Vous êtes sur la page 1sur 98

LIGUE TOGOLAISE DES DROITS DE L’HOMME

Association créée le 20 juillet 1990 en vertu de la loi du 1er juillet 1901


Récépissé N° 1218/MATD-SG-DAPOC-DOCA du 07 octobre 2005
Paru dans le Journal Officiel N°4110 du 16 novembre 2005
Affiliée à la FIDH, l’UIDH et la CIJ

Rapport Général sur la Situation


des Droits de l’Homme au Togo
ANNÉE 2010

315, rue Bekpo Tokoin-ouest BP : 2302 LOME - TOGO Tél. / Fax : (228) 220 70 86 ; 234 10 46 ; Cel : (228) 976 53 16
E-Mail : ltdh@tg.refer.org / Site Web.: http:// ltdhtogo.free.fr
SOMMAIRE
Introduction Générale 7

Première Partie : SITUATION DES DROITS CIVILS ET POLITIQUES


CHAPITRE PREMIER : LE DROIT À LA VIE 10

Chapitre II : Le droit à l’intégrité physique


Tortures dans les centres de garde-à-vue
Chapitre III : Le droit à une Justice équitable
1- Le principe du droit d’accès à la justice …………………………… …………….15
2- Problème d’assistance de l’avocat au stade de l’enquête préliminaire…………….17
3- Problème relatif à la notification des charges au moment d’une interpellation……18
4- Les longues durée de détention préventive………………………………………..18
5- Des arrestations et détentions arbitraires …………………………………………19
6- Les « ratissages » de la commission nationale de recouvrement des créances……21
7- Le règne de l’impunité et la justice de « 2 poids, 2 mesures » ……………. …... 22.
8- Une justice dépendante et partiale ………………………………………………. 23
9- La lenteur criarde des procédures d’instruction et de jugement …………… ……23
Chapitre IV : La liberté de circulation …………………………………………………..24
Chapitre V : La liberté d’association …………………………………………………...27
Chapitre VI : La liberté de manifestation ……………………………………………….30
Chapitre VII : La liberté d’expression et la liberté de presse ……………………………35
1- La liberté de culte, de religion……………………………………………………………..36
2- Le droit de vote……………………………………………………………………………….36
3- L’accès des citoyens, des OSC et des formations politiques aux médias d’Etat…….37
4- L’aide publique à la presse …………………………………………………………………38
5- Tentative de menace, de musellement et d’intimidation des journalistes………………39

Chapitre VIII : Droit à la nationalité …………………………………………….. ……..43


Deuxième Partie : SITUATION DES DROITS ECONOMIQUES, SOCIAUX ET CULTURELS
Chapitre premier : Le droit à la santé ……………………………………………………48
Chapitre II : Le droit à l’éducation, à la culture, à formation professionnelle………...........55
Chapitre III : Le droit au travail et à la protection sociale …………………………………57
Chapitre IV : Le droit à la sécurité alimentaire ……………………………………… ……61
Chapitre V : Le droit au logement et à la terre …………………………………………… 63
Chapitre VI : Le droit à un environnement sain et au développement ………………………..66
Chapitre VII : Le droit à la famille …………………………………………………………70
Troisième Partie : Droits spécifiques : protection catégorielle des personnes
vulnérables
I- La protection des droits de la femme …..……………………………………….. 75
II- La Protection des droits de l’enfant …………………….………………………….78
III- Les droits des réfugiés et des personnes déplacés …….………………… 80
Quatrième Partie : RECOMMANDATIONS
I- Recommandations d’ordre général ……………………………………………………..83
II- Recommandations particulières ………………………………………………………...92
CONCLUSION GENERALE .................................................................................................. 95
Rapport Général de la Ligue Togolaise des Droits de l’Homme (LTDH) sur la situation des droits de l’homme au Togo : Année 2010
Publié à Lomé le 10 décembre 2010
LISTE DES ABREVIATIONS

ACAT-TOGO : Action des Chrétiens pour l’Abolition de la Torture, Section Togo

ART & P : Autorité de Réglementation des Postes et Télécommunications

ANC : Alliance National pour le Changement

ANSAT : Agence Nationale pour la Sécurité Alimentaire du Togo

ATDH : Association Togolaise des Droits de l’Homme

ATDPDH : Association Togolaise pour la Défense et la Promotion des Droits


Humains

CACIT : Collectif des Associations contre l’Impunité au Togo

CEDEAO : Communauté Economique des Etats de l’Afrique de l’Ouest

CTDDH : Coalition Togolaise des Défenseurs des Droits de l’Homme

CTR : Centre de Traitement des Renseignements

DUDH : Déclaration Universelle des Droits de l’Homme

FOSEP : Forces de Sécurité Election Présidentielle

FER : Fonds d’Entretien Routier

FRAC : Front Républicain pour l’Alternance et le Changement

HCDH-TOGO : Haut Commissariat des Nations Unies au Droits de l’Homme,


Bureau du Togo

HAAC : Haute Autorité de l’Audio-visuel et de la Communication

IDH : Investir Dans l’Humain

LTDH : Ligue Togolaise des Droits de l’Homme

MCA : Mouvement Citoyen pour l’Alternance

Rapport Général de la Ligue Togolaise des Droits de l’Homme (LTDH) sur la situation des droits de l’homme au Togo : Année 2010 1
Publié à Lomé le 10 décembre 2010
OBUTS : Organisation pour Bâtir dans l’Union un Togo Solidaire

ODDH : Organisations de Défense des Droits de l’Homme

OHADA : Organisation pour l’Harmonisation en Afrique du Droit des


Affaires

ONG : Organisation Non Gouvernementale

OPJ : Officier de Police Judiciaire

OSC : Organisations de la Société Civile

OTP : Office Togolais des Phosphates

ReDéMaRe : Réseau pour le Développement de la Masse sans Ressources

SRI : Service de Renseignement Interne

SMIG : Salaire Minimum Interprofessionnel Garanti

UEMOA : Union Economique Monétaire Ouest Africain

UFC : Union des Forces de Changement

Rapport Général de la Ligue Togolaise des Droits de l’Homme (LTDH) sur la situation des droits de l’homme au Togo : Année 2010 2
Publié à Lomé le 10 décembre 2010
REMERCIEMENTS

La Ligue Togolaise des Droits de l’Homme (LTDH) présente ses sincères


remerciements à l’équipe de rédaction du présent rapport général sur la
situation des droits de l’Homme au Togo au cours de l’année 2010.

Elle tient à remercier particulièrement :

Toutes les personnes (physiques ou morales) qui, de près ou de loin, ont


contribué d’une manière ou d’une autre, aussi bien matériellement,
financièrement que moralement à la confection et à la publication de ce
document

Rapport Général de la Ligue Togolaise des Droits de l’Homme (LTDH) sur la situation des droits de l’homme au Togo : Année 2010 3
Publié à Lomé le 10 décembre 2010
DEDICACE

A VOUS TOUS QUI ÊTES TOMBÉS, ISOLÉS, INTIMIDÉS,


HARCELÉS POUR LA CAUSE DES DROITS HUMAINS…

Rapport Général de la Ligue Togolaise des Droits de l’Homme (LTDH) sur la situation des droits de l’homme au Togo : Année 2010 4
Publié à Lomé le 10 décembre 2010
PREFACE
de M. Ferdinand Adama KPODAR,
Professeur Agrégé de Droit Public et de Science Politique,
Vice Doyen de la Faculté de Droit de l’Université de Lomé (Togo)

Les droits de l’homme. Ces mots ont une résonance particulière pour les défenseurs des
droits de l’homme qui mènent une lutte farouche contre l’impunité malgré les nombreux
obstacles qu’ils rencontrent et souvent au risque de leur vie.

Oui, les droits de l’homme, quiconque prononce ces mots, dans nos pays en voie de
démocratisation, semble entonner une litanie traditionnelle, une litanie sacrée certes, mais
qu’on écoute désormais avec une oreille distraite.

Le respect des droits humains, c’est quelque chose qu’il faut dire, répéter, célébrer,
sacraliser.

Respecter, mais rien de plus. Au pire, la télévision nous impose un spot humanitaire
concernant des pays lointains, des nations aux noms incertains, dont les frontières tracées à
la règle, comme celles de l’Afrique profonde, nous parlent de régions dont nous parviennent
des images de manifestations réprimées, de syndicalistes et de journalistes arrêtés et
croupissant dans des prisons, d’ONG sous haute surveillance, d’enfants ensanglantés, en
pleurs, de femmes violées qui hurlent, de nouveaux massacres et parfois de nouvelles
protestations, de nouvelles interventions de l’ONU, aussi limitées que les précédentes.

Dans ce contexte déliquescent, le crime organisé finit par subvertir les Etats faibles, imposant
sa logique sanglante et brutale.

Il aggrave les inégalités en développant une économie parallèle pour laquelle la vie humaine
n’a aucune valeur.

Les défenseurs des droits de l’homme dénonçant les violations et les abus commis se
retrouvent alors bien souvent dans le collimateur des auteurs de ces crimes.

Or le droit international nous rappelle qu’il est de la responsabilité première des Etats, non
seulement de lutter contre les violations des droits de l’homme, mais également de protéger
les défenseurs des droits de l’homme qui dénoncent ces mêmes violations, et de veiller à un
environnement propice à la conduite de leurs activités.

Voilà pourquoi aucun débat n’est de nos jours plus actuel que celui sur les droits de
l’homme. C’est le débat fondamental qui devrait nous permettre de définir ce qu’est un être
humain, vers où le conduit son chemin, et surtout de confirmer une fois de plus que là où il
n’est pas libre d’être, de mouvoir, de parler, de s’exprimer, de manifester, de décider de son
propre destin, un Homme cesse d’être un Homme.

René CASSIN, l’un des pères de la Déclaration Universelle des Droits de l’Homme, avait
déjà tenu les propos selon lesquels :
Rapport Général de la Ligue Togolaise des Droits de l’Homme (LTDH) sur la situation des droits de l’homme au Togo : Année 2010 5
Publié à Lomé le 10 décembre 2010
« Il n'y aura pas de paix sur cette planète tant que les droits de l'homme seront violés en
quelque partie du monde que ce soit ».

Mais dans la plupart des cas : rien. Les droits de l’homme seraient devenus un domaine
réservé aux spécialistes ou aux ONG indépendantes, comme si la question des droits de
l’homme se posait toujours ailleurs, comme si concrètement il s’agissait encore et toujours du
problème des autres.

Il est parfois difficile de faire la preuve que le problème, au contraire, nous concerne toutes et
tous, où que nous nous trouvions, pas uniquement pour des raisons morales, ou par un
sursaut de conscience.

Il faut démontrer que le monde est un et indivisible, que le Togo l’est également, et que nos
frontières ethniques, politiques et partisanes, nos constitutions démocratiques ne suffiront
pas à nous protéger contre les forces qui gouvernent en réalité ce monde, et pour lesquelles
la Charte des droits de l’homme n’est qu’une arlésienne.

Les moments que nous vivons sont peut-être ceux où, en raison de l’actualité, chaque citoyen
prendra conscience que les droits de l’homme sont un impératif quotidien, qui ne se pose pas
seulement dans des pays lointains, imaginaires et désertiques, ou dans les mondes
bombardés.

Les droits de l’homme font partie de l’air que nous respirons, et renoncer à savoir, à
connaître, et à agir, signifie renoncer complètement à soi-même, aux autres, et à l’avenir de
ce que nous serons.

Car, chaque fois qu’un homme défend un idéal, agit pour améliorer le sort des autres ou
pourfend l’injustice, il fait naître une minuscule vaguelette d’espoir et ces vaguelettes,
venues de millions de foyers d’énergie et d’audace, forment, en se rejoignant, un courant
qui peut balayer les plus puissantes murailles de l’oppression et de l’adversité.

C’est pour la LTDH, une fois encore, l’occasion de rendre un hommage mérité à ces femmes
et à ces hommes qui, parfois au prix de leur vie, se sont battus parce qu’ils sont habités de
l’idée que la question des droits de l’homme nous concerne tous.

Elle exprime son soutien indéfectible aux journalistes, aux défenseurs des droits de l’Homme,
menacés de mort, faisant l’objet de harcèlement judiciaire, d’arrestation et de détention
arbitraire, de mauvais traitements, de torture et de persécution. Comme le disait Albert
Einstein : « Le monde est dangereux à vivre, non pas tant à cause de ceux qui font le mal,
mais à cause de ceux qui regardent et laissent faire ».

Gardons toujours les yeux ouverts et n’oublions donc pas celles et ceux qui se battent pour
la liberté, l’égalité et la justice. Tous ensemble nous pouvons et nous devons faire en sorte
que ce combat n’emprisonne personne, mais nous libère tous.

Rapport Général de la Ligue Togolaise des Droits de l’Homme (LTDH) sur la situation des droits de l’homme au Togo : Année 2010 6
Publié à Lomé le 10 décembre 2010
INTRODUCTION GENERALE

La situation des droits de l’Homme au Togo demeure une préoccupation


pour les Togolais dans la mesure où l’Etat de droit demeure davantage un
vœu qu’une réalité. En l’absence de réelle volonté politique pour mettre fin à
la culture de l’impunité qui conforte les violateurs dans leur pratique, la Ligue
Togolaise des Droits de l’Homme (L .T.D.H) rédige le présent rapport sur la
situation des droits de l’Homme au Togo en 2010.

Le rapport est structuré en trois (3) parties qui concernent l’ensemble des
droits humains, à savoir les droits civils et politiques, les droits économiques
sociaux et culturels et les droits de la troisième génération qui ont trait au
développement, au genre, aux enfants, aux personnes vulnérables.

Au niveau des droits civils et politiques, certaines libertés fondamentales ont


été mises à mal. La liberté de presse continue de faire l’objet d’entraves qui
la fragilisent malgré le nouveau code de la presse. La liberté de manifestation
a été, au cours de l’année 2010, une liberté bafouée et brutalement
réprimée. Le système judiciaire ne répond pas aux exigences d’un Etat de
droit, car le refus délibéré de respecter le droit demeure la norme en ce qui
concerne l’équité et l’impartialité, le respect du délai de garde à vue, la
durée de la détention préventive, les arrestations et les détentions arbitraires,
la surpopulation des prisons, les prisonniers politiques, la présomption
d’innocence, l’usage récurrent de la torture, des traitements cruels,
inhumains et dégradants dans les centres de détention et de garde-à-vue.

Au niveau des droits économiques, sociaux et culturels, l’Etat est incapable


d’assumer ses responsabilités vis-à-vis de la population, en particulier les plus
démunis. Cette incapacité confine à une véritable démission et à un réel
manque de volonté politique, lorsque l’on observe le train de vie des
membres du gouvernement et de certaines personnes occupant des postes
de responsabilité, qui se servent et refusent obstinément de servir le peuple.
Le droit à la santé, le droit au logement et le droit à l’alimentation sont des
droits dont la jouissance apparaît comme un luxe pour les déshérités. La
mauvaise répartition des richesses nationales, conjuguée à l’impunité
économique consécutive à la dilapidation et au détournement des fonds
publics, place une grande partie des populations dans une extrême
pauvreté. Lié à la mauvaise gouvernance, le droit au travail et à la protection
sociale n’est pas garanti pour les jeunes et les moins jeunes en proie à un
chômage massif et à une grande misère accentuée par une corruption
institutionnalisée.

Au niveau des droits de la troisième génération, la politique envers le genre


est encore trop timide. Les femmes font partie des couches populaires les plus
Rapport Général de la Ligue Togolaise des Droits de l’Homme (LTDH) sur la situation des droits de l’homme au Togo : Année 2010 7
Publié à Lomé le 10 décembre 2010
démunies et en butte à diverses discriminations. La mortalité enfantine est
élevée. L’exploitation et le trafic des enfants perdurent. Les personnes
vulnérables : réfugiés, personnes déplacées, déshéritées, handicapées,
personnes vivant avec le VIH/SIDA, etc., ne sont pas suffisamment pris en
compte dans la politique du gouvernement. Le droit au développement et à
un environnement sain pour la population demeure une vue de l’esprit eu
égard à l’accroissement de la misère et l’absence de perspective dans un
pays qui vit une crise permanente liée au refus d’une véritable
démocratisation de l’Etat et de l’indépendance des institutions par rapport
au pouvoir exécutif, à la légitimité du pouvoir découlant d’élections
contestées et contestables ne répondant pas aux normes démocratiques, et
à la mauvaise gouvernance.

Le présent rapport présente une vue d’ensemble sur la situation des droits de
l’homme et formule des recommandations précises à l’endroit du
gouvernement et des autres acteurs de la vie sociale, politique et
économique, afin que des efforts soient conjugués pour en vue d’une
amélioration de la situation des droits humains au Togo.

Rapport Général de la Ligue Togolaise des Droits de l’Homme (LTDH) sur la situation des droits de l’homme au Togo : Année 2010 8
Publié à Lomé le 10 décembre 2010
Première partie :

SITUATION DES DROITS CIVILS ET


POLITIQUES

Rapport Général de la Ligue Togolaise des Droits de l’Homme (LTDH) sur la situation des droits de l’homme au Togo : Année 2010 9
Publié à Lomé le 10 décembre 2010
CHAPITRE PREMIER : LE DROIT A LA VIE
Droit fondamental et attribut inaliénable de toute personne humaine, le droit
à la vie reste une valeur suprême dans l'échelle des droits de l'homme au
plan international.

Au sens strict, le droit à la vie protège l'être humain contre les atteintes à
l'intégrité corporelle de la part d'une autre personne. Il s'agit donc
principalement de l'interdiction du meurtre sous quelque forme qu’il se
présente, sur laquelle toutes les démocraties libérales s'accordent. Le droit à
la vie doit être compris comme le droit de ne pas être tué.

Par extension, le droit à la vie désigne un ensemble de droits qui seraient


attribués aux êtres humains, d'où découleraient différentes prohibitions et
outre le meurtre d'une manière générale, l’on peut citer la peine de mort
(droit de tuer un meurtrier), la guerre (droit de tuer un ennemi), l'avortement
(pour ceux qui considèrent que le fœtus est dès sa conception un être vivant
à part entière), l'euthanasie (droit de donner la mort pour soulager la
souffrance), le suicide (droit à la mort), le droit au port d'armes (légitime
défense).

Ce droit implique pour l’Etat, en tant que garant des droits et libertés
individuelles, de protéger la vie de toute personne et ce notamment par
l'intermédiaire de la loi pénale. L’Etat, ses agents, ainsi que les citoyens
doivent s’abstenir de tout acte de nature à porter atteinte à la vie d’autrui.

L’article 13 de la Constitution togolaise de la IVème République protège le


droit à la vie de toute personne vivant sur son territoire. Ce droit est
également contenu dans les instruments régionaux et internationaux comme
la CADHP (article 4), le PIDCP (article 6), la DUDH (article 3) auxquels le Togo
est partie.

Au Togo, on note quelques efforts entrepris afin de garantir le droit à la vie,


(notamment l’adoption récente de la Loi portant abolition de la peine de
mort et l’incrimination dans le code pénale de l’homicide volontaire).
Cependant, il subsiste des actes et comportements des agents de sécurité
qui portent atteinte à ce droit. Il en est ainsi pour les actes de torture, les
traitements cruels, inhumains et dégradants orchestrés sur des citoyens dans
les centres de garde-à-vue et de détention.

De même, l’usage déraisonné des armes à feu pour disperser les


manifestations doit être proscrit. A titre d’illustration, en juin 2010, lors des
manifestations populaires consécutives à la hausse du prix du carburant, un
agent de sécurité a fait usage de son arme et a tué un manifestant, un autre
a été grièvement blessé par le même fait.
Rapport Général de la Ligue Togolaise des Droits de l’Homme (LTDH) sur la situation des droits de l’homme au Togo : Année 2010 10
Publié à Lomé le 10 décembre 2010
En outre, on note ces derniers temps la recrudescence du phénomène de la
vindicte populaire. Les citoyens se livrent à une vengeance privée et se font
justice. Si on peut penser à certains égards qu’il s’agit d’une faiblesse cruelle
des mentalités, il ne faut pas non plus et surtout perdre de vue le fait que
certains citoyens ne font pas confiance à notre justice qu’ils qualifient de
corrompue.

CHAPITRE II : LE DROIT A L’INTEGRITE PHYSIQUE ET


MENTALE

Les articles 13 et 21 de la Constitution Togolaise disposent : « l’Etat a


l’obligation de garantir l’intégrité physique et mentale, la vie et la sécurité de
toute personne vivant sur le territoire national. » ; « La personne humaine est
sacrée et inviolable. Nul ne peut être soumis à la torture ou à d’autres formes
de traitements cruels, inhumains ou dégradants… »

Pour assurer cette intégrité physique et mentale des personnes, l’Etat togolais
a également ratifié la Convention contre la Torture et autres mauvais
traitements ainsi que la Déclaration Universelle des Droits de l’Homme dont
l’Article 5 est libellé comme suit : « Nul ne sera soumis à la torture, ni à des
peines ou traitements cruels, inhumains ou dégradant ».

Malgré ces dispositions constitutionnelles et conventionnelles, le droit à


l’intégrité physique et mental est constamment violé par les autorités dans
plusieurs situations. Les tortures et autres traitements inhumains ou dégradants
portant atteinte à l’intégrité physique des citoyens les plus fréquents observés
ou rapportés peuvent êtres classés en trois cas à savoir :

1. Arrestations et interrogatoires des prévenus

Les arrestations et interrogatoires des personnes soupçonnées d’un délit ou


d’une infraction donnent lieu dans certains centres de détentions, à des
violences entraînant des blessures physiques et morales. Les méthodes
d’interrogatoires musclés, archaïques où les prévenus subissent des menaces
ou simulation d’exécution capitale, des tortures positionnelles, des
bastonnades (avec bois simple, crosses, cordelettes ou des ceintures avec
objets métalliques) ainsi que des coups de pied avec chaussures « rangers »
sont les moyens les plus utilisés pour extorquer des aveux. Ces comportements
de certains agents de sécurité proviennent quelquefois des pressions de
Rapport Général de la Ligue Togolaise des Droits de l’Homme (LTDH) sur la situation des droits de l’homme au Togo : Année 2010 11
Publié à Lomé le 10 décembre 2010
certaines autorités (Hauts dignitaires du parti au pouvoir, groupes d’intérêts,
autorités militaires…). Dans tous les cas rapportés par les victimes ou les
rapports d’enquêtes de la LTDH, ces coups sont portés indistinctement sur
toutes les parties du corps notamment la tête et les côtes. Ceci démontre à
suffisance l’intention de nuire voir de tuer les personnes arrêtées. Certaines
disparitions de personnes seraient dues à leur décès au cours de leurs
interrogatoires musclés.

Voici quelques extraits de plaintes et rapports d’enquêtes :

Madame Y : « Le 15-02-2010, mon mari me fit savoir qu’il se rendait à Kpalimé


chez un de ses cousins sans préciser le moment de son retour. J’ai attendu
pendant deux jours sans que mon mari ne me fasse signe de vie. Contre toute
attente, dans la nuit du 18-02-2010 aux environs de 01 heure de la nuit, j’ai
entendu cogner à la porte. J’ai demandé à savoir qui était là et une voix s’était
élevée pour me dire que s’était le cousin de mon mari qui revenait d’un voyage.
J’ai donc ouvert la porte et je fus surprise de voir devant moi quatre (04)
individus armés de pistolets et de cordelettes…
…N’ayant rien trouvé ils m’ont traîné à une Jeep non immatriculée dans
laquelle ils m’ont fait conduire à un endroit où j’ai été soumise à des tortures et
multiples interrogatoires. Après cinq jours passés entre les griffes de mes
bourreaux, j’ai été relâchée… » (Extrait de plainte adressé à la LTDH le 25 Février
2010).

Extrait de témoignage du 25 Septembre 2010 : « … le mercredi 15 Septembre


2010 vers 16 heures 30 minutes, cinq (05) gendarmes dont le chauffeur dans un
véhicule 4x4 sont arrivés devant la Société B. (qui fait les vitres) avec trois(03)
individus qui ont été peut-être interpellés. Les gendarmes se sont mis à
tabasser ces individus. Les deux qui tentaient de fuir ont été gravement atteints
et baignaient dans le sang. Les gendarmes sont partis en les abandonnant. … »
(Témoignage adressé sous forme de rapport à la LTDH par un Agent de sécurité, témoin des
faits).

2. Répression des manifestations et rassemblements

Les manifestations et rassemblement « non autorisés » par les autorités


politiques du Togo sont pour la plupart réprimées dans le sang.

L’un des soulèvements populaires violemment réprimés est celui des 22 et 23


Juin 2010 suite à la hausse du prix des produits pétroliers et a entraîné la mort
d’un homme et plusieurs dizaines de blessés. Les veillées diurnes à bougies
Rapport Général de la Ligue Togolaise des Droits de l’Homme (LTDH) sur la situation des droits de l’homme au Togo : Année 2010 12
Publié à Lomé le 10 décembre 2010
allumées par des militants et sympathisants du Front Républicain pour
l’Alternance et le Changement (F.R.A.C), les mouvements de contestations
des résultats des élections présidentielles du 04 Mars 2010 , les manifestations
de protestations des membres et sympathisants du parti OBUTS (Organisation
pour Bâtir dans l’Union un Togo Solidaire) lors du procès de sa dissolution au
Tribunal de Première Instance de Première Classe de Lomé , ont été
réprimées par des forces de l’ordre à coups de gaz lacrymogène, de crosses,
de cordelettes et de ceintures avec objets métalliques . Ces interventions de
la Police et de la Gendarmerie Nationales ont eu pour bilan plusieurs dizaines
de blessés. Les forces de l’ordre au lieu de faire des tirs de sommation en l’air,
dirigent leurs armes directement dans la foule, ainsi les balles blanches et les
contenus des grenades lacrymogènes causent des blessures graves
entraînant parfois l’hospitalisation des blessés. Dans certains cas, des balles
réelles sont tirées dans la foule.

Les victimes de ces agressions et violences ne portent en général pas plainte


par crainte de représailles mais les rares qui osent le faire n’ont pas de suite
favorable à cause du problème d’indépendance de la justice togolaise.

