Vous êtes sur la page 1sur 15

Université du Notariat d’Afrique Francophone - Yaoundé - 22-25 avril 2009 1

Le bail commercial OHADA - TRAME DE REDACTION


Ph. TIGER - Pr. Ass. Université de TOURS

BAIL COMMERCIAL
CONFORME AU DROIT DES AFFAIRES
DE
L’OHADA

TRAME DE
REDACTION

Indications de lecture :

1° Les parties figurant sur trame grise correspondent aux dispositions ex-
pressément qualifiées d’ordre public par l’article 102 de l’Acte uniforme de
l’OHADA relatif au Droit commercial général.

2° Les parties sans repère particulier correspondent aux autres dispositions


de l’Acte uniforme

3° Les parties bordées d’un double liseré ondulé correspondent à des clauses
sans lien (direct) avec les dispositions de l’Acte uniforme, mais non contraires
à celui-ci et qu’il est opportun de stipuler.

4° Les rédactions alternatives sont signalées


- par des inserts entre crochets pour mots à permuter,
- par la conjonction ou pour des passages plus consistants.

5° Les commentaires hors acte sont en lettres italiques


Université du Notariat d’Afrique Francophone - Yaoundé - 22-25 avril 2009 2
Le bail commercial OHADA - TRAME DE REDACTION
Ph. TIGER - Pr. Ass. Université de TOURS

L'AN DEUX MILLE NEUF


Le …

Maître
Notaire à ,
soussigné.

A reçu le présent acte authentique, contenant BAIL, à la requête


des personnes ci-après identifiées.

IDENTIFICATION DES PARTIES

BAILLEUR

M. …
Identité

La personne identifiée ci-dessus étant dénommée dans le corps du présent acte


"le Bailleur",
de première part,

PRENEUR

M. …
ou
- La société …
dont le siège social est à
représentée par M…
agissant en qualité de

en vertu d’un mandat


etc.

La personne identifiée ci-dessus étant dénommée dans le corps du présent acte


"le Preneur",

2
Université du Notariat d’Afrique Francophone - Yaoundé - 22-25 avril 2009 3
Le bail commercial OHADA - TRAME DE REDACTION
Ph. TIGER - Pr. Ass. Université de TOURS

BAIL
COMMERCIAL

TITRE I
DISPOSITIONS GENERALES

Article 1. Objet

Le Bailleur, par les présentes, fait bail et donne à loyer, pour usage [ commer-
cial / artisanal / professionnel ] au Preneur qui accepte, les [ locaux / im-
meubles ]ci-après plus amplement désignés.

Article 2. Textes applicables

Le présent bail est soumis aux dispositions des Actes uniformes de l’OHADA1
et notamment aux articles 69 et suivants de l’Acte uniforme relatif au droit
commercial général applicables au bail commercial, aux dispositions supplé-
tives du Code civil relatives au bail à loyer d’immeubles ainsi qu’aux autres
prescriptions légales et réglementaires de droit national non contraires aux
Actes uniformes de l’OHADA.

Article 3. Autorisations administratives

Le Preneur fait siennes toutes démarches visant à obtenir toutes autorisations


administratives qui seraient nécessaires à l’exercice de son droit de jouissance,
de sorte que le bailleur ne puisse en aucune manière en être inquiété.

Article 4. Règles de police et travaux imposés par la réglementation

Le Preneur se conforme aux règlements en vigueur en ce qui concerne no-


tamment l’environnement, la voirie, l’hygiène, les conditions de travail, de
sorte que le Bailleur ne puisse être ni inquiété ni recherché.

