Vous êtes sur la page 1sur 64

Avis: Santé et Bien-être social Canada considère que le danger pour la santé croît avec l'usage-éviter d'inhaler

Moy. par cigarette: Régulier: "goudron" 12 mg, nicotine 0.9 mg. King: "goudron" 14 mg, nicotine 0.9 mg.
P H O T O - T H É Â T R E invité: Michel Rivard

J E SUIS MICHEL
RIVARD-

MICHEL RiVARD... RIVARD •ECOUTEZ. MON BRAVE, JÂI ETE C O N V O Û U E |


PHOQUE "... "LE SACRIPANT •PAR LA SECTION CULTURELLE PE C R O C
•POUR INTERPRÉTER QUELQUES EXTRAITS I
1VB M O N R Ê - j ^
m
LPERTOiRE.

m
CORNEILLE: " CIEL À QUI >SUAKE5PEARE: TREMBLAY: * VEUX - T U
[ V O U L E Z - V O U S DESORMAIS QUE J E 'DEATH.PEATH, L'AVOIR PANS F A C E L E
RE L E S E C R E T P E M O N ÂM OH AMJASLE
|ET L E S O I N P E M A V I E ? LOVEL/PEATH':
ClNNA, ACTE JV,SC <3ULJU5 CAESAR
ACTE TV. 5 C 3

ai
POT P E B E U R R E P E
PEANUTS C R U N C H Y ? "
A T O i POUR T O U J O U R S T A
M A R J E - IJOU. PAGE 51.

octobre 1979
CROC
CROC
VOL. 1 no 1 o c t o b r e 1979
E D I T E U R S : Roch Cote et Jacques Hurtubise
R E D A C T E U R E N C H E F : Roch Cote
D I R E C T E U R A R T I S T I Q U E : Jacques Hurtubise Ce 23e n u m é r o de C R O C vous reserve q u e l q u e s surprises. Les
DIRECTEUR ARTISTIQUE ADJOINT: Michel
Durand habitues oju m a g a z i n e constateront q u e l'équipe a n c i e n n e a ete congé-
A D J O I N T E A LA R E D A C T I O N : Hélène Fleury diée au g r a n d complet, étant d o n n e q u ' e l l e n'était p l u s très d r ô l e . Elle est
E Q U I P E D E R E D A C T I O N : Patrick Beauchn.
Gilbert Bolduc. Roch Cote. N o r m a n d m a i n t e n a n t recyclée au s u p p l é m e n t Arts et Lettres d u Devoir, sauf l'ex-
Daigneault. Roger Harvey. Pierre Huet. directeur de la revue, c o m p l è t e m e n t i r r é c u p é r a b l e , q u i , d a n s ses
Jacques Hurtubise, Serge I.angevin.
Claude M e u n i e r , Michel Rivard d e r n i è r e s semaines a C R O C , se croyait a Business W e e k . Il est mainte-
C O L L A B O R A T E U R S DESSINS: Bado, Cousineau,
nant candidat pequiste d a n s Beauce-sud.
Lucie Faniel, Gaboury. (iarnotle. Gite, Real
G o d b o u t , Pierre Huet, Jacques Hurtubise. C R O C a d o n c fait p e a u n e u v e d u tout a u tout et vous présente u n e
Alain Massicot te, M o e r e l l , T e r r y Mosher,
Tiho é q u i p e d ' h u m o r i s t e s de p r e m i è r e ligne, c'est-a-dire ceux q u i consti-
C O L L A B O R A T E U R P H O T O : François Bouvier tuaient la p r e m i è r e rangée sur le trottoir le m a t i n o u n o u s avons o u v e r t
C O L O R I S T E S OFFICIELLES: Françoise Barrette,
Gigi Perron. nos portes. Il y avait la-dedans d u b o n m o n d e Ivoir la c o l o n n e L ' E q u i p e l .
La S E C T I O N A C T U A L I T E a ete conçue p a r Il y avait aussi u n certain Joe Clark q u i , q u a n d o n lui a d e m a n d e ce q u ' i l
Roch Côté et l'équipe.
La S E C T I O N C R O C - N I Q U E S a ete conçue et attendait la, a d e m a n d e : -N'est-ce pas ici m o n bureau?» O n lui a fait u n
réalisée par: Roch Cote, N o r m a n d Dai-
petit coin, il fait c h a q u e jour sa petite partie de M o n o p o l y , des hôtels il
gneault, Pierre Huet. Serge 1 .angevin. Michel
Rivard. appelle ça des ambassades... U n d r ô l e de type, u n p e u s i m p l e , m a i s
R E P O R T E R S R E G I O N A U X : Vatican: St-Pierre
sympathique.
D e r o m e s , W a s h i n g t o n : Bilh ( arter. Tel-
Aviv Moshe Dayan Paris Félix Potin Il y a aussi le gars des Affaires culturelles. Il n'est pas reste a nos
Belgique: M a n I can't pisse, D r u m m o n d -
vîlle: M m e Alfred Mofette de la rue Princi- b u r e a u x , il nous a laisse son portrait, devant lequel o n a installe un
pale
l a m p i o n . C'est lui q u i a m a n i g a n c e le f o r m i d a b l e d é t o u r n e m e n t de f o n d s
R E P O R T E R S I T I N E R A N T S : Shah d'Iran Idi
A m i n Dada Augusto Somoza. q u i a p e r m i s a C R O C de d é m a r r e r . Ils ont a p p e l é ça u n e s u b v e n t i o n , m a i s
D É C O R S : Louis B o u r q u e . François Bouvier.
ça, c'est p o u r la presse. Nous, o n est au courant. Alors, C R O C a-t-il les
Hélène F l e u n
SCRIPT: Hélène Fleury m a i n s liées? Pas d u tout. La «subvention» a été c o m p l è t e m e n t versée,
C O M E D I E N S : Louis Bourque. François Bouvier,
Hélène Fleury. François Hurtubise Jacques
alors les gars des Affaires culturelles, o n se paye leur t r o n c h e a p l e i n e s
Hurtubise, Serge Langevin M a r i o I.egare. pages. V o i r d'ailleurs en page 112.
Michel Rivard.
C H I E N : Sésame S h a m p o o Q u a n t au prix de la revue, si c'est pas assez cher, écrivez-nous.
A D M I N I S T R A I F l H K\ ( HE F: Jacques A u t r e m e n t , laissez faire.
Hurtubise
A D J O I N T E A L ' A D M I N I S T R A I I O N : Hélène Côte
Flcurx
E . M l \ L N ( I. G R I S E : la m a i n de Dieu
C O N S E I L L E R EN A D M I N I S T R A T I O N : M a r t i n
Girard
DIREI I EUR DE LA PUBLK ITÉ: Normand Senav
IJIKF.C T E U R D U T I R A G E : lacques Hurtubise
D I R E C T E U R D E LA D I S T R I B U T I O N : Roch C bte 3 PHOTO THÉÂTRE - in/. MICHEL RiVARP
D I R E C T R I C E D E LA P R O M O T I O N : F ranci ne
Tardif
A D J O I N T E A LA D I R E C T R I C E D E LA
6 COURRIER
P R O M O T I O N : Hélène Fleurv
VDJOIN1 \ L ' A D J O I N T E D E L A D I R E C T R I C E 7 LE COMPLOT - MOERELL -MUET
DE LA P R O M O T I O N : Jacques Hurtubise
ADJOINT À L'ADJOINT D E L'ADJOINTE D E L A Il L'ACTUALITÉ
D I R E C T R I C E D E LA P R O M O T I O N : Roch ( ôte
D I R E C T E U R D E LA PRODUC U O \ : Jacques
Hurtubise
15 LE MÊGAVëLOMANE - GARNOTTE
( R(){ e.sl publie par l.udeom lm 4K4 nie SI-Jean. 16 GABOURY
Muni IC.il H2^ 2S1 ( K()( se \end SI ~5 I exemplaire.
Les .ihiMiiii'tnt'itis .m Québec cl au Canada: Stfl pai an 18 L'AIR PU TEMPS - PROFESSEUR NIMBUS
et S I " pour chaque année additionnelle \ l'étranger.
$22 par u n Semée des abonnements tel 844-3912
lopyrighi i«i7ï> p a i l.udeom tnc 19 GITE
'Toute ressemblance avec une |rersoniip vivante ôu
deredee exception faite (!«•-. satires de personnages 20 CROCN'lQUES
I iiihln s esl purement lot mite
\A- contenu du magaxine ne p r u i Rtpe reproduit sans 2g LA MALÉPÏCTiON PES MOFETTE
autorisât ion écrite Prière d'aioutei aux manuscrits
suutnis une enveloppe adressée et affranchie pour
assurer leui retour l.es éditeurs ne se tiennent pas
Al LE P O R T E F E U I L L E - GARNOTTE
responsable île la perle des manuscrits, des photos ou
• Mu .in.
46 MARCEL S I N G E - MOERELL - HUET
Pour i l'inpt i entièrement, veuîl-
le/ nous \i\v\mit au moins six semaines a l'avance de 49 GA&OURY
tout changement il adresse et de la date «le votre
déménagement en nous envoyant a l.i luis votre 50 MICHEL R Ï S a U E - G0PB0UT
nouvelle adresse et I étiquette apposée sui la couver*
iine de votre magazine
I \ po^raphie Hi*ecigl .iplies inr I \ pogl aphie Metrtï,
55 LE S O M B R E YiLAiN -ZYX
i oucept medialexte un
Séparation des couleurs Dupligraphix inr 59 PORTE F O L I O - Tl*£0
Imprimeui I es Kditions (ïraphinues nu
62» GA&OURY ^

octobre 1979
luniversite du quebec a montrealle.
Dabord il e faut que lunivarsite souha sur
le bor de la fahiitte. Je croit que une
graive viendrat biento soulage nos
phynances. Aussi, je panse que le taiste
que vout publier et qui e plain de fôtes
est tous simpleman unne calommeni
contre nottre inztitusion.
Aux responsables de CROC, humour qu'il est bon de faire. Je crois A bonne antandeure, santé.
Félicitations pour votre très beau que le humour sur les handicapes est
programme. spécialement vicious et que je le pense Clôde Pichette,
comme le peuple canadian. recqueteur de luquam.
Marc Thibault
Radio-Canada Joseph Clark
Ottawa Fuerer de CROC,
Je soupçonne votre revue d'être un
Cher CROC, peu raciste. Comment se fait-il en effet
Je profite de cette première parution Sirs, qu'on ne retrouve dans vos pages aucun
de la magnifique revue CROC pour vous I might be dead but I still hate you. gag juif et aucune signature juive?
prévenir de ne pas faire c o m m e les
autres média qui négligent de rire de John D. Un groupe de Juifs ridicules qui se
moi, comme si je n'étais pas aussi cave et Prince-Albert, Sask. promènent dans Outremont avec
ridicule que les autres chefs de parti. J e de grandes couettes et des
produis moi aussi quotidiennement ma chapeaux noirs en plein mois
quote part de déclarations creuses, de Camarades de Croc, de juillet.
stupidités claironnées bien haut et ma Si le Canada veut vraiment nous
sincérité est tout ce qu'il y a de plus aider, qu'il nous envoie Real Giguère, Pas du tout! CROC va d'ailleurs rendre
frimé. Alors pourquoi ne pas me traiter Toto Gingras, Lise Payette et Rod hommage bientôt à la culture juive. En
sur le même pied que tout le monde. Tremblay. Merci a l'avance. attendant, nous offrons à tous ceux dont
L'Union nationale vaincra! le nom finit par berg, witz et matzoball
Le Comité anti-famine du Nicaragua un tarif d'abonnement spécial: 24 numé-
Rodrigue B. Managua ros pour S45, soit moins de $2 par numéro.
Ste-Croix de Lotbiniere C'est pas loin du prix su kiosque, mais
P.S. N'oubliez pas d'inclure 4 sacs de c'est pour des zamis!
charcoal, 4 hibachis pis ben des cure-
A CROC, pour Jean-Maurice. dents.
Hé bien, Jean-Maurice, les goalers Créatures de CROC,
sont pourris icitte mais / o n t des crisses Moi, j'ai un univers a mener. Si
de belles montagnes. CROC! quelqu'un se permet encore une farce
Les farces de Newfies, le magazine sur ma main, c'est sur la gueule qu'il va
Jacques Lemaire RIRE pis les editoriaux de Lemelin, l'avoir.
j'comprenais ça. Mais vot' revue,
j'comprends rien la-d'dans! O.K., la! Dieu-le-Pere
Ami CWOC, Drummondville
Ji sais icouiwe mais pas liwe. Est-ce Lucien Lessard
que quelqu'un peut mi diwe ci que ji Ministre, Québec
viens d'icouiwe. Cher CROC,
Si vous m'envoyez $35 plus 1
Un Haïtien qui cheche a s'instouiwe Très chers frères, gramme de «coke», j'vas vous raconter
Votre revue n'affiche aucun Impri- dés histoires vraies sur Pierre.
Hé bien, mon ami, tu viens d'écrire une matur dans ses pages. Je suis certain par
grosse méchanceté contre le gouver- ailleurs que cette démarche a deja été Margaret Singlair
nement. Fais attention si ti ne veux pas faite par votre rédacteur en chef et que
perdre ton permis de taxi- l'indispensable mention Ipour ma part, P.S. Laissez faire la «coke».
je n'ai jamais rien publie sans elle)
apparaîtra dans votre numéro d'octobre,
Monsieur le rédacteur en chef, mois propice a une très intense activité Maies chauvins de CROC,
Désireux de m'acclimater a la culture temporelle. C'est dire aussi que je ne Je remarque dans votre revue
québécoise, je viens de regarder le canal mentionnerai pas votre cas a monsei- quelques blagues de fort mauvais gout
10 pendant plus de 2 semaines. J e gneur l'evèque lorsque je lui téléphone- sur les femmes. Vous en permettez-vous
réclame que l'on me renvoyé tout de rai mardi. Je vous salue cordialement. autant sur les hommes, hein? Il n'y a pas
suite a la mer. une seule signature de femme dans ce
Claude Ryan magazine. Qu'avez-vous fait des articles
Nguyen Xian Tao Outremont. délirants que je vous ai fait parvenir et
Montréal dans lesquels une femme libérée don-
nait de grands coups de parapluie
Eille, la, sur la tète d'un homme cochon et
Messieurs, S'est avec une trais grandes stuppé- égoïste, hein?
J e me voudrais dire à la votre revue faction que j'ais pris connaissance des
que cela n'est pas toutes les formes de articles que vottre revu consacre a Une chipie de Montreal-Nord

CROC
octobre 1979
octobre 1979
A suivre... CROC
LE PLUS G R A N D
QUOTIDIEN
MENSUEL
D'AMÉRIQUE

Dictateur: Roch C o t é conseiller: riugcr L o m n l i o

Khomeiny interdit les pneus radiaux


Faisant un pas de plus dans A n n o n c e sur les o n d e s d e «Les pneus radiaux, lit-on capitale. Les m a r c h a n d s d e
l'instauration d'une republi- Radio-Bigot, l'interdit, a pré- dans le c o m m u n i q u e d e l'aya- pneus ordinaires ont ete pris
que islamique en Iran, l'aya- cise l'ayatollah, vise a exclure tollah, sont un produit typi- d'assaut par des clients agres-
tollah K h o m e i n y vient de d'Iran tout ce qui a une f o r m e que d e la civilisation corrup- sifs désireux d e faire dispa-
p r o n o n c e r un interdit formel r o n d e et lascive et qui peut trice o c c i d e n t a l e et leur in- raître au plus tôt cette hon-
sur les pneus radiaux. être mis en m o u v e m e n t . troduction en Iran a ete le fait teuse m a r q u e d'infidélité re-
d'un r é g i m e infidèle qui avait ligieuse que sont d e v e n u s les
perdu d e vue les principes pneus a carcasse radiale.
fondamentaux d e la loi di-
Afin d e bannir au plus vite
vine.-
les pneus radiaux des routes
Des l'annonce de ce nouvel d'Iran, l'avatollah a d é c l a r e la
interdit, des brigades révolu- journée du 5 s e p t e m b r e -jour-
tionnaires islamiques par- née révolutionnaire nationa-
couraient les rues d e T é h é r a n le du pneu ordinaire,. A l'oc-
avec des couteaux et cre- casion d e cette journée sa-
vaient sur-le-champ tout ce crée, dit l'avatollah, les autres
qu'ils trouvaient comme peuples islamiques de la terre
pneus radiaux. Des milliers sont invites a r e n o u e r avec la -J^-J
de voitures sont ainsi restées volonté de Dieu et a jeter
en panne, provoquant une «dans les p o u b e l l e s d e l'infi-
congestion monstre dans la Suite p. B 12

Surpris a é c o u t e r de la m u s i q u e d i s c o m a i g r e l'interdit de
l'ayatollah, cet h o m m e est c o n d a m n e a se l a p i d e r a c o u p s de
souliers.
IL V I E N T
D'INTERDIRE L E
Pourquoi avo ir congédié PORT DOGGAA/ES
SEXUELS SSS
Roger Lemeli n?
Dans le but de mousser les samment avances au m o m e n t
ventes, d e faire sérieux et de d'aller sous presse pour q u e
se payer une b o n n e oeuvre, le nous puissions annoncer son
directeur de ce journal avait e n g a g e m e n t a titre d e con-
en effet d é c i d e de profiter d e seiller. Mais M . L e m e l i n exi-
la g r a n d e vente de débarras gea, a la toute d e r n i è r e minu-
qui souffle présentement sur te, des conditions que CROC
La Presse et d e récupérer ne pouvait accepter, c o m m e
Roger Lemelin. Tout le mon- des tickets d e repas pour aller
de sait, en effet, que la direc- ailleurs qu'au Montréal Pool
tion de ce quotidien a d é c i d e R o o m et le droit d'écrire dans
d'offrir a tout venant, a l'inté- la revue. T r o p c'est trop! Nous
rieur de ses murs, des retrai- s o m m e s d o n c a la r e c h e r c h e
tes anticipées, des mois d e d'un conseiller. Les candidats
salaire a rien faire Ion se de- interesses trouveront des for-
mande ou est le changement!, mules d e participation dans
et autres suçons dans le but les centres de main-d'oeuvre
de débarrasser le journal de fédéraux Ion n'est pas presseï
son bois mort, d'alléger le et a l'endos des étiquettes
déficit et d e m é n a g e r les d'huile v é g é t a l e Steinberg.
ascenseurs. Les pourparlers format d e 48 onces.
avec M. L e m e l i n étaient suffi- Suite p. B 46

o c t o b r e 1979
délite et de la mort» tout pneu auraient constitue une occa-
a carcasse radiale. Dans la
ville sainte de Qom, les briga-
des islamiques ont constitue
sion prochaine de pèche et
nous devons tenir compte de
l'atmosphère de- corruption
Bon climat racial
sur la grande place centrale qui a longtemps règne dans Le climat racial de Montréal phère de franche camarade-
une véritable montagne de ce pays et qui pourrait refaire n'est pas si mauvais. Il nous rie typiquement montréalai-
pneus radiaux auxquels ils rapidement surface si nous arrive souvent de voir un se. Mais ce qui fait le plus
ont mis le feu. Un mollah s'est nous montrons trop permis- chauffeur de taxi haïtien con- plaisir, c'est de voir un chauf-
approche pour bénir les flam- sifs.» duisant un Québécois blanc feur de taxi blanc conduisant
mes mais est reparti a demi tout heureux de constater un Haïtien hilare. Si, si, j'ai
Désireuse d'éviter des per-
étouffe, l'acre fumée noire se que le chemin le plus court deja vu ça et je trouve que
tes énormes, la compagnie
faisant de plus en plus en- entre le Stade olympique et le c'est bon pour le climat racial
Michelin avait propose aux
vahissante. Au plus fort de Centre Paul-Sauve passe par de la ville, a condition que ça
autorites révolutionnaires
l'incendie, on ne voyait plus l'Oratoire Saint-Joseph. Le ne se reproduise pas trop
que les voitures équipées de
personne dans les rues de tout se fait dans une atmos- souvent.
ses pneus roulent avec des
Qom. Une épaisse colonne de voiles suspendus aux ailes, ce
fumée noire s'élevait dans le qui aurait cache les pneus
ciel de la ville. aux regards coupables. Mais Pékin-Vatican:
Une question de forme les autorites ont pense que