Voici quelques extraits de plaintes adressés à la LTDH :

« …Le 27 Avril 2010, entre 13 et 14 heures, je revenais de la marche qu’a


organisée le FRAC en qualité de militant de l’U.F.C lorsque j’ai été surpris par
le lancement des gaz lacrymogènes des forces de l’ordre en l’occurrence la
Gendarmerie et la Police togolaise. Pris de panique, j’ai couru dans une ruelle
derrière le bar ABLODE situé sur le Bd Félix H. Boigny. Pendant ce temps, des
individus armés de pistolets, de gourdins et de matraques se trouvant à bord de
deux véhicules 4x4 dont les séries d’immatriculation sont AT et AC nous
attendaient. Arrivée à leur niveau, ils ont ouvert leurs portières pour me
renverser et se sont mis à me tabasser. Quelques minutes après, ils m’ont
abandonné là. Les dirigeants de l’U.F.C saisis m’ont transporté à la Clinique
BIASA pour des soins médicaux. Après examen médical, je me retrouve avec un
traumatisme fermé à l’épaule gauche… » ;
« ….En effet, je suis un frigoriste habitant le quartier Lomnava pas trop loin
du siège de l’UFC. Je suis parti au service le jour là. Voyant la tension qui
régnait concernant les troubles de revendication des militants de l’UFC à
propos des résultats de la présidentiel 2010. Les agents de la FOSEP
sillonnaient tellement notre quartier le jour là. Ils lançaient des gaz pour
disperser les gens surtout au niveau du siège dudit parti. Vers midi, j’ai dû
quitter mon service pour me rendre à la maison. A mon arrivée au portail, il y
Rapport Général de la Ligue Togolaise des Droits de l’Homme (LTDH) sur la situation des droits de l’homme au Togo : Année 2010 13
Publié à Lomé le 10 décembre 2010
avait ma tante qui vendait du riz aux gens comme d’habitude. J’étais rentré à la
maison. J’étais ressorti pour appeler mon enfant qui était aussi au portail car
tout est inquiétant. En allant pour appeler mon enfant, voilà que des gens qui
mangeaient chez ma tante, courraient pour rentrer dans notre maison car deux
véhicules des agents de la FOSEP étaient venus garer à notre portail et des
agents de la FOSEP commençaient à battre des gens. Je suis retourné aussi
pour rentrer à la maison. Au même moment, j’ai senti un grand choc sur ma
tête et c’était un coup de matraques donné par un agent de la FOSEP. J’ai passé
ma main à l’endroit et c’était du sang qui coulait énormément. Bref ma tête
était cassée. J’ai tourné la tête pour voir celui qui ma donné le coup et il a fui.
Deux agents de la FOSEP étaient rentrés dans la maison et ont bastonné des
gens aussi. Depuis le portail, ma tante qui vendait le riz a été bastonnée aussi et
sa tête également cassée… »

3. Vols à main armée, braquages et accidents de circulation

Dans ces trois cas, les citoyens togolais subissent des blessures physiques et
mentales et même parfois perdent leur vie.

-Vols à mains armées et braquages

L’Etat est défaillant en ce qu’il n’arrive pas à protéger la population qui est
sous sa responsabilité contre les malfrats qui s’échappent dans certains cas
trop facilement. Le cas du braquage en plein jour de l’Agence de Togo
Cellulaire sise à Lomé au quartier Avenou route de Kpalimé , lequel
braquage a eu pour bilan deux (02) morts (militaires) et une dizaine de
millions de francs CFA emportés est fort illustratif.

-Accidents de la circulation

Certains accidents de la circulation sont dus au mauvais état des


infrastructures routières et dans certains cas aux courses poursuites des motos
ou voitures par la police routière.

4. La réaction des tribunaux

Les tribunaux correctionnels togolais, chargés de juger les infractions, n’ont


pas encore inscrit dans leurs annales des procès réprimant des actes de
torture. Ce triste constat de la réalité judiciaire togolaise n’a pas pour
conséquence l’absence de saisine des tribunaux pour des cas de torture,
mais signifie que le juge pénal togolais manque d’abord de textes appropriés
et du courage.
Rapport Général de la Ligue Togolaise des Droits de l’Homme (LTDH) sur la situation des droits de l’homme au Togo : Année 2010 14
Publié à Lomé le 10 décembre 2010
Malgré son adhésion à la Convention de 1984 contre la torture, le Togo n’a
pas encore incorporé dans sa législation interne un texte réprimant les actes
constitutifs d’un tel crime. Le manque de définition de la torture et l’absence
de sanctions y afférentes pourraient donc expliquer l’inexistence totale de la
jurisprudence en matière de répression de la torture.

En outre, il faut préciser que cette absence de jurisprudence est également


due au manque d’indépendance et de courage des juges. Dans plusieurs
procès, des prévenus ont affirmé clairement et publiquement avoir subi des
actes récurrents de torture, soit à leur arrestation, soit lors de l’interrogatoire.
Certains prévenus portaient encore des traces d’actes de torture lors des
procès. Malgré que des preuves tangibles soient montrées au juge chargé du
procès et au représentant du ministère public leur décision restent muettes sur
ces réalités.

CHAPITRE III : LE DROIT A UNE JUSTICE EQUITABLE

1- Le principe du droit d’accès à la justice

Aux termes de l’article 10 de la Déclaration Universelle des Droits de


l’Homme : « Toute personne a droit, en pleine égalité, à ce que sa cause soit
entendue équitablement et publiquement par un Tribunal indépendant et
impartial, qui décidera, soit de ses droits et obligations, soit du bien- fondé de
toute accusation en matière pénale dirigée contre elle. »

Ce texte qui pose le principe d’un accès égal de tous les citoyens à la justice
et surtout celui des garanties minimales nécessaires à toute justice « juste » a
été presque repris par la Constitution togolaise en son article 19 : « toute
personne a droit en toute matière à ce que sa cause soit entendue et
tranchée équitablement dans un délai raisonnable par une juridiction
indépendante et impartiale. »

Il suppose donc, l’accès égal de tout individu à la justice, indépendamment


de son sexe, de sa religion, de son ethnie, de son appartenance politique et
le respect des règles de droit aussi bien de forme que de fond garantissant le
caractère équitable du procès.

Au Togo, si les hommes et les femmes ont un accès plus ou moins égal à la
justice, il est à noter que cet accès est pratiquement limité en raison de
certaines considérations financières (coût élevé des actes d’Huissier, difficulté
Rapport Général de la Ligue Togolaise des Droits de l’Homme (LTDH) sur la situation des droits de l’homme au Togo : Année 2010 15
Publié à Lomé le 10 décembre 2010
de se payer les services d’un Avocat, problème de corruption des magistrats,
aléas de la procédure etc.

En effet, beaucoup de citoyens togolais dont les droits ont été lésés ou violés
ne peuvent voir leur action prospérer, faute d’assistance d’un Avocat et ne
connaissant pas les règles de droit, perdent inéluctablement les procès,
surtout avec le problème crucial des délais.

En matière matrimoniale par exemple, beaucoup de femmes ont vu leurs


intérêts compromis, faute de moyens pour recourir au service d’un Avocat et
défendre leur droit, les magistrats n’ayant pas toujours le réflexe de protéger
spontanément la partie la plus vulnérable en invoquant d’office certains
textes notamment les diverses conventions internationales ratifiées par le
Togo et protégeant les droits des femmes, au cas où le plaideur profane n’y a
pas fait cas.

Egalement, en matière foncière, des propriétaires se sont vu dépossédés de


leurs immeubles car ne comprenant pas grand-chose de la procédure et des
délais de recours.

En matière pénale et surtout à l’intérieur du pays, on note de graves violations


des droits des personnes par les Officiers de Police Judiciaire qui procèdent à
des arrestations de personnes pour des faits n’ayant aucune connotation
pénale.

N’ayant aucun recours à l’expertise d’un avocat au stade de l’enquête


préliminaire, ces personnes sont déférées à la prison par des magistrats du
parquet qui, en principe, devraient être le dernier rempart. Mais
malheureusement, on dénote des dépôts systématiques de la part de ces
magistrats.

Les caravanes des droits de l’homme organisées par le Barreau du Togo à


l’intérieur du pays ont pu révéler de graves irrégularités procédurales et ont
montré que beaucoup de détenus ont fait l’objet de détention préventive
longue pour des faits purement civils. De nombreux détenus dans ces cas ont
été libérés grâce aux plaidoiries gratuites des Avocats.

Se pose farouchement au Togo, le problème de l’aide juridictionnelle devant


permettre aux justiciables qui n’ont pas la possibilité de se faire payer les
services d’un Avocat d’en avoir afin que l’accès à la justice soit pleinement
effectif au Togo.

Rapport Général de la Ligue Togolaise des Droits de l’Homme (LTDH) sur la situation des droits de l’homme au Togo : Année 2010 16
Publié à Lomé le 10 décembre 2010
En 2009, lors de la Conférence Internationale des Barreaux au Togo, le Chef
de l’Etat togolais, Faure Essozimna GNASSINGBE a déclaré publiquement la
mise à la disposition par le gouvernement togolais au profit du Barreau, de la
somme de 250.000.000 FCFA destinée à démarrer l’aide juridictionnelle au
TOGO, suite aux plaidoyers de l’Ordre des Avocats mais jusqu’à ce jour, ce
fameux chèque n’est pas encore disponible ;

2- Problème d’assistance d’avocat au stade de l’enquête préliminaire

Il faut faire remarquer que depuis La note circulaire n° 0222/MISD-CAB en


date du 17 mai 2004 prise par le Ministre de l’Intérieur et de la Sécurité d’alors,
qui a comblé le vide juridique du code de procédure pénale en la matière et
réaffirmé les termes de l’article 16 alinéa 3 de la Constitution Togolaise : « Tout
prévenu a le droit de se faire assister d’un conseil au stade de l’enquête
préliminaire. », l’assistance de l’Avocat à l’enquête préliminaire semble plus
ou moins tolérée car il s’agit bel et bien d’une simple tolérance, les OPJ
manifestant toujours une hostilité à cette assistance par l’accueil
désagréable et irrespectueux réservés aux Avocats des prévenus et comme
le disent si bien ces OPJ : « l’Avocat est le premier ennemi de l’OPJ ».

Malgré les diverses sensibilisations à leur endroit, le délai de garde-à-vue


légal, qui est de 48 heures et exceptionnellement prorogé de 72 heures n’est
nullement respecté.

La Ligue Togolaise des Droits de l’Homme (LTDH) a reçu diverses plaintes


vérifiées faisant état de garde-à-vue excessive et abusive, allant jusqu’à un
(1) mois de détention dans les locaux de la police et de la gendarmerie. En la
matière, le Service de Renseignement et d’Investigations (SRI) et les services
du Centre de Traitement des Renseignements (CTR) battent le record. Mais il
faut aussi relever que les magistrats du parquet, une fois saisi d’un cas de
garde-à-vue excessive, au lieu d’annuler la procédure et de libérer le
prévenu (article 15 de la Constitution togolaise et article 52 du code togolais
de Procédure pénale), le défèrent tout simplement, légitimant ainsi le vice de
la procédure.

De même, les magistrats du siège, sont réticents ou du moins timides à


annuler la procédure lorsque le plaideur relève des vices dans la procédure
de l’enquête préliminaire.

Le juge se doit d’être le dernier rempart contre l’arbitraire dirigé contre un


individu même si ce dernier n’a pas d’Avocat.

Rapport Général de la Ligue Togolaise des Droits de l’Homme (LTDH) sur la situation des droits de l’homme au Togo : Année 2010 17
Publié à Lomé le 10 décembre 2010
3- Problème relatif à la notification des charges au moment de
l’interpellation et la présomption d’innocence

Si les articles 17 et 18 de la Constitution Togolaise posent respectivement le


principe obligatoire de la notification des charges : « Toute personne arrêtée
a le droit d’être immédiatement informée des charges retenues contre elles. »
et celui de la présomption d’innocence : « Tout prévenu ou accusée est
présumé innocent jusqu’à ce que sa culpabilité ait été établie à la suite d’un
procès qui lui offre les garanties indispensables à sa défense. », la réalité est
toute autre car ces principes ne sont nullement respectés.

En effet, lors des arrestations, les charges ne sont nullement notifiées par les
OPJ et la Déclaration de Miranda nullement dite. Mieux, des prévenus qui en
principe sont présumés innocents même s’ils sont arrêtés en flagrant délit sont
curieusement exhibés à la télévision nationale, menottés, avec des
déclarations de culpabilités faites par les OPJ qui ont procédé à cette
arrestation.

Mieux, le recueil et le traitement des informations au stade de l’enquête


préliminaire ne laissent présumer aucune innocence, car une fois arrêtés, ils
sont coupables et tout ce qui se dira n’est que mensonge et les traitements
infligés à certains prévenus en vue de leur extorquer des aveux sont très
inhumains.

La présomption d’innocence est totalement foulée au pied par les OPJ et


par certains magistrats et s’est transformée en présomption de culpabilité, les
prévenus sont tout simplement mis en détention préventive, dans les mêmes
conditions que les condamnés.

4- Les longues détentions préventives et les conditions misérables de


détention

Il faut souligner que la détention préventive est particulièrement longue au


Togo et beaucoup de prévenus font plus de la moitié de la peine encourue
avant le jugement alors que l’article 19 de la Constitution préalablement cité
précise que les prévenus doivent être jugés dans un délai raisonnable. Plus de
la moitié de la population carcérale au TOGO est en détention préventive.

L’on ne peut passer sous silence, les conditions misérables dans lesquelles
vivent les détenus : Insanité des prisons (conditions sanitaires déplorables,
état défectueux des puisards qui débordent, des toilettes…), la surpopulation
des prisons avec son cortège de problèmes, mélange aussi bien des
Rapport Général de la Ligue Togolaise des Droits de l’Homme (LTDH) sur la situation des droits de l’homme au Togo : Année 2010 18
Publié à Lomé le 10 décembre 2010
prévenus en détention préventives que des criminels et délinquants (Confère
ANNEXE N°1), accès très limité aux repas (un seul repas par jour,
qualitativement diminué) etc.

Dans ce cortège de problèmes figure également la difficulté d’accès des


parents des détenus à ces derniers, ceux-ci faisant l’objet de racket inouï à
eux imposé par les agents de sécurité en service à la prison.

5- Des arrestations et détentions arbitraires

Il importe de relever le problème des arrestations et détentions arbitraires qui


a connu une recrudescence au lendemain de l’élection présidentielle du 04
mars 2010.

En effet, des citoyens togolais (plusieurs jeunes des quartiers de Hanoukopé et


de Gbadahonou) ont été tout simplement enlevés au lendemain de
l’élection présidentielle et lors des manifestations de la population contre
l’augmentation du prix du carburant, par des corps habillés et c’est sur
plainte des familles qu’ils ont été retrouvés dans des gendarmeries avec à
leur charge des infractions qui leur sont imputées, et ces arrestations
arbitraires ont été ensuite « légitimées » par des ordonnances de Juge
d’Instruction.

De plus, de nombreuses arrestations sont l’œuvre du Ministère de la Sécurité


et de la Protection Civile lors des diverses manifestations du FRAC, au siège
de l’UFC qui a été pratiquement saccagé et les militants qui s’y trouvaient
arrêtés et amenés à la gendarmerie.

C’est le cas des nommés ADJA Komla Gérard et ATAYI Ayikoué, tous
membres de OBUTS qui sont interpellés dans la soirée du samedi 06 mars 2010
et arrêtés pour distribution de tracts appelant les populations à la révolte alors
que les documents incriminés étaient signés du président de leur parti
politique, M. Mensah Agbéyomé KODJO, candidat à l’élection présidentielle.

C’est aussi le cas des nommés GLOKPO Kokou Augustin et BENISSAN Têtevi
Jacob interpellés le mercredi 03 mars 2010 à 19H 30 à bord de leur véhicule à
kégué alors qu’ils se rendaient à vogan avec des matériels devant servir aux
délégués de leur candidat dans les bureaux de votes (téléphones portables,
torches…) et une somme d’argent pour leur perdiems : ces derniers, accusés
de tentative d’atteinte contre la sûreté de l’Etat sont arrêtés et conduits à la
gendarmerie nationales où ils ont passé sept (7) jours ;

C’est également le cas des nommés AKAKPO Yao Faustin, VONDOAME


Kodjo, KOUDODZI Kouakou Emmanuel, ABOBI Ayaovi et SOLEWASSI Yao Eric
Rapport Général de la Ligue Togolaise des Droits de l’Homme (LTDH) sur la situation des droits de l’homme au Togo : Année 2010 19
Publié à Lomé le 10 décembre 2010
arrêtés dans la nuit du 03 mars 2010 vers 01 heure du matin à Akoumapé,
localité située à 35 km environs au Nord-Est de Lomé après s’être contactés
au téléphone. Ces derniers accusés au même titre que les sieurs Fulbert
ATTISSO et Guillaume KOKO, d’appartenir au MCA qui s’apprêterait à semer
du trouble dans le pays et prenaient des mesures mystiques pour résister aux
coups de fusils, ont été soumis à des traitements inhumains et dégradants
toute la nuit de leur détention à l’Agence National de Renseignement avant
d’être transférés plus tard au SRI où les tortures ont continué.

C’est enfin le cas du nommé DANKLOU Anani arrêté à son domicile à


kagomé, quartier périphérique de Lomé.

Toutes ces personnes ont comparu le mercredi, 10 mars 2010 par-devant le


Doyen des juges d’instruction à Lomé et sont déférés le même jour à la prison
civile de KARA où ils s’séjourneront plusieurs mois avant de bénéficier de la
part du Doyen des Juges d’Instruction du Tribunal de Première Instance de
Lomé, une mise en liberté provisoire.

Plusieurs autres citoyens togolais, militants de l’opposition, ont été enlevés


dans des conditions inadmissibles et gardés depuis plusieurs jours à la
Gendarmerie Nationale de Lomé :

Nous ne citerons que le cas du sieur Prosper AVEVI, le responsable de l’Union


des Forces de Changement (UFC) dans la préfecture d’Agou, enlevé à
Amoussoukopé après avoir été bastonné, par des individus puissamment
armés à bord d’un véhicule 4X4 immatriculé TG-9240-AH, c’était le dimanche,
07 mars 2010 vers 19 Heures.

Beaucoup de jeunes ont été écroué à la prison civile de Lomé alors qu’ils
n’exerçaient que leur droit de manifester, leurs motos ont été bloquées et
gardées jusqu’à ce jour par la gendarmerie qui refuse de les restituer.

Toutes ces arrestations le sont en violation flagrante de l’article 9 de la


Déclaration Universelle des Droits de l’Homme qui dispose : « Nul ne peut être
arbitrairement arrêté, détenu ou exilé. »

Au nombre des arrestations arbitraires figure le cas du Directeur Général de


ReDéMaRE qui, sur la base de simples suspicions et sur instruction du
gouvernement a été arrêté et écroué à la prison civile de Lomé alors
qu’aucune preuve n’est excipée à la base de cette prétendue escroquerie
et qu’aucun jugement n’a prononcé la liquidation de ReDéMaRe.

Rapport Général de la Ligue Togolaise des Droits de l’Homme (LTDH) sur la situation des droits de l’homme au Togo : Année 2010 20
Publié à Lomé le 10 décembre 2010
Arbitrairement, le gouvernement togolais, affichant un mépris total en face
de la procédure judiciaire, a décidé la fermeture de ReDéMaRe et a
ordonné aux banques, sur la base du néant, le paiement des adhérents.

Au jour d’aujourd’hui, le Directeur Général de ReDéMaRe n’est toujours pas


libéré. Et malgré la décision de la Chambre d’Accusation mettant en liberté
provisoire M. SAMA Essohamlon en se fondant sur l’état d’avancement de la
procédure, le Parquet Général forme pourvoi et au motif qu’il n’a pas été
consulté.

6- Les « ratissages » de la Commission Nationale de Recouvrement des


Créances

Parlant d’arrestations arbitraires, on ne saurait ignorer les multiples


arrestations de la Commission Nationale de Recouvrement des Créances,
créée suivant Décret Présidentiel N° 2001-11/PR du 09 Mai 2001.

Cette commission, chargée du recouvrement des créances en souffrances


des institutions financières, procède à des arrestations et détentions arbitraires
pour des prêts contractés auprès des institutions bancaires.

Les emprunteurs et leurs cautions sont traqués par la gendarmerie qui, sans
aucune décision judiciaire, garde les citoyens pendant des jours et procède
à des menaces, à des intimidations, leur faisant prendre des engagements
sous contrainte.

Il faut rappeler que l’OHADA a prévu et organisé les procédures de


recouvrement de créances dans l’Acte Uniforme portant Organisation des
Procédures Simplifiées de Recouvrement et des Voix d’Exécution et
l’existence de cette commission ainsi que les pires pratiques auxquelles elle se
livre, vont à l’encontre des dispositions communautaires, constitutionnelles,
ainsi que celles de la Déclaration Universelle des Droits de l’Homme.

Les Etablissements Financiers doivent recourir aux mécanismes de


recouvrement prévus par l’OHADA surtout qu’ils prennent des garanties lors
de la conclusion des contrats de crédit.

Il relève d’une évidence que cette commission doit être purement et


simplement dissoute et le décret la créant retiré de l’ordonnancement
juridique ;

Rapport Général de la Ligue Togolaise des Droits de l’Homme (LTDH) sur la situation des droits de l’homme au Togo : Année 2010 21
Publié à Lomé le 10 décembre 2010
Doit être également retranchée de l’ordonnancement juridique, la Loi n°84-
14 du 16 mai 1984 relative à la protection des filles et garçons régulièrement
inscrits dans un établissement d’enseignement ou dans un centre de
formation professionnelle, loi votée sous la présidence de feu GNASSINGBE
Eyadéma, alors Chef de l’Etat, qui expose à la prison, quiconque aura
enceinté une fille sur les bancs de l’école ou dans un centre professionnel.

7- Le règne de l’impunité et la justice de « deux poids deux mesures »

Il faut souligner enfin le problème récurent de l’impunité au TOGO, l’impunité


aux plans politique et économique.

Beaucoup de criminels circulent librement aux travers des artères des villes du
pays sans être inquiétés alors que la justice doit être la même pour tous. Il ne
doit pas y avoir une justice pour les proches et une justice pour les éloignés, ni
une justice pour les partisans d’un même parti politique et une autre pour les
partisans de partis opposés.

Dans le dossier qu’il est convenu d’appeler « l’affaire Abass Bonfoh », malgré
la grande indignation qu’ont suscité les propos négationnistes du Président
de l’Assemblée Nationale, rien, plus rien, rien d’autre qu’un silence coupable
et complice gardé par les premiers responsables de notre pays, notamment
les députés, le Premier Ministre et son Gouvernement, le Président de la
République. Ça aussi, c’est l’impunité, « c’est le crime qui se nourrit du
silence ».

Dans l’affaire ReDéMaRe, les ODDH ont exprimé, dans une correspondance
qu’elles ont adressée au Garde des Sceaux, Ministre de la Justice, avec
ampliation à sa Collègue des Droits de l’Homme, leur plus grande indignation,
pour n’avoir pu faire fléchir le bras dur de l’arbitraire qui continue par faire
croupir illégalement un humble et honnête citoyen en détention, alors que
Monsieur Kwassi KLUTSE, ancien Premier Ministre de son état et Premier
Responsable de la microfinance « Investir Dans l’Humain » (IDH) dont les
activités ont cessé pour cause de détournements avérés des fonds déposés
par les citoyens togolais sur toute l’étendue du territoire, circule librement et
baigne dans une impunité totale.

Cela traduit également la persistance de l’impunité, de la justice à double


vitesse, de la justice de deux poids, deux mesures.

Rapport Général de la Ligue Togolaise des Droits de l’Homme (LTDH) sur la situation des droits de l’homme au Togo : Année 2010 22
Publié à Lomé le 10 décembre 2010
De nombreuses personnes à l’origine de violences électorales,
postélectorales, sont restées impunies jusqu’à ce jour malgré les Rapports
significatifs de la « Commission KOFFIGOH » et des Nations Unies.

De nombreuses plaintes déposées par le CACIT dans ce sens n’ont jamais


abouti, le politique ayant une main mise sur les procédures.

On note un détournement de deniers publics à des fins très personnels,


laissant la majeure partie de la population dans une souffrance accrue.
Malgré les informations accablantes faisant état de réels détournements des
fonds de l’ex FER par ses dirigeants, aucune procédure judiciaire n’est
enclenchée contre eux. Ils sont en totale liberté et bénéficient de surcroît de
promotions.

8- Une justice dépendante et partiale

Aujourd’hui, les droits de l’homme demeurent encore un vaste chantier


surtout dans le domaine judiciaire.

Aux termes des dispositions de l’article 113, alinéas 1er et 2 de la Loi


Fondamentale togolaise, « Le Pouvoir Judiciaire est indépendant du Pouvoir
Législatif et du Pouvoir Exécutif.

Les juges ne sont soumis dans l’exercice de leurs fonctions qu’à l’autorité de
la loi ».

Cet idéal est encore loin d’atteint au Togo. La décision du Tribunal de


Première Instance de Lomé prononçant la dissolution du parti OBUT, la
manière dont se déroule l’instruction dans les Affaires KPATCHA, SAMA, Da
S’ILVEIRA et la récente décision de la Cour Constitutionnelle entérinant avec
une telle légèreté l’exclusion des 09 députés UFC (d’obédience ANC) prouve
à suffisance qu’on est loin de procès équitable au TOGO.

L’indépendance de la magistrature garantie par la Constitution n’est qu’un


leurre, le gouvernement ayant bel et bien une mainmise sur certains dossiers.

Le lendemain de l’élection présidentielle de 2010 a montré que le TOGO s’est


éloigné des avancées démocratiques observées dans les 5 dernières années.

9- La lenteur criarde des procédures d’instruction et de jugement

La justice doit être rendue à temps et dans un délai raisonnable. En avril 2005,
les nommés da SILVEIRA Hermes Woamédé, l’Adjudant KPAKPO Kodjo, le
Sergent AKAKPO Koami, le Sergent FOLLY Kodjo, le Caporal AMETEPE Yaovi et
Rapport Général de la Ligue Togolaise des Droits de l’Homme (LTDH) sur la situation des droits de l’homme au Togo : Année 2010 23
Publié à Lomé le 10 décembre 2010
TUDZI Kossi ont été interpellés et poursuivis pour atteinte contre la sûreté
intérieure de l’Etat. Certaines ODDH avaient rencontré le chef de l’Etat qui a
estimé à l’époque que ce dossier devra être confié au Conseil Supérieur des
Militaires une fois mis en place. Depuis lors, rien n’est fait et après plus de
cinq(5) ans de détention, les prévenus encore présumés innocents,
croupissent toujours en prison.

En Avril 2008, le député Kpatcha Gnassingbé et 24 autres personnes (civils et


militaires) ont été interpellés et maintenus en détention pour tentative
d’atteinte contre la sûreté intérieure de l’Etat. Leurs différents lieux de
détention restent difficilement accessibles, voire impossibles à leurs familles et
même à leurs conseils, au grand mépris des principes cardinaux et
constitutionnels des droits de la défense.

