Vous êtes sur la page 1sur 4

Avant-Propos

ConsoGlobe, une équipe engagée à la protection de l’environnement, tant dans la production


que la consommation la population mondiale atteint 7,63 milliards en 2018, et prévoit 9
milliards d’habitants d’ici 2050. Avec cet explosion démographique et l’émergence de
nouveaux géants économiques, l’impact de l’humanité sur l’environnement augmente
régulièrement. À tel point qu’on entrevoit l’épuisement de certaines ressources naturelles,
renouvelables et non renouvelables comme les gisements miniers et de métaux.
Après le gaz naturel, voici le fer, un élément qui paraît inépuisable, et pourtant ConsoGlobe
estime que l’année 2087 sera la fin du fer. Selon les données recueillies par Institut d’études
géologiques des États-Unis l’exploitation de minerai de fer augmente fortement depuis
quelques années. 3.320.000.000 tonnes de minerai de fer ont été extraites en 2015 dans le
monde, contre 1,3 milliard en 2005.
La consommation de minerai de fer est restée à peu près stable dans les années 1990 mais
explose depuis 2000, dopée par la croissance de la sidérurgie chinoise qui produit 1/3 de
l’acier mondial et importe la moitié du minerai de fer mondial. La consommation de fer a
augmenté de 41 % entre 2001 et 2005, en raison du bond de la sidérurgie chinoise.
Au rythme d’exploitation actuel, on estime à environ 80 années les réserves mondiales de fer.
La première utilisation du fer est la fabrication de l’acier indispensable à de très nombreuses
industries, à commencer par le bâtiment et l’automobile. Le minerai de fer est, en effet, la
matière brute de première fusion lors de l’élaboration de l’acier. Selon Planétoscope, plus de
57,33 tonnes d'acier sont produites dans le monde chaque seconde, soit environ 4,9 millions
de tonnes par jour ou encore 1,8 milliard de tonnes d'acier par an.

1
Les différents types d’aciers
L’acier est un alliage constitué principalement de fer et de carbone dont la teneur en carbone
est dans des proportions massique comprises entre 0,02 % et 2 %. Les aciers sont parmi les
plus couramment employés dans les applications industrielles de tous les alliages métalliques.
Leurs propriétés mécaniques sont étroitement liées à la microstructure de l’alliage, donc à sa
composition et aux traitements thermiques appliqués.

Il existe trois familles principales d’aciers :


Les aciers non alliés - Acier au carbone (Plain carbon steels)
Ils contiennent aucun élément d’alliage qui dépasse 0,6%, sauf 1% pour le Manganèse. Ces
types d’acier peuvent être classifiés en 2 groupes :
Aciers non alliés d’usage général (S, E)
Ils sont caractérisés par une faible teneur en carbone, ce sont les plus utilisés.
Aciers spéciaux non alliés (type C)
Ils sont destinés aux traitements thermique (trempe, cémentation) des pièces petites et
moyennes, ils sont caractérisés par un ajustement précis de leur composition, une plus grande
pureté et des éléments d’addition en très faible quantité.
Tableau 1 - Caractéristiques mécaniques des aciers non alliés selon le % de carbone

Appellation
Extra -doux Doux Dur
(Nuance)

% de carbone C < 0.15 0.15 < C > 0.3 C > 0.4

Limite de rupture
300 < R < 400 400 < R < 600 R > 600
(MPa)
Tenace et plus Moins tenace et plus
Tenace et plus
Elasticité élastique que l’acier élastique que l’acier
élastique que la fonte
extra-doux doux
Traitement
thermique Ne se trempe pas Peut être trempé Peut être trempé

Pas facilement
Soudabilité Soudable Soudable
soudable
Peut être aimanté
Aimantabilité Peut être aimanté en permanence
temporairement
Température de
1530 1400 1300
fusion( °C )
Moins malléable et
Malléabilité et Très malléable et
malléable et ductile ductile que l’acier
ductilité ductile
doux

Corrosion Rouille Rouille facilement Rouille rapidement

2
Les aciers faiblement alliés (Low alloyed steels)

Ils ont des teneurs modérées en éléments d’alliage qui améliorent l’usinabilité ou le
durcissement par la trempe. Pour ces aciers, aucun élément d’addition ne dépasse 5% en
masse (Mn 1%). Ils sont choisis chaque fois qu’une haute résistance est exigée. Ils sont
utilisés en l’état ou avec traitement. Un alliage à base d'acier est considéré comme fortement
allié si l'un des éléments qui le compose représente plus de 5% du mélange. Dans le cas
contraire, on dit qu'il est faiblement allié. Le Tableau 2 résume les caractéristiques spécifiques
des alliages à base d'acier selon le ou les composant(s) qui sont ajoutés : nickel, chrome,
manganèse etc…
Tableau 2 -Influence des éléments d’addition sur les caractéristiques des aciers

