Vous êtes sur la page 1sur 18

Question à choix multiples

Questions de spécialité du diplôme

I. Finances publiques
1. La loi organique du 1er août 2001 :
 Est relative aux lois de financement de la sécurité sociale
 Abroge l'ordonnance organique du 2 janvier 1959
 Transpose dans notre droit les principes budgétaires européens
 Est destinée à mieux évaluer la performance de l'Etat et à renforcer le contrô le
parlementaire sur les finances de l'Etat
2. Les objectifs de la loi du 1er août 2001
 Responsabiliser les gestionnaires publics
 Renforcer les prérogatives budgétaires du Parlement
 Raccourcir les délais de discussion budgétaire
 Redéfinir les compétences budgétaires du Sénat
3. Il est entendu par les finances publiques
 Les finances de l’ETAT et des établissements publics
 Les finances de l’Etat, des collectivités territoriales et des établissements publics
 Les finances de l’état et des collectivités territoriales
 Les finances de l’Etat des collectivités territoriales des établissements publics et
les finances des Habous publics
4. Les types de la loi des finances sont
 La LF de l’année, les LF rectificatives et la loi de règlement de la LF
 La LF de l’année, et la loi de règlement de la LF
 LF de l’année, les LF rectificatives
 La LF de l’année, les LF rectificatives et la loi de règlement de la LF et la LF locales
5. Il est entendu par le principe de l’équilibre
 Equilibre financier
 Equilibre budgétaire
 Equilibre financier et budgétaire
 Equilibre économique et financier
6. Il est entendu par le principe de non contraction
 Non compensation de la dette publique
 Non compensation des dépenses et des recettes
 Non compensation des ressources non recouvrés
 Non compensation du déficit
7. Il est entendu par le principe de sincérité
 Sincérité des prévisions et des comptes publics
 Sincérité prévisions uniquement
 Sincérité des comptes publics uniquement
 Sincérité des lois de finances
8. Il est entendu par le principe de non-affectation
 Non affectation du budget du fonctionnement à celui de l’investissement
 Non affectation des deniers publics à des intérêts privés
 Non affectation des recettes à des dépenses
 Non affectation des CST à des SEGMA
9. Il est entendu par le principe de spécialité
 Spécialité des crédits
 Spécialité des dépenses
 Spécialité des budgets
 Spécialité des comptes
10.Il est entendu par globalisation des crédits
 Fongibilité des crédits budgétaires
 Regroupements des crédits budgétaires
 Fusion des crédits budgétaires
 Réaffectation des crédits budgétaires
11.Différentes nomenclatures budgétaires sont
 Nomenclatures : administratives, fonctionnelle et économique
 Nomenclatures : administratives, fonctionnelle
 Nomenclatures : administratives et économique
 Nomenclatures : administratives, fonctionnelle et comptables
12.Le budget de l’Etat comprend 
 Budget générale de l’ETAT, budget annexes, CST et SEGMA
 Budget générale e l’ETAT, CST et SEGMA
 Budget générale de l’ETAT, compte de trésorerie, CST et SEGMA
 Budget générale de l’ETAT et budget des HBOUS publics
13.La loi des finances de l’année est élaborée par références à
 Une programmation budgétaire annuelle
 Une programmation budgétaire quinquennale
 Une programmation budgétaire triennale
 Une programmation budgétaire annuelle quadriennale
14.La loi des finances rectificatives peuvent modifier
 Les dispositions fiscales
 Les autorisations budgétaires
 Les crédits budgétaires
 Les dispositions de la loi de finances de l’année
15. Il est entendu par morasse budgétaire
 Etat des recettes budgétaire
 Nomenclatures des dépenses et des départements dépensiers
 Liste des départements dépensiers
 Etat des dettes
16.Les crédits d’investissements du budget général sont ventilés en
 Crédits d’engagements
 Crédits de paiement
