Vous êtes sur la page 1sur 20

Nom, prénom: Navas-Hernandez Kévin

Cours: Formation musicale, Master didactique 2

Année scolaire: 2020-2021

Conservatoire Royal de Musique de Liège

Test quadrimestriel - Méthodologie de la formation musicale


Préparation de leçon
Albert HALLET - « Air Slave »
A rendre au plus tard pour le 18/02/21

Sommaire:

1. Préparation de leçon pour une F4: « Air Slave »

A. Analyse structurelle

- Généralités

- Structure formelle

- Matière théorique à exploiter

B. La préparation

2. Question de réflexion

Citation de Marguerite Duras, écrivaine.

3. Annexes

Partition « Le chant des bergers »

1. PREPARATION DE LECON POUR UNE F4

1.A. L’analyse structurelle

A.1. Généralités

Compositeur Albert Hallet


Nationalité Belge
Titre de l’oeuvre Air slave (issu de « 24 leçons de solfège »)
Epoque Actuelle / fin 20ème
Langage Tonal (en la)
Forme Sonate (ABA’)
Tempi 72 = noire, 63 = noire et 132 = noire
Mesures 2/4 et 3/4
Caractéristiques Pour piano et voix seule
Niveau Estimé pour F4 ou plus
Ambitus Une quinte juste (ré-la)

A.2. Structure formelle


FORME SONATE

A B A’
Exposition Développement
Réexposition
Forme rondo
Mes. 1-39 Mes. 40-80 Mes. 81-103
Introduction (mes.1-4) B1 (mes. 40-47)
A1 (mes. 81-103)
A1 (mes. 5-20) B2 (mes. 48-55)

A2 (mes. 21-39) B1 (mes. 56-63)

B2’ (mes. 64-71)

B1’ (mes. 72-79)


Introduction + A1 = en la B1 = en sol Majeur
A1 = en la
A2 = en ré B2 = en sol mineur

B1 = en sol Majeur

B2’ = en do mineur

B1’ = do Majeur
Introduction + A1 = conclusif sur I B1 = conclusif sur I
A1 = conclusif sur I
A2 = en suspens sur le IVe degré B2 = suspens sur Ve degré

B1 = conclusif sur I

B2’ = en suspens sur le Veme degré

B1’ = conclusif sur I


72 = noire B1: 132 = noire
72 = noire
B2: 63 = noire

B1: 132 = noire

B2’: 63 = noire

B1’: 132 = noire


2/4 B1: 3/4
2/4
B2: 2/4

B1: 3/4

B2’: 2/4

B1’: 3/4

L’air slave se compose de 103 mesures, et est divisé en trois parties distinctes: A, B, et A’. Sa forme est une forme sonate « ABA’ ».

On y distingue donc une exposition, un développement et une réexposition.

- Dans la partie A, on distingue deux parties distinctes: A1 en la, précédé de 4 mesures d’introduction au piano jusqu’à la mesure 20
+ la partie A2 en ré, dans le même tempo jusqu’à la mesure 39. Cette partie se chante et se joue à 72 à la noire. La partie est lyrique,
legato et son mouvement est dit « modéré avec fermeté ».

- Dans la partie B, on distingue ici 5 parties, toutes liées les unes avec les autres: il s’agit ici d’une forme rondo prenant la forme
ABA(‘)B’A’. Le A est le refrain et le B un couplet. Dans cette analyse, s’agissant de la partie B, elles sont nommées comme suit afin
de ne générer aucune confusion avec la forme sonate ABA’ générale: B1-B2-B1-B2’-B1’. J’ai longtemps hésité avec une forme lied,
mais si nous considérons le B1 comme refrain (même s’il n’est pas dans le ton initial pour B1’), et B2 comme couplet varié; il s’agit
bien d’une forme rondo. Cette partie contient des caractères et tempi plus contrastés: il existe une opposition entre des thèmes
dansant et dynamiques - più animato (B1 ou B1’) joués à 132 = noire; et des thèmes lyriques et legato à 63 = noire (B2 ou B2’).
Les parties B1/B1’ comme B2/B2’ utilisent des matériaux communs: les premières mesures respectives contiennent presque les
mêmes intervalles. Le côté dansant est accentué par le 3/4 invitant à l’énergie et au dynamisme; et le côté lyrique, lui, par un 2/4 plus
lent.

