Vous êtes sur la page 1sur 11

Concurrence monopolistique

De Baripedia

Concurrence monopolistique
D
onnées clés
 Milet, Emmanuel

Professeur(s)  Sbergami, Federica[1][2]


[3]

 Ferro-Luzzi , Giovanni

Cours
Introduction à la microéconomie

Lectures

 Introduction au cours d'introduction à la microéconomie


 Approche méthodologiques au cours d'introduction à la microéconomie
 Les forces du marché : l'offre et la demande
 Les élasticités et ses applications
 Offre, demande et politiques gouvernementales
 Surplus du consommateur et du producteur
 Les externalités et le rôle de l'État
 Les biens publics
 Les coûts de production
 Les entreprises en concurrence parfaite
 Les entreprises en monopole
 Concurrence monopolistique
 Oligopole
 Contrainte et préférences du consommateur
 Choix du consommateur
 Les problèmes d'information et les choix publics

La concurrence imparfaite renvoie à des structures de marché qui ont certains traits de la
concurrence et certains traits du monopole.

On distingue deux types majeurs de marchés en concurrence imparfaite:

 La concurrence monopolistique est le fait que plusieurs firmes vendent des


produits similaires mais non identiques. Les producteurs se concurrencent indirectement,
ils prennent des décisions sans prendre en compte ni de l’action des autres producteurs
du marché, ni des conséquences de sa propre concurrence sur les autres. D’autre part, les
producteurs ont une large latitude à pratiquer les prix souhaités, ainsi les producteurs
sont des prices makers.
 L'oligopole est le fait que seulement quelques vendeurs, chacun offrant un
produit similaire ou un produit identique (cf. chapitre suivant). On tient compte est de
l’action des autres producteurs sur le marché ainsi que des conséquences de ses actions
sur les autres. Dans ce cas c’est une concurrence directe qui assume un comportement
stratégique.
La différence essentielle entre ces deux formes de marché consiste dans le type de
concurrence existante entre entreprises. Les firmes en concurrence monopolistique prennent
leurs décisions sans tenir compte de l'action des autres concurrents ni de l'impact de ses
propres décisions sur les autres (la concurrence se fait indirectement,par le prix); en revanche,
l'oligopole analyse les interactions stratégiques entre producteurs (concurrence directe:
l'action d'un concurrent influence directement le processus décisionnel des autres
producteurs).

Ainsi, ce qui caractérise la compétition monopolistique est la présence de caractéristiques du


monopole et de caractéristiques de l’entreprise en marché compétitif.

Les quatre types de structure de marché


Contenido disponible en español

Sommaire
 1 Concurrence monopolistique
o 1.1 Attributs de la concurrence monopolistique
o 1.2 Comment différencier ?
o 1.3 Court terme
o 1.4 Court terme : entrée/sortie
o 1.5 Court terme : profit/perte
o 1.6 Long terme
o 1.7 Long terme : équilibre
o 1.8 Concurrence monopolistique vs concurrence parfaite
o 1.9 Concurrence monopolistique et bien-être de la société
 2 Applications: le modèle de Hotelling et le rôle de la publicité
o 2.1 Application : concurrence spatiale
o 2.2 Application : le rôle de la publicité
o 2.3 Les marques
o 2.4 Mésallocation des ressources ou signal ?
 3 Résumé
 4 Annexes
 5 Références
Concurrence monopolistique[modifier | modifier le
wikicode]

Attributs de la concurrence monopolistique[modifier|modifier le


wikicode]

1. Des nombreux vendeurs

Des nombreuses firmes rivalisent pour capter le même groupe d’acheteurs.


2. Des produits différenciés

Chaque firme produit un bien (variété) qui est au moins légèrement différent de celui
des autres firmes (cf. page suivante).
Plutôt que d’être preneuse de prix, chaque firme est confrontée à une courbe de
demande décroissante (pour sa variété).
3. Une entrée libre

Les firmes peuvent entrer ou sortir du marché sans restriction.


Le nombre de firmes sur le marché varie jusqu’à ce que les profits économiques de
chacune deviennent nuls.
Il s'agit peut-être de la structure de marché la plus récurrente. Les exemples sont nombreux:
les livres, les CD, les films, les jeux vidéos, les restaurants, les leçons de piano, les pizzas, les
corn-flakes, les meubles, etc.

Comment différencier ?[modifier|modifier le wikicode]


1. Par style ou par type de bien, qui correspondent à des besoins et des goûts différents.

Voitures : familiale, sportive, tout terrain...


Fast food : pizza, hamburger, kebab, nourriture chinoise...
2. Par localisation : coûts de déplacement implique une préférence pour ce qui est proche. Le
même bien ou service dispose donc d’une demande “locale” relativement captive. Cf. modèle
de Hotelling.

