense 4/6
E. Choc de pointe dévié en haut et à gauche
Source : R1 2020
REP : ABC
2. Un patient âgé de 58 ans se présente en consultation pour dyspnée d'effort stade 2. L'interrogatoire
retrouve la notion d'un souffle cardiaque mal suivi depuis 10 ans. A l'examen vous notez un souffle
systolique au foyer mitral 3/6 et un éclat de 82 au foyer pulmonaire sans autre anomalies. Quelle
pathologie suspectez-vous ? :
A. Une maladie mitrale avec HTA
B. Une maladie mitrale avec HTAP
C. Insuffisance mitrale avec HTA
D. Une insuffisance mitrale ave HTAP
E. Une HTAP isolée
Source : R4 2020
Rep : D
3. La maladie de Barlow se caractérise par les éléments suivants :
A. Dégénérescence myxomateuse de la valve mitrale
B. Click méso systolique et souffle télé systolique
C. Insuffisance mitrale souvent massive
D. Troubles du rythme fréquents
E. Traitement chirurgical souvent nécessaire
Source : R4 2019
REP : ABD
4. La cause d’une Insuffisance mitrale aigue peut-être :
24
A. Ischémique.
B. Bactérienne.
C. Congénitale.
D. Rhumatismale.
Source : R1+Ratt 2018 + R2 2015
REP : AB
5. L'insuffisance mitrale aigue par rupture de cordage peut être d'origine :
A. Rhumatismale
B. Traumatique
C. Ischémique
D. Congénitale
E. Bactérienne
Source : R2 2018
REP : BDE
6. Quel est le signe auscultatoire qui permet d'affirmer l'importance d'une insuffisance mitrale :
A. Claquement d'ouverture de la mitrale
B. Éclat du B1
C. Click proto-systolique éjectionnel
D. Bruit de galop
Source : R4 2018
REP : D
7. Quels sont les signes auscultatoires qui traduisent une insuffisance mitrale sévère ?
A. Eclat de B1 au foyer mitral
B. Souffle holo-systolique intense au foyer mitral
C. Roulement diastolique mitral d'hyper-débit
D. Un bruit de galop gauche
E. Un éclat de B2 au foyer pulmonaire
Source : R2 2017
REP : BCDE
8. L'insuffisance mitrale peut entrainer un retentissement hémodynamique sur :
A. La circulation pulmonaire
B. Le ventricule gauche
C. L’oreillette gauche
D. Les cavités droites
Source : R1 2016
REP : ABCD
9. Les signes auscultatoires témoignant d’une IM importante sont :
A. Claquement d'ouverture de la mitrale
B. Roulement méso diastolique
C. Souffle systolique apexo-axillaire
D. Diminution de l'intensité du B1
E. Eclat de B2 au foyer aortique
Source : R2 2016
REP : B
10. Parmi cas propositions, quelles sont les indications opératoires pour une insuffisance mitrale importante
asymptomatique ?
A. Fibrillation atriale
B. HTAP> 60 mm Hg
C. Diamètre télésystolique VG < 45 mm
D. FE < 60%
Source : R3 2016
REP : ABD
11. L'insuffisance mitrale peut entrainer habituellement :

25
A. Une hypertension artérielle pulmonaire
B. Une dysfonction ventriculaire gauche
C. Une dilatation de l'oreillette gauche
D. Un œdème aigu du poumon
E. Une syncope
Source : Ratt 2016
REP : ABCD
12. Parmi les critères de sévérité d'une insuffisance Mitrale
A. Mauvaise tolérance à l'effort
B. Présence d'un galop gauche (B3)
C. Signes d'Insuffisance cardiaque gauche
D. Hypertension artérielle
E. Cardiomégalie sur le télé thorax face
Source : Ratt 2016
REP : ABCE

10. IAo
1. Au cours de l'insuffisance aortique chronique sévère, cochez les réponses justes :
A. Il existe toujours une dystrophie aortique
B. L'examen clinique objective une hyper-pulsatilité artérielle
C. Au télé thorax il existe une cardiomégalie avec pointe sus diaphragmatique
D. La dissection aortique est une complication redoutable en cas de dilatation aortique
E. Le TAVI est une alternative au remplacement valvulaire chirurgical chez un patient à haut risque
opératoire
Source : Ratt 2020

Rep : BD
2. Parmi les signes suivants, deux sont caractéristiques d'une régurgitation aortique importante. Lesquels ?
A. Pression télé-diastolique du VG a 10 mm Hg
B. Pression artérielle a 150/40mm Hg
C. 2e bruit aboli au foyer aortique
D. Roulement de Flint
E. Fluttering mitral échographique
Source : R1 2020
REP : BD
3. Quelles situations peuvent s'accompagner d'une IAO ?
A. Bicuspidie aortique
B. Rhumatisme articulaire aigu
C. Dissection aortique
D. Maladie annulo-ectasiante
E. Infarctus du myocarde
Source : R3 2020
Rep : ABCD
4. Concernant l'insuffisance aortique, cocher les réponses justes
A. Le souffle holo-diastolique, roulement de flint, et le pistol-shot constituent des éléments en faveur d'une
fuite aortique sévère
B. Le traitement est essentiellement médical
C. Les bêtabloquants sont mal tolérés en cas d'insuffisance aortique sévères parce qu’ils allongent la diastole
D. L'antibioprophylaxie est recommandée en cas d'insuffisance aortique sévère pour prévenir l'endocardite
Infectieuse
E. Le mécanisme adaptatif au décours d'une insuffisance aortique aigue est la dilatation /hypertrophie du VG
Source : R4 2020

26
Rep : AC
5. Quels sont les signes cliniques de sévérité d'une insuffisance aortique ?
A. Pincement de la tension artérielle différentielle
B. Roulement mitral diastolique
C. Caractère proto-diastolique du souffle
D. Hyperpulsatilité artérielle
E. Abolition du B1
Source : R1 + Ratt 2019
REP : BD
6. Quelle est la donnée hémodynamique qui permet d'apprécier l'importance d'une insuffisance aortique ?
A. Elévation de la pression auriculaire droite
B. Baisse de la pression diastolique aortique
C. Baisse de la pression systolique de l'artère pulmonaire
D. Egalisation des pressions systolique gauches et droites
E. Inégalité des pressions systoliques entre membres inférieurs et membres supérieurs
Source : R2 2019
REP : B
7. Les signes auscultatoires d'un souffle d'IAO
A. Souffle proto-méso-diastolique triangulaire
B. Allant en crescendo
C. Timbre doux humé aspiratif
D. Rude râpeux prédominant au foyer aortique.
Source : R1 2018
REP : AC
8. Les signes d’une insuffisance aortique importante :
A. Claquement méso-systolique signe de pistol shot
B. Roulement diastolique de FLINT foyer mitral (RM fonctionnel)
C. Elargissement de la PA différentielle
D. Hyperpulsatilité artérielle signe de MUSSET
Source : R1 2018
REP : ABCD
9. A propos des étiologies de l'insuffisance aortique IAO :
A. IAO dystrophique dont la maladie annullo-ectasiante de l'aorte est la plus fréquente.
B. IAO rhumatismale dont l'aspect est une maladie aortique plus qu'une IAO pure, associée souvent à une
atteinte mitrale qu’il faut rechercher.
C. IAO par endocardite infectieuse la plus fréquente des IA aigues
D. IAO congénitale dont la bicuspidie est la malformation plus fréquente
E. IAO au cours de la dissection aortique quand elle touche l'aorte ascendante
Source : R2 2018
REP : ABCDE
10. Les signes d'une insuffisance Aortique importante sont :
A. Claquement méso-systolique (pistol shot)
B. Roulement diastolique de Flint au foyer mitral (RM fonctionnel)
C. Pincement de la pression artérielle différentielle
D. Hyperpulsatilité artérielle (signe de MUSSET)
Source : Ratt 2018
REP : ABD
11. Dans l'insuffisance aortique chronique :
A. A L'étiologie rhumatismale est la cause principale dans notre pays
B. Le VG se dilate progressivement
C. La symptomatologie clinique est latente
27
D. A l'ECG, il y a des signes d'hypertrophie VG systolique
E. Le traitement chirurgical est indiqué en urgence
Source : R1 2016
REP : ABC
12. Dans l'insuffisance aortique aigue :
A. Le VG s'adapte progressivement
B. Les cavités cardiaques sont dilatées
C. La symptomatologie clinique est latente
D. Il existe une cardiomégalie au thorax
E. La sanction chirurgicale est souvent urgente.
Source : R2 2016
REP : E
13. Concernant l’insuffisance aortique aigue :
A. Le rhumatisme articulaire est l'étiologie principale dans notre pays
B. Les cavités cardiaques sont souvent non dilatées
C. Les pressions télé diastoliques du VG sont peu élevées
D. La symptomatologie clinique est sévère
E. Le traitement est souvent médical
Source : R3 2016
REP : BD
14. Une insuffisance aortique chronique compensée est caractérisée par :
A. Une symptomatologie clinique latente
B. Des cavités cardiaques droites dilatées
C. Des pressions télé diastoliques ventriculaires gauches élevées
D. La nécessité d'un traitement chirurgical urgent.
Source : Ratt 2016
REP : A
15. Concernant l’insuffisance aortique aigue, cocher les réponses justes :
A. Se voit dans les suites d'une dissection aortique de type A
B. Le VG s'adapte progressivement.
C. Les cavités cardiaques ne sont pas dilatées
D. La symptomatologie clinique est latente
E. Le traitement est indiqué le plus souvent en urgence
Source : R1 2015
REP : ACE
16. Concernant le mécanisme du choc cardiogénique sur dissection de l'aorte, cocher la ou les réponse (s)
juste (s) ?
A. Fuite mitrale aigue
B. Hémopéricarde
C. Fuite aortique aigue
D. Infarctus aigu du myocarde
Source : R1 2015
REP : BCD
17. A propos de l’insuffisance aortique aigue de la dissection de l’aorte :
A. Le ventricule gauche augmente progressivement de volume
B. Les cavités cardiaques sont non dilatées
C. La symptomatologie clinique est latente
D. Le traitement est urgent et chirurgical.
E. Une insuffisance coronaire peut s'y associer.
Source : R2 2015
REP : BDE
18. Au cours d'une insuffisance aortique post endocarditique, les lésions suivantes sont retrouvées, la ou les
réponse(s) juste(s) :
A. Végétation
28
B. Mutilation
C. Perforation
D. Rétraction et fusion
E. Abcès de l'anneau aortique
Source : R3 2015
REP : ABCE
19. L'insuffisance aortique aigue, cocher les réponses fausses :
A. Se voit au cours d'une dissection aortique
B. Le ventricule gauche augmente progressivement de taille
C. La symptomatologie est latente
D. Le traitement en urgence est la règle le plus souvent
Source : R3 2015
REP : BC
20. Parmi les étiologies suivantes, lesquelles sont habituellement responsables d'une insuffisance aortique
cocher la réponse fausse :
A. Dissection de l’aorte ascendante
B. Bicuspidie aortique
C. Maladie de Monckeberg
D. Maladie annulo éctasiante de l'aorte
E. Rhumatisme articulaire aigue
Source : R4 2015
REP : C

11. RM
1. La triade de Duroziez dans le rétrécissement mitral inclut :
A. Le souffle systolique
B. Le roulement diastolique
C. L'éclat de B2 au foyer pulmonaire
D. L'éclat de B1 au foyer mitral
E. Le claquement d'ouverture mitral
Source : Ratt 2020
Rep : BDE

2. Le retentissement hémodynamique du rétrécissement mitral touche plusieurs organes, lesquels ?


A. Circulation pulmonaire
B. Les cavités droites.
C. L'oreillette gauche
D. Le ventricule gauche
E. L'aorte ascendante
Source : R2+ratt 2019
REP : ABC
3. Quels signes traduisent un rétrécissement mitral serré :
A. Œdème aigu du poumon (OAP)
B. Syncope d’effort
C. Angor d’effort
D. Embolie artérielle
E. Dyspnée d’effort
Source : R4 2019
Rep : AE/ADE/AD
4. Les symptômes de l'œdème aigu pulmonaire sont
A. La dyspnée avec bradypnée expiratoire
B. L'orthopnée
C. Le grésillement laryngé

29
D. La toux
E. L'expectoration mousseuse rosée saumonée
Source : R4 2019
REP : BCDE
5. Le rétrécissement mitral entraine un retentissement hémodynamique qui touche plusieurs organes
A. Poumon (Circulation pulmonaire)
B. Ventricule gauche
C. Oreillette gauche
D. Ventricule droit
Source : R1 + Ratt 2018
REP : ACD
6. Le poumon mitral associe les caractéristiques suivantes
A. Une congestion pulmonaire
B. Des lignes de KERLEY
C. Des artères pulmonaires dilatées
D. Redistribution de la vascularisation vers les sommets
E. Une fibrose interstitielle pulmonaire.
Source : R2 2018
REP : ABCD
7. Quels sont les éléments de l'auscultation d'un rétrécissement mitral (RM) pur et serré en fibrillation
auriculaire :
A. Claquement d'ouverture de la mitrale
B. Éclat du B1
C. Roulement diastolique avec renforcement pré-systolique
D. Souffle systolique au foyer mitral
Source : R4 + Ratt 2018
REP : AB
8. Les symptômes de l'œdème aigu du poumon sont :
A. Une dyspnée avec bradypnée expiratoire
B. Une orthopnée
C. Un grésillement laryngé
D. Une toux
E. Expectoration mousseuse rosée saumonée
Source : R1 2017
REP : BCDE
9. Quel(s) accident(s) se rencontre(nt) au cours de l'évolution d'un rétrécissement mitral ?
A. Œdème aigu du poumon
B. Ischémie aigue de membre
C. Accident vasculaire cérébral
D. Insuffisance ventriculaire gauche
E. Fibrillation auriculaire
Source : R1 2017
REP : ABCE
10. Quelles peuvent être les complications du rétrécissement mitral ?
A. Crises d'œdème aigu du poumon
B. Ischémie aigue des membres
C. Thrombose de l’oreillette gauche
D. Insuffisance ventriculaire gauche
E. Accès de tachycardie ventriculaire
Source : R3 2017
REP : ABC
11. Le rétrécissement mitral peut se compliquer :
A. De poussées d'insuffisance ventriculaire gauche
B. De crises d'OAP
30
C. D’accidents emboliques artériels
D. De fibrillation auriculaire
Source : Ratt 2017
REP : BCD
12. Parmi les éléments suivants quel est celui qui disparait lors de l'apparition d'une fibrillation auriculaire au
cours de l'auscultation du rétrécissement mitral :
A. Eclat de B1
B. Renforcement pré systolique du roulement
C. Frémissement cataire diastolique
D. Claquement d'ouverture de la mitrale
E. Roulement diastolique
Source : R1 2016
REP : B
13. Le rétrécissement mitral (RM) peut donner les complications suivantes :
A. Œdème aigu du poumon (OAP)
B. Fibrillation auriculaire
C. Thrombus de l'oreillette gauche
D. Embolie artérielle périphérique
E. Insuffisance ventriculaire gauche
Source : R2 2016
REP : ABCD
14. Au cours du rétrécissement mitral, la saillie de l'arc moyen gauche à la radio du thorax de face est due à :
A. Une dilatation du tronc de l'artère pulmonaire
B. Une dilatation de la crosse de l'aorte
C. Une réduction du volume ventriculaire avec abaissement de la pointe
D. Une stase veineuse au niveau du hile gauche
E. Une dilatation de l'auricule gauche
Source : R3 2016
REP : AE
15. Quel est l’élément sémiologique qui permet d'affirmer l’origine cardiaque d'une hépatomégalie
A. Œdème des membres inférieurs
B. Ascite
C. Reflux hépato jugulaire
D. Caractère douloureux
E. Circulation collatérale
Source : R4 2016
REP : C
16. Les éléments suivants sont caractéristiques de la maladie de Barlow :
A. Sa fréquence est plus importante chez la femme
B. Fuite mitrale souvent volumineuse
C. Dégénérescence myxoide du tissu valvulaire
D. Douleurs pseudo angineuses avec palpitations
E. Click méso-systolique et souffle télé-systolique
Source : R4 2016
REP : ACDE
17. La radiographie thoracique au cours d'un rétrécissement mitral serré montre les modifications suivantes :
A. Cardiomégalie avec pointe sous diaphragmatique
B. Image en double contour de l'arc inférieur droit
C. Image en double bosse de l'arc moyen gauche
D. Surcharge des hiles pulmonaires
E. Dilatation de l'are supérieur droit

31
Source : R4 2016
REP : BCD
18. Le rétrécissement mitral peut entrainer :
A. Une dysfonction ventriculaire gauche
B. Un Œdème aigu du poumon
C. Un accident vasculaire cérébral ischémique
D. Une fibrillation atriale
E. Une ischémie aigue d'un membre supérieur
Source : Ratt 2016
REP : BCDE
19. Au cours du rétrécissement mitral la saille et l'allongement de l’arc moyen gauche à la radio thorax face
sont dus à :
A. Dilatation du Tronc de l'artère pulmonaire
B. Dilatation de la crosse aortique
C. Réduction du volume ventriculaire aves abaissement de la pointe.
D. Stase veineuse au niveau du hile gauche.
E. E Dilatation de l'auricule gauche.
Source : R3 2015
REP : AE

12. Rao
1. Concernant le rétrécissement aortique (RAO), cochez-la ou les réponses justes :
A. Est toujours acquis
B. Est serré quand la surface valvulaire est inférieure à 0,5 cm2/m2 de Surface corporelle
C. Il Constitue une surcharge de pression diastolique pour le VG
D. Le RAO peu serré peut être symptomatique
E. Le traitement interventionnel TAVI (Trans cathéter aortique valve implantation) est le traitement de
référence du RAO serré
Source : Ratt 2020
Rep : B

2. Lequel des signes cliniques suivants n'est pos évocateur de sévérité d'un rétrécissement aortique ?
A. Dyspnée d'effort
B. Angor d'effort
C. Souffle systolique intense au foyer aortique
D. Eclat de B1
E. Abolition de B2
Source : R1 2020
REP : D
3. En cas de rétrécissement aortique quels sont les risques encourus ?
A. Une mort subite
B. Une dysfonction sinusale
C. Une hypertension artérielle pulmonaire post capillaire
D. Des syncopes
E. Une Insuffisance cardiaque gauche
Source : R2 2020
REP : ACDE
4. Concernant le RAO, cocher les réponses justes :
A. Angor, syncopes et dyspnée d'effort sont les trois maitres symptômes du RAO serré
B. Souffle systolique losangique rude râpeux
C. Elargissement de la pression artérielle différentielle
D. L'ECG montre une HVG diastolique

32
E. Le TAVI est une alternative à la chirurgie de remplacement valvulaire chez un patient à haut risque
opératoire
Source : R3 2020
Rep : ABE
5. Pour le rétrécissement aortique (RAO), cocher la réponse juste :
A. Il est toujours acquis
B. Il est considéré comme serré quand la surface de la valve est Inférieure à 1cm2/m2 de surface corporelle
C. Il constitue une surcharge de pression purement systolique pour le VG
D. Le rétrécissement aortique peu serré peut être symptomatique.
E. Le traitement interventionnel TAVI (Transcatheter Aortic Valve Implantation) est le traitement de référence
du RAO serré
Source : R4 2020
Rep : C
6. Citer les caractéristiques stéthocoustiques du souffle de rétrécissement aortique ?
A. Souffle diastolique
B. Timbre râpeux
C. Irradiation aux carotides
D. Irradiation dans l'aisselle
E. Abolition du B1
Source : R1 2019
REP : BC
7. Lequel des signes cliniques auscultatoires suivants au foyer aortique signifie un RAO serré :
A. Diminution ou Abolition du B2
B. Eclat de B1
C. Un souffle systolique intense supérieur à 4/6
D. Un souffle holo-systolique
E. Diminution ou abolition de B1
Source : R3 2019
REP : A
8. Lequel des signes cliniques auscultatoires suivants au foyer aortique signifie un RAO serré :
A. Diminution ou Abolition du B2
B. Eclat de B1
C. Un souffle systolique intense supérieur à 4/6
D. Un souffle holosystolique
E. Diminution ou abolition de B1
Source : Ratt 2019
REP : A
9. A propos du rétrécissement aortique (RAO) :
A. Le diagnostic est clinique basé sur l'auscultation et confirmé par l'échocardiographie
B. La succession angor-syncope est assez évocatrice
C. Le RAO est révélé par un souffle systolique éjectionnel au foyer Aortique à l’auscultation.
D. L’électrocardiogramme objective souvent des signes électriques de surcharge ventriculaire gauche de
type diastolique
Source : R2 2018
REP : ABC
10. A propos du souffle de rétrécissement aortique :
A. Il est systolique ejectionnel maximale en mésosystole.
B. Il irradie vers les vaisseaux du cou, se renforce après les diastoles longues.
C. Il est rude râpeux prédominant au foyer aortique.
D. Il est doux aspiratif prédominant au foyer aortique.
Source : R3 2018
REP : ABC
33
11. Un rétrécissement aortique est qualifié de serré sur les critères écho cardiographiques suivants sauf un,
lequel ?
A. Gradient maximal Trans valvulaire > 65 mm Hg
B. Vitesse maximale Trans valvulaire > 45 m/sec
C. Gradient moyen Trans valvulaire < 45 mm Hg
D. Surface aortique <0,5 cm2/ m2
E. Gradient moyen Trans valvulaire > 45 mm
Source : R1 2017
REP : C
12. Le rétrécissement aortique est caractérisé par les signes cliniques suivants ; cochez les réponses justes :
A. Un souffle systolique éjectionnel au foyer aortique
B. Une déviation du choc de pointe
C. Un pincement de la différentielle
D. Un élargissement de la différentielle
E. Une hyperpulsatilité des pouls périphériques
Source : R3 2017
REP :ABC
13. Les étiologies du rétrécissement aortique sont dominées par :
A. La maladie rhumatismale
B. La bicuspidie
C. La maladie dégénérative
D. La polyarthrite rhumatoïde
Source : R1 2016
REP : ABC
14. Une obstruction critique de l'orifice aortique chez l'adulte correspond à une surface entre :
A. 0,75 à 1 cm2 par m2 de surface corporelle
B. 1,5 à 2 cm2 par m2 surface corporelle
C. 1 à 1,5 cm2 par m2 de surface corporelle
D. 2 à 2,5 cm2 par m2 de surface corporelle
Source : R2 2016
REP : A
15. Les signes fonctionnels du rétrécissement aortique (RAO) serré sont :
A. Dyspnée
B. Syncope
C. Palpitations
D. Angine de poitrine
Source : R3 2016
REP : ABD
16. Les complications du rétrécissement aortique serré sont :
A. L'endocardite
B. Les troubles de la conduction
C. Les embolies calcaires systémiques
D. La rupture du ventricule gauche
Source : R4 2016
REP : ABC
17. Les signes fonctionnels habituels du rétrécissement aortique serré sont :
A. Un angor d'effort
B. Une syncope à l'effort
C. Une dyspnée d'effort
D. Une hémoptysie
Source : Ratt 2016
REP : ABC
18. Parmi ces affections laquelle n'est pas une étiologie de rétrécissement aortique (RAO) ?
34
A. Maladie de Monckeberg
B. Bicuspidie aortique
C. Maladie de Marfan
D. Rhumatisme articulaire aigu
E. Insuffisance rénale chronique
Source : R1 2015
REP : C
19. Parmi les étiologies du rétrécissement aortique, laquelle ou les quelles sont fausses :
A. Maladie de MONCKEBERG
B. Bicuspide aortique
C. Maladie annuloectasiante
D. Rhumatisme articulaire aigu
E. Insuffisance rénale chronique
Source : R3 2015
REP : C
20. Un rétrécissement aortique serré est défini par une surface aortique cocher la réponse juste
A. < 4 cm2
B. < 3 cm2
C. 1,5-2 cm2
D. 0,75-1,5 cm2
E. < 0,75 cm2
Source : R4 2015
REP : E

13. Embolie pulmonaire


1. Une patiente âgée de 78 ans alitée depuis 15 jours suite à une chute se présente aux urgences pour
tuméfaction du mollet gauche avec dyspnée et douleur thoracique Quelle pathologie suspectez-vous
en priorité
A. Endocardite infectieuse
B. Décompensation cardiaque droite
C. Embolie pulmonaire
D. STEMI
E. NSTEMI
Source : Ratt 2020
Rep : C
2. Quels sont les signes qu'on peut trouver dans cette affection ?
A. Hémoptysie
B. Tachycardie
C. Fièvre
D. Syncope
E. Crise d'œdème aigu du poumon
Source : Ratt 2020
Rep : ABCD

3. On évoque le diagnostic d'embolie pulmonaire devant :


A. Toute aggravation de la dyspnée chez un patient insuffisant cardiaque
B. Toute aggravation de la dyspnée chez un patient insuffisant respiratoire
C. En cas de tachycardie, d'essoufflement, d'angoisse, de fièvre inexpliquée ou d'anomalie radiologique
pulmonaire chez un patient en postopératoire
D. Tout malaise ou tachycardie anormale du post-partum
E. En cas de survenue inexpliquée de bloc de branche gauche
Source : R2 2020
REP : ABCD
4. Lesquels des signes radiologiques suivants sont possibles en cas d'embolie pulmonaire :
35
A. La radiographie du thorax peut être normale
B. Ascension d'une hémi-coupole diaphragmatique
C. Atélectasie en bande
D. Epanchement pleural
E. Accentuation de l'arc inférieur gauche
Source : R1 2019
REP : ABCD
5. Tous ces signes peuvent faire partie du cortège clinique de l'embolie pulmonaire grave sauf un, lequel ?
A. Dyspnée à type de polypnée
B. Turgescence spontanée des jugulaires
C. Douleur thoracique a type de point de côté
D. Douleur thoracique parfois pseudo-constrictive
E. Râles crépitants aux 2 champs pulmonaires
Source : R2 + Ratt 2019
REP : E
6. Une jeune femme atteinte d'un rétrécissement mitral en arythmie complète par fibrillation auriculaire
(AC/FA) ressent une douleur brutale du mollet droit avec impotence du membre. Quel diagnostic évoquer
?
A. Embolie artérielle
B. Artériopathie oblitérante du membre inférieur
C. Thrombophlébite
D. Crise de goutte
E. Thrombose artérielle
Source : Ratt 2019
REP : A
7. Quel peuvent être les signes ECG de l'embolie pulmonaire ?
A. Un ECG normal
B. Un aspect S1 Q3
C. Une déviation axiale gauche
D. Des ondes T négatives en V5 V6 D1 AVL
E. Un bloc de branche droit (BBD)
Source : Ratt 2019 + R3 2017
REP : ABE
8. Les éléments suivants font partie des critères d'évaluation du pronostic dans l'embolie pulmonaire :
A. Douleur atroce
B. Élévation des troponines
C. Signes de cœur pulmonaire aigu à l'échocardiographie
D. Score de WELLS très élève
E. Etat de choc
Source : R1 2018
REP : BCE
9. Les anomalies électro cardiographiques suivantes font partie du tableau du cœur pulmonaire aigu de
l'embolie pulmonaire :
A. S1Q3.
B. Bloc de branche gauche incomplet
C. Axe QRS à - 60".
D. Bloc de branche droit complet.
E. Axe QRS à + 130"
Source : R2 2018
REP : ADE
10. Le ou les éléments suivants sont des critères spécifiques du haut risque d'embolie pulmonaire.