 Crédits d’engagement et crédit de paiement
 Crédits d’engagement et crédit de règlement
17.La nomenclature budgétaire est structurée en
 Programmes, projets et régions
 Projets programmes et régions
 Régions programmes et projets
 Programmes et projets
18.Les charges communes sont des charges
 Relatives à la dette
 Relatives à la compensation
 Communes à toutes les administrations
 De la primature
19.Les crédits de fonctionnement sont constitués de
 Crédits diverses
 Crédits de frais généraux
 Crédits du personnel et frais communs
 Crédits du personnel et de matériel et dépenses diverses
20.Les comptes spéciaux de trésor sont crées par
 La loi des finances
 Le budget général de l’Etat les programmes d’emploi
 Les programmes d’emploi
 La programmation pluriannuelle
21.Les dépenses relatives à la dette publique comprennent
 Les dépenses en interets, commissions et amortissements
 Les dépenses en interets et amortissement
 Les dépenses en interets et commissions
 Les dépenses en principal, interets, commissions et primes
22.Les SEGMA
 Sont dotés de la personnalité morale et de l’autonomie financière
 Sont dotés de la personnalité morale
 Sont dotés de l’autonomie financière
 Autre
23.Les dépenses du budget général sont groupées en
 Dépenses de fonctionnement, d’investissement et de service de la dette
 Dépenses de fonctionnement et dépenses d’investi ment
 Dépenses générales et dépenses relatives à la dette
 Dépenses : d’exploitation et d’équipement et de la dette publique
24.Le nombre des catégories des comptes spéciaux du trésor
 6 catégories
 5 catégories
 4 catégories
 3 catégories
25.Un responsable de programme budgétaire est chargé :
 D’ordonnancement des dépenses du programme
 De définir les objectifs et indicateurs et d’en assurer le suivi
 D’engament des dépenses du programme
 D’audit du programme
26.Les crédits afférents à n projet sont ventilés en :
 Articles budgétaires
 Paragraphes budgétaires
 Sections budgétaires
 Lignes budgétaires
27.Le ministre des finances expose au parlement le cadre général de
préparation du projet de LF suivante :
 Avant le 30 juin
 Avant le 31 juillet
 Avant le 31 octobre
 Avant le 31septembre
28.Les virements de crédits entre chapitres sont :
 Autorisés sur décision du chef du gouvernement
 Interdits
 Autorisés sur décision du ministère des finances
 Autorisés sur décision de l’ordonnateur
29.La chambre des représentants se prononce sur le projet de LF dans un
délai
 45 jours suivant la date de son dépô t
 40 jours suivant la date de son dépô t
 35 jours suivant la date de son dépô t
 30 jours suivant la date de son dépô t
30.Le projet de LF est déposé sur le bureau de la chambre des
représentants, au plus tard :
 Avant le 20 juin
 Avant 20 juillet
 Avant 20 octobre
 Avant 20 septembre
31.Les dispositions de la loi de finances sont votées par :
 Chapitre par chapitre
 Article par article
 Programme par programme
 Projet par projet
32.Le projet de LF rectificative est voté par le parlement dans un délai
n’excédant, après sont dépôt
 30 jours
 35 jours
 20 jours
 15 jours
33.Le chambre des représentants se prononce sur le projet de LF
rectificative dans un délai de :
 15 jours
 10 jours
 08 jours
 07 jours
34.En cas de nécessité impérieuse et imprévue d’intérêt national, des
crédits supplémentaires peuvent être ouverts par :
 Loi de finance rectificative
 Décret
 Arrêté du ministre des finances
 Arrêté conjoint du ministre des finances et du ministre concerné
35.Le gouvernement peut opposer, de manière motivée, l’irrecevabilité à
des articles additionnels ou amendements ayant pour objet
 Diminution des ressources publiques
 Création ou l’aggravation dune charge publique
 Diminution des ressources, la création ou l’aggravation d’une charge
 Création ou l’aggravation d’une ressource publique

