Vous êtes sur la page 1sur 10

1

LE CUIVRE, LA CERULOPLASMINE
Introduction
Le cuivre
Oligoélément de poids atomique 63,55,
le cuivre est indispensable à la vie car il fait partie intégrante de la structure de
diverses oxydases. Il appartient au groupe des « éléments trace » car sa
quantité totale chez un adulte de 65 kg
n'est que de 100 mg.

Dans le sang le cuivre est présent


 Dans les globules rouges (sous forme d'érythrocupréine)
 Dans le plasma
il est soit libre (< 5 %)
fixé sur la sérumalbumine(2 %), Fixé a la céruléoplasmine (95 %).

La céruléoplasmine

 -alpha-2-glycoprotéine

 -protéine de transport : elle transporte 90 % du cuivre du sang (Cette


molécule transporte 8 ions par molécule).

- enzyme (N° EC 1.16.3.1 ).de la classe des oxydoréductases

 -Cette enzyme est aussi impliquée dans le métabolisme du fer par son
activité ferroxydase avec comme cofacteur le cuivre selon la réaction
suivante :

 4 Fe2+ + 4 H+ + O2 <=> 4 Fe3+ + 2 H2O


2

Modalité de prélèvement

5 a 10 CC DE SANG sur tube sec


(conseillé) 5 a 10 cc de sang sur tube sec (serum
LE MATIN car les fluorures et iodures inhibe
(9H -10H30) → Cuprémie max
Céruléoplasmin
l’activite enzymatique)

Cuivre
Prélèvement a aiguille (siliconéés-
Acheminer rapidement au labo dans
de la glace
argent…)sans seringue
Immédiatement boucher et
centrifuger
e
Ne jamais congeler le sérum

Il est possible de conserver le


sérum plusieurs jours <7J a la
température du labo. Le sérum peut se conserver a +
4°c pendant 4 jour au max
Cu urinaire est déterminée sur
urines de 24 heures
3

Principe de la méthode de dosage

A-Dosage du cuivre spectrophotométrie d’absorption dans


le visible

1-Méthode Colorimétrique néocuproine ou bathocuproïne


1. Libération et ionisation du Cu par HCL
2. Précipitation des protéines(céruloplasmine) par TCA → obtention
d’une solution limpide
3. Réduction du cuivre de Cu +2 en Cu+1 (par l’hydroquinone, le méta-
bisulfite de Na et le chlorure d’hydroxylammonium) en milieu
chlorhydrique

Réaction Colorée

Le Cu+1- réagit ensuite avec neocuproine ou bathocuproïne sulfonée. pour


donner un complexe jaune ou orange rouge (λ=480 nm),

AVANTAGE

i. Très spécifique inutile d’éliminer les autres métaux


ii. Simple
iii. Bonne conservation des réactifs
iv. Coloration stable

2-Autres méthodes
 A LADITHIZONEDIQUINOLYNLE ;
 A LA DIETHYLDITHIOCARBAMATE ;
 A LA BIS CYCLOHEXANONE OXALYLDRAZONE  ;
 A l’ALPHA ALPHA BIPYRIDINE ;
 A LA 8-HYDROXQUILALDINE.
4

elles nécessitent l’Elimination des autres métaux pouvant crée une interférence et on
utilise :

B. Elimination du FER → par l’acide citrique (complexe) +++


C. Elimination du Pb → par l’ammonique
D. Elimination Sb ,Ni ,Ca → par diméthylglyoxine
E. En raison du Manque de spécificité (des réaction de dosage du Cu ) Θ interférent
Θ

INCONVENIENT :Peu sensible ;Certaines peu spécifique

Méthode De Formation D’ Un Complexe Coloré Violet Avec l’acétaldéhyde Et


l’oxalyldihydrazide

AVANTAGE

i. SPECIFIQUE
ii. SENSIBLE
iii. PAS D’EXTRACTION

INCONVENIENT

i. LONGUE
ii. PREPARATION ET CONSERVATION DES
REACTIFS DELICATES

B-Dosage Du Cuivre Méthode De Dosage Physique

1-ACTIVATION NEUTRONIQUE
I. Excellente
II. Nécessite la proximité d’un centre nucléaire

2-SAA
I. De référence
II. Spécifique et sensible
III. λ= 324,7 nm
5

Dosage de la céruléoplasmine
A•METHODE ENZYMATIQUE COLORIMETRIQUE A LA PARAPHENYLENE
DIAMINE :

C’est une méthode basée sur les propriétés oxydatives de la


céruléoplasmine, mise en évidence par la formation au dépend de la
ParaPhénylèneDiAmine (PPDA) d’une colorant quinonique brun.