36
A. Score PESI > 1.
B. Élévation des troponines.
C. Signes de cœur pulmonaire aigu à l'échocardiographie.
D. Score de wells très élevé
E. État de choc.
Source : R3 2018
REP : E
11. Les signes suivants sont des facteurs pronostiques dans l'embolie pulmonaire :
A. Score PESI a 2
B. Score de Wells à 5
C. Etat de choc
D. Troponines positifs
Source : R4 2018
REP : ACD
12. Les anomalies électro cardiographiques suivantes font partie du tableau du cœur pulmonaire aigu de
l'embolie pulmonaire :
A. S1Q3.
B. Bloc de branche gauche incomplet.
C. Axe QRS à -60°.
D. Bloc de branche droit complet.
E. Axe QRS à + 130.
Source : Ratt 2018
REP : ADE
13. Concernant l'échocardiographie dans l'embolie pulmonaire (EP), cocher les réponses justes :
A. Elle peut être normale
B. Elle élimine le diagnostic d'EP si elle est normale
C. Une dilatation du ventricule gauche évoque le diagnostic
D. Peut montrer un thrombus dans l'artère pulmonaire
E. Une échocardiographie normale est un bon argument contre une EP sévère
Source : R2 2017
REP : ADE
14. L'ECG au cours de l'embolie pulmonaire peut enregistrer, cocher ta réponse fausse :
A. Un aspect de BBD
B. Un aspect S1Q3
C. Un aspect Q1S3
D. Un tracé normal
Source : Ratt 2017
REP : C
15. Les signes radiologiques (radiographie du thorax) suivants peuvent faire partie du tableau d'embolie
pulmonaire :
A. Hyperclarté localisée du parenchyme
B. Ascension de la coupole diaphragmatique
C. Atélectasie en bande
D. Œdème pulmonaire en ailes de papillon
E. Radiographie normale
Source : R1 2016
REP : ABCE
16. Les signes ECG suivants sont évocateurs d'une embolie pulmonaire :
A. Déviation axiale gauche
B. Déviation axiale droite
C. Aspect S1Q3
D. Bloc de branche droite incomplet
E. Bloc de branche gauche
37
Source : R2 2016

REP : BCD
17. L’échocardiographie trans-thoracique dans l'embolie pulmonaire :
A. Peut-être normale
B. Elimine le diagnostic lorsqu'elle est normal
C. C Une dilatation du ventricule gauche est évocatrice du diagnostic
D. Peut montrer un thrombus dans l'artère pulmonaire
E. Sa normalité est un bon argument contre une embolie pulmonaire sévère
Source : R3 2016
REP : ADE
18. Le traitement de l'embolie pulmonaire avec état de choc est :
A. Fibrinolyse puis anti coagulation au long cours
B. Fibrinolyse puis antiagrégants au long cours
C. Anticoagulants seuls au long cours
D. Antiagrégants seuls au long cours
E. Association d'anticoagulants et d'antiagrégants au long cours
Source : R4 2016
REP : A

14. BAV
1. Les troubles de conduction dits de bout degré dont le siège est infra nodal englobent quels types de BAV :
A. BAV du premier degré
B. BAV du deuxième degré de type Mobitz 1
C. BAV du deuxième degré de type Mobitz 2
D. BAV du deuxième degré 2/1
E. BAV du troisième degré ou complet
Source : R2 2019
REP : CDE/CE
2. Concernant les caractéristiques électro- physiologiques des voies de conduction, cocher les réponses
justes :
A. Le nœud sino atrial est un véritable pace maker physiologique doté d'innervation automatique avec
fréquence intrinsèque de 60 à 100 bt/mn.
B. Le nœud atrio ventriculaire est un filtre rythmique avec fréquence intrinsèque d'échappement de 40 à
60 bt/mn.
C. Les cellules ventriculaires sont dotées d'une fréquence intrinsèque d'échappement très lente de 20 à
40 bt/mn. et avec des QRS qui sont fins à l'ECG.
D. Les troubles métaboliques peuvent donner des troubles de conduction réversibles.
Source : R2 2019
REP : ABD
3. Quelles sont les étiologies des BAV réversibles ?
A. Maladie de Lyme
B. Les troubles métaboliques (hypothyroïdie et hyperkaliémie)
C. Etiologie dégénérative (syndrome de Lev et Lenègre)
D. Les prises médicamenteuses (B bloquants, anti-arythmiques, inhibiteurs calciques bradycardisants et
neuroleptiques)
E. Post opératoire lors des chirurgies des cardiopathies congénitales
Source : R3 2019
REP : ABD/BD
4. Un BAV de siège infra nodal peut s'exprimer à l'ECG par, cocher les réponses justes ?
38
A. BAV du premier degré
B. BAV du deuxième degré Mobitz 1 ou bien périodes de Lucianni Wenckebach
C. BAV du deuxième degré Mobitz 2 ou bien blocage complet intermittent
D. BAV du troisième degré ou bien complet permanent avec dissociation complète auriculo-ventriculaire
Source : R3 2019
REP : CD
5. A l'ECG l’allongement progressif de l'intervalle PR suivi de blocage de P correspond à :
A. Un BAV 1èr degré intermittent
B. Un BAV 3eme degré intermittent
C. Un BAV 2ème degré Mobitz 1
D. Un BAV 2ème degré Mobitz 2
Source : R1 2018
REP : C
6. Quelles peuvent être les étiologies des bloc auriculo-ventriculaire (BAV) aigus :
A. Un surdosage en médicaments anti-arythmiques.
B. Un rétrécissement aortique calcifié.
C. Une endocardite infectieuse aortique.
D. Un infarctus du myocarde.
E. Une hypokaliémie.
Source : R2 2018
REP : ACD
7. Concernant le traitement du BAV la stimulation cardiaque permet de
A. Rétablir une conduction auriculo ventriculaire normale.
B. Accéléré le foyer d'échappement.
C. Stimuler le cœur à une fréquence plus rapide que le foyer d'échappement.
D. Stimuler le nœud auriculo ventriculaire
Source : R2 2018
REP : C
8. Quelles situations peuvent se compliquer de bloc auriculo-ventriculaire ?
A. Infarctus du myocarde
B. Diurétique hyperkaliémiant
C. Un surdosage en bêtabloquants.
D. Une endocardite aortique
E. Une endocardite mitrale
Source : R3 2018
REP : ACD
9. A l'ECG l'allongement progressif de l'intervalle PR suivi de blocage de P correspond à :
A. Un BAV 1ére degré intermittent
B. Un BAV 3ème degré intermittent
C. Un BAV 2ème degré type Mobitz 1
D. Un BAV 2ème degré type Mobitz 2
Source : Ratt 2018
REP : C
10. Quelles situations peuvent se compliquer de bloc auriculo-ventriculaire ?
A. Infarctus du myocarde.
B. Diurétique hypokaliémiant.
C. Un surdosage en bêtabloquants.
D. Une endocardite aortique.
E. Une endocardite mitrale.
Source : Ratt 2018
REP : ACD

39
11. Parmi les étiologies suivantes lesquelles peuvent être à l'origine de bloc auriculo- ventriculaire (BAV) aigu
?
A. Les causes congénitales
B. L'endocardite aortique
C. L'infarctus du myocardique
D. Les causes dégénératives
E. Le rétrécissement aortique calcifié
Source : R3 2017
REP : BC
12. L'ECG d'un patient traité pour IDM inférieur enregistre un aspect de PR variable avec allongement
progressif de PR, puis une onde P non suivie de QRS, suivie d'ondes P conduites avec allongement
progressif de PR et reprise du même aspect sus décrit de façon répétitive. Il s'agit :
A. D’un bloc auriculo ventriculaire (BAV) du 3eme degré intermittent
B. D’un BAV du 1er degré intermittent
C. D’un BAV du 2eme degré de type Mobitz 1
D. D’un BAV du 2eme degré de type Mobitz 2
Source : R4 2017
REP : C
13. Concernant les signes d'insuffisance circulatoire cérébrale chronique sur bloc auriculo ventriculaire
(BAV), cocher les affirmations justes :
A. Ils s'observent surtout sur les BAV du sujet jeune
B. Ils se manifestent par des syncopes
C. Ils se manifestent par de la sénilité
D. Ils peuvent être réversibles après stimulation cardiaque
Source : Ratt 2017
REP : CD
14. Quelles peuvent être les manifestations cliniques du bloc auriculo ventriculaire (BAV) complet permanent
?
A. Un pouls lent intermittent
B. Une hypertension artérielle systolo diastolique
C. Une dissociation jugulo-radiale
D. Des épisodes de syncopes
E. Une insuffisance cardiaque
Source : Ratt 2017
REP : CDE
15. Un patient se présente pour des malaises lipothymiques, son tracé ECG révèle des onde P parfois
bloquées (2 ondes P successives bloqués) suivies d'ondes P conduites avec un PR fixe à 0,22 sec, quel est
le type du trouble conductif ?
A. Un BAV 1er degré
B. Des périodes de Luciani Wenkebakh
C. Un BAV 2ème degré type Mobitz 2
D. Un BAV 3ème degré
Source : R1 2016
REP : C
16. Le bloc auriculo ventriculaire (BAV) au cours d'un IDM inférieur (cocher la réponse juste) :
A. Est dû à une nécrose des voies de conduction
B. Evolue généralement vers la guérison
C. S'installe brutalement
D. Nécessite l'implantation d'un pace maker définitif
Source : R2 2016
REP : B
17. L'ECG d'un patient admis pour Infarctus Inférieur, révèle un PR qui s'allonge progressivement avec blocage
d'une onde P, puis reprise d'un rythme sinusal avec allongement progressif de l'intervalle PR. Quel est
votre diagnostic ?
A. BAV du 1er degré avec PR variable
40
B. BAV du 2eme degré de type Lucciani Wenckebach
C. BAV du 2eme degré type Mobitz 2
D. BAV du 3eme degré
Source : R3 2016
REP : B
18. L'insuffisance circulatoire cérébrale chronique au cours du BAV :
A. Se manifeste par des syncopes
B. Se manifeste par des troubles neuro cognitifs et de la sénilité
C. S'observe surtout chez les patients jeunes
D. Peut régresser après stimulation cardiaque
Source : R4 2016
REP : BD
19. Un bloc atrio-ventriculaire peut s'exprimer cliniquement par :
A. Des syncopes
B. Des pertes de connaissance prolongées de plus de 20 minutes précédées de prodromes
C. Une insuffisance cardiaque
D. Une mort subite
E. Des lipothymies
Source : Ratt 2016
REP : ACDE
20. Les étiologies médicamenteuses d'un bloc auriculo-ventriculaire aigu (BAV) peuvent être les suivantes
sauf une, laquelle :
A. Un traitement par béta bloqueur
B. Un traitement par anti arythmiques
C. Un traitement entrainant une hypokaliémie
D. Un traitement entrainant une hyperkaliémie
Source : R1 2015
REP : C
21. Quelles étiologies du bloc auriculo ventriculaire (BAV) aigu peuvent évoluer vers un BAV chronique ?
A. BAV sur infarctus du myocarde antérieur.
B. BAV de cause médicamenteuse.
C. BAV post opératoire.
D. BAV sur poussée de RAA.
Source : R2 2015
REP : AC
22. Le tracé ECG d'un patient enregistre un intervalle PR qui s'allonge progressivement suivi d'une onde P
bloquée (non suivie de QRS) puis reprise de la même séquence sus décrite, quel est votre diagnostic ?
A. Un BAV du 2ème degré Mobltz 2
B. Un BAV du 1er degré intermittent
C. Une période de Luciani Wenkebach (Moritz 1)
D. Un BAV du 3ème degré intermittent (Bloc auriculo-ventriculaire)
Source : R3 2015
REP : C

15. HTA
1. Quelles sont les mesures qui correspondent à une HTA ?
A. PAS= 150 mm Hg et PAD- 95 mm Hg au cabinet médical
B. PAS= 130 mm Hg et PAD 80 mm Hg à l'automesure
C. PAS 138 mm Hg et PAD 85 mm Hg a l'automesure
D. PAS 132 mm Hg et PAD 82 mm Hg comme moyenne des 24 heures à la MAPA
E. LE PAS 125 mm Hg et PAD=75 mm Hg comme moyenne nocturne à la MAPA
Source : R1 2020

41
REP : ACDE
2. Une mesure ambulatoire de la pression artérielle (MAPA) chez un patient retrouve une moyenne des 24
heures à 135 mm hg pour la PAS et 85 mm hg pour la PAD ; il s'agit :
A. D'une PA optimale
B. D'une PA normale
C. D'une PA normale haute
D. D'une HTA
E. MAPA non concluante
Source : R1 2019
REP : D
3. Concernant l'HTA masquée :
A. C'est une PA élevée au cabinet médical et normale en dehors du cabinet
B. PA normale au cabinet médical et élevée en dehors du cabinet
C. Concerne le plus souvent des sujets jeunes
D. Ne doit pas être traitée
E. Le risque cardiovasculaire et le même qu'en cas d’HTA permanente
Source : R1 2019
REP : BE
4. L'HTA blouse blanche est : (réponses justes)
A. Une PA élevée au cabinet médical et normale en dehors
B. Une PA normale au cabinet médical et élevée en dehors
C. Concerne le plus souvent des sujets âgés diabétiques
D. Comporte un risque élevé d'évolution vers une HTA permanente.
E. Les sujets qui en sont atteints sont à haut risque cardiovasculaire
Source : R2 2019
REP : AD
5. Quel est le risque cardiovasculaire (risque SCORE) d'un patient diabétique type 2 avec HTA grade 3 et
fonction rénale normale ?
A. Risque faible.
B. Risque modéré.
C. Haut risque.
D. Très haut risque.
E. Risque non identifiable
Source : R2 2019
REP : D
6. Le profil dipper d'une HTA est :
A. Diminution physiologique de la PA nocturne par rapport aux chiffres diurnes
B. Augmentation pathologique de la PA nocturne par rapport aux chiffres diurnes
C. Non variation des chiffres de la PA au cours des 24 heures
D. Augmentation des chiffres de la PA au cabinet médical par rapport à la mesure à domicile
E. Augmentation des chiffres de la PA à domicile par rapport à la mesure au cabinet médical
Source : R3 2019
REP : A
7. La PAD cible d'un patient âgé de 70 ans hypertendu et diabétique type 2 aux antécédents d'IDM antérieur
étendu est :
A. PAD entre 80 et 90 mm hg
B. PAD entre 70 et 80 mm hg
C. PAD < 70 mm hg.
D. PAD entre 60 et 90 mm hg.
E. PAD > 80 mm hg
Source : R3 2019

42
REP : B
8. La prise en charge d'une HTA grade 2 fait appel :
A. Des mesures hygiéno-diététiques (MHD)
B. A un traitement médical d'emblée chez tous les patients
C. A un traitement médical après 3 mois chez les patients non équilibrés par les MHD
D. A un traitement médical d'emblée uniquement en cas de risque très élevé ou élevé
E. Nécessité d'une atteinte de la cible tensionnelle après 3 mois de prise en charge
Source : Ratt 2019
REP : ABE
9. Selon la table SCORE, quel est le risque cardio vasculaire d'un patient âgé de 70 ans, hypertendu de grade
1 depuis 5 ans et aux antécédents d'infarctus du myocarde, avec fonction rénale normale ?
A. Risque faible
B. Risque modéré
C. Risque élevé
D. Risque très élever
E. Risque modéré à élevé
Source : Ratt 2019
REP : D
10. Quel est votre diagnostic face à ces chiffres de TA en mmHg selon l'ESC En consultation = 143/93 -- Auto
mesure = 138/87 MAPA de jour 136 /86 -MAPA de nuit = 122/72
A. TA normale haute
B. HTA blouse blanche
C. HTA systolo diastolique de jour et de nuit
D. HTA systolique de jour
E. HTA systolo-diastolique de jour.
Source : R1 2018
REP : C
11. Un patient âgé de 58 ans, présente une TA 190 /92mmHg A quelle catégorie de TA appartient ce patient
selon l'ESC 2013
A. HTA grade I
B. HTA grade II
C. HTA grade III
D. HTA systolique isolée
E. TA normale haute
Source : R1 2018
REP : C
12. Quel est L’objectif tensionnelle en mm hg selon l'ESC 2013 d'un patient hypertendu diabétique âgé de
48ans :
A. TAS <140 et TAD< 80,
B. TAS <140 et TAD< 85.
C. TAS <135 et TAD< 90.
D. TAS <135 et TAD< 80.
Source : R3 2018
REP : B
13. Quelle est votre conduite à tenir selon l'ESC 2013 face à une TA à 190/100 mm hg en consultation ?
A. Abstention thérapeutique.
B. Mesures hygiéno-diététiques (MHD) seules.
C. MHD + traitement antihypertenseur (TRT AHTA) immédiatement.
D. MHD + TRTAHTA après un mois.
E. TRTAHTA si échec des MHD seules.
Source : R3 2018

43
REP : C
14. Quel est votre diagnostic face à ses chiffres de TA en mmHg selon l'ESC 2013 : En consultation : 146/79.
Moyennes d'auto mesure 128 /82. MAPA : Moyennes de jour : 132/80. Moyennes de nuit 118/66 :
A. HTA systolo-diastolique.
B. HTA systolique de jour.
C. HTA diastolique de nuit
D. HTA blouse blanche.
E. HTA masquée
Source: R3 2018
REP : D
15. Au cabinet médical, les valeurs de normalité de la pression artérielle au repos sont les suivantes :
A. PAS > 140 mm hg
B. PAS = 140 mm hg
C. PAS < 140 mm hg
D. PAD < 90 mm hg
Source: R4 2018
REP : CD
16. Un patient âgé de 58 ans, présente une TA 190/92 mmHg. A Quelle catégorie de TA appartient ce patient
selon l'ESC 2013 :
A. HTA grade I
B. HTA grade II.
C. HTA grade II.
D. TA normale haute
E. HTA systolique isolé
Source: Ratt 2018
REP : C
17. Quel est l'objet tensionnel en mm Hg selon l'ESC 2013 d'un patient hypertendu diabétique âgé de 48ans :
A. TAS < 140 et TAD < 80.
B. TAS < 140 et TAD < 85
C. TAS < 135 et TAD < 90
D. TAS < 135 et TAD < 80.
Source: Ratt 2018
REP : B
18. Quelle est votre conduite à tenir selon l'ESC 2013 face à une TA à 190/100 mm Hg en consultation ?
A. Abstention thérapeutique.
B. Mesures hygiéno-diététiques (MHD) seules.
C. MHD + traitement antihypertenseur (TRT AHTA) immédiatement
D. MHD+ traitement après un mois.
E. TRT AHTA si échec des MHD seules.
Source: Ratt 2018
REP : C
19. Une patiente âgée de 62 ans, obèse, présente une tension artérielle (TA) à 162/95 mm Hg.
A quelle catégorie de TA appartient cette patiente ?
A. Normale haute
B. HTA grade I
C. HTA grade II
D. HTA grade III
E. HTA systolique isolée
Source: R1 2017
REP : C

44
20. Les résultats de la MAPA qui lui a été réalisée sont (en mm Hg) ; Moyenne 24h : TAS= 144 TAD= 78 ;
Diurne (de jour) TAS= 151, TAD = 83 ; Nocturne (de nuit) TAS= 125 TAD= 65 ; Quel est votre diagnostic
?:
A. HTA systolo-diastolique nocturne et diurne
B. HTA nocturne seulement
C. HTA systolique diurne et nocturne
D. HTA blouse blanche
E. HTA masquée
Source: R1 2017
REP : C
21. Une patiente de 62 ans présente les chiffres suivants de tension artérielle (TA) en mmHg ; Mesure en
consultation TAS = 161 TAD = 93 ; Automesure : TAS = 142 TAD = 87 ; MAPA : de jour TAS = 138 TAD =
88 ; de nuit TAS = 124 TAD = 80 ; Quel est votre diagnostic selon l'ESC 2013 ?
A. Tension normale haute
B. HTA blouse blanche
C. HTA systolo diastolique
D. HTA systolique isolée
E. HTA masquée
Source: R2 2017
REP : C
22. Quel est l'objectif tensionnel en mmHg du traitement anti hypertenseur chez un hypertendu âgé
48 ans non diabétique selon l'ESC 2013 ?
A. TAS < 150 et TĄD < 85
B. TAS < 140 et TAD < 90
C. TAS < 135 et TAD < 80
D. TAS < 135 et TAD < 85
E. TAS < 140 et TAD < 85
Source: R2 2017
REP : B
23. Une patiente âgée de 65 ans présente une tension artérielle (TA) à 155/92 mm Hg en consultation.
A quelle catégorie de TA appartient cette patiente ?
A. Normale haute
B. HTA grade I
C. HTA grade II
D. HTA grade II
E. HTA systolique isolée
Source : Ratt 2017
REP : B
24. Une MAPA est réalisée et retrouve les chiffres suivants de TA en mm Hg ; TAS jour= 151 ; TAD jour= 80 ;
TAS nuit= 128 ; TAD nuit= 65 Quel est votre diagnostic selon l'ESC 2013 ?
A. HTA systolique de jour et de nuit
B. HTA systolo-diastolique de jour et de nuit
C. HTA masquée
D. HTA blouse blanche
E. HTA de jour isolé
Source : Ratt 2017
REP : A
25. Une mesure ambulatoire de la PA réalisée chez une patiente de 52 ans objective une moyenne de jour à
139/86 et une moyenne de nuit à 128/69 mmHg. Selon vous la patiente présente :
A. Une HTA blouse blanche
B. Une HTA systolo-diastolique diurne (de jour) et une HTA systolique nocturne
C. Une HTA de jour
D. Une tension normale haute
Source : R1 2016
REP : B

45
26. Une patiente âgée de 48 ans, diabétique présente une TA au cabinet à 190/93mm Hg (à plusieurs
reprises). Quelle serait votre attitude face à cette patiente selon PESC 2013 ? Cocher la ou les réponses
Juste (s) :
A. Confirmation des chiffres de tension artérielle par une mesure hors cabinet médical,
B. Mesures hygiéno-diététiques car le risque est faible.
C. Traitement médicamenteux et mesures hygiéno-diététiques immédiatement.
D. Indication du traitement médicamenteux si atteinte d'organes cibles.
E. Mesures hygiéno-diététiques seules pendant plusieurs semaines.
Source : R3 2016
REP : C
27. A propos des cibles tensionnelle chez l'hypertendu selon l'ESC 2013 :
A. La PAD doit être <90 mmHg chez tout hypertendu
B. La PAS doit être < 140 mmHg chez le diabétique
C. La PAD doit être < 85 mmHg chez le diabétique
D. La PAS doit être < 150 mmHg chez le patient de plus de 80ans
E. La PAD doit être < 80 mmHg chez le patient de plus de 80ans
Source : R3 2016
REP : BCD
28. Parmi ces propositions la ou les quelles peut (peuvent) corresponde à une complication directe de
l’hypertension artérielle :
A. Accident vasculaire cérébral Ischémique
B. Hypertrophie ventriculaire gauche
C. Néphro-angiosclérose
D. Accident vasculaire cérébral hémorragique
E. Dissection de l'aorte
Source : R3 2016
REP : BCDE

16. Troubles de rythme


1. Le phénomène R sur T désigne ; cocher la banne réponse :
A. La présence d'une extrasystole ventriculaire non suivie d'onde T
B. La présence d'une extrasystole supra-ventriculaire chevauchant l’onde T
C. La présence d'une extrasystole ventriculaire chevauchant l'onde T et pouvant entrainer une fibrillation
atriale
D. La présence d'une extrasystole ventriculaire chevauchant l'onde T et pouvant entrainer une tachycardie
ventriculaire
Source : R1 2020
REP : D
2. Concernant le syndrome de Wolff Parkinson White, une proposition est fausse, laquelle ?
A. Associe une pré excitation ventriculaire (un PR court et onde delta) et tachycardie paroxystique
B. C'est une anomalie congénitale
C. Il est lié à la présence d'une voie supplémentaire entre oreillette et ventricule appelée faisceau de Kent
D. N'expose jamais au risque de mort subite
E. Le traitement de choix reste interventionnel
Source : R1 2019
REP : D
3. Quel est le traitement médical de choix du syndrome du QT long congénital ?
A. Béta bloquant
B. Inhibiteur calcique
C. Amiodarone
D. Digoxine
46
E. Flécainide
Source : R2 2019
REP : A
4. Toutes les propositions se rapportant à la fibrillation atriale (FA) sont exactes sauf une, laquelle ?
A. Est l'arythmie la plus fréquente
B. La prévalence augmente avec l'âge
C. L'anticoagulation est obligatoire en l'absence de contre-indication formelle devant toute FA valvulaire
D. L'anticoagulation est obligatoire en l'absence de contre-indication formelle devant toute FA non
valvulaire
E. Peut s'accompagner d'un rythme ventriculaire régulier lorsqu'elle s'associe à un BAV complet
Source : R3 2019
REP : D
5. Parmi les moyens thérapeutiques suivants, le(s) quel(s) est (sont) indiqué(s) en urgence devant une
tachycardie ventriculaire mal tolérée ?
A. Dose de charge d'amiodarone per os
B. Choc électrique externe
C. Dose de charge de flécainide
D. Anticoagulation curative par héparinothérapie
E. Bolus de xylocaïne par voie intraveineuse
Source : R4 + Ratt 2019
REP : B
6. La FA est une tachycardie irrégulière à QRS fin elle devient régulière lorsqu'elle survient chez un patient
présentent :
A. Cardiomyopathie hypertrophique
B. Cardiomyopathie dilatée.
C. Hyperthyroïdie.
D. BAV de 3ème degré.
Source : R2 2018
REP : D
7. Les circonstances de découverte d'une fibrillation auriculaire peuvent être :
A. Décompensation cardiaque gauche.
B. Ischémie aigue du membre inférieur
C. C-Accident vasculaire cérébral
D. Palpitations.
Source : R2 2018
REP : ABCD
8. Quel est l'élément auscultatoire habituel d'un rétrécissement mitrai et qui disparait si survenue de
fibrillation auriculaire.
A. Éclat du B1.
B. Claquement d'ouverture de la mitrale.
C. Renforcement pré-systolique du roulement
D. Roulement diastolique au foyer mitral.
Source : R3 2018+ R4 2015
REP : C
9. La fibrillation auriculaire peut être ?
A. De découverte fortuite
B. Révélée par une insuffisance cardiaque.
C. Révélée par un accident vasculaire cérébral.
D. Révélée par une ischémie aigue d'un membre inferieur.
Source : R3 2018
REP : ABCD

47
10. L'ACFA est :
A. Tachycardie irrégulière à QRS larges
B. Tachycardie irrégulière à QRS fins
C. Tachycardie régulière à QRS fins
D. Tachycardie régulière à QRS larges
Source : R4+ Ratt 2018
REP : B
11. La fibrillation atriale non traitée expose au risque :
A. D'AVC (accident vasculaire cérébral) hémorragique
B. D'AVC ischémique
C. D'insuffisance cardiaque
D. D'ischémie aigue de membre
Source : R2 2017
REP : BCD
12. Quels médicaments sont préconisés pour réduire le risque thromboembolique de la fibrillation auriculaire
(FA) ?
A. Flécaïnide (Flécaine©)
B. Clopidogrel (Plavix©)
C. Rivaroxaban (Xarelto©)
D. Aspirine
E. Acénocoumarol (Sintrom©)
Source : R3 2017
REP : CE
13. Une femme asthmatique de 75 ans présente une fibrillation auriculaire (FA) qui dure depuis 15 jours avec
une fréquence cardiaque moyenne à 100/mn. La clearance de la créatinine est à 20 ml/mn. Choisissez les
propositions correctes :
A. Il s'agit d'une FA paroxystique
B. Il s'agit d'une FA persistante
C. Le score CHADSVASC est à 3
D. Le score CHADSVASC est à 2
Source : R4 2017
REP : BC
14. Une femme asthmatique de 75 ans présente une fibrillation auriculaire (FA) qui dure depuis 15 jours avec
une fréquence cardiaque moyenne à 100/mn. La clearance de la créatinine est à 20 ml/mn Vous
préconisez comme traitement :
A. Anti vitamine K (AVK)
B. Rivaroxaban (nouveau anticoagulant)
C. Aspirine
D. Bétabloquant
E. diltiazem (inhibiteur calcique bradycardisant)
Source : R4 2017
REP : AE
15. Quel est le score CHADS-VASC d'un patient de 78 ans diabétique et hypertendu présentant une fibrillation
auriculaire ?
A. Score = 0
B. Score = 1
C. Score = 2
D. Score = 3
E. Score = 4
Source : Ratt 2017
REP : E
16. Dans la FA, le traitement AVK après retour en rythme sinusal doit être :
A. Arrêté systématiquement
B. Continué à vie malgré le retour en rythme sinusal
C. Maintenu ou arrêté en fonction des facteurs de risque thromboemboliques

48
D. Substitué par l'aspirine chez les patients à haut risque
Source : R1 2016
REP : C
17. A propos de la double discordance atrio ventriculaire, ventriculo artérielle isolée (TGV corrigée) :
A. C'est une cardiopathie congénitale cyanogène
B. La grande circulation et la circulation pulmonaire soi placées en série
C. Le ventricule droit se complique à moyen et long terme d'une défaillance
D. Elle se manifeste souvent par un trouble conductif
Source : R2 2016
REP : BCD
18. Après une cardioversion réussie d'une fibrillation auriculaire (FA) persistante, le traitement anticoagulant
sera :
A. Interrompu immédiatement après le geste
B. Maintenu au moins pendant 4 semaines
C. Poursuivi à vie systématiquement
D. Poursuivi à vie en cas de risque thrombo embolique modéré ou élevé
Source : R2 2016
REP : BD
19. La fibrillation ventriculaire qui a duré 10 Jours et qui a nécessité une cardioversion pour sa réduction est
classée ; cocher la réponse Juste :
A. FA paroxystique
B. FA persistante
C. FA persistante au long cours
D. FA permanente
Source : R3 2016
REP : B
20. Après une cardioversion d'une FA non valvulaire recevant thrombo-prophylaxie au long cours en dehors
de contre-indication est :
A. Maintenue systématiquement
B. Interrompue après retour en rythme sinusal
C. Discutée en fonction du risque thromboembolique le patient
D. Proposé dès que le scare CHA2DS2-VASC est >1
Source : R4 2016
REP : C/CD
21. Le choix entre les stratégies « contrôle du rythme ou « contrôle de la fréquence » de la FA dépendent :
A. Du type de la FA
B. De la tolérance fonctionnelle de la FA
C. De l'étiologie de la FA
D. Du niveau de risque thromboembolique
Source : R4 2016
REP : ABC
22.Quelle est la meilleure option thérapeutique en cas de fibrillation atriale paroxystique mal tolérée ?
A. Une cardioversion électrique encadrée par un traitement anticoagulant
B. Une cardioversion pharmacologique encadrée par un traitement anticoagulant
C. Un contrôle de la fréquence par un freinateur du nœud atrio-ventriculaire associée à un traitement
anticoagulant
D. Un traitement anticoagulant seul
Source : Ratt 2016
REP : A
23. Parmi ces propositions lesquelles sont habituellement compatibles avec la fibrillation auriculaire :
A. Les ondes F sont régulières et de morphologie identique.

