Vous êtes sur la page 1sur 59

Bureau d’étude bâtiment

AVANT-PROJET HALL INDUSTRIEL EN BÉTON

FRAZELLE ANTONIN M15P


ANNÉE ACADÉMIQUE 2019-2020
Professeur : Mr. Rainaut
Table des matières
Bureau d’étude bâtiment ............................................................................................................ 0

1. Enoncé du bureau d’étude : ............................................................................................. 3

A. Particularités : .......................................................................................................... 3

B. Démarches : ............................................................................................................. 3

2. Présentation du travail : ................................................................................................... 4

3. Implantation : .................................................................................................................. 5

4. Surcharge de la toiture : .................................................................................................. 7

A. Surcharge d’entretien : ............................................................................................. 7

B. Surcharge de neige : ................................................................................................. 7

C. Surcharge due au vent : ............................................................................................ 9

5. Elément de couverture de toiture : ................................................................................ 12

A. Caractéristiques : .................................................................................................... 13

Ouverture de la couverture : ............................................................................................. 14

6. Poutre en béton précontraint : ....................................................................................... 15

7. Panneaux de bardage : ................................................................................................... 17

A. Méthode de fixation : ............................................................................................. 17

B. Conception des joints : ........................................................................................... 18

8. Colonnes en béton armé : .............................................................................................. 19

A. Colonnes long-pan ................................................................................................. 20

A. Vérification moment de flexion dans la section : .................................................. 21

B. Calcul section d’acier : ........................................................................................... 22

C. Vérification au flambement ................................................................................... 24

D. Colonne de pignon ................................................................................................. 25

E. Colonne de coin ..................................................................................................... 30

9. Longrines :..................................................................................................................... 34

A. Plinthes longs-pans et pignons : ............................................................................. 34

1
B. Matériaux : ............................................................................................................. 34

C. Dimensionnement des plinthes : ............................................................................ 34

10. Dimensionnement des semelles isolées ..................................................................... 37

A. Matériaux : ............................................................................................................. 37

B. Plot de fondation colonne pignon : ........................................................................ 37

C. Plot de fondation colonne long-pan : ..................................................................... 42

D. Plot de fondation colonne de coin : ........................................................................ 47

E. Fondation filante partie bureaux : .......................................................................... 51

11. Etude du réseau d’égouttage : .................................................................................... 52

A. Eau pluviale : ......................................................................................................... 52

B. Citerne d’eau de pluie : .......................................................................................... 52

C. Eau usée : ............................................................................................................... 53

D. Drain périphérique ................................................................................................. 55

12. Terrassement :............................................................................................................ 55

2
1. Enoncé du bureau d’étude :

A. Particularités :
Il s’agit de réaliser l’avant-projet d’un bâtiment à caractère industriel dont la structure
principale sera en béton armé et en partie précontraint. L’activité développée est une
fabrique de meubles de cuisine sur mesure.

Une dizaine de personnes travaillent sur le site.

Le bâtiment se composera d’une partie entrepôt pour accueillir les matières premières,
essentiellement du bois (panneaux, planches, portes, etc.) ainsi que la quincaillerie
nécessaire, d’une partie unité de fabrication, d’une salle d’exposition et d’une partie
stockage avant expédition

Il faudra évidemment respecter les normes et règlements en vigueur.

B. Démarches :
• Réflexion quant aux contraintes liées à l’activité, esquisse du bâtiment (entre 1500
et 2000 m²) et implantation des différentes zone demandées.
• Implantation du bâtiment quelque part en région wallonne.
• Justification des choix des matériaux constitutifs.
• Structure : Le bâtiment principal est un parallélépipède rectangle, une succession de
portiques équidistants. Fondations et colonnes en béton armé classique, poutre de
toiture en béton précontraint, cloisonnement au choix.
• Calcul du bâtiment, principalement, les charges sont le poids propre et le charges
climatiques (selon les normes).
• Dessins (plans).
• Métré du gros œuvre fermé.

3
2. Présentation du travail :
Le bâtiment industriel sera composé des zones suivantes :

• Un entrepôt de stockage intérieur de matière première


• Un entrepôt de stockage extérieur de matières premières
• Une zone de stockage avant l’expédition
• Un local de stockage pour la quincaillerie
• Un local poubelle
• Une zone de fabrication et de production
• Une salle d’exposition
• Une zone bureau avec la direction
• Une salle de réunion
• Une zone de détente
• Une zone cafétéria et sa kitchenette
• Une zone sanitaire comprenant séparément des WC et des douches, hommes et
femmes.
• Un local technique

L’entièreté du bâtiment doit respecter les normes de résistance, d’étanchéité et de résistance


au feu.

4
3. Implantation :

Le bâtiment industriel sera situé dans le coin de deux rues, rue de Fortin et du marché
couvert à Assenois dans le zoning 2 se situant dans la commune de Bastogne. Le terrain est
situé à proximité des entreprises Grandjean (construction), Lambert frères (construction et
fabriquant de béton), GNB (fournisseur de béton) et Bati C (fournisseur matériaux et
quincaillerie).

La voirie dispose de tous les impétrants nécessaires, c’est-à-dire gaz, eau, électricité et
égouts.

Le zoning se situe au croisement des autoroutes N4 et E25. Le second avantage de cette


situation est sa proximité au grand-duché du Luxembourg.

Le terrain a une altitude de 515 m, à prendre en compte pour le calcul des charges des
neiges, selon les normes. Il a une superficie d’environ 10 500 m².

5
Ces différentes informations proviennent du Géoportail de la Région Wallonne (Wall
on Map). La donnée que l’on utilisera est l’altitude, pour définir le type de charge climatiques
que l’on doit considérer.

Il est important de savoir si la construction d’un bâtiment industriel est envisageable


dans la zone choisie. Il faut donc consulter le plan de secteur de la région. Dans notre cas, la
parcelle répond aux exigences urbanistiques car elle est située en zone industrielle (mauve), il
est désormais possible de construire notre bâtiment industriel pour une entreprise de menuiserie.

6
4. Surcharge de la toiture :
Il est primordial de définir les surcharges qui seront appliquées à la structure et la toiture.
Les charges de neiges, de vent et d’entretien seront prises en compte comme étant des charges
d’exploitations tandis que le poids propre sera pris en compte comme étant une charge
permanente.

A. Surcharge d’entretien :
Dans notre cas, la toiture sera inaccessible sauf pour entretien et réparation. On se situe dans
le cas de la catégorie H d’après l’Eurocode 1 tableau 6.10 mais nous donne une fourchette de
valeurs, or avec l’ANB, les valeurs de surcharge sont plus précises car elles sont calculées par
rapport à la surface de la toiture. (La charge concentrée Qk s’applique sur une surface carrée de
50 mm de côté).

Pour notre bâtiment :

• (0,8 – (30 * 6 m) /100) = -1. On prendra une charge qk de 0,2 kN/m²

B. Surcharge de neige :
La norme se référant aux charges de neige est la NBN EN 1991-1-3. Nous prendrons en
compte les charges de neige pour une situation de projet durable/transitoire :

S = µ i C e C t sk

7
• S = Charge de neige sur une toiture [kN/m²].
• Ce = Coefficient d’exposition définissant la réduction ou l’augmentation de la charge de
neige sur la toiture en fonction de l’exposition du site au vent.
• Ct = Coefficient thermique tenant compte de la réduction du poids de la neige en
fonction du flux de chaleur au travers de la toiture dû à une isolation thermique réduite,
ce qui provoque une fonte de neige.
• µ = Coefficient de forme charge de neige.
• sk = Valeur caractéristique de la charge de neige sur le sol, en fonction de l’altitude du
site

Pour notre bâtiment en Belgique, nous avons une valeur pour Ct et Ce égale à 1.

sk = 0,50 kN/m² pour altitude inférieure à 100 m.

sk = [0,50 + 0,007 *(a – 100) / 6] pour une altitude entre 100 et 700 m.

➔ [0,50 + 0,007 *(515 – 100) / 6] = 0,98

8
Le coefficient de forme µi = 0,8 pour un angle de toiture compris entre 0° et 30°, qui
est un angle correspondant aux bâtiments industriels.