Se faisant plus explicite sur


les raisons de son interdit,
ces voiles risquaient d'être
souvent soulevés par le vent
et la vitesse même de l'auto,
ça va mieux
l'ayatollah Khomeiny a expli- de sorte que cette solution n'a Les relations s'améliorent note diplomatique signée de
que au seul correspondant pas ete retenue. entre le régime communiste la main même de Jean-Paul II
étranger encore en poste a
de Pékin et le Saint-Siège, aux et donc CROC a pu prendre
Téhéran, Abdullah Abdullai L'ayatollah a aussi fait sa- dernières nouvelles. Il parait connaissance: «On va prendre
Mohamed, correspondant de voir qu'il ne visait pas spéci- que c'est l'amorce d'un dégel. un numéro un pour trois per-
l'ACV (Agence de la Céleste fiquement les pneus, mais Des échanges de correspon- sonnes mais pourriez-vous
Vérité), que les pneus radiaux tout ce qui pourrait revêtir dance ont deja eu lieu entre remplacer la soupe par des
avec leur espèce de ventre une forme pécheresse. Il a les deux Etats, a preuve cette egg-rolls...» .
mou, ont quelque chose de constitue une «brigade révo-
lascif et de provocateur sur- lutionnaire de la rectitude de
tout lorsqu'on les met en la forme» qui s'est deja mise
mouvement ou qu'on leur fait au travail et qui, aux derniè- Un avenir intéressant pour tes
prendre des courbes pronon- res nouvelles, examinait sé- Jeunes Canadiens désirant
cées, comme, par exemple, rieusement la possibilité de iger la fierté que la
les coins de rues. «Je n'aurais condamner les bouteilles de Gendarmerie a acquise de son
pas eu objection a ce que les shampooing en plastique noble passé.
pneus radiaux en montre lorsqu'elles sont vides, les Ce sont des personnes originaires de presque lous les
pays connus qui ont construit ce beau pays q u est le Canada
dans les vitrines restent la», a «ballounes», le jello et les Lapport de chacune d entre elles se dislingue par son
individualité et son caractère unique If en est de même a la
précisé l'ayatollah. «Mais ihs nouilles cuites. G R C Les gens consciencieux et dévoues qui font
aujourd nui partie de la Gendarmerie sont issus d ancêtres
venus de presaue ^ ^ ^ ^ ^ t o u t e s les parties d u globe

L'ayatollah interdit la télévision

Indiquez votre
champ d intérêt
Brigade incendiaire
Déstabilisation politique
Infiltration des syndicats
Viol du courrier

LE C O M M I S S A I R E . GENDARMERIE ROYALE D U C A N A O A
OTTAWA, O N T A R I O K1A 0R2 GF
Vous
pourriez
joindre les
rangs de la
Gendarmerie.

CROC
Joe Clark reconnaît son erreur
A p r e s plusieurs mois d'é- Toujours est-il que cette carte est v e n u e le cueillir sur la rue d'un endroit ou nous pour-
tude sur la question, le cabi- routière ne nous esV jamais Peel pour le c o n d u i r e directe- rions installer notre ambassa-
net Joe Clark vient enfin de parvenue. Je devais, lors d e ment a Ottawa avec le pré- de car il n'est pas question de
découvrir l'erreur qu'il a faite mon d e r n i e r v o y a g e en Afri- cieux d o c u m e n t la laisser a T e l - A v i v ou aucun
dans l'histoire du d é m é n a g e - que, faire un stop en Israël de nos députes n'a ete élu.
ment de l'ambassade cana- afin de m'en procurer une a Nos spécialistes, précise Nous avons r e n v o y é quel-
dienne de Tel-Aviv a Jérusa- l'aéroport mais je n'ai pas eu M. Joe Clark, se sont p e n c h e s qu un sur la rue Peel afin qu'il
lem. le temps, nous axons fait trop plusieurs s e m a i n e s sur cette s'informe des endroits ou il y
de photos en Afrique et il a carte, avec des loupes, et ils a des Juifs, assez d e Juifs
Cela n'a pas ete facile a fallu en arrivant ici que j'en- pour ouvrir une ambassade.
n'ont pas e n c o r e trouve la
dit Joe Clark. -Nous avons voie tout ça c h e z Direct Film Nous étudions a c t u e l l e m e n t
ville d e Jérusalem. Il est pro-
d'abord cherche des cartes pour profiter au plus vite des un e m p l a c e m e n t possible
bable, donc, que cette ville
routières de l'Etat d'Israël et spéciaux d'ete qui se termi- dans le quartier montréalais
n'est pas en Israël. C'est la
nous n'en avons trouvées naient le 31 août.» de S n o w d o n , a moins q u e
l'erreur q u e nous avons faite.
qu'au bout de plusieurs se- nous n'acceptions l'offre qui
Et je c o m p r e n d s maintenant
maines. Nous avons écrit a Enfin, poursuit le p r e m i e r nous a deja ete faite d e louer
l'indignation qui a sui\i notre
Tel-Aviv pour nous procurer ministre, quelqu'un du Cabi- le haut d e la p o i s s o n n e r i e
décision mal f o n d é e . Nous
cette carie mais nous n'avons net est passe un beau soir U'aldmann...-
s o m m e s d o n c â la r e c h e r c h e
mis q u e 5 cents de timbres devant le kiosque internatio-
sur l ' e n v e l o p p e , notre tout nal d e journaux de la rue Peel
nouveau ministre des Postes a Montréal et il a trouve q u e le
n'étant pas e n c o r e au courant m o n d e avait l'air juif. N'écou-
des augmentations qui sont tant que son flair, il est entre
survenues ces dernières an- dans la boutique et il a enfin
nées. Vous savez ce que c'est, mis la main sur une carte
prendre possession d'un nou- d'Israël datant de 1965. Il a
veau ministère, avec tous les aussitôt d e m a n d e une escorte
dossiers qui vous attendent... a la G e n d a r m e r i e royale qui

C R O C était là 13

C'est dans l ' o r d r e le plus parfait q u e les p a r t i c i p a n t s au


QUAND VOUS d e r n i e r c o n g r e s du Crédit social ont quitte l ' a s s e m b l é e .
ENLEVEREZ
vôsoiLorrES,
V0M5 AUREZ
1 UN
UIN SUMMA
J
LOIN! LAUPÉ

Les f é m i n i s t e s ont bien tort d ' a f f i r m e r q u e seules les jolies


f e m m e s ont une c h a n c e de réussite. A p r e u v e , c e l a i d e r o n a
t r o u v e une solution a son p r o b l è m e et se voit d é c e r n e r son P o u r lutter c o n t r e la baisse i n q u i é t a n t e de son taux d ' é c o u t e ,
diplôme. B o b i n o a ajoute du n o u v e a u à son é m i s s i o n : il m o n t r e
m a i n t e n a n t des g r a v u r e s c o c h o n n e s aux enfants.

octobre 1979
La mémoire de Dief
Dans le cadre de sa grande godasses au département de
United Aircraft
doit cesser
opération posthume intitulée kinanthropologje de l'Univer-
l'Université Junk, de Scrap-
ville, Sask., la fabrication
ses menaces
«vous êtes pas prêts de m'ou- sité de Waterloo tandis que d'une sauce a la menthe qui La compagnie Pratt &.
blier, mes osties», l'ex-premier ses sous-vêtements pourront s'appellera «sauce Olive et Whitney qui s'appelait Uni-
ministre John Diefenbakeren encore servir au recteur de John Diefenbaker» et qui ac- ted Aircraft avant qu'elle ne
a t'ait bien plus que ce qu'ont l'Université York de Toronto. compagnera le rosbif cuit se soit mise a avoir honte de
rapporte les journaux. Il a, on Enfin, le Vieux Lion a com- dur. La culture canadienne son nom, menace, dit-on, d'al-
le sait, donne de l'argent au mande au centre de recher- vient de faire un pas en avant. ler faire sa production ail-
Centre John Diefenbaker de che sur l'alimentation de Merci Dief. leurs. Ce n'est pas la première
l'Université de Saskatchewan fois qu'une compagnie établie
qui va exposer ses biens per- au Québec menace «ailleurs»
sonnels et ses archives, une de tels dangers.
autre somme servira a la
construction d'un centre joli- C'est devenu une mode.
ment appelé «centre commu- Elles s'installent au Québec et
nautaire Olive et John Diefen- puis elles lancent des mena-
baker», sa maison d'Ottawa ces envers «ailleurs»: nous al-
sera convertie en musée en sa lons produire «ailleurs», nous
mémoire... Mais il y a plus. allons vendre «ailleurs», etc.
CROC a en effet appris que le
Le Québec est en train de se
Vieux Lion avait promis une
faire une réputation d'héber-
statuette lumineuse a son
ger des polissons et des peu-
effigie a chaque membre de
reux qui s'abritent chez lui et
l'équipe du Telejournal de
en profitent ensuite pour crier
Radio-Canada, a condition
des noms a «ailleurs». «Ail-
d'être en bonne place aux
leurs» pourrait bien finir par
nouvelles tous les soirs jusqu'à Un groupe de visiteurs haïtiens a profite de son passage a s'en vexer. Ces menaces doi-
son enterrement, ce qui fut Montréal pour aller manger a la Vieille Fabrique de Spaghetti vent cesser, au nom de la bon-
fait. Il a lègue ses vieilles CROC les a saisis après diner, sur la rue Saint-Paul. ne réputation du Québec.

Loto-Québec lance un nouveau jeu:

4 I ^ - ^ ^ " " ^ î 7 « b u t e » °^.section _„,J

J»* Y interdit Ve P » '9

onand ta P ^ I ' u s t e s , dans une ^ ^^-S^ÊM^^M


l'hoir «e^eiteUaUen.
Loto-flic peut
vous rapporter beaucoup:
g r o s lot de $ 1 5 , 0 0 0 p o u r t r o i s p o l i c i e r s
Tentez votre chance
CROC
le mégavélomane ?ML ÔMxiïre.

Koi «oï M ' C M VAΣ T E . C E - P A S


A> SuRP£iS£ A / C M I IpfvAijr cÊTre fô^MuL^
^ ^ L n r Ve^ÉTeo . DONT
ENJ COAAMU/SJ Acce-fVAATT ^ ,

•A ^Aû^ïïkéAL. * T ^ ° .

. . . U M T U N N E L PE- MÉTfco C O M Ç - O E K A C . T E . M E / V J T C O M M E EE
VÉYOPEOME (tT JUSTË PE-SSouS.') où U S cycLisTe^
ffeu\/£MT FAifcE A O T A N J T VB. TougS Gu'iuS* LE. V / E U L E N T !

octobre 1979
DIVORCE AU DESSERT par Gaboury

N'OUBLIE PAS DAVISER TON


ALORS, ON AVOCAT /
DIVORCE ? D'ACCORD

£2-

TU VAS TE REMARIER JE CROIS QUE JE VAIS E M


AVEC PAUL ? MENAGER AVEC HÉLÈNE
E T GISÈLE ...
NON.
AVEC HENRI. BONNE
DÉE /

16
A PROPOS, C'EST MO/V SySTBM£T D£ SOA/?
MOI OUI GARDE JAMA/S, VOL£:(JS£: /
LE S Y S T È M E JAMA/S /
DE S O N .

OAW / JE PLAI-
DERAI LE CRIME
PASSIONNEL /

CROC
Une interview de Pempereur Bokassa
Déguise en chauffeur de taxi, l'empereur Bokassa pre- fait le lion. En l'honneur de l'année de l'enfant, j'ai décidé de
mier faisait dernièrement une visite discrète a Montréal. Il participer moi-même à l'un de ces jeux pour faire plaisir
a visite les bureaux de CROC. Voici des extraits de l'interview aux enfants. C'est ainsi que j'en ai assommé une centaine a
qu'il nous a accordée: grands coups de gourdin. Je me suis laissé prendre au jeu...
CROC: Beau temps, n'est-ce pas... CROC: C'est un peu dur comme jeu!
BOKASSA: J'hésiterai à m'avancer sur un terrain aussi BOICîSSA: Pas si vous faites le lion, ha, ha, ha!
glissant en l'absence de mes principaux conseillers qui
CROC: Avez-vous des projets?
profitent du beau temps pour visiter votre si jolie ville.
BOKASSA: Oui. L'empire centrafricain ne sera bientôt plus
CROC: Majesté, il a beaucoup été question ici de votre un empire. Ce sera un continent. Je deviendrai donc
dernier exploit: le massacre d'une centaine d'enfants en empereur continental. Nous aurons tout juste le temps de
avril dernier... changer les appellations sur les cartes que, de continent,
BOK,\SSA: Ha, oui, c'était formidable. Là vous tombez sur nous passerons à "Monde», passant par-dessus l'étape
un sujet que j'aime bien. 'hémisphère . Certains disent deja qu'à ce moment-là, je
serai Dieu...
CROC: Comment cela s'est-il passe?
BOK/\SSA: He bien voici: c'était pendant une partie de CROC: Et alors, que ferez-vous?
chasse simulée: c'est un jeu que nous aimons beaucoup BOK.^\SSA: Je projette déjà une espèce de stade et une foule
jouer, chez nous. Les enfants font les antilopes et quelqu'un d'autres projets... Montréal m'inspire beaucoup-

Ce survivant de Jonestown est convaincu que Jones s'est


reincarne en six douzaines de melons.

La pudeur n'a plus tellement cours en Chine. Au vu et au su


de tous, ce couple lit le Kamasutra et met à l'essai la position
442...

octobre 1979
par le professeurjlimbus

chronique d météo tva^ e

montréalais du dissident Chtcharanski


Il y a belle lurette q u e m a signature qui vient d'être expulsé de Moscou
ne trainait plus dans les gazettes, ne après avoir été intercepté sur la route.
trouvez-vous pas? Merci, merci. C e u x Me Cotler, au mépris des politiques
qui ne trouvent pas, tournez la page, soirs de poise et de t e m p s malsain, je sociales d u pays, roulait sans chauf-
ou allez lire Ti-Gus et Ti-Mousse qui me mets, tel un M a l r a u x de centre feur vers le domicile d'un élément
signent d a n s la Presse sous les pseu- d'achats, à douter de l'Homme, je politiquement pourri. Un vrai danger
d o n y m e s de J e a n Pellerin et d'Yvan tourne m e s pensées vers l'Est où je ne public, un chauffard social, ce maître
Guay. m a n q u e jamais de voir poindre l'ave- Cotler.
Pour les autres, les m o r d u s de la nir radieux de l'Espèce. Évidemment, l'économie soviéti-
m é t é o transcendantale, j'ai d e u x cho- Des preuves nouvelles m'en sont que ne pourra peut-être pas fournir
ses à vous dire. La première, c'est que d'ailleurs fournies c h a q u e jour. Pre- toutes les voitures requises par le
depuis m a dernière chronique de nez, par exemple, cet Alexandre G o - nombre grandissant d'éléments poli-
m é t é o transcendantale d a n s le J O U R dounov, danseur étoile des ballets tiquement p e u sûrs. Il y a d e u x solu-
hebdo, cette noble discipline n'a pas Bolchoî, qui vient de faire défection tions à ce problème: ou bien on chan-
c h ô m é p o u r autant. Rappelez-vous, ô aux USA. E h bien, il parait qu'après ge la définition de ce qu'est un élé-
lecteurs fidèles, q u e nous étions d e u x c h a q u e représentation de la troupe ment peu sûr politiquement afin d'en
à l'époque à tenir des chroniques de ce aux U S A ; on mettait à sa disposition réduire le nombre, ou bien on conver-
genre. Voilà, ça vous revient, m a i s oui, une voiture avec chauffeur car, disait- tit l'industrie automobile vers la fabri-
m a i s oui, c o m m e n t a-t-on p u o u b l i e r - on, il était politiquement p e u sûr. cation de véhicules collectifs. La pre-
Roger, Roger lui-même, ce L e m e l i n Évidemment, certains vont encore m a l mière solution a déjà été rejetée par le
qui a failli travailler ici à C R O C et au interpréter cette histoire de voiture 22e congrès. Reste à convertir l'indus-
sujet d u q u e l on vous e x p l i q u e dans avec chauffeur, m a i s pour qui sait lire trie vers la fabrication d'autobus, de
une autre p a g e pourquoi on n'a pas les événements avec des yeux politi- camions de toutes sortes, de fourgons
retenu ses services. Hé bien, pendant quement sûrs, c'est un signe de haute pour le transport des éléments p e u
le long silence a u q u e l j'ai été astreint, civilisation q u e de mettre des voitures sûrs politiquement. O n pourrait, avec
le f l a m b e a u de la m é t é o transcendan- avec chauffeur à la disposition de ses ces véhicules, les transporter vers des
tale a tout de m ê m e été porté par ce éléments p e u sûrs politiquement. c a m p s de vacances spéciaux. L'impor-
cher Roger et bien haut à part ça. Ses C e u x qui sont sûrs politiquement, ils tant, c'est que les chauffeurs soient
discours à Toronto, ces magnifiques causent pas de problèmes, ils pren- politiquement sûrs. Le progrès est à ce
c h r o n i q u e s à l'emporte-pièce en page nent tranquillement leur autobus, font prix.
une, tout cela n'est-ce pas de la météo la q u e u e p o u r leurs patates au cas où il
transcendantale dans toute sa pureté. en resterait et lisent La Pravda pour
A u t r e s n o u v e l l e s progressistes
Le père U B U n'eut pas fait mieux. être encore plus sûrs politiquement.
Plus près de c h e z nous, le vent du
Tandis q u e c e u x qui sont pas sûrs, h o
La d e u x i è m e chose que j'ai à vous Progrès c o m m e n c e aussi à souffler.
là là, faut les prendre avec des gants
dire, c'est q u e cette m é t é o sera plus Ainsi apprenait-on dernièrement que
blancs. Lisent pas La Pravda. Dieu sait
transcendantale q u e jamais. D'abord le Parti des travailleurs du Q u é b e c
ce qu'ils peuvent penser! Alors, d a n s
c o m m e n c é e d a n s le quotidien, toute avait le vent dans les voiles et qu'il
un geste d e pure bonté, question de
p r o c h e de la météo empirique, celle s'apprêtait à présenter son premier
leur montrer le droit c h e m i n et de leur
qui s'occupe d u t e m p s qu'il fait au jour candidat d a n s Prévost en vue des par-
éviter de se faire écraser par les auto-
le jour, cette c h r o n i q u e s'éleva d'un tielles de novembre: un enseignant.
bus du peuple, on leur fournit des
é c h e l o n d a n s la t r a n s c e n d a n c e lors- Les paris sont maintenant ouverts
voitures avec chauffeurs politique-
qu'elle devint h e b d o m a d a i r e . La voilà pour savoir quel avocat va représenter
ment sûrs. D'ailleurs la production
maintenant mensuelle, c'est-à-dire ce parti d a n s Maisonneuve. On n'arrê-
automobile est en hausse constante en
bien loin de toute tentation empirique. te pas le Progrès!
Ukresse-S-R et les écoles de formation
politique remettent c h a q u e a n n é e Enfin, pour terminer cette chroni-
leur d i p l ô m e à un nombre grandissant que progressiste, il semble bien que le
Assez finassé! Occupons-nous de chauffeurs. Le but de la politique sympathique général Somoza, après
d o n c tout de suite d u t e m p s qu'il fait. sociale soviétique est d'en arriver à plusieurs m o i s d'errance, va finale-
Allons d'abord voir le t e m p s qu'il fait fournir à c h a q u e élément p e u sûr ment trouver refuge c h e z son ami, le
d a n s les pays progressistes. J'ai tou- politiquement sa voiture personnelle non moins sympathique général Pino-
jours a i m é l'air qui circule d a n s ces avec chauffeur. C'est différent des chet. «C'est u n progrès», a dit Somoza.
vastes plaines de la liberté qui s'éten- pays capitalistes où c'est l'argent qui Le Progrès est partout!
dent de Pékin à Prague. Q u a n d , les détermine qui va avoir droit à l'auto-
mobile. Et c'est précisément ce q u e n'a
sas c o m p r i s M e Irwin Cotler, l'avocat