36.Le gouvernement peut, en cours d’année budgétaire, surseoir à


l’exécution de certaines dépenses d’investissement :
 Après vote du parlement
 Sur information commissions parlementaire chargées des finances
 Sur information des deux bureaux des 2 chambres
 Après décision du conseil des ministres
37.Le projet de loi de règlement de la loi de finances est déposé
annuellement à la fin
 Du 4ème tri du 2ème exercice qui suit celui de la LF concernée
 Du 4ème tri du 1ème exercice qui suit celui de la LF concernée
 Du 1 er tri du 2ème exercice qui suit celui de la LF concernée
 Du 3 er tri du 2ème exercice qui suit celui de la LF concernée

38.Les reports crédits autorisés, sauf dispositions contraires prévues par


la loi de finances, dans la limite du plafond de :
 50%
 40%
 30%
39.le projet de performance élaborée par
 Le ministre des finances
 Le responsable du programme
 Le département ministériel ou l’institution concernée
 Le chef du gouvernement
40.Le rapport annuel de performance élaborée par :
 Le ministre des finances
 Le responsable du programme
 Le département ministériel ou l’institution concernée
 Le chef du gouvernement
41.La cour des comptes est chargée :
 Du contrô le à priori des finances publiques
 Du contrô le judiciaire des finances publiques
 Du contrô le supérieur des finances publiques
 Du contrô le administratif des finances publiques
42.La Cour des comptes contrôle :
 Les comptes des comptables publics
 Les comptes des comptables de fait
 La gestion des ordonnateurs des services de l'Etat
 Les actes des ordonnateurs locaux
43.Les responsables d’exécution des finances publiques sont :
 Ordonnateurs, contrô leurs financiers, comptables publics
 Ordonnateurs, comptables publics
 Ordonnateurs, contrô leurs financiers,
 Contrô leurs financiers, comptables publics
44.Les atténuations au principe de séparation des ordonnateurs et des
comptables
 Les crédits évaluatifs
 Les recettes perçues au comptant
 Les régies d'avance
45.Les missions comprennent
 un ensemble de programmes
 un ensemble d'actions
 un ensemble d'objectifs précis
 essentiellement des programmes interministériels
46.Les programmes
 concourent à une politique publique définie
 regroupent des crédits destinés à mettre en œuvre une action
 peuvent être interministériels
 contiennent des objectifs et des indicateurs de performance
47.Parmi ces propositions, lesquelles se rapportent à des impôts Locaux
 Taxe d'habitation
 Taxe professionnelle
 L’impô t sur le revenu des personnes physiques
 Taxe sur le foncier bâ ti et non bâ ti
48.Lequel de ces impôts n’est pas un impôt d’état :
 L’impô t sur les sociétés
 L’impô t sur le revenu des personnes physiques
 La TVA
 La taxe professionnelle
49.En matière de dépenses publiques, l’ordonnateur effectue les
opérations suivantes :
 Engage, liquide, paye
 Engage, contrô le, ordonnance
 Engage, liquide, ordonnance
50.Les ordonnateurs sont passibles de sanction devant :
 La Cour des comptes
 La Cour de discipline budgétaire et financière X
 Le Conseil d’Etat
 L’inspection générale des finances
II. Fiscalité
51.Le droit fiscal
 Est un droit codifié
 Est un droit jurisprudentiel
 Est un droit à la fois codifié et jurisprudentiel
 Autres
52.En droit fiscal, les documents comptables doivent-ils être conservés