- Dans la partie A’, ou la réexposition, nous retrouvons le thème de la partie A1 en la.

A.3. Matières théoriques à exploiter dans cette lecture en F4

Cette ouvre est très riche en points théoriques.

Nous pouvons, entre autres, exploiter les matières suivantes (liste non-exhaustive et personnelle):

- le changement de mouvement et de caractère (peut être amorcé par un travail d’audition: on ne connait pas l’oeuvre, on l’écoute;
qu’entend-t-on par rapport aux mouvements/tempi? Cela change-t-il, et comment? Que ressentons-nous? Et on met des mots
dessus qui peuvent être théorisés par les termes italiens par la suite)

- la couleur particulière de l’air slave dans son esthétique et son style + apport historique et origines

- le changement de mesure 2/4-3/4,

- le changement de tonalité, ou modulation,

- la transposition,

- une révision des rythmes binaires (saute, croche deux doubles,…),

- une révision des altérations (ici, à la note et non à l’armure),

- révision d’intervalles particuliers: quarte (début du morceau), secondes majeures-mineures, … N.B.: ce chant peut tout à fait devenir
un chant « référent » pour l’intervalle de quarte juste, par exemple.

- les nuances (+rallentando, ritardando, diminuendo…),

- les articulations et dynamiques (legati par deux, stacatti),

- le travail sur les changements de clés: clé de sol - clé de fa,

- la forme / structure de l’oeuvre

- le répertoire musical belge, et Albert Hallet en tant que compositeur et personne,

- l’apprentissage de la gestion du souffle et de la ligne mélodique

- l’interprétation au sens large du terme (lié au nuances, phrasés et dynamiques évoqués plus haut)

- le travail sur les tessitures liées aux clés. Il s’agirait d’un travail pratico-instrumental où les élèves apporteraient leur instrument en
classe, et le professeur expliquerait les différences de tessitures entre les clés de sol et de fa: un élève qui joue du violoncelle ou
même du basson joue les parties en clé de fa (à hauteur réelle donc) ; et un autre élève qui jouerait du violon pourrait jouer les parties
en clé de sol. Ainsi, nous jouerions les véritables tessitures telles qu’indiquées et nous entendrions les différences de hauteurs avec
notre voix qui octavie les parties de clé de fa.

- (la lecture d’une partition manuscrite et non composée digitalement)

1.B. La préparation de leçon

Date et heure de cours: /


Lieu : /
Maître de stage: /
Sujet de la leçon: lecture de l’« Air slave » d’Albert Hallet (< 24 leçons de solfège)
Niveau: F4
Durée du cours: 75’
Nombre d’élèves: /
Disposition spaciale: /

Pré-requis:
- Valeurs rythmiques suivantes: la blanche, noire, croche, noire pointée, croche deux doubles, croche pointée double, quatre doubles
(présents dans le chant, déjà acquis: rien n’est nouveau)
- Mesures 2/4 et 3/4.

Matériel:
- Tableau
- De quoi écrire
- Partition de l’Air slave d’Albert Hallet
- Un baffle sans fil

Objectifs:
A l’issue de la leçon, les élèves seront capables de:
- De lire et chanter l’Air slave d’Albert Hallet des mesures 21 à 39.

(!) Remarque: dans cette leçon, la chanson originale est la dictée. L’objectif, ici, est de s’approprier le chant sous différentes formes
(cfr plan détaillé de la leçon: mémorisation, canon, …) afin de pouvoir la retranscrire.
Structure du cours

Plan synthétique de la leçon

1. Accueil (5’)
2. Echauffement corporel (7’)
3. Echauffement vocal (5’)
4. Apprentissage du canon « Le chant des bergers » (12’)
5. Dictée du canon « Le chant des bergers », ses difficultés et ses remédiations (19’)
Pause de 5’, aération du local
6. Chant de l’air slave de Hallet (20’)

Plan détaillé de la leçon



Je prépare le local avant l’arrivée des élèves: un baffle sans fil est au milieu de la salle, j’installe un fond sonore d’ambiance de
campagne. On y entend des oiseaux, la nature, le vent. Les élèves sont accueilli sur ce fond sonore.

1. Accueil (5’)
Je salue et accueille les élèves dans le local et les invite à s’asseoir en cercle en centre de la classe. Le baffle est au milieu du cercle.

