Vous êtes sur la page 1sur 64

• J ' a i m a r i é m a ml

• N o t r e invité: J e a n - G I

P a n i q u e W f f i r u m m o n d ville I
S a i n t - E x u p é r y mis

JÊÊk

?f fi- -
CROC
REDACTION
DIRECTEUR GÉNÉRAL: Jacques Hurtubise
ÉDITEUR : Jacques Hurtubise
RÉDACTEUR EN CHEF : Pierre Huet
DIRECTRICE ARTISTIQUE : Mathilde Hébert
ADJOINTE A LA RÉDACTION : Hélène Fleury
COMITÉ DE RÉDACTION: Patrick Beaudin,
Normand Daigneault, Pierre Huet, Jacques
Hurtubise, Serge Langevin, Michel Rivard
COLLABORATEURS: JoanneArsenault, Roch
Coté, Sylvie Desrosiers, Yves Dupré, Pierre
Foglia, Jacques Guay, Claude Meunier
COLLABORATEURS-DESSINS : Bado, Beau-
pré, Berthio, Brochard, Cousineau, Faniel,
Gaboury, Garnotte, Gité, Hurtubise, Moerell,
Massicotte, Mosher, Godbout, McKale.
COLORISTES : Françoise Barrette, Murielle
Blouin
PHOTOGRAPHE : François Desaulniers
MONTAGE-PHOTO : Patrick Moerell
SCRIPT : Hélène Fleury
CROCNIQUES : Joanne Arsenault Sylvie Des-
rosiers, Pierre Huet, Serge Langevin
CORRESPONDANTS : Moscou : Lord Killanin,
Washington : Roger Lemelin, Rome : Aldo
Moreau, Vatican : Jean-Paul George Ringo,
Kaboul : Boris Sakhagolv, Nulle part : Fabien
Roy, Pékin : 2 numéros 4, pas d'egg rolls,
Ottawa: à l'occupant, Drummondville: l'idiot
du village.
RESPONSABLE DE L'INFORMATION : Carole
Deveault
ADMINISTRATION
ADMINISTRATEUR : Jacques Hurtubise
Adjointe : Hélène Fleury
ÉMINENCE GRISE : la main de Dieu
PUBLICITÉ : Francine Tardif, 844-3911
CROC est publié par Ludcom Inc., 464 rue St-Jean,
Montréal H2V2S1. CROC se vend $1.75 l'exemplaire. Les
abonnements au Québec et au Canada : S12 par an. À
l'étranger: S19 par an. Service des abonnements, tel:
844-3911.
Copyright 1979 par Ludcom Inc.
Toute ressemblance avec une personne vivante ou
décédée, exception faite des satires de personnages
publics, est purement fortuite.
Le contenu du magazine ne peut être reproduit sans
autorisation écrite.
Les manuscrits et dessins non-sollicités devront être
accompagnés d'une enveloppe adressée et affranchie
pour assurer leur retour.
Les éditeurs ne se tiennent pas responsables de la perte
des manuscrits, des photos ou des illustrations.
Pour recevoir votre exemplaire régulièrement, veuillez
nous prévenir au moins six semaines à l'avance de tout
changement d'adresse et de la date de votre déménage-
ment, en nous envoyant à la fois votre nouvelle adresse
et l'étiquette apposée sur la couverture de votre maga-
zine.
Dépôt légal: Bibliothèque nationale du Québec, 4e
trimestre 1979.
Courrier de deuxième classe enregistrement 4887. Port
de retour garanti.

TYPOGRAPHIE : Concept Médiatexte Inc.


SÉPARATION DES COULEURS : Prestolitho Ltée
IMPRIMEUR : L'Imprimerie Canadienne Gazette Ltée
IMPRIMI POTEST : A. Khomeiny
IMPRIMATUR : C. Ryan

DISTRIBUTION
LES DISTRIBUTEURS ASSOCIÉS, 3600, bouL
du Tricentenaire, Pointe-aux-Trembles (514)
645-2278.

COUVERTURE : Normand Cousineau

FAUSSE COUVERTURE : Alain Massicotte

CROC
CftOCodHoriol
D ans ce numéro, l'équipe tente de vous con-
vaincre que l'Amour existe toujours. Je vous
fais remarquer qu'il s'agit de l'Amour avec un grand
sera toujours une p'tite vite. Le grand «A» vous offre
un repas substantiel et mémorable. Le grand «A» est
une alliance entre l'amitié et la sensualité et non pas
«A». Quand on regarde autour de soi, on constate uniquement un contact entre deux épidermes. Des
qu'hommes et femmes ne savent plus où donner de pessimistes vous diront que le grand «A» est c o m m e
la tête. Pour ce qui est du reste de leur anatomie, les OVNIS, tout le monde en parle, mais bien peu de
certains se débrouillent mieux que d'autres. Tant gens en ont vu. Comment peut-on devenir si dé-
que la pénicilline fera son effet, ces gens seront pravé ?
incapables de comprendre le message du grand «A». Si le grand «A» décide de vous entreprendre,
Assis tout en haut du grand «A», on peut bénéficier vous ne pourrez rien faire pour l'éviter. Le grand «A»
d'un bonheur étourdissant et aussi comprendre vous dévastera. Edith Piaf, qui a bien connu le grand
l'importance de l'oeuvre de Guy des Cars. Mais que «A», a déclaré à son sujet qu'il était un incendie pour
voulez-vous, nous vivons à une époque où les gens lequel il n'existait aucune forme de police d'assu-
raffolent de la restauration rapide (MacDonald's et rances.
compagnie) et il est normal qu'ils adoptent un
comportement semblable en amour. Le problème Bonne lecture !
est que tu restes toujours sur ta faim. Une p'tite vite L'Abbé Comeau

Sommaire* 7
La p a t i n o i r e en folie •4 Berthio • 49
Courrier •6 Faniel • 50
P h o t o - t h é â t r e : l'inimitable Pauvres riches
Jean-Guy Moreau •7 Garnotte • 52
Spécial A m o u r , épais •9 Red C h a u s s é Moerell,
Michel R i s q u e
Huet • 55
Godbout, Fournier • 30
Pendant que Red et mademoiselle
A Singapour, où les a conduit leur
Marchesseault-Ste-Marie
amnésie, Michel Risque et la apprennent à mieux se connaître
Baronne Zigline ont pris livraison sur les toits de Montréal, l'agent
du Paradisier Jade, un oiseau Glad et ses comparses passent à
extrêmement rare. De mystérieux l'action, et tout le Témiscamingue
agresseurs les ont assommés et leur en tremble.
ont volé l'oiseau.
Tout en perdant conscience, Michel Le destin tragique des Maheux-
se dit que le coup de matraque qu'il Maillotte
vient de recevoir sur la tête va peut- Notre grand roman-fleuve ne pourra
être lui rendre la mémoire. pas être publié ce mois-ci, F. Lafève
ayant dû être hospitalisé d'urgence
Actualités 35 après avoir essayé d'écrire un
Porte Folio article avec de la soupe alphabet.
Mais F. Lafève et les Maheux-
Massicotte • 40 Maillotte reviendront sans faute le
Crocniques • 45 mois prochain.

avril 1980
C'est avec beaucoup de fierté que nous vous présentons à partir de ce mois-ci
une série sur notre sport national (Pour ceux qui auraient vécu dans une grotte
depuis 70 ans, il s'agit du hockey! ) Vous pourrez assister aux exploits des
AIMANTS VALEUREUX, un club de fort calibre, ainsi qu'à ceux (fréquents) de
leurs adversaires. Vous nous demanderez pourquoi nous commençons cette série
au moment où la saison de hockey s'achève... C'est simple voyons : nous savons
qu'il existe des milliers de fanatiques qui ont de la difficulté à survivre
pendant les soixante-deux jours d'été où il n'y a pas de parties...
C'est pour récupérer ces gens qui s'aventurent rarement en dehors des pages
sportives des quotidiens mais aussi pour tous ceux qui les lisent en cachette
que nous vous présentons
LA PATINOIRE EN FOLIE

Quelques-uns des j o u e u r s que nous a u r o n s l'occasion de rencontrer...


B o e u f B i g r a s ( u n e b r a v e bête); A l c i d e D o u c e t ( u n c o n s o m m a t e u r d e p r o d u i t s illégaux); J é r ô m e
L a f r a m b o i s e ( u n petit g a r s d e l'Abitibi); P a u l P a p i n e a u ( l e stratège); C r o i x - R o u g e B l a n c h a r d ( s o u v e n t blessé);
R o m é o R o m p r e (l'éternel f a r c e u r ) ; C a d i l l a c L a b r i e ( l e c h é r i d e s d a m e s ) ; Félix M a j o r ( l e mystérieux g a r d i e n ) ;
G u i l l a u m e L a f l è c h e (l'idole); N a p o l é o n A r c a n d (l'instructeur); et Joey M a l o n e y ( u n j o u e u r m a l p r o p r e ) .

( ECOUTt.RDMPRt.Jt 5fti*> OUE


V < T U ES LE FARCEUR ET LE

J'Ai LE PLAISHR b'AVOiR AVEC MO'. "CAPOTE" A TENU Â VENIR v Lui-MÊME


CE bO.R EN 5T0&O ALGDE DOUCET E N 5T0DiO DËMENT.R LES \ RUMEURS
(bURNOMMË Xml") LE VAILLANT 5UR LA DRDWE ^ » N & # ^ 1 £ SPORT
AVANT DE5 M » VALEUREUX PRflFE&iONEL
BON50iR! ÏC'L&OB BUT, VOTRE COMMENTATEUR . BOEUF, J E SAiS QUE TU AS ÉTÉ TRES SECOUÉ PAR /BOEUF TiENT PARTICULIEREMENT A S l é M
5PORT.T PREFERE. ! CE SOiR A NOTRE. LER QO' iL AURAiT EU DE B>\EW
\CERTAiNSCRiTiQUES Qui DiSENT QUE TU N ' E S ^ MEILLEURES NOTES S'iL N'AVAiT PAS
PREMiER ENTRACTE NOUS AŒUEillONS/ ...
BOEUF Bi6RAS, L'AS DETONCEUR, /jOgW, L . QU'UNE BRUTE DÉNUÉE DE TALENT ET D'iNTEl ÉTÉ B L E S E A U N E PAÏÏE ooe EUH
'jLiGENCE, C'EST D'A'iLLLURS POUR DETROiRE"' JAMBE!
PARDON, DEFENSEUR DES*AiMANTÎ>"\ ^ /
M D E MONTRÉAL 1 .CALOMNIES QUE TU NOUS A APPORTÉ CE
Jl| 50iR. T E S DIPLÔMES

C'EST UNI .DESCENTE A IL CONTOURNE ILS DÊFEN5EURS |CAPOTÈ"C0WTiNuL % MOWÈt f 0L6UKANTE


v L'tHHRIt-PiEΠDE .ADVERSES, CONTOURNE LLGARb'iEN ;L V . E N T DE FRANCHIK FAGLEMENT LA RUE
CAPOtt POUCET 0.0 il FONCE.. p)NTiNUt...GûNlDURME L A D N N D L : SANGU.NET.
iLLViïï. LA CHAMBRE DES J O U E U R S .
FONCE V E R S LA SOKtïI

©
courrier
J'aime mieux vous avertir que la J'ai trouvé trois des douze épices
mauvaise haleine est une offense qu'utilise le Colonel Sanders pour
criminelle à Sherbrooke. son poulet : le sel, le poivre, et les
Un résident de la p'tites affaires qu'on trouve dans le
Reine des Gantons de l'Est nombriL
N.D.LK: Ferme ta gueule, tu pues ! Un lecteur.

Moi, j'vous trouve très drôle. Mais Cherchère rererevue CCCCroc,


ça veut rien dire, j'trouve Marcel jej susuis ttanné de vovos blblbl-
Gamache aussi très drôle. Me trouvez- blagues sur les infifififirfirmes.
vous drôle? Un bèbègue
Un drôle
N.D.LK: T'es pas drôle ! N.D.LK: Quoi ?
jej susuis ttané de vovos blblbl-
Pourriez-vous me dire pourquoi blagues sur les infifirfirmes.
Roger Lemelin y m'appelle tous les
soirs pour me parler de l'argent que On a jamais livré de courrier à votre 1VD.L.R.: Pas sourd, le cave !
j'y dois ? bureau. Comment se fait-il que vous
Antonine Maillet ayiez un courrier des lecteurs ? C'tu vrai qu'il faut se mettre tout
Un postier nu pour faire des beignes?
Où est Montréal? Qu'est-ce qu'un N.D.L.R.: Depuis quand vous occupez- Jacques (Duncan) Donat
métro ? Qui est Jean Drapeau ? Est-ce vous de livrer du courrier ?
que l'Expo est terminée ? Aie, j'vous vois venir... Je sais que
Un lecteur de Drummondville Veuillez excuser mon fils Jacques vous allez rire de moi dans votre
Grisé. Il a été malade le mois passé et numéro de juin 1982. Je le prends
n'a pu remettre ses articles à temps. pas !
C'est pas parce qu'un gars descend
Ma mère Un paranoïaque
dans l'échelle sociale qu'on a le droit
de rire de lui II n'y a pas assez de
sots métiers. Et pis si j'aime ça moi, g§t=§@ ijue quelqu'un § vu me§ Disneyland, Disneyland.. Y'a rien
livrer des commandes en bicycle ? lUflë«6§?
là. Attendez de voir DRUMMOND-
LAND !
Fabien Roy La chambre de commerce
a/s Dépanneur Gagnon U H testeur de Drummondville
St-Georges de Beauce
S'tu vous autres qui avez appelé Je me suis acheté 1 T-shirt, 1
P.S: Nous livrons jusqu'en Alberta pour une pizza ? J'en rappelles pour chemise, 3 cravates, un veston, 2
qu'est-ce que tu veux dessus pis
paires de pantalons. Les cravates, à
Je vous envoie un cap d'acide que combien de pepsis. la rigueur, ça va., mais 2 paires de
j'avais dans mon porte-monnaie de- M a m nia Luigi
pantalons, je trouve ça ben chaud
puis 13 ans. Est-ce qu'il est encore P.S. Ouverts, les pepsis?
bon? Un lecteur bien habillé
Alcide Poteux Chu pogné en plein bois. J'ai pas de
pneu de rechange. Pourriez-vous me
N.D.L.R. Malheureusement, non, ilest le faire souffler? Pneu ci-joint.
complet-veston, une chemise orange, Réjean Gagnon Un a p p e l aux lecteurs
orange comme le soleil, je suis le Mont-Sauveur Vous vous pensez drôles, peut-
soleil, aie, j'ai une troisième oreille être?
dans le front, blblbbbl... Nous sommes fiers de vous an- Essayez donc d'en faire du pareil !
noncer en primeur le Téléthon de la Toute personne dont nous pu-
Je retire tout ce que j'ai dit sur paralysie cérébrale que nous orga- blierons une lettre ou un photo-
votre excellente revue. niserons pour venir en aide aux ballon recevra un superbe chan-
Réal Giguère grands handicapés comme Serge
dail CROC.
Laprade ou Yves CorbeiL
P.S.: Je suis disponible. Les paralysés cérébraux

CROC
P H O T O - T H E Â T R E : invité : l'inimitable J e a n - G u y M o r e a u

^ T O i Pî&TONLiVRE. ^
W DRAbE MON AbTiE D'RVAN 1
& T'ES JUSTE jfl
UN TRAIW... ^

W f &2 If ;Jam

M| K 1

83 ^ AS-TU DO CHANGE ? J C

1 M êBt wK * JHMIIIHII Ir j&


ri / « V
S c é n a r i o : J.G. Moreau et J a c q u e s Hurtubise P h o t o s : F r a n ç o i s Desaulniers
p a r C. S o u s - E n t e n d u