3. Par qualité: les biens sont vendus dans une gamme d’entrée, milieu de gamme ou haut de
gamme.

Chocolats, vélos, montres, stylos...


Comme on verra en suite, la publicité joue un rôle important dans la différenciation des biens.

Court terme[modifier|modifier le wikicode]


Dans la compétition monopolistique, chaque firme agit comme si elle était en situation de
monopole. Chaque firme produit un bien différencié, c’est pourquoi chacunes des firmes fait
face à une courbe de demande décroissante.
Lorsque les firmes réalisent des profits économiques, de nouvelles firmes sont incitées à
entrer sur le marché. Comme il n’y a pas de barrières à l’entré, l’entreprise qui voit qu’il y
aune potentialité de profit va donc entrer sur le marché. Ceci provoque:

 Augmente le nombre de produits(variétés) offerts.


 Réduit la demande qui s’adresse à chaque firme déjà présente sur le marché (demande
résiduelle) → déplacement vers la gauche de la courbe de demande des firmes en place.
 Réduit le profit des firmes en place.
Lorsque les firmes font des pertes économiques, elles sont incitées à sortir du marché. Ceci:

 Diminue le nombre de produits(variétés) offerts.


 Accroît la demande pour les biens des firmes restant sur le marché → déplace vers la
droite la courbe de demande qui s’adresse aux firmes restantes.
 Augmente le profit des firmes restantes.

Court terme : entrée/sortie[modifier|modifier le wikicode]

Court terme : profit/perte[modifier|modifier le wikicode]

Long terme[modifier|modifier le wikicode]


Ce processus d’entrée et de sortie continue jusqu’à ce que les firmes sur le marché réalisent
un profit économique égal à zéro (cf. graphique suivant).
Deux caractéristiques de l’équilibre de long terme :

1. Comme en monopole, le prix est supérieur au coût marginal.

La condition nécessaire à la maximisation du profit est l’égalité entre le revenu


marginal et le coût marginal.
La courbe de demande (résiduelle) décroissante engendre un revenu marginal plus
faible que le prix.
2. Comme sur un marché de concurrence parfaite, le prix est égal au coût moyen en raison de
la libre entrée et sortie qui engendre un profit économique nul.

Il y a deux différences notoires entre la concurrence monopolistique et la concurrence


parfaite - la capacité excédentaire et le mark-up (taux de marge) → cf. plus bas.

Long terme : équilibre[modifier|modifier le wikicode]

Concurrence monopolistique vs concurrence


parfaite[modifier|modifier le wikicode]
 CAPACITE EXCEDENTAIRE
Il n’y a pas de capacité excédentaire en concurrence parfaite: les firmes produisent à la taille
minimale efficiente: la libre entrée conduit les firmes concurrentielles à produire au minimum
du coût moyen ce qui correspond à la taille minimale efficiente.

Les firmes ont une capacité excédentaire dans le cadre de la concurrence monopolistique à
long terme: en concurrence monopolistique, la production est inférieure à la production
correspondant à la taille minimale efficiente.

 MARK-UP
Pour une firme concurrentielle, le prix est égal au coût marginal.
Pour une firme en concurrence monopolistique, le prix est supérieur au coût marginal: mark-
up (= taux de marge) sur le Cm. Comme le prix est supérieur au coût marginal, la vente d’une
unité supplémentaire au prix fixé signifie plus de profit pour une firme en concurrence
monopolistique.

Concurrence monopolistique et bien-être de la


société[modifier|modifier le wikicode]
La concurrence monopolistique ne réunit pas toutes propriétés désirables de la concurrence
parfaite => inefficacités.

Une source d’inefficacité est l’existence d’un mark-up sur le coût marginal, qui implique la
traditionnelle perte sèche du monopole: les consommateurs sont prêts à payer davantage que
ce qu’il en coûte au vendeur de fournir ces unités additionnelles → des gains mutuellement
avantageux ne sont pas exploités. Pour appliquer une tarification au coût marginal, les
décideurs politiques devraient réglementer le comportement de toutes les firmes qui
produisent des biens différenciés. Comme de tels biens sont très courants, la charge
administrative associée à de telles réglementations serait surdimensionnée.

Une autre raison pour laquelle la concurrence monopolistique pourrait être socialement
inefficace tient au nombre de firmes sur le marché qui n’est pas nécessairement “idéal”. Cela
signifie qu’il est probable qu’il y ait trop ou pas assez d’entrée (et donc trop ou pas assez de
concurrence entre les producteurs).

L'entrée de nouvelles firmes est associée à des externalités liées à la variété et au


“détournement d’activité”.

