Vous êtes sur la page 1sur 7

Programmation Neuro-Linguistique

Programme :
1→ Présentation de la PNL
2→ Les présupposés de base
3→ La construction de notre modèle du monde
4→ Le V.A.K.O.G
5→ Les Prédicats
6→ Les mouvements oculaires
7→ Calibration / synchronisation : rapport
8→ Langage et métamodèle
9→ La détermination d’objectifs
10→ Les critères et les valeurs
11→ Les Allergies
I – Présentation de la PNL.

« Programmation » :
Les créateurs de la Pnl comparent notre cerveau avec un disque dur, initialement le même pour tous, sur
lequel on installe, désinstalle, met à jour des logiciels tout au long de l’existence.

« Neuro » : Cette programmation se fait à partir du système neurologique qui fait fonctionner tous nos sens.

« Linguistique » :
Se rapporte aux choix très précis des mots.

Créée par GRINDLER (linguiste) et BANDLER (mathématicien), la Pnl est apparue dans les
70’s aux US, puis dans les 80’s en France. Au départ, ils ont cherché à savoir pourquoi et comment certaines
personnes excellent dans leur domaine.
Ainsi, ils ont mis à jour une modélisation de l’excellence (peut importe le domaine).
Un « excellent » est quelqu’un qui réussit tout ce qu’il entreprend. Pour étudier ces cas de
figure, ils ont rencontré, observé et filmé un garagiste, une mère de famille, un publicitaire, et 3 personnes
importantes : Virginia SATIR (créatrice de la thérapie familiale), Fritz PERLS (Gestalt thérapie) et Milton
ERICKSON (qui a créé hypnose Ericksonienne).
Ex de Virgine SATIR : comment faisait-t-elle pour mettre si vite ses patients à l’aise ? Elle « mimait »
inconsciemment ses interlocuteurs : c’est de la synchronisation, cela crée du rapport.

La PNL reste un outil de thérapie, qui dépend des objectifs de l’utilisateur – « avec un marteau on peut
construire des choses ou tuer quelqu’un » -, c’est une thérapie brève.
Une notion / base importante en PNL est la règle du « Gagnant-Gagnant » ; Ex des élèves : on cherche à
voir quel est l’objectif de la professeur, dès que les 2 objectifs s’accordent, il y a bonne communication.

Principes.

* La PNL décode ce que pense, ressent et fait quelqu’un qui est expert en son domaine.
Elle en tire des techniques concrètes, simples et efficaces, permettant de reproduire ces compétences avec
autant de réussite.
* Elle les apprend à toute personne qui désire améliorer son efficacité et sa qualité de vie, dans le respect
profond de ses valeurs et de son identité.
* La PNL va donc permettre :
- Une communication plus claire et plus efficace (plus proche de la réalité)
- Un apport de confiance en soi, une meilleure connaissance de soi
- Décoder des « méta-programmes »
- Avoir une meilleure qualité relationnelle
- Apporter de l’excellence, connaître et reproduire nos stratégies d’excellence.
- Gagner une vision du monde plus grande.
- Aider dans une direction de vie, être auteur et acteur.
- Changer des comportements, des habitudes limitantes.
II - Présupposés de la PNL

Présupposé 1 → « La réalité n’existe pas ».


Elle existe mais on ne peut pas en parler, car chacun de nous a son interprétation : elle est.
Quand quelqu’un voit la réalité de façon différente de la notre, on a du mal à communiquer, on peut
aller jusqu’au conflit et c’est la fin de la communication.
Personne n’a tort, personne n’a raison, tout le monde a ses bonnes raisons pour comprendre celles des autres >
c’est comme ça qu’on apprend.
La réalité n’existe pas, chacun a sa carte du monde », mais il faut aussi comprendre que « la carte n’est
pas le territoire ». C’est en regardant et en essayant de comprendre la carte de l’autre que l’on donne des
coups de gomme à la notre et qu’on l’améliore.
Cette ouverture d’esprit est importante pour la communication.

Présupposé 2 → « Notre modèle du monde n’est pas le monde ».


Celui qui a le plus de flexibilité, d’adaptabilité, a le plus de chances d’atteindre ses objectifs.

Présupposé 3 → « La confusion est la porte d’entrée de la réorganisation »


Créer le doute permet d’apprendre, même s’il est inconfortable.

Présupposé 4 → « Nous avons la responsabilité de nous faire comprendre » : si l’autre ne nous comprend
pas, il faut ressayer !