Cette activité enzymatique peut être bloquée par l’azide


de sodium.

Inconvénient
 Non spécifique (autre oxydant)
le PPDA

 mauvaise stabilité, très sensible à la lumière.


 à préparer juste avant usage.
 mettre dans un flacon brun.

B-Autres METHODE IMMUNOLOGIQUE(sensible ;spécifique)


-IDR de MANCINI*

-IMMUNONEPHELEMETRIE ,IMMUNOTURBIDIMETRIE

4-Courbe d’étalonnage

choix des points


6

le choix des points se fait afin de déterminer les limites inférieure et supérieure
de la technique et de balayer toutes les zones des valeurs physiopathologiques
dans les limites de la technique .

A partir d'une solution mère à [C] = mg/l ,

on fait des dilutions pour obtenir des solutions filles .

Cmère × Vmère = Cfille × Vfille

Rq ! il faut choisir :

 une concentration basse


 Une concentration normale au minimum
 Une concentration élevée

Les points choisis doivent convenir avec la concentration de la solution mère .

Les volumes choisis doivent convenir avec le volume des la solution mère .

Les points choisis sont :

 / / / / / / /dernier point = [C]mère

Intérêt de la courbe

se fait à chaque fois qu'il ya un dosage en série .


permet de déterminer la [ ] du paramètre dans l'échantillon à doser .
permet de déterminer les limites de linéarité et de sensibilité de la
technique .

Intérêt des contrôles


7

Permettent de valider la manipulation (ou d'effectuer un contrôle de qualité)

Intérêt du blanc réactif

Permet d'éliminer les interférences du réactif

Tableau des dilution

Vfinal = x ml

C M × VM = C F × VF VM = (CF× VF)/CM

Veau distillée = VF - VM

CF(mg/l)
VM (ml)
Veau distillée
(ml)

5-Dosage

On réalise le dosage du paramètre suivant le protocole :

1) on réalise les dilutions (solutions filles)


2) manipulation (réaction proprement dite)
3) lecture au spectrophotomètre à λ = 555 nm contre le blanc réactif

Tableau des résultats

[ ] mg/l PN PP S1 S2
D.O
8

La loi de Beer – Lambert

D.O = ε . l . c
ε : coefficient d'extinction molaire (cte)
l : longueur de la cuve = 1 cm (cte)
c : [ ] (variable)

on peut tracer la courbe D.O = f ([ ])

Le tracé (voir papier millimétré)

Titre : dosage du magnésium sanguin D.O = f([Bilirubine])

o Echelle :
 en abscisse 1 cm →
 En ordonnée : 1 cm →

La courbe est une droite qui passe par l'origine

Limite de linéarité pratique = mg/l


Linéarité selon la littérature =

6-Exploration
Valeurs Physiologique
Cuivre sérique :

 10 – 26 µmol/l
 Femme: 85 – 155 µg/dl.
 Homme : 70 – 140 µg/dl.

Cuivre urinaire :

 0 – 30 µmol/24heure.
9

Céruléoplasmine sérique = 2 – 3,8 µmol/

Variations Pathologiques
Hypocuprémies

1) la maladie de Meknès : maladie héréditaire très rare, liée au chromosome


X :caractérisée par un défaut d'absorption intestinale du cuivre

2) Wilson héréditaire rare, de transmission autosomique récessive


abaissement du cuivre et de la céruléoplasmine plasmatiques, une
élévation de l'élimination urinaire du cuivre et de sa concentration
hépatique

3) nouveau-né soumis à une alimentation parentérale exclusive.


4) syndrome néphrotique (par fuite de céruléoplasmine),
5) syndromes de malabsorption (maladie cœliaque)
6) d'hyper catabolisme (brûlures étendues),
7) les sévères dénutritions

Les hypercuprémies

1) hémochromatose,
2) cirrhose biliaire primitive,
3) hémopathies malignes,
4) maladies du collagène
5) tous les états inflammatoires où il y a élévation de la céruléoplasmine.

Cu urinaire Cu sérique Cérulo PATHOLOGIE

 modérée  Maladie de Wilson


  Maladie de Menkès
  Syndrome néphrotique
Syndrome inflammatoire
.CIRRHOSES
  .GROSSESSE
.INTOX
10