La charge de neige a une valeur de :

• 0,8 * 1 * 1 * 0,98 = 0,784 kN/m²

C. Surcharge due au vent :


Les charges due au vent sont définies par rapport à la situation géographique du bâtiment,
les dimensions du bâtiment, la direction du vent et le relief du terrain.

La hauteur du bâtiment est fixée à 6m, dans l’objectif de pouvoir stocker assez de matériels
en hauteur et le passage des véhicules de type élévateurs ou des camionnettes, pas de plus gros
véhicules. Le bâtiment a une forme de parallélépipède rectangle de 60 m de longueur et 30 de
large.

Pour mon terrain, je prends en compte la vitesse du vent ayant une valeur de 23 m/s

9
1. Calcul des charges avec Wind Interactive :
On ne considère pas de pente pour notre bâtiment, car celle-ci est très faible

• Cas pour vent appliqué sur la longueur :

Situation :

Résultats :

10
• Cas pour vent appliqué sur la largeur :

Situation :

Résultats :

11
5. Elément de couverture de toiture :
La structure portante est composée de portiques de poutre en béton armé et de colonnes
mises en place avec des fondations isolées pour celles-ci. Les distances d’entre-axe des
portiques de mon hall industriel sont de 6m.

Je décide d’utiliser des dalles de toiture en béton cellulaire de la marque Hebel. Ces dalles
contiennent des petites bulles d’air permettant de freiner le transfert de chaleur ou du froid.
L’objectif de cette utilisation de dalles permet de ne pas prévoir l’utilisation d’une couche
d’isolation supplémentaire. Les autres avantages sont les bonnes capacités de résistance au bruit
et au feu avec un poids relativement faible comparé à d’autre matériaux avec ces mêmes
caractéristiques. Le matériaux est RF 120.

Un joint de dilatation sera prévu entre les éléments ce qui permettra aux éléments de se
dilater sans provoquer des contraintes supplémentaires et des dégâts aux éléments.

Surcharges appliquées sur la dalle de Toiture :

• Charge d’entretien : 0,2 kN/m²


• Neige : 0,784 kN/m²
• Vent : 0,408 kN/m²
• Etanchéité : 0,1 kN/m²

Dans notre cas, on suppose que la combinaison de ces charges est peu probable, on ne
prendra pas en compte des charge d’entretient car il est peu probable que la toiture soit en
maintenance lorsque celle-ci soit soumises simultanément aux charges de neiges et de vent.

➔ La surcharge totale = 0,784 kN/m² + 0,408 kN/m² + 0,1 kN/m² = 1,292 kN/m²

Je vais donc utiliser ces dalles de Toiture avec une résistance au feu de 120 minutes (CC2/400),
avec une épaisseur de 60 cm :

12
A. Caractéristiques :
• Masse volumique : 500 kg/m³
• RF 120
• Densité : CC2/400.
• Longueur : 6 m.
• Largeur : 0,60 m.
• Epaisseur : 24 cm
• Flèche max : L/250.
• Surcharges appliquées max : 1,50 kN/m²

13
Ouverture de la couverture :
Il est nécessaire pour notre bâtiment de recevoir de la lumière naturelle et de posséder des
exutoires de fumées. Pour mon projet, je décide d’utiliser les lanterneaux pour la toiture.
L’objectif est de capter au maximum la lumière zénithale.

J’utilise 4 lanterneaux ayant une surface de 4m*1m.

• Situation 3D :

Pour les ouvertures de fenêtres, il est possible d’avoir des cadres permettant d’avoir une
surface d’ouverture ayant comme longueur les entre-axes des poutres portantes en béton armé.

14
6. Poutre en béton précontraint :
La portée pour notre hall est assez importante, l’entre-axe entre les colonnes en béton armé
correspond à 30m. Il est nécessaire d’un point de vue économique et de facilité de mettre en
place des éléments préfabriqués et non des éléments en béton armé traditionnels.

Selon le catalogue du fabriquant Willy Naessen, j’utilise des poutres à section variable
(poutre IV). L’inclinaison de la face supérieure permet de réaliser l’écoulement des eaux de
pluies.

Charges à appliquer :

• Charge de Neige : 0,784 kN/m² * 6m = 4.704 kN/m


• Charge du Vent : 0,408 kN/m² * 6m = 2.448 kN/m
• Charge due à l’étanchéité : 0,1 kN/m² * 6m = 0.6 kN/m
• Charge due au poids propre des dalles de toiture : 1.2 kN/m² * 6m = 7.2 kN/m

La charge totale à appliquer est de : 14 952 N/m (sans le poids propre de la poutre).

Résultats avec le poids propre (14 952 N/m + 9 830 N/m = 24 782 N/m) :

Les poutres correspondant à mon bâtiment sont : IV 50/182/6%. On remarque que la


poutre suffit largement à reprendre les charges nécessaires en plus de son poids propre. Le béton

15
utilisé est un béton C50/60 avec des armatures précontraintes BE 500. La résistance au feu est
RF 120, étant similaire que mes panneaux de toiture.

Je remarque que la poutre peut reprendre une surcharge supplémentaire importante que
celle calculée précédemment. Cela est un avantage car il sera possible d’étudier différentes
variantes au cours de la réalisation du projet. On peut considérer l’application d’un autre type
d’étanchéité, une isolation supplémentaire, des panneaux photovoltaïques et pour l’intérieur,
un système de ventilation, de chauffages, des luminaires supplémentaires, …

De plus, la poutre que j’utilise a une longueur variant de 27 à 31m, ce qui me permet
d’avoir une liberté de conception pour les dimensionnements des colonnes.

16
7. Panneaux de bardage :
Pour mon bardage du bâtiment, je décide d’utiliser des éléments préfabriqués en béton avec
une résistance thermique suffisante pour répondre aux normes énergétiques. Sa résistance au
feu est RF 120.

Je décide d’utiliser un panneau de bardage préfabriqué autoporteurs. L’objectif est d’allier


la fonction de structure portante, d’isolation et de bardage extérieur. Un panneau aura les
dimensions de 3 m * 6 m * 0,25 m. L’épaisseur de l’isolant RESOL (mousse phénolique) est
de 80 mm.

A. Méthode de fixation :
Les panneaux sont ancrés aux colonnes en béton par des fixations invisibles et des cornières
métalliques. Des profils d’ancrages sont insérés dans les éléments de façade ainsi que les
colonnes en béton.

17
B. Conception des joints :
Au niveau horizontal, un système de tenon-mortaise est utilisé dans le but d’éviter les
infiltrations d’eau.

Au niveau vertical des chambres de décompressions sont prévues dans le but d’éviter la
sous-pression dans les joints verticaux pour augmenter l’étanchéité et minimiser les risques
d’infiltration d’eau.

18
8. Colonnes en béton armé :
Pour notre bâtiment, nous avons 18 colonnes long-pans, 4 colonnes de coin et 8 colonnes
de pignon. Je vais dimensionner ces 3 colonnes séparément. Les colonnes positionnées aux
coins seront surdimensionnées mais cela nous permettra d’avoir une possibilité
d’agrandissement du hall.

La hauteur du bâtiment est de 6 m, les colonnes sont enterrées de 1,1 m, dans l’objectif
d’être hors gel. La longueur totale des colonnes est de 5,3 m.

Toutes les colonnes du bâtiment sont conçues pour être RF 120.

1. Caractéristiques des matériaux :


• Résistance à la compression du béton C30/37 : α * fck / 1.5 = 0.85 * 20 = 17 N/mm²
• Résistance à la traction du béton C30/37 : 2.9 N/mm²
• Résistance de l’acier S500 : fyk = 500 N/mm² donc fyd = 500 / 1.5 = 435 N/mm²
• Module de Young de l’acier : E = 210 000 N/mm²

2. Récapitulatif des charges :


Nom des charges [kN/m²] Portée [m] [kN/m²] Type Coefficient
Entretient 0.2 6 1.2 Var 1.5
Neige 0.784 6 4.704 Var 1.5
Dalles de Toiture 1.3 6 7.8 Perm 1.35
Bardage 4.521 6 27.126 Perm 1.35
Pression vent 0° 0.817 6 4.902 Var 1.5
Dépression à 0° -0.427 6 -2.448 Var 1.5
Pression vent à 90° -1.143 6 -6.858 Var 1.5
Dépression à 90° -1.143 6 -6.858 Var 1.5
Poids propre Pris en compte par Scia

19
A. Colonnes long-pan
Ces colonnes sont destinées à reprendre la charge des poutres de toiture reprenant elles-
mêmes les différentes charges de la Toiture. Les différentes charges de pression et de dépression
du vent sont à prendre en compte avec aussi le poids propre du bardage.

