Vous êtes sur la page 1sur 64

c est pas parce qubn rit que c'est drôle

^ _^
= no 4 janvier 1980
I^KS SEXE au Québec 1970-00
Ôevehe^MCHE VITE!
[^^MH Les prédictions CROC
^••iiH pour les années 80
RÉDACTION
ÉDITEURS: Roch Côté et Jacques Hurtubise
DIRECTEUR ARTISTIQUE: Jacques Hurtubise
RÉDACTEUR EN CHEF: Roch Côté
RÉDACTEUR EN CHEF ADJOINT: Pierre Huet
DIRECTEUR ARTISTIQUE ADJOINT: Michel
Durand
MAQUETTISTE: Mathilde Hébert
ADJOINTE À LA RÉDACTION: Hélène Fleury
ÉQUIPE DE RÉDACTION: Patrick Beaudin,
Roch Côté, Normand Daigneault, Jacques
Grisé, Pierre Huet, Jacques Hurtubise, Serge
Langevin, Claude Meunier, Michel Rivard
COLLABORATEURS DESSINS: Bado, Berthio,
Cousineau, Lucie Faniel, Gaboury, Garnotte,
Gilé, Réal Godbout, Pierre Huet, Jacques
Hurtubise, Alain Massicotte, Moerell, Terry
Mosher, Tibo
PHOTO: François Bouvier, Claire Beaugrand-
Champagne, Alain Laforest
COLORISTES: Françoise Barrette, Murielle
Blouin, Gigi Perron
^£2322^^^ la section actualité
conçue par Roch Côté et l'équipe
CROC-NIQUES: Roch Côté, Pierre Huet, Serge
Langevin, Michel Rivard Jacques Hurtubise
DÉCORS: Louis Bourque, François Bouvier,
Hélène Fleury
CORRESPONDANTS: Vatican: St-Pierre Dero-
nie, Washington: Billy Carter, Paris: Félix
Pottin, Varsovie: Polski Ogorki, Moscou: John
Spy, Pékin: Chicken Chow-Mein, Tombouc-
tou: Rodrigue Biron, Port-au-Prince: TiPapa
Tifèchié, Toronto: Byby Sunlife, Drummond-
ville: Mme Alfred Moffette, rue Principale.
CORRESPONDANTS ITINÉRANTS: Shah d'I-
ran, Idi Aminé Dada, Anastasio Somoza, Jean
Bedel Bokassa
ADMINISTRATION
ADMINISTRATEUR: Jacques Hurtubise
Adjointe: Hélène Fleury
CONSEILLER EN ADMINISTRATION: Martin
Girard
ÉMINENCE GRISE: la main de Dieu
PUBLICITE: Francine Tardif, 844-3911

C R O C est p u b l i é p a r L u d c o m I n c . , 4 6 4 r u e St-Jean,
M o n t r é a l H2Y 2 S 1 . C R O C se v e n d S1.75 l ' e x e m p l a i r e . Les
a b o n n e m e n t s a u Q u é b e c et a u C a n a d a : S12 p a r a n . A
l'étranger, S19 p a r a n . S e r v i c e des a b o n n e m e n t s , tel:
«44-3912
c o p y r i g h t 1979 p a r L u d c o m I n c .
T o u t e ressemblance avec u n e personne vivante o u
d é c é d é e e x c e p t i o n f a i t e des s a t i r e s de p e r s o n n a g e s
p u b l i c s est p u r e m e n t f o r t u i t e .
Le c o n t e n u d u m a g a z i n e n e p e u t ê t r e r e p r o d u i t sans
autorisation écrite.
Les m a n u s c r i t s et dessins n o n - s o l l i c i t é s d e v r o n t ê t r e
a c c o m p a g n é s d ' u n e e n v e l o p p e a d r e s s é e et a f f r a n c h i e
pour assurer leur retour.
Les é d i t e u r s n e se t i e n n e n t pas r e s p o n s a b l e s de la p e r t e
des m a n u s c r i t s , des p h o t o s o u d e s i l l u s t r a t i o n s .
Pour recevoir votre e x e m p l a i r e régulièrement, veuillez
n o u s p r é v e n i r a u m o i n s six s e m a i n e s à l'avance de t o u t
c h a n g e m e n t d'adresse et de la d a t e de v o t r e d é m é n a g e -
m e n t , e n n o u s e n v o y a n t à la fois v o t r e n o u v e l l e a d r e s s e
et l ' é t i q u e t t e a p p o s é e s u r la c o u v e r t u r e d e v o t r e maga-
zine.
D é p ô t légal: B i b l i o t h è q u e n a t i o n a l e d u Q u é b e c , 4 e t r i -
m e s t r e 1979.
P e r m i s de 2" classe e n c o u r s d ' o b t e n t i o n . Port de r e t o u r
garanti.

T Y P O G R A P H I E : Concept Médiatexte Inc.


S É P A R A T I O N D E S I ( M U I IIS: P r e s t o l i t h o L t é e
I M P R I M E U R : L ' I m p r i m e r i e C a n a d i e n n e Gazette Ltée
• M P R I M I P O T E 9 T : A. K h o m e i n y
l M l*tll \t l i l il: C. R y a n

DISTRIBUTION
LES DISTRIBUTEURS ASSOCIÉS, 3600, bouL
du Tricentenaire, Pointe-aux-Trembles (514)
645-2278.

CROC
CROGodKoriol
Ce n u m é r o 4 de CROC i n a u g u r e u n e n o b l e sucre, avec ou sans c r è m e .
tradition: la table r o n d e de fin de décennie. La d e u x i è m e r o n d e des débats fut a m o r c é e
A u t o u r de sa table, u n e fois enlevées les bouteil- par u n sociologue de l'Université Laval qui a dit
les, CROC a r é u n i des sommités, historiens, futu- e s p é r e r q u e le service d'autobus entre Q u é b e c et
rologues, sociologues ainsi q u ' u n e f e m m e p o u r M o n t r é a l n'ira pas en se détériorant dans les
faire le bilan des a n n é e s 70 et la prospective des a n n é e s 80. T o u t le m o n d e fut d'accord p o u r
années 80. regretter la hausse d u prix d u ticket dans les
Une fois le chauffage remonté, la discussion a n n é e s 70, et constater q u e si ça continue c o m m e
fut u n feu roulant. Le f u t u r o l o g u e a m o r ç a magis- ça, ça sera aussi bien de p r e n d r e son c h a r dans
tralement les débats en lançant q u e les a n n é e s 80 les a n n é e s 80.
sont p o u r n o u s tous u n défi. L'historien se sou- T o u s signalèrent l'avance de la lutte des
vient q u e les années 70 en furent u n aussi mais f e m m e s dans les années 70 et souhaitèrent q u e la
p e r s o n n e ne se souvient p o u r les a n n é e s 60. O n r é u n i o n de 1989 fut aussi r e h a u s s é e d'une char-
laissa tomber. La f e m m e prit alors les c o m m a n d e s mante p r é s e n c e féminine.
de tout le m o n d e , mais c o m m e certains voulaient La conclusion du débat fut b r i l l a m m e n t
du chinois et d'autres de la pizza, elle c o m m a n d a tirée p a r le p r o f e s s e u r Dietl-Milstein: «Les a n n é e s
des c l u b s a n d w i c h e s p o u r tout le m o n d e . Elle 70 sont finies; p o u r les a n n é e s 80, ben, o n verra.»
c o m m a n d a aussi p l u s i e u r s cafés, avec ou sans Côté

Sommaire-4 3

Courrier • 4 CROCniques
M u s i q u e • 47
Spécial Lettres • 48
Au b o u t d u r o u l e a u • 7 Signes des temps « 5 1
Télévision • 59
Michel R i s q u e L'Étrange • 60
Godbout, M e u n i e r • 29 B a n c d'Essai « 6 1

Actualité • 33 Les années quatre-vin


B e r t h i o • 49
Les dessinateurs à gages
B i e r m a n • 40 O l g a et les bêtes
Faniel • 50
Pauvres riches
Garnotte • 42 P o r t e Folio
M c K a l e • 52
M a r c e l Singe
Moerell, H u e t • 44 L e complot
Moerell, Huet • 55

j a n v i e r 1980
courrier
Mon père m'a toujours dit que j'avais C'est pas avec un tarif d'abonnement
pas d e p l o m b dans la tête. Asteure, à $12 pour 12 numéros que CROC va
j'en ai ! se mettre riche. On se d e m a n d e
Jacques Mesrine c o m m e n t il se fait que tout le m o n d e
ne soit pas encore abonné.
Si je saurais écrire, j'vous enverrais R o c h Côté
une maudite belle lettre, mais en P.s. L e coupon d'abonnement est en
attendant, ma secrétaire vous envoie page 63.
celle-là.
Maurice Bellemarre Ci-joint mon chèque de $12 pour
mon abonnement. J'aime beaucoup
C r o c est d e m o n goût, mais on n'y votre revue et je ne prête m ê m e pas
trouve pas de devinettes. En voici mon exemplaire à ma f e m m e .
une: qui a une coupe afro, possède Qu'elle s'abonne !
un c o m p l e t 3 pièces gris perle, a un Un l e c t e u r m o d è l e
fils dans le Canadien et va se faire
lyncher au m o i s d'avril? Sur l'air d e «Un éléphant», voici une Si je m e souviens bien, j'ai laissé une
Bernard Geoffrîon petite chanson que nous avons charge de dynamite dans la base du
c o m p o s é e pendant une «journée mât. Pour $2,500,000, je pourrais
Non seulement votre revue est im- d'étude»: 5 milles à pied, ça use, ça peut-être m e souvenir dans quelle
p r i m é e de gauche à droite, mais en use, 5 milles à pied, ça use les poutre.
plus elle est à l'envers. souliers. Roger Taillibert
Un C h i n o i s Ha, ha, ha,
L e s s y n d i q u é s d e la C T C U M Je vous ai écrit plusieurs lettres
Apocalypse N o w , c'est rien à com- bourrées de gags désopilants. Où
parer à ce qui se passe chez nous. Je constate que vous parlez de moi sont-elles passées ? Je suppose que
André Thibault dans chacun de vos numéros. Avec pour rire de moi, vous allez publier
prof, à la p o l y v a l e n t e cette lettre, m e v"là encore dans le celle-là?
de V i l l e - B r a s s a r d numéro 4. C'est pas tout le m o n d e Un f r u s t r é
qui peut en dire autant. Lâchez pas D r u m m o n d ville
À partir d'aujourd'hui... chu en va- les gars !
cances. Camil S a m s o n Pourquoi, quand c'est des lettres de
U n militant p é q u i s t e caves, ça vient toujours de Drum-
de Maison neuve V a tu quelqu'un qui a du p a p i e r ? mondville ?
L e p ô v e c a v e q u i est p o g n é X
Merci aux électeurs de Prévost d a n s les toilettes payantes (J'vous dis p a s o ù )
d'avoir voté pour M m e Chaput- de C h i b o u g a m a u CROC fait tout simplement sa part
Rolland. pour le développement de l'industrie
Un c h a r g é de gags à CROC Bon, ça a assez duré, on peut le dire touristique à Drummondville.
asteure: on a été sculptées à l'image
Ostie de câliss, / a pas g r a n d ' m o n d e du professeur Lebrun. Vos farces sur l'empereur Bokassa
qui lit le français à Philadelphie, L e s s t a t u e s d e l'Ile d e P â q u e s sont d e très mauvais goût. Avez-
c o m m e n t qu'ça s'fait, tabarnak, qu'y vous pensé à les épicer un peu ?
a personne qui m'a dit ça avant. Le 11 d é c e m b r e dernier, je com- J é h a n n e Benoît
Pierre Péladeau mandais une pizza garnie 14 pouces,
un jello aux fraises pis un coke. Où M ê m e petit, Jacquot refusait de par-
Un manteau d e phoque, ça dure pas c'est que c'est rendu ? tager ce qu'il avait avec les autres.
trois ans, ça déchire et c'est pas U n citoyen tanné, S y n d i c a l e m e n t vôtre,
vraiment chaud. J'ie sais, j'en porte Oorval L a m a m a n d e J. P a r i z e a u
un m o i - m ê m e .
Un p h o q u e Garçon, 2 gros Pepsis et qu'ça saute ! Fécris fefi sans mon fartiel. Fa farais-
Un h u m o r i s t e s a n s travail tu beaucoup ?
J'suis venu incognito pour que per- Farles Forron
sonne ne m e reconnaisse. C o m b i e n y a-t-il de trous dans le Ficoutimi
Un O V N I d e golfe Saint-Laurent? P.S.: Merfi beaucoup !
Pointe-Saint-Charles Jocelyne B o u r a s s a

CROC
Photo-Théâtre: • Invitée: Chatouille • Scénario: Pierre Huet &
Jacques Hurtubise • Photos: Claire Beaugrand-Champagne

j a n v i e r 1980 Figuration-.Serge Langevin; Décors: Le Salon des Cent


CROC
UN
LE DERNIER
DU OIT BEC p a r F. LaFeve

M
Nous sommes sur la rue St-Denis, dans que m'accordent les m é c è n e s d e la revue
une piaule. Je vous la décrirais bien, mais Croc doit être justifiée, me voici pour
à dire vrai, on voit pas grand-chose. J'ai l'interviewer. Il est assis devant moi, sur
étéamené ici lesyeuxbandés, par un gars un matelas. La chandelle qui brille, piquée
que j'ai connu il y a quelquesannées, alors dans une bouteille de sauce HP, me per-
Vas
qu'il écrivait la chronique «Sport et met de voir qu'il a les cheveux longs,
Dope » dans la revue Mainmise. Il travaille frisés pour la plupart, et qu'il est vêtu de
maintenant comme ballon de football ce qui me semble être une immense housse
dans un grand magasin, mais comme à «toaster». Il y a une odeur qui traîne,
c'était son jour de congé, je l'ai convaincu probablement de l'encens aux oeufs, et
de m'amener ici. Il m'avait souvent parlé la voix chaude de Janis Joplin entonne
de son chum H., le dernier hippie de « S u m m e r t i m e » pour la neuvième fois
Montréal, et comme la maigre pitance consécutive...
fi F.: À quel point la marginalité, s i m p l i c i t é si tu v e u x r e s t e r b e a u
\f û;**;o * / S w * . /
musique ?
\ / raéw) \f %.

prise dans son essence, peut-elle te d a n s ta t ê t e . H.: L e s p o c h e t t e s . . . s o n t beltes,


conférer un statut différent de celui F.: J'imagine, oui. As-tu l'impression les p o c h e t t e s . . . e n g é n é r a l , c ' f u n

% de tes contemporains,
réfère bien entendu aux
si on se
schémas
d'être resté beau euh... dans ta tête ?
H.: O u a n . . . t s é l'affaire c ' e s t ça...
trip v i s u e l .
F.: Esf-ce que l'amour est resté

fi habituels inhérents
mismes sociaux ?
aux dyna-

H.: J'ai pas c o m p r i s la q u e s t i o n .


