Vous êtes sur la page 1sur 7

Nom, prénom : Navas-Hernandez Kévin

Classe : MD1 (Formation musicale), Conservatoire royal de Liège


Cours : Méthodologie spécifique

GRILLE D’OBSERVATIONS N°8


Académie de CHÊNEE

I. GÉNÉRALITÉS

• Cours : Cours de Formation musicale (F3)


• Lieu, date et heure : Académie de musique de Chênée, le 26/11/19 de 16:10 à
17h00.
• Professeur : Dominique LOREA
• Etudiant(s) et niveau(x) : F3, 5 élèves (1 absent) + (F1, F4 2x50’ observés ce jour-
là)
• Période : 1ère (4 au total)

II. PLAN DE LA LECON

• Objectifs(s) généraux et spécifique du cours : à l’issue de la leçon, les élèves


seront capables de:
- composer une « invention rythmique » à domicile seuls
- frapper des rythmes au choix sur le corps (body-clapping libre)
- chanter de manière juste les notes fa, sol et la à travers la phonomimie
- chanter la leçon en clé de fa 6B (K. De Wolf)
- identifier la tonalité de fa Majeur par son armure
- chanter la leçon 13C (K. De Wolf)

• Le milieu d’apprentissage et sa disposition spaciale :

x tableau
piano _________________

_ _
_ ___________ _ bancs et élèves
_ _
__________________________________

• Le matériel pédagogique utilisé : le cours de formation musicale, un tableau, un


piano droit, quatre xylophones, un petit synthétiseur, un pupitre.
• Plan synthétique de la leçon :

› L’accueil : le professeur aère le local et accueille les élèves, certains sont à


l’avance. Elle les invite à prendre place.

› L’introduction et l’échauffement : le professeur invite les élève à montre la petite


préparation (« invention ») rythmique à préparer pour le jour du cours. Pas
d’échauffement corporel ou vocal pour cette période.

› Le cours : le professeur leur propose une partie rythmique et deux parties


chantées durant la leçon.

› Conclusion : le professeur termine sa leçon par remercier les élèves et de


compléter le journal de classe écrit au tableau au début de la leçon.

• La description détaillée du cours :


❖ Accueil :
Le professeur aère le local et prépare le matériel nécessaire. Elle prend soin
d’installer le local à l’aide d’élèves et écrit une suite de rythmes au tableau. Les
élèves sont invités à s’asseoir.

❖ Introduction :

Le professeur invite les élève à s’installer et sortir leur petite préparation de rythmes
et vérifie si chacun a préparé son « invention », un petit rythme en 2/4 qu’il inventent
eux-mêmes. Chacun prépare sa feuille et soumet sa petite suite rythmique. Le
professeur prend soin de passer entre les bancs pour vérifier que chacun ait réalisé
sa préparation. Elle prends également soin de rediriger certaines des réponses des
élèves en attirant leur attention sur l’écriture correcte des rythmes qu’ils ont voulu
écrire; la cohérence du nombre de temps par mesure; mais aussi les suites
rythmiques plus « faciles » à réaliser que d’autres.
Chaque élève pose des questions par rapport à la matière et corrige ses réponses
en fonction des explications. 

Certains élèves, lorsque le professeur corrige chez d’autres, prennent le soin de
s’aider les uns les autres en comparant leur réponse, débattent. D’autres attendent
calmement le passage du professeur.

❖ Le déroulement du cours :

Partie rythmique frappée et écrite:

Le professeur les invite à se mettre debout, et de battre la pulsation avec les pieds.
Ensuite, elle les invite a frapper dans les mains le rythme écrit au tableau: 2/4 triolet
noire, croche deux doubles noire, deux doubles croche noire.
Après avoir réalisé une première fois l’exercice, elle leur fait remarquer que chaque
deuxième temps est composé d’une noire et fait sur le deuxième pied (et donc, le
deuxième temps). Les élèves se montrent de se fait davantage précis lors du
deuxième essai. 

Ensuite, le professeur leur demande d’isoler le rythme deux doubles croche noire.
Afin de préciser la cellule rythmique, elle leur demande de rappeler les mots mémo-
techniques évoquées précédemment pour réussir son rythme.
Les enfants rappellent donc pour ce rythme des mots comme: SMS ou parapluie. A
la lumière de ces mots, les élèves se montrent plus précis en pensant à ces
différents. La mise en syllabes des rythmes travaillés a pu aider ici les élèves, et le
résultats est immédiat: chacun détaille les rythmes travaillés plus justement.

Dans un second temps, afin d’approfondir l’exercice, elle leur demande chacun à leur
tour de frapper un rythme du tableau au choix sur leur corps. Les élèves se montrent
très imaginatifs: buste, mains, cuisses; chacun frappe les rythmes sur son corps.
Chaque fois qu’un élève frappe un rythme du tableau, la classe l’imite.