49
B. La transmission des ondes F aux ventricules est variable.
C. Le bloc de branche organique ou fonctionnel est constant
D. La réponse ventriculaire est souvent irrégulière.
Source : R2 2015
REP : BD

17. Endocardites
1. Parmi les lésions suivantes, laquelle est la plus exposée au risque de greffe bactérienne d'origine dentaire
?
A. Le rétrécissement mitral
B. La communication inter-auriculaire
C. L'anévrisme de l'aorte
D. L'insuffisance aortique
E. L'hypertrophie ventriculaire gauche
Source : R1 2020
REP : D
2. Parmi les germes suivants, lequel est le plus souvent responsable d'endocardite aigue ?
A. Le pneumocoque
B. Le gonocoque
C. Le staphylocoque doré
D. Le streptocoque viridans
E. L'entérocoque
Source : R1 2019+ R1 2017
REP : C
3. L'endocardite aortique peut avoir les complications suivantes sauf une, laquelle ?
A. Accident vasculaire cérébral (AVC)
B. Abcès splénique
C. Œdème aigu du poumon (OAP)
D. Embolie pulmonaire septique
E. Bloc auriculo ventriculaire (BAV)
Source : R2 2019
REP : D
4. Laquelle des propositions suivantes n'est pas une complication de l'endocardite infectieuse aortique ?
A. Accident vasculaire cérébral
B. Abcès splénique
C. Œdème aigu du poumon
D. Embolie pulmonaire septique
E. Bloc auriculo-ventriculaire complet
Source : R3 2019
REP : D
5. Quels sont les antibiotiques qui, seuls ou associés, peuvent être prescrits dans le cas d'une endocardite
infectieuse à streptocoque ?
A. Amoxicilline
B. Aminoside
C. Fluoroquinolone
D. Cycline
E. Pénicilline G
Source : R3 2019
REP : ABE/AB
6. Quelle est la complication qui n'est pas observée en cas d'endocardite de localisation aortique ?
A. Une insuffisance cardiaque
50
B. Un abcès du septum interventriculaire
C. Un anévrysme mycotique cérébral
D. Une embolie pulmonaire septique
E. Un abcès splénique
Source : Ratt 2019
REP : D
7. Parmi les critères suivants de DUCK modifiés lesquels sont des critères majeurs :
A. Fièvre chiffré sup à 38°c
B. Image de végétations sur l'appareil valvulaire
C. Séries d'hémocultures positives pour un germe connu causant des endocardites infectieuses
D. Aggravation d'une régurgitation valvulaire préexistante
E. Image d'abcedation sur le trigone mitro-aortique
Source : R1 2018
REP : BCE
8. Dans l'endocardite infectieuse l'indication opératoire est posée devant :
A. Des végétations volumineuses supérieures à 10 mm sur l'appareil valvulaire.
B. Signes et symptômes d'insuffisance cardiaque résistante au traitement médical
C. Syndrome infectieux non contrôlé par une antibiothérapie adaptée.
D. Risque embolique élever
E. Hémorragie intra crânienne
Source : R1 2018
REP : ABCD
9. Parmi ces propositions, quelles sont les cardiopathies, ou les situations à haut risque d'endocardite
infectieuse, et qui nécessitent une antibioprophylaxie systématique, en cas de gestes à risque :
A. Les valvulopathies mitrales.
B. Les prothèses valvulaires.
C. La bicuspidie aortique.
D. Les antécédents d'endocardite infectieuse.
E. Les cardiopathies congénitales non cyanogènes.
Source : R2 2018
REP : BD
10. L'endocardite infectieuse a de multiples complications potentielles. Laquelle des propositions suivantes
n'est pas une complication de l'endocardite infectieuse aortique ?
A. Accident vasculaire cérébral
B. Abcès splénique
C. Œdème aigu du poumon
D. Embolie pulmonaire septique
E. Bloc auriculo-ventriculaire complet
Source : R4 2018
REP : D
11. Parmi les critères suivants de DUKE modifiés, les critères majeurs sont :
A. Fièvre supérieure à 38°c
B. Image de végétation sur l'appareil valvulaire
C. Série d'hémocultures positives à un germe connu causant des endocardites infectieuses
D. Aggravation d'une régurgitation valvulaire préexistante
E. Image d'abcedation sur le trigone mitro-aortique
Source : Ratt 2018
REP : BCDE
12. Quelles sont les cardiopathies à haut risque d'endocardite infectieuse qui nécessitent une
antibioprophylaxie systématique, en cas de gestes à risque :
A. Les valvulopathies mitrales.

51
B. Les prothèses valvulaires.
C. La bicuspidie aortique.
D. Les antécédents d'endocardite infectieuse.
E. Les cardiopathies congénitales non cyanogènes
Source : Ratt 2018
REP : BD
13. Laquelle des propositions suivantes n'est pas une complication de l'endocardite infectieuse aortique ?
A. Accident vasculaire cérébral
B. Abcès splénique
C. Œdème aigu du poumon.
D. Embolie pulmonaire septique.
E. Bloc auriculo-ventriculaire complet
Source : Ratt 2018
REP : D
14. Dans la nouvelle révision des critères de Jones pour guider le praticien dans le diagnostic du RAA on
retient :
A. Les nodules de Meynet
B. La chorée
C. L'allongement de PR à l'ECG
D. La VS accélérée
E. Les antécédents de cardiopathie rhumatismale
Source : R2 2017
REP : ABCD
15. Quelles lésions valvulaires aortiques sont compatibles avec l'endocardite ?
A. Végétations
B. Perforation
C. Rétraction valvulaire
D. Abcès de l'anneau aortique
E. Clivage de la paroi aortique
Source : R4 2017
REP : ABD
16. Parmi les cardiopathies suivantes lesquelles exposent le plus souvent à une endocardite bactérienne ?
A. La sténose mitrale
B. L'insuffisance mitrale
C. La communication inter auriculaire
D. L'insuffisance aortique
E. La communication inter ventriculaire
Source : R4 2017
REP : BDE
17. La prise en charge de l'endocardite nécessite :
A. Une association d'antibiotiques bactériostatiques
B. Une association d'antibiotiques par voie IV à forte dose
C. Un seul antibiotique bactéricide à forte dose par voie intraveineuse
D. Une association d'antibiotiques par voie IV pendant 10 jours
E. Une surveillance de la température et du bilan inflammatoire
Source : R1 2016
REP : BE
18. Les gestes suivants sont considérés à haut risque et nécessitent une antibioprophylaxie chez les patients å
haut risque :
A. Une extraction dentaire.
B. Une césarienne
C. Un détartrage dentaire.
D. Une fibroscopie digestive.
E. Une résection prostatique transuréthrale.
52
Source : Ratt 2017
REP : AC
19. Quelle est la valvulopathie qui expose le plus à une greffe bactérienne :
A. Insuffisance mitrale
B. Insuffisance aortique
C. Rétrécissement mitral
D. Rétrécissement aortique
E. Insuffisance tricuspide
Source : R1 2015
REP : B
20. Quelle est la 1ère cause de mortalité dans l'endocardite infectieuse compliquée :
A. Insuffisance rénale
B. Accident vasculaire cérébral hémorragique
C. Insuffisance cardiaque
D. Œdèmes des membres inférieurs
E. Embolie pulmonaire
Source : R1 2015
REP : C
21. Les signes suivants, sont habituellement retrouvés au cours de l'endocardite infectieuse :
A. Anévrysme mycotique.
B. Tâche de Roth un fond d'œil.
C. Hématurie.
D. Erythème marginé.
E. Embolie systémique
Source : R2 2015
REP : ABCE
22. Le traitement médical de l’endocardite infectieuse est :
A. Une association d'antibiotiques bactériostatiques
B. Une association d'antibiotiques par voie N à fortes doses
C. Association amoxicilline + gentamycine en cas de Staphylocoque
D. Une association d'antibiotiques par voie IV à forte doses pendant 10 jours
E. Est Surveillé par la température et le syndrome inflammatoire
Source : R3 2015
REP : BE
23. Les complications de l’endocardite infectieuse sont :
A. Accident vasculaire cérébral ischémique
B. Insuffisance rénale
C. Insuffisance splénique
D. Insuffisance cardiaque fébrile
E. Bloc auriculo ventriculaire
Source : R4 2015
REP : ABCDE

18. AOMI
1. Le syndrome de Leriche associe :
A. Claudication unilatérale
B. Impuissance sexuelle
C. Douleur fessière
D. Abolition des pouls fémoraux
E. Dorsalgie d'effort
Source : R1 2020
REP : BD
2. Une ischémie aigue d'un membre inférieur peut survenir sur ?
A. Un rétrécissement mitral
B. Une insuffisance tricuspidienne
53
C. Un anévrysme de l'artère iliaque
D. Une arythmie complète par fibrillation auriculaire (ACFA)
E. Une endocardite bactérienne mitrale
Source : R2 2020
REP : ACDE
3. Concernant l'artériopathie oblitérante des membres inférieurs, cocher la (les) proposition(s) vraie(s) ?
A. L'index de pression systolique c'est la pression artérielle systolique humérale divisée par la pression
artérielle systolique à la cheville
B. Le stade de la classification de fontaine et Leriche correspond s une claudication légère avec périmètre
de marche > 200m.
C. Elle peut se manifester par une douleur à type de crampe au mollet, déclenchée par la marche après
une certaine distance, qui disparait à l’arrêt et se reproduit pour un périmètre fixe
D. Le périmètre de gêne est la distance à laquelle la marche doit être stoppée
E. Le traitement de l’ischémie de repos est chirurgical (revascularisation)
Source : R2 2020
REP : CE
4. L'apparition brutale d'un œdème du membre inférieur avec tension importante du mollet et
refroidissement de l'extrémité doit faire évoquer :
A. Une phlébite banale
B. Un érysipèle
C. Une Phlégmatia caerulea
D. Une lymphangite
E. Une dissection aortique
Source : R1 2019
REP : C
5. Quel traitement préconisez-vous pour une artériopathie oblitérante des membres inférieurs au stade I de
la classification de Leriche ?
A. La marche quotidienne
B. Revascularisation chirurgicale
C. Correction des facteurs de risques de l'athérosclérose
D. Prescription d'anti vitamine K
E. Prescription d'aspirine
Source : R1 2019
REP : ACE
6. Une jeune femme atteinte d'un rétrécissement mitral en ACFA (arythmie complète par fibrillation
auriculaire), ressent une douleur brutale du mollet droit avec impotence du membre. Quel diagnostic
évoquer ?
A. Embolie artérielle
B. Artériopathie oblitérante du membre inférieur
C. Thrombophlébite
D. Crise de goutte
E. Thrombose artérielle
Source : R1 2019
REP : A
7. Le stade III de la classification fonctionnelle de Leriche et Fontaine des artériopathies oblitérante des
membres inférieurs se caractérise par :
A. Un périmètre de marche inférieur à 100m
B. Des ulcérations distales des orteils
C. Une cyanose des extrémités
D. Des douleurs de décubitus des membres inférieurs
E. Un périmètre de marche supérieur à 200m
54
Source : R2 + Ratt 2019
REP : D
8. Parmi les propositions suivantes, une seule n'est pas en faveur d'une ischémie aigue des membres
inférieurs d'origine embolique :
A. Le début brutal
B. L’existence d'une fibrillation auriculaire
C. Antécédent de claudication intermittente à l'interrogatoire
D. Tous les pouls périphériques sont présents sur le membre controlatéral
E. Absence de pouls à la palpation du membre concerne
Source : R4 2019
REP : C
9. Quel traitement préconisez-vous pour une artériopathie oblitérante des membres inférieurs au stade II de
la Classification de LERICHE :
A. Anti vitamine K.
B. Repos strict au lit
C. Amputation d'emblée.
D. Revascularisation chirurgicale.
E. Vasodilatateurs.
Source : R1 2018
REP : D
10. Devant un tableau confirmé d'une ischémie aigue du membre inferieur on retient en faveur d'une
étiologie athéromateuse :
A. Absence de pouls distaux à l'autre membre
B. Douleur brutale du mollet
C. Trouble neurologique
D. Antécédents de claudication intermittente du membre atteint
E. Patient tabagique depuis 20 ans
Source : R1 2018
REP : ADE

11. L'apparition d'une claudication intermittente unilatérale à 500 mètres chez un adulte de 60 ans
présentant un pouls fémoral normal et des pouls sous-jacents abolis justifie :
A. D'agir sur les facteurs favorisant l'athérome.
B. Hospitalisation pour traitement héparinique.
C. Hospitalisation pour pontage.
D. Prescription de marche quotidienne.
E. Prescription d'antiagrégants plaquettaires.
Source : R2 2018
REP : ADE
12. La claudication intermittente d'effort des membres inférieurs :
A. Est une sensation de crampe douloureuse.
B. Toujours bilatérale.
C. Apparait au repos.
D. Oblige à arrêter la marche.
E. Le tabagisme est le plus important des facteurs de risque.
Source : R2 2018
REP : ADE
13. Quelle est la première mesure thérapeutique devant une artériopathie au stade III de Fontaine et Leriche
?
A. TRT anti-inflammatoire
B. Repos strict au lit.
C. Revascularisation chirurgicale.
55
D. Amputation d'emblée,
E. TRT par anti vitamine K.
Source : R3 2018
REP : C
14. Quel symptôme retrouve-t- on au stade IIa des artériopathies des membres inférieurs selon la
classification de Fontaine et Leriche ?
A. Claudication intermittente moins de 150 m.
B. Claudication intermittente à plus de 150 m.
C. Douleur nocturne du pied.
D. Trouble trophique d’un orteil.
Source : R3 2018
REP : B
15. Parmi les signes suivants quel est celui qui est habituellement reconnu comme critère principal de gravité
dans une oblitération artérielle aigue.
A. Abolition des pouls.
B. Refroidissement du membre.
C. Douleur.
D. Œdèmes du membre.
E. Déficit sensitivo-moteur.
Source : R3 2018
REP : E
16. Quel traitement préconiser pour une artériopathie oblitérante des membres inférieurs au stade III de la
Classification de LERICHE :
A. Anti vitamine k
B. Repos strict au lit.
C. Amputation d'emblée.
D. Revascularisation chirurgicale.
E. Vasodilatateurs.
Source : Ratt 2018
REP : D
17. Quel signe clinique est habituellement reconnu comme critère principal de gravité d'une oblitération
artérielle aigue ?
A. Abolition des pouls
B. Refroidissement du membre
C. Déficit sensitivomoteur
D. Douleur
E. Pâleur
Source : R1 2017
REP : C
18. Dans les artériopathies des membres inférieurs (AOMI), le syndrome de Leriche se caractérise par :
A. Occlusion d'un axe artériel iliaque
B. Fatigabilité des 2 membres inférieurs
C. Occlusion de la bifurcation aortique
D. Pouls fémoraux présents
E. Erection instable (impuissance)
Source : R1 2017
REP : BCE
19. Une embolie artérielle de membre peut résulter de, cocher la réponse fausse :
A. Un myxome de l'oreillette gauche
B. Un rétrécissement mitral
C. Une thrombose de la veine cave inférieure
D. Une endocardite infectieuse
E. Une fibrillation auriculaire
Source : R2 2017
56
REP : C
20. La phlébite bleue (Phlégmatia coerulea) est :
A. Compression d'une artère des membres inférieurs par un œdème important
B. Compression d'une veine des membres inférieurs par un œdème important
C. Une phlébite à faible risque d'embolie pulmonaire
D. Une urgence thérapeutique
E. Une complication des phlébites distales surtout
Source : R2 2017
REP : AD
21. Devant un tableau confirmé d'ischémie aigue du membre Inférieur, quels éléments sont en faveur d'une
étiologie athéromateuse ?
A. Absence de pouls distaux du membre controlatéral
B. Douleur brutale du mollet
C. Troubles neurologiques
D. Antécédents de claudication intermittente du membre atteint
E. Patient tabagique à raison de 40 paquets-années
Source : R3 2017
REP : ADE
22. Au cours des artériopathies chroniques des membres inférieurs (AOMI) le syndrome de Leriche se
caractérise par :
A. Une occlusion d'un axe artériel iliaque
B. Une occlusion de la bifurcation aortique
C. Une occlusion bilatérale des artères poplitées
D. Des troubles de l'érection
Source : Ratt 2017
REP : BD
23.L'artériopathie athéromateuse oblitérante des membres inférieurs :
A. Est moins fréquente que les artériopathies inflammatoires
B. Représente une complication locorégionale de l’athérosclérose
C. La plupart des facteurs de risques sont incriminés dans sa genèse mais leur importance semble
différente.
D. Le pronostic de l'AOMI est grave du fait de l'atteinte des membres inférieurs
E. Lorsque l'AOMI est principalement liée au diabète, ce sont les artères des jambes qui sont atteintes
avec prédilection
Source : R1 2016
REP : BCE
24. Dans l’ischémie aigue du membre :
A. Le diagnostic repose essentiellement sur l'examen clinique
B. L'artériographie est obligatoire même si elle doit retarder la prise en charge
C. L'examen clinique doit toujours comporter l'examen du membre controlatéral
D. Le membre est rouge, chaude et tuméfié
Source : R1 2016
REP : AC
25. L’ischémie aigue du membre est reconnue par :
A. La douleur, la pâleur et la froideur du membre
B. La douleur, l'œdème et la chaleur du membre
C. La vacuité des veines
D. Le temps de recoloration cutanée très allongé > 3 secondes
Source : R2 2016
REP : ACD
26. La claudication intermittente des membres inférieurs :
A. Est le symptôme révélateur le plus fréquent de l'AOMI
B. Le plus bas niveau de la douleur permet de suspecter la topographie des lésions responsables

57
C. Une claudication haute et bilatérale est associée à une obstruction de l'aorte sous rénale ou des artères
iliaques primitives (syndrome de Leriche)
D. Une claudication du mollet témoigne d'une atteinte des artères du pied ou de la jambe
E. Le périmètre de marche peut être au mieux précisé par une épreuve d'effort sur tapis roulant
Source : R2 2016
REP : ACE
27. L'ischémie aigue des membres :
A. Est une urgence vasculaire grave
B. Compromet le pronostic fonctionnel du membre
C. Le traitement est essentiellement chirurgical
D. Elle est responsable d'une mortalité faible de l'ordre de 2%
Source : R3 2016
REP : ABC
28. Le syndrome de Leriche :
A. Est secondaire à une obstruction du carrefour aortique
B. Est dû à l'association des lésions athéromateuses et d'une compression d'un axe veineux iliaque
C. Associe une claudication des deux membres et une impuissance
D. Nécessite un geste de revascularisation
E. Peut s'associer à une atteinte coronaire
Source : R3 2016
REP : ACDE
29. Le stade III de la classification de Fontaine et Leriche correspond à :
A. Une claudication intermittente avec un périmètre marche supérieur à 100m
B. Un patient asymptomatique avec un pouls périphérique diminué
C. Au stade de gangrène
D. Une claudication intermittente avec un périmètre marche inférieur à 100m.
E. Une douleur de décubitus
Source : R4 2016
REP : E
30. Lors d'une ischémie aigue d'un membre ; le syndrome de reperfusion entraine :
A. Un œdème du membre par altération de la membrane capillaire
B. Une libération de magnésium responsable de troubles du rythme
C. Une hyperkaliémie par libération de métabolites intra cellulaires
D. Une tubulopathie rénale par libération de myoglobine
Source : R4 2016
REP : ACD
31. Dans l'anoxie tissulaire au cours d'une ischémie aigue d'un membre :
A. La peau est atteinte en premier
B. L'atteinte nerveuse survient tardivement
C. Il n'y a pas d'atteinte musculaire
D. Aucune de ces propositions n'est correcte
Source : Ratt 2016
REP : D
32. L'artère le plus souvent atteinte lors d'une claudication intermittente du mollet est :
A. L'iliaque externe
B. La fémorale profonde
C. La fémorale superficielle
D. La tibiale antérieure
E. La tibiale postérieure
Source : Ratt 2016
REP : C

58
33. Concernant le syndrome de Leriche, cocher les réponses justes :
A. Est secondaire à une obstruction du carrefour aortique
B. Est dû à l'association des lésions athéromateuses e d'une compression d'un axe veineux iliaque
C. Associe une claudication des deux membres inférieurs et une impuissance sexuelle
D. Constitue une indication élective d'angioplastie
E. Peut s'associer à une atteinte coronaire
Source : R1 2015
REP : ACE
34.La claudication intermittente des membres inférieurs :
A. Est le symptôme révélateur le plus fréquent d'artériopathie oblitérante des membres inférieurs
B. Le plus bas niveau de la douleur perme de suspecter la topographie des lésions responsable
C. Une claudication haute et bilatérale associée à une impuissance caractérise une obstruction de l'aorte
sous rénale ou des artères iliaques primitives (syndrome de Leriche).
D. Une claudication du mollet témoigne d'une atteinte des artères du pied ou de la jambe.
E. Le périmètre de marche peut être au mieux précise par une épreuve d'effort sur tapis roulante 3.2 km/
et 10% de pente.
Source : R2 2015
REP :ACE
35.Les artériopathies chroniques obstructives athéromateuses des membres inférieurs (AOMI) :
A. Sont moins fréquentes que les artériopathies inflammatoires
B. Représentent une complication locorégionale de l'athérosclérose
C. La plupart des facteurs de risques sont incriminés dans la genèse mais leur importance semble
différente
D. Le pronostic de l'AOMI est grave du fait de l'atteinte des membres inférieurs
E. Dans le cas particulier où l'AOMI est principalement liée au diabète se sont les artères des jambes qui
sont atteintes avec prédilection
Source : R3 2015
REP : BCE
36.La claudication intermittente des membres inférieurs :
A. Est le symptôme révélateur le plus fréquent de l’AOMI
B. Le plus bas niveau de la douleur permet de suspecter la topographie des lésions responsables.
C. Une claudication haute et bilatérale associée à une impuissance caractérise une obstruction de l'Aorte
sous rénale ou des artères iliaques primitives (syndrome de Leriche)
D. Une claudication du mollet témoigne d'une atteinte des artères du pied ou de la jambe
E. Le périmètre de marche peut être au mieux précisé par une épreuve d'effort sur tapis roulant à 3 Km/h,
10% de pente
Source : R3 2015
REP : ACE

19. Insuffisance cardiaque


1. Quelle est l'anomalie évocatrice d'un œdème aigu du poumon (OAP) sur le télé thorax d'un patient
dyspnéique ?
A. Une cardiomégalie symétrique
B. Une scissurite
C. Image en ailes de papillon
D. Ligne B de Kerley
Source : Ratt 2020
Rep : C

2. Une décompensation cardiaque peut être déclenchée par :


A. Un écart de régime
B. Une mauvaise observance thérapeutique
C. Une poussée ischémique
D. Une poussée hypertensive
E. Une hypokaliémie
59
Source : R2 2020
REP : ABCD
3. Le tableau clinique d'une insuffisance cardiaque droite comporte :
A. Une turgescence des jugulaires
B. Un reflux hépato-jugulaire
C. Des râles pulmonaires crépitants
D. Des râles pulmonaires sibilants
E. Un signe de HARZER
Source : R2 2020
REP : ABE
4. Quelles peuvent être les étiologies d'une insuffisance ventriculaire gauche :
A. Infarctus du myocarde antérieur étendu
B. Hypotension artérielle pulmonaire primitive
C. Myocardiopathie dilatée primitive
D. Communication inter-auriculaire
E. Rétrécissement aortique
Source : R1 2019
REP : ACE
5. Quel est le signe radiologique qui n'évoque pas une Insuffisance ventriculaire gauche ?
A. Index cardio-thoracique supérieur à 0,6
B. Arc inférieur gauche saillant
C. Images floconneuses péri-hilaires
D. Redistribution de la vascularisation pulmonaire vers les sommets
E. Diminution de la vascularisation pulmonaire
Source : R2 2019
REP : E
6. Sur une radiographie du thorax face, quel est le signe qui n'est pas évocateur d'une insuffisance
ventriculaire gauche ?
A. Redistribution de la vascularisation pulmonaire vers les sommets
B. Arc inférieur gauche saillant
C. Indice cardio-thoracique supérieur à 0,6
D. Images floconneuses péri-hilaires
E. Diminution de la vascularisation pulmonaire
Source : R3 2019 + R4+Ratt 2018
REP : E
7. Parmi les propositions suivantes, lesquelles sont des étiologies d'insuffisance ventriculaire gauche ?
A. Infarctus du myocarde antérieur étendu
B. Hypertension artérielle pulmonaire primitive
C. Myocardiopathie dilatée primitive
D. Communication inter-auriculaire
E. Rétrécissement aortique
Source : R3 2019
REP : ACE
8. Quels traitements de l'insuffisance cardiaque nécessitent de surveiller la fonction rénale ?
A. Inhibiteurs de l'enzyme de conversion (IEC)
B. Les diurétiques épargneurs de potassium
C. Les diurétiques de l'anse
D. Les dérivés nitrés
E. Tous
Source : R4 2019
REP : ABC

60
9. L'hépatomégalie de l'insuffisance cardiaque :
A. Est dure avec une surface irrégulière
B. Est lisse et douloureuse à la palpation
C. Est totalement indolore à la palpation
D. Est généralement associée à une vésicule palpable
E. Est parfois expansive en systole
Source : R4 2019
REP : BE
10. Quelles sont les classes thérapeutiques qui ont prouvé la réduction de la mortalité à long terme dans
l'insuffisance cardiaque à fraction d'éjection réduite
A. Les bétabloquants
B. Les diurétiques de l'anse
C. Les Inhibiteurs de l’enzyme de conversion.
D. Les anti-aldostérones
E. Les digitaliques.
Source : R2 2018
REP : ACD
11. Parmi ces classes thérapeutiques, deux sont les plus bénéfiques en termes de mortalité chez l’insuffisant
cardiaque à fraction d'éjection réduite.
A. Digitaliques.
B. Bêtabloquants
C. Inhibiteurs de l'enzyme de conversion.
D. Diurétiques thiazidiques
E. Dérivés nitrés
Source : R3 2018
REP : BC
12. Parmi les traitements suivants de l'insuffisance cardiaque, pour lesquels est-il important de surveiller la
fonction rénale ?
A. Inhibiteur de l'enzyme de conversion (IEC)
B. Les diurétiques épargneurs de potassium
C. Diurétiques de l'anse
D. Nitré
E. Tous
Source : R4+Ratt 2018
REP : ABC
13. Parmi ces classes thérapeutiques, deux sont les plus bénéfiques en termes de mortalité chez l'insuffisant
cardiaque à fraction d'éjection réduite :
A. Digitaliques.
B. Bétabloquants
C. Inhibiteurs de l'enzyme de conversion.
D. Diurétiques thiazidiques.
E. Dérivés nitrés.
Source : Ratt 2018
REP : BC
14. Quel médicament utilisé dans l'insuffisance cardiaque est contre indiqué en cas de trouble du rythme
ventriculaire ?
A. Digitalique
B. Béla-bloquant
C. Diurétique
D. Inhibiteur de l'enzyme de conversion
E. Dérivé nitré
Source : R1 2017
61
REP : A
15. Sur un téléthorax face quel est le signe qu'on ne retrouve pas en cas d'insuffisance ventriculaire gauche ?
A. Redistribution de la vascularisation pulmonaire vers les sommets
B. Arc inférieur gauche saillant
C. Index cardio-thoracique supérieur à 0,60
D. Images floconneuses péri-hilaires
E. Diminution de la vascularisation pulmonaire
Source : R2 2017
REP : E
16. Parmi les traitements suivants de l'insuffisance cardiaque pour les quels est-il important de surveiller la
fonction rénale ?
A. Les inhibiteurs de l'enzyme de conversion (IEC)
B. Les diurétiques
C. Les dérivés nitrés
D. Les bétabloquants
E. Tous
Source : R4 2017
REP : AB
17. Quel signe clinique ne fait pas partie du tableau d'insuffisance cardiaque droite :
A. Œdèmes des membres inférieurs
B. Ascite
C. Râles crépitants pulmonaires
D. Turgescences des jugulaires
E. Hépatalgies
Source : R4 2017
REP : C
18. Quel(s) médicament(s) de l'insuffisance cardiaque nécessite(nt) de surveiller la fonction rénale ?
A. Les diurétiques
B. Les bétabloquants
C. Les inhibiteurs de l'enzyme de conversion (IEC)
D. Les dérivés nitrés
E. Tous
Source : Ratt 2017
REP : AC
19. Parmi ces situations ; les quelles peuvent décompenser l'insuffisance cardiaque :
A. Bonne observance d'un régime sans sel
B. Embolie pulmonaire
C. Fibrillation auriculaire
D. Fièvre
E. Infarctus du myocarde
Source : R1 2016
REP : BCDE
20. L'insuffisance cardiaque droite isolée peut associer :
A. Une turgescence des veines jugulaires
B. Une hépatomégalie douloureuse
C. Des œdèmes des membres inférieurs
D. Des râles crépitants
E. Une ascite
Source : R2 2016
REP : ABCE
21. Quels dosages biologiques demandez-vous avant de mettre en route un traitement de l'insuffisance
cardiaque par les Inhibiteurs de l'enzyme de conversion, dosage que vous répétez après l’institution de ce
traitement :
A. Créatinine sanguine
B. Kaliémie
62
C. Uricémie
D. Protidémie
Source : R3 2016
REP : A
22. Parmi les thérapeutiques de l'insuffisance cardiaque, une ne modifie pas la pré-charge :
A. Régime hyposodé
B. Diurétiques
C. Restriction hydrique
D. Digitalique
E. Dérivés nitrés
Source : Ratt 2016
REP : D
23. Le marqueur biologique le plus utile dans le diagnostic de l’insuffisance cardiaque est :
A. Le BNP
B. Les troponines
C. Le CRP
D. Les D-dimères
Source : R1 2015
REP : A
24. Le traitement de fond de l'insuffisance cardiaque à fraction d'éjection VG (FE) diminuée associe :
A. Digoxine + diurétiques
B. Anticoagulants
C. Inhibiteur de l’enzyme de conversion (IEC)+ béta bloquants
D. IEC + antagoniste des récepteurs AT1 de l'angiotensine II (ARA 2)
Source : R1 2016
REP : C
25. Quelle peut être l'indication d'un TRT digitalique ?
A. L’insuffisance cardiaque à la phase aigüe d'un infarctus du myocarde
B. L’insuffisance cardiaque à débit élevé
C. Une tachycardie supra ventriculaire
D. Une tachycardie ventriculaire
Source : R1 2015
REP : C
26. Parmi les signes suivants, lesquels peuvent évoquer une intoxication digitalique ?
A. Nausées
B. Confusion
C. Douleurs thoraciques
D. BAV à l'ECG
Source : R2 2015
REP : ABD
27. Parmi les situations suivantes lesquelles peuvent augmenter la sensibilité aux digitaliques ?
A. L’âge avancé
B. L’insuffisance rénale
C. Hyperthyroïdie
D. L'hypocalcémie
E. L'hypokaliémie
Source : R3 2015
REP : ABE
28. Quelles peuvent être les contre-indications formelles au traitement digitalique
A. Un patient porteur de pace maker pour BAV du 3ème degré
B. Une tachycardie ventriculaire
C. Une Tachycardie supra ventriculaire
D. Une insuffisance cardiaque sur rétrécissement Mitral
Source : R3 2015
REP : B
29. Le traitement de base de l'insuffisance cardiaque aigue est :