CROC
L E P E T I T C H A T E S T M O R T par Gité

octobre 1979
microsillon, on peut entendre les efforts
MïliK maladroits mais combien sincères de
Calixte alors qu'il essaie d'apprendre
Jeux interdits sur la nouvelle guitare que
vient de lui offrir sa mere, madame
par Tommy Daoust Calleux. Il est d'ailleurs intéressant de
noter que c'est madame Calleux elle-
même qui signe la production du disque.
On raconte dans le milieu du show-bizz
Salut Kebek! Salut mes frères kebecois que cette brave dame a enregistre le petit
et kebecoises! Bienvenue a cette chro- chef-d'oeuvre a l'insu de son fils. En effet,
nique ou j'écouterai pour vous tous les elle était persuadée qu'en lui faisant
nouveaux disques ou en tout cas, tous
ceux que je recevrai gratuitement. J e
vous dirai lesquels sont bons. J e vous
tiendrai aussi au courant de ce qui se
passe de nouveau dans le monde mer-
veilleux de la musique et je vous parlerai parler plutôt de destin?!. Le tout est une
de la vie privée de tous les musiciens que réussite remarquable que je vous
je connais personnellement. J e suis sûr recommande d'écouter dans votre bain,
qu'on va tellement communiquer vous et surtout si votre tuyauterie est bruyante.
moi que vous ne serez m ê m e plus obliges
d'écouter les disques pour les aimer.
Ne l'oubliez jamais: la musik est le No m u s i c par le groupe The Absents (sur
langage universel. Si c'était juste de la étiquette copyright)
musik, la paix régnerait partout dans le
monde. Si au lieu d'envoyer aux peuples
sous-developpes des mitraillettes et du
20 pain, on leur faisait parvenir de gros
systèmes de son et le dernier disque de
J i m et B e r t r a n d kin par personne) ça irait entendre cet enregistrement elle
bien mieux. Apres tout, le zoulou et son pourrait enfin convaincre son fils
tam-tam, le Russe et sa"batega ba4*U d'abandonner la musique et de pour-
jjanika guitare triangulaire, l'Américain et suivre ses études en notariat.
son synthétiseur quadraphonique Peine perdue, madame CàlleXtx. A
parlent tous la m ê m e langue; le problème l'heure ou j'écris, le microsillon de votre
c'est qu'il y en a qui prononcent mal. fils s'est vendu a 12,000 exemplaires et il y
Mais assez de philosophie. Voyons a 5,000 commandes pour son prochain
ensemble quelques parutions récentes disque ou selon la rumeur il s'attaque au
dans le domaine du disque. J e vais concerto d'Aranjuez...
d'abord critiquer les produits étrangers;
ensuite je vous recommanderai une C'est tout pour ce mois-ci, revenez-
nouveauté kebecoise. moi le mois prochain et n'oubliez pas de
Un nouveau groupe punk nous offre signer la pétition qui exige le retrait de la
Aquatik Synthetik Nevralgik Musik par son premier microsillon. Désireux de lettre «Q» de l'alphabet français pour les
le groupe Kosmik Sauerkraut (sur éti- secouer la léthargie du milieu musical pronoms, les conjonctions et les mots
quette Stukal moderne, ce nouvel ensemble a refuse de «banque» et «chèque».
Nous attendions avec impatience la se présenter en studio. Mieux encore, il Salut Kebek!
dernière production de ce groupe avant- n'y avait pas de disque dans la pochette
gardiste allemand qui s'est spécialisé que j'ai reçue. Une réussite totale...
dans une forme de musique électronique
de plus en plus épurée. Nous ne sommes
pas déçus. Encore une fois, le groupe est Et maintenant, un diske kébécois.
allé plus loin. Ce 33 tours a été enregistré Chansons du Bas du fleuve, juste en face
de 12hl5 a 12h45 le 15 mai 1979. Ce jour-la, du chalet de chez mes p a r e n t s par
les m e m b r e s de K.S. avaient décidé de se Calixte Calleux Isur étiquette madame
par
faire venir a manger au studio plutôt que Calleux) \7 H.P. Laframboise
de sortir diner. A un moment donné, Quel vent de fraicheur! Kelle belle
Klaus Klomsky, le violoncelliste du musik du Kébek! Calixte Calleux est un Pour la pizza, plutôt la rue Jean-Talon
groupe a échappé sa portion de chou- jeune homme de Roxboro qui passe que l'Italie...
croute sur la console électronique du cependant tous ses êtes au chalet de ses
studio. Ce qu'on peut entendre sur les parents, quelque part dans le bas du J'ai mon voyage! Imaginez que j'arrive
deux faces de ce disque est le résultat de fleuve (la localité exacte n'est pas d'Italie et puis qu'ils ont été incapables la-
cet heureux accident Ine devrait-on pas précisée sur la pochette). Sur ce premier bas de me servir une pizza spéciale

CROC
numéro 37 comme il y en a au fameux nappes, sur tout ce qu'il y a autour, Inutile de vous dire combien nous
restaurant Miss Jean Talon, tenu par comme dans toute bonne chronique de étions heureux du point de vue gastro-
mes amis Tony et Vasili Pharmacopoulos, gastronomie. Voila enfin le garçon, car en nomique, de remettre les pieds a Mirabel.
une pizza de 15 pouces avec mocked Italie comme d'ailleurs dans le restant de A d'autres points de vue ce fut un voyage
chicken loaf, oignons, cornichons. J e la l'Europe, ce sont des hommes plutôt que instructif, car ils ont la-bas des monu-
préfère au numéro 38 qui, elle, est sans des femmes qui font le service. La-dessus, ments assez culturels. Mais nous nous
cornichons mais avec des morceaux de je ne ferai pas de remarques car je pense sommes aperçus qu'avec l'Europe, nous
guedilles tranchées. qu'il n'y a rien a dire. Chaque pays a avons quand même une différence de
En tout cas, c'est pas pour dire, en droit a ses coutumes et les hommes niveau de vie et qu'il est difficile pour un
Italie, qui est supposée être le royaume italiens peuvent bien servir aux tables Nord-Américain de se faire vraiment a une
de la pizza, pas moyen de leur faire faire s'ils aiment ça et un bon voyageur doit cuisine qui n'a pas la même richesse et
une pizza all-dressed qui a du bon sens. avoir l'esprit assez ouvert pour ne pas les mêmes ressources illimitées que nous
Un jour, je suis entre avec ma compagne trouver cela efféminé ou tapette. Le avons ici. La pizza est un exemple assez
(s'il-vous-plait, rencontrez Alice, mon garçon nous demande donc notre frappant de cela.
épouse, qui est pour moi un reconfort commande et nous demandons la liste Que dire aussi de l'absence des grilled
dans tous mes voyages et dans la vie en des pizzas avec un coke. Le voila deja cheeses, guedilles, hot chicken...? Il parait
gênerai d'ailleurs, mais j'en dis pas plus parti et nous le reverrons seulement dix que le développement de l'Europe
pour l'instant pour ne pas allonger pour minutes plus tard avec un petit carre de permet maintenant de voir apparaître a
rien cette chronique) avec Alice donc, pizza grand c o m m e un gâteau Vachon et certains endroits des MacDonald et des
mon épouse, nous entrons dans une avec rien dessus. Mon épouse et moi, Colonels Sanders mais c'est encore
pizzeria, heureux enfin, après plusieurs nous nous sommes regardes, comme l'exception et le voyageur nord-ameri-
jours de cuisine plus ou moins potable Ile vous pensez bien, nous n'avons rien dit, cain doit encore, pendant qu'il est de
fromage est souvent trop sec en Italie et nous avons vite avale cette «pizza», nous l'autre cote, s'intéresser surtout a la
l'huile d'olive a un goût très fort, d'ail- avons payé en nous disant qu'on revien- culture et aux concerts qui sont nom-
leurs, je leur en ai fait la remarque! nous drait plus a cette place. Croyez-le ou non, breux et varies d'après les affiches que
voila donc dans une pizzeria ou nous nulle part en Italie nous n'avons nous avons vues.
prenons une table pour quatre mais nous retrouve la pizza du Miss Jean Talon En conclusion, je vous propose donc
ne sommes que deux. J e jette un coup encore moins celle du Ahuntsic Deli- pour ce mois-ci la pizza du Miss Jean-
d'oeil sur le décor, sur l'ambiance, sur les catessen. Talon. Les frères Pharmocopoulos la font
a nulle autre pareille et mon épouse et
moi sommes fiers d'apparaître avec eux
sur la photo couleur qui est accrochée au-
dessus du jukebox.
A la prochaine, amis gastronomes!
Bon appétit, la!

Tele-fiasco
La tv, comme disait l'autre, plus ça
change, plus c'est pareil. Pis on ne risque
pas de se tromper tellement en an-
nonçant que les émissions de cette année
vont ressembler a celles de l'an dernier.
Fa que voici quelques-unes des émissions
de l'an dernier telles que les faiseurs
d'horaires les auraient décrites s'ils
savaient faire la différence entre une
bonne émission de tv et un camion de
briques. Toute ressemblance avec la
programmation de cette année e t c . e t c

Un résume des quelques émissions


offertes par nos reseaux nationaux.

LES SHOWS D'PARLOTTE


Canal 2 Les trouvailles de Clémence.
Clémence ramasse tout ce qu'el-
le trouve. Ce mois-ci: un vieux
porte-monnaie, deux boutons,
trois élastiques, un vieux crayon
et Emmanuelle.
Canal 10 Les nouveaux tannants. Un

octobre 1979
vendeur de «chars» usages et un que Radio-Canada s'imaginent amis de Symphorien?
arriéré mental se fendent en qu'ils sont. Ce mois-ci: Mando- Canal 10 Faut le faire. Mignone s'inquiè-
quatre pour faire croire qu'ils line est violée par 40 motards. te, Georges s'énerve et les télé-
sont moins débiles que ceux qui Claude est défiguré dans un spectateurs s'endorment. Plus
les regardent. accident de jogging et Madelei- efficace qu'un valium.
Canal 10 P o u r vous m e s d a m e s . Cette ne se prend le visage dans le Canal 2 T e r r e humaine. La spécialiste
émission aborde tous les jours tordeur de la laveuse de sa mè- de la tranche de vie bien sai-
quelques sujets d'intérêt fémi- re. François décide d'arranger gnante nous revient avec une
nin. Ce mois-ci: la cellulite, les tout ça en faisant un party. histoire d'habitants. Tout le mon-
varices et le sexe. Canal 10 S y m p h o r i e n en rappel. Sym- de est malheureux la plupart du
Canal 2 F e m m e s d'aujourd'hui. Ce que phorien se prend la tête dans le temps mais ça va finir par s'ar-
les femmes font pendant que bol des toilettes. Fernand Gi- ranger. Aussi débile que Rue
les maris travaillent. Ce mois-ci: gnac qui ne s'en est pas aperçu, des Pignons avec l'odeur de fu-
la sieste. tire la chaîne. Que feront les mier en plus.
Canal 10 Parle, parle, jase, jase. Réal
Giguère s'entretient avec n'im-
porte qui prêt a passer gratui-
tement à la télévision. Ce mois-
ci: un plombier, une borne-fon-
taine, une boite de conserve et
Rodrigue Biron.
Canal 10 C'était l'bon temps. Un adoles-
cent retarde interviewe des ar-
tistes sur le retour. Ce mois-ci:
Claude Ryan, Henri Norbert, Ju-
liette Huot et le cadavre d'Ovila
Legaré.
Canal 2 Portraits de femmes. Les fem-
m e s qui font quelque chose. Ce
mois-ci: Anisette Laframboise
gardienne à temps partiel, Jo-
anne Bisaillon ménagère à temps
plein, Huguette Beaupré chômeu-
se et Michel Girouard.
Canal 2 Rencontres. Cette émission per-
met aux téléspectateurs d'en-
trer en contact avec les grands
penseurs de l'Occident. Ce mois-
ci: les angoisses métaphysiques
de Léo Rivest et un spécial de
huit secondes sur la vie intellec-
tuelle de Camil Samson.
Canal 2 L'heure de pointe. Ben des ve-
dettes, ben des chroniqueurs,
ben du bruit pour rien: de quoi
vous faire regretter les embou-
teillages. Winston McQuade a
beau faire son possible, il n'ar-
rive toujours pas à avoir l'air
aussi crétin que Real Giguère.
Canal 10 Bon d i m a n c h e . Emission appa-
remment conçue pour inciter
les gens à dormir tard ou à aller
à la campagne.

LES TÉLÉROMANS
Canal 2 Grandpapa. Grand-papa Lajeu-
nesse et des amis aussi gâteux
que lui crachent, toussent, fu-
ment, radotent et végètent au
rythme de la caisse enregistreu-
se qui sert de dactylo au scripteur
de l'émission. Ce mois-ci: Grand-
papa Lajeunesse fait une inflam-
mation de la prostate. Ses amis
rient de lui. Sa petite fille entre-
prend de le soigner elle-même.
C o m m e y disent: traitement raf-
fine d'un sujet délicat.
Canal 2 Avec le temps. Les jeunes tels

CROC
r
C a n a l 10 L e C l a n B e a u l i e u . M . Beaulieu sine n o m m é e Nadia, m a i s tout ce q u e j ' e n
est malheureux, m a m a n Beau- ai c o m m e souvenir, c'est qu'elle m a n g e a i t
lieu aussi. Les enfants Beaulieu toujours d e s popsicles à l'orange, et très
s'en sacrent. Les téléspectateurs
aussi. C e mois-ci: p a p a Beaulieu
fait u n e indigestion aiguë. Il
maladroitement, c e qui fait qu'avec son
bâton d a n s la b o u c h e et sa face bar-
bouillée, elle avait l'air d'être un pop-
faits divars
avait d û lire un des scénarios, ce sicle... par Claude Pilon
qui constitue u n net progrès
pour u n c o m é d i e n d u 10.
Pour revenir à aujourd'hui, j ' a i u n
c o u p l e p a r m i m e s a m i s (il en reste 1 ou 2;
V
je v e u x dire des couples, pas d e s amis...) L'affaire C a r d i n a l
du genre très progressiste, et il est inté- C r o c vous présente en exclusivité un
ressant de voir à travers leurs enfants, et extrait d u l i v r e - c h o c de C l a u d e Pilon,
ils en sont à leur troisième, l'évolution u n «Coincé! o u les m é m o i r e s d ' u n A s -
p e u c o m p l i q u é e d e leurs t e n d a n c e s . L e u r r e p o r t e r - c h o c d u g r a n d Montréal» q u e
première fille, qui a aujourd'hui 12 ans, les é d i t i o n s F. L a F è v e devraient p u b l i e r
s'appelle Janis. Elle est très gentille, m a i s très b i e n t ô t . .
a c o n s o m m é p l u s d e joints d a n s sa vie ge l'ai lu, c'est très bonh - F. L a F è v e
q u ' u n e c o m m u n e q u é b é c o i s e d e gros-
par Pierre Huet seur m o y e n n e . L e u r fils, u n p e u p l u s ... C e soir-là, j'avais rendez-vous a v e c
jeune, s'appelle T c h i n g a s c o o k , c o m m e le la fille d'un riche industriel d u nord de la
D i s - m o i c o m m e n t tu t'appelles, et je te dernier des M o h i c a n s par s y m p a t h i e métropole, sans doute le président d'un
dirai q u i f a appelé... pour nos frères a m é r i n d i e n s bafoués par contorsium ou de quelque chose de ce
l ' h o m m e blanc. C'est u n p e u c o m p l i q u é à genre. Le rendez-vous avait été fixé
Ah, les prénoms... je travaille près retenir, m a i s c'était ç a ou Pontiac. d'avance. N o u s devions n o u s rejoindre
d'une garderie dont la clientèle est issue M a i s c'est surtout avec leur p l u s j e u n e dans u n e brasserie avoisinant le pont
des m i l i e u x libéraux... genre professeurs Papineau, endroit d e prédication de
ou avocats... c h a q u e jour je p e u x enten- plusieurs malfaiteurs très c o n n u s d e la
dre les monitrices passer près d e m a c o m m u n a u t é urbaine. Étant d a n s le
porte en guidant leurs t r o u p e a u x vers le doute quant au but de cette rencontre, et
carré de sable o u les jouets en bois étant sous serment d e p u i s m o n dernier
naturel. C'est merveilleux de les enten- passage à la cour des assises, je flairais u n
dre; ce qui m'épate, ce sont les p r é n o m s d a n g e r i m m i n e n t m a i s c o m b i e n exaltant
des enfants: «Allons, Victor-Emmanuel!» p o u r un h o m m e dans le g e n r e q u e j'ai,
ou «Par ici, Jean-Sébastien!» o u encore c'est-à-dire, son métier avant tout. M o n
«Frédérique! Eulalie! Dimitri! Arrêtez de a u t o m o b i l e avait été c o m p l è t e m e n t
battre Alexandra!» V o u s r e m a r q u e z tout vérifiée p a r plusieurs é q u i p e s d e
de suite le g e n r e d e prénoms; pas u n seul policiers m é c a n i c i e n s s p é c i a l i s é s et je n e
Albert ou u n e seule M a n o n d a n s le tas. craignais a u c u n e faille de ce côté-là; c'est
C'est bien évident, le p r é n o m que l'on le côté profondément h u m a i n de l'affaire
porte en dit déjà b e a u c o u p sur le goût de q u i attirait en m o i le côté professionnel
nos parents, leur classe d'origine, leur de m a personnalité d u côté d e cette
âge m ê m e . brasserie d u nord d e la ville a u x cent
Ainsi p a r e x e m p l e , les g e n s de m a clochers.
génération s'appellent pour la plupart A p r è s être entré d a n s la salle princi-
Nicole, M i c h e l , C a r o l e ou N o r m a n d ; la fils qu'ils ont d e s p r o b l è m e s . A sa nais- p a l e d e cet établissement m o n t r é a l a i s
banalité r e m a r q u a b l e d e l'ensemble sance, ils l'ont a p p e l é L i o u - C h a o - C h i . c o n s a c r é à la c o n s o m m a t i o n d e s divers
nous montre sans doute q u e la d e u x i è m e Mais suite à q u e l q u e s modifications e n types d e boissons alcooliques, je d é c i d a i
guerre m o n d i a l e avait, p a r m i d'autres Chine, ils ont dû le rebaptiser (si je p e u x di- sans p l u s attendre de guetter son arrivée,
effets désastreux, e n d o m m a g é l'imagina- re) Lin-Piao. Mais le pauvre enfant n'était ce q u i fut fait d a n s les p l u s brefs délais.
tion et l'originalité de nos parents. Par pas au bout de ses problèmes. Il s'est suc- Q u e l q u e s m i n u t e s p l u s tard, la j e u n e fille
contre, il est probable q u e le n o m d e votre cessivement appelé depuis Ten-Siao-Ping, arrivait sur les lieux, sous le n o m d e
o n c l e M a u r i c e soit u n n o m m a g e indirect, p u i s H u a - K u o -Fen , et enfin, p o u r e n Ginette C a r d i n a l . Elle était v i s i b l e m e n t
u n e i m m o l a t i o n perpétuelle à la mé- finir, tout s i m p l e m e n t M a o . g u n e f e m m e . A p r è s avoir partagé à
moire de M a u r i c e D u p l e s s i s o u de J e pensais bien q u e c'en était fini d e c e s l'amiable notre goût p o u r u n petit verre
M a u r i c e R i c h a r d . Par ailleurs, je suis histoires, m a i s m e s a m i s ont c a n c e l l é de t e m p s e n temps, je n'en savais pas p l u s
p e r s u a d é q u ' a u m o i n s u n e de vos tantes r é c e m m e n t leur a b o n n e m e n t à Pékin- long. Elle m e faisait l'effet d ' u n e j e u n e
s'appelle M a r i e o u Y v o n n e en souvenir Information... pauvre petit, avez-vous fille ordinaire, d u m o i n s e n ce q u i
des j u m e l l e s D i o n n e (je vous laisse le soin déjà e n t e n d u les p r é n o m s albanais? c o n c e r n e ce quartier résidentiel d u
de toutes les nommer...). district n o r d de la m u n i c i p a l i t é . C e n'est
NOLR: Nous tenons à préciser pour le bénéfice des agents
La fin de la g r a n d e noirceur des secrets oeuvrant avec abnégation pour protéger notre sécurité
q u ' u n e fois r e n d u à l'intérieur d e m o n
p r é n o m s q u é b é c o i s s'est entre autres ma- nationale et l'intégrité de notre territoire qu'au moment où v é h i c u l e motorisé q u e j ' e u s la nette
nifestée par u n e v a g u e mystérieuse d'Eric nous avons commandé ce te/cte au dénommé Huet... Pierre, je i m p r e s s i o n qu'elle était c o m p l è t e m e n t
crois oui, c'est ça Pierre... je disais donc qu'au moment de
et de Natacha. p s y c h o l o g i q u e : «Claude, dit-elle, sauvez-
commander cet article, comme s'appelle-t-il donc déjà, nous ne
Nous s o m m e s e n c o r e d e nos jours savions rien de ses amis... Et nous tenons à ajouter que même si moi de q u e l q u e chose! !». Il n'en fallait p a s
victimes de cette idolâtrie. P e n s e z à la nous avons publié cette chronique elle ne reflète en rien les p l u s p o u r m e l a n c e r sur la piste d'un
quantité effroyable de R e n é (pour R e n é opinions politiques du magazine CROC et de ses collabo- reportage-choc à travers la cité.
rateurs Non... Notre magazine connu pour ses opinions
Simard, bien sûr) et de N a d i a (le petit libérales ne recule devant rien pour donner un reflet exact des
«Passons d'abord d a n s m o n apparte-
monstre des O l y m p i q u e s , é v i d e m m e n t ) sujets controversés et puis., nous avions versé une avance au ment d u centre-ville, lui répondis-je, le
qui nous attend d a n s q u e l q u e s a n n é e s . dénommé... j'ai oublié son nom, qui ne fait d'ailleurs plus partie t e m p s d'enfiler u n c o m p l e t distingué.»
de l'équipe.
R e m a r q u e z , j'ai déjà e u u n e v a g u e cou- Elle m e répondit p a r u n e franche p o i g n é e

