Vous êtes sur la page 1sur 25

COLLECTION

Je reprends
ma vie en main

Les clefs d’un


#ffd415

coaching
réussi

Danièle LAOT RAPP


Danièle LAOT RAPP

LES CLEFS D’UN COACHING


REUSSI

Extrait feuilleté

Je reprends ma vie en main


Auteure
Danièle Laot Rapp, Ecublens - 2015

Illustrations et photos
Danièle Laot Rapp
Pixabay

Utilisation
Cet e-book est propriété exclusive de Danièle Laot Rapp.
La reproduction est sujette à droit d’auteur.

© Danièle Laot Rapp, 2015


BIOGRAPHIE

Danièle LAOT RAPP dirige le cabinet de coaching


Coach et Vie (www.coachetvie.ch) à Lausanne depuis
2004. Coach, formatrice, conférencière et auteure, sa
mission est d’aider ceux qui l’approchent à mettre en
place dans leur vie tous les changements nécessaires
pour accéder au bien-être et à l’abondance.

Ses expériences de manager, indépendante et salariée


et de mère de famille traditionnelle, puis recomposée, lui
confèrent recul, humilité et enthousiasme. Au fil des
années, son goût pour les relations et ressources
humaines s’est affirmé et riche de ses expériences de
vie, elle s’est engagée dans une formation spécifique de
coach puis de master coach.

Qui a dit impossible ! ? Danièle est devenue Spécialiste


du changement qu’elle croit générateur
d’épanouissement. Elle s’est formée à différents outils
que sont la Programmation Neurolinguistique (P.N.L.), de
l‘E.F.T (Emotional Freedom Techniques), les techniques
issues des recherches sur les neurosciences appliquées
à l’intelligence motivationnelle, les représentations
systémiques, ou la loi de l'attraction entre autres. Ses
valeurs sont l’amour, le respect, la diversité, le partage,
l’ambition et le plaisir.

Parallèlement aux coachings individuels, elle propose


des séminaires centrés sur l’épanouissement, la gestion
de carrière, les techniques de recherche d’emploi ; des
ateliers de coaching, tels que les ateliers de
développement de la confiance en soi et les ateliers vie
professionnelle ; des vidéos et des guides de « Home
Life coaching ».

Son premier livre, «Les clefs d’un coaching réussi »


s’inscrit dans une collection intitulée « Je reprends ma
vie en main ».
PRÉAMBULE

Le coaching a changé ma vie, il va changer la vôtre.

Je suis coach de vie. En 2003, après avoir travaillé de


nombreuses années dans l’immobilier comme
indépendante puis cadre salariée, j’ai décidé de changer
de métier. Parallèlement, j’ai aussi changé de pays et me
suis engagée dans une nouvelle relation. Vous l’aurez
compris, j’aime le changement et c’est devenu ma
spécialité. J’accompagne mes coachés dans les
changements qu’ils souhaitent mettre en œuvre. Pour
cela je me suis formée, et continue de me former, afin de
maîtriser le cadre et les outils des changements
réussis.

Je dis souvent avec un sourire que j’ai rencontré le


coaching par hasard après avoir subitement changé de
direction dans le métro à Paris ! La preuve qu’on n’y fait
pas que de mauvaises rencontres ! Certains y ont trouvé
la gloire en grattant leur guitare, moi j’y ai trouvé…
justement, telle est la question : un accélérateur de vie ?
Un catalyseur de bonheur ? Un problemkiller ? Une
porte ouverte sur la vie, la belle, la vraie ?

Je venais de quitter la société où je travaillais à Avignon,


laissant derrière moi une vie trépidante (trop), un bon
salaire et quelques avantages. Libérée, satisfaite et un
peu inquiète. J’étais seule, plus ou moins remise d’un
divorce difficile et une part de moi criait très fort son
besoin d’une autre vie.

Mais laquelle ? Bilan de compétences, questionnements.


Quel est mon rêve ? Je tâtonnais, m’interrogeais,
avançais avec justement le sentiment de ne pas avancer.
Je cherchais. Je me cherchais. Des livres, quelques
séminaires de communication et de programmation
neurolinguistique m’avaient donné des pistes. J’en
voulais plus.
En voyage à Paris, une affiche m’a détournée des
tableaux de Monet que j’avais l‘intention d’admirer ce
jour-là. Je me suis retrouvée au salon du développement
personnel à la porte de Versailles, curieuse, étonnée,
séduite. C’est là que j’ai échangé avec Danielle (!), une
coach, la première que je rencontrais.