Les statistiques situent à plus de la moitié de la population carcérale, le


nombre des personnes en détention préventive.

C’est là une situation assez préoccupante et qui met à mal toute idée d’Etat
de droit.

CHAPITRE IV : LA LIBERTE DE CIRCULATION


La liberté de circulation est le droit pour tout individu, exceptées, entre autres,
les personnes ayant le statut de mineur ou en conflit avec la loi, de se
déplacer librement dans un pays, de quitter celui-ci et d'y revenir. La liberté
de circulation est reconnue par la Déclaration universelle des droits de
l'homme (DUDH) en son article 13 selon lequel : « Toute personne a le droit de
circuler librement et de choisir sa résidence à l’intérieur d’un Etat. Toute
personne a le droit de quitter tout pays, y compris le sien et de revenir dans
son pays » ; elle est consacrée par la Constitution Togolaise du 14 octobre
1992 qui autorise les déplacements intérieurs et hors frontières et dispose en
son article 22 : « Tout Togolais a le droit de circuler librement sur le territoire
national en tout point de son choix dans les conditions définis par la loi ou la
coutume locale ».

La liberté de circulation implique pour tout Togolais le droit de quitter son


pays et d’y revenir à tout moment sans être inquiété. Il en est de même dans
le choix de la résidence. Ainsi tout citoyen peut se déplacer à n’importe quel
point du territoire pourvu qu’il justifie d’un domicile élu.

Rapport Général de la Ligue Togolaise des Droits de l’Homme (LTDH) sur la situation des droits de l’homme au Togo : Année 2010 24
Publié à Lomé le 10 décembre 2010
L'exercice de ces droits ne peut faire l'objet d'autres restrictions que celles qui,
prévues par la loi, constituent des mesures nécessaires, dans une société
démocratique, à la sécurité nationale, à la sûreté publique, au maintien de
l'ordre public, à la prévention des infractions, à la protection de la santé ou
de la morale, ou à la protection des droits et libertés d'autrui.

Force est de constater cependant que cette liberté fondamentale bien que
consacrée par la législation nationale et les conventions internationales
ratifiées par le Togo, connait des limites et atteintes graves.

En effet, le 1er août 2010, une délégation du FRAC et du parti politique UFC
conduite par son ancien Secrétaire Général, M. Jean-Pierre Fabre a été
empêchée d’accès à Kpalimé, ville située à 120 kilomètre au Nord-Ouest de
Lomé. Ils avaient été interrompus au niveau de NOTSE-MONU dans la
préfecture d’Agou.

La même délégation a subi un sort pareil quelques jours plus tard (le mardi, 03
septembre 2010) à Adétikopé à quelques kilomètres de Tsévié, ville située à
35 kilomètre de Lomé où elle se rendait pour tenir une réunion avec les
responsables fédéraux de leur parti politique ;

En outre M. Jean-Pierre FABRE malgré sa qualité de député à l’Assemblée


Nationale a vu son domicile à plusieurs reprises encerclé par des agents de
sécurité et, soit empêché de sortir pour se rendre à des manifestations
organisées par des partis politiques de l’opposition regroupés au sein du Front
Républicain pour l’Alternance et le Changement (FRAC), soit soumis à des
courses poursuite dans les rues de Lomé par la gendarmerie nationale
togolaise, ce fut précisément les samedis 14 août, 04 septembre 2010 et 11
septembre 2010. Certains autres leaders de l’opposition togolaise, à l’instar
de M. Agbéyomé KODJO, Président du parti politique OBUTS (Organisation
pour Bâtir dans l’Union un Togo Solidaire) et ancien Premier Ministre togolais,
ont également été empêchés durant le mois de septembre 2010 de jouir
valablement de leur liberté d’aller et de venir.

Ce dernier a par ailleurs été victime d’une situation créée par les autorités
togolaises concernant un mandat d’arrêt international décerné contre lui et
maintenu à l’Interpol de Lyon(France) jusqu’à la date du 05 août 2010 en
dépit de l’ordonnance N°22/07 du 31 août 2007 qui mettait fin à cette
procédure, les autorités compétentes togolaises n’ayant pas informé celles
de Lyon du retrait dudit mandat d’arrêt. Ce qui est de nature à limiter les
déplacements de ce dernier et par conséquent porter atteinte à sa liberté
d’aller et de venir.

Rapport Général de la Ligue Togolaise des Droits de l’Homme (LTDH) sur la situation des droits de l’homme au Togo : Année 2010 25
Publié à Lomé le 10 décembre 2010
Le racket routier

Certaines pratiques ayant cours sur les routes togolaises et érigées en principe
constituent des entraves graves à la liberté de circulation des personnes et
des biens sur le territoire national sous les regards passifs et coupables des
autorités qui n’arrivent pas à prendre des mesures sincères en vue de leur
éradication.

En effet, les conducteurs des taxis, taxi motos et bus chargés d’assurer le
transport (en ville et interurbains) des citoyens, s’exposent à des rackets
imposés par les agents de la sécurité déployés sur les routes pour veiller au
respect du code de la route.

Il existe un tarif spécial prévu à chaque poste de contrôle douanier ou


policier que le conducteur est tenu de verser sans décharge ou reçu même
s’il a tous ses documents ou pièces à jour (permis de conduire, assurance en
cours de validité….). Sur la Nationale N°5 (Tronçon Lomé-Kpalimé) un policier
a déclaré à un conducteur qui lui tendit la chemise contenant les pièces de
son véhicule : « c’est ça moi je mange ? »

Dans le dernier rapport de l’observatoire des pratiques anormales, publié ce


30 novembre 2010, il s’est avéré que les rackets ont connu une hausse de
1,65% alors que le nombre de temps de contrôle va en baissant de 15,88% à
8,42%. Nous pourrons affirmer qu’à Lomé ou tout au long de la Nationale N°1,
cette pratique échappe aux données statistiques car elle est devenue une
activité génératrice de revenues pour les agents de sécurité.

Ces pratiques fort regrettables ne font qu’encourager malheureusement des


surcharges dans ces véhicules, ce qui constitue une véritable cause
d’accident sur nos routes alors que les usagers des routes trouvent normales
ces violations du code de la route qu’ils ont à tort érigées en principe.

Prenez un taxi ou un bus en direction de BLITTA, vous ferez des arrêts à DAVIE-
MONDJI, AGBELOUVE, DATCHA, DJEREWOUYE, NYAMASSILA… ; changez
d’itinéraire en empruntant la Nationale N°5 (tronçon Lomé-Kpalimé) ou autre
tronçon reliant deux villes du pays, vous verrez si nous nous sommes trompés
dans cette analyse.

Les pratiques à nos frontières ne sont pas du reste. Là également, le non


respect de la liberté d’aller et de venir se caractérise par le paiement des
charges inutiles en dehors de la présentation de pièces d’identité.

Rapport Général de la Ligue Togolaise des Droits de l’Homme (LTDH) sur la situation des droits de l’homme au Togo : Année 2010 26
Publié à Lomé le 10 décembre 2010
La liberté de circulation vise en réalité à faciliter la circulation des personnes
et des biens à l’échelle communautaire tout en évitant d’exposer nos
populations au danger du trafic des personnes, de stupéfiants et des
harcèlements transfrontaliers.

Cependant lorsque par exemple, le passage des frontières d’Aflao, de


Sanvikondji et de Cinkassé reste soumis aux paiements de faux frais même si
l’on est munis d’une pièce d’identité (passeport ou de la carte d’identité) et
malgré le fait que les organisations sous régionales telles la CEDEAO et
l’UEMOA ne cessent de proclamer haut et fort l’intégration des peuples à
travers la libre circulation des biens et des personnes, il se pose là un véritable
problème d’intégration régionale qui malheureusement, n’existe que dans les
discours.

CHAPITRE V : LA LIBERTE D’ASSOCIATION

1- Cadre Juridique et Institutionnel

La création d’associations est régie par la Loi française N°40-484 du 1er Juillet
1901 rendue applicable au Togo par arrêté N°265/CAB du 08 avril 1946.

La liberté d’association est consacrée par l’article 20 alinéa 1er de la


Constitution qui dispose « Toute personne a droit à la liberté de réunion et
d’association pacifiques ».

La liberté d’association a connu un essor depuis l’avènement de la


démocratie au Togo en 1990.

On dénombre en Juin 2010 environ 14300 associations qui exercent sur toute
l’étendue du territoire national. Il s’agit entre autres d’associations de défense
des droits de l’Homme, d’associations religieuses, d’associations pour la
promotion de la démocratie, d’associations de développement, de
promotion de l’éducation, de la science et de la culture.

Les associations sont créées par simple déclaration au Ministère de


l’Administration Territoriale, de la Décentralisation et des Collectivités locales
après dépôt de leurs statuts, du règlement intérieur, de la liste des membres
du bureau exécutif et de celle des membres fondateurs en trois (03)
Rapport Général de la Ligue Togolaise des Droits de l’Homme (LTDH) sur la situation des droits de l’homme au Togo : Année 2010 27
Publié à Lomé le 10 décembre 2010
exemplaires, une enveloppe timbrée et une quittance des frais d’étude de
dossier qui va de 15000 FCFA à 150 000 FCFA selon la nationalité de
l’association.

L’article 4, du décret N°92-130/PMRT du 27 mai 1992 fixant les conditions de


coopération entre les organisations Non Gouvernementales et le
Gouvernement, précise que l’installation au Togo de toute association
internationale ou étrangère se prévalant de la qualité d’ONG doit être
régulièrement autorisée par les autorités compétentes. La demande
d’installation doit être adressée au Ministère de l’Administration Territoriale, de
la Décentralisation et des Collectivités Locales qui se prononce par arrêté en
cas d’agrément ou par simple notification en cas de rejet (article 5 décret
n°92-130/PMRT).

En ce qui concerne la demande de reconnaissance de leur qualité d’ONG,


elle doit être adressé au Ministre des Affaires Etrangères et de l’Intégration
Régionale, par les associations internationales et étrangères (art.8 du décret).
L’agrément du Ministère de l’Administration Territoriale, de la Décentralisation
et des Collectivités Locales doit être joint à cette demande.

S’agissant des associations nationales sollicitant leur admission au statut


d’ONG, leurs demandes doivent être adressées au Ministère de la
Coopération, du Développement et de l’Aménagement du Territoire sur
présentation de l’agrément délivré par le Ministère de l’Administration
Territoriale, de la Décentralisation et des Collectivités Locales. Le Ministère de
la coopération se prononce sur cette demande par la signature d’un
accord-programme en cas d’acceptation ou par simple notification en cas
de rejet (art. 7 du décret).

Enfin, il y a la Loi N°91-4 du 12 avril 1991 portant charte des partis politiques qui
régit la création des partis politiques. Cette loi a fait l’objet de multiples et
diverses interprétations par endroits au cours de l’année 2010 tant dans
l’affaire OBUTS (Organisation pour Bâtir dans l’Union un Togo Solidaire) parti
politique de l’ancien premier Ministre Agbeyomé KODJO que dans l’affaire
opposant la branche de l’UFC (Union des Forces pour le Changement)
favorable au député Jean-Pierre FABRE à la branche UFC restée fidèle aux
idées de M. Gilchrist Olympio.

A ce jour, quatre-vingt quatorze (94) partis politiques sont enregistrés au


Ministère de l’Administration Territoriale, de la Décentralisation et des
Collectivités Locales.
Rapport Général de la Ligue Togolaise des Droits de l’Homme (LTDH) sur la situation des droits de l’homme au Togo : Année 2010 28
Publié à Lomé le 10 décembre 2010
2- Les entraves à la liberté d’association

Il faut noter qu’en dépit de la législation en la matière, les associations et


ONG éprouvent d’énormes difficultés relatives au retard dans la délivrance
des récépissés leur permettant d’exercer librement leurs activités sur le
territoire national.

La lenteur de l’Administration dans le traitement des dossiers est plus


remarquable dans la procédure de délivrance des récépissés aux
associations et ONG. Cette lenteur est aussi souvent observée lorsqu’il s’agit
d’une association que le pouvoir suppose proche de l’opposition comme
c’était le cas du MCA (Mouvement Citoyen pour l’Alternance).

Les autorités en charge de la délivrance des récépissés des associations


refusent systématiquement de recevoir la déclaration et de délivrer de
récépissé aux associations religieuses sous prétexte qu’elles font de bruits
sonores et de troubles de voisinage. Bien que le trouble de voisinage soit puni
par la loi, il faut que l’état garantisse la liberté d’association avant de vouloir
contrôler les actions dédites associations.

On note aujourd’hui que plus des 2/3 des associations existantes exercent
sans leur récépissé ce qui atteste le non respect de cette liberté
d’association.

Mais les graves violations de la liberté d’association sont dirigées contre les
partis politiques et associations, en particulier ceux dits de l’opposition.
(OBUTS, UFC, MCA).

Il faut d’abord noter que le financement des parties politiques n’est nullement
effectif au Togo. Les partis de l’opposition sont laissés à leur triste sort alors
que le Parti au pouvoir utilise les biens et ressources étatiques à des fins
politiques.

Ces pratiques ont été remarquablement mises en œuvre lors des campagnes
électorales pour l’élection présidentielle du 04 mars 2010 où des responsables
des administrations, des préfets et même des chefs traditionnels ont battu
campagne pour le candidat du Parti au pouvoir, et utilisé des véhicules à
immatriculation gouvernementale lors desdites campagnes électorales.

Ensuite, l’année 2010 a laissé des souvenirs amers dans les esprits des
membres de certains partis politiques de l’opposition.

Rapport Général de la Ligue Togolaise des Droits de l’Homme (LTDH) sur la situation des droits de l’homme au Togo : Année 2010 29
Publié à Lomé le 10 décembre 2010
En effet, pour avoir refusé de participer au Gouvernement dit de large
ouverture proposé par le Chef de l’Etat après sa réélection, Monsieur
Agbéyomé KODJO, Président du parti politique OBUTS (Organisation pour
Bâtir dans l’Union un Togo Solidaire) en a subi les conséquences. Son Parti
OBUTS avait été dissout en flagrante violation de la Loi N°91-4 du 12 avril 1991
portant Charte des Partis Politiques. Il n’a été réhabilité que grâce au
courage des Juges de la Cour d’Appel qui ont infirmé le Jugement ayant
prononcé la dissolution.

Il faut que le gouvernant prenne conscience du respect de la législation qui


est la plus souveraine.

CHAPITRE VI : LA LIBERTE DE MANIFESTATION


Elle est protégée par l’article 30 de la Constitution qui dispose : « L’Etat
reconnaît et garantit dans les conditions fixées par la loi, l’exercice des
libertés d’association, de réunion et de manifestation pacifique et sans
instruments de violence ».

Au Togo, l’exercice de la liberté de manifestation n’est soumise à aucune


autorisation administrative préalable, mais exige simplement une information
préalable adressée à l’autorité compétente 48 heures avant toute
manifestation pacifique ;

Cependant, de multiples violations à cette liberté fondamentale ont été


enregistrées au cours de cette année 2010 :

En effet :

Le 06 et 07 mars 2010, des manifestations populaires organisée par les partis


politiques regroupés au sein du Front Républicain pour l’Alternance et le
Changement (FRAC) en protestation contre les résultats du scrutin
présidentiel du 04 mars, ont été violemment réprimées par les forces de
sécurité, le bilan : des manifestants blessés, plusieurs militants de l’opposition
arrêtés dont le sieur Komla Gérard ADJA, membre du parti politique OBUTS
(Organisation pour Bâtir dans l’Union un Togo Solidaire) et conseiller
spécial de M. Agbéyomé KODJO, M. Emmanuel ATAYI militant de OBUTS, et
des coordinateurs du Mouvement Citoyen pour l’Alternance (MCA), à savoir
Fulbert ATTISSO et Guillaume COCO. Il en est de même des nommés Jerôme
KOUMAH, Augustin Kokou GLOKPOR et Dakitsé BENISSAN, militants de l’UFC
arrêtés et détenus pendant plusieurs jours à la Gendarmerie de Lomé , des
responsables politiques visiblement atteints de gaz lacrymogènes, M. Dahuku
Rapport Général de la Ligue Togolaise des Droits de l’Homme (LTDH) sur la situation des droits de l’homme au Togo : Année 2010 30
Publié à Lomé le 10 décembre 2010
PERE, président du parti politique l’ALLIANCE a été blessé aux pieds , des
véhicules de certains responsables politiques saisis, des motos des
manifestants emportées par les agents de sécurité ;

Ces manifestations certes ont été organisées sans que la condition


d’information préalable ne soit remplie mais une telle omission de la part
d’un parti politique ou d’un regroupement de partis politiques, ne saurait
justifier des répressions aussi violentes que celles connues ce jour ;

Les lundi 08 et mardi 09 mars 2010, des manifestations de rue organisées par
le FRAC ont été dispersées à coups de gaz lacrymogènes sous prétexte que
les manifestations seraient interdites au Togo les jours ouvrables suivant une
lettre datée du 07 février 2007 adressée par le Ministre de la Sécurité aux
partis politiques. La répression de cette manifestation dépassait
l’entendement.

En effet, le lieu fixé pour le rassemblement en vue de la marche pacifique fut


envahi par les éléments de la gendarmerie qui dispersaient à coups de
grenades lacrymogènes assourdissantes les manifestants « récalcitrants » ainsi
que les passants et même les habitants du quartier de Bè, jusque dans
l’enceinte du siège de l’UFC où des manifestants s’étaient réfugiés et même
dans les maisons voisines audit siège. On note ce jour également plusieurs
arrestations parmi les jeunes manifestants ainsi que plusieurs blessés.

Des manifestations publiques (marches pacifiques) organisées par les


bureaux fédéreaux de l’Union des Forces du Changement (UFC) de Kloto et
de l’Ogou pour le samedi 20 mars 2010, ont été interdites à Kpalimé par le
préfet de la localité (préfet de Kloto) par lettre N° 28/ME-MATDCL/RP/PK/KP
du 17 mars 2010 et à Atakpamé par le préfet de la localité (préfet de l’Ogou)
suivant lettre N° 002/ME-MATDCL/RP/PO/Atakpamé du 19 mars 2010.

Par lettre N° 41/PZ du 23 mars 2010, le Préfet de Zio a interdit un sit-in et une
marche de protestation organisés par la fédération de l’union des Forces de
Changement (UFC) les mercredi 24 et samedi 27 mars 2010.

Le mercredi, 24 mars 2010, la gendarmerie a sauvagement dispersé à coups


de grenades lacrymogènes, une immense foule de militants et sympathisants
de l’opposition réunie au sein du FRAC au siège du parti politique l’Union des
Forces de Changement au quartier Bè à Lomé pour une « veillée de prières et
de chants » et munie de cierges allumés. Cette intervention musclée de la
gendarmerie faisait suite à la découverte au sein de la foule d’un individu
muni d’un pistolet portant le numéro 15 RP 26256 avec 5 balles dans le
chargeur, lequel s’était présenté au départ comme journaliste, se
réclamait finalement « agent secret » et a été malheureusement brutalisé par
certains militants du FRAC. On notait ce jour suite à l’assaut de la
Rapport Général de la Ligue Togolaise des Droits de l’Homme (LTDH) sur la situation des droits de l’homme au Togo : Année 2010 31
Publié à Lomé le 10 décembre 2010
gendarmerie sur les lieux de la prière, plusieurs manifestants blessés dont des
cas graves.

Le samedi 03 avril 2010, une marche pacifique organisée par le FRAC à


Tsévié, interdite par le Préfet de Zio sur instruction de son « supérieur
hiérarchique » sous le motif insidieux de l’insuffisance des agents de sécurité
pouvant encadrer ladite manifestation, a été violemment réprimée par ces
agents de sécurité : le bilan, c’est de nombreux citoyens blessés ;

Le mercredi 14 avril 2010, une veillée de prières et de chants organisée au


siège de l’UFC par le FRAC a été empêchée par la Gendarmerie nationale
dont une centaine d’élément ont pris d’assaut les lieux quelques heures plus
tôt, faisant irruption dans les locaux abritant le siège de l’UFC qu’ils ont
saccagés emportant plusieurs matériels dont des téléphones fixes, du
matériel informatique, du matériel de confection de cartes de membres, des
cartes de membres et des sommes d’argent, selon les victimes. Des militants
de l’opposition furent interpellés, violentés et conduits à la gendarmerie
nationale où ils furent gardés plusieurs heures durant et soumis à des tortures
et autres traitement inhumains et dégradants avant d’être libérés le
lendemain. D’autres exactions ont été également commises dans le quartier
Bè tard dans la nuit de ce 14 avril où les paisibles populations ont été
soumises à des intimidations de tous genres ;

Par correspondance référencée V/L n° 032/MATDCL/MSPC/CAB datée du 15


avril 2010, adressée aux responsables du FRAC, Le Ministre d’Etat, Ministre de
l’Administration Territoriale, de la Décentralisation et des collectivités Locales,
porte-parole du gouvernement, a interdit une marche pacifique organisée
par le FRAC dans certaine ville de l’intérieur du pays en écrivant
expressément que les manifestations à l’intérieur du pays sont interdites du
fait de « l’obligation faite à l’Etat de protéger le droit pour tout citoyen de
circuler librement ».

Le mercredi 21 avril 2010, une veillée de prière prévue par le FRAC à 17H au
temple Méthodiste SALEM de Hanoukopé a été ramenée à 12h 00 par les
responsables de l’Eglise Méthodiste sous la contrainte des autorités togolaise.
Cependant et contre toute attente, déjà à 09 heures, des centaines
d’agents de sécurité ont bouclé les abords de l’Eglise empêchant tout accès
des lieux aussi bien aux militants du FRAC, aux fidèles de ladite église qu’à
tout autre citoyen. Une foule de militants rassemblés dans les environs qui
avaient allumé des bougies et entonné des cantiques et des chants patriotes,
a été alors chargée de coups de grenades lacrymogènes ; certains
manifestants tabassés et sérieusement molestés, une cinquantaine de motos
saisies (voir la liste en Annexe N°2). Cette situation est suivie plus tard de rafles
dans les maisons et quartiers environnants avec des arrestations. On notait
une cinquantaine de blessés dont un pasteur de l’Eglise Méthodiste molesté
Rapport Général de la Ligue Togolaise des Droits de l’Homme (LTDH) sur la situation des droits de l’homme au Togo : Année 2010 32
Publié à Lomé le 10 décembre 2010
par les forces de sécurité. Parmi une dizaine de blessés graves, on notait un
vendeur de produits laitiers (Fan Milk) qui, exerçant son activité habituelle,
s’était retrouvée par malheur sur les lieux ;

Le dimanche 02 mai 2010, une marche pacifique prévue par le FRAC à


Sokodé fut avortée suite au quadrillage de la ville par un contingent de
militaires ;

Une autre correspondance N°039/MATDCL/MSPC/CAB datée du 06 mai 2010


du Ministre de l’Administration territoriale, de la Décentralisation et des
Collectivités Locales, interdisait à nouveau et sans juste motif, des
manifestations projetées par le FRAC dans certaines villes de l’intérieur du
pays. Ainsi, la marche prévue à Sokodé pour le 09 mai 2010 a été empêchée
et des motos (14) et vélos (6) des manifestants saisis (Voir liste en Annexe
N°3).On notait également des arrestations de certains militants de
l’opposition de ladite localité, notamment les nommés : FARE Kpandja
(Président cantonnal de l’UFC), DARE Gbati, ALI Koyanté, DJABARE Issofa et
TIGNOKPA Gnadi ;

Les 22 et 23 juin 2010 des manifestations spontanées des populations de


certains quartiers de la ville de Lomé, en protestation contre la haute
démesurée des prix des produits pétroliers, ont été sauvagement réprimées
de manière sanglante par les forces de sécurité. Certes il est vrai que ces
manifestations n’ont respecté aucune forme réglementaire requise et ont
perturbé par endroits la circulation mais la répression a été faite de manière
disproportionné ce qui a entraîné plusieurs cas de blessés, des dizaines de
personnes arrêtées (même des non manifestants) et même un mort tué à
balle réelle par la Gendarmerie Nationale

Le dimanche, 1er août 2010, un convoi de l’UFC et du FRAC qui se rendait à


Kpalimé (ville situé à 120 Km au Nord-Ouest de Lomé) en vue « d’animer un
meeting d’information et de sensibilisation des militants », a été intercepté en
cours de route par un important dispositif des forces de sécurité et interdit
d’accès à une vingtaine de kilomètre de ladite ville au lieu dit Notsé-Monu.
De plus, plusieurs interpellations ont eu lieu à Kpalimé et dans les localités
environnantes avec saisie des matériels du meeting ;

Le Lundi, 10 août 2010, une réunion (congrès) organisée par une branche de
l’Union des Forces de Changement (UFC) a été empêchée par les autorités
politiques togolaises et les participants à ce congrès se sont heurtés à un
groupe de gendarmes et policiers qui très tôt le matin, ont envahi les lieux
devant abriter la réunion (Le Foyer de l’Eglise Evangélique Presbytérienne de
Nyékonakpé) tirant des grenades lacrymogènes et passaient à tabacs tous
passants ou militants qui arboraient de T-Shirt ou de chemises de couleur
jaune, couleur de l’UFC. On notait ce jour également plusieurs arrestations
Rapport Général de la Ligue Togolaise des Droits de l’Homme (LTDH) sur la situation des droits de l’homme au Togo : Année 2010 33
Publié à Lomé le 10 décembre 2010
tant parmi les militants, les sympathisants de l’UFC que parmi de simples
passants ;

Le samedi 14 août 2010 , une marche pacifique de protestation prévue par


les partis politique regroupés au sein du FRAC, a été empêchée par le
pouvoir qui a fait déployer des éléments des forces de l’ordre et de sécurité
aussi bien sur les lieux du rassemblement des manifestants au quartier Bè (au
lieu dit Kondjindji) qu’à la plage, point de chute de ladite manifestation. Ce
jour encore, on déplorait plusieurs personnes interpellées dont la plupart
n’étaient que de simples innocents ayant commis l’erreur de circuler dans les
rues de Lomé ce samedi là. Par ailleurs Monsieur Jean-Pierre FABRE, député à
l’Assemblée Nationale, à bord de son véhicule, a été poursuivi par les
véhicules des forces de sécurités dans les rues de Lomé durant une période
relativement longue, ceci dans l’unique but de l’empêcher de se rendre sur
les lieux des manifestations.