par le contribuable pendant
 20 ans
 15 ans
 10 ans
5 ans
53.La fiscalité de l’Etat
 S’applique aux collectivités
 S’applique uniquement à l’Etat
 S’applique à l’Etat et aux collectivités
 Autres
54.Recettes fiscales dans le budget de l’Etat sont entre
 50 et 60 %
 60 et 70%
 70% et 80%
 80 et 90%
55.Le code général des impôts regroupe
 IS, IR, la TVA
 IS, IR, la TVA et droit d’enregistrement et de timbre
 IS, IR, la TVA et les taxes intérieurs de consommation
 IS, IR, la TVA et droit de douanes
56.La loi cadre portant réforme fiscale au Maroc remonte à :
 1984
 1993
 2002
 2013
57.Les taxes parafiscales sont établies par :
 La loi de finances de l’année
 Décret
 Arrêté du ministère des finances
 Décision des ministres concernés
58.Il est entendu par les dépenses fiscales
 Redressement fiscal
 Remboursement fiscal
 Exonérations, abattements fiscaux
 Perte fiscale
59.L’exonération fiscale signifie
 Détaxation
 Hors champ
 Rente fiscale
 Autres
60.Pression fiscale est :
 Ressources fiscales/PIB
 Ressources fiscales/PNB
 Ressources fiscales/revenu individuel
 Ressources fiscales/budget de l’Etat
61.Laquelle de ces taxes n’est pas en vigueur au Maroc :
 La taxe de licence
 La taxe à l’essieu
 La taxe sur les transactions financières
 la taxe sur les services communaux
62.Un impôt est dit libératoire lorsque :
 Toute personne, l’ayant subit ne devra pas l’acquitté
 Tout revenu l’ayant subi ne devra plus être déclaré
 Toute personne l’ayant subi à le droit de le récupérer
 Cet impô t est récupérable
63.Lequel de ces impôts et taxes est un impôt local
 La TVA
 IR
 La taxe professionnelle
 Les droits d’enregistrements
64.Lequel de ces impôts et taxes est fiscalement non déductibles :
 La taxe professionnelle
 La taxe sur les services communaux
 L’impô t sur les sociétés
65.L’impôt sur les sociétés est un
 Impô t sur la consommation
 Sur le patrimoine
 Sur le capital
 Sur le revenu
66.Le taux ad valorem (normal) de l’IS est
 35%
 30%
 25%
 20%
67.Le résultat fiscal, au titre de l’IS est égal :
 Le résultat comptable
 Le résultat comptable après déduction des charges non déductibles
 Le résultat comptable après réintégration des charges non déductibles
 Le résultat comptable après déduction de l’impô t
68.une société fait comprenant des personnes morales est elle :
 Obligatoirement soumis à l’IS
 Soumise à l’IS sur option
 Non soumise à l’IS
69.Les déclarations du résultat fiscal des sociétés sont déposées :
 Mensuellement
 Trimestriellement
 Annuellement
70.L’impôt sur les sociétés donne lieu au titre de l’exercice en cours, au
versement par la société de :
 4 acomptes provisionnels dont chacun est égal à 25% du montant de l’IS du au
titre du dernier exercice clos
 4 acomptes provisionnels dont chacun est égal à 25% du montant de l’IS du au de
l’exercice en cours
 2 acomptes provisionnels dont chacun est égal à 25% du montant de l’IS du au
titre du dernier exercice clos
71.une entreprise soumise à IS est tenue de déposer sa déclaration
annuelle de résultat fiscale de l’exercice qui commence le 1 mai 2010
et se termine le 30 avril 2011, au plus tard le:
 30 avril 2011
 31 mai 2011
 30 juin 2011
 31 juillet 2011
72.En matière d IS sont imposable sur option :
 Les sociétés en participation