Je prends une hypothèse de 0.55m*0.55m*5.3m pour mes colonnes. J’utilise les résultats
avec la combinaison la plus défavorable, déterminée sur SCIA Engineer.

1. Situation :

• Efforts normaux

20
• Efforts tranchants

• Moments de flexion :

• Résultats :

A. Vérification moment de flexion dans la section :


Mrd = μ * b * d² * α.fcd

= 0.1873 * 1 * (0.9*0.55)2 * 0.55 * 30 */ (1.5 * 106)

= 429.10 kN.m > 138.31 kN.m → OK

21
B. Calcul section d’acier :
1. Armatures longitudinales :
As = Msd / ( α * fyd * γ * d )

= 138.31 / (4350000 * 0.892 * 0.9 * 0.55)

= 7.2 cm²

Cette quantité d’acier sera placée sur les 2 faces de la colonne soumises par la flexion
Par faces, j’utiliserais 8.14 cm², 7 Ø12 sur les 2 faces.

Or, afin de respecter mon As, recom, je place 4 Ø20 et 1 Ø12 pour l’espacement.

J’aurais une section totale de 8*3.14 cm² + 2*1.131 cm² = 27.38 cm²

2. Dispositions :
• Dimensions minimales : h ≥ 200 mm
• Dimensions minimales : b ≤ 4*h
• Dia minimum des armatures : Ø12
• Une barre dans chaque angle
• Espacement max de 300 mm
• Asmin ≥ 0.15 Nsd / fyd = 0.15 * 660 670 / 435 = 2.28 cm²
• Asmax ≤ 0.04 * Ac = 0.04 * 55² = 121 cm²
• As, recom ≥ 0.008 * Ac = 0.008 * 55² = 24.2 cm²

7.2 ≤ 27.38 ≤ 121 cm² OK

3. Armature transversale (étriers) :


Vsd,z = 63.11 kN.

L’objectif est de vérifier si la section de béton est suffisante pour reprendre les efforts
tranchants. Sinon, on placera une section d’acier pour ceux-ci.

22
• Calcul de VRd2 : (Résistance d’une section à l’effort tranchant, se référant à un état limite
de ruine des bielles de béton.

VRd2= 0.45 * b * d * ν * fcd

• ν = 0.7 - (fck / 200) ≥ 0.5


• fck = 30 N/mm²
• fcd = 17 N/mm²

VRd2= 0.45 * 550 * 0.9 * 550 * 0.55 * 17 = 1 145.5 kN

VRd2 > Vsd,z

1 145.5 kN > 63.11 kN kN OK, la section de béton suffit

• Calcul de VRd1 : (Résistance d’une section à l’effort tranchant en l’absence d’armature


pour les efforts tranchants).

VRd1= τRd * b * d * (1.6 – d) *(1,2 + 40 * ρl)

• τRd : valeur de calcul de la résistance au cisaillement soit 0,34 N/mm² pour du béton
C30/37
• ρl = Asl / (bw. d) < 0,02 soit ρl = 2738 / (550. 0,9. 550) = 0.01 (<0,02)

VRd1 = 0.34 * 550 * 550 * 0.9 * (1.6 – 0.495) *(1.2 + 40 * 0.01)

= 163.65 kN > 63.11 kN

= VRd1 > Vsd,z Il n’est pas nécessaire de placer d’étriers, mais une section minimum est
à prévoir.

23
4. Dispositions :
• Dia minimum : Ø 6mm et ¼ du Diamètre des armatures transversales
• Espacement max : 12 * Ø des barres longitudinales soit 12 * 20 = 24 cm
• Espacement max : h la plus faible dimension soir 55 cm
• Espacement max : 300 mm
• Espacement max multiplié par 0,6 en pied et en tête de colonne sur une hauteur égale à
b (55 cm).

On placera des étriers Dia 10 mm espacement de 25 cm, soit Asw/w = 0.625 mm²/mm. Et aux
extrémités, un espacement de 15cm sur une hauteur de 55 cm.

C. Vérification au flambement
1. Données :
• Section colonne : 550 * 550 mm
• Msd : 138.31 kN.m
• Nsd : 662.47 kN
• Longueur de la colonne : 5.3 m
• As : 27.38 cm²
• Longueur de flambement (Lfl) (encastrée appuyée) = 0.7 * 5.3 = 3.71 m

𝜋 2 ∗𝐸𝐼 𝜋 2 ∗30 000∗ 7 625 520 833


Formule d’Euler : = = 164 037 kN > 662.47kN
𝐿𝑓𝑙 ² 3.71 ²

OK, notre colonne résiste au flambement.

24
D. Colonne de pignon
1. Récapitulatif des charges :
Nom des charges [kN/m²] Portée [m] [kN/m²] Type Coefficient
Bardage 4.521 6 27.126 Perm 1.35
Pression max 0.817 6 4.902 Var 1.5
Dépression max 1.143 6 6.858 Var 1.5
Poids propre Pris en compte par Scia

1. Situation :

25
2. Résultats

3. Vérification moment de flexion dans la section :


Mrd = μ * b * d² * α.fcd

= 0.1873 * 1 * (0.9*0.55)2 * 0.55 * 30 */ (1.5 * 106)

= 429.10 kN.m > 144.52 kN.m → OK

4. Calcul section d’acier :

1. Armatures longitudinales :
As = Msd / ( α * fyd * γ * d )

= 144.52 / (4350000 * 0.892 * 0.9 * 0.55)

= 7.52 cm²

Cette quantité d’acier sera placée sur les 2 faces de la colonne soumises par la flexion
Par faces, j’utiliserais 9.171 cm², 4 Ø16 sur les 2 faces. J’utilise en supplément 1 Ø12 pour
respecter la règle des 30 cm d’espacement maximum.

Or, afin de respecter mon As, recom, je place 4 Ø20 et 1 Ø12 pour l’espacement. J’aurais
une section totale de 8*3.14 cm² + 2*1.131 cm² = 27.38 cm²

2. Dispositions :
• Dimensions minimales : h ≥ 200 mm
• Dimensions minimales : b ≤ 4*h
• Dia minimum des armatures : Ø12
• Une barre dans chaque angle
• Espacement max de 300 mm
• Asmin ≥ 0.15 Nsd / fyd = 0.15 * 247 170/ 435 = 0.852cm²
• Asmax ≤ 0.04 * Ac = 0.04 * 55² = 121 cm²
• As, recom ≥ 0.008 * Ac = 0.008 * 55² = 24.2 cm²

0.852 ≤ 27.38 ≤ 121 cm² OK

26
3. Armature transversale (étriers) :
Vsd,z = 54.54 kN.

L’objectif est de vérifier si la section de béton est suffisante pour reprendre les efforts
tranchants. Sinon, on placera une section d’acier pour ceux-ci.

• Calcul de VRd2 : (Résistance d’une section à l’effort tranchant, se référant à un état limite
de ruine des bielles de béton.

VRd2= 0.45 * b * d * ν * fcd

• ν = 0.7 - (fck / 200) ≥ 0.5


• fck = 30 N/mm²
• fcd = 17 N/mm²

VRd2= 0.45 * 550 * 0.9*550 * 0.55 * 17 = 1 145.5 kN

VRd2 > Vsd,z

1 145.5 kN > 54.54 kN. OK, la section de béton suffit

• Calcul de VRd1 : (Résistance d’une section à l’effort tranchant en l’absence d’armature


pour les efforts tranchants).