A vant de v o u s r a c o n t e r ce qui
m'est arrivé, je tiens à d é m e n -
tir la r u m e u r voulant q u e j'aie trou-
C'est dans un des cabinets de toilette
que je l'ai r e n c o n t r é e . Il m'était dif-
ficile de ne pas la r e m a r q u e r , son
chances q u e ma m é m o i r e ne réus-
sisse jamais à se départir de c e s
h o r r i b l e s images. Une fois à l'inté-
vé son n o m et n u m é r o de t é l é p h o n e n o m ainsi q u e son n u m é r o de télé- rieur, deux enfants se sont p r o j e t é s
dans les toilettes publiques du ter- p h o n e étaient inscrits sur toute sur m o i et m ' o n t d e m a n d é si j'avais
m i n u s d'autobus. Je ne suis pas ce l'étendue de la p o r t e de m a cabine. des cadeaux. En m ê m e temps, Louise
g e n r e de gars-là. J'avoue a v o i r déjà L'inscription était la suivante : m'a p r é s e n t é ses parents, sa grand-
lu des graffitis dans les toilettes au «Pour une soirée agréable, appe- m è r e ainsi q u e le c u r é de la paroisse.
cégep, mais c'était dans le cadre lez L o u i s e a u 288-2111.» Cet accueil familial m'a fait le m ê m e
d'un travail p o u r un c o u r s en scien- Certains d'entre v o u s qui ont l'ha- effet q u e deux ou trois b o n s c o u p s
ces politiques. La seule autre fois où bitude de consulter les listes conte- de bâton de baseball sur la tête et les
j ' e n ai lus, c'est un samedi et je nues dans de tels lieux pensent cer- jambes. C o m m e n t cette fille pouvait-
regrette a m è r e m e n t de l'avoir fait. tainement qu'il s'agit d'une a n n o n c e elle inviter des h o m m e s c h e z e l l e ?
t r o p s o b r e et qu'il y a d'autres for- Q u e pouvait-on faire dans cet appar-
mulations p e r m e t t a n t au connais- t e m e n t ? Pendant q u e ces questions
Je m'apprêtais à fêter seur de choisir dans une variété tourbillonnaient dans m o n c e r v e a u ,
ma q u i n z i è m e fin de d ' e x p é r i e n c e s plus titillantes q u e m e s y e u x enregistraient l ' e n s e m b l e
s e m a i n e sans sortie celle p r o p o s é e par Louise. Person- de l'appartement. Pas de d o u t e pos-
nellement, la simplicité de son an- sible, elle habitait c h e z ses parents,
A v e z - v o u s déjà souffert de la soli- n o n c e m'a b e a u c o u p plu et c'est c e puisqu'il y avait un lazy-boy et u n e
t u d e ? De solitude un samedi s o i r ? qui m'a ^décidé à agir. En m o i n s de table à tricot dans le salon ! ! ! Où
J'arrive pas à m ' i m a g i n e r quelqu'un t e m p s qu'il n'en faut p o u r dire abra- étaient les m o n t a g n e s de coussins
qui n'aurait jamais c o n n u l'horrible cadabra, je lui ai passé un c o u p de fil dans lesquels nous d e v i o n s batifoler
sensation d'être c o n d a m n é à écouter et elle m'a invité, sur un ton qui en e n s e m b l e ???
à v i e la Soirée du H o c k e y ou Radio- disait l o n g à aller la r e j o i n d r e c h e z
Québec; sauf m o n ami R o b e r t qui a elle. D'après le t é m o i g n a g e du
toujours m e n é une vie sociale trépi- chauffeur de taxi, j'étais d'excellente C o m m e un vrai
dante. C'est à cause de lui q u e je m e h u m e u r et je lui aurais dit q u e c e c o c h o n qui a fait
soir-là allait être m é m o r a b l e p o u r d é b o r d e r le vase
retrouve mêlé à une sordide histoire.
moi. C'est la d e r n i è r e fois de m a v i e
Je m'apprêtais à fêter m a q u i n z i è m e
q u e je fais une p r o p h é t i e dans un
fin de semaine sans sortie, l o r s q u e Essouflé par le c h o c de m a décou-
taxi. P o u r être m é m o r a b l e , cette soi-
je reçus l'invitation de R o b e r t d'aller verte, j'ai a c c e p t é de s o u p e r a v e c
r é e l'a été.
faire la t o u r n é e des discothèques eux. En l'espace de q u i n z e minutes,
avec lui. N'ayant pas l'intention de j'ai tout appris au sujet de cette
d e v e n i r un m o i n e trappiste ou un famille. M a situation était désespé-
m o d è l e de chasteté, j ' a i a c c e p t é de C'est d a n s u n des rée. L o u i s e n'arrêtait pas de m e lan-
m e t t r e fin à m o n jeûne et nous nous cabinets de toilette c e r des r e g a r d s lascifs et le c u r é de
s o m m e s fixés r e n d e z - v o u s dans un que j e l'ai r e n c o n t r é e m e r é p é t e r q u e j'avais l'air d'un
bar du centre-ville. Étant de par j e u n e h o m m e bien. Est-ce cela, ou le
nature assez timide, je c o m p t a i s fait q u e la g r a n d - m è r e m a n g e a i t
b e a u c o u p sur l'initiative et le savoir- J'avais à p e i n e effleuré la sonnette c o m m e un vrai c o c h o n qui a fait
faire de Robert p o u r m e p e r m e t t r e à l'entrée de l'appartement, l o r s q u e d é b o r d e r le v a s e ? Je n'en sais rien.
de r e n c o n t r e r une p e r s o n n e du sexe la p o r t e s'est ouverte p o u r m e r é v é l e r Je m e s o u v i e n s de m ' ê t r e e x c u s é et
o p p o s é qui accepterait de passer la une c r é a t u r e b l o n d e exquise et ra- d'avoir c o u r u jusqu'à leur salle de
soirée avec m o i . C était m a p r e m i è r e vissante. Louise était une déesse. bain p o u r tenter de m e ressaisir.
erreur, R o b e r t ne s'est jamais pré- Durant ces p r e m i e r s instants, nos M o n c e r v e a u était en train d e v i r e r
senté et je m e suis r e t r o u v é tout regards se c r o i s è r e n t et j'ai franchi en c o m p o t e de p o m m e s . I n c a p a b l e
seul. A p r è s une h e u r e et d e m i e d'at- sans crainte le seuil de sa porte. Ce de c o m p r e n d r e ce qui m ' a r r i v a i t j ' a i
tente, j'étais sur le point de r e n t r e r à fut m a t r o i s i è m e erreur, je venais de pleuré. Ça m a fait du bien et j e suis
la maison, quand une envie pressante t r a v e r s e r les p o r t e s de l'enfer. C o m - sorti, f e r m e m e n t d é c i d é à quitter
s'est fait sentir. C'était m a d e u x i è m e m e n t v o u s e x p l i q u e r ce qui s'est cet a p p a r t e m e n t r e m p l i de fous.
erreur, j'aurais dû m e r e t e n i r et passé dans cet a p p a r t e m e n t ? D'a- L ' a p p a r t e m e n t était p l o n g é dans la
offrir m a souffrance au petit Jésus. p r è s m o n m é d e c i n , il y a de b o n n e s suite à la p a g e 62 11

avril 1980
Gaston Gasse Inc.
Inspecteur de tapis à domicile
Drummondville le 1 e r avril 1980
A qui de droit,
chère épouse Thérèse, il me fait plaisir de te souligner par la présente,
que tu comprendras sûrement maintenant pourquoi je t'ai tant insisté pour que tu achètes
la page 1 2 de la revue CROC ce mois-ci car, à l'occasion de notre 2 5 e
anniversaire de ma-
riage, j'ai cru t'écrire ces quelques mots.
Veuille noter également qu'il va de soi que je te souhaite d'avoir été heu-
reuse au cours de ces 2 5 années passées en ta compagnie de mère, de femme et d'épouse et
j'espère que je n'oublie personne.
Il me fait plaisir également de t'offrir l'expression de mes sentiments dis-
tingués à l'occasion des 3 merveilleuses progénitures que tu m'as mises au monde et dont
j'ai accusé réception au cours de ces 25 ans de mariage.
Ces 3 enfants que je t'ai offerts en grossesse, et qui ont été le résultat de
tant d'années d'efforts, ont toujours contribué et contribuent encore aujourd'hui à fai-
re partie de notre merveilleuse famille.
Permets-moi également de t'exprimer que j'ai toujours cru que, même si la
femme est plus féminine, il faut quand même qu'un individu féminin accomplisse certains
travaux en faisant la vaisselle ou le ménage et là-dessus, je ne te l'ai peut-être pas fait
crier sur les toits, mais je me suis rarement aperçu en train de me plaindre de toi.
De plus, si je mettais ensemble tous les moments de bonheur que tu m'as provo-
qués, je songe que je mourrais de bonheur et comme je compte bien t'enterrer un jour,
je préfère me retenir. Que cela ne m'empêche pas cependant de t'avoir mis quelques souve-
nirs de coté.
A titre d'exemple, te rappelles-tu la première fois que nous nous sommes ren-
e
contrés? J'aimerais tellement m'en souvenir. Jamais je n'oublierai par contre la 2 fois
où je suis tombé en amour sur toi.
Ce soir-là, nous étions allés voir mourir ton père à l'hôpital. Te souviens-
tu de lui? Tu l'as probablement mieux connu que moi. Tu n'arrêtais pas de l'embrasser.
J'en étais presque jaloux. C'est à cette occasion d'ailleurs que je t'avais offert l'ex-
• s e
pression de mes sentiments distingues pour la 1 fois.
Ce soir-là, en revenant chez moi, j'étais devenu fou de joie malgré le respect il-
limité que je dirigeais vers ton père qui, soit dit en passant, m'avait fait toute une
impression en acceptant de décéder devant moi.
Néanmoins, il y a eu d'autres occasions où je t'ai aimée comme l'occasion par exem-
e
ple où tu ne voulais pas qu'on défie le 6 commandement de Dieu dans la pratique chez
ta mère et cette autre anecdote où tu avais découvert que j'essayais de t'embrasser.
Tu étais tellement peu vicieuse à l'époque que j'en ai dû te marier pour venir à bout de
faire notre voyage de noces.
Evidemment, tout n'a pas toujours été facile entre nous. Il t'est arrivé à l'occasion
de rater quelques-uns de mes lunchs ou de dire bénévolement quelques sottises comme par
exemple l'occasion où tu avais répondu non quand monsieur Malouin inc. m'avait offert le
gérant des ventes du Labrador mais je me dis que tu es une femme et qu'une femme ne peut pas
travailler à la fois dans son salon, dans la vaisselle et dans sa tête.
En 3 lieu, veuille agréer que ton manque de raisonnement et ton degré de réflexion
a toujours été remboursé par ton immense jugement en matière de recommandation de cravates
sans parler de ton excellent partnership dans les soirées comme cette anecdote où j'a-
vais mis tout le monde à rire en leur démontrant que tu n'es pas la tète à Papineau.
Quand je resonge à tous ces souvenirs, une grande pensée m'envahit car non seulement
est-ce que je t'aime mais je me demande également comment je pourrais bien faire pour
t'oublier.
Ceci dit, j'ajouterai que je n'ai pas besoin de te dire que je t'aime, je le sais
déjà.
Avec l'expression de mes sentiments distingués, je demeure votre tout soussigné,
Bien à vous,

Yvonne Lemieux, secrétaire

CC:à moi-même
PSYCHO-TEST:
ES-TU EN AMOUR ?
p a r S e r g e Langevin et P i e r r e Huet
«Encore un maudit test de fou ! Comme si j e saurais pas si j ' é t a i s en amour !»
Ben là tu t'trompes ! Ça a l'air facile, comme ça, de savoir si on est en amour
ou pas, ça a l'air facile, mais ça l'est pas tant que ça, O.K. là ? Tiens, j ' a i connu
un gars, une fois, b e n y était toujours en amour, hein, benyl'savait même pas,
ça fa qu'y finissait par le savoir quand y était trop tard : la fille s'était tannée
de niaiser pis elle s'était fait faire trois ou quatre p'tits par un autre, pis lui
y'avait l'air fin, là (lui, pas l'autre, ben l'autre aussi mais ça a pas d'rapport...).
R'marque que le contraire aussi peut arriver : tu penses que t'es en amour pis
tu f fais faire (ou tu fais...) un p'tit, pis là tu t'réveilles pis tu t'aperçois que t'es
pas en amour pantoute, c' tait juste une «f ligne» pis qu'est-ce que tu fais, hein ?
Bon, O.K., y'a la pilule, mais ça fait rien, t'as perdu ton temps pareil, parce que
t'aurais pu être en amour tout c'temps-là, au lieu de juste penser que t'étais en
amour. Tu vas m'dire que c'est pareil, ben là tu t'trompes en maudit, parce
que quand on est en amour, c'est pas pareil, O.K.?
Bon, ben fais-le donc, le test, si t'es si fin !

des ça j'sais
oui non fois dépend pas

1. Connais-tu un gars (une fille) ?


2. Sais-tu c'est quoi son n o m ?
3. Sais-tu c'est quoi son deuxième n o m ?
4. C'est-tu vrai que son père est c h ô m e u r ?
5. Pis tu l'aimes-tu quand m ê m e ?
6. L'aimes-tu ben gros?
7. Ben gros ben gros ?
8. Ben gros ben gros ben gros ?
9. Aimes-tu ça répondre à des questions nounounes comme les 3 précédentes ?
10. Tu penses-tu à lui (elle) quand f a s rien à faire?
11. Ris-tu tout seul quand tu penses à lui (elle) ?
12. As-tu son numéro de téléphone?
13. L'appelles tu des fois?
14. Lui (elle), y répond-tu des fois?
15. Quand c'est lui (elle) qui répond, te mets-tu à bégayer, à rougir, et à dire des
niaiseries en riant à tout bout d'champ?
16. Tu Pembrasses-tu des fois?
17. Rougis-tu quand je te pose des questions comme ça ?
18. Le (la) touches-tu des fois, p'tit(e) sacripant?
19. Le (la) laisses-tu te toucher?
20. Même quand t'es pas en boisson?
21. Lui dis-tu que tu l'aimes des fois?
22. S'il (elle) te répond la même chose, ça te fais-tu des guilis-guilis dans le ventre,
des bedoums-bedoums au coeur pis du gros énervement dans les places qu'on
peut pas n o m m e r ?
23. Aimes-tu ça passer des soirées avec lui (elle) à choisir des prénoms de bébé ?
24. Nettoies-tu chaque jour sa photo au Windex?
25. Tu remplis-tu des questionnaires nonos en espérant que ça va prouver qu'il
(elle) faime autant que tu l'aimes?
solution en p a g e 6 2
CROC
0
m
^0)

avril 1980
par Pierre Foglia

A peu près à la m ê m e époque


où le maire Drapeau s'apprêtait
à baptiser son Expo 67 du n o m de
Qu'importe, D r a p e a u avait sauvé
la réputation de Saint-Exupéry, et
du m ê m e c o u p celle de son Expo.
«Terre des Hommes», en h o m m a g e à Q u a n t à la thèse compromettante, il
l'humaniste français de réputation l'enfouit dans une pile de dossiers et
internationale A n t o i n e de Saint- l'oublia là pendant 12 ans (ce n'était
Exupéry, u n e jeune historienne pas des dossiers urgents). L'été der-
bulgare, du n o m de S i m o n e Lajoie, nier, en faisant u n peu de ménage, il
présentait à ses maîtres de l'Univer- jeta finalement la pile de dossiers
sité de Sofia u n e thèse de doctorat aux vidanges. Le hasard voulut que la
dont le titre était justement : «Saint- thèse tombât entre les m a i n s d'un
Exupéry est-il u n écrivain porno- vidangeur m a l h o n n ê t e (il y en a) qui
g r a p h i q u e ? Le «Petit Prince» est-il comprenait le bulgare (il y en a voir avec les Bulgares, m ê m e que je
u n livre de cul?» moins, mais c'était le cas de celui-là). les trouverais plutôt sournois, pas
Feuilletant d'un doigt fangeux les très propres de leur personne et
feuilles dactylographiées qu'il s'ap- encore plus gloutons que les Turcs.
Le «Petit Prince» est-il prêtait à jeter dans le ventre du
un livre de cul ? Il reste que j ' a i le d o c u m e n t en
camion, le vidangeur lut ceci : m a i n et sans p l u s tarder je v o u s
«— Bonjour, dit le Petit Prince. r é s u m e la d é m a r c h e à la fois cri-
Alerté on ne sait comment, Dra- tique et sexy de feue S i m o n e Lajoie
— Bonjour, dit le marchand
peau se rendit immédiatement à qui démystifie à jamais le«Petit Prin-
C'était un marchand de pilules per-
Sofia p o u r étouffer le scandale dans ce,» c e livre de chevet d'un demi-
fectionnées pour faire bander.
l'oeuf. Il acheta à prix d'or la thèse de
On en avale une par semaine et l'on milliard d'humanistes r o m a n t i c o -
la jeune historienne et contre son
est prêt à baiser tout ce qui bouge, judéo-anarcho-syndicalistes.
silence lui promit u n e rente men-
sans autre forme de stimulation. E n effet, qui n'a pas lu le Petit
suelle jusqu'à la fin de ses jours.
— Pourquoi vends-tu ça ? dit le Petit Prince ? V e n e z d o n c m e raconter
Hélas, la pauvre S i m o n e m o u r u t
Prince. que v o u s n'avez jamais puisé dans
trois semaines plus tard avant m ê m e
le p r e m i e r v e r s e m e n t Cruel des- — C'est une grande économie, dit le cette bohbonnière-là des n a n a n e s
tin?... bien sûr, mais dans cette his- marchand. Les experts ont fait des p o u r votre blonde. Moi, en tout cas,
toire, le destin a peut-être r e ç u u n calculs. En supprimant les prépara- je ne m e suis pas privé, m e s premiè-
mystérieux c o u p de pouce. C o m - tifs, on épargne 53 minutes par se- res lettres d ' a m o u r étaient truffées
ment se fait-il, s'est-on demandé à maine. d ' e m p r u n t s au Petit Prince. Q u a n d
l'époque, c o m m e n t se fait-il que Si- — Et que fait-on de ces 53 minutes ? elle avait u n grand nez, je disais : On
m o n e est morte écrasée par u n e — On en fait ce que l'on veut... ne voit bien qu'avec le coeur, l'essen-
souffleuse à neige immatriculée à «Moi, dit le Petit Prince, si j'avais 53 tiel est invisible pour les yeux. Q u a n d
Montréal et cela, en plein c o e u r de minutes à dépenser, je me ferais elle était particulièrement chiante,
Sofia, une ville où il ne neige presque sucer doucement par un jeune mouton autre e m p r u n t de c i r c o n s t a n c e :
jamais, surtout au mois d ' a o û t ? qui n'a pas encore percé ses dents.* J'aurais dû de pas l'écouter, il ne faut
jamais écouter les fleurs, elles sont si
O n en avale u n e contradictoires. Il faut les regarder
par semaine, et l'on est et les respirer...
D'après S i m o n e Lajoie, qui a tra-
prêt à baiser vaillé à partir du manuscrit, c'est
tout ce qui b o u g e effectivement c e que St-Ex a écrit,
m a i s il a ajouté : Bref, toutes des
Le vidangeur se promit d'essayer. connes, et ça, c e n'est pas dans l'édi-
E n attendant, il garda la thèse avec tion expurgée que n o u s connais-
l'intention de la lire attentivement, sons.
d'une seule m a i n bien sûr. Altération b e a u c o u p p l u s grave, à
Il fallut de longs mois avant que le propos de la p r e m i è r e r e n c o n t r e du
d o c u m e n t fasse le tour de la colonie Petit Prince et de la fleur en question.
bulgare de Montréal pour finalement D a n s l'édition courante, la fleur dit :
aboutir sur m o n bureau; ne m e de- Le soir vous me mettrez sous globe,
mandez pas comment, je n'ai rien à s u i t e à l a p a g e 62 17

avril 1980
RESSEMBLEZ-VOUS A CECI

Oui ? Vous êtes bien sûr(e)s, là ? C'est pas de la


fausse modestie, vous êtes vraiment aussi mal
amanché(e)s que ça ? Eh bien, vous êtes notre
genre de monde. C'est pour des êtres comme
vous que nous avons créé:

Parlons franchement. Si vous avez une face comme ça,


P E R S O N N E ne vous aime, sauf peut-être votre mère, et encore
Mettez-vous ça dans la tête une fois pour toutes. Vous ne pouvez pas
pogner. Méfiez-vous de ceux ou celles qui semblent être attiré(e)s par
votre personne : c'est du monde qui en veut à votre argent ou qui
ont besoin d'une tierce personne dans leur divorce
pour cause d'adultère.
Notre agence est là pour vous garantir des loisirs solitaires.
Bien sûr, vous en avez déjà un, nous direz-vous, mais il n'y a pas que ça
dans la vie. A l'agence moi et moi nous vous offrons par exemple :
- des vacances dans le Sud sur une île déserte
- des visionnements de films yougoslaves avec des
sous-titres serbo-croates (vous serez seul(e) dans la salle).
- des visites de musées le jour où ils sont fermés.
En d'autres mots, nous vous garantissons des rencontres avec
la personne la plus intéressante qui soit : V O U S !
A date, tous nos clients sont satisfaits.
L'homme
VS
idéal
la femme idéale

L'HOMME IDÉAL
L'homme idéal s'appelle en géné-
ral Pierre-Eliott IlliaL Pierre-Eliott a
entre 28 et 42 ans, et même s'il
Justement ce dont
vous aviez besoin :
un autre sondage
5
rer sa femme et quand vient le temps
d'utiliser sa virilité, il agit en vrai
monsieur.
Une fois sa femme terminée, il
s'endort à la pensée qu'il pourra
faire le lit avant de partir travailler le
mesure un peu plus de six pieds, il
n'est pas trop grand ou en tout cas il Claude Meunier lendemain matin.
s'arrange pour que sa femme ne lui Il s'affiche volontiers pour l'égali-
arrive pas en dessous des bras. té de la femme sur l'homme et évi-
Pierre-Eliott a les cheveux blonds, En ce qui a trait à la religion, demment il adore les enfants. Se
les tempes grises et il cale rarement Pierre est peut-être croyant, ça ne le lever la nuit pour aider le bébé à
Ses yeux bleus tirent sur le brun et il dérange pas. faire pousser ses petites dents est
lui arrive de porter des lunettes Sur le plan professionnel, main- une véritable détente pour lui
quand il s'assoit près du foyer pour tenant, Pierrot est à la fois architecte, Et finalement, même si sa per-
réfléchir sur sa pipe. médecin et acteur. Il ne travaille pas sonnalité l'occupe passablement,
Quoique son teint basané en fasse trop quand même et se garde tou- Pierre-Eliott trouve toujours le
un excellent sportif, il ne pratique à jours du temps libre pour s'adonner moyen de pratiquer quelques-unes
peu près aucun sport et il déteste à son loisir favori : sa femme. de ses autres qualités : la bonne
particulièrement écouter le hockey Pierre-Eliott adore sa femme. humeur, la hardiesse, le lavage, etc.
à la télévision. Il préfère de beaucoup Il ne peut pas aller au bingo ou à la
jaser entre femmes ou s'adonner à pêche sans elle et il passe de longues LA FEMME IDÉALE
des sports qui combattent la cellulite soirées à l'inviter au théâtre ou à La femme idéale est un pétard et
comme «jouer au jogging» ou «faire faire du petit point à ses côtés. elle n'a pas besoin de nom. Elle a
du sauna». Sentimental et suffisamment ja- entre 18 et 18 ans et demi et elle peut
Côté intellectuel, P.E. trouve sa loux, il ne supporte pas qu'un de ses bien être intelligente si ça lui fait
femme aussi intelligente que lui et il amis l'invite à sortir sans son épouse. plaisir, d'abord qu'elle n'est pas
adore discuter amicalement de mode Au lit Pierre-Eliott est un véritable fatigante avec ça. Son numéro
ou de stew. «zébu». Il insiste toujours pour dési- d'assurance-sociale : 233 651 368.0 19

avril 1980
par Patrick Beaudin

Après avoir complété notre 254ième


X1ALI
éprouvettes pour l'analyse des cul-
tures ?
journée d'orbite autour de la Terre,
j'étais fermement convaincu que nous — Oui, mais je vais faire moi-même les
allions être capables de réaliser notre transferts, il s'agit d'une opération
mission sans problèmes. Au plan des très délicate.
expériences scientifiques, nous avions — Tu as raison, tes mains sont plus
terminé plus des 2/3 de notre pro- agiles que les miennes. Des fois, je me
g r a m m e de recherche. Dans les jours surprends à penser que ça doit être
à venir, j'allais entreprendre une série plaisant d'être caressé par des mains
de sorties dans l'espace pour analyser aussi fines...
la masse spectrale. Mon assistant de- — QUOI ?
vait participer à ces tests. En plus — Rien, rien ! Les éprouvettes sont
d'être satisfait de la conduite de mes prêtes pour le transfert
expériences, j'étais aussi particulière-
ment fier du fait que les relations — Arthur, es-tu en train de finir la
humaines à bord du vaisseau avaient compilation des statistiques d'obser-
été harmonieuses jusqu'à date. Malgré vation ?
notre isolation et l'étroitesse des locaux — C'est déjà fait je terminais un poème.
du laboratoire spatial, nous avions — Tu écris des poèmes, c'est fantasti-
tous les deux réussi à maintenir un que, je ne savais pas que tu avais un
excellent climat et à respecter l'indi- tempérament artistique.
vidualité de l'autre. Deux conditions — Depuis que nous sommes en orbite,
essentielles pour la réalisation d'une j'en ai composé au moins deux par
mission de 324 jours dans l'espace. jour. Veux-tu que je te récite mon
dernier?
— Certainement ! Ce serait pour moi
C'est certainement par manque
un honneur !
d'attention que je n'ai pas su percevoir
— AMOUR SPATIAL
les signes avant-coureurs d'une crise
FROIDEUR DE L'ESPACE
qui allait bouleverser la vie à bord du
DÉSESPOIR DU COEUR
TERRA-IV. En revoyant les bandes vi- IL EST MA FLAMME
déo de nos activités, j'ai pu établir la
LE SAIT-IL?
chaîne des événements qui a m e n é à
AMOUR SPATIAL
ce grave incident Afin de faciliter
— Euh., c'est intéressant Passe-moi
l'enquête qui aura lieu à notre retour, donc les statistiques d'observations.
voici en ordre chronologique l'en-
semble des faits qui se sont déroulés à 256ième j o u r n é e de mission
bord de notre vaisseau : — ARTHUR ! ARTHUR ! Viens vite au
255ième j o u r n é e de mission laboratoire !
— Qu'est-ce qui se passe?
— Roger, est-ce que je devrais sortir les
— Regarde, les murs du laboratoire
sont devenus roses ! Qu' est-ce qui a pu
causer cela ?
— Roger, calme-toi! Nous trouverons
le pourquoi et le comment de cette
mutation de coloris. D'ailleurs, je
trouve le rose plus beau que le gris.
Pas toi ?
— Oui, mais comment expliquer une
telle transformation ?
— Roger, il s'agit d'un phénomène
mystérieux de l'espace que nous ne
comprendrons peut-être jamais.
— Roger, quand je pense qu'on fonce à
des milliers de kilomètres à l'heure
dans ce vaisseau, ça me donne des
papillons dans l'estomac.
— Prends des comprimés, ça va se
passer...
— J'aime ça quand tu prends soin de
moL
— C'est rien !
— Ils se sont enfuis, quand ils font
— Ce que tu peux être timide ! entendu venir à ma rescousse.
257ieme j o u r n é e de mission — Arthur, je pense que tu as trop
— A bien y penser, nous sommes à travaillé et que tu ferais bien de te
l'endroit idéal pour une lune de mieL reposer.
— Comment ça, une lune de miel? — Serre-moi dans tes bras, mon héros.
— Nous sommes très près de la Lune et — Arthur, va te coucher ! ! !
si nous étions des amoureux ce serait 260ieme j o u r n é e de mission
le cadre idéal pour nos romances.
— Roger, c'est la première fois qu'on rement, il a installé des rideaux sur.
Qu'en penses-tu, mon gros loup?
fait une sortie ensemble. Je suis telle- tous les hublots et il a même fait une'
— Veux-tu arrêter de niaiser, Arthur!
ment heureux que tu me sortes. C'est housse pour mon télescope. À chaque
Toi et tes idées de fou...
dommage qu'il n'y ait personne pour fois que je rentre d'une sortie spatiale,
— Roger, je veux t* avouer quelque
nous voir ensemble. il me fait des scènes de jalousie épou-
chose. Quand je suis avec toi, j'ai
— Passe-moi l'oxydo-soudeur et cesse vantables. Par contre, il a pris l'habi-
l'impression de flotter dans les airs...
tes balivernes. Ça va déjà assez mal, tude de me mijoter de bons petits
— Ma foi du bon dieu, t'as raison ! On
j'suis obligé de sortir dans l'espace plats. Depuis qu'il m'a avoué que je le
flotte! C'est le générateur de gravité
avec un scaphandre rose ! C'est humi- rendais fou de désir, je couche dans
qui est en panne. Vite, à la salle des
liant ! mon scaphandre à l'extérieur du vais-
machines !
— Personnellement, je trouve que le seau. Malgré mes tentatives pour l'ai-
rose convient à une sortie de ce genre. der, il demeure convaincu que nous
— Roger, si nous étions en détresse et sommes en lune de mieL
Regarde, c'est une étoile filante, je vais
que ma provision d'oxygène était Roger Garoud
faire un voeu pour nous deux
épuisée, partagerais-tu la tienne avec Chef de mission
— Arthur, je commence à avoir des
moi ?
doutes sur la stabilité de ton caractère, L a b o r a t o i r e spatial TERRA-IV O
— Pourquoi tu me demandes ça ?.
tu me semblés devenir un
— RÉPONDS, partagerais-tu??? OUI
— Roger, je f aime, je f aime, JE TAIME.
OU NON?
J'en suis certain. JE TAIME.
— Bien sûr que oui
— Je le savais !
Nous terminons notre 309ieme
— Comment ça?
journée d'orbite autour de la Terre et
— Mon petit doigt me l'avait dit !
il reste encore 15 jours avant que nous
258ième j o u r n é e de mission puissions entreprendre la rentrée
— Arthur ! Réveille-toi... dans l'atmosphère terrestre. Depuis la
— Quoi? Qu'est-ce qui se passe? crise d'Arthur, la vie à bord est très
— Peux-tu m'expliquer comment ça se difficile. Tout d'abord, il m'a été im-
fait que je me réveille et que je te possible d'empêcher Arthur de ter-
trouve étendu à mes côtés dans ma miner ce qu'il avait commencé : pein-
couchette ??? turer tout le vaisseau en rose. Derniè-
— Je ne le sais pas, peut-être que le
générateur de gravité a encore fait des
siennes et que j'ai flotté d'une cou-
chette à l'autre.
— Ça doit être ça, il ne peut y avoir
d'autres explications. Tu ne serais cer-
tainement pas descendu volontaire-
ment dans mon lit, n'est-ce pas? V et
— Roger, je vais aller faire du café. Que
veux-tu pour déjeuner?
259ième j o u r n é e de mission
— AU SECOURS ! AU SECOURS ! NOUS
SOMMES ENVAHIS PAR DES EXTRA-
TERRESTRES ! ROGER, AU SECOURS !
— OÙ ÇA? COMMENT? POUR QUI?
QUE SE PASSE-T-IL?
— Roger, mon héros !
— Où sont les extra-terrestres
<0£> (Cfô:
:
Pompe ma
ou
chienne
Mets ton p'tit bref dans mon dossier
ou
La bêche dans l'trou
par Serge Langevin
Nouvelle pornographique de bon goût et qui, par conséquent, entend donner du
plaisir à ses lecteurs sans avilir la femme ou ses organes constituants, sans parler
de ceux de l'homme, car quand même, si c'est bon pour un c'est bon pour l'autre, même
qu'on va essayer de faire ça sans les nommer (les organes) et sans parler d'sexe.

M on nom est Nana Je suis a)


plombière, b) avocate, c)
jardinière. C'est pas dans mes habi-
tuyauterie, b) cause, c) pelouse.
Mais je commençais à m'échauffer
moi aussi et j'avais hâte de passer
instrumenter, c) cueillir mes a) te-
nailles, b) copies, c) sacs d'engrais.
Nous étions en feu et je craignais
tudes de faire des visites à domicile, au(x) a) sous-sol, b) actes, c) arbres. que sa a) tuyauterie, b) matière
mais cette fois-là, c'était spécial : la Je commençai par lui faire admirer sommaire, c) tondeuse ne s'épuise
voix du client était torride et l'an- mes a) drilles, b) mandats, c) séca- avant que je n'aie eu le temps d'en
goisse qui se laissait deviner sous teurs. Il les admira en connaisseur et profiter. Utilisant un moment d'ac-
l'exaspération de son timbre me fai- s'extasia sur leurs formes. C'est vrai calmie, je pris sa a) noix, b) pape-
sait présager qu'il s'agissait d'un que mes a) drilles, b) mandats, c)
«cas spécial». Les «cas spéciaux», moi sécateurs sont bien faits et j'en suis J'insérai s o n r o b i n e t
assez fière. Jean voulut les caresser.
Je l'en empêchai, désireuse que d a ns mon joint universel
J'avais hâte de
j'étais de pousser son a) expertise,
p a s s e r aux actes rasse, c) serpette entre mes deux
doigts tremblants et je la a) vissai, b)
ça me connaît: c'est comme qui Je le laissai timbrai, c) ratissai longuement; la
dirait, ma «spécialité». s a r c l e r mes pelles rigidité de son a) égouttoir, b) con-
Je ne m'étais pas trompée. J'avais tentieux, c) boyau me laissait prévoir
à peine mis le pied dans la maison b) plaidoyer, c) gazon jusqu'à la fu- une décharge prochaine. Craignant
que Jean (Jean, c'était le nom du reur. «Viens dans le a) sous-sol, b) de perdre cette précieuse a) irriga-
client) me demanda d'enlever ma a) bureau, c) verger, me souffla Jean, tion, b) liquidation, c) sève par une a)
salopette, b) toge, c) vareuse et de nous y serons plus à l'aise.» Nous fuite, b) audience, c) plantation
lui montrer mon a) chalumeau, b) nous y précipitâmes, tant la a) fuite prématurée, j'insérai son a) robinet,
dossier, c) râteau. d'eau, b) poursuite, c) sécheresse b) duplicata, c) arrosoir dans mon a)
«Wow, on est vite en affaires !» lui qui l'angoissait se faisait pressante. joint universel, b) homologation,
chuchotai-je de ma voix la plus «pro- Une fois arrivés, il se jeta sur mes a) c) épouvantail. L'effet fut instantané:
fessionnelle» : détends-toi un peu, clefs anglaises, b) originaux, c) bê- Jean se mit à agiter son a) vilebre-
mon gros, il faut d'abord que j ' a) ches avec passion. Moi-même, je quin, b) mandat, c) pic dans mon
ouvre ma boîte à outils, b) étudie n'en pouvais plus et je le laissai a) a) évier, b) factum, c) gazon comme
l'affaire, c) aille dans le jardin. dévisser, b) impétrer, c)-sarc/er mes s'il voulait le a) débrancher, b) ré-
Mais déjà, Jean (Jean, c'était le a) vis, b) recours, c) pelles, a) dé- cuser, c) transplanter. Je sentais
nom du client) n'en pouvait plus et boucher, b) investir, c) labourer dans toute ma a) canalisation, b)
le trouble qui se lisait sur son visage mes a) clefs anglaises, b) originaux, jurisprudence, c) brouette le va-et
en disait long sur l'état de sa a) c) râteaux et même a) désouder, b) suite à la page 62

CROC
ÇA NE. FAiT
, WEN.
GRACE ALAÏÏCHNÛlû&it
MODERNE...