octobre 1979
d e m a i n . D a n s m o n m é t i e r , le g o û t du
r i s q u e n ' e x c l u t p a s la c a m a r a d e r i e , bien
au contraire. R e n d u s d a n s m o n apparte-
m e n t , sis a u 2 3 e m e é t a g e d u 2592 d ' u n e
r u e b i e n c o n n u e d u c o e u r d e la m é t r o -
p o l e , je d é c i d a i f e r m e m e n t d ' e n s a v o i r
plus l o n g sur toute l'affaire. V e r s huit
h e u r e s trente, ayant au préalable Reunis d e v a n t huissier, les dégustateurs d e C R O C ont e f f e c t u e un beau
c o m m u n i q u e par télécommunication d i m a n c h e m a t i n , j o u r n é e o u il y a a u t r e c h o s e a f a i r e , u n test r i g o u r e u x et
a v e c l e s s e r g e n t s d é t e c t i v e s M a h e u x et c o m p l e t d u B a b v D u c k . L e s r é s u l t a t s d u test l e s o n t c o n v a i n c u s d e f a i r e a l ' a v e n i r
M a i l l o t t e d e la c o m m u n a u t é policière leurs tests u n e j o u r n é e o u les u r g e n c e s d ' h ô p i t a u x ne fonctionnent pas au
l o c a l e , je t e n t a i u n e p r e m i è r e approche ralenti. L e s p r o c h a i n s tests a u r o n t d o n c lieu un jeudi soir d e p l e i n e lune.
d e la v i c t i m e , c ' e s t - a - d i r e d e la c l i e n t e , e n
d ' a u t r e s m o t s , je lui offris c e q u e je
croyais être un v e r r e d e scotch entre
amis, mais qui eut i m m é d i a t e m e n t sur
elle un effet s e m b l a b l e a c e u x q u e j'avais
deja r e m a r q u e s c h e z certaines drogues
qu'utilisent q u e l q u e f o i s les a p h r o d i -
s i a q u e s d u c e n t r e - s u d d e la m u n i c i p a l i t é .
L'affaire se précisait a une vitesse rapide,
du moins, le côté p r o f o n d e m e n t humain
d e l'affaire. En c e q u i c o n c e r n e les faits
v é r i t a b l e s ainsi q u e les circonstances
a t t é n u a n t e s , ils é t a i e n t a s s e z inutiles
p o u r le m o m e n t , v u q u e l'enquête
progressait par elle-même. Disons quand
m ê m e p o u r le b é n é f i c e du c ô t e h i s t o r i q u e
d e c e t t e h i s t o i r e , q u e l e 28 j u i l l e t d e r n i e r ,
d a n s u n e r é s i d e n c e sise au 5422 d ' u n e r u e
assez achalandée, bien connue des
conducteurs a u t o m o b i l e s d e la v i l l e d e
Montréal, avait eu lieu q u e l q u e chose
d'assez spectaculaire en ce qui concerne
24 l e c a p o r a l O u i m e t , d e la f o r c e constabu-
laire larbaine, ainsi q u ' u n e personnalité
féminine bien connue des téléspecta- Voici d o n c les résultats, étape par étape, d e cette dégustation:
teurs d u reseau local, du m o i n s en c e qui Il D e s le p r e m i e r instant, l ' o u ï e est t i t i l l é e p a r un d o u x c r é p i t e m e n t premo-
a trait aux é m i s s i o n s p o u r enfants. Nous n i t o i r e m e n t céleste...
ne s o m m e s pas sûrs d e s i m p l i c a t i o n s d e 21 D r ô l e d ' e f f e t . A u l i e u d e s e d é p l o y e r d a n s la g o r g e , l e b o u q u e t a t e n d a n c e a
cette affaire, m a i s d a n s m o n occupation, r e m o n t e r . C'est sans d o u t e l'effet dit « d e tète».
r i e n n e sert d e g a r d e r les faits p o u r m o i ,
alors q u e le p u b l i c v e u t savoir.

P o u r r e v e n i r a ce qui m'occupait
présentement, r a p p e l o n s q u e la j e u n e
G i n e t t e C a r d i n a l r e p o s a i t p o u r le
m o m e n t d a n s un état l u b r i q u e , quelque
p a r t s u r l e d i v a n q u i o c c u p e la p r o p o r t i o n
sud-ouest d e m o n salon. Ayant m o i - If'
m ê m e s u i v i la m o r t d e p r è s a plusieurs
r e p r i s e s , j e v o y a i s t r è s b i e n la d i f f é r e n c e ;
je p r o c é d a i aussitôt a un inventaire
c o m p l e t d e m e s v ê t e m e n t s ainsi q u e d e
c e u x d e la j e u n e f i l l e , d u m o i n s , d e c e u x
q u e n o u s p o r t i o n s au m o m e n t d e l'atten-
tat, c ' e s t - a - d i r e d e la t e n t a t i v e d'obtenir
d e s r e n s e i g n e m e n t s , c e q u i est un côte
a s s e z p r o p r e d e la p e r s o n n a l i t é du
reporter.

L e c h o c n e s e fit p a s a t t e n d r e : en ce
q u i a t r a i t a u x v ê t e m e n t s , la j e u n e fille
était b e l e t b i e n n u e . Q u a n t a l'état dans
lequel j'étais, disons s i m p l e m e n t q u e m a
p r o f e s s i o n m ' a t o u j o u r s d i c t e la d i s c r é - 3) T i e n s ! C e t r o i s i è m e v e r r e s e d é p l o i e a u n i v e a u d e la v i s i o n .
t i o n e t q u e la r e c h e r c h e d u v i c e s o u s 4) V o i l a e n f i n c e p e t i t e f f e t e p i d e r m i q u e q u e j'attendais.
t o u t e s s e s f o r m e s n ' e m p ê c h e p a s la Je c o m m e n c e a m e s e n t i r un p e u g r i s , a m o i n s q u e . . .
p u d e u r , q u e l l e q u e s o i t la q u a n t i t é de C o n c l u s i o n d u test: il a u r a i t f a l l u t e s t e r s é r i e u s e m e n t c e v i n d a n s les p r i s o n s
l i n g e q u e l'on p o r t e sur soi. Je s e n t a i s q u e avant d e le l a n c e r d a n s le p u b l i c .
j'allais enfin a p p r e n d r e q u e l q u e chose...
On confond souvent l'as-reporter-choc

CROC
avec le métier qu'il exerce, et c'est leur quartier gênerai a cet endroit depuis volant des ovnis. Les membres du groupe
dommage, car cela empêche la plupart qu'en mars 1972, M. Rouleau a cru voir ont la chance de tous avoir vu un ovni.
du temps de voir a quel point nous (selon ses propres termesl deux grosses Pour se reconnaître entre eux, ils portent
sommes concernes par le cote sociolo- lumières blanches flottant a 2 pieds du sur la tète un berèt blanc en forme de
gique des relations humaines. Ce soir-la, sol» dans son'champ. Certaines mauvai- soucoupe. Ils croient que le Christ se
alors que cette enfant du monde inter- ses langues de la région prétendent prépare a venir chercher dans sa grande
lope tentait de se laisser aller, je com- qu'il s'agissait des feux avant de la soucoupe blanche les élus qui ont
prenais cpie ce n'est vraiment pas drôle Buick Century de Ti-Guy Thivierge, dé- compris sa nouvelle allure. Comme c'est
d'être une jeune fille dans cette position linquant juvénile bien connu de la bien connu «qu'il viendra c o m m e un
et je fis tout en mon possible pour le lui région, qui aurait l'habitude d'entrai- voleur», les membres de ADHOV (Q)
prouver, i J'aimerais en profiter pour ner dans le champ de M. Rouleau les accrochent a leur antenne d'auto un
mentionner l'excellent travail du sergent filles faciles de Cowansville a des fins drapeau blanc pour être bien sûrs que le
détective Hafnelin, de la brigade munici- innommables. Mais comme nous l'a Christ ne les manque pas. Enfin, pour des
pale constabulaire, qui a attendu explique Guillaume Guenette, le porte- raisons obscures, ils considèrent que le
quelques minutes avant d'enfoncer la parole d'AV'OR, son groupe est convaincu meilleur uniforme pour les vols spatiaux
porte de mon appartement, ce qui m'a que les Grands Frères Ic'est ainsi qu'il consiste en des pantalons qui montent
permis de terminer mon reportage.! désigne les présumes extra-terrestres jusque dessous les aisselles, des bretelles,
pilotant les Ovnisl étaient venus en des lunettes triple foyer, et en plus qu'il
patrouille de reconnaissance et qu'ils est préférable pour des raisons sécuri-
vont revenir très bientôt les chercher son taires de ne pas avoir de dentier su-
groupe et lui pour les emmener sur périeur.
Ganymede, ce qui ne devrait pas tarder
puisque leur subvention vient d'être Voila, c'est tout pour ce mois-ci. La
coupée. prochaine fois nous parlerons de cette
créature étrange, velue et simiesque qui
WOW (Watcheux d'objets vvay-out): ce hante les pics de l'Himalaya: le Yéti. Nous
groupe d'origine montréalaise a été en profiterons pouranalyser la théorie du
Salut frères de la Kabbale inities du fonde, comme le dit si bien Donovan professeur Simsky selon laquelle le Yeti
troisième decan et abonnes réguliers! Ashbury le responsable «la semaine ne serait qu'une forme plus évoluée du
Ce mois-ci, je vous parlerai de sou- même ou Jimi Hendrix est mort». M. gars de bicycle.
coupes volantes ou ovnis lobjets volants Ashbury et ses six collègues de WOW ont
non inventories). Avec la mode récente de forme spontanément ce groupe après
films comme Star Wars, Battlestar Galac- avoir observe douze ovnis mauves voler
tica et Saturday Night Fever, l'attention en formation de signe «PEACE» dans le
du public est remplie de curiosité pour ciel montréalais. Selon les dires de M.
tout objet rond filant a toute allure, et qui Ashbury. les membres du groupe étaient
n'est pas un frisbee. Dans le but de faire a ce moment a la Ronde dans le maneige
un peu de lumière sur la question, j'ai appelé La Pitoune. Un inconnu (l'envoyé
pense a vous dresser la liste des dif- des cieux?l tenta de leur vendre derrière
férents organismes qui au Québec, s'oc- le beer-garden des petites pilules bleues
cupent d'observer les Ovnis, de recueillir qu'ils avalèrent immédiatement. M. Ash- Les feuilles m o r t e s se ramassent a
les informations sur toute apparition et bury ne voit pas de rapport entre les deux l'automne
d'écrire toutes les semaines a leur députe événements, mais de toute façon M. Ash-
fédéral pour que le gouvernement cana- bury a de la difficulté a voir un rapport «Ah, comme la neige a neigé...»
dien avoue enfin qu'il sait tout sur leur entre ses deux yeux. De toute manière, - E. Nelligan
origine. Voici donc cette liste: on peut contacter le groupe WOW en leur
laissant un message sur un mur des toi- C'est l'automne, les amis, avec son
AVOR (Association des voyeurs d'objets lettes des hommes au cafe la Gaboche, cortège de couleurs naturelles et de
ronds): ce groupe fonde en 1971 grâce a rue St-Denis. longues promenades en bottines, le soir,
un projet Perspective Jeunesse a ses au fond des bois. Ou sont les beaux jours
assises à Cowansville dans une tente ADHQV (Q) (Amis des hosties qui volent, de l'ete? Que sont nos amis devenus? Ou
beige montée dans un champ de bette- section Québec): ce groupe qui compte vis-je? Ou vais-je? Vous voyez que c'est
raves appartenant a monsieur Eugène des milliers d'adhérents est persuade facile pour l a m e littéraire de revêtir la
Rouleau maraîcher. Les membres du que le Christ ou en tout cas St-Antoine de tunique automnale du renouveau poéti-
groupe IAI ont en effet dedice d'établir Padoue ou quelqu'un du genre est au que. Quelle belle saison pour se laisser
aller a la rêverie financière, en regardant
les feuilles partir vers le sud et les oiseaux
tomber en bas des arbres, on imagine de
nouvelles façons de fourrer nos petits
camarades, on pense a renouveler sa
garde-robe, ou on rêve doucement a l'être
aime en sifflottant un air a la mode... Oui,
c'est l'automne, et vive la poésie!
Bon, voila pour les moumounes!
Passons aux choses sérieuses. J'aborderai
ce mois-ci un sujet délicat et brûlant
d'actualité: pourquoi lire le livre quand
on peut voir le film? J e vous reponds
derechef. C'est mieux de lire le livre
parce que la plupart du temps, Charles

octobre 1979
QUE SONTVILS DEVENUS? par Beaupré

AM AK6AC2, QAtfSH, VOYONS !


oye SONT-\i$ vmm? vous vous SOUVEVÊZPf WAHE-
oui J0H\utMbibie pt/ semA JBSH ? £T pe c&

?
ET vu pi'sque Qo'ou &>A Ttoé
QÔU, vous pavez wuc vous

W
3H0& Q»
'/MiJif*AT' i l / CETTE

«Pis H $VQ LA PDCHBTIZ ?