VRd1= τRd * b * d * (1.6 – d) *(1,2 + 40 * ρl)

• τRd : valeur de calcul de la résistance au cisaillement soit 0,34 N/mm² pour du béton
C30/37
• ρl = Asl / (bw. d) < 0,02 soit ρl = 2738 / (550. 0,9. 550) = 0.01 (<0,02)

VRd1 = 0.34 * 550 * 550 * 0.9 * (1.6 – 0.495) *(1.2 + 40 * 0.01)

= 163.65 kN > 54.54 kN.

27
= VRd1 > Vsd,z Il n’est pas nécessaire de placer d’étriers, mais une section minimum est
à prévoir.

4. Dispositions :
• Dia minimum : Ø 6mm et ¼ du Diamètre des armatures transversales
• Espacement max : 12 * Ø des barres longitudinales soit 12 * 20 = 24 cm
• Espacement max : h la plus faible dimension soir 55 cm
• Espacement max : 300 mm
• Espacement max multiplié par 0,6 en pied et en tête de colonne sur une hauteur égale à
b (55 cm).

On placera des étriers Dia 10 mm espacement de 25 cm, soit Asw/w = 0.625 mm²/mm. Et aux
extrémités, un espacement de 15cm sur une hauteur de 55 cm.

5. Vérification au flambement
Données :

• Section colonne : 550 * 550 mm


• Msd : 144.52 kN.m
• Nsd : 247.20 kN
• Longueur de la colonne : 5.3 m
• As : 27.38 cm²
• Longueur de flambement (Lfl) (encastrée libre) = 2 * 5.3 = 10.6 m

𝜋 2 ∗𝐸𝐼 𝜋 2 ∗30 000∗ 7 625 520 833


Formule d’Euler : = = 20 094 kN > 247.52 kN
𝐿𝑓𝑙 ² 10.6 ²

OK, notre colonne résiste au flambement.

28
6. Vérification de la flèche :
Le critère est à vérifier pour cause de son type d’encastrement, les poutres à pignon sont
encastrées-libres. La flèche est à vérifier à l’ELS.

F ≤ L/300 = 5300 / 300 = 17.66 mm

17.66 > 2.7 mm OK, le critère de flèche est vérifié.

29
E. Colonne de coin
1. Récapitulatif des charges :
Nom des charges [kN/m²] Portée [m] [kN/m²] Type Coefficient
Entretient 0.2 6 1.2 Var 1.5
Neige 0.784 6 4.704 Var 1.5
Dalles de Toiture 1.3 6 7.8 Perm 1.35
Bardage 4.521 6 27.126 Perm 1.35
Pression vent 0° X 0.817 6 4.902 Var 1.5
Dépression à 0° X -0.427 6 -2.448 Var 1.5
Pression vent à 0° Y 0 6 0 Var 1.5
Dépression à 0° Y -1.143 6 -6.858 Var 1.5
Poids propre Pris en compte par Scia

Je prends en compte le cas le plus défavorable, c’est-à-dire le plus sollicitant.

1. Situation :
• Effort Normal :

• Moments :

• Efforts tranchants :

30
2. Résultats :

3. Vérification moment de flexion dans la section :


Mrd = μ * b * d² * α.fcd

= 0.1873 * 1 * (0.9*0.55)2 * 0.55 * 30 */ (1.5 * 106)

= 504.83 kN.m > 138.31 kN.m → OK

4. Calcul section d’acier :

5. Armatures longitudinales :
As = Msd / (α * fyd * γ * d)

= 138.31 / (4350000 * 0.892 * 0.9 * 0.55)

= 7.2 cm²

Cette quantité d’acier sera placée sur les 2 faces de la colonne soumises par la flexion
Par faces, j’utiliserais 9.171 cm², 4 Ø16 sur les 2 faces. J’utilise en supplément 1 Ø12 pour
respecter la règle des 30 cm d’espacement maximum.

Or, afin de respecter mon As, recom, je place 4 Ø20 et 1 Ø12 pour l’espacement. J’aurais
une section totale de 8*3.14 cm² + 2*1.131 cm² = 27.38 cm²

6. Dispositions :
• Dimensions minimales : h ≥ 200 mm
• Dimensions minimales : b ≤ 4*h
• Dia minimum des armatures : Ø12
• Une barre dans chaque angle
• Espacement max de 300 mm
• Asmin ≥ 0.15 Nsd / fyd = 0.15 * 247 170/ 435 = 2.31cm²
31
• Asmax ≤ 0.04 * Ac = 0.04 * 55² = 121 cm²
• As, recom ≥ 0.008 * Ac = 0.008 * 55² = 24.2 cm²

7.20 ≤ 27.38 ≤ 121 cm² OK

7. Armature transversale (étriers) :


Vsd,y = 60.11 kN.

L’objectif est de vérifier si la section de béton est suffisante pour reprendre les efforts
tranchants. Sinon, on placera une section d’acier pour ceux-ci.

• Calcul de VRd2 : (Résistance d’une section à l’effort tranchant, se référant à un état limite
de ruine des bielles de béton.

VRd2= 0.45 * b * d * ν * fcd

• ν = 0.7 - (fck / 200) ≥ 0.5


• fck = 30 N/mm²
• fcd = 17 N/mm²

VRd2= 0.45 * 550 * 0.9*550 * 0.55 * 17 = 1 145.5 kN

VRd2 > Vsd,y

1 145.5 kN > 60.11 kN. OK, la section de béton suffit

• Calcul de VRd1 : (Résistance d’une section à l’effort tranchant en l’absence d’armature


pour les efforts tranchants).

VRd1= τRd * b * d * (1.6 – d) *(1,2 + 40 * ρl)

• τRd : valeur de calcul de la résistance au cisaillement soit 0,34 N/mm² pour du béton
C30/37
• ρl = Asl / (bw. d) < 0,02 soit ρl = 2738 / (550. 0,9. 550) = 0.01 (<0,02)

32
VRd1 = 0.34 * 550 * 550 * 0.9 * (1.6 – 0.495) *(1.2 + 40 * 0.01)

= 163.65 kN > 60.11 kN kN.

= VRd1 > Vsd,y Il n’est pas nécessaire de placer d’étriers

8. Dispositions :
• Dia minimum : Ø 6mm et ¼ du Diamètre des armatures transversales
• Espacement max : 12 * Ø des barres longitudinales soit 12 * 20 = 24 cm
• Espacement max : h la plus faible dimension soir 55 cm
• Espacement max : 300 mm
• Espacement max multiplié par 0,6 en pied et en tête de colonne sur une hauteur égale à
b (55 cm).

On placera des étriers Dia 6 mm espacement de 25 cm, soit Asw/w = 0.625 mm²/mm Et aux
extrémités, un espacement de 15cm sur une hauteur de 55 cm.

9. Vérification au flambement
Données :
• Section colonne : 550 * 550 mm
• Msd : 138.31 kN.m
• Nsd : 662.47 kN
• Longueur de la colonne : 5.3 m
• As : 27.38 cm²
• Longueur de flambement (Lfl) (encastrée appuyée) = 0.7 * 5.3 = 3.71 m

𝜋 2 ∗𝐸𝐼 𝜋 2 ∗30 000∗ 7 625 520 833


Formule d’Euler : = = 20 094 kN > 669.47 kN
𝐿𝑓𝑙 ² 10.6 ²

OK, notre colonne résiste au flambement.

33
9. Longrines :
A. Plinthes longs-pans et pignons :
Ces plinthes sont utilisées pour la mise hors gel du hall, elle doit dépasser au minimum 20
cm le sol extérieur. Cet élément est considéré comme étant une poutre sur 2 appuis, avec son
poids propre chargé uniformément.

On considère que la reprise des charges venant du bardage reprise par les plots de fondations
grâce à sa grande rigidité. Le poids de la terre retenue est négligé. Je prends comme hypothèse
une poutre avec une hauteur de 80 cm avec une épaisseur de 15 cm, dans l’objectif d’avoir la
continuité de l’isolant. La portée sera de 6m, comme l’entre-axe des colonnes.