Cette même scène se produisit le Samedi 04 septembre 2010 où l’on


dénombrait plusieurs blessés par des grenades lacrymogènes dont des
enfants mineurs, et le samedi 11 septembre 2010 où, en dehors de la course
poursuite à laquelle s’étaient livrées les forces de l’Ordre et de sécurité à
l’encontre de M. Jean-Pierre FABRE, le domicile de ce dernier a été
encerclée par les gendarmes de même que celui de M. Agbéyomé KODJO,
Président du parti politique OBUTS (Organisation pour Bâtir dans l’Union un
Togo Solidaire). Les grenades lacrymogènes étaient encore au rendez-vous
avec leurs cortèges de blessés et de saisies de motocyclettes.

Le samedi 30 octobre 2010, une marche de protestation pacifique organisée


par les organisations de défense des droits de l’Homme (ODDH) , l’Action des
Chrétiens pour l’Abolition de la Torture (ACAT-TOGO), l’Association Togolaise
des Droits de l’Homme (ATDH), l’Association Togolaise pour la Défense et la
Promotion des Droits Humains (ATDPDH), le Collectif des Associations Contre
l’Impunité au Togo (CACIT), la Coalition Togolaise des Défenseurs des Droits
Humains (CTDDH) et la Ligue Togolaise des Droits de l’Homme (LTDH), a été
violemment dispersée et réprimée par les forces de sécurité de la
gendarmerie nationale togolaise. Cette marche avait été organisée pour
protester contre une dégradation de la situation des droits de l’Homme et
des libertés fondamentales, notamment des propos émis par le Président de
l’Assemblée Nationale contraires aux droits de l'Homme, des cas d’arrestation
et de détentions arbitraires, l'arbitraire de la justice et des irrégularités dans
l'administration de la justice, la persistance de l’impunité, l’immixtion du
pouvoir exécutif dans les fonctions judiciaires, l’interdiction et la répression
systématique et disproportionnée des manifestations pacifiques, l’interdiction
générale et permanente de manifester les jours ouvrables et dans les villes de
Rapport Général de la Ligue Togolaise des Droits de l’Homme (LTDH) sur la situation des droits de l’homme au Togo : Année 2010 34
Publié à Lomé le 10 décembre 2010
l’intérieur du pays et la violation des droits économiques, sociaux et culturels
avec la flambée des prix des produits de première nécessité, consécutive à
l’augmentation du prix des produits pétroliers, la cherté du coût de la vie au
Togo.

Curieusement et alors qu’aucune interdiction formelle et expresse ne leur ait


été notifiée suite à leur courrier daté du 25 octobre 2010 informant
régulièrement le Ministère de l’Administration Territoriale, de la
Décentralisation et des Collectivités Locales de ladite manifestation, avec
ampliations au Ministre de la Sécurité et de la Protection Civile et à celle des
Droits de l’Homme, de la Consolidation de la Démocratie et de la Formation
Civique ainsi qu’à bien d’autres institutions encore, ces ODDH ont été
violemment dispersées et réprimées à coups de grenades lacrymogène et les
manifestants bastonnés par les Forces de l’Ordre et de Sécurité instruits à cet
effet. On note encore des motocyclettes de manifestants emportés par les
agents de sécurité. (Voir la liste en annexe N°4).

CHAPITRE VII : LA LIBERTE D’EXPRESSION ET LA


LIBERTE DE PRESSE

Ces principes sont énoncés à l’article 19 de la déclaration Universelle des


droits de l’Homme (DUDH) aux termes duquel : « Tout individu a droit à la
liberté d'opinion et d'expression, ce qui implique le droit de ne pas être
inquiété pour ses opinions et celui de chercher, de recevoir et de répandre,
sans considération de frontières, les informations et les idées par quelque
moyen d'expression que ce soit. »

Ils seront consacrés par la constitution togolaise du 14 octobre 1992 en son


article 25 dont le 1er alinéa dispose : « toute personne a droit à la liberté de
pensée, de conscience, de religion, de culte, d’opinion et d’expression.
L’exercice de ces droits et libertés se fait dans le respect des libertés d’autrui,
de l’ordre public et des normes établies par la loi et les règlements ».

Aux termes de l’article 19-2 du Pacte international relatif aux droits civils et
politiques de 1976, la liberté d'expression comprend la liberté de rechercher,
de recevoir et de répandre des informations et des idées de toute espèce,
sans considération de frontières, sous une forme orale, écrite, imprimée ou
artistique, ou par tout autre moyen de son choix.

Rapport Général de la Ligue Togolaise des Droits de l’Homme (LTDH) sur la situation des droits de l’homme au Togo : Année 2010 35
Publié à Lomé le 10 décembre 2010
Cela implique nécessairement la liberté de culte et de religion, la liberté de
presse (article 26 de la constitution togolaise) et pose le problème d’accès
des citoyens, organisations de la société civile et partis politiques aux médias
d’Etat.

1- La liberté de culte, de religion

Au Togo, la liberté de culte et de religion a connu depuis plusieurs années


déjà, une véritable promotion et son exercice se fait librement et sans grande
entrave. Cette situation se caractérise par un foisonnement de confessions et
de pratiques religieuses dans toutes les localités du pays même si ces
pratiques pour la plupart des cas, se font de manière anarchique sans aucun
contrôle sérieux de l’Etat, ce qui crée souvent des situations de nature à
troubler la tranquillité des citoyens.

Cependant la liberté de culte et de religion a connu au cours de cette


année, des atteintes graves remettant en cause les acquis de plus de deux
(2) décennies.

En effet, le pouvoir public à plusieurs reprises, a empêché des séances de


prières hebdomadaires aux fidèles de l’Eglise Méthodiste en faisant déployer
les mercredis 21 avril, 11, 18, 25 août et 1er septembre 2010, un important
dispositif de forces de sécurité qui ont bouclé l’accès du temple méthodiste
Salem de Lomé, usant de gaz lacrymogènes et procédant à des
bastonnades et à des arrestations arbitraires. Un Pasteur a été même molesté
par les forces de sécurité le 21 avril 2010 et Le Responsable de ladite Eglise a
fait l’objet de menaces et d’intimidations ;

Cette situation très inquiétante qui ne saurait être justifiée par aucun prétexte
dans un Etat qui se veut laïc et respectueux des libertés fondamentales,
constitue une grave violation des dispositions de l’article 25 alinéas 3 et 4 de
la constitution Togolaise qui dispose : « l’exercice du culte et l’expression des
croyances se font dans le respect de la laïcité de l’Etat. Les confessions
religieuses ont le droit de s’organiser et d’exercer librement leurs activités
dans le respect de la loi ».

2- Le droit de vote

L’article 21 de la Déclaration Universelle des Droits de l’Homme (DUDH)


dispose en ses alinéas 1er et 3 :

« Toute personne a droit de prendre part à la direction des affaires publiques


de son pays, soit directement, soit par l’intermédiaire de représentants
librement choisis ;

Rapport Général de la Ligue Togolaise des Droits de l’Homme (LTDH) sur la situation des droits de l’homme au Togo : Année 2010 36
Publié à Lomé le 10 décembre 2010
La volonté du peuple est le fondement de l’autorité des pouvoirs publics ;
cette volonté doit s’exprimer par des élections honnêtes qui doivent avoir lieu
périodiquement, au suffrage universel égal et au vote secret ou suivant une
procédure équivalente assurant la liberté du vote. »

L’article 13 de la Charte Africaine des Droits de l’Homme et des Peuples


(CADHP) reconnait à son tour le droit de chaque citoyen « à participer
librement à la direction des affaires publiques de son pays, soit directement
soit par l’intermédiaire de représentants librement choisis conformément aux
dispositions de la loi ».

La liberté politique ainsi proclamée pose le principe du droit de participer à la


détermination de la politique nationale que sous entend l’égalité devant le
suffrage et suppose deux postulats : le droit d’être électeur et celui d’être
éligible.

L’effectivité de ce droit signifie que l’individu, en obéissant au pouvoir,


n’obéit en fait qu’à lui-même. Par l’expression du suffrage, le pouvoir cesse
d’être la propriété d’un individu ou d’une classe sociale pour devenir une
fonction temporaire confiée par les citoyens à une majorité.

Au Togo, l’exercice de ce droit évolue en dents de scie et connaît assez de


lacunes et de défaillances. Les questions liées au découpage électoral, à
confection d’un fichier électoral fiable, au vote des Togolais de la diaspora et
à la à la compilation et centralisation des résultats du vote se posent avec
acuité et restent souvent à la base de la contestation des résultats finaux.

Ces lacunes, conjuguées avec la non indépendance des institutions


chargées de l’organisation des scrutins électoraux et du règlement du
contentieux électoral, notamment la Commission Electorale Nationale
Indépendante et la Cour Constitutionnelle, rendent inéluctablement fausse
l’expression du suffrage et partant, la légitimité des élus.

3- L’accès des citoyens, organisations de la société civile et des


formations politiques aux médias d’Etat

Mis à part la période électorale (période de la campagne électorale) où la


Haute Autorité de l’Audiovisuelle et de la communication (HAAC) veille à
l’égal accès des partis politiques aux médias, l’on assiste et l’on a assisté
cruellement durant tout le reste de l’année, à un traitement des informations
au seul profit du parti au pouvoir au mépris des autres partis politiques (de
l’opposition notamment). Les réunions, conférences de presse, meetings ou
autres manifestations organisées par les partis politiques de l’opposition, ne
Rapport Général de la Ligue Togolaise des Droits de l’Homme (LTDH) sur la situation des droits de l’homme au Togo : Année 2010 37
Publié à Lomé le 10 décembre 2010
sont presque pas couverts ou retransmis sur les médias d’Etat, ou lorsqu’ils le
sont, cela passe juste en une fraction de temps et souvent avec des
commentaires qui ne reflètent pas la réalité des faits.

Cependant, des manifestations organisées par le parti au pouvoir ou à son


initiative, même les plus anodines, font l’objet de très larges diffusions.

Tout ceci s’est passé sous les regards passifs des membres de la HAAC qui
malheureusement, se contentent uniquement d’exercer leur contrôle parfois
exagéré, vis-à-vis des médias privés.

Même les associations de la société civile souffrent de cette situation très


regrettable de traitement infidèle des informations sur les médias d’Etat.

En effet, des communiqués et déclarations fustigeant des mauvaises


pratiques de l’opposition ou dénonçant des cas de violation des droits de
l’Homme, ne sont jamais diffusés sur les médias d’Etat.

En ce qui concerne les conférences de presse ou autres manifestations


organisées par les Organisations de la Société civile, elles ne sont jamais
loyalement transmises par les médias d’Etat surtout lorsqu’elles visent à
désavouer des comportements indignes d’une autorité politique,
administrative ou des agents de sécurité. Même les interviews accordées aux
journalistes de ces médias, sont estropiées et sont retransmises dépourvues de
leurs véritables substances. Ce fut le cas le 27 juillet 2010 où une interview
accordée par Me KPANDE-ADZARE Nyama, à la sortie d’une audience
accordée par le Premier Ministre Togolais, M. Gilbert HOUNGBO, à une
délégation du Bureau Exécutif de la Ligue Togolaise des Droits de l’Homme
(LTDH) qu’il conduisait, a été tronquée et présentée sur la TVT et dans TOGO
PRESSE (N° 8335 du mercredi 28 juillet 2010) comme si la LTDH s’était rendue
chez le Premier Ministre pour le féliciter pour son programme de
gouvernement qui prenait en compte la promotion des droits humains au
Togo (Confère Annexes N°5 & N°6 )

Cette situation d’inégal accès des partis politiques et des groupes de pression
aux informations et aux médias publics constitue une flagrante violation des
principes édictés par l’article 24 de la Loi créant la HAAC.

4- L’aide publique à la presse

Aux termes des dispositions de l’article 5 de la Loi portant institution de la


HAAC, l’Etat consent à la presse des avantages d’ordre économique et
financier. Or dans la pratique, il n’en est rien et les multiples promesses ne sont
pas tenues. Les seuls efforts sont l’octroi en 2002 aux médias,

Rapport Général de la Ligue Togolaise des Droits de l’Homme (LTDH) sur la situation des droits de l’homme au Togo : Année 2010 38
Publié à Lomé le 10 décembre 2010
de cinquante millions (50.000.000) de F CFA qui ont servi à l’achat de la
Maison du journalisme, puis ensuite de Trente-huit millions (38.000.000) de F
CFA, alors que dans d’autres pays, des sacrifices sont consentis jusqu’à une
subvention régulière de cinq cent millions, voire sept cent cinquante millions
de F CFA.

Ce manquement par l’Etat de ses obligations est susceptible de rendre la


presse plus dépendante à l’égard des pouvoirs publics, ce qui pourrait
l’exposer à la dérive, à la manipulation et au manque de professionnalisme.

5- Tentatives de menace, de musellement et d’intimidation des


journalistes

La constitution de 1992 consacre trois articles à la liberté de presse et aux


médias. Il s’agit des articles 25, 26, 130 et 131. Les deux premiers textes parlent
sur la liberté d’expression et de diffusion, tandis que les deux autres portent sur
la HAAC.

En effet l’article 25 précité consacre le droit généralement reconnu à la


liberté d’expression et d’opinion et l’article 26 quant à lui dispose que la
liberté de presse est reconnue et garantie par l’Etat et protégée par la loi. Ce
texte poursuit en disposant en son deuxième alinéa que toute personne a la
liberté d’exprimer et de diffuser par parole, écrit ou tous autres moyens, ses
opinions ou les informations qu’elle détient, dans le respect des seules limites
définies par la loi. Le troisième alinéa indique enfin que la presse ne peut être
assujettie à l’autorisation préalable, au cautionnement, à la censure ou à
d’autres entraves. En ce sens, l’interdiction de diffusion de toute publication
ne peut être prononcée qu’en vertu d’une décision de justice.

La pertinence démocratique de telles dispositions ne souffre d’aucune


contestation. L’affirmation des principes de la liberté d’expression et de
presse s’y trouve consacrée et ne connaît de limitation que par la seule
volonté du législateur.

Malheureusement, la presse privée togolaise a connu durant l’année 2010


des difficultés qui constituent des entraves graves au libre exercice de la
profession du journalisme par les professionnels de ces médias. Ces difficultés
sont caractérisées par des intimidations, des menaces, des tentatives de
corruption, des agressions des journalistes, des plaintes en cascades contre
des journalistes par les autorités politiques et administratives et même par
l’organe chargé de la régulation des médias.

Rapport Général de la Ligue Togolaise des Droits de l’Homme (LTDH) sur la situation des droits de l’homme au Togo : Année 2010 39
Publié à Lomé le 10 décembre 2010
En effet, le 18 mai 2010, trois (3) journaux, à savoir le bihebdomadaire, « LE
CORRECTEUR », les quotidiens « FORUM DE LA SEMAINE » et « LIBERTE » ont été
attraits pardevant le Tribunal correctionnel par la direction générale de la
Police Nationale pour publications de fausses nouvelles et diffamation. Cette
poursuite contre ces organes de presse est consécutive à des articles publiés
par ces journaux suite à une course poursuite entre deux policiers et un
conducteur de taxi-moto qui y a malheureusement trouvé la mort.
Le 15 juillet 2010, la Haute Autorité de l’Audiovisuelle et de la Communication
(HAAC) a saisi le Président du tribunal de Première Instance de Lomé, Juge
des référés aux fins d’interdiction de deux émissions interactives sur radio
Victoire FM et Radio X-Solaire sous prétexte de dérapages. Heureusement, le
tollé général suscité par cette assignation au sein de la société civile
togolaise, a amené les responsables de la HAAC à se raviser sous le prétexte
qu’ils n’avaient pas l’intention d’intenter des procès en justice contre ces
deux radios alors que la juridiction en était bien saisie à la requête de la
HAAC ;
Durant le mois d’août 2010, des informations ont fait état de ce que des
journalistes jugés critiques à l’égard du pouvoir et des animateurs de
certaines émissions à caractère politique animées sur certaines chaînes
radios, seraient considérés comme inscrits sur une liste rouge et donc
menacés de mort. Il s’agit précisément de : Augustin AMEGAN du journal
« Canard Indépendant », Olivier GLAKPE du journal « Le Correcteur », Jerôme
SOSOU du journal « Triangle des Enjeux », Ferdinand AYITE du journal
« Alternatives », de Marcel AGBEDOKOU, animateur de l’Emission
« Essogbévo » de « Radio X-SOLAIRE », Francis PEDRO du journal « COCRODILE
NEWS » et de Justin ANANI du même Journal (« COCRODILE NEWS ». Ce
dernier eut d’ailleurs le malheur de recevoir la visite inopinée d’individus non
identifiés au domicile et fut obligé de vivre durant un certain temps dans la
clandestinité.
Le 09 août 2010, le journaliste du nom de Faustin Yékini RADJI est mort des
suites d’un accident de circulation dont il a été victime trois jours plus tôt dans
des conditions non encore élucidées, alors qu’il revenait d’un reportage qu’il
venait d’effectuer dans le cadre des investigations sur un dossier sensible
concernant l’un des fils de l’ancien Chef de l’Etat Togolais, feu Gnassingbé
Eyadéma ;
Le 10 août 2010, un autre journaliste nommé Komi AGBEDIVLO alias Didier
Ledoux du quotidien « LIBERTE » a été violemment pris à partie par le
Lieutenant-colonel Romuald LETONDOT, coopérant militaire français et
conseiller du chef d’état major de l’armée de terre togolaise sous prétexte
qu’il a été pris en photo par ce journaliste. Sur les lieux de l’incident, le
militaire français avait menacé de faire appel au régiment para commando
de la garde présidentielle pour rétablir l’ordre. Suite à cet incident très grave
qui a indigné la communauté internationale et amené le Ministère de la
défense française à désavouer le ressortissant français à travers un
communiqué, la HAAC, contre toute attente, a publié le 13 août 2010, une
Rapport Général de la Ligue Togolaise des Droits de l’Homme (LTDH) sur la situation des droits de l’homme au Togo : Année 2010 40
Publié à Lomé le 10 décembre 2010
curieuse déclaration pour disculper l’officier français et charger le journaliste
togolais ;
Le 25 août 2010, le même journaliste, Didier LEDOUX alors qu’il venait de
prendre des images à l’entrée du palais de justice de Lomé lors d’une série
de procès contre la presse privée, a été pris à partie à nouveau par la
gendarmerie nationale avant d’être embarqué à bord d’un véhicule de
patrouille N° 0072 A GN sous le fallacieux prétexte qu’il filmerait les agents de
sécurité. Il fut relâché quelques minutes plus tard en cours de route après
avoir été roué de coups et piqué avec un instrument dont on ignore la
nature ;
Les divers procès contre la presse privée ont abouti le 25 août 2010 à la
condamnation du Journal Tribune d’Afrique (60 millions F CFA à titre de
dommages-intérêts, 6 millions F CFA d’amende et une interdiction de
parution sur toute l’étendue du territoire togolais) accusé d’avoir cité le nom
de Mey GNASSINGBE, l’un des frères cadet du Chef de l’Etat, dans un article
relatif au trafic de drogue au Togo ;
On note également les procès initiés par le Chef de l’Etat d’abord contre le
journal « l’Indépendant Express » successivement le 25 août 2010 sur une
fameuse affaire de femme et le 30 août 2010 suite à la publication par ledit
Journal d’un article dans lequel l’auteur critiquait les voyages intempestifs et
la gouvernance du Chef de l’Etat ; ensuite contre le journal « LIBERTE » dans
une double plainte consécutive à deux articles incriminés dont le premier
critiquait la gestion qui est faite du pays , l’ingérence du pouvoir exécutif
dans les affaires judiciaires et la seconde portait sur les affaires de l’Etat au
Togo et la prédominance du sexe sur celles-ci ; et enfin contre le Journal « La
Lanterne » suite à un article qui déplorait la misère qui sévit dans le pays au
moment où les autorités politiques au pouvoir mènent un train de vie
inimaginable ;
Heureusement que ces différentes procédures initiées par le Chef de l’Etat
contre des journalistes de la presse privée ont été abandonnées, ce dernier
ayant retiré ses plaintes. Cependant, ces procédures ont participé à un
moment donné de l’histoire du Togo, à une tentative de musellement de la
presse privée eu égard à l’allure prise par cette situation qui avait pris des
allures de harcèlement tous azimuts contre la presse et de contournement du
code de la presse au profit du code pénal et du code de procédure pénale,
et donc aboutit à une entrave à la liberté d’expression en général et à celle
de presse en particulier même s’il est évident dans une certaine mesure que
certains journalistes ont à des périodes données, manqué de
professionnalisme dans l’exercice de leur fonction ;
Par ailleurs, les journalistes n’ont cessé d’essuyer des jets de gaz
Lacrymogènes durant les couvertures des manifestations publiques
organisées par certains partis politiques de l’opposition regroupés au sein du
FRAC pour contester les résultats du scrutin présidentiel du 04 mars 2010. Lors
de ces manifestations, des journalistes qui exerçaient leurs fonctions sur le

Rapport Général de la Ligue Togolaise des Droits de l’Homme (LTDH) sur la situation des droits de l’homme au Togo : Année 2010 41
Publié à Lomé le 10 décembre 2010
terrain sont malheureusement traités comme des manifestants alors qu’ils sont
facilement identifiables par leurs chasubles.
Tous ces cas relevés constituent des violations des principes consacrés par les
dispositions précitées qui régissent la matière, notamment la liberté
d’expression et la liberté de presse.
Même s’il est évident de remarquer que certains médias manquent parfois
de professionnalisme dans l’exercice de leurs fonctions, il est plus judicieux et
plus recommandable en cas de défaillance constatée de la part d’un
journaliste dans l’exercice de sa profession, de lui appliquer plutôt la Loi n°98-
004/PR du 11 février 1998 portant code de la presse et de la communication
qui a introduit en son sein et par son TITRE III des dispositions pénales
incriminant des crimes et délits en matière de communication. Procéder
autrement en invoquant ou en faisant application, comme ce fut le cas ces
derniers temps, des dispositions de la Loi n°80-1 du 13 août 1980 instituant le
code pénal togolais, constitue une remise en cause de la dépénalisation du
code de la presse qui en réalité n’est qu’une loi spéciale qui doit déroger à la
loi pénale générale.

En dehors de toutes ces tracasseries imposées aux professionnels des médias,


on note une manière déguisée de vouloir les soumettre à l’application de la
Loi en leur imposant des mesures qui constituent malheureusement des
entraves à la liberté de presse. C’est le cas de la Radio X-SOLAIRE, une
chaîne de radio qui émet à Lomé sur le Fréquence FM 107.5 Mhz et qui
depuis le mardi 30 novembre 2010 a fait l’objet d’une décision de fermeture
par l’Autorité de Régulation des Postes et Télécommunications (ART&P)
compte tenu du fait que cette radio ne dispose pas de récépissé.

Cette décision de l’ART&P quand bien même elle est prise en application
d’une disposition légale procède d’un abus et constitue de ce fait une
entrave à la liberté de presse étant donné que la Radio concernée émet
depuis une dizaine d’année et a régulièrement rempli les conditions en vue
de l’obtention du récépissé, et que la non délivrance d’un tel document loin
d’être imputée à cette chaîne relève plutôt de la lenteur notoire de
l’administration. Pire, l’ART&P a toujours perçu des redevances de cette radio
sans jamais prendre la peine d’invoquer le pseudo problème de récépissé.

Il est donc évident que cette décision de l’ART&P ordonnant la fermeture de


RADIO X-SOLAIRE n’est que la manifestation ou la concrétisation des
menaces qui ont toujours pesé sur cette radio du fait de son émission
dénommée « Essogbévo » suivi par la grande majorité des habitants de Lomé
et de ses environs.
Rapport Général de la Ligue Togolaise des Droits de l’Homme (LTDH) sur la situation des droits de l’homme au Togo : Année 2010 42
Publié à Lomé le 10 décembre 2010
CHAPITRE VIII : DROIT A LA NATIONALITE

Le droit à la nationalité est le reflet de l'histoire et de l'idéologie du droit du sol


et droit du sang. Le droit du sang prédomine dans les pays d'émigration qui
souhaitent maintenir des liens d'allégeance avec leurs expatriés et accorder
la nationalité des parents aux enfants nés à l'étranger. Le droit du sol
accorde le droit à la nationalité qui prédomine dans la plupart des pays
d’Afrique.

L’article 15 de la Déclaration universelle des droits de l'homme dispose que :


« 1. Tout individu a droit à une nationalité. 2. Nul ne peut être arbitrairement
privé de sa nationalité, ni du droit de changer de nationalité. »

Le Togo a ratifié plusieurs conventions internationales qui reconnaissent tous le


droit pour un enfant de recevoir une nationalité à sa naissance.

Similairement aux autres instruments internationaux régissant la matière, la


constitution togolaise affirme qu’un enfant peut recevoir la nationalité
togolaise si son père ou sa mère est togolais. Toute autre situation dépend de
la loi sur la nationalité togolaise: Tout individu né au Togo reçoit
automatiquement une nationalité togolaise. Une femme étrangère a la
nationalité togolaise lorsqu’elle s’est mariée à un homme qui est de
nationalité togolaise. La loi togolaise prévoit aussi qu’un individu né au Togo
de parents non togolais, peut recevoir la nationalité togolaise à l’âge de la
majorité s’il habite au Togo depuis l’âge de seize ans.

La loi est prescrite de la même manière lors d’un cas de naturalisation et elle
autorise aussi le gouvernement à rejeter la nationalité togolaise d’un individu
à partir de certains critères.

D’autre part, certains de ces critères sont subjectifs et ouverts à


l’interprétation donc la décision appartient à l’employé en charge du dossier.
L’article 12 indique que ces critères ne s’appliquent pas si l’individu a rendu
des services exceptionnels au Togo ou si sa naturalisation présente pour le
Togo un intérêt personnel.

Dans la pratique, ces interprétations ne causent pas de problème mais ce


sont, le délai d’établissement, les coûts afférents à l’établissement, la
Rapport Général de la Ligue Togolaise des Droits de l’Homme (LTDH) sur la situation des droits de l’homme au Togo : Année 2010 43
Publié à Lomé le 10 décembre 2010
concentration du processus de production ainsi que les tracasseries qui
paraissent les facteurs les plus embarrassants au droit à la nationalité.

1- L’organisation administrative

La procédure d’établissement de la nationalité est sous le contrôle du


Ministère de la justice qui l’a confiée à une Direction dénommée « Direction
des certificats de nationalité » .Cette direction est la seule sur toute l’étendue
du territoire national. Elle comprend plusieurs départements tels que le
département de production chargé de la production, le département des
études chargé des études, le département des contentieux et les services
archivage…

2- Les demandeurs

Les catégories de demandeurs du certificat de nationalité sont variées mais il


faut rappeler qu’elles sont dominées par la catégorie estudiantine et celle
des hommes d’affaires (rares demandes proviennent des paysans et /ou
artisans).