Une élève arrive en retard, elle l’accueille en classe et l’invite à s’asseoir; et prendre
la page 8. Suite à cela, elle rappelle un point important de la leçon; dont la phrase est
écrite au tableau: « Aujourd’hui est un cours sans moqueries avec encouragement et
respect ». Elle rappelle que la classe prépare un spectacle et que chacun a le droit
de se tromper, d’essayer et que chacun doit se respecter.

Ensuite, le professeur prend soin de passer chez chacun pour vérifier si chacun a
bien respecté la consigne. Après avoir expliqué les mesures manquantes pour
certains, suggéré des suites de notes plus stratégiques pour d’autres; elle passe à
une partie chantée.

Partie chantée (clé de fa, K. De Wolf n.6B):


Le professeur se place devant le tableau, leur demande de chanter à partir d’un fa.
Par un geste elle monte et descend sur fa-sol-la et les élèves sont invités à chanter
en fonction de son geste de la main. Les élèves s’exécutent et chantent les différents
intervalles demandés.


Ensuite, le professeur leur demande la tonalité et l’armure du morceau. Chacun tente
de répondre aux questions à sa manière et identifie finalement la tonalité de fa
majeur. Après une mise en commun, les élèves remarquent qu’ils manquent un un
bémol dans la partie de piano de leur leçon: tout ajoute donc un bémol à la partition
sur la partie de piano.

Partie chantée (clé de sol, K. De Wolf n.13C):


Les élèves chantent une seconde pièce du manuel de Koen De Wolf n.13C, avec le
professeur enchaîne la pièce d’un bout à l’autre. La classe révise en réalité une
pièce pour les évaluations à venir.
Le professeur leur demande d’isoler un passage pour vérifier la justesse du la. Elle
ralentit d’abord le passage concerné avec eux. Après le tempo ralenti, elle leur
demande de s’arrêter sur le la sans continuer. Elle alterne chant et geste pour
montrer par phonomimie les intervalles de la chanson. Les exercices chantent plus
justes à l’issue de l’exercice.
Enfin, une fois la justesse désirée atteinte, le professeur augmente la vitesse de la
pièce pour reprendre le tempo initial.
La classe enchaîne la pièce, plus justement et présente moins d’hésitation de
lecture. La pièce s’enchaîne plus facilement.

Socles développés: 1. Autonomie: l’élève est amené à frapper des rythmes seul qu’il
a vu en classe: la noire, la croche, deux doubles et le triolet. Il se corrige seul, et à
l’oreille la justesse à travers une pièce tonale. 2. Maîtrise technique: l’élève peut
frapper, prononcer les rythmes appris en classe. Il peut chanter juste et corrige sa
justesse à l’oreille. 3. Créativité: il trouve lui-même, invente des clappings sur son
corps à partir d’un réservoir de notes donné au tableau. Il écrit lui-même une petite
invention composée de rythmes qu’il soumet au professeur au cours suivant.
4.Intelligence artistique: il reconnaît les intervalles de notes par la phonomimie et
ajuste sa justesse vocale par ces gestes.

❖ Conclusion :
Le professeur clôt cette première période par demander aux élèves de rédiger le
journal qu’elle a écrit en début de leçon au tableau. Les élèves sont invités à sortir du
local pour laisser place aux élèves suivants.

III. PEDAGOGIE - METHODOLOGIE



Le professeur brasse une matière variée: rythmique et vocale. Elle parle d’un ton
calme et s’adresse aux élèves de manière posée en demandant régulièrement s’ils
comprennent la matière. 

Les termes plus spécifiques propres au jargon musicaux sont systématiquement
expliqués , soit de manière spontanée par le professeur; soit par un question/
réponse avec les élèves.
Le professeur construit son cours elle-même, il s’agit d’un classeur où mes élèves
mettent au fur et à mesure les feuilles reçues. Ainsi, le cours ne se montre pas
« figé » et la matière peut changer chaque année (contrairement au syllabus). Le
cours est également divisé par chapitre avec des intercalaires.

Elle utilise, et note énormément au tableau, afin que les élèves visualisent au mieux
la matière.
Elle alterne en permanence la position debout/assis des élèves, ce qui dynamise
véritablement le cours. Le professeur est très mobile également dans le local: elle
explique au tableau, frappe en clapping les rythmes vus au cours. Elle fait également
battre la pulsation avec les pieds, le passage par le corps est constant.
Enfin, le professeur utilise beaucoup les gestes pour matérialiser davantage la
musique pour les enfants. La phonomimie fait partie intégrante du cours:
compréhension de la hauteur des notes, leur sens montant ou descendant, et leur
intervalle.
Remarque: le professeur ne chante pas durant toute la durée des chansons, elle
donne la première note pour laisser les élèves démarrer, puis les laisse chanter
seuls.

IV. GESTION DU GROUPE


Comme évoqué précédemment, la gestion du groupe est permanente. 