Présupposé 5 → « Il n’y a pas d’échecs dans une communication »,


Seulement une réponse, et il faut savoir se servir de ces échecs (silences, mauvaise compréhension,...), que la
réponse soit verbale ou non verbale. Pour cela il faut savoir garder le recul, « descendre de vélo et se regarder
pédaler ».

Présupposé 6 → « Le sens d’une communication est la réponse qu’on obtient ».

Présupposé 7 → « Le cerveau n’enregistre pas la négation ».


Ex : je vous demande de ne pas penser à une 2cv verte ; on ne dit pas « ne joue pas dedans » mais « va jouer
dehors » > il faut essayer autant que possible de formuler de façon positive.

Présupposé 8 → « Il est plus aisé de se changer soi même que de changer les autres ».

Présupposé 9 → « Tout comportement a une fonction positive pour celui qui en est l’auteur, au moment des
faits ».
Ex : fumer peut faire du bien, occuper, aider à la concentration. A ce moment là, le fait de fumer est bon pour
le fumeur, tout comme le suicide qui est un acte libérateur au moment donné. Ces points positifs, dans les
comportements négatifs, sont appelés points « aveugles » en thérapie quand on ne s’en rend pas compte.

Présupposé 1 → « Chaque personne possède ou peut acquérir des ressources pour atteindre ses buts ».

Rq : la PNL est résolument positive et il est normal de juger ces présupposés utopiques, c’est ce qui fait que la
pnl ne fait pas l’unanimité.
5
III - La construction de notre modèle du monde.

Série de tests :
→ La réalité ici est le dessin en lui-même, ensuite c’est l’interprétation qui change.
→ « l’arbre cache la la forêt » > beaucoup de gens oublie un « la » : attention car parfois notre cerveau fait
lui-même quelques transformations et corrections de la réalité.
→1
11
21…. 1211 > il faut sortir du schéma mathématique pour regarder les choses autrement.

En communication on a 3 niveaux de communication :


verbal = les mots = 7%
non verbal = gestes = 33%
paraverbal = intonation/rythme = 55%

Construction de notre carte du monde


La construction de notre carte du monde passe par 3 filtres traversés par la réalité :

→ Filtre neurologique :
les 5 sens = le VAKOG visuel, auditif, kinésique, olfactif, gustatif.
→ Filtre socio-culturel :
culture transmise par le langage. Ex : un enfant de bidon ville dans la classe dirait est émerveillé, alors qu’un
bourgeois du 16ème serait dégouté.
→ Filtre personnel / éducation/enfance :
carte du monde ; croyances, représentation de base véhiculés par les phrases choc des parents.

Nous percevons la réalité, via le VAKOG en permanence (gêné par le cerveau). Puis elle traverse le filtre
socio culturel (culture transmise) et enfin le filtre personnel, qui est notre carte de base.

3 mécanismes
Généralisation :
Acquisition de certains gestes comme l’ouverture d’une porte : celle-ci est bénéfique. D’autres sont limitantes
« il faut des diplômes pour réussir ».
Omission/sélection :
On a la capacité d’omettre une partie de la réalité. Ex : quand on conduit, on n’observe pas la forme des
nuages > on ne capte qu’une partie de la réalité.
Distorsion :
On adapte la réalité de façon positive « je me suis bien amusé » ; façon négative « je me suis fait chier » > on
distord la réalité pour qu’elle soit acceptable dans notre carte du monde.

IV - LE VAKOG.

Il existe 3 systèmes de pensée liés aux 5 sens :


● Le système de perception.
● Le système de représentation : la façon de représenter notre monde.
● Le système conducteur.

Ex : pour imaginer le goût du citron vert on passe d’abord par le système conducteur, pour se représenter le
citron vert.
La perception et les mots choisis contribuent l’un et l’autre à la façon dont nous structurons le monde.

V - Les Prédicats

Ce sont des mots, verbes, ou expressions qui vont nous donner celui des 5 sens le plus utilisé par la
personne. Dans ces mots, nous utilisons un de nos 5 sens.

Prédicats Prédicats Prédicats


VISUELS AUDITIFS KINESTHESIQUES

Beau ; laid  Musique Chaud ; froid ; doux 


Couleur ; clair ; sombre  Grave Dur ; bon ; fort…
NOMS/ADJ. Lumineux ; nuances … Aigu …

Halluciner ; voir  Entendre ; écouter Toucher, brûler, ressentir


Regarder ; épier Articuler ; dialoguer Marcher, courir …
VERBES Observer … …

EXPRESSIONS Tu vois ce que je veux dire Bien entendu ! Ça tue ! ça déchire !


