Vous êtes sur la page 1sur 54

FONDS AFRICAIN DE DEVELOPPEMENT

Langue : Français
Original : Français

___--___

REPUBLIQUE DEMOCRATIQUE DU CONGO

PROJET D’APPUI A LA REINSERTION SOCIO-ECONOMIQUE


POST-CONFLIT (PARSEC)

RAPPORT D’EVALUATION

DEPARTEMENT DU DEVELOPPEMENT HUMAIN OSHD


JUIN 2007
TABLE DES MATIERES
Page
FICHE DE PROJET, EQUIVALENCES MONETAIRES, LISTE DES TABLEAUX, LISTE DES ANNEXES, SIGLES ET
ABREVIATIONS, INDICATEURS SOCIO-ECONOMIQUES COMPARATIFS, CADRE LOGIQUE DU PROJET,
RESUME ANALYTIQUE ……………………..………………………………………………………………………..… i-ix

1. ORIGINE ET HISTORIQUE DU PROJET............................................................................... 1

2. LA REINSERTION POST-CONFLIT AU CONGO................................................................. 2

2.1 Le contexte général…………………………………………………………………………..... 2


2.2 La politique nationale de réinsertion .......................................................................................... 2
2.3 La situation en matière de réinsertion ........................................................................................ 3
2.4 Le cadre institutionnel ................................................................................................................ 4
2.5 Le financement des activités de réinsertion................................................................................ 5
2.6 Problèmes et contraintes de la réinsertion post-conflit en RDC................................................. 5

3. DOMAINES D’INTERVENTION DU PROJET ...................................................................... 6

3.1 Sensibilisation et information..................................................................................................... 6


3.2 Amélioration de la connaissance de la situation des femmes ex-combattantes
ou associées aux forces et groupes armés............................................................………………7
3.3 Formation professionnelle et promotion de l’auto-emploi ......................................................... 8

4. LE PROJET…………………………………………………………….… ............................... 8

4.1 Concept et bien-fondé du projet ................................................................................................. 8


4.2 Zone du projet et bénéficiaires du projet .................................................................................... 9
4.3 Contexte stratégique du projet.................................................................................................. 10
4.4 Objectif du projet...................................................................................................................... 11
4.5 Description du projet ................................................................................................................ 11
4.6 Production, marché et prix…………. ...................................................................................... 14
4.7 Impact sur l’environnement...................................................................................................... 15
4.8 Coûts du projet ........................................................................................................................ 15
4.9 Sources de financement et calendrier des dépenses ................................................................. 16

5. EXECUTION DU PROJET ..................................................................................................... 18

5.1 Organe d'exécution ................................................................................................................... 18


5.2 Dispositions institutionnelles ................................................................................................... 18
5.3 Calendriers d'exécution et de supervision................................................................................. 20
5.4 Dispositions relatives à l’acquisition des biens et services....................................................... 21
5.5 Dispositions relatives aux décaissements ................................................................................. 24
5.6 Suivi et évaluation .................................................................................................................... 24
5.7 Rapports financiers et audit ...................................................................................................... 25
5.8 Coordination de l’aide .............................................................................................................. 25

6. DURABILITE ET RISQUES DU PROJET............................................................................. 26

6.1 Charges récurrentes .................................................................................................................. 26


6.2 Durabilité du projet .................................................................................................................. 26
6.3 Principaux risques et mesures d’atténuation ............................................................................ 27
7. AVANTAGES DU PROJET.................................................................................................... 28
7.1 Analyse de l’impact économique ............................................................................................. 28
7.2 Analyse de l’impact social........................................................................................................ 28
7.3 Impact sur les femmes .............................................................................................................. 29

8. CONCLUSIONS ET RECOMMANDATIONS ...................................................................... 29


8.1 Conclusions………………………. ..…………………………………………………………29
8.2 Recommandations et conditions du don................................................................................... 29

Le présent rapport d’évaluation a été rédigé par M. A. EYEGHE, Socio-Economiste OSHD.1 (Chargé de projet),
Mmes G. NZAU-MUTETA, Socio-économiste OSHD.1, et G. GEISLER, Expert en Genre OSHD.0, et M. A.
MAGASSOUBA, Spécialiste en acquisitions, OSHD.0 à la suite de la mission d’évaluation qu’ils ont effectuée en
République démocratique du Congo du 31 mars au 17 avril 2007. Pour toute information relative à ce rapport,
s’adresser aux auteurs ou à M. E. J. PORGO, Chef de division p.i.,OSHD.1 (Poste 2173) et M. T. HURLEY,
Directeur OSHD (Poste 2046).
i

FONDS AFRICAIN DE DEVELOPPEMENT

SIEGE : AGENCE TEMPORAIRE DE RELOCALISATION :


01 B.P. 1387 Abidjan 01 B.P 323, 1002 Tunis Belvédère
Côte d’Ivoire Tunisie
Tél. : (225) 20 20 44 44 Tél : (216) 71 33 35 11
Fax : (225) 20 20 40 99 Fax : (216) 71 35 19 33

FICHE DU PROJET

Date : Avril 2007

Les renseignements indiqués ci-dessous, ont pour but de fournir certaines indications générales
aux éventuels fournisseurs, entrepreneurs, consultants et à toute personne s’intéressant à la
fourniture de biens, travaux et services au titre des projets approuvés par le Conseil
d'administration du Groupe de la Banque. De plus amples renseignements peuvent être obtenus
auprès de l'organe d'exécution du donataire.

1. PAYS : République Démocratique du Congo

2. TITRE DU PROJET : Projet d’appui à la réinsertion socio-


économique post-conflit

3. LIEU D'IMPLANTATION : Provinces : Katanga, Maniema, Nord Kivu,


Orientale, et Sud Kivu.

4. BENEFICIAIRE : État Congolais

5. ORGANE D'EXECUTION : Cellule d’exécution du programme (CEP)


Ministère de la Défense nationale, de la
Démobilisation et des Anciens combattants
Kinshasa - Ngaliema
Tél. : 243 816 858 101
Fax : 1 (775) 667 30 44

6. DESCRIPTION DU PROJET :

L’objectif sectoriel du projet est de contribuer à consolider la paix et à promouvoir le


développement durable en RDC. De manière spécifique, le projet a pour objet de favoriser la
reconversion des ex-combattants par la formation professionnelle et l’auto-emploi dans les
activités agricoles. Le projet comprend les deux composantes suivantes : (i) Renforcement de la
sensibilisation et des opportunités de reconversion ; et (ii) Appui à la gestion du projet.
ii

7. COÛT TOTAL DU PROJET :

Coût total : 16,66 millions d’UC

8. SOURCES ET MONTANT DE FINANCEMENT DU PROJET

Don FAD : 15,00 millions d’UC


Gouvernement : 1,66 millions d’UC

9. DATE D'APPROBATION : Juillet 2007

10. DATE PREVISIONNELLE DE DEMARRAGE/DUREE : Septembre 2007/18 mois

11. ACQUISITION DES TRAVAUX, BIENS ET SERVICES :

L’acquisition des biens et services financés par le FAD se fera conformément aux règles de
procédure du Groupe de la Banque comme suit :

Biens : Les équipements informatiques et bureautiques de la CEP, du Ministère de l’agriculture,


du Ministère de l’environnement et du Ministère de la Condition féminine seront acquis par
consultation des fournisseurs à l’échelon national. Cette procédure est retenue en raison de la
faiblesse du montant prévu et de l’existence sur le marché national d’un nombre suffisant de
fournisseurs pour garantir la concurrence.

Services : Les services de consultants relatifs à : (i) l’élaboration de la stratégie d’assistance aux
femmes et filles associées aux forces et groupes armés ; et (ii) l’élaboration du rapport
d’achèvement seront acquis sur la base de la liste restreinte avec utilisation de la méthode basée
sur l’évaluation technique des propositions avec prise en compte de leurs prix. Les services de
consultants pour la réalisation des audits des comptes du projet, et des agents temporaires pour
la sensibilisation des populations, seront acquis sur la base de liste restreinte avec utilisation de
la procédure de comparabilité des propositions techniques, et sélection de l’offre financière la
moins disante. Les services des radios locales et de la télévision nationale pour la diffusion des
messages de sensibilisation et d’information, ainsi que ceux relatifs à l’utilisation des chefs des
communautés ou à la publication des affiches, banderoles ou dépliants seront acquis sur la base
de négociations directes. Les services des partenaires d’exécution pour la formation des ex-
combattants, déjà identifiés lors de la mission d’évaluation du projet, seront également acquis
sur la base de négociations directes.

Fonctionnement : L’achat des fournitures de bureau, de carburant et les frais d’entretien du


matériel roulant, ainsi que le suivi des activités du projet sur le terrain se feront par la voie de la
consultation des fournisseurs à l’échelon national.

Divers : Cette catégorie de dépenses concerne le paiement du filet de sécurité aux ex-
combattants. Le prestataire est déjà sous contrat avec le programme. Le montant budgétisé
correspond à celui du filet de sécurité à payer et à la rémunération du prestataire.
iii

EQUIVALENCES MONETAIRES
(Taux en vigueur en avril 2007)
Unité monétaire = Franc congolais (FC)
1 UC = 665,214 FC
1 UC = 1,49088 US $
1 US $ = 446,189 FC

POIDS ET MESURES
Système métrique

ANNEE FISCALE
Du 1er janvier au 31 décembre

LISTE DES TABLEAUX

Numéro Intitulé Page

• Tableau n° 2.1 : Source de financement des activités de réinsertion du PNDDR 5


• Tableau n° 4.1 : Répartition par province des ex-combattants à réinsérer 10
• Tableau n° 4.2 : Coût du projet par composante 16
• Tableau n° 4.3 : Coût du projet par catégorie de dépense 16
• Tableau n° 4.4 : Coût du projet par source de financement 16
• Tableau n° 4.5 : Coût du projet par composante et par source de financement 16
• Tableau n° 4.6.a : Coût du projet par catégorie de dépenses et par source de financement 17
• Tableau n° 4.6.b : Coût du projet par composante, par catégorie de dépenses et par
source de financement 17
• Tableau n° 4.7 : Calendrier des dépenses par composante 17
• Tableau n° 4.8 : Calendrier des dépenses par catégorie de dépenses 17
• Tableau n° 4.9 : Calendrier des dépenses par source financement 17
• Tableau n° 5.1 : Calendrier des activités 20
• Tableau n° 5.2 : Calendrier de supervision du projet 20
• Tableau n° 5.3 : Résumé des dispositions relatives aux acquisitions 21
• Tableau n° 5.4 : Autres modes d’acquisitions 21

LISTE DES ANNEXES

Numéro Titre Nombre de pages

• Annexe n° 1 : Carte administrative du Congo et zone du projet 1


• Annexe n° 2 : Organigramme de la Cellule d’exécution du programme 1
• Annexe n° 3 : Etapes de la préparation du projet 1
• Annexe n° 4 : Table des matières du Manuel des opérations du PNDDR 1
• Annexe n° 5 : Calendrier d’exécution des activités 1
• Annexe n° 6 : Liste provisoire des biens et services 1
• Annexe n° 7 : Résumé du Plan de gestion environnementale et sociale 2
• Annexe n° 8 : Liste des opérations actives du Groupe de la Banque en RDC 2
• Annexe n° 9 : Résumé des coûts du projet 2
iv

SIGLES ET ABREVIATIONS

BAD : Banque africaine de développement


BCECO : Bureau central de coordination
BIT : Bureau international du travail
BM : Banque mondiale
CAPR : Comité d’approbation des projets de réinsertion
CEP : Cellule d’exécution du programme
CDFO : Bureau régional de la Banque en RDC
CIDDR : Comité interministériel de désarmement, démobilisation et réinsertion
CO : Centre d’orientation
CONADER : Commission nationale de désarmement, démobilisation et réinsertion
Dollar EU : Dollar des États-Unis d’Amérique
DDR : Désarmement, démobilisation et réinsertion
DSCRP : Document de stratégie de croissance et de réduction de la pauvreté
EAFGA : Enfants associés aux forces et groupes armés
FA-RDC : Forces armées de la RDC
FAD : Fonds africain de développement
FAO : Organisation des Nations unies pour l'alimentation et l'agriculture
FC : Franc congolais
GTZ : Agence allemande de coopération technique
HDW : Human Dignity in the World
IDA : Agence internationale de développement
IDH : Indice de développement humain
IFESH : International Foundation for Education and Self Help
MDRP : Programme multi-pays de démobilisation et de réintégration
MONUC : Mission d’observation des Nations unies au Congo
OMD : Objectifs du millénaire pour le développement
ONEM : Office national de l’emploi
ONG : Organisation non gouvernementale
PGES : Plan de gestion environnementale et sociale
PNB : Produit national brut
PNDDR : Programme national de désarmement, démobilisation et réinsertion
PNUD : Programme des nations unies pour le développement
RDC : République démocratique du Congo
SMI : Structure militaire d’intégration
UC : Unité de compte
UE : Union européenne
UNICEF : Fonds d’urgence des Nations unies pour l’enfance
UNIFEM : Fonds de développement des Nations unies pour la femme
VIH/SIDA : Virus de l’immunodéficience humaine
v
REPUBLIQUE DEMOCRATIQUE DU CONGO :
INDICATEURS SOCIO-ECONOMIQUES COMPARATIFS
Pays en Pays
CONGO,
Année Afrique Dévelop- Déve-
REP. DEM.
pement loppés
Indicateurs de Base
Superficie ('000 Km²) 2 345 30 307 80 976 54 658 RNB par Habitant $EU