c ' f u n e affaire q u e j'ai c o m p r i s b e n
raide... la f o i s d e s vingt-six t a b s
d e mescaline, c h u resté ben simple,
aussi important pour toi que dans
les années soixante, les années du
«Peace and Love» ?
F.: (lentement) À quel point la mar- l'air b ê t e q u a s i m e n t . . . m a i s
m gi-na-li-té... f i n a l e m e n t , c'est ç a q u i m'a s a u v é .
H.: L'amour, y a r i e n là ; ma b l o n d e ,
je la vois dix m i n u t e s par h e u r e ! Là,
H.: O h c e l l e - l à je l'ai c o m p r i s , c'est F.: Tu veux dire que t'as arrêté de j ' p e n s e q u ' e s t d a n s c u i s i n e . (Vers la
l'autre avant q u e j'ai d e la m i s è r e . prendre de la mescaline ?
m F.: Mais c'était ma première H.: N o n , n o n . J ' e n ai pris vingt-six
cuisine) Y o u H o u , B o n n e f e m m e
Kébek!
question ! a u t r e s t a b s p o u r ê t r e sûr. Ça é t é un S a b l o n d e : ( d e la c u i s i n e ) S a l u t
trip t e l l e m e n t i n t e n s e q u e j'ai a r r ê t é
§ H.: (pensif) Ouan... ça d o i t ê t r e un
trip temporel.
F.: Je vais te la poser d'une autre
de fumer. Q u a n d c h u s redescendu,
yavait une gang de monde assis
Bonhomme !
H.: À d o i t ê t r e là. J ' p e n s e qu'a
t r i p p e a v e c la b o u f f e .
façon. Tu n'as pas l'impressio n sur m o i pis qui parlait a u sofa... F.: Avez-vous conservé vos
d'avoir été dépassé par les un trip s o c i a l f i n a l e m e n t . habitudes d'alimentation naturelle ?
événements ? F.: Parlant de «trip social», f aimerais H.: Ç a d é p e n d d u trip. Là, o n fait
H.: B e n tsé, y s'est pas p a s s é savoir ce que tu penses de la situa- un trip de cannage. On regarde
grand c h o s e . tion politique actuelle au Québec ? l ' é t i q u e t t e a v a n t d e l'ouvrir, pis
F.: Mais tout le bouleversement H. C h u s s û r qu'y vont r e n t r e r ! o n m a n g e j u s t e les i n g r é d i e n t s q u i
des années soixante-dix, la décade F.: Qui ça ? Les libéraux... les o n t l'air c o r r e c t s .
du MOI, l'individualisme qui a conservateurs ?
fS remplacé les
communautaires
mouvements
de la fin des
H.i N o n , les p o l i t i c i e n s . C h u s s û r
qu'y vont rentrer icitte pour m e
années soixante ? piquer mon stéréo. Ça es énerve, H.: euh... L â c h e z p a s !
H.: C'est b e n l'fun le s o n q u a n d la m u s i q u e d e t ê t e .
tu parles...
F.: euh... merci beaucoup.
F.: Qu'est-ce que
comme musique ?
t'écoutes F f
H.:
Qui ça?
Ben... les a u t r e s .
H.: Ouan... ça d o i t ê t r e ta voix. H.: B e n d e s d i s q u e s s u r t o u t , d e s F.: Merci beaucoup.
F.: euh... Aimerais-tu mieux parler fois d e la guitare... m a i s s u r t o u t d e s H.: O u a n . . . c'est ça... la p o r t e e s t
d e sujets plus simples ? disques par là, j u s t e a v a n t d e sortir...
H.: C'est b e n i m p o r t a n t la F.: Q u ' e s f - c e qui t'attire dans la

ses ^ Y ^ ^ Y ^ ^ f ^ ' ^ Y ^ ^ f : %

janvier 1980
M
de découvertes en découvertes
Le sexe ou Québec :1970-80
O n sait que les Québécois(es) n'ont découvert la sexualité qu'en 1960
(tous c e u x qui m e u r e n t de savoir c o m m e n t o n faisait les e n f a n t s avant
cette date peuvent c o m m a n d e r notre fascicule exclusif sur la question,
12 p o u r la s o m m e dérisoire de $5.00. Ils recevront par retour du c o u r r i e r
ce m a g n i f i q u e d o c u m e n t illustré, à m o i n s que les Postes C a n a d i e n n e s ne
l'interceptent). Mais depuis, o n s'est rattrapé ! À voir les découvertes
sur le sujet, o n n e peut que dire: « I n g é n i e u x ces Q u é b é c o i s ! ».
V o i c i d o n c s a n s plus tarder quelques dates importantes d a n s
l'histoire de notre e n f o n c e m e n t collectif d a n s la turpitude.
O c t o b r e 1970 Deux jours avant sa mort préma- m a r s un spécial sur Les filles de N o t r e - D a m e - d e -
turée, Pierre L a p o r t e découvre bien malgré lui Grâce. Fait exceptionnel dans l'histoire du magazine,
u n e nouvelle p e r v e r s i o n : se faire fourrer par en l'article n'est pas illustré.
arrière par tous les m e m b r e s du Parti Libéral du
Québec. Avril 1973 Le G r a n d A n t o n i o , personnalité bien
connue, a n n o n c e son dernier stunt publicitaire : il
O c t o b r e 1970 Tout à fait à la m ê m e époque, la veut c h a n g e r de sexe. Il a exprimé l'intention
c e l l u l e C h é n i e r invente le m é n a g e à trois : FLQ- d'être transformé en deux f e m m e s et un pare-choc
SQ-GRC. d'autobus.

F é v r i e r 1971 La pilule fait son apparition à Mai 1973 Le gorille du z o o de G r a n b y est


Thetford Mines. arrêté pour grossière indécence. Il plaide l'aliénation.

F é v r i e r 1971 (2 j o u r s p l u s tard) La pilule tombe J u i l l e t 1973 U n Festival P o p est organisé à


entre deux lattes du p l a n c h e r de la c h a m b r e à M a n s e a u , près de Q u é b e c . Les journalistes s'y
c o u c h e r . R e m o n t é e des naissances à T h e t f o r d précipitent en foule, dans l'espoir d'assister à des
Mines. o r g i e s sexuelles. Ils doivent m a l h e u r e u s e m e n t se
contenter de M a r i u s Goulet, un jeune h o m m e de
Mai 1971 Le m a i r e L a m o n t a g n e interdit les Baie St-Paul qui avoue avoir attrapé l'herbe à p u c e s
s h o r t s à Q u é b e c à m o i n s qu'ils ne soient portés par dans les génitales en faisant ses besoins dans les
dessus des pantalons. hautes herbes.

M a r s 1972 P l a y b o y publie dans son édition de M a r s 1974 D o u z e grands c o m é d i e n s poilus et

CROC
musclés, utilisés régulièrement pour les publicités Novembre 1977 Le Regroupement des Gaî(e)s
de M oison (une bière virile !) et Mark Ten (une du Québec crée un précédent en offrant un mon-
cigarette virile !) annoncent fièrement qu'ils sont tant indéterminé à Michel Girouard pour qu'il se
homosexuels. paye une opération afin de devenir hétérosexuel et
(selon les termes du Regroupement) « qu'il arrête de
Juin 1974 Une rumeur se répand comme la nous faire honte ».
poudre à Jonquière: tous les hommes de la ville
seraient stériles. Ceux-ci regardent longuement Janvier 1978 Claude Morin explique ses der-
leurs épouses, plus longuement encore leurs enfants nières conceptions de l'étapisme: «c'est comme, 13
et partent avec des madriers vers Kénogami. La disons, mettons, coucher dans la même pièce mais
bagarre générale qui s'ensuit a le temps de faire huit pas ensemble et se montrer des photos cochonnes. »
morts avant que la rumeur ne soit démentie.
Avril 1978 La nécrophilie revient à la mode. On
Septembre 1974 Première publication porno- remarque surtout deux couples qui font la manchette :
graphique au Québec : Vers Demain publie une Maurice Bellemarre et Maurice Duplessis,
entrevue avec Gilberte Côté-Mercier, illustrée. Heu- Johnny Farago et Elvis Presley...
reusement, les photos sont floues.
Février 1979 Suite à l'annonce qu'en Chine, les
Mai 1975 Jean-Pierre Ferland annonce à la couples ayant plus de deux enfants sont fortement
presse ses fiançailles avec lui-même. imposés, le Parti Communiste Ouvrier exige le
coïtus interruptus de ses membres.
Août 1975 Dans un éditorial, Roger Lemelin se
prononce pour les relations orales-génitales, Mai 1979 Claude Ryan révèle qu'il ne peut
mais en haut de la ceinture. atteindre l'orgasme sans l'aide de la main de Dieu.

Mars 1976 Brigitte Bardot, en visite au pays, en Juillet 1979 Suite à leur projet de spectacle pour
profite pour se livrer à des actes innommables les Fêtes du Canada, Robert Charlebois, Nanette,
sur une banquise avec des bébés-phoques. Diane Dufresne et Claude Dubois sont accusés
de prostitution.
Novembre 1976 Suite à la victoire du Parti Qué-
bécois aux élections provinciales, cinq camions de Novembre 1979 Après la déroute totale des
la Brinks partent en direction de Toronto en em- dernières élections, la faillite complète aux partielles,
portant le contenu complet des coffres de la Banque les perspectives désastreuses pour l'avenir, le Crédit
de Sperme de Westmount. Social du Québec a décidé de s'appeler Les Ma-
sochistes du Québec. Leur nouveau slogan
Octobre 1977 Jean-Guy « Travolta » Migneault, sera : ON AIME ÇA SE FAIRE BATTRE. Malheureuse-
un habitué du Cercle Électrique, à Québec, meurt ment, le chef du Parti, M. Camille Samson, s'est
étranglé en dansant le disco quand sa chaînette en avéré incapable de prononcer le nom de son propre
or se pogne dans son poil de poitrine largement parti.
exposé. par Pierre Huet

j a n v i e r 1980
Jean Drapeau Camil Samson S. C h a p u t - R o l l a n d Réal Giguère
Fidèle à ses habitudes de Un malencontreux accident Surprise en flagrant délit dans Un jeune drogué aux cheveux
grandeur, le maire de Mont- viendra nous enlever préma- les toilettes du Parlement longs, sale et sans aucune
réal nous quittera en grandes turément ce cerveau de la avec un député du gouver- signification sociale, mettra
pompes. En effet, lors de l'ou- politique québécoise. Un bon nement dont nous tairons le fin à la carrière de notre Réal
verture officielle des Floralies matin, encore tout endormi, nom, madame Chaput-Rolland national en faisant feu sur lui
de 1980, sous les regards éba- M. Samson mettra son dentier quittera la scène politique. avec un fusil à blanc en pleine
his de millions de téléspecta- à l'envers et se mâchera acci- Nous la retrouverons quelques émission des «Matins de Réal».
teurs, il sera dévoré vif par dentellement la moitié du années plus tard comme M. Giguère s'affaissera, victi-
une plante Carnivore d'Afrique cerveau. Son dentier sera ex- vendeuse de soutien-gorges me d'une crise cardiaque. In-
équatoriale. À ses funérailles posé en permanence dans le chez Kresge. terrogé sur son geste, le jeune
publiques, les restes de sa hall d'entrée du Parlement, à freak encore dans les vapeurs
montre bracelet seront lancés côté des lunettes de Daniel s'écriera: «C'était lui ou moé
du belvédère du chalet de la Johnson et des bretelles de man, c'était lui ou moé.»
Montagne. Duplessis; telles seront ses
dernières volontés.

René Simard Henri Bergeron Les Tannants Fernand Gignac


Après avoir vu son registre C'est cette année enfin que Une spectatrice rendue folle Après avoir eu la révélation
baisser de trois octaves au Radio-Canada s'apercevra que furieuse par sa défaite au divine lors de son dernier
cours de la dernière année, le celui que l'on voit sur nos concours «Une tannante de enregistrement de cantiques
p'tit Simard perdra enfin dé- petits écrans tous les diman- chance» noiera ces deux gen- de Noël à l'Oratoire Saint-
finitivement la voix. Il se ches, est en fait mort depuis tils animateurs dans la piscine Joseph, Fernand quittera le
trouvera cependant facile- sept ans. du bonheur total. show-business pour entrer
ment un emploi comme por- chez les Krishnas. Vous pour-
teur de commandes au dé- rez le voir en spectacle en
panneur Jen Roger à Fort face de chez Eaton l'été pro-
Lauderdale. chain.
D I S C O ÉNERGIE

janvier 1980
Les IUX riches
Comment vous allezVgâftre fortune
dans les annéi
avec les traînerié
vous ayez oublié de j e ï & e^L.70.
p a r S e r g e Langevin
C 6
^ • <<6 ,-W ,p>

*' Y ï ^ * . > ^ - < V ^ aVC®

e
e x

6^ ' -

Liste d'affaires cheaps qui valent rien


en ce moment mais qui pourraient devenir
r a r e s durant les années 80.
Vérifiez si vous les avez, et si oui; stockez-les.
• Un Cambodgien vivant • Un autographe de Youppi, la • Une bouteille de Rallye
• Une chaudière d'eau pure mascotte des Expos • Un CR-iste qui a de quoi à dire
• Un apport intéressant de • Une panoplie de Goldorak • Une copie du Livre blanc sur la
Margaret Trudeau à la civilisation • Une table de 12 Québécois question du référendum: «La
contemporaine chantant: «Mon cher Maurice, nouvelle entente Québec-Canada»
• un danseur disco pas encore c'est à ton tour...» • Un film avec Carole Laure
sourd • Un DC-10 qui vole habillée
• Un ami anglophone • Une femme libérée qui croit en • Un chandail Tricofil
• Une idée de Joe Clark (Ça, c'est la méthode Ogino • Une action d'Asbestos Corp.
déjà pas mal rare) • Un macho • Un recueil de jokes de Newfies
• Une badge du Front commun • Une toile de Muriel Millard • Un éditorial de Roger Lemelin
• Un créditiste sans partiel • Un abonnement à CROC de $12 • Un orgasme d'Huguette Proulx
• Tous les billets en bas de $10.00 • Les verres de contact de Jean- • Un autographe d'Emile Genest
• N'importe quoi en macramé Paul Sartre • Un article de Serge Langevin

j a n v i e r 1980
Une si belle histoire d'amour! ! !
T o u t avait si bien commencé ! Lui dans son
p'tit char, moi sur mon trottoir. C'est à ce
moment qu'il a eu sa première grande crise
de Shnac ! C e qui a fait que j ' ai attrapé tout
un Shlac ! J e me suis retrouvée sur son p'tit
char et lui sur mon trottoir. Ça aurait pu être
pire pour moi. J u s t e trois mois d'hôpital pour
guérir mes multiples fractures. Lui par contre,
il a le Shnac et ça c'est terminal.

Donnez généreusement LE SHNAC


à la Fédération du Shnac ! PHASE TERMINALE
CROC
ÂIE.MOI
CANCER,
T'OSÊR/ÙS 8 6
JOHN WAYNE
TIRER
a-t-il été HOMME
assassiné par
son cancer?
HBfe bombe vient d'éclater dans les milieux peu fréquentés des
ns mortuaires. A la suite d'une autopsie non officielle effectuée
e docteur Won Ton. il semblerait que le «Duke», ce drôle
istolet. ne serait pas mort à cause de son cancer mais aurait
lutôt assassiné par ce dernier.
n serait venu à cette conclusion pour le moins troublante, en
tatant les nombreuses traces de lutte qu'il y avait sur tout
^ • o r p s de John Wayne lors de l'autopsie. L'état du eaneer.
^ m è m e très magané. tendrait à renforcer cette théorie.
riant de John, ni Willie Lamothe. ni Marcel Martel n'auraient cte
roches pour le remplacer dans ses,westerns.

Dégèlera-t-on WALT DISNEY en 1980?


Rappelons les faits. Il y a
quelques années, feu l'illustre
Walt Disney réalisa soudainement
qu'il était un futur défunt C'est
alors que de nature plutôt
prévoyante et comptant comme
un fou sur les progrès futurs de
la science, il se fit «geler ou
congeler» à côté d'un fish and
chip dans le cooler d'un
réfrigérateur au moins cent fois
plus froid qu'un Westing House
ordinaire, pour empêcher son
corps de se détériorer.
Demandera-t-il qu'on le dégèle
cette année? Difficile à dire...
Quand à Mickey Mouse. on nous
dit qu'il se porte bien et qu'il
vit à une température idéale.

janvier 1 9 8 0
par Patrick Beaudin

De N o s t r a d a m u s au P r o f e s s e u r Gazon, les h o m m e s ont


toujours a i m é discourir sur le futur. Ces énoncés prennent
s o u v e n t la f o r m e de la p r o p h é t i e , de l'utopie ou de la
science-fiction. Depuis quelques années, des futurologues
nous b o m b a r d e n t de données apocalyptiques sur l'avenir
planétaire. A u Québec, nous a v o n s une e x p é r i e n c e p e u
c o m m u n e dans le d i s c o u r s p r o p h é t i q u e . Q u e c e soit p a r
l'influence de l'Église, des tavernes (lieux privilégiés p o u r
la r e c h e r c h e d'idées futuristiques) ou du v i s i o n n a i r e
libéral Claude Ryan, le Québécois a toujours été préoccupé
p a r le destin. C o n t r a i r e m e n t à ce q u e les scientifiques
p r o c l a m e n t , CROC est c o n v a i n c u que toute p e r s o n n e
possédant un m i n i m u m d'intelligence et deux mains est
capable de p r é d i r e l'avenir ! Certains font des prédictions
à l'aide d'analyses et d'études statistiques, d'autres à
l'aide de b o u l e s de cristal ; CROC p r é f è r e une b o n n e
bouteille de scotch et une a m p l e p r o v i s i o n de produits
p h a r m a c e u t i q u e s p e r m e t t a n t à l'esprit humain de se
l i b é r e r et de d é f o n c e r à c o u p s de pieds les p o r t e s de
l'avenir...