Quelques mois et un coaching plus tard, ma décision


était prise : je commençais ma formation de coach.
J’aime les Gens, je voulais travailler avec ceux qui se
sentaient malmenés dans leur vie personnelle, familiale
ou professionnelle et souhaitaient être accompagnés
dans le changement auquel ils aspiraient. Je décidais
d’être coach de vie. C’était le début d’une belle aventure
qui allait m’apporter tant d’autres changements et
bonheurs.

Peu à peu, mon modèle du monde n’a plus été le même.


J’ai modifié certains de mes comportements. Les
« autres » aussi autour de moi ont changé (comme par
hasard ?!). J’ai identifié mes valeurs. Mes croyances ont
évolué, ma vie s’est transformée. Je suis la même et
pourtant une autre, plus intègre, plus rayonnante, plus
ouverte sur le monde. Avec le sentiment profond d’être
sur le bon chemin. Logique !, vous dira un coach, car les
différents niveaux de ma vie ne cessent de s’enrichir
pour lui donner une nouvelle densité et nourrir ma quête
d’accomplissement.

Des phrases que j’avais entendues sans y prêter


attention ont pris du sens : «Réussir sa vie plutôt que
dans la vie », « Etre plutôt que avoir », « Ce n’est
pas parce que les choses sont difficiles qu’on ne les fait
pas, c’est parce qu’on ne les fait pas qu’elles sont
difficiles».
12 ans plus tard, je dirige un cabinet de coaching, tout en
restant présente et aimante pour mon mari, nos enfants,
nos amis. Aujourd’hui, après avoir traversé des ruptures,
le chômage, la solitude, je dis merci à la vie. Je connais
le prix de ces choses intangibles, de ces petits bonheurs
qui nous rapprochent du bonheur. Et je confirme : le
coaching m’a changé la vie. J’aimerais qu’il améliore la
vôtre.

Au début quand je répondais : « je suis coach », les


regards étaient au mieux interrogateurs, au pire méfiants.
Aujourd’hui, le mot est mis à toutes les sauces, chacun
coache sa mère, son fils, son meilleur ami ou son
collègue de travail. Ce qui n’est pas sans agacer les
professionnels du coaching. Coacher est un métier.
« On » ne peut pas se baptiser coach comme cela. Ce
n’est pas sérieux !

Il m’a fallu un certain temps pour répondre avec aisance


et clarté à cette interrogation : « au fait, c’est quoi un
coach ? ».

Comme écrivait Boileau : « ce qui se conçoit bien


s’énonce clairement, et les mots pour le dire nous
viennent aisément ». J’ai vite compris que je devais
pouvoir expliquer avec aisance ce qu’est le coaching si
je voulais être crédible et suivie. J’avais donc fait des
recherches et rédigé un mémoire pour situer le coaching
sur la carte des modes d’intervention centrés sur la
personne.

Aujourd’hui, après avoir rencontré et accompagné plus


de 1000 clients en quête de développement, j’ai réuni
dans ce guide un maximum d’informations pour faciliter
votre accompagnement en développement personnel.

Votre intention est d’accéder à l’épanouissement, mieux,


plus vite et moins cher émotionnellement que vous ne le
feriez seul.
Mon intention est de vous aider à comprendre votre
besoin et les options qui s’offrent à vous, à faire le bon
choix et à optimiser votre coaching.

Ressentez-vous l’une ou l’autre des émotions


suivantes ?

 Colère, exaspération, frustration,


 Vous avez peur, vous êtes inquiet, voire angoissé par
moment,
 Vous vous sentez triste, fatigué, découragé,
 Vous vous remettez en question,
 Vous vous interrogez sur votre travail, votre couple,
vos relations,
 Vous vous sentez perdu, fatigué, épuisé,
 Vos collègues vous agacent, vous ne comprenez plus
votre chef,
 Vous vous éloignez de votre conjoint,
 Vos enfants vous énervent,
 Vous étouffez dans ce cadre que vous avez pourtant
voulu,
 Vous n’avez plus de temps pour vous,
 Vous perdez confiance en vous,
 Vous ressentez un besoin de changement.