B. Matériaux :
• Résistance à la compression du béton C20/25 : α * fck / 1.5 = 0.85 * 30 = 25.5 N/mm²
• Résistance à la traction du béton C30/35 : 2.9 N/mm²
• Résistance de l’acier S500 : fyk = 500 N/mm² donc fyd = 500 / 1.5 = 435 N/mm²
• Module de Young de l’acier : E = 210 000 N/mm²

C. Dimensionnement des plinthes :


• PP ELS = 0.15 * 0.8 * 25 kN/m³ = 3 kN/m
• PP ELU = 3 kN/m * 1.35 = 4.05 kN/m

La portée des plinthes est de 6m.

On doit considérer la manutention des éléments qui est défavorable car elles seront posées
et portées horizontalement lors de la phase de construction. En position définitive, elles seront
posées verticalement.

𝑝 𝑙² 4.05∗ 6²
• Vsd = = = 18.225 kN.m
8 8
𝑝𝑙 4.05∗ 6
• Vsd = = = 12.15 kN
2 2

34
• Calcul du moment résistant :

Mrd = μ * b * d² * α.fcd

= 0.1873 * (0.9*0.15)2 * 0.80* 0.85 * 30 000

= 69.64 kN.m > 18.225 kN.m → OK

1. Calcul de la section d’acier :


• Armatures longitudinales

Je calcule la section nécessaire pour reprendre le moment de flexion

As = Msd / (α * fyd * γ * d)

= 18.23 / (4350000 * 0.892 * 0.9 * 0.15)

= 3.48 cm²

Asmin = b * h * fctm / 4 * fyd = 800 * 150 * 2.9 / 4 * 435 = 2 cm²

Je placerais 4 ∅ 12 mm, ce qui donne 4.524 cm² par faces.

• Longueur d’ancrage des barres :

∅∗𝑓𝑦𝑑 1.2 ∗ 435


Lb = 4∗𝑓𝑏𝑑 = = 44 cm
4∗3

- Lb = Longueur d’ancrage
- ∅ = Diamètre de la barre
- Fyd = Résistance de calcul des armatures 435 N/mm², S 500
- Fbd = Valeur de calcul de la contrainte d’adhérence pour le C30/35 = 3 N/mm²

• Armatures longitudinales

Vsd = 12.15 kN.

L’objectif est de vérifier si la section de béton est suffisante pour reprendre les efforts
tranchants. Sinon, on placera une section d’acier pour ceux-ci.

35
• Calcul de VRd2 : (Résistance d’une section à l’effort tranchant, se référant à un état limite
de ruine des bielles de béton.

VRd2= 0.45 * b * d * ν * fcd

• ν = 0.7 - (fck / 200) ≥ 0.5


• fck = 30 N/mm²
• fcd = 25.5 N/mm²

VRd2= 0.45 * 800 * 0.9*150 * 0.55 * 25.5 = 681.615 kN

VRd2 > Vsd

681.615 kN > 12.15 kN. OK, la section de béton suffit

• Calcul de VRd1 : (Résistance d’une section à l’effort tranchant en l’absence d’armature


pour les efforts tranchants).

VRd1= τRd * b * d * (1.6 – d) *(1,2 + 40 * ρl)

• τRd : valeur de calcul de la résistance au cisaillement soit 0,34 N/mm² pour du béton
C30/37
• ρl = Asl / (bw. d) < 0,02 soit ρl = 2738 / (550. 0,9. 550) = 0.01 (<0,02)

VRd1 = 0.34 * 800 * 150 * 0.9 * (1.6 – 0.15) *(1.2 + 40 (9040 / 800 * 0.9 * 150))

= 244.67 kN > 12.15 kN.

= VRd1 > Vsd Il n’est pas nécessaire de placer d’étriers, mais il est indispensable de
placer un minimum d’armatures transversales selon les dispositions constructives

𝐴𝑠𝑤
• 𝑚𝑖𝑛 = 0,0011 * b = 0,0011 * 800 = 0,88 mm²/mm
𝑠

• L’espacement max des étriers = 0.8*d ou 30 cm

𝐴𝑠𝑤
J’utiliserais des étriers Ø 10mm espacés de 15 cm. J’aurais donc une section de 𝑠
= 1.005

mm²/mm > 0.88 mm²/mm (Béton armé, 3e partie, p. 3.36).

36
10. Dimensionnement des semelles isolées
Les semelles isolées sont destinées à reprendre les charges venant des colonnes et le poids
propre des plinthes pour diffuser ces charges au sol. En ce qui concerne le bardage, il est
supposé rigide, donc il ne s’appuie pas sur les plinthes. Le poids propre est directement transmis
aux plots de fondation.

A. Matériaux :
• Résistance à la compression du béton C30/37 : α * fck / 1.5 = 0.85 * 20 = 17 N/mm²
• Résistance à la traction du béton C30/37 : 2.9 N/mm²
• Résistance de l’acier S500 : fyk = 500 N/mm² donc fyd = 500 / 1.5 = 435 N/mm²
• Module de Young de l’acier : E = 210 000 N/mm²

B. Plot de fondation colonne pignon :


• Récapitulatif des efforts transmis par les colonnes :

• Poids propre longrines :

Elles ont une longueur de 6m, une épaisseur de 0.15m et une hauteur de 0.8m. La réaction d’un
appui vaut :

(6∗0.15∗0.8)∗25 𝑘𝑁/𝑚³
N: = 9 𝑘𝑁
2

Attention la charge est excentrée de (0.55+0.15)/2 = 0.35m

• Poids propre du bardage :

Les panneaux sont constitués de 12cm de Béton armé (structure portante), 6 cm d’isolant et
7 cm de béton armé. La hauteur maximale est de 4,5m avec une portée de 6m.

37
N = (0.12 + 0.07) * 4.5 * 6 * 25 kN/m³ + 0.06 * 4.5 * 6 * 0.3 = 128.74 kN

Un plot reprendra 64.37 kN et sera excentrée de 40 cm = (55+25) /2

Efforts totaux transmis :

• N = 247.20 + 2 * 9 + 2 * 64.37 kN = 393.94 kN


• M = 144.52 + (2 * 9 * 0.35) + (2 * 64.37 * 0.4) = 202.316 kN.m

1. Calcul des dimensions :


Comme les colonnes, je prends comme hypothèse des fondations carrées de 250*250*30
cm.

• Hmin = 30 cm
• Hpoinçonnement = 1.44 * √𝑁𝑛𝑝 = 1.44 * √393.94 = 28.58 cm
𝑀𝑠𝑑 202.316
• Hmoment = √µ ∗ 𝑏 ∗ = √0.1873 ∗ 2.5 ∗ = 15.94 cm
𝛼 ∗ 𝑓𝑐𝑏 17 000

Je prends donc une épaisseur de 30 cm.

• Poids propre des semelles : (2.5*2.5*0.3) * 25 kN/m³ = 46.875 kN


• Poids propre des terres (terrain standard, 𝛾 = 18 𝑘𝑁/𝑚³) :

((0.6 * 2.5 * 2.5) – (0.55 * 0.55 * 0.6)) * 18 kN/m³ = 65.233 kN

• Efforts normaux :

N = 393.94 + 46.875 + 65.233 kN = 505.048 kN

M = 202.316 kN.m

2. Vérification des dimensions du plot :


Je prends comme hypothèse un sol de 18 kN/m³ avec une portance de 160 kN/m².

𝑀𝑠𝑑 202.316
Excentricité e = = = 40 cm
𝑁𝑠𝑑 505.048

OK, 40 < b/6 = 42 cm. Il n’y a pas de risques de soulèvement.

38
La contrainte maximum provoquée par les charges doit être inférieure à la capacité portante du
sol standard.

𝑁 6 ∗ 𝑒
𝜎𝑀𝑎𝑥 = ∗ (1 ∓ ( )) ≤ 160 𝑘𝑁/𝑚²
𝑎 ∗ 𝑏 𝑏

505.048 6 ∗ 0.4
𝜎𝑀𝑎𝑥 = ∗ (1 ∓ ( )) ≤ 158.38 𝑘𝑁/𝑚² OK
2.5 ∗ 2.5 2.5

3. Calcul des efforts aux états limites ultimes :


Pour les calculs d’armatures, on doit considérer nos efforts à l’ELU. On appliquera les
coefficient 1.35 pour les charges permanentes et 1.5 pour les variables.