• Notre mini-colloque: «L'avenir, y a rien là !»


Soucieux d e f o u r n i r à nos lecteurs un aperçu de c e q u e
n o u s r é s e r v e n t les a n n é e s 80, CROC a invité une d o u z a i n e
de spécialistes à un m i n i - c o l l o q u e sur le t h è m e :
« L'Avenir, y a rien là ! ». Dans le cadre de cette r e n c o n t r e ,
n o s consultants nous ont livré leurs visions d'avenir sur
une v a r i é t é de sujets : la pollution, les n u m é r o s gagnants
des lotos, la politique, la m u s i q u e disco, les syndicats et
les cotes d'écoute du canal 10. Afin d'assurer un m a x i m u m
de sérieux et la qualité des discussions, nous n'avons pas
invité le P r o f e s s e u r L e b r u n qui a bien mal pris la chose.
Aussi, nous a v o n s inclus dans notre panel un chauffeur
de taxi p o u r a v o i r une vision p o p u l a i r e de l'avenir et une
v o i t u r e d i s p o n i b l e p o u r aller c h e r c h e r de la b i è r e et de la
pizza.

m
A v a n t de v o u s p r é s e n t e r les p r é d i c t i o n s de nos invités,
n o u s tenons à v o u s signaler q u e l'équipe de la r e v u e n'est
a u c u n e m e n t responsable si une des prédictions se réalise
et q u e n o u s s o m m e s c o n v a i n c u s q u e la fin du m o n d e se
p r o d u i r a le vendredi, 7 n o v e m b r e 1980 v e r s 16h34 ; c'est
p o u r cette raison q u e nous p r o j e t o n s de c o n s t r u i r e une PHOTO 1: Nos experts arrivent à la rédaction. De
a r c h e et q u e nous c h e r c h o n s à r e c r u t e r des j u m e l l e s gauche à droite: Corne Bouchard, chauffeur
(surtout des b l o n d e s !) p o u r faire le v o y a g e avec nous. Les de taxi; Madame Guylaine, voyante extra-
jumelles intéressées peuvent s'adresser à notre rédacteur lucide; Speedo Cyr, drogué; Paul-André
en c h e f p o u r a v o i r plus de r e n s e i g n e m e n t s . Il n'y a rien à Moreau, futurologue; un docteur Vaudou
craindre, c'est un eunuque. N o u s a v o n s r e g r o u p é le (qui est ainsi accoutré pour qu'on ne
contenu des discussions dans deux catégories : les prédic- l'identifie pas par la couleur de sa peaul.
tions et les prophéties. Les intellectuels nous demanderont
sûrement quelle est la différence entre ces deux catégories. PHOTO 2: Uri Dicule, voyant paranormal, arrive en
S'ils ne la savent pas, n o u s n'avons pas l'intention de leur retard. «Je me suis trompé de rue», dit-il.
d i r e et seul un c h è q u e visé dans les six chiffres nous
ferait c h a n g e r d'avis. Parlant d'avis, est-ce q u e le PHOTO 3: Le docteur Vaudou fouille dans les entrail-
p r o p r i é t a i r e de la Buick Skylark i m m a t r i c u l é e 234H659 les d'un poulet pour y lire l'avenir, pendant
p o u r r a i t se r e n d r e au p a r c de stationnement ? que M. Bouchard ironise en lisant l'avenir
dans son sandwich au jambon.
photos: Claire B e a u g r a n d - C h a m p a g n e
c o m é d i e n s : D a r i e l Belzile, E u d o r e Belzile, Sylvie D e s r o s i e r s , M a r t i n D i o n ,
P i e r r e Huet, B o u c h a r d L é v e s q u e , F r a n c i n e T a r d i f
CROC
• Les années 80 : un cauchemar international
A p r è s de l o n g u e s discussions et d e m u l t i p l e s synthèses,
nous a v o n s retenu un m o d è l e c h r o n o l o g i q u e p o u r v o u s
p r é s e n t e r les c o n c l u s i o n s de nos r e c h e r c h e s sur la
p r o c h a i n e décade. Ce m o d è l e a l'avantage de p r é s e n t e r
les a n n é e s une d e r r i è r e l'autre plutôt q u e toutes mélan-
gées, car un a v e n i r m é l a n g é n'intéresse p e r s o n n e ! O n a
tous suffisamment de p r o b l è m e s c o m m e ça !

i960 1981,
• À cause de la complexité • Le référendum tirera à
de la question référendaire, sa fin. Encore 60,000 élec-
l'électeur m o y e n passera teurs doivent se prononcer.
en moyenne quatre heures Le p r e m i e r ministre pense
derrière le paravent au bu- que tout sera terminé au
reau de scrutin. À ce rythme, début de 1982.
le tenue du référendum
exigera deux ans et d e m i
pour permettre à tous les
citoyens de voter.
• Le gouvernement de Joe
Clark affrontera près d e
180 motions de non-con- • Le référendum est an-
fiance. Pour survivre, le parti nulé. En effet, exaspéré par
conservateur s'alliera au la lenteur du vote, le Cana-
parti créditiste et Fabien da anglais s'est fondu aux
Roy sera n o m m é assistant États-Unis. Le Québec accè-
p r e m i e r ministre. de à la souveraineté. L'opi-
• L'ayatollah Khomeiny se nion mondiale est morte
fera faire une greffe de d e rire.
cheveux dans un hôpital • L'université du Québec
de N e w York. La population produit son premier docto-
américaine ne prisera pas rat. Pierre Bélanger devient
son voyage en A m é r i q u e et docteur ès lettres pour sa
son mariage avec Farah recherche sur le sens de
Fawcett. l'oeuvre d e Plume Latra-
• Suite aux émeutes de verse.
1979, la société Radio-Ca- • La population de Drum-
nada annoncera qu'elle mondville sera mise en
abandonne définitivement quarantaine à cause d'une
la diffusion annuelle d'un é p i d é m i e de maladies vé-
Bye-Bye. Radio-Canada re- nériennes. Les forces d e
cevra des milliers de lettres l'ordre auront toutes les
de félicitations pour ce geste misères du m o n d e à empê-
courageux. cher les badauds d'entrer
• Tous les prisonniers du dans la ville.
pénitencier de St-Vincent- • Le tabac sera déclaré
de-Paul s'échapperont par substance toxique et il sera
PHOTO 4: Le docteur Vaudou menace de lire l'avenir
une porte laissée ouverte illégal d'en consommer.
de M. Bouchard dans ses entrailles.
par une f e m m e de ménage. Des descentes seront effec-
• Le public sportif appren- tuées dans les tabagies. La
PHOTO 5: Madame Guylaine demande à la ronde qui GRC arrêtera deux trafi-
est le smatte qui a barbouillé sa boule de dra avec stupeur qu'un ho-
mosexuel s'est infiltré dans quants à leur retour de
cristal. Cuba avec plus d e 200 ciga-
l'organisation des Cana-
diens. Bernard Geoffrion res.
PHOTO 6: M. Cyr prend de l'inspiration. • Les centrales syndicales
passera l'année à chercher
lequel d e ses joueurs est du Québec s'uniront sous
un fifi. une seule raison sociale :
• Le Shah d'Iran achètera le N B T B F T W C M (Nothing
les villes de Shawinigan et but the best for the working
de Shawbridge et y instal- class m o v e m e n t ) .
lera sa famille.

j a n v i e r 1980
1984
• Bernard Derome avoue-
1987
• Un porte-avions de la
ra qu'il vit depuis six ans marine québécoise inter-
avec Jocelyne Blouin (Miss ceptera une flotille de pé-
Météo). dalos au large de La Mal-
• L'Assemblée Nationale baie. Les troupes de Ryan
comptera trente députés seront arrêtées et Ryan sera
d'origine haïtienne et dou- enfermé à l'Institut Camil-
ze d'origine asiatique. le-Laurin.
• Le lanceur vedette des • La firme MacDonald's
Expos sera une femme. e
ouvrira sa 10,000 succur-
• Le Devoir emboîtera le sale sur le territoire chinois.
pas au New York Times et
publiera dans la section
des annonces classées une
rubrique de membres et
d'organes à vendre et à
échanger.
1968
• Grâce à la micro-électro-
• Le numéro gagnant de nique, le Québec se dotera
la Loto-Perfecta du mois d'un réseau de CLSC ultra-
d'avril sera 6489730. moderne. Chaque CLSC se-
• Les chauffeurs de taxi ra de la taille d'une cabine
gagneront les plus gros sa- téléphonique.
laires. (N.B. : il s'agit de la • Les habitants de Ri-
prédiction d'un seul con- mouski reconduiront pour
sultant, devinez lequel ?) un troisième mandat leur
maire bouddhiste.
• Le barrage de LG-1 s'é-
croulera. La population de
Mont-Laurier survivra au
désastre en s'enfuyant sur
des planches à voile jus-
• La population de Ste- qu'à Montréal.
Anne-des-Plaines refusera • Afin d'enrayer la sur-
que son eau potable soit population, les gouverne-
traitée avec des produits ments à travers le monde
contraceptifs. Le gouverne- accorderont des subven-
ment aura mis ce program- tions aux homosexuels.
me en place afin de contri- Certains recevront l'Ordre
buer à la lutte contre la du Mérite.
surpopulation.
• Le Mont-Royal fera érup-
tion et la ville d'Outremont
sera engloutie par les flots
de lave. Ce sera une grande
perte pour les milieux in- • Une centaine de sou-
tellectuels. coupes volantes survole-
• Le secrétaire-général ront le Québec et épelle-
des Nations-Unies, Jean ront dans le ciel des mots
Drapeau, annoncera son que la loi de l'imprimerie PHOTO 7: M. Moreau explique ses prédictions au
projet de métro pour assu- nous empêche de repro- tableau noir pendant que M. Dicule en fait
rer le développement du duire. de même sur ce qu'il croit être le tableau.
Tiers-Monde. • La troisième guerre
• Un groupe de terroristes mondiale durera exacte- PHOTO 8: Nos experts fraternisent et font des paris
libéraux menacera de faire ment 45 secondes et per- sur l'avenir du Québec.
sauter l'Assemblée natio- sonne ne s'en souviendra.
nale à l'aide d'une bombe • La revue CROC célé- PHOTO 9: Fernande Pleau, femme de ménage à CROC,
atomique. En retraite à Fort brera son dixième anniver- y va de ses propres prédictions: selon elle,
Lauderdale, Claude Ryan saire et son rédacteur en ses patrons ne seront pas contents de voir
annoncera qu'il appuie cette chef sera toujours un eunu- ce bordel, lundi. (N.D.L.R.: à date, seules les
action terroriste et que son que. Les textes seront con- prédictions de Mlle Pleau se sont avérées
armée envahira bientôt le çus et rédigés par deux exactes.)
Québec. ordinateurs membres de
l'Union des Écrivains.

CROC
SERVICE ESSENTIEL

JE: NE TRAVAIL- JE N E SORS


LE PLUS DEPUIS PLUS DEPUIS
QUE L ' USINE QUE L E S A U T O
EST E N BUS S O N T E N
G R È V E ... G R E V E ...

JE N E LIS PLUS JE NE M A N G E
DEPUIS QUE LES PLUS DEPUIS
JOURNAUX SONT QUE L E S MAR-
E N G R È V E ... C H É S S O N T EN
GRÈVE ...

JE N E D O R S
P L U S DEPUIS
QUE LES P O -
LICIERS S O N T /
E N G R È V E ... /

A/OA/ / LES P O M P E S
N E FAIS PAS FUNÈBRES
CA / SONT EN
GRÈVE /

janvier 1980
Grisé partout
même si ça vous choque
O n dit s o u v e n t b e n d e s a f f a i r e s photos: F r a n ç o i s B o u v i e r
• On dit souvent ben des affaires, mais on dit
aussi que ce sont les gens qui font l'événe-
ment. Et bien, c'est justement cette vérité
tirée du grand livre de la sagesse populaire
qui nous servira de fil conducteur pour nous
remémorer cette décade très ordinaire que
furent les années 7 0 - 8 0 . En effet, à part les
Olympiques en 71 et la naissance prématurée
de Hubert Poitras suivie de son décès précipité
deux mois plus tard lorsqu'il fut avalé par un
canard au Jardin des Merveilles, les années
7 0 - 7 1 - 7 2 - 7 3 et m ê m e 7 4 furent des années
mornes et fades pour la décade. La preuve
c'est qu'on ne s'en rappelle pas du tout.
À la clinique capillaire Pierre le danger que ce soit oc-
cupé, il composa le numé- Six ans de b i n g o !
ro de laclinique capillaire
Pierre, prit rendez-vous
et commença à subir le
traitement dès le lende-
main. Trois semaines plus
tard, Maurice avait le front
complètement recouvert,
mais lorsque la trans-
plantation débuta sur le
dessus de la tête, il man-
qua d'argent et dut aban- • C'est surtout sur le
donner le traitement. plan social que 1976
À cause de cela, 1975 fut s'est affirmée. En effet,
pour tous ses amis inti- c'est le 16 mai de la
mes de même que pour même année que Mme
tous ceux qui eurent la Chevrette qui adore les
chance de le croiser par riettes et le pâté de foie
hasard dans la rue, une gras aux amandes a
année de moquerie et de remporté son premier
rigolade sans pareil. En- bingo après six longues
core aujourd'hui, Maurice années d'attente et de
• Pour nous, la décade brosse à dents en con- doit supporter quotidien- frustrations complètes.
prit vraiment son envo- templant les centaines nement la honte de son C'est le numéro B-14
lée à 14 hres le 15 août de petits poils qui l'ornaient. new-look ridicule. Les jour- qui lui a valu la ron-
1975 à la clinique capil- Mais avant que la brosse nées de grand vent, pour delette somme de $25.
laire Pierre grâce aux pro- à dents n'ait eu le temps ne citer qu'un exemple, Mme Riette, pardon
grès incontestés de la de répondre, Maurice était l'effraient encore plus que Mme Chevrette a dé-
science. Ce qui se passa déjà dans le salon. Une la bombe atomique. Sa pensé son gain de la
cette journée-là constitue fois-là, il s'installa confor- touffe de cheveux frontale façon suivante : $5.00
en soi un véritable conte. tablement sur sa table lui claque alors sur les pour 20 cartes supplé-
Un bon matin, Maurice tournante et tout en écou- yeux, le dessus de sa tête mentaires au tour sui-
P. qui était en train de tant « Hair », il prit la déci- refroidit rapidement et ses vant, $10.00 de riettes,
se brosser les dents de- sion de sa vie. « Moi pas derniers cheveux de der- $9.00 de pâté de foie
vant son miroir, remarqua cheveux, pu jamais ! » ré- rière qui vont d'une oreil- gras aux amandes et
à sa grande stupéfaction fléchit-il. le à l'autre s'agrippent $1.00 de « tip » pour le
qu'il était presque chauve. C'est alors qu'il s'empara désespérément à son boucher.
« Chanceuse » dit-il à sa du téléphone et ignorant cou...