 Les établissements publics exerçant une activité commerciale, industrielle, ou de
services
 Les sociétés à objet immobilier
73.Le barème de l’impôt sur les sociétés comprend
 Les taux 10, 20, 30,40%
 Les taux 10, 20, 30, et 35%
 Les taux 10, 20,30, et 31%
 Les taux 10, 15, 20 et 31%
74.L’impôt sur les sociétés donne lieu au versement par la société de 4
acomptes provisionnels :
 Quel que soit le résultat de l’exercice
 Uniquement lorsque e résultat est bénéficiaire
 Dans le cas de la cotisation minimale
 En fonction du résultat de l’exercice de référence
75.L’exonération de la cotisation minimale est de :
 36 mois qui suivent la date de création de l’entreprise
 36 mois qui suivent la date du début de l’exploitation de l’entreprise
 Les 5 premières années qui suivent la date de création de l’entreprise
 Les 5 premières années qui suivent la date du début de l’exploitation de
l’entreprise
76.La CM doit être payé par les entreprises soumises à l’IS
 Sous forme d’acomptes professionnels
 En un seul versement avant l’expiration du 3ème mois suivant la date
d’ouverture de l’exercice comptable en cours
 Spontanément avant le 31 janvier de l’exercice comptable suivant
 Spontanément avant le 31 décembre de l’année concernée
77.Les entreprises soumises à l’IS qui exercent leurs activités dans les
zones franches d’exportation bénéficient de :
 L’exonération partielle pendant 10 ans
 L’exonération totale durant les 5 premiers exercices
 L’imposition à taux normal
 L’imposition au taux normal réduit
78.Ne sont pas déductibles du résultat fiscal pour le calcul de l’IS :
 Les taxes locales
 Les amendes fiscales
 Les pénalités pour livraison tardives de marchandises
 Les frais de déplacements forfaitaires même s’ils sont liées à l’activité
79.Sont totalement exonérés de l’impôt sur les sociétés de manière
permanente :
 L’office national des œuvres universitaires sociales et culturelles
 Les sociétés non résidentes au titre des plus values réalisées sur les cessions de
valeurs mobilières cotées à la bourse des valeurs du Maroc
 Les sociétés de service ayant le statu Casablanca finance city
 Les organes de placements en capital risque (OPCR)
80.En matière d’IS, les interets constatés ou facturés relatifs aux sommes
facturés relatifs aux sommes avancées par les associés à la société,
sont déductibles à condition :
 Que le capital soit entièrement libéré
 Que le capital soit partiellement libéré
 Que le capital soit ne soit as libéré
 Aucune de ces conditions n’est exigée par la loi
81.Les sociétés en nom collectif constituées au Maroc et ne comprenant
que les personnes physiques sont :
 Obligatoirement passibles à l’IS
 Exclus du champ d’application de l’IS
 Passibles de l’IS sur option
 Passibles de l’IR sur option
82.Sont soumis à la retenus à la source au titre de l’impôt sur les
sociétés :
 Les produits de placements à revenus fixe
 Les plus values sur cession des immobilisations
 Les profits sur cession de terrain non bâ tis
 Les produits d’exploitation constitués par le chiffre d’affaire à l’export
83.Les établissements publics qui se livrent à une exploitation des
opérations à caractère lucratif sont :
 Obligatoirement passibles de l’IS
 Exclus du champ d’application de l’IS
 Passible de l’IS sur option
 Passibles de l’IR sur option