Depuis 2008, le ministère de la justice a pris une mesure permettant de


changer le format et la présentation du certificat de nationalité dans le
cadre du projet de modernisation de la justice.

Cette mesure au départ devrait peut être soulager les demandeurs dans les
tracasseries en temps et en coûts. Mais c’est plutôt le contraire qui se produit
et l’on remarque que le délai de deux mois accordé au Ministère de la
Justice pour délivrer le certificat de nationalité togolaise aux demandeurs est
souvent très largement dépassé, doublé, triplé etc…. Ce qui veut dire qu’un
certificat de nationalité qui devrait être établi dans l’intervalle de deux mois
va au-delà de dix-huit mois pour les uns et douze pour les autres.

En remplacement de l’ancien modèle du certificat de nationalité togolaise,


la nouvelle engendre plusieurs dépenses aux citoyens. Chaque fois que l’on
aurait besoin de constituer un dossier, il faudrait se rendre au service de
nationalité à Lomé, quelle que soit sa situation géographique pour demander
un duplicata à 1000 F CFA contre une simple légalisation de 500 F CFA dans
les bureaux des préfectures ou des mairies, comme cela se faisait
auparavant pouvait faire dans les chefs lieux.

Par hypothèse, un citoyen vivant à Dapaong qui a besoin d’un duplicata du


certificat de nationalité doit se déplacer de Dapaong pour Lomé avec des
risques et dépenses liés à son voyage, à son hébergement et à sa
Rapport Général de la Ligue Togolaise des Droits de l’Homme (LTDH) sur la situation des droits de l’homme au Togo : Année 2010 44
Publié à Lomé le 10 décembre 2010
restauration. Or la distance de son voyage ne lui garantit rien concernant le
délai d’établissement du duplicata.

3- Quelques témoignages

Témoignage d’un demandeur 1


« Je suis X né le… 1984 à Lomé. Mon papa est togolais ainsi que ma maman
mais ils n’ont pas le certificat de nationalité. Lorsque j’étais en classe de
terminale, j’ai déclanché le processus d’établissement du certificat de
nationalité togolaise.
J’ai fait la demande depuis 1er avril 2009 et jusqu’aujourd’hui 02/12/2010 où
vous me voyez devant cette direction, mon certificat n’est pas établi. Je suis
venu plusieurs fois. Tantôt c’est le problème de souche, tantôt c’est le problème
de nom erroné ou autres qui ne trouvent jamais d’issue car les rendez-vous que
le directeur fixe souvent sont reportés maintes fois pour ne donner que de
vains fruits ».
Témoignage d’un demandeur 2
« Moi, je suis un étudiant à la faculté des sciences économiques de l’université
de Lomé. J’ai remis mes pièces à un démarcheur du nom de Jean- Claude… qui
a promis à mon papa de lui restituer le certificat de nationalité établi dans un
bref délai. Mais depuis septembre 2010 où il a reçu les pièces, je ne le vois plus
et les trois numéros qu’il nous a donnés sont tous inaccessibles. Je suis dans le
besoin de constituer des dossiers pour ma demande d’aide universitaire ».

Face au problème du deuxième témoignage, le Ministre en charge du


domaine a sorti une note de service N°001/10/MJ/CRIR/CAB portant
interdiction du démarchage de dossiers de nationalité. Selon l’esprit de cette
note, le Ministre demande au personnel de la direction des certificats de
nationalités de refuser tous dossiers émanant des démarcheurs et de les
dénoncer au cabinet .De même, afin de pallier les fraudes et pour une
meilleure identification des demandeurs, une photo devra être exigée
désormais pour tout dossier.

Cette disposition prise par le Ministre n’est pas inutile mais ne satisfait en rien
aux besoins du terrain selon les préoccupations des demandeurs.

Les agents de la direction des certificats de nationalité pour des raisons de


fatigue ou d’incompétence font des erreurs sur les quelques certificats de
nationalité qui ont eu la chance d’être établis.
Rapport Général de la Ligue Togolaise des Droits de l’Homme (LTDH) sur la situation des droits de l’homme au Togo : Année 2010 45
Publié à Lomé le 10 décembre 2010
Rapport Général de la Ligue Togolaise des Droits de l’Homme (LTDH) sur la situation des droits de l’homme au Togo : Année 2010 46
Publié à Lomé le 10 décembre 2010
Deuxième partie :

SITUATION DES DROITS ECONOMIQUES,


SOCIAUX ET CULTURELS

Rapport Général de la Ligue Togolaise des Droits de l’Homme (LTDH) sur la situation des droits de l’homme au Togo : Année 2010 47
Publié à Lomé le 10 décembre 2010
L’article 22 de la DUDH dispose : « Toute personne, en tant que membre de la
société, a droit à la sécurité sociale ; elle est fondée à obtenir la satisfaction
des droits économiques, sociaux et culturels indispensables à sa dignité et au
libre développement de sa personnalité, grâce à l'effort national et à la
coopération internationale, compte tenu de l'organisation et des ressources
de chaque pays. »

CHAPITRE
Le droit à la santé estPREMIER : LE DROIT
un droit fondamental A LA et
de l’Homme SANTE
un des éléments
cardinaux constitutifs de la dignité humaine. Ce droit n’est pas nouveau.

Au niveau international, il a été énoncé pour la première fois dans la Charte


constitutive de l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS) en 1946, dont le
préambule définit la santé comme "un état de complet bien-être physique,
mental et social, qui ne consiste pas seulement en une absence de maladie
ou d’infirmité". Le préambule déclare en outre que "la possession du meilleur
état de santé qu’il est capable d’atteindre constitue l’un des droits
fondamentaux de tout être humain, quelles que soient sa race, sa religion, ses
opinions politiques, sa condition économique ou sociale".

La Déclaration Universelle des Droits de l’Homme de 1948 évoque également


la santé comme partie intégrante du droit à un niveau de vie suffisant (Article
25).

Depuis lors, d’autres traités internationaux relatifs aux droits de l’Homme ont
reconnu ou évoqué le droit à la santé ou certains de ses éléments,
notamment le droit aux soins médicaux.

En adhérant aux principes internationaux du droit à la santé en tant que droit


de la personne humaine, l’engagement du Togo doit également passer par
la consécration de ce droit dans les pratiques togolaises. Cela suppose :

- la reconnaissance du droit à la santé dans le droit national ;


- la disponibilité de recours utiles et effectifs dans les cas de violation du
droit à la santé ;
- l’existence de sanctions significatives dans le cas de violations ;
- la participation de la population, y compris des groupes les plus
démunis, au processus décisionnel concernant la mise en œuvre du
droit à la santé.

Rapport Général de la Ligue Togolaise des Droits de l’Homme (LTDH) sur la situation des droits de l’homme au Togo : Année 2010 48
Publié à Lomé le 10 décembre 2010
¾ Le droit à la santé : une obligation pour l’Etat

Le plus souvent, le droit à la santé n’est pas considéré comme un droit


subjectif mais comme une obligation pesant sur l’Etat ou sur la collectivité
publique. Cette approche est celle retenue par la Constitution togolaise du
14 octobre 1992 qui dispose en son article 34 que :

«L’Etat reconnaît aux citoyens le droit à la santé. Il œuvre à le promouvoir ».

Cependant, elle en dispose sous diverses formes. Pour ce qui concerne


spécifiquement le droit à la santé, la Constitution précise qu’il est du devoir
de l’Etat d’œuvrer à sa promotion et protection.

Il se pose alors la question de savoir, comment les besoins de santé des


citoyens qui ne relèvent d’aucun système de protection sanitaire est-elle
assurée ? Comment est conçu et mis en place le droit à la santé au Togo ?

¾ Analyse de la situation sanitaire au Togo

Le système de santé d’un pays s’évalue à travers les moyens et infrastructures


disponibles en matière sanitaire, à travers la cohérence de son organisation,
et son efficacité à faire face aux besoins actuels et futurs.

• Les ressources humaines :

L’administration de services de santé requiert de la main d’œuvre non


seulement abondante mais aussi et surtout qualifiée.

En ce qui concerne les ressources humaines, il est à noter que malgré les
efforts accomplis en matière de recrutement du personnel soignant ces
dernières années, le besoin en ressources humaines qualifiées reste
préoccupant. Les disponibilités sont largement en dessous des normes OMS.
Le tableau ci-dessous est illustratif.

TOGO NORME OMS

1 médecin pour 11.171 habitants 1 pour 10.000

1 infirmier d’Etat pour 6.135 habitants 1 pour 4000

1 sage femme pour 13.170 habitants 1 pour 4000

Rapport Général de la Ligue Togolaise des Droits de l’Homme (LTDH) sur la situation des droits de l’homme au Togo : Année 2010 49
Publié à Lomé le 10 décembre 2010
Cette situation est due aux phénomènes conjugués de la fuite des cerveaux
et de manque de mesures incitatives.

La crise des ressources humaines se pose aussi en termes de disparités


régionales ; en effet, près de 80% du personnel se trouve dans les centres
urbains, principalement dans la commune de Lomé et de la région maritime.

Il en résulte des difficultés d’un accès équitable des populations aux services
de qualité surtout au niveau local.

• Les biens et services

-L’accès aux soins : au Togo, on constate que l’accessibilité aux


établissements de santé est satisfaisante face aux besoins. Environ 88% de la
population se situent à moins de 5 km (une heure de marche) d’une structure
de soins et 62,5% à moins de 2,5 km (30 minutes de marche). Cependant, les
populations du milieu urbain sont plus proches des formations sanitaires et
bénéficient d’une meilleure couverture des services de santé.

-Le service public de la santé: la protection de la santé des populations


togolaises est assurée prioritairement par l’Etat, en ce sens que la Constitution
togolaise fait du droit à la santé une prérogative de l’Etat.

Malgré la bonne accessibilité géographique de l’offre de soins, l’utilisation


des services de santé ne cesse de se réduire au cours de ces dernières
années.

C’est ainsi que le taux de fréquentation des formations sanitaires publiques


reste inférieur à 30% avec une moyenne plus faible à Lomé. Cette faible
performance résulte en grande partie de la dégradation des infrastructures
dans le secteur public, du coût relativement élevé des prestations, de la
baisse des revenus et des pratiques attentatoires à la santé, notamment la
soustraction frauduleuse des médicaments des malades traités le plus
souvent avec mépris par ceux qui sont censés les soulager.

-Le secteur privé : Le secteur privé de la santé est venu au secours d’un
secteur public lacunaire et vétuste. Il peut être divisé en deux catégories.

D’une part, certaines cliniques privées pratiquent des soins de qualité


meilleure que les institutions publiques et à des prix très élevés, mais elles
restent inaccessibles à la grande catégorie de la population.

Rapport Général de la Ligue Togolaise des Droits de l’Homme (LTDH) sur la situation des droits de l’homme au Togo : Année 2010 50
Publié à Lomé le 10 décembre 2010
On relève d’autre part un secteur intermédiaire constitué de micro unités de
santé relevant du secteur informel. Cette dernière catégorie d’unité de soins
est en expansion, répondant ainsi à une forte demande de soins de base à
des prix raisonnables. Dans le contexte de lacunes imputables autant aux
services publics qu’aux thérapies traditionnelles qui prolifèrent, ce secteur
intéresse les populations disposant de faibles revenus et qui sont à la
recherche de prestations de qualité.

¾ Le financement de la santé

Garantir le droit à la santé revient à mobiliser les moyens financiers


nécessaires pour financer les politiques de développement sanitaire dans
l’intérêt supérieur des citoyens.

Il existe au Togo plusieurs sources de financement des dépenses de santé


contrairement au financement privé qui est assuré en majeur partie par les
frais générés en contrepartie des services offerts, par les financements
propres des initiatives privées. Quand au financement public des dépenses
de santé, il est essentiellement assuré par deux catégories de ressources que
sont les ressources internes à l’Etat et les contributions des bailleurs de fonds.

En dépit de ces mobilisations, le secteur sanitaire a du plomb dans l’aile en


raison d’un budget étatique défaillant, de la corruption (CAMEG) et des
apports extérieurs souvent détournés de leurs buts.

Les lignes budgétaires prévues dans le Document de Stratégie de Réduction


de la Pauvreté (DSRP) dans le cadre des OMD du secteur sanitaire illustrent
assez bien l’insuffisance des ressources financières.

2009 2010 2011

Besoins
OMD 81
Santé 78 83

Allocations
DSRP
41 49 59

Gap -36 -32 -24

En milliards de FCFA

Rapport Général de la Ligue Togolaise des Droits de l’Homme (LTDH) sur la situation des droits de l’homme au Togo : Année 2010 51
Publié à Lomé le 10 décembre 2010
¾ Dépenses en santé

Sur ce plan, les indicateurs sont au rouge et l’on note une nette régression
avec la longue traversée du désert qu’a connu le pays sur le plan
sociopolitique.

Malgré la reprise de l’aide extérieure, le Togolais mène une vie précaire et ne


peut se permettre le luxe de se soigner convenablement en cas de maladie.

L’absence de données statistiques fiables ne permet pas d’appréhender le


pourcentage de Togolais ayant réellement accès aux soins et bénéficiant de
la contribution de l’Etat à leurs dépenses de santé.

La moyenne de fréquentation des centres de santé publics étant inférieur à


30%, signifie que plus de la moitié de la population togolaise n’ont pas part
au budget santé par habitant.

De ces constats, des efforts considérables restes à faire pour améliorer le


niveau des populations pour leur permettre une meilleure dépense de santé.

¾ La politique nationale de santé

Le secteur de la santé au Togo s’est doté d’un Plan de Développement


(PNDS) 2009-2013. Dans la mise en œuvre de ce plan, quatre orientations
stratégiques ont été retenues pour relever les défis du secteur à savoir : le
renforcement du cadre institutionnel et de la gestion du système de santé,
l’amélioration de la santé de la mère, de l’enfant, de l’adolescent et de la
personne âgée, la lutte contre les maladies transmissibles et non
transmissibles, la collaboration intersectorielle du partenariat et de la
coordination.

L’adoption ces dernières années de la stratégie d’intégration des


campagnes de vaccination contre la rougeole et la poliomyélite, la
distribution gratuite des Moustiquaires Imprégnés d’Insecticide de Longue
Durée (MIILDA), de « supplémentation » en vitamines A et de traitement des
parasitoses à travers l’administration de l’Alben dazole, a permis d’obtenir un
recul de la morbidité et de la mortalité des enfants.

En vue de la réduction de la mortalité maternelle et néonatale la Campagne


pour l’Accélération et la Réduction de la Mortalité Maternelle en Afrique
(CARMMA) a été lancée.
Rapport Général de la Ligue Togolaise des Droits de l’Homme (LTDH) sur la situation des droits de l’homme au Togo : Année 2010 52
Publié à Lomé le 10 décembre 2010
La politique sanitaire en ce qui concerne les maladies transmissibles (IST/SIDA)
et non transmissibles (paludisme, tuberculose) tourne autour de trois
programmes : le PNLS, le PNLP et le PNLT.

Malgré ces dispositifs, la politique sanitaire togolaise doit être améliorée.

¾ La politique nationale de santé dans le cadre de la décentralisation

L’amélioration de la couverture sanitaire et une réorganisation de la


pyramide sanitaire s’impose et doivent passer nécessairement par une
décentralisation effective de l’organisation du système des soins.

Des dispositifs de contrôles stricts, à savoir les procédures de fonctionnement,


les instruments de contrôle de gestion, des manuels de procédures etc. à tous
les niveaux doivent être opérationnels, afin de moraliser la gestion et
l’utilisation du bien public.

Les citoyens doivent être impliqués, informés et sensibilisés à une participation


dans la vie communautaire sociétale.

L’organisation décentralisée permettra aussi de mieux préciser les relations


entre les différentes structures de la pyramide sanitaire. La tenue rapide des
élections locales s’impose.

La concentration du pouvoir de gestion au niveau du Ministère de la Santé


est à la base de la corruption (cas de la CAMEG) et du détournement du
matériel destiné à la population.

¾ L’environnement juridique de la santé au Togo

Le droit à la santé est consacré au Togo par plusieurs instruments.

Deux sources de droit organisent le droit de la santé au Togo : les conventions


internationales et les mesures législatives internes.

Sur le plan national, il faut noter que le droit à la santé est clairement reconnu
par la Constitution togolaise qui stipule en son article 34 suscité.

Hormis cette disposition, les décisions ont été prises en 2001, et qui consacre
l’engagement du Gouvernement à contribuer de façon significative à la
lutte contre les IST/SIDA.

Rapport Général de la Ligue Togolaise des Droits de l’Homme (LTDH) sur la situation des droits de l’homme au Togo : Année 2010 53
Publié à Lomé le 10 décembre 2010
Malgré ces dispositions, les caractéristiques juridiques du système de santé
sont loin d’être conformes à la norme.

Si la reconnaissance nationale est un fait, la disponibilité du recours,


l’existence de sanctions ou encore la participation des populations au
processus décisionnel n’existent simplement pas.

On ne saurait parler de sanctions ou de recours si au préalable, les cas de


violations de ce droit ne sont pas déterminés. La conception sociologique de
la santé s’impose.

L’aspect sociologique du droit à la santé

La façon de concevoir la maladie laisse transparaître l’influence des valeurs


sociales et éducatives dans les habitudes de vie des populations togolaises.

Beaucoup de comportements en matière de santé se fondent implicitement


ou explicitement sur la religion. Les religions traditionnelles ont validé les
conceptions pro natalistes des communautés et cette conception a cours
encore dans une large mesure au Togo, notamment à la campagne. Les rites
et les pratiques traditionnels demeurent vivaces, notamment en matière
d’interdits alimentaires pour la femme en état de grossesse ou après
accouchement.

L’utilisation des services formels et informels est fortement influencée par les
valeurs culturelles.

En dehors de ces valeurs, l’accessibilité financière et le mauvais accueil


demeurent pour leur part les deux principales causes de faible fréquentation
des formations sanitaires publiques.

Si le taux de fréquentation des formations sanitaires publiques reste inférieur à


30%, il y a nécessité de prendre en charge les populations pauvres et
indigentes et de former le personnel sanitaire sur les règles élémentaires de
déontologie et sur l’importance de l’accueil des malades.

La misère que vit les Togolais aujourd’hui a détourné la plupart des centres
de santé modernes au profit des tradipraticiens qui jouent le rôle de
psychologue, par leur disponibilité d’écoute, même s’ils n’ont pas toujours les
compétences requises pour soigner les personnes qui viennent consulter.

La médecine moderne n’est donc pas un système de soins accessible à toute


la population et plus particulièrement à la population des zones rurales.

Rapport Général de la Ligue Togolaise des Droits de l’Homme (LTDH) sur la situation des droits de l’homme au Togo : Année 2010 54
Publié à Lomé le 10 décembre 2010
La médecine traditionnelle apparaît ainsi comme une alternative devant la
hausse des prix des produits pharmaceutiques. Mais cette dernière met en
péril la vie des citoyens car comportant de nombreuses insuffisances au
niveau du diagnostic, de la posologie et du suivi.

En définitive, le système sanitaire du Togo a beaucoup souffert de la longue


crise que le pays a traversée.

Cependant, la mise en œuvre ces dernières années des politiques dans le


secteur et les différents projets et programmes de santé quoique sous-tendus
par des ambitions politiques laissent entrevoir une lueur d’espoir pour la
population dont l’expression d’une vie dans la dignité passe aussi par le
respect de son droit à la santé.

Toutefois, de nombreuses faiblesses demeurent et constituent les défis à


relever.

CHAPITRE II : LE DROIT A L’EDUCATION, A LA CULTURE,


A LA FORMATION PROFESSIONNELLE
L’article 26 de la DUDH dispose :

« 1. Toute personne a droit à l'éducation. L'éducation doit être gratuite, au


moins en ce qui concerne l'enseignement élémentaire et fondamental.
L'enseignement élémentaire est obligatoire. L'enseignement technique et
professionnel doit être généralisé ; l'accès aux études supérieures doit être
ouvert en pleine égalité à tous en fonction de leur mérite.
2. L'éducation doit viser au plein épanouissement de la personnalité humaine
et au renforcement du respect des droits de l'homme et des libertés
fondamentales. Elle doit favoriser la compréhension, la tolérance et l'amitié
entre toutes les nations et tous les groupes raciaux ou religieux, ainsi que le
développement des activités des Nations Unies pour le maintien de la paix.
3. Les parents ont, par priorité, le droit de choisir le genre d'éducation à
donner à leurs enfants.

Dans les pays sous-développés comme le Togo, l’éducation est un domaine


prioritaire auquel est consacrée une part importante du budget national. Plus
de 70% des enfants en âge d’être scolarisés le sont mais dans des conditions
inégales sur toute l’étendue du territoire, les milieux urbains étant mieux lotis
que le monde rural.

Rapport Général de la Ligue Togolaise des Droits de l’Homme (LTDH) sur la situation des droits de l’homme au Togo : Année 2010 55
Publié à Lomé le 10 décembre 2010
La situation de crise aggravée par la paupérisation de l’ensemble du pays se
reflète dans l’éducation dont le niveau tend à se dégrader depuis de
longues années suite à des facteurs comme les effectifs pléthoriques,
l’insuffisance d’enseignants et leur manque de qualification, l’absence de
bibliothèques et d’outils didactiques, la démission des parents face à leurs
responsabilités de contrôle de leurs enfants.

La Constitution togolaise, en son article 35, oblige l’Etat à veiller à ce que tous
les enfants soient scolarisés jusqu’à l’âge de quinze (15) ans, tout en créant
des conditions favorables à cette fin. Or il se fait que le quart environ des
enfants ne vont pas à l’école. Cette situation est favorisée par l’incapacité
ou le manque de volonté de l’Etat de contrôler la scolarisation effective de
tous les enfants, en particulier ceux des familles les plus démunies, par la prise
de mesures visant à aider ces derniers à se conformer aux exigences de la
Constitution.

L’école togolaise est sinistrée. Dans de nombreux villages, les salles de classe
sont composées de simples paillotes dont les bancs sont constitués par des
troncs d’arbres. Et bien souvent, à défaut d’enseignants, les parents ont
recours à de bonnes volontés non qualifiées qui font office d’enseignants
avec toutes les conséquences pour le niveau des enseignés. Là où les vrais
enseignants existent, nombreux sont ceux qui ont besoin d’une remise à
niveau et de recyclage.

Les écoles privées pullulent de façon anarchique sans que le ministère de


l’éducation nationale ne puisse exercer un contrôle sérieux et effectif sur le
niveau des enseignements et la qualité des enseignants. Certains
propriétaires ne sont que de simples commerçants qui sacrifient l’avenir des
enfants qui leur sont confiés. Faute de contrôle sérieux de l’Etat, nombre
d’enseignants du privé n’ont pas les diplômes et le niveau requis pour
enseigner dans les classes où ils opèrent. Souvent très mal payés (certains
touchent des salaires de moins de 15 000 F CFA), au point qu’ils sont obligés
d’offrir leurs services dans plusieurs établissements en accumulant les heures
de cours et beaucoup de fatigue qui les rend inefficaces. Dans certains
établissements, les enseignants, pour joindre les deux bouts, rackettent les
parents d’élèves en exigeant que leurs élèves suivent des cours de
rattrapage payant en fin de journée. Le chantage consiste à laisser entendre
aux parents que si leurs enfants ne suivent pas les cours de rattrapage, ils
doubleront leur classe.

Le désastre d’un tel phénomène atteint son paroxysme en milieu rural où des
écoliers, même en tenue, sont exposés, vu leur fragilité, à des corvées d’eau,
de bois de chauffe, voire des travaux champêtres les jours ouvrables.

Les effectifs pléthoriques des salles de classe ont provoqué la baisse


alarmante du niveau général des élèves et des étudiants du fait de
l’encadrement insuffisant. Les résultats officiels des élèves aux examens du
Rapport Général de la Ligue Togolaise des Droits de l’Homme (LTDH) sur la situation des droits de l’homme au Togo : Année 2010 56
Publié à Lomé le 10 décembre 2010
brevet, du probatoire, du baccalauréat et du BTS atteignent rarement la
barre de 50% ; les taux de réussite oscillent souvent entre 20 et 40% entraînant
un taux élevé d’abandons scolaires sans, bien souvent, de possibilités de
réinsertion pour les exclus du système scolaire. Cela entraîne la
recrudescence de la délinquance juvénile.

A défaut d’établissements d’enseignement technique en nombre suffisant,


l’apprentissage des métiers relève davantage du secteur informel avec tous
ses abus et carences dont l’exploitation comme domestiques et les mauvais
traitements infligés aux jeunes gens et même aux enfants en dehors de tout
contrôle de l’Etat. La formation des apprentis laisse souvent à désirer faute de
machines et de cours théoriques, l’apprentissage se faisant sur le tas. En
outre, les choix d’apprentissage sont très limités surtout pour les filles
condamnées à n’évoluer qu’entre la coiffure, la couture et le commerce.

L’Etat viole le principe de gratuité de l’enseignement public gratuit qu’il est


tenu par la Constitution d’assurer en exigeant des frais de scolarité s’élevant
jusqu’à 300 000 F CFA dans certaines écoles supérieures de l’Université de
Lomé, les rendant ainsi inaccessibles aux enfants des couches les plus
déshéritées. Le SMIG est de 28 000 F CFA.

Sur le plan culturel, le budget alloué à la culture a toujours été insignifiant au


point que les artistes et les hommes de cultures togolais sont bien trop souvent
obligés de se tourner vers des institutions étrangères pour financer leurs
activités.

La situation d’abandon du terrain de la culture est si scandaleuse que la


plupart des meilleurs artistes togolais sont obligés de s’expatrier en Occident.
La France, qui, à travers certaines de ses institutions, est le principal bailleur de
fonds de la culture au Togo, oriente nécessairement la culture togolaise dans
le sens qui sert ses intérêts et non pas ceux du Togo.

CHAPITRE III : LE DROIT AU TRAVAIL ET A LA


PROTECTION SOCIALE
Le travail, objet de douleur et de contrainte autrefois décrié par d’éminents
penseurs est devenu de nos jours un outil de valorisation sociale. Vivre sans
travail, c’est vouer sa vie entière à la pauvreté et à la misère.

Le travail implique donc le respect, la satisfaction de son être et de ses


besoins, l’acquisition d’un sens de vivre en société. Trouver du travail
aujourd’hui, reste donc le souci majeur de tout le monde, ne pas en trouver,
c’est se condamner à une vie blanche et à la clochardisation de son être
Rapport Général de la Ligue Togolaise des Droits de l’Homme (LTDH) sur la situation des droits de l’homme au Togo : Année 2010 57
Publié à Lomé le 10 décembre 2010
même si l’usage des euphémismes du genre « jeune sans emploi » sont là
pour donner au chômeur une maigre consolation, une sorte de mystification
qui tend à lui donner une impression de trouver de l’emploi dans les heures
qui vont suivre.