Population totale (millions) 2006 59,3 924,3 5 253,5 1 211,3 1200


Population urbaine (% of Total) 2006 31,2 38,4 43,1 78,0 1000

Densité de la population (au Km²) 2006 25,3 30,5 60,6 22,9 800
600
Revenu national brut (RNB) par Habitant ($ EU) 2005 120 955 1 154 26 214 400
Participation de la Population Active - Total (%) 2005 40,5 42,3 45,6 54,6 200
Participation de la Population Active - Femmes (%) 2005 43,1 41,1 39,7 44,9 0

2000

2001

2002

2003

2004

2005
Valeur de l'Indice sexospécifique de dévelop. humain 2004 0,378 0,475 0,694 0,911
Indice de développement humain (rang sur 174 pays) 2004 167 n.a. n.a. n.a. CONGO, REP. DEM. Afrique
Indice de pauvreté humaine (valeur, HPI-1) ( %) 2004 40,9 38,0 32,0 20,0
Indicateurs Démographiques
Taux d'accroissement de la population totale (%) 2006 3,0 2,1 1,4 0,3
Taux d'accroissement de la population urbaine (%) 2006 5,6 3,5 2,6 0,5
Population âgée de moins de 15 ans (%) 2006 47,5 41,3 32,4 18,0 Taux de croissance démographique
(%)
Population âée de 65 ans et plus (%) 2006 2,7 3,4 5,5 15,3 3,5
Taux de dépendance (%) 2006 100,1 80,8 57,8 47,8 3,0
Rapport de Masculinité (hommes pour 100 femmes) 2006 98,5 99,9 102,7 94,2 2,5
Population féminine de 15 à 49 ans (%) 2006 24,4 26,8 27,1 25,0 2,0
Espérance de vie à la naissance - ensemble (ans) 2006 44,4 51,4 64,1 76,0 1,5
Espérance de vie à la naissance - femmes (ans) 2006 45,4 52,2 65,9 79,7 1,0
Taux brut de natalité (pour 1000) 2006 49,6 36,5 22,8 11,0 0,5
Taux brut de mortalité (pour 1000) 2006 19,4 14,9 8,7 10,4 0,0
Taux de mortalité infantile (pour 1000) 2006 113,7 82,5 59,4 7,5

2001

2002

2003

2004

2005

2006
Taux de mortalité des moins de 5 ans (pour 1000) 2006 199,9 137,7 89,3 9,4
Indice synthétique de fécondité (par femme) 2001 6,7 4,7 2,8 1,6 CONGO, REP. DEM. Afrique
Taux de mortalité maternelle (pour 100000) 2001 1 289 623 440,0 13
Femmes utilisant des méthodes contraceptives (%) 2000 31,4 26,6 59,0 74,0
Indicateurs de Santé et de Nutrition
Nombre de médecins (pour 100000 habitants) 2005 10,4 38,2 78,0 287,0
Nombre d'infirmières (pour 100000 habitants) 2005 51,5 110,7 98,0 782,0 Espérance de vie à la naissance
(ans)
Naissances assistées d'un personnel de santé qualifié (% 2005 61,0 43,7 56,0 99,0
Accès à l'eau salubre (% de la population) 2004 22,0 62,3 78,0 100,0 71
Accès aux services de santé (% de la population)* 2000 59,0 61,7 80,0 100,0 61
51
Accès aux services sanitaires (% de la population) 2004 30,0 44,2 52,0 100,0 41
Pourcent. d'adultes de 15-49 ans vivant avec le VIH/SIDA 2005 2,9 4,5 1,3 0,3 31
21
Incidence de la tuberculose (pour 100000) 2004 366,0 310,2 144,0 11,0 11
1
Enfants vaccinés contre la tuberculose (%) 2005 84,0 78,1 82,0 93,0
2001

2002

2003

2004

2005

2006
Enfants vaccinés contre la rougeole (%) 2005 70,0 68,0 73,0 90,0
Prevalence de la malnutrition (% of population) 2005 74,0 39,0 31,0 …
Apport journalier en calorie par habitant 2004 1 560 2 435 2 675 3 285 CONGO, REP. DEM. Afrique

Dépenses publiques de santé par habitant (en % du PIB 2002 1,1 5,6 1,8 6,3
Indicateurs d'Education
Taux brut de scolarisation au (%)
Primaire - Total 2003/04 62,0 96,7 91,0 102,3
Primaire - Filles 2003/04 54,0 90,4 105,0 102,0 Taux de mortalité infantile

Secondaire - Total 2003/04 22,0 43,1 88,0 99,5 ( Pour 1000 )

Secondaire - Filles 2002/03 16,0 36,5 45,8 100,8 140


Personnel enseignant féminin au primaire (% du total) 2001/02 21,0 47,5 51,0 82,0 120
Analphabétisme des adultes - Total (%) 2006 32,8 43,3 26,6 1,2 100
Analphabétisme des adultes - Hommes (%) 2006 19,1 34,5 19,0 0,8 80
Analphabétisme des adultes - Femmes (%) 2006 45,9 52,4 34,2 1,6 60
Dépenses d'éducation en % du PIB 2000 4,6 4,7 3,9 5,9 40
20
Indicateurs d'Environnement 0
2005 0,1 6,0 9,9 11,6
2001

2002

2003

2004

2005

2006

Terres arables en % de la superficie totale


Taux annuel de déforestation (%) 2000 0,4 0,7 0,4 -0,2
Taux annuel de reboisement (%) 2000 10,0 10,9 … … CONGO, REP. DEM. Afrique
Emissions du CO2 par habitant (tonnes métriques) 2005 0,1 1,0 1,9 12,3
Source: Base des données du Département de la Statistique de la BAD; Dernière mise à jour: juin 2007
Live Database de la Banque Mondiale; ONUSIDA; UNSD; OMS, UNICEF, WRI, PNUD, Rapports nationaux
Notes : n.a. = Non Applicable ; … = Données non disponible ; * = dernière année entre 1995-2000
vi
REPUBLIQUE DEMOCRATIQUE DU CONGO :
PROJET D’APPUI A LA REINSERTION SOCIO-ECONOMIQUE POST-CONFLIT
CADRE LOGIQUE DU PROJET
HIERARCHIE DES OBJECTIFS RESULTATS ESCOMPTES PORTEE INDICATEURS DE INDICATEURS, OBJECTIFS HYPOTHESES / RISQUES
(Bénéficiaires) PERFORMANCE ET ECHEANCIER
(Sources et méthodes)
Objectif sectoriel Résultats à long terme (horizon 2015)
Consolider la paix et promouvoir le Les ex-combattants démobilisés La population congolaise • Nombre des ex-combattants 100% des ex-combattants démo- Hypothèses : (i) les partenaires au
développement durable en RDC. pratiquent des activités agricoles réinsérés et maintenus dans la bilisés en 2007/08 sont maintenus développement poursuivent leur
et ne constituent plus un groupe vie civile. dans la vie civile en 2015. appui au PNDDR ; et (ii) le
à risque • Nombre de groupes armés 100% des groupes armés climat de sécurité est maintenu en
signataires des accords de paix signataires des accords de paix RDC pour permettre la réalisation
qui ont été démantelés.. ont été dissous en 2015. des activités sur le terrain.
Objectif du projet Résultats à moyen terme (horizon 2009)
Favoriser la reconversion des ex- 1.1 Les ex-combattants démo- La Population congolaise, en 1.1.1 Nombre d’ex-combattants 1.1.1.1 Au 31/12/08, 28500 ex- Risque : Des litiges fonciers
combattants par la formation bilisés pratiquent des activités particulier les ex-combattants démobilisés réinsérés dans les combattants (dont au moins 1000 peuvent surgir entre les ex-
professionnelle et l’auto-emploi dans agricoles dans la zone du projet démobilisés et les femmes activités agricoles, de pêche et femmes) pratiquent des activités combattants réinsérés et les
les activités agricoles. et vivent avec les revenus tirés associées aux forces et groupes d’élevage. agricoles, de pêche et d’élevage populations d’accueil.
de ces activités. armés. dans la zone du projet. Mesures d’atténuation : Les cam-
pagnes de sensibilisation, avec la
1.1.2 Production des exploitations 1.1.2.1 Au 31/12/08, les 28500 participation des chefs des com-
agricoles des ex-combattants ex-combattants : (i) ont au moins munautés, atténueront le risque.
réinsérés. 30 000 ha de terres cultivées par
Risque : La stabilité du pays peut
an, (ii) produisent au moins
être menacée par d’autres grou-
5000000 de litres d’huile de
pes armés. Cette situation peut
palme par an et 7000 t de poisson
entraver l’exécution du projet.
et (iii) ont un effectif d’environ
Mesure d’atténuation : Le risque
700 000 têtes de volailles et de
est atténué par la formation des
bétail.
brigades mixtes et leur déploie-
ment sur tout le territoire, la
présence de la MONUC et la
signature du Pacte de stabilité et
de sécurité par les pays de la
sous-région des Grands lacs.
Activités du projet Résultats à court terme (horizon 2007/2008)
1. Organisation des campagnes de 1.1 Les populations sont • Population congolaise, plus 1.1.1 Nombre de campagnes de 1.1.1.1 80 causeries organisées.
sensibilisation et d’information sur le sensibilisées sur le PNDDR et particulièrement la population sensibilisation et d’information 78 messages radio et télé diffusés
programme PNDDR ainsi que sur les appréhendent mieux les de la zone du projet organisées pour favoriser l’harmonie entre
violences faites aux femmes et les questions liées au genre, aux • Ex-combattants démobilisés, les ex-combattants et les commu-
traumatismes de guerre. violences faites aux femmes, au en particulier les 1000 nautés d’accueil et à améliorer le
VIH/SIDA, à la protection de femmes. comportement des populations.
l’environnement. 1.1.2 Nombre de personnes 1.1.2.1 Environ 5 millions de
sensibilisées et informées. personnes sont sensibilisées dont
au moins 51% de femmes.
1.2 Les activités de réinsertion 1.2.1 Nombre d’activités de 1.2.1.1 Les 1000 femmes
des femmes ex-combattantes réinsertion choisies par des bénéficiaires directs du projet
sont plus diversifiées. femmes par rapport au nombre sont représentées dans toutes les
total d’activités prévu dans le activités, contre moins de la
PNDDR. moitié actuellement.
2. Paiement du filet de sécurité 2.1 Les ex-combattants démo- • Ex-combattants démobilisés 2.1.1 Effectivité du paiement des 2.1.1.1 Au 31/12/08, les 4,9
(primes de sortie et de transition) aux bilisés ont des moyens de • Famille des ex-combattants primes millions d’UC prévus ont été
ex-combattants démobilisés. subsistance démobilisés perçus par les 17 000
bénéficiaires et ont contribué à
améliorer leurs conditions de vie.
vii

HIERARCHIE DES OBJECTIFS RESULTATS ESCOMPTES PORTEE INDICATEURS DE INDICATEURS, OBJECTIFS HYPOTHESES / RISQUES
(Bénéficiaires) PERFORMANCE ET ECHEANCIER
(Sources et méthodes)
3. Organisation des sessions de 3.1 Les ex-combattants démo- • Les 28500 ex-combattants 3.1.1 Nombre d’ex-combattants 3.1.1.1 Au 31/12/2008, 28500 ex-
formation professionnelle. bilisés ont acquis les connais- (dont 1000 femmes) ayant achevé la formation combat-tants (dont 1000 femmes)
sances nécessaires pour entre- ont achevé la formation et
prendre une activité agricole. utilisent les connaissances
acquises dans les cultures
vivrières des activités agricoles,
de pêche et d’élevage.
4. Octroi des kits d’outillages. 4.1 Les kits d’outillages permet- • Les 28500 ex-combattants 4.1.1 Nombre de kits fournis. 4.1.1.1 Au 31/12/2008, les 28500
tent aux ex-combattants d’exer- (dont 1000 femmes) kits fournis aux ex-combattants
cer des activités agricoles sont effectivement utilisés pour
des activités de production
agricoles dans la zone du projet.
5. Elaboration d’une stratégie 5.1 La situation et le nombre de • Toutes les femmes associées 5.1.1 Existence de la stratégie 5.1.1.1 En mars 2008, la stratégie
d’assistance aux femmes et filles femmes associées aux forces et aux forces et groupes armés. d’assistance aux femmes est mise en application par le
associées aux forces et groupes groupes armés sont connus, et associées aux forces et groupes Gouvernement et les bailleurs de
armés. une stratégie d’assistance en armés (FAFGA) fonds.
faveur de ces femmes est définie.

6. Gestion du projet. 7.1 Les activités du projet sont • Ministère de la Défense 7.1.1 Nombre de rapports 7.1.1.1 A la clôture du projet,
gérées de façon transparente, • CEP d’avancement trimestriels 100% des 6 rapports prévus ont
efficace et efficiente. transmis à la Banque dans les été reçus et ont permis de suivre
délais requis. le projet.
7.1.2 Nombre de rapports 7.1.2.1 A la clôture du projet, les
d’audits annuels transmis à la 2 rapports prévus ont été reçus et
Banque dans les délais requis. l’opinion des auditeurs est
positive.

Ressources financières :
GVT : 1,66 million UC
FAD : 15,00 millions UC
TOTAL : 16,66 millions UC
viii

RESUME ANALYTIQUE

1. Origine et historique du projet

1.1 Au cours de ces dernières années, la République démocratique du Congo (RDC) a connu
une longue période de conflits nationaux et régionaux, qui ont entrainé la destruction du tissu
économique du pays, la dégradation de ses finances publiques, et le recrutement massif des enfants
dans les forces et groupes armés. Malgré ses immenses richesses minières et énergétiques et
l’étendue de ses terres arables, le pays est aujourd’hui parmi les plus pauvres au monde avec plus
de 70% de la population vivant en dessous du seuil de pauvreté et un indice de développement
humain (IDH) de 0,391 qui le situait en 2004 au 167ème rang sur 174 pays.