' JEVAiSQUANF
MlMEM'OffRiRUNEl
II PAS UN AMi POUR
f Ml PMP\ UKMEWEJ
MÎT D'AMOUR
JE NE. \flX6 t>6
iPAsoMtœmt. POURJ QUE ÇA.
ME PAKE* DU
BON TEMPS.

pî,CUCHCAy CHWi iiT

avril 1980
p a r N o r m a n d Daigneault

L 'amour, ça ne s'im-
p r o v i s e pas. Ceux qui
disent q u e p o g n e r c'est
T r a n s - A m noire.
1 h a 5h : J'essaie de trou-
v e r une secrétaire qui
facile, v o u s p o u r r e z leur veuille v e n i r à la disco-
dire de m a part qu' ils sont thèque c e soir.
dans les patates ( p o u r ne 6 h à 8 h : Squash au club
pas dire ailleurs). Mais Val des A r b r e s . Massage,
quand je parle de pogner, bain tourbillon, sauna.
je p a r l e pas de p o g n e r A v a l e une p o i g n é e de vita-
n ' i m p o r t e quoi, je parle mines.
de p o g n e r «The best», c e 9 h à 2 h : Fais le tour des
qu'il y a de m i e u x sur le discothèques et essaie de
m a r c h é ! Je parle pas à trouver une fille. Je trouve
travers m o n chapeau, je d'habitude v e r s l h 3 0 du
suis un expert, un vérita- matin.
ble m e r c e n a i r e d # l'a- J'entends déjà certains
m o u r . Juste p o u r v o u s dire q u e c'est facile, q u e
d o n n e r un exemple, j'vais n ' i m p o r t e qui est capable
v o u s d é c r i r e une de m e s de faire c e l a ! Faites-moi
journées. r i r e ! Ce q u e j e fais, pas
7 h : J'me l è v e pis je fais 15 grand m o n d e serait capa-
min. d e c o n d i t i o n n e m e n t ble de le faire. En effet, j e
physique. g a g n e $175.49 par semai-
7 h l 5 : J'prends u n e dou- ne, m a g a r ç o n n i è r e m e
che à l'eau froide en m e c o û t e $350.00 par mois,
frottant a v e c le gant de ma T r a n s - A m m e coûte
crin, histoire de r a f f e r m i r $275.97 en p a i e m e n t s par
les chairs. m o i s à part l'essence. M o n
7h30 : Choix de l'habille- habillement e n t r e $175 et
m e n t et des b i j o u x Tou- $200 par mois. M e s vitami-
jours un habit et une che- nes $59.95 p a r m o i s . M o n
mise signés Cardin ou La- a b o n n e m e n t à Val des
pidus. Bijou : u n e chaîne A r b r e s $250.00 par année.
avec m o n signe du zodia- M e s drinks et m e s sorties
q u e ou u n e l a m e de rasoir $150.00 par m o i s . V o u s
ou les deux. Bracelet, ba- vous p e n s e z smattes, b e n
gues. essayez d o n c de p a y e r ça
avec m o n salaire de crève-
8 h : Petit déjeuner. Vita-
f a i m Le p i r e dans tout
m i n e s A B C D E, 4 capsu-
cela, c'est q u e je suis mê-
les de fer, un bol de g e r m e
m e pas certain de p o g n e r
de blé, un g r a n d v e r r e de
tous les soirs; ça fait qu'à
Clamato.
chaque fois q u e je t o m b e
8 h 3 0 : Départ p o u r le bu-
sur une féministe, m o é
reau. Je suis c o m m i s dans
j'vois rouge, pis j'y m o n t r e
un g r a n d b u r e a u d'assu-
m e s factures ! Traitez-
rances.
m o é de tous les n o m s q u e
9 h à 12h : J'essaie de m e vous v o u d r e z , je suis un
trouver une secrétaire dur, un m e r c e n a i r e de
qui v e u i l l e v e n i r à la dis- l'amour, chu capable d'en
c o t h è q u e c e soir. prendre ! O
12h à l h : Je passe au
24 c a r w a s h faire laver m a

CROC
L'amour chez les K
T out ça, c'est à cause de 1967.
Ben oui, 1967, l'année de l'a-
mour, tra la la... C'est là que mes
par P i e r r e H u e t toute manière le problème ne se
posera plus.

problèmes ont commencé. Surtout front : «Bon sang mais je te connais, 1970, u n e autre a n n é e
qu'à l'époque, j'étais en pleine pos- toi. On a déjà couché ensemble de g r a n d c r u
session de mes moyens, 24 heures l'année passée !» La fille me regarde,
par jour en rut, le membre viril étonnée, se regarde pis elle me dit : À partir du moment où je me suis
toujours en angle droit.. Un ado- «Es-tu sûr? Déshabille-toi donc, imposé cette discipline de vie, 1969 a
lescent normal, quoi. Sauf qu'il a voir...» Je me déshabille et comme de été une belle année. Je me promenais
fallu que je tombe sur l'année de la fait, elle m'inspecte pis dit : «Ben, t'as avec mon agenda (Agenda, pas Bot-
libération sexuelle. Ceux qui sont ben raison! Où c'est que j'avais la tin...) et je faisais des rencontres très
trop jeunes (ou ben trop vieux) pour tête?» Là-dessus, ben on s'est assis Agréables. Je repense avec émotion
avoir connu ça peuvent avoir de la sur le bord du lit pis on a jasé toute la à Andrée, Anne, Aline, Alice, Annette,
difficulté à s'imaginer ce que c'était. nuit de ce qu'on avait fait depuis le Armande... et j'en passe. Je n'avais
Ben, c'est ben simple ; tout le monde temps... plus de problèmes et je regardais
couchait avec tout le monde, tout le Vous voyez ? Pis c'est pas la seule avec condescendance les gens de
temps et n'importe où. Si y e n a de fois qu'une chose semblable m'est mon âge qui continuaient à vivre
mon âge qui n'ont pas connu ça, arrivée. À un moment donné, j'avais dans la confusion sexuelle. Puis ce
c'est juste qu'ils devaient vivre dans la mauvaise habitude d'arriver dans fut 1970, une autre année de grand
un bout platte. En tout cas... un bar avec une fille pis de repartir cru... Ah, Béatrice, Brigitte, Berna-
Sur le coup, je peux pas dire que je avec une autre. Vous me direz que dette... mais je dis ça et en y repen-
me suis plaint. C'est vers 1968, 1969 c'est pas grave, que c'est très fré- sant je me rends compte que c'est
, que j'ai commencé à en revenir. quent. Je veux bien, mais l'affaire, peut-être là que mes problèmes ont
c'est que je faisais pas exprès. Je me commencé. Après tout, ça pleut pas
Déshabille-toi mêlais. Comme en général, j'avais les prénoms féminins en B ; il a fallu
donc, voir... déjà fait l'amour avec l'une et l'autre, que je me répète, que je donne des
il faut m'excuser. De toute façon, surnoms (Bébé !) et je dois même
C'est pas tellement de faire l'amour quand ça m'arrivait, la fille que j'avais avouer qu'un certain Bob a dû faire
tout le temps qui m'énervait, non, ça laissée par mégarde ne s'en était pas l'affaire un certain soir...
ça allait. Mais c'est le désordre. Je rendu compte et était partie avec un C'est vers la lettre D que j'ai Dé-
suis sûr que je suis pas le seul à avoir autre. couvert que ça Devenait une obses-
vécu ça. O.K., c'est agréable de Tout ça pour vous dire que je me sion. D'abord, je ne pouvais évidem-
changer de partenaire chaque soir, suis tanné du désordre émotif. J'ai ment plus copuler avec une per-
de pas savoir avant le last-call avec décidé de systématiser tout ça. Après sonne dont le nom commençait par
qui exactement on va finir la nuit... tout, l'être humain a besoin de cer- autre chose qu'un D. Mais en plus, je
E mais à un moment donné, ça devient taines règles morales. J'ai pris une m'en venais tatillon sur les endroits.
| angoissant. Moi, j'ai commencé à grande décision. À partir de 1969, j'ai Bien sûr, je passais souvent la nuit à
I déchanter (j'allais écrire quelque entrepris de coucher chaque année Domicile ; mais je me souviens par-
» chose de plus obscène) une certaine avec les filles dont le nom commen- ticulièrement de nuits ardues pas-
| nuit. J'étais parti de mon bar préféré çait par une même lettre de l'alpha- sées à copuler dans un Dune buggy,
I avec une jeune dame charmante. On bet Exemple : 1969, A; 1970, B; 1971, une Datsun ou au Planétarium Dow.
s arrive chez elle, elle se déshabille, je C, etc., et au bout de 26 années Ou alors (et laissez-moi vous dire
i la regarde pis là je me frappe le comme ça, il est probable que de suite à la page 62 25

a v r i l 1980
l e plus vieux métier du monde
Collaboration spéciale du p r o f e s s e u r Jacques L e b r u n

Mesdames, mesdemoiselles, messieurs, bonsoir. Alors, si on jette un bref coup d'oeil sur la
multiplicité fantastique du nombre de métiers que l'homme a exercés au cours des dernières
années, soit de l'âge de pierre à nos jours, on ne peut que se placer les lèvres en position de
bouche bée. L'homme, cet être extraordinairement complexe en regard de la crevette, a
pratiquement inventé tous les métiers du monde. Or donc, même si le plombier d'aujourd'hui
n'utilise plus le tibia de brontosaure pour façonner son tuyau, il n'en reste pas moins que
certains métiers qui étaient pratiqués par l'homme à l'ère préhistorique le sont encore de nos
jours. Par exemple, la prostitution. Mais qu'est-ce que la prostitution? Que fait-elle? C'est ce
que nous allons tenter de découvrir ensemble au cours de cet entretien que j'ai eu
en compagnie de Linda X, fortement prostituée.

Prof: Linda, bonjour... pipes à la maison ? venait un peu à vos clients, est-ce -
Linda: Bonsoir... Linda : Es-tu après virer fou, toi, que vous avez des clients qui ont des
Prof: Linda, vous êtes, selon vous, coudonc ? goûts un peu «traumatisés», comme
ce qu'on appelle généralement une Prof : Non, mais c'est vrai Pensez-y. par^exemple, est-ce qu'il y a des
prostituée... Ces pipes-là, il faut bien qu'elles clients qui vous demandent de faire
Linda: C'est ça, oui soient quelque part, quand même, Famour évanouis ou s'il y en a qui
Prof : Vous êtes sûre de ça ? non?... insistent pour que la lumière soit
Linda : Ben oui, chu sûre, ça fait Linda : Ben oui ben oui., sont toutes allumée ? Est- ce qu' il y en a des pires
trois fois que j'te l'dis. accrochées au mur de mon salon. que ça, même?
Prof : Parfait.. Linda, quand je vous Prof : Bon... Côté prostitution, Linda: Les pires, c'est ceux qui
ai abordée tout à l'heure dans la rue, maintenant, est-ce que vos clients veulent rien faire pantoute...
vous m'avez répondu à peu près sont des hommes en général ou si Prof : Hum, hum... et si on allait du
ceci : «c'est 30 dollars pour une pipe» vous faites affaire avec d'autres es- côté de votre enfance un peu. Est-ce
et 50 dollars pour je ne sais plus pèces également? que votre père vous violait étant
quoi À partir de là, est-ce qu'on peut Linda: En général, c'est des hom- enfant ?
en déduire que, en plus de faire le mes, ça m'arrive très rarement de Linda : Non, y m'a juste violée quand
commerce de votre prostitution, faire l'amour avec des truites. y a été assez vieux pour le faire... As-
vous vendez également des pipes Prof : Combien de fois en moyenne ? tu fini, là ?
sur euh., la «slide», comme on dit ? Linda : Huit fois, j'dirais. Prof : Oui, oui, presque... et euh, est-
Linda : J'en vends pas, des pipes, Prof : Huit fois... et euh., est-ce que ce qu'il vous violait souvent?
j'en fais... vos clients viennent vous voir seuls Linda : À chaque fois que j'y de-
Prof : Vous ne vendez pas de pipes, habituellement ? mandais...
vous en faites. Donc, si vous faites Linda : Non, la plupart du temps, y Prof: Et., est-ce qu'il vous expli-
des pipes et que vous ne les vendez viennent avec leur femme pis j'ieur quait pourquoi il vous violait?
pas, est-ce qu'on ne peut pas en passe mon lit.. Linda : Hey, ça va faire, là. T'en as eu
déduire que, primo, ces pipes-là Prof : Ah bon... Et si quelqu'un vient pour ton 20 piastres... Où est-ce qui
vous les donnez en cadeau à vos vous voir seul et qu'il vous fait des est mon linge ?
clients et que, secundo, la plupart de avances que vous jugez inaccepta- Prof : Euh, sur la chaise là... euh,
vos clients sont des collectionneurs bles, qu'est-ce que vous faites à ce une dernière question en vous rha-
de pipes ? moment-là? billant, Linda, est-ce que vous êtes
Linda : C'est ben rare que mes Linda : À ce moment-là, je l'réfère à pour ou contre la gonhorrée?
clients repartent avec les pipes que un C.L.S.C.... Hey, ça achève -tu, ça Linda : 100% pour, d'abord que les
j'ieur fais. là?... JY avais dit dix minutes. deux sont consentants.
Prof : Donc, à ce moment-là, vous Prof : Oui, oui, ça achève, il reste Prof : Merci beaucoup, Linda.
26 devez avoir «toute» une collection de seulement deux minutes... si on re- Linda : C'est ça Q

CROC
LE MALE C O M M O D E

27
avril 1980
9
jjp

Jk kJm jp
1 -
pu

La nuit fini suivit restera t o u j o u


mémoire. Pendant qu'elle se préparait pudiquement
IH d a n s la salle dé bain, j<: me remémorais les principes
élémentaires de vous savez quoi... le h o n n e u r
...passe tout près de Pontianak,dans le
delta du ÇleuieKapuas.sur la côte occi-
dentale de Bornéo...

S AR

Pontianai

Dans une chambre de la maison,Michel Risque


reprend ses sens.
...et traverse par le milieu le bungalour loué par le
Baron Zi9line,non loin de la ville.

MICHEL RISQUE dans •

tATITUDE Scénario : G l u t z & Lucien - Dessin: Réa)<3odbout

Tout ce Fendant ce temps, dans une autre pièce de


soutiens a maison...
glissé =3C
Et c'est sans doute a
cause de lui que Jentàns
nousavclé leParadi
Sier Jade : Je vous assure ,Léopo
que 3e ne connais pas
cet homme...
Ici 5'impose une brève e*p!ica'
tion; après avoir été atta-
qués à Sineapour par les
hommes de JenVGns, Michel
et la baronne ont été re-
cueillis par les serviteurs
du Saron.qui les ont emme-
nés par auion rejoindre ce
dernier a Pont\anaK.
30

CROC
[Si ce n'était de moi ,tu
iTRAÎME£!!( i serais encore trapé-
ziste dans un cirque
minable dettaatbourç!
ivJe l ' o u - ^ s ^ ^
Wiepas^

) Et maintenant, i) faut que je On peut sen débarrasser (jepréfëre attendre (


/ décide quoi -faire de cet in- tout de suite... d'en savoir plus lomj
\diwidu à la mâchoire carrée à son sujet., lî
nous accompagnera.

31

avril 1980
CROC
inconnu qui vous accompagnait Mieux irôut attendre |ÎS
j ET PAR VOTRE FAUTE", quelques jours,que
est à sa solde, j'ensuis sûr main
1 JEKHC'MS VA M E T - tenant ! J'aurais dû m'en débarras- nous soyons
|TRELAK\AiN ser plus tôt! i Anons.^ vabarulomier éloignés de ce fT ...
dans la ^orêt?
ppnimra

Une semaine plus tard !


Maudits marin<y>uin5!

Pourquoi ne inendriei-vrous pas


sous tna tente? U ya un mousti-
quaire au-dessus de mon lit.

mat

33

avril 1980
34

CROC
LE PLUS GRAND
QUOTIDIEN
MENSUEL
D'AMÉRIQUE

Vague de kidnappings au Québec


(SL) C'est avec une indifférence l'escouade des kidnappings de fait que personne n'a encore serait pas une mauvaise plaisan-
frôlant la catatonie que les mi- la S.Q., «il s'agit de gens très porté plainte à propos du pré- terie.
lieux politiques québécois ont importants; prenez Thérèse... tendu enlèvement : «Ben, y ' a Dernière heure : au moment de
réagi à une rumeur selon laquelle Thérèse qui déjà...? E n tout cas, ben Claude Ryan qui a chialé un mettre sous presse, nous appre-
un groupuscule d'extrème-centre il y a Gérard F... c'est quoi déjà peu», nous a-t-il révélé, «mais y nons que le groupuscule d'ex-
aurait kidnappé plusieurs nullités son nom, à celui-là?... y'a déjà chiale toujours, celui-là, fa trème-centre, qui refuse tou-
de la scène politique, à savoir été député ou quelque chose... qu'on s'est pas trop énervé... jours de s'identifier, annonce
Thérèse Lavoie-Roux, Gérard y'a l'autre aussi, la folle là, c'tu vrai qu'y est chef de l'oppo- qu'il est maintenant prêt à garder
D . Lévesque, Claude Forget, Solange Rolland quelque chose... sition, à c't'heure, lui?» tous les otages pour une période
Solange Chaput-Rolland et j ' a i leurs noms sur une liste À travers toute cette confu- indéfinie, contre un versement
quelques autres dont personne quelque part ici... ah non, je l'ai sion, une question laisse encore mensuel de $ 9 3 6 . 9 6 pour frais
n'arrive à se rappeler les noms. oubliée à la maison... bon, en les experts perplexes : la réponse de pension. U n e phrase tirée du
Contactée à ce sujet, la direc- tout cas, c'est du monde impor- de la S.Q. est formelle : il y a communiqué laisse entrevoir le
tion de la S.Q. a exprimé quel- tant, je l'sais parce que quelqu'un bien eu enlèvement La preuve désespoir des malfaiteurs : «si
ques réticences (quatre, plus me l'a dit, j ' m e rappelle plus qui, en est, selon le directeur des cette somme ne nous est pas
précisément) à commenter cette mais c'tait quelqu'un d'impor- services anti-kidnapping, que versée d'ici trois jours, nous
«prise d'otages» qui, selon des tant lui aussi...» plusieurs notes de rançon ont libérerons tous les otages et ce
sources bien informées, durerait Pressé de questions sur été reçues. La première, qui sera la population du Q u é b e c
depuis maintenant quatre se- l'inaction de la police dans cette exigeait une somme de $895.67 qui en souffrira. Pis oubliez pas
maines. «Vous comprenez», affaire, le représentant de la pour la libération de chacun des qu'on a aussi Fabien Roy !»
nous confiait le directeur de S.Q. a révélé qu'elle était due au otages, a été reçue il y a deux Que fera le gouvernement ?
semaines. La seconde deman- Rien pour le moment, apparem-
dait $527 par otage; elle parvint ment, si l'on en croit la déclara-
aux bureaux de la S.Q. la se- tion du secrétaire-adjoint aux
maine dernière. U n e troisième affaires pas trop pressées auquel
note, reçue au moment où notre le sous-ministre des Affaires
reporter s'apprêtait à quitter les municipales a confié le dossier
bureaux de la S.Q., offrait de et qui nous a fait la déclaration
libérer tous les otages pour suivante : «Voyons donc, c'est
$5.95. Les experts se perdent en une folie cette affaire-là : si
conjectures sur le sens de cette quelqu'un d'important avait été
dernière note et l'on commence kidnappé, ça se saurait... j'veux
à se demander, dans les cercles dire, on s'en apercevrait..»
politiques, si toute l'affaire ne
Croc continue son enquête.