Tantôt lors de correction des « inventions » rythmiques; tantôt lors des claps
rythmiques; ou encore pendant la pulsation des pieds: le corps est en permanente
utilisation, et ce, toujours de manière collective. 


Le professeur a pris soin de passer de manière individuelle pour les préparations
rythmiques, s’agissant de réponses personnelles pour tous les élèves.
Le groupe s’est montré soudé: certains élèves aiment aider, guider les autres;
comparer les réponses ou remarquer les notes chantées qui sonnent faux par des
sourires en coin échangés pendant les parties chantées.

V. COMPORTEMENT DES ELEVES


Le groupe s’est montré relativement attentif durant la leçon. Certains se montrés
curieux en posant des questions régulièrement, lorsque d’autres écoutaient
simplement le cours. 

Deux élèves dans la classe se montraient particulièrement agités. Ils montaient la
voix très spontanément et se levaient librement. Parfois, ils allaient embêter d’autres
élèves en leur faisant des remarques (hors-sujettes) ou en poussant des cris.
Le professeur est toujours resté calme face aux élèves agités: elle les rappelait à
l’ordre d’un ton calme et ferme. Jamais le professeur n’a du véritablement crier ou
hausser fortement le ton. Elle a utilisé du volume pour les exercices vocaux
(échauffement par phonomimie ou leçon à chanter).

VI. RÉFLEXIONS ET APPORTS PERSONNELS


• Mon ressenti général à l’issue de la leçon: j’ai trouvé la classe sereine et
l’atmosphère agréable. Les élèves participaient à la leçon et semblaient de bonne
humeur. Certains se montraient plus énergiques que d’autres (cfr: comportement
des élèves) mais cela n’a pas altéré la concentration des élèves ou la qualité des
leçons.

• Avis personnel concernant la leçon:


J’ai pris beaucoup de plaisir à observer cette leçon de part sa fluidité et son
professionnalisme. Comme évoqué dans les observations réalisées chez M-P.
Kinique, j’aimerais énormément à arriver un tel point de connaissance de ma
matière que je ne doive plus en venir à devoir lire mes préparations de cours. 

Un but personnel: pouvoir travailler avec une préparation solide de cours; mais ne
me munir que d’une structure générale et formelle de ma leçon à travers quelques
mots clés sur un carton qui puissent me rappeler la ligne conductrice de mon
cours.
-> Les raisons qui me paraissent essentielles:
- pouvoir établir un contant visuel avec les élèves quasi permanent pour une
implication et une motivation plus optimale.
- pouvoir travailler davantage sur le corps. Si ma matière est connue sur le bout de
des doigts et que sa structure est claire en tête; il me paraît évidemment très
intéressant d’ajouter l’aspect corporel avec eux (clapping corporels, pulsation, …)
sans devoir se plonger dans mes cours; et être davantage présent; avec et pour
eux.
- assurer une meilleure fluidité du cours; bonne connaissance = élocution plus
naturelle et spontanée.

• Quelques pistes en tant que futur professeur de formation musical:


- Je réalise à nouveau que le passage par le corps est primordial et dynamise la
leçon. Elle la rends plus attractive, et les élèves semblent moins s’endormir que
lorsqu’ils restent statiques.
- Paradoxalement, ce passage par le corps dynamise la leçon, mais permet aussi
de canaliser les élèves les plus agités! C’est une très bonne chose à savoir car
nous rencontrons, dans toutes les disciplines, domaines; des profils d’élèves très
différents et de tous les horizons. Pouvoir jouir d’une petite réserve de « trucs et
astuces » pour les élèves turbulents est toujours bonne chose à prendre; d’autant
dans un métier où il nous faut gérer des groupe au quotidien, dans une matière très
dense et riche comme la formation musicale.
- L’entre-aide naturelle entre élèves est absolument géniale: certains le font même
spontanément. Les élèves expliquent extrêmement bien à leur camarade, avec leur
s termes, et parfois même mieux que ce que nous pourrions imaginer: laissons-leur
la parole! Quitte à réexpliquer par la suite pour clarifier les choses, nous pouvons
davantage leur laisser la parole pour que la cohésion et l’entre-aide se renforcent.
- J’ai pu observer durant les autres périodes des activités très chouettes et
intéressantes à faire: la découverte des quintes justes et diminuées via des
instruments mis à disposition en classe. Les élèves se mettaient par groupe de
trois ou quatre et via des xylophones, de petits synthétiseurs, ou le piano de
classe; ils devaient trouver eux-mêmes les intervalles de quintes. J’ai été très
impressionné par la rapidité avec laquelle les élèves reconnaissent cet intervalle, et
surtout comment ils se corrigent à l’oreille. Comme évoqués dans le point
précédent, partons d’eux. Les élèves sont pleins de ressources; et nous prenons
d’eux chaque jour.