Mais au-delà de toutes ces analyses, des questions se posent : qui doit
garantir le travail aux citoyens ? Pourquoi parler du droit de travail
aujourd’hui ?

Si le travail est un droit, cela revient à dire qu’il devient une exigence de
l’Homme ou mieux encore il caractérise sa vie. Sans travail, l’homme n’est
rien s’applique-t-on à le dire souvent.

Au Togo, parler du droit au travail, c’est reconnaître le rôle primordial de l’Etat


dans ce domaine. En effet, la constitution togolaise de la IVème République en
son article 37 alinéa 1er dispose que « L’état reconnaît à chaque citoyen le
droit au travail et s’efforce de créer les conditions de jouissance effective de
ce droit ».

Ainsi, l’Etat apparaît comme le premier comptable devant les citoyens en


matière du travail. Cependant, ce rôle dévolu à l’Etat est-il effectivement
assuré ? Nul ne saurait l’affirmer car depuis quelques années le chômage
atteint des pics inégalés au Togo.

1- Jeunesse et emplois : un lumpenprolétariat inquiétant

"Aucun sacrifice n’est trop grand lorsqu’il s’agit de la jeunesse" tel est le
slogan longtemps servi par les autorités togolaises à la population pour
démontrer leur attachement à une jeunesse active, dynamique et laborieuse.
Saisi à l’aune de la réalité, ce slogan est apparu comme une sorte de
mystification de la jeunesse et partant, de la population togolaise dans son
ensemble.

En effet, depuis plusieurs années, aucune politique cohérente d’emplois des


jeunes n’est mise en place par le Gouvernement togolais jusqu’à ce jour. Le
Conseil National de la Jeunesse créé depuis la première mandature du
Président Faure E. GNASSIGBE n’est plus qu’un instrument d’asservissement
d’une jeunesse en perdition. Depuis l’installation de ce Conseil, on ne saurait
à juste titre, définir avec certitude les impacts positifs qu’il a pu introduire dans
la prise en compte des intérêts de la jeunesse. Ses actions se sont résumées à

Rapport Général de la Ligue Togolaise des Droits de l’Homme (LTDH) sur la situation des droits de l’homme au Togo : Année 2010 58
Publié à Lomé le 10 décembre 2010
une sorte d’activités réalisées couramment par les ONG et associations à
savoir sensibilisations, reboisement etc.

Beaucoup de togolais se demandent pourquoi avoir créé à grands coups


médiatiques une telle institution ?

Par ailleurs, la Direction Nationale pour l’Emploi de Jeunes, censée répertorier


le nombre de chômeurs et leur trouver des mécanismes d’insertion socio-
professionnelle ; ne se borne qu’à des séminaires sporadiques à certains
moments. Cette direction ne dispose pas non plus des statistiques avérées
concernant le taux de chômage au Togo.

Il ressort de tous ces constats que la jeunesse togolaise est une jeunesse
désorientée et désemparée, cherchant son salut dans les petits jobs ou en
dernier ressort dans un hypothétique voyage vers l’occident.

2- Des recrutements sur fonds de tribalisme, de clientélisme et de


militantisme politique

Les recrutements dans l’administration publique

La fonction publique est le lieu par excellence d’égalité de tous les citoyens
devant l’emploi. Cette égalité s’exprime par un concours de recrutement
que tout citoyen doit passer et être sélectionné compte tenu de ses
compétences. Cette éventualité est loin d’être réalisable au Togo.

En effet, être agent de l’Etat au Togo, c’est se fier non seulement à ses
connaissances mais encore faut-il chercher des protecteurs pour vous
accompagner dans l’obtention de votre emploi. Ces protecteurs
communément appelés "Les bras longs" sont souvent des personnages
proches du pouvoir ou dans le pouvoir en place. Cette tendance de la
jeunesse à chercher "Les bras longs" l’amène aujourd’hui à ne plus croire en
elle-même, à chercher la facilité, à s’abandonner à la médiocrité et au
favoritisme. Du coup, l’égalité de chance de tous les citoyens telle que
prônée par la Constitution Togolaise en son article 37 alinéa 2, est mise sous
éteignoir au profit du militantisme partisan, de l’appartenance ethnique ou
régionale. Il n’est pas étonnant de voir dans un même bureau des agents de
l’Etat tous d’une même ethnie, développant ainsi une sortie d’affairisme
familial et la perte du goût du travail bien fait. Cette situation a certainement
des impacts négatifs sur le rendement des agents de l’Etat et partant sur le
développement du pays.

Rapport Général de la Ligue Togolaise des Droits de l’Homme (LTDH) sur la situation des droits de l’homme au Togo : Année 2010 59
Publié à Lomé le 10 décembre 2010
La fonction publique devient aujourd’hui une sorte de gâteau que se
partagent certains togolais au détriment d’autres, ce qui crée des injustices
sociales graves aux conséquences fâcheuses à l’obtention de l’unité
nationale.

La corruption et les détournements impunis observés ces derniers temps au


Fonds d’Entretien Routier (FER), à l’ex-OTP, à la société TOGO TELECOM et
dans d’autres sociétés de la place montrent à suffisance les limites d’une
gouvernance fondée sur des critères non-objectifs.

Les autres défis auxquels doit faire face la Fonction Publique togolaise, restent
des promotions fondées sur des critères subjectifs et des affectations punitives
de certains agents en raison de leurs opinions politiques ou mieux encore la
désertion des hauts cadres de l’administration pour cause de certaines
festivités traditionnelles. Ces comportements ne responsabilisent pas
davantage les agents de l’Etat dans l’atteinte des résultats et participent de
fait à l’arriération du pays sur le plan socio-économique.

Les investisseurs et l’emploi des jeunes togolais

Aucun pays ne peut vivre en autarcie, il a besoin d’investisseurs étrangers


pour l’accompagner dans ses efforts de développement.

Au Togo, la politique accorde une place de choix aux investisseurs étrangers


à travers la création depuis 1989 d’une zone franche d’exportation. En plus
de la Zone franche, nombreux sont les investisseurs étrangers qui exercent
dans l’informel.

3- Des conditions de travail et vie déplorables des travailleurs

La zone franche togolaise : zone de droits entièrement à part pour les


travailleurs

Le nombre de travailleurs employés dans ce secteur d’activités avoisine


aujourd’hui 10 000 personnes. En zone franche togolaise, point n’est besoin
de compter sur ses diplômes pour se tailler une place de choix dans son
travail. Aucune grille salariale clairement définie n’existe. Aujourd’hui les
conditions de rémunération se corsent davantage car la plupart des ouvriers
travaillent par pièces et non plus par heures. Les conditions d’hygiène et de
sécurité sont quasi-inexistantes dans les sociétés installées en zone franche.
Les droits humains et de travail ne sont qu’un leurre dans ce landerneau de
non droits où les plus forts exploitent les plus faibles avec la bénédiction des
pouvoirs publics. Les salaires sont misérables, défient le SMIG et son loin de
Rapport Général de la Ligue Togolaise des Droits de l’Homme (LTDH) sur la situation des droits de l’homme au Togo : Année 2010 60
Publié à Lomé le 10 décembre 2010
compenser la force de travail de l’ouvrier qui ne bénéficie pas non plus
d’aucune prise en charge en cas de maladie, de deuil, d’accidents de
circulation ou de travail de la part de son service.

La plupart des conflits entre les ouvriers et leurs employeurs ne sont résolus par
l’inspection du travail et des lois sociales. La zone franche est une entité
entièrement à part qui dispose de sa propre inspection du travail et des lois
sociales et les décisions ne sont toujours pas tranchées en faveur des ouvriers.

La situation des Enseignants des Ecoles Privées Laïques

Cette catégorie socio professionnelle, connaît les pires formes de traitements


et de souffrances. Avec un salaire qui oscille entre 15 000 et 25 000 FCA,
l’Enseignant de l’Ecole Privée Laïque est payée en-dessous du SMIG malgré
les mesures promises par le Gouvernement pour son respect.

Pour parer à cette situation la plupart d’entre eux sont obligés de s’adonner à
des cours de répétition dans le but de satisfaire leurs besoins vitaux ou au pire
des cas d’avoir recours à des usuriers pour des taux d’intérêts très exorbitants.
Au finish, c’est la paupérisation qui s’installe dans leur demeure avec des
conflits conjugaux et des divorces.

La situation des Fonctionnaires de l’Administration Publique

Les salaires des agents de l’Etat n’ont pas connu une augmentation
conséquente depuis la dévaluation du FCFA en 1994. Depuis cette date
jusqu’à nos jours, pas d’avancées significatives en matière du relèvement de
la grille indiciaire alors que la vie devient de plus en plus chère. Les seules
avancées qu’on pourrait concéder au Gouvernement togolais reste cette
augmentation progressive de 5 % et 3% de la baisse de l’IRPP sur le salaire des
agents de l’Etat. Espérons que les réformes entamées ces dernières années
puissent changer leur situation.

CHAPITRE
Le droit IVou: LE
à la nourriture DROIT A LA
à l’alimentation est SECURITE ALIMENTAIRE
reconnu depuis l’adoption de la
Déclaration Universelle des Droits de l’Homme de 1948, tel que stipulé en son
article 25, alinéa 1er « Toute personne a droit à un niveau de vie suffisant pour
assurer sa santé, son bien-être et ceux de sa famille ; notamment pour
l’alimentation , l’habillement, le logement, les soins médicaux ainsi que pour
les services sociaux nécessaires ; elle a droit à la sécurité en cas de chômage,

Rapport Général de la Ligue Togolaise des Droits de l’Homme (LTDH) sur la situation des droits de l’homme au Togo : Année 2010 61
Publié à Lomé le 10 décembre 2010
de maladie, d’invalidité, de veuvage, de vieillesse de subsistance par suite
de circonstances indépendantes de sa volonté ».

Partant de cet article, il apparaît indéniable que ce droit implique la bonne


gouvernance et l’attention aux plus démunis et aux marginalisés. Parler aussi
du droit à la nourriture revient à s’interroger sur les politiques que les
gouvernements doivent mettre en place pour maintenir un environnement
permettant à la population de se nourrir.

Au Togo, malgré les efforts du Gouvernement à assurer ce droit en inscrivant


dans son agenda la priorité agricole par la création de l’Agence Nationale
de Sécurité Alimentaire du Togo (ANSAT) ; la diminution des prix des engrais
chimiques ; la faim et la malnutrition envahissent le pays.

« S’agissant de la faim, la stabilité, l’accessibilité et la qualité alimentaire


restent problématique pour une grande partie de la population en raison de
la pauvreté. Le Nord du pays est plus touché que le Sud et les zones rurales et
préurbaines sont plus défavorisées que le mieux urbain » tiré in le Togo se
mobilise autour des OMD, 3ème rapport de suivi, avril 2010.

Par ailleurs, le phénomène de changement climatique, la rareté et la


dégradation des sols cultivables et les caprices du climat a généré un fort
exode rural des jeunes vers les villes ayant été de plus en plus déçus par la
faible rentabilité de leurs productions agricoles, laissant ainsi derrière eux des
bras peu valides à la production alimentaire. Le monde rural togolais, de nos
jours est soumis à tous les aléas, la paupérisation s’y installe et les cris de
détresse des populations deviennent de plus en plus retentissants. Les
enquêtes ont montré que paradoxalement, c’est le monde rural qui vit
réellement les affres de la famine et de la malnutrition.

« De manière globale, les enquêtes réalisées sur le bilan des disponibilités


alimentaires font état d’une diminution des rations caloriques au Togo qui sont
passées de 2351 Kcal/personne/jour en 1997 à 2284 Kcal / personne / jour en
2001 avant d’atteindre 2130 Kcal / personne / jour en 2006. Niveau à
comparer à la norme de la FAO qui est de 2400 Kcal / personne / jour ». Tiré in
le Togo se mobilise autour des OMD, 3ème rapport de suivi, Avril 2010.

Cette insécurité alimentaire s’est aggravée ces derniers temps par la hausse
du coût de la vie caractérisée par la flambée des prix sur les produits de
première nécessité et autres, enfonçant davantage la population dans la
misère.

Rapport Général de la Ligue Togolaise des Droits de l’Homme (LTDH) sur la situation des droits de l’homme au Togo : Année 2010 62
Publié à Lomé le 10 décembre 2010
L’absence de revenus suffisants, le manque d’emplois stables, le chômage,
l’absence d’une politique cohérente de mobilisation agricole, contribuent de
surcroît à cette insécurité alimentaire au sein de la population togolaise.

Le pays va à la perdition dans ce domaine si rien n’est entamé d’urgence.


L’inondation des produits agricoles étrangers sur le marché togolais n’est
qu’un facteur explicatif de cette déliquescence agricole. Les ventes
sporadiques de l’ANSAT n’arrivent pas à couvrir le Iota lorsqu’il s’agit de la
sécurité alimentaire des populations. A cela s’ajoutent les prix des engrais
même subventionnés, demeurent inaccessibles au monde paysan.

CHAPITRE V : LE DROIT AU LOGEMENT ET A LA TERRE


1- Le droit au logement

Le droit au logement est un droit universel. Il est reconnu au niveau


international et dans plus de 100 Constitutions nationales dans le monde.
C'est un droit reconnu pour chaque personne. En dépit de ce droit, les sans-
abri, les mal-logés et les expulsés sont de plus en plus nombreux dans toutes
les villes et les campagnes de la planète. Des études ont montré que dans le
monde aujourd’hui, 100 millions de personnes sont sans-abri et plus d’un
milliard de personnes est mal-logé. Selon les estimations des Nations Unies, 3
milliards de personnes vivront dans des bidonvilles en 2050. La plupart de ces
personnes vivent dans les pays du sud, et avec assurance le Togo.

Lorsque nous jetons un coup d’oeil à plusieurs endroits du grand marché de


Lomé, à Tokoin Nutifafa, Amoutivé, Agbadahonou, Hanoukopé, tout le long
du chemin de fer et un peu partout sur toute l’étendue du territoire togolais,
vous serez tenté de dire que le Togo n’a aucune politique en faveur du
logement décent des citoyens. Ces personnes vivent dans des conditions
d’hygiène insalubres et indignes ; plusieurs d’entre dont une parie importante
des victimes sont des enfants, en meurent chaque année,.

Aussi cruciales soient-elles, les conditions sanitaires ne sont pas le seul


problème de logement. La négation, de jure ou de facto, du droit au
logement entraîne en cascade des conséquences dramatiques et cause de
multiples violations des droits humains dans les domaines de l’emploi, de
l’éducation, de la santé, des liens sociaux, de la participation aux prises de
décisions (privation des droits civiques entre autres)...

Rapport Général de la Ligue Togolaise des Droits de l’Homme (LTDH) sur la situation des droits de l’homme au Togo : Année 2010 63
Publié à Lomé le 10 décembre 2010
Les quelques personnes qui ont les moyens pour louer un local sont
confrontées aux problèmes de démarcheurs et des propriétaires de maison
allant de la gestion multiple des locaux à la demande des avances
exorbitante. Alors qu’à coté d’autres personnes construisent plusieurs maisons
inhabitées, ce qui ne cesse de foncer l’écart de l’injustice sociale. Pour une
pièce par exemple, on pouvait vous demander une avance de 18 mois si le
loyer est supposé égal à 8000 F CFA par mois soit 144000 F CFA. Ceci pour un
ouvrier qui gagne moins de 20000fcfa par mois (moins du SMIG).

Au-delà des problèmes de logement proprement dit (avoir un toit sur la tête),
ce sont les conditions de logement qui sont les plus préoccupantes. Les
personnes n’ont pas accès à des services d’assainissement de base. Et elles
vivent dans des conditions d’hygiène insalubres.

Le droit à la terre

La terre a toujours été reconnue comme une source primordiale de richesse,


de statut social et de pouvoir. Elle assure le logement, la nourriture et des
activités économiques. Elle est la principale source d'emploi dans les régions
rurales, et représente une ressource de plus en plus rare en zone urbaine.

L'accès à l'eau et aux autres ressources, mais aussi à des services essentiels
tels que les services sanitaires et l'électricité, est souvent conditionné par
l'accès aux droits fonciers. La disposition et la capacité à effectuer des
investissements à long terme et dans le logement dépendent directement de
la protection qu'une société accorde aux détenteurs de droits fonciers. C'est
pourquoi, toute notion de développement durable dépend notamment de
l'accès aux droits fonciers et de la sécurité de ces droits. Les droits de
propriété foncière sont multiples et, dans la pratique, un bien peut faire naître
une multiplicité de droits détenus par plusieurs personnes ou plusieurs
groupes.

Ainsi, un même lot de terres peut donner lieu à un droit de vente, à un droit
d'exploitation par le biais d'un bail, à une servitude sous forme de droits de
passage.

Mais au Togo, malgré toutes les dispositions légales existantes en matière du


droit à la terre, plusieurs problèmes se posent. Les expropriations pour cause
d’utilité publique non indemnisées où les propriétaires sont pourchassés ou
intimidés pour accepter laisser la terre ou la parcelle aux personnes
physiquement ou institutionnellement fortes.

Rapport Général de la Ligue Togolaise des Droits de l’Homme (LTDH) sur la situation des droits de l’homme au Togo : Année 2010 64
Publié à Lomé le 10 décembre 2010
La plupart des plaintes reçues par la LTDH durant cette année attestent que
ce phénomène est récurrent et reçoit l’aval des magistrats.

Le droit à la sécurité des biens protégé par l’article 25 al.1er de la DUDH selon
laquelle « Toute personne a droit à un niveau de vie suffisant pour assurer sa
santé, son bien-être et ceux de sa famille, notamment pour l'alimentation,
l'habillement, le logement, les soins médicaux… » n’est pas respecté.

Les ventes des réserves étatiques aux barons du régime en place ne cessent
de prendre une grande ampleur et témoignent de la mauvaise gestion de la
chose publique.

La parité hommes et femmes dans la jouissance du droit d’accès à la terre

Si l'on veut atteindre des objectifs tels que l'amélioration de la productivité


des terres, la fourniture de logements à des conditions abordables ou la
promotion d'une gestion durable des ressources, il convient de tenir compte
des différences de statut entre les hommes et les femmes. Il importe aussi de
définir, en matière de régime foncier, des cadres promouvant l'égalité
d'accès à la terre.

En effet, si l'on n'accorde pas une attention spécifique à cet aspect, de


nombreuses couches sociales risquent d'être exclues des avantages que
procurent l'administration, la gestion et le développement des ressources
foncières. On observe entre hommes et femmes de grandes inégalités
d'accès à la terre, au logement et aux infrastructures de base.

Enfin et surtout, il ne faut jamais perdre de vue que l'accès équitable à la


terre est un droit humain et que, pour citer la Commission du statut de la
femme du Conseil économique et social des Nations Unies : « La
discrimination en matière de droit à la terre est une violation des droits
humains ».

Dans nos sociétés traditionnelles ou « coutumières » l'accès direct des


femmes à la terre par acquisition ou héritage est souvent limité; si les textes
accordent le droit à la terre et au logement, la pratique reste éloignée des
textes et nous devons nous poser plusieurs questions à ce sujet.

Les femmes après le décès de leur mari sont chassées des maisons et n’ont
plus le droit à la terre et au logement (plusieurs cas nous ont été signalé au
cours de cette année 2010.)
Rapport Général de la Ligue Togolaise des Droits de l’Homme (LTDH) sur la situation des droits de l’homme au Togo : Année 2010 65
Publié à Lomé le 10 décembre 2010
Voici un extrait.

« Nous avons des terrains familiaux litigieux à la quelle nous avons gagné le
procès à l’audience civile. Au moment où la justice a ordonnée au sieur M.S.
qui est géomètre, de faire le travail sur le lieu, le sieur G. s’est opposé de
nouveau à l’audience civile que c’est lui le propriétaire.

Le 10 novembre 2009, nous avons reçu une assignation provenant de la


justice et aussitôt le 11 novembre 2009 une cessation de travaux de cette
même justice.

J’en étais tout naturellement frustré le 13 novembre 2009, monsieur G. nous


accuse au parquet avec des photos que nous avons détruis ses maniocs.
Heureusement le procureur avait renvoyé le sieur G. que sa plainte n’était pas
fondé et de surcroît que son dossier est à l’audience civile.

En date du 06 mais 2010, ne sachant pas par quel alchimie ce même


procureur nous inculpé et déféré illégalement en complicité du sieur G.
pendant six jours avant de nous avoir relâché avec une amande de
200000fcfa.De plus, c’est le 25 juin 2010 que le sieur G. vient de laisser un titre
foncier dont nous ne savons pas où il l’a obtenu ».

Cet extrait se passe de tout commentaire.

CHAPITRE VI : LE DROIT A UN ENVIRONNEMENT


SAIN ET AU DEVELOPPEMENT
1- Le droit à un environnement sain

La Constitution de la Quatrième République du Togo en son article 41 dispose


ce qui suit : « Toute personne a droit à un environnement sain. L’Etat veille à la
protection de l’environnement ».

Le droit à l’environnement sain tel que stipulé, est un droit créance, il


appartient donc à l’Etat d’assurer sa réalisation effective pour la santé et le
bien-être des citoyens.

Cependant au Togo, à part quelques actions sporadiques, incohérentes et


parfois désespérées, observées des autorités en la matière, la jouissance d’un
environnement sain parait pour le citoyen comme un vœu pieu, une illusion à
laquelle il devrait faire fi.
Rapport Général de la Ligue Togolaise des Droits de l’Homme (LTDH) sur la situation des droits de l’homme au Togo : Année 2010 66
Publié à Lomé le 10 décembre 2010
a- La dégradation de la faune et de la flore

Cette dégradation a été enclenché dans les années 1990 et se poursuit


jusqu’à nos jours.

En effet la lutte pour la protection de la faune et de la flore a été au centre


de la politique du régime du Général EYADEMA d’alors, époque où des
mesures draconiennes avaient été mises en œuvre pour réglementer et
protéger ce domaine.

Mais avec l’avènement du « vent de l’Est » et tenant compte de la faiblesse


de l’autorité de l’Etat en ce moment précis ou pire encore pour se venger
des bêtes sauvages longtemps privilégiées par les pouvoirs publics, les
populations togolaises ont entrepris et continuent d’entreprendre à certains
endroits du territoire national des actions inciviques de dégradation de
l’environnement hormis celle liée à la paupérisation accrue des populations.

A cela s’est ajoutée, l’irruption de certains opérateurs économiques véreux


dans l’économie forestière, enlevant ainsi à notre pays presque tout ce qui lui
reste de son couvert végétal. De nos jours, le taux de couverture forestier au
Togo n’est plus que de 6 à 7 %.

Comme on pourrait s’y attendre, on note aujourd’hui la déforestation des


hauts plateaux et montagnes boisées de la région des Plateaux, la
savanisation inquiétante du territoire national, la destruction des teckeraies le
long de la Nationale N°1, la perte des mangroves, le tarissement des cours
d’eau, la dégradation des sols cultivables, la rareté des pluies, la pauvreté et
la faim puis l’exode rural.

Au Togo, la dégradation de l’environnement est de plus en plus patente dans


les Centres urbains.

b- La dégradation de l’environnement urbain

Au Togo, la perte des valeurs environnementales est de plus en plus ostensible


et manifeste dans les centres urbains. Cela s’explique surtout par la
croissance démographique non maîtrisée consécutive à l’exode rural, à
l’immigration ou à une fécondité « no limit » ou plus loin à l’incivisme de
certains citoyens.

Cette dégradation de l’environnement urbain engendre de sévères


retombées économiques pour le pays. Selon les enquêtes, le Gouvernement
togolais à travers la seule municipalité de Lomé dépenserait plus d’Un milliard
de FCFA par an pour faire face aux exigences d’un environnement sain.

Rapport Général de la Ligue Togolaise des Droits de l’Homme (LTDH) sur la situation des droits de l’homme au Togo : Année 2010 67
Publié à Lomé le 10 décembre 2010
Municipalité et environnement urbain

Depuis quelques années, se posent aux villes togolaises, de nombreux défis


liés à l’assainissement, à l’eau, à l’hygiène etc.

Aujourd’hui, les trais visibles de l’absence d’une politique hardie de


promotion d’un environnement sain demeurent surtout la prolifération des
déchets plastiques, le bouchage des caniveaux, l’inondation des rues et des
maisons en temps de pluie, le manque cruel de poubelles et à une distance
raisonnable le long des rues, les décharges publiques en pleine ville,
l’absence des latrines publique etc.

On note par ailleurs un faible recyclage des déchets publics, certaines


maisons parfois non pourvues d’assainissement déversent leurs eaux usées
dans les rues.

Comme conséquence à toute cette situation, l’apparition de nouvelles


maladies dans la gente humaine, la montée des épidémies, des maladies
respiratoires, l’inondation des quartiers etc.

Pour parer à ces problèmes récurrents, le gouvernement togolais s’est lancé


depuis un certain nombre d’années à la recherche de partenaires aussi bien
bilatéraux que multilatéraux.

Ainsi, en avril 2007, l’Agence Française de Développement (AFD) a octroyé


au Gouvernement plus de 5 milliards de FCFA pour l’amélioration de la ville
de Lomé sur le plan environnemental, au titre du Projet PEUL (Projet
d’Environnement Urbain de la Ville de Lomé). De là, ont commencé les
travaux pour le dragage des lagunes de Bè, et de Hanoukopé, le curage des
Caniveaux, la mise en route par la Mairie de véhicules de Collecte d’ordures
ménagères etc. Ce projet a reçu en Novembre 2010, un fond additionnel de
plus de 2 milliards de FCFA.

Malgré cela, de nombreux défis demeurent.

c- Défis environnementaux

Depuis 2007, les populations togolaises sont confrontées à de sévères


problèmes environnementaux liés aux inondations récurrentes, à la
persistance des déchets plastiques, l’absence d’une véritable politique
d’hygiène et d’assainissement…

Depuis cette date jusqu’à nos jours, la plupart des régions du pays ont été
immergées, avec pour corollaires les pertes en vies humaines, la démolition
des villages entiers, la destruction des cultures vivrières et l’apparition des
premiers « réfugiés climatiques » sur le sol togolais.

