Vous êtes sur la page 1sur 7

Nom, prénom : Navas-Hernandez Kévin

Classe : MD1 (Formation musicale), Conservatoire royal de Liège


Cours : Méthodologie spécifique

GRILLE D’OBSERVATIONS N°1


Stage d’observation n°1 : Académie de Woluwe-Saint-Lambert

I. GÉNÉRALITÉS

• Cours : Cours de Rythmique Jacques Dalcroze 5-6 ans, collectif


• Lieu, date et heure : Académie de musique de Woluwe-Saint-Lambert (Local S02),
le 26/10/19 de 13h20 à 15h00.
• Professeur : Alexandra IOVLEFF
• Etudiant(s) et niveau(x) : 8 élèves
• Période : 2x50’ (Deuxième période)
• Sujet et matières de la leçon : jeu au triangle en pulsation + sauts sur le rythme
« deux croches, noires » en pulsation

II. PLAN DE LA LECON

• Objectifs(s) généraux et spécifique du cours : A l’issue de la leçon, les élèves du


cours de rythmique seront capables de:
- frapper en rythme au triangle sur les troisième et quatrième temps d’une mesure
en 4/4.
- faire des sauts sur le rythmes « deux croches, noires »

• Le milieu d’apprentissage et sa disposition spaciale : les élèves sont mobiles tout


au long de la leçon. Ils changent de place selon les exercices. Pour la plupart des
exercices, les élèves se placent en cercle pour se voir les uns les autres. Le
professeur est également mobile et se déplace entre le piano et le centre du cerclé
formé par les élèves.
x
x x x
piano élèves
x x
x x
professeur

• Le matériel pédagogique utilisé : des pantoufles de gymnastique (professeur), des


triangles, des blocs de puzzle en mousse, des balles de tennis, des crayons de
couleur, un piano.
• Plan synthétique de la leçon :

› L’accueil : le professeur aère le local avant de fermer la porte. La deuxième


période s’enchaîne à la deuxième, mais la séance du goûter fait office de « pause »
et de deuxième phase d’accueil pour la leçon.

› L’introduction et l’échauffement : le professeur demande à chacun de ranger


son goûter pour passer à la leçon. Elle demande à tout le monde de se placer en
cercle et commence à chanter la chanson du « Little train » en Anglais. Pas de réel
échauffement vocal car les élèves enchaînent une deuxième période.

› Le cours : le professeur propose aux enfant de découvrir le triangle et de frapper


des troisièmes et quatrièmes temps d’une mesure. Elle leur propose ensuite un jeu
de saut sur des dalles de mousses où ils sautent sur le rythmes « deux croches,
noires ». Elle termine par une séance dessin.

› Conclusion : le professeur termine sa leçon par remercier les élèves et leur


demander de ranger le matériel. Les parents sont entrés à l’avance dans la salle de
cours, et le professeur leur souhaite d’agréables vacances.

• La description détaillée du cours :


❖ Accueil :
Le professeur aère le local avant de fermer la porte. La deuxième période s’enchaîne
à la deuxième, mais la séance du goûter fait office de « pause » et de deuxième
phase d’accueil pour la leçon. Chaque élèves est à nouveau emmené aux toilettes,
dû à leur jeune âge.
Socles développés: 1. Autonomie: les élèves vont éventuellement eux-mêmes aux
toilettes, rangent leurs affaires dans leur sac.

Durée : +/- 5’
❖ Introduction :

le professeur demande à chacun de ranger son goûter pour passer à la leçon. Elle
demande à tout le monde de se placer en cercle et commence à chanter la chanson
du « Little train » en Anglais. Pas de réel échauffement vocal car les élèves
enchaînent une deuxième période.

Socles développés: 1. Intelligence artistique: les élèves sont amenés à chanter avec
le professeur sans support visuel ni gestes de la part du professeur. Ils apprennent
une nouvelle mélodie et ce, en Anglais.

