Vous êtes sur la page 1sur 100

Le boucher connaît la musique Le Boucher Connaît la Musique

INDICES ET AIDES DE JEU Georg Fleicher


Maître Boucher
N’espère pas revoir ta fille.
1A
GROSSE RÉCOMPENSE Spécialité de Morceaux de Choix C’est toi qui es responsable de tout ça.
Bonifaz a disparu.
Par pitié aidez-moi à retrouver
le tout petit chiot de pure race
182 allée du Parc, Nuln Bientôt je serai vengé.
de ma grand-tante qui est malade.
Elle ne sait pas encore qu’il a disparu. D OCUMENT 2
Par pitié, aidez-nous.
D OCUMENT 3
Rapportez toute information à : Arne Zimmerman
à l’Auberge du Flacon Vert, Hauptstrassse.
STARK – BOUCHERIE DE QUALITÉ

Cher Rudi,
1B

Je suis désolé de ma conduite indélicate


On cherche des bras pour quelques semaines
lors du récent bal de charité donné par
de travaux légers à la Porte Ouest.
D OCUMENT 4
Herr Fleischer. Je vous prie d’accepter
BONNE PAIE. BONNE BIÈRE. BONNE PITANCE.
ceci avec mes excuses.
Contactez le capitaine Wetzelberge du guet.

PERDUES
1C
— Emil Stark, Maître Boucher
Une paire de boucles d’oreilles aux alentours
du restaurant Chez Louis.
RÉCOMPENSE pour toute information pertinente
D OCUMENT 5
ou restitution de ces bijoux.

Contactez Frau Oppenheimer, Nordstrasse.


Aux bons soins de la Dame de Kemperbad, Altdorf
Cher Maître Infecteur,
Nos plans en sont maintenant à la phase finale et presque prêts à être mis en œuvre sur les indignes crétins qui m’entourent.
1D Comme cela me fait peine de leur offrir de si merveil euses lésions, alors que la seule chose qu’ils vont en faire sera de pleurnicher et de
Les Fameuses Nulnfurters de Fleischer,
« La Saucisse Choisie par les Officiers et les Hommes de l’École Impériale d’Artil erie. »
chercher le soulagement de la main d’un chirurgien.
Je suis enchanté d’avoir reçu votre dernière œuvre d’art, il est stupéfiant de voir les ravages que peut causer un objet aussi simple.
OFFRE D’EMPLOI J’ai jeté la première que vous m’aviez envoyée par-dessus le mur de la prison. J’ai entendu des cris lorsque les prisonniers ont commencé
On recherche plusieurs individus capables et intelligents à se battre pour l’avoir et j’imagine les surprises qui se « développent » au moment où je vous écris !
pour régler une affaire délicate. J’attends votre visite avec la joie la plus extrême.
Excellente rémunération. Se présenter en personne à Herr Fleischer,
182 allée du Parc. Pas de visites passé midi. Plaisantins s’abstenir.
Infecteur Lutz
Très cher Stefan,

Si vous saviez comme je me languis de vous. Combien


de temps pourrons-nous encore sauvegarder les apparences ?
Nous ne manquerons pas un jour d’être découverts.
J’ose à peine vous regarder quand vous nous rendez visite,
de peur que mes yeux ne révèlent l’amour qu’abrite
mon cœur. Ne voyez-vous pas de quelle manière
je tremble quand je dois vous accueillir et que nos mains
se touchent, n’épié-je pas le moindre de vos…
14e JOUR
Le voyage de retour est presque terminé. On est tous épuisés et affamés. Dieter est mal en point et malade, j’ai peur qu’il arrive pas au bout.
Ces saletés de peaux-vertes ont donné tout ce qu’elles avaient, je suppose. Heureusement, c’est presque fini. On sera bientôt sur les terres
du baron Heimller pour recevoir notre récompense. Bien méritée, sans me vanter.

17e JOUR
Helmut nous a retardés en insistant pour qu’on s’arrête pour enterrer Dieter. Je lui ai dit qu’il était qu’un faiblard de savant trop sentimental,
mais il m’a répondu : « Vous n’avez pas de cœur,Artus, même pour un mercenaire. » Peut-être qu’il a raison. On a tous souffert et on veut
retrouver la civilisation.

18e JOUR
Encore retardés. Un pauvre type a été laissé pour mort par les hommes-bêtes sur la route. On a essayé de l’aider, mais il s’en est pas sorti.
Il nous a dit que sa famille était riche et que si on leur disait qu’il était mort ils nous récompenseraient. J’étais d’accord pour qu’on passe
par le domaine de sa famille, vu que c’est pas trop loin de notre route et qu’on cracherait pas sur un bon repas et un bon lit pour une nuit.
Deux jours de paye d’affilée, ça me paraît pas une trop mauvaise affaire.

20e JOUR
Le vieillard a pas eu l’air trop chagriné par la mort de son fils. C’était un aventurier et on sait bien que beaucoup d’entre nous finissent
comme ça. J’aurai de la chance si quelqu’un se donne la peine d’aller prévenir Karla le jour où je mourrai. Le vieux nous a offert un repas
chaleureux et j’ai remarqué que deux des gars faisaient de l’œil à la plus jolie de ses filles. Je leur ai dit qu’ils auraient bientôt assez d’argent
pour aller satisfaire leurs ardeurs chez les catins.
C’est le soir. L’endroit est à peine éclairé et on dirait que la famille nous a enfermés dans notre chambre. Personne ne vient quand on appelle.
Tu parles d’une hospitalité. Les gars pensent que c’est peut-être un piège. Ils ont peut-être raison. Quels que soient leurs plans, mes gars
sont assez costauds pour affronter cette bande de consanguins dans leur trou perdu.