T r o p c'est trop ! Les R u s s e s en Afghanistan, c'était déjà difficile à


digérer ; mais le président C a r t e r s'est fâché p o u r de b o n q u a n d
les P o l o n a i s ont envahi la M a i s o n - B l a n c h e .
35

avril 1980
Le Québec envahi
par des abeilles
(P.B.) Nos correspondants en Amérique du Sud et aux États-
Unis nous ont transmis des informations concernant le mouve- Une autre primeur de C R O C : la vérité sur le monstre du Loch
ment migratoire des abeilles d'Amérique. Contrairement à leurs Ness !
habitudes, les colonies d'abeilles se sont regroupées et filent vers
le Nord. On estime qu'environ un million de ces butineuses
composent actuellement le coeur de cet ouragan terrifiant Un
satellite de la N A S A a permis de confirmer l'hypothèse que ces
abeilles se dirigent sur le Québec. Selon des estimés produits par
Des militants
libéraux pieux
un groupe de biologistes, environ onze millions d'abeilles
pourraient se joindre aux autres avant d'arriver au Québec.
Comment expliquer ce mouvement migratoire ? Rien de plus
sjmple, les abeilles sont attirées par les Floralies Internationales
qui se dérouleront à compter du mois de mai à Montréal. Toutes (P.B.) Depuis quelques semai- prier au pied d'une tombe. Les
les villes ayant accueilli les Floralies ont été attaquées par des nes, les militants libéraux sillon- responsables du parti Libéral
hordes de bestioles. Conscientes du danger, les autorités ont déjà nent le Québec afin de visiter ont annoncé qu'il s'agissait d'une
prévu un dispositif pour combattre ce fléau. Il consiste à tous les cimetières de la Belle consigne de Claude Ryan visant
détourner l'attention des abeilles sur les villes de Granby et Province. Dans toutes les villes, à développer la piété chez les
Drummondville. Les habitants de ces cités seront recouverts de il est possible de voir ces mili- militants libéraux. N e serait-ce
miel et entassés dans des parcs publics. L a Protection Civile tants calepin à la main en train pas plutôt une fine stratégie dé-
estime que les abeilles devraient être passablement occupées par de noter les noms inscrits sur les ployée afin de s'assurer que
ces manoeuvres de diversion et que rien ne devrait empêcher le pierres tombales. Quand un é- tous les Québécois voteront
déroulement des Floralies à Montréal. tranger s'approche d'eux, ils lors du référendum? L'avenir
s'agenouillent et se mettent à nous le dira...

SOUVEEA
DIVISION AFiAïfûN DIVISION SOUVERAINETÉ Al
i DIVISION INDÉPENDANCE DIVISION
Dl
INDÉPEND/U CE DIVISION SÉPARATION DIVISION S
SOUVERAIN! FÉ ASSOCIATION DIVISION INDÉPEND
DIVISION SE AFtAïiQN DIVISION SOUVERAINETÉ Aî

La Fondation Pro-Orvada
36

CROC
Marasme à
Drummondville
(SL) Il ne s'est rien passé à ration suivante : «Moi, j ' c o m -
Drummondville cette semaine. prends plus rien, là ! Pourtant,
Ni la semaine dernière. Ni la le monde est aussi fou ici qu'ail-
semaine d'avant. D e fait, selon leurs : on a des délinquants, des
une enquête menée par notre alcooliques, des féministes, on a
envoyé spécial, il y a une éternité même une polyvalente... y a pas
qu'il ne s'est rien passé d'inté- de raison qu'y arrive pas quelque
ressant à Drummondville. In- chose !»
terrogé à ce sujet, le maire de Le maire a par ailleurs révélé
cette localité a d'abord exprimé à notre reporter que le conseil
une surprise mitigée face aux municipal tiendra une réunion
réactions des grands média d'in- sur le sujet «dès que le secré-
formation devant cette situa- taire-trésorier aura retrouvé le
tion : «Ben, y a eu le camion des procès-verbal de la dernière.»
pompiers qui a eu une crevaison, « Ç a peut plus durer comme
la semaine dernière, mais ça ça», de poursuivre le maire, «y a
compte pas, ça, hein ?... j'pensais jamais personne qui parle de
pas, non plus...» nous autres. Jusqu'à mainte-
Devant l'insistance que met- nant, y'avait au moins Croc qui
tait notre reporter à tenter de nous mentionnait de temps à
faire la lumière sur cette situa- autres, mais même eux autres, y
tion qui menace de devenir savent plus quoi dire ! M ê m e
S o u s 'oeil attendri de sa mère, le j e u n e fils de C l a u d e Ryan
chronique, l'édile de la munici- que leur rédacteur en chef m"a
s'amu se avec sa nouvelle bicyclette.
palité a bien voulu faire la décla- appelé hier, pour me dire que si

Le premier ministre, monsieur René Lévesque, relations extérieures, ce qui est la souveraineté
a fait connaître, le 20 décembre dernier, - et, en même temps, de maintenir avec
la question qui nous sera posée lors du le Canada une association économique
référendum. comportant l'utilisation de la même monnaie;

ILS
« Le Gouvernement du Québec a fait tout changement de statut politique
connaître sa proposition d'en arriver, résultant de ces négociations sera soumis
avec le reste du Canada à une nouvelle à la population par référendum;
entente fondée sur le principe de l'égalité
des peuples; en conséquence, accordez-vous au
cette entente permettrait au Québec Gouvernement du Québec le mandat de
d'acquérir le pouvoir de faire ses lois, de négocier l'entente proposée entre le
percevoir ses impôts et d'établir ses Québec et le Canada ? »

REPONDENT

o On sait
a c e qu'on veut
La Fondation des Québécois pour le OUI
37

avril 1980
y'arrivait pas quelque chose bilité de se trouver une nouvelle
d'ici une semaine, qu'y s'trou- tète de turc municipale. « O n
verait une autre ville pour faire cherche, on cherche,» déclara-
des farces dessus... ! » Interrogé t-il, « m a i s c'est pas facile de
sur les mesures qu' il envisageait trouver aussi niaiseux que
de prendre pour remettre Drum- Drummondville comme ville ! »
mondville sur la carte de l'ac- Quant aux noms des villes sur
tualité, le premier magistrat de lesquelles porteraient les re-
la ville nous a fait une dernière cherches actuelles, le rédacteur
déclaration : « Y fautqu'y'arrive en chef s'est refusé à tout com-
quelque chose, c'a pas d'allure ; mentaire; cependant, une rumeur
moi j'suis prêt à faire n'importe en provenance de sources géné-
quoi... j'pense même demander ralement bien informées veut
une subvention du ministère des que plusieurs municipalités
Affaires culturelles ou un projet aient déjà posé leurs candidatu-
OSE!» res. Il s'agirait de Ville de Laval,
D e son côté, le rédacteur en Rivière-du-Loup, Val d'Or, St-
chef de C r o c confirmait la nou- Georges de Beauce, Ste-Foy et
velle à l'effet que sa publication Hull.
étudiait en ce moment la possi-

Joe Clark réfléchit


( S . L . ) La nouvelle à l'effet que pour ça, y réfléchit. Y fait même
Joe Clark serait entré dans une rien que ça depuis un bout
période d'intense réflexion sur d'temps. Pour c'qu'y est d'dire à
son avenir politique n'a pu être quoi y réfléchit, c'est une autre
que partiellement confirmée. paire de manches : de toutes fa-
Interrogé à ce sujet, un membre çons, c'est déjà assez qu'y pense
influent du P C a eu la réaction sans qu'on l'oblige à s'rappeler
suivante : « J o e réfléchit, ah à quoi ! »

Déjà C R O C était là : la république du T o g o a procédé au lancement de


son premier satellite.

le printemps Violentes
Pensez à l'été,
aux vacances, manifestations
aux voyages, à Montréal
à Tourbec ( P . B . ) Depuis que Jean Drapeau a annoncé qu'il avait l'inten-
tion d'offrir Montréal comme site de remplacement pour les
Jeux Olympiques qui devaient se dérouler à Moscou, des milliers
de Montréalais ont manifesté dans les rues de Montréal leur
le service-voyage âee Québécois désaccord avec cette dernière initiative du Maire de la Métro-
Notre brochure été '80 vous attend à Tourbec. pole. A u cours d'une entrevue, un des leaders du mouvement de
protestation nous a fourni les commentaires suivants : « Si on
Retournez ce coupon au 1440, rue St-Denis, remplace Moscou, vous pouvez être certains que les Russes ne
Montréal H 2 X 3 J 8 — Tél.: ( 5 1 4 ) 288.4455, nous le pardonneront pas ! N o u s sommes à la veille de la
ou passez nous vair... troisième guerre mondiale et notre maire ne trouve rien de mieux
à faire que de nous plonger au coeur de cette chicane. Si les Jeux
Nom Prénom
Olympiques ont lieu ici, les Russes n'hésiteront pas à détruire
notre ville en premier. » Rejoint au téléphone, un des assistants
Adresse du maire a répondu à ces accusations en affirmant que son
patron faisait tout son possible pour que Montréal devienne une
Ville Code postal ville célèbre. Questionné au sujet des effets d'une attaque
atomique sur Montréal, il nous a affirmé que le maire protégerait
la ville et que celui-ci n'avait pas l'intention de sortir de son abri
Détenteur d'un per mj»da Ç utbec anti-atomique avant que les Jeux Olympiques aient eu lieu.
38
suite en page 42

CROC
rapportait qu'un individu
échappé d'un hôpital psychia-
trique s'était tiré une balle
dans la tête avec le revolver
d'un policier alors qu'il était
sous la garde de ce dernier à
l'arrière d'une auto-patrouille.
L'incident aurait eu lieu alors
que le policier tentait de re-
mettre son arme au conducteur
«par mesure préventive». Bref,
une histoire de fous.
BOBO-POLICE félicite les
policiers qui ont tout de même
évité ainsi qu'un autre détenu
se suicide dans un poste de Lors de la dernière grève au
police. Ce qui aurait de nou- Bell, certains employés ont
veau fait jaser nos anarchistes. poussé la solidarité syndicale
Mais c'est des histoires à à son maximum.
salir les chars. Pourquoi pas le
lui qui l'accompagnait chez les
suicide à domicile ? Rien de
plus facile : tu commandes ton sauvages.
suicide comme de la pizza ou Un membre de la station
du... poulet radiophonique C H O M accuse
N.D.L.R. Chaque mois, «Il y a un an, j'ai accepté Dieu en effet les deux policiers de
BOBO-POLICE, votre et je lui ai dédié ma vie. J'ai eu l'avoir battu après l'avoir ap-
meilleur, demande à l'as des une sensation inexprimable LE M I N I S T R E
préhendé le 14 décembre sur
as, le grand Claude Prunier, qui m'a traversé de la tète aux DE LA P O L I C E une voie rapide.
de venir commenter ici, pour pieds. Je suis sauvé et je sais
vous, l'actualité. A toi Clau- que Dieu me guide.» Depuis, Les deux policiers affirment
BOBO-POLICE félicite le
de. Vas-y, t'es capable. affïrme-t-il, il joue mieux. cependant que c'est plutôt la
ministre de la police, Marc-
victime qui se serait livrée à
Une main de Dieu promène André Bèdard, qui a l'air bour-
des voies de faits sur eux. Ils
Ryan, une autre garde les filets ru comme ça, des fois, mais
ont sûrement raison, ils sont
de Michel Dion, sa voix chante qui comprend bien ses gars.
NOS SOLDATS deux.
à la place de Claude Valade, A la fin novembre à l'As-
SONT GÂTÉS BOBO-POLICE le savait
décidément, Dieu est un hom- semblée nationale, l'honorable
me occupé. Bèdard avait déclaré que l'a- bien que le ministre Bèdard
Le nouveau catalogue de gent Lessard, celui qui a joué était un homme juste et que ce
Mais en ce qui concerne les
jouets pour nos soldats est déjà au cowboy à Caughnawaga, qu'il avait dit aux députés
Nordiques, il faudrait aussi
sorti. Une grande nouveauté avait été retiré de la patrouille c'était rien que pour les con-
que le diable s'en mêle.
par rapport à l'an dernier, le tenter.
char d'assaut Cougar, un vé-
hicule tout humour, d'une drô- UN P O M P I E R
lerie irrésistible. «Les portes QUI A LE F E U
arrières se détachent dès qu'on
se sert des armes. Les phares Un pompier a été récemment
s'éteignent quand on tire du débouté de sa cause après avoir
canon et les extincteurs d'in- vainement tenté de démontrer
cendie se déclenchent» que dix policiers avaient abusé
Des heures et des heures de de leur force après l'avoir arrêté
divertissement Les ennemis pour ivresse au volant
sè tordent de rire et roulent par Voyons donc, c'est une his-
terre. Il ne reste plus qu'à les toire qui ne tenait pas debout.
écraser... Si les dix policiers avaient
abusé de leur force, le pompier
D I E U EST P A R T O U T aurait pas vécu assez long-
temps pour se plaindre.
Un qui a un succès fou ce
temps-ci, c'est Dieu. On savait LA D E V I N E T T E
déjà que sa main guidait Claude DU M O I S
Ryan, le gars au livre «drab- Les forces russes qui occupent l'Afghanistan essaient par tous les
be» qui se prend pour Maria moyens de passer inaperçues. BOBO-POLICE attend
Goretti et qui dit non par toujours vos réponses. Le prix:
crainte d'avoir du plaisir à dire et assigné à des tâches clérica- un beau tour dans un char de
oui. SUICIDES les dans un bureau. police. La question : pourquoi
Mais, semble-t-il. Dieu en a À DOMICILE BOBO-POLICE a été heu- y a-t-il deux policiers dans une
assez de la politique. A suivre reux de lire dans le Journal de auto-patrouille ?
Cloclo on le comprend. Dieu La police a trouvé une solu- Montréal — un bon journal Un lecteur nous a répondu
fait donc maintenant dans le tion au problème des suicides que je recommande à tous les que c'est parce que l'un com-
sport. Le gardien de buts des dans les cellules des centres de amis policiers — que le 14 prend le français et que l'autre
Nordiques de Québec, une détention. décembre, l'agent Lessard pa- le parle. Le problème c'est que
manière de Canadiens ama- La Presse du 27 février, le trouillait toujours avec son ce n'est pas possible de savoir
teurs, Michel Dion, a déclaré : journal le plus lu à Téhéran, même camarade de travail, ce- lequel est lequel.

avril 1980
Ma&icotte
(Luc Cr Alain)
suite de la page 38
exorbités et les mains dans les
poches (ou sur les hanches selon

Finances et affaires qu'ils portent ou non des pan-


talons). Vous lancez alors, par
inadvertance, des pièces de 25*
dans leur direction. Le bruit
(W.L.) C'est bien connu les hommes d'affaires la chose se fait pertinents à la vie sexuelle en attirera l'attention et en jetant
hommes d'affaires sont forts en de façon spéciale. Pour ceux général. Disons, entre autres quelques pièces sur votre ra-
chiffres mais bien faibles en donc qui sont en affaires et possibilités, des mots comme deau ils y monteront sans même
relations humaines. Suite à la veulent éviter des démêlés avec « moutarde forte », « faire la s'en rendre compte. Larguez les
publication dans le dernier la justice, voici les règles de l'art queue », « tirer la langue », « crè- amarres vers une destination
CROC d'un reportage sur l'art en matière de dragage d'affaires me glacée », « piscine » et le inconnue de votre choix !
de draguer à l'étranger, mon au Canada (DAC)i. D'abord se très freudien « cabane à chien ».
téléphone n'a pas dérougi. Plu- munir d'tm grand radeau que (1) N e pas confondre avec la T A C ,
Installé bien en vue sur votre
sieurs hommes d'affaires se sont l'on ancrera à proximité du site Traite des Adolescentes au
radeau, surveillez nonchalam- Canada.
montrés fort intéressés à la de dragage. Il doit être sobre, ne ment les rues avoisinantes. Vous (2) Les agents de la G R C sont
question de savoir si les mêmes comporter aucun éclairage et y verrez bientôt apparaître des facilement reconnaissables au
règles s'appliquent ici. On se être muni d'un moteur puissant individus: ordinairement un peu cocktail molotov qu'ils tiennent
rappellera du célèbre scandale Enlevez votre cravate et vos essouflés, les yeux légèrement habituellement de la main gauche.
du dragage qui a défrayé les souliers ; vous êtes maintenant
manchettes récemment et au prêts à passer à la deuxième
terme duquel une demi-douzai- étape : le marketing. En effet, il
ne d'hommes d'affaires émi- est important que ceux que vous
nents ont écopé de lourdes peines draguerez aient envie de se faire
de prison. On comprend mieux draguer. Pour ce faire on vous
leur méfiance et l'intérêt extrême préparera un message télévisé
des révélations de CROC pour sur un thème maritime sublimi-
eux. nal. Il s'agit, en fait, d'insérer
La réponse évidemment c'est dans une scène de voilier par
non! Le dragage au Canada se exemple, des appels invisibles
fait suivant des règles particu- et inaudibles (mais tout à fait
lières et lorsque pratiqué par des perceptibles inconsciemment)

Les petits cadeaux q u i


Une autre exclusivité CROC : cette photo inédite a été prise à
entretiennent Ghappaquiddick quelques instants après la tragédie impliquant
l'amour le sénateur Kennedy.

ne belle broche *
Un beau bibelot *
ne bricole *
Les otages américains:
Une surprise * une question d'argent
* Disponible sous des formes douces, (P.B.) Selon certains observa- otages sont à l'emploi de l'Iran.
modernes ou surprenantes chez

/m
teurs, la prise d'otages à Téhéran Les autorités iraniennes refusent
serait devenue une question de payer, leur argumentation
d'argent Depuis environ cin- étant qu'ils n'ont jamais participé
quante jours, tous les otages ont à l'embauche de ces diplomates.
droit à du temps quadruple et Aux dernières nouvelles, nous
demi, à des bonis pour le temps apprenions que les otages n'ac-
supplémentaire cumulatif, les cepteront pas d'être libérés à
veilles de nuit et les fins de moins de recevoir la promesse
semaine passées à l'ambassade. formelle que les salaires gagnés
Actuellement, chacun des ota- durant leur captivité soient
ges gagne environ $ 2,064.23 exemptés de tout impôt. Du
l'heure. C'est pour cette raison côté iranien, les étudiants isla-
que les négociations entre les miques exigent neuf crédits
États-Unis et l'Iran sont très pour leurs activités politiques
difficiles, les deux pays refusant mais le doyen de l'Université a
4017 St-Denis, Montréal Tél.: 844-0350 de négocier tant que la question annoncé qu'il n'en donnerait
Des lampes, des meubles, des accessoires des salaires ne sera pas réglée. pas plus que trois. Une affaire à
La position américaine serait suivre.
pour recréer votre petit paradis terrestre. que durant leur captivité les
42

CROC
photoballons express

Les merveilles du microscope, I : grâce à Les merveilles du m i c r o s c o p e , II : l'ovule M a r g a r e t T r u d e a u a accepté, p o u r la


cet appareil é t o n n a n t , n o u s p o u v o n s vous ayant fait son choix, les c a n d i d a t s m o d i q u e s o m m e de 4 9 . 9 5 $ . de d a n s e r à
présenter une p h o t o des s p e r m a t o z o ï d e s m a l c h a n c e u x s'éloignent en m a u g r é a n t . l'ouverture de la nouvelle voie de c h e m i n
se l a n ç a n t à l'assaut de l'ovule. de fer reliant T i m m i n s et D r u m m o n d v i l l e .