1.2 Des accords de cessez-le-feu et de paix ont été signés entre les belligérants en 1999 à
Lusaka (Zambie), en 2002 à Sun City (Afrique du sud) et en 2003 à Dar Es Salâam, et le pays a
organisé en 2006 et en 2007 des élections générales, qui ont ouvert la voie à plus stabilité, après
une longue période de transition politique. A la suite de la signature des différents accords de
cessez-le-feu et de paix, le pays a mis en œuvre en 2004 un Programme national de désarmement,
démobilisation et réinsertion (PNDDR) avec l’appui du Programme multi-pays de démobilisation et
de réintégration (MDRP). Le PNDDR vise 300 000 combattants des forces et groupes armés
signataires des accords de paix (dont environ 3% de femmes), parmi lesquels 150 000 doivent être
intégrés dans l’armée nationale restructurée et 150 000 (dont 30 000 enfants) doivent être
démobilisés et réinsérés dans la vie civile. Il vise également à pacifier le pays et garantir sa
stabilité, pour une relance durable des activités économiques. Le présent projet cible exclusivement
les ex-combattants à démobiliser et à réinsérer dans la vie civile.

1.3 Le budget initial mobilisé par le pays pour les activités de réinsertion du PNDDR, dont la
date d’achèvement était initialement fixée au 31 décembre 2006, était de 200 millions de dollars
EU. Ils provenaient d’un don d’un montant de 100 millions de dollars EU de l’IDA/Banque
mondiale et d’une contribution d’un montant équivalent du fonds fiduciaire régional du MDRP. Au
31 décembre 2006, environ 180 000 combattants était passés par le processus, parmi lesquels
110 000 (dont 2500 femmes) ont choisi la démobilisation. Le programme a également permis le
retour dans leurs familles de 30 000 enfants-soldats (dont 4650 filles) qui sont encadrés par des
agences de protection de l’enfance et ont repris leur scolarité.

1.4 Le budget disponible est insuffisant pour terminer le programme et atteindre ses objectifs.
Le Gouvernement a donc repoussé au 31 décembre 2008 la date d’achèvement du programme et a
contacté les partenaires au développement, dont le Groupe de la Banque, pour la mobilisation des
ressources financières additionnelles en faveur des activités de réinsertion du PNDDR. Le montant
mobilisé s’élève à 74,5 millions de dollars EU et proviendra d’un financement additionnel de la
Banque mondiale (50 millions $), d’un don du FAD (15 millions d’UC soit 22 millions $) et du
Gouvernement (1,66 millions d’UC soit 2,5 millions $ représentant la contrepartie nationale du don
du FAD).

1.5 Le projet d’appui à la réinsertion socio-économique post-conflit représente la contribution


du Groupe de la Banque au PNDDR. Il contribuera à la pacification du pays, à la stabilisation dans
la sous-région des Grands lacs et au retour des personnes déplacées. Le projet est conforme aux
priorités du document de stratégie de croissance et de réduction de la pauvreté (DSCRP 2006-2008)
du Gouvernement, et à celles du document de stratégie d’assistance du Groupe de la Banque pour
la RDC (DSPAR 2005-2007). Il est également conforme aux principes d’action du Groupe de la
Banque en matière d’assistance post-conflit et à la stratégie d’assistance du Groupe de la Banque
aux États fragiles. Enfin, le projet contribuera à améliorer le niveau des indicateurs sociaux du pays
dans le cadre des Objectifs du Millénaire pour le développement (OMD), notamment en ce qui
concerne le genre, l’environnement et le VIH/SIDA.
ix

2. Objet du don

Le don FAD porte sur un montant de 15 millions d’UC, soit 90% du coût total du projet. Il
couvrira 100% des coûts en devises du projet et 43,35 des coûts en monnaie locale du projet.

3. Objectif du projet

L’objectif sectoriel du projet est de contribuer à consolider la paix et à promouvoir le


développement durable en RDC. De manière spécifique, le projet a pour objet de favoriser la
reconversion des ex-combattants par la formation professionnelle et l’auto-emploi dans les activités
agricoles dans les provinces Katanga, Maniema, Nord Kivu, Orientale, et Sud Kivu.

4. Description du projet

Le projet comprend les deux composantes suivantes : (i) Renforcement de la sensibilisation


et des opportunités de reconversion ; et (ii) Appui à la gestion du projet.

5. Coûts du projet

Le coût total du projet, hors taxes et hors douane, est estimé à 16,66 millions d’UC, dont
13,72 millions d’UC en devises, et 2,94 millions d’UC en monnaie locale.

6. Sources de financement

Le projet sera financé conjointement par le FAD (don) et le Gouvernement congolais. La


participation du FAD (15 millions d’UC) représente 90% du coût total du projet dont 100% des
coûts en devises et 43,35 % des coûts en monnaie locale dans toutes les catégories de dépenses,
sauf les biens. La contribution du Gouvernement (1,66 millions d’UC) représentant 10% du coût
total du projet, sera utilisée pour couvrir des dépenses en monnaie locale et concerne les catégories
de dépenses suivantes : Biens, Services, et Fonctionnement.

7. Exécution du projet

Le projet sera exécuté sur une période 18 mois par une Cellule d’exécution du programme
(CEP) placée sous la tutelle du Ministère de la Défense nationale, de la Démobilisation et des
Anciens combattants. Cette CEP est également chargée de la gestion des interventions des autres
partenaires en faveur des activités de réinsertion du PNDDR. La CEP a son siège à Kinshasa et des
antennes à l’intérieur du pays. La période d’exécution du projet tient compte du calendrier des
activités de réinsertion du PNDDR dont la fin est prévue en décembre 2008.

8. Conclusion et recommandation

Conclusion : Le projet contribue à la pacification et à la stabilité de la RDC, grâce à la reconversion


de 28500 ex-combattants dont 1000 femmes en acteurs économiques dans les domaines de
l’agriculture vivrière et maraîchère, de la pêche artisanale et de l’élevage. Il contribue également à
la réduction de l’état de fragilité du pays ainsi qu’à l’amélioration du niveau de ses indicateurs
socioéconomiques. Le projet est conforme aux priorités du DSCRP 2006-2008 du Gouvernement et
au document de stratégie d’assistance de la Banque à la RDC pour la période 2005-2007.

Recommandation : Il est recommandé d’octroyer à la RDC un don d’un montant n’excédant pas 15
millions d’UC pour lui permettre de financer et de mettre en œuvre le projet d’appui à la réinsertion
socio-économique post-conflit (PARSEC) tel que décrit dans le présent rapport d’évaluation.
1. ORIGINE ET HISTORIQUE DU PROJET

1.1 La République démocratique du Congo (RDC) a connu au cours de ces dix dernières
années une succession de crises et de conflits armés. Ces évènements ont causé environ trois
millions de morts et ont eu des effets dévastateurs sur les capacités productives de l’économie
et sur les conditions de vie de la population. Des accords de paix, qui ont mis fin aux
combats, ont été signés par les belligérants successivement en 1999, en 2002 et en 2003. Les
effectifs des forces et groupes armés signataires de ces accords de paix s’élevaient à 300 000
combattants et le Gouvernement a élaboré en 2004 un Programme national de désarmement,
démobilisation et réinsertion (PNDDR) ciblant ces 300 000 personnes. Le programme vise la
restructuration de l’armée et de la police nationales, la consolidation de la paix et de la
stabilité du pays, et la réaffectation des ressources publiques en faveur des secteurs
prioritaires de développement. Le nombre de femmes dans les effectifs des forces et groupes
armés signataires des accords de paix est estimé à environ 3% et celui des enfants, à 10%.

1.2 Le programme prévoit d’intégrer 150 000 combattants des forces et groupes armés
signataires des accords de paix dans les forces armées de la RDC (FA-RDC) et de procéder à
la démobilisation de 150 000 autres combattants, en vue de leur réinsertion dans la vie civile.
Les activités de réinsertion du PNDDR sont mises en œuvre par la Cellule d’exécution du
programme (CEP) créée à cet effet par le Gouvernement et appuyée par le Programme multi-
pays de démobilisation et réintégration (MDRP). L’opération de la Banque concerne
exclusivement les activités de réinsertion du PNDDR.

1.3 Le budget initial mobilisé en 2004 pour les activités de réinsertion du PNDDR était de
200 millions de dollars EU et provenait d’un don d’un montant de 100 millions de dollars EU
de l’IDA/Banque mondiale et d’une contribution d’un montant équivalent du fonds fiduciaire
régional du MDRP. Ce budget est insuffisant pour terminer le programme et atteindre les
objectifs fixés. Des ressources financières additionnelles sont donc nécessaires pour éviter
une interruption des activités. Le Gouvernement a donc repoussé au 31 décembre 2008 la
date d’achèvement du programme, qui était initialement fixée au 31 décembre 2006, et a
contacté les partenaires au développement dont le Groupe de la Banque pour la mobilisation
des ressources financières additionnelles en faveur des activités de réinsertion du PNDDR. Le
montant mobilisé s’élève à 74,5 millions de dollars EU et proviendra d’un financement
additionnel de la Banque mondiale (50 millions $), d’un don du FAD (15 millions d’UC soit
22 millions $), objet de ce projet, et du Gouvernement (1,66 millions d’UC soit 2,5 millions $
représentant la contrepartie nationale du don du FAD).

1.4 Le présent projet représente la contribution du Groupe de la Banque au PNDDR. Il


complète les interventions de la Banque mondiale et des autres partenaires. La mission
d’identification / préparation a été effectuée en décembre 2006 et la mission d’évaluation, en
avril 2007. Le projet est conforme aux priorités du document de stratégie de croissance et de
réduction de la pauvreté (DSCRP 2006-2008) du Gouvernement, et à celles du document de
stratégie d’assistance du Groupe de la Banque pour la RDC (DSP 2005-2007). Il est
également conforme aux principes d’action du Groupe de la Banque en matière d’assistance
post-conflit. En outre, le rapport prend en compte les principes directeurs et les domaines
prioritaires indiqués dans la stratégie du Groupe de la Banque en faveur des États fragiles,
notamment : (i) le partenariat fondé sur la collaboration et la coordination entre partenaires ;
(ii) la faculté d’adaptation et la rapidité qui sont des facteurs déterminants pour éviter de
compromettre la consolidation de la paix ; et (iii) l’approche sélective par la fourniture de la
formation professionnelle aux ex-combattants.
2

2. LA REINSERTION POST-CONFLIT AU CONGO

2.1 Le contexte général

2.1.1 La République démocratique du Congo est située au centre de l’Afrique et a des


frontières communes avec 9 pays : la République Centrafricaine et le Soudan au nord,
l’Ouganda, le Rwanda, le Burundi et la Tanzanie à l’est, la Zambie et l’Angola au sud, la
République du Congo à l’ouest. L’histoire récente de la RDC a été marquée par des longues
années de mauvaise gouvernance et des conflits, qui ont généré dans le pays des niveaux de
chômage et de pauvreté particulièrement élevés. Le pays se trouve dans une situation socio-
économique sans commune mesure avec ses potentialités minières, énergétiques et agricoles.
Les indicateurs socio-économiques sont parmi les plus bas au monde.

2.1.2 Le niveau de l’indice de développement humain (IDH) était de 0,391 en 2004 et


situait la RDC à la 167ème place sur 174 au classement des pays selon le niveau de l’IDH.
L’incidence de la pauvreté dans le pays était de 71,34% en2005. L’espérance de vie à la
naissance était de 44,4 ans en 2006 contre une moyenne de 51,4 ans en Afrique. Le taux
d’alphabétisation des adultes se situait à 67,2% en 2006 (dont seulement 54,1% pour les
femmes) et le taux brut de scolarisation dans le primaire, à 62 % en 2003 (dont seulement
54% pour les filles). Dans le domaine de la santé, le taux de mortalité maternelle est un des
plus élevés au monde avec 1289 décès pour 100 000 naissances vivantes en 2001, et le taux
de mortalité infantile était de 199,9 décès pour 1000 naissances vivantes en 2006. Le taux de
prévalence du VIH/SIDA était de 4,2 % en 2003 pour la tranche d’âge de 15 à 24, et le
paludisme occasionne entre 200 000 et 500 000 décès chaque année. Sur le plan alimentaire,
la production nationale ne couvre pas les besoins du pays et la capacité d’importation des
vivres est limitée par la faiblesse des ressources. Ces statistiques montrent que les objectifs
du millénaire pour le développement (OMD) ne seront pas atteints en RDC à l’horizon de
2015 si des efforts plus importants ne sont pas déployés.

2.1.3 La situation révélée par le niveau des indicateurs socio-économiques est plus marquée
pour les femmes et les enfants, qui sont considérés comme des groupes vulnérables, et elle
s’est aggravée davantage pendant la période des conflits. Le budget alloué au Ministère de la
promotion de la femme, par exemple, représentait seulement 0,8% du budget national
pendant cette période et cette situation a considérablement ralenti les efforts de promotion de
la femme dans le pays. Pendant la même période, les écoles ont subi des dégradations
importantes et ont été abandonnées par les élèves et les enseignants. Les incursions des
groupes armés dans les villages ont entrainé d’innombrables cas de viols et l’enrôlement
forcé de nombreuses femmes et des enfants dans les groupes armés. Les informations
disponibles indiquent qu’au plus fort des combats, le nombre d’enfants-soldats identifiés dans
les forces et groupes armés était d’environ 30 000 (dont au moins 15% de filles). Ce nombre
constituait la plus importante concentration d’enfants-soldats au monde. Dans les zones
rurales où les femmes sont généralement très actives, les conflits ont détruit les plantations et
les troupeaux ont été décimés, et cette situation a accru la vulnérabilité des paysans et
particulièrement celle des femmes.