• Nsd = 247.2 * 1.35 + 1.35 * (2 * 9 + 2 * 64.37) = 531.82 kN


• PP Semelle = 1.35 * 46.875 = 63.28 kN
• PP Terre = 1.35 * 65.233 = 88.06 kN

Nsd tot = 531.82 + 63.28 + 88.06 = 683.16 kN

Msd = 1.35 * 202.316 = 273.13 kN

𝑀𝑠𝑑 273.13
• Excentricité e = 𝑁𝑠𝑑 = =0. 40 cm Même valeur que ELS, OK
683.16

Pression au plot de fondation :


583.16 6 ∗ 0.4
P= ∗ (1 ∓ ( )) ≤ 182.88 𝑘𝑁/𝑚
2.5∗2.5 2.5

On a une hypothèse de travailler sur une longueur de 1m, on a donc une charge linéaire
de 182.88 kN/m. On est dans la configuration d’une poutre encastrée libre avec une portée égale
à la longueur et la largeur de la semelle.

182.88 ∗ (1.25 ∗ 1.25)


• Mmax = = 142.8 kN
2

• Vmax = 182.88 * 1.25 = 228.6 kN

39
4. Calcul des armatures principales :
La section d’acier sera utilisée pour la reprise du moment de flexion.

As = Msd / (α * fyd * γ * d)

= 142.8 / (4350000 * 0.892 * 0.9 * 0.3)

= 14.84 cm²

Asmin = b * h * fctm / 4 * fyd = 1000 * 300 * 2.9 / 4 * 435 = 5 cm²

Je place 4 Ø20 par mètre, au total j’ai 12.5 cm² par mètre. Dans la direction principale
j’utilise 11 Ø20 pour respecter l’espacement maximum.

• Longueur d’ancrage des barres :

∅∗𝑓𝑦𝑑 2 ∗ 435
Lb = 4∗𝑓𝑏𝑑 = = 72.5 cm
4∗3

- Lb = Longueur d’ancrage
- ∅ = Diamètre de la barre
- Ancrage coudé = Lb * 0.7 = 51 cm
- Fyd = Résistance de calcul des armatures 435 N/mm², S 500
- Fbd = Valeur de calcul de la contrainte d’adhérence pour le C30/37 = 3 N/mm²

5. Calcul des armatures secondaire :


Le minimum à respecter est de 20 % de la section d’armature principales. Dans notre cas,
la semelle n’est pas soumise à un moment de flexion.

As transversale = 0.2 * 12.5 cm² = 2.5 cm²

Je place 4 Ø10 par mètre, soit un total de 3,14 cm² par mètre.

• Longueur d’ancrage des barres :

∅∗𝑓𝑦𝑑 1 ∗ 435
Lb = 4∗𝑓𝑏𝑑 = = 36.25 cm
4∗3

- Lb = Longueur d’ancrage
- ∅ = Diamètre de la barre
- Ancrage coudé = Lb * 0.7 = 25 cm

40
- Fyd = Résistance de calcul des armatures 435 N/mm², S 500
- Fbd = Valeur de calcul de la contrainte d’adhérence pour le C30/37 = 3 N/mm²

6. Calcul des armatures d’attente :


Les barres d’attentes sont utilisées dans le but de recevoir par les colonnes en béton armé
sur la fondation. Elles seront encastrées dans la semelle, mais aussi dans la colonne.

J’utiliserais le même nombre de barres que dans ma colonne par simplicité. Je base mes
calculs sur le Dia 20.

• Dépassant la semelle :
∅∗𝑓𝑦𝑑 2 ∗ 435
- Lb = 4∗𝑓𝑏𝑑 = = 72.5 cm
4∗3

- Ls = Lb, net * 𝛼1
- Lb, net = 𝛼a * Lb * (As, req / As prevue) = 1 * 72.5 * (5/12.5) = 29 cm
- Ls = 1.4 * 29 = 45 cm
• Longueur des barres dans la semelle :
- Ancrages coudés = 0.7 * 72.5 = 51 cm
- Dépassant hors semelle = 45 cm
- Hauteur entre ancrage et dépassant = 30 cm

Les barres ont une longueur totale de plus ou moins 130 cm.

41
C. Plot de fondation colonne long-pan :
• Récapitulatif des efforts transmis par les colonnes :

• Poids propre longrines :

Elles ont une longueur de 6m, une épaisseur de 0.15m et une hauteur de 0.8m. La réaction d’un
appui vaut :

(6∗0.15∗0.8)∗25 𝑘𝑁/𝑚³
N: = 9 𝑘𝑁
2

Attention la charge est excentrée de (0.55+0.15) /2 = 0.35m

• Poids propre du bardage :

Les panneaux sont constitués de 12cm de Béton armé (structure portante), 6 cm d’isolant et
7 cm de béton armé. La hauteur maximale est de 4,5m avec une portée de 6m.

N = (0.12 + 0.07) * 4.5 * 6 * 25 kN/m³ + 0.06 * 4.5 * 6 * 0.3 = 128.74 kN

Un plot reprendra 64.37 kN et sera excentrée de 40 cm = (55+25) /2

Efforts totaux transmis :

• N = 662.47 + 2 * 9 + 2 * 64.37 kN = 809.21 kN


• M = 138.31+ (2 * 9 * 0.35) + (2 * 64.37 * 0.4) = 196.106 kN.m

42
Calcul des dimensions :
Comme les colonnes, je prends comme hypothèse des fondations carrées de 300*300*45 cm.

• Hmin = 30 cm
• Hpoinçonnement = 1.44 * √𝑁𝑛𝑝 = 1.44 * √809.21 = 40.96 cm
𝑀𝑠𝑑 196.106
• Hmoment = √µ ∗ 𝑏 ∗ = √0.1873 ∗ 3 ∗ = 14.32 cm
𝛼 ∗ 𝑓𝑐𝑏 17 000

Je prends donc une épaisseur de 45 cm.

• Poids propre des semelles : (3*3*0.45) * 25 kN/m³ = 101.25 kN


• Poids propre des terres (terrain standard, 𝛾 = 18 𝑘𝑁/𝑚³):

((0.6 * 3* 3) – (0.55 * 0.55 * 0.6)) * 18 kN/m³ = 93.93 kN

• Efforts normaux :

N = 809.21 + 101.25 + 93.93 kN = 1 004.39 kN

M = 196.106 kN.m

1. Vérification des dimensions du plot :


Je prends comme hypothèse un sol de 18 kN/m³ avec une portance de 160 kN/m².

𝑀𝑠𝑑 196.106
Excentricité e = = = 19.5 cm
𝑁𝑠𝑑 1 004.39

OK, 19.5 < b/6 = 50 cm. Il n’y a pas de risques de soulèvement.

La contrainte maximum provoquée par les charges doit être inférieure à la capacité portante du
sol standard.

𝑁 6 ∗ 𝑒
𝜎𝑀𝑎𝑥 = ∗ (1 ∓ ( )) ≤ 160 𝑘𝑁/𝑚²
𝑎 ∗ 𝑏 𝑏

1 004.39 6 ∗ 0.195
𝜎𝑀𝑎𝑥 = ∗ (1 ∓ ( )) ≤ 155.12 𝑘𝑁/𝑚² OK
3∗3 3

43
2. Calcul des efforts aux états limites ultimes :
Pour les calculs d’armatures, on doit considérer nos efforts à l’ELU. Appliquera les
coefficient 1.35 pour les charges permanentes et 1.5 pour les variables.