CROC
### et si Ca vous choque
ne Usez Pas ceci
Une domination Les b a r r a g e s s o u r c e d e f i e r t é p o u r t o u s
complète La Toyota '7g les Q u é b é c o i s par Pierre Huet
• 1977 fut une année • Suite à l'achèvement du complexe hydro-élec-
absolument platte et com- trique de LG2, et encore sous le coup de l'émotion
plètement dominée par la et de la fierté ressenties à cette occasion, le
politique où il ne se passa gouvernement québécois vient d'annoncer ses
rien du tout. D'ailleurs,
c'est l'année où Euclide projets dans ce domaine pour la prochaine dé-
Laliberté, représentant de cennie. Le premierministre Lévesque a présenté
l'Union Nationale se pré- à la presse un Livre blanc intitulé On est pas
senta dans Ahuntsic, mais barrés où les principaux projets envisagés étaient
malheureusement pour énumérés. En voici quelques exemples :
lui il n'y eut pas d'élection
cette année-là. • Un barrage sur la rivière
Le témoignage de du Nord qui devrait géné- ON EST PAS BARRÉS!
rer assez de mégawatts L'eau: si on la boit pas, aussi bien
Ramone Vachon
pour alimenter la généra- faire la GROSSE PIASTRE avec
trice du terrain de camping
Chez Lison de Ste-Agathe.
• Un barrage sur le lac
• L'événement mar- des Castors en plein Mont-
quant de cette belle Royal devant alimenter en
année '79 ? Bien sûr, déchets les prochaines Fê-
« la Toyota » qui est tes de la St-Jean. 25
en train de faire passer • Un barrage sur la pisci-
à ses 60 otages, ban- ne olympique de Montréal.
deaux sur les yeux, un (Une suggestion du maire
test combiné Pepsi- Drapeau ; coût estimé : 17
Cola Coca-Cola qui dure millions).
maintenant depuis des • Un barrage sur une gros- barrage sur la Lune. A la
• Autant 1977 aura été semaines... Faut croire se grosse flaque d'eau dé- remarque d'un journa-
une année pénible, autant que les otages crai- couverte dans une ruelle liste qui signalait qu'il n'y
78 fut une année agréable gnent de se tromper... du Vieux-Québec, qui de- avait pas d'eau sur notre
sur le plan des loisirs. En vrait alimenter les conver- satellite, M. Lévesque a
effet, la popularité du patin sations des vieux du quar- répondu qu'on construirait
à roulettes a dépassé de Bon ! Quels faits tier pour au moins 3 se- d'abord le barrage et qu'il
plusieurs coudées le banals? maines. était persuadé que l'Onta-
puzzle à 2,500 morceaux. • Bon ! Quelsfaits banals • Des barrages de police rio, la province voisine,
Acet égard, le témoignage peut-on prévoir pour la dé- autour des principales ré- fournirait l'eau. «Je suis
de Ramone Vachon, ve- cade 80-90 ? serves indiennes du Qué- sûr que l'Ontario collabo-
dette du Roller Derby, est Tout d'abord la mort de bec, qui devraient alimen- rera » a dit M. Lévesque ;
des plus touchants : « Un Johnny Farago si ce der- ter le ressentiment des « Nous sommes des parte-
patin à roulettes, c'est nier persiste à vouloir imi- autochtones pour au moins naires économiques;
mieux qu'un soulier parce ter Elvis jusqu'au bout. deux siècles. d'ailleurs, l'Ontario expor-
qu'un soulier y a l'air niai- Peut-être aussi un retour • Enfin, le projet du siècle te 20% de son eau miné-
seux à côté d'un patin à en force du « Limbo » qui le prochain) : un énorme rale au Québec. »
roulettes tellement y va tentera de supplanter le
pas vite ! » Soit dit en pas- disco dans les discothè-
sant, 2 jours après cette ques et enfin, la sortie pro-
historique déclaration chaine de l'adaptation
l'équipe de Ramone « Les québécoise du film « Hair »
ecchymoses de Longueuil» avec Huguette Proulx.
annulait 2 à 2 avec les
« Cors aux pieds » de La- À 1991 « V a rien de plus important que rien »
val dans un match enle-
vant au possible. • Chow Mein tout le mon- — J e a n - P a u l C a m u s
de et à 1991 !

janvier 1980
LE P£°éRAMM£ SPATIAL
£T PE L'£R£ Po5T-p£TfcoL'<È££"
IL £&E.nTi£LLÉ.'AErtT 5uR L E

&A&'«LS P £ P £ r K o L E VIPECS
aui EMdOMÊ£ENT
/, ^ - U PLAwè-Te . . .

\ L A S f oTiL'.StK A B « N « c i a o T L'AiPE. ÎMTE.RNAT.OMALE


pouR A$*iMi'L£ff LA T£CWNoLo6iE. OCC'«DE.MTAL£
PAM5> QU'ELLE A P'iMTéR£.SλAMT...

L A , PAS ft^s QU'AILLEURS,


O N * N'A PAS P U £ M P £ C U E R L £ S Mitf TAÏRE* D E .
PECoAlAiEE A V C ^ L E U E S g£CH£g^MES P E PoiN7fe:

?Af> OËMP/Ê y y
Lt PoMAiM£û£S ^

PAR <T<5KJTR£, OM A 5U ^-fAJ REC^UNT


ÉU&om uw P&6KAMML 5ftTÏAL- 0>Mpi.ïT.

CROC
O U £ A N J P O - GNIRAFR* Ot\ t4

PC . —
COMMUNIÂT/On
fcfc
...Aiwà." AV*c ZA *W*?7*
£7 LE CoHCoufà DE ToUT v

ou i-£5 PK©6KAMMB
£2> ..i.<

JMwile

janvier 1980
Mràcan-RQ,
En 1980; les Québécois
verront-ils Jean-Paul II
s'installer au Québec ?
L o r s d'un d e s e s n o m b r e u x Une entrevue
v o y a g e s à Mirabel, notre
collaborateur a rencontré exclusive de
p a r h a s a r d le p r e m i e r p r é l a t Kcirtap Niduaeb
d e l'Église c a t h o l i q u e d a n s
u n d e s s a l o n s d e la s o c i é t é ble. Si ce n'était pas aussi compliqué,
je le ferais canoniser de son vivant.
Air Italia. Terminant un
voyage secret au Québec, Croc : Tu n'es pas le seul qui sou-
J e a n - P a u l II n o u s a a c c o r d é haiterait le voir canonisé...
une interview durant laquelle Pape : HA-HA-HA ! Esta una bonna
il n o u s a r é v é l é le p o u r q u o i blagua...
d e s a v i s i t e i n c o g n i t o d a n s la
B e l l e P r o v i n c e . E n exclusivité, Croc : À part ta visite chez Ryan,
CROC vous présente un quelles ont été tes activités ?
c o m p t e - r e n d u c o m p l e t des Pape : J'ai passé beaucoup de temps
p r o p o s et c o n f i d e n c e s de à visiter des immeubles et des sites
pour la relocalisation du Vatican.
J e a n - P a u l II.
Nous pensions acheter l'immeuble
de la Sun Life, mais les Inglesses ont
Croc : Chef Suprême de l'Église, changé d'idée et ne partent plus pour Croc : Quel est le prix de vente exigé
quel était le motif de votre voyage? Toronto. par l'État ?
P a p e : J e vous en prie, laissons tom- P a p e : Il me donnerait le Complexe
ber les formalités ! Les Québécois Croc : As-tu quand même pu trouver Olympique en échange de mon sup-
préfèrent le tutoiement. Donc, ne sois quelque chose à ton goût ? port pour le OUI lors du référendum.
pas gêné... Pape : Si, l'ensemble du Complexe
Olympique. Avec certains aménage- Croc : Ne serait-ce pas un geste sans
Croc : OK Paulo, t'as raison ! Pour- ments, ça nous ferait un très beau précédent et dangereuse pour un Pape
quoi es-tu venu faire un tour chez siège social. Par exemple, en ajoutant de s'impliquer ainsi dans la politique ?
nous ? une barre horizontale au mât du P a p e : Non, pas du tout. Depuis tou-
P a p e : C'est à cause de ces maudits stade, ça ferait une croix colossale jours, les papes se mêlent de ce qui
terroristes italiens, ils me rendent la visible à des milles à la ronde ! ne les regarde pas. En plus, comment
vie impossible au Vatican ! Savais-tu pourrais-je refuser une si bonne af-
qu'ils ont fait sauter une douzaine de Croc : Est-ce que le gouvernement faire ?
mes limousines et qu'ils s'amusent à est au courant de tes projets ?
tirer dans les genoux de mes vicaires ? Pape (imitant la voix du Parrain) : Cer- Croc : Envisages-tu d'autres projets ?
À la maison, je suis entouré de boiteux, tainement, jé l'ai faite oune offre qu'ils Pape : Radio-Canada et le canal 10
ça n'a plus de sens. Les Brigados né pouvaient réfousé m'ont proposé d'animer les émis-
Rougos sonte une banda dé ostis ! sions Bon Dimanche et les Beaux
Croc : En quoi consiste cette offre ? Dimanches. Il s'agirait d'une initiative
Croc : Donc, à cause du terrorisme, Pape : Nous remettrions 30% des pastorale très innovatrice. Aussi, il est
tu songes à t'installer au Québec ? bénéfices réalisés par l'organisation question d'ouvrir une chaîne de res-
Pape : Oui, votre pays est encore d'activités dans le Complexe. Par exem- taurants « Chez Jean-Paul » et d'une
une terre promise pour l'Église. L'Ora- ple, les touristes paieraient trois dollars tournée de centres d'achats.
toire, le Sanctuaire du Cap et les pour recevoir la bénédiction papale
bingos marchent à fond. Mes con- dans le stade. Le tarif serait doublé le Croc : Et le déménagement, c'est
tacts au Québec ont été très fructueux. dimanche et triplé à Pâques. J e bénis pour quand ?
plus de 60 millions de personnes Pape : Au printemps. Il ne nous reste
Croc : Quels ont été ces contacts ? annuellement. Ça fait tout un moton plus qu'à régler le transport de la
Pape : Tout d'abord, je suis demeuré et c'est seulement un exemple d'acti- Chapelle Sixtine. Mais comme vous le
chez Claude Ryan. C'est un homme vité, il y en a plus de 200 parmi dites si bien les Québécois : Y a rien
dont la dévotion est incommensura- lesquelles on peut choisir. là !

CROC
Michel Risque
dans 2 ' Épisode

RÉSUME'. L'Hydra\non dans lequel se trouvaient Michel


Risque et sa camarade, l'aguichante Ingrid, s'est
écrasé de nuit dans une rivière,en plein coeur
de \a sauua^e Çoret iaurentienne, a Plus de
100 pieds de \a route la plus proche ! Démuni
* ^ ^ J T J . 4 ' L de toutes ressources, notre héros doit Caire A,
a u
J U U J * A W f a c e * forces déchaînées de la N a t u r e . ^ ^ ê -

janvier 1980
\nwmkéHH' - B a M l / i L U ! J M > H | M , m iwy» TI
1
., ni FI J t T T

n u • » 11 , V W M J niv^ ii
jassra^rii .leneÇaisque g donnez le goût /'i1
fth\AhWou5me]
de CHANTER!..

CROC
Le lendemain • • • E CÎEL\1 )espèreque . oh! Regardez
n'a» pas abusé de nous là-bas».'.
^£ j Non,pa5"etvcore.|)|

m' $ 11
^ l'A' '

\ 11 n'a pas l'air dangereux^

c'est probable-
ment un chat..

EUE Bra^ebête
Ou nous mèue-
t-il .Michel '"
p^INous voilà arriiiés.f
IJ II ne nous reste
£jol plus qu'à atten-
te! dre son maître •

m
m
90
un chat sauuage r
* Vbus airiez. raison, Ingrid-
c'était un chat saunage

ta

janvier 1980
CROC
LE PLUS GRAND
QUOTIDIEN
MENSUEL
D'AMÉRIQUE

Joe Clark n'aurait pas


tout à fait compris...
«Quel gouvernement?» expressions dont se servait M. qu'il fallait à tout prix prendre
Clark aux Communes pour une option importante sur une
Tel fut le premier com- voter plutôt que de dire «pour» affaire aussi dynamique que
mentaire de Joe Clark, le 13 ou «contre» comme tout le le Bureau général des élec-
décembre au soir, lorsqu'on monde. tions.
lui expliqua que son «gouver-
nement» venait de tomber et Parmi les plans du pre-
CROC a appris de source mier ministre figurait égale-
qu'il était maintenant inutile
sûre que la vraie raison de la ment l'installation, sur le par-
d'essayer de faire de nouvel-
chute du «gouvernement» quet des Communes, d'un
les transactions sur le par-
Clark le 13 décembre dernier, grand panneau d'affichage Un d o c u m e n t horrible:
quet des Communes. «Y fer-
tient dans le fait que, dans la comme il y en a un à la
ment don' ben de bonne heu- au Goulag, on forçait
journée, J o e voulait à tout bourse. J o e voulait y voir figu-
re à soir!» a lancé M. Clark, Alexandre Soljénitsyne à
prix acquérir une position ma- rer «toutes les affaires qu'on
qui ne demandait pas mieux é c r i r e debout.
joritaire dans le «groupe libé- a».
que de continuer à crier, com-
ral» (selon son expression).
me à l'accoutumée, «j'achète,
Apprenant qu'il allait y avoir
j'achète» ou mieux «je vends,
à nouveau des élections, M.
je vends».
Telles sont en effet les
Clark déclara que cette dé-
couverte était intéressante et
CROC
se rétracte
De n o m b r e u x lecteurs nous r e p r o c h e r o n t probable-
ment d'avoir, dans la présente édition de Croc, laissé
entendre que M. Claude Ryan, c h e f du parti libéral du
Québec et de la loyale opposition de sa T r è s Gracieuse
Majesté, est un imbécile et un malhonnête. Le texte qui
fera l'objet du litige sera probablement le suivant.
«M Claude Ryan est un cave, un épais, un tartufe
politique et un menteur public dont l'arrogance n'a d'égale
que sa stupidité. Ses récentes déclarations publiques ne
fon t que confirmer les rumeurs qui circulent en ce moment
dans les cercles bien informés, à l'effet que les facultés
mentales de ce sinistre individu seraient à peu près équiva-
lentes à celles d'un voyage de fumier. En plus, il est ennuvant
comme la pluie. En plus de ça, il est niaiseux.*
Croc tient à se rétracter publiquement c a r ce texte a été
publié par erreur. La majorité de nos lecteurs auront
c o m p r i s que le texte que nous voulions publier était le
suivant:
«// pleut très souvent au Québec. Beaucoup trop souvent.
Quand il ne pleut pas, il neige. Quand il ne neige pas, il fait
trop chaud. Le fond de l'air est frais. Beaucoup trop frais à
notre goût, vous ne trouvez pas? Minuit chrétiens,c'est
l'heure solennelle, où l'homme-Dieu descendit jusqu'à
nous... Vlàl'bon vent, vlàl'jolivent ! Plus ça change plus c'est
pareil... etc.. etc...'
Toujours soucieux de la bonne tenue de sa publication,
le c o m i t é éditorial de Croc a tenu à faire cette rétractation
Lors des é l e c t i o n s p a r t i e l l e s d a n s D'Arcy McGee, c ' e s t dans le n u m é r o m ê m e où le texte en question fut publié.
de p e i n e et de m i s è r e et e n r e c o u r a n t à la f o r c e q u e le C'est pas la Presse qui ferait ça !
P.Q. a recueilli q u e l q u e s votes.

janvier 1 9 8 0
Le N.P.D. met
de l'eau dans son vin
L'annonce de la démission bande de moutons sans ima- porte-parole du parti crédi- départ de M. Trudeau; M. Ro-
de M . Pierre Elliott-Trudeau a gination qu'ils sont ! C'est tiste déclarait que son parti se drigue Biron a tout de m ê m e
eu des effets imprévus sur pour ça qu'il faut que le NPD tasserait à droite lui aussi s'il tenu à annoncer que devant
l'orientation du Nouveau Parti profite du départ de Trudeau y avait encore de la place. cette nouvelle, son parti, l'U-
Démocratique. À l'annonce et du fait que le parti libéral Les partis provinciaux nion Nationale, deviendrait
du départ prochain du chef va prendre un bon six mois n'étaient pas concernés par le Maurice Bellemarre.
libéral, c'est un E d w a r d pour se trouver un chef et
Broadbent tout excité qui, finir par n o m m e r un cave
sentant le pouvoir se rappro- c o m m e Turnerou MacDonald.
cher, tentait de convaincre Le NPD doit profiter de cette
l'exécutif de son parti d'effec- occasion pour devenir le parti
tuer le «virage à droite» qu'il libéral ! Ç a fait qu'on va arrê-
estime nécessaire à la prise ter nos folies de nationalisa-
du pouvoir. tion pis de socialisme pis on
va essayer de pas trop faire
C'est au cours d'un dis- peur au monde.»
cours prononcé devant les 43
militants québécois du NPD Pris par surprise par cette
que M . Broadbent annonçait nouvelle, les chefs des autres
la nouvelle orientation de son partis fédéraux n'ont pas tar-
parti: «Let's face it», déclarait dé à réagir. Un porte-parole
M. Broadbent, «les C a n a d i e n s du parti libéral a aussitôt an-
ont toujours voté libéral et ils noncé que son parti se tasse-
voteront toujours libéral. Des rait à droite pour devenir le
fois, q u a n d ils sont en maudit, parti conservateur, tandis
ils votent conservateur, mais que le porte-parole du parti
34 ça ne dure pas. Aussitôt la conservateur annonçait que
crise é c o n o m i q u e passée, ils ce parti deviendrait le parti
revotent libéral c o m m e la créditiste. Pour sa part, le

E n Bolivie, le c o u p d'État fait u n e a u t r e v i c t i m e . C e


p a u v r e h o m m e s'est e n d o r m i e n e s s a y a n t de c o m p t e r le
n o m b r e de g o u v e r n e m e n t s q u i se s o n t s u c c é d é s d a n s
s o n pays.