C’est clair ! Un son de cloche Ça troue l’cul !
T’imagines ? Accorder ses violons Ça craint ! c’est chaud !
C’est énorme ! Cause toujours J’en ai plein le dos !
A première vue… Ça sonne faux …
J’en vois de toutes les Je suis tout ouï …
couleurs ! …

Connaître et repérer les prédicats nous permet de savoir dans quel registre est la personne qui parle → on
peut ainsi s’adapter et adapter notre langage : « je vois ce que vous voulez dire » pour les visuels ; « je
ressens bien ce que vous dîtes » pour les kinesthésiques ; etc.
On s’adapte et on donne à la personne ce qu’elle a besoin d’entendre.

VI - Les mouvements oculaires.

Les mouvements oculaires sont liés au fonctionnement des cerveaux droit/gauche.

Gauche Droite
Yeux vers le haut :
C’est le domaine de la représentation visuelle, on stimule une
partie du cerveau où sont stockées les images.
→ Haut gauche : visuel mémorisé.
→ Haut droite : visuel construit.

Yeux à l’horizontal.
C’est le domaine de la représentation auditive.
→ Gauche : auditif mémorisé.
→ Droite : auditif construit.

Yeux vers le bas.


C’est le domaine du dialogue interne et de la représentation
kinesthésique.
→ Bas gauche : dialogue interne.
→ Bas droite : kinesthésique, on cherche à retrouver une
sensation.

Exception : les yeux droits.


La personne a accès aux 5 sens et répond de manière
authentique, il est impossible de déterminer quel sens prend le
dessus.

- NB : Pour les gauchers, il faut inverser les interprétations droite/gauche.


- Ce test est efficace à 95%.
- Le mensonge : On peut déceler le mensonge quand quelqu’un pioche dans le construit (droite) alors qu’on
lui pose une question sur un évènement de l’ordre du mémorisé.

►Les mouvements d’œil donnent une information sur comment pense la personne, ce qui permet d’adapter
nos prédicats et notre discours pour optimiser la communication.

VII - Calibration / synchronisation  : rapport


Comme pour les œufs, les fruits ou les balles, on va faire en PNL de la « calibration » en observant les gens
et en tentant de les calibrer comme quand on sait déceler chez un ami sa mauvaise humeur au premier coup
d’œil, car on sait à quoi il ressemble dans cet état émotionnel.
Pour faire une calibration il faut avoir observé plusieurs fois une manifestation d’un état interne.

Calibrer c’est percevoir des différences et des modifications observables, descriptibles et


reproductibles par une personne à différents moments. La calibration permet de repérer chez une
personne à un moment précis les indicateurs externes qui correspondent à un état interne donné. Elle
nécessite la comparaison avec un état de référence préalablement établi chez cette même personne. Cette
observation ne peut pas être généralisée à d’autres personnes.

Cette observation se concentre sur des macros et des micros mouvements.

Objectifs de la calibration.
→ Détecter les comportements associés à un état émotionnel.
→ Repérer les changements internes.
→ Evaluer la qualité du rapport et maintenir la synchronisation.
→ Vérifier la Congruence = accord entre Penser/Dire/Faire.

La synchronisation se fait sur 3 niveaux :


1- Comportementale (mouvements, positions corporelles)
2- Verbale (façon de dire bonjour, rythme de parole)
3- Culturelle (façon de dire bonjour, langage soutenu)

Le rapport.
C’est le processus de communication qui permet d’instaurer la confiance dans une relation : priorité au
rapport.
Dans une communication il y a 2 niveaux : Contenu et Relation.
« La force des communicateurs de talent ne vient pas de ce qu’ils disent mais de la façon dont ils le disent »
J.Grinder.

La synchronisation va servir à guider la conversation, te il se peut même que ce soit finalement l’autre qui
va se synchroniser. C’est un témoignage de confiance, on va pouvoir vérifier la qualité du rapport.
La synchronisation permet d’avoir un état du rapport avec la personne et on saura donc mieux comment
échanger telle ou telle information.
VIII - Langage et métamodèles

Le métamodèle est un outil majeur de la PNL : ce sont les mots que l’on choisi pour exprimer la réalité.
Cependant dès qu’il y a interprétation il y a perte d’information : c’est la transgression. Il en existe 12 types.
→ Cf polycope «  le méta-modèle »

IX - La Détermination d’objectifs.