• Nsd = 662.47 * 1.35 + 1.35 * (2 * 9 + 2 * 64.37) = 1092.43 kN


• PP Semelle = 1.35 * 101.25 = 136.69 kN
• PP Terre = 1.35 * 93.93 = 126.81 kN

Nsd tot = 1 092.43 + 136.69 + 126.81 = 1 355.93 kN

Msd = 1.35 * 196.106 = 264.74 kN

𝑀𝑠𝑑 264.74
• Excentricité e = = = 19.5 cm Même valeur que ELS, OK
𝑁𝑠𝑑 1 355.93

Pression au plot de fondation :


1 355.93 6 ∗ 0.2
P= ∗ (1 ∓ ( )) ≤ 210.92 𝑘𝑁/𝑚
3∗3 3

On a une hypothèse de travailler sur une longueur de 1m, on a donc une charge linéaire
de 182.88 kN/m. On est dans la configuration d’une poutre encastrée libre avec une portée égale
à la longueur et la largeur de la semelle.

210.92 ∗ (1.5 ∗ 1.5)


• Mmax = = 237.285 kN
2

• Vmax = 210.92 * 1.5 = 316.38 kN

44
a. Calcul des armatures principales :
La section d’acier sera utilisée pour la reprise du moment de flexion.

As = Msd / (α * fyd * γ * d)

= 237.285/ (4350000 * 0.892 * 0.9 * 0.45)

= 15.1 cm²

Asmin = b * h * fctm / 4 * fyd = 1000 * 450 * 2.9 / 4 * 435 = 7.5 cm²

Je place 5 Ø20 par mètre, au total j’ai 15.71 cm² par mètre. Dans la direction principale
j’utilise 13 Ø20 pour respecter l’espacement maximum.

• Longueur d’ancrage des barres :

∅∗𝑓𝑦𝑑 2 ∗ 435
Lb = 4∗𝑓𝑏𝑑 = = 72.5 cm
4∗3

- Lb = Longueur d’ancrage
- ∅ = Diamètre de la barre
- Ancrage coudé = Lb * 0.7 = 51 cm
- Fyd = Résistance de calcul des armatures 435 N/mm², S 500
- Fbd = Valeur de calcul de la contrainte d’adhérence pour le C30/37 = 3 N/mm²

3. Calcul des armatures secondaire :


Le minimum à respecter est de 20 % de la section d’armature principales. Dans notre cas,
la semelle n’est pas soumise à un moment de flexion.

As transversale = 0.2 * 15.1 cm² = 3 cm²

Je place 4 Ø10 par mètre, soit un total de 3,14 cm² par mètre.

• Longueur d’ancrage des barres :

∅∗𝑓𝑦𝑑 1 ∗ 435
Lb = 4∗𝑓𝑏𝑑 = = 36.25 cm
4∗3

- Lb = Longueur d’ancrage
- ∅ = Diamètre de la barre
- Ancrage coudé = Lb * 0.7 = 25 cm

45
- Fyd = Résistance de calcul des armatures 435 N/mm², S 500
- Fbd = Valeur de calcul de la contrainte d’adhérence pour le C30/37 = 3 N/mm²

4. Calcul des armatures d’attente :


Les barres d’attentes sont utilisées dans le but de recevoir par les colonnes en béton armé
sur la fondation. Elles seront encastrées dans la semelle, mais aussi dans la colonne.

J’utiliserais le même nombre de barres que dans ma colonne par simplicité. Je base mes
calculs sur le Dia 20.

• Dépassant la semelle :
∅∗𝑓𝑦𝑑 2 ∗ 435
- Lb = 4∗𝑓𝑏𝑑 = = 72.5 cm
4∗3

- Ls = Lb, net * 𝛼1
- Lb, net = 𝛼a * Lb * (As, req / As prevue) = 1 * 72.5 * (7.5/15.71) = 35 cm
- Ls = 1.4 * 35 = 50 cm
• Longueur des barres dans la semelle :
- Ancrages coudés = 0.7 * 72.5 = 51 cm
- Dépassant hors semelle = 45 cm
- Hauteur entre ancrage et dépassant = 30 cm

Les barres ont une longueur totale de plus ou moins 130 cm.

46
D. Plot de fondation colonne de coin :
• Récapitulatif des efforts transmis par les colonnes :

• Poids propre longrines :

Elles ont une longueur de 6m, une épaisseur de 0.15m et une hauteur de 0.8m. La réaction d’un
appui vaut :

(6∗0.15∗0.8)∗25 𝑘𝑁/𝑚³
N: = 9 𝑘𝑁
2

Attention la charge est excentrée de (0.55+0.15) /2 = 0.35m

• Poids propre du bardage :

Les panneaux sont constitués de 12cm de Béton armé (structure portante), 6 cm d’isolant et
7 cm de béton armé. La hauteur maximale est de 4,5m avec une portée de 6m.

N = (0.12 + 0.07) * 4.5 * 6 * 25 kN/m³ + 0.06 * 4.5 * 6 * 0.3 = 128.74 kN

Un plot reprendra 64.37 kN et sera excentrée de 40 cm = (55+25) /2

Efforts totaux transmis :

• N = 662.47 + 2 * 9 + 2 * 64.37 kN = 809.21 kN


• M = 144.52 + (2 * 9 * 0.35) + (2 * 64.37 * 0.4) = 202.316 kN.m

47
1. Calcul des dimensions :
Comme les colonnes, je prends comme hypothèse des fondations carrées de 300*300*45
cm.

• Hmin = 30 cm
• Hpoinçonnement = 1.44 * √𝑁𝑛𝑝 = 1.44 * √809.21 = 40.96 cm
𝑀𝑠𝑑 202.316
• Hmoment = √µ ∗ 𝑏 ∗ = √0.1873 ∗ 3 ∗ = 14.55 cm
𝛼 ∗ 𝑓𝑐𝑏 17 000

Je prends donc une épaisseur de 45 cm.

• Poids propre des semelles : (3*3*0.45) * 25 kN/m³ = 101.25 kN


• Poids propre des terres (terrain standard, 𝛾 = 18 𝑘𝑁/𝑚³):

((0.6 * 3* 3) – (0.55 * 0.55 * 0.6)) * 18 kN/m³ = 93.93 kN

• Efforts normaux :

N = 809.21 + 101.25 + 93.93 kN = 1 004.39 kN

M = 202.316 kN.m

2. Vérification des dimensions du plot:


Je prends comme hypothèse un sol de 18 kN/m³ avec une portance de 160 kN/m².

𝑀𝑠𝑑 202.316
Excentricité e = = = 20.14 cm
𝑁𝑠𝑑 1 004.39

OK, 20.14 < b/6 = 50 cm. Il n’y a pas de risques de soulèvement.

La contrainte maximum provoquée par les charges doit être inférieure à la capacité portante du
sol standard.

𝑁 6 ∗ 𝑒
𝜎𝑀𝑎𝑥 = ∗ (1 ∓ ( )) ≤ 160 𝑘𝑁/𝑚²
𝑎 ∗ 𝑏 𝑏

1 004.39 6 ∗ 0.20
𝜎𝑀𝑎𝑥 = ∗ (1 ∓ ( )) ≤ 156.24𝑘𝑁/𝑚² OK
3∗3 3

48
3. Calcul des efforts aux états limites ultimes :
Pour les calculs d’armatures, on doit considérer nos efforts à l’ELU. Appliquera les
coefficient 1.35 pour les charges permanentes et 1.5 pour les variables.

• Nsd = 662.47 * 1.35 + 1.35 * (2 * 9 + 2 * 64.37) = 1092.43 kN


• PP Semelle = 1.35 * 101.25 = 136.69 kN
• PP Terre = 1.35 * 93.93 = 126.81 kN

Nsd tot = 1 092.43 + 136.69 + 126.81 = 1 355.93 kN

Msd = 1.35 * 202.316 = 273.13 kN

𝑀𝑠𝑑 273.13
• Excentricité e = = = 20.14 cm Même valeur que ELS, OK
𝑁𝑠𝑑 1355.95

Pression au plot de fondation :


1 355.93 6 ∗ 0.2
P= ∗ (1 ∓ ( )) ≤ 210.92 𝑘𝑁/𝑚
3∗3 3

On a une hypothèse de travailler sur une longueur de 1m, on a donc une charge linéaire
de 182.88 kN/m. On est dans la configuration d’une poutre encastrée libre avec une portée égale
à la longueur et la largeur de la semelle.