1
La généralité du visa des textes est rendue nécessaire par la dispersion de certaines sources
du droit du bail dans plusieurs actes uniformes. On pense notamment aux dispositions sui-
vantes :
- le privilège du bailleur institué par l’art. 111 de l’AU Sûretés ;
- les dispositions protectrices du bailleur organisées par les articles 97 et 98 de l’AU procé-
dures collectives en matière de privilège du bailleur et de droit de résiliation ;
- les dispositions protectrices du créancier bailleur organisées par l’art. 679 de l’AU Stés
commerciales en cas de fusion ;
- les dispositions favorables au bailleur d’immeuble en matière de saisie conservatoire (art.
55 AU Voidex) ;
- l’information personnelle du bailleur prescrite par l’art. 81 AU Sûretés en cas de nantisse-
ment ou de privilège du vendeur ;
- les obligations du bailleur qui entend poursuivre la résiliation du bail de l’immeuble dans
lequel est exploité un fonds de commerce grevé d’inscription (art. 87 AU Sûretés)
3
Université du Notariat d’Afrique Francophone - Yaoundé - 22-25 avril 2009 4
Le bail commercial OHADA - TRAME DE REDACTION
Ph. TIGER - Pr. Ass. Université de TOURS

Le Preneur supporte exclusivement la charge des travaux et aménagements


exigés par les règles administratives et notamment ceux résultant des règle-
ments d’hygiène et de sécurité, en ce compris ceux qui s’avèrent éventuelle-
ment nécessaires au commencement de son exploitation.

TITRE II

DUREE ET FIN DU CONTRAT

Article 5. Durée

Le présent bail est conclu pour une durée de [ x mois / années ] entièr(e)s et
consécutif(ve)s qui ont commencé à courir le [ jj/mm/aa ] pour se terminer le [
jj/mm/aa ].

ou

Le présent bail est conclu pour une durée indéterminée.

Article 6. Exercice du droit au renouvellement du bail

S’agissant d’une durée déterminée de 2 ans et plus

6.1 Le preneur a droit au renouvellement du présent bail sous condition d’en


faire demande par acte extrajudiciaire signifié au Bailleur, au plus tard trois
mois avant la date d'expiration du bail.

S’il n’a pas formé sa demande de renouvellement dans ce délai, le Preneur est
déchu du droit au renouvellement du bail.

Le bailleur fait connaître sa réponse à la demande de renouvellement au plus


tard un mois avant l'expiration du bail. Au cas contraire, il est réputé avoir
accepté le principe du renouvellement de ce bail.

S’agissant d’une durée déterminée inférieure à 2 ans

6.1 Le Preneur n’a pas droit au renouvellement du présent bail. Toutefois, ce


droit lui sera acquis si, par suite d’un ou plusieurs renouvellements convenus
expressément ou implicitement par les parties, il justifiera avoir exploité, con-
formément aux stipulations du bail, l'activité prévue à celui-ci pendant une
durée minimale de deux ans.

6.2 Dans ce cas, Le preneur aura droit au renouvellement du bail sous condi-
tion d’en faire demande par acte extrajudiciaire signifié au Bailleur, au plus
tard trois mois avant la date d'expiration du bail.

6.3 S’il n’a pas formé sa demande de renouvellement dans ce délai, le Preneur
sera déchu du droit au renouvellement du bail.

4
Université du Notariat d’Afrique Francophone - Yaoundé - 22-25 avril 2009 5
Le bail commercial OHADA - TRAME DE REDACTION
Ph. TIGER - Pr. Ass. Université de TOURS

6.4 Le bailleur fera connaître sa réponse à la demande de renouvellement au


plus tard un mois avant l'expiration du bail. Au cas contraire, il sera réputé
avoir accepté le principe du renouvellement de ce bail.

S’agissant d’une durée indéterminée

6.1 Le présent bail étant conclu à durée indéterminée, toute partie qui
entend le résilier doit donner congé par acte extrajudiciaire au moins
six mois à l'avance.

Le Preneur peut s'opposer au congé à lui notifié, au plus tard à la date


d'effet de celui-ci, en notifiant au bailleur par acte extrajudiciaire sa
contestation de congé. Faute de contestation dans ce délai, le bail cesse
à la date fixée par le congé.

Article 7. Opposition au droit au renouvellement du bail

7.1 Le bailleur peut s'opposer au droit au renouvellement du bail en réglant


au locataire une indemnité d'éviction.