2.2 La politique nationale de réinsertion

2.2.1 La politique de réinsertion appliquée en RDC est une composante du programme


national de désarmement, démobilisation et réinsertion (PNDDR) . L’objectif général du
programme est de consolider la paix et la réconciliation nationale, d’organiser la
reconstruction du pays, et d’assurer la stabilité politique du pays et de la sous-région. Les
critères d’éligibilité au programme sont : (a) se prévaloir de la nationalité congolaise ; (b)
3

appartenir à un groupe armé reconnu par le Gouvernement et faire la preuve de son


appartenance à ce groupe ; (c) avoir servi dans les conflits armés en RDC dans une force ou
un groupe armé entre octobre 1998 et mai 2003, et faire la preuve de son appartenance à cette
force ou à ce groupe armé ; et (d) ne pas être poursuivi pour crime de guerre, génocide ou
crime contre l’humanité. Les principales phases du programme sont la sensibilisation, le
regroupement des membres des forces et groupes armés, et la réinsertion des ex-combattants
démobilisés.
2.2.2 La sensibilisation précède et prépare toutes les autres phases du programme, et se
poursuit durant toute la durée de celui-ci. Les campagnes de sensibilisation s’adressent aux
membres des forces et groupes armés et à la population civile. Elles donnent des informations
sur les objectifs et les critères d’éligibilité au programme. Elles intègrent également divers
thèmes (genre, environnement, Droits de l’Homme, VIH/SIDA et paludisme, enfants associés
aux forces et groupes armés (EAFGA), prévention et gestion des conflits).
2.2.3 Le regroupement s’effectue dans les centres d’orientation (CO), où les combattants
sont conduits après avoir été préalablement désarmés. Dans les CO, il est procédé à
l’identification des membres des forces et groupes armés, à la vérification de leur statut de
combattants, ainsi qu’à des tests de dépistage du VIH/SIDA sur une base volontaire. Les
informations collectées sont saisies dans une base de données et diffusées sur l’ensemble du
réseau des CO. L’identification est basée sur l’iris de l’œil, qui garantit un haut niveau de
sécurité, et le système mis en place ne permet pas des enregistrements multiples. Les EAFGA
et les personnes invalides sont retirés du processus à ce stade, et sont pris en charge dans des
projets et programmes spécifiques. Avant leur sortie des CO, les membres des forces et
groupes armés procèdent au choix entre la carrière militaire et le retour à la vie civile. Le
processus se déroule, jusqu’à cette phase, sous la supervision de la Mission d’observation des
Nations unies en RDC (MONUC).

2.2.4 La phase de la réinsertion consiste à offrir aux anciens acteurs des conflits des moyens
d’existence alternatifs à l’utilisation de la violence et des armes. Elle vise donc à reconvertir
l’ex-combattant en acteur du développement. Le programme lui offre à cet effet un filet de
sécurité et une formation professionnelle. Le filet de sécurité est une aide d’un montant
raisonnable fournie à l’ex-combattant pendant une période limitée. Elle a pour but de couvrir
ses besoins essentiels, en attendant qu’il exerce une activité rémunératrice. La formation
professionnelle a pour objet d’améliorer les qualifications professionnelles des ex-
combattants. Elle comprend la fourniture d’un kit d’outillages et est destinée à l’auto-emploi.
Les filières de formation retenues par le Gouvernement pour la réinsertion des ex-
combattants sont : agriculture, pêche, élevage, commerce de détail, préparation artisanale du
pain, fabrication artisanale du savon, menuiserie, ferronnerie/soudure, coupe/couture,
conduite/mécanique automobile. Pour la mise en œuvre de cette phase, le PNDDR est appuyé
par le MDRP, structure internationale financée par la Banque mondiale, qui assure également
son secrétariat, et d’autres donateurs (Allemagne, Belgique, Canada, Danemark, Finlande,
France, Irlande, Italie, Norvège, Pays-Bas, Royaume uni, Suède, et Union européenne).
2.3 La situation en matière de réinsertion

2.3.1 Les accords de paix ont été signés par tous les groupes armés qui ont combattu en
RDC entre 1996 et 2003, et les activités de réinsertion s’exécutent dans tout le pays. Au 31
décembre 2006, environ 180 000 combattants sur les 300 000 ciblés par le PNDDR étaient
déjà passés par le processus. Parmi ces 180 000 combattants, 110 000 ont été démobilisés
(dont environ 2,27% de femmes). Le programme a également organisé le retour dans leurs
familles d’environ 30 000 enfants associés aux forces et groupes armés dont 15,5% de filles.
Ces enfants-soldats démobilisés sont pris en charge par des associations et organismes de
protection de l’enfance dans des projets spécifiques intégrant le soutien psychosocial et la
reprise de la scolarité.
4

2.3.2 Pour les 110 000 ex-combattants adultes déjà démobilisés, des financements pour la
formation professionnelle et l’acquisition des kits sont disponibles seulement pour 65 000
d’entre eux. Environ 62% des 110 000 ex-combattants déjà démobilisés ont choisi de se
réinsérer dans le secteur agricole. Les données disponibles sur les choix des activités de
réinsertion des ex-combattants montrent que les plus jeunes s’orientent majoritairement vers
les services tels que la conduite/réparation automobile, le commerce, ou la coupe/couture,
alors que les plus âgés préfèrent les activités agricoles (maraichage, cultures vivrières, petit
élevage, pêche artisanale) et acceptent plus facilement de se regrouper. Les données montrent
également que les choix des femmes semblent stéréotypés. En effet, les femmes sont
présentes dans moins de la moitié des activités retenues par le programme pour la réinsertion
des ex-combattants. La grande majorité des femmes choisissent la coupe/couture ou le
commerce de détail. En matière d’éducation, les données disponibles indiquent que le niveau
des ex-combattants est très variable. En effet, 56% des démobilisés ont un niveau d’éducation
inférieur ou égal au primaire, 34% ont atteint le secondaire ou ont suivi une formation
professionnelle, et seulement 10% ont un niveau égal ou supérieur au Bac. Au niveau de
l’âge, environ 62% des ex-combattants ont un âge égal ou inférieur à 30 ans, 31% ont entre
31 et 50 ans et 7% ont plus de 50 ans.

2.3.3 Le nombre de combattants qui ne sont pas encore passés par le processus est estimé à
120 000. Environ 80 000 d’entre eux seront démobilisés. Le nombre total de personnes qui
seront démobilisés, à la fin du processus fixée au 31 décembre 2008, sera donc égal à
190 000 dont environ 3% de femmes. Les violences survenues à Kinshasa au mois de mars
2007 et la présence d’hommes armés qui perpétuent un climat d’insécurité à l’est du pays
montrent la nécessité d’accélérer l’exécution du programme PNDDR.

2.4 Le cadre institutionnel

2.4.1 Le cadre institutionnel prévu pour la réinsertion post-conflit en RDC a été défini en
2003 et tient compte du caractère multisectoriel du processus DDR. Il implique plusieurs
ministères, ce qui a justifié la création d’un Comité interministériel de désarmement,
démobilisation et réinsertion (CIDDR). Les missions du CIDDR consistent à : (i) concevoir et
orienter la politique du Gouvernement en matière de désarmement, démobilisation et
réinsertion ; (ii) coordonner les actions des différents Ministères et organismes publics
intervenant dans le programme PNDDR ; et (iii) évaluer les actions du Gouvernement dans le
cadre du PNDDR et proposer les mesures correctrices nécessaires.

2.4.2 Le CIDDR est placé sous la supervision du Président de la République, et est présidé
par le Ministre de la défense nationale, de la démobilisation et des anciens combattants. Les
autres membres sont le Ministre des affaires sociales et de la solidarité nationale, le Ministre
des affaires humanitaires, le Ministre des Droits humains, le Ministre du Travail, le Ministre
de l’Intérieur et de la sécurité, le Ministre des Affaires étrangères, le Ministre de la Condition
féminine, le Ministre de l’Information, le Ministre du Budget, le Ministre des Finances et le
Ministre de la Jeunesse et des Sports.

2.4.3 En dehors du CIDDR, des actions spécifiques dans le cadre de la mise en œuvre des
activités de réinsertion du PNDDR sont organisées par divers ministères. Il s’agit du
Ministère de la Défense nationale, de la démobilisation et des anciens combattants, pour le
désarmement et la démobilisation des ex-combattants ainsi que le suivi de la supervision de
l’ensemble des activités de réinsertion, et du Ministère des affaires sociales et de la solidarité
nationale, pour la prise en charge psychologique des personnes dans les centres d’orientation
et la fourniture des vivres et produits d’entretien. Le Ministère de la Condition féminine
intervient également dans le programme, pour les aspects liés au genre.
5

2.5 Le financement des activités de réinsertion

2.5.1 La mise en œuvre des activités de réinsertion, dans le cadre d’un programme DDR,
nécessite une disponibilité continue des ressources financières, pour la crédibilité du
processus auprès du groupe cible. En RDC, le programme DDR intervient dans un contexte
national marqué par la faiblesse des ressources propres de l’État due à l’étroitesse du tissu
économique et à une collecte insuffisante de l’impôt. Les activités de réinsertion sont donc
essentiellement financées par les partenaires. Ce financement se fait soit à travers le PNDDR,
soit en dehors du PNDDR avec des projets ou programmes spécifiques.

Financement des activités de réinsertion à travers le PNDDR

2.5.2 Le montant des financements mobilisés pour les activités de réinsertion du PNDDR
s’élevait au 31/12/2006 à 200 millions de dollars EU qui provenaient à parts égales d’un don
de l’IDA/Banque mondiale et d’une contribution du fonds fiduciaire régional du MDRP. Le
montant des financements additionnels mobilisés est de 74,5 millions de dollars EU. Le
tableau n° 2.1 ci-après présente l’état des financements mobilisés pour les activités de
réinsertion du PNDDR.
Tableau n° 2.1
Sources de financement des activités réinsertion du PNDDR
Montant Zone
Source de financement (en millions dollars Période d’intervention
EU)
IDA/Banque mondiale 100 2004 – 2006 Tout le pays
1ère Phase MDRP (Fonds fiduciaire régional) 100 2004 – 2006 Tout le pays
Total 200
IDA/Banque mondiale 50 2007-2008 Tout le pays
2ème Phase BAD 22 2007-2008 5 provinces à l’Est
Gouvernement 2,5 2007-2008 5 provinces à l’Est
Total 74,5

Financement des activités de réinsertion en dehors du PNDDR

2.5.3 Les activités de réinsertion exécutées en dehors du PNDDR sont financées dans le
cadre des projets ou programmes spécifiques. Ceux-ci sont exécutés par des ONG ou par des
agences du Système des Nations-Unies, avec des financements bilatéraux ou multilatéraux et
concernent essentiellement les enfants soldats, les ex-combattants invalides ou jugés inaptes
pour la carrière militaire, le développement communautaire, ou le financement des
microprojets. Le montant global des projets est estimé à 40 millions de dollars EU. Les
activités sont exécutées principalement par le PNUD, l’UNICEF, l’UNIFEM, l’ONG Save
The Children, et la Croix-Rouge.

2.6 Problèmes et contraintes de la réinsertion post-conflit en RDC

2.6.1 La réinsertion post-conflit en RDC se heurte à de nombreux problèmes et contraintes


qui sont susceptibles d’entraver la bonne mise en œuvre des activités. Il s’agit notamment de :
(i) la non prise en compte des dépendants des ex-combattants ; (ii) l’insuffisance du suivi
psychologique et psychiatrique des ex-combattants ; (iii) la prise en compte insuffisante du
genre ; et (iv) l’étendue du territoire national.

2.6.2 La non prise en compte des dépendants des ex-combattants : Le programme PNDDR
n’a pas prévu de budget pour les dépendants des ex-combattants. Cette situation est une
source de tension entre certains ex-combattants qui hésitent à voyager vers les lieux qu’ils ont
choisis pour leur réinsertion, et les responsables du programme. Les ressources financières du
programme sont insuffisantes pour assurer le transport des dépendants des ex-combattants.
6

Une dotation a été prévue dans le financement additionnel de la Banque mondiale en faveur
des activités de réinsertion du PNDDR, pour contribuer à résoudre ce problème. Mais la
dotation sera insuffisante par rapport aux besoins.

2.6.3 L’insuffisance du suivi psychologique et psychiatrique des ex-combattants : L’usage


des drogues et stupéfiants est très répandu dans les groupes armés, surtout pendant les
périodes de conflits. L’usage prolongé de ces produits influence les comportements des
individus. Or les ex-combattants démobilisés ne bénéficient d’aucun suivi psychologique et
psychiatrique. Quelques psychologues sont affectés dans les centres d’orientation, mais le
programme n’a pas de psychiatre. Les moyens financiers du programme sont insuffisants
pour assurer le suivi psychologique et psychiatrique des ex-combattants, et la durée du
programme n’est pas compatible avec le temps nécessaire pour un tel suivi.