Position = assis

2. Echauffement corporel (7’)


Je commence par demander à chacun de fermer les yeux. L’échauffement corporel commence, et il est inspiré d’exercice de méditation
afin de préparer le corps en début de journée.
Je parle lentement, et d’une voix douce, propice au calme et à l’écoute des bruits de l’ambiance sonore.

- Fermez les yeux.


- A votre avis, où sommes-nous?
Les élèves répondent que nous nous trouvons dans la nature, dans une forêt, dans un champs, dans la campagne. Peu importe tant qu’il
sait d’un milieu naturel pouvant accueillir du vent et des oiseaux.
- Levez-vous.
Les élèves se mettent debouts.
- Concentrez-vous sur l’appui de vos pieds au sol de votre poids sur celui-ci. Vous sentez la pesanteur sous vos pieds, vous êtes dans
la nature. (Ancrage au sol: préparation physique au chant)
- Imaginez des racines partant de chacun de vos pieds et allant s’enfoncer dans le sol (Ancrage au sol: préparation physique au chant)
- Inspirez profondément par le nez. A l’inspiration, imaginez toute l’énergie que vous recevez grâce à vos racines. (Préparation du
souffle pour la voix)
- Expirez doucement par la bouche. A l’expiration, utilisez cette énergie pour étendre encore davantage votre réseau de racines et sentir
vous enfoncer dans le sol. Vous êtes vivants. (Préparation du souffle pour la voix)
- Imaginez que vous êtes un arbre. Un arbre enraciné dans ce sol. Laissez les branches de votre arbre se déployer en tendant les bras
vers le haut, puis ramener tout doucement ceux-ci le long de votre corps. Et ainsi de suite, plusieurs fois. Essayez de ne pas vous
mettre sur la pointe des pieds lorsque vous tendez les bras vers le haut… au contraire sentez-vous encore plus vous enfoncer dans
vos racines. (Etirements et préparation corporelle)
- Très doucement penchez votre tête de gauche à droite comme si une légère brise caressait votre arbre. Prenez pleinement
conscience de chaque millimètre de mouvement lent que vous effectuez. (Etirements et préparation corporelle)
- Penchez vous légèrement en avant et sentez le centre de gravité de votre arbre changer, testez, oscillez en arrière… sur le côté.
Sentez la pesanteur changer sous le poids de votre corps qui ne fait qu’un avec le sol grâce à vos racines. Ensuite, stabilisez-sou
lorsque que vous sentez votre point de gravité arriver à son équilibre. Prenez conscience que vous ne tombez plus et que vous êtes
en parfait alignement avec vos racines. (Ajustement et travail de la posture du chanteur)
- Ouvrez maintenant les yeux en gardant la conscience de votre arbre.

Socles de compétences travaillés: autonomie, créativité.

3. Echauffement vocal (5’)


Position = toujours debouts.
Ecoute de la chanson « Chant des bergers »

A présent, je leur demanderai d’écouter attentivement la mélodie qui va suivre. Il s’agit de la mélodie du « Chant des bergers » que j’ai
mis en parole. Voir en annexe.
La mélodie enregistrée est jouée sur le fond de bruit de nature de l’échauffement afin de faire la transition.

Je leur demanderai:
- Quel instrument joue ici? Est-ce le même que la semaine passée? La semaine précédente, j’ai fait écouter le début de l’air slave par
une flûte. Aujourd’hui, le chant des bergers (qui reprend le thème de la mesure 21 de l’air slave) est joué au violon.
- Rechantons ce que nous entendons sur « lou ».
- Chacun à notre tour nous chantons la première partie de phrase, pour nous l’approprier. Nous nous la « passons » chacun à notre tour
en faisant signe de nous donner quelque chose de la main, ici = la partie de mélodie.
L’apprentissage du canon peut alors débuter.

Socles de compétences travaillés: int.artistique, autonomie.

4. Apprentissage du canon « Le chant des bergers » (12’)


La pratique du canon se prête très bien dans ce chant que j’ai réalisé, car même si la deuxième phrase est en fa Majeur et nn en ré
mineur, elle comporte des notes de l’accord de ré mineur ne provoquant aucunes dissonances! Le canon se prête donc très bien, pour
toutes les entrées proposées. Le rendu, testé à l’avance est très mélodieux.

Ensuite, la chanson et la mélodie présente dans réchauffement sont directement dans le caractère, le tempo et le style de l’air slave.