Gromyko
prévient l'Otan
du danger nucléaire
C'est u n sérieux avertissement aux p u i s s a n c e s occi-
dentales q u e servait r é c e m m e n t M . Andrei G r o m y k o ,
relativement au déploiement de fusées porteuses d'ogives
n u c l é a i r e s «tout partout d a n s le m o n d e et surtout en
Europe».
«C'est dangereux ces affaires-là», déclarait M. G r o m y k o
à l'issue d'un cocktail diplomatique particulièrement
m o u v e m e n t é , «ça fait un train du diable p u i s on sait jamais
q u a n d ç a peut n o u s péter dans la face ! Puis en plus, on
sait jamais c e qui peut arriver si q u e l q u ' u n se c h o q u e puis
décide de les lancer, avez-vous p e n s é à ç a ? » déclara en
terminant le diplomate russe.
Rejoints au téléphone, les c h e f s d'État des pays con-
c e r n é s ont déclaré qu'ils y penseraient.

CROC
C'est la saison des prix
ESu * (j| Ottawa envisag-
:-.,.» |^ de boycotter le
- v JL pétrole iranien

Le G o n c o u r t Le Prix La Presse Le D e v o i r r e m p o r t e Le prix R e n é L é v e s q u e


à A n t o n i n e Maillet à Gilles M a r c o t t e le prix Le D e v o i r à Pierre M a r o i s
Aussitôt rentrée de Paris, Jadis critique littéraire à Le prix Le Devoir a été Dans le but de proposer
M m e Maillet s'est installée La Presse, M . Gilles Marcotte remporté encore cette année un m o d è l e à ses militants et
chez Eaton pour dédicacer vient de recevoir des mains par le quotidien de la rue de s'assurer une plus grande
son livre et donner son avis de M. Roger Lemelin, direc- Saint-Sacrement. Le jury, harmonie lors de ses congrès,
sur les derniers spéciaux de teur de La Presse, le prix «La composé de notaires et d'ex- le Parti Q u é b é c o i s a institué
la maison. Elle n'a pas encore Presse» pour son Anthologie Oblats, a décerné le prix à un le prix René Lévesque. C e
dit non à Simpson's qui lui a de la littérature canadienne- lecteur qui avait écrit une prix est attribué à celui ou
demandé de terminer le mois française, publiée aux Édi- longue lettre pour faire valoir celle qui se sera le plus rap-
chez eux pour la dédicace de tions La Presse. La nouvelle qu'il n'y avait pas d'inconvé- proché, au cours de l'année,
quelques catalogues à des de l'attribution de ce prix a nients à ce qu'on soit directeur de la définition du militant
clients choisis. Enfin, elle fera été annoncée en page une de du Devoir et chef de parti tout idéal. Cette année, le prix va à 35
son entrée en janvier en Aca- La Presse. Dans une déclara- à la fois. C o m m e cette lettre Pierre Marois, ministre d'Etat
die où le magasin C a n a d i a n tion faite à La Presse, M. Mar- était signée de deux initiales au développement social,
Tire de Moncton l'attend pour cotte a c o m m e n t é ainsi l'at- seulement (C.R.l, le jury lance qui, par ses gestes, son ton et
la remise de la première tribution de ce prix: «Je ne un appel public à ce lecteur le choix de son vocabulaire a
charrette miniature au pre- suis pas sûr d'avoir mérité un afin qu'il reconnaisse sa lettre su le mieux se rapprocher de
mier client à se prévaloir des tel honneur, car il y a plein de et vienne chercher son prix. l'idéal du parti. M . Marois a
spéciaux «mid-winter» en monde qui sont abonnés à La battu de justesse le m i m e
pneus à neige. Presse depuis plus longtemps Jean-Guy Moreau. U n e belle
que moi.» personnalité !

En Italie, M a d a m e Maria Fettucine donne naissance à effet, elle a décidé de protester contre l'ingratitude de ses
des quadruplés. De g a u c h e à droite: Enzo, Pietro, enfants qui veulent l'envoyer à l'hospice. O n voit ici u n e
Mario et Pasquale. Fait à noter, Pietro et Mario sont nés travailleuse sociale qui essaie de lui faire r e c r a c h e r le
avant terme. piano.

janvier 1980
Le PQ se restructure
«Si la direction du parti n'est pas décidé de commencer par n'accorder le
satisfaite de ses militants, elle va s'en droit de vote qu'à ceux qui comprennent
choisir d'autres.» Cette menace que le bien où se trouve le véritable intérêt du
premier ministre avait lancée au len- parti. Les militants auront à répondre à
demain de l'élection partielle dans le une question du genre: croyez-vous
comté de Maisonneuve est maintenant qu'il serait raisonnable de voter contre
en voie de se réaliser. le candidat dont le premier ministre n'a
pas interrompu le discours ?
«Les assemblées de militants que
personne ne peut contrôler sont deve- Pour éviter les pertes de temps, le
nues un problème», a déclaré le chef du parti de M. Lévesque envisage de re-
PQ. «Y'a plein de monde là-dedans grouper les futurs militants au sein de
qu'on connaît à peine, à qui on accorde comités plutôt qu'en assemblées géné-
un droit de vote, et qui peuvent aussi rales, et ces comités seraient coiffés à
bien s'en servir pour élire un candidat à Québec d'une espèce de grand «comité
eux. C'est difficile à admettre», a com- central». «Je ne dis pas non au centra- La fièvre du r é f é r e n d u m
menté le premier ministre. lisme», a commenté M. Lévesque, «pourvu m o n t e ! M ê m e en Iran, le
Aussi la direction du parti a-t-elle qu'il soit démocratique.» débat p a s s i o n n e l'opinion p u b l i q u e .

/V fâ* # ©>
36

YA^A
6R0SSK0MMCA. Le pape
contre la guerre !
C'est devant une foule dé- On s'attend à ce que cette
lirante que le pape Jean-Paul nouvelle prise de position
II énonçait récemment sa po- provoque des remous très
sition et celle de l'Église ca- raisonnables dans les cercles
tholique sur divers problèmes diplomatiques.
mondiaux. C'est dans un dis- Nous apprenons par ail-
cours impromptu que le Sou- leurs que plusieurs diploma-
verain Pontife a fait cette dé- tes ont déclaré attendre la
claration tant attendue. Il a version disco du discours pa-
entre autres choses déclaré pal avant de se prononcer sur
que l'Église catholique est cette courageuse interven-
contre la guerre, la pauvreté, tion.
la maladie, les catastrophes,
les accidents d'automobile, A u t e u r s d e s textes:
les ouragans, les incendies,
En visite a u x États-Unis, Jean-Paul II profite d'un t e m p s les inondations, les crises R o c h Côté, J a c q u e s
m o r t d a n s le d i s c o u r s de C a r t e r p o u r r a c o n t e r u n e économiques, le crime orga- Guay, Serge Langevin.
h i s t o i r e de p ê c h e . nisé et la viande avariée.

CROC
sont aveuglés par leurs idées.
C'est ce qu'on appelle chez
les savants les idéologies.

BOBO-POLICE o '
C'est le cas du commissaire
Keable.
Toute l'histoire de la cel-
lule du F.L.Q. infiltrée par la
police, c'est une affaire qu'il a
N.D.LR. Ne reculant devant Claude, Normand et Matthias té, les policiers n'ont pas les comprise tout de travers.
rien pour vous plaire, Bobo- seraient partis n'importe yeux tout le tour de la tête et C'est pourtant tout simple.
Police, votre journal préféré, quand pour l'Iran. Tout ce qui le chauffeur justement wat- Z'étaient trois, sa blonde, son
a demandé à l'as des as, le aurait pu arriver, c'est qu'ils chait un camion stationné «chum» puis lui, le professeur,
grand Claude Prunier, de reviennent pas. On risque près des lieux. et il y en a deux qui travail-
commenter ici l'actualité. rien. laient pour la police.
Bobo-Police espère bien
que lorsque le jeune sortira N'importe qui qui a quel-
L E S O T A G E S : ON L'A E N C O R E UN P I E T O N de l'hôpital, on le fera compa- que chose dans la caboche
LA S O L U T I O N NÉGLIGENT raître pour négligence crimi- se demanderait comment le
Les Américains sont peut- Fin octobre, à Charles- nelle et pour avoir nui à un professeur a réussi à s'intro-
être ben bons dans le ham- bourg (c'est loin, à côté de agent de la paix dans l'exercice duire dans le groupe. C'est
burger mais y connaissent Québec), une auto-patrouille de ses fonctions. pas la police qui a infiltré une
rien aux affaires d'otages. En a heurté un adolescent qui
tous les cas, définitivement, déambulait dans la rue après
là-dedans nous autres au être descendu d'un autobus
Québec, on l'a l'affaire. On scolaire dont les spots rouges
sait quoi faire: tu fais venir flashaient.
Claude Poirier, Normand Le Journal du Québec —
Maltais ou même, si t'es ben un «pro» que je recommande
mal pris, Matthias Rioux, t'a- à tous mes amis policiers — a
vertis le Journal de Montréal, eu parfaitement raison de
C.J.M.S., C.K.V.L., C.K.A.C., et souligner qu'il ne faut pas
le canal 10. amplifier cet événement «car

UN DOCUMENT EMOUVANT : Sir Winston Churchill faisant


son c é l è b r e V pour victoire.

LES PENDUS,
cellule felquiste, c'est un ter-
ÇA VA F A I R E ! roriste qui a infiltré une cellule
Les jeunes, décidément, se policière. Et ça c'est inquié-
croient tout permis. Où allons- tant.
9
nous Le ou vers le 27 no-
vembre, il y a encore eu un LES D E B N I E B S
jeune qui s'est pendu à la OUTBAGES
centrale de police de Québec.
Avec ses bas... Et parce qu'il Là, je vous ai. Quand je
avait peur d'être battu... parle d'outrages, je parle de
juges. Pas de ce que vous
Y'a pas à dire, le vMà ben pensez. Pour la deuxième fois
plus avancé. Quand on a mal, le Soleil est poursuivi pour
c'est pour un temps, mais outrage au tribunal.
quand on est mort...
Ce client en colère frappe une hôtesse de l'air après avoir Bobo-Police est entière-
Bobo-Police croit qu'il est ment d'accord. Il est temps
découvert qu'on voulait le faire m o n t e r dans un DC-10
temps d'apporter des solu- qu'on respecte nos tribunaux
grossièrement maquillé.
tions. D'abord, qu'on les batte et surtout nos savants juges.
Pendant que t'amuses les les accidents de ce genre sont dès leur arrivée au poste. Les juges, au Québec, c'est
ravisseurs, les gars de la gang arrivés maintes fois à de sim- Comme ça, ils auront plus tout ce qui nous reste de sa-
anti-terrorisse de la S.Q. ples citoyens.» peur de l'être. Et puis ils au- cré.
prennent position. Tu promets ront plus la force de se pen-
n'importe quoi jusqu'à ce que Bobo-Police félicite d'ail- dre. Les juges, c'est nos vaches
les bandits sachent plus quoi leurs le malheureux limier sacrées à nous autres. Ayons
demander. Quand y relâchent qui a eu le courage de recon- pour eux au moins le m ê m e
KEABLE EST
les otages, ils sont faits. naître qu'il était dans la lune respect que les Indiens (les
et que l'erreur est humaine. DANS L E S P A T A T E S
vrais, ceux qui crèvent de faim
Je suis convaincu que Comme le Journal l'a rappor- Ceux qui ont des idées ont pour leurs vaches.

janvier 1 9 8 0
photoballons express

Où s'arrêtera l'escalade de la drogue ? Ce déchet humain


en est rendu à respirer de la litière de chat.

38

Qui a dit que les terroristes n'ont pas le sens de


l'humour? Pour distraire ses troupes, Yasser Arafat
fait sa célèbre imitation d'un hélicoptère. Une scène de tournage du film DERNIER TANGO À GRANBY.

Afin de pallier à l'absence de


Cet h o m m e est un expert en femmes sur ses chantiers,
Ban-Do, une technique japo- la Société de développement
naise d'auto-défense qui per- de la Baie James remet doréna-
N'écoutant que son amour met d'assommer un adversaire vant une poupée gonflable
des bêtes, cet émule de Saint-François à 15 pieds avec les émanations à chaque travailleur, qui peut
d'Assise s'est déguisé en cabane d'oiseaux. de ses aisselles. l'apporter partout où il va..

CROC
P*""teprofesseur Jl imbus
0
chronique d météo tvc^ e

Il y a des s u p e r c h e r i e s qu'on met tricité, c'est pas là qu'elle va le trou-