2.6.4 La prise en compte insuffisante du genre : Le document de programme reconnait que


les hommes et les femmes ont été affectés différemment pendant les conflits. Mais
l’exécution du programme sur le terrain ne tient pas compte de cette différenciation. Le
programme n’a pas les moyens nécessaires pour déterminer le niveau de participation des
femmes et filles dans les conflits, la façon dont elles ont été affectées par les conflits, leur
nombre exact, leur localisation et leurs besoins spécifiques d’assistance. La part généralement
attribuée aux femmes adultes et filles dans le nombre total des membres des forces et groupes
est estimée à environ 3% et parait sous-estimée. Les femmes ont été particulièrement
pénalisées par le fait que les chefs des groupes armés ont privilégié, dans la déclaration des
effectifs de leurs groupes respectifs, les membres qui portaient des armes. La faiblesse du
nombre de femmes dans le programme explique en partie le fait qu’elles ne sont pas
considérées comme un groupe distinct dans celui-ci.

2.6.5 L’étendue du territoire national : Le Congo est un pays vaste de 2 344 932 km2 et dont
toutes les 11 provinces sont concernées par la réinsertion post-conflit. L’étendue du territoire
constitue à cet égard une contrainte majeure, qui est aggravée par l’état désastreux des voies
de communication. Cette situation est susceptible de limiter la fréquence des missions sur le
terrain pour le suivi. La décentralisation du programme et le recours à des partenaires
d’exécution déjà présents dans les zones où sont exécutées ou prévues des activités de
réinsertion contribue à limiter les effets négatifs de cette situation.

3. DOMAINES D’INTERVENTION DU PROJET

Les activités retenues pour la réinsertion des ex-combattants sont : l’agriculture, la


pêche, l’élevage, le commerce de détail, la préparation artisanale du pain, la fabrication
artisanale du savon, la menuiserie, la ferronnerie/soudure, la coupe/couture, la
conduite/mécanique automobile. Compte tenu des dispositions du DSP 2005-2007 de la
Banque pour la RDC et des interventions des autres partenaires, les domaines d’intervention
du projet porteront en conséquence sur : (i) la sensibilisation et l’information ; (ii)
l’amélioration de la connaissance de la situation des femmes ex-combattantes ou associées
aux groupes armés ; et (iii) la formation professionnelle et la promotion de l’auto-emploi dans
le secteur agricole (agriculture, élevage, pêche, transformation des produits agricoles).

3.1 Sensibilisation et information

3.1.1 La sensibilisation est une activité importante dans un programme de type DDR, dont
elle constitue l’épine dorsale. Elle doit être réalisée tout au long du programme et doit
concerner les ex-combattants, les communautés d’accueil et la population civile. La réussite
du programme dépendra en grande partie de la qualité des activités de sensibilisation et
d’information. Les principaux thèmes retenus dans le cadre du PNDDR portent sur les
objectifs et les critères d’éligibilité au programme, les aspects liés au genre, l’environnement,
7

les Droits de l’Homme, le VIH/SIDA, le paludisme, les enfants associés aux forces et
groupes armés, la gestion du conflit, la tolérance, les questions humanitaires, la guérison de
traumatisme, et la citoyenneté responsable.

3.1.2 Pour garantir une bonne transmission et une bonne réception des messages, il est
nécessaire de disposer du matériel et des équipements adéquats, d’un personnel suffisant et
qualifié, et des moyens financiers suffisants. Le programme recourt aux causeries, aux
ateliers, aux affiches, à la radio et à la télévision pour transmettre les messages aux groupes
cibles visées et favoriser une insertion harmonieuse des ex-combattants dans les
communautés. Les messages sont bien accueillis par les groupes cibles et contribuent à
améliorer leur comportement social. Mais l’organisation des campagnes de sensibilisation et
d’information du programme est ralentie par l’insuffisance du budget prévu à cet effet. Un
accroissement de ce budget permettra de redynamiser les activités de sensibilisation et
d’information, et d’améliorer l’efficacité du programme.

3.2 Amélioration de la connaissance de la situation des femmes ex-combattantes


ou associées aux forces et groupes armés

3.2.1 Les femmes sont peu visibles dans le programme depuis le début de sa mise en œuvre,
alors que leur présence dans les forces et groupes armés a été importante pendant les conflits.
Certaines femmes ont intégré les forces et groupes armés de leur plein gré, d’autres ont été
victimes d’enlèvements et enrôlées de force. Pendant les conflits, certaines ont participé
activement aux combats, mais d’autres ont servi comme espionnes, messagères, infirmières,
porteuses de munitions et de nourriture, cuisinières, ou compagnes des militaires. Au moment
de la démobilisation, alors qu’elles répondaient aux critères établis par le programme, toutes
n’ont pas été déclarées par les chefs des groupes auxquels elles appartenaient, ceux-ci ayant
privilégié les membres qui ont porté des armes. Beaucoup de femmes qui n’ont pas porté des
armes se sont donc auto-démobilisées, et n’ont pas reçu d’appui pour leur réinsertion. Mais
d’autres qui ont porté des armes, et ont été reconnues comme combattantes par les chefs des
groupes auxquels elles appartenaient, ont préféré également s’auto-démobiliser et renoncer
aux avantages auxquels elles avaient droit, à cause du stigma qui entache les femmes ayant
participé aux combats. Un grand nombre de femmes ex-combattantes ou associées aux forces
et groupes armés ne bénéficient donc pas des avantages offerts par le programme, et se sont
réinsérées sans aucune assistance dans la vie civile. Leur localisation, leur nombre exact, et
leurs besoins physiologiques et psychologiques ne sont pas connus.

3.2.2 Le programme a essayé de corriger cette situation en initiant une étude sur la situation
des femmes et filles ex-combattantes ou associées aux forces et groupes armés. L’étude n’a
pas été finalisée à cause de l’insuffisance du budget prévu, et le programme n’a pas de
ressources appropriées pour la terminer. La dotation du programme en moyens financiers
permettra la finalisation de l’étude et l’amélioration de la connaissance de la situation des
femmes et filles associées aux forces et groupes armés. Les résultats de l’étude serviront de
base à l’élaboration d’une stratégie d’assistance accompagnée d’un plan d’actions en faveur
des femmes et filles associées aux forces et groupes armés. La mise en œuvre de cette
stratégie permettra au Gouvernement et aux partenaires au développement d’apporter des
réponses appropriées aux besoins spécifiques d’assistance des femmes et filles qui ont été
affectées par les conflits.
8

3.3 Formation professionnelle et promotion de l’auto-emploi

3.3.1 Le programme a retenu l’approche de la réinsertion par l’auto-emploi. Le choix de


cette approche est justifié par les capacités d’absorption insuffisantes des ex-combattants par
les secteurs public et du secteur privé du pays, mais aussi par la faiblesse du niveau de
qualification professionnelle des ex-combattants.

3.3.2 La formation est réalisée pendant une durée maximum de six mois par des partenaires
d’exécution tels que la FAO, la GTZ, le BIT, CARITAS, US AID, Human Dignity in the
World (HDW) ou International Foundation for Education and Self Help (IFESH). Elle permet
aux ex-combattants démobilisés d’apprendre un métier. Le contenu de la formation prend en
compte le fait que les personnes à former sont des ex-combattants, dont le niveau moyen
d’éducation est bas. Elle privilégie donc les démonstrations pratiques.

3.3.3 La période de transition pendant laquelle les ex-combattants démobilisés perçoivent le


filet de sécurité étant limitée à douze mois, la formation doit se dérouler dans cet intervalle de
temps. Or, certains ex-combattants achèvent leur période de transition sans avoir débuté leur
formation, à cause de l’indisponibilité ou de l’absence des ressources pour financer les
formations et l’acquisition des kits. Cette situation nuit à la crédibilité du programme et
certains ex-combattants peuvent par la suite prétexter le manque de ressource pour justifier
leur irrégularité ou leur absence des lieux de formation. La disponibilité des moyens
financiers permettra de mieux planifier les formations et d’accélérer l’exécution du
programme.

4. LE PROJET
4.1 Concept et bien-fondé du projet

4.1.1 Le projet s’inscrit dans le contexte de la réconciliation nationale et de la consolidation


de la paix en RDC, et complète les interventions des autres partenaires, dont la Banque
mondiale, dans ce domaine. Par conséquent, le projet est conforme au document de stratégie
de croissance et de réduction de la pauvreté élaboré par le Gouvernement pour la période de
2006 à 2008. Cette stratégie vise notamment à consolider la paix, réduire la vulnérabilité, et
promouvoir la dynamique communautaire. Compte tenu de la faiblesse des indicateurs
socioéconomiques du pays, le projet contribuera aux efforts du Gouvernement et des autres
partenaires vers l’atteinte des Objectifs du Millénaire pour le développement. Il permettra en
effet au Gouvernement, grâce à la pacification du pays, de diminuer les dépenses militaires et
d’augmenter parallèlement les budgets alloués aux infrastructures économiques et sociales, et
d’obtenir un impact positif sur les conditions de vie populations pauvres.

4.1.2 Le projet est conforme au Document de Stratégie par Pays de la Banque pour la RDC
(2005-2007), qui prévoit de contribuer à l’amélioration des conditions socioéconomiques des
populations pauvres grâce à la revitalisation du secteur agricole et rural qui occupe une
majorité de la population congolaise. Il est également conforme aux Principes d’action du
Groupe de la Banque en matière d’assistance post-conflit et aux axes de l’assistance du
Groupe de la Banque aux États fragiles, qui préconisent notamment : (i) la satisfaction des
besoins des pays par une approche coordonnée avec les autres partenaires, et (ii)
l’appropriation des programmes d’assistance par les pays bénéficiaires. Le projet est
conforme à ces documents de politique car le PNDDR a été élaboré par le Gouvernement et
fait l’objet d’une réelle appropriation nationale, et l’intervention de la Banque dans le
programme a été préparée en étroite coordination avec les partenaires qui sont déjà présents
dans celui-ci. Dans ce cadre, le projet permettra le renforcement de la sécurité et de la
stabilité en RDC et dans la sous-région, grâce à la fourniture des moyens d’existence
alternatifs aux ex-combattants.
9

4.1.3 Le projet a été conçu selon une approche participative. Pendant les missions
d’identification/préparation et d’évaluation, il a fait l’objet de consultations avec les autorités
congolaises au niveau national et au niveau local, ainsi qu’avec les ex-combattants, les
communautés d’accueil, la société civile et les partenaires d’exécution. Il a également fait
l’objet de consultations avec les bailleurs de fonds du PNDDR et les représentants des
donateurs du MDRP (Banque mondiale, Union Européenne, Belgique, France et Hollande).
Les consultations ont permis de s’assurer que les activités retenues répondent aux besoins du
groupe cible, que le projet est complémentaire aux interventions des autres partenaires et
qu’il correspond aux objectifs du PNDDR. Cette approche participative sera maintenue
pendant toute la durée de l’exécution du projet.

Leçons tirées des interventions antérieures

4.1.4 La conception du projet a bénéficié des leçons tirées des interventions antérieures du
Groupe de la Banque en RDC. En dépit de la création récente au sein du Bureau central de
coordination (BCECO) d’une Unité d’exécution des projets de la Banque, la performance du
portefeuille de la Banque en RDC reste faible. L’exécution des projets est marquée par : (i)
un démarrage tardif des activités, à cause des lenteurs dans la satisfaction des conditions de
mise en vigueur ; (ii) des longs délais de préparation des dossiers d’acquisition, à cause de la
faiblesse des capacités institutionnelles ; et (iii) un faible taux des décaissements. Pour éviter
ces difficultés, les conditions relatives au don ont été simplifiées et réduites dans le présent
projet, et les partenaires d’exécution ont été identifiés lors de la mission d’évaluation. Par
ailleurs, la CEP est appuyée par le même cabinet de conseil en gestion et d’audit que la
Banque mondiale utilise pour son financement en faveur du PNDDR. Le Bureau de la
Banque en RDC fournira également au projet une assistance, notamment dans la préparation
et le suivi des dossiers de demandes de décaissements.

4.1.5 Cependant, le projet intervient dans un domaine dans lequel la Banque a une
expérience limitée. Au cours de ces dernières années, la Banque a approuvé des projets de
réinsertion en Angola, en République du Congo, et au Burundi. Ces projets sont en phase de
démarrage et leur temps d’exécution ne permet pas de tirer beaucoup d’enseignements. On
peut toutefois noter, pour tous ces projets : (i) un faible niveau de qualification des
bénéficiaires, qui justifie l’intégration dans les projets des sessions de formation
professionnelle ; (ii) l’inexistence ou la faiblesse des capacités d’intervention des structures
étatiques liée à la situation post-conflit des pays, ce qui justifie le recours aux ONG ; et (iii) la
faiblesse des capacités locales de mise en œuvre des projets, liée également à la situation
post-conflit des pays, et qui se traduit par le recours à l’assistance technique. Outre ces
leçons, l’opération actuelle de la Banque, qui s’insère dans un programme gouvernemental
déjà en cours avec d’autres partenaires dont la Banque mondiale, bénéficiera de l’expérience
de cette institution en matière de DDR en Afrique. Depuis 1992, la Banque mondiale a en
effet appuyé des programmes DDR dans 17 pays africains. Elle a financé des activités pour
un montant total d’environ 500 millions de dollars EU et a mobilisé 400 millions de dollars
EU auprès des autres partenaires.