210.92 ∗ (1.5 ∗ 1.5)


• Mmax = = 237.29 kN
2

• Vmax = 210.92 * 1.5 = 316.38 kN

49
a. Calcul des armatures principales :
La section d’acier sera utilisée pour la reprise du moment de flexion.

As = Msd / (α * fyd * γ * d)

= 237.29 / (4350000 * 0.892 * 0.9 * 0.45)

= 15.1 cm²

Asmin = b * h * fctm / 4 * fyd = 1000 * 450 * 2.9 / 4 * 435 = 7.5 cm²

Je place 5 Ø20 par mètre, au total j’ai 15.71 cm² par mètre. Dans la direction principale
j’utilise 16 Ø20 pour respecter l’espacement maximum.

• Longueur d’ancrage des barres :

∅∗𝑓𝑦𝑑 2 ∗ 435
Lb = 4∗𝑓𝑏𝑑 = = 72.5 cm
4∗3

- Lb = Longueur d’ancrage
- ∅ = Diamètre de la barre
- Ancrage coudé = Lb * 0.7 = 51 cm
- Fyd = Résistance de calcul des armatures 435 N/mm², S 500
- Fbd = Valeur de calcul de la contrainte d’adhérence pour le C30/37 = 3 N/mm²

4. Calcul des armatures secondaire :


Pour notre colonne de coin, elle est soumise à 2 moment dans la direction x et y. Je décide
d’utiliser la même configuration de ferraillage de l’armature principale, qui reprend le cas du
moment le plus défavorable.

5. Calcul des armatures d’attente :


Les barres d’attentes sont utilisées dans le but de recevoir par les colonnes en béton armé
sur la fondation. Elles seront encastrées dans la semelle, mais aussi dans la colonne.

J’utiliserais le même nombre de barres que dans ma colonne par simplicité. Je base mes
calculs sur le Dia 20.

50
• Dépassant la semelle :
∅∗𝑓𝑦𝑑 2 ∗ 435
- Lb = 4∗𝑓𝑏𝑑 = = 72.5 cm
4∗3

- Ls = Lb, net * 𝛼1
- Lb, net = 𝛼a * Lb * (As, req / As prevue) = 1 * 72.5 * (7.5/15.71) = 35 cm
- Ls = 1.4 * 35 = 50 cm
• Longueur des barres dans la semelle :
- Ancrages coudés = 0.7 * 72.5 = 51 cm
- Dépassant hors semelle = 45 cm
- Hauteur entre ancrage et dépassant = 30 cm

Les barres ont une longueur totale de plus ou moins 130 cm.

E. Fondation filante partie bureaux :


Je considère que les murs de 14 cm n’étant pas porteur, car les charges de la toiture sont
reprises par la poutre IV. Les murs intérieurs sont donc peu sollicités et seront poses sur la dalle
de 30cm, ce qui ne nécessite pas de semelles filantes.

51
11. Etude du réseau d’égouttage :
A. Eau pluviale :
Je détermine le nombre et le diamètre des tuyaux de descende pour l’évacuation de l’eau de
pluie.

Je considère qu’il faut 1 cm² d’orifice de tuyau pour 1 m² de surface horizontale de la toiture.
Comme j’ai une pente intégrée dans la hauteur de la poutre, la surface de reprise d’eau pour un
côté du bâtiment est de 60* 15m = 900m²

J’aurais besoin de 900 cm² de tuyau d’évacuation.

Un tuyau de diamètre 12 a une surface de 113 cm², nous arrivons donc à un rapport de
minimum 8 tuyaux d’évacuation nécessaire. Je décide d’utiliser 8 tuyaux, c’est-à-dire 1 tuyaux
tous les 8,5 m. Il faudra tenir compte des ouvertures de baies.

B. Citerne d’eau de pluie :


Toutes les évacuations d’eau de pluie seront raccordées dans une citerne d’eau de pluie pour
l’alimentation des w.-c. eau. De plus, l’eau pourra être utilisée pour différents entretient du
bâtiment et alentour. Une chambre de visite 80*80 et une rehausse sera placée aux extrémités
droites du bâtiment, une rehausse est nécessaire car le terrain a une très faible pente, trop faible
pour permettre un écoulement gravitaire. Une citerne de 20 000 L avec une arrivée de 120 mm
sera placée. Elle sera reliée aux égouts publics si un trop plein est provoqué par de trop grande
précipitations.

52
C. Eau usée :
Le bâtiment doit assurer une épuration individuelle avant le rejet dans le réseau public. Il
est donc important d’en prendre compte lors de l’étude de l’avant-projet.

Le type et les dimensions de citerne dépendent selon le nombre de personnes et que la


pollution qu’elle peut produire, correspondant au EH (équivalent habitant). Je considère le
bâtiment comme étant un bureau, atelier et une usine avec 6 ouvriers et 4 employés, avec une
possibilité d’agrandissement de l’entreprise.

• 6 Ouvriers : 3 EH
• 4 employés : 4/3 EH
- Total = 4.33 EH

Dans ce calcul je ne prends pas en compte les clients potentiels. Je prendrais une citerne
avec un EH de 7, en raison d’un agrandissement possible.

53
54
D. Drain périphérique
Des drains périphériques PEHD (Polyéthylène Haute Densité) de diamètre 120 mm seront
utilisés pour permettre l’évacuation de l’eau stagnante au niveau des longrines et des fondations.
Ils seront enrobés d’un empierrement et d’un géotextile, l’objectif est de ne pas avoir de matière
solide qui viendraient engorger les drains. L’écoulement sera gravitaire avec une rehausse aux
extrémités droites du bâtiment pour se diriger vers la citerne.

12. Terrassement :
Le terrassement comprend le remblai et le déblais (terre arable et terres normales). J’utilise
les courbes de niveau pour définir les profils en long de mon terrain sur ses dimensions
extérieures en X et Y, l’objectif est d’être le plus précis possible.

55
• Terres arables (1) :

La terre arable est la couche supérieure ayant une épaisseur de 20cm sur toute la surface
du chantier, ce qui comprend le bâtiment, les parkings, voies d’accès). Une partie de ces terres
sera réutilisée pour remblayer le bâtiment et une autre partie sera évacuée.

Quantités : 3673 m² * 0.2m = 734.6 m³

• Déblais général (2) :

Cette partie comprend une partie surfacique et une autre partie qui comprend un volume
jusqu’à la partie supérieure de la fondation en béton.

Surfacique : 35.65 m * 65.65 m * 0.4m = 936.17 m³

Fondation Coin et Long pan (22) : ((4.07+5.05) * (0.55/2)) * 22 = 55.176 m³

Fondation Pignon (8) : ((3.55+4.55) * (0.55/2)) * 8 = 17.82 m³

• Déblais fondation (3) :


Les terres provenant des fondations sont calculées selon les dimensions des fondations. Dans
mon cas, il n’y a que des fondations isolées.

Coin et Long pan (22) : 3m*3m*0.45m = ((4.07+3)*(0.45/2))*22 = 35 m³

Pignon (8) : 2.5m*2.5m*0.3m = ((3.57+3)*(0.3/2))*8 = 7.89 m³

• Déblais citerne eau pluviale 20 m³

Pour une mise en place plus simple, le volume sera plus grand que le volume nécessaire à la
citerne : 350*350*550 = 67.375 m³

• Station d’épuration 7 EH

Même principe que la citerne d’eau pluviale : (275 * 275 * 200) * 2 = 30.25 m³

56
• Chambre de visite :

Pour me bâtiment, j’utilise 6 chambres de visite 60*60, principalement pour relevage de


l’écoulement gravitaire : (100*100*75) * 6 = 4,5 m³

Le volume de déblais à évacuer est de 1950 m³, ce qui correspond à plus ou moins 150
déplacements nécessaires à réaliser, chacun pouvant évacuer 13 m³.

13. Bordereau des aciers (annexe)


14. Métré du gros œuvre fermé (annexe)
15. Plan de stabilité + coffrage + ferraillage
16. Plan en élévation + coupe + implantation
17. Notes informations techniques (annexe)

57
58

Vous aimerez peut-être aussi