[ A défaut d'accord sur le montant de cette indemnité, celle-ci est fixée par la
juridiction compétente. ]

ou

[ En cas d’opposition au droit au premier renouvellement du bail Le montant


de cette indemnité est d’ores et déjà fixé à … F.CFA ]

7.2 Le bailleur peut s'opposer au droit au renouvellement du bail sans avoir à


régler d'indemnité d'éviction, dans les cas suivants :

1°) s'il justifie d'un motif grave et légitime à l'encontre du preneur sortant,
s’agissant notamment d’une inexécution par le locataire d'une obligation subs-
tantielle du bail, ou de la cessation de l'activité, alors même que de tels faits se
sont poursuivis ou renouvelés plus de deux mois après mise en demeure du
bailleur, par acte extrajudiciaire, d'avoir à les faire cesser.

2°) s'il envisage de démolir l'immeuble comprenant les lieux loués, et de le re-
construire, auquel cas le Preneur aura le droit de rester dans les lieux jus-
qu'au commencement des travaux de démolition, et bénéficiera d'un droit de
priorité pour se voir attribuer un nouveau bail dans l'immeuble reconstruit.

Si les locaux reconstruits ont une destination différente de celle des locaux
objet du présent bail, ou s'il n'est pas offert au Preneur un bail dans les nou-
veaux locaux, le Bailleur versera au preneur l'indemnité d'éviction prévue à
l'article 6.2 ci-dessus.

7.3 Le Bailleur peut en outre, sans versement d'indemnité d'éviction, refuser


le renouvellement du bail portant sur les locaux d'habitation accessoires, pour
les habiter lui-même ou les faire habiter par son conjoint ou ses ascendants,
ses descendants ou ceux de son conjoint.
5
Université du Notariat d’Afrique Francophone - Yaoundé - 22-25 avril 2009 6
Le bail commercial OHADA - TRAME DE REDACTION
Ph. TIGER - Pr. Ass. Université de TOURS

7.4 Toutefois, ce droit de reprise ne peut être exercé lorsque le Preneur établit
que la privation de jouissance des locaux susvisés apporte un trouble grave à
la jouissance du bail dans les locaux principaux, ou lorsque les locaux princi-
paux et les locaux d'habitation forment un tout indivisible.

Article 8. Durée du nouveau bail

8.1 En cas de renouvellement accepté expressément ou implicitement par les


parties. la durée du nouveau bail est fixée à [… ] ans.

8.2 Le nouveau bail prend effet à compter de l'expiration du bail précédent, si


celui-ci est à durée déterminée, ou à compter de la date pour laquelle le congé
a été donné, si le bail précédant est à durée indéterminée.

Article 9. Continuité du bail


 (Si des personnes physiques sont parties au bail)

9.1 Le présent bail ne prend pas fin par le décès de l'une ou l'autre des par-
ties. En cas de décès du Preneur, le bail se poursuit avec les conjoint, ascen-
dants ou descendants en ligne directe, qui en ont fait la demande au Bailleur
par acte extrajudiciaire dans un délai de trois mois à compter du décès.

En cas de pluralité de demandes, le Bailleur peut saisir la juridiction compé-


tente, afin de voir désigner le successeur dans le bail.

En l'absence de toute demande dans ce délai de trois mois, le bail est résilié de
plein droit.

9.2 Le présent bail ne prend pas fin par la mutation du droit de propriété sur
des biens donnés à bail. Dans ce cas, l'acquéreur est de plein droit substitué
dans les obligations du Bailleur, et doit poursuivre l'exécution du bail.

Article 10. Résiliation judiciaire

Le Preneur est tenu de payer le loyer et de respecter les clauses et conditions


du présent bail.

A défaut de paiement du loyer ou en cas d'inexécution d'une clause du bail, le


Bailleur pourra demander à la juridiction compétente la résiliation du bail et
l'expulsion du Preneur, et de tous occupants de son chef, après avoir fait déli-
vrer, par acte extrajudiciaire, une mise en demeure d'avoir à respecter les
clauses et conditions du bail.

Cette mise en demeure doit reproduire les termes du présent article et infor-
mer le preneur qu'à défaut de paiement ou de respect des clauses et condi-
tions du bail dans un délai d'un mois, la résiliation sera poursuivie.