4.2 Zone du projet et bénéficiaires du projet

Zone du projet

4.2.1 Le projet interviendra dans les cinq provinces suivantes, situées à l’est du pays :
Orientale, Nord Kivu, Sud Kivu, Maniema, et Katanga. Le choix de ces provinces a été
effectué d’un commun accord avec les autorités nationales et les autres bailleurs de fonds du
programme. Il se justifie par le nombre des ex-combattants à réinsérer et par l’existence des
opportunités de réinsertion dans les domaines d’intervention retenus pour le projet. Le choix
10

de ces provinces tient compte également du niveau des ressources disponibles pour le projet
et de la présence des autres partenaires dans le programme. La zone du projet a une
population estimée à 26,13 millions d’habitants, soit 45,4 % de la population totale du pays.
Elle a été durement éprouvée par les conflits et présente aujourd’hui des niveaux de pauvreté
parmi les plus élevés de la RDC.

Bénéficiaires du projet

4.2.2 Les bénéficiaires du projet sont les ex-combattants adultes (hommes, femmes et
jeunes âgés de plus de 18 ans) ayant choisi de se réinsérer dans les activités agricoles, les
enfants-soldats étant pris en charge dans des projets spécifiques. Le nombre total de
bénéficiaires à réinsérer par le projet est estimé à 28500 personnes dont environ 1000 femmes
représentant le nombre de femmes restant à réinsérer dans les activités agricoles dans la zone
du projet. Ce nombre comprend : (i) 11500 ex-combattants déjà démobilisés. Ils ont choisi le
secteur agricole et ont déjà perçu leur filet de sécurité. Le programme est en attente de
financements pour démarrer leur formation ; et (ii) 17000 ex-combattants qui seront
démobilisés grâce aux ressources additionnelles attendues par le PNDDR.

4.2.3 Le tableau n° 4.1 ci-dessous présente la répartition des ex-combattants à réinsérer par
province. Ceux-ci sont plus nombreux dans la province du Nord Kivu, suivie des provinces
du Katanga, du Sud Kivu, Orientale, et Maniema. Les provinces du Nord Kivu et du Sud
Kivu présentent le plus grand nombre de femmes.
Tableau n° 4.1
Répartition par province des ex-combattants à réinsérer par le projet
Nombres d’ex-combattants à réinsérer par le projet
Provinces Hommes Femmes Total
Katanga 7000 150 7150
Maniema 1200 100 1300
Nord Kivu 7500 300 7800
Orientale 5500 200 5700
Sud Kivu 6300 250 6550
Total 27500 1000 28500

4.3 Contexte stratégique du projet

4.3.1 Le choix du secteur agricole est justifié par le DSPAR 2005-2007 pour la RDC qui
prévoit dans son pilier n° 1 de contribuer à l’amélioration des conditions socio-économiques
des populations pauvres en milieu rural et semi-urbain par le développement du secteur
agricole et du secteur rural. Le ciblage du secteur agricole est également conforté par les
données disponibles du programme. En effet, sur les 65 000 ex-combattants déjà réinsérés
40 000 soit 62% ont choisi le secteur agricole.

4.3.2 Le projet intervient dans un contexte favorable tant au niveau sous-régional que sur le
plan national. Au niveau sous-régional, il intervient après la signature en décembre 2006 à
Nairobi du Pacte de stabilité, de sécurité et de développement des pays de la sous-région des
Grands lacs. Ce Pacte stipule que chaque pays signataire s’engage à ne pas soutenir de groupe
armé dans un autre pays signataire. Il constitue un atout pour le projet car la RDC a des
frontières communes avec neuf autres pays et l’application effective du Pacte réduira les
risques de tension le long des frontières. Le Pacte a été signé par les pays suivants : Angola,
Burundi, Kenya, Ouganda, Tanzanie, Rwanda, République Centrafricaine, Angola, Soudan,
et Namibie.

4.3.3 Au niveau national, le projet intervient après l’adoption par le Gouvernement en


juillet 2006 du document de stratégie de croissance et de réduction de la pauvreté (DSCRP).
11

Il s’inscrit dans le cadre de cette stratégie nationale dont les cinq piliers sont : (i) promouvoir
la bonne gouvernance et consolider la paix par le renforcement des institutions ; (ii)
consolider la stabilité macroéconomique et la croissance ; (iii) améliorer l’accès aux services
sociaux et réduire la vulnérabilité ; (iv) combattre le VIH/SIDA et (v) appuyer la dynamique
communautaire. Le projet contribuera particulièrement à la mise en œuvre des piliers n° 1, 3,
4 et 5. Il s’inscrit également dans le contexte de l’atteinte des Objectifs du Millénaire pour le
développement.

4.3.4 En outre, le projet est également conforme au document de stratégie d’assistance de la


Banque pour la RDC pour la période 2005-2007. Cette stratégie s’appuie sur les deux piliers
suivants : (i) l’amélioration des conditions économiques et sociales des populations pauvres
en milieu rural et semi-urbain, et (ii) la promotion de la bonne gouvernance financière et
économique dans le secteur public. Le projet entre dans le cadre du premier pilier qui vise le
développement du secteur agricole et rural en vue d’améliorer la sécurité alimentaire,
accroitre les revenus ruraux et réduire l’extrême pauvreté. Il est conforme aux principes
d’action du Groupe de la Banque en matière d’assistance post-conflit ainsi qu’à la stratégie
d’assistance du Groupe de la Banque aux États fragiles. Il est également conforme aux
politiques sectorielles de la Banque en matière d’éducation et de lutte contre les maladies
transmissibles. Le projet appuie les efforts du Gouvernement dans le cadre de la réalisation
des Objectifs du Millénaire pour le développement, car il contribuera à améliorer le niveau
des indicateurs du pays en matière d’éducation et de formation, de VIH/SIDA,
d’environnement et de genre.

4.4 Objectif du projet

L’objectif sectoriel du projet est de contribuer à consolider la paix et à promouvoir le


développement durable en RDC. De manière spécifique, le projet a pour objet de favoriser la
reconversion des ex-combattants par la formation professionnelle et l’auto-emploi dans les
activités agricoles dans les provinces du Katanga, du Maniema, du Nord Kivu, Orientale, et
du Sud Kivu.

4.5 Description du projet

4.5.1 Le projet comprend les deux composantes suivantes : (i) Renforcement de la


sensibilisation et des opportunités de reconversion ; et (ii) Appui à la gestion du projet. Il
financera des activités dont la réalisation s’étalera sur 18 mois et s’inscrira dans les catégories
de dépenses suivantes : A. Biens, B. Services, C. Fonctionnement, et D. Divers. Les activités
détaillées du projet, par composantes, sont décrites ci-après.

Composante I : Renforcement de la sensibilisation et des opportunités de reconversion

4.5.2 Cette composante vise à appuyer et compléter les efforts du Gouvernement en matière
de réinsertion sociale et économique des ex-combattants démobilisés. Dans ce cadre, le projet
contribuera à : (i) l’organisation des campagnes de sensibilisation et d’information, (ii)
l’élaboration d’une stratégie d’assistance aux femmes associées aux forces et groupes armés,
(iii) fournir des moyens de subsistance et une formation aux ex-combattants.

Sensibilisation et Information

4.5.3 Le projet organisera avec l’appui des agents temporaires des campagnes de
sensibilisation et d’information et financera les frais liés à cette activité dans la zone
d’intervention de l’opération du FAD. Il financera à cet effet les services des agents
temporaires à raison de 300 personnes/mois, au profit d’environ 5 millions de personnes dont
12

au moins 51% de femmes. Les campagnes seront étalées sur les 18 mois d’exécution du
projet, et seront organisées dans les 19 villes et districts de la zone du projet sous forme de
causeries, d’ateliers, d’affiches, et de messages dans les radios et télévisions. Le projet
financera l’organisation de 80 causeries et ateliers, qui seront organisés avec la participation
active des chefs des communautés locales. Il financera également la réalisation de 10 000
affiches, prospectus, dépliants et banderoles portant sur les thèmes développés pendant les
campagnes de sensibilisation et d’information. Il financera en outre la diffusion des messages
à la radio et à la télévision, à raison d’une diffusion par semaine pendant la durée du projet
soit environ 78 diffusions.

4.5.4 Les campagnes porteront sur les thèmes suivants, retenus dans le PNDDR : les
avantages du programme PNDDR, les critères d’éligibilité au programme, l’accueil et
l’installation des démobilisés, les violences faites aux femmes, la question des enfants-
soldats, la prévention du VIH/SIDA et du paludisme, la protection de l’environnement, la
prévention et la résolution des conflits, la vie en communauté, et la culture de la paix. Elles
mettront aussi l’accent sur des messages destinés à aider les femmes ex-combattantes à
diversifier le choix de leurs activités de réinsertion, en vulgarisant et valorisant les cas des
femmes ex-combattantes réinsérées avec succès dans des activités habituellement exercées
par des hommes.

4.5.5 Par ailleurs, des séances de sketchs et de représentations théâtrales pour faire passer
des messages contre les violences, y compris celles faites aux femmes et aux enfants, les
méfaits des actes de pillage des biens publics et privés, le manque de respect envers l’autorité
civile, et tous les autres comportements inciviques ou contraires aux lois seront organisés. En
effet, durant leur séjour parmi les forces et groupes armés, les ex-combattants ont développé
des comportements violents et ont été habitués à tout obtenir par la force, sous la menace des
armes. Ces comportements perdurent après leur démobilisation, et se manifestent par des
attitudes de violence contre les femmes et les enfants, et le rejet de l’autorité civile. La
guérison de ces traumatismes de guerre n’est pas prise en compte dans le PNDDR, dont la
durée est trop courte et les moyens sont insuffisants. L’amélioration du comportement
civique des ex-combattants facilitera leur retour à la vie civile. L’activité sera réalisée dans la
zone du projet par des troupes de théâtre, qui constituent un outil de communication efficace
pour faire passer des messages sur des sujets jugés tabous ou difficiles à évoquer par un
orateur devant une foule. Enfin, 10 troupes de théâtre réaliseront environ 80 sketchs et
représentations théâtrales pendant la durée du projet.

Elaboration d’une stratégie d’assistance aux femmes associées aux forces et groupes armés

4.5.6 Le projet financera la finalisation d’une étude nationale sur les femmes et filles ex-
combattantes ou associées aux forces et groupes armés. L’étude a démarré en 2006 et a été
réalisée par la CONADER, le Ministère de la Condition féminine et l’UNIFEM, avec un
financement de l’Union européenne. Elle a pour but de procéder à une identification
exhaustive des femmes et filles actrices ou victimes des conflits qui ont eu lieu en RDC, afin
de leur permettre de mieux bénéficier des activités de réinsertion en cours du PNDDR et
d’accéder à d’autres programmes d’assistance. Les ressources disponibles ont permis de
couvrir seulement cinq provinces sur les onze que compte le pays. Le projet permettra
d’étendra l’étude aux six dernières provinces (Nord Kivu, Sud Kivu, Katanga, Kasaï Oriental,
Kasaï Occidental, et Bandundu). Elle sera réalisée par la Cellule d’exécution du programme,
le Ministère de la Condition féminine et l’UNIFEM pour une durée d’environ 3 mois et pour
un montant de 604 000 UC. Les résultats consolidés de l’étude serviront de base à
l’élaboration d’une stratégie nationale d’assistance aux femmes et filles ex-combattantes ou
associées aux forces et groupes armés. La stratégie sera accompagnée d’un plan d’actions, et
permettra d’apporter des réponses appropriées aux besoins d’assistance des femmes et filles
qui ont été affectées par les conflits, dans le cadre de futurs projets de développement.
13

4.5.7 Le projet prendra en charge les frais comme suit : (i) les services de deux consultants
pour une durée globale de 48 personnes/jour ; et (ii) l’organisation à Kinshasa d’un atelier
national d’une durée de 4 jours ouvrables. Le projet couvrira les frais de voyage et les per
diem de trois participants par province dont le Chef du service provincial de la Condition
féminine, un(e) représentant(e) d’une ONG locale œuvrant dans le domaine de la protection
des droits de la femme, et une représentante des femmes ex-combattantes ou associées aux
forces et groupes armés. Le projet financera également, avec les ressources de la contrepartie
nationale, les frais de location de la salle, les prestations diverses (hôtesses, banderoles, café,
reproduction de documents) ainsi que les frais d’impression et de vulgarisation du document
de stratégie. La stratégie sera mise en œuvre dans le cadre des projets et programmes à
financer par le Gouvernement et les partenaires au développement.

Fourniture des moyens de subsistance et formation professionnelle

4.5.8 Le projet versera aux ex-combattants un filet de sécurité comprenant : (i) une
assistance immédiate d’un montant global de 140 dollars EU payé en une seule tranche dès la
sortie des centres d’orientation et composée de 30 dollars EU pour le kit de première
nécessité et 110 dollars EU (prime de sortie) pour le transport et l’installation de l’ex-
combattant dans la communauté de son choix ; et (ii) une allocation mensuelle (prime de
transition) de 25 dollars EU payée pendant une période non renouvelable de 12 mois soit 300
dollars EU. Ces montants sont identiques à ceux qui sont appliqués au PNDDR et ont été
retenus pour le projet par souci d’harmonisation. Ils ont été appliqués aux 110 000 ex-
combattants déjà démobilisés depuis le début du programme. Les sommes seront payées aux
bénéficiaires à travers par la société CELPAY RDC, qui a signé avec le PNDDR un contrat
couvrant toute la durée du programme.

4.5.9 Le projet prendra ainsi en charge 28500 ex-combattants. Parmi ces 28500
bénéficiaires, 11500 sont déjà démobilisés et ont déjà perçu l’intégralité de leur filet de
sécurité. Ils sont dans l’attente de leur réinsertion économique (formation professionnelle, kit
et auto-emploi dans une activité agricole). Les 17 000 autres ex-combattants proviendront des
membres des forces et groupes armés qui seront démobilisés grâce aux ressources financières
additionnelles attendues par le PNDDR. Le projet assurera le paiement du filet de sécurité à
ces 17000 bénéficiaires pendant une période de 12 mois.

