Vous êtes sur la page 1sur 1

1.

Test spécifique = le test doit être capable d’identifier un trouble chez les enfants qui
en sont atteint (vrais positifs) F : test sensible
2. L’utilisation de test avec normes de référence comprend des biais de contenu, biais
linguistiques et biais normatif. V
3. Les tâches de répétitions de non-mots ne sont pas sensibles ni spécifiques. F
4. Les indices aident en cas de stock lexical réduit. F si problème d’accès
5. A partir d’environ 10 ans, l’apprentissage de nouveaux mots se fait surtout via la
lecture. V
6. Dire « troueuse » à la place de perceuse est un néologisme. V
7. Les praxies permettent de diagnostiquer les troubles des sons de la parole. F (ces
enfants pourraient réussir ces épreuves)
8. La répétition de mots fait partie de l’évaluation de 1ere ligne en phonologie. V
9. La pragmatique est difficile à évaluer via des procédures formelles et
décontextualisées. V
10. Il n’y a aucun matériel standardisé pour évaluer la pragmatique. F (bain des poupées)
11. La CCC n’est applicable que pour les enfants de 6-10 ans. F(6-16)
12. Les TDL présentent des difficultés pour comprendre les demandes indirectes,
implicatures conversationnelles « il fait froid ». V
13. Les réparations conversationnelles, demandes de clarifications et questions sont
particulièrement difficiles pour les enfants TDL. V
14. La mise en actes, ne fait pas intervenir la mémoire. F (intervention mémoire +++)
15. Les épreuves + métalinguistiques (exemple : jugement de grammaticalités) ne sont
pas vraiment approprié en dessous de 6-7ans. V
16. L’appariement d’énoncés permet l’évaluation de la distinction entre notions proches.
V
17. Le complètement d’énoncés évalue la morphosyntaxe en réception F (production)
18. Le LME est un indice valable jusque 4 ans. V
19. La répétitions d’énoncés est très sensible à la pathologie langagière. V
20. Microstructure = organisation globale du contenu. F (macrostructure)
21. La narration en chaine (applebee) correspond à l’épisode minimal d’Hoffman. F
22. Il y a une grande variabilité développementale dans l’atteinte des compétences
narratives. V
23. La macrostructure comprend la cohésion , la structure/complexité morphosyntaxique
et la diversité/complexité lexicale. F (microstructure)
24. Si mots > non mots : bonne capacité de réception mais voir si problème en mémoire
court terme. V
25. Si non-mots > mots : mémoire à court terme et MDT OK mais mauvaise
représentation phono. V
26. Les performances peuvent varier en fonction du type de tâche et des demandes de la
tâche. V
27. Il n’est pas important d’évaluer plusieurs fois tous les phonèmes. F
28. Pour évaluer la production sans la réception on peut évaluer le langage spontané. V
29. La répétition de mots ne fait intervenir que la production. F (production+ réception +
mémoire)
30. Le système phono se construit et se définit par contrastes pertinents. V

Vous aimerez peut-être aussi