Cela fait un moment que vous vous interrogez. Vous


vous êtes confié à votre meilleur ami, cela n’a pas suffi.
Vous êtes énervé ou morose, démotivé. Vous n’êtes pas
le seul, mais cela ne vous console pas.
Vous ressentez ce besoin de changement, d’évolution
dans votre tête mais aussi dans votre corps. Vous avez
envie de tout envoyer balader. Dans la minute suivante,
une petite voix vous dit que vous ne pouvez pas : « Vous
n’en aurez pas le courage. Vous avez des
responsabilités, vous êtes coincé, ce n’est pas possible,
cela ne se fait pas. De toute manière, il faut être
exceptionnel pour changer vraiment ». Et là, en ce
moment, vous ne vous sentez pas exceptionnel,
justement !

Vous vous enjoignez d’être patient : ça ira mieux demain,


ou l’année prochaine, après…
Sauf que vous vous le dites depuis un moment, non ?

Dans ce livre, vous trouverez :

 le contexte qui amène au besoin d’accompagnement,


 les questions à vous poser pour clarifier votre
problématique,
 les différentes alternatives qui s’offrent à vous en
matière d’accompagnement,
 la définition du coaching,
 comment choisir votre coach,
 le déroulement d’un coaching,
 ce qui est important pour la réussite de votre coaching.

Ce book vous livre ma vision du coaching issue de ma


formation, de mon expérience de vie et des centaines
d’heures d’accompagnement. Il ne détient pas la vérité
absolue et vous trouverez d’autres ouvrages pour
compléter votre recherche. Il se veut sincère et pratique,
rédigé avec les valeurs qui me guident : intégrité,
bienveillance, enthousiasme et ambition.
Ce guide du coaching n’a pas la prétention d’être le
«Petit Futé du coaching » mais…
Et pourquoi pas ?!!

J’espère en tous cas qu’il vous aidera à faire un vrai et


beau choix de vie en approfondissant entre autres les
étapes d’un vrai choix : prendre Conscience, Choisir,
faire Confiance.

Bonne lecture !
1 – Comprendre la situation

Il n’est qu’à lire la presse ou écouter les informations


pour prendre cruellement conscience que nous vivons en
Europe dans un confort, une abondance qui devraient
faire de nous les hommes et les femmes les plus
heureux du monde. Pourtant, on entend sans cesse
parler de crise, d’insécurité, de violence.

Qu’est-ce qu’on attend pour être heureux ?

Le XXème siècle a profondément modifié la vie


quotidienne dans les pays développés et paraît avoir
comblé les besoins de l’homme, de la femme et de
l’enfant. En même temps, il s’en crée sans cesse de
nouveaux, et devant une telle multiplicité de l’offre, nous
restons parfois perplexes. Et dans cette profusion, nous
manquons de repères.

Le psychologue américain Abraham Maslow (1908-


1970), une des figures majeures de la psychologie
humaniste, a conceptualisé, au-delà des besoins
physiologiques de base (faim, soif, chaleur, repos,
caresses, etc.), deux types de besoins psychologiques.

(…)

Au-delà de ces besoins de base, l’individu ressent un


besoin d’accomplissement, de réalisation de soi, de
trouver sa mission de vie.

Ce ne sont plus seulement les besoins symbolisés par


les premiers étages de la pyramide de Maslow que nous
voulons satisfaire désormais, mais bel et bien un
accomplissement de soi.
En d’autres termes, nous sommes habités par un souci
de qualité de vie, une quête de sens, le besoin de
prendre notre vie en main, de trouver notre « légende
personnelle ». Subrepticement, les injonctions
véhiculées par les magazines, les conférences, les
forums se transforment en croyances qui imbibent en
profondeur notre culture. Chacun se doit de réussir sa
vie dans tous les domaines et aurait l’embarras du choix
pour y parvenir (changer de look, de partenaire, de pays,
de métier…). De quoi se sentir perdu ou effrayé.

(…)

Vient alors, curative ou préventive, la démarche de


thérapie ou de développement personnel qui va
permettre d’avancer, de s’en sortir vraiment.