Eléments d’addition
Propriétés Carbone Silicium Manganèse Nickel Chrome Tungstène Vanadium Titane
C Si Mn Ni Cr W Va Ti

Résistance à
++ + ++ + ++ + + +
la traction
Dureté ++ + ++ + ++ + +
Malléabilité - + ++ + + + +
Résilience - + + + + + +
Magnétisme - + ++
Résistance
- - - + ++ + +
au feu
Elasticité + ++ + + +
Forgeabilité + + + +
Soudabilité - - + +
Usinabilité - - - -
Qualité de
+ - + ++ ++ +
coupe
Commentaires : + « Augmentation » ++ « Augmentation importante »
 « Diminution »

Les éléments d’alliages, jouent un rôle prépondérant dans les différentes transformations de
phases des aciers. L’étude de leur rôle, de leur influence et des conditions dans lesquelles elles
surviennent constitue donc une étape incontournable dans la compréhension des différentes
propriétés d’un alliage. Ces éléments influent sur les différentes propriétés en modifiant les
transformations, leur cinétique, et par conséquent, les microstructures obtenues.
Les aciers au chrome (1 à 25%)
Le chrome augmente la résistance à la rupture par la formation de carbures durs, mais apporte
aussi une certaine fragilité. Jusqu'à 4% de chrome, l'alliage peut être utilisé comme aciers à
outils ou à roulements. A plus forte teneur, ils sont employés dans la coutellerie fine et
l'outillage de découpe. Si l'acier contient entre 10% et 20% de chrome, il devient inoxydable
aux agents corrosifs et aux oxydants industriels. Pour une teneur de chrome égale à un quart,
il devient réfractaire et peut donc entrer dans la composition de certains fours.

3
Les aciers au nickel (2 à 40%)
L'ajout d'une faible dose de nickel à l'acier améliore sa faculté à prendre la trempe. Avec une
forte teneur en nickel, la résistance de l'alliage à la corrosion augmente. Dans des proportions
pouvant atteindre 50% (ferro-nickel), le nickel favorise la tenue à la corrosion dans des
milieux très agressifs et certaines de ses propriétés changent comme la dilatation et le
magnétisme. Les aciers avec du nickel et du chrome sont les plus important des aciers
spéciaux par leurs multiples applications. Ils combinent à la fois les avantages du chrome et
du nickel.
Un type très particulier d'alliage regroupant l'acier et le nickel est le maraging (17% à 20% de
nickel). On distingue les aciers perlitiques (6% nickel/2% chrome au maximum) très
employés en construction mécanique et les aciers austénitiques qui possèdent une charge en
nickel et en chrome plus importante et qui constituent les aciers inoxydables (chrome 18%,
8% nickel) et certains aciers réfractaires.
Un métal est dit inoxydable s'il résiste bien, en service, à des attaques chimiques, à des
agressions par les acides, les bases, les sels, l'air humide et tout autre facteur de corrosion.
Les aciers réfractaires sont destinés à résister à la corrosion à chaud (températures
supérieures à 450-550 °C), dans des milieux agressifs tels que: atmosphères oxydantes,
sulfurantes, nitrurantes, hydrogénantes; métaux et sels fondus; combustibles, etc. La
température de fonctionnement élevée nécessite, de plus, une bonne tenue mécanique à chaud,
en particulier une bonne résistance au fluage. La plupart de ces aciers réfractaires sont des
aciers inoxydables dont les propriétés sont améliorées par des additions de Molybdène,
Titane, Niobium, etc.
Les aciers au manganèse
Ils possèdent une bonne résistance à l'usure et peuvent donc être employés dans des ouvrages
destinés à durer tels que des rails de chemins de fer ou des pointes d'aiguillages.
Les aciers à l'étain
Cet alliage est surnommé "fer blanc" du fait de sa couleur. L'association d'acier et d'étain (Sn)
donne à l'alliage une bonne dureté, ainsi qu'un grande résistance à la corrosion. Ces
caractéristiques ainsi que son coût relativement faible, sa non-toxicité et son apparence
plaisante font du fer blanc le principal métal employé dans la fabrication de conditionnements
pour l'industrie agroalimentaire et en particulier dans celle de canettes.

Les aciers fortement alliés (aciers inoxydables)

Ils ont de fortes teneurs en éléments d’alliage. Il existe au moins un élément d’addition qui
dépasse la teneur de 5% en masse. Essentiellement, ce sont des aciers inoxydables et les aciers
rapides spéciaux (ARS) – High Speed Steels (HSS). Pour être classé dans la catégorie
inoxydable, un acier doit contenir au moins 10,5% de chrome et moins de 1,2% de carbone.
Du point de vue technique les aciers inoxydables sont classés, en fonction de leur structure en
quatre familles principales : ferritiques, martensitiques, austénitiques et à durcissement par
précipitation.

Vous aimerez peut-être aussi