du t e m p s à découvrir. Ainsi, par ment. Ainsi, pendant les grèves des
hôpitaux, de l'Hydro et du métro, la ver.
exemple, je m e suis aperçu le 3
CSN a dit aux travailleurs qu'il fallait En réalité, c e q u e le PQ aurait dû
d é c e m b r e seulement, en c h e r c h a n t
être solidaire avec la CSN. C'est pas faire, ç a aurait été de publier un vrai
le moyen de faire des c r e t o n s qui
toutes les c e n t r a l e s qui en feraient Livre Blanc, m a i s alors tout blanc,
s'égrènent pas, q u e le Livre Blanc ne
autant. La CSN a toujours e u une c'est-à-dire avec rien d'écrit dedans.
contient a b s o l u m e n t rien à c e sujet.
avance sur les autres dans la défense Couverture blanche, pages blanches.
Il y a des grands talents, je les Ce livre-là serait vite devenu notre
des intérêts des travailleurs. Il n'est
entends déjà, qui vont m e dire q u e livre national, c o m p o r t a n t toutes les
d o n c pas étonnant aujourd'hui
j'aurais été mieux avec le livre de solutions possibles à tous les problè-
qu'elle soit la p r e m i è r e à découvrir
Soeur Berthe. Mais cela ne résout
qu'on ne parle pas de la classe ou- m e s possibles.
pas le p r o b l è m e de celui qui fait ses
vrière dans le Livre Blanc, c e qui Il faut toutefois faire remarquer,
cretons en se d e m a n d a n t si, dans un
pourrait nous laisser croire qu'il n'y en terminant, q u e c e ne sont pas les
Q u é b e c souverainement associé, on
aura pas de c l a s s e ouvrière dans le adeptes de la m é t é o transcendantale
pourra e n c o r e importer des hache-
Q u é b e c souverainement associé. On qui se sont plaint le plus des l a c u n e s
viande anglais. Soeur Berthe, elle,
ne peut quand m ê m e pas laisser du Livre Blanc. Car les publications
s'en crisse, parce qu'en faisant ses
faire ça ! Pas de c l a s s e ouvrière, ç a vont bon train dans c e d o m a i n e .
cretons, elle p e n s e à c e qu'elle de-
veut peut-être dire une société sans Ainsi, par e x e m p l e , Roger L e m e l i n
vrait faire c o m m e dessert. À quand
classes, et c e vocabulaire-là, on sait de l'Académie Goncourt vient de
le livre du cuisinier conscientisé, de
c e q u e ça c a c h e . publier p o u r $11.95 de c h r o n i q u e s
celui qui fait sa soupe en pensant
qu'au Cambodge, ils en ont pas de la Non, d é c i d é m e n t , le Livre Blanc, diverses sous le titre t r a n s c e n d a n t a l
pareille ? a tellement de lacunes qu'il vaut de Les voies de l'Espérance.
Vide sur le plan culinaire, le Livre m i e u x r e p r e n d r e tout ça à zéro. Ce $11.95, c'est c e qu'il faut pour
Blanc l'est tout autant pour c e qui qu'il nous faut, c'est un livre dans a m e n e r la famille c h e z Saint-Hubert
touche au bricolage, à la façon d'ha- lequel on pourra trouver de tout, où, B B Q alors, songez q u e pour le m ê m e
bituer son chien à ne pas c h i e r sous entre les lignes, on pourra aussi bien prix, au lieu de vous payer un gueu-
le divan et plus grave encore, à la a p p r e n d r e c o m m e n t faire griller des leton m i n a b l e qui sera avalé en vingt
façon d'ouvrir une boite de sardines saucisses que la façon de sauver son m i n u t e s et qui vous laissera des
une fois qu'on a perdu la clef. â m e tout en les avalant. remords, vous pouvez avoir a c c è s à
Et dire qu'il s'est vendu des cen- Un indice de ça: les élections rien de m o i n s qu'aux Voies de l'Es-
taines de milliers d'exemplaires de dans D'Arcy McGee où les é l e c t e u r s p é r a n c e e l l e s - m ê m e s . L'idéal, b i e n
ce soi-disant Livre Blanc. C'est pas en ont rejeté le Livre Blanc dans un sûr, c'est e n c o r e de pouvoir se payer
fourrant le m o n d e c o m m e ça que le pourcentage de plus de 95%. Or, les les deux: un d e m i poulet avec s a u c e
PQ va retrouver la c o n f i a n c e popu- é l e c t e u r s de D'Arcy McGee sont en et, c o m m e dessert, les Voies de l'Es-
laire ! majorité de religion juive et ils savent p é r a n c e . Dire qu'ils n'ont rien de
ce q u e c'est qu'un livre dans lequel tout ç a dans les pays c o m m u n i s t e s !
La CSN, elle, a trouvé qu'il n'y
on retrouve tout c e qu'on veut. Il y a Pour m a part, je vais bientôt publier
avait rien pour les travailleurs dans
longtemps qu'ils ont leur livre, dans moi aussi un livre-guide intitulé Les
ce Livre Blanc. Certains vont se de-
D'Arcy McGee, et il a les pages pas chemins pour Amos. Il s'agit des
m a n d e r pourquoi la CSN prend tout
mal plus é c o r n é e s q u e le tout nou- c h r o n i q u e s de o n z e voyages e n au-
d'un coup la défense des travailleurs;
veau Livre Blanc du PQ. Il y a de tout tobus effectués au cours des 5 der-
ceux-là en fait, ne sont pas très au
dans leur Livre. Avec c e Livre-là, ils nières a n n é e s . Il eut été regrettable
courant des multiples activités de la
savent dans quels restaurants man- q u e c e s textes inspirés par les cir-
CSN. La CSN prend partie dans toutes
ger, à quelles b o u c h e r i e s a c h e t e r c o n s t a n c e s eussent été à j a m a i s per-
sortes de c a u s e s et c o m m e ses
leur viande et quelle viande acheter, dus. C o m m e le dit m a publicité:
m e m b r e s ont du t e m p s et de l'argent
et par-dessus le marché, c o m m e n t la «Voilà un ouvrage d ' e x c e l l e n t e t e n u e
de libres, ils ont t e n d a n c e à s'inté-
faire cuire et quand la manger. J'ai qui contribuera à la réflexion actuelle
resser aux b o n n e s oeuvres et à
m ê m e découvert q u e ça s'applique de nos compatriotes.» En vente d a n s
prendre la défense d e s travailleurs
aussi aux c o r n i c h o n s et aux biscuits toutes les gares d'autobus.
quand il le faut. Cela est m ê m e plus
fréquent qu'on ne le p e n s e générale- soda. Un vrai bon Livre ! T a n d i s q u e
dans le livre du P Q la c l a s s e ouvrière
peut toujours c h e r c h e r le moyen de
se chauffer quand il n'y a plus d'élec-

janvier 1980
AISUH
efscsçhohuteurs
le dessinateur à gages
DobDierman
Bob Bierman demeure sans contredit le
caricaturiste le plus controversé de la côte
ouest canadienne. Il a récemment perdu un
procès contre le ministre Bill Vander Zalm de
la Colombie-Britannique qu'il avait dépeint
en train d'arracher des ailes à des mouches.
La cause est présentement en appel. Aislin,
qui l'a rencontré, prétend qu'il est complète-
ment fou. «Je ne m'étonne guère des procès
qu'on lui intente. J e suis plutôt surpris qu'il
ne se soit pas encore fait tirer».

40

0 <3?
**.''*Jf ^
ofMEWJEz Assurés t e H A Piewe ccoPênAàOJ SUR TCUT SWEV
cnwceRw^u- NCTOE C H E R C A K W D A ^ B A U E I A£«éer2.,eTc.erc..~
ATTACHEZ MOi CA À 0U6 B R i q u Ç CT IAMCEZ Ut TOUT Uto6
FEMÊTO.E T> OTTAWA.'

vous AVEZ OÛJSDN , it v A u»e NETTE. RessenstAucE A * C te Nez. t e Ntwuo '

janvier 1980
PMS LA SÉRiE RUVRgS gOtfS: jALUS MASQUEES
«MAIS O u DOMC .(^t*tegV^c> CFCB? W 4i
£ S T LA ?oL\C€ 5

M E :

1£îfW M'£.ST ?\KE- StUÉ- L'AWéOiSbE D ' E T R E .


i L fMJT D/K£ <aO£_ L £ S BCHÉLS
ATrAGuÉ^ S u ? L A R o c , O U A M D O N k PLt'Kj
B A 6 U E S Aux D * * S . ^ J ^ ^ s ^
flW&S R ^ « M $ D'ARBRES P O U F -
KEM^eP- CfoEZ LE S o i *

42 00

rTRE Bflt, 6'£$T T W ^ T R Ê T T : rÀ [ £ V £ R L E S MA.'M5 ^ ^ ^ ^ ^ J l


StwTRAÎME.^ 6MAQUE
JOUR.--.

L£fe

CROC
. . . iO£ PAS
> CKAi'MDfcE: ^ *<>NT

-EN
</iΣ l/.'lf

* PAÊ LA

j a n v i e r 1980
CROC
j a n v i e r 1980
-
ou MOI,VOUS SAVEZo Aaepi&

(
U NY A îfcS UXGl&K 06 POSER MUE < ^ J 6 WOG. T 5 6 S
OAlfclJtttVERS Ç A o u r u u
Messie Powr.iu EsrVAiuaxKj
SéRie T>6 CAUaJCRteRS NUS | MERCI, GMAIUC
sois À IA veine oe

PARiAvnyf

VUS ET MOI W*>Ç'


PiTES

RAVH

CROC
0 CROCniqucs 0
p a r P i e r r e Huet, J a c q u e s Hurtubise, S e r g e I,angevin et Michel Kivard.

mariage heureux, ça donne des enfants: faire de l'argent. Votre sensibilité,


ici, des dollars. Il y a deux manières gardez-la pour deviner le signe astrolo-
d'écrire des chansons: d'après votre gique du monde que vous cruisez dans
sensibilité ou par le plagiat. Si vous êtes les bars, ou pour choisir les billets
malchanceux, vous devrez vous servir d'Inter. Mais surtout, faites pas de
de votre sensibilité. Vous me direz, chansons avec.
comment fait-on pour savoir qu'on est Il vous reste donc le plagiat. Le
affligé de la sensibilité?» C'est simple. plagiat c'est déjà tout un art en soi. Si
Voici quelques exemples. vous le faites bien, les critiques diront:
Vous écoutez les nouvelles à la télé. «dans la lignée de...», «évoque avec
On annonce de la pluie à Calgary et ça subtilité» ou «paraphrase avec humour».
vous e m p ê c h e de dormir. Vous êtes Si vous le faites mal, les avocats de la
sensible. Ou alors, vous êtes au super- partie adverse vous arracheront jusqu'à
Salut Kébek ! Tel qu'annoncé le mois marché. Votre blonde lou chum) vous la dernière cenne. Le plagiat est la base
passé, je continuerai ce mois-ci ma série mentionne que la cantaloupe que vous même de la musique populaire. Dans
d'articles sur les secrets d'une carrière aviez choisie n'est pas mûre, et vous une thèse de doctorat célèbre, le
dans le règne musical au Kébek. Mais
auparavant, permettez-moi de répondre
à quelques correspondants.
D'abord, un mot pour le groupe
punk kébékois Les Punk-Tuels. J'ai très
bien reçu votre disque enregistré dans
votre cave, les gars, mais je ne l'ai
malheureusement pas écouté: vous
avez oublié de percer un trou au milieu. 47
Mais je peux vous dire qu'à l'oeil c'est un
excellent disque, très noir, fait en vinyle
et rempli de sillons. Lâchez-pas. Au
correspondant qui signe M.G., je tiens à
dire que je comprends son problème:
on trouve en effet beaucoup de déposi-
taires qui installent des chaînes stéréo
dans les automobiles, mais très peu de
concessionnaires qui acceptent
d'installer une auto sur votre système de
son. Enfin, une réponse confidentielle
pour Lucie de Pointe Claire: Serge Fiori
6: J i m et Bertrand 5, mais ensemble; vous mettez à pleurer. Vous êtes professeur Rémi Doré a démontré
Fernand Gignac 1 1 , mais seulement 1 sensible. Un dernier exemple: vous êtes brillamment que toutes les chansons
fois par deux ans. O.K. ? Continuez dans un bar, un ami mentionne en écrites en langue française depuis
d'écrire les amis, je collectionne les passant que son poisson rouge vient de quelques siècles ne sont que de subtiles
timbres Imais pas les timbrés, ah ! ah !). mourir; derechef, vous payez une modifications de la chanson de Roland.
Ceci dit, revenons à la musique. J e tournée générale et vous insistez pour Parlant donc de plagiat, je suis allé
vous avais promis le mois dernier de raccompagner votre ami à pied jusque rencontrer pour vous un auteur célèbre
vous parler de la composition de chez lui, même s'il est venu en auto. de chez nous, pour lui d e m a n d e r de
chansons. Si vous vous en rappelez, Vous avez compris, et peut-être prodiguer quelques conseils aux
nous nous étions quittés au moment où même, pauvre de vous, vous vous êtes lecteurs de CROC aux aspirations
je vous avais montré ce qu'il fallait faire reconnu(e). Peut-être que vous vous mélomanes.
pour former un groupe d'aspect pensez fin, vous vous faites une fierté Il va sans dire que ce grand talent de
musical. Mais une fois le groupe formé, d'être c o m m e ça ? Alors dites-vous ceci. chez nous a préféré garder l'anonymat
il faut se monter un répertoire bien à soi. Il y a un théorème qui flotte quelque par modestie. Mais je peux vous donner
Sinon, on risque de se retrouver en train part dans l'Univers qui veut que les un indice sur son identité : il est en train
de jouer pour l'éternité C o m m e j'ai droits d'auteur d'un être sensible d'écrire un opéra-rock basé sur la vie
toujours envie d'aimer dans tous les commencent à entrer 6 mois après sa d'Yvan Ducharme, en collaboration
bars-salons de l'Abitibi. En d'autres mort. Essayez de trouver la tombe de avec un compositeur devenu célèbre
mots, écrivez des chansons. Mozart et vous verrez ce que je veux pour avoir créé plusieurs chansons
Une chanson c'est le mariage heureux dire. Si vous avez choisi de faire carrière pour Edith Piaf après la mort de celle-ci.
entre des mots et de la musique. Et un dans la musique populaire, c'est pour Ses commentaires furent brefs, mais

janvier 1980
CROCnkjues de la Cinquante chaude. la police de Montréal. On apprend que
Voilà pour la politesse ! Le courrier les cinquante savants norvégiens
ils vous seront sûrement précieux. Les que j'ai reçu ce mois-ci n'est pas très étaient en réalité trois dangereux
voici: volumineux, mais il est tellement platte malfaiteurs poursuivis par l'Interpol, et
1. La rime amour-toujours a déjà été que finalement, ça balance. J'ai quand c'est merveilleux, car l'affaire se termine
utilisée. m ê m e réussi à retenir une lettre, dont le à temps pour les Floralies. (Titre
2. Si vous glissez le mot «Kébek» dans ton pathétique ne peut que vous proposé: «Le triomphe de l'amour»).
votre chanson, le gouvernement péquiste rappeler, chers petits amis de la lettre, C a n e v a s 2 : Un h o m m e déchu décide
vous d o n n e une subvention. la force brutale du mot: «Cher F., J'ai au de refaire sa vie dans l'assurance. Il
3. Les gens n'écoutent pas les paroles. Cégep. J e parle triste, d'accord, mais où téléphone à tous ses anciens confrères
Et bien voilà. Vous êtes prêts ou vis-je, où vont-je ? J'ai li, j'ai reli même, de classe pour leur vendre des polices
prêtes à écrire vos propres chansons. Le mais crime, ça passe pas. Écrire, ça c'est d'assurance contre le feu, le vol, et les
mois prochain nous parlerons des étapes une autre affaire de manches; si j'ai un maux mystérieux venus d'Orient. À la
suivantes: c o m m e n t vous trouver un roman à dire, ou un poète, genre, quand suite d'un mauvais numéro, il tombe sur
gérant, c o m m e n t vous trouver une est-ce que je fais ça ? Pas pour erien, sa mère qui lui annonce le mariage de
c o m p a g n i e de disques, c o m m e n t vous j'imagine, han ! Tant pis. Bye ! » Et c'est son frère Roland, que tout le m o n d e
retrouver dévalisé par tout le m o n d e et signé « Un qui dépresse ». Vous devinez croyait homosexuel. Au cours de la
pourchassé par l'impôt. les copains, que je m e suis penché très réception, l'alcool aidant, l'homme
Salut Kébek ! longtemps sur cette lettre, d'abord pour propose une chanson à répondre.
la déchiffrer, et deuxièmement parce Roland s'effondre en larmes et fait une
que je m'étais endormi. Se peut-il qu'un confession aux convives: il n'était pas
être humain m e fasse confiance au
point de m e confier qu'il est en proie au
plus grand malaise de l'histoire de la
littérature, malaise qui a sûrement fait
lettres son apparition en m ê m e temps que le
stylo, et je parle de la p e u r de n e plus
p o u v o i r écrire. Oui, ça se peut ! Et il
n'en faut pas plus pour que ce bon vieux
F. se lance encore une fois sur la pente
savonneuse de l'aide à la jeunesse
littéraire.
Voici en exclusivité quelques
48 F. L a F è v e canevas de romans, que je vous livre
dans l'espoir futile que vos esprits
juvénaux et primesautiers leur donneront
Avant d'apprendre à le souffle de la vie.
lire il faut savoir écrit !
; Ces canevas sont complets et
savamment étudiés pour ressembler à
'S'il n'en reste qu'un, je serai celui-là, des livres que vous avez déjà lus. Il ne
mais j'ai peur de ne pas pouvoir finir le leur manque que la magie des mots, et
pâté chinois .'» - Albert Museau. ça, dit-il en riant, je sais que vous l'avez...
C a n e v a s I : Un groupe de cinquante homosexuel, mais bien FOLKLORISTE!!!
Bonjour les jeunes ! Voici la nouvelle savants fuit la Norvège pour des raisons Roland est aussitôt déshérité, abandonné
année. Elle est là, toute bête, avec son politiques et débarque à Montréal. Le par sa fiancée et tous les invités,
cortège de contradictions, de problèmes, plus jeune d'entre eux, Olaf, tombe en qui emportent m ê m e les restants du
de solutions et de livres abominables a m o u r avec la fille qui vend des lunch. L ' h o m m e reste seul avec son
reçus en cadeaux à Noël. Juste pour chapelets à l'Oratoire Saint-Joseph. Lors frère et lui jure fidélité. Il lui promet
vous montrer que mes a m i s sont aussi d'une visite guidée, les cinquante m ê m e d'abandonner l'assurance si son
épais que les vôtres, i m a g i n e z la face savants s'effondrent et meurent dans frère lui passe son disque de la «Bottine
que j'avais q u a n d j'ai déballé quatre d'horribles convulsions (ce passage Souriante». Le pacte est conclu et les
éditions différentes du «Seigneur des donne lieu à de savoureuses descrip- deux frères ouvrent une charcuterie.
Anneaux», dont une illustrée par le gars tions). L'agence Pinkerton enquête. La (Titre proposé: «Un h o m m e se penche
qui dessine les petits enfants aux grands fille était-elle espionne, ou tout sur son pâté»).
yeux avec des pains français en dessous simplement é p a i s s e ? Au m ê m e C a n e v a s 3 : (Ce canevas intéressera
du bras. Anyway, y reste juste vingt ans moment, dans un quartier pauvre de la particulièrement les poético-mystiques,
ville, une mère apprend que son enfant les symbolico-brumeux, les surréalistico-
dans le vingtième siècle, ça fait déjà ça
est atteint d'un mal mystérieux, planeurs et tous ceux et celles qui ont
de pris. J e peux q u a n d m ê m e vous offrir
probablement une malédiction d'un trop écouté H a r m o n i u m quand ils
mes meilleurs voeux pour le nouvel an,
pharaon à la suite d'une expédition en étaient petits.) U n e f e m m e d'une beauté
voeux qui vont à peu près c o m m e suit:
Egypte organisée par le socio-culturel inaccessible se promène nue sur le bord
«Meilleurs voeux pour le nouvel an !»
de l'école. L'affaire se corse et donne d'un lac artificiel près de Saint-Gabriel
Quant aux résolutions, lâchez la drogue lieu à des poursuites internationales.
et lisez-moi plus souvent. Les mauvaises de Brandon. Elle marche calmement
Finalement, la fille de l'Oratoire accepte dans la nature et parle aux animaux,
langues qui disent qu'il faut être stone de donner ses reins pour sauver l'enfant
pour lire «Croc» et trouver ça drôle aux arbres, aux fils de téléphone; d'un
malade, en m ê m e temps qu'un c o u p de geste de sa main magique, elle provoque
devraient être c o n d a m n é e s à lire au téléphone retentit dans les bureaux de
complet un n u m é r o de «Nous» en buvant la suite en page 51