S’il entend poursuivre la résiliation du bail alors même qu’un un fonds de


commerce est exploité dans les lieux loués, le Bailleur qui doit notifier sa de-
mande aux créanciers inscrits. Le jugement prononçant la résiliation ne peut

6
Université du Notariat d’Afrique Francophone - Yaoundé - 22-25 avril 2009 7
Le bail commercial OHADA - TRAME DE REDACTION
Ph. TIGER - Pr. Ass. Université de TOURS

intervenir qu'après l'expiration d'un délai d'un mois suivant cette notification.

Article 11. Effets de la fin de contrat

11.1. En fin de contrat, quelle qu’en soit la cause, le Preneur rend les lieux
loués en bon état de réparations locatives, à moins qu’il ne préfère régler au
Bailleur les frais de remise en état, celle-ci devant être acquise lors du jour de
la remise des clés.

11.3. Le Preneur rendra les clés des locaux loués au jour de la fin du bail, ou
au jour du déménagement si celui-ci a lieu plus tôt et un état contradictoire
des lieux sera dressé.

11.4. Les travaux et embellissements effectués par le Preneur restent la pro-


priété du Bailleur, sauf les équipements et matériels qui ne peuvent être con-
sidérés comme immeubles par destination.

Le preneur sans droit au renouvellement, quel qu'en soit le motif, pourra


néanmoins être remboursé des constructions et aménagements qu'il a réalisés
dans les locaux avec l'autorisation du bailleur.

A défaut d'accord entre les parties sur le montant de ce remboursement, le


Preneur pourra saisir la juridiction compétente dès l'expiration du bail à durée
déterminée non renouvelé, ou encore dès la notification du congé du bail à
durée indéterminée.

11.5 Si, à l'expiration du bail, le Preneur se maintient dans les lieux contre la
volonté du Bailleur et pour une cause non prévue par le présent bail, il doit
verser une indemnité d'occupation égale au montant du loyer fixé pendant la
durée du bail, sans préjudice d'éventuels dommages et intérêts.

TITRE III

LOCAUX

Article 12. Désignation

12.1 Les locaux loués, dépendent d'un ensemble immobilier situé à [ adresse ]
figurant au cadastre de ladite ville, section n° …, pour une contenance de …
ci-après désignés sous le vocable "LE LOCAL"

ou

l’immeuble …
ci-après désignés sous le vocable "L'IMMEUBLE"

tel que celui-ci existe avec toutes ses dépendances, tous immeubles par desti-
nation qui en dépendent et tous droits y attachés, sans aucune exception ni
réserve et sans qu'il en soit fait plus ample désignation.

7
Université du Notariat d’Afrique Francophone - Yaoundé - 22-25 avril 2009 8
Le bail commercial OHADA - TRAME DE REDACTION
Ph. TIGER - Pr. Ass. Université de TOURS

.
Article 13. Destination

13.1. Ces locaux devront servir au preneur pour


[ l'exploitation d'un fonds de commerce de …
l'exploitation d'un fonds artisanal de …
l’exercice de l’activité professionnelle suivante : … ]

13.2 Le Preneur est tenu d'exploiter les locaux donnés à bail, en bon père de
famille, et conformément à la destination prévue ci-dessus ou, à défaut de
convention modificative écrite, suivant celle présumée d'après les circons-
tances.

13.3 Si le Preneur donne aux locaux un autre usage que celui auquel ils sont
destinés, et qu'il en résulte un préjudice pour le Bailleur, celui-ci pourra de-
mander à la juridiction compétente la résiliation du bail.

13.4 Il en est de même lorsque le Preneur veut adjoindre à l'activité prévue au


bail une activité connexe ou complémentaire.

Article 14. Enseigne

14.1. Dans toute la mesure compatible avec les lois et les règlements en vi-
gueur, le Preneur peut faire apposer, tant dans les parties communes de
l’immeuble que sur les surfaces extérieures des locaux, toute plaque, inscrip-
tion ou autre destinée à faciliter ou améliorer les contacts avec sa clientèle ou
ses fournisseurs, à charge pour lui de remettre les lieux en état à l’expiration
du bail.

14.2. En fin de bail, le Preneur aura le droit d’indiquer son changement de


domicile par une affiche en calicot apposée sur la façade des lieux loués, à
charge pour lui, un mois après son déménagement, de retirer ladite affiche.