Selon la théorie des cycles du changement de Frédéric


Hudson, notre vie est faite de phases successives que
nous traversons tour à tour, aussi bien dans les
domaines professionnels que personnels ou amoureux.
Une phase de lancement, de conquête, pleine de joie et
d’enthousiasme, puis une phase plateau. Leur succède
une phase de désynchronisation, de déclin, voire de
stagnation (qui génère frustration, ressentiment). Si nous
n’arrivons pas à relancer la machine pour retrouver notre
joie, nous traverserons alors une phase de
désengagement (remise en question, découragement,
(repli sur soi) plus ou moins profonde avant de retrouver
énergie et sérénité dans la phase de renouveau.

Quand nous ressentons les émotions décrites dans ces


phases, nous nous devons de manière anticipatrice ou
réparatrice, de rechercher une amélioration de notre
santé psychique, mentale ou émotionnelle.

(…)
2 – Pourquoi avez-vous besoin de changement ?

Faites le point. Je vous propose de répondre à 3


questions.

Que se passe-t-il dans votre vie aujourd’hui ?


Evaluez votre niveau de satisfaction dans les différents
domaines sur une échelle de 1 à 10 où : 1 = nettement
insuffisant, et 10 = excellent.

Santé : ______________________________________
Couple ou célibat : ______________________________
Famille : ______________________________________
Amis, réseau social : ____________________________
Environnement, lieu de vie : ______________________
Vie professionnelle : ____________________________
Finances : ____________________________________
Loisirs, activités personnelles : ____________________

Quel est le domaine qui vous pèse le plus ?


_____________________________________________
_____________________________________________
_____________________________________________

Que va-t-il se passer si vous ne changez rien ?


_____________________________________________
_____________________________________________
_____________________________________________

(…)
La première chose à faire est de ne pas nier mais
d’entendre, d’accepter, d’être à l’écoute (de soi comme
des autres). Sans cette écoute, nous ne reconnaissons
pas la problématique et enterrons le problème plus ou
moins profondément. Sans cette compréhension et cette
compassion, conseiller à un proche de consulter sera
ressenti comme un moyen de se débarrasser de lui.

Se faire accompagner est une décision personnelle. La


conviction emporte l’adhésion, la volonté de faire alliance
avec le coach ou le thérapeute. La relation de confiance
sera plus difficile à établir si je consulte pour faire plaisir
à un parent ou à un conjoint. La « contrainte » aura un
effet-retour, à tout le moins un effet-retard.

En coaching tout particulièrement, une personne sera


d’autant mieux accompagnée ou aidée qu’elle en aura
reconnu et exprimé la demande. Cela facilitera l’accès à
certaines notions. Comme d’entendre et de prendre
conscience qu’elle est, au moins partiellement,
responsable de ce qui lui arrive et qu’elle peut devenir
actrice de son propre changement.

Quand une personne a du mal à reconnaître son


malaise, il peut être utile de procéder par images,
métaphores : «même les Formules 1 s’arrêtent au stand
pour faire le plein et changer de pneus», «si ta vie
ressemble à un champ en friche, que se passerait il si tu
y plantais des fleurs ou des légumes ?».

(…)
3 – Comment s’y retrouver ? Petit lexique de la
galaxie du développement personnel

Point de départ du voyage : l’envie d’aller mieux et le


besoin d‘aide.

Quand nous commençons à nous poser des questions,


nous nous sentons parfois comme dans des sables
mouvants. Chaque tentative pour nous en sortir nous
ramène au même point ou nous fait nous enfoncer
davantage. Nous avons besoin que quelqu’un nous
tende la main et nous aide.

Demander de l’aide n’est pas une faiblesse, c’est au


contraire un acte fort et positif qui permet de progresser
plus vite. Mais quelle aide ? Coaching ? Thérapie ?

Un petit tour dans le Lexis Larousse :


 Thérapie vient du grec thérapeuein qui veut dire
soigner, s’occuper de.
 Malade vient du latin male habitus, qui se trouve en
mauvais état, troublé, altéré dans ses fonctions.
 Mal-être contient en lui-même sa définition.

Dans tous les cas, je vais mal ou moins bien et j’ai


besoin que l’on prenne soin de moi, que l’on m’aide à
prendre soin de moi.