CROC
j a n v i e r 1980
MAtô QUÙS SONT BETKj
ILS LE FONT E X P R È S C'EST

1
7 JOURS 4 P R È S : M A 1 * * * S O R T i E . UM G-RAWDv MON F R È R E . . . A S S E Z
H / « W SAMèUt,PARLE P E P Ï E N CHASSER? BETE POUR M0(/ffiR( '
L E f î A t , M ' ( S - A R R O C H ' e D 6 K X ou T R O I S J'Ai PONC HANQUÉ ,
BÊTISES P U «ENR-E ET HAKROSB... PAR j A FAUTÉ LA
coHht $lcéTAiî PAS ASSÏZ-! E T LE CORTEGE FAMIL/AL S'EBRANLA. L'ÊXÉRCice I'M- S 1 VACHE!
MÉPiAT PU pov- < r
VOIR SUR ptfs
P6Tiî$y£ MOI.' X /

ers* s

PUI'S L E GRAND BEîTiAiRE COMMENÇA AVEC


SON TROUPEAU PE ViEI/XSCM/I5 PÉCHUS A LA
RECHERCHE PE LEUR
SgfKrRAAL!

Vendu, CUcJt U'MU, AffUi-j/ou^'j^

BREF il y 4 PE B £ T £ S RSNcot)fRES
COULEURS-' MiWiEU BLOUtW

CROC
CROCniques chalet d'été Zen, un moine n o m m é Alors les jeunes, ça d o n n e le goût
Marcel trouve un message codé dans d'écrire ? J e vous comprends. Gênez-
le changement des saisons et trois son pouding. C'est un appel au secours. vous pas pour en mettre et envoyez vos
accidents de motoneige. Un jour, nue Les moines sautent dans leur station- manuscrits à la revue aux soins de m o n
près d'une source vive, doucement wagon et s'élancent sur le c h e m i n de la oncle LaFève. ILe montant du c h è q u e
occupée à se raser les jambes en vérité. Au bout de treize jours et trois est laissé à votre discrétion.! Il m e reste
chantant du yoga, elle est surprise par nuits, ils arrivent à la source, mais le quelques lignes, alors voici rapidement
un chasseur. Elle lui dit aussitôt que s'il meilleur est passé. Déçus, ils entonnent quelques potins littéraires: les éditions
la touche, elle disparaîtra immédiate- un chant Z e n que seuls les rochers Le bout de la Marde nous annoncent
ment. Il la touche, elle ne disparaît pas. peuvent entendre. C e s derniers en pour bientôt la sortie d'un livre qui,
Surpris, ils se mettent à baiser c o m m e profitent pour ne rien faire de spécial... selon eux, fera «capoter le monde entier»;
des fous. La nature se révolte et c'est pas iTitre proposé: «Splendeur de la forêt ce livre, que son auteur L u n e Kébek
beau à voir. Au m ê m e moment, dans un laurentienne»). qualifie de «top mondial», aura vraisem-
blablement deux mille pages écrites à la
main et sera donné gratuitement à
quiconque se trouve «correct» et est
capable de le prouver. Le but de cette
c a m p a g n e de promotion: «montrer qu'y
a encore du m o n d e au boutte !» Le livre,
dont le titre est «Trip Total», se présente
c o m m e un relevé encyclopédique «des
affaires flyées qu'y a s'a Terre». D a n s un
tout autre domaine, le sympathique
auteur-compositeur C l a u d e Léveillée
songe à publier le compte-rendu
exhaustif de ses d é m ê l é s légaux avec la
c o m p a g n i e Aspirin: un document vérité
qui portera le titre «Un mal de tête qui
dure depuis vingt ans». U n e bonne
nouvelle en terminant, le confrère
George Dor devient chroniqueur
littéraire à l'émission « Les Tannants ».
Les livres qui obtiendront une mauvaise
critique seront lancés dans une cuvette
remplie de mélasse, où deux ardentes
bibliophiles choisies dans l'assistance
auront la c h a n c e de les repêcher avec
leur nez...

Parlons boisson... Parler boisson au


Québec, c'est un peu c o m m e parler
température dans les autres pays. En
effet, c o m m e il n'y a pas vraiment de
température dans la belle province
mais plutôt des intervalles entre les
chutes de neige, on trouve ça plus
égayant de parler boisson. O u m i e u x
encore, de parler EN boisson.
Un peu d'histoire. En 1967, nous
avons c o n n u c o m m e tout le m o n d e les
insolations de l'Été de l'Amour. Oh, c'est
la suite en p a g e 54

janvier 1980
poftefolio
McKole
CROCniques ou lire La Presse d'hier, c'est rétro. Le pendant un show de Jethro Tulll. J'ai
jour n'est peut-être pas loin où fumer un consulté une fine bouche (mon petit
joint sera un geste kétaine. livreur du Dimanche-Matinl qui m'a
facile d'en rire aujourd'hui, ça semble Mais je ne dois pas être complète- confié que pour lui, rien ne paraît battre
s'être passé il y a des millions d'années, ment négatif. On me dit qu'en ce un gallon de Québérac tablette, renforci
mais quand même, sur le coup on y moment, la drogue à la mode c'est la de 2 ou 3 Contact-C et de quelques
croyait. Et dans la folie propre à cocaïne. Malheureusement, je n'y gouttes d'Aqua-Velva. Un autre bel
l'époque, on a m ê m e cru que le buveur connais rien. Si quelqu'un veut m'en exemple de l'ingéniosité de la génération
d'alcool était une espèce en voie de envoyer une bonne quantité, je suis bien qui monte.
disparition, c o m m e l'éléphant d'Asie ou prêt à en parler dans une prochaine J'ai bien sûr gardé pour la fin la
la taupe à cul rouge. À nos yeux rendus chronique. Comme dit souvent un de catégorie des gens de mon âge, c'est-à-
myopes par l'amour et irrités par mes confrères de CROC, «donnez-moi dire les 18-42 ans. Ça peut sembler assez
l'encens, cela avait toutes les allures une ligne de coke, je vous donne une vaste comme groupe, mais dites-vous
d'une évidence, pendant que les ligne de texte...» que ce sont les gens qui veillent, boivent
méchants, c'est-à-dire les plus de 30 ans, Revenons à nos moutons. Il faut voir et copulent c o m m e s'ils avaient 18 ans
mouraient tranquillement de cirrhoses les choses comme elles sont et admettre mais se réveillent le lendemain matin
du foie, nous les bons, c'est-à-dire les que l'alcool a fait un beau retour. En tant en sentant le poids de leurs 42 années.
jeunes, nous nous garrochions sur des qu'ancien hippie (j'ai encore ma carte Faites la moyenne.
tas de choses qui devaient nous ouvrir de membrel, je peux le dire: nous fûmes Pour ce groupe, mon groupe, les
l'esprit: le pot, le hasch, la mescaline, présomptueux. L'alcool n'était pas une rapports avec l'alcool sont simples: le
l'acide, le tranquilisant à vaches. C'était passade comme la mini-jupe ou le hula- mot magique, c'est «rattrapage».

tellement logique: l'alcool, c'était un hoop. L'alcool a fait ses preuves. L'alcool Comprenez-les: les gens de cet âge ont
bad trip. L'habitude de l'alcool menait à a accompagné l'humanité depuis l'aube boycotté l'alcool pendant plusieurs
des habitudes bien plus terribles: le des temps, ce qui explique un peu le années. D'ailleurs, ça coïncidait avec
mariage, les partys de bureau, les trajet maladroit et les chutes nombreu- l'époque où la dope était encore potable.
échanges de partenaires, les bars dans ses de l'homo sapiens. Ceci fait qu'aujourd'hui, ce joyeux
les sous-sols de bungalows de banlieue... Parlons donc de la boisson. Vous me groupe boit non pas deux fois plus que
tandis qu'avec la drogue, le pire qui demanderez: «Qu'est devenu le groupe les autres, mais 3 fois... La 2ème fois c'est
pouvait nous arriver c'était de se faire des plus de 30 ans de 1967 ?» Disons pour le rattrapage; la 3ème fois c'est
buster et de pogner 20 ans de prison ou simplement que beaucoup d'alcool a pour compenser la qualité merdeuse de
de se retrouver avec un cerveau moins coulé sous leurs ponts. Ceux qui ne sont la drogue qu'ils persistent à consommer.
brillant qu'un Big Mac. pas morts ou divorcés devraient l'être. Ces braves gens n'ont pas tellement de
Et où en sommes-nous aujourd'hui ? Ceux qui ne sont pas alcooliques sont préférence: ils boivent n'importe quoi
La drogue, oubliez-ça. Contrairement à A.A. Pour les amateurs de statistiques, je qui soit alcoolisé et moins solide qu'une
ce que voudraient vous faire croire signale que chez ce groupe les boissons éponge.
certains individus louches rencontrés préférées sont le gin et la bière (pour les Mais certains me diront: «Coudon, à
dans les toilettes de votre bar préféré, il hommes) et les boissons vertes ou roses t'écouter, tout le monde boit ?» C'est vrai,
n'y a plus d'acide ou de mescaline en (pour les femmes). je dois admettre que je donne une
Amérique du Nord. Bien sûr, il y a Chez les jeunes (de 8 à 18 ans), les fausse image de notre peuple. Non,
encore du pot et du hasch en quantité. choses se passent différemment. Leurs tout le monde ne boit pas. Claude Ryan
Mais ça, c'est comme les relations orales- préférences vont ailleurs. Comme ne boit pas. Le cardinal Léger non plus.
génitales: avant on en parlait en cachette diraient nos voisins du Sud (ou nos Gilles Villeneuve non plus, sauf peut-
et en rougissant. Aujourd'hui, tout le ennemis de l'Ouest, s'ils savaient parler) être une coupe de Champagne après
monde y recourt, c'est la routine et on en « cheap is beautiful ». En effet, les une victoire et encore, il ne le respire
parle à peu près plus. Et m ê m e là, il faut amateurs d'alcool de la jeune génération pas. S'il y a d'autres non-buveurs au
se compter chanceux. En cette époque n'ont pas toujours les moyens de se Québec (les A.A. ne comptent pas), dites-
où le rétro court sur nos talons c o m m e payer un Mouton-Cadet ou une bouteille leur de m'écrire, on imprimera leur
la marée montante, les choses passent de Grand-Marnier. Alors ils recherchent nom dans le prochain numéro.
vite de mode. Aujourd'hui, porter les les crus qui, pour une somme modique,
m ê m e s sous-vêtements 2 jours de suite leur apportent l'effet désiré (i.e. vomir la suite en page 59

CROC
H CTCHE FEMME
C'CST l'ASIWWGK 1

iiivier 1980
CROC
: ^
janvier 1 9 8 0
CROC:
CROCniqueS sa vaisselle et est allé magasiner, et la O u i m e t n'est pas c o n n e . C'est du m o i n s
s e m a i n e prochaine, il se fait c o u p e r les ce qu'affirmait l'inepte a n i m a t r i c e d e
cheveux... Saviez-vous q u e M i c h e l T o u t e La Ville En Parle au cours d'une
G i r o u a r d a fait son s e c o n d a i r e ? Si c'est e n t r e v u e q u ' e l l e accordait r é c e m m e n t à
vrai q u e la culture c'est c e qui reste un autre potineur: «Idiote, stupide, mais