84.En matière d’IS, sont considérés comme des charges totalement


déductibles les dons en argent ou en natures octroyés :
 Aux établissements publics ayant pour mission essentielles de dispenser des
soins de santé
 A l’entraide nationale aux associations de microcrédit
 Aux œuvres sociales des entreprises publiques ou privées
85.La taxe sur la valeur ajoutée est un
 Impô t sur la consommation
 Impô t sur le patrimoine
 Impô t sur le capital
 Impô t sur le revenu
86. le taux normal de TVA est :
 7%
 10%
 14%
 20%

87. A quel taux de TVA sont soumises les opérations de banque de crédit :
 7%
 10%
 14%
88.Dans quelle proportion la produit de la TVA est il versé aux collectivités
locales :
 20%
 30%
 40%
89. Quelle activité est exclue du champ d’application de la TVA:
 Artisanale
 Commerciale
 Agricole
90.en matière de TVA le fait de donner en location un appartement
meuble constitue une opération
 exonère sans droit de déduction
 hors champs d application de la TVA
 obligatoirement taxable
91.En matière de la TVA, la loi à prévu des déclarations
 Mensuelles
 Semestrielles
 Annuelles
92.Parmi les taux de TVA ci-après quel est celui qui n’est pas en vigueur
au Maroc
 10
 30
 7
 20
93.La TVA est :
 Une taxe parafiscale
 impô t indirect
 Impô t direct
94.La TVA s’applique à l’ensemble des opérations réalisées
 Quel que soit la nature de l’opération
 Pour les opérations commerciales réputées faites au Maroc
 Dans le cas des services rendus ou prestations fournies au Maroc
 Pour les opérations agricoles réputées faites au Maroc
95.Peuvent sur leur demande, prendre la qualité d’assujettis à la TVA
 Toute personne réalisant une activité d’achat-vente
 Les commerçants pour leur CA à l’export
 Les vendeurs ambulants
 Les fabricants qui réalisent un CA inférieur ou égale à 500.000 DH
96.Exonérations à la TVA avec droit déduction signifie :
 Ne pas payer la TVA sur achats auprès des fournisseurs
 Ne pas facturer la TVA aux clients
 Facturer la TVA mais ne pas verser au trésor
 Vendre et acheter sans TVA
97.Le régime suspensif de la TVA s’applique
 Aux entreprises exportatrices pour les opérations à l’export
 Aux entreprises importatrices pour leur opération à l’export
 Aux entreprises importatrices pour leur opération à l’import
 Aux entreprises exportatrices pour leur opération à l’import
98.Le fait générateur de droit commun de la TVA est constitué par
 Encaissement totale ou partiel du prix des marchandises des travaux ou des
services
 La facturation des marchandises des travaux ou des services
 La livraison des marchandises des travaux ou des services
 La commande marchandises des travaux ou des services
99.Les assujettis à la TVA sont tenus de calculer le numérateur du prorata
de déclaration sur la base :
 Des opérations taxables
 Des opérations exonérées sans droit à déduction
 Des opérations exonérées avec droit de déduction
 Des opérations en dehors du champ d’application de la TVA
100. Le barème de l’IR comprend
 3 tranches
 4 Tranches
 5 Tranches
 6 tranches
101. Dans le cas des revenus salariaux et assimilés :
 L’abattement de 20% pour frais personnels s’applique quel que soit le montant
des rémunérations
 L’abattement de 20% pour frais personnels est plafonné
 Le montant des frais réels déductibles n’est pas plafonné
 L’option pour les frais réels est une option globale qui s’applique à l’ensemble des
salariés
102. Les plus values immobilières sont exonérées d’impôt lorsqu’elle
concerne
 La cession à titre gratuit entre époux de biens détenus plus de 4 ans
 La cession d’une résidence secondaire
 La cession d’une résidence occupée à titre d’habitation principale depuis au
moins 6 ans :
 La cession d’un immeuble détenu depuis 10 ans
103. Parmi ces revenus des capitaux mobiliers quels sont ceux qui sont
exonérés
 Les dividendes d’actions étrangers
 Les interets du livret d’épargne
 Les intérêts du plan d’épargne logement
 Les revenus d’obligations
104. Pour les profits de cession de valeurs mobilières et autres titres
de capital et de créance, le fait générateur de l’impôt constitué par :
 La cession à titre onéreux ou gratuit
 L’échange de titres
 Le prêt de titres
 L’héritage de titres
105. Sont considérés comme des revenus agricoles, soumis à l'IR, les
bénéfices provenant
Des activités d'exploitation d’un cycle de production végétale et/ou animale
De l'apiculture
De l'aviculture
Des activités de conditionnement et d'emballage des produits agricoles

106. Sont considérés comme revenus de capitaux mobiliers soumis à


l’IR :

Les tantièmes spéciaux


Les produits de participation
Les jetons de présence

Les intérêts de bons de trésor

107. Sont considérés comme des revenus professionnels soumis à L’IR


Les revenus provenant de l'élevage des chevaux
Les bénéfices réalisés les personnes physiques et provenant de l'exercice d'une activité
industrielle
Les revenus émanant de l'exercice profession libérale
Les revenus provenant de la location à l'état meublé des constructions

108. Une Ese exportatrice imposable à l'IR est soumise dans son 7ème
exercice à un taux égal à :
17,5%
0%
20%
8,75%
III. Comptabilité

Vous aimerez peut-être aussi