Quelle frontière entre la maladie, le mal-être et la volonté


de mieux-être ? Peut-on dire que tout ce qui permet
d’être «en bon état» est thérapeutique ? L’emploi élargi
du terme thérapie va dans ce sens, en tout cas.
Michel Lacroix, dans «Le développement personnel. Du
potentiel humain à la pensée positive», Flammarion
2004, délimite la frontière entre la psychothérapie qui se
consacre au processus de guérison, et le développement
personnel qui cherche à déclencher une dynamique de
maturation. «Les individus qui s’y engagent», écrit-il,
«aspirent à une vie plus intense».

Nous recherchons l’équilibre mais aussi la croissance.


Voici quelques définitions pour mieux cerner ce domaine
: psychiatrie, thérapies analytiques ou non,
développement personnel, coaching. Comment s’y
retrouver entre thérapies et techniques de
développement personnel aussi appelées «thérapies du
bien-portant » ? Vous pouvez retrouver une liste plus
détaillée en annexe 2 de ce livre.

(…)

4 – Qu’est-ce que le coaching ?

COACHING OU THÉRAPIE, OU LES DEUX ?

Comprenons déjà que les thérapies et le coaching ne


sont pas incompatibles : ils ne répondent pas toujours
aux mêmes besoins ou au même niveau de
problématique.

Il arrive que mes coachés aient suivi ou suivent


parallèlement une thérapie. Ou qu’un psychiatre
m’adresse un de ses patients pour travailler avec lui, en
parallèle ou à l’issue de leur thérapie, des
problématiques concrètes comme l’insertion
professionnelle ou l’organisation de vie ou l’affirmation
de soi dans la vie de tous les jours.
Le coaching apporte à une personne en demande des
techniques de questionnement qui vont lui permettre de
faire la lumière sur ses besoins véritables, ses valeurs,
ses limites. Le coaching l’aidera à y voir plus clair, à
trouver des réponses à ses questions, à mieux se
connaître.

Si votre voiture ne fonctionne plus, il vous faut l‘amener


au garage. Si vous voulez apprendre à mieux piloter
votre voiture en toutes circonstances, vous avez besoin
d’un moniteur d’auto-école. Il en va de même pour l’être
humain. Quand il est bloqué, qu’il n’avance plus dans sa
vie, il pourra choisir de consulter un médecin, un
thérapeute ou un coach.

(…)

D’OÙ VIENT LE COACHING ? QUELLE DÉFINITION


PEUT-ON EN DONNER ?

Le mot coaching a longtemps été absent du dictionnaire.


Tout au plus trouvait-on une définition, issue de l’anglais,
de coach pour une automobile et un entraîneur sportif.
Coach peut être rapproché du mot «coche» qui désignait
une sorte de diligence, une voiture transportant des
voyageurs et habilement guidée par un «cocher».
Aujourd’hui le coach aide le coaché à aller de l’état
présent à l’état désiré. La clarification de ces deux états
sera l’une des premières étapes du coaching.

(…)
MA DÉFINITION DU COACHING

(…)

Après avoir consulté les nombreuses définitions des


associations, fédérations, praticiens et celles des
nombreux ouvrages parus sur le sujet, je dirais pour ma
part, que :

 le coaching est un métier d’accompagnement sur


mesure du coaché par un professionnel (coach), sous
forme d’entretiens individuels, qui permettent :

 de clarifier une situation de vie,


 de poser un objectif et des stratégies,
 de faire émerger des ressources propres jusque-là
ignorées ou mal exploitées,
 de mieux gérer ses émotions,
 d’accéder à davantage de bienveillance envers soi et
les autres,
 de mieux communiquer, de développer savoir-être et
savoir-faire,
 de se mettre en mouvement, d’engager une démarche
de changement,
 de devenir durablement autonome et responsable de
son évolution tant professionnelle que personnelle.

(…)

«Que puis-je faire Ici et Maintenant pour améliorer ma


vie ?». L’action est souvent salvatrice.
Le passé est ce qu’il est, on ne peut plus rien y faire.
L’avenir est ce que j’en ferai. La seule chose sur laquelle
je peux agir concrètement, c’est le présent.
Pour faire un rapprochement avec un principe de
physique, observons que l’eau peut se modifier selon les
contraintes extérieures qui lui sont appliquées. Ainsi
peut-elle, aux deux extrêmes, être vapeur ou glace. De
même le coaching va aider le coaché à modifier son
comportement, ses aptitudes, ses croyances, son état
émotionnel et ses attitudes.