Durée : +/- 3’
❖ Le déroulement du cours :

• Jeu de triangle sur les 3ème et 4ème temps d’une mesure: Le professeur
chante, et ne s’interrompt jamais dans la chanson. Tout en chantant, elle prends
dans l’armoire des triangle et les distribue à chacun en pulsation. Après quelques
répétitions, les élèves commencent à fredonner la chanson. Sur chaque temps de
la mesure de la chanson, les élèves frappent sur le triangle en pulsation. Le
professeur se met au piano et poursuit la chanson en s’accompagnant au piano.
Elle fait alterner les temps battus par le triangle avec des mesures de silences où
les élèves doivent se taire. Certains élèves frappent sur tous les temps tout en
s’amusant, et le bruit du triangle sature très vite les oreilles de chacun…
• Découverte du rythme « deux croches noires » par le saut: le professeur sort
de l’armoire des grandes dalles en mousse carrées. En forme de Puzzle, ces
pièces s’accrochent les unes aux autres. Le professeur leur demande de les
assembler par trois en formant une ligne de trois pièces horizontale. 

Tout le monde dépose par terre sa ligne de trois pièces accrochées les unes aux
autres et se place devant. 

Sur le rythme « deux croches noire », chacun doit marcher en rythme sur les trois
dalles. Tous les élèves s’exécutent et découvrent ce rythme par eux-même, seuls,
devant ce tapis de trois dalle. Tout le monde semble amusé, et se prête au jeu. La
classe se montre un peu bruyante à la fin de l’exercice.
• Séance de relaxation et rangement du matériel: le professeur, voyant que la
classe se montre bruyant, arrête la musique. Elle demande à tous de se coucher
sur les dalles. Elle éteint la lumière et joue une musique douce et relaxante. Tout le
monde se tait. 

Un élève désigné se lève et touche la tête d’un élève au hasard. Chaque élève
dont la tête est touchée doit démonte ses pièces de mousses et les ranger en
silence en pile près de l’armoire, tout en marchant en pulsation sur la musique.
• Séance de dessin: chacun dessine pendant 5 minutes son dessin préféré pendant
que le professeur joue une musique. Lorsque la musique se termine, les enfants
doivent ranger les crayons dans la boite à coloriage dans le silence. Le professeur
joue environs trois à quatre petites pièces de piano courtes.
Socles développés: 1. Autonomie: l’élève joue tout, parfois pour la première fois sur
un triangle. Il est amené à le faire seul et frapper les bons temps sur
l’accompagnement au piano. Il saute sur le rythme « deux croches, noire » sur les
dalles de mousses sans que le professeur ne soir à côté et se crée sa propre
expérience seul. Enfin, ils assemble eux-même les trois dalles en puzzle pour se
constituer leur propre tapis 2. Intelligence artistique: l’élève est amené à sauter sur
les dalles de mousses de propre gré sans véritable consigne. Porté par la musique, il
en « déduit » le rythme « deux croches, noires » et saute de manière spontanée sur
ce rythme. 3. Créativité: l’enfant saute sur les dalle de la manière la plus spontanée
possible sans consigne. Il peut sauter à un seul pieds, pieds joins et se laisse
véritablement porter par la musique. Il dessine également un dessin en fin de
séance. 4. Maîtrise technique: l’enfant maîtrise un instrument de percussion (chacun
à son échelle) tel que le triangle et apprend en même temps à frapper certains temps
de la mesure. Il peut sauter en rythme sur le rythme « deux croches, noire ».

Durée : +/- 38’


❖ Conclusion :
Les élèves ne semblent pas vouloir ranger le matériel, c’est pourquoi le professeur le
fait à leur place. Les parents font irruption dans la pièce et demandent si le cours est
terminé. 

Les élèves saluent le professeur (pour certains par un bisou, pour d’autres un sage
de la main) et tout le monde se souhaite de bonnes vacances.
Durée : +/- 4’