2001* , ...
1
l A » ^

ÊTES

CROC
Bronson joue dans le film, et ça, ce n'est critiquer, je vous propose une excursion passera probablement pas inaperçu. Une
pas très littéraire comme approche. dans le futur. Voici en effet le résumé ignoble fantaisie champêtre, ou enfants,
Naturellement, des centaines de milliers critique détaillé de mes quatre prochains animaux, objets contondants et détails
de personnes me diront que j'exagère, romans. Acceptez-le c o m m e un cadeau, savoureux font bon ménage. Ou allons-
mais la vérité a toujours le dernier mot: je vous aime, vous êtes beaux dans votre nous? Quelle est cette société prétendue
quand on lit un livre, on peut voir qui on tête! Voici: libérale qui nous force a penser que la
veut dans le rôle principal. Exemple: perte d'un bras ou d'une jambe doit
Emile Genest dans «Moby Dick» ou «Un jour, n o u s irons quelque part» nécessairement être triste? Ce livre est
Béatrice Picard dans «Madame Bovary». Probablement mon meilleur roman une véritable fête pour les sens et ne
On dira ce qu'on voudra sur le vedettariat, depuis «Une fois, ch'fallé une place...» et manquera pas de délecter les pires
mais c'est bien, en lisant une oeuvre sûrement le préféré de plusieurs de m e s maniaques de la technologie moderne,
audacieuse, d'être rassuré par un visage parents. C'est l'histoire de quelqu'un qui ne serait-ce que dans l'épisode du toaster,
connu. D'autres, s'il en reste, me diront cherche quelque chose, mais c'est loin de ou grille-pain, ou les usages que l'auteur a
que le cinéma favorise les rapports s'arrêter là. Une espèce de fresque histo- imaginés pour cet appareil dépassent
physiques, non seulement avec l'oeuvre, rique à gros budget qui risque fort de largement les limites des cuisines de ville
mais aussi avec une personne de type remplacer le catalogue Simpsons dans le Laval, si vous voyez ce que je veux dire...
sexuel, qui serait assise à coté de nous au coeur des Québécois. Certains moments
moment de la projection. J e vous dirai intenses, comme l'inscription du héros Voilà! J e ne veux pas vous influencer
que ce n'est pas la première fois que l'on au Cégep, ne sont pas sans rappeler dans le sens du poil, mais ces livres seront
accuse la littérature de ne pas être un certains épisodes de «Papa a raison» (je en vente aussitôt qu'on me laissera sortir
outil assez efficace en ce qui a trait aux pense en particulier a cette petite et je vous jure qu'ils couvriront au moins
relations humaines. Hé bien, bande merveille qui s'intitulait «Cathy a la cinquante centimètres de votre biblio-
d'ignorants, je laisserai l'anecdote vous rougeole») mais la comparaison s'arrête thèque. J e vous laisse avec les mots du
répondre: un jour, mon amie et moi ici. Nous avons affaire ici à quelqu'un qui poète: «... et la vie n'est q u ' u n m a u v a i s
lisions le m ê m e livre; c'était, je crois, «Ma sait la différence entre une table et une m o m e n t à passer...»
vie avec les verbes» de R. Grévisse. chaise. Trente-deux pages de belle
Nous étions assis, l'un à côté de l'autre, lecture qui seront sûrement publiées
et nos lèvres esquissaient à peine le doux chez Fidès, si j'enlève le chapitre où ma
mouvement des voyelles et des conson- cousine rencontre le «drummer» des
nes. Soudain, il y eut c o m m e une grande Classels dans les toilettes du centre Paul-
palpitation de l'air, mon coeur fit le tour Sauvé.
du bloc, ma main se précipita sur celle de
ma compagne, qui, elle, avait trouvé un «Argent, argent»
endroit encore plus propice, nos yeux se (en anglais, «Money, Money»)
rencontrèrent dans un éclair de désir ' Elle est riche, jeune et très jolie. Il est
animal: nous venions de lire, au m ê m e milliardaire, il a le m ê m e âge qu'elle et il
moment, le passage où le héros découvre est très beau. Ils se rencontrent et c'est le
pour la première fois l'imparfait du coup de foudre. Ils se marient, héritent de
subjonctif. Cette anecdote qui, au demeu- la fortune de leurs parents et gagnent à la
rant, a quatre fois plus de classe que le loterie. Ils donnent naissance à un fils
magazine que vous avez entre les mains, enfant-prodige qui, à cinq ans, amasse
devrait servir d'exemple à notre belle des s o m m e s prodigieuses en donnant
jeunesse. Combien de détracteurs s'amu- des concerts à travers le monde, et aussi à
sent à dire que les jeunes d'aujourd'hui une petite fille très belle, qui devient
devraient en général être plus vieux. Moi vedette de cinéma à huit ans. Ils vivront
je dis aux jeunes: «Lisez, écrivez, faites très vieux, s'aimeront c o m m e des fous, et
l'amour, restez jeunes, et adressez vos enfin, mourront dans le calme et le
chèques à la revue!» confort... Un livre c o m m e on n'en fait
plus! ! !
R é p o n s e à Gaétan
Quelques mots en passant pour «L'assassin n'était p a s chauve»
répondre à la lettre de Gaétan, qui nous Ce livre idéal pour les vacances est
écrit de Ste-Misère dans un style bien à non seulement le seul roman policier
lui, et qui nous demande, entre autres: que j'aie écrit, mais peut-être le seul vrai
«quand tu écris, qu'est-ce qui vient roman policier jamais écrit. Voici les
d'abord, les voyelles ou les consonnes?» indices: pas de meurtre, pas d'enquête,...
J'aimerais d'abord féliciter Gaétan pour personne ! ! L'intrigue se déroule dans les
son goût de la découverte et lui dire de ne Laurentides, un cadre enchanteur à
pas laisser son cerveau juvénal se «bàdrer» quelques minutes de Montréal par l'auto-
de détails semblables. L'écriture devrait route. Un suspense subtil où le lecteur ne
se faire de gauche à droite, de haut en bas, se fait pas prier pour se servir de ses
et se lire de la m ê m e façon. Le reste est un petites cellules grises en se posant des
faux problème et n'intéresse que les questions comme: «Combien reste-t-il de
tapettes qui lisent Le Devoir du samedi. pages?» ou «Pourquoi une fille toute nue
sur la couverture?»
Pour ce qui est de la critique de ce
mois-ci, je vous ai réservé toute une «La d e r n i è r e petite fille s u r la colline, à
surprise. Au lieu de vous e m m e r d e r avec gauche»
des livres que vous n'aurez pas le goût de Ce que je n'ai pas réussi à faire dans ce
lire et que je n'aurai pas eu le goût de plaidoyer pour la violence enfantine ne

o c t o b r e 1979
EN ÉDWID&E MOFETTE APPRENAIT IL DÉv/AiT SE RENDRETRésfôr A L ' É V I D E N C E '
yQu/LÊTAiri-E PREMIER DÏPLOMÊ DE LE RECTEUR AVAÏTDÊCiDÉ DE PRENDRE LA
ULUNlVERSlTéPU QUÉBEC* AMONTRÈAL COM resTArioN ÉTUDIANTE LES CULOTTES
BAISSÉES E T DE FAIRE UfM EXEMPLE,,.

cc^t ain^i que débuta


la malédiction de> mofette
EN 22 80 OUVRANT LA BoiTE
PAR U N HASARD MALEFiOUE IL y
Ousço'ici R É S E R V E VEWA D E S
CHOSES Qui LE
A LA BANDE DESSINÉE R E M P L I R O N T DE
T H E O D O R E MOFETTE BC
ARRIÈRE PETJTF/LS STUPEUR...
DE FEU EDW/ÏD6E
[TROUVERA LA
BoiTE DANS SON
JARDIN FuTURiSTÊ.

CROC
ET V b i c i , EN AMANT PQ£Mi£BE,£XCLUSt\/EM£tor
RÉSERVÉE AUX LECTEOdS DE CROC, CE QUI
STUPÉFIERA CE DIGME VESCZNDAUTD'EDU/IWE

L'HTSTOIRE DE L'HUMOUR AU Q U É B E C 151

Chapitre XV

L ' H U M O U R S ' I N S T A L L E AU Q U E B E C

SOMMAIRE

T o u t le m o n d e sait q u e n o t r e h i s t o i r e "est u n e d e s p a s p i r e s " ,


c o m m e le dit l'hymne n a t i o n a l b i l i n g u e : " O C a n a d a , g l o r i o u s
a n d d o n o s a i e u x , w e s t a n d on g u a r d for t e a " . M a i s o n i g n o r e
g é n é r a l e m e n t q u e notre p a y s est né d e l'humour, r o m m e la g u e u l e
d e b o i s d e l a c u i t e . P i e r r e H u e t en f a i t i c i l a p r e u v e . L i o n e l
G r o u l x peut aller se rhabiller.
1. — A u d é p a r t le .climat était favorable à l'éclosion de
l'humour au Québec
2 . — Q u e l q u e s t e m p s a v a n t J é s u s - C h r i s t , des Mongols, abusés,
introduisent l'humour par le détroit de Behring
3. — Au 17e siècle, la réplique française prend définitivement
le d e s s u s s u r l ' h u m o u r indien
4. — Au 18e siècle, l e s A n g l a i s i n t r o d u i s e n t en sol q u é b é c o i s
la farce plate
5. — A u j o u r d ' h u i , l e Q u é b é c o i s e s t c o n s i d é r é c o m m e é t a n t drôle
% SABLÉ BLANC
en soi Les Mongols à la conquête de l'Amérique

dorénavant de nous intéresser à ces régions, sauf pour saluer


en passant les Terre-Neuviens qui sont victimes depuis lors d'un
1.—Le c l i m a t Le Québec est une terre de grands mys- énorme g a g : on continue de leur faire croire qu'ils habitent
est f a v o r a b l e tères. D'où viennent ces milliers de lacs, une île alors qu'en fait ils sont sur l'iceberg qui a coulé le
ces forêts, ces caisses électorales? Entraîné Titanic.
contre son gré tel K i n g - K o n g dans la civilisation moderne, le
Québécois découvre qu'il n'est pas seul. Il vit dans l'angoisse
perpétuelle. Le futur l'énervé: quelle sera la question au réfé- 3.—Le wampum M a i s revenons au Québec. N o s Mon-
rendum, et comment faire pour prendre ses vacances à Old pas eher mais gols québécois, surnommés Indiens
Orchard juste au moment de celui-ci? L e présent l'inquiète: pas ben bon pour des raisons sur lesquelles nous
est-ce que J o e Clark est valide au Québec, même s'il n'a pas reviendrons plus tard, se sont établis
de cartes d'identité sur l u i ? L e passé le chicote: est-ce que les un peu partout dans la Belle Province, dans un climat de
quintuplées Dionne étaient une illusion d'optique? Ce sont là franche hilarité. N o u s connaissons peu de choses de leur su-
d'ailleurs d'excellentes questions. Prochaine question, s'il-vous- perbe civilisation. Ceci est dû en partie au fait qu'ils cons-
plaît! truisaient leurs immenses cathédrales en wampum, matériau
constitué de boue et d'excréments de raton-laveur. De plus, ils
Une question qui jaillit de plusieurs lèvres, c'est la sui-
avaient malheureusement l'habitude de tracer leurs merveilleu-
vante: à quelle époque exactement l'humour fit-il son apparition
ses murales à la peinture à l'eau et à ciel ouvert, surtout d a n s
au Q u é b e c ? Nous allons tenter d'y répondre.
la région de St-Gabriel de Brandon qui c o m m e on le sait est
11 faut d'abord savoir que le Québec partage avec la S u è d e la plus pluvieuse au monde après le bassin de l'Amazonie,
un des climats les plus favorables à l'éclosion de l'humour . . . surtout pendant mes deux semaines de vacances.
et du suicide. Tout pays où même l'été passe le mois d'août
De toute manière nos Indiens étaient de g r a n d s rigolos.
en Floride ne peut que favoriser ces deux extrêmes. Or. vu la
Il n'en reste malheureusement.presque p l u s : m a i s leurs descen-
quantité limitée de stations de métro à Montréal et l'absence
dants continuent à provoquer l'hilarité en habitant là où il faut
de gratte-ciel passé St-Jérôme. le suicide n'a j a m a i s vraiment
construire des b a r r a g e s hydro-électriques ou en attrapant des
marché très fort ici. Donc, pour le meilleur ou pour le pire,
maladies bizarres à base de mercure.
on s'est rabattu sur l'humour.
Donc, le climat jovial était bien en place pour l'arrivée
des F r a n ç a i s . Profitons-en d'ailleurs pour régler un g r a n d
2.—Des Mongols L'humour est arrivé en Amérique du débat. On demande souvent "qui a posé le pied en premier
introduisent Nord par le détroit de Behring en même au Q u é b e c ? " En fait, la question à poser est " q u i a posé le
l'humour temps que l'Homme. Ceci est vérifiable pied en dernier au Q u é b e c ? " Tout le monde est venu ici avant
dans le fait que ni l'ours K o d i a k , ni les F r a n ç a i s . Les V i k i n g s . les Italiens, les E s p a g n o l s , les Chi-
l'amiante et ni le sapin ( les seuls habitants de l'Amérique nois, même les Albanais et un voyageur de commerce roumain
j u s q u e là) ne sont drôles. Quelque part dans la nuit des temps,
un hiver particulièrement vicieux s'est amusé à relier l'Asie et
l'Amérique par leurs extrémités les plus nordiques, permettant Tout ce beau monde lucide et terrifié esi reparti le même
par le fait même à quelques pauvres types de passer des régions j o u r vers sa patrie. Dès 1150. des cartes extrêmement précises
les plus désertiques et froides de Sibérie aux régions les plus du Québec circulaient en Europe dans les m a g a s i n s de farces
froides et désertiques de l'Amérique. Ces gens étaient des et attrapes. Si les F r a n ç a i s se sont faits prendre par ces trucs
Mongols (nous n'acceptons aucun g a g là-dessus) à qui des grossiers, c'est qu'ils étaient trop occupés depuis 1 ou 2 siècles
farceurs avaient raconté que ce qu'on voyait de l'autre côté à inventer le jeu de mots pour y prêter attention.
était du sable très très blanc, et non de la neige.
C'est donc dans un éclat de rire immense que J a c q u e s
Ces braves gens venaient d'introduire involontairement Cartier, l'air vaguement inquiet, est parti découvrir le C a n a d a ,
l'humour en Amérique. Assez curieusement, les régions formant ou du moins sa partie qui émerge, le Québec. Et. c o m m e nous
ce qu'on appelle aujourd'hui le C a n a d a s'y sont montrées com- le savons tous, il Ta découvert, ce qui est un terme poli pour
plètement imperméables, sauf le Québec. Nous cesserons donc dire qu'il s'est échoué.
152 L'HISTOIRE DE L'HUMOUR AU QUÉBEC

se font couper régulièrement la tête ou alors portent des cha-


p e a u x tellement horribles qu'elles mériteraient qu'on la leur
coupe. C'est manifeste, on rigole b e a u c o u p en Angleterre.

Cartier accueilli par les Mongols d'une tribu Le roi d'Angleterre mijotant une de ses
particulièrement pince-sans-rire. plaisanteries coutumières.

4 . — L a réplique N o s indigènes, qui avaient c o m p r i s de- Donc, un j o u r , quelques milliers de ces gais-lurons se sont
français»' : puis deux mille ans le g a g qu'on leur e m b a r q u é s sur leurs navires et ont v o g u é vers l'Amérique avec
terrifiante avait j o u é en S i b é r i e , avaient développé l'intention de nous conquérir. Normalement, l'arrivée de ces
depuis longtemps un h u m o u r local très rigolos aurait dû achever de faire de l'homo kébékiensis un
particulier qui leur permettait de résister au froid sub-polaire surhomme de l'humour, le prince des hilarants, l ' a m b a s s a d e u r
et à leur régime b a s é sur le rat m u s q u é et les framboises. Ils de la gaieté. Or, les c h o s e s . s e sont passées différemment. S'est
ont donc accueilli les F r a n ç a i s avec un g a g r e m a r q u a b l e : ils alors produit un phénomène extraordinaire mystifiant pour tous
se sont faits passer pour des habitants des Indes ( d ' o ù le n o m ) ; les historiens, sociologues, humoristes et océanographes qui se
ils leur ont même présenté un orignal empaillé c o m m e étant sont penchés sur la question, un mystère à côté duquel le
la déesse C i v a . L e s F r a n ç a i s toujours forts sur la vive répartie T r i a n g l e des Bermudes est une devinette du R e a d e r ' s D i g e s t . . .
ont rétorqué à c o u p s de mousquets à deux pouces du visage.
Voici les faits, si l'on se fie aux chroniques de l'époque.
L ' h u m o u r québécois est donc parti Au moment même où la vigie du premier vaisseau de la flotte
sur cette belle allure pendant un ou deux anglaise criait du haut de son mât le mot " E a r t h " ( d a n s la
siècles. De leur côté, les Indiens appre- langue anglaise primitive, le mot veut dire " t e r r e " ) tous les
naient a u x Saint-Martyrs c a n a d i e n s le p a s s a g e r s , sans exception, ont simultanément perdu le sens de
g a g de la tête de hache enflammée s o u s l'humour.
l'ongle et à Dollard des O r m e a u x , celui
C'était là la première manifestation d'un phénomène natu-
du baril de p o u d r e qui revient; les Fran-
rel qui a continué de se reproduire j u s q u ' à nos j o u r s . On
çais essayaient en retour de leur faire
pourrait le résumer comme s u i t : tout citoyen a n g l a i s qui décide
c o m p r e n d r e les subtilités du calembour
de quitter l'Angleterre pour émigrer au C a n a d a (l'effet est
et du génocide. Cet irrésistible d i a l o g u e
encore plus notable quand il choisit de
aurait pu se continuer pendant des siè-
s'établir au Québec, ce qui heureuse-
cles ou du m o i n s j u s q u ' à l'extiftctiqn
ment, se produit de moins en m o i n s )
d'une des deux races n'eut été de l'ap-
perd complètement le sens de l'humour
parition sur le terrain d'un troisième
dès que son navire (de nos j o u r s son
j o u e u r : les A n g l a i s . Le père Brébeuf Haché.
a v i o n ) parvient à moins de vingt kilo-
L e s A n g l a i s , c o m m e nous le s a v o n s tous, sont les habitants mètres de la péninsule gaspésienne.
de l'Angleterre. Détail b i z a r r e : les A n g l a i s eux, ne le savent Autrement dit, il devient tout d'un c o u p
p a s , ou du m o i n s l'ont a p p r i s tout récemment. En effet, pen- Canadien-anglais.
dant des millénaires, ils sont régulièrement partis en vastes
L'hypothèse du docteur McMuffin
m a s s e s habiter les p a y s des autres, s a n s bien sûr demander
de l'université de S a s k a t o o n , docteur
à ceux-ci ce qu'ils en pensaient.
es-horticulture et es-boeuf de l'Ouest, La guédetle gaspésiennt
Ils se sont ainsi crus chez eux a u x Indes (les vraies cette explique cette curieuse et indésirable (sorte de peur fruit
fois-ci, ils sont q u a n d même plus éveillés que les F r a n ç a i s ) , en mutation génétique par une violente réac- ^Ind^flelrT).
Australie, en Chine, au Pakistan et un j o u r , ils ont a c q u i s la tion physiologique provoquée par 1 ab-
certitude que chez eux, c'était ici. Alors ils sont venus. sorption accidentelle ( p a r voie a n a l e ) d'une espèce de guédelle
spécifique à la rive gaspésienne.

5 . — D e s p'tits C'est bien connu que le peuple a n g l a i s est


rigolos un peuple drôle. Ils portent de drôles de 6 . — L a farce Revenons à notre première fournée d'An-
petits c h a p e a u x ; ils boivent du thé; ils plate glais. Imaginez la scène. Ils sont sur le ponl
prononcent la lettre " T " d'une façon g r o t e s q u e qui leur déforme de leur navire, ça rigole, la vie est belle
les dents s u p é r i e u r e s ; ils cuisinent avec des ingrédients que On vient de dépasser l'iceberg de Terre-Neuve. Ç a discute tran
les autres peuples de la terre utilisent c o m m e détergents; tous quillement une tasse de thé dans une main, une portion de veai
leurs dirigeants mâles sont h o m o s e x u e l s tandis que leurs reines à l'eau de Javel d a n s l'autre. Sur le navire de tête, le c o m m a n
L'HISTOIRE DE L'HUMOUR AU QUÉBEC 153

dant dans sa cabine, obéit à une vieille tradition britannique C'était la première d'une longue liste qui incluerait la dépor-
et encule le mousse. Soudain, la vigie lance son "Earth" fatidi- tation des Acadiens, le rapport Durham et la Confédération,
que et le cours de l'histoire est changé. qu'on fête d'ailleurs, suite à une erreur des Postes canadiennes,
le 1er juillet au lieu du premier avril.
C'est la panique. Un matelot qui racontait l'histoire de
l'Ecossais qui veut marier sa fille, en oublie subitement la fin; Avec l'addition de cette contribution anglo-saxonne, l'hu-
un sous-officier qui voulait provoquer l'hilarité de son supé- mour québécois venait d'atteindre sa forme finale. Cocktail
rieur en répétant quarante fois de suite "Thoughtfully taught" subtil de naïveté indienne, de crédulité française et de bêtise
se mord la langue et se pète deux incisives sur le bastingage. anglaise, l'humour québécois est aujourd'hui renommé à tra-
Il fallut se rendre à l'évidence : l'humour manquait à bord. vers le monde et provoque l'envie des pays sous-développés,
ou en tout cas, des primates les plus évolués. Le Québécois
Les Anglais étant un peuple courageux, se firent à l'idée. moderne qui voyage à l'étranger provoque immanquablement
Et comme dit le proverbe "à défaut de merles on mange des l'hystérie collective. En tant que peuple, nous avons un passé
grives" (personnellement je n'ai mangé ni de l'un ni de l'autre riche en gags; sachons nous en montrer dignes.
et de toute manière je ne saurais pas les différencier), ils com-
pensèrent la disparition de leur sens de l'humour par une inven-
tion diabolique : la farce plate. Et cela devint leur contribution
à l'humour québécois.
Mais qu'est-ce que la farce plate? La farce plate est en
quelque sorte une version occidentale du supplice chinois. Ce-
pendant, à la différence de celui-ci, elle a la faculté de faire
souffrir la victime et le bourreau. La farce plate n'amuse per-
sonne. En effet, la victime d'une farce plate s'en sort habituel-
lement avec une cravate coupée en deux, quatre pneus à plat
ou les organes sexuels badigeonnés de peinture phosphores-
cente. Par ailleurs, l'instigateur en tire un plaisir à peu près
comparable à celui de changer de sous-vêtements.
Maintenant que le concept de farce plate est un peu éclairci,
revenons à nos infortunés anglais. Ceux-ci mirent peu de temps
à faire découvrir à nos ancêtres les plaisirs de leur nouvelle
invention.