En l’aidant à travailler sur les contraintes extérieures qu’il


accepte de subir ou intérieures qu’il s’impose
inconsciemment, le coach l’aide à se libérer, à laisser un
état de rigidité pour un autre plus fluide, plus léger.

(…)

Le coaching de vie permet à tout individu de mettre en


place une démarche volontaire d'amélioration de sa vie
personnelle ou professionnelle.

Quelques cas :

 S’affirmer, appendre à dire non, sortir des conflits, de


l’agressivité.
 Gérer ses émotions, colère, peur, tristesse, culpabilité.
 Communiquer avec efficacité, prendre la parole,
dominer sa timidité.
 Gérer son temps, son stress, prévenir mobbing et
burn-out.
 Retrouver sa motivation au travail, gérer sa carrière,
évoluer, créer son entreprise.
 Equilibrer vie personnelle et professionnelle.
 Couples : (re)construire, améliorer la relation.
 Célibataires : (re)trouver une relation amoureuse
valorisante
 Surmonter séparation, licenciement, divorce, deuil.
 S’intégrer, optimiser le changement.
 Adolescents : motivation, réussite, orientation.
 Etudiants : préparation aux examens, stress,
organisation.
 Mincir, arrêter de fumer.
 Préparer et s’épanouir en retraite.

5 – Bien choisir son coach

La qualité d’un coaching dépend de l’engagement du


coaché, du savoir-être du coach, de la qualité de la
relation qui va s’établir entre coach et coaché et de la
capacité du coaché à passer à l’action.

(…)

Le coaching repose sur des méthodes d’analyse, de


diagnostic et d’entraînement issues des sciences
humaines, sociales et systémiques. Le coach écoute,
pose des questions, reformule, clarifie, cadre et visualise.
Il aide son coaché à :

 prendre du recul, dédramatiser et anticiper ;


 hiérarchiser l’important et l’urgent ;
 équilibrer ses domaines de vie (couple, famille, social,
travail, espace personnel) ;
 passer à l’action, se dépasser ;
 élaborer une stratégie ;
 développer ce qui fonctionne bien, améliorer ou
changer ce qui doit l’être.
Suivez le guide :

Vous avez pris la décision de vous faire coacher, mais


une nouvelle inquiétude s’ajoute à vos
questionnements : qui aller voir, comment ne pas vous
tromper ? Voici un fil rouge pour votre recherche :

 Vérifiez le professionnalisme et la déontologie.


 Distinguez coaching d’entreprise et coaching de vie.
 Vérifiez l’expérience et la légitimité du coach.
 Posez des questions.
 Ecoutez votre ressenti.

Vous pouvez vous référez à mon livre qui détaille ces


5 points et vous guide concrètement dans l’analyse
et le choix de votre coach.

(…)

6 – Le déroulement d’un coaching

(…)

Votre vie demain sera la conséquence des actes et des


attitudes que vous mettez en place aujourd'hui, Ici et
Maintenant. Commencer un coaching, cela veut dire
arrêter de subir et devenir acteur de sa vie. Le coaching
individualisé fonde son efficacité sur trois postulats :

 Chacun a en lui tout ce qu’il faut pour réussir.


 Toute personne peut changer.
 Un objectif fort confère motivation et certitude.
Un coaching doit être structuré, cadré, cohérent et mettre
le coaché en action, en apprentissage constant. Il est
basé sur l’acceptation et le respect inconditionnels du
coaché par son coach. Le coaché doit être conscient de
la bienveillance permanente de son coach et de l’attitude
de non-jugement dans laquelle il se place. Il reste
néanmoins le premier responsable de la réussite de son
coaching et se doit à lui-même d’être authentique.

Ainsi, les premières séances vont permettre au coach et


au coaché :

 de faire mutuellement connaissance ;


 d’installer un climat de confiance (accueil,
confidentialité, bienveillance) ;
 de cadrer la relation (organisation, droits, devoirs,
devoir de confrontation du coach, émotions possibles
et bienvenues du coaché) ;
 d’identifier qui est le coaché, ce qu’il souhaite
améliorer, dans quelle phase de changement il se
situe.