Etapes d’apprentissage du chant

Le professeur Les élèves


Je fais écouter la première partie de la phrase jouée par le violon Les élèves chantent à leur tour le morceau de phrase sur « lou »
Je chante toute la mélodie phrase par phrase, toujours sur Les élèves la chantent en me suivant
« lou » (=transition du violon à ma voix)
Je chante la mélodie d’un bout à l’autre, toujours sur « lou » Les élèves la chantent en me suivant
Je leur demande de chanter exactement la même chose en Les élèves chantent la mélodie sur « lou » en tapotant
trouvant eux-mêmes la pulsation en tendant la main devant eux, délicatement la pulsation sur une de leur main
et tapotant de l’autre main cette pulsation
Je leur demande de chanter exactement la même chose en Les élèves chantent la mélodie sur « lou » frappant la pulsation
frappant la pulsation des jambes. des jambes.
Je chante la mélodie « Le chant des bergers », phrase par phrase Les élèves me suivent sur les paroles, phrase par phrase
Je consolide la mémorisation en débutant la phrase (puis Les élèves terminent la phrase (puis l’inverse)
l’inverse)

Une fois le chant des bergers assimilé, sans dire mot, je procède au canon. Je leur dirai simplement de bien être attentifs aux entrées
données par mes mains.

Socles de compétences travaillés: maîtrise technique, autonomie.

Etapes d’apprentissage: introduction du canon

Le professeur Les élèves


Je leur donne le départ du chant, toujours sur une pulsation des Les élèves chantent le chant des bergers avec les paroles en
jambes. Seule consigne: chanter en boucle la chanson. boucle
Pendant que ceux-ci chantent, je débute le chant sur l’entrée n.3 Les élèves chantent le chant des bergers normalement, et toujours
(voir partition en annexe). en boucle.
Pendant que ceux-ci chantent, je varie cette fois mes entrées en Les élèves chantent le chant des bergers normalement, et toujours
entrant tantôt sur 2, 3 et 4. en boucle.

Une fois l’exercice terminé, je leur demande ce qu’il s’est produit. Il me répondent qu’il s’agit d’un canon, d’une polyphonie. S’ils ne
peuvent pas me répondre, je leur expliquerai la chose.

Etapes d’apprentissage: chant en canon

Le professeur Les élèves


Je divise d’abord le groupe en deux. Chaque groupe débute en Le groupe 2 démarre à mon signal sur l’entrée n.3 du premier
canon, et je dirigerai ce canon. Le groupe 1 débute à mon signal groupe.
Je divise ensuite le groupe en trois. Chaque groupe débute en Le groupe 2 démarre à mon signal sur l’entrée n.2 du premier
canon, et je dirigerai ce canon. Le groupe 1 débute à mon signal. groupe. Le groupe 3 démarre sur l’entrée n.3 du premier groupe.
Même exercice à 4 voix égales. Chaque groupe démarre à deux mesures d’intervalle.
Même exercice à 4 voix égales, et je demande aux élèves de Chaque groupe démarre à deux mesures d’intervalle et tend
s’écouter les uns les autres et d’entendre la polyphonie qui s’en l’oreille vers les autres groupes.
dégage.

Une fois le canon terminé, je leur demande de s’asseoir à leur place et de prendre une feuille à portées.

Socles de compétences travaillés: maîtrise technique, int.artistique., autonomie.

5. Dictée du canon « Le chant des bergers », ses difficultés et ses remédiations (19’)

Position = assis.
J’écrirai au tableau une clé de sol, une armure sans altérations, la mesure 2/4 ainsi que la première note: ré.
Enfin, dans le coin supérieur droit, j’écrirai les cinq notes sur une portée en guise de mémo: ré, mi, fa, sol, la.
La dictée du « Chant des bergers » peut débuter.
Etapes d’apprentissage: dictée
Plan synthétique:

1. Chant ensemble sur ré-mi-fa-sol-la + gestes


2. Trouver ensemble les notes de la mélodie
3. Chant ensemble sur le nom des notes + gestes
4. Trouver les barres de pulsation
5. Trouver ensemble les rythmes
6. Chant de synthèse des notes et leurs rythmes.