Le s a v i e z - v o u s ? Les crocodiles o n t la digestion tellement lente


q u e cet h o m m e a le t e m p s d'écrire ses i m p r e s s i o n s avant d'être
avalé.

Un des d o c u m e n t s d é c h i r a n t s m o n t r é s à la délégation de l ' O N U


venue e n q u ê t e r sur les atrocités c o m m i s e s par le s h a h : sur l'ordre Suite a u n e i m p o r t a n t e o p é r a t i o n c h i r u r g i c a l e , le ministre
du tyran, on a a r r a c h é à cet h o m m e ses verres de c o n t a c t p o u r les J e a n C h r é t i e n a enfin pu faire disparaître le côté asymétrique
précipiter d a n s le désert. Il cherche toujours. de sa b o u c h e .
43

avril 1980
Loir du temps totale. C'est la journée où la C S N a
lancé son communiqué intitulé : on ne
peut plus sentir la F T Q , en tout cas on ne
veut plus s'asseoir à la même table.
Voilà ! C'était une tranche inédite de
vie syndicale, telle que ne la rapporte pas
la grande presse. Heureusement qu'il y a
C R O C pour se tenir informé.

Le p a p e s'exprime
Il y a du nouveau pour les catholiques.
Depuis quelque temps, ils peuvent «ex-
primer l'amour avec leur corps». C'est le
pape lui-même qui l'a dit. Ç a a fait une
nouvelle de trois colonnes dans La Presse
le mois dernier. C'est le rôle des jour-
naux d'être à l'affût des nouvelles fraî-
ches. D a n s une dépêche de l'agence
Chronique de météo transcendantale UPI, le pape, ne mettant plus aucun frein
à ses élans de modernisme, déclare que
Les dessous de la brouille essayé la technique du black-out. Ç a le «corps a aussi été créé pour exprimer
consiste à faire la noirceur totale dans l'amour». D e nouveaux horizons s'ou-

R ien ne va plus entre la F T Q et la


C S N . Le dernier paquet expédié
par la F T Q au 1001 rue St-Denis, siège
l'immeuble, à ne plus parler ni bouger
pendant cinq bonnes minutes. Certaines
coquerelles, se pensant en sécurité, sor-
vrent donc pour les couples catholiques.
C'est madame Jean-Paul II qui va être
contente ! C'est d'ailleurs tout le Vati-
de la C S N , contenait 30 douzaines de tent de leur trou, grimpent sur les murs... can qui s'est mis à l'heure de la «corpo-
coquerelles qui eurent vite fait d'en- C'est alors qu'on remet soudain la lu- ralité», comme ils disent. Radio-Vatican
vahir les coins et recoins de l'immeuble. mière et pan ! On frappe vite sur les fait tourner 14 fois par jour le numéro un
Les coquerelles devinrent vite gênantes. coquerelles visibles. A u bout de trois au palmarès sacré : «Approche corpo-
Il était devenu courant, à la C S N , pen- jours, les coquerelles connaissent le truc relle de l'amour», chanté par Alfredo
dant les conférences de presse, de voir et il faut trouver autre chose. Fettucine. Il est aussi question d'un
les petites bibites noires monter dans le On a vraiment tout essayé à la C S N . timbre didactique montrant ce que c'est
cou de Chartrand ou sur le nez de qu'un corps. Tout se branle-bas «corpo-
Sauf de faire venir un exterminateur. Ils
Rodrigue. Les caméramans, vicieux, rel» viendrait de ce que le pape aurait
sont tous F T Q ! On a finalement opté
s'étaient mis à faire des gros plans de dernièrement décidé de faire installer
pour la solution radicale : le déménage-
des toilettes au Vatican. Prévoyant un
Rodrigue et à suivre au zoom la montée ment. La C S N va bientôt quitter ses
long règne, il n'avait pas envie de se
des bibites... jusqu'au coup de paupière locaux, alors vous saurez pourquoi.
retenir pendant tant d'années, comme
fatal qui allait les reconduire d'un trait Côté F T Q , pas grand-chose à signaler
l'ont fait ses prédécesseurs. Vraiment un
au parement de la veste. La coquerelle sauf pour la journée où les toilettes ont
pape moderne !
allait-elle pouvoir remonter? C'est ce toutes bouché ensemble et inondé les
qu'on saurait à la prochaine conférence locaux de Laberge et compagnie. C'est
de presse. C'est grâce à un de ces zooms la journée justement où la centrale, dans Un C h a p u t - R o l l a n d
d'un caméraman du 10 qu'on s'est aperçu un communiqué plus violent que d'habi- Voici, enfin, en terminant, la recette
que les coquerelles ne réussissaient pas à tude, dénonçait les débordements idéo- du mois. Ingrédients : un tire-bouchon,
traverser la moustache de Chartrand. Il logiques de la C S N . La petite guerre des un chemin de fer, la liberté, une brique,
les bouffait ! nerfs a enfin cessé le jour où la C S N s'est un jambon, la foi, l'espérance, un pneu,
On a tout fait à la C S N pour se rendu compte que sa vengeance ultime la charité, une cabane à chien, la culture,
débarrasser des coquerelles de la F T Q . avait échoué. U n commando C S N avait un guichet, l'avenir, la constitution, un
Pendant la grève du métro, en novembre déposé en pleine nuit, dans les locaux de cap de coke, du boudin, la péréquation,
dernier, on a organisé un grand rassem- la F T Q , une quantité impressionnante une banane, la justice, une pizza ail
blement populaire de solidarité dont le de cacas de chiens : du caca dans les dressed, plus de pouvoirs aux provinces,
but, aussi authentique que secret, était dactylo, dans les cadrans de téléphone, une porte de Pontiac 72, un gouverne-
de permettre aux permanents de la cen- sur les crayons, jusque sur le fauteuil de ment central fort, 3 livres de clous de 4
trale de faire geler leurs coquerelles cuir de Louis Laberge. Curieux de con- pouces gommés. Vous ajoutez des ver-
pendant une longue marche dans l'air naître l'effet de son coup, un provocateur bes, des adjectifs, et vous récitez pendant
vif. On a cru un moment que le truc avait de la C S N téléphone à la F T Q le matin une heure en mélangeant dans tous les
marché, mais une fois rentré au bureau, suivant : «Allô, la F T Q ?» «Oui». «Est- sens et en roulant les r. Avec un chapeau
on s'est aperçu que les bibites s'étaient ce que ça sentdrôlechez vous ?» «Ben... mauve sur la tête et quelques tranches
réfugiées dans les petits endroits chauds. non. Ç a sent comme d'habitude, mais un d'ananas, ça vous fait un Chaput-Rolland
Tout était à recommencer. On a ensuite peu plus fort, on dirait.» Ce fut la rupture pascal. Bonne chance. O

CROC
CROCniques
• Claude N. Counters s'interroge sur le Langevin découvre de la culture à la
Mystère Pascal télévision.
• Ne reculant devant aucun déplacement, • Si vous connaissez des gens, Eva Partout
Tommy Daoust envahit la Russie pour y va vous montrer comment les asseoir.
assiter à un concert pop. • Une chronique sexualité? Mais pour-
• Au prix de sa santé mentale, Serge quoi n'y avons-nous pas pensé avant!
à
que je suis dans ma chambre d'hôteL Je impeccable. La scène est protégée par
pense qu'il y a une fuite dans le plafond, un cordon de tanks. De plus, chaque

musiK ou alors on m'a logé dans une douche, ce


qui m'étonnerait peu, vu les dimensions
de la pièce. J'irais bien me plaindre au
spectateur est accompagné d'un soldat
reconnaissable à son gai uniforme kaki.
Pour la nourriture, pas de problèmes :
en entrant, chaque mélomane se voit
gérant, mais j'ai peur de ses bergers
allemands. Enfin, tout ça n'est pas grave, remettre 2 pommes de terre et 1 bette-
F important c'est la musik (note rave dont il s'alimentera pendant les 3

1 culturelle : les Russes sont en avance


sur nous : ils écrivent musique «musik>).
Je me dirige donc vers le site du festival.
À bientôt
jours du festival Pas de problèmes non
plus avec les «petits besoins-. Quand
quelqu'un a envie, il se présente à un des
20 camions disposés à cet effet II remet
Tommy Daoust à un militaire le fruit de ses entrailles, et
Ça y est, je suis sur les lieux. Il ne pleut
plus, mais il neige. Mais ça en prendrait hop, c'est réglé. La cargaison des
plus que ça pour rafraîchir l'enthou- camions sera éventuellement utilisée
Allô, allô, est-ce q u e m o n comme engrais. Mais je m'interromps,
siasme des milliers de jeunes qui se
m i c r o est o u v e r t ? Est-ce massent sur les terrains du festival. Il y a car la musique commence... À plus tard..
que j e m'entends l à ? 1-2 tellement de monde que les derniers Rebonjour ! Ouf, quelle belle journée !
1-2 testage. Ça m a r c h e ? arrivés doivent s'accoter sur les fils Je suis de nouveau dans ma chambre
barbelés qui délimitent le site. La foule pendant que le préposé et sa pelle
O.K.! est nerveuse mais attend patiemment cherchent ma valise dans la neige. Eh
F arrivée du premier artiste. bien mes amis, les festivaliers ont été
Salut Kébek ! Ici Tommy Daoust qui gâtés. Laissez-moi vous résumer
vous parle en direct du premier festival brièvement le menu musical que nous
pop d'URSS. Vous aurez sans doute avons entendu aujourd'hui. En premier
remarqué en lisant ma chronique du lieu, nous avons pu apprécier un jeune
mois passé qu'il n'y en avait pas. C'est chansonnier serbo-croate, Roris
pour une raison bien simple : j'étais déjà Horscht, qui nous a servi 28 chansons
en route pour la Russie. En effet, la concernant la manufacture de tracteurs
direction de CROC m'avait demandé de qui sert d'industrie à son village natal
couvrir cet événement musical Le public a semblé particulièrement
exceptionnel. Malheureusement, les apprécier les chansons «J'ai des pièces
budgets étant ce qu'ils sont, j'ai été de rechange» et «Toi et moi et 5 vitesses
obligé de venir sur le pouce. Ça m'a pris surmultipliées». Roris a remporté un
un peu de temps, surtout pour le bout franc succès, surtout si on considère
entre Gaspé et Dieppe. Heureusement, que son accordéon était humidifié par la
j'ai pogné un pouce direct pour cette température.
section du voyage, parce que c'est ben Ensuite, nous avons eu droit à une
du trouble de faire du pouce au milieu performance exceptionnelle de la part
de l'Atlantique. En tout cas, trêve de d'une troupe yougoslave qui est venue
bavardages : je suis enfin sur les lieux de nous présenter le premier opéra-rock
ma destination, c'est-à-dire le premier d'outre rideau-de-fer. Cette oeuvre
L'atmosphère est égayée par les
festival pop socialiste-réaliste de Vladi- magnifique appelée «Debout !» est basée
faisceaux des phares qui balayent le
woodstock. sur la vie de la jambe du maréchal Tito.
public du haut des miradors. Puisque la
Au moment où je me parle, le festival musik n'est pas complètement Nous avons été émus aux larmes par les
doit commencer dans quelques heures. commencée, j'en profite pour vous chorégraphies de la troupe (19 hommes
La température est malheureusement parler de l'organisation. et une jeune unijambiste). Le moment le
un peu maussade. Il pleut à torrents, je À Vladiwoodstock on ne retrouve pas plus déchirant survient quand la jambe
suis complètement mouillé. Vous me le désordre des festivals pop occiden- fait ses adieux au maréchal. Une grande
direz que ce n'est pas étonnant., sauf taux. D'abord, le service d'ordre est oeuvre qui, je l'espère, sera montrée

45

avril 1980
POUR TROUVER
UN TRESOR.FAUT SAVOIR
OU LE CHERCHER !
TECHNIC JENSEN SHURE

Caméra 35 mm Reflex
ST-8011- Syntonisateur PENTAX Kl 000
sensibilité 1.9MV
V
MMMMM mm m m • im%%v%:

S U 8 0 1 1 - Ampli 25w Par canal


T . H . D . 0,08%

Table S L B 2 . Entraînement par


courroie — semi-auto —
HP. JensenSO 3
voies - 50w. Lentille 5 0 m m F2. $214.95
cartouche Shure M70EJ Etui compris Quantité limitée

Po u r $814.80 Quantité limitée


Bandes dessinées — Lombard-Dupuis
Disques classiques Disques réguliers Casterman-Glénat-Brétécher-Dargaud.
C%f\Of d'escompte d'escompte
^ Ej*^ d'escompte
du prix suggéré. *w \J /O du prix suggéré. 23% du prix suggéré.

9 6 9 5 9 5
Dactylos Smith Corona. Classic 12 $ 1 9 6 . Entreprise $ 2 4 7 . Coronomatic 2200 à $ 3 4 9 .

Vous vous êtes demandé comment les étudiants peuvent se


payer ces systèmes de son, ces caméras dont vous avez
toujours rêvé ? C'est pas sorcier : ils savent profiter de nos
bons prix au Magasin Services-Campus.
Vous aussi pouvez profiter de nos services. ! Au Magasin
Services-Campus, nous ne nous gênerons pas pour vous
expliquer pourquoi le modèle moins cher correspond
souvent le mieux à vos besoins. Quel que soit ce que vous
recherchez, vous pouvez être certain de toujours retrouver
chez nous le meilleur rapport prix/qualité.
Magasin Services-Campus
2332 Édouard-Montpetit, coin Sterling

heures d'ouverture
Lundi au mercredi Ind: 9h30 a 18M5
Jeudi, vendredi: 9h30 a 2 0 M 5
tél. 739 3405,739 2049 Samedi: 9h30 a 17K30; fermé le dimanche
CROCniques
dans nos contrées. a v o n s t o u s déjà vu d e s p h o t o s d e s
Enfin, p o u r c l o r e c e t t e m a g n i f i q u e gigantesques sculptures à visage
j o u r n é e , le C h o e u r de l ' A r m é e R o u g e e s t h u m a i n q u i p a r s è m e n t l'île. D e p u i s d e s
venu interpréter s e s plus grands succès. m i l l é n a i r e s , o u a u m o i n s 10 a n s ,
3°- L E S STATUES N ' E X I S T E N T PAS.
La foule, d o n t l'accueil p r e m i e r était F h u m a n i t é s e p a s s i o n n e en s e
q u e l q u e p e u tiède, s'est vite a n i m é e d e m a n d a n t : «Mais b o n s a n g , d ' o ù Cette h y p o t h è s e a u d a c i e u s e a été
q u a n d les c a n o n s d e s t a n k s r u s s e s s e viennent c e s s t a t u e s ? » . . . P e r s o n n e l l e - a v a n c é e p a r le p r o f e s s e u r Olaf BGRN,
s o n t t o u r n é s v e r s elle. A p r è s tout, rien ment, je n'en ai a u c u n e idée, c e q u i n e a r c h é o l o g u e d e r e n o m . C était à s e s y e u x
c o m m e un p e u d ' e n t r a î n e m e n t p o u r m ' e m p ê c h e r a p a s d'avoir u n e opinion. la s e u l e e x p l i c a t i o n p o s s i b l e , «car c e s
m o t i v e r l ' e n t h o u s i a s m e d e s foules... Avant de v o u s la livrer, j e v o u d r a i s q u e statues», disait-il, «sont i m p o s s i b l e s s u r
n o u s e x a m i n i o n s e n s e m b l e l e s princi- le p l a n historique». M a l h e u r e u s e m e n t ,
J ' a i dû m a l h e u r e u s e m e n t q u i t t e r
p a l e s h y p o t h è s e s p o u r e x p l i q u e r le le p r o f e s s e u r BGRN, q u i s'était r e n d u
F e n c e i n t e à c e m o m e n t a y a n t été atteint
mystère des monolithes p a s c a u x s u r le s i t e m ê m e p o u r é t a y e r s a c u r i e u s e
p a r u n m a l a i s e . En effet, u n h i p p i e
théorie, n'a p u é l a b o r e r p l u s a v a n t s o n
s o v i é t i q u e qui voulait a b s o l u m e n t m a
h y p o t h è s e . E n effet, s a b r i l l a n t e e n v o l é e
p a i r e de j e a n s avait été dire à q u e l q u e s
oratoire a été b r u s q u e m e n t i n t e r r o m p u e
s o l d a t s q u e j ' é t a i s un fils illégitime d e
q u a n d u n e s t a t u e i m p o s s i b l e d e 15
Sakharov.
t o n n e s s ' e s t é c r o u l é e s u r IuL
Ceux-ci m ' o n t d o n c u n p e u a s s o m m é
et j e s u i s r e v e n u à m a c h a m b r e s a n s m e s
j e a n s et q u e l q u e p e u é t o u r d i ( q u e l q u ' u n 4°- L E S STATUES SONT D'ORIGINE
m ' a dit q u e je ne d e v a i s p a s m e froisser, EXTRA-TE RRESTRE.
q u e c e s t a p o c h a g e s étaient m o n n a i e Cette h y p o t h è s e s'en vient d e m o i n s
courante d a n s les manifestations des en m o i n s originale. Q u a n d q u e l q u e
j e u n e s : il s e m b l e en effet que, p u i s q u ' i l c h o s e est inexplicable, contraire à
est i m p o s s i b l e d ' o b t e n i r de la d r o g u e , les l'histoire de la c u l t u r e et d'un g o û t
j e u n e s R u s s e s s e d o n n e n t de g r a n d s douteux, on b l â m e tout de suite les
c o u p s de p o i n g p o u r a t t e i n d r e les e x t r a - t e r r e s t r e s . Moi je d i s c e c i : à c e
p a r a d i s artificiels : d ' a c c o r d ) . 1°- L E S STATUES ONT E T E SCULPTEES titre-là, les d i s q u e s de C l a u d e V a l a d e
S u r ce, j e v o u s l a i s s e et v o u s s a l u e a u PAR L E S INDIGÈNES DE L'ÎLE. sont a u s s i d'origine extra-terrestre.
n o m de la m u s i k , c e t t e g r a n d e l a n g u e H y p o t h è s e i n t é r e s s a n t e . C'est en effet Non, m a i s c ' e s t vrai. Si les extra-
internationale. C o m m e m o t de la fin, je t e r r e s t r e s p a r t e n t d u fin fond d e s
tout à fait p l a u s i b l e q u e les h a b i t a n t s de
v o u s l a n c e le cri q u e s c a n d a i t la foule c e g a l a x i e s p o u r v e n i r p l a n t e r d a n s un t r o u
l'île ( a p p e l é s P â q u e r e t t e s ) aient e u le
m a t i n : «Hip Hip O u r a l !> p e r d u en plein o c é a n d e s s t a t u e s de 20
g o û t de d é c o r e r l e u r s p a r t e r r e s a v e c d e s
Skol, T o m m y D a o u s t Clic!* t o n n e s q u i ont l'air d e m a u v a i s e s
g r a n d e s f a c e s en r o c h e p e s a n t 20
* N.D.LR. : micro qui se /erme.O c a r i c a t u r e s de R o g e r G o s s e l i n , b e n
tonnes. A p r è s tout, a u Q u é b e c o n fait la
r a s s u r e z - v o u s : o n e s t b i e n la s e u l e
m ê m e c h o s e a v e c de vieux p n e u s p e i n t s
f o r m e d e vie intelligente d a n s Funivers...
en b l a n c et d e s c h â t e a u x en b o u t e i l l e s de
Javex... à c h a c u n s e s goûts... le s e u l Non, m o i je v a i s v o u s dire c ' e s t q u o i
p r o b l è m e , c ' e s t q u e les b r a v e s g e n s de m a théorie. C'est b i e n s i m p l e : L E S
Fîle ne s e m b l e n t p a s a v o i r un talent t r è s STATUES DE L'ÎLE DE PÂQUES, C ' E S T