Le coach va accompagner le coaché dans sa prise de


conscience de la situation actuelle, de ce qu’il veut à la
place, valider sa volonté de changement, l’aider à
renforcer sa motivation. Ensemble, ils vont définir un
objectif clair dans lequel le coaché va pouvoir s’investir.
Le coach lui servira de miroir et de catalyseur pour fixer
ses choix et en vérifier la pertinence.
Viendront ensuite selon les cas :

 l’élaboration de la stratégie, du plan d’action ;


 la définition des moyens à mettre en œuvre ;
 la clarification des critères qui permettront de mesurer
le changement ;
 l’identification des procédures de sabotage que le
coaché est susceptible de mettre en œuvre et leurs
antidotes.

(…)

7 – Les clés du succès

(…)

Comme je l’ai déjà décrit, la vie est un perpétuel


changement qui vous mène de phases d’optimisme, de
création, de réussite, à des phases de déclin, voire de
marasme avant de retrouver l’énergie d’un nouveau
départ. C’est naturel, tout comme le cycle des saisons.
Le but est d’apprendre à identifier les phases et les
causes récurrentes de déclin pour anticiper et éviter leur
retour.

Vous êtes motivé, vous avez décidé d’investir du temps


et de l’argent dans un coaching. Cela va vous permettre
de vous poser les bonnes questions, de comprendre ce
que vous cherchez vraiment et de trouver votre chemin
grâce à la boîte à outils que votre coach tient à votre
disposition.

Pour optimiser le succès de votre coaching, mettez


toutes les chances de votre côté !
Pour changer, il faut accepter de se voir tel que l’on est.
Socrate disait : «Connais-toi toi-même».

 Soyez lucide et authentique, ne craignez pas de


vivre des moments dérangeants.
 N’ayez pas peur des silences, ils vous permettront
d’aller chercher au plus profond de vous-même. C’est
la clé du succès mais notre éducation ne nous a pas
appris à lâcher prise. Daniel Ejnes, neuropsychologue,
dit de nos dysfonctionnements qu’ils sont
«photodégradables», c’est-à-dire qu’ils s’effacent
progressivement si on les met en pleine lumière ! Cela
vaut la peine de les éclairer !
 Comprenez et acceptez que vous êtes toujours
responsable, au moins partiellement, de ce que vous
vivez. Assumez-le, sans vous considérer comme
coupable. Ne ressassez pas : il est inutile de se
reprocher une erreur commise il y a dix ans. Soyez
bienveillant avec vous-même. Ne confondez pas
l’erreur et la faute. Les erreurs ne sont-elles pas là
pour nous faire progresser ?
 Acceptez les séances plus difficiles : entretenez votre
motivation, parlez-en librement avec votre coach qui
vous soutiendra.
 Ne croyez pas que votre coach va vous apporter
les réponses. Son savoir-faire consiste à vous poser
les bonnes questions pour vous aider à trouver vos
propres solutions. Pensez-vous adhérer et vous
mobiliser pour un projet qui ne serait pas vraiment le
vôtre ?
 Agissez, posez des actions. Débriefez, corrigez,
recommencez, etc. C’est le principe même de
l’apprentissage.
 Vous voyez le bonheur au bout du chemin :
imaginez que vous avez réussi ce pour quoi vous vous
êtes engagé dans cette démarche. Comment vous
sentez-vous ? Quelles sont les émotions qui vous
assaillent ?
• Soyez fier de vous ! Etes-vous conscient que se faire
coacher n’est pas un aveu de faiblesse mais au
contraire l’expression d’une belle force de caractère?
Que cela traduit une volonté de progresser, de trouver
un sens à ses engagements et une motivation
intrinsèque pour conduire les changements
nécessaires à votre évolution ?

Vous allez faire plus, plus vite, mieux et le prix à payer


sera moins élevé. Vous allez prendre contact avec votre
notion de monde idéal, avec vos critères et vos valeurs
centrales, et retrouver ainsi le noyau de votre identité.
N’oubliez pas : l’impossible d’aujourd’hui n’est que le
possible de demain ! Et vous allez réussir !

Gardez le cap, et n’oubliez pas d’être heureux.


La vie, Votre vie est belle.

ANNEXES

 Votre premier outil de coaching,


 Lexique de la galaxie Psy, des théories au
développement personnel,
 Charte de déontologie de la profession Coach,
 Modèle de haute performance, le positionnement
Coach.

(…)