7 . — L e farceur La première grande farce plate et sans


attrapé doute la plus célèbre, se joua dans la ville
de Québec. Par une nuit sombre, quelques
centaines de Canadiens-anglais désoeuvrés (à l'époque, le Le Québécois à l'étranger, fier de son passé riche en gags.
Stampede de Calgary et le René Simard Show n'existaient pas
encore) décidèrent de surprendre les Québécois en gravissant,
à l'insu de ceux-ci, le Cap Diamant. S'agrippant aux arbustes LECTURES
et s'aidant de leurs dents supérieures, ils y parvinrent sans trop
de difficultés. Ils prirent complètement par surprise les senti- J. Benoit, Tartes à la crème et peaux de bananes, 1001 usages,
chapitre XII, XIII, XTV (Montréal, 1868)
nelles québécoises occupées à soigner leur petite vérole. Il s'en Nono Deslauriers, La déontologie inconsciente du rire, Presse de
suivit ce que l'histoire a surnommé la Bataille des Plaines l'université Laval (1952, p. 463)
d'Abraham. Le combat fut féroce. A l'aube, on put mesurer Buck Muffin, The gaspesian guedelle and it's dreadfull effects
l'ampleur des dégâts. La première farce plate venait de se jouer. on anglos sensé of humor. Chap. XI et XXVI (Saskatoon 1932)
Les Français (victimes) avaient perdu. Les Anglais (farceurs) Jean Raffa, La pétanque toujours la pétanque, Editions Comment
avaient gagné. Les Français prirent, ma foi, la chose assez vas-tuyau d'poêle (Québec 1882) réédité en 1883 aux Editions du
bien. Après tout, ceux qui habitaient le quartier depuis déjà Camembert fait, et en 1884 aux Editions de la Belotte et rebelotte.
(p. 22, 3ème paragraphe, 2ème ligne premier mot (à gauche).)
un certain temps espéraient sans doute vaguement que les nou-
veaux propriétaires allaient apporter quelques améliorations.
DEVOIRS
Mais les Anglais furent atterrés. Même que le général Wolfe,
, / l'instigateur de cette folle nuit, pré- Exploration de la farce plate.
féra se suicider. Il faut les compren- Fabriquez une lettre piégée et faites-la sauter en la remettant à
votre facteur.
dre, les pauvres. Partis avec l'idée de
Immolez-vous par le feu dans le métro à Theure de pointe pour
faire une simple blague, plate certes, protester contre la hausse du prix des billets.
mais sans méchanceté, ils se retrou- Serrez la main du cardinal Léger, attrapez la lèpre et allez vous
vaient soudain les heureux proprié- baigner à l'aqueduc municipal.
taires d'un peuple qui se reproduisait
plus vite que l'amibe et dont les seu-
les préoccupations pour les siècles à
venir seraient de faire sauter des boî-
tes à malle, gagner à la mini-loto et
Un exemple de farce faire crier les pneus aux coins de rue.
plate: le suicide raté
de Wolf avec un La farce plate venait de faire son
pistolet à eau. entrée fracassante dans notre histoire.
D'abord ton habillement! Un conseil, traîne pas trop
longtemps avec tes vieilles affaires, mets-toé le plus vite

GUIDE possible au beat de la grande ville. Si tu veux pas passer


pour un cheap, prends-toé une couple de beaux habits en
«tergal» reluisant, soit «bleu poudre» ou «vert lime», avec

TOURISTIQUE les souliers en cuir «patant» (vernis) d'Ia même couleur.


Avec ça, une belle chemise noire avec la cravate
blanche; si t'aimes pas les cravates, laisse les boutons du

DES ÉTUDIANTS haut détachés pis mets-toé un beau bijou dans le cou: ton
signe du zodiaque ou une belle lame de rasoir, par
exemple.
Si tu sais pas où trouver tout ç a , va à la taverne
ÉTRANGERS «Cherrier» sur la rue Mont-Royal pis demande le grand
Johnny, dis-y que c'est le gros Léo qui t'envoie, y'a
toujours tout c'qui faut dans'valise de son char, il va te
faire un maudit bon deal à part de ça.

Salut! Mon nom est Léo Leblond, nouveau propriétaire


de l'Agence de voyage «Le Trip», grâce à une straight flush
lors de ma dernière «game» de poker.
J'connais pas grand'chose aux études, mais si les gars
sont comme moé, quand j'arrive dans une nouvelle ville,
c'qui m'intéresse c'est pas d'savoir où sont les monu-
ments historiques pis les musées, mais d'connaître les
bons spots, savoir où le «party» s'passe. O ù prendre un
drink? O ù rencontrer des belles'p'tites filles? Et surtout
être habillé comme tout le monde de la place, pour pas
passer pour un maudit habitant!
Fiez-vous au gros Léo, les spots yé connaît! Avec le
paquet de trucs pis de p'tits conseils que j'vais vous
donner icitte, en dedans d'une semaine j'mets au défi
n'importe qui de vous traiter de «maudit émigré» telle-
ment vous ressemblerez à tout le monde; à moins
évidemment de ne pas être de la bonne couleur.

O Ù ET COMMENT
SE VÊTIR
La «classe», n'oubliez jamais que c'est la plus grande
qualité qu'un gars peut avoir icitte à Montréal. Toute
c'que tu dois faire doit être fait avec «classe». O n pourra
TON APPARTEMENT
dire c'qu'on voudra sur Léo Leblond, mais la classe ça Pour ton appartement, commence pas à niaiser avec les
m'connaît. petites annonces. Mets-toé sur ton «trente-six» pis rentre
dans le premier bloc à appartements que tu rencontres. Si
tu peux pas te trouver un beau petit «un et demi» tout
meublé pour $275.00 par mois pas chauffé, j'm'appelle
pas Léo Leblond. Pour les «gens de couleur», faites-vous
en pas, ils prennent n'importe qui dans ces blocs-là.


ET COMMENT SORTIR
Là te v'Ià greillé; une couple de belles «suits» pis un
beau p'tit appartement juste à côté du centre-ville (Chris-
tophe-Colomb et Henri-Bourassa). Là c'qui t'faut, c'est
sortir, lâcher ton jack, rencontrer des belles p'tites pouli-
ches. T'as beau être venu icitte pour étudier, t'es pas pour
passer tes grandes soirées le nez fourré dans tes livres. Là
tu vas descendre dans l'centre-ville, c'est là que ça se
passe. Tu peux prendre le métro ou l'taxi, ça a plus de
classe. Pis les «gens de couleur», ça va vous permettre de
rencontrer d'vos semblables, c'est toutes des «nègres» qui
chauffent les taxis à Montréal.
Quant t'es rendu, rentre dans première taverne que tu
rencontres. Histoire de t'faire un p'tit fond: commande-
toé 5 à 6 drafts (une spécialité montréalaise); profite-z'en
pour souper avec des p'tits plats de chez nous: une ou
deux langues de porc dans l'vinaigre, deux ou trois grosses
saucisses marinées, pis si t'as encore faim finis ça avec une
couple d'oeufs pis des biscuits soda. Un p'tit conseil:
d'une taverne laisse jamais de tips (pourboires) au waiter,
Iça l'insulte!
I Après ça c'est la tournée des «grands ducs»: «La plug
'électrique», «La chriss de place», «L'antre du diable», etc..
Un paquet de bons p'tits spots où tu vas rencontrer de
l'action en masse, pis des filles à ton goût. Quand tu vas
être habitué au son pis à l'éclairage de la place, dirige-toé
avec «classe» vers une table, pis commande-toé un drink.
Moé j'te conseille notre boisson nationale: le daikiri aux
bananes flambées. (Oublie pas, pas de tip au waiter, ça
l'insulte!).

LES MEILLEURS S H O W S
N.B.: Pour ceux qui aiment les soirées moins mouve-
mentées, j'ai un p'tit circuit artistique parfait pour vous
autres. Une p'tite tournée des meilleurs «shows» à Mont-
réal. Six spectacles inoubliables dont vous vous rappelle-
rez jusqu'à la fin de vos jours.
Cette semaine en primeur:
1) U n e soirée au Théâtre des Variétés avec: La Poune,
Manda, Léo Rivet, le Capitaine Bonhomme et Roger
Giguère dans: «Deux concombres, deux cerises»;
2) Ensuite Johnny Farago dans son spectacle: «Non Elvis
n'est pas mort, il vit à Montréal-Nord!».
3) U n e soirée au Sexe-Machine voir «Woola» et ses
serpents exotiques;
Tout en r'gardant autour de toé en buvant ton verre, 4) Q u e dire de Roberto et C y p s y le roi et la reine du limbo
essaye de trouver une table avec 2 ou 3 belles p'tites erotique. Vous passerez une soirée avec Roland Mon-
«pitounes» pas trop farouches. Dans un «club», les filles treuil, le roi des M C et vous entendrez son grand
qui veulent sont faciles à reconnaître: la plupart du temps succès, «Les portes du pénitencier»;
sont toutes habillées pareil. Les jeans serrés, des souliers 5) Et enfin, pour terminer, une soirée insensée au con-
pointus à talons hauts, un p'tit chandail qui pette sur le cours «Mlle Corvette 1979», présenté par le garage de
corps avec pas de brassière en dessous, un coat de cuir ou mon grand chum Jos Marcil. (Le premier drink est aux
de jeans avec un «crest» (écusson) dans le dos, marqué: frais du garage.)
«Devil's Disciples», les «Outlaws» ou les «Huns». La Ç a c'est pour ceux qui viennent icitte! Mais si vous avez
plupart du temps y'ont une couple de tatouages sur les le goût de faire un p'tit voyage excitant et plein d'impré-
bras comme «Propriété des Devils» ou «Johnny chu à toé». vus, appelez à l'Agence de voyage «Le Trip» à Montréal, on
Celles-là, mon homme, tu peux pas te tromper, c'est les est dans les pages jaunes. Demandez-moé, Léo Leblond;
meilleures. si j'suis pas là, demandez ma femme Ceorgette, elle est
Un coup que t'en a spottées, appelle le waiter pis aussi bonne que moé!
envoie leur chacune un drink à leur table; ça c'est d'Ia
classe! A ta place, moé, j'Ieur envoyerais chacune un Salut! pis oubliez-pas, «Les voyages de Léo Leblond,
«seven-up», c'est une boisson très appréciée dans les c'est tout un trip!».
«clubs». Fais-toé z'en pas si t'entends le waiter rire, y
connaît rien!
Attends pas deux minutes, pis vas t'asseoir à leur table.
Laisse-toé pas impressionner par les quatre ou cinq gars
assis à table à côté d'elles avec les mêmes écussons dans
le dos, y'a rien là! Quand les filles vont avoir un peu arrêté
de rire, jase un peu, pousse une couple de p'tites jokes,
tout ça avec «classe». Si les gars d'à côté commencent à
t'insulter pis à donner des coups de baguette de «pool»
sur ta chaise, laisse-toé pas faire. Dis-leur que t'es ceinture
noire au karaté pis que des «mangeurs de marde» comme
eux autres, t'en as déjà vus avant.
Si t'es encore conscient quand la police rentrera dans le
club, laisse-toé pas bardasser par un couple de «beus» en
chaleur; dis-leur que c'est toé qui paye leurs salaires pis
que t'es un p'tit cousin du maire. Tu vas voir qu'ils vont te
traiter avec des gants blancs!
C a c'est une soirée à mon goût! Avant de te coucher le
soir, regarde-toé dans ton miroir ou du moins c'qui reste
de toé, pis dis-toé que grâce à Léo Leblond t'auras pas le
temps de t'ennuyer de ton pays!
44 inéomvicm

Manger des Rice Krispies à Trois-Pistoles


ou
comment on devient Triarishi Suprême

C ontrairement à ce que le scepticisme


de l'époque pourrait nous faire croi-
re, le sentiment religieux est très fort en
Amérique du Nord par les temps qui cou-
rent. À preuve le fait que de nouvelles
religions naissent chaque année. C'est
justement à l'inventeur d'une de ces reli-
gions "L'Église de l'Éternel Triangle" que
Serge Langevin s'est adressé pour voir si
cette nouvelle religion ne porterait pas en
elle quelques unes des réponses aux
questions qui angoissent l'homme con-
temporain.
C'est dans son salon de Ville St-Pierre
que Serge Langevin a rencontré le Grand
Triarishi Suprême de l'Église de l'Éternel
Triangle.

L'Actualité: Comment l'idée vous est-elle


venue de lancer une nouvelle religion?
Triarishi: J'ai toujours voulu avoir une
religion à moi: en fait j'y pense depuis ma
sortie des H.E.C. Les heures sont bonnes, mateurs de religion. Et puis pas exigeants jus d'orange instantané on en vient forcé-
c'est payant. Regardez un gars comme Rex avec ça: vous leur promettiez le salut éternel, ment à se demander: pourquoi pas le salut
Humbard, Guru Maharad'ji ou le Révérend le paradis à la fin de leurs jours et ils don- instantané?
Moon! Ça fait pas 20 ans qu'ils ont monté naient leur trente sous à la quête sans rechi-
leur affaire et ils sont déjà millionnaires! gner. L'Actualité: Mais pourquoi alors ne pas avoir
Ajoutez à ça le fait que les religions, c'est inventé une religion orientale?
parfait comme produit: pas de test de qualité L'Actualité: Oui, mais justement, la religion Triarishi: Parce que les affaires orientales
à passer, pas de frais d'exportations, pas de catholique a quand même encore des assises ça n'attire pas tout le marché. Le nirvana, y
solides au Québec. a seulement les "freaks" qui marchent là-
taxes: en fait, si on excepte les courses de
Triarishi: Solides? Enlevez-leur les bingos dedans. Remarquez que les freaks c'est pas
chevaux et les loteries c'est le plus beau petit
racket possible. D'ailleurs, je me suis tou- et qu'est-ce qui leur reste? D'ailleurs ça, c'est un mauvais marché: ils gobent n'importe
jours demandé comment il se faisait que la frappant les bingos, du point de vue de l'évo- quoi. Le problème c'est qu'ils n'ont pas
mafia n'avait pas eu l'idée d'en partir une; lution religieuse du Québec. d'argent. Non moi, le marché qui m'intéres-
probablement qu'ils ont fait un " deal" avec le sait c'était le travailleur, la classe moyenne,
L'Actualité: Ah oui?
pape: Tu touches pas à mes affaires, on le monde ordinaire, ceux qui ont une paye
Triarishi: Ben voyons! Je disais tout à
touche pas aux tiennes. régulière.
l'heure que les Canadiens-français n'étaient
pas exigeants. C'est vrai: jusqu'aux années L'Actualité: Les catholiques...
L'Actualité: Voilà qui en dit long sur votre
sens des affaires. Mais le marché n'est-il pas 50 vous pouviez collecter des millions en leur Triarishi: D'abord ils ne sont plus catholi-
assez restreint de nos jours? promettant qu'après leur mort, ils pourraient ques: le catholicisme, c'est encore une affaire
Triarishi: Oui, et ça c'était mon premier jouer de la harpe sur un nuage. Pas besoin de d'importé. C'est contrôlé par les Italiens.
problème: la concurrence. Surtout la concur- garanties, rien! Aujourd'hui le monde est plus Avec le renouveau du sentiment nationaliste,
rence étrangère. C'est incroyable ce qu'il est exigeant: C'est tout de suite, qu'ils veulent ce qu'il faut c'est une religion québécoise
né de religions ces derniers dix ans: Les être heureux! Alors, l'Église catholique a pure laine, une religion qui atteindrait les
Hindous, les Chinois, les Japonais: tout trouvé les bingos. Admettez que c'est pas fort gens dans ce qu'ils ont de fondamental: une
c'qu'y a d'immigrés en part une. C'est encore comme trouvaille à côté du satori ou du religion qui toucherait leurs cordes sensibles.
un domaine où les immigrés vont enlever leur nirvana! En fait, c'est les Orientaux qui ont Avez-vous lu le livre de Jacques Bouchard:
job aux Canadiens-français si on ne reprend tout gâté avec leurs histoires de méditation et les 36 cordes sensibles du peuple québécois?
pas l'initiative. Remarquez que le marché de bonheur instantané. La société de con-
québécois a toujours été bon: les Canadiens- sommation aussi a fait beaucoup pour gâter L'Actualité: Euh non... pas encore.
français ont toujours été de grands consom- le marché! Quand on a du café instantané, du Triarishi: Lisez-le: bien bon livre: Tout est

8 L'actualité
des précédents.. catholicisme? Le musulmanisme? Le protes-
Triarishi: Bien
sûr qu'il y a des précédents! tantisme? Ils passent leur temps à s'imiter
Comment voulez-vous que la religion mar- entre eux!
che sans ça? Si le monde croit plus à rien
L'Actualité: Oui, mais enfin, il faut plus qu'un
comment voulez-vous que la religion soit dieu pour faire une religion: des dogmes par
possible! exemple.
"Les buissons ardents parlent, Triarishi: Des dogmes? Tout d'abord c'est
L'Actualité: Oui enfin, les céréales vous ont
les nuages parlent, parlé. Et qu'est-ce qu'elles vous ont dit? quoi un dogme? Un dogme c'est la partie du
les montagnes parlent, Triarishi: Ben "cric crac croc!" c't'affaire pitch de vente qui concorde pas avec la
réalité, la partie pour laquelle il faut avoir la
alors pourquoi pas qu'est-ce que vous vouliez qu'elles me disent?
foi: ben, un dieu céréale qui s'appelle Krispie
les céréales?" L'Actualité: Et vous avez compris! et qui s'incarne en trois personnes nommées
Triarishi: Comment, si j'ai compris? Bien Cric Crac Croc, je ne sais pas comment vous
sûr que j'ai compris: évidemment, il fallait appelez ça mais moi j'appelle ça un dogme,
là! Lui y a compris Bouchard... avoir la foi! Sans la foi on comprend rien à parce qu'il faut une sacrée dose de foi pour
L'Actualité: Oui... bon, enfin... maison n'inven-
te pas une religion comme ça, il faut une inspira-
tion.
Triarlshi: Une révélation: ça c'est vrai! Tu
te lèves pas comme ça un beau matin avec
une nouvelle religion dans la tête, pas si t'es
sérieux: il faut une révélation. En fait une
religion sérieuse doit avoir un ou deux pro-
phètes, au moins un en tout cas, qui s'en va
dans le désert ou sur une montagne ou n'im-
porte quelle autre sorte de place comme ça
pour se faire révéler sa religion.
À ce point de vue-là j'étais mal pris: les
déserts sont rares au Québec et les monta-
gnes sont pas beaucoup plus nombreuses!
J'ai bien essayé le lac des Castors mais y
avait trop de monde. J'ai essayé Terre des
Hommes mais c'était pas encore assez dé-
sert..! En fait j'ai tout essayé; les Lauren-
tides, le Parc Lafontaine, le parking du Stade
Olympique: rien!
L'Actualité: Mais vous avez eu cette Révé-
lation!
Triarishi: Bien sûr, sans ça j'aurais pus de
la religion. Prenez un athée ordinaire: ben, croire à ça! Si vous pensez à ça pis que vous
religion!
ses céréales pourraient lui parler pendant des avez pas la foi, c'est encore plus drôle que la
L'Actualité: Comment est-ce arrivé? heures et il comprendrait toujours pas. Sainte Trinité! Qu'est-ce qu'y vous faut de
Triarishi: C'est arrivé un matin au déjeu- plus?
L'Actualité: Oui, bon, maisqu'est-ce que vous
ner: j'étais pas mal découragé. Je regardais avez compris? L'Actualité: Bien, un nom par exemple...
dans mon bol de Rice Krispies et j'ai entendu Triarishi: J'ai compris, premièrement, que Triarishi: Je l'ai appelé l'Église de l'Éter-
des bruits... comme de la gravelle qui se fait ce que les Rice Krispies me disaient c'était la nel Triangle.
piler dessus. révélation que j'attendais: "cric crac croc!"
Le dieu que je cherchais c'était Krispie L'Actualité: Pourquoi l'Éternel Triangle?
L'Actualité: De la gravelle?
incarné dans les trois personnes de Cric Crac Triarishi: Vous lisez pas les journaux? Les
Triarishi: Oui du gravois: c'était les Rice
et Croc. C'était merveilleux! Enfin une reli- pyramides ça marche fort ces temps-ci, les
Krispies qui faisaient "cric crac croc, cric
gion avec un lien direct avec la libre entre- pyramides. Et puis le chiffre 3, ça a toujours
crac croc! cric crac croc! cric crac croc!..."
prise! Les gens de Kellogg's sont raisonna- été bien bon dans la religion: les trois vertus,
L'Actualité: Oui, oui: cric crac croc! bles et ils comprendront vite les avantages les trois cavaliers de l'apocalypse. Ensuite il
Triarishi: C'est ça: "cric crac croc!"tout à que comportent pour eux ma révélation. Tout fallait que j'me trouve un nom: ça, ça a été
coup j'ai eu une illumination: j'ai compris que ce que je leur demanderais ce serait un peu de vite: Triarishi. Vous trouvez pas ça cute?
les céréales me parlaient! promotion et une ristourne sur les ventes: en L'Actualité: Cute?
retour je fais des Rice Krispies une céréale
L'Actualité: Les céréales vous parlaient! Pas rien que cute! Efficace,
Triarishi:
que les gens DOIVENT manger tous les
Triarishi: Quoi...?! impressionnant! En tous cas avec un nom
matins!
comme ça le mahlarishi peut retourner vendre
L'Actualité: Non non... ça semble bizarre c'est des tapis!
tout... L'Actualité: Ah, vous croyez que c'est assez
Triarishi: Comment bizarre! Écoutez dans pour faire une religion?
L'Actualité: Effectivement le titre Triarishi a
la religion y a des choses bien plus bizarres Triarishi: Bien, c'était déjà un départ: un quelque chose d'assez unique. Mais un nom, ça
que ça: les buissons ardents parlent, les dieu incarné en trois personnes... n'est pas tout... Une religion doit comporter
d'autres éléments.
nuages parlent, les montagnes parlent alors
L'Actualité: Mais était-ce très original? Triarishi: Bien sûr, bien sûr, ça prend des
pourquoi pas les céréales?
Triarishi: Pourquoi original? Une religion "props" des machins qu'on peut montrer
L'Actualité: Oui effectivement, si on consi- n'a jamais eu besoin d'être originale pour durant les cérémonies. J'en ai. Tenez, par
dère la chose du point de vue théologique, il y a marcher: pensez-vous que c'est original le exemple, ma coiffure c'est un tricorne; j'ai un