63
A. Les antagonistes des récepteurs AT1 de l'angiotensine II
B. Les inhibiteurs de l'enzyme de conversion
C. Les Bêtabloquants
D. Les diurétiques de l'anse
Source : R3 2015
REP : D
30. La cause la plus fréquente de ‘'insuffisance cardiaque est :
A. La cardiomyopathie hypertrophique
B. Le rétrécissement aortique
C. Le rétrécissement mitral
D. La cardiopathie ischémique
Source : R4 2015
REP : D
31. Quelle serait votre attitude face à une intoxication digitalique :
A. Réduire simplement les doses
B. Arrêter le traitement
C. Traitement symptomatique des signes de l’intoxication sans interruption de traitement
D. Vérifier l’état de la fonction rénale à la recherche d’un défaut d’élimination rénale du digitalique
Source : R4 2015
REP : BD

20. Syndrome péricardique


1. Le traitement de 1ère intention de la péricardite aigue est ?

A. Corticoïdes d'emblée pour éviter les récidives


B. Aspirine avec colchicine associées d'emblée
C. Aspirine seule puis association de colchicine si échec de l'aspirine
D. Colchicine seule puis association d'aspirine si échec de la colchicine
Source : Ratt 2020
Rep : B

2. Deux Situations sont compatibles avec un tableau de péricardite aigue, lesquelles ?

A. Douleur thoracique avec sous décalage du segment ST à l'ECG


B. Douleur thoracique avec sous décalage du segment PQ à l’ECG
C. Sus décalage diffus du ST avec frottement auscultatoire
D. Epanchement péricardique abondant avec dyspnée sans douleur thoracique ni frottement, ECG normal
Source : Ratt 2020
Rep : BC

3. Une péricardite peut évoluer : Cochez la réponse fausse :


A. A Vers la chronicité
B. Vers une tamponnade
C. C vers un œdème aigu du poumon
D. Vers la constriction
E. Vers la récidive
Source : R1 2020
REP : C
4. La ponction ou drainage péricardique est Indiquée (réponses justes) :
A. Pour tous les épanchements péricardiques quel qu’en soit l’abondance et la tolérance hémodynamique
B. Lorsqu'il y a une tamponnade
C. Lorsqu'on suspecte un épanchement d'origine néoplasique
D. En cas de non réponse au traitement initial bien conduit
Source : R2 2020
REP : BCD
64
5. Quelles peuvent les étiologies d'un syndrome péricardique ?
A. Un traumatisme thoracique
B. Un cancer du sein
C. Une radiothérapie sur tumeur cérébrale
D. Une tuberculose
E. Un Infarctus du myocarde
Source : R2 2020
REP : ABDE
6. Quels sont les critères diagnostiques d'une péricardite aigue ?
A. Douleur rétro sternale sensible aux changements de position
B. Frottement péricardique à l'auscultation
C. Assourdissement des bruits cardiaques
D. Sous décalage diffus du segment ST à l'ECG
E. Sous décalage du segment PQ à l'ECG
Source : R1 2019
REP : ABE
7. Mécanisme physiopathologique d'une tamponnade : cocher (la ou les réponses juste(s))
A. Une constriction chronique du cœur par un péricarde calcifié
B. Une compression aigue du cœur par un épanchement péricardique de grande abondance
C. Une compression aigue par un épanchement de faible abondance mais de constitution rapide
D. Une défaillance aigue du ventricule gauche
E. Une hypertension artérielle pulmonaire (HTP) aigue
Source : R2 2019
REP : BC
8. Le diagnostic de péricardite chronique constrictive (PCC) est évoqué devant les éléments suivants sauf un,
lequel ?
A. Un tableau d'insuffisance cardiaque droite
B. Un tableau d'insuffisance cardiaque globale
C. Des calcifications péricardiques au téléthorax
D. Des signes d'adiastolie à l'échodoppler cardiaque
E. Un épaississement du péricarde au scanner ou à l’IRM
Source : R3 2019
REP : B
9. Concernant les péricardites, quelles affirmations sont justes ?
A. Une péricardite aiguë peut être diagnostiquée sur la seule douleur thoracique variable avec les
changements de position
B. La présence d'une fièvre supérieure à 38°C nécessite l'hospitalisation
C. Elle est dite chronique si elle évolue depuis plus de 3 mois
D. Elle s'accompagne obligatoirement d'un épanchement liquidien
E. Son traitement fait appel en première intention aux corticoïdes
Source : R4 2019
REP : BC
10. Quels sont les signes cliniques d'une tamponnade cardiaque ?
A. Un état de choc
B. Une asymétrie des pouls
C. Un pouls paradoxal
D. Une turgescence des veines jugulaires
E. Des signes d'insuffisance cardiaque gauche
Source : Ratt 2019
REP : ACD

65
11. Le diagnostic de péricardite chronique constrictive (PCC) est évoqué devant les éléments suivants sauf un,
lequel ?
A. Un tableau d'insuffisance cardiaque droite
B. Un tableau d'insuffisance cardiaque gauche
C. Des calcifications péricardiques au téléthorax
D. Des signes d’adiastolie à l'échodoppler cardiaque
E. Un épaississement du péricarde au scanner ou à l’IRM
Source : Ratt 2019
REP : B
12. Le traitement de la péricardite aigue comprend
A. Aspirine seule
B. Colchicine seule
C. Association systématique colchicine + aspirine (C+A)
D. Association (C+A) si non réponse à l'aspirine seule.
E. Association (C+A) si non réponse à la colchicine seule
Source : R1 2018
REP : C
13. Quels sont les critères à rechercher pour le diagnostic d'une péricardite aigue ?
A. Douleur de type péricardique.
B. Douleur rétro sternale déclenchée par l’effort.
C. Un sus décalage diffus du ST.
D. Un sous décalage diffus du ST.
E. Un frottement péricardique.
Source : R3 2018
REP : ACE
14. Les anomalies ECG de la péricardite aigue peuvent être :
A. Sus décalage de ST convexe englobant l'onde T
B. Ondes T négatives
C. Ondes T plates
D. Sous décalage du segment PQ
Source : Ratt 2018
REP : BCD
15. Le traitement de la péricardite aigue comprend :
A. Aspirine seule
B. Colchicine seule
C. Association systématique colchicine + aspirine (C+ A)
D. Association (C+ A) si non réponse à l'aspirine seule
E. Association (C+ A) si non réponse à la colchicine seule
Source : Ratt 2018
REP : C
16. Quels sont les critères de diagnostic d'une péricardite aigue ?
A. Une douleur péricarditique
B. Un frottement auscultatoire
C. Des ondes T négatives diffuses à l'ECG
D. Un épanchement péricardique à l'échocardiographie
E. Une CRP élevée
Source : R1 2017
REP : ABDE/ABD
17. Un patient de 20 ans, non sportif, se présente aux urgences pour dyspnée et douleurs rétro sternales
accentuées par l'inspiration et les changements de position. A l'examen clinique : température à
37,9°C. L'ECG montre un sus décalage diffus du segment ST. Bilan sanguin : VS accélérée, taux de

66
troponine normal. A l'échocardiographie : épanchement péricardique de 9 mm bien toléré. Quelle
sera votre conduite à tenir initiale ? cocher les réponses justes
A. Hospitalisation et traitement par colchicine et aspirine
B. Traitement à domicile par colchicine et aspirine
C. Hospitalisation pour ponction péricardique
D. Repos de 6 mois
E. Repos jusqu'à normalisation des signes cliniques et paracliniques
Source : R3 2017
REP : BE
18. Quels sont les critères de haut risque évolutif d'une péricardite aigue ?
A. Une fièvre à 39,5°C
B. Une douleur thoracique péricarditique
C. Des ondes T négatives à l'ECG
D. Un bilan inflammatoire très perturbé après une semaine de traitement bien conduit
E. Un taux de troponine élevé
Source : R4 2017
REP : ADE

19. Deux situations sont compatibles avec un tableau de péricardite aigue, lesquelles ?
A. Douleur thoracique avec sous décalage du segment ST à l'ECG
B. Epanchement péricardique sans douleur et ECG normal
C. Sus décalage diffus du ST avec frottement auscultatoire
D. Douleur thoracique et sous décalage du segment PQ
Source : Ratt 2017
REP : CD
20. Quel est le traitement de 1ère intention de la péricardite aigue ?
A. Corticoïdes d'emblée pour éviter les récidives
B. Aspirine avec colchicine associées d'emblée
C. Aspirine seule puis association de colchicine si échec de l'aspirine seule
D. Colchicine seule puis association d'aspirine si échec
Source : Ratt 2017

REP : B
21. La tamponnade péricardique se caractérise par :
A. Un état de choc avec OAP
B. Un collapsus des cavités droites à l'échocardiographie
C. Des signes de surcharge ventriculaire droite à l'ECG
D. Une alternance électrique à l'ECG
Source : R1+Ratt 2016
REP : BD
22. L'ECG au cours de la tamponnade péricardique peut révéler
A. Une déviation axiale droite
B. Un micro-voltage
C. Une alternance électrique
D. Un bloc de branche droit incomplet.
Source : R2 2016
REP : BC
23. Au cours d'un épanchement péricardique ; les quels de ces tableaux évoquent une tamponnade :
A. Etat de choc avec bruit de galop gauche
B. Etat de choc avec jugulaires turgescentes et pouls paradoxal
C. Etat de choc avec alternance électrique à l'ECG et cavités droites collabées à l'échocardiographie
D. Etat de choc avec dilatation des cavités droites à l'échocardiographie
Source : R3 2016
REP : BC
24. Quelle est votre attitude face à une tamponnade cardiaque :
67
A. Il faut administrer les diurétiques pour réduire les signes d’insuffisance cardiaque droite.
B. Il faut ralentir la fréquence cardiaque pour améliorer le remplissage VD.
C. Il faut administrer des tonicardiaques pour améliorer le débit cardiaque.
D. Il faut immédiatement évacuer l’épanchement intra péricardique pour réduire la compression des
cavités droites.
Source : R4 2016
REP : D
25. Quels sont les signes ECG qui évoquent un épanchement péricardique mal toléré faisons craindre une
tamponnade :
A. Un sus décalage du ST dépassant 5 mm
B. Un bas voltage des QRS < 5mm
C. Une alternance électrique
D. Des ESV nombreuses
E. L’apparition d’un BBD
Source : R4 2016
REP : BC
26. Quels sont les signes de mauvaise tolérance d’une péricardite aigue ?
A. Hypotension artérielle
B. Œdème aigu du poumon OAP
C. Alternance électrique à l’ECG
D. Dilatation des cavités droites a l’échocardiographie
Source : R1 2015
Rep : AC
27. Les signes cliniques suivant sont compatibles avec le diagnostic d’une péricardite chronique constrictive :
A. Le choc de pointe et augmenté
B. Présence d’un troisième bruit diastolique
C. Tachycardie sinusale
D. Pouls artériel paradoxale
E. Pression artérielle élevée
Source : R4 2015
REP : BCD
28. Quels sont les éléments en faveur d’une tamponnade sur péricardite aigue ?
A. Dyspnée avec œdème aigu du poumon
B. Etat de choc avec jugulaires turgescences sans râles crépitants pulmonaires
C. Alternant électrique à l’ECG
D. Dilatation des cavités droites à l’échographie
Source : R4 2015
REP : BC

21. Diurétiques
1. Concernant les diurétiques de l'anse :

A. Cette classe inclut la spironolactone


B. Sont des diurétiques épargneurs de potassium
C. Sont des diurétiques hypokaliémies
D. Peuvent entrainer une hypernatrémie
E. Cette classe inclut le furosémide
Source : Ratt 2020

68
Rep : CE

2. Quelles sont les diurétiques épargneurs de Potassium ?


A. Furosémides
B. Spironolactones
C. Indapamide
D. Amiloride
E. Bumétanide
Source : R1 2020
REP : BD
3. Les diurétiques sont des substances qui :
A. Inhibent la réabsorption rénale du sodium
B. Stimulent la réabsorption rénale du sodium
C. Provoquent une élimination urinaire d'eau et de NACL
D. Provoquent une rétention urinaire d'eau et de NACL
E. Luttent contre l'expansion du volume des liquides extracellulaires
Source : R2 2020
REP : ACE
4. Le furosémide est :
A. A Un diurétique de l'anse
B. Un diurétique thiazidique
C. Un diurétique antialdostérone
D. Un diurétique hypokaliémiant
E. Un diurétique épargneur de potassium
Source : R3 2020
Rep : AD
5. Concernant la spironolactone :
A. C'est un diurétique de l'anse
B. C'est un diurétique épargneur de potassium
C. C'est un diurétique anti aldostérone
D. C'est un diurétique hypokaliémiant
E. Il peut entraîner une gynécomastie
Source : R4 2020
Rep : BCE/BC
6. Les diurétiques qui peuvent être utilisés en cas d'insuffisance rénale sévère sont les :(cocher la ou les
réponses justes) :
A. Diurétiques de l'anse
B. Diurétiques thiazidiques
C. Antis aldostérones
D. Les spironolactones
E. Tous les diurétiques
Source : R1 2019
REP : A
7. Le site d'action des diurétiques de l'anse est :
A. Le tube contourné proximal
B. La branche descendante de l'anse de Henlé
C. La branche ascendante de l'anse de Henlé
D. La partie proximale du tube contourné distal
E. Le tube collecteur

69
Source : R2+ R4 2019
REP : C
8. Quels sont les diurétiques thiazidiques ou apparentés :
A. Furosémide
B. Indapamide
C. Xipamide
D. Amiloride
E. Bumétanide
Source : R4 2019
REP : BC
9. Le furosémide :
A. Est indiqué en cas d'HTA avec fonction rénale correcte
B. Est indiqué en cas d'insuffisance cardiaque
C. Entraine une hyperkaliémie
D. Peut entrainer une gynécomastie une durée d'action inférieure à 6 heures
Source : R3 2017
REP : BE
10. Parmi ces désordres biologiques le ou les quels peut (peuvent se voir sous diurétiques de l'anse de
Henlé) :
A. Hyperkaliémie
B. Hypokaliémie
C. Hyper calciurie
D. Hypocalcémie
E. Hyper uricémie
Source : R1 2016
REP : BCE
11. Les complications observées après un traitement par un diurétique de l'anse de Henlé :
A. Une hyperkaliémie
B. Une hypokaliémie
C. Une déshydratation extracellulaire
D. Une hypernatrémie
Source : R1 2015
REP : BC
12. Les diurétiques du groupe des spironolactones sont indiqués :
A. Dans l’insuffisance rénale aigue
B. Dans l’insuffisance cardiaque congestive
C. Dans hypertension artérielle avec hyperkaliémie
D. Dans l’hypertension artérielle avec hypokaliémie
Source : R4 2015
REP : BD

22. Cardiopathies congénitales


1. Les éléments cliniques en faveur d'une coarctation aortique sont :
A. L'existence d'un souffle lombaire
B. L'abolition des pouls fémoraux
C. L'hypertension artérielle des membres supérieurs
D. Des sueurs abondantes
Source : R1 2020
REP : BC

70
2. A propos de la transposition des gros vaisseaux simple et isolée : cocher la ou les réponse (s) juste (s) :
A. A C'est une cardiopathie congénitale non cyanogène
B. La connexion atrio-ventriculaire est concordante
C. C La connexion ventriculo-artérielle est discordant
D. Le risque majeur est une désadaptation du ventricule gauche
Source : R3 2016
REP : B
3. Dans la TGV simple, le risque immédiat dépend :
A. De la cyanose et ses complications
B. De la désadaptation du VG
C. De la décompensation du VD
D. Des troubles du rythme
Source : R4 2016
REP : A
4. La tétralogie de Fallot comprend
A. Une communication inter-atriale
B. Une sténose pulmonaire
C. Une discordance atrio-ventriculaire
D. Une communication inter-ventriculaire
Source : Ratt 2016
REP : BD
5. La transposition des gros vaisseaux est une :
A. Discordance atrio ventriculaire avec concordance ventriculo-artérielle
B. Discordance ventriculo-artérielle avec une concordance atrio ventriculaire.
C. Double discordance atrio ventriculaire et ventriculo-artérielle.
D. Concordance atrio ventriculaire avec concordance ventriculo-artérielle.
Source : R2 2015
REP : B
6. Dans le syndrome d'Eisenmenger, les résistances artériolaire, pulmonaire sont :
A. Normales et inférieures aux résistances artérielles systémiques (RAS).
B. Elevées mais inférieures aux RAS.
C. Elevées et supérieures aux RAS.
D. Toujours basses.
Source : R2 2015
REP : C
7. Parmi ces cardiopathies congénitales, lesquelles peuvent se compliquer d'un abcès du cerveau
A. Communication inter ventriculaire.
B. Communication inter auriculaire.
C. Tétralogie de Fallot
D. Le ventricule droit a double issue.
Source : R2 2015

REP : CD
8. Dans les cardiopathies congénitales type shunt « gauche-droite », l'importance du shunt dépend de :
A. La taille de la communication uniquement.
B. Du niveau des résistances artériolaires pulmonaire uniquement.
C. De la taille de la communication et de niveau des résistances artériolaire pulmonaires.
D. Du siège de la communication.
Source : R2 2015
REP : C
9. A propos du syndrome d'EISENMENGER cocher la ou les réponse (s) juste (s) :
A. Est une complication d'un Shunt gauche - droite quel que soit son importance
71
B. Les pressions pulmonaires sont supra systémiques
C. Les résistances artériolaires pulmonaires sont élevées
D. Le shunt reste toujours gauche – droite
Source : R3 2015
REP : BC
10. Toutes ces cardiopathies congénitales sont à risque d'endocardite infectieuse sauf une laquelle ?
A. Rétrécissement aortique congénital
B. Communication inter ventriculaire.
C. Communication inter auriculaire
D. Tétralogie de Fallot
Source : R3 2015
REP : C
11. Parmi ces cardiopathies congénitales cyanogènes laquelle donne une cyanose précoce, cocher la réponse
juste :
A. Tétralogie de Fallot
B. Ventricule droit à double issue
C. Transposition des gros vaisseaux
D. Ventricule unique
Source : R4 2015
REP : C
12. Parmi ces cardiopathies congénitales laquelle et considérée comme à très haut risque d’endocardites
infectieuse :
A. Communication inter ventriculaire
B. Communication inter auriculaire
C. Rétrécissement aortique congénital
D. Tétralogie de Fallot
Source : R4 2015
REP : D

QCM TD/TP

1. Douleur thoracique
1. Une douleur thoracique brutale et intense irradiant vers le dos chez un hypertendu évoque en
priorité
A. Un SCA type STEMI
B. Une embolie pulmonaire
C. Une embolie pulmonaire
D. Une dissection de l'aorte
E. Une tamponnade péricardique
Source : Ratt 2020
Rep : C

2. Devant une douleur thoracique intense migratrice vers le dos chez un hypertendu, on doit évoquer en
priorité :
A. Un syndrome coronaire aigu
B. Une dissection de l'aorte
C. Une tamponnade péricardique
D. Une péricardite constrictive
E. Une embolie pulmonaire
Source : R1 2020
72
REP : B
3. Un patient hypertendu de 45 ans se plaint depuis quelques mois d'une douleur précordiale e type de
picotement survenant au repos et durant quelques secondes. Quelle est la proposition exacte ?
A. C'est un angor typique
B. C'est un angor atypique
C. C'est une douleur non angineuse
D. C'est un angor instable
Source : R2 2020
REP : C
4. Le tableau clinique d'une dissection de l’aorte peut associer :
A. Une douleur thoracique Irradiant vers le dos
B. Une asymétrie des pouls
C. Une hémorragie cérébrale
D. Une asymétrie tensionnelle
E. Un assourdissement des bruits du cœur
Source : R2 2020
REP : ABDE
5. Une douleur thoracique brutale et intense irradiant vers le dos chez un hypertendu mal équilibré évoque
en priorité :
A. Un SCA type STEMI
B. Une embolie pulmonaire
C. Une dissection de l'aorte
D. Une tamponnade péricardique
E. Un angor d'effort
Source : R3 2020
Rep : C
6. Concernant l'orthopnée :
A. C'est une dyspnée de repos.
B. Elle s'aggrave à l’orthostatisme
C. Elle correspond à une classification stade II de la NYHA
D. Elle fait partie du tableau d'insuffisance cardiaque gauche
E. Elle fait partie du tableau d'insuffisance cardiaque droite
Source : R3 2020
Rep : AD
7. Une douleur thoracique rétro sternale constrictive survenant à l'effort et qui disparait au repos évoque :
A. Un STEMI
B. Un NSTEMI
C. Une dissection de l'aorte
D. Une péricardite
E. Un angor d'effort
Source : R4 2020
Rep : E
8. Quels sont les signes cliniques d'une tamponnade cardiaque ?
A. Etat de choc
B. Asymétrie des pouls
C. Pouls paradoxal
D. Turgescence des veines jugulaires
E. Des signes d'insuffisance cardiaque gauche
Source : R1 2019
REP : ACD
73
9. Les explorations suivantes permettent la certitude diagnostique en cas de douleur ; Cocher les réponses
justes :
A. Angioscanner en cas d'emballe pulmonaire proximale
B. Coronographie en cas de dissection de l'aorte
C. Echo-cardiographe en cas d'épanchement péricardite
D. IRM en cas d'angine de poitrine
Source : R1 2019
REP : AC
10. Quelles caractéristiques cliniques évoquent une douleur péricarditique ?
A. Douleur à type de brulure
B. Douleur rétro sternale en barre et constrictive
C. Douleur majorée par l’inspiration profonde
D. Douleur accompagnée parfois de fièvre
E. Douleur exacerbée par l'antéflexion
Source : R2 2019
REP : ABCD/ACD
11. Diverses cardiopathies peuvent entraîner une douleur thoracique avec fièvre. Quelle est la réponse fausse
?
A. L'embolie pulmonaire
B. La péricardite
C. Dissection aortique
D. L'insuffisance cardiaque
E. Anévrysme de l'aorte ascendante en pré rupture
Source : R3 2019
REP : D
12. Quels sont les caractéristiques d'une douleur thoracique d'origine péricardique ?
A. Type de coup de poignard
B. Rétro sternale en barre, constrictive
C. Augmenté par l'inspiration profonde
D. S'accompagne parfois de fièvre
E. Exacerbée par l'antéflexion
Source : R3 2019
REP : CD
13. Douleurs thoraciques avec sus décalage ST fait suspecter
A. Infarctus du myocarde
B. Péricardite
C. Dissection de l'Aorte
D. Embolie pulmonaire
Source : R1 2018
REP : ABC
14. Les critères de la douleur thoracique de la péricardite :
A. Type de brulure.
B. Calmée par l'inspiration profonde.
C. Migratrice vers le dos
D. Calmée par l'antéflexion.
E. S'accompagne parfois de fièvre
Source : R2 2018
REP : ADE

74
15. Quels sont les signes pouvant accompagner la tamponnade péricardique.
A. Etat de choc
B. Asymétrie des pouls.
C. Pouls paradoxal.
D. Turgescence des jugulaires
E. Signes d'insuffisance cardiaque droite.
Source : R3 2018
REP : ACDE
16. Quel diagnostic différentiel doit-on redouter dans un contexte de douleur thoracique devant cet aspect de
grande onde R en V1-V2 ?
A. Un infarctus antérieur
B. Une dissection de l'aorte,
C. Une péricardite aigue
D. Un infarctus postérieur
Source : R1 2017
REP : D
17. La douleur thoracique de l'angor d'effort typique :
A. Est variable avec les mouvements respiratoires
B. Prolongée au-delà de 20 mn
C. Persiste même après arrêt de l'effort
D. Soulagée par la position penchée en avant
E. Soulagée par la prise de dérivés nitrés
Source : R2 2017
REP : E
18. La douleur de la péricardite aigue :
A. Est exacerbée par l'expiration
B. Est exacerbée par les changements de position
C. Est soulagée par la position penchée en avant
D. Est soulagée par la prise de dérivés nitrés
Source : R3 2017
REP : BC
19. Quelle urgence doit-on évoquer face à une douleur thoracique avec aspect R/S en V1 ?
A. Une péricardite aigue
B. Un infarctus antérieur
C. Un infarctus postérieur
D. Une embolie pulmonaire
E. Une dissection de l'aorte
Source : R3 2017
REP : C
20. La douleur de la péricardite aigue :
A. Est soulagée par la trinitrine
B. Est exacerbée par les changements de position
C. Est soulagée par la position penchée en avant
D. Est soulagée par la position couchée
Source : R4 2017
REP : BC
21. La douleur de la péricardite aigue :
A. Est soulagée par la trinitrine
B. Est exacerbée par les changements de position
C. Est déclenchée par l'effort
D. Est soulagée par la position penchée en avant
E. Soulagée par la position couchée
Source : Ratt 2017

75
REP : BD
22. La douleur thoracique lors de la péricardite :
A. Est de type pleural
B. Elle est exacerbée par les changements de position et l'inspiration profonde
C. Elle se manifeste électriquement par un sus décalage ST diffus concave vers le haut
D. Elle est soulagée par la prise des dérivés nitrés et le repos strict.
Source : R1 2016
REP : ABC
23. La douleur thoracique lors de la dissection aigue de l'aorte se caractérise par :
A. Douleur angoissante rétro-sternale irradiant vers le dos
B. Peut être associée à une asymétrie tensionnelle
C. Peut se manifester sur la radiographie thoracique par un élargissement du médiastin
D. Il existe souvent des antécédents d'HTA mal équilibrée
E. L'angioscanner thoracique permet de confirmer le diagnostic
Source : R2 2016
REP : ABCDE
24. La douleur thoracique lors de l'embolie pulmonaire -cocher la réponse fausse- :
A. Est une douleur qui peut être de type pleural
B. La localisation peut être basi thoracique
C. Elle peut être associée à des hémoptysies
D. La démarche diagnostique est facilitée par la réalisation de scores de présomption
E. Un dosage des d-dimères négatif exclue toujours le diagnostic
Source : R3 2016
REP : E
25. L'œdème pulmonaire aigu (OAP) cardiogénique est dû à :
A. Un corps étranger intra bronchique
B. La présence de sang dans les alvéoles pulmonaires
C. L'irruption brutale de liquide plasmatique dans les alvéoles pulmonaires
D. L'altération directe de la membrane alvéolo-capillaire
Source : R3 2016
REP : C
26. Concernant la douleur thoracique lors d'un SCA sans sus décalage ST :
A. C'est une douleur angineuse typiquement irradiant vers le membre supérieur gauche et la mâchoire
inférieure
B. Elle peut être soulagée par les dérivés nitrés
C. Elle survient généralement au repos
D. Sa durée dépasse 30 mn
E. La prise en charge ne dépend pas du dosage de troponine
Source : R4 2016
REP : ABC
27. Parmi ces étiologies des douleurs thoraciques ; quelle est celle qui n'engage pas habituellement le
pronostic vital :
A. La péricardite aigue
B. Les SCA
C. La dissection de l'aorte
D. L'embolie pulmonaire
Source : Ratt 2016
REP : A

76
2. Anticoagulants
1. Au cours d'un relais héparine-Sintrom®(Acénocoumarol) pour fibrillation atriale non valvulaire, vous
obtenez les résultats suivants : temps de céphaline activé = 1,5 fois le témoin, taux de prothrombine
à 26 %, un INR à 2.9 Quelle est la conduite à adopter ?
A. Arrêt de l'héparine et continuer Sintrom à la même dose
B. Augmenter l'héparine et continuer Sintrom à la même dose
C. Augmenter le Sintrom et l'héparine
D. Augmenter le Sintrom et arrêter l'héparine
E. Continuer héparine et Sintrom à la même dose
Source : Ratt 2020
Rep : A