III. PEDAGOGIE - METHODOLOGIE


Le professeur reste très calme, et serein par rapport à la classe. Utilisant la méthode
Jacques Dalcroze, elle privilégie l’aspect corporel et l’occupation de l’espace par
l’enfant dans sa pédagogie. Cette manière de donner cours est extrêmement
inspirante pour le cours de formation musicale, car le passage par le corps est
intimement lié à la bonne compréhension de la musique; et son ressenti.
Cette méthodologie s’axe principalement sur la sensation du rythme, même si ce
dernier est finalement assemblé à la mélodie pour former une seule entité.
Rythmique et mélodie ne forment qu’un et sont finalement indissociables pour que la
musique s’exprime par le corps.
Le professeur laisse chaque élève s’exprimer corporellement, mais laisse aussi
parfois ajouter des mouvements qui participent à la musique; accompagnent le geste
musical. Elle les accompagne, les guide dans une recherche qui est finalement très
personnelle. Tant que l’élève arrive à discerner les temps et la pulsation, il ne
commet jamais de « mauvais » geste ; autrement dit il n’y a pas de mauvaise
réponse. Chacun ressent la musique à sa manière, et le professeur les aide à
concrétiser la forme de la musique qu’il essaie d’exprimer. L’enfant développe une
véritable conscience de l’agonie musicale de manière totalement libre et à travers
son propre corps.
Le professeur initie également à un instrument de percussion, ce qui augmente de
manière significative leur autonomie. Ils se sentent soudainement tels de grands
chefs d’orchestres et mettent du coeur à reproduire l’exercice correctement.
Enfin, je dirais que la pédagogie s’articule autour de la recherche personnelle de
chacun. Chacun expérimente, testées gestes dans le cadre de l’exercice. La
correction se fait très rarement par l’intervention du professeur, l’élève observe
énormément les autres et se corrige par imitation, par l’effet de groupe.
IV. GESTION DU GROUPE
Le cours est collectif du début jusqu’à la fin, aucun élève n’était mis sur le côté.
Chacun était sollicité, et toujours au sein du groupe. Aucune intervention seule n’a
véritablement eu lieu de la part d’un individu en particulier.
L’élève fait partie intégrante du groupe, et il existe a travers ce dernier. Il y évolue à
sa manière, et son propre espace.
Les élève jouent et réalisent l’intégralité des exercices ensemble, ce qui implique que
le cours est complètement collectif. Le groupe est amené à se déplacer souvent:
cercle, debout, eu file indienne devant l’armoire à instruments, et en circulation libre.

V. COMPORTEMENT DES ELEVES


La leçon s’est déroulée de manière ludique, et dans une bonne atmosphère. Chaque
élève avant élève avait le sourire et passait un agréable cours. Chaque élève s’est
impliqué dans la leçon et s’amusait de voir ses amis en faire autant: c’était très
convivial. Ils intervenaient très régulièrement et donnaient régulièrement des idées
d’autres activités au professeur. Chacun est libre de s’exprimer oralement, et
corporellement à ce cours et toutes les remarques sont les bienvenues.
Le professeur a su guider le groupe à travers ses exercices malgré le bruit, les
bavardages dans cette deuxième période. Les bavardages ont été rarement
soulevés, pour ainsi dire jamais et les élèves se sont exprimés de manière
totalement libres du début à la fin. La gestion du calme et du silence n’avaient pas
réellement de place, le bruit et les bavardages étaient omniprésents. Aucun élève n’a
cependant présenté de rébellion particulière et chacun a passé un cours agréable.

VI. RÉFLEXIONS ET APPORTS PERSONNELS


• Mon ressenti général à l’issue de la leçon: j’ai ressenti une atmosphère très
conviviale et agréable tout au long de la leçon tant de la part du professeur que des
élèves. L’ambiance générale du cours s’est voulu très moderne, ludique et en
constante demande de l’attention de l’enfant; ce qui représente un élément
indispensable pour ces tranches d’âges, entre autres. Cependant, j’ai été très
intrigué par certaines activités choisies par le professeur, et me suis réellement
posé la question du rôle réel et de leur place dans le cours. Enfin, le comportement
de certains parents m’a véritablement choqué.

• Avis personnel concernant la leçon:


- Je remarque que chaque professeur possède sa propre pédagogie et manière de
gérer un cours. Il possède aussi sa propre personnalité et manière de réagir face
aux évènements. Je ne pose aucun jugement sur ce que j’ai pu observer
aujourd’hui, mais prends conscience qu’ils existe autant de manière de donner
cours que d’individus dans le monde de l’enseignement. Le tout est d’en tirer un
maximum d’éléments que nous juger interessants de développer pour autant qu’ils
aient un sens pédagogique à nos yeux.
• Quelques pistes en tant que futur professeur de formation musical:
- En toute honnêteté, je retire beaucoup de bonnes choses de ces observations.
1. La capacité permanente du caractère collectif de la leçon via la méthode Jacques
Dalcroze.
2. Cette conscientisation exacerbée du corps dans la musique et dans l’espace
3. L’évolution personnelle de l’élève dans sa manière intuitive à se gérer; et
comprendre les choses, la matière musicale dans le non-dit et dans
l’expérimentation.
4. La correction, et l’évolution par le groupe
5. L’absence d’erreurs, de mauvais geste, mais une « redirection », un
accompagnement vers une autre voie suggérée par le professeur s’il intervient.
6. Cette manière unique et ludique d’apprendre la musique autrement.
7. L’utilisation de l’objet matérialisant la musique sans que celui-ci ne soit
obligatoirement un instrument
8. Le corps est musique, et la musique fait corps avec l’élève.