réfrange développé pour l'artisanat Les jeunes


filles l o c a l e s s e m a q u i l l e n t la figure en s e
DU VRAI MONDE !
«Ben v o y o n s donc», a l l e z - v o u s m e
dire... «Qu'est-ce q u e tu n o u s c h a n t e s là
m e t t a n t la f a c e d a n s u n b o u s e de c h è v r e ,
t a n d i s q u e les j e u n e s h o m m e s s e font m o n vieux Claude...» Pourtant, je s u i s s û r
d e s t a t o u a g e s en s e tailladant la p e a u à q u e j ' a i r a i s o n . Ça m ' a f r a p p é u n j o u r
l'aide d u b e c d'un fou de B a s s a n e n c o r e q u e j'étais sorti avec m o n c h u m T o m m y
v i v a n t Rien n'est i m p o s s i b l e , bien s û r . D a o u s t On était allé voir un s h o w de
M a i s on est en droit d e s e d e m a n d e r a v e c r o c k ' n ' r o l l a u F o r u m . À un m o m e n t
q u e l s o u t i l s a u r a i e n t travaillé les donné, je m e s u i s r e t o u r n é et j ' a i
r e g a r d é le p u b l i c . Et là, j ' a i fait «Oh
Claude N'Counters artisans locaux qui auraient sculpté ces
Wow!» L a c o m p a r a i s o n était f r a p p a n t e .
oeuvres gigantesques, surtout quand on
En v o y a n t les j e u n e s a s s i s d a n s la salle,
voit à l ' o e u v r e les c h a r p e n t i e r s l o c a u x
Bonjour les bizarres, ( p o u r faire u n e p o r t e , ils é r i g e n t u n m u r
j'ai r e c o n n u c e s r e g a r d s vides, c e s
E n c e m o i s o ù le Christ e s t r e s s u s c i t é il v i s a g e s d e p i e r r e , c e s f r o n t s bas... n e
et e n s u i t e p a s s e n t a u t r a v e r s en s e
m'en d e m a n d e z p a s plus, m a i s depuis ce
y a quelques années, j'ai pensé que ce d o n n a n t un élan...).
soir-là, j e s u i s p e r s u a d é q u e les s t a t u e s
s e r a i t u n e b o n n e idée d e m e p e n c h e r
d e Fîle de P â q u e s s o n t j u s t e d u vieux
s u r u n g r a n d m y s t è r e . Qui d ' e n t r e n o u s 2°- L E S STATUES ONT É T É INSTALLÉES m o n d e q u i s o n t r e s t é s a c c r o c h é s en
n'a p a s été f a s c i n é en r e g a r d a n t un l o n g PAR LA CHAMBRE DE COMMERCE r e g a r d a n t un s h o w d e m u s i q u e q u i a dû
v i s a g e a u x traits m a r q u é s d e gravité, un DE L'ÎLE DE PÂQUES a v o i r lieu il y a d e s m i l l i o n s d ' a n n é e s . J e
v i s a g e o ù l'on d e v i n e u n e l o n g u e souf-
t r o u v e ç a triste, m a i s je p e n s e q u ' o n e s t
france, a l o r s q u e s e s y e u x s c r u t e n t le I n t é r e s s a n t m a i s p e u p r o b a b l e . Le
m i e u x d e p a s l e s réveiller...
p a y s a g e d u h a u t d ' u n e colline b a l a y é e c o m m e r c e s u r l'île est r é d u i t à s o n s t r i c t
p a r le vent ? Oui, v o u s m ' a v e z c o m p r i s : m i n i m u m : le t o u r i s t e d é s i r e u x d e Le m o i s p r o c h a i n , c ' e s t le m o i s de
je v e u x v o u s p a r l e r a u j o u r d ' h u i d u r a p p o r t e r u n s o u v e n i r s e voit offrir d e s Marie ; n o u s parlerons de F a t i m a : un
m y s t è r e de l'île d e Pâques... p i n t e s d ' e a u de mer, d e s c h a p e a u x e n miracle, ou des petits christs de
T o u t le m o n d e c o n n a î t l'île de P â q u e s , b o u s e d e c h è v r e , o u d e s vieilles b o î t e s d e menteurs ? O
m ê m e si p e r s o n n e n'y e s t allé. N o u s Kodachrome.

47

avril 1980
CROCniques
moyen n'en fait que 6. Devant le CLITORIS
problème manifeste que représenterait A- Une sorte de hashich 24%
une restructuration générale des deux B- Un rince-bouche 32%
organes, les groupes de femmes C- La veine qui charrie le fun chez la

sexe
interrogés ont plutôt orienté leurs femme 7%
récriminations vers l'utilisation D- Aucun 39%
adéquate des éléments déjà accessibles,
à savoir les six pouces restants. CARESSE
Le département de sexologie de A- Une sorte de savon 3%
l'Université de Montréal se penche B- Quand ma blonde m'aime 90%
actuellement sur le cas du C- Signe d'affection 4%
comportement sexuel du mâle D- Aucun 3%
québécois. Madame Linda Bigras,
directrice du Comité d'enquête, est VULVE
Johanne Arseneau unanime : «Les Québécois baisent mal, A- Piston 18%
vite et pas souvent. Ils le font plutôt en B- Cri de ralliement créditiste 37%
état d'ébriété, rarement en bon état.» C- Orifice extérieur du vagin 19%
Les étudiants en sexo déclarent pour D- Aucun 26%
T o u t e la vérité s u r l'homme leur part que la source du problème ARÉOLE
qui é j a c u l e p l u s vite q u e réside dans une mauvaise éducation. Ils
A- Le nom de jeune fille de Bobert
son o m b r e . s'attristent de constater qu'à leur
Charlebois 4%
université, seulement 35 étudiants ont
B- Spot lumineux autour de la tête des
choisi cette discipline, alors que tous les
saints 76%
D'après une enquête effectuée par le autres s'orientent vers d'autres facultés.
C- Aucun 18%
ministère de la Bonne Santé, Montréal Cette ignorance crasse ressort d'un
comptait en 1979, 25,000 milles de vagin questionnaire distribué par les LE R A P P O R T HITE
inutilisables et environ 70,000 mal résidentes de la rue Garnier, entre St- A- Interjection allemande lors du
utilisés. Les statistiques démontrent Joseph et Laurier, à leurs amants et coït 35%
que le vagin humain moyen mesure 8 conjoints. Voici un extrait de ce
B- Bruit involontaire lors de la digestion
pouces alors que le pénis humain questionnaire :
suite en page 59

Les aventures de Jim Cutlass

MISSISSIPI
RIVER Enfin, un nouveau
héros de western
inventé par
J.-M. Charlier et
Jean Giraud
En vente
dans toutes
les librairies

Les Humanoïdes Associés


48

CBOC
H^Kk OLGA niJuJêteâ
MW®/ D'ÉCONOMIE SUR TOUTE BANDE DESSINÉE
J 9 #® MX LIBRAIRIES SCORPION £r FLAMMARION.

E»\/ov£l'c'r'AU BOUTE fl'DOMC.! MOUS CHEZ


fLAHMAMM CASSE LES PRIK, SCOAP/OAJ °*> AJEAJOUS
T'Sé j'vEux ùi*£:ff% PEHOIAJS DAMŒ PAS L£. Piû/O . OAJ
CH£A QU'AILLEURS £U'A B.DT PROFITS. A U S S / D£ C£TT£
OCCASION

US SOfTÇOWPfS
t£J3WW6ASS.

wBBÈk

71 L'EXCEPTION DES LIVRES ILLUSTRES POUR EUfANTS.

LIBRAIRIES CENTRE DOMAINE LES TERRASSES


DU SCORPION 3365, rue Granby 705 ouest, rue Ste-Catherine
Montréal Montréal
librairie llammanon 256-9564 288 3514

LIBRAIRIE FLAMMARION GALERIES D'ANJOU MAIL CHAMPLAIN CENTRE LAVAL


1243, rue University 7525, boul. Galeries d'Anjou 2150, boul Lapinière 1600, boul. Le Corbusier
Montréal Ville d'Anjou Brossard Chomedey, Laval
866-6381 351-8763 672-9222 688-5422
is u
i-»—. . , _ .
SÉRIE F M / R E S
.. — TT. i
gfcn£<; PROBLÈME P'OPTÎQUE
1 i' ;

PENSE ôCNEPAtfW0ÎT| - ' Q U E aUAND


. . . fU Y AJOUTENT
(«T À TôRT<££A VA_5AM$ P'P-E / / / j | | Po$$èl?ENT
~Tfc£S EPAiS, E T
C H O S E ... i f A55£OI'ENT|
KSSuS
pi AVE^-
U\J
^AZoojcA

AU PÉ^uT IL* £N6v|£EAi£Wr o AUJOURP'MUi


P£ VîEU*. SEMEUKS o 0 ° o LES QuAÉHEfc*. £'EST
o u PAfcEUR* o _ PLU* „
o ° o
°' ° o ° E T L
^ P
M ^ V
SofoiSTWuE
JouKNAUK... # \ y
o,
TIERS- MONPE,
o ^
i
o
o
o

52

CROC
Si ON REôatëPE. DAMS » N S LA T ê % PK £i£(4ES
Z.A TlTe. P'UNi PocTe
L E S VIELLES M & Î T U P É S

T E L L E ^ ^ L L C S

0
<1A [_£S PBSTÈ6E P £ S
AV£C U*l PETIT &î|sïrMoiP.
N-^uT LÉ TEMPS 1
AU M i ( j £ U . . .

C E C?uiE<fT iP'A'LLtuft LES ÉfcUEs c?ui 0


O ° o.oo
JNE SE FOKJT PAS Offe'gER
iPouR RÉPANPRE L £ U £ S
iP£ES ... O N T PE4 .
PROBLEMES

>0
0 1
P/ C<E\T U<J& iLS orîTTbuS ^ES
PC ^£<^ÉMÉRÂfibk) TEU*DAMS LE.UR.lgTe
ABSOLUMENT
AHURiSSAMT" ^>ui LES K Ô A R D E N T / /
53

avril 1980
c'est aussi la B.D.:
cabu, cavanna,
copi, gébé, reiser,
sempé, wolinski...
M .
01 MHS? 55

avril 1980
56

CROC
avril 1980
CROC
suite de la page 48
CROCniqucs
Les résultats de ce questionnaire
d'une choucroute 27% n'ont fait que confirmer des soupçons.
C- Aucun rapport 31% Les femmes ont depuis élaboré un code
D- Oups... Excusez ! 5% servant à dépister les bons et les
MAMELON mauvais baiseurs. Subtilement
A- Gros fruit juteux 91% camouflées dans des boîtes de tampons
B- «Mange de la marde» en dialecte hygiéniques, des listes indicatrices ont
nippon 1% déjà fait des heureuses. Les hommes en
demande (6%) ne peuvent suffire à la
C- Crêpe bretonne 6%
tâche ; on craint le surmenage. Nous
D- Aucun 2%
conseillons aux laissés-pour-compte
ORGASME (94%) de trouver vite des alternatives.
A- Venir 77% Nous ne pouvons que louer les efforts de
B- Partir 77% certains groupes. Par exemple, dans le
C- Revenir 77% quartier d'Outremont, Maurice Chauvin
D- «Laisse faire» 23% fonde le MBA (Mauvais Baiseurs
Anonymes). Les séances ont lieu le
UTÉRUS mercredi soir à 7 heures dans le sous-sol Télé c o n t r e culture :
A- Planète 68% de l'Église St-Viateur. Les hommes télé 1, culture 0
B- Friandise hongroise 1% divorcés sont cordialement invités.
C- Organe de gestation 6% Beignes et café fort C'pas important la culture? Vous
D- Aucun 25% Les ÉPI (Éjaculateurs Précoces pouvez être sûrs que c* f important ! La
LEBOYER Incompris) de Pointe-aux-Trembles se preuve que c*remportant, c'est que tout
rencontrent à tous les premiers le monde le dit même le monde d'ia
A- Magasin de meubles 53% télévision, même qu'i s'fendent en
vendredis du mois au terrain de golf
B- Méthode d'accouchement 4% quatre pour nous faire des émissions
pour apprendre à viser juste et prendre
C- Le petit beau-frère de Richard culturelles. Non, mais c'est vrai : fmonde
leur mal en patience. O
Séguin 27% réalise pas comme c'est difficile de faire
D- Aucun 16% d'ia télévision culturelle quand on sait
etc. que l'monde qui regarde la télévision ont

UN NOUVEAU
I lirM/V l l l l f E
Le magot des Dalton
£85

À cette occasion, Morris, l'auteur de


Lucky Luke, sera de passage pour la première
fois à Montréal et à Québec et dédicacera
ses albums au Salon International du Livre
de Québec, du 22 au 27 avril 1980.

*Un nouvel album Achille Talon: «l'âge ingrat» de GREG


NOUVEAUTÉS DARGAUD
«La tête dans le sac» de LAUZIER T E U R
«Firaz et la vie en fleurs» de DRUILLET et PICOTTO
«La demoiselle de la légion d'honneur» de CHRISTIN et GOETZINGER