Article 15. Assurances

15.1. Le Preneur assure son mobilier, le matériel et ses marchandises se trou-


vant dans l’immeuble loué, ainsi que les risques locatifs et le recours des voi-
sins et des tiers, par une compagnie d’assurances légalement autorisée et
d’une solvabilité notoire.

15.2. Il devra maintenir et renouveler ces assurances pendant tout le cours du


présent bail, et justifiera à toute réquisition du paiement des primes et cotisa-
tions annuelles de ces assurances.

15.3. En outre, il devra rembourser tous les ans au Bailleur les surprimes qui
pourraient être dues par lui pour l’assurance contre l’incendie de l’immeuble
loué, en raison de la nature des activités exploitées par ledit immeuble.

15.4. Le Preneur s’engage à renoncer et à faire renoncer ses assureurs subro-


gés à tous recours contre le Bailleur et ses assureurs, sous réserve de récipro-
cité.

8
Université du Notariat d’Afrique Francophone - Yaoundé - 22-25 avril 2009 9
Le bail commercial OHADA - TRAME DE REDACTION
Ph. TIGER - Pr. Ass. Université de TOURS

15.5. De convention expresse, toutes indemnités dues au Preneur par toute


compagnie d’assurances, en cas de sinistre pour quelque cause que ce soit,
seront affectées au privilège du Bailleur, les présentes valant en tant que de
besoin transport à concurrence des sommes qui pourront être dues.

Le présent transport devra être signifié conformément aux dispositions de


l’article 1690 du Code Civil.

TITRE IV

LOYER ET CHARGES

Article 16. Loyer

16.1. Le présent bail est consenti et accepté moyennant un loyer [ mensuel ]


[trimestriel ] de x… Francs CFA (en lettres) [ plus TVA ], que le Preneur
s’engage à payer au Bailleur d’avance le cinq de chaque mois.

16.2 Le Preneur doit payer le loyer aux termes convenus, entre les mains du
Bailleur ou de son représentant désigné soit au présent bail soit ultérieure-
ment par écrit.

16.3. Toute somme due à titre de loyer, charges ou accessoires et non payée à
son échéance exacte sera de plein droit et à dater de ladite échéance, produc-
tive au profit du bailleur d’un intérêt conventionnellement fixé à x % par mois
de retard jusqu’à complet paiement et ce sans préjudice du droit pour le bail-
leur de demander l’application de la clause résolutoire prévue à l’article … des
présentes.

Article 17. Révision – Clause d’échelle mobile

17.1 De convention expresse, le loyer est réajusté automatiquement, sans


mise en demeure préalable de part et d’autre, le 1er janvier de chaque année,
et pour la première fois le 1er janvier 20…, en fonction de la variation de
l’indice x… , publié par …, l’indice pris pour base pour la fixation du loyer ci-
dessus étant celui du x…ième trimestre 20… et l’indice de réajustement étant
celui du trimestre correspondant de l’année suivante, de manière que cet in-
dice et le loyer restent toujours dans un rapport constant.

17.2 Si l’indice de référence n’était pas connu à la date de réajustement, le


loyer continuerait à être servi sans changement, sauf à régulariser en plus ou
en moins avec effet rétroactif à la date de réajustement.

17.3 Si l’indice choisi cessait d’être publié ou ne pouvait être appliqué pour
quelque cause que ce soit, le réajustement se ferait sur la base de l’indice de
remplacement qui serait alors publié, avec application, le cas échéant, du coef-
ficient de raccordement nécessaire.

17.4 A défaut d'accord écrit entre les parties sur le nouveau montant du
loyer, la juridiction compétente est saisie par la partie la plus diligente.

9
Université du Notariat d’Afrique Francophone - Yaoundé - 22-25 avril 2009 10
Le bail commercial OHADA - TRAME DE REDACTION
Ph. TIGER - Pr. Ass. Université de TOURS

Article 18. Charges locatives

18.1. Le Preneur rembourse toutes les charges occasionnées par l’utilisation


de l’immeuble, telles que taxes locatives, remboursement de fournitures et
prestations individuelles ou collectives.

18.2. En outre, le Preneur remboursera au Bailleur le montant de l’impôt fon-


cier afférent aux lieux loués.