2. Lors d'un relais héparine-Sintrom (Acénocoumarol) pour fibrillation atriale non valvulaire, vous obtenez
les résultats suivants : temps de céphaline active= 1,5/témoin, taux de prothrombine=26%, INR= 2.9:
quelle sera votre attitude ?
A. A Arrêter héparine et continuer le Sintrom à la même dose
B. Augmenter l'héparine et continuer le Sintrom à la même dose
C. Augmenter le Sintrom et l'héparine
D. Augmenter le Sintrom et arrêter l'héparine
E. Continuer héparine et Sintrom a la même dose
Source : R1 2020
REP : A
3. L’INREP : (une ou plusieurs propositions exactes)
A. Est calculé à partir du Temps de Quick
B. Diminue en cas de traitement par antivitamine K
C. Améliore la reproductibilité inter-laboratoire
D. Permet de mieux définir les zones thérapeutiques pour chaque indication du traitement AVK
E. Doit être compris entre 2 et 3 en cas de maladie veineuse thromboembolique
Source : R1 2020
REP : ACDE
4. Un malade est traité depuis 03 jours par héparine (perfusion continue) pour une thrombose veineuse.
Lors du relais par les AVK : (cocher la réponse juste)
A. La dose Initiale d'AVK doit être élevée (dose charge)
B. On peut équilibrer un traitement AVK en moins de 3 i
C. L'héparine doit être arrêtée 2 jours après la 1ère prise d'AVK
D. L'INR doit être mesuré 48-72 heures après la 1ère prise d’AVK puis 48-72 heures après chaque
modification posologique Jusqu'à obtenir 2 INR stables
E. L'adaptation posologique des AVK se fait grâce au TCA
Source : R2 2020
REP : D
5. Lors de la chirurgie cardiaque, l'antagoniste de l'héparine est :
A. La vitamine k
B. La protamine
C. La dopamine
D. La noradrénaline
E. Le complexe PPSB
Source : R3 2020
Rep : B
6. Concernant l'INR quelles propositions sont justes ?
A. Est calculé à partir du temps de Quick (TQ)
77
B. Est calculé à partir de TCK
C. Améliore la reproductibilité Inter-laboratoire
D. Permet de mieux définir les zones thérapeutiques pour chaque indication du traitement AVK
E. Doit être compris entre 2 et 3 en cas de maladie veineuse thromboembolique
Source : R3 2020
Rep : ACDE
7. L’effet anticoagulant de l’héparine non fractionnée : (une ou plusieurs propositions exactes) :
A. Est quasi Immédiat
B. Implique la liaison avec l'antithrombine lll
C. S'exerce exclusivement in vivo
D. Peut être évalué par la mesure du temps de saignement
E. Peut être évalué par le temps de céphaline avec activateur
Source : R4 2020
Rep : BE
8. Une femme enceinte de 8 mois présente une thrombose veineuse profonde sans embolie pulmonaire ;
quel traitement préconisez-vous dans l'immédiat ?
A. Anti vitamine K en dose de charge
B. Héparinothérapie
C. Antiagrégants plaquettaires
D. Traitement thrombolytique
E. Interruption de la veine cave inférieure
Source : R2 +R3 2019
REP : B
9. Concernant les héparines de bas poids moléculaire (HBPM), cocher les réponses justes :
A. Ont surtout une forte activité anti IIa et peu d'activité anti Xa.
B. Ne nécessitent pas de surveillance biologique
C. Donnent moins d'hémorragies par rapport à l’héparine non fractionnée (HNF)
D. Une clearance rénale à 45 ml/min est une contre-indication aux HBPM
E. Action indirecte sur les facteurs Xa et Iia
Source : R3 2019
REP : CE/BCE
10. Chez une femme de 35 ans porteuse de valve de Starr mitrale implantée pour maladie mitrale
rhumatismale quelle est la réponse exacte ?
A. Un traitement anticoagulant oral par antivitamine K est nécessaire pendant un an
B. Un anticoagulant oral direct (AOD) peut être utilisé
C. Un traitement anticoagulant oral par les antivitamine K doit être poursuivi à vie
D. Un traitement héparinique est nécessaire pendant le premier mois post-opératoire. Passé ce délai,
aucun traitement modifiant l'hémostase
E. Un traitement exclusif par antiagrégants plaquettaires est entrepris d'emblée
Source : R4+ Ratt 2019
REP : C
11. Un malade est traité depuis 03 jours par de l'héparine pour une thrombose veineuse. Il est décidé de
prendre le relais par les AVK :
A. La dose initiale d'AVK doit être élevée (dose charge) pour accélérer le taux de prothrombine
B. Il est possible d'équilibrer le traitement AVK en moins de 3 jours
C. Le traitement par l'héparine doit toujours être arrêté 2 jours après la première prise d'AVK
D. L'INR doit être mesurée 48-72 heures après la 1ére prise d'AVK puis 48-72 heures après chaque
modification posologique jusqu'à obtenir 2 INR stables
E. L'adaptation posologique des AVK s'effectue principalement selon l'hypocoagulabilité mesurée par TCA
78
Source : Ratt 2019
REP : D
12. Quel est l'INR cible d'un patient porteur d'une valve mécanique à bille (valve de Starr) en position
aortique en fibrillation auriculaire ?
A. 2
B. 2.5
C. 3
D. 3.5
E. 4
Source : R1 2018
REP : E
13. Quel est le TCA cible d’une patiente mise sous LOVENOX (HBPM) à dose curative pour une TVP
A. 1.5
B. 2
C. 2.5
D. Toutes les réponses sont justes
E. Toutes les réponses sont fausses.
Source : R1 2018
REP : E
14. Quel est l'INR cible d'un patient porteur d'une valve mécanique à double ailettes (Medtronic) en position
aortique en fibrillation auriculaire
A. 2
B. 2,5
C. 3
D. 3,5
E. 4
Source : R2 2018
REP : C
15. Que faire en cas de chirurgie programmée à haut risque hémorragique sous Héparine non fractionnée
(HNF) par voie IV :
A. Arrêt de l'IINF 4 à 6 heures avant l'intervention
B. Arrêt de l'HNF 8 à 12 heures avant l'intervention
C. Arrêt de l'HNF 24 heures avant l'intervention
D. Opérer le malade sous HNF
Source : R2 2018
REP : A
16. Quel est l'INR cible d'un patient porteur d'une valve biologique en position mitrale et en AC/FA à j 15 de
son implantation :
A. 2-3.
B. 2,5- 3,5.
C. Pas d'anticoagulation.
D. 3-4.
E. 3,5.- 4,5.
Source : R3 2018
REP : A
17. Que faire devant une chirurgie à haut risque hémorragique programmée chez un patient sous
Enoxaparine Lovenox (HBPM) à dose curative ? La dernière dose avant la chirurgie doit avoir lieu ;
A. 24 heures avant

79
B. 12 heures avant.
C. 5 jours avant.
D. 8 heures avant.
E. 6 heures avant.
Source : R3 2018
REP : A
18. Les effets secondaires du Lovenox (HBPM) sont :
A. Thrombopénie
B. Risque hémorragique
C. Toxicité digestive
D. Hypotension artérielle
Source : R4 2018
REP : AB
19. Quel est 'INR cible d'un patient âgé de 80 ans suivi pour ACFA sur rétrécissement mitral serré :
A. 2-3
B. 3-4.5
C. 2.5 -3.5
D. Pas d'indication d'une anticoagulation
Source : R4 2018
REP : A
20. Un malade est mis sous HBPM (Lovenox) à dose curative, la surveillance est basée sur :
A. INR entre 2 et 3
B. TCA entre 2 et 3
C. Taux de plaquettes tous les jours
D. Taux de plaquettes 2 fois par semaine
Source : R4 2018
REP : D
21. L'endocardite sur prothèse est suspectée sur :
A. L'apparition d'un souffle cardiaque
B. L'accentuation d'un souffle préexistant
C. Un état fébrile
D. Une douleur thoracique
Source : R1 2017
REP : ABC
22. Les valeurs cibles d'INR et de TP dépendent de, cocher les réponses justes :
A. Type de la prothèse
B. Age du patient
C. Siège de la prothèse valvulaire
D. Nombre de prothèses implantées
Source : R1 2017
REP : ACD
23. La thrombose de prothèse peut se manifester par, cocher les réponses justes :
A. Un assourdissement des bruits de prothèse
B. Une diminution des bruits de prothèse
C. Un œdème aigu du poumon
D. Un état de choc
Source : R1 2017
REP : ABCD
24. La désinsertion de prothèse est suspectée devant, cocher les réponses justes :
A. L'apparition d'un souffle cardiaque
B. Une anémie
80
C. Un trouble de la conscience
D. Un taux d'hémoglobine bas
Source : R1 2017
REP : ABD
25. Une thrombose de prothèse peut être suspectée devant, cocher les réponses justes :
A. Un assourdissement des bruits de prothèse
B. Un œdème aigu du poumon (OAP)
C. Un état de choc
D. Un accident embolique artériel
E. Un renforcement des bruits de prothèse
Source : R2 2017
REP : ABCD
26. Les valeurs cibles de l'INR et du TP dépendent :
A. De l'âge du patient
B. Du type de la prothèse
C. Du siège de la prothèse
D. Du nombre de prothèses implantées
Source : R3 2017
REP : BCD
27. Quelles situations peuvent évoquer une thrombose de prothèse ?
A. Un assourdissement des bruits de prothèse
B. Un renforcement des bruits de prothèse
C. Un œdème aigu du poumon (OAP)
D. Un état de choc
E. Un accident embolique artériel
Source : Ratt 2017
REP : ACDE
28. Les complications des prothèses mécaniques sont :
A. La thrombose de prothèse
B. L’endocardite infectieuse
C. La dégénérescence de la prothèse
D. La désinsertion de la prothèse
Source : R1 2016
REP : ABD
29. Le diagnostic de la thrombose de prothèse est confirmé par :
A. La radiographie du thorax
B. L'électrocardiogramme
C. L'échocardiographie
D. La radioscopie
Source : R2 2016
REP : CD
30. Le choix des prothèses Cardiaques dépend de :
A. Age du patient
B. Sexe
C. Le rythme cardiaque
D. Présence d'une contre-indication au traitement anticoagulant
Source : R4 2016
REP : AD/ABD/ACD/ABCD
31. Un dysfonctionnement d'une prothèse cardiaque est suspecté devant :
A. L'apparition d'un souffle cardiaque
B. Une diminution de l'intensité des bruits de la prothèse

81
C. L'apparition d'une anémie inexpliquée
D. L'apparition d'une fièvre
Source : Ratt 2016
REP : ABC/AB
32. L’anti vitamine K :
A. Augmente le risque hémorragique
B. L’acénocoumarol (sintrom) a un ½ vie plus longue que la coumarine (warfarine)
C. Leur prescription nécessite d'abord l'élimination de contre-indications
D. La contre-indication aux injections intra musculaire est formelle
E. Après l'atteinte de la cible de l'INR, la surveillance ultérieure n'est pas obligatoire
Source : R1 2015
REP : ACD
33. Les héparines de bas poids moléculaire (HBPM) :
A. Sont administrées par voie orale
B. Exposent à un risque de thrombopénie
C. Allongent le TCA
D. S’administrent en 1 ou 2 fois par jour en dose curative
E. Sont indiquées dans l'embolie pulmonaire
Source : R1 2015
REP : BDE
34. La surveillance biologique d'un TRT par héparine non fractionnée comporte :
A. Formule numération sanguine (FNS)
B. Un taux de prothrombine (TP)
C. Le taux de céphaline activé (TCA)
D. Un bilan rénal
Source : R1 2015
REP : AC
35. Concernant les anti vitamines K :
A. Augmentent le risque hémorragique.
B. L'acénocoumarl (sintrom)a une ½ vie plus longue que la coumarine (warfarine).
C. Leur prescription nécessite d'abord l'élimination des contre-indications.
D. Bloquent la synthèse des facteurs I, II et III de la coagulation.
Source : R2 2015
REP : AC
36. Concernant les héparines de bas poids moléculaire :
A. Sont administrées par voie orale.
B. Comportent un risque de thrombopénie.
C. Allongent le TCA.
D. Sont Administrées par voie intramusculaire.
E. Sont indiquées dans l'embolie pulmonaire.
Source : R2 2015
REP : BE
37. A propos des prothèses valvulaires :
A. Le traitement anti coagulant est indiqué à vie pour les prothèses mécaniques (PM).
B. La dégénérescence est l'apanage des PM.
C. Le traitement anti coagulation est indiqué à vie pour les prothèses biologiques (PB).
D. La dégénérescence est l’apanage des PB.
Source : R2 2015
REP : AD
38. Un traitement par anti vitamine K nécessite, la surveillance, cocher la réponse juste :
A. Du temps d'HOWELL
B. Du TCK
C. De la FNS avec le taux de plaquettes
D. Du TP avec INR
82
E. De la fonction rénale
Source : R3 2015
REP : D
39. A propos des prothèses valvulaires mécaniques
A. Elles ont une durée de vie habituellement prolongée
B. Elles ont une durée de vie habituellement courte
C. Elles ne nécessitent pas un TRT aux AVK habituellement
D. Une évolution vers la dégénérescence est habituelle
Source : R3 2015
REP : A
40. Les anti vitamine K
A. Augmentent le risque hémorragique
B. L'acénocoumarol (Sintrom) à la ½ vie la plus longue
C. Leur prescription nécessite d'abord l'élimination des contre-indications
D. Sont Contre indiqués pendant toute la durée de grossesse
E. Comportent un risque de thrombopénie immuno-allergique
Source : R3 2015
REP : AC
41. Les héparines de bas poids moléculaire (HBPM)
A. Sont administrées par voie orale
B. Comportent un risque de thrombopénie
C. TCA cible est de 2 à 3
D. Leur antidote est la protamine
E. Sont indiquées dans l'embolie pulmonaire
Source : R3 2015
REP : BDE
42. Concernant l’Acénocoumarol (Sintrom) cocher les réponses justes :
A. Augmente le risque hémorragique
B. A la ½ vie la plus longue parmi les anticoagulants
C. Est un anticoagulant à forte dose, antiagrégant à faible dose
D. Est contre indiqué en cas d'allaitement
E. Comporte un risque de thrombopénie immuno-Allergique
Source : R4 2015
REP : AD
43. Les héparines de bas poids moléculaire (HBPM) ;
A. Sont administrées par voie intramusculaire
B. Comportent un risque de thrombopénie.
C. TCA cible est de 2 à 3
D. Sont contre indiquées en cas d'allaitement
E. Sont indiquées dans l'embolie pulmonaire
Source : R4 2015
REP : BE

3. Surcharge cavitaire
1. L'ECG d'une femme de 42 ans porteuse d'un rétrécissement mitral serré retrouve une onde P bifide
en Dll avec une amplitude maximale à 0.3 mV ; Une onde P diphasique en V1 avec une négativité
terminale ample >1mm2 ; Une durée de l'onde P à 0.13 s. Il s'agit :
A. D'une hypertrophie atriale droite
B. D'une hypertrophie atriale gauche
C. D'une hypertrophie bi-atriale
D. D'une hypertrophie ventriculaire droite
E. D'un aspect normal
Source : Ratt 2020
Rep : C
83
2. Les constatations suivantes sont en faveur d'une hypertrophie ventriculaire gauche chez un homme
de 65 ans, lesquelles ?
A. Un axe de QRS à +100°
B. Un indice de Lewis à -19 mm
C. Un indice de Sokolow à 42 mm
D. Un indice de Corneil à 29 mm
E. Un aspect rsR’ en précordiales droites
Source : Ratt 2020
Rep : CD

3. L'HVG de type diastolique est caractérisée par :


A. Un indice de Sokolow supérieur à 40 mm
B. Un indice die Lewis supérieur à + 17 mm
C. Des ondes Q fines et profondes en DI, VL, V5, V6
D. Des ondes T négatives et asymétriques en DI, VL, V5, V6
E. Une onde S profonde en V2, V3
Source : R1 2020+ R3 2019

REP : ABCE
4. Un malade est porteur d'une valvulopathie rhumatismale. Sur l'ECG On doit retenir en faveur d'une
sténose mitrale pure serrée :
A. Hypertrophie auriculaire gauche
B. Hypertrophie ventriculaire gauche
C. Hypertrophie ventriculaire droite
D. Déviation à gauche de l'axe électrique du QRS
E. Bloc de branche gauche
Source : R1 2020
REP : AC
5. Dons l'ECG de l'hypertrophie auriculaire droite :
A. L'axe de P. est dévié vers la droite
B. L'axe de P est dévié vers la gauche
C. La durée de l'onde P est inférieure a 0.12 sec
D. L'amplitude de l'onde P est supérieure à 2.5 mm en DII
E. L'amplitude de l'onde Pest inférieure à 2.5 mm en DII
Source : R2 2020
REP : ACD
6. La formule de l'indice de Cornell pour le calcul de l'hypertrophie ventriculaire à l'ECG est :
A. RAVL +SV3
B. SV1 + RV5
C. RV1+ SV5
D. (RDI+ SDIII) - (SDI+R DIII)
E. (SD1+RDIII) - (RDI+SDIII)
Source : R3 2020
Rep : A
7. Chez une patiente porteuse d'un rétrécissement mitral serré, l'ECG retrouve une onde P bifide en DU avec
une amplitude maximale à 0.3 mV ; une onde P diphasique en VI avec une négativité terminale ample
>lmm2, Une durée de l'onde P à 0.13 s. Il s'agit d'une :
A. Hypertrophie atriale droite
B. Hypertrophie atriale gauche
C. Hypertrophie bi-atriale
84
D. Hypertrophie ventriculaire droite
E. Une onde P normale
Source : R4 2020
Rep : C
8. Quel sont les critères ECG en faveur d'une hypertrophie ventriculaire droite chez une femme de 52 ans :
A. Un axe de QRS à +100°
B. Un indice de Lewis à -19 mm
C. Un indice de Sokolov à 42 mm
D. Un indice de Cornel à 24 mm
E. Un aspect rsR’ en précordiales droites
Source : R4 2020
Rep : ABE
9. En matière d'hypertrophie ventriculaire à l'ECG, quelle formule est utilisée pour calculer l'indice de Lewis :
A. RAVL + SV3
B. SV1 + RV5
C. (RDI+SDIII) - (SDI + R DIII)
D. (SDI + RDIII) - (RDI+SDIII)
E. RV1 + SV5
Source : R4 2020
Rep : C
10. Lors d'un rétrécissement mitral pur la saillie de l'arc moyen gauche au téléthorax face est due à :
A. La dilatation du tronc de l'artère pulmonaire
B. La dilatation de la crosse de l'aorte
C. La dilatation de l'oreillette droite
D. La stase veineuse dans le hile gauche
E. La dilatation de l'auricule gauche
Source : R1 2019
REP : AE
11. Au cours du rétrécissement mitral pur, la saillie et l'allongement et de l’arc moyen gauche du cœur sur le
téléthorax sont dus à :
A. La dilatation du tronc de l'artère pulmonaire
B. La dilatation de l'aorte
C. La dilatation de l'auricule gauche
D. La stase veineuse dans le hile gauche
E. La réduction du volume ventriculaire gauche avec abaissement consécutif de la pointe
Source : R2 2019
REP : AC
12. Un indice de Sokolow calculé à 50mm évoque :
A. Hypertrophie auriculaire droite
B. Hypertrophie auriculaire gauche
C. Hypertrophie ventriculaire droite
D. Hypertrophie ventriculaire gauche
E. Est un indice normal
Source : R4 2019
REP : D
13. Une onde P pointue en DII avec une durée à 0,10 s et une amplitude à 3.5mm évoque :
A. Hypertrophie auriculaire gauche
B. Hypertrophie auriculaire droite
C. Hypertrophie bi auriculaire
85
D. Une onde P normale
E. Une extra systole auriculaire
Source : R4 2019+ R2 2018
REP : B
14. Un indice de Lewis calculé à ( -25) est compatible avec
A. Hypertrophie (H) bi ventriculaire.
B. (H) auriculaire droite.
C. (H) ventriculaire droite.
D. (H) ventriculaire gauche.
E. Un tracé normal
Source : R3 2018
REP : C
15. Une onde P d'une durée de 0.15 secondes avec une amplitude à 3 mm évoque :
A. Hypertrophie biauriculaire
B. Hypertrophie auriculaire droite
C. Hypertrophie ventriculaire et auriculaire
D. Hypertrophie auriculaire gauche
E. Une P normale
Source : R4 2018
REP : A
16. Quel diagnostic évoquer devant un aspect R/S> 1 en V1-V2 à l'ECG ?
A. Hypertrophie ventriculaire gauche (HVG)
B. Bloc de branche droit (BBD)
C. Hypertrophie ventriculaire droite (HVD)
D. Bloc de branche gauche (BBG)
Source : R1 2017
REP : C
17. L'HVG systolique entraine les modifications suivantes à l'ECG, cocher les réponses justes :
A. Augmentation de l'amplitude de l'onde R en V5, V6
B. Diminution de l'amplitude de l'onde S en V1
C. Indice de Cornel supérieur à 22 mm chez l'homme
D. Des indes T négatives en V5-V6
E. Indice de Sokolov supérieur à 35 mm chez le sujet de plus de 40 ans
Source : R2 2017
REP : ADE
18. L'hypertrophie auriculaire gauche (HAG) entraine :
A. Un allongement de la durée de l'onde P>0,12 sec
B. Une augmentation de l'amplitude de P> 2,5 mm
C. Une onde P bi phasique avec 2eme composante large et profonde en V1
D. Onde P bi phasique avec 1ère composante large et profonde en V1
Source : R2 + Ratt 2017
REP : AC
19. Quels sont les critères diagnostiques d'un BBG complet ?
A. Rythme supra ventriculaire
B. Durée de QRS >0,12 sec
C. Aspect RR' en V5 V6 DI VL
D. Aspect RSR' en V1 V2
Source : R3 2017
REP : ABC
20. Dans l'HVVG on peut retrouver les aspects ECG suivants, lesquels ?
A. Bloc incomplet gauche
B. SV1 + RV5 supérieur à 35
86
C. Aspect R/S en V1
D. Ondes T négatives en V5 V6
Source : R4 2017
REP : ABD
21. Concernant le bloc de branche gauche complet (BBG) cocher la réponse fausse :
A. La durée du QRS est > 0,12 sec
B. Le rythme est d'origine ventriculaire
C. Il donne un aspect RR' en DI AVL
D. Il donne un aspect RR' en V5 V6
Source : R4 2017
REP : B
22. Quels sont les critères diagnostiques d'un bloc de branche gauche (BBG) complet ?
A. Rythme supra ventriculaire
B. Durée de QRS > 0,12 sec en V6
C. Indice de Sokolow > 40 mm
D. Aspect RSR' en V1 V2
Source : Ratt 2017
REP : AB
23. La lecture d'un tracés ECG d'un patient retrouve un PR à 0,24 sec une onde P positive à 4mm en DII et un
rapport R/S= 2 cocher la ou les réponse (s) juste (s) :
A. BAV de 2ème degré
B. НAG
C. HVG
D. Hypertrophie auriculaire droite
Source : R1 2015
REP : D
24. Dans l’hypertrophie auriculaire gauche HAG
A. L'amplitude de l'onde P est > 2,5 mm
B. L'onde Pest diphasique avec prédominance de positivité en V1
C. L'axe de l'onde Pest dévie à plus de +90
D. La durée de l’onde P est > 0,12s
E. Se voit fréquemment dans le rétrécissement mitral avec un bloc de branche droit incomplet
Source : R1 2015
REP : DE
25. A propos de l’hypertrophie ventriculaire gauche(HVG) systolique :
A. L'onde T est positive pointue et symétrique
B. L'onde Test négative pointue et symétrique
C. Se voit surtout dans les surcharges volumétriques des cavités gauches
D. L'onde q en V5 - V6 persiste et augmente d'amplitude
E. L'indice le plus sensible est l'indice de Sokolow
Source : R1 2015
REP : B
26. A Propos de l’hypertrophie ventriculaire droite :
A. L’axe QRS et dévié < -30°
B. L'onde 1ei négative, pointue et symétrique en V5, V6.
C. Se voie surtout dans les surcharges volumétriques des cavités gauches
D. Peut se voir dans le RM
E. L'indice le plus sensible pour son diagnostic est l'indice de Sokolow.
Source : R2 2015
REP : D
27. Dans l'HAD (hypertrophie auriculaire droite) cochez les réponses justes :
A. L’amplitude de l'onde P est > 2,5 mm
B. L’onde P est diphasique avec prédominance de négativité en V1
C. L'axe de l'onde P est dévié à >+ 90

87
D. La durée de l'onde Pest >0,12 s
E. Peut se voir dans les valvulopathies gauches évoluées.
Source : R3 2015
REP : ACE
28. Dans l'Hypertrophie ventriculaire gauche diastolique cochez les réponses justes :
A. L'onde Test positive pointue et symétrique
B. L'onde T est négative pointue et symétrique
C. Se voit surtout dans les surcharges barométriques des cavités gauches
D. L'onde Q en V5- V6 persiste et augmente d'amplitude
Source : R3 2015
REP : AD
29. A propos de l’hypertrophie auriculaire gauche :
A. L'amplitude de l'onde P est > 2,5 mm
B. L'onde P est diphasique avec prédominance de la négativité en V1
C. L’axe de l’onde P est dévié à > + 90°
D. La durée de l’onde P est >0,12s
E. Se voit dans les valvulopathies gauches
Source : R4 2015
REP : BDE
30. A Propos de l’hypertrophie ventriculaire gauche systolique :
A. L'onde T est positive
B. L'onde T est négative
C. Se voit surtout dans les surcharges de pression ides cavités gauches
D. L'onde Q en V5-V6 persiste et augmente d'amplitude
E. L'indice le plus sensible est l’indice de Cornel
Source : R4 2015
REP : BCE
31. A Propos de l’hypertrophie ventriculaire droite :
A. L'axe de QRS est dévié à droite
B. Les QRS peuvent être larges en V1 et V2
C. Se traduit par un aspect RSR' en V5 et V6
D. Le rapport R/S devient > 1 en V5 et V6
E. L'indice le plus sensible pour le diagnostic est l’indice de Cornel
Source : R4 2015
REP : AB

4. Echographie
1. Lors de l'évaluation échocardiagraphique de la fonction systolique du ventricule gauche (VG): cocher les
réponses justes
A. Fraction d'éjection du VG (FEVG) est conservée si supérieure à 50%
B. FEVG est conservée si inférieure à 50%
C. On peut évaluer la FE par le mode TM
D. On peut évaluer la FE par le mode bidimensionnel
E. Une FE VG altérée reflète une insuffisance cardiaque diastolique
Source : R2 + Ratt 2019
REP : ACD
2. Concernant le mode doppler à l'échocardiographie, cocher les propositions justes
A. Il existe deux techniques : doppler tissulaire et doppler des flux
B. Le doppler pulsé classique mesure les vitesses sanguines supérieures à 1-1,5 m/s
C. Le doppler continu mesure les vitesses les plus élevées sans aucune limitation

88
D. Au doppler couleur, le flux s'approchant de la sonde est codé en bleu, celui s'éloignant de la sonde est
codé en rouge
E. Le doppler tissulaire mesure les vélocités pariétales intra myocardique liées à l'activité mécanique du
cœur
Source : R2 2019
REP : ACE
3. L'aspect électrocardiographique du flutter auriculaire est caractérisé par :
A. Onde F en dents de scie
B. Avec retour à la ligne iso électrique
C. Sans retour à la ligne iso électrique
D. Onde F mieux visible en inferieur
Source : R1 2018
REP : ACD
4. Les principales fenêtres pour l'examen échocardiagraphique sont :
A. Sous -sternale
B. Para sternale
C. Apicale
D. Sous costale
E. Sus costale
Source : R2 2018
REP : BCD
5. A propos de l'évaluation de la fonction ventriculaire gauche systolique à l'échocardiographie :
A. La fraction d'éjection du ventricule gauche (FEVG) est conservée și > 50%.
B. L'évaluation de la FEVG peut se faire en mode TM.
C. L'évaluation de la FEVG peut se faire en mode bidimensionnel.
D. La fraction d'éjection du ventricule gauche (FEVG) est conservée si < 50%.
Source : R3 2018
REP : ABC
6. L'échocardiographie utilise :
A. Les rayons X
B. L'opacification des cavités cardiaques par du produit de contraste
C. Le phénomène de réflexion des ondes ultrasonores
D. Un radio traceur isotopique
Source : R2+R3 2017+ R1 2016
REP : C
7. En doppler couleur le flux sanguin est codé selon son sens :
A. En vert jaune s'il s'éloigne du capteur
B. En bleu s'il s'approche du capteur
C. En rouge s'il s'approche du capteur
D. En mosaïque en cas de vitesses faibles
Source : R3+ Ratt 2017
REP : C
8. Quelles sont les quatre fenêtres principales pour l'exploration écho cardiographique ?
A. Fenêtre para-sternale gauche
B. Fenêtre apicale
C. Fenêtre sus sternale
D. Fenêtre sous costale
E. Fenêtre sus claviculaire gauche
Source : R4+ Ratt 2017
REP : ABCD
9. A l'échocardiographie en mode doppler couleur le codage se fait, cocher la proposition juste :
89
A. En bleu pour les flux se rapprochant du capteur et en rouge s'ils s'en éloignent
B. En rouge pour les flux se rapprochant du capteur et en vert s'ils s'en éloignent
C. En vert pour les flux se rapprochant du capteur et en jaune s'ils s'en éloignent
D. En rouge pour les flux se rapprochant du capteur et en bleu s'ils s'en éloignant
Source : R4 2017
REP : D

5. Lecture d’ECG
1. Le territoire basal de l'iDM est défini par :
A. Les dérivations D2, D3 et AVF
B. Les dérivations V1, V2 et V3
C. Les dérivations V7, V8 et V9
D. Les dérivations V5, V6, D1 et AVL
Source : Ratt 2020
Rep : C

2. Un courant de lésion sous endocardique est défini par :

A. Une onde T positive, ample et symétrique


B. Une onde T négative
C. Un sous décalage du segment ST
D. Un sus décalage du segment ST
Source : Ratt 2020
Rep : C

3. Les conditions nécessaires pour dire qu'un rythme est sinusal sont :
A. L'onde P est négative en DI
B. L'onde P est positive en DII
C. L'onde Pest suivie par un QRS
D. Le QRS est précédé d'une onde P
E. La durée de QRS est inférieure à 0.12 seconde
Source : R1 2020
REP : BD
4. L'indice de Cornell normal : (cocher la ou les réponses justes) :
A. Est inférieur à 20 mm chez la femme
B. Est inférieur à 20 mm chez l'homme
C. Est inférieur à 28 mm chez la femme
D. Est supérieur à 20 mm chez la femme
E. Est inférieur à 28 mm chez l'homme
Source : R2 2020
REP : AE
5. En présence de quels critères ECG l'onde Q est dite pathologique ? :
A. Une durée supérieure à 0.04 sec
B. Une amplitude qui dépasse 1 mm et X de celle du QRS
C. Présente dans deux dérivations contigües
D. Une durée qui est inferieure a 0.02 s
E. Une amplitude qui dépasse celle de l'onde S
Source : R2 2020
REP : ABC