Cette situation s’est encore aggravée cette année avec 80 000 togolais
sinistrés, 12 morts et des disparus.
Rapport Général de la Ligue Togolaise des Droits de l’Homme (LTDH) sur la situation des droits de l’homme au Togo : Année 2010 68
Publié à Lomé le 10 décembre 2010
En face de ces phénomènes, le Gouvernement togolais parfois à court de
moyens et d’initiatives, se borne à la construction des tentes ou à la
distribution des vivres et des non vivres aux populations sinistrées. Et cela
s’installe comme une habitude de gouvernance lorsqu’il s’agit des
inondations.

L’autre défi environnemental auquel les togolais font face reste la salubrité
des lieux de soins.

Selon l’article 34 de la Constitution de a IVème République du Togo « L’Etat


reconnaît aux citoyens le droit à la santé. Il œuvre à le promouvoir ».

Cela revient à dire qu’il appartient à l’Etat togolais de garantir les conditions
minima d’accès aux soins et de prévention contre les maladies. Mais au
Togo, la politique nationale en matière de santé a depuis quelques
décennies du plomb dans l’aile surtout lorsqu’il s’agit de l’hygiène et de
l’assainissement des lieux de soins.

Au Togo, les unités de soins périphériques et les grands Centres de Formations


sanitaires sont dans un état piteux : saletés, manque d’hygiène, vétuste des
matériels et équipements d’accueil. Des centres de soins censés prémunir les
citoyens contre les maladies deviennent aujourd’hui de véritables agents
vecteurs car certains usagers y repartent plus malades qu’ils ne viennent. On
parle aujourd’hui de plus en plus de maladies nosocomiales.

Que ce soit à la maternité ou dans tous les compartiments, beaucoup reste


encore à réaliser lorsqu’il s’agit des problèmes susmentionnés.

2- Droit au développement

Au Togo, la majorité des citoyens peine à comprendre ce que signifie ce


terme dans leur vécu quotidien. Empêtrés dans une situation socio-
économique de plus en plus dramatique, nombreux sont les togolais qui
arrivent à peine à se tailler un repas par jour.

Les indicateurs de développement sont au rouge dans presque tous les


secteurs.

Sur le plan des infrastructures routières, nous constatons une dégradation


accrue du tissu routier avec son corollaire d’accidents de circulation. Lomé la
capitale économique et politique de notre pays ne ressemble plus qu’à un
gros village de poussières et de développement d’excavations routières.
Cette situation à certainement des impacts négatifs sur la population du fait
du développement des maladies respiratoires et autres. Cette dégradation
des infrastructures routières se constate sur toute l’étendue du territoire
national et constitue l’un des défis auquel le Gouvernement togolais doit
prêter une attention particulière.

Rapport Général de la Ligue Togolaise des Droits de l’Homme (LTDH) sur la situation des droits de l’homme au Togo : Année 2010 69
Publié à Lomé le 10 décembre 2010
Sur le plan social et économique, les études ont montré que 65 % de togolais
vivent en dessous du seuil de pauvreté avec 20 000 FCFA par mois et
240 000 F CFA de dépenses annuelles.

Cette situation relève de plusieurs causes telles que la mauvaise répartition


des richesses nationales, la mauvaise gouvernance, le manque cruel d’une
politique nationale d’investissement orientée vers la création d’emplois.

Cette paupérisation devient préoccupante dans le monde rural où les


paysans font face à la faim et à la malnutrition chronique ou aigue. Notons
que le Togo est un pays essentiellement agricole.

Que ce soit dans le domaine éducatif ou sanitaire, le Gouvernement togolais


a encore du chemin à parcourir.

La gratuité de l’école primaire ces deux dernières années a soulevé de


véritables problèmes liés aux infrastructures d’accueil, au nombre limité du
personnel enseignant pour couvrir les besoins nouveaux.

En matière de santé, le travail qui reste à faire est encore énorme. Empêtré
dans une vétusté sans faille et dans une corruption décriée par la population,
le système sanitaire au Togo n’a que faire de la compétitivité. Les grandes
formations sanitaires, tel le CHU de Lomé Tokoin, ne disposent ni de scanner ni
de matériel échographique. Le plateau technique offert aux malades est
dépourvu d’outils essentiels pour le travail. Aujourd’hui au Togo, nous
distinguons deux catégories de malades, ceux des cliniques privées et ceux
des hôpitaux publics considérés comme des mouroirs.

Au regard de tout ce qui précède, il convient de faire des recommandations


afin d’aider les parties prenantes à faire face aux exigences de l’heure.

CHAPITRE VII : LE DROIT A LA FAMILLE

Parler du droit à la famille, c’est saisir toutes les implications qu’il entraîne du
point de vue des citoyens entre eux et entre ceux-ci et l’Etat.

Au Togo, la famille est une unité sociale dont le premier responsable reste
l’Etat. C’est ce qui justifie nommément l’article 31 de la Constitution de la 4ème
République en son alinéa 1er « 1’Etat à l’obligation d’assurer la protection du
mariage et de la famille ».

Rapport Général de la Ligue Togolaise des Droits de l’Homme (LTDH) sur la situation des droits de l’homme au Togo : Année 2010 70
Publié à Lomé le 10 décembre 2010
Ainsi le mariage est aussi réglementé par le Code des Personnes et de la
Famille que tout citoyen doit connaître pour se prémunir des zones
d’incertitude.

Du point de vue des observations et de nos constats, la majorité des citoyens


surtout les femmes ignorent l’importance du mariage civil. Certaines femmes
parfois rejoignent les hommes au foyer à la seule survenance d’une grossesse,
battant ainsi en brèche toutes les formalités qu’elles auraient pu accomplir
pour mériter le titre d’une épouse digne et respectable au foyer. Comme on
pourrait s’y attendre, elles sont parfois tout simplement chassées hors du foyer
conjugal complétant ainsi le lot de femmes célibataires qui émergent
actuellement au sein de notre société.

L’ignorance du mariage civil, de la part des femmes a également pour effet


explicatif les brimades dont elles sont toujours victimes de la part de leurs
belles familles lorsque leurs maris vinrent à décéder. Elles sont là aussi tout
simplement dépossédées des biens des maris y compris également les
enfants qui en sont déshérités totalement.

Parler du droit à la famille, c’est surtout parler des relations qui existent entre
les enfants et leurs parents et regarder en dernier recours la responsabilité qui
incombe à ceux-ci et à l’Etat lorsqu’il s’agit de leur protection. C’est ce que
stipule certainement l’Article 31 de la Constitution Togolaise en son alinéa 2
qui dispose que « Les parents ont le devoir de pourvoir à l’entretien et à
l’éducation de leurs enfants. Ils sont soutenus dans cette tâche par l’Etat ».

Nous constatons aujourd’hui que mis à part la gratuité de l’Ecole instaurée


par le Gouvernement depuis deux ans déjà, que les enfants togolais sont
dans une impasse totale lorsqu’il s’agit de leurs droits. Promouvoir leurs droits
c’est aussi assurer les conditions minimales d’existence à leurs parents, ceci
passe avant tout par le rehaussement du salaire, la diminution du coût de la
vie, une politique d’aide sociale adéquate. Cette situation a un impact
négatif du point de vue des parents qui perdent de plus en plus leur autorité
parentale. Les effets conjugués des rapports sexuels précoces, de la montée
vertigineuse de la prostitution, de la délinquance juvénile et des enfants de
rue sont là pour attester la déliquescence de l’Etat en matière de protection
du mariage et de la famille.

Par ailleurs nous assistons aujourd’hui à une prostitution insidieuse où certaines


femmes voulant aider leurs enfants et du fait du chômage ou de

Rapport Général de la Ligue Togolaise des Droits de l’Homme (LTDH) sur la situation des droits de l’homme au Togo : Année 2010 71
Publié à Lomé le 10 décembre 2010
licenciement de leurs conjoints, sont obligées de se livrer à des
comportements sexuels peu recommandables.

Au Togo, on note également une catégorie de femmes visiblement trichées


en matière de relations de couples. Il s’agit surtout de celle qu’on appelle
communément les "bureaux".

En effet, certains hommes ne veulent pas accéder à la polygamie ;


néanmoins, ils entretiennent des relations sentimentales hors du domicile
conjugal dont les femmes toujours victimes en sortent parfois nanties d’une
ou de plus d’une grossesse. Non mariées officiellement, elles ne peuvent que
prier leurs amants de reconnaître et de protéger au moins les enfants qui
n’ont pas demander à venir dans cette situation.

Ces enfants adultérins mêmes considérés par la famille et l’Etat, sont parfois
victimes de tous les traitements discriminatoires. Ils n’ont souvent pas droit
équitablement à l’héritage de leur parent. Ce qui engendre le plus souvent
des conflits familiaux au dénouement malheureux et dramatiques.

L’une des causes, de la détérioration du mariage de la perte des valeurs


dans ce domaine, demeure indubitablement l’irruption dans notre société du
phénomène des filles-mères ou mères célibataires. En effet, abandonnées
par les hommes qui refusent d’assurer leur responsabilité vis-à-vis d’elles, et
souvent rejetées par leurs familles, ces mères célibataires sont livrées à elles-
mêmes et confrontées aux pires vicissitudes de la vie. Nombreux sont les
requêtes qui viennent à la LTDH concernant cette situation précise.

Mademoiselle G. A : « j’ai fait deux enfants à un guinéen….son grand frère qui avait
pourtant déclaré assumer la charge des enfants m’a abandonnée…j’étais obligée de
regagner la maison. Maintenant, mes parents en ont assez de me supporter moi et mes
enfants. La vie m’est amère avec le poids de deux enfants à moi toute seule. Je viens à
vous pour que vous m’aidiez à trouver une solution à mes problèmes. »

Par ailleurs, le phénomène d’adoption, bien que légalisé au Togo, ne


bénéficie pas d’un écho favorable au sein de notre société, lorsqu’on étudie
certains faits.

Ainsi en Afrique et particulièrement au Togo, nous notons un système


d’adoption familiale ou amicale qui tranche parfois avec la morale car les
filles en sont toujours les victimes. Certains hommes se voulant dans la peau
de bienfaiteurs hors norme, s’adonnent impunément à des relations sexuelles
avec les filles adoptées qu’ils sont censés protéger.

Rapport Général de la Ligue Togolaise des Droits de l’Homme (LTDH) sur la situation des droits de l’homme au Togo : Année 2010 72
Publié à Lomé le 10 décembre 2010
Mademoiselle Y. A. a par une requête adressée à la LTDH de ce qui suit « J’ai
été adopté par M. D. à la mort de mon papa à qui il était un meilleur ami. Ma maman
ayant épousé un autre homme, a accepté sa demande de m’adopter comme sa fille.
Arrivée dans son foyer, j’étais soumis à tous les mauvais traitements. Ce qui m’a
contraint à abandonner les classes et à devenir leur bonne. A 14 ans, il a commencé
par abuser sexuellement de moi et me menaça de me répudier hors du foyer si sa
femme le savait. A 18 ans, il me mit en apprentissage contre la promesse de satisfaire
ses exigences libidinales. Devenue majeure et m’étant rendue compte de l’exploitation
dont j’étais victime et voulant prendre ma liberté, il a refusé de me verser tout
l’argent du contrat d’apprentissage et me chassa hors de son foyer. Je vis actuellement
auprès d’une co-apprentie qui bientôt va rejoindre son mari ; ni abri et ni argent, je
suis une fille exposée et victime du comportement de mon prétendue bienfaiteur ».

La perte des valeurs morales au Togo, pousse également certains hommes à


entretenir de relations sexuelles avec leurs propres filles. C’est ce qui
caractérise la montée de l’inceste ces dernières années dans la sphère
togolaise et la création d’association, centres ou ONG pour plancher
véritablement sur le phénomène. Les activités du Centre KEKELI à Hanoukopé
en disent long sur ce tabou qu’est l’inceste.

Mademoiselle A.M par requête faite à la LTDH dit ce qui suit : « j’étais à
Abidjan avec mon père qui a préféré retourner avec moi au Togo. Arrivées
depuis, mon père ne cesse de me faire des avances. Ayant constaté mon
refus, il ne cesse de me tendre des pièges en vue de coucher avec moi.
L’autrefois, il m’a séquestrée dans la chambre et a voulu me violer. J’ai peur
de dénoncer mon père, mais aujourd’hui je n’en peux plus, c’est pourquoi je
viens à vous pour que vous m’aidiez ». Il faut souligner que la demoiselle en
question ne voulait pas assigner son père à la justice.

Rapport Général de la Ligue Togolaise des Droits de l’Homme (LTDH) sur la situation des droits de l’homme au Togo : Année 2010 73
Publié à Lomé le 10 décembre 2010
Troisième partie :

DROITS SPECIFIQUES ET PROTECTION DES


PERSONNES VULNERABLES

Rapport Général de la Ligue Togolaise des Droits de l’Homme (LTDH) sur la situation des droits de l’homme au Togo : Année 2010 74
Publié à Lomé le 10 décembre 2010
Les droits de l’homme présentent de nos jours deux caractéristiques
fondamentales : ils sont des droits généraux reconnus à toute personne et
chacun doit en jouir sans discrimination. Cependant, si ces droits sont
interdépendants et indivisibles comme le souligne la Déclaration de Vienne
de 1993, ils peuvent cependant faire l’objet d’un traitement différencié. La
limite ici observée concerne leur aptitude à s’appliquer indifféremment à tout
être humain. L’égalité en dignité et en droit se trouve affaiblie par des
inégalités de fait qui ne permettent pas à des catégories vulnérables de jouir
de l’ensemble des droits généraux proclamés. La correction de ces inégalités
de fait au sein de la famille humaine appelle à l’adoption de droits distincts
pour des catégories spécifiques. Toute la problématique des droits
catégoriels se trouve ainsi posée.

I- LA PROTECTION DES DROITS DE LA FEMME

Un effort substantiel a été fait au point de vue protection normative sur les
plans national, régional et international. On cite entre autres textes : La
convention sur les droits politiques des femmes de 1952, la convention sur la
femme mariée de 1957, la Déclaration sur l’élimination des discriminations à
l’égard des femmes, la Convention sur l’Elimination de toutes les formes de
Discrimination à l’égard des Femmes (CEDEF) adoptée par les Nations Unies
le 18 Décembre 1979 et entrée en vigueur en tant que Traité International le
03 Septembre 1981, la Conférence de Beijing de 1995. Le Togo l’a ratifiée le
18 septembre 1983, le Protocole à la CADHP relatif aux droits de la femme en
Afrique.

Les objectifs recherchés dans ces textes sont d’une part le rétablissement de
l’égalité entre homme et femme et la promotion de la femme, en vue de sa
participation effective et efficiente au développement.

Sur le plan interne, des lois spécifiques ont été adoptées pour rendre cette
protection efficiente. On peut citer, la Loi n°84-14 du 16 mai 1984 relative à la
protection des filles et garçons régulièrement inscrits dans un établissement
d’enseignement ou dans un centre de formation professionnelle, la Loi n°98-
016 du 17 novembre 1998 portant interdiction des mutilations génitales
féminines au Togo, les articles 40, 41 et 42 du Code du travail qui interdisent le
harcèlement sexuel en milieux de travail.

La conceptualisation de la violence faite aux femmes

« On entend par violence tout acte, toute négligence, toute contrainte,


toute menace, dans quelque domaine que ce soit, infligeant ou susceptible
d’infliger un traumatisme physique, sexuel ou psychologique à des femmes »
Ce sont des comportements qui s’expriment les rapports de domination et de
subordination.

Rapport Général de la Ligue Togolaise des Droits de l’Homme (LTDH) sur la situation des droits de l’homme au Togo : Année 2010 75
Publié à Lomé le 10 décembre 2010
Nous avons encore l’image de ces femmes en sang qui arrivent au centre en
larmes et qui, dès qu’elles ont fini de s’exprimer, s’abreuvent de conseils
passionnés qu’on leur prodigue. Mais lorsqu’on leur propose de confier le
dossier à un avocat pour une procédure pénale, elles retrouvent tous leurs
moyens et s’opposent à toute interpellation de leur conjoint-bourreau, ce qui
pose la problématique de la judiciarité des violences conjugales au Togo.

Les différents types de violences rencontrées


- Les violences physiques
Elles se manifestent souvent dans la sphère domestique. Elles sont l’expression
de la force brutale et de la prétendue supériorité masculine dans le cadre de
rapports conflictuels au sein du foyer. La femme battue peut être prise
comme l’exemple de ce type de violence. Cette maltraitance domestique
relevant de la sphère privée est souvent cachée : les femmes ont, par
pudeur, honte et se gardent de dévoiler la violence conjugale.
Une enquête effectuée par la Commission Féminine de la LTDH pour sa
contribution dans la rédaction du « Cahier des exigences » sur les violences
conjugales et les autres formes de violences faites aux femmes au Togo en
mars 2009 relate qu’à Lomé « 35% des femmes enquêtées reconnaissent
avoir été victimes de violence physique conjugale au moins une fois ».
- La violence psychologique et morale
Il s’agit de porter atteinte à la psychologie d’une personne, de lui faire perdre
toute confiance en soi, toute estime de soi, de faire douter d’elle-même, de
ses capacités, de son jugement. Il s’agit d’une mise à mort par le verbe.
Cette forme de violence ne laisse aucune trace, aucune marque apparente
sur le corps mais elle cause des « bleus à l’âme » qui peuvent se manifester
par la suite des maladies psychosomatiques. Cette violence est plus
insidieuse, plus pernicieuse, plus perverse. Dans l’enquête susmentionnée, 29%
des femmes enquêtées ont été victimes de ce type de violence. La violence
psychologique entraîne des traumatismes dans la famille.

- La violence verbale et le dénigrement systématique


La violence psychologique se manifeste par une violence verbale et un
dénigrement systématique de la femme dans ses activités quotidiennes et
dans ses compétences. La violence verbale se manifeste par des critiques
injustifiées, des insultes, des railleries, des moqueries, des dénigrements, des
humiliations, des accusations gratuites de sorcellerie. C’est le poids des mots
et expressions tels que : tu fais mal la cuisine, tu t’habilles mal, tu n’es pas
intelligente, tu raisonnes mal, tu sens mauvais, tu sors de chez moi si tu n’es
pas contente, etc.

Rapport Général de la Ligue Togolaise des Droits de l’Homme (LTDH) sur la situation des droits de l’homme au Togo : Année 2010 76
Publié à Lomé le 10 décembre 2010
- La violence sexuelle

Le viol conjugal reste l’une des formes de violences faites aux femmes. En
effet, certaines femmes sont battues lorsque, pour des raisons de santé, elles
se refusent à leurs maris. Ces derniers considèrent que le rapport sexuel est un
devoir conjugal, mais ignorent ou feignent d’ignorer qu’il ne saurait justifier
pour autant le viol conjugal c’est à dire l’acte sexuel forcé.
On peut en outre citer comme violences sexuelles, l’abstinence forcée, les
grossesses et avortements forcés, la pédophilie, l’inceste, le harcèlement
sexuel.

- La violence économique

Il s’agit d’une contrainte imposée à la femme par son mari qui l’éloigne de
toute indépendance financière afin de la maintenir sous sa totale
dépendance. Elle prend différentes formes à savoir les entraves à l’emploi, le
refus déguisé de l’emploi, la confiscation de l’allocation familiale.
A cette fin, on cite souvent le droit du mari de s’opposer à l’exercice d’une
profession par son épouse (Article 109 de la CPF). Cette prérogative
accordée à l’homme est en parfaite contradiction avec le droit à l’emploi
reconnu à la femme et discriminatoire dans la mesure où la même possibilité
n’est pas offerte à la femme par rapport à son mari du moment où il n’est pas
exclu que les hommes puissent mener des activités professionnelles mettant
en péril l’harmonie et l’équilibre familial tant recherchés.
- Les violences et violations institutionnalisées
Les mariages précoces et forcés : L’âge de nuptialité est pour la fille, d’après
l’article 43 du Code des Personnes et de la Famille, 17 ans révolus, alors qu’il
reste de 20 ans chez le garçon. Pourquoi favoriser le mariage précoce de la
fille comme si le mariage représentait l’idéal féminin
La polygamie : le droit d’option consacré par les articles 42 et 52 du Code
Togolais des Personnes et de la Famille rompt avec le principe d’égalité entre
l’homme et la femme.
En outre, l’article 391 du CPF constitue une violence grave au droit de la
femme dans la mesure où la femme risque de se retrouver sans toit, ni
ressources quelconques après le décès de son conjoint si celui-ci de son
vivant n’a pas opté pour l’application du droit moderne au détriment de la
coutume qui la plupart du temps règle la succession en écartant les héritiers
de sexe féminin.
D’autres pratiques coutumières surannées et démodées comme la
répudiation, l’échangisme, le Rapt ou l’enlèvement, le lévirat et le sororat (la
femme est transmissible à un membre de la famille de son époux, au même
titre que les autres biens du patrimoine et sera pour ce fait liquidée, la
succession se trouve ainsi ouverte sur elle et non à son égard), les mutilations
Rapport Général de la Ligue Togolaise des Droits de l’Homme (LTDH) sur la situation des droits de l’homme au Togo : Année 2010 77
Publié à Lomé le 10 décembre 2010
génitales féminines (MGF), les rites avilissants, humiliants et dégradants de
veuvage (l’isolement de la veuve pendant des semaines entières dans une
pièce sans lumière, la tonsure du crâne de la veuve, des restrictions
alimentaires et hygiène corporelle. Dans certaines communautés, le
comportement de la veuve pendant la durée de ce rituel détermine si celle-
ci est coupable ou non de la mort de son mari).
Un grand travail reste également à faire par rapport à l’application des
normes et principes internationaux protégeant la femme. Car malgré les
dispositions des paragraphes Cinq et Neuf du Préambule de la Constitution
de la Quatrième République, celles des articles 50 et 140 de la même Loi
Fondamentale, le Juge togolais éprouve toujours des difficultés à recourir aux
normes internationales de protection des droits de la femme. Le
gouvernement togolais devra donc procéder à un travail d’harmonisation de
la législation nationale par rapport aux textes internationaux en la matière.

Aussi, est-il urgent d’adopter une Loi spécifique relative aux violences
conjugales qui prennent de l’ampleur ces dernières années.

Les femmes ne sont pas représentatives dans les sphères de prise des
décisions. Le quota des candidatures féminines prévu par l’APG en son point
1.2.11 reste encore un vœu pieux.

Femmes et conditions de détention :

Au Togo, il n’existe pas de prisons pour femmes, bien que ces dernières soient
détenues dans une aile différente de celle des hommes. En outre, les
fonctionnaires carcéraux sont tous des hommes, ce qui constitue une
violation de droit des femmes détenues à être surveillées par des agents de
sexe féminin. L’utilisation de personnel masculin pour superviser les parties
femmes viole les standards internationaux, telle que la règle 53 de l’Ensemble
de règle minima pour le traitement des détenus qui mentionnent qu’aucun
fonctionnaire du sexe masculin ne doit pénétrer dans la section des femmes
sans être accompagné d’un membre féminin du personnel.

II- LA PROTECTION DES DROITS DE L’ENFANT

En dehors des engagements internationaux auxquels le Togo a souscrit,


notamment la Déclaration sur les droits de l’enfant du 20 novembre 1959, la
Convention sur les droits de l’enfant du 20 novembre 1989, la Charte africaine
des droits et du bien être de l’enfant du 11 juillet 1990, la Convention de La
Hayes sur l’adoption du 29 mai 1993, la Convention de l’OIT de juin 1999 qui
interdit les formes les plus inhumaines et les plus dangereuses du travail des
enfants, les Congrès mondiaux de Stockholm et du Japon sur l’exploitation
sexuelle des enfants, des textes spécifiques ont été récemment adoptés
notamment le Code de l’enfant et la Loi sur le trafic d’enfants du 03 août
2005.

Rapport Général de la Ligue Togolaise des Droits de l’Homme (LTDH) sur la situation des droits de l’homme au Togo : Année 2010 78
Publié à Lomé le 10 décembre 2010
Les situations dans lesquelles les violences s’exercent à l’encontre des enfants

1- Les violences familiales

Les articles 16, 10 et 23 respectivement de la DUDH, du PIDCP et du PIDESC


font de la famille l’élément naturel et fondamental de la société, avec
comme hypothèse de base que celle-ci constitue le milieu naturel pour la
croissance et le bien-être de tous ses membres et en particulier des enfants
en assurant leur sécurité physique et affective. Cependant, il faut noter que
c’est un leurre et les enfants subissent des violences de toutes sortes
(physiques, sexuelles, psychologiques, négligences intentionnelles…) de la
part de leurs propres parents ou d’un membre de la famille proche. Ces
violences s’exercent souvent dans le cadre de la discipline et prend la forme
d’un châtiment physique, cruel et humiliant, de mauvais traitements et de
punitions sévères. Ces violences physiques sont accompagnées de violences
psychologiques : insultes, injures, isolement, rejet, menaces, indifférence,
mépris et négligence et refus délibéré de répondre aux besoins réels de
l’enfant, toutes choses préjudiciables à ses développement et bien-être.

2- Les violences dans les écoles et autres établissements d’enseignement

Malgré l’interdiction de l’usage du « bâton », les enfants continuent par être


victimes des sévices corporels de la part de leurs enseignants. Pour sanction
disciplinaire, ils sont mis à genoux au soleil, chaque main portant un lourd
caillou.

Outre ces traitements atroces, les écoliers en milieu rural continuent par être
« une main d’œuvre » pour leurs enseignants : travaux champêtres, corvées
de bois de chauffes et d’eau, recherches de pailles…

3- La violence au sein des institutions chargées de la protection de l’enfance

Au Togo, beaucoup d’enfants, en particulier de sexe masculin, passent de


longues périodes de leur vie sous le contrôle et la supervision des institutions
chargées de leur protection : orphelinats, foyers pour enfants, centres de
soins, établissements de détention pour mineurs, maisons de redressement. Le
surpeuplement et les conditions d’hygiène déplorables, l’exclusion et la
discrimination par la société et l’incompétence des employés aggravent les
risques de violences.

Ces violences restent pour nombre cachées pour plusieurs raisons. Beaucoup
d’enfants ont peur de signaler les incidents de violences dont ils sont victimes.
Souvent les parents qui devraient protéger les enfants, restent silencieux si
Rapport Général de la Ligue Togolaise des Droits de l’Homme (LTDH) sur la situation des droits de l’homme au Togo : Année 2010 79
Publié à Lomé le 10 décembre 2010
l’acte de violence est commis par un conjoint ou un membre de la famille, un
membre plus influent de la société tel qu’un enseignant, un employeur, un
policier ou un dirigeant de la communauté. L’honneur de la famille est placé
au-dessus de la sécurité et du bien-être de l’enfant. Les coupables ne doivent
pas répondre de leurs actes, ce qui crée un climat d’impunité et de
tolérance de la violence vis-à-vis des enfants.