DARGAUD CANADA PRESSE-IMPORT TÉL.: (514) 336-4333


59

avril 1980
CROCniques R a d i o - Q u é b e c — L'envers du décor. la page suivante. Dites-moi alors
C o m m e ils disent dans la publicité : «Un combien de soirées avez-vous gâchées
d'ia misère à comprendre les annonces. regard sur la culture québécoise telle en laissant traîner vos manches dans
Mais ils essayent pareil... qu'elle se vit» Cette semaine, l'extorsion, l'assiette de votre voisin ? Ou encore en
C a b l e v i s i o n — Artisanat au boutte ! les pots-de-vin et les kick-backs avec enlevant avec vos doigts le liège qui
Seizième de finales du tournoi inter- Edouard Bémy, Jean Morin et André flottait dans une coupe qui ne vous
municipal de macramé de la région du Bobert. La semaine prochaine : appartenait pas (même si c'était pas
Bas-Saguenay. Cette semaine, les comment récupérer les cachets des pour mal faire) ? Dites-vous bien que
Amazones de Notre-Dame du Bien-Être artistes qui viennent faire une plogue, vous n'êtes pas mal élevés : ça se fait,
social rencontrent les Ficelles de St- avec la direction de Télé-Métropole, il h.) mais pas dans l'assiette ou le verre de
Étret de l'Épouvante. Commentatrice: R a d i o - Q u é b e c — L'adjectif. n'importe q u i J'ai donc, à l'aide de
Françoise Gaudet-Smet. (15 h.) Cette semaine, un dossier brûlant Jacques et Jacqueline, Claude et
R a d i o - C a n a d a — Aufc Frontières duCon. d'actualité : «À la veille du référendum, Claudette, Pierre et Pierrette, Jean et
Émission consacrée à la bêtise sous quelle est l'attitude des autres provinces Jeanne (tous des couples d'amis
toutes ses formes. Cette semaine, canadiennes face au référendum puis célèbres dont je tairai le nom de famille
quelques experts et praticiens analysent qu'est-ce que ça peut ben nous faire ? il h.) pour préserver leur intimité et dont j'ai
la stupidité et son rôle dans l'histoire, de R a d i o - C a n a d a — Rencontres. changé le prénom pour faciliter la
ses origines à nos jours. Avec Léo Bivest, Émission spéciale consacrée à la vie et la compréhension), dégagé ces
Michèle Bichard, Boger Giguère et le pensée de Roland Giguère. 115 sec.) principes élémentaires qui feront de
Professeur Henri Gazon. La semaine votre table l'endroit le plus connu du Jet
T é l é - M é t r o p o l e — Votre amie Suzanne.
prochaine : Pimbécilité et la crétinerie. Set international
Comment faire du macramé avec du
(1 h:) phentex. Comment parler avec un 1- LE NOMBBE DE PEBSONNES : 7 ou 9.
R a d i o - C a n a d a — A soir on s'berce — plombier. La semaine prochaine : (Le chiffre est impair parce que je suis
D'main soir on dort. comment faire du phentex avec du toujours seule depuis que Côme et moi
Émission consacrée aux problèmes et macramé. Quoi faire quand un plombier on s'est séparés). Plus que 9, c'est pas un
aux plaisirs du troisième âge, ainsi veut pas répondre. (15 min.) souper, c'est un party. À moins que 7, ça
qu'aux solutions proposées par les R a d i o - C a n a d a — Ciné-Club. se parle pas parce que tout le monde
experts. Cette semaine : les maladies «Vie de Plombier» de Léo Bromidès avec écoute puis c'est fini à 9hl/2. Et à la
terminales, le radotage et l'euthanasie. Anna Vatfairefoutskaya (serbo-croate). prochaine invitation, ces gens-là vont
(Sh50) Les tribulations, les angoisses et les dire qu'ils sont occupés. J e le sais, j'ai
affections pulmonaires d'un plombier fait ça une fois et Robert Redford n'est
T é l é - M é t r o p o l e — Super-dimanche !
serbo-croate. Ce film a remporté un jamais venu souper chez moi parce qu' il
Hommage à Sigmund Freud ! Comédie
troisième prix au Festival inter-régional en avait entendu parler.
musicale de Marcel Gamache mettant
en vedette Gilles Latulippe, La Poune, de Perpète-les-Bains pour la qualité de 2- LA RÈGLE D'OB : NE PAS A S S E O I S
Manda et Marcel Giguère. (Ça dépend sa pellicule. (Serbe avec sous-titres LES COUPLES E N S E M B L E !
des annonces.) croates.) (2 min.) Ça, c'est à cause des coups de pied d'en
R a d i o - C a n a d a — Faut voir ça ! dessous de la table. Par exemple, si
Note : toute ressemblance de ces
Hommage à n'importe qui ! Variété avec j'avais assis Claude et Claudette un à
émissions avec de vrais programmes
Patsy Gallant, Bené Simard, Julie Arel, côté de l'autre, Claudette aurait frappé
serait regrettable. O
Ginette Bavel et les danseurs de Gian Claude à chaque fois qu'il dit une
Carlo Machismo. (Le temps qu'ça niaiserie ; il lui aurait répliqué avec une
prendra.) autre niaiserie dans le genre : «Voyons,
qu'est-ce que t'as? C'est-tu les moules
R a d i o - C a n a d a — Télémaque.
qui commencent déjà à faire leur effet
Pierre Olivier est encore empêché de
aphrodisiaque ?» (Oui, oui, il l'a déjà dit !)
sourire par la crise de l'Iran, la crise de
l'Afghanistan, la crise du pétrole et la Par contre, si on met Jeanne à côté de
crise de nerf de Denise Bombardier. (30 Claude et qu'il lui donne des coups de
min.) pieds, elle va alors avaler une de ses
R a d i o - C a n a d a — L'Observateur. (Zarts- moules avec la coquille. Là, Claude
z-artistiques.) devient tout rouge pis Claudette violette
Le cinéma d'art, le théâtre, la littérature si elle est assise en face de lui.
pis un paquet d'autres affaires que le Probablement qu'elle va alors prendre
monde ordinaire veut rien savoir de... sa fourchette et la planter dans l'avant-
(30 min.) bras de Claude. La même chose pour
Jean, s'il n'y a pas entre lui et Jeanne
T é l é - M é t r o p o l e — Le Super-gala-thon
quelqu'un comme Pierrette pour
de l'imbécilité congénitale !
Normalement je vous parlerais de ce détourner son attention. Ce qu'il faut
Toutes les vedettes de T-M pis même du
qui s'est passé d'intéressant le mois alors, c'est placer le couple de biais,
monde que personne connaît participent
dernier. Malheureusement, j'ai promis à chacun étant juste assez proche pour ne
à cette émission spéciale constituée des
Liza (Minelli) de ne rien dire sur son pas être insécure, mais assez éloigné
meilleures émissions de T-M. (8 min.) pour ne pas s'entendre confier à leur
R a d i o - C a n a d a — Télé-Jeans. party pour ne nuire à personne. J e me
plus proche voisin leurs respectives
Magazine d'actualité consacré aux rabats donc sur cette leçon de vie
déviations sexuelles, comme Claudette
problèmes des adolescents et de ceux sociale : comment asseoir autour de la
avec Pierre ou Jean avec Pierrette,
qui n'en sont pas encore sortis. Cette table le monde que vous avez invité à
pendant que moi je commence à
semaine : comment distinguer l'acné de souper.
desservir.
la gonorrhée, avec un groupe de Vite comme ça, vous pensez sûrement
sexologues et de délinquants. (30 min.) A- que c'est pas important B- à passera Par ailleurs, Jacques et Jacqueline

CBOC
CROCnkjues
Pierrette, Claude et Claudette) idéale-
ment entourés de 2 ouverts ou sinon de
plus ou moins ouverts (Jean et Jeanne),
marché, la décoration de la chambre,
etc. Moi et mon ancien mari (Côme), par
exemple, on se pratiquait souvent,
même tout seuls ensemble : on
s'assoyait très loin l'un de l'autre, pis ça
marchait, on se chicanait jamais. On ne
se parlait pas non plus, mais dans la
balance...
3 REGLES, C'EST FACILE A RETENIR
Habituellement, c'est vers les fromages
que vous allez pouvoir en vérifier
l'utilité: parce que les mouvements de
foule commencent Ce soir-là, c'est aux
fromages que Jacqueline est partie être
malade aux toilettes et que Jacques en a
profité pour s'éloigner de moi et se
rapprocher de la fenêtre. Au dessert,
même si personne n'avait faim, y e n ont
tous pris : sauf Jacqueline qui était
encore dans les toilettes. Jeanne et
Claude se sont offerts pour faire le café
ensemble, pour aller plus vite ; ça leur a
pris 3/4 d'heure, assis l'un sur l'autre.
Pierrette avait son air bête pis voulait
partir. Claudette braillait dans la
peuvent s'asseoir un à côté de l'autre 3- LA PERSONNE QUI REÇOIT S'ASSOIT chemise de Pierre, lui-même incapable
parce qu'ils sont un couple ouvert; PROCHE DE LA CUISINE : ça, c'est pour de se lever. Jean jouait dans son manger
Jacqueline ne sera jamais fâchée si je ébouillanter le moins de dos possible. en attendant Jeanne. Moi j'étais à terre à
parle à Jacques toute la soirée dans la côté de ma chaise et 3 minutes après, en
Si vous êtes 2 à recevoir, il faut c

mesure où Claudette ne l'empêchera blouse sur le balcon à —4 f.


alors que l'autre soit à l'opposé
pas d'échanger avec Pierre. Mais on ne de vous pour éviter que chacun ne Imaginez c/que ça aurait été si on
peut asseoir Pierre et Pierrette ensemble reprenne l'autre sur qui a fait quoi s'était placé n'importe comment ! Le
à cause de la fois où Pierre a planté une pour le souper, dans le ménage, le mois prochain : comment placer autour
fourchette dans le mollet gauche de La disposition est donc la suivante : 2 de la table les 10 provinces du Canada
Pierrette (elle avait les pieds sur la table). ouverts entourés de 2 fermés (Pierre, RyeLO

Êtes»vous laid; laide, impuissant; frigide ?


CROC a découvert une solution mais qu'importe, on aura tôt fait
à tous vos tourments ! Les de passer par-dessus vos petits
chandails CROC et Sombre Vilain défauts grâce à votre éclatant
viendront à votre rescousse. chandail CROC (ou Sombre
Portez-en un ! Vous ne serez pas Vilain). Mangez-en un ! C'est un
moins laid(e), ni moins puant(e), puissant placebo aphrodisiaque !

Expédiez-moi • mon chandail CROC (une couleur) au prix de $6.00


• mon chandail Sombre Vilain (4 couleurs) au prix de $8.00

Taille adulte: • grand • moyen • petit Taille enfant: • grand • moyen • petit

Nom (écrire en lettres moulées)


Adresse — v i l l e
Code postal P n
""'"^ p
Pavs
J'ai inclus • mon chèque • mon mandat-poste de -
poster a:
et j'attends mon chandail dans les trois semaines qui suivent Magazine CROC.
Faire son chèque ou mandat-posle au nom de Ludcom inc. Service des abonnements,
464 rue St-Jean.
Montréal,
H2V 2S1
61

avril 1980
s u i t e d e la p a g e 11 q u ' o n le censure, c'est tout simple- deux épuisés.
noirceur, il y faisait aussi n o i r q u e m e n t : Elle avait fait venir ma graine. Je restai un bon m o m e n t à con-
dans une m i n e de charbon. Avançant La suite du texte devient alors beau- t e m p l e r son a) s i p h o n , b) grief, c) jet
à tâtons dans le c o r r i d o r , j e m e suis c o u p plus c o h é r e n t e : Surprise, elle d'eau, puis je m e relevai, r ê v e u s e et
e n f a r g é et j ' a i d é b o u l é jusqu'au sa- a toussé deux ou trois fois. D'ailleurs, e n c o r e pleine du produit de notre a)
lon. En m e réveillant, j'ai vu les c o m m e le r e l è v e justement S i m o n e d r a i n a g e , b) litige, c) semence, et je
parents d e Louise revêtus d'unifor- Lajoie dans son ouvrage, il ne fait lui dis adieu, non sans regretter le
m e s nazis; ils m ' o n t a n n o n c é que les aucun doute qu'il s'agit ici d'un fel- vide que laissait dans m o n a) é c l u s e ,
enfants étaient c o u c h é s et qu'ils latio (ou coït ab ore), puisque dans le b) interlocution, c) bosquet la trace
avaient l'intention de m ' o f f r i r une manuscrit, après que la fleur eût de sa puissante a) v a n n e , b) procu-
partie de plaisir. La grand-mère avait toussé deux ou trois fois, le Petit ration, c) quenouille. Mais il fallait
attaché le c u r é au lazy-boy et elle lui P r i n c e réfléchit tout haut : ... une partir : d'autres clients m'atten-
criait des injures. L o u i s e se p r o m e - autre qui n'est pas capable d'avaler daient et d'autres a) c o n d u i t s , b)
nait nue et hurlait c o m m e une dé- sans faire des grimaces... toutes pa- instrumentations, c) binettes aussi
mente. C'est à partir de ce m o m e n t reilles, ces connes de fleurs. imposantes que celles de Jean. Je
q u e m e s s o u v e n i r s s'estompent. Il y aurait de ma part b e a u c o u p de r e m i s de l'ordre dans m e s a) o u t i l s ,
c o m p l a i s a n c e à multiplier ainsi les b) papiers, c) outils que la passion de
Rapport du sergent Beaudin exemples. Contentons-nous de l'es- Jean avait éparpillés dans la pièce, je
On a retrouvé le dénommé C. Sous- sentiel, le Petit Prince n'est jamais lui dis adieu et je lui annonçai que si
Entendu, nu et incohérent, en face du arrivé d'une planète inconnue. notre r e n c o n t r e avait des suites, il
siège social d'une compagnie de fi- Quand St-Ex le r e n c o n t r e dans le recevrait m e s a) f a c t u r e s , b) hono-
nance bien connue. Au boutdeSjours désert, il vient tout juste d'être raires, c) états de compte par la poste.
de soins in tensifs, il afin i par racon ter a b a n d o n n é là sur l'ordre de la
le récit que vous venez de lire. Nous C h a m b r e de c o m m e r c e de Casa- s u i t e d e la p a g e 2 5
avons fait immédiatement une des- blanca, qui ne savait plus c o m m e n t que c'est parfois très chiant), de
cente à l'appartement de la dite se débarrasser de cet o b s é d é qui partir à 3 heures du matin p o u r Do-
"Louise». Bien entendu, il était vide, et faisait grand tort au t o u r i s m e l o c a l nacona, Dolbeau ou D r u m m o n d v i l l e
le concierge de l'immeuble a juré La s e m a i n e d'avant, il avait conta- juste p o u r satisfaire m e s instincts
qu'il en était ainsi depuis 6 mois. m i n é trois autobus de Japonais, go- bestiaux.
L'histoire banale, quoi. Comme vous norrhée, m o r p i o n s , c h a n c r e mou, Mais ma p i r e année, j ' e n sors.
etc., e t c . . 1979, l'année du K. Déjà les Kathy et
le savez, sergent, c'est le 20ième cas
semblable qu'on nous signale depuis Et la p r e m i è r e phrase qu'a dite le les Katéri, ça pleut pas. Mais là, je le
2 mois. À date, nous avons réussi à Petit Prince à St-Ex, ce n'est pas : d i s : je suis rendu malade. Mettez-
étouffer l'affaire, les journaux ne S'il te plaît, dessine-moi un mouton ! vous à ma place...
sont pas au courant. Mais ça va finir Il lui a tout s i m p l e m e n t d e m a n d é : A v e z - v o u s déjà essayé de faire
par se savoir. Imaginez alors la pani- Suces-tu ? C o m m e l'autre n i o c h o n l'amour dans un kayak avec un képi
que, la bousculade dans les toilettes n'avait pas l'air de c o m p r e n d r e , il lui kaki sur la tête ? Et j ' a i m e autant pas
publiques. C'est un dossier brûlant.Q a fait un dessin dans le sable du penser à ce qui ce serait passé si les
Sahara. Il y est toujours d'ailleurs, gens du z o o de Granby m'avaient
223 milles au sud de Marrakech, à p o g n é dans la cage au kangourou...
s o l u t i o n d e la p a g e 14 gauche d e r r i è r e la dune. Ça été ben dur, mais j'ai aussi cou-
C'est pas si facile que ça d'être en ché avec la plupart des m e m b r e s du
A v e c une patience de Bulgare, Si-
a m o u r p o u r vrai, h e i n ? Si f a s plus club K i w a n i s de Laval. Ce qui a été
m o n e Lajoie rétablit les faits, nous
q u e 24oui, f e s p r o b a b l e m e n t en plus difficile, c'est de les persuader
présente un Petit Prince plus prag-
a m o u r ou b e n d o n t'es fou (folle) ou matique que celui que nous con- de p o r t e r un k i m o n o ou un kilt ! Pis
ben d o n tu bois trop. (Avant de naissions, et disons-le, plus mature. j ' a i m e autant pas vous parler du
f exciter, c o m m e n c e par a r r ê t e r de L'autre ergotait sur les papillons, les karatéka et de la bouteille de ket-
boire.) fleurs et les étoiles, nous bassinait chup... Heureusement que pour faire
Si f a s m o i n s que 24 oui, f e s pas en avec sa m o r a b l e a g r i c o l e et champê- passer ma tension je suis allé v o i r
a m o u r (pas p o u r vrai) : p r e n d s ton tre. Celui-ci appelle un cul un cul. 42 fois le film K i n g - K o n g (2 K p o u r le
fun pendant qu'y passe pis o u b l i e M ê m e en bulgare, c'est rafraîchis- prix d'un ! ! ! ) . . . et tout ça au K é b e k !
toute l'affaire, pis vas v o i r ailleurs.Q sant. En tout K... je suis pas fâché que
En terminant, notez que l'ouvrage 1980 soit arrivé. A p r è s tout, la terre
s u i t e d e la p a g e 17 de S i m o n e Lajoie est actuellement est peuplée de Lise, Line, Louise,
dans l'édition originale, il n'est pas en traduction. Il devrait sortir au Lorraine... On peut aller dans des
question de globe, la fleur dit : Le p r i n t e m p s des presses des éditions lits, des lieux, des locaux, des loges.
soir vous me mettrez, sans p r é c i s e r Fides, dans la c o l l e c t i o n Jeunesse.O Enfin, vous v o y e z ce que je veux
l'endroit. Parlant toujours de sa dire. J'ai besoin de respirer, moi,. Je
fleur, le Petit Prince e x p l i q u e : Elle s u i t e d e la p a g e 2 2 vois v e n i r avec h o r r e u r les Q, les V,
était venue sous forme de graine, une vient pressant de sa a) m è c h e , b) W, X, Y et Z. Vous pouvez c o m m e n c e r
p h r a s e sibylline qui a toujours laissé plaidoirie, c) pompe. V a) é g o u t - tout d e s u i t e à s o r t i r v o s q u i c h e s , vos
p e r p l e x e s les analystes et les criti- t e m e n t , b) arbitrage, c) émondage quasimodos, vos visons, vos wagons.
ques. Et p o u r cause!... «venir sous sembla d u r e r une éternité. Puis vint Préparez la Xérox et les yoyos, dites
f o r m e de graine» ne veut absolument 1' a) i r r i g a t i o n , b) h o m o l o g a t i o n , à Zoé, aux z è b r e s et aux zibelines
rien dire. Ce qu'a écrit St-Ex, avant c) arrosage, qui nous laissa tous les que je m'en viens... O

CROC
Rires de CROC
Plaisir d'amour
ne dure durent
q*un moment..toute l'année

E n v o y e z - m o i CROC pendant les 12 p r o c h a i n s m o i s p o u r $12. J ' é c o n o m i s e


$9. Tarif a n n u e l : 12 n u m é r o s p o u r $12, o u t r e - m e r $18, par a v i o n $30,
institutions $16. Exemplaire en k i o s q u e et p r e m i e r s numéros, SI.75
chacun.
Poster a:
Vous trouverez mon chèque • mandat • ci-joint
Magazine Croc
Service des abonnements Faire son c h è q u e ou mandat-poste au n o m de L u d c o m inc.
4(U, rue St-Jean Nom :
Vieux-Montréal, Québec Adresse :
H2Y 2S1
Ville : _ Province :
Code postal (important) :
C ' E S T TOUTE
UNE FOIRE,
X4- 10? HEIN ./
; S 175

Vous aimerez peut-être aussi