90
6. Concernant les normes de l'ECG enregistré dans les conditions standards (vitesse de déroulement du
papier à 25mm/s et 1cm équivaut 1 millivolt) :
A. L’amplitude de l’onde P doit être inférieure à 1.5 mm
B. L'intervalle PR est compris entre 0.12 et 0.20 secondes
C. L'axe de QRS se situe entre -30° et +100°
D. L'indice de Cornell est inférieur à 20mm chez la femme et 28mm chez l'homme
E. La durée de l’intervalle QT corrigé doit être inferieure a 35 secondes
Source : R3 2020
Rep : BCD
7. L'ECG d'une patiente dyspnéique retrouver une onde P bifide en Dll avec une amplitude a 0.2 mV et une
durée de 0.13S. Une onde P diphasique en V1 avec une négativité terminale ample sup a 1mm carré. Il
s'agit d'une :
A. Hypertrophie atriale droite
B. Hypertrophie atriale gauche
C. Hypertrophie bi atriale
D. Hypertrophie ventriculaire droite
E. Une onde P normale
Source : R3 2020
Rep : B
8. La fréquence cardiaque d'un rythme irrégulier est appréciée par une de ces méthodes :
A. 300/nombre de gros carreaux séparant RR
B. La règle de 6 secondes
C. A l’aide d'une réglette à ECG
D. 300/nombre de gros carreaux séparant RR le plus court
E. 300/nombre de secondes séparant RR le plus long
Source : R3 2020
Rep : B
9. Au cours de la lecture de l'ECG, L'amplitude de complexe QRS est appréciée par (cocher la ou les réponses
justes) :
A. L'indice de Cornel
B. L'indice de Lyon-Sokolow
C. L'indice de Morris
D. L'indice de Lewis
E. L'Indice de Winter
Source : R4 2020
Rep : ABD
10. La fréquence cardiaque d'un rythme régulier à l'ECG est estimée selon la formule suivante :
A. 300/nombre de petits carreaux séparant RR)
B. 300/nombre de gros carreaux séparant RR)
C. 60/nombre de gros carreaux séparant RR)
D. 100/nombre de gros carreaux séparant RR)
E. 300/nombre de secondes séparant RR)
Source : R4 2020
Rep : B
11. Sur un ECG de repos avec une vitesse de déroulement de papier à 25 mm/s et un étalonnage de 10mm
pour 1 mv, l'analyse des complexes QRS retrouve un aspect RS iso diphasique en aVF et onde R exclusive
en D1. L'axe de QRS est calculé à :
A. + 60°
B. +180°
C. 0°
D. +90°
91
E. - 90°
Source : R1 2019
REP : C
12. Sur un ECG normal, l'indice de Cornell doit être (cocher la réponse juste) :
A. Supérieur à 28mm chez l'homme
B. Inférieur à 28mm chez la femme
C. Supérieur à 20mm chez l'homme
D. Inférieur à 20mm chez la femme
E. Entre 20 mm et 28 mm
Source : R1 + Ratt 2019
REP : D
13. La correspondance entre les dérivations ECG et le territoire d'un infarctus du myocarde est la suivante.
(Réponses justes)
A. D2 -D3- VF = infarctus Inférieur
B. D1- VL- V5- V6 = Infarctus latéral
C. D1-VL-V1- V2-V3 = Infarctus septal profond
D. VI- V2-V3 = infarctus antéro-septal
E. D2 -D3 -VF-V5 -V6 = infarctus Inféro-latéral
Source : R1 2019
REP : ABDE
14. Sur un ECG normal l'indice de Lewis doit être :
A. Supérieur à 28 mm
B. Inférieur à -14
C. Entre -14 et +17
D. Inférieur à 35 mm
E. Entre -17 et +14
Source : R2 2019
REP : C
15. Une onde P pointue en DII avec une durée à 0,10s et une amplitude à 3.5mm évoque :
A. Hypertrophie auriculaire gauche
B. Hypertrophie auriculaire droite
C. Hypertrophie bi auriculaire
D. Une onde P normale
E. Une extra systole auriculaire
Source : R3 2019
REP : B
16. La fréquence cardiaque d'un rythme régulier à l'ECG est estimée selon la formule suivante (cocher la
réponse juste) :
A. 300/nombre de petits carreaux séparant RR)
B. 300/nombre de gros carreaux séparant RR)
C. 60/nombre de gros carreaux séparant RR)
D. D- 100/nombre de gros carreaux séparant RR
E. 300/nombre de secondes séparant RR)
Source : R4 2019
REP : B
17. Au cours de la lecture d'un ECG normal, l'amplitude du complexe QRS est appréciée par (cocher la ou les
réponse(s) juste(s) :
A. L'indice de Cornell

92
B. L'indice de Lyon Sokolow
C. L'indice de Morris
D. L'indice de Lewis
E. L'indice de Winter
Source : R4 2019
REP : ABD
18. La fréquence cardiaque d'un rythme irrégulier est estimée par laquelle des méthodes suivantes ?
A. 300/nombre de petits carreaux séparant RR
B. La règle des 6 secondes
C. A l'aide d'une réglette à ECG
D. 300/nombre de gras carreaux séparant RR le plus court
E. 300/nombre de secondes séparant RR le plus long
Source : Ratt 2019
REP : B
19. Cochez les propositions compatibles avec un tracé ECG normal :
A. Un PR à 0,24 s
B. Une durée d'onde P à 0,08 s
C. Une amplitude de l'onde P à 3mm en DII
D. Chaque onde P est suivie par un QRS
E. La durée du QRS à 0,12 S.
Source : R1 2018
REP : BD
20. Un indice de SOKOLOW à 50 mm évoque :
A. Hypertrophie auriculaire droite
B. Hypertrophie auriculaire gauche
C. Hypertrophie ventriculaire droite
D. Hypertrophie ventriculaire gauche
E. Un indice normal
Source : R2 2018
REP : D
21. Les dérivations représentant le territoires inferieur sont :
A. D 1, D2, D3.
B. aVF, aVR, aVL.
C. V7, V8, V9.
D. D2, D3, aVF.
E. V4, V5, V6.
Source : R3 2018
REP : D
22. Sur un tracé ECG normal :
A. La durée de l'onde P doit être inférieure à 0 ,20s.
B. La durée de l'intervalle PR est entre 0.12 et 0,20s.
C. L’axe du QRS est entre 0° et 180°.
D. La durée du QRS toujours est supérieure à 0,12s.
E. L’onde T doit être positive dans toutes les dérivations sauf V1.
Source : R3 2018
REP : B
23. L'intervalle PQ ou PR (cocher la réponse juste) :
A. Est théoriquement isoélectrique

93
B. Correspond à la dépolarisation septale
C. Débute à la fin de l'onde P
D. Se termine à la fin de l'onde R
E. Est pathologique s'il est supérieur 0,12 sec
Source : R1 2017
REP : A
24. Le complexe QRS (cacher la réponse fausse) :
A. Correspond à lạ dépolarisation ventriculaire
B. Sa durée est entre 0,06 et 0,08 sec
C. Est toujours à prédominance positive
D. Son axe frontal moyen est entre -30° et +110°
E. Est considéré microvolté si son amplitude est inférieure à 5 mm en dérivations frontales
Source : R1 2017
REP : C
25. Concernant l'intervalle QT, cocher les réponses justes :
A. Se mesure du début du QRS à la fin de l'onde T
B. Sa durée est indépendante de la fréquence cardiaque
C. Doit être reportée dans sa forme corrigée
D. Le rapport QT mesuré/QT corrigé ne doit pas excéder 150%
Source : R1 2017
REP : AC
26. Concernant l'onde T à l'ECG :
A. Elle traduit la fin de la repolarisation auriculaire
B. Elle est de morphologie asymétrique
C. Elle est négative en AVR
D. Elle peut être précédée d'une onde U
E. Elle peut être suivie d'une onde U
Source : R2 2017
REP : BCE
27. Un patient consulte pour douleur angineuse. L'ECG révèle sus décalage du segment ST convexe en DII DIII
AVF. Il s'agit :
A. D'un IDM de territoire antéro-septal
B. D'un IDM de territoire inférieur
C. D'un IDM de territoire latéral
D. D'un IDM de territoire antérieur étendu
Source : R3 2017
REP : B
28. Concernant l'intervalle PR, cocher les affirmations justes :
A. Il reflète la conduction auriculo-ventriculaire
B. Il traduit la repolarisation auriculaire
C. Sa durée chez un adulte varie de 120 à 200 ms
D. En conditions normales il est toujours isoélectrique
Source : R3 2017
REP : ACD
29. Concernant l'axe électrique du cœur, quelles affirmations sont justes ?
A. Axe de QRS à +120 à l'âge de 15 ans
B. Axe de QRS à +120 à l'âge de 75 ans
C. Axe de QRS à -15 à l'âge de 15 ans
D. Axe de QRS à -15 à l'âge de 75 ans
Source : R3 2017
REP : AD
30. Concernant l'intervalle PR, cocher la réponse fausse :
A. Sa durée peut atteindre 0,24 sec chez le sujet âgé
B. Il varie avec la fréquence cardiaque

94
C. Le syndrome de Wolf Parkinson White est la cause la plus fréquente de PR court
D. Peut être sous décalé en cas de péricardite
E. Sa durée chez l'enfant est de 0,12 à 0,20 sec
Source : R4 2017
REP : E
31. Le territoire DI AVL correspond au territoire :
A. Antéro-septal
B. Latéral bas
C. Latéral haut
D. Inférieur
Source : R4 2017
REP : C
32. Concernant l'intervalle QT, cocher les affirmations justes
A. Correspond à la systole auriculaire
B. Correspond à la repolarisation ventriculaire
C. Se mesure du début du QRS au début de l'onde T
D. Se mesure du début du QRS à la fin de l'onde T
E. Est variable selon l'âge le sexe et la fréquence cardiaque
Source : R4 2017
REP : DE
33. Concernant l'intervalle PR à l'ECG, quelle affirmation est juste ?
A. Il représente la dépolarisation auriculaire
B. Il représente la repolarisation auriculaire
C. Il correspond à la transmission auriculo ventriculaire de l'influx
D. Il mesure normalement 0,06 à 0,08 secondes
Source : Ratt 2017
REP : C
34. Un patient consulte pour douleur angineuse. L'ECG révèle un sus décalage du segment ST convexe en Dl et
AVL. Il s'agit :
A. D'un IDM de territoire antéro-septal
B. D'un IDM de territoire inférieur
C. D'un IDM de territoire latéral
D. D'un IDM de territoire antérieur étendu
Source : Ratt 2017
REP : C
35. A propos de la morphologie du complexe QRS dans les dérivations précordiales :
A. Il prend un aspect qRs en V1
B. L'onde R augmente de V1 à V5 ou V6
C. L'aspect RS est retrouvé essentiellement en V3 V4
D. Le rapport R/S est supérieur à 1 en V6
Source : R1 2016
REP : BCD
36. Un tracé ECG standard :
A. Doit contenir 18 dérivations
B. La vitesse de déroulement du papier est de 50 mm/sec
C. L'étalonnage en amplitude est de 10 mm/mv
D. Les dérivations DI, DII et DIII sont des dérivations, unipolaires des membres
Source : R2 2016
REP : C
37. La durée du complexe QRS est :
A. De 0,06s -0,14s
B. De 0,06s -0,09s

95
C. De 0,18s -0,20s
D. Elle est imprécise
Source : R2 2016
REP : B
38. Dans un enregistrement ECG standard cocher la ou les réponses justes :
A. La vitesse de déroulement du papier est de 25 mm/s
B. L'étalonnage en amplitude est de 20 mm/mv
C. Il doit comporter au moins 12 dérivations
D. Les dérivations DI, DII et DIII sont des dérivations bipolaires
Source : R3 2016
REP : ACD
39. Sur le tracé ECG normal, le complexe ORS :
A. A Est toujours précédé d'une onde P
B. Sa durée est comprise entre 0.09 et 0.12 sec
C. Son axe électrique doit être précisé dars les dérivations précordiales
D. Il prend un aspect rS en V1
Source : R4 2016
REP : AD
40. L'indice de Sokolow Lyon :
A. Est calculé en ajoutant l'amplitude de l'onde S en V1 et l'onde R en V5 ou V6
B. Est < 35 mm dans l'ECG normal
C. C’est un indice d'hypertrophie ventriculaire droite
D. Il est souvent >35 mm en cas de RAo serré
Source : Ratt 2016
REP : ABD
41. Dans l'ECG normal de l’adulte :
A. La fréquence cardiaque est comprise entre 60 et 100 cycles/min
B. L'intervalle PR est compris entre 0.06 et 0.09 sec
C. L'onde Pest positive en DII
D. La vitesse du déroulement du papier est de 50 cm/sec
Source : Ratt 2016
REP : AC
42. Sur un ECG normal l’onde P est caractérisée par :
A. Est toujours positive de V1 à V6
B. Son axe est de 0 a + 90
C. Son amplitude normale maximale qui est en DIII est de 2 mm
D. Est toujours suivi de QRS dans le rythme sinusal
E. Sa durée normale est < 0,12s
Source : R1 2015
REP : BDE
43. Dans le rythme sinusal :
A. Chaque QRS est précédé d'onde P
B. L'axe de QRS peut être entre 0 et -90
C. L'onde Pest toujours positive en DII
D. La durée du QRS peut être > 0,12 s
Source : R1 2015
REP : ABCDE
44. Quels sont les critères électriques d'une onde Q pathologique :
A. Sa durée est > 0,08 sec.
B. Sa durée est > 0,04 sec.

96
C. Son amplitude est > 1/4 de l'onde R qui la suit.
D. Son amplitude est > 1/3 de l'onde R qui la suit
E. Son amplitude est > 1/2 de l'onde R qui la suit.
Source : R2 2015
REP : BD
45. Parmi ces données les quelles sont compatibles avec un tracé ECG normal :
A. Rythme régulier à 30/mn
B. Onde P positive en DI
C. Durée ORS =0,12s
D. Axe du QRS à 135°
E. Amplitude de P en DII = 2 mm
Source : R2 2015
REP : BE
46. Parmi ces données lesquelles sont compatibles avec un tracé ECG normal :
A. Un espace PR à 0,16 s
B. Une durée du QRS = 0,14 s
C. Un rapport R/S en V1 =1,5
D. Un indice de SOKOLOW Lyon à 28mm
E. Un axe du QRS à +70°
Source : R3 2015
REP : ADE
47. L'aspect électrique normal de QRS en V1, est cocher la réponse juste :
A. rS
B. Rs
C. RS
D. rs
E. Rsr
Source : R3 2015
REP : A
48. L'onde T chez un sujet qui a un ECG normal :
A. A une pente ascendante rapide
B. A une pente ascendante lente
C. Un sommet pointu
D. Un sommet arrondi
E. Une pente descendante lente.
Source : R3 2015
REP : BD
49. L'onde T chez l'enfant :
A. Peut être négative sans signification pathologique de V1-V4 avant Page de 05 ans
B. Est toujours positive
C. Est toujours négative de V1 à V6
D. Commence à se repositiver dès la 3ème année
Source : R4 2015
REP : A
50. La durée de QRS dans l'ECG normal :
A. 0,06 - 0,10 seconde
B. 0,08 - 0,10 seconde
C. 0,10 - 0,12 seconde
D. 0,12 seconde
Source : R4 2015
REP : A
51. Quelles propositions sont compatibles avec un tracé ECG normal :
A. Une onde P négative en DI
B. Une amplitude de l'onde P = 3,5 mm en DII

97
C. Un PR = 0,24s
D. Un QRS de durée égale à 0,08 s
E. Un axe de QRS +60
Source : R4 2015
REP : DE

6. Syncopes
1. La syncope est caractérisée par : citer la(les) réponse(s) juste(s)
A. Une perte de connaissance progressive
B. Une perte de connaissance précédée de prodromes
C. Une perte de connaissance brutale et sans prodromes
D. Peut être due à une hypoglycémie
E. Survient généralement au cours d’un BAV
Source : Ratt 2020
Rep : CE/C

2. L'enregistrement électrique au cours d'une syncope peut montrer :


A. Une torsade de pointe
B. Une arythmie par fibrillation auriculaire à 90/min
C. Une pause ventriculaire prolongée
D. Un bloc de branche gauche isolé
E. Un allongement isolé de l’espace PR
Source : R1 2020
REP : AC
3. Quelles circonstances étiologiques peuvent déclencher une syncope lors des changements de position ?
A. Au cours du myxome de l'oreillette gauche
B. Au cours du vol sous clavier
C. Au cours de l'hypotension artérielle orthostatique
D. Au cours du bloc auriculo ventriculaire de 3 degré
E. Au cours de l’hypersensibilité du sinus carotidien
Source : R2 2020
REP : ABCE
4. La syncope d'effort peut être observée dans :
A. La cardiomyopathie obstructive
B. Le myxome de l'oreillette gauche
C. Le rétrécissement aortique valvulaire
D. Le bloc auriculo-ventriculaire du 3ème degré
E. L'hypertension pulmonaire primitive
Source : R1 + Ratt 2019
REP : ACE
5. Face à des syncopes à l'emporte-pièce avec un ECG inter-critique normal, quel est l'examen à demander
en priorité ?
A. Un enregistrement ECG continu (Holter)
B. Une exploration endocavitaire
C. Un ECG d'effort
D. Un échocardiogramme
E. Un doppler des vaisseaux du cou
Source : R2 + Ratt 2019

98
REP : A
6. Au cours d'une syncope à l'emporte-pièce d'Adams-Stokes, l’enregistrement ECG peut montrer :
A. Une torsade de pointe
B. Une tachyarythmie par fibrillation auriculaire
C. Une pause ventriculaire prolongée
D. Un bloc de branche gauche isolé
E. Un allongement isolé de l'espace PR
Source : R3 2019
REP : X
7. Le tableau typique de la syncope se décrit comme suit :
A. Survient sans prodromes, sans lien avec l'effort ni la position
B. Entraine souvent la chute et des lésions traumatiques
C. S'accompagne de pâleur intense et d'un état de relaxation musculaire complète
D. Dure généralement moins de 30 secondes
E. Suivi de reprise de conscience progressive avec obnubilation post critique
Source : R4 2019
REP : ABCD
8. La syncope se définit comme :
A. Une perte de connaissance brutale, brève et réversible sans perte du tonus postural
B. Une perte de connaissance brutale, brève et réversible avec perte du tonus postural et dont la
récupération est spontanée.
C. Une perte de connaissance longue avec une amnésie postcritique
D. Une perte du tonus postural sans perte de connaissance et dont la récupération est spontanée
E. Une crise tonico-clonique avec morsure latérale de la langue et une émission d'urines
Source : R1 + R3 2018
REP : B
9. Parmi les causes suivantes de syncopes, quelles sont celles d'origine cardiaque :
A. Le rétrécissement aortique
B. La cardiomyopathie hypertrophique.
C. L'hypersensibilité sino- carotidienne
D. Tétralogie de Fallot
E. L'hypertonie vagale
Source : R1 2018
REP : ABD
10. A propos des étiologies de la syncope posturale :
A. L'hypotension orthostatique
B. La cardiomyopathie hypertrophique
C. Myxome de l'oreillette gauche (OG)
D. Tétralogie de Fallot
E. Thrombus intra OG
Source : R2 2018
REP : ACE
11. Parmi les causes de syncopes, quelles sont celles d'origine cardiaque :
A. Rétrécissement aortique
B. Cardiomyopathie hypertrophique
C. Hypersensibilité sinocarotidienne
D. Tétralogie de Fallot
E. Hypertonie vagale

99
Source : R4 2018
REP : ABD
12. Concernant la syncope :
A. C'est une perte de connaissance subite
B. Elle est suivie d'une récupération spontanée de la conscience
C. Elle dure plusieurs minutes
D. S'accompagne toujours de morsure de la langue et de perte d'urines
E. Peut poser un problème de diagnostic différentiel avec l'épilepsie
Source : R1 2017
REP : ABE
13. Quels examens complémentaires sont à réaliser systématiquement en cas de syncope ?
A. Un ECG
B. Une échocardiographie
C. Un dosage de troponine
D. Un électroencéphalogramme (EEG)
E. Une coronarographie
Source : R1 2017
REP : AB
14. Concernant la syncope, cocher les réponses justes :
A. Elle peut survenir sur embolie pulmonaire massive
B. Elle peut révéler un myxome de l'oreillette gauche
C. Elle s'accompagne toujours convulsions
D. La prise de la TA en position debout et couchée peut retrouver une hypotension orthostatique
E. Peut poser un problème de diagnostic différentiel avec l'épilepsie
Source : R2 2017
REP : ABDE
15. Les situations suivantes peuvent à l'origine de syncope sauf une, laquelle ?
A. Le myxome de l'oreillette gauche
B. Le rétrécissement aortique calcifié (RAC) serré
C. L'embolie pulmonaire massive
D. La cardiomyopathie hypertrophique obstructive (CMH)
E. La péricardite aigue
Source : R3 2017
REP : E
16. Quels examens font partie de la démarche diagnostique devant une syncope ?
A. L'ECG
B. L'échocardiographie Trans thoracique
C. Le scanner cérébral
D. L'électroencéphalogramme (EEG)
E. La coronarographie
Source : R3 2017
REP : AB
17. Les pathologies suivantes peuvent causer une syncope, sauf une, laquelle ?
A. L'embolie pulmonaire massive
B. La tamponnade cardiaque
C. L'insuffisance mitrale
D. Le myxome de l'oreillette gauche
E. L'hypertension artérielle pulmonaire (HTAP)
Source : R4 2017
REP : C
18. Dans le diagnostic de la syncope, cocher les réponses justes
A. L'interrogatoire est primordial
B. La recherche des circonstances de survenue peut orienter le diagnostic
C. La prise de la TA en position debout seulement est obligatoire
100
D. La prise de la TA en position debout et couchée peut orienter vers une hypotension orthostatique
E. Une auscultation cardiaque soigneuse fait partie de l'examen clinique
Source : R4 2017
REP : ABDE
19. Concernant la syncope, quelles réponses sont justes ?
A. C'est une perte de connaissance progressive
B. Elle est généralement suivie d'une récupération spontanée de la conscience
C. Elle dure plusieurs minutes
D. S'accompagne toujours de mesurer de la langue et de perte d'urines
E. Peut poser un problème de diagnostic différentiel avec l'épilepsie
Source : Ratt 2017
REP : BE
20. Parmi les pathologies suivantes laquelle n'est pas à l'origine de syncope ?
A. Le myxome de l’oreillette gauche
B. L'hypertension artérielle pulmonaire (HTAP)
C. L'insuffisance mitrale chronique
D. L'embolie pulmonaire massive
E. Le bloc auriculo ventriculaire complet
Source : Ratt 2017
REP : C
21. La syncope :
A. Est une perte de connaissance de survenue progressive
B. Est précédée toujours de signes neurovégétatifs
C. Elle dure quelques minutes à quelques heures
D. Est une perte de connaissance de survenue brutale durant quelques secondes avec récupération totale
de la conscience.
Source : R1 2016
REP : D
Année 2016 / Rot 1
22. La syncope peut être causée par :
A. Un rétrécissement aortique
B. Une cardiomyopathie hypertrophique
C. Une embolie pulmonaire
D. Un BAV complet
E. Une hypoglycémie sévère
Source : R1 2016
REP : ABCD
23. La syncope est caractérisée par :
A. Une perte de connaissance de survenue lente
B. Précédée toujours de signes neurovégétatifs
C. Dure quelques minutes à quelques heures
D. Survenue brutale avec récupération totale de la conscience
E. S'accompagne toujours d'amnésie postcritique
Source : R2 2016
REP : D
24. La syncope peut poser un problème de diagnostic différentiel avec :
A. Un coma hypoglycémique
B. Une conversion hystérique
C. Une épilepsie
D. Un AVC ischémique transitoire

101
E. Une hypocalcémie
Source : R3 2016
REP : ABCD
25. Concernent la syncope sur BAV :
A. Elle est toujours précédée de prodromes
B. Le pronostic vital du patient n'est jamais engagé car il se réveille toujours spontanément
C. L'ECG en dehors de la syncope peut être normal
D. L'ECG au cours de la crise peut révéler une torsade de pointe
Source : R4 2016
REP : CD
26. Quels sont les examens utiles dans le bilan étiologique d'une syncope vraie :
A. Une glycémie capillaire
B. Un ECG
C. Un scanner cérébral
D. Une échographie-Doppler des artères cervicales
Source : Ratt 2016
REP : B

7. CAT devant troubles de rythmes


1. La fréquence cardiaque d'un rythme irrégulier est appréciée par L’une des méthodes suivantes :
A. 300/nombre de gros carreaux Séparant RR
B. La règle de 6 secondes
C. L'aide d'une réglette à ECG
D. 300/nombre de gros carreaux séparant RR le plus court
E. 300/nombre de Secondes séparant RR le plus long
Source : Ratt 2020
Rep : B

2. L'arythmie respiratoire :
A. Est une arythmie physiologique
B. Se caractérise par une accélération du rythme sinusal à l'inspiration et un ralentissement à l'expiration
C. Se caractérise par un ralentissement du rythme sinusal à l'inspiration et une accélération à l'expiration
D. Est liée à l'interaction neurologique entre le système respiratoire et le système cardio-circulatoire
E. Peut dégénérer en trouble du rythme grave
Source : R1 2020
REP : ABD
3. A propos de la tachycardie ventriculaire (cocher les réponses justes) :
A. C'est le trouble de rythme le plus fréquent
B. C'est une urgence médicale
C. Elle peut entrainer une syncope
D. Elle peut dégénérer en fibrillation ventriculaire
E. Elle se traduit à l’ECG par une tachycardie a QRS fins
Source : R1 2020
REP : BCD
4. Les critères de gravité d'une extrasystole ventriculaire sont :
A. Couplage court (précocité par rapport au QRS précédent)
B. Polymorphisme (extrasystoles de morphologies différentes)
C. La répétitivité (doublet et triplet)

102
D. L'absence de cardiopathie sous-jacente
E. L'existence d'un repos compensateur
Source : R2 2020
REP :ABC
5. La fibrillation atriale est caractérisée par :
A. Absence d'onde P sinusale
B. Apparition d'onde F en toit d'usine
C. Trémulation de ligne de base sous forme d'onde F
D. Rythme ventriculaire régulier et rapide
E. Rythme ventriculaire irrégulier
Source : R1 2019
REP : ACE
6. Devant une tachycardie à QRS large, les signes qui permettent de retenir le diagnostic d'une tachycardie
ventriculaire sont :
A. Présence de complexe d'échappement
B. Présence de complexe de capture
C. Présence de complexe de fusion
D. Dissociation auriculo ventriculaire
E. Absence d'onde P
Source : R1+R2+R3 2019
REP : BCD
7. A propos du flutter auriculaire (réponses justes)
A. Il est lié à une macro réentrée auriculaire
B. Il peut se compliquer d'accidents thromboemboliques
C. La réponse ventriculaire est souvent 2/1
D. On enregistre des ondes F fibrillatoires à l'ECG
E. Le rythme sinusal peut être rétabli par choc électrique externe ou traitement anti-arythmique
Source : R2 2019
REP : ABCE
8. A propos de la fibrillation atriale, cocher les réponses justes :
A. C'est le trouble du rythme le plus fréquent
B. Elle peut être symptomatique ou asymptomatique
C. La réponse ventriculaire est habituellement rapide et irrégulière
D. Elle est caractérisée sur l'ECG par l'absence d'ondes P remplacées par une trémulation de la ligne de
base
E. La restauration du rythme sinusal se fait uniquement par choc électrique externe (CEE)
Source : R4 2019
REP : ABCD
9. Concernant l'extrasystolie ventriculaire, cocher les réponses justes :
A. Elle est toujours symptomatique
B. Survient uniquement sur cœur pathologique
C. S'inscrit à l'ECG comme un complexe QRS prématuré, large et non précédé d'onde P
D. Lorsqu'elle est très précoce elle peut donner un phénomène R/T à l'origine de torsade de pointe
E. Elle peut disparaitre sous béta bloquants
Source : R4 2019
REP : CDE
10. Au cours des tachycardies ventriculaires (TV), le complexe de fusion (cocher les réponses Justes) :
A. Est un complexe fin

103
B. Est le résultat de la dépolarisation simultanée du ventricule par le nœud sinusal et le foyer ventriculaire
donnant la TV
C. Est appelé aussi complexe de capture
D. Sa présence signifie l'origine ventriculaire de la tachycardie
Source : Ratt 2019
REP : BD
11. Concernant la fibrillation atriale (AC/FA) :
A. C'est le trouble du rythme le plus fréquent
B. Elle peut être asymptomatique
C. La réponse ventriculaire est souvent rapide et irrégulière
D. Elle est caractérisée par l'absence d'ondes P remplacées par des trémulations de la ligne de base
E. La restauration du rythme sinusal se fait uniquement par choc électrique externe
Source : Ratt 2019
REP : ABCD
12. Généralement la Fibrillation auriculaire est une tachycardie irrégulière a QRS fins, elle devient régulière en
cas :
A. Syndrome WPW
B. Cardiomyopathie hypertrophique
C. Cardiomyopathie dilatée
D. Bloc auriculo-ventriculaire complet
Source : R1 2018
REP : D
13. Dans l'ACFA, l'anticoagulation est :
A. Systématique chez tous les patients
B. En fonction du score CHADS2VASC
C. Uniquement chez les patients âgés de plus de 80 ans
D. Uniquement chez les jeunes sans cardiopathie préexistante
Source : R4 2018
REP : B
14. Le bigéminisme est la succession régulière de :
A. Deux extrasystoles monomorphes
B. Une systole normale et une extrasystole
C. Deux extrasystoles de morphologie différentes
D. Deux systoles normales et une extrasystole
E. Une extrasystole ventriculaire et une extrasystole auriculaire
Source : R1 2017
REP : B
15. Devant une tachycardie régulière à QRS larges que doit-on discuter ?
A. Tachycardie supra ventriculaire avec bloc de branche
B. Flutter auriculaire
C. Tachycardie ventriculaire
D. Fibrillation auriculaire avec bloc de branche
Source : R1 2017
REP : AC
16. Concernant le BAV du 3 degré, cocher les réponses justes :
A. Il se définit par une dissociation auriculo-ventriculaire
B. Il nécessite rarement le recours à un entrainement électro systolique permanent (pacemaker)
C. En cas de fibrillation auriculaire associée, il se reconnait par des QRS-inéquidistants à l'ECG
D. Sa tolérance dépend de la fréquence du rythme d'échappement
Source : R1 2017
REP : AD
104
17. Concernant l'extrasystolie ventriculaire bénigne, cocher la proposition fausse :
A. Elle peut s'observer à tout âge
B. Elle est faite d'extrasystoles monomorphes
C. Elle n'est jamais perçue par le patient
D. Elle disparait le plus souvent après l'effort
E. Est associée à un examen cardiovasculaire normal
Source : R2 2017
REP : C
18. Devant une tachycardie régulière à QRS fins, quels diagnostics peuvent être évoqués ?
A. Tachycardie sinusale
B. Flutter auriculaire
C. Maladie de Bouveret
D. Tachycardie ventriculaire
E. Fibrillation auriculaire
Source : R2+R3 2017
REP : ABC
19. Concernant les BAV du 3me degré, cocher les réponses justes :
A. Se définissent par une dissociation auriculo-ventriculaire
B. Le PR est fixe mais toujours allongé à l'ECG
C. En cas de FA associée ils donnent un rythme ventriculaire lent et irrégulier
D. Leur tolérance dépend de la fréquence du foyer d'échappement
Source : R2 2017
REP : AD
20. Concernant les troubles conductifs, cocher les réponses justes :
A. Le BSA (bloc sino-auriculaire) se définit par un ralentissement de la conduction au niveau du nœud
d'Ashoff Tawara
B. Le BSA du 1er degré se reconnait par un allongement de PR sur l'ECG de surface
C. Le BAV du 1er degré peut être physiologique
D. Les troubles conductifs peuvent être transitoires
Source : R2 2017
REP : CD
21. Toutes ces propositions concernant le flutter auriculaire sont exactes sauf une, laquelle :
A. La fréquence ventriculaire peut être ralentie par les manœuvres vagales
B. La fréquence auriculaire est à 150/mn
C. Il peut s'accompagner d'un rythme ventriculaire irrégulier ·
D. Il expose à un risque d'embolie artérielle
Source : R3 2017
REP : B
22. Le trigéminisme est la succession régulière :
A. D'une systole normale et d'une extrasystole
B. D'une extrasystole et de deux systoles normales
C. D'une extrasystole auriculaire et de deux extrasystoles ventriculaires
D. De deux extrasystoles et d'une systole normale
Source : R4 2017
REP : B
23. Concernant la fibrillation auriculaire, cocher les réponses justes :
A. C'est une tachycardie régulière
B. Elle est plus fréquente chez le sujet âgé
C. Peut se traduire par un rythme régulier si elle est associée à un BAV complet
D. Elle peut se compliquer d'accident thromboembolique artériel
Source : R4+Ratt 2017
REP : BCD
24. Au sujet du BAV du 1er degré, quelle est la proposition juste ?
A. Il est dû à un blocage intermittent de l'influx lors de son passage des oreillettes vers les ventricules

105
B. Se voit souvent chez le sujet jeune sportif
C. Il se reconnait à l'ECG par l'absence d'ondes P
D. Il est de mauvais pronostic
E. Il nécessite habituellement l'implantation d'un pace maker
Source : R4 2017
REP : B
25. Au sujet du BAV du 1er degré, quelle est la proposition juste ?
A. Se voit souvent chez le sujet jeune sportif
B. Il est dû à un blocage intermittent de l'influx lors de son passage des oreillettes vers les ventricules
C. Il se reconnait à l'ECG par l'absence d'ondes P
D. Il est de mauvais pronostic
E. Il nécessite habituellement l'implantation d'un pace maker
Source : Ratt 2017
REP : A
26. Devant une tachycardie régulière à QRS larges que doit-on discuter ?
A. Tachycardie supra ventriculaire avec bloc de branche
B. Tachycardie ventriculaire
C. Tachycardie du syndrome de pré excitation
D. Fibrillation auriculaire avec bloc de branche
Source : Ratt 2017
REP : ABC
27. La dyspnée de CHEYNE STOKES se traduit par :
A. Des périodes de polypnée croissante
B. Des périodes de bradypnée
C. Une polypnée croissante puis décroissante suivies d'apnée
D. Elle est toujours d'origine cardiaque
Source : R4 2016
REP : C
28. L'aspect électrique de la fibrillation atriale comprend :
A. Des ondes P bloquées
B. Un rythme irrégulier
C. Absence d'ondes P remplacées par un aspect en dents de scie
D. Un QRS large
Source : R4 2016
REP : B
29. Un espace PR <0,12 seconde peut évoquer :
A. Un syndrome de Wolf parkinson white
B. Bloc auriculo ventriculaire (RAV) du 1er degré
C. BAV de 2 degré
D. BAV complet
Source : R4 2015
REP : A

8. ECG dans l’insuffisance coronaire


1. L'onde Q de nécrose est caractérisée par :
A. Une durée supérieure ou égale à 40 ms
B. Une durée supérieure ou égale à 60 ms
C. Une profondeur supérieure a un tiers de l'onde R suivante
D. Une profondeur supérieure au 3/4 de l'onde R suivante
106
Source : Ratt 2020
Rep : AC

2. L'insuffisance coronaire fonctionnelle peut être causée par :


A. Un bas débit
B. Une anémie
C. Une hypoxie
D. Un état de choc
E. Une athérosclérose
Source : R2 2020
REP : ABCD
3. Un sus-décalage du segment ST doit faire évoquer :
A. Une péricardite
B. Un anévrysme du VG
C. Une repolarisation tardive
D. Un infarctus du myocarde
E. Un spasme coronaire
Source : R2 2020
REP : ABDE
4. Lors d'un STEMI les ondes T se négativent aux alentours de :
A. 24 heures d'évolution
B. 36 heures d'évolution
C. 45 heures d'évolution
D. 72 heures d'évolution
Source : R3 2020
Rep : A
Année 2020 / Rot 3
5. L'onde de nécrose est caractérisée par :
A. Une durée supérieure ou égale à 40 ms
B. Une durée supérieure ou égale à 60 ms
C. Une profondeur supérieure au tiers (1/3) de l'onde R suivante
D. Une profondeur inférieure au tiers (1/3) de l'onde R suivante
Source : R3 2020
Rep : AC
6. Le sus décalage du segment ST dans le STEMI disparaît normalement après :
A. Trois jours d’évolution
B. Une semaine d’évolution
C. Deux semaines d’évolution
D. Trois semaines d’évolution
Source : R4 2020
Rep : D
7. L’IDM septal profond se voit au niveau :
A. Des dérivations V1, V2, V3, DI et AVL
B. Des dérivations V1, V2, V3, D2, D3 et AVF
C. Des dérivations 02, 03, AVF, V7, V8 et V9
D. Des dérivations V4, VS, V6. D1 et AVL
Source : R4 2020
Rep : B
8. La définition ECG de l'ischémie-lésion sous endocardique est :
A. Sus décalage du ST avec ondes T négatives

107
B. Sous décalage du ST avec ondes T négatives
C. Sus décalage du ST avec ondes T positives
D. Segment ST normal et grandes ondes T positives
E. Sous décalage du ST et grandes ondes T positives
Source : R2 2019
REP : E
9. La définition électro cardiographique de l'ischémie-lésion sous endocardique antérieure est :
A. Un sus-décalage du segment ST dans les dérivations antérieures avec ondes T négatives
B. Un sous-décalage du segment ST dans les dérivations antérieures avec ondes T négatives
C. Un sus-décalage du segment ST dans les dérivations antérieures avec ondes T positives
D. Un segment ST normal avec grandes ondes T positives
E. Un sous décalage du ST dans les dérivations antérieures avec grandes ondes T positives
Source : R3 2019
REP : E
10. Au cours d'une crise d'angine de poitrine, l'ECG peut montrer :
A. Un sous-décalage du segment ST
B. Un sus-décalage du segment ST
C. Des modifications isolées de l'onde T
D. Aucune modification de ST et de T
E. Une onde Q ischémique transitoire
Source : R3+Ratt 2019
REP : ABCD
11. Parmi ces cinq modifications de l'ECG, laquelle observe-t-on habituellement en premier au stade aigu de
l'infarctus du myocarde ?
A. Onde ample, positive et symétrique
B. Onde T négative et symétrique
C. Sus-décalage du segment ST
D. Sous-décalage du segment ST
E. Onde Q de nécrose
Source : R4 2019
REP : A
12. La modification électrocardiographique la plus spécifique de l'insuffisance coronarienne, lors de l’épreuve
d'effort est :
A. La négativité de l'onde T en dérivations inférieures
B. Le sus-décalage de ST en dérivations précordiales gauches
C. L'apparition d'extrasystoles auriculaires
D. Le sous décalage horizontal du segment ST sup à 0.1 millivolt
E. L'augmentation de 0.1 mv de l'amplitude des ondes T en dérivations précordiales gauches
Source : R4 2019
REP : D
13. Une ischémie sous épicardique correspond sur l'ECG de repos à :
A. Des ondes T négatives
B. Un sus décalage du segment ST
C. Un sous décalage du segment ST
D. Des ondes T amples pointues et symétriques
Source : R1 2018 +R1+Ratt 2017
REP : A
14. Un sus décalage du segment ST de V1 a V6 évoque :

108
A. Une lésion sous endocardique antérieur
B. Une lésion sous épicardique antérieur
C. Une ischémie sous épicardique
D. Une ischémie sous endocardique
Source : R2 2018
REP : B
15. Une onde T négative dans plus de deux dérivations contigües correspond à :
A. Un courant de lésion sous épicardique.
B. Un courant de lésion sous endocardique.
C. Une ischémie sous endocardique.
D. Une ischémie sous épicardique.
Source : R3 2018
REP : D
16. Un IDM récent dont les signes de nécrose siégeant dans les dérivations DII, DIII, AVF, V1, V2, V3 est un
infarctus :
A. Antéro-septal
B. Antérieur étendu
C. Postéro-latéral
D. Septal profond
Source : R4 2018
REP : D
17. L'image en miroir s'observe à l'ECG au cours :
A. D'un syndrome coronaire aigu (SCA) avec sus décalage du segment ST (STEMI)
B. D'un SCA non STEMI
C. D'un angor stable
D. Même chez un sujet sain
Source : R2 2017
REP : A
18. La persistance d'un sus décalage du segment ST dans les suites d'un IDM est évocatrice d'un anévrysme du
VG :
A. Après 24 h
B. Après 48 h
C. Après 72 h
D. Après 21 jours
Source : R2 2017
REP : D
19. Quelle est la définition ECG de l'ischémie-lésion sous-endocardique ?
A. Sus décalage du segment ST et onde T négative
B. Sous décalage du segment ST et onde T négative
C. Sus décalage du segment ST et onde T positive ample
D. Sous décalage du segment ST et onde T positive ample
Source : R3 2017
REP : D
20. Un sus décalage du segment ST avec ondes T négatives et profondes correspond à :
A. Lésion sous épicardique avec ischémie sous endocardique
B. Lésion sous endocardique et ischémie sous épicardique
C. Lésion sous épicardique et ischémie sous épicardique
D. Lésion sous endocardique et ischémie sous endocardique
Source : R4 2017
REP : C
21. Un patient âgé de 50 ans fumeur se présente aux urgences pour une douleur thoracique, un ECG réalisé
objective un sus décalage du segment ST en DII DIII AVF. A quel correspondent les anomalies électriques :
109
A. Lésion sous épicardique.
B. Ischémie sous épicardique.
C. Lésion sous endocardique.
D. Ischémie sous endocardique.
Source : R2 2015
REP : A
22. Un patient âgé de 50 ans fumeur se présente aux urgences pour une douleur thoracique, un ECG réalisé
objective un sus décalage du segment ST en DII DIII AVF. Le siège des anomalies électriques est :
A. Latéral haut
B. Latéral bas
C. Antéro septal
D. Inférieur
E. Apical
Source : R2 2015
REP : D
23. L'angor de Prinzmetal se caractérise électriquement par :
A. Sous décalage du segment ST.
B. Un sus décalage du segment ST.
C. Une onde T ample, symétrique et négative.
D. La survenue fréquente de troubles du rythme.
Source : R2 2015
REP : BD
24. Les caractéristiques du courant de lésion sous épicardique de l'infarctus du myocarde sont :
A. Concave vers le haut
B. Ne donne jamais d'image en miroir
C. Concordant dans toutes les dérivations
D. Convexe vers le haut englobant l'onde T
E. Systématisé à un territoire donné.
Source : R3 2015
REP : DE
25. La chronologie des signes électriques de l'infarctus du myocarde
A. D'abord une onde Q de nécrose
B. Un sus décalage du segment ST dans toutes les dérivations
C. Une onde T ample, pointue et symétrique suivie directement de l'apparition d'une onde Q de nécrose
D. Une onde T ample pointue et symétrique, puis un sus décalage du segment ST systématisé au territoire
de l'infarctus puis une onde Q de nécrose.
Source : R4 2015
REP : D

9. Dyspnée
1. Une dyspnée de repos avec orthopnée et râles crépitants évoque en priorité :
A. Un OAP
B. Une tamponnade péricardique
C. Une embolie pulmonaire massive
D. Une dissection de l'aorte
E. Une insuffisance cardiaque droite aigue
Source : Ratt 2020
Rep : A

2. Les étiologies d'une dyspnée aigue d'origine cardiaque sont :


A. L'œdème aigu du poumon
B. L'état de choc cardiogénique

110
C. L'embolie pulmonaire
D. La tamponnade péricardique
E. La péricardite constrictive
Source : R1 2020
REP : ABCD
3. La dyspnée de l'embolie pulmonaire est une :
A. Polypnée superficielle avec des râles crépitants
B. Bradypnée expiratoire avec des râles sibilants
C. Une polypnée brutale avec douleur basi-thoracique violente
D. Une polypnée survenant pour des efforts intenses
Source : R2 2017
REP : C
4. Une dyspnée stade IV de la NYHA se définit par
A. L'absence de signes fonctionnels
B. Une dyspnée lors des efforts intenses
C. Une dyspnée au moindre effort ou de repos
D. Une dyspnée pour des efforts modérés
Source : R2 2017 + R2 2016
REP : C
5. Une dyspnée stade Il de la New York Heart Association (NYHA) est définie par :
A. L'absence de signes fonctionnels
B. Une dyspnée pour des efforts intenses
C. Une dyspnée au moindre effort ou de repos
D. Une dyspnée pour des efforts modérés
Source : R3 2017
REP : B
6. La dyspnée stade III de la NYHA est :
A. Une dyspnée de repos
B. Une dyspnée de décubitus
C. Une dyspnée pour des efforts modérés
D. Une dyspnée pour des efforts importants
Source : R4 2017
REP : C
7. La dyspnée de l'embolie pulmonaire est une :
A. Bradypnée expiratoire avec des râles sibilants
B. Polypnée superficielle avec des râles crépitants
C. Une polypnée survenant pour des efforts intenses
D. Une polypnée brutale avec douleur basi-thoracique violente
Source : Ratt 2017
REP : D
8. La dyspnée de l'embolie pulmonaire est une :
A. Polypnée superficielle avec des râles crépitants
B. Bradycardie expiratoire avec des râles sibilants
C. Polypnée récente avec une douleur basi-thoracique.
D. Polypnée survenant pour des efforts intenses
Source : R1 2016
REP : C
9. Un patient se plaignant d'une dyspnée en mettant ses vêtements est à quel stade de la NYHA ?
A. I
B. II
C. III
D. IV

111
Source : Ratt 2016
REP : C

10. Chirurgie cardiaque


1. Concernant la circulation extracorporelle, cochés les propositions correctes
A. Le sang veineux est draine vers l'oxygénateur
B. Le sang artériel est draine vers l'oxygénateur
C. Le sang artériel est réinjecté dans l’aorte du patient
D. Le sang veineux est réinjecté dans l’aorte du patient
E. Le sang du patient peut subir des variations de température
Source : R1 2020
REP : ACE
2. La circulation extracorporelle est une technique qui supplée à la jonction de deux organes lors d'une
chirurgie à cœur ouvert ; lesquels ?
A. Le rein
B. Le cœur
C. Les poumons
D. Le cerveau
E. Le foie
Source : R1 2020
REP : BC
3. La circulation extracorporelle est une technique qui supplée la fonction de 2 organes lors d'une chirurgie à
cœur ouvert ; Lesquels ?
A. Les reins
B. Le cœur
C. Les poumons
D. Le cerveau
E. Le foie
Source : R2 2020
REP : BC
4. Lors d’une circulation extracorporelle (CEC), l’héparine est administrée au patient : Cochez la proposition
correcte :
A. Au début de l’intervention avant l’installation de la (CEC)
B. Au début de l’intervention après l’installation de la (CEC)
C. Au milieu de l’intervention
D. En fin de l’intervention
E. N’est pas injectée au patient
Source : R4 2020
Rep : A

11. Fièvre chez le cardiaque

1. La survenue chez un patient d'une fièvre associé à un souffle cardiaque fait discuter :
A. Une cardite rhumatismale en poussée
B. Une péricardite aigue
C. Endocardite infectieuse
D. Myxome de l'OG
E. L'infarctus du myocarde
112
Source : R1 2019
REP : ACE
2. Devant un sujet porteur d'un souffle organique et qui reste fébrile sans cause apparente pendant 08 jours
quel est le diagnostic le plus probable :
A. TVP
B. Dissection Aortique
C. Endocardite infectieuse
D. Péricardite aigue
E. Syndrome de dressler
Source : R1 2018
REP : C
3. Quelles sont les étiologies les plus probables d'une fièvre avec douteur thoracique :
A. Thrombose veineuse profonde.
B. Dissection Aortique.
C. Endocardite infectieuse.
D. Péricardite aigue.
E. Infarctus du myocarde
Source : R2 2018
REP : BDE
4. Devant un sujet qui présente une fièvre avec un souffle cardiaque quels sont les diagnostics les plus
probables :
A. Cardite rhumatismale
B. Péricardite aigue
C. Endocardite infectieuse
D. Thrombose de l'OG
E. Myxome de l'OG
Source : R2 2018
REP : ACDE
5. Devant un sujet porteur d'un souffle organique qui reste fébrile sans cause apparente pendant 8 jours,
quel est le diagnostic le plus probable ?
A. Thrombose veineuse profonde.
B. Dissection aortique.
C. Endocardite infectieuse.
D. Péricardite aigue.
E. Syndrome de Dressler
Source : R3 2018
REP : C
6. Devant un sujet porteur d'un souffle organique et qui reste fébrile sans cause apparente pendant 8 jours,
quels est le diagnostic le plus probable :
A. Thrombose veineuse profonde
B. Dissection aortique
C. Endocardite infectieuse
D. Péricardite aigue
E. Syndrome de Dressler
Source : R4 2018
REP : C
7. Devant une fièvre chez un porteur de prothèse cardiaque, Il faut :
A. Faire des hémocultures
B. Rechercher un foyer infectieux
113
C. Prescrire immédiatement une antibiothérapie
D. Donner des antipyrétiques
Source : R3 2016

REP : AB

Les cas cliniques :

1. Cas clinique : STEMI


Un patient âgé de 48 ans consulte pour douleurs thoraciques de repos Constrictives évoluent depuis 3
heures. L'examen clinique retrouve un rythme réguler, une TA 120/80 mmHg, SaO 2 a 96 mmHg ; ECG :
rythme sinusal régulier a 120/mn avec courant de lésion sous épicardique en D2, D3 AVF.
Source : R1 2020
1. Quel est le diagnostic à évoquer ?
A. Un angor instable
B. Un SCA sans sus décalage de segment ST
C. Un IDM avec sus décalage du segment ST
D. Un IDM sans sus décalage du segment ST
REP : C
2. Quelle sera votre attitude thérapeutique ?
A. Une hospitalisation en USIC
B. Faire une épreuve d'effort
C. Dosage de la troponine puis décider
D. Reperfusion en urgence par thrombolyse ou angioplastie primaire
REP : AD
3. Quel sera le traitement prescrit à la sortie ?
A. Statine
B. Aspirine seule pendant une année
C. Association aspirine-clopidogrel pendant une année
D. Association aspirine-clopidogrel au long cours
E. B-bloquants
REP : ACE

2. Cas clinique : STEMI


Un patient âgé de 48 ans consulte pour douleurs thoraciques de repos Constrictives évoluant depuis 3heures,
l'examen clinique retrouve un rythme régulier une TA 120/80 mmHg, Sao2 à 96 mm Hg, ECG rythme sinusal
régulier à 120/ mn avec courant de lésion sous épicardique de V1 à v6
Source : R1 2018
1. Quel est le diagnostic à évoquer ?
A. Un angor instable
B. Un SCA sans sus décalage de segment ST
C. Un IDM aves sus décalage du segment ST
D. Un IDM sans sus décalage du segment ST
REP : C
2. Quelle sera votre attitude thérapeutique ?
A. Une hospitalisation en USIC

114
B. Faire une épreuve d'effort
C. Dosage de la troponine et puis décider
D. Reperfusion en urgence par thrombolyse ou angioplastie primaire.
REP : AD
3. Quels sont les autres traitements à prescrire
A. Double anti agrégation plaquettaire.
B. Clopidogrel seul.
C. Aspirine seule.
D. Oxygénothérapie.
E. B -bloquants.
REP : AE
4. Quel sera le traitement prescrit en prévention secondaire ?
A. Statine
B. Aspirine seule pendant une année
C. Association aspirine -clopidogrel pendant une année
D. B-bloquants
REP : ACD

3. Cas clinique : STEMI


Un patient âgé de 48 ans consulte pour douleurs thoraciques de repos constrictives évoluant depuis 3heures.
L’examen clinique retrouve un rythme régulier, une TA a 120/80 mmHg Sao2 à 96mmHg. ECG : rythme sinusal
régulier a 120/mn avec courant de lésion sous épicardique de V1 à V6.
Source : Ratt 2018
1. Quel est le diagnostic à évoquer ?
A. Un angor instable.
B. Un SCA sans sus décalage de segment ST
C. Un IDM avec sus décalage du segment ST
D. Un IDM sans sus décalage du segment ST
REP : C
2. Quel est le territoire concerné par les anomalies ECG ?
A. Apical
B. Inférieur
C. Antérieur
D. Latéral
REP : C
3. Quelle sera votre attitude thérapeutique ?
A. Une hospitalisation en USIC
B. Faire une épreuve d'effort
C. Dosage de la troponine puis décider
D. Reperfusion en urgence par thrombolyse ou angioplastie primaire.
REP : AD
4. Quelle sont les autres traitements à prescrire ?
A. Double anti agrégation plaquettaire.
B. Clopidogrel seul.
C. Aspirine seule,
D. Oxygénothérapie.
E. Bétabloquants.
115
REP : AE
5. Quel sera le traitement prescrit à la sortie ?
A. Statine
B. Aspirine seule pendant une année
C. Association aspirine-Clopidogrel pendant une année
D. Bétabloquants.
REP : ACD

4. Cas clinique : STEMI


Un patient âgé de 65 ans, sans facteurs de risque modifiables connus, se présente pour une douleur thoracique
rétro sternale constrictive évoluant depuis 2 heures. Il est eupnéique au repos, sa TA est à 150/80 mmHg,
fréquence cardiaque à 60 cycles/mn ; les pouls sont présents et symétriques ; l'ECG s'inscrit en rythme sinusal
régulier, intervalle PR à 0,25 sec, ondes T négatives et profondes de V1 à V6. La troponine dosée est à 5 ng/ml
(valeur normale < 0,02 ng/ml).
Source : R2 2017
1. Quel est votre diagnostic le plus probable ?
A. Dissection de l'aorte
B. Douleur nan angineuse
C. SCA sans sus décalage du segment ST
D. SCA avec sus décalage du segment ST
E. Angor instable
REP : C
2. Quelle est votre attitude thérapeutique ?
A. Une hospitalisation en USIC
B. Une prise en charge ambulatoire
C. Une thrombolyse
D. Une double anti agrégation plaquettaire avec НВРМ
REP : AD

5. Cas clinique : STEMI


Un patient âgé de 65 ans consulte pour une douleur rétro sternale à type d'oppression avec vomissements,
évoluant depuis 6 heures. Il a des antécédents d'AVC hémorragique remontant à 2ans, une HTA et un
diabète. L'examen clinique retrouve un patient dyspnéique, angoissé par la douleur, rythme régulier, pas de
bruits surajoutés ; TA= 140/80 mm Hg. Saturation (Sa02) = 96 % ; A l'ECG est en rythme sinusal régulier ;
QRS de durée= 0,08 sec, PR= 0,20 msec, fréquence cardiaque= 80/mn ; sus décalage de ST de 3 mm en V1
V2 V3 et V4, sous décalage de ST de 1 mm en DII DIII et AVF.
Source : R4 2017
1. Le patient présente :
A. Un infarctus (IDM) avec sus décalage du segment ST
B. Un IDM sans sus décalage du segment ST
C. Un angor instable
D. Un syndrome coronaire aigu sans sus ST
REP : A
2. Quel est le territoire coronaire concerné ? :
A. Antérieur
B. Inférieur
C. Circonférentiel
D. Postérieur
REP : A
3. Quelle sera votre attitude thérapeutique en urgence ?
A. Angioplastie primaire
B. Fibrinolyse avec contrôle coronarographique dans les 24 heures
116
C. Angioplastie de sauvetage
D. Pas de reperfusion, traitement médical anti-Ischémique
REP : A
4. Quel est le traitement adjuvant nécessaire ?
A. Dose de charge d'aspirine et de clopidogrel
B. Aspirine 75mg/j et clopidogrel 75 mg/j
C. Clopidogrel à 75 mg/j seul
D. Héparine de bas poids moléculaire
E. oxygénothérapie
REP : AD

6. Cas Clinique: STEMI


Un patient âgé de 57 ans, fumeur ; s'est présenté aux urgences médicales pour des brulures rétro sternales
de repos évoluant depuis 4 heures, n'augmentant pas à l'inspiration et irradiant au membre supérieur
gauche. L'ECG révèle un courant de lésion sous épicardique en DII, DIII, AVF
Source : R1 2016
1. Quel est le diagnostic à évoquer :
A. SCA avec sus décalage du segment ST
B. SCA sans sus décalage du segment S
C. Péricardite aigue
D. Embolie pulmonaire
REP : A
2. Quel (s) sont le (s) moyen (s) thérapeutique (s) :
A. Reperfusion coronaire par agent thrombolytique
B. Angioplastie primaire si disponible
C. La reperfusion coronaire est entamée si la troponine est élevée
D. HBPM seulement
E. Anti inflammatoires non stéroïdiens
REP : AB
3. L'ordonnance de sortie de votre patient doit comporter au moins :
A. Anti vitamine K seulement
B. Double anti agrégation plaquettaire
C. Statine
D. Aspirine à dose anti inflammatoire
REP : BC

7. Cas clinique : STEMI


Patient âgé de 56 ans ; aux antécédents personnels d'AVC ischémique il y a un mois et familiaux d'infarctus
du myocarde chez le père à l’âge de 69 ans, se présente aux urgences pour des brulures rétro sternales
irradiant au membre supérieur gauche évoluant depuis 2 heures, TA à 130/80 mmHg, un BMI à 25 kg/m,
l'ECG révèle un rythme sinusal régulier avec un courant de lésion sous épicardique en DII DIII AVF, glycémie
0,80 g/l.
Source : R2 2016
1. Quels sont ses facteurs de risque cardio-vasculaire :
A. L'âge
B. L'HTA
C. Antécédents familiaux de coronaropathie précoce
D. AVC ischémique
E. Obésité

117
REP : A
2. Quel est le diagnostic à évoquer :
A. Angor instable
B. SCA avec sus décalage persistant du segment ST
C. SCA sans sus décalage persistant du segment ST
D. Embolie pulmonaire
REP : B
3. A quel territoire correspond ces anomalies électriques :
A. Inférieur
B. Latéral
C. Postéro basal
D. Antérieur
REP : A
4. Quels sont les examens biologiques nécessaires pour décide du traitement :
A. D-Dimères
B. BNP
C. Troponine
D. Chimie des urines
E. Aucun
REP : E
5. Le traitement peut comprendre :
A. Double Anti agrégation plaquettaire
B. Fibrinolyse
C. Angioplastie primaire
D. Statine a forte dose
REP : ABCD