Le gouvernement devra faire davantage d’efforts pour éradiquer les pires


formes de travail auxquels sont soumis les enfants en milieu rural (travaux
champêtres) et en milieu urbain (travaux d’apprentissage) et ratifier la
Convention n°138 sur l’âge minimum d’admission à l’emploi entrée en
vigueur en juin 1976 et la Convention n° 182 sur les pires formes de travail des
enfants du 19 novembre 2000.

III- LES DROITS DES REFUGIES ET LES PERSONNES DEPLACEES

Après les évènements tragiques d’avril 2005 (que le Président de l’Assemblée


Nationale tente de nier dans des propos négationnistes qu’il a récemment
tenus) nombre de Togolais ont quitté le pays pour cause de persécution lié à
leur appartenance politique, ou pour cause de troubles liés à l’instabilité
politique et se sont réfugiés au Bénin (Camp d’Agamé) et au Ghana.

Si depuis lors, les autorités togolaises, en collaboration avec le HCR, HCRAH ,


UNHCR, ont fait un effort en rapatriant plus de 20870, il ne faudrait pas perdre
de vue les retours volontaires qui échappent aux données statistiques, ce qui
pose un réel problème de la réinsertion.

Dans le cadre de la 11ème Session de formation en droit de l’homme et en


droit des réfugiés tenue à Cotonou du 19 au 30 juillet 2010, un Emissaire de la
Ligue Togolaise des Droits de l’Homme s’est rendu au Camp d’Agamé au
Bénin le 28 juillet 2010 et a fait un constat alarmant sur les conditions de vie
des réfugiés.

D’abord pour ce qui concerne les conditions d’accès aux soins de santé
primaires, il est à noter que les services humanitaires tels que « Médecin sans
frontière » et « La Croix Rouge » ont quitté le camp pour des raisons que le
responsable n’avait pu laisser entendre.

Ensuite la situation professionnelle reste la débrouillardise car seuls les artisans


arrivent à tirer leur épingle du jeu.

Notons enfin que les réfugiés sont souvent confrontés à des problèmes d’eau,
de terres cultivables, des infrastructures scolaires et bien d’autres encore.

Rapport Général de la Ligue Togolaise des Droits de l’Homme (LTDH) sur la situation des droits de l’homme au Togo : Année 2010 80
Publié à Lomé le 10 décembre 2010
Selon le gestionnaire du camp des réfugiés d’Agame (préfecture de
LOKOSSA-BENIN) et le HCR-BENIN, l’effectif des réfugiés actuel est évalué à
3232.

Selon les informations que nous avons reçues du HCRAH, il n y pas eu de


rapatriement organisé en 2010.

Tableau des données statistiques des requêtes 2010.

Rapport Général de la Ligue Togolaise des Droits de l’Homme (LTDH) sur la situation des droits de l’homme au Togo : Année 2010 81
Publié à Lomé le 10 décembre 2010
Quatrième partie :

RECOMMANDATIONS

Rapport Général de la Ligue Togolaise des Droits de l’Homme (LTDH) sur la situation des droits de l’homme au Togo : Année 2010 82
Publié à Lomé le 10 décembre 2010
I- RECOMMANDATIONS D’ORDRE GENERAL

™ Droit à l’intégrité physique

9 Harmoniser les législations concernant l’interdiction de la torture et


autres peines ou traitements cruels, inhumains ou dégradants afin de
les rendre conformes aux standards internationaux. Plus
particulièrement, incriminer la torture dans le Code Pénal en
conformité avec la définition adoptée par la Convention contre la
torture.

9 Initier et suivre une véritable politique de formation, d’éducation en


matière d’interdiction de la torture et autres peines ou traitements
cruels, inhumains ou dégradants, surtout à l’égard des forces de police
et de gendarmerie.

9 Combattre l’impunité en organisant des visites surprises par les


Magistrats du Parquet dans les centres de garde-à-vue de police et de
gendarmerie et d’engager des poursuites contre les agents de
sécurité, auteurs desdits actes.

9 Sensibiliser les OPJ et leurs agents subalternes au respect des droits de


l’homme ainsi que sur leurs devoirs de désobéissance aux ordres
illégitimes (qui constituent une atteinte grave et manifeste au respect
des DH et des libertés publics) conformément aux dispositions de
l’article 21 alinéas 4 de la constitution togolaise.

™ Droit à un procès équitable dans un délais


raisonnable

9 Adopter un texte clair permettant au prévenu d’avoir l’assistance de


son Conseil dès le stade de l’enquête préliminaire et faire une
vulgarisation accrue de la « Déclaration de Miranda ».

9 Rendre plus effective l’aide juridictionnelle.

Rapport Général de la Ligue Togolaise des Droits de l’Homme (LTDH) sur la situation des droits de l’homme au Togo : Année 2010 83
Publié à Lomé le 10 décembre 2010
9 La détention préventive ne devant être envisagée qu’en dernier
recours, les magistrats devraient faire un usage sensible des mesures
alternatives à la détention.

9 Mettre un frein aux dépôts systématiques des magistrats du Parquet,


accélérer les procédures d’instruction et de jugement, surtout dans les
dossiers dits de « Tentatives d’atteinte contre la sûreté intérieure de
l’Etat », afin d’éviter les longues détentions préventives et la
surpopulation du milieu carcéral.

9 Mener une action de modernisation des établissements pénitentiaires


existants en les rendant conformes aux normes internationales requises
en la matière.

9 Améliorer les conditions de garde-à-vue et de détention en remédiant


aux problèmes de surpopulation carcérale, d’absence d’hygiène et de
manque de nourriture et soins médicaux appropriés.

9 Initier, suivre et encourager les politiques de protection des détenus en


mettant particulièrement l’accent sur la politique de réinsertion sociale
des pensionnaires.

9 Lutter contre l’impunité sous toutes ses formes, notamment en donnant


suite aux multiples plaintes déposées par le CACIT, et en ouvrant des
informations dans les dossiers de FER et de la microfinance « Investir
Dans l’Humain ».

9 Procéder à la libération et sans délai des personnes victimes de


détentions abusive et arbitraire, en particulier le Directeur Général de
ReDéMaRe, Monsieur SAMA Essohamlon.

9 Procéder immédiatement et sans délai au retrait du Décret N° 2001-


11/PR du 9 Mai 2001portant création de la Commission Nationale de
Recouvrement des Créances.

™ Droit à la liberté de circulation

9 Assurer la réelle libre circulation des personnes et des biens et leur libre
accès à toutes les régions du pays qui reste un et indivisible.

Rapport Général de la Ligue Togolaise des Droits de l’Homme (LTDH) sur la situation des droits de l’homme au Togo : Année 2010 84
Publié à Lomé le 10 décembre 2010
9 Former les agents de sécurité et de l’ordre à l’esprit de la liberté de
circulation et aux actions citoyens et responsables, leur interdisant les
rackets routiers.

9 Favoriser la fluidité du transit et du transport des personnes.

™ Liberté d’association
9 Eviter la délivrance sélective des récépissés aux associations et autres
groupements.

9 Délivrer le récépissé dans le bref délai afin d’assurer aux citoyens, la


pleine jouissance de la liberté d’association.

9 Adopter une législation claire en la matière.

9 Rendre effectif le projet de financement des partis politiques.

• Pour les associations :

9 Eviter de faire des activités contraires à leur domaine d’intervention.

9 Respecter la liberté de l’autre et du voisin, notamment en matière


d’émission sonore.

™ Liberté de manifestation
9 Procéder à une réglementation de la liberté de manifestation dans le
respect scrupuleux de la constitution et des conventions internationales
de protection des droits de l’Homme.

9 Mettre fin à toute mesure interdisant les manifestations publiques les


jours ouvrables et dans les villes de l’intérieur du pays.

9 Sensibiliser les forces de l’ordre et de sécurité sur les vertus et valeurs


républicaines en les instruisant sur le contenu réel des dispositions des
articles 21 al.5 et 49 de la Constitution togolaise selon lesquelles : « Tout
individu, tout agent de l’Etat est délié du devoir d’obéissance lorsque
l’ordre reçu constitue une atteinte grave et manifeste au respect des
Droits de l’Homme et des libertés publiques » (Art. 21 al.5) ; « Les forces
de sécurité et de Police sous l’autorité du Gouvernement, ont pour
mission de protéger le libre exercice des droits et des libertés, et de
garantir la sécurité des citoyens et de leurs biens. » (art.49).
Rapport Général de la Ligue Togolaise des Droits de l’Homme (LTDH) sur la situation des droits de l’homme au Togo : Année 2010 85
Publié à Lomé le 10 décembre 2010
9 Mettre fin à l’impunité au Togo en ouvrant des enquêtes sur les cas de
répressions violentes et sanglantes des manifestations et en engageant
la responsabilité des présumés auteurs devant les Tribunaux.

9 Restituer dans un bref délai aux propriétaires, les motos, vélos et autres
engins saisis par les forces de l’ordre et de sécurité lors des
manifestations organisées par les partis politiques et les Organisations
de Défense des Droits de l’Homme.

™ Liberté d’expression et de la presse


9 Promouvoir et appuyer un environnement économique, politique et social
favorable au développement et à la viabilité économique des médias au
Togo.

9 Promouvoir la mise en place de cadres favorables à de meilleures conditions


de travail pour les journalistes et les professionnels de la communication au
Togo.

9 Établir un cadre de concertation permanent avec les journalistes et les


organisations de défense de la liberté d’expression.

9 Favoriser pour tous les partis politiques (au pouvoir ou dans l’opposition) ainsi
qu’aux organisations de la Société Civile, un accès équitable aux médias
publics.

9 Promouvoir les vertus démocratiques en encourageant des débats


contradictoires sur les médias privés et publics en vue de mettre fin à toutes
menaces à l’encontre des journalistes et des professionnels de médias.

9 Rendre plus professionnel et plus démocratiques le traitement des


informations sur les médias d’Etat.

9 Procéder à la réouverture immédiate de la Radio X-SOLAIRE.

9 S’atteler à la confection d’un fichier électoral fiable

9 Faire un recensement judicieux et crédible des Togolais de la diaspora en âge


de voter afin que ces derniers puissent prendre part, par le canal des
élections, à la direction des affaires de leur pays.

9 Trouver des moyens crédibles et viables devant garantir la transparence dans


la compilation et la centralisation des résultats en vue d’assurer la sincérité du
vote.

Rapport Général de la Ligue Togolaise des Droits de l’Homme (LTDH) sur la situation des droits de l’homme au Togo : Année 2010 86
Publié à Lomé le 10 décembre 2010
™ Le droit à la nationalité

9 Décentraliser la production du Certificat de Nationalité dans chaque


chef lieu de région et même des préfectures.

9 Doter la Direction Générale des certificats de nationalité, d’un


personnel suffisant et compétent afin d’éviter de erreurs.

9 Equiper les directions régionales ou préfectorales créées à cet effet des


outils informatiques, de ressources humaines de quantité et qualité.

™ Droit a la santé
• Au gouvernement :

9 Adopter et mettre en œuvre le Code de Santé au Togo.

9 Procéder à la détermination des situations constitutives de violation du


droit à la Santé au Togo.

9 Procéder à la répression de la violation de ce droit au même titre que


les autres.

9 redéfinir des objectifs de santé au Togo axés sur la mise en place d’un
système de santé adapté aux réalités togolaises et le renforcement du
système éducatif à la santé.

9 Mettre en place des zones sanitaires pour favoriser la décentralisation


et renforcer d’une part l’équité, la solidarité et la qualité des services, la
responsabilité locale en matière de planification, de prise de décision
et d’autre part, la participation communautaire.

9 Définir une ligne budgétaire réservée à la lutte contre le VIH/ SIDA dans
chaque Ministère.

9 Constituer un fonds de solidarité nationale alimenté par les ressources


générées par l’allègement de la dette dans le cadre de "l’Initiative
Pays Pauvres Très Endettés"(PPTE) pour appuyer et intensifier la lutte
contre le paludisme, la tuberculose et le VIH/SIDA.

9 Privilégier la stratégie d’intégration en matière de lutte contre le


paludisme, la tuberculose et les maladies liées au manque de vitamine.

Rapport Général de la Ligue Togolaise des Droits de l’Homme (LTDH) sur la situation des droits de l’homme au Togo : Année 2010 87
Publié à Lomé le 10 décembre 2010
• Aux OSC :

9 Vulgariser la Notion du droit à la santé au sein de la population et ses


implications pour l’Etat et pour les individus.

™ Droit à l’éducation, à la culture et à la formation


professionnelle
9 Créer des centres de formations professionnelles et les doter d’outils
nécessaires à la formation indiquée.

9 Procéder au recyclage et au recrutement à tous les niveaux


d’enseignement, de personnel en nombre qualifié afin de relever le
quotient intellectuel et les résultats de fin d’année en baisse
vertigineuse.

9 Adopter une politique de réel suivi des enseignements aussi bien dans
les établissements publics que privés.

9 Doter ces établissements de documents non vétustes répondant aux


programmes et systèmes éducatifs de l’heure.

™ Droit au travail et a la sécurité sociale


9 Définir davantage une politique nationale cohérente d’emploi des
jeunes.

9 Améliorer le système éducatif en adaptant les connaissances aux


besoins de terrain.

9 Promouvoir une réelle égalité de chance de tous les citoyens devant


l’emploi.

9 Relever le niveau du SMIG et de salaire des travailleurs dans tous les


secteurs d’activités et veiller à son effectivité.

9 Mener des inspections spontanées et périodiques dans les sociétés de


la zone franche pour toucher du doigt la réalité des travailleurs dans ce
secteur.

9 Sanctionner tout employeur et employé qui bafouent les droits humains


au travail et en milieu de travail.
Rapport Général de la Ligue Togolaise des Droits de l’Homme (LTDH) sur la situation des droits de l’homme au Togo : Année 2010 88
Publié à Lomé le 10 décembre 2010
9 Instaurer une bonne politique fiscale et douanière afin d’attirer les
investisseurs.

9 Accélérer le processus de la couverture sociale de la population et


procéder à la mise sur pied rapide de la Déclaration de Kara du 10
novembre 2010 (Confère Annexe N°7).

™ Droit au logement et à la terre

9 Edifier une nouvelle politique normative et institutionnelle efficace pour


protéger et renforcer un accès équitable aux ressources foncières dans
le cadre des objectifs spécifiques d'une société en matière de gestion
des terres.

9 Renforcer la sécurité de la propriété foncière dans le système


coutumier.

9 Fournir un document de garantie facilitant l'obtention d'un crédit.

9 Offrir un complément d'information utile à la planification et à la


gestion des terres.

9 Faciliter l’accès des femmes au partage des titres de propriété dans le


domaine foncier.

™ Droit à un environnement sain et au développement

• A l’endroit du Gouvernement

9 Adopter une Politique nationale orientée vers la prise en compte des


besoins des populations.

9 Mettre en place une politique hardie de gestion des communes. Ceci


passe avant tout par l’organisation rapide des élections communales
véritablement transparentes et démocratiques afin de plancher sur le
développement réel des collectivités locales et partant la satisfaction
sur place des besoins des populations.

9 Allouer des fonds conséquents à nos municipalités afin d’améliorer les


installations sanitaires (caniveaux et assainissement, ramassage et
recyclages d’ordures…).

Rapport Général de la Ligue Togolaise des Droits de l’Homme (LTDH) sur la situation des droits de l’homme au Togo : Année 2010 89
Publié à Lomé le 10 décembre 2010
9 Développer une politique réelle de la voirie.

9 Mettre en place une politique éducative orientée vers une meilleure


conscience environnementale dès le très jeune âge.

9 Nettoyer les endroits publics (écoles hôpitaux, marchés) et faire des


inspections à cet effet.

9 Construire de grands caniveaux et de grands bassins pour le drainage


et la rétention des eaux pluviales.

9 augmenter le nombre de toilettes publiques et de poubelles dans les


villes.

9 Assurer une bonne gouvernance économique et sociale.

9 accroître le recrutement des agents forestiers et instaurer un travail


consciencieux de leur part afin de contribuer à la protection de la
faune et de la flore togolaise.

9 Assurer une moralisation accrue du personnel soignant.

9 Améliorer le plateau technique dans les hôpitaux et procéder à un


véritable recyclage du personnel soignant.

9 Mettre des affiches dans les hôpitaux et leur entrée pour sensibiliser la
population et le personnel soignant.

9 Installer impérativement des désinfectants par mains dans toutes les


salles de soins.

9 Mieux couvrir le territoire en personnel et en infrastructures de soins.

9 Motiver le personnel soignant en relevant leur salaire.

9 Mettre au centre de ses préoccupations l’assainissement, l’hygiène et


la salubrité des Centres de soins.

9 Favoriser un accès plus équitable aux ressources du pays.

9 Améliorer en général les conditions de vie des populations.

• A l’endroit des OSC :

9 Accroître les campagnes de sensibilisation et de conscientisation du


public sur sa participation au développement du pays.

Rapport Général de la Ligue Togolaise des Droits de l’Homme (LTDH) sur la situation des droits de l’homme au Togo : Année 2010 90
Publié à Lomé le 10 décembre 2010
• A l’endroit de la population :

9 Aider le Gouvernement dans ses efforts environnementaux en intégrant


les valeurs du civisme et de l’intérêt général dans son comportement.

9 Aider les Comités de développement à la base en participant


activement aux différentes activités de leurs milieux respectifs.

™ Droit de la famille
9 Mener une politique réelle tournée vers la satisfaction des besoins de la
population, ceci passe avant tout par l’amélioration des conditions de
vie et de travail des travailleurs.

9 Œuvrer à la diminution du coût de la vie caractérisé ces dernières


années par une flambée du prix des produits de première nécessité et
autres biens de consommation.

9 Faire la divulgation du mariage civil en promouvant son importance et


en accordant plus d’habilitation aux chefs traditionnels à célébrer un
tel mariage.

9 Assurer une franche collaboration avec les organisations de la Société


Civile.

™ Droit à la sécurité alimentaire


• A l’endroit du gouvernement :

9 Mobiliser la jeunesse autour de l’agriculture par l’octroi de crédits


agricoles à faible taux d’intérêts et par la mise en place d’une réelle
politique incitative dans ce domaine.

9 Créer des emplois aux jeunes.

9 Relever le niveau du salaire des travailleurs.

9 Subventionner davantage les prix des engrais chimiques.

9 Accélérer le développement des communautés par la mise en œuvre


rapide de la décentralisation.

Rapport Général de la Ligue Togolaise des Droits de l’Homme (LTDH) sur la situation des droits de l’homme au Togo : Année 2010 91
Publié à Lomé le 10 décembre 2010
II- RECOMMANDATIONS PARTICULIERES

™ La protection des droits de la femme


• Par rapport à la législation,

9 Vulgariser la législation existante.


9 Ratifier les instruments juridiques internationaux non encore ratifiés.
9 Harmoniser la législation nationale et les instruments juridiques
internationaux ratifiés.
9 Modifier le Code Pénal en y intégrant les violences spécifiques faites
aux femmes.
9 Modifier le Code des Personnes et de la Famille en son article 391.
• Par rapport aux institutions gouvernementales

9 Doter les Institutions gouvernementales d’infrastructures et de moyens


matériels et financiers.
9 Spécialiser le personnel des Institutions d’intervention (les acteurs
identifiés).
9 Mettre en place un mécanisme de coordination entre les différents
ministères engagés dans la lutte pour la promotion et la protection des
droits de la femme.
9 Instaurer des programmes visant à éliminer la discrimination à l’égard
des femmes aussi bien dans le droit national que dans le droit
coutumier, en particulier en ce qui concerne le statut de la femme.
9 Sensibiliser et renforcer les capacités des acteurs judiciaires et
extrajudiciaires aux droits des femmes et aux questions de genre.
9 Elaborer des campagnes de sensibilisation destinés à informer la
population des droits de la femme et des moyens d’actions accessibles
aux femmes victimes de violence en vue d’encourager les femmes à
dénoncer des actes de violences perpétrés à leur encontre.

Rapport Général de la Ligue Togolaise des Droits de l’Homme (LTDH) sur la situation des droits de l’homme au Togo : Année 2010 92
Publié à Lomé le 10 décembre 2010
9 Mettre en place des mesures visant à éradiquer les pratiques
traditionnelles qui constituent une violation des droits fondamentaux
des femmes.
9 Adopter des textes législatifs spécifiques pour réprimer les actes de
violences dont sont victimes les femmes.
9 Rendre toutes les unités de détention et les prisons conformes aux
normes internationales, notamment en veillant à ce que les femmes
détenues soient surveillées par des agents de sexe féminin.
9 Inciter les femmes à s’engager d’avantage dans la vie politique.

• Par rapport aux ONG et Associations,

9 Inciter l’augmentation des ONG spécialisées dans la lutte.


9 Leur donner des possibilités de formation de leur personnel.
9 Mobiliser des ressources en vue d’un appui institutionnel.

™ La protection des droits de l’enfant


9 La prise en compte et la mise en œuvre efficiente des mesures
appropriées pour l’application effective des dispositions du Code de
Procédure Pénale concernant les mineurs en veillant à leur conformité
ou adaptation aux articles 37, 39 et 40 de la Convention des Nations
Unies sur les droits de l’enfant et à d’autres normes des Nations-Unies
notamment les Règles de Beijing sur l’administration de la justice pour
mineurs, les Principes directeurs de Riyad pour la prévention de la
délinquance juvénile et les règles de La Havane.
9 La création des tribunaux pour mineurs au niveau de chaque juridiction
d’instance du Togo.
9 La formation initiale et continue de spécialisation des magistrats tant du
siège que du parquet sur la justice pour mineurs ainsi que des officiers
de police judiciaire et des avocats.

Rapport Général de la Ligue Togolaise des Droits de l’Homme (LTDH) sur la situation des droits de l’homme au Togo : Année 2010 93
Publié à Lomé le 10 décembre 2010
9 La substitution des mesures alternatives aux privations de liberté qui ne
doivent demeurer qu’un dernier recours et pour la durée la plus courte
possible.
9 La création de véritables brigades pour mineurs pour une prise en
charge sociale et judiciaire des mineurs dans le ressort de chaque
juridiction d’instance ou dans chaque unité de gendarmerie ou de
police.
9 L’institution de l’aide juridictionnelle au niveau de la justice pour
mineurs distincte de l’aide juridictionnelle en générale.
9 La clarification des procédures assorties de mesures de contrôle du
parcours du mineur en conflit avec la loi, des services de police
judicaire à ceux de la justice.
9 La création des centres spéciaux de sauvegarde de l’enfance pourvus
de conditions de vie et d’encadrement appropriés pour les
placements provisoires.
9 La création de centres de réinsertion sociale véritablement fonctionnels
pour les enfants victimes de trafic ou de la traite.

™ Les droits des réfugiés et les personnes déplacées


9 Elaborer une réelle politique de prise en charge de réfugiés et des
personnes déplacées.

9 Favoriser le retour massif et définitif des réfugiés et adopter des mesures


de réinsertion conséquentes.

9 Maintenir un contact permanent avec les organisations de la société


civile qui sont sur le terrain en vue de prendre des mesures adéquates
tirées des besoins réels de terrain.

Rapport Général de la Ligue Togolaise des Droits de l’Homme (LTDH) sur la situation des droits de l’homme au Togo : Année 2010 94
Publié à Lomé le 10 décembre 2010
CONCLUSION GENERALE
Le constat qui se dégage de ce Rapport Général sur la situation des Droits de
l’Homme au Togo en 2010, est celui d’une volonté politique délibérée du
pouvoir en place de ne faire aucun effort en vue de mettre un frein aux
multiples violations de ces droits humains.

Depuis quarante-trois (43) années, les pics de l’arbitraire de la violence et du


mépris de la personne humaine sont toujours atteints dans les périodes se
situant avant, pendant et après les élections.

L’élection présidentielle de mars 2010 caractérisée par des listes électorales


peu fiables, l’achat de consciences, etc… est toujours contestée par des
partis politiques de l’opposition regroupés dans le Front Républicain pour
l’Alternance et le Changement (FRAC). Les manifestations ont été réprimées
violemment, des centaines de manifestants emprisonnés arbitrairement sans
oublier les blessés et les tentatives de dissolution de deux partis politiques de
l’opposition.

La répression s’est aussi abattue sur les médias trop critiques envers la
politique du régime. Des journalistes ont été agressés physiquement voire
blessés par les forces de l’ordre dans l’exercice de leur métier. Plusieurs font
l’objet de menaces de mort.

Même les défenseurs des doits humains ont été violentés et sans égard,
humiliés.

L’interdiction des manifestations ayant pour but de reconquérir de nouvels


espaces de libertés, couplée de leur répression systématique et
disproportionnée est la conséquence du discours développementaliste que
semble tenir le gouvernement : « silence, on développe ».

Or la crise togolaise dont l’absence de résolution incombe au régime en


place qui, par égoïsme et intérêts, refuse une véritable démocratisation du
pays, ne cesse d’appauvrir les citoyens togolais confrontés à l’incapacité des
dirigeants à penser et appliquer une réelle politique de développement.

L’éducation nationale, le secteur de la santé, la protection sociale sont


sinistrés. La mauvaise gouvernance, non contente de générer la misère,
génère aussi le banditisme et la délinquance tandis que les magouilles et les
trafics en tous genres prospèrent dans un climat de corruption généralisée
organisé par les dirigeants du pays dont le train de vie scandaleux constitue
une insulte pour le peuple togolais.
Rapport Général de la Ligue Togolaise des Droits de l’Homme (LTDH) sur la situation des droits de l’homme au Togo : Année 2010 95
Publié à Lomé le 10 décembre 2010
La volonté politique délibérée de violer les droits de l’Homme participe de la
stratégie de la terreur mise en place par le régime. cependant si nous nous
convenons avec René CASSIN, l’un des pères de la Déclaration Universelle
des Droits de l’Homme qu’ « Il n'y aura pas de paix sur cette planète tant que
les droits de l'homme seront violés en quelque partie du monde que ce soit »,
la bataille pour la cause des droits humains ne finira point et des défenseurs
des droits humains ne disparaîtront jamais tant qu’il y aura des violateurs de
ces droits et libertés fondamentales.

Fait à Lomé, le 10 décembre 2010

Pour le Bureau-Exécutif de la LTDH :

Le Président, Le Secrétaire Général,

Me Raphaël N. KPANDE-ADZARE Me Célestin G. K. ABOGAN

Rapport Général de la Ligue Togolaise des Droits de l’Homme (LTDH) sur la situation des droits de l’homme au Togo : Année 2010 96
Publié à Lomé le 10 décembre 2010