Plan détaillé:

1. Chant ensemble sur ré-mi-fa-sol-la (+ gestes)


Je les fait « voyager » sur re-mi-fa-sol-la sans rythme. Ma main les dirige. Pour débuter ce voyage sur les notes, je ne donne que le ré
par ma voix.
Une fois que l’aspect montant et descendant est acquis de ré à la; et de la à ré; je continue par m’arrêter sur certaines notes plus
longuement toujours en restant conjoint dans mes mouvements de main. Les élèves sont invités à faire les gestes pour cette partie. 

Enfin, pour clore l’exercice, je « tourne » autour du fa en m’arrêtant sur lui. Je le fais s’installer dans l’oreille des enfants pour que ce fa
devienne note principale. J’effectue alors le saut de tierce ré-fa, qui introduit le début du chant, sans le leur dire.

2. Trouver ensemble les notes de la mélodie


Nous rechantons ensemble une fois toute la chanson. Ensuite nous chanterons sur « lou » uniquement les notes que nous tenterons de
trouver. A l’aide du mémo « ré-mi-fa-sol-la », nous corrigerons les éventuelles erreurs; et ainsi de suite pour toute la dictée.
(Nous avons également vu au cours de méthodologie qu’il valait mieux commencer par trouver les notes avant les rythmes! ;))

3. Chant ensemble sur le nom des notes (+ gestes)


Une fois les notes trouvées ensemble, nous rechantons toute la chanson sur le nom des notes.
Une fois la chanson rechantée d’un bout à l’autre sur le nom des notes, nous rechanterons avec les gestes.

4. Trouver les barres de pulsation


Ensuite, je demande à un élève de venir au tableau et d’indiquer les barres de pulsation lui-même. A cet effet, nous chanterons le chant
phrase par phrase avec la classe entière pour que l’élève le fasse physiquement avant de l’écrire seul.
Pour la deuxième phrase en revanche, la classe ne chantera pas et l’élève sera amené à déduire et établir un lien entre les deux
phrases dont les rythmes sont sensiblement les mêmes.

5. Trouver ensemble les rythmes


Temps par temps, nous tenterons de trouver la valeur rythmique correspondante. Nous compterons le nombre de notes par pulsation et
établirons des liens avec les acquis des élèves.

6. Chant de synthèse des notes et leurs rythmes


Enfin, pour clore la dictée, nous chanterons le chant d’un bout à l’autre sur le nom des notes et la pulsation. (Pourquoi ne pas le dire sur
le nom des rythmes si le travail a été amorcé avec le professeur. Dépend de la classe, et du travail effectué en amont par l’enseignant.
Je ne suis pas spécialement partisan de nommer les rythmes en chantant, mais cela pourrait tout à fait constituer une manière différente
de s’approprier le chant de manière écrite).

La partition du canon est distribuée. Nous rechanterons le chant avec les paroles en regardant la feuille.

Socles de compétences travaillés: maîtrise technique, int.artistique., autonomie.

Pause de 5’ et aération du local.

Je fais ce choix de marquer une pause. La matière dense (chant, canon, et dictée) demandant une grand disponibilité et concentration,
les élève sont besoin de s’aérer après cet effort. Ils seront après plus disponibles et concentrés plutôt qu’en enchaînent une période et
demie complète. C’est un choix totalement personnel.

6. Chant de l’air slave de Hallet (20’)

Après la pause, nous nous plongerons dans l’air slave avec la partition. Je leur demanderai:
- Qu’est-ce qu’un air slave? Que signifie le mot « slave »? C’est un air issu de pays situés dans l’Europe de l’est. En classe, nous
tenterons d’établir une liste des pays de l’est qu’ils ont dans la tête par une mise en commun; pour comprendre ce que le titre nous
raconte. Voici la liste des pays de l’est dans l’ordre alphabétique:

Biélorussie
Bulgarie
Estonie
Hongrie
Lettonie
Lituanie
Moldavie
Pologne
Roumanie
Russie
Slovaquie
Tchéquie
Ukraine

Enfin, je leur demanderai de prendre la partition de l’air slave entamée au dernier cours, en rechantant le début. Enfin, nous aborderons
la nouvelle partie du chant: des mesures 21 à 39.