- Sans poser de jugements ni adresser de critiques j’aurais mené les points suivants
autrement, en tant que futur professeur de formation musicale:
1. Demander davantage de calme: si le bruit est tel que la consigne ne peut être
entendue, alors le bavardage nuit à la bonne réalisation du cours. Sans hausser le
ton, de manière douce et ludique, j’aurais demandé le silence. (ex: imiter les goute
de pluies en frappant les doigts d’une main dans l’autre main, et lorsque que les
gouttes de pluies cessent, ont ne doit plus rien entendre. Ex 2 : jouer une courte
mélodie spécifique qui demande le silence sur notre et demander aux élèves de la
chanter. Ex 3: c’est Halloween en cette période, faire imiter les petits le cri du
hibou. Ensuite, ce hibou est fatigué, il s’endort et son cri s’atténue jusqu’à ne plus
rien entendre… Il ne faut plus le réveiller… Bref, il existe pleins de manières
ludiques d’obtenir le silence de manière douce et calme!)
2. Participer à l’évolution personnelle de l’enfant: si l’enfant découvre par lui-même
un rythme au sautant, et que celui-ci réalise mal l’exercice; nous pouvons -toujours
sans rien lui dire- faire le on geste à côté à de lui. De cette manière, il évolue
toujours dans l’imitation, mais accompagné. Car l’enfant ne regarde pas toujours
les élèves qui réalisent le mieux l’exercice! En d’autres termines, encadrer
davantage son évolution personnelle tout en le laissant libre.
3. Choisir des activités qui restent en rapport avec la musique: dessiner ou faire une
simple sieste manquent -à mes yeux- de sens pédagogiques dans une académie.
Pourquoi ne pas demander au élèves de se mettre en groupe; et de dessiner
simplement ce que la musique leur inspire lorsque nous jouons au piano? Ou
pourquoi ne pas ranger les instruments ou le matériel en pulsation, puisque la
méthode Dalcroze préconise l’apprentissage de la rythmique? Je pense qu’il est
plus facile que l’on ne le pense de faire des liens étroits avec la musique dans
l’ensemble des activités.
4. Être davantage respectés en tant que pédagogues par les parents: j’ai été
véritablement sidéré de voir entrer des parents pendant le cours -sans frapper à la
porte de surcroît- pour demander si c’était je cite « bientôt fini »… Le cours est un
moment privilégié où les élèves viennent se déconnecter pour apprendre la
musique dans les meilleures conditions. Je ne me sens personnellement pas
respecté lorsque les parents font irruption dans le local sept minutes avant le cours
pour savoir s’il peuvent déjà reprendre l’enfant. Tout en restant poli et
professionnel, j’aurais rappelé que l’heure de cours était quelques minutes plus
tard et que les enfant sortiront du local à l’heure précise de fin comme indiqué sur
les brochures d’horaires distribuées au début de l’année. Les parents devraient
également attendre à l’extérieur du local.
5. Mettre des mots sur la matière abordée: malgré l’apprentissage via la sensation
corporelle, j’aurais personnellement mis des mots sur le rythmes précis vu en
classe; plutôt que de simplement le ressentir sans ne rien dire et passer à
l’exercice suivant. Une simple phrase comme « nous venons d’apprendre « deux
croches, noires » ou encore prononcer le rythme en même temps que le geste
prends plus de sens à mes yeux. L’enfant ne sachant pas nommer ce qu’il vient
d’expérimenter aura davantage tendance à oublier la matière découverte s’il ne
sait pas de quoi il s’agit.

Vous aimerez peut-être aussi