TITRE V

CHARGES ET CONDITIONS GENERALES

Article 19. Obligations du Preneur

Le présent bail est fait sous les charges et conditions suivantes que le Preneur
s’oblige à exécuter et accomplir, sous peine de tous dommages et intérêts et
même de résiliation du présent bail.

Article 20. Jouissance

20.1 Le Preneur prend l’immeuble loué dans l’état où il se trouve actuellement.

20.2 Le Preneur déclare à cet égard :


- connaître parfaitement desdits biens pour les avoir visités en vue des pré-
sentes,
- s'être entouré de tous les éléments d'information nécessaires à tous égards,
- et qu’ils lui sont délivrés en bon état, sans aucune réserve quant à cet état.

20.3 Le Bailleur, ne peut, de son seul gré, ni apporter des changements à


l'état des locaux donnés à bail, ni en restreindre l'usage.

20.4 Le Bailleur est responsable envers le preneur du trouble de jouissance


survenu de son fait, ou du fait de ses ayants-droits ou de ses préposés.

Article 21. Garnissement

Il garnit et tient constamment garni l’immeuble loué, pendant toute la durée


du bail, de meubles, matériel et marchandises, en quantité et de valeur suffi-
santes pour répondre du paiement du loyer et de l’exécution des conditions du
bail, à moins qu’il n’offre d’autres sûretés réelles ou personnelles suffisantes.

Article 22. Obligation d’exploitation

Le preneur est tenu d'exploiter les locaux donnés à bail, en bon père de fa-
mille.

Dans tous les cas, sauf les exceptions prévues par la législation en vigueur, les
lieux loués doivent toujours rester ouverts, exploités et achalandés.

10
Université du Notariat d’Afrique Francophone - Yaoundé - 22-25 avril 2009 11
Le bail commercial OHADA - TRAME DE REDACTION
Ph. TIGER - Pr. Ass. Université de TOURS

Article 23. Travaux

Le preneur est tenu des réparations d'entretien. Il répond des dégradations ou


des pertes dues à un défaut d'entretien au cours du bail.

23.1. Le Preneur ne pourra faire aucun travaux ni changements de distribu-


tion, ni démolition, ni percement des murs et cloisons dans l’immeuble loué,
sans le consentement exprès et par écrit du Bailleur.

En cas d’autorisation, les travaux auront lieu sous la surveillance du maître


d’œuvre du Bailleur dont les frais et honoraires seront à la charge du Preneur.

23.2. Tous les travaux qui pourraient être autorisés, embellissements et dé-
cors quelconques qui seraient faits par le locataire, resteront en fin de jouis-
sance, de quelque manière et à quelque époque qu’elle arrive, la propriété du
Bailleur, sans indemnité autre que celle prévue en cas d’éviction.

23.3 Dans le cas où l’évacuation des locaux est rendue nécessaire par la na-
ture des travaux, aucune indemnité ni réfaction de loyer n’est due par le Bail-
leur.

23.4 Le Preneur prend à sa charge tous travaux imposés par la Compagnie


d’assurances, notamment en matière de sécurité des lieux.

Article 24. Entretien - Réparations

24.1 Le bailleur fait procéder, à ses frais, dans les locaux donnés à bail à
toutes les grosses réparations devenues nécessaires et urgentes, notamment
celles des gros murs, des voûtes, des poutres, des toitures, des murs de sou-
tènement, des murs de clôture, des fosses sceptiques et des puisards.

24.2 En ce cas, le preneur en supporte les inconvénients.

24.3 Le montant du loyer est alors diminué en proportion du temps et de


l'usage pendant lequel le preneur a été privé de l'usage des locaux.

24.4 Si les réparations urgentes sont de telle nature qu'elles rendent impos-
sibles la jouissance du bail, le preneur pourra en demander la résiliation judi-
ciaire ou sa suspension pendant la durée des travaux.

24.5 Lorsque le bailleur refuse d'assumer les grosses réparations qui lui in-
combent, le preneur peut se faire autoriser par la juridiction compétente à les
exécuter, conformément aux règles de l'art, pour le compte du bailleur.
Dans ce cas, la juridiction compétente fixe le montant de ces réparations, et
les modalités de leur remboursement.