L’externalité de variété affecte la demande : comme les consommateurs retirent un certain


surplus de l’introduction d’un nouveau produit, l’entrée d’une nouvelle firme est porteuse
d’une externalité positive pour les consommateurs.

L’externalité de “détournement d’activité” affecte l’offre : les firmes en place perdent des
clients et des profits suite à l’entrée d’un nouveau concurrent, l’entrée d’une nouvelle firme
impose une externalité négative sur les firmes existantes.

Dilemme entre variété et quantité :


 L’hétérogénéité du produit est désirable, car souhaitée par des consommateurs aux
goûts différents. Mais la diversité implique aussi l’utilisation de ressources coûteuses,
avec la présence de coûts fixes.
 Plus les biens sont variés, plus les ressources doivent être consacrées pour fabriquer
des petites quantités de biens différents qui se trouvent en quantité plus limitée (=> CM
plus élevés).
 Il faut donc opérer un arbitrage entre diversité et quantité de chaque bien.

Applications: le modèle de Hotelling et le


rôle de la publicité[modifier | modifier le wikicode]
Application : concurrence spatiale[modifier|modifier le wikicode]
Afin de comprendre les effets de la diversité nous analysons le modèle très simple de
Hotelling sur la LOCALISATION SPATIALE.

On suppose que deux kiosques à glace se partagent les baigneurs d'une plage. Par hypothèse
les baigneurs sont distribués uniformément le long de la plage.

Le premier kiosque se trouve à   kms de l’extrémité Ouest et le deuxième se trouve à 

 kms de l’extrémité Est.

Les baigneurs subissent un coût par unité de distance,  , de sorte que si le prix est le
même, ils vont vers le kiosque le plus proche. Donc :

 le kiosque 1 considère comme captifs tous les clients à sa gauche;


 le kiosque 2 considère comme captifs tous les clients à sa droite;
 ceux au milieu se répartissent à moitié de la distance entre les deux magasins.
EQUILIBRE :

 Lorsque le premier kiosque se rend compte que ses clients de gauche lui sont acquis, il
peut prendre des parts de marché au kiosque 2 en se postant juste à côté (mais toujours à
gauche) du kiosque 1.
 Mais le kiosque 2 peut également faire la même opération et se mettre juste à gauche
du kiosque 1.
 Ainsi de suite, jusqu’à ce que les deux kiosques se retrouvent exactement au milieu de
la plage.
IMPLICATIONS:

 L'équilibre du modèle correspond à ce que l’on observe souvent: la concentration dans


un quartier du même service ou bien → quartier des banques, des bijoutiers, des
magasins de mode...
 L’équilibre est inefficient, car les deux kiosques se retrouvent avec la moitié des
clients qu’ils pourraient également obtenir en se plaçant à équidistance des limites de la
plage, ce qui réduirait les coûts pour les clients (=> meilleure solution pour la société).
 La localisation n’est pas nécessairement à prendre au sens littéral. C’est un choix de
gamme de produit. Par exemple, si TF1 montre un film le lundi soir, alors France 2
montre aussi un film le lundi soir; rapprochement vers des positions "centristes" dans les
systèmes politiques bipartites...
 dans certains cas, pas assez de différentiation.

Application : le rôle de la publicité[modifier|modifier le wikicode]


Dès que l’on considère des marques et une variété de produits, il est difficile de faire
abstraction de la publicité: lorsque des firmes vendent des produits différenciés et fixent un
prix au-dessus du coût marginal, chacune d’entre elles sera incitée à faire la publicité afin
d’attirer davantage d’acheteurs pour sa variété (une plus grande différentiation des autres
variétés accroît le pouvoir de marché).

Les questions qui se posent sont alors multiples : La publicité est-elle rentable ? Quel lien y a-
t-il entre pouvoir de monopole et publicité ? Info ou intox ? Quelle influence sur la demande,
accroissement ou redistribution des parts de marché?

Si l’on se réfère à des données historiques, on constate que :


 la variété des produits a augmenté ;
 les dépenses publicitaires représentent des sommes importantes pour les entreprises.
Quelques données:

 Les firmes qui vendent des biens de consommation hautement différenciés consacrent
entre 10 et 20 pourcent de la valeur de leurs ventes à la publicité.
 En 2002, les entreprises États-Uniennes ont dépensé env. 237 milliards de dollars en
publicité, soit 2,3% du PIB US!
 Env. les 3/5 de ce montant va dans les médias (radio, TV, internet, presse). Les 2/5
restant sont le fait de tous-ménages, campagnes promotionnelles, échantillons gratuits,
catalogues, etc. Ce dernier type de publicité est surtout concentré dans le commerce de
détail.
Un résultat qui semble assez souvent répertorié est que l’intensité des dépenses de publicité
vont de pair avec une forte profitabilité du secteur (exemples: céréales, parfums, savons,
produits pharmaceutiques, boissons). La publicité est également plus marquée dans les
secteurs à forte concentration et caractérisés par moins de concurrence (cf. médicament de
marque et son générique).