octobre 1979 9
T r i a r i s h i : La deuxième c'est au cas ou les y a déjà un autre rack... une autre religion
gens de Kellogg's voudraient pas signer. J'me d'installée là. Comme notre politique n'a
suis dit que deux précautions valaient mieux jamais été d'envahir le territoire des autres,
qu'une. en tout cas pas tout de suite, on est aile à
Trois-Pistoles, dans un triplex, bien sûr. On
L ' A c t u a l i t é : Mais ne trouvez-vous pas que
ces prières sont un peu... commerciales?
vend des tribles, des tricornes, des tridents...
"... La séparation de l'Église T r i a r i s h i : Evidemment, pour une oreille L ' A c t u a l i t é : Bien sûr, bien sûr, maispassonsà
et de l'État fut une grave séculière ça peut le paraitre. Mais il faut un autre sujet. En tant que Triarishi de...
erreur en ce qu'elle a privé comprendre que nous autres, chefs religieux, T r i a r i s h i : Grand Triarishi Suprême...
avons une vue plus large des choses. Nous
le pouvoir religieux savons ainsi que le monde spirituel doit L ' A c t u a l i t é : En tant que grand Triarishi Suprê-
de sa base pour ainsi dire." s'appuyer sur le monde matériel. Nous sa-
me de l'Église
l'intention
de l'Éternel Triangle,
de prendre position sur le débat
avez-vous
consti-
vons aussi qu'en ces temps troubles le pou- tutionnel? -
voir de l'Eglise doit s'appuyer sur des bases T r i a r i s h i : Bien sûr, bien sûr, tout d'abord
livre sacré aussi, toutes les religions ont un solides et concrètes, pour ainsi dire. D'ail- notre position linguistique officielle est que le
livre sacré: le mieux, c'est la Trible. La
Tri-ble. vous comprenez, Trible!
L ' A c t u a l i t é : Oui, oui je comprends... mais
votre Église, comment est-elle structurée, gouver-
née?
T r i a r i s h i : Ah la. vous allez tripper: c'est
une Triarchie. ben sur. Vous comprenez, une
Triar-chie, une monarchie divisée en trois et
les dirigeants s'appellent...

L ' A c t u a l i t é : D e s triarches je suppose?


C'est en plein ça: vous compre-
Triarishi:
nez vite, vous! Remarquez que j'aurais pu
aller plus loin et publier une Triographie des
Triarches, mais je me suis dit que là, y a des
gens qui pourraient mal prendre ça. Vous
savez l'humour ça n'a jamais été le fort des
gens religieux. E t puis c'est pas tellement
payant l'humour et je voulais que cette his-
toire-là reste dans le noir. Et puis faut pas
mêler les genres: ou tu fais de l'humour, ou tu
fais de la relig'on; pas les deux à la fois.

L ' A c t u a l i t é : Évidemment! Mais la doctrine


dans tout ça? Une religion doit avoir une doctrine.
Triarishi:Là, vous allez trop vite! La leurs, il m'est apparu récemment que la sépa- Canada devrait être Trilingue.
doctrine, ça peut attendre. Mon commandi- ration de l'Église et de l'Etat fut une grave
taire n'a pas encore signé. Ça sert à rien de le erreur en ce qu'elle a privé le pouvoir reli- L'Actualité: Trilingue?

faire fâcher en écrivant une doctrine sans gieux de sa base pour ainsi dire. Peut-être C'est çà, ensuite on pense que le
Triarishi:

qu'il l'approuve. Q u a n d les gens de Kellogg's l'union de la religion et du monde des affai- système d'éducation devrait être réformé.
auront signé, il sera toujours temps de trouver res la lui redonnera-t-elle!
L ' A c t u a l i t é : À quel niveau?
quelqu'un pour écrire la doctrine! Un jésuite L ' A c t u a l i t é : Et le monde des affaires juste- Triarishi: Au niveau des matières: nous
défroqué par exemple: ils sont bons là- ment, comment réagit-il?
entendons bientôt ouvrir des écoles ou l'on
dedans, pis y demandent pas cher... T r i a r i s h i : Jusqu'à maintenant nos négo-
enseignera la trigonométrie, la triochimie, la
ciations n'ont pas donné ce que nous en atten- triographie...
L ' A c t u a l i t é : Mais vous avez sûrement une
prière, une oraison quelconque?
dions: notre première lettre, où nous offrions
T r i a r i s h i : Bien sûr, pour qui me prenez-
aux gens de Kellogg's un partage des profits L'Actualité: J e vois... d'autres réformes en
vous? U n e vraie religion a toujours une de dix/quatre-vingt-dix pour cent (dix pour perspectives?

prière. En fait, j ' e n ai deux actuellement' eux, quatre-vingt-dix pour nous, évidemment) T r i a r i s h i : Non, à part celle du mariage bien

Voulez-vous les entendre? est restée sans réponse. Nous leur avons sûr: nous favorisons la triade...
envoyé une deuxième lettre ou nous sommes
L'Actualité: Cela intéressera sûrement nos descendus a vingt/quatre vingts. La réponse L ' A c t u a l i t é : Intéressant... et le divorce?
lecteurs... n'est toujours pas venue. Après avoir longue- Triarishi:Chez nous, ce sera le tri-vorce et
T r i a r i s h i : Ok, les v'ià: ment médité sur la situation, nous avons il sera prononcé durant les années trisextiles.
"Croyez-vous en Krispie?" décidé de leur donner une dernière chance:
L ' A c t u a l i t é : Son, et dans l'immédiat, vous
" O u i , nous croyons en Krispie." cinquante-cinquante, moins évidemment nos avez des plans?
" L e mangez-vous tous les matins?" frais administratifs. T r i a r i s h i : On commence à faire notre
" O u i nous le mangeons tous les matins."
publicité dès que Kellogg's décide d'embar-
Ça, c'est la première. La deuxième, c'est: L ' A c t u a l i t é : Et en attendant?
quer. On se trouve un numéro de boite
"Croyez-vous en Trident!" Triarishi:En attendant on s'organise: on a
postale avec des 3 dedans et on part. Si les
" O u i nous croyons en Trident." loué un triplex à Trois-Pistoles...
affaires bougent comme on le pense, on
" L e mâchez-vous tous les matins?"
L ' A c t u a l i t é : Pourquoi Trois-Pistoles? pourra fêter notre 3ieme anniversaire dans 3
" O u i nous le mâchons tous les matins."
Triarishi:À cause du Trois, bien sûr: on ans, ça fait que jetez pas vos couvertures de
L ' A c t u a l i t é : Pourquoi deux prières? avait d'abord pensé a Trois-Rivières, mais il Rice Krispies, les amis, ça pourrait servir... T

L'actualité
ARDI 4 SEPTEMBRE 1979 A 13

La rentrée semble inévitable

Le malaise à l'UOAM:pourquoi y a-t-il des cours?


n'est pas spontanément tent a plusieurs pour former la graduation... et de la por-
par M i n u s e LAPRAISE des "lignes de c o u r s " qui te. M a i s ça. peu de gens en
d'accord avec ces crises de
Faudra-t-il donc ouvrir cours qui secouent l'institu- e m p ê c h e n t toute évasion. parlent. C h a q u e session fi-
I* U Q A M une fois pour tou- tion de temps à autres. Si " L ' i m p o r t a n t , nous a dé- nit toujours par fournir son
tes? L a question revient sur tous obéissent a la consigne claré un militant pro-cours, lot de gradués, c'est fatal."
toutes les lèvres à l'heure d'aller aux cours, ce n'est c'est de maintenir le moral
A u x relations publiques
où cette institution se pré- pas tant qu'ils soient d ' a c - des gars. Subir des semai-
de l ' U Q A M , on s'est enfin
pare à vivre une nouvelle cord avec le m o u v e m e n t nes de cours, on le sait que
décidé à prendre le t a u r e a u
fois le malheur, voire le mais plutôt qu'ils en sont c'est pas drôle pis on est
par les cornes. " I l faut bien
drame qui la secoue spora- venus à subir ces soubre- prêt a l'admettre; mais l'im-
s'y faire, nous dit le direc-
diquement: la rentrée, cette sauts de cours c o m m e une portant c'est de maintenir
teur, nous aurons toujours
rentrée qui semble encore sorte de fatalité dont leur un front uni, a u t r e m e n t on
des gradués, quoi q u ' o n
une fois inévitable. institution serait frappée. p o u r r a i t j a m a i s se rendre au
fasse. Il faut que nous ap-
bout d'une session".
Telle semble bien être, Fatalité? C e n'est pas si prenions a vivre avec ç a . "
en effet, la réalité en ce sûr! Certains, en tout cas, Les coûts Aussi, ce service a-t-il d é -
mois de septembre où pro- n'y croient pas et rejettent d'une session cidé de faire tout l'effort
fesseurs et étudiants, sépa- c a r r é m e n t la responsabilité nécessaire pour l'insertion
Silencieuse. la majorité
rés par trois mois de vacan- des semaines de cours sur des gradues de l ' U Q A M
c o m m e n c e a l'être moins.
ces n'auront guère le temps une minorité agissante, sur d a n s la société et a u t a n t
Le recteur lui-même expri-
d'éviter q u ' u n e fois encore certains groupes de mili- que possible d a n s un milieu
m e un sentiment de plus en
l'université n'ouvre toutes tants qui auraient réussi à normal.
plus largement répandu
grandes ses portes et con- créer à l'intérieur des murs
lorsqu'il déclare: " L e s mili- " I l faut avant tout con-
naisse quelques semaines, de l'université un climat
tants pro-cours mettraient vaincre le public q u ' u n gra-
voire quelques mois de cours. pro-cours de plus en plus
peut-être un frein à leur zèle due de l ' U Q A M , c'est un
néfaste.
Une fatalité? s'ils connaissaient les coûts être c o m m e un autre, un
C e s militants sont rom- d'une session de cours pour peu diffèrent oui. mais si o n
" L e problème avec les
pus aux techniques qui per- l'université: c h a q u e année, sait l'utiliser, l'intégrer, le
c o u r s " , nous déclarait ré-
mettent d'imposer a la ma- plus d'étudiants, plus de rendre utile, on finit par ou-
c e m m e n t un futur gradué de
jorité silencieuse des se- professeurs exigent plus de blier ce qui le distingue."
l ' U Q A M . " c ' e s t que tu sais
maines et des semaines de services, plus de cours et poursuit le directeur des re-
quand ça c o m m e n c e mais
cours. D è s le début de la plus de salaires, a u c u n e lations publiques. " N o u s
tu sais j a m a i s q u a n d ça va
session on les voit affi- institution ne peut suppor- allons bientôt e n t r e p r e n d r e
finir".
cher partout des collants ter longtemps une telle une c a m p a g n e à la télévi-
C o m m e le laisse percer " L ' U Q A M en c o u r s " , ils pression. E n c o r e quelques sion m o n t r a n t un gradué de
cette opinion d'un étudiant, ont des pancartes " U Q A M : sessions et c'est la r u i n e . . . " l ' U Q A M qui prend l'auto-
tout le m o n d e à l ' U Q A M session légale" et ils se met- bus c o m m e tout le m o n d e ,
U n étudiant exprime un
qui se rend à son travail, qui
point de vue r a p p r o c h é de
lit lejournal. Les gens, nous
celui du recteur: " Le malai-
l'espérons, finiront par con-
se à l ' U Q A M . c'est que tu
sidérer le gradue c o m m e un
risques trop souvent de
être m a l c h a n c e u x peut-être
t o m b e r sur des cours. T ' e n -
mais foncièrement utile et
treprends une action avec
normal".
les gars pis les filles, t'es
solidaire à m o r t tu votes à Mais la question se pose
tour de bras au Saint-Denis, de savoir si la société pour-
pis là, juste c o m m e tu sens ra absorber tous les gradués
que les m a s s e s populaires qui risquent de sortir de
sont derrière toi. hop! Les l ' U Q A M au rythme où vont
osties de cours viennent te les cours. L A question, cel-
décocrisser tout ça. E n le que p e r s o n n e n ' o s e for-
dernière analyse, j e pense muler tout haut mais que le
que les cours sont objecti- recteur a posée p o u r nous,
vement d é m o b i l i s a t e u r s " . cette question qui fait appel
à la c o n s c i e n c e de c h a c u n
Vieux routier, un pro-
est la suivante: " À l'époque
fesseur nous d o n n e toute la
où on peut e n v o y e r avec
dimension du problème:
précision d e u x h o m m e s sur
" J ' a i fait 1 9 7 2 . 1 9 7 4 , 1 9 7 6
la lune, verra-t-on apparaî-
et 1979 avec les m ê m e s dix
tre au Q u é b e c des ateliers
étudiants. Cette rentrée ris-
protégés pour gradués d e
que d'être fatale pour eux...
l ' U Q A M ?"
e recteur de U Q A M : 'Encore q u e l q u e s sessions et s'il y a trop de sessions d'ici
'est la ruine' 1 9 8 1 . ils seront pas loin de L a question est p o s é e .
UNIVERSITÉ DE MONTRÉAL
W Î W ^ W W W W T«f d'entrée W W W W W W W W W ^
^^Identification
Noms-z-et prénoms:
tfei'e/rj/ a/mwe/ rfe £50 - 100.000 • *25 - 50,000 • Oubliez ça •
Revenus annuels de maman: Autres revenus: mon oncle matante
Cartes de crédit American Express • Carte Blanche • Diner's Club • Autre (laissez-faire) •
Marque de l'auto: Rolls Royce • Jaguar • Mercedes • Cadillac • //wfre •
Marque de la seconde auto: (Auto de maman) ,_
Domicile: Outremont • Ville Mont-Royal • Westmount • //«fre •
Numéros de téléphones Numéro d'assurance-sociale
Numéro d'assurance-maladie Numéros de plaques minéralogiques
Autres numéros (au choix)
Ambition personnelle
Quand vous serez grand, voulez-vous devenir...

médecin • avocat • notaire • inqénieur • les quatre • autre chose •

Masculin • Féminin • //(/frp • Pas intéressé •

Po/o • Navigation à voile • Safaris • Autres •


Culture générale^Sp-
Commentez la phrase qui suit en 2000 mots ou moins: "Usque tandem Catilina abutere patientia nostra et saecu/a saecu/orum amen. "
^•^istotre^
"Une étude assez approfondie de l'histoire des peuples nous révèle que ceux-ci ont qénéralement vécu au sein d'états situés dans des territoires. "
Cette analyse vous semble-1-elle...
adéquate • éclectique • conjoncturelle • dithyrambique • trop lonque •
Géographie
Quel est le meilleur hôtel dAcapulco? (Le plus cher...)
Mathématiques
2
E = me — Commentez en 25 chiffres ou moins .

Sciences naturelles
Maman prépare une réception où elle servira des canapés au caviar. Quelle boisson papa doit-il servir à ses invités?
Littérature
"Corneille décrit les hommes tels qu'ils sont et Racine tels qu'ils devraient être ou vice-versa." Réfutez en latin ou en alqêhre.

Sciences sociales ^J|s£


Si vous avez un parent ou une relation dans la politique active, dans l'administration universitaire ou dans le monde de la finance, indiquez ici son nom.
son adresse et votre évaluation de sa fortune personnelle.