4.5.10 Le projet offrira également aux 28500 ex-combattants, une formation professionnelle
d’une durée maximum de six (6) mois et un kit d’outillages qui leur permettra, à la fin de la
période de formation, d’exercer une activité agricole. Les principales activités agricoles
retenues pour le projet sont l’élevage de porcs, l’élevage de poules pondeuses, l’élevage de
chèvres ou moutons, l’élevage de poules ou canes locales, l’élevage de lapins, la pisciculture,
l’apiculture, la pêche fluviale, la pêche lacustre au catamaran, les cultures vivrières, le
maraichage, l’extraction d’huile de palme au malaxeur, la fabrication artisanale de confitures,
la fabrication du jus de maracudja. La formation professionnelle sera réalisée par des
partenaires d’exécution qui ont été identifiés lors de la mission d’évaluation du projet (FAO,
CARITAS, IFESH, et HDW). Ils présentent les avantages suivants : (i) présence dans la zone
du projet ; (ii) expérience dans l’exécution des prestations identiques dans le cadre du
PNDDR ; et (iii) capacité de continuer à encadrer les ex-combattants réinsérés, après la fin du
projet. Ils signeront avec la Cellule d’exécution du programme (CEP) des contrats sur la base
de négociations directes. Les 28500 ex-combattants sont répartis entre les partenaires
d’exécution et les provinces comme suit : (i) FAO : 5000 au Katanga, 2000 au Nord Kivu,
3700 à l’Orientale et 1000 au Sud Kivu ; (ii) CARITAS : 2150 au Katanga, 1300 au
Maniema, 2000 à l’Orientale et 2000 au Sud Kivu ; (iii) IFESH : 2000 au Nord Kivu et 3550
au Sud Kivu ; et (iv) HDW : 3800 au Nord Kivu. Les missions ainsi que l’expérience des
partenaires d’exécution sélectionnés sont présentées à la section 5.2.
14

4.5.11 Le contenu des cours est standardisé par le PNDDR et les principaux modules
concernent les techniques culturales, d’élevage et de pêche, ainsi que l’organisation
associative et l’éducation civique. Le coût de la formation sera de 400 dollars EU par ex-
combattant, incluant environ 190 dollars EU pour l’achat du kit. Ce montant forfaitaire
correspond à celui qui est appliqué au PNDDR depuis le début du programme. Les kits seront
acquis par les partenaires d’exécution chargés de la formation et remis aux 28500 ex-
combattants à la fin de leur formation. Ils comprendront notamment : (i) pour les activités
d’élevage : des bêtes males et femelles, la prophylaxie, des aliments et un vélo ; (ii) pour la
pêche : des nappes de filet, une pirogue, des pagaies et divers accessoires ; et (iii) pour les
cultures vivrières ou le maraîchage : des travaux préparatoires de la surface à cultiver, des
semences, divers accessoires, et un vélo. Le projet encouragera les ex-combattants à se
regrouper en coopératives ou associations pour garantir la pérennisation de leurs activités et
réaliser des économies d’échelle. Le projet favorisera la création par les 28500 ex-
combattants d’environ 2000 exploitations.

Composante II : Appui à la gestion du projet

4.5.12 Le projet sera exécuté par une cellule d’exécution (CEP) rattachée au Cabinet du
Ministre de la défense nationale. Elle est chargée de la gestion de l’ensemble des activités de
réinsertion du programme PNDDR, et utilise les locaux, le mobilier et les équipements qui
avaient été acquis pour la CONADER. Les frais de fonctionnement de la cellule, incluant la
location des locaux, les fournitures et consommations diverses et les salaires et indemnités du
personnel, seront supportés par le financement de la Banque mondiale en faveur du PNDDR.

4.5.13 Le projet prendra en charge, avec les ressources du FAD : (i) le coût des audits
annuels des comptes du projet (3 H/M), (ii) le coût des services d’un consultant pour appuyer
la CEP dans l’élaboration du rapport d’achèvement du Donataire (1 H/M), et (iii) le suivi des
activités sur le terrain. Le suivi des activités consistera en des missions qui seront effectuées
dans chacune des 5 provinces de la zone du projet une fois par trimestre, soit 40 missions
incluant les missions relatives à la préparation du rapport d’achèvement du Donataire. Les
équipes des missions sont constituées de cinq personnes représentant la CEP (2 personnes
dont le Spécialiste en réinsertion et le Spécialiste en genre), le Ministère de l’agriculture (1
personne), le Ministère de la condition féminine (1 personne) et le Ministère de
l’environnement (1 personne).

4.5.14 Le Gouvernement contribuera aux coûts des fournitures de bureau, de carburant et


d’entretien du matériel roulant existant. Il complètera également les équipements
informatiques de la CEP et des ministères de l’agriculture, de la condition féminine et de
l’environnement, pour faciliter le traitement des données collectées pendant les missions de
suivi des activités sur le terrain. Dans ce cadre, le projet financera l’acquisition de 5
ordinateurs portables, 5 imprimantes et 5 photocopieurs à raison de deux unités de chaque
équipement pour la CEP et une unité de chaque équipement respectivement pour le ministère
de l’agriculture, le ministère de la condition féminine et le ministère de l’environnement.

4.5.15 Le Directeur de la cellule d’exécution du projet signera avec le Ministère de la


Défense nationale un contrat de performance.

4.6 Production, marché et prix

4.6.1 En RDC, le secteur agricole et rural que le projet cible pour la réinsertion des ex-
combattants présente des opportunités importantes. L’agriculture occupe 70% de la
population et procure près de 60% du PIB. Les cultures vivrières occupent 5,17 millions d’ha
pour une production de 20 millions de tonnes. Le secteur de l’élevage compte environ 7
15

millions de têtes de bétail et produit 70 000 tonnes de viande. Le secteur de la pêche fournit
165000 tonnes de poisson par an. Dans la zone du projet, la production est estimée à 6,5
millions de tonnes de produits vivriers, 2,5 millions de têtes de bétail et volailles et 50 000
tonnes de poisson.

4.6.2 Il est prévu que les ex-combattants réinsérés par le projet produisent annuellement les
quantités minimales suivantes : 5 millions de litres d’huile de palme, 700 000 têtes de bétail
et de volailles, 600 000 tonnes de produits vivriers, et 7000 tonnes de poisson. Le marché
existe car les besoins du pays ne sont pas couverts. En ce qui concerne les prix, la RDC
applique un système de libéralisation des prix et le niveau de ceux-ci varie d’une localité à
une autre dans le pays. Les prix moyens pratiqués dans la province du Maniema sont : 160
FC pour une mesure d’haricot niébé ; 240 FC pour une mesure de maïs ; 130 FC pour 1 kg de
farine de manioc ; et 3500 FC pour 1 kg de viande fraiche rouge.

4.7 Impact sur l’environnement

4.7.1 Le projet est classé dans la catégorie environnementale II, étant donné que ses
incidences sur l’environnement seront mineures. Le projet ne prévoit pas de travaux de
construction, des activités liées à l’assainissement ou des agressions physiques contre
l’environnement. Les activités retenues pour le projet sont, au contraire, destinées à protéger
l’environnement. Les campagnes de sensibilisation et d’information intègrent les aspects
environnementaux. Dès leur passage dans les centres d’orientation, les ex-combattants seront
sensibilisés sur les questions liées à l’environnement, et cette sensibilisation se poursuit tout
au long du programme. La formation professionnelle qui précèdera la réinsertion des ex-
combattants dans les activités agricoles sera réalisée par des formateurs qualifiés, qui leur
apprendront des techniques agricoles qui préservent et protègent l’environnement. Le projet
contribuera par ailleurs à réduire la pression sur les ressources naturelles et les écosystèmes
(abattage incontrôlé du gibier, coupe anarchique du bois, brulis, etc.), en permettant aux
membres des forces et groupes armés de quitter les zones forestières de l’intérieur du pays, et
de s’installer dans les communautés de leur choix dans les zones urbaines ou rurales.

4.7.2 Bien qu’ils soient considérés comme mineurs, des effets négatifs pourraient résulter
de certaines activités créées par le projet. En effet, les activités créées par le projet utiliseront
des produits tels que des pulvérisateurs ou des engrais, qui peuvent produire des nuisances. Il
y aura également des défrichages effectués en vue d’agrandir les espaces à cultiver et une
intensification des activités de pêche artisanale. Le suivi environnemental qui sera assuré par
la cellule d’exécution du projet, avec la participation des services du Ministère de
l’environnement, permettra d’atténuer ces effets. Des représentants du Ministère de
l’environnement participeront aux missions trimestrielles de suivi des activités du projet sur
le terrain, à raison d’un représentant pour chaque mission. Leurs comptes-rendus, incluant
des mesures correctrices sur les anomalies constatées, seront annexés aux rapports
d’avancement trimestriels que le projet transmettra à la Banque. Le coût du suivi
environnemental comprendra la sensibilisation, les équipements informatiques et les missions
sur le terrain. Le Plan de gestion environnementale et sociale (PGES) dont le résumé est
présenté à l’annexe III constituera le document de référence pour ce suivi. Le coût est intégré
dans les dépenses du projet.

4.8 Coûts du projet

Le coût du projet, hors taxes et droits de douane, est estimé à 16,66 millions d’UC,
dont 13,72 millions d’UC en devises et 2,94 millions d’UC en monnaie locale. Une provision
pour aléas et imprévus physiques et pour hausse des prix a été incorporée aux coûts du projet.
Les coûts détaillés ont été estimés au cours de la mission d’évaluation du projet sur la base
d’informations recueillies auprès du PNDDR, des partenaires au développement, des
16

partenaires d’exécution du programme et des services techniques des ministères impliqués


dans la mise en œuvre du programme. Les tableaux 4.2 et 4.3 suivants résument la répartition
des coûts du projet par composante et par catégorie de dépenses.

Tableau n° 4.2
Coût du projet par composante
Millions Dollars EU Millions UC % %
Dev ML Total Dev ML Total Coût tot Dev
1. Renforcement de la sensibilisation et
des opportunités de reconversion 19,51 2,69 22,20 13,09 1,80 14,89 89,31 95,37
2. Aappui à la gestion 0,04 1,28 1,32 0,03 0,86 0,89 5,32 0,20
Coût de base total 19,55 3,97 23,52 13,11 2,66 15,77 94,63 95,57
Aléas physiques 0,60 0,07 0,67 0,41 0,05 0,45 2,70 2,95
Hausse des prix 0,30 0,36 0,66 0,20 0,24 0,43 2,67 1,48
Total 20,46 4,40 24,85 13,72 2,94 16,66 100,00 100,00

Tableau n° 4.3
Coût du projet par catégorie de dépense
Millions Dollars EU Millions UC % %
Dev ML Total Dev ML Total Coût tot Dev
A. Biens 0,00 0,10 0,10 0,00 0,07 0,07 0,40 0,00
B. Services 11,44 2,69 14,13 7,67 1,80 9,48 56,85 55,93
C. Fonctionnement 0,00 1,18 1,18 0,00 0,79 0,79 4,75 0,00
D. Divers 8,11 0,00 8,11 5,44 0,00 5,44 32,63 39,64
Coût de base total 19,55 3,97 23,52 13,11 2,66 15,77 94,63 95,57
Aléas physiques 0,60 0,07 0,67 0,41 0,05 0,45 2,70 2,95
Hausse des prix 0,30 0,36 0,66 0,20 0,24 0,43 2,67 1,48
Total 20,46 4,40 24,85 13,72 2,94 16,66 100,00 100,00

4.9 Sources de financement et calendrier des dépenses

4.9.1 Le projet sera financé par un don du FAD et une contribution du Gouvernement,
conformément au plan de financement présenté dans les tableaux suivants :
Tableau n° 4.4
Coût du projet par source de financement (en millions d’UC)
Sources de financement Dev. M.L. Total %
FAD 13,72 1,28 15,00 90
Gouvernement 0,00 1,66 1,66 10
Total 13,72 2,94 16,66 100
Pourcentage (%) 82,31 17,69 100,000

4.9.2 La participation du FAD (15 millions d’UC) couvrira 90% du coût total du projet dont
100% des coûts en devises et 43,35% des coûts en monnaie locale dans toutes les catégories
de dépenses, sauf les biens. La contribution du Gouvernement (1,66 millions d’UC)
représentant, 10% du coût total du projet, sera utilisée pour couvrir des dépenses en monnaie
locale et concerne les catégories de dépenses suivantes : Biens, Services, et Fonctionnement.
La répartition des sources de financement du projet par composante et par catégorie de
dépenses est résumée dans les trois tableaux ci-après :
17

Tableau 4.5
Coûts du projet par composante et par source de financement (en millions d’UC)
FAD Gvt Total %
Composantes Dev ML Total ML Dev ML Total Compo
Renforcement de la sensibilisation et des
opportunités de reconversion 13,69 0,82 14,51 1,18 13,69 2,00 15,69 94,18
Appui à la gestion 0,03 0,46 0,49 0,48 0,03 0,94 0,97 5,82
Total 13,72 1,28 15,00 1,66 13,72 2,94 16,66 100,00