24.6 Le Preneur s’engage à réaliser et à supporter le coût de tous travaux


qu’exigerait la mise en conformité des locaux donnés à bail avec la législation
actuellement en vigueur, ou qui le deviendrait.

11
Université du Notariat d’Afrique Francophone - Yaoundé - 22-25 avril 2009 12
Le bail commercial OHADA - TRAME DE REDACTION
Ph. TIGER - Pr. Ass. Université de TOURS

Article 25. Recours

Le Preneur renonce à tous recours contre le Bailleur et à toutes poursuites ou


à toutes demandes de dommages quant à leurs conséquences, tant pour les
infiltrations d’eau que pour l’humidité, le mauvais fonctionnement de la venti-
lation ou climatisation, l’obstruction des canalisations de vidange et tous vices
quelconques, les troubles de jouissance provenant des voisins ou tiers quel-
conques (s’obligeant à s’adresser à ceux-ci pour les faire cesser), l’arrêt de
fonctionnement des services publics dans l’immeuble.

Article 26. Droit de visite

26.1 Le Preneur doit laisser le Bailleur ou son architecte visiter l’immeuble


loué au moins une fois par an, pendant tout le cours du bail, afin de lui per-
mettre de s’assurer de son état.

26.2 Il doit également le laisser visiter par les amateurs éventuels, accompa-
gnés du Propriétaire ou de son représentant, en cas de mise en vente, et, en
vue de la relocation, pendant les six derniers mois de jouissance du bail.

Dans ces deux cas, il souffrira l’apposition d’écriteaux ou d’affiches annonçant


la vente ou la location.

TITRE VI

TRANSMISSION DES DROITS

Article 27. Cession

27.1. Toute cession du présent bail doit être signifiée au Bailleur par acte ex-
trajudiciaire, ou par tout autre moyen écrit, mentionnant :
- l'identité complète du cessionnaire ;
- son adresse ;
- le cas échéant, son numéro d'immatriculation au Registre du Commerce et
du Crédit Mobilier.

27.2 A défaut de signification, dans les conditions de l'article 24.1 ci-dessus,


la cession est inopposable au Bailleur.

27.3 Le Bailleur dispose d'un délai d'un mois à compter de cette signification
pour s'y opposer et saisir dans ce délai la juridiction compétente, en exposant
les motifs sérieux et légitimes qui pourraient s'opposer à cette cession.

La violation par le Preneur des obligations du bail, et notamment le non paie-


ment du loyer, constitue un motif sérieux et légitime de s'opposer à la cession.

27.4 Pendant toute la durée de la procédure, le cédant demeure tenu aux


obligations du bail.

12
Université du Notariat d’Afrique Francophone - Yaoundé - 22-25 avril 2009 13
Le bail commercial OHADA - TRAME DE REDACTION
Ph. TIGER - Pr. Ass. Université de TOURS

27.5 Toute cession doit avoir lieu moyennant un loyer au moins égal à celui
alors en cours, qui doit être stipulé payable directement entre les mains du
Bailleur.

27.6 Le Preneur demeure garant et répondant solidaire de son cessionnaire


pour le paiement des loyers et l’exécution des conditions du présent bail, la-
quelle obligation de garantie s’étend à tous cessionnaires successifs, occupant
ou non l’immeuble loué.
 NB. Pour cette clause, vérifier la compatibilité avec le droit national.

27.7 La cession devra être réalisée soit par acte authentique, soit par acte
sous seing privé avec remise au Bailleur, sans frais pour lui, soit d’une copie
exécutoire, soit d’un exemplaire original de l’acte de cession pour lui servir de
titre à l’égard du cessionnaire.

Article 28. Sous-location

Toute sous-location, totale ou partielle, est interdite.

ou

28.1 Toute sous-location, totale ou partielle [ des LOCAUX ] ou [ de


l’IMMEUBLE ], est soumise à autorisation préalable du Bailleur.

28.2 Le projet de contrat de sous-location doit être porté par tout moyen écrit
à la connaissance du bailleur, qui dispose d'un délai d'un mois à compter de
la réception de la demande pour s'opposer, le cas échéant, à celle-ci.