télévision quand on a tout oublié, M i c h e l doit être


amnésique... IC'est ça qui arrive m o n
Michel, quand on o u b l i e d ' e n v o y e r son
pas conne», a dit la b e l l e D a n i e l l e en
gratifiant son interlocuteur d e son
sourire le plus débile... Extra ! Extra ! En
vingt à m o n o n c l e Edouard ! ) . . . G u y primeur, la plus r é c e n t e déclaration d e
L a f l e u r est très o c c u p é ; c'est la raison Richard Séguin: «Ben, tsé j'veux dire, y a
pour laquelle il aurait e x i g é q u e ses rien là, man !» Continue R i c h a r d , t'es
n o m b r e u x c o m m e r c i a u x soient correct dans ta tête ! . . E m m a n u e l l e
c o m b i n é s en un seul. C'est c o m m e ça relance sa carrière: la r u m e u r veut
qu'on verra bientôt le « D é m o n blond» qu'elle s'oriente vers la chanson ! . . Q u e
v e n d r e des y o g o u r t s au volant d e sa fait J o h n n y F a r a g o par les t e m p s qui
E d o u a r d Démy Monte-Carlo tout en savourant une «can» courent ? Pas grand'chose, malheureu-
de Shasta... Cré Guy, va: ôte pas tes sement, la m o d e Elvis étant un peu
En regardant le p'tît écran. mains d e sur c e volant-là ! (Puis m e r c i passée. Mais les fans d e Johnny p e u v e n t
p o u r la « g é n é r e u s e » p e n s é e ! ) . . . C'est se rassurer: ils ne p e r d e n t rien p o u r
c o n f i r m é : Louise Latraverse jouerait attendre, car J o h n n y lit assidûment les
Salut les amis ! Ceux qui nous ont
bientôt la comédie... D é m e n t i : contrai- rubriques n é c r o l o g i q u e s d e s journaux
e n v o y é un p'tit q u e l q u e c h o s e pis les
r e m e n t à la rumeur, P i e r r e N a d e a u ne en v u e d e son prochain spectacle. La
autres aussi ! Ceux qui ont e n v o y é leur
participera pas à un Faut Voir Ça p r e u v e q u e notre s y m p a t h i q u e charo-
c h è q u e à temps, on va parler d e vous;
musical sur les «Boat P e o p l e du gnard ne d e m a n d e qu'à travailler, c'est
ceux qui ont oublié, vous allez voir q u e
Vietnam». I n t e r r o g é à c e sujet, le qu'à l'annonce d e la mort d'Aristote
mon o n c l e Edouard vous a pas oublié,
s y m p a t h i q u e reporter-vedette nous a O n a s s i s , ses proches l'auraient entendu
lui... J e a n L a p o i n t e a perdu un dix
r é p o n d u : c e g e n r e d e conneries-là, je dire: y chantait-tu, lui ? Lâche-pas,
cents en se rendant à la banque...
laisse ça à ma f e m m e . (France, qui, Johnny! IPis c o n t i n u e à pas o u b l i e r
(Désolé m o n Jeannot, mais $5 c'est pas
e n c o r e c e mois-ci, a o u b l i é son o n c l e mon o n c l e Edouard ! ) . . . B e a u c o u p d e
assez.)
Edouard... c'est pas beau ça, F r a n c e , gens r e p r o c h e n t à G i l l e s V a l i q u e t t e
J é r ô m e L e m a y est à la r e c h e r c h e
puis ça pourrait être dangereux... !l d'être ennuyant. A ceux-là, le sympathi-
d'un talent: n ' i m p o r t e lequel... R o g e r
Vrai ! Vrai ! Vrai ! P i e r r e O l i v i e r aurait q u e «crooner» r é p o n d qu'il n'y peut rien.
G i g u è r e tient à d é m e n t i r la r u m e u r
souri la s e m a i n e d e r n i è r e : rejoint au «J'suis c o m m e ça», nous disait-il
selon laquelle il aurait subi une loboto-
t é l é p h o n e , le s y m p a t h i q u e a n i m a t e u r a r é c e m m e n t , «ça s'rait m a l h o n n ê t e d e
mie frontale, il y a q u e l q u e s années. L e
c o n f i r m é la n o u v e l l e en précisant faire c r o i r e au m o n d e q u e chus l'fun,
s y m p a t h i q u e animateur d e s Tannants a
c e p e n d a n t q u e c e n'était pas à la télévi- chus c o m m e ça; tout l ' m o n d e peut pas
tenu à dire à v o t r e reporter q u e ce qu'il
sion. «D'ailleurs, nous a-t-il précisé, je être Jim et Bertrand...»
fait, il le fait tout seul. I M e r c i p o u r le
souris souvent, au m o i n s une ou deux
chèque, R o g e r ! ) Qu'arrive-t-il à G u y Flash ! Forte du succès r e m p o r t é par
fois par mois, mais jamais q u a n d le
B o u c h e r d e p u i s qu'il n ' a n i m e plus les la série Holocauste, la d i r e c t i o n d e T é l é -
m o n d e r e g a r d e : j'ai pas e n v i e de finir
C o q u e l u c h e s ? Plusieurs p e r s o n n e s (3) M é t r o p o l e songerait à la faire a d a p t e r
c o m m e B o u c h e r ! » (Deux mois, deux
se posent la question. Eh bien, il est très en t é l é r o m a n . M a r c e l G a m a c h e aurait
mois sans nouvelles, Guy: m o n o n c l e
actif, m a l g r é ce qu'en disent les m ê m e été a p p r o c h é pour d e s textes d e
Edouard s'ennuie...) Non, D a n i e l l e
mauvaises langues. Encore hier, il a fait cette n o u v e l l e série. Rejoint au télépho-

x
Z
ON
TER
PEUT
SUR
COMP-
UN ?APA MONSIEUR ARTHUR, L E
POLICIER, NOTRE VOISIN
BON ^ VOISI- E S T E N T R A I N DE T E
'NAGE. M E T T R E UNE CONTRA-
,* PHPR VENTION.

MAIS... IL N ' Y
A AUCUNE
P A N C A R T E DE
DÉNEIGEMENT I

janvier 1980
CROCniques
ne, R o b e r t L ' H e r b i e r a hésité à
confirmer la nouvelle: «le monde va
contentent de sourire et de virer
tranquillement au vert en dégageant
des odeurs désagréables. Disons-le
franchement, les morts c'est pas fiable.
banc d'essai
p a r P i e r r e Huet
encore dire qu'on manque de goût, mais Avec les vivants, on n'est pas
je puis vous assurer que si ça se fait, ça tellement plus avancé. Il y a deux et J a c q u e s H u r t u b i s e
va se faire avec bon goût. D'ailleurs vous sortes de vivants: les croyants et les non- Aujourd'hui F équipe de CROC a com-
connaissez Marcel: avec lui, pas croyants. Les croyants croient. Ils croient paré pour vous quelques chandails
d'problèmes ! Ah, et puis quand il y a n'importe quoi: que Jésus-Christ était le qu'on trouve sur le marché. Il s'est
une piasse à faire, il y a une piasse à faire premier hippie, que l'ayatollah Khomeiny trouvé par hasard que deux des 6
et puis c'est toute I» Quelques-uns des est un brave type, que Bouddha s'est chandails à l'essai étaient des produits
comédiens pressentis pour cette série réincarné en Bruce Lee, que la mastur- CROC. Il va sans dire que c'est là une
qui devrait faire des ravages : R o g e r bation rend aveugle, que le massacre de coïncidence. Vous trouverez également
Giguère, P i e r r e M a r c o t t e , Muriel Jonestown est un malencontreux par coïncidence, notre bon de com-
Millard et F r a n c e Castel. accident de chasse. Seriez-vous prêts à mande en bas de page.
Bon ben, c'est tout pour cette croire le témoignage de gens comme Hélène F., une passante anonyme
chronique. Merci à tous les artistes qui ça ? Si oui, vous êtes le type de client r e n c o n t r é e dans nos bureaux a bien
m'ont pas oublié. Pour les autres, parfait pour Jenny Scrapyard, le vendeur voulu se prêter à nos tests. Elle a
oubliez-moi pas parce que moi j'vous d'autos usagées de mon quartier... accepté de revêtir nos chandails (tour à
oublierai pas. Si vous voulez pas que Voyons maintenant les non-croyants. tour, pas en m ê m e temps !) et de para-
j'vous oublie, c'est un p'tit vingt. Si vous Il y a deux sortes de non-croyants: les der sur la rue pour en vérifier le
voulez que j'vous oublie, un p'tit dix pauvres et les riches. Les non-croyants potentiel erotique. Sans plus tarder,
c'est assez pour me faire perdre la pauvres ont une théologie bien à eux, où place à l'objectivité !
mémoire pendant un gros mois... Ciao ! le Bien-être social est la divinité suprême
et la taxe d'eau le démon. N'allez pas
demander à ces gens s'il y a de la vie
après la mort, ils ne sont même pas sûrs
qu'il y ait des émissions après Les
Tannants...

l'étrange Les non-croyants riches s'inquiètent


assez peu de la vie après la mort. Ils
croient de toute manière que celle-ci ne
saurait être aussi agréable que leur vie
60 présente. Il est en effet peu probable
que l'Au-delà ait un gros stock de Chivas
Régal. Vous me direz alors: «Écoute,
mon vieux Claude, à qui se fier ? À qui se
fier?»
Eh bien, laissez-moi vous parler un
Claude IV. C o u n t e r peu de ma propre expérience. En effet, P h o t o 1 : Hélène au volant d'un chan-
il m'est déjà arrivé d'être mort. Enfin, dail blanc, arpente de haut en bas le
d'avoir mouru. D'avoir été décédé, trottoir qui s'étale devant les bureaux de
Depuis quelque temps, une question
quoi ! Et je suis vivant pour vous en CROC et ce, sans être accostée, si ce
passionne l'opinion publique: est-ce
parler. n'est par un policier qui la soupçonne
qu'il v a de la vie après la mort ? C'est là
Tout a c o m m e n c é quand je suis de traite des blanches.
une question angoissante qu'il ne faut
pas confondre avec d'autres qui lui entré subitement à l'hôpital pour une
ressemblent, comme: est-ce qu'il y a de ablation de l'appendicite au foie.
la vie avant la mort ? Est-ce qu'il y a de la Malheureusement, j'avais eu la mauvaise
vie après le last-call ? Est-ce qu'il y a de idée de tomber malade un jour de
la gêne là où il n'y a pas de plaisir? Est- débrayage. Ceci a fait que j'ai été opéré
ce qu'il y a de la rouille sur votre par un garde Phillips qui a fait ça un peu
Honda? rapidement, parce que, disait-il, «j'avais
Revenons à notre première question. pas d'affaire à être là»... J e veux pas
Avons-nous des preuves scientifiques insinuer que le cher homme ne s'y
d'une existence au-delà de la mort de connaissait pas, mais disons que ma
l'âme, de l'aura, des mauvaises pensées vésicule biliaire s'est retrouvée aux
ou m ê m e de la mauvaise haleine ? Et à soins intensifs pendant que le reste de
défaut de preuves scientifiques, avons- moi passait aux rayons X.
nous des témoignages dignes de foi ? Ou Tout ça pour dire que je me suis
alors quelques potins bien renseignés ? retrouvé mort. Heureusement pour moi
Une rumeur, peut-être? Un entrefilet et pour CROC, une infirmière scab qui
d'André Rufiange ? passait par là m'a ressuscité. Mais
Il faut se rendre à l'évidence et n'empêche que pendant un certain laps
admettre que les gens morts ne sont pas de temps j'ai été (pour le dire poliment) P h o t o a : Hélène revêtue d'un chan-
très coopératifs. On leur pose des abrié par-dessus la tête. Même qu'une dail Le DEVOIR est accostée par un type
questions et en guise de réponse, ils se la suite en page 62 qui s'endort en lisant son chandail.

CROC
P h o t o 4 : Notre cobaye porte ici un
chandail ayant appartenu à un pauvre
type qui s'était abonné à plusieurs
journaux pleins d'avenir et qui nous a
légué sa garde-robe peu avant son
suicide. Tout ce qu'elle a attiré avec
cette tenue, c'est quelques vautours et
un certain Roger Lemelin qui préten-
dait être talentueux, mais sans succès...

P h o t o 3 : Hélène porte le chandail


THE GAZETTE. Sous l'emprise de forces
mystérieuses, Hélène examine l'éti-
quette de son chandail et découvre avec
horreur qu'il est fabriqué au Québec. En
10 secondes son corps se couvre d'acné P h o t o 6 : Notre brave volontaire a lais-
et elle soupçonne toutes les buanderies sé tomber sur ses formes voluptueuses le
chandail CROC et a changé derechef la
du Québec d'être racistes. Simultané-
face du monde. Au moment d'aller sous
ment un Torontois lui propose le ma-
presse le bilan était à peu près le
£' riage à condition qu'elle subisse une
suivant : 25 salles de réunions A.A. se
JS lobotomie. sont transformées en beer-gardens où
l'on boit en l'honneur de notre chère
Hélène ; Raquel Welch annonçait qu'el-
le changeait de sexe dans l'espoir de lui
plaire ; Yasser Arafat promettait de se
raser de près et de se couvrir la tête
P h o t o 5 : Hélène a revêtu un des deux d'une tuque du Canadien lau lieu d'un
chandails mis en vente par CROC (voir chiffon J) si elle voulait bien se cacher le
l'annonce plus bas) et sa vie a changé. visage d'un voile à motif CROC. Enfin, le
Elle a reçu 23 offres en mariage, 19 pape Jean-Paul II a promis ceci : « Si
propositions de concubinage, elle a Hélène F. est prête à apprendre quel-
provoqué 4 accidents majeurs en fai- ques danses folkloriques polonaises, je
sant du pouce sur l'autoroute des Can- suis prêt à laisser accéder à la prêtrise
tons de l'est ; à cause d'elle 6 militants quelques hommes très efféminés ou
ML. ont lâché la cause et sont devenus alors 2 ou 3 femmes à barbe. »
trappistes tandis que Paul Desmarais,
le boss de Power Corporation lui a cédé Rien sûr ça n'a aucun rapport, mais
son fauteuil et travaille depuis ce temps on sait jamais, si par hasard ça vous
par terre. intéressait...

••—Votre r é c l a m e m ' a c o n v a i n c u ( e ) . J e c h a n g e m a vie. — — ^ —

E x p é d i e z - m o i • m o n c h a n d a i l CROC ( u n e c o u l e u r ) a u p r i x d e $ 6 . 0 0
• m o n c h a n d a i l S o m b r e Vilain (4 c o u l e u r s ) a u p r i x d e $ 8 . 0 0

Taille a d u l t e : • grand • moyen • petit Taille enfant: • grand • moyen • petit

Nom (écrire en lettres moulées) .

Adresse ville -

Code postal Province - - - Pays •

J'ai i n c l u s • mon chèque • m o n m a n d a t - p o s t e de - • • •


et j ' a t t e n d s m o n c h a n d a i l d a n s les t r o i s s e m a i n e s qui s u i v e n t .

Faire son chèque ou mandat-poste au nom de Ludcom inc. poster à: Magazine CROC,
Service des a b o n n e m e n t s ,
464 rue St-Jean,
Montréal,
H2Y 2S1

janvier 1 9 8 0
CROCniques mort. Voici ce que j'ai vu. d e m a n d é mes papiers. J e les lui ai
J'étais sur une route de campagne, donnés. À travers m o n pare-brise, je
fois réveillé, ça a tout pris pour que je au volant d'un Edsel '58 vert p o m m e . J e pouvais apercevoir un peu plus loin un
persuade un tvpe de St-Lin de me rendre roulais sans m'arrêter m ê m e si à tous motel dont l'enseigne au néon disait
mon rein qu'on lui avait greffé entre- les cinquante pieds il y avait un hippie «Chez Dieu, No Vacancy».
temps Iqu'il repose en paix). qui faisait du pouce. Après une vingtaine de minutes, le
Or, je m e souviens de tout ce qui s'est A un momerit donné, j'ai dû m'arrêter policier est ressorti de sa voiture auto-
passé pendant que j'étais mort. J e peux à cause d'un barrage de police. Un patrouille et m'a rendu mes papiers en
m ê m e dire qu'il s'est passé plus de grand policier avec des moustaches me disant que 1) j'étais m ê m e pas mort,
choses que la plupart des samedis soirs plein la face et deux grandes ailes dans le 2) j'allais m e faire casser les jambes par
où je suis vivant. Passons. Donc, j'étais dos s'est approché de m a portière et m'a le syndicat des infirmières, 3) j'avais un
feu arrière de brûlé. Ensuite, il a essayé
de m e vendre des billets de mini-loto.
C'est à ce moment que j'ai décidé de
faire demi-tour. 10 secondes plus tard, je
m e réveillais sur mon lit d'hôpital.
Voilà, c'est mon témoignage. J e crois
que c'est une preuve au-delà de tout
doute de l'existence d'une vie après la
mort. Mieux encore, c'est un témoignage
émouvant qui vient de montrer qu'il
faut essayer de vivre le plus longtemps
possible, vu que «l'autre vie» promet
d'être aussi gazante qu'un programme
double d'Alain Resnais dans un ciné-
parc par un d i m a n c h e après-midi où la
machine à pop-corn vient de briser et où
votre blonde ou c h u m vous annonce
qu'elle (ou il) est contre les relations
sexuelles avant le mariage et m ê m e
pendant les six mois qui suivent la
cérémonie. Donc, mourez vieux, ou pas
du tout.
Le mois prochain, nous parlerons
des statues de l'Ile de Pâques: sont-elles
vraiment faites en c h o c o l a t ?

Votre c H O Ç

Htt

CROC
Oui, mais vous avez
quand m ê m e le temps
de vous abonner à CROC,
la seule revue
qui vous c o m m u n i q u e r a
avec exactitude
l'heure et le jour
de ce grand événement.

1 D Envoyez-moi CROC pendant les 12 prochains mois pour 12$. J'économise 10$.
Tarif annuel 12 numéros pour 12$, 15$ pour F étranger.
1,75$ l'exemplaire en kiosque
Vous trouverez mon chèque D mandat • ci-joint
Faire son chèque ou mandat-poste au n o m de L u d c o m inc.
Magazine Croc Nom:
| Service des abonnements
ftj 464, rue St-.Iean Adresse:
Vieux-Montréal, Qu ébec Ville: _ . Province:
1 H2Y 2 SI
Code postal: Téléphone: (
I
NON!