Tableau 4.6.a
Coûts du projet par catégorie de dépense et par source de financement (en millions d’UC)
Catégories de dépenses FAD Gvt Total %
Dev ML Total ML Dev ML Total Catégorie
A. Biens 0,00 0,00 0,00 0,07 0,00 0,07 0,07 0,40
B. Services 8,28 0,82 9,10 1,18 8,28 2,00 10,28 61,71
C. Fonctionnement 0,00 0,46 0,46 0,42 0,00 0,87 0,87 5,24
D. Divers 5,44 0,00 5,44 0,00 5,44 0,00 5,44 32,64
Total 13,72 1,28 15,00 1,66 13,72 2,94 16,66 100,00

Tableau 4.6.b
Coûts du projet par composante, catégorie de dépense et source de financement (millions UC)
Composante I Composante II Totaux %
FAD GVT Total FAD GVT Total Catég
A. Biens 0,00 0,00 0,00 0,00 0,07 0,07 0,07 0,40
B. Services 9,08 1,18 10,26 0,03 0,00 0,03 10,28 61,71
C. Fonctionnement 0,00 0,00 0,00 0,46 0,42 0,87 0,87 5,24
D. Divers 5,44 0,00 5,44 0,00 0,00 0,00 5,44 32,64
Total 14,51 1,18 15,69 0,49 0,48 0,97 16,66 100,00

4.9.3 Les dépenses seront effectuées conformément à la liste des biens et services figurant à
l’annexe IV et aux calendriers des dépenses indiqués dans les tableaux ci-après :
Tableau n° 4.7
Calendrier des dépenses par composante (en millions d’UC)

Composantes 2007 2008 Total

Renforcement de la sensibilisation et des opportunités de reconversion 5,76 9,93 15,69


Appui à la gestion 0,54 0,43 0,96
Total 6,30 10,36 16,66

Tableau n° 4.8
Calendrier des dépenses par catégorie de dépense (en millions d’UC)
Catégorie de dépenses 2007 2008 Total
A. Biens 0,03 0,04 0,07
B. Services 3,63 6,65 10,28
C. Fonctionnement 0,20 0,67 0,87
D. Divers 2,44 3,00 5,44
Total 6,30 10,36 16,66
18

Tableau n° 4.9
Calendrier des dépenses par source de financement (en millions d’UC)
Sources de financement 2007 2008 Total
FAD 5,44 9,56 15,00
Gouvernement 0,86 0,80 1,66
Total 6,30 10,36 16,66

5. EXECUTION DU PROJET

5.1 Organe d’exécution

5.1.1 Le projet sera sous la tutelle du Ministère de la défense nationale, de la démobilisation


et des anciens combattants. Ce ministère est chargé des activités de démobilisation au sein du
Gouvernement, et il coordonne la mise en œuvre du processus DDR depuis le début de sa
mise en œuvre. La gestion du projet sera confiée à la Cellule d’exécution du programme
(CEP), qui est rattachée au Cabinet du Ministre chargé de la démobilisation. Elle gère
également les interventions des autres partenaires en faveur des activités de réinsertion du
PNDDR, dont celle de l’IDA/Banque mondiale. La CEP a remplacé la CONADER qui était
auparavant chargée de la gestion des activités de réinsertion du PNDDR et dont le processus
de restructuration n’a pas pu aboutir pour des raisons politiques.

5.1.2 La CEP est composée à son siège à Kinshasa du personnel suivant : 1 Directeur ; 1
Team Leader de la réinsertion ; 4 Spécialistes en réinsertion ; 1 Spécialiste des enfants-
soldats ; 1 Spécialiste en communication ; 1 Spécialiste en genre ; 2 Spécialistes en suivi-
évaluation ; 4 Spécialistes en gestion des systèmes d’information ; 1 Assistant administratif ;
et du personnel de soutien. Au niveau des antennes dans les 11 provinces, elle disposera du
personnel suivant : 1 Chef d’antenne ; 1 Assistant à la réinsertion chargé du suivi-évaluation ;
et 1 Assistant chargé de la logistique et de l’administration. La CEP est appuyée par des
consultants, dont 3 internationaux, spécialistes en réinsertion à Kinshasa, et 16 Assistants en
gestion des systèmes d’information dans les antennes. Elle bénéficie de l’autonomie
nécessaire pour mener à bien sa mission.

5.1.3 Sous l’autorité de son Directeur, l’équipe du projet assurera les tâches suivantes pour
l’exécution du projet du FAD : (i) Préparer les documents permettant au Gouvernement de
satisfaire les conditions de mise en vigueur du don et de premier décaissement ; (ii) Assurer
l’exécution et la coordination des interventions des bailleurs de fonds des activités de
réinsertion du PNDDR ; (iii) Préparer et exécuter les plans de travail (passation des marchés,
décaissements) et les budgets ; (iv) Produire régulièrement des rapports sur l’état
d’avancement du projet et les soumettre au FAD ; (v) Préparer les missions de supervision du
FAD et assurer le suivi de l’exécution des recommandations ; (vi) préparer les budgets de
contrepartie et s’assurer de leur mise à disposition dans les délais prévus.

5.2 Dispositions institutionnelles

5.2.1 Le programme dispose déjà d’un manuel d’exécution des opérations de réinsertion,
qui a été examiné et jugé acceptable par la Banque et dont le sommaire est présenté en
annexe 4. Le Comité interministériel de désarmement, démobilisation et réinsertion (CIDDR)
décrit à la section 2.4 ci-dessus, supervisera la gestion du projet, qui sera réalisée
conformément aux dispositions de ce manuel. En plus de ces missions actuelles, le CIDDR
examinera et approuvera les programmes semestriels de travail et le budget de la CEP. Il
fixera les grandes orientations du projet et veillera à sa cohérence avec le programme
PNDDR et avec les objectifs du DSCRP. Il assurera également le suivi-évaluation. Le
19

CIDDR sera élargi au Ministère de l’agriculture, au Ministère du développement rural et au


Ministère de l’environnement. Cet élargissement constituera une condition du don.

Les partenaires d’exécution

5.2.2 Pour l’exécution des activités sur le terrain, la CEP va recourir à des partenaires qui
sont des agences onusiennes ou des ONG. Le rôle de la CEP consiste à coordonner et suivre
les activités des partenaires d’exécution et évaluer la qualité de leurs prestations. Les
partenaires retenus lors de la mission d’évaluation pour la réalisation des formations et
l’installation des ex-combattants dans le secteur agricole sont : FAO, CARITAS CONGO,
HDW, et IFESH. Ce sont des entités existantes, présentes et actives dans la zone du projet, et
qui ont déjà réalisé des prestations similaires dans le cadre du programme PNDDR. Ils
signeront avec la CEP des conventions sur la base de négociations directes, et transmettront
au projet des rapports d’activités trimestriels détaillés qui seront soumis par la CEP à la
Banque en même temps que les rapports trimestriels d’avancement.

5.2.3 La FAO a pour mission d’apporter un appui aux États en matière d’élaboration et mise
en œuvre des politiques dans les domaines de l'agriculture, de l'élevage, de la pêche et de la
foresterie. En RDC, le dispositif opérationnel de la FAO comporte une unité de coordination
au plan national implantée à Kinshasa et une vingtaine d’implantations dans tout le pays. Les
ressources humaines de la FAO en RDC sont composées de 80 personnes sous contrats
individuels et d’environ 240 personnes associées à la mise en œuvre des projets à travers des
contrats de partenariat. La FAO n’exécute pas directement les activités, mais s’appuie sur des
partenaires contractuels locaux. Elle entretient en RDC un réseau de 250 partenaires locaux
de terrain, et a exécuté des projets de réinsertion dans le cadre du PNDDR pour environ 10
millions de dollars EU au profit de 20 000 ex-combattants.

5.2.4 CARITAS CONGO est membre du réseau CARITAS INTERNATIONALIS couvrant


222 pays et territoires dans le monde. CARITAS CONGO couvre tout le pays avec 47
implantations dans les provinces, les villes, les districts et les communautés locales de base.
Ses missions couvrent le secours d’urgence, les œuvres médicales et les projets de
développement. Les ressources humaines sont principalement composées de médecins, de
médecins vétérinaires, d’ingénieurs agronomes, d’ingénieurs en génie civil, de techniciens en
développement rural, d’économistes, de sociologues et de psychologues. CARITAS CONGO
a déjà exécuté des projets de réinsertion dans le cadre du PNDDR pour près de 3 millions de
dollars EU au profit d’environ 6000 ex-combattants dans le domaine agricole.

5.2.5 Human Dignity in the World (HDW) est une ONG congolaise créée en 1996 dont les
principaux domaines d’intervention sont le développement humain et l’action humanitaire.
Elle a son siège est à Goma, dans la province du Nord Kivu, et des bureaux dans plusieurs
autres provinces et districts notamment à l’est du pays. HDW a un effectif total de 391
personnes dont 176 cadres techniques et administratifs. Elle a exécuté des projets dans le
cadre du PNDDR pour environ 1,2 millions de dollars EU en faveur de la réinsertion de 2000
ex-combattants et enfants-soldats au Nord Kivu et au Sud kivu.

5.2.6 International Foundation for Education and Self Help (IFESH) est une ONG
internationale américaine fondée en 1981. Elle intervient en faveur des communautés et vise
particulièrement le développement humain. IFESH travaille dans plus de 10 pays en Afrique
et est installée en RDC depuis 2001 avec un effectif permanent de 20 personnes. Elle a
exécuté un projet dans le cadre du PNDDR au Katanga pour 3 millions de dollars en faveur
de 6000 personnes ex-combattants adultes et enfants-soldats.

5.2.7 La société CELPAY RDC est spécialisée dans les transactions financières
électroniques. C’est une filiale de l’entreprise CELPAY HOLDING BV, appartenant elle-
même au groupe First Rand Bank. CELPAY RDC est chargée du paiement du filet de
20

sécurité aux ex-combattants démobilisés et a signé à cet effet avec le programme un contrat
couvrant toute la durée de celui-ci. CELPAY RDC intervient sur l’ensemble du territoire
national et a un effectif d’environ 250 personnes incluant des permanents et des journaliers.
Depuis le début du programme, la société a effectué des paiements d’un montant total
d’environ 17 millions de dollars EU au profit d’environ 100 000 personnes. La société perçoit
5% sur les paiements effectués en un seul versement (prime de sortie et kit de première
nécessité) et 10% sur les paiements effectués en plusieurs versements (allocation mensuelle
de subsistance). Pour l’exécution des activités du projet du FAD, la société CELPAY RDC
signera avec la CEP un contrat spécifique et fournira trimestriellement des relevés financiers
retraçant l’ensemble des paiements effectués.

Les ministères sectoriels et autres services publics

5.2.8 Le Ministère de la Défense nationale assure la tutelle du projet, mais les activités
retenues concernent également d’autres ministères. Leur implication est nécessaire pour
l’encadrement des ex-combattants pendant la durée du projet et surtout après le projet. Les
ministères directement concernés sont le Ministère de l’agriculture, le Ministère de
l’environnement et le Ministère de la condition féminine. Ils seront associés au projet au
niveau technique, pour le suivi de l’exécution des activités sur le terrain, et participeront
également aux réunions du CIDDR pour la fixation des orientations stratégiques du projet et
l’évaluation des résultats. Le CIDDR sera élargi à cet effet.

5.2.9 Le Ministère de l’agriculture, le Ministère de l’environnement et le Ministère de la


condition féminine, ont tous des services provinciaux et sont donc représentés dans la zone
du projet. Ils disposent du personnel technique requis pour assurer le suivi du projet et
encadrer les bénéficiaires, mais ne disposent pas de ressources financières nécessaires pour
accomplir ces tâches. Le projet prendra en charge les déplacements sur le terrain des
techniciens de ces ministères, dans le cadre des missions trimestrielles de suivi des activités.

5.2.10 En outre, les services locaux de la télévision et de la radio seront sollicités pour la
diffusion des messages des campagnes de sensibilisation et d’information. Ces supports
permettront d’atteindre le plus grand nombre de personnes dans la zone du projet. Ils
disposent de l’équipement et du personnel adéquats pour cette activité.

5.3 Calendriers d’exécution et de supervision

5.3.1 Le projet sera exécuté durant une période de 18 mois, à compter de sa date
d’approbation prévue en juillet 2007. Cette estimation est réaliste compte tenu de
l’expérience accumulée par le PNDDR depuis 2004. En raison de la courte durée du projet, il
n’est pas prévu d’effectuer une revue à mi-parcours. Le plan prévisionnel de l’exécution du
projet (annexe III) est résumé ci-après :
Tableau 5.1
Calendrier des activités
Activités Dates Responsables
Approbation du don Juillet 2007 Conseil d’administration FAD
Mise en vigueur du don Août 2007 Min. Finances/Min Défense/FAD
Atelier de lancement Fin Août 2007 FAD/CDFO/Min Fin/Min Défense/CEP
Passation des marchés Septembre 2007-Juin 2008 CEP
Sensibilisation/Information Octobre 2007-Décembre 2008 Partenaires d’exécution/CEP
Formation professionnelle+Kits Octobre 2007-Décembre 2008 Partenaires d’exécution
Etude sur les femmes+Stratégie Nov. 2007-Mars 2008 Partenaires d’exécution/CEP
Achèvement du projet Décembre 2008 GVT/FAD/CDFO
Rapport d’achèvement du GVT Janvier 2009 GVT
Mission d’achèvement du FAD Février 2009 FAD/CDFO
21

5.3.2 Dès l’approbation du don, le FAD organisera une mission de lancement du projet. Il
entreprendra également des missions de supervision conformément au plan indiqué ci-après :
Tableau 5.2
Calendrier de supervision du projet
Périodes Activités Compétences requises Structure
Août 2007 Lancement du projet Socioéