Vous êtes sur la page 1sur 4

Directeur de la publication : Edwy Plenel

www.mediapart.fr
1

pour slalomer entre les subtilités juridiques d’une


législation qui semble placer la liberté d’expression
La Saxe, laboratoire de la scène radicale
au-dessus de la xénophobie galopante?
allemande
PAR PRUNE ANTOINE
ARTICLE PUBLIÉ LE LUNDI 22 FÉVRIER 2021

© Piet

À deux reprises, la Cour constitutionnelle allemande


© Piet a refusé d’interdire le parti néonazi NPD : en
Le parti La TroisièmeVoie est solidement implanté 2017, les juges de Karlsruhe ont déclaré que « bien
dans ce Land d’ex-RDA, où la nébuleuse néonazie se qu’anticonstitutionnel, il ne constitue pas un danger
déploie à grande vitesse en brouillant désormais les pour l’État ». Il semblerait qu’en raison de son
frontières entre populisme, extrémisme et terrorisme expérience du totalitarisme (deux fois en un siècle),
d’extrême droite. l’Allemagne tienne à la démocratie. Au nom du
Berlin (Allemagne).– On peut pardonner bien des droit à la liberté d’expression, elle interdit peu ou
choses à l’Allemagne: la discipline, le terme méprisant pas les manifestations ou les partis. Les institutions
de Rabbenmutter (mère-corbeau), les Böller (pétards) jugent qu’une démocratie saine doit être capable de
la nuit du nouvel an. Mais la négligence dans le combat se défendre contre tous les extrémismes et de se
contre la violence d’extrême droite? Un pays qui, régénérer.
entraîné par l’idéologie nationale-socialiste, a incendié Pour autant, la liste des crimes commis par
la moitié de la planète et exterminé six millions de l’extrême droite, antisémitisme et islamophobie en
juifs se devrait de veiller au moins à une chose: que la tête, s’intensifie depuis 2015. Des annales de la haine
pensée raciste ne puisse plus jamais prospérer sur son ordinaire, comme autant de flétrissures sur l’image
sol. Et qu’elle n’y fasse plus aucune victime. souriante d’une Allemagne des années Merkel,
Doit-on alors être choqué par une mention «réservé synonyme de tolérance et d’ouverture au monde.
aux Allemands» placardée sur la voie publique dans Tentative d’assassinat de la maire de Cologne
une ville allemande en 2020? Le nouveau mouvement Henriette Reker, meurtre de Walter Lübcke, élu du
politique La TroisièmeVoie est-il spécialement doué Land de Hesse, attentat de Hanau ou de Halle :« Il
n’y a pas de surprise dans la chronologie de la terreur
en Allemagne », souligne le chercheur et sociologue
Michael Nattke.
Celui-ci travaille pour le Kulturbüro Sachsen, une
ONG qui s’engage pour la démocratie et la société
civile en Saxe. « Nous assistons en Allemagne à
la propagation d’une idéologie d’extrême droite qui
imprègne toutes les couches de la société. Médias

1/4
Directeur de la publication : Edwy Plenel
www.mediapart.fr
2

spécifiques ou canaux d’actualité dédiés, figures fédérale, il est en plein essor dans une région
politiques : c’est toute une société parallèle qui est enclavée, loin des médias, de la pression publique ou
en train de se développer, contribuant à radicaliser le judiciaire ».
discours ambiant. » « L’extrême droite s’est à la fois radicalisée et
En 2020, d’après les autorités allemandes, les crimes embourgeoisée »
et délits liés à l’extrême droite, qui rassemblent À quel moment la haine se transforme-t-elle en sang
un éventail d’actes très large, du salut hitlérien versé ? Quand bascule-t-on de la conviction à l’action ?
aux coups et blessures, en passant par les actes de Du militantisme au terrorisme ? Chercheuse associée
vandalisme et les meurtres, ont atteint leur niveau le au Comité d’études des relations franco-allemandes
plus élevé depuis 2001. de l’Institut français des relations internationales, Nele
Berceau du mouvement anti-islam Pegida, bastion Wissmann est l’autrice d’un rapport, publié en 2019,
électoral du parti Alternative pour l’Allemagne (AfD), intitulé « Terrorisme d’extrême droite, une menace
théâtre d’incidents violents, d’émeutes racistes ou sous-estimée ».
d’incendies de foyers de réfugiés, la Saxe est, selon En 2019, l’Office fédéral de protection de la
Nattke, un « laboratoire de la mouvance d’extrême Constitution a classé 32 080 personnes comme
droite radicale ». appartenant à la mouvance d’extrême droite (24 100
Le rapport « Sachsen, Rechts Unten » (« Saxe, à en 2018), dont 13 000 (12 700 en 2018) considérées
droite toute »), édité depuis six ans par l’ONG, épingle comme potentiellement violentes. Des chiffres qui
une nouvelle stratégie prisée par les extrémistes : se sont en augmentation constante depuis les années
constituer en associations ou clubs à visée sociale ou 2000.
culturelle pour diffuser leur idéologie et recruter de « Si le phénomène néonazi n’est pas nouveau en
nouveaux adhérents. Le cœur de cible ? Les habitants Allemagne, il a profondément changé depuis les
des régions rurales et ceux qui ne sont pas politisés. années 1990. Un réseau complexe et volatil a émergé,
Pas de concerts metal mais des soirées chansons pour brouillant les frontières entre le populisme de droite,
célébrer le folklore régional. Pas de salut hitlérien l’extrémisme de droite et le terrorisme de droite »,
mais du soutien scolaire pour les enfants. Même explique Wissmann.
le mouvement Pegida, à l’origine depuis 2014 des « Outre-Rhin, l’extrême droite s’est à la fois
marches silencieuses anti-islam, a créé une branche radicalisée et embourgeoisée. On assiste à
« Dresde montre comment ça marche » pour venir en l’émergence de groupuscules susceptibles de basculer
aide aux sans-abri. Exclusivement allemands. dans la violence et la clandestinité, et de partis
« Les activités proposées créent l’illusion d’un populistes comme l’AfD, qui s’affichent modérés ou
véritable lien social. La propagande se met en marche conservateurs et fédèrent de plus en plus de partisans.
sans qu’on la remarque, explique Nattke. L’idéologie »
raciale est insufflée lors de randonnées dans les bois a Trop longtemps, selon la chercheuse, les services de
priori anodines, de “Stammtisch” (tables d’habitués) renseignement allemands se sont « concentrés sur
ou de compétitions de sport. Il est encore plus difficile le terrorisme d’extrême gauche, puis le djihadisme,
de voir que derrière cette aide aux plus défavorisés se négligeant la radicalisation d’extrême droite ». Les
dissimule un discours de haine. » statistiques sur la violence d’extrême droite n’ont
L’émergence d’un parti comme La Troisième Voie, commencé à être comptabilisées qu’à partir de 2001.
cultivant aussi ouvertement sa proximité avec le La violence d’extrême droite aurait coûté la vie à près
national-socialisme, est selon lui un « phénomène d’une centaine de personnes depuis 1990.
inquiétant. Car si le parti n’a pas encore d’influence

2/4
Directeur de la publication : Edwy Plenel
www.mediapart.fr
3

Pour Wissmann, « les actes terroristes commis Allemands » : soupe populaire ou distribution de
par l’extrême droite accompagnent les changements vêtements. Dans la ville de Plauen, en Saxe, où ils ont
d’époque. À chaque fois que l’identité du pays est implanté leur premier « bureau citoyen », ils siègent
remise en question : au lendemain de la réunification, même au conseil municipal. Avec un programme en
avec les attaques contre des foyers de demandeurs copier-coller du national socialisme.
d’asile à Rostock en 1992, et depuis le débat sur L’attentat de Hanau, en février 2020, est la goutte
les réfugiés en 2015. Le terrorisme va de pair avec qui fait déborder le vase. Je me rends en Saxe, où
les périodes de forte insécurité sociale. Le passage à je rencontre le chef de section local Tony Gentsch,
l’acte est vu comme le dernier moyen pour protéger la qui accepte que je les suive pendant quelques mois.
société allemande ou ses valeurs ». De février à novembre 2020, je suis invitée dans leur
À suivre : L’extrême droite se soulève contre la quartier général, je fais des visioconférences pendant
« dictature du corona » le confinement, j’assiste à leurs activités caritatives, je
Boite noire rencontre des militants et participe à leur randonnée
annuelle « famille-patrie-communauté » et même,
Prune Antoine est journaliste indépendante, basée à en octobre, à un défilé martial avec roulements de
Berlin. Voici le making-of de son reportage en dix tambour et uniformes dans les rues de Berlin.
épisodes sur le parti néonazi allemand La Troisième
Voie. La priorité sera d’incarner le récit, loin des chiffres,
des opinions, des analyses. Trouver un personnage,
« Lorsque j’arrive en Allemagne en 2008, il n’existe l’ancrer dans un environnement – la Saxe, laboratoire
aucun parti d’extrême droite dont l’influence soit de la scène néonazie – et une époque – la fin des années
comparable au Front national. Contrairement à ses Merkel. Et tenter de construire une narration en miroir
voisins européens qui voient les populistes arriver qui reflète le piège de ces partis qui se multiplient de la
au pouvoir et les groupuscules violents se multiplier, Hongrie à la France : se donner un vernis social pour
l’Allemagne semble épargnée. Le devoir de mémoire mieux camoufler leur violence.
semble protéger les mots comme les actes de toute
radicalisation. Pour ce reportage en immersion, je me suis heurtée
à deux écueils. D’abord, trouver la bonne distance :
L’omerta dure jusqu’à l’entrée de l’AfD au Bundestag suffisamment proche pour comprendre sans juger,
en 2014, suivie par la vague d’arrivée des réfugiés suffisamment loin pour contextualiser le climat social
syriens. En 2015, la société comme la politique et politique allemand. La pandémie de coronavirus
basculent. Les verrous sautent, les tabous tombent : ne m’aide pas vraiment, sauf lorsque je finis par
xénophobie, antisémitisme, le pays semble pris dans comprendre que ce qui les motive, eux, pour « faire
un engrenage de violence et de terreur qui s’accélère. tout péter », moi, pour écrire sur eux, c’est la
Comment expliquer la multiplication des attentats frustration. La colère.
sanglants, de Munich à Halle, en passant par la cavale
du groupuscule terroriste NSU ou l’assassinat de À quelques mois des élections fédérales allemandes,
Walter Lübcke, les scandales néonazis à répétition le 26 septembre 2021, le coronavirus devient part
dans la police ou l’armée et les agressions racistes ? intégrante de l’histoire que j’écris. Il est l’étincelle qui
L’impuissance de l’État ? Qu’est-ce qui a changé en risque de mettre le feu aux poudres de la démocratie
Allemagne ? allemande. Complotistes, antivax et extrémistes de
tous bords sont désormais mobilisés derrière le mot-
C’est au fil de recherches sur Internet que je tombe dièse #Querdenken, « Penser autrement ». Sera-ce le
sur La Troisième Voie, parti néonazi en plein essor mantra de l’ère post-Merkel ? »
qui propose des actions caritatives « réservées aux

3/4
Directeur de la publication : Edwy Plenel
www.mediapart.fr
4

Directeur de la publication : Edwy Plenel Rédaction et administration : 8 passage Brulon 75012 Paris
Direction éditoriale : Carine Fouteau et Stéphane Alliès Courriel : contact@mediapart.fr
Le journal MEDIAPART est édité par la Société Editrice de Mediapart (SAS). Téléphone : + 33 (0) 1 44 68 99 08
Durée de la société : quatre-vingt-dix-neuf ans à compter du 24 octobre 2007. Télécopie : + 33 (0) 1 44 68 01 90
Capital social : 24 864,88€. Propriétaire, éditeur, imprimeur : la Société Editrice de Mediapart, Société par actions
Immatriculée sous le numéro 500 631 932 RCS PARIS. Numéro de Commission paritaire des simplifiée au capital de 24 864,88€, immatriculée sous le numéro 500 631 932 RCS PARIS,
publications et agences de presse : 1214Y90071 et 1219Y90071. dont le siège social est situé au 8 passage Brulon, 75012 Paris.
Conseil d'administration : François Bonnet, Michel Broué, Laurent Mauduit, Edwy Plenel Abonnement : pour toute information, question ou conseil, le service abonné de Mediapart
(Président), Sébastien Sassolas, Marie-Hélène Smiéjan, François Vitrani. Actionnaires directs peut être contacté par courriel à l’adresse : serviceabonnement@mediapart.fr. ou par courrier
et indirects : Godefroy Beauvallet, François Bonnet, Laurent Mauduit, Edwy Plenel, Marie- à l'adresse : Service abonnés Mediapart, 4, rue Saint Hilaire 86000 Poitiers. Vous pouvez
Hélène Smiéjan ; Laurent Chemla, F. Vitrani ; Société Ecofinance, Société Doxa, Société des également adresser vos courriers à Société Editrice de Mediapart, 8 passage Brulon, 75012
Amis de Mediapart, Société des salariés de Mediapart. Paris.

4/4