Pour la détermination d’objectifs, il faut se poser les « bonnes » questions :

1- Objectif de départ : Que voulez vous ?

2- Cet objectif ne dépend il que de vous ? (il le faut)

3- Qu’est ce que ça va donner de plus important ?


Le cerveau se projette et se régale à l’avance de ce qui va arriver. Ce moteur ne peut pas être financier,
il est affectif.

4- Comment saurez vous que vous aurez atteint votre objectif ?

5- Quelle est la pire des choses qui puisse arriver une fois l’objectif atteint ?
6- Une fois l’objectif atteint, des personnes seront-elles lésées ?
On évalue les risques. Il est important de vérifier si l’objectif ne va pas nuire. Ce genre d’objectif est
dur à atteindre puisque notre inconscient nous empêche, et on ne comprend pas pourquoi on n’y arrive
pas. C’est de « l’écologie ».

7- Qu’est ce qui vous empêcherait d’atteindre l’objectif ?

Résumé
L’objectif doit être formulé :
● De façon positive
● Placé sous la responsabilité de la personne uniquement
● Essayer de le contextualiser
● Qu’il soit écologique
● Qu’il soit évaluable : comment savoir qu’on est sur la bonne voie et quelles sont les étapes.

X - Les Critères.

Les Critères sont des références, des normes personnelles qui interviennent dans nos choix.
Par exemple, quand on fait un achat de vêtements, on passe par l’application de nombreux critères (coupe,
couleur, prix, matière,etc). Parfois on a des « coups de cœur », qu’on ne portera qu’une fois : cela signifie
qu’on a occulté les critères les plus importants après avoir été aveuglé par la satisfaction de critères de
moindre importance.

On va chercher à « hiérarchiser » avec un exemple nos 3 critères les plus importants. Cette hiérarchisation
permet de fixer nos valeurs et de ne pas regretter nos choix a posteriori.

Ex : Quels sont les critères d’un « bon » enseignant ?


Parmi les réponses de la classe : pédagogue ; disponible ; attentif ; passionné ; juste ; ouvert ; philanthrope ;
humble.

N’est pas ►
Pédagogue attentif disponible passionné juste ouvert philanthrope humble tot
Est ▼
Pédag. + + + - + + - 6
Attentif. - + + - + - - 3
Dispo. - - - - - - + 1
Passio. - - + - + - - 2
Juste. - + + + + + + 6
Ouvert. - - + + - + - 3
Philant. - + + + - - - 3
Humble. - + - - - + + 3

+ : J’accepte le professeur comme « bon prof »


- : je refuse le professeur comme « bon prof »
Rq : si l’on a une contradiction « pédagogue/attentif : - ; attentif/pédagogue : - », on doit se forcer à
trancher.
Il faut ensuite dégager les 3 critères ayant retenu le plus de points (ici pédagogue, juste, et…) qui sont les
plus importants et en tenir compte dans nos prochains choix.
De la même manière, il faut laisser de côté les 3 critères ayant retenu le moins de points, qui ne sont pas
indispensables.
XI – Les Allergies
Système du Carré fondamental

Case 1 : Comportement insupporté


Case 2 : Comportement contraire à la case 1 (en positif)
Case 3 : Case 2 au centuple
Case 4 : Comportement contraire à la case 3
On remarque alors que
Case 1 : Case 4 au centuple
Il est possible que, face à quelqu’un de type case1, on réagisse en type Case3.

● Case 1 : notre Allergie


● Case 2 : notre qualité fondamentale
● Case 3 : notre défaut
● Case 4 : notre Challenge ! Ce challenge nous fait peur parce qu’on redoute de tomber dans la case 1 (ce
qui ne peut pas arriver, puisqu’il s’agit de notre allergie).

Le but de remplir notre challenge, c’est d’être mieux armé contre la case 1.
Double carré fondamental
La seule solution pour sortir du cercle vicieux, c’est que
l’un des deux travaille son challenge pour faire basculer
la relation dans la boucle positive.

Quand quelq’un nous agace, cela indique que nous


Avons quelquechose à apprendre de la relation.
C’est l’effet miroir.

Vous aimerez peut-être aussi