Vous êtes sur la page 1sur 2

Contrôle final à distance

Année Universitaire: 2020-2021


Filière : GBM_S3
Durée de l’Epreuve : 1H30
Professeur responsable : SALMI Elément : Initiation à la synthèse de documents

Consigne :

A partir du dossier suivant, élaborez une problématique et un plan de synthèse puis rédigez
votre texte en 160 mots autour de la thématique « Vaccin et mobilité en temps de pandémie ».

Supports :

Document1 : Le passeport vaccinal fait débat en Europe

Pour l’instant, L'Union européenne travaille à l'élaboration d'un « certificat de vaccination


européen ». Ce document, qui constitue un premier pas vers le passeport vaccinal, serait
consultable via une plateforme numérique standardisée de collecte et d'échange des données.
Il pourrait également exister sous format papier. L'idée est de produire une « forme de preuve
de vaccination standardisée et interopérable », avait expliqué la présidente de la Commission
européenne Ursula von der Leyen, fin janvier.

Mais ce projet divise au sein des 27, et les discussions sont en cours sur des normes
communes pour une reconnaissance mutuelle de certificats vaccinaux. La France, les Pays-
Bas, la Belgique ou encore l'Allemagne jugent qu'il est encore trop tôt pour envisager ce
procédé, tant qu'une bonne partie des Européens ne sont pas vaccinés. En revanche, Les
partisans du passeport vaccinal, nombreux dans les secteurs du tourisme et des loisirs, y
voient un moyen de « revenir à la vie d'avant », avec un accès sécurisé aux salles de spectacle,
aux restaurants ou aux stades de football. Les pays dont l'économie repose sur le tourisme, la
Grèce en tête, soutiennent un tel dispositif comme un instrument indispensable de relance, à
instaurer « avant la saison estivale ». Le Portugal, la Hongrie, l'Espagne, ou encore l'Italie y
sont ainsi favorables.

Or, pour ses détracteurs, un tel document constitue une atteinte aux libertés individuelles.
L'essentiel des réticences porte sur le décalage entre la promesse d'un tel document (se
déplacer sans risque de propager l'épidémie) et la réalité de la protection apportée par les
vaccins, dont on ne connaît pas encore la durée de l'immunité qu'ils confèrent.

Ce sont ces «  inconnues fondamentales » qui poussent les experts du Comité d'urgence de
l'OMS à s'opposer pour le moment à conditionner l'entrée d'un pays à une preuve de
vaccination. L'émergence de variants du coronavirus sur lesquels les vaccins actuels
pourraient être moins efficaces ne fait que renforcer ces doutes. De plus, dans un contexte où
le nombre de doses de vaccins disponibles dans le monde reste contraint, imposer ce
document serait discriminatoire pour tous ceux qui n'y ont pas encore accès.

Revue les Echos, 2021

1
Document 2 : Voyages et Vaccination : quelles responsabilités au travail?

Doit-on aviser son employeur d'un voyage à l'étranger ? Un employeur peut-il exiger qu'un
employé se fasse vacciner contre la COVID-19 ? La pandémie redéfinit plusieurs obligations
liées à la santé et la sécurité au travail.

Les employeurs et les travailleurs ont des obligations liées à leurs vacances ou à leurs
voyages à l’étranger. C’est ce qu’affirme Me Marie-Claude Riou, avocate en droit du travail à
Sherbrooke, en réaction à la controverse sur les voyageurs admissibles à l’aide de 1000 $ du
gouvernement fédéral pour leur isolement après un voyage dans le sud par exemple.

Elle explique que la Loi sur les normes du travail ne prévoit pas qu'un employé informe
son employeur de ses vacances ou s'il pense visiter certains pays. Par contre, l'employeur a
des obligations de veiller à la santé et la sécurité de ses employés, tout comme ces derniers
doivent aussi se préoccuper de leur propre santé et de celle de leurs collègues.

Selon Me Riou, dans le contexte de la pandémie, les voyages à l'étranger font donc partie
des enjeux de santé pour lesquels l'information doit être divulguée par le travailleur. Une
bonne discussion avec l’employeur est de mise avant un voyage à l'étranger. Lorsque
l’employé n’est pas en mesure de fournir une prestation normale de travail à son retour, il doit
justifier son absence et s’il ne le fait pas, il s’expose à des mesures disciplinaires.

La vaccination qui a débuté en Estrie préoccupe également de nombreux employeurs quant


à leurs responsabilités notamment en situation de mobilité. Au Québec, aucun vaccin n'est
obligatoire. Toutefois, la Loi sur la santé publique permet d'imposer un vaccin pour contrer
une maladie contagieuse grave. Selon Me Riou, certaines entreprises pourraient être tentées
d'imposer la vaccination contre la COVID-19 pour protéger leur main-d’œuvre ou leurs
clients. Cependant, elle précise qu'il y a des enjeux concernant la Charte des droits et libertés
et le Code civil, et la plupart des employeurs ne peuvent en faire une obligation. Toutefois, les
employeurs du domaine hospitalier ou des résidences pour aînés pourraient en faire une
exigence professionnelle.

Radio-Canada, 2021

Vos réponses içi:

…………………………………………………………………………………………………
……………………………………………………………………………………………….

Vous aimerez peut-être aussi