Stabilité dans le temps et à travers les pays des parts consacrées aux dépenses publicitaires
entre secteurs: les secteurs qui dépensaient beaucoup dans les années 1950 continuent de le
faire maintenant, et ce, quel que soit le pays.

Pour ou contre la publicité ?

Critiques de la publicité :

 Elle a pour but de manipuler les goûts des consommateurs.


 La publicité est une entrave à la concurrence car elle vise à convaincre les
consommateurs que les produits sont plus différents qu’ils ne le sont vraiment.
Partisans de la publicité :

 La publicité est utilisée par les entreprises pour véhiculer une information aux
acheteurs.
 Elle renforce la concurrence car elle permet une plus grande variété de produits et de
prix.

Les marques[modifier|modifier le wikicode]


C'est la même idée et même problématique que la publicité.

Ceux qui critiquent les marques soutiennent qu’elles conduisent les consommateurs à
percevoir des différences qui n’existent pas vraiment.

Certains économistes défendent les marques car elles renseignent le consommateur sur la
qualité des biens qu’ils achètent, et incitent les firmes à maintenir une qualité élevée.

Contrairement à la publicité, la marque déposée permet d’obtenir un monopole, et donc un


pouvoir de marché sur les consommateurs.
La différenciation se fait à travers la publicité sur la marque, et les entreprises peuvent investir
des montants considérables pour signaler la différence.

Mésallocation des ressources ou signal ?[modifier|modifier le


wikicode]

Les premiers modèles consacrés à la publicité mettaient en avant le côté néfaste ou coûteux de
ces dépenses. Des ressources sont détournées de la production pour les consacrer à essayer
d’obtenir davantage de pouvoir de marché sur les consommateurs, et réduire leur capacité à
substituer les produits. La publicité permet de rendre réelle dans l’esprit des consommateurs
une différenciation des produits qui n’est en réalité qu’illusoire.Ces ressources auraient donc
pu être mieux exploitées à la fabrication de biens.

D’autres modèles expliquent que l’investissement publicitaire doit être crédible auprès des
consommateurs. Seules les entreprises fournissant des biens de qualité vont accepter de
dépenser des sommes importantes pour toucher les consommateurs. La publicité peut aussi se
faire sur le rapport qualité prix plutôt qu’uniquement la qualité (cf. Lidl). Enfin la publicité
s’adresse parfois aux concurrents sous forme de "menace".

Résumé[modifier | modifier le wikicode]
Un marché en concurrence monopolistique possède trois attributs : le nombre élevé de firmes,
des produits différenciés et la libre entrée.

L’équilibre de long terme sur un marché en concurrence monopolistique se distingue d’un


marché de concurrence parfaite sur deux points :

 Chaque entreprise en concurrence monopolistique est en capacité excédentaire et


opère sur la portion décroissante de la courbe de coût total moyen.
 Chaque entreprise fixe un prix supérieur au coût marginal.
La concurrence monopolistique n’a pas toutes les caractéristiques désirables de la concurrence
parfaite (inefficacités).

On retrouve la perte sèche du monopole causée par le mark-up (taux de marge) du prix sur le
coût marginal.

Le nombre de firmes (et donc la variété des produits) peut être trop grande ou trop petite.

La différenciation du produit inhérente à la concurrence monopolistique conduit au recours à


la publicité et aux marques.

Les critiques de la publicité et des marques soutiennent que les firmes les utilisent pour tirer
parti de l’irrationalité des consommateurs et pour limiter la concurrence.

Les défenseurs de la publicité et des marques affirment que les firmes les utilisent pour
informer les consommateurs et pour se concurrencer encore plus intensément sur les prix et
sur la qualité du produit.
Annexes[modifier | modifier le wikicode]
Références[modifier | modifier le wikicode]
1. ↑ Page personnelle de Federica Sbergami sur le site de l'Université de Genève
2. ↑ Page personnelle de Federica Sbergami sur le site de l'Université de Neuchâtel
3. ↑ Page personnelle de Federica Sbergami sur Research Gate

Catégories : 
 Économie
 Microéconomie
 Federica Sbergami
 Giovanni Ferro-Luzzi
 2011
 2012
 2013
 2014
 La dernière modification de cette page a été faite le 14 novembre 2020 à 13:11.
 Le contenu est disponible sous licence Creative Commons Attribution-ShareAlike sauf mention contraire.
 Politique de confidentialité
 À propos de Baripedia