8. Cas clinique : STEMI


Un patient âgé de 60 ans, sans antécédents particuliers, le tabac a été sevré depuis plus de 10 ans, présente
une douleur thoracique rétro sternale constrictive irradiant vers le membre supérieur gauche. C'est une
douleur de repos intermittente qui dure en moyenne 15 mn, évoluant depuis 6 heures. L'ECG retrouve un
rythme sinusal régulier avec un sus-décalage du segment ST de 0,5 mm en DIII et des ondes T négatives et
profondes de V1 à V6. La glycémie est à 3g/L, le TA est i 190/60 mmHg, le BMI est à 24 Kg/m 2 :
Source : R3 2016
1. Quels sont les facteurs de risque cardio-vasculaires ?
A. Tabagisme actif
B. Diabète probable
C. HTA probable
D. Obésité
E. Age
REP : BCE
2. Quel est le diagnostic à évoquer ?
A. Un angor instable
B. SCA sans sus décalage du segment ST
C. SCA avec sus décalage du segment ST
D. IDM avec sus décalage du segment ST
E. IDM sans sus décalage du segment ST
REP : B

118
3. Quel est le territoire coronaire concerné ?
A. Inférieur
B. Antérieur
C. Postéro basal
D. Latéral
REP : B
4. Qu'est-ce que vous préconisez dans l'immédiat ? :
A. Dosage de la troponine
B. Dosage de la troponine en ambulatoire
C. Orienter le patient pour épreuve d'effort
D. Chimie des urines et bilan rénal
REP : AD
5. Quelle sera votre attitude thérapeutique
A. Aspirine
B. Aspirine + ticagrélor
C. Anti-vitamin K
D. Fibrinolyse
E. Héparinothérapie
REP : BE

9. Cas clinique : STEMI


Une patiente Agée de 67 ans, diabétique hypertendue, se présente en Urgences pour épi gastralgies et
vomissements. L'examen cardiaque est sans anomalies avec une TA à 120/80 mmHg. A l'ECG : rythme
sinusal régulier avec ondes T négatives de V1 à V6. Glycémie = 3g/L, créatinine = 12 mg/L, troponine = 2
ng/ml (valeur normale <0,22ng/ml)
Source : R4 2016
1. Les anomalies électriques correspondent à :
A. Une lésion sous endocardique
B. Une lésion sous épicardique
C. Une ischémie sous endocardique
D. Une ischémie sous épicardique
REP : D
2. Quel est le diagnostic à évoquer :
A. SCA avec sus décalage du segment ST
B. IDM avec sus décalage du segment ST
C. IDM sans sus décalage du segment ST
D. Angor instable
REP : C
3. Quel est votre conduite à tenir :
A. Double anti agrégation plaquettaire
B. Reperfusion par thrombolyse ou angioplastie
C. Stratification du risque ischémique
D. Béta bloquants
REP : BCD
4. Quels sont les examens complémentaires à demander :
A. Echocardiographie
B. D-dimères
C. Chimie des urines
119
D. Ionogramme sanguin
E. Coronarographie
REP : ACDE

10. Cas clinique : STEMI


Un patient âgé de 60 ans se présente aux urgences médicales pour une douleur rétro sternale constrictive
évoluant depuis plus de 14 heures. L'auscultation note une tachycardie régulière et des râles crépitants aux
bases pulmonaires. La TA est à 130/80 mm Hg. A l’ECG : rythme sinusal régulier à 120 cycles/min, QRS fins,
courant de lésion sous-épicardique de V1 à V6.
Source : Ratt 2016
1. Quel est le diagnostic le plus probable ?
A. IDM avec sus-décalage du segment ST
B. IDM sans sus-décalage du segment ST
C. SCA sans sus-décalage du segment ST
D. Angor instable
REP : A
2. Ce patient présente une complication grave, laquelle ?
A. Insuffisance cardiaque droite
B. Œdème aigu du poumon
C. Pneumopathie
D. Tachycardie ventriculaire
REP : B
3. A quel territoire coronaire correspond les anomalies électriques ?
A. Latéral
B. Inférieur
C. Antérieur
D. Biventriculaire
REP : C
4. Quelle serait votre attitude thérapeutique en urgence ?
A. Fibrinolyse en l'absence de contre-indication
B. Diurétiques de l'anse en intraveineux
C. Diurétiques thiazidiques
D. Dérivés nitrés
E. Double antiagrégation plaquettaire
REP : BDE

11. Cas clinique : IM


Un patient âgé de 55 ans suivi pour souffle cardiaque se présente pour une dyspnée de repos avec
orthopnée. L'examen clinique retrouve un souffle systolique 3/6 apexo-axillaire, un B3 à la pointe, des
œdèmes des membres inférieurs avec une turgescence des jugulaires. La PA est à 10/50 mmHg
Source : R2 2020
1. Ce patient présente :
A. Une décompensation cardiaque globale sur IM
B. Une décompensation cardiaque gauche isolée sur IM
C. Une décompensation cardiaque droite isolée sur IM
D. Un état de choc sur IM
REP : A
120
2. Le téléthorax réalisé cher ce patient peut montrer :
A. Un arc inferieur gauche en double bosse
B. Une cardiomégalie
C. Une scissurite
D. Un épanchement pleural
E. Une image en aile de papillon
REP : BCDE
3. L'IM de ce patient est d'origine dégénérative. C'est une IM :
A. A mouvements valvulaires exagérés
B. A mouvements valvulaires diminués
C. Due essentiellement chez te patient a une maladie de Barlow
D. Due essentiellement chez ce patient à une dégénérescence Fibroétastique
E. Expose à un risque important de rupture de cordages mitraux
REP : ADE

12. Cas Clinique: RM


Un patient de 67 ans sans facteurs de risque cardiovasculaire consulte pour des palpitations ressenties
depuis 10 jours. L'examen note un roulement diastolique et un éclat de B1 au foyer mitral, et un éclat de B2
au foyer pulmonaire.
Source : R3 2020
1. Quelle pathologie suspectez-vous ?
A. Rétrécissement mitral avec HTA
B. Rétrécissement mitral avec HTAP
C. Insuffisance mitrale avec HTAP
D. Une maladie mitrale avec HTAP
E. Une insuffisance mitrale ave HTA
Rep : B
2. Quel examen demander pour confirmer et évaluer cette valvulopathie ?
A. Echocardiographie Transthoracique
B. Téléthorax de face
C. Echocardiographie transœsophagienne
D. Scanner cardiaque
E. Aucun
Rep : A

13. Cas clinique : Rao


Le patient MF âgé de 75 ans, hypertendu, consulte pour syncope survenue à l'effort. L'examen retrouve un
souffle systolique intense rude et râpeux aux 2 espaces intercostaux droit irradiant aux vaisseaux du cou
avec disparition du B2 aortique. Tension artérielle à 140/80 mmHg. Le reste de l'examen est sans
particularités. L'échocardiographie réalisée montre une vitesse maximale du flux aortique à 4,6m/s, un
gradient moyen Trans valvulaire aortique à 49 mmHg, une surface aortique à 0,9 cm2, un VG hypertrophié
avec bonne fonction systolique, des sigmoïdes aortiques tricuspides et calcifiées.
Source : R4 2019
1. Quel diagnostic est à évoquer en premier ?
A. Rétrécissement aortique serré
B. Rétrécissement mitral serré
C. Insuffisance aortique
D. Trouble conductif chronique de haut degré
121
REP : A
2. Quelle est l'étiologie la plus probable de cette valvulopathie ?
A. Dégénérative (maladie de Mönckeberg)
B. Rhumatisme articulaire aigu
C. Congénitale
D. L'endocardite infectieuse
REP : A
3. L'ECG du patient montre une AC/FA ; que proposez-vous ?
A. Traitement anticoagulant en l'absence de contre-indication et remplacement valvulaire aortique
B. Remplacement valvulaire aortique seul
C. Traitement médical seul
D. Abstention thérapeutique et surveillance
REP : A

14. Cas clinique : Embolie pulmonaire


Une patiente âgée de 78 ans alitée depuis 15 jours suite à une chute se présente aux urgences pour
tuméfaction du mollet gauche avec dyspnée et douleur thoracique.
Source : R3 2020
1. Quelle pathologie suspectez-vous en priorité ?
A. Endocardite infectieuse
B. Décompensation cardiaque droite
C. Embolie pulmonaire
D. SCA type STEMI
E. SCA type NSTEMI
Rep : C
2. Quel est l'examen complémentaire qui confirme habituellement le diagnostic ?
A. ECG
B. Echocardiographie
C. Coronarographie
D. D Angioscanner thoracique
E. Aucun car le diagnostic est clinique
Rep : D

15. Cas clinique : Embolie Pulmonaire


Un patient âgé de 68 ans, alité depuis plusieurs mois, avec un cancer du poumon, consulte pour
tuméfaction du mollet avec dyspnée et douleur basithoracique.
Source : R4 2020
1. Quelle pathologie suspectez-vous en priorité ? :
A. Endocardite infectieuse
B. Décompensation cardiaque
C. Embolie pulmonaire
D. IDM
E. Péricardite aigue
Rep : C
2. La probabilité de cette pathologie que vous suspectez est élevée. Quel examen complémentaire
demandez-vous ? :
A. D-dimères
B. Echocardiographie
C. AngioTDM thoracique

122
D. Angiographie pulmonaire
E. Coronarographie
Rep : C

16. Cas Clinique: HTA


Une patiente de 42 ans sans aucun antécédent ou facteur de risque particulier se présente en consultation
médicale. Sa PA au cabinet médical est de 145/95 mm Hg, avec à l'automesure tensionnelle une moyenne
de 130 mm Hg de PAS et de 80 mm Hg de PAD
Source: Ratt 2020
1. Cette patiente présente :
A. Une HTA grade 1
B. Une HTA à haut risque cardiovasculaire
C. Une HTA masquée
D. Une HTA blouse blanche
E. Une HTA systolique isolée
Rep : D

2. A quelle évolution est particulièrement exposée cette patiente

A. Vers une HTA nocturne


B. Vers une HTA Permanente
C. Vers une HTA masquée
D. Vers une HTA blouse blanche
E. Vers une HTA grade 3
Rep : B

3. La prise en charge de cette patiente est basée sur :

A. Surveillance régulière de la PA
B. Prescription d'emblée d'une trithérapie
C. Prescription d'emblée d'une monothérapie
D. Prescription d'emblée d'une bithérapie
E. Aucune surveillance médicale nécessaire
Rep : A

17. Cas clinique : HTA


Un patient âgé de 62 ans diabétique type 2, aux antécédents d'accident vasculaire ischémique transitoire,
se présente pour céphalées occipitales évoluent depuis 1 mais. Une MAPA a et demandé retrouvent une
pression artérielle systolique (PAS) à 165 mm Hg et une pression diastolique (PAD) à 92 mm Hg sur la
moyenne des 24 heures
Source : R2 2020
1. Ce patient présente :
A. Une HTA grade 1
B. Une HTA à haut risque cardiovasculaire
C. Une HTA très haut risque cardiovasculaire
D. Une HTA grade 3
E. Une hypertension systolique isolée
REP :C
2. Le bilan systématique à demander chez ce patient est :
A. Dosage de la kaliémie
B. Dosage de la glycémie

123
C. Une échocardiographie
D. Un électrocardiogramme (ECG)
E. Un scanner cérébral
REP : ABD
3. La prise en charge de ce patient est basée sur :
A. Un régime hyposodé
B. Prescription d'emblée d'une trithérapie
C. Prescription d'emblée d'une monothérapie
D. Prescription d'emblée d'une bithérapie
E. Une PAD cible inférieure à 70 mm Hg
REP : AD

18. Cas clinique : HTA


Une patiente âgée de 42 ans sans antécédent ni facteur de risque particulier se présente en consultation.
Sa PA au cabinet médical est de 145/95 mm hg. L'automesure tensionnelle retrouve une moyenne de 130
mm Hg de PAS et de 80 mm Hg de PAD
Source : R3 2020
1. Cette patiente présente (cocher la réponse juste)
A. A Une HTA grade 1
B. Une HTA à haut risque cardiovasculaire
C. Une HTA masquée
D. Une HTA blouse blanche
E. Une HTA systolique isolée
Rep : D
2. La prise en charge de cette patiente est basée sur :
A. A Surveillance régulière de la PA
B. Prescription d'emblée d'une trithérapie
C. Prescription d'emblée d'une monothérapie
D. Prescription d'emblée d'une bithérapie
E. Aucune surveillance médicale nécessaire
Rep : A

19. Cas clinique : HTA


Un homme âgé de 62 ans facteurs de risque consulte pour céphalées. Sa PA au cabinet médical est de
150/96 mm hg. L'automesure tensionnelle de 03 jours retrouve une moyenne de 149 mm hg de PAS et de
95 mm hg de PAD.
Source : R4 2020
1. Ce patient présente (cocher la réponse juste) :
A. Une HTA grade 1
B. Une HTA à haut risque cardiovasculaire
C. Une HTA masquée
D. Une HTA blouse blanche
E. Une HTA systolique isolée
Rep : A
2. le bilan systématique à demander chez ce patient est :
A. Dosage de la kaliémie
B. Dosage de la glycémie
C. Une échocardiographie
D. Un électrocardiogramme (ECG)
E. Chimie des urines (bandelette urinaire)
124
Rep : ABDE

20. Cas clinique : HTA


Un patient âgé de 63 ans, aux antécédents d'infarctus du myocarde présente une tension artérielle à
160/100 mmHg, selon l'ESC 2013.

Source : R2 2018

1. A quelle catégorie de tension artérielle appartient ce patient ?


A. HTA grade I.
B. HTA grade II.
C. HTA grade III.
D. HTA systolique isolée.
E. HTA normale haute.
REP : B
2. A quelle catégorie de risque appartient ce parient :
A. Modéré
B. Modéré à haut
C. Haut
D. Haut à très haut
E. Très haut
REP : E
3. Quelle serait votre conduite à tenir face à ce patient :
A. Changement de style de vie (CSV) seul.
B. Traitement pharmacologique (TRTP), Si échec du CSV seul
C. TRTP + CSV.
D. TRTP + CSV immédiatement.
E. Abstention thérapeutique le patient étant âgé.
REP : C
4. Quel est l'objectif TA chez ce patient en mmHg :
A. TAS < 150 at TAD <95
B. TAS < 140 et TAD <90
C. TAS < 130 et TAD <85
D. TAS < 120 et TAD <80
REP : B

21. Cas clinique : HTA


Madame S.L âgée de 62 ans, obèse, dont la mère est décédée d'infarctus du myocarde à 56 ans, présente
une TA en consultation à 174/120 mm Hg.
Source : R3 2017
1. A quelle catégorie de TA appartient cette patiente selon l'ESC 2013 ?
A. Tension normale haute
B. HTA grade I
C. HTA II
D. HTA II
E. HTA diastolique isolée
REP : D
2. Quelle serait votre conduite à tenir face à cette patiente selon l'ESC 2013 ?
A. Mesures hygiéno-diététiques (MHD) seules
B. MHD + traitement médicamenteux (TRTM) immédiat
125
C. MHD + TRTM après avoir confirmé la TA par mesures hors cabinet médical
D. MHD puis associer TRTM si TA cible non atteinte par les MHD seules
REP : B

22. Cas clinique : HTA


Un patient âgé de 70 ans présente une tension artérielle (TA) à 145/92 mm Hg en consultation
Source : R4 2017
1. A quelle catégorie de TA appartient ce patient ?
A. Normale haute
B. HTA grade I
C. HTA grade II
D. HTA grade III
E. HTA systolique isolée
REP : B
2. Son médecin décide de réaliser une MAPA qui retrouve les chiffres suivants de TA en mm Hg : TAS jour=
136 TAD jour= 89 ; TAS nuit= 128 TAD nuit= 75 Quel est votre diagnostic selon l'ESC 2013 ?
A. HTA systolique de jour et de nuit
B. HTA systolo-diastolique de jour et de nuit
C. HTA masquée
D. HTA blouse blanche
E. HTA de jour isolée
REP : B

23. Cas clinique : HTA


Une patiente diabétique âgée de 48 ars, présente une HTA à consultation de 150/88 mmHg et à l'auto mesure à
138/86 mm Hg
Source : R2 2016
1. Cocher la ou les propositions justes, selon l'ESC 2013 :
A. Elle présente une HTA
B. Elle présente une HTA masquée
C. Elle présente une HTA blouse blanche
D. Elle nécessite une MAPA car les deux mesures sont discordantes
REP : A
2. A quelle catégorie de risque cardio-vasculaire appartient patiente selon L'ESC 2013 :
A. Bas ou modéré
B. Modéré
C. Haut
D. Très haut
E. Haut ou très haut
REP : C
3. Parmi ces associations d'anti hypertenseurs la ou les quelle est (sont) préférables (s) selon l'ESC 2013 :
A. Diurétique thiazidique + inhibiteur de l’enzyme conversion (IEC)
B. IEC + Inhibiteur calcique
C. Inhibiteur calcique + ARA II (antagoniste des récepteurs : l'angiotensine II)
D. Diurétique + Béta Bloquant
E. IEC + ARA II
REP : ABC

126
24. Cas clinique : HTA
Un patient âgé de 72 ans, aux antécédents d'accident vasculaire cérébral ischémique, obèse et fumeur
présente une TA 145/95 mmHg en consultation :
Source : R4 2016
1. A quelle catégorie de risque appartient ce patient selon l'ESC 2013 :
A. Bas
B. Modéré
C. Modéré à haut
D. Haut
E. Très haut
REP : E
2. Quelle serait votre attitude face à ce patient selon l'ESC 2013 :
A. Mesures hygiéno-diététiques seules (MHD)
B. MHD associées à un traitement anti hypertenseur (TRT anti HTA) si la TA cible n'est pas atteinte après
plusieurs semaines de MHD seules
C. MHD + TRT anti HTA si la TA cible n'est pas atteinte après plusieurs mois de MHD seules
D. MHD + TRT anti HTA immédiatement
E. MHD + TRT anti HTA (après confirmation de l'élévation TA par mesure hors cabinet médical)
REP : E

25. Cas clinique : HTA


Une femme diabétique âgée de 48 ans présente une TA à 168/112 mm Hg.
Source : Ratt 2016
1. A quelle catégorie de TA appartient cette patiente selon l'ESC 2013 ?
A. Normale haute
B. HTA grade I
C. HTA grade II
D. HTA grade III
E. HTA systolique isolée
REP : D
2. A quelle catégorie de risque cardiovasculaire appartient-elle selon l'ESC 2013 ?
A. Bas
B. Modéré
C. Haut
D. Modéré ou haut
E. Très haut
REP : C/E/CE
3. Quelle serait votre conduit à tenir face à ces chiffres selon l'ESC 2013 ?
A. Abstention thérapeutique
B. Mesures hygiéno-diététiques + Traitement médicamenteux immédiatement
C. Traitement médicamenteux seul
D. Mesures hygiéno-diététiques seules
REP : B

26. Cas clinique : HTA


Un patient âgé de 53 ans, diabétique aux antécédents d'infarctus du myocarde a une tension artérielle (TA)
en : consultation 180/120 mmHg.
Source : R1 2015
127
1. A quelle catégorie de TA appartient ce patient selon les recommandations européennes ?
A. Normale haute
B. HTA grade I
C. HTA grade II
D. HTA grade III
REP : D
2. A quelle catégorie de risque cardio-vasculaire appartient ce patient selon les recommandations
européennes 2013 ?
A. Peu élevé
B. Modéré
C. Haut
D. Très haut
REP : D
3. Quel est l’objectif tensionnel en mmHg d'un traitement anti hypertenseur chez un patient diabétique,
selon les recommandations européennes 2013 ?
A. TAS < 140 et TAD < 90
B. TAS < 130 et TAD < 85
C. TAS < 135 et TAD < 90
D. TAS < 140 et TAD < 85
REP : D

27. Cas clinique : HTA


Patiente âgée de 63 ans, diabétique de type il, obese présentant une tension artérielle à 165/100 mmHg.
Source : R2 2015
1. A quelle catégorie de tension artérielle appartient cette patiente selon les recommandations européennes
:
A. Normale haute
B. HTA grade I
C. HTA grade II
D. HTA grade III
E. HTA systolique isolée
REP : C
2. A Quelle catégorie de risque appartient cette patiente selon les recommandations européennes :
A. Modéré
B. Modéré ou haut
C. Haut
D. Haut ou très haut
E. Très haut
REP : E
3. Quelle est votre attitude face à cette patiente
A. Mesure hygiéno-diététique (MHD) seules.
B. Traitement médicamenteux (TRT M) si TA non équilibrée après plusieurs semaines de MHD.
C. Traitement (TRT M) si TA non équilibrée après plusieurs mois de MHD
D. TRT M + MHD.
E. TRT M+ MHD immédiatement.
REP : D

28. Cas clinique : HTA


Un patient âgé de 58 ans, diabétique présente une tension artérielle à 180/130 mm Hg à plusieurs reprises.
Source : R3 2015
1. A quelle catégorie de risque appartient ce patient selon l'ESC 2013
A. Risque bas
B. Risque modéré
128
C. Risque haut
D. Risque très haut
REP : D
2. Quel est l’objectif tensionnel en mm Hg selon l'ESC 2013 chez ce patient :
A. TAS < 150 et TAD <90
B. TAS < 140 et TAD <80
C. TAS < 135 et TAD <85
D. TAS <140 et TAD < 85
E. TAS <135 et TAD< 90
REP : D

29. Cas clinique : HTA


Un homme de 62 ans, fumeur et obèse présente une TA a 163/85 confirmée par auto mesure.
Source : R4 2015
1. A quelle catégorie de TA appartient ce patient
A. Normale haute
B. HTA grade I
C. HTA grade II
D. HTA grade III
REP : C
2. A quelle catégorie de risque cardio vasculaire appartient ce patient selon l’ESC 2013 :
A. Risque bas ou modéré
B. Risque modéré
C. Risque modéré ou haut
D. Risque haut
E. Risque très haut
REP : D
3. Quelle serait votre attitude face à ce patient
A. Modification de style de vie (MSV) + traitement antihypertenseur (TRTAH)
B. MSV seule
C. MSV pendant plusieurs semaines puis TRTAH si TA cible non atteinte
D. MSV pendant plusieurs mois puis TRTAH si TA cible non atteinte
REP : C

30. Cas clinique : LES ENDOCARDITE


Mme B Z. âgée de 45 ans, porteuse d'une prothèse mécanique mitrale depuis 15 ans consulte pour fièvre
inexpliquée depuis 25 jours. Elle a été traitée pour infection urinaire il y a 2 mois. Le diagnostic
d'endocardite infectieuse est évoqué
Source : Ratt 2020

32. Quels sont les 2 examens paracliniques à réaliser en priorité ?


A. Echocardiographie Trans thoracique
B. Formule numération sanguine (FNS)
C. Télé thorax
D. Hémocultures
E. Scanner cardiaque
Rep : AD
33. Le diagnostic d'endocardite a été confirmé. A quelles complications est exposée cette patiente ?
A. Insuffisance cardiaque
B. Choc septique
C. Accident vasculaire cérébral (AVC)
D. Insuffisance rénale

129
E. Anévrysmes mycotiques

Rep : ABCDE

31. Cas clinique : les endocardites


Un patient de 58 ans porteur d'une prothèse mécanique mitrale consulte pour fièvre inexpliquée depuis 25
jours. Il a subi des soins dentaires il y a 2 mois. Il a consulté un médecin généraliste pour cette fièvre et fut
mis sous amoxicilline 2gr/jour. Une endocardite infectieuse est ainsi évoquée.
Source : R3 2020
1. Quels sont les 2 examens paracliniques à réaliser en priorité ?
A. Echocardiographie Trans thoracique
B. Formule numération sanguine (FNS)
C. Téléthorax
D. Hémocultures
E. Scanner cardiaque
Rep : AD
2. Les examens réalisés retrouvent : 3 hémocultures positives à streptocoque, une végétation de 12 mm sur
la prothèse mitrale avec une fuite. Le diagnostic d'endocardite infectieuse est ainsi :
A. Retenu
B. Probable
C. Rejeté
D. Incertain
E. Impossible de statuer à ce stade
Rep : A

32. Cas clinique : les endocardites


Mme A.K. 48 ans suivie pour un souffle cardiaque depuis son enfance consulte pour fièvre prolongée
depuis 20 jours. Le diagnostic d'endocardite infectieuse est ainsi évoqué.
Source : R4 2020
1. Quels sont les 2 examens paracliniques à réaliser en priorité ?
A. Echocardiographie transthoracique
B. Formule numération sanguine (FNS)
C. Téléthorax
D. Hémocultures
E. Scanner cardiaque
Rep : AD
2. Le diagnostic d’endocardite est confirmé. A quelles complications est exposée cette patiente ? :
A. Insuffisance cardiaque
B. Choc septique
C. AVC
D. Insuffisance rénale
E. Anévrysmes mycotiques
Rep : ABCDE
3. Quelles sont les bases du traitement de cette pathologie ? :
A. Traitement chirurgical systématique
B. Association d'antibiotiques bactéricides
C. Prescription d'un seul antibiotique per os
D. Un traitement antibiotique pendant 10 jours
E. Traitement antibiotique pendant plusieurs semaines
Rep : BE

130
33. Cas Clinique: insuffisance cardiaque
Un patient âgé de 55 diabétique type 2 aux antécédents d'IDM antérieur se présente aux urgences pour
dyspnée de repos avec orthopnée L'examen clinique retrouve des râles crépitants aux 2 champs
pulmonaires. Sa PA est de 165/95 mm hg. Le reste de l'examen est sans anomalies.
Source : R3 2020
1. Ce patient présente :
A. Un OAP
B. Une insuffisance cardiaque gauche
C. Une décompensation cardiaque globale
D. Une insuffisance cardiaque droite
E. Un choc cardiogénique
Rep : AB
2. Quelle sera l'anomalie radiologique retrouvée sur le téléthorax de ce patient :
A. Un arc supérieur gauche en double bosse
B. Une cardiomégalie symétrique
C. Une opacité pulmonaire triangulaire
D. Une image en ailes de papillon
Rep : D

34. Cas clinique : insuffisance cardiaque


Un patient âgé de 55 ans suivi pour insuffisance cardiaque se présente aux urgences médicales pour
dyspnée de repos et œdèmes bilatéraux des membres inférieurs. L'examen clinique met en évidence des
râles crépitants aux 2 bases pulmonaires, une turgescence des veines jugulaires avec hépatomégalie. Sa PA
est de 160/90 mm hg.
Source : R4 2020
1. Ce patient présente :
A. Une décompensation cardiaque gauche isolée
B. Une insuffisance cardiaque gauche stable
C. Une décompensation cardiaque globale
D. Une insuffisance cardiaque droite stable
E. Une insuffisance cardiaque globale stable
Rep : C
2. Quelles anomalies radiologiques en rapport avec un œdème interstitiel seront retrouvées sur son
téléthorax ? :
A. Ligne A de Kerley
B. Ligne B de Kerley
C. Images réticulonodulaires aux bases
D. Image en ailes de papillon
E. Arc inferieur gauche allongé
Rep : BC

35. Cas clinique : syndrome péricardique


Un patient de 57 ans tabagique consulte pour une douleur thoracique rétro sternale de repos soulagée par
la position assise évoluant depuis 48 heures. Sa température est à 37,9. A L'ECG : sus décalage diffus du
segment ST. La troponine est élevée. Vous évoquez une myopéricardite aigue
Source : R3 2020
1. Quel est le principal diagnostic différentiel à rechercher ?
A. Une embolie pulmonaire
B. Un SCA de type STEMI
C. Une dissection de l’aorte

131
D. Une péricardite aigue associée à un SCA
Rep : B
2. UIRM cardiaque confirme la myoépicardite quelle sera votre conduite thérapeutique ? cocher les
réponses justes
A. Traitement AINS + colchicine à domicile
B. Traitement AINS + colchicine à l’hôpital
C. Traitement AINS seul à l'hôpital
D. Repos de 6mois obligatoire
E. Un repas jusqu'à normalisation clinique et paraclinique suffit
Rep : CD

36. Cas clinique : syndrome péricardique


Un patient de 57 ans diabétique et sportif régulier, consulte pour une dyspnée avec douleur thoracique
rétro sternale de repos soulagée par la position assise évoluant depuis 48 heures. Sa température est à
37,9°. A l'ECG : sus décalage diffus du segment ST. La troponine est normale. L'échocardiographie montre
un épanchement péricardique de faible abondance bien toléré.
Source : R4 2020
1. Quel est le diagnostic à évoquer ? :
A. Une péricardite aigue avec épanchement
B. Un SCA de type STEMI compliqué de syndrome de Dressler
C. Un SCA de type STEMI compliqué d'insuffisance cardiaque
D. Un épanchement péricardique isolé
Rep : A
2. Quelle sera votre conduite thérapeutique ? Cocher les réponses justes :
A. Traitement AINS + colchicine à domicile
B. Traitement AINS + colchicine à l'hôpital
C. Drainage péricardique
D. Repos de 3 mois obligatoire
E. Repos de 6 mois obligatoire
Rep : AD

37. Cas clinique : syndrome péricardique


Un patient de 20 ans se présente aux urgences pour dyspnée et douleurs rétro sternales accentuées par
l'inspiration et les changements de position. A l'examen clinique : température à 37,9°C, un frottement
mésocardiaque. L'ECG montre un sous décalage de PQ. Bilan sanguin : VS accélérée, taux de troponine
élevé. A l’échocardiographie : épanchement péricardique de 6 mm.
Source : R2 2017
1. Sur quels critères sera posé le diagnostic de péricardite aigue ?
A. La douleur péricarditique
B. Le frottement auscultatoire
C. La dyspnée
D. La fièvre
E. Le sous décalage du PQ
REP : ABE
2. Quelle sera votre conduite thérapeutique ?
A. Hospitalisation pour le traitement du patient
B. Traitement médical en ambulatoire
C. Association aspirine et colchicine
D. Traitement par aspirine seule sans colchicine
E. Ponction péricardique d'emblée pour enquête étiologique
REP : AD

132
133