Psychologie
"Il semble qu'on doive rattacher ce complexe à deux ordres de choses, (un immédiat, l'autre plus lointain. " Cette citation vous semble-t-elle vérifia ble...
psycholoqiquement • socio-psycho/ogiquement • psycho-sociologiquement • en cherchant bien •
Aptitude à la vie universitaire ^ʧ&
Quelle est la couleur de là limousine du recteur? ,
Nommez trois vice-recteurs qui ne demeurent pas à Ville Mont-Royal?
^ £ Équilibre émotif
Est-il vrai que même les paranoïaques ont des ennemis? Nommez les vôtres
^»§j£
Initiative personnelle ^ § j » £
Monsieur le recteur vous invite à sa réception annuelle; de quelle couleur sera votre cravate?
On vous annonce que votre demande de bourse est agréée; comment utiliserez-vous ce revenu supplémentaire?
Voyage • Deuxième auto • Argent de poche • Investissement •
§Ë£ U n i v e r s i t é du Québec à M o n t r é a l - - - - - Taist d'entré -- -
Ce t a i s t d o i t ê t r e p a s s é e p a r t o u t l e s é t u d i a n t a v e n t d ' e n t r é e d a n s n o t r e u n i v e r s i t é .
IDANTIFICASSION.
Hom Prénom. Numairo de t é l é funi
Adresse ( s i c o n n u e ) _ _ _ , __ « , —-,—, . • M
Age ( s i oonnue) S i l e q u a n d ! d a t ne c o n n a î t p a s son â g e q u i l ' e s s a y e de l ' é v a l u é a
l ' a i d e de l ' é c h e l l e s u i v a n t e e t de f a i r e une marque d a n s l e c a r r é à c ô t é du c h i f f r e
u i l u i r e s s a m b l e l e p l u s s e (I son â g e , p a s à l u i n i a i s e u x . . ' ! ) .
Î -5 3^-39„ 59-63 P l u s s e que ç a
C o u l e u r d e s y e u x i ( l à a u s s i y f a u t f a i r e une marque oomme en h o t , m a i s p a s a malme
8
place,calisse, .' i )
bleus vairts brune noirs gris v i a l a i t s a u t r e s ( S . V . P . ne p a s s p é c i f i é ) .
Sexe: oui Non p ' t l t ben
Non du p è r e . (sî~"vous l ' c o n n a i s s e , s i non l a i s s é f a i r e . . . )
Non de l a mer (Même a f f a i r e . . . )
E n f a n t s l é g i t i m e s (combien p i s o u s ' q u ' y s o n t . . . ? ) _ •
E n f a n t s i l l é g i t i m e s (même a f f a i r e q u ' e n h a u t , m a i s l a i s s e f a i r e ou c ' q u ' y s o n t . . , , ) ]
Rnfairt- d ' n r ^ g t n ^ H d ô u t ë ï ï i ë s fûua voua ê t e s p a s Bure de...)
APTITUDES INTELLECTUELLES
S a v é - v o u s l i r e ? ( p a s d ' f a r c e l à . . . * ) S a v é - v o u s a i c r i r e ? En l e t t r e m o u l é e s .
9
En l e t t r e o r d i n a i r e s L e s deux S a v é - v o u s c o n t e r J u s q u ' à combien?
CULTURE GENERAL—
HISTOIRE
a ) E n s a v é - v o u s \*ne? L a q u e l l e ?
b)Qui a découvert l'amérique e t pourquoi?
c)Nomé un p e r s o n n a g e h i s t o r i q u e que v o u s avé e n t e n d u p a r l e r de p i s s i v o u s s a v é c ' q u ' y
a f a i t e d i s e z - l o . p i e s i vous l ' s a v é pas l a i s s é f a i r e , c " c o r r e c t , c ' t a i t j u s t e pour v o i r .
GEOGRAFIE
a ) C o n n a i s s e - v o u s l e n c n d ' u n p a y s ou d ' u n e v i l l e ? 3 e n é o r i v i - l e i c i t t e - l à .
b)Noroé-s-en un a u t r e . ( O . K . l a i s s é f a i r e . . . )
MATHEMATIQUES
a ) E c r i v é un c h i f f r e i c i t t e
b j E c r i v é - s - e n un a u t r e l à ^
c ) a d i s i o n n é l e s ensemble p i s m e t t e l e c h i f f r e que ç à donne l a
Lâ c h i f f r e que ç à donne, on a p p e l l e ç à un t a u t a l p i y d e v r a i t ê t r e p l u s g r o s que l e s
deux a u t r e s c h i f f r e s p r i s séparément1 s i y e s t p l u s p e t i t e , r e c o m m e n c é .
SCIENCE NATURELLES
S a v é - v o u s l a d i f f é r e n c e e n t r e un s a p i n p i s une v a c h e ? O u i , b e n p a s s é à l a q u e s t i o n s u i -
v a n t e . N o n ? Een p a n s é - s - y d e u x m i n u t e s . * B o n , O K , c ' t * a s s é l à , c o n t i n u é . e n v o y ' s ' t i e g r o u i l l e
LITTERATURE
Shaeke s h a e c k s p C h a e o k e s p M i c h e l Tremblé é t a i t - i l i
un g r a n d d r a m a t u r g e anglais f o u comme d ' i a marde
PHILOSOPHIE
" C o n n a i s - t o i toi-même". S a i t e phrase vous s a r a b l e - t - e l l e i
au b o u t t e dans l ' b a g t o o mueh capoté0 p e t é a _u f r e t t e
APTITUDE A LA VI UNIVERSITAIRE
La m a r i j u a n a e a t t o u i non a u b o u t t e une d e n s a e s p a g n o l l e s , une p l a g e du M e x i q u e s
une i n s u l t e c u b e n e
INITIATIVE PERSONELE ET ANTREGENS
Dise c e que v o u s f a i t e p e r s o n n e l l e œ a n t p o u r r é g l é l e s p r o b l ê m e s s u i v a n t s »
La c r i s e du p é t r o l e ____________________________________^
La s u r p o p u l a t i o n .
La f i n d a n s l e monde.
La p o l l u t i o n
Joe C l a r k
AIQUILIBRE AIMOTIF
L e s d e n g e r s u i v a n t s n o u s m e n a c e n t . I n d i q u é p a r une c r o i x c e l u i que v o u s p a n s é l e p l u s
d a n g e u r e u x p o u r v o u a i l a c o n s p i r a t i o n o o m m i n i s t e La c o n s p i r a t i o n i m p é r i a l i s t e l ' a c n é
DEBROUILLARDISE
On annonce que l a C h i n e v i e n t d ' e n v a h i r l e s I n d e s i Q u e f a i t e s - v o u s ? ( I l e s t a i n t e r d i t de
manif e s t e r ) . _______________»____»__________——
S i g n é v o t r e non ou f ê t e s une marque q u é q u ' p a r t .
te attesta q««
de philosophie
.{es te

travei^ 6
te un
le
X V
ves ^
gre
de
au >pulè? e

lui octr e V
dé ma s s
vertu de Notre

/nm en..rec M
d é t i e n n e n t

à ceux W i l- <
fll
. - :i„ que
„ de la
e
aXUTe
sW
du

" ... Univers»^


et privilèges que ce grade confère d e r

—* muni du grand sceau


"-"•'lté.
avec tows /es droits, honneurs ti t

ecteut
En foi de quoi Nous signons ce document muni au 6

secrétaire général et de celles du doyen et du secrétaire de la Faculté.


Fait à Montréal, le ( 8
é n e

1
c t é taiteg
Le doyen Le se

\x ******
|RAMËN£ftl AU Of&tfPJODR PAT&CW CHERl'.

ET ÉN\/ÉRPALA&ofnr POUR <?UE i £ s £ < # £ r S O F A


0AMAi^oueLiÈ /LSE çe&\
/X
ciTy
LA i rtpR6-„. 6AUrGR
LA Aurpe
C^RV^LLÉ:! BoÎTE
- •1 MYSTÉRIEUSE
P£HONTERA

GUSTAVE
MOFETTE /

octobre 1979
DANS LA SÉRIE PAUVRES RICHES : Les Grosses Poches
I• ^ ^ -~ I / i n *» *i.-r » T \ i -
O» U
. . ITïL hi'S
».'./ AA <2?0'Ù*J
>^/i' /il I I

LE PoRTOEuiLLE... £AK X C £ 5»TAT>£ •


OU î?iBKj \L ÊAT V i 0 £

<3UAMD OU L e RE.4aVT it. M ' y A

MON » Le.1> PKo6>L6.<AE.$ . . U S CARTES


P£ ^ R £ P i T . . . ^ P"ip£.AjTiT£ •••
££Mp£iT LE, Pof?TÊ.f£-UiU.t

OH

. . . p £ * P£ÇU5
p£ &.STAURANT, P £ TAKi,
D'UÔTEL ,£-T US M£S*Aé£$ d?uA^p z.e.-ryR£-
pt M £ P/fc OUbtilR LE, v £ < j T S'ASS£oi(2
MAMTlAu <*£Z L £ TEAN<aoiU.£ / / . .

CROC
Au FAiT £ôWNAiSSEZ-i/oOS

PÊ. P/$E- ?

U M?«HiTe.cTe. <S?Ui E-NJ • £j A C£ QO'OKI PÎT ... <aue- LORSQU'IL.


TteSSikjA L&S ft-AMS IL- M'AOcem PÊ.
S'ASSEOIE X SA TA&LE foT iMTé(SrgAL£-/AE.MT
*A PCSSiM
VTAL.IE.NME-S//

gow... Sferf,. O M \/oir


Je PiS£- PAS

octobre 1979
Cfc P f c o # L £ M £ S C coRSE. < 3 ( J A N P ois* t t M S C Q U E . T o u T L E . Mofjpfe. NIE. fà^TE-
PAS 6oA7 ^RTEFE.UiLLE. pNMS L A M Ê M E . PoCHE-
i i '

LBS PLUS * PLAINDRE. SOMT ENCORE,


L E S FAUVP.ES RJCHE-S T2
< - ALofcâ, L A v/o(*UE P £ S
FAuTeuiLS Pi V O T A N T S
CHEZ. LE PATRONAT...

JÊOWE
TYPE. MiLUoww^iRE E T L A NVOPÊ. P £ S TAPiâ P £
S A N * u Soo PYKJAMi^uE SUREAU, PouR AMoêfie | # CHuTtS
MAIS L/M fci^HÊ., " A Fo-RCe ..£T PARAPOKE. glÊAJ Sûf? "A ££ TJ?A»W-U
p£ se PfeWCH£P soi? L E . |C'£ST <j?OAA0P ©Aj E S T
ASSEZ Ri£H£ £?t>'OAj
f PLUS A T£RPÊ,...
DEUX PoRT£feoiLL-£S>.- M ' A PtyS
CÊTA'.T L'£<9oinB(2e://

... £ . r /t, S'£ttPg£.SSA


P £ L E MONTEÊK A TOUS»
L-E S P A S S AMT-S

c'est S A M S DOUTE. pe £T £.'£ST L À CPO'OM £T <:OMB»£M U K J


LA. SUL uiC/uT COM?££h>t> COM&lLKX
IL Ê.ST fiEi/r ÉTÊE NÉFASTE
L'£*PJ?£«SiOM
J?l/iL £ S T t^wP LA
J , D'ÊTRE SAWT£
Difficile D£
6£ HiSSER T5-T£ MENTALE.-•
PAMS L£<> P'UAJE
HAuT£S Sftjèu.£4 fO/ÇTUAj£.
P£ LS fiMA/wX.

L E S FEMMES BIÊKJ su£ NOMT. f ^ o ^ A L E D E <:£Tr£. K i S T o i ( ? e . :


fAS T o U S C E S PKofcLèM£-S...
«H Si 6E,
l/ortf£ MA)£ST£>
£ST MAt ^utoTT£<F^

tAAiS P A M $ NOTKE SodéTB.


?UkLLoCKtf£ , E L L E S E N OMT
P A U T R E 5 / ÔARMôIVE.
S3H
FRANCÎNE F A » !
;A FAIT DES ANNEES.
!6fcWfliUift: HEVjàïMONl
5ÎNGE. QOESKI „
QOUOjAfo?
H? •M
[TON
ÀL

JE
PLUS TARD.

VUE5.ÇA fAÎTQUA NOfô A°*Wîv


fA AU1R MNDK. UN M A ' t f R J & W f t W
J W l 3\DQl)ATOU5 WON ^LPiRDttt. VUE,
^AfRb SWi MARiAfct WEC MARCf

^tRAND,NDfR,POfW,
CLST ' f e t t MlfitLt«.blAO GWÇON DANS'
OV31L GENRE /SON TO QUAND EUE L'A
M m? CDNW *L ÉKT FfGURAMT UHfftM DE
VlN&lLWI DEBUTS P A W AEiil l'AÎ-
JIAiïPAS.M^MOtëAîAÏÏAttlî-

BÛNSOfa.
^m

CHOC
octobre 1979
Ail, NOUS 5H0BER
& 0. m e 0 J * R C E QUE
e
6ÎMONE. EST ITAl&HIC.
PAR SA MERE M
•SOfTo»»

CROC
À TITRE POSTHUME par Gaboury

o c t o b r e 1979
•ScénaViO:61utz&Lucien & Dessin •.'RéaV (SodboOt»

CROC
m
< e )our-ta.au Caire...WÛ(Hl^k '^
Voyez.Monsieur le Directeur,
dans quel état lamentable se
trouve «menhotep I3C-

51
/\Jotre matériel de restauration #reÇ,\l nous est Hé \ bien. débrou\llez-trous l
est presqu'auss'i vjétuste que impossible d'eÇ- Faites Caire le trauai \
les momies elles-mêmes... Çectuer ici le ailleurs ! • Recordez,
Les récentes coupures de travail de Çacon le contrat au plus bas
budget ne nous permettent con\r€nab\e». Soumissionnai re \ Et
<jucre d'espérer mieux.... surtout. • • •

...ra\>pe\ex-vasque laÇfaVre doit


être oonclue auec une discrétion!
absolue. Il ne faut pas que l'on I 1
irienoe à sauoir que nous Çaisons
restaurer a V étranger nos
trésors nationaux \
ftu plus bas sou- ^
missionnaire

octobre 1979
(Bien sur,mon oncle...
De quoi s'09'tt-il? |

wwUi»HMwii^mmftWHMnuiMi»«i-»««wi««
. Sainte. Marie mère de Dieu Priez,
pourrions pauvres pécheurs mai «te-
nant et a Yheu.re.de notre...

CRO
Fnn.i'i'.m.m.p Alors,monpr\cle,que V / - . , """rTTï
v o
puisse jjaire pourwus7) (Cimj\^^>\-tort:
£on,ecoute-mo\ bien, lîsagit ^
1
pour -toi d'aller prendre |
livraison d'un cou s. ; — —

[M i c hei ,tu me connais : crois--fcJ


que ton irteil Oncle Uidqer
pourrait -t'entra rver da us
des aÇÇa\ces malpropres ?

Alors, Çais-roo'i conÇiance,Tû


trouveras dans cette enoeloppe
ton billet d'airion pour \e Caire
ainsi que la clé du casier de
l'aéroport dans lequel se trouve,
le colis que tu dois rapporter \

^Cestcelui-cL.

o c t o b r e 1979
Horreur ! ferais-) c
vans le souloir incll-
pé dans une ammai-
r e de Çeurtre???

DOSAWG-FWiD,rtiCHÉ>!
Ton oncle "ta confie
une mission, tu POIS
lui Caire confiance!

Comment Sortir
ça d'ici sans se
Suaire remarquer ?l yai une idée! I

/ / Oh'.Dear \ Y°u
' >5eethe au>Ça\
wa^they treat
the e\der\vj »n
thls countr»i?

Michel arnutj
>*<5lMoS- ra-t-u à rameJ
Sieur 'Tiveux- ner la momie
tu un passe-., £son oncle
port f as cHer f Lud<*er 7
C'est ce sue
vous saurez.
• dans le second
LéEisode de
TRS<ieRfORS
:

pour la
MOMiEl"

À suivre...
CROC .
LE RETOUR DU SOMBRE VILAIN par Zyx

S C É QUELQU'UN
DIRAIT Q U E
TU, A S

CHAN6E/

octobre 1979
O E NE SSAISPAS, mttoue ^.oS^fV A £d I T / V / c
r%i 1 ° ° A U M fl'E VENDEUR MAV/
'PAV^ Ï A " l o o CALME ASSURÉ ç u e L E
5 C A FAl T p E o x A N ^ 4)0 OMMANOe
»/- / n / i ' / i K / C c r T ^ M Û C I R E T O M B É E S DE C E T
L A MEME M E R D E ÊfM C 0 N S S E G V E (VU <9N>>5b \OMbt J F5uPeP6oMeENEuTp A//^e 0

Q U ' C W v}OuE AUX M E M E S J £ U X L n


àf^OCTc fW S [ ALLAIENT S E D I S S I D P P ADPci
I D I O T S / QuON ÉCOUTE L E M E M E
P i S t f O E R A Y é D E MiPEiLLE~

IL
5 6

CROC
MAIS SSOMBPE, T R Ê V E DE PARLOTTE,
'KQOO\55ERT D'ETRE ÉMPEPEUR^ SI ONFAlSAirUNE PEUEE
SSoPPEME SSi T u l>iÊ PEOX PAS PARTIE DE FEg, M 6 W P / ^ E r ? j
RËGNER^SOg U N S S E U L
<X< d/V£ PARTÏE P E DAPP?A

h\0M

ILYA O N E LE VENDEUR hJOOS


CHOSE C O » H Ê A VENDU(CHER)
TRACASSE ON ABRI ET U N E
DE P o i s LE: B ç * \ e e QO'\ DEVAIT
DE BOT". DÉTRUIRE LA PLANETE
LUI A V J E C .
EST L O U C H E

57

l A B O M B E NAPAS foNcTfoM/^X
M O N D E EXISTE iou >OJpSj_y
GUY Wls AGENT v

M»(?UE ^IMMOBILIER
ET Aomes
RAPINES
<=>Op. CE SlTt S E P A Ê P i G È ON
ÈDifi'ce A LOGEMENTS DE ^
ÉTAGES- PësepVAf/OWSiDÊfbT
E X I G E C Pcnn;scooPote:s.)DAN5
LAPooP£(.LE p u p A P c LBHARPi'.

o c t o b r e 1979
-M 1 —1— 9 M 1 ^i~f
E S AEEA\RE5 S O N T ^ OE PENSAIS OUSEEMÊA/r^
B O N N E S ; ENCORE 25"0 VOUS-OVù (JKJE AFFAIRE EN i

ABR»S e n 2 8 B O M B E S ORVWOUS PRoPoSER.


BiDoMS SEULEMENE
cerre SEMAINE

O N ABRI TpoiS Foi S PLUS G R A N D


QU£ CELUI DOWEV/OUSDiSFbSEZ
DEMAIN _
AVEC EAU COURANTE...
A ÉCHANGER. 5ANS FRAIS GRANDE )NAU6URAlÎ0tf
Jol VOUS VOULEZ....
OU NCUVTU
tooor MUNICIPAL
PAR NOTRE MAIRE Tpêb CHER
(.CHER CHER CHER C H C R >

CROC
octobre 1979
PHOTOS-BALLONS EXPRESS

U/XUT COMME Œ

J'Ai MÊME PAS ARRÊTÉ


fcUR LA PAUSE CAFE

La dernière convention collective imposée aux charges de


c o u r s de l'UQUAM n'a pas fait que des heureux. Ce charge de
c o u r s en s c i e n c e s politiques nous donne ici toute la m e s u r e
de sa déception.

Les multinationales n'ont décidément aucun scrupule Rien n'arrête le courage d'un fonctionnaire décide. Celui-ci
envers les populations du Tiers-Monde. CROC dénonce la ne se laisse pas arrêter par la panne des a s c e n s e u r s au
c o m p a g n i e Électrolux qui fait l'essai de ses aspirateurs sur Complexe G et se rend par ses propres moyens a son bureau
des cobayes humains. du 22e étage.

CROC
bl
Profitez de cette formidable aubaine!
Avzt l'achat d'une bouteille de 1.5 litre de Ffepsi
obtenez gratuitemement
une boîte de pansements BancMid

UN ABONNEMENT
VAUT MIEUX QUE DEUX TU L'AURAS.
Nom (écrire en lettres moulées) ,
Adresse ville
Code postal Province Pays
(on est pas xénophobe, on accepte même de traiter avec l'étranger)
Tarif annuel: $18 poster à:
Faire son chèque ou mandat-poste au nom de Ludcom inc. Magazine CROC,
Service des abonnements,
464 rue St-Jean,
Montréal,
H2Y 2S1

octobre 1979
EN A T T E N D A N T L'AMBULANCE par Gaboury

62

CROC

(
7,

EXTRA DOUCE

Grisante, une cigarette douce?


Bien plus que vous ne le pensez. Essayez-la!
Belvédère Extra Douce
AVIS: Santé et Bien-être social Canada considère que le danger pour la santé croît avec l'usage-éviter d'inhaler.
Moyenne par cigarette-Régulier: "goudron" 10 mg. nicotine 0.8 mg

Vous aimerez peut-être aussi