28.3 En cas de sous-location autorisée, l'acte définitif doit être porté à la con-
naissance du bailleur par tout moyen écrit. A défaut, la sous-location lui est
inopposable.

28.4 Si le loyer de la sous-location est supérieur au prix du bail principal, le


Bailleur a la faculté d'exiger une augmentation correspondante du prix du bail
principal. A défaut d'accord entre les parties, cette augmentation est fixée par
la juridiction compétente.

28.5 Le sous-locataire peut demander le renouvellement de son bail au loca-


taire principal dans la mesure des droits que celui-ci tient du propriétaire. Ce
droit est soumis aux dispositions des articles 6, 7.1 et 7.2-1° du présent bail.

L'acte de renouvellement de la sous-location doit être porté à la connaissance


du bailleur dans les mêmes conditions que la sous-location initialement auto-
risée.

A défaut, le renouvellement de la sous-location lui est inopposable.

13
Université du Notariat d’Afrique Francophone - Yaoundé - 22-25 avril 2009 14
Le bail commercial OHADA - TRAME DE REDACTION
Ph. TIGER - Pr. Ass. Université de TOURS

TITRE VII
DISPOSITIONS DIVERSES ET FINALES

Article 29. Droit de préférence


(disposition proposée dans l’intérêt du preneur)

29.1 Pendant tout le cours du présent bail et de ses renouvellements éven-


tuels, le preneur disposera en cas de vente de l'immeuble d'un droit de préfé-
rence à tous autres acquéreurs, à conditions égales.

29.2 En cas de projet de cession, le bailleur notifiera au preneur par lettre


recommandée avec accusé de réception, les conditions dudit projet (et notam-
ment l'identité de l'acquéreur, le montant et les modalités de paiement du prix,
clauses particulières …) et tous éléments permettant au preneur de prendre
une décision éclairée.

29.3 A compter de la réception de cette notification, le preneur disposera d'un


délai de 6 mois pour faire connaître au bailleur sa décision d'acquérir, ou non,
aux conditions envisagées. Son silence gardé pendant ce délai vaudra refus
d'exercer son droit de préférence, à l'occasion de cette opération.

29.4 Le fait pour le preneur de ne pas exercer son droit à l'occasion d'une
vente ne le lui fait pas perdre pour l'avenir.

Article 30. Election de domicile

Pour l’exécution des présentes et de leurs suites et pour toute notification qui
s’avérerait nécessaire les parties élisent domicile :
- pour le Bailleur, en son siège social ;
- pour le Preneur dans les lieux loués.

Article 31. Frais et honoraires - Enregistrement

31.1. Les frais, droits de timbre et d’enregistrement et tous frais qui seraient la
suite ou la conséquence des présentes sont, de convention expresse, à la
charge du Preneur, qui s’y oblige.

31.2 Les honoraires dus au titre du présent bail sont, de convention expresse,
à la charge du Preneur et s’élèvent à la somme de … F.CFA Hors taxes, soit …
F.CFA TTC.

31.3 L’enregistrement du présent bail est – de convention expresse – requis


au droit fixe.

Article 32. Obligation d’information

Le Preneur s’engage à informer sans délai le Bailleur de tout changement sur-


venu dans sa situation professionnelle, commerciale ou financière et significa-
tif au regard des obligations résultant du présent bail.

14
Université du Notariat d’Afrique Francophone - Yaoundé - 22-25 avril 2009 15
Le bail commercial OHADA - TRAME DE REDACTION
Ph. TIGER - Pr. Ass. Université de TOURS

Article 33. Tolérances

Toute tolérance relative au respect des clauses et conditions du bail ne peut


en aucun cas être considérée, quelle qu’en soit la fréquence ou la durée,
comme une renonciation de l’une ou l’autre des parties à faire valoir ses
droits.

Article 34. Taxe à la Valeur Ajoutée


(Si applicable)

Le présent bail étant soumis à la T.V.A., celle-ci sera payée par le Preneur au
Bailleur en sus des loyers au fur et à mesure de leur exigibilité.

Article 35. Clause compromissoire ?

DONT ACTE…

15