1. Nous enchainerons la lecture une première fois.


2. J’identifierai les passages à clarifier et les isolerai lentement (d’abord dire le nom des notes en rythmes, puis chanter les notes sans
rythme en respectant l’intonation,

Pour cette partie, voici les 2 difficultés de lecture, de rythme et d’intonation; les raisons probables de ces difficultés et les propositions de
remédiations:
Difficulté d’ordre… Raison(s) probable(s) Proposition de remédiation(s)
Lecture: mesure 28 Clé de fa + lecture de notes aigues dans - Les sons sont conjoints, se suivent.
cette clé Nous venons de chanter la mesure
précédente que nous connaissant grâce
à la chanson des bergers, nous avons
donc la note de départ pour pouvoir lire
facilement (et conjointement) la mesure
28 qui continue ce que nous avions
appris.

- Quelle est la note le plus aigue dans


cette mesure? Le ré. Nous pouvons
penser que la mélodie « conduit » vers
cette note aigue qui est notre but; et
avec uniquement des notes qui se
suivent.
Lecture: mesure 30 Rapidité rythmique + saut de tierce - Nous pouvons remarquer que nous
débutons sur un sol et terminons
également sur un sol; à nouveau ici en
sons conjoints. Pensons à descendre
vers le mi puis remonter sur ce sol qui
notre point de départ et d’arrivée.

- Analysons l’intervalle entre le sol et le si,


duquel s’agit-il? Nous chantons sol la si
(que je dessinerai au tableau) en suivant
ma main. Puis je m’arrêterai sur le si
pour qu’il devienne note principale. Une
fois le si dans l’oreille, j’effectuerai le
saut de tierce.

- Enfin, j’enchaine les deux valeurs


rythmiques à la lumière des exercices
effectués.
Rythmique: mesure 35 Rythme croche deux doubles - J’effectue un lien avec la chanson des
bergers et leur demande s’il existe une
similitude. Une fois le lien établi, nous
rechantons la chanson des bergers en se
focaliser sur le rythme croche deux
doubles puis nous effectuerons le
parallèle avec la mesure 35.

- Je fonctionne par étape, d’abord nous


disons le rythme sur « pam ». Puis nous
le frappons dans les mains. Ensuite,
nous y ajouterons le nous des notes en
rythme; pour enfin ajouter l’intonation.
Rythmique: mesure 36-37 Note tenue - Ecrire les barres de pulsations soi-même
et comparer avec son voisin (+ mise en
commun avec la classe)

- Tout d’abord, nous enlèverons de


manière fictive la liaison et dirons la note
initialement tenue (le tout sera écrit au
tableau pour que tout le monde le fasse.

- Une fois l’exercice réalisé, nous dirons la


note initialement tenue un peu moins
fort. Ensuite, nous la dirons la tête et la
remplacerons par exemple par un geste
(un clap muet dans la main, une main sur
la poitrine, …). Puis sans le geste pour
vraiment respecter la valeur longue de la
note tenue.
Intonatif: mesure 28 Si do dièse ré (les élèves chanteront do - Demander à la classe la tonique de la
bécarre) mesure 29. C’est ré = OK.

- A présent, j’écrirai la gamme de ré au


tableau que nous chanterons. En
démarrant sur la tonique, les élève
scanderont plus naturellement le do
dièse amené par la gamme.

- Si la difficulté persiste, j’écrira la même


gamme avec do bécarre et leur montrant
ce qu’ils viennent de chanter. Un élève
peut aller vérifier au piano. Nous
comparons et chantons les deux
gammes différentes.

- Je peux également jouer des accords de


V-I en ré mineur au piano afin que les
élèves sentent la tension de la
dominante (contenant la sensible) vers la
tonique.

- Pour illustrer le propos, je m’aide de la


phonomimie.

Intonatif: mesure 32-33 Changement de clé + de hauteur + saut de - J’écrirai au tableau la gamme de ré
quarte mineur en entier.

- Nous la chantons tous ensemble.

- Je prépare le saut de tierce et le saut de


quarte en faisant devenir note principale
le la et le ré aigu. Une fois ces notes
dans l’oreille, j’installe d’abord le saut de
tierce qui ne supprime qu’une note. Puis
je termine avec la quarte.

- Enfin, j’attirerai leur attention sur la


nature de l’accord ré-fa-la-ré. Il s’agit
d’un arpège décomposé (ou d’une
accord parfait mineur avec son octave
supérieure s’ils n’ont pas encore vu les
arpèges).

- Ensemble, avec le piano, nous chantons


tous ensemble l’arpège de ré mineur.

- Enfin, nous terminons par chanter


lesdites mesures avec l’arpège et la
gamme de ré mineur dans l’oreille.

Ne pas oublier:
- le timing: OK
- Le plan: OK
- Les socles: OK

Fin de la leçon, nous rechantons une dernière fois le Ballet du début jusqu’à la mesure 39.

Consigne: pour la leçon prochaine, les élèves auront comme consigne au journal de classe d’apporter une photo, quelle qu’elle soit, qui
illustre pour eux l’air slave entamé. Cela peut représenter un lieu, un sentiment, un parfum, une photo d’un lieu de vacances. Ensuite,
nous choisirons des photos au hasard au cours suivant o les élèves expliqueront pourquoi ils ont choisi cette photo en particulier.

***
2. QUESTION DE REFLEXION
Citation:

« La passion reste en suspens dans le monde, prête à traverser les gens qui veulent bien se laisser traverser
par elle »
par Marguerite DURAS.

J
’ai choisi cette citation d’un autrice que j’aime énormément, Marguerite Duras. Ses livres qui m’ont certainement marqués le
plus sont « La douleur », « L’amour », « L’amant » et « L’homme assis au milieu du couloir ». Elle nous plonge toujours dans
des histoires suggérées, parfois intemporelle où toute l’imagination a sa place. Sa plume est unique et personnelle, et rend
son écriture très caractéristique et humaine.

Dans une interview, elle introduit cette citation qui a beaucoup résonné en moi.

Dans notre métier pédagogue, je pense qu’il est primordial d’enseigner le goût, l’amour et la passion de la musique. Qui d’autre que
nous pourra le susciter si leur milieu n’est pas dans le monde de la musique? Notre place occupe un rôle de choix dans leur évolution
artistique, spirituelle et humaine. Notre musique reflète qui nous sommes, au même titre que l’écriture, la peinture, la cuisine, la mode,
l’architecture, nos aspirations ou encore nos choix… J’en passe!

Enseigner est une chose. Le faire avec ferveur et passion en est une autre. Je pense très sincèrement que nous gardons en tête ces
professeurs passionnés (de quelque domaine qui soit) qui on marqué notre mémoire… Ceux qui ont rendu leur cours passionnant et
dont nous nous rappelons aujourd’hui. Je voudrais faire partie de ces profs-là.

Je pars du principe que les enfants sont à la base tous réceptifs, mais parfois aiment moins la musique classique par méconnaissance
ou parce qu’ils la connaissent mal. Si nous trouvons des points de matières qui nous touchent, nous en parlerons d’une autre manière
et aurons plus de chance de les captiver.

Pour moi, dans cette citation, «  les gens qui veulent bien se laisser traverser par elle  » sont ces fameux jeunes (ou moins jeunes)
musiciens en face nous, en classe. Ils sont pour nous une réelle chance et opportunité de susciter cette passion; et à toutes les
échelles. Un petit intérêt chez un élève est déjà une grande victoire chez l’enseignant. Même si ceux-ci ne poursuivront potentiellement
plus la musique après le cursus académique; les points de matière, oeuvres, sujets qui les ont marqués feront partie intégrante de leur
culture. A mes yeux, la culture musicale classique est d’une richesse spirituelle incommensurable. La musique a baigné l’Histoire de
l’être humain depuis des milliers d’années. L’Homme a vécu dans la musique depuis nos lointains ancêtres et ce n’est pas pour rien
que son héritage est si vaste à l’heure actuelle. Nous recevons chaque jour le patrimoine de milliers d’année d’amour, de recherche de
la musique… et trouve cela littéralement merveilleux de l’enseigner.

A mes yeux, notre devoir est de transmettre cet amour de la musique comme tous les êtres humains l’ont fait jusqu’à aujourd’hui; car
c’est nous -les musiciens passionnés- qui la faisons exister et vivre, et perdurer chaque jour.
Le chant des bergers
Canon
Score created à quatre
with entrées
the free pourof
version voix égales
Flat - https://flat.io
(Hallet - « Air slave »)
Paroles: NAVAS HALLET / NAVAS
= 72
1
2
Violon

Dans les gran - des mon - ta - gnes - en - nei - gées,

3 4

En - tend le doux chant des ber - gers!

Chanter très legato en respectant les respirations indiquées.


Chanter en boucle la mélodie et écouter la polyphonie engendrée par le canon. S'écouter, mais écouter les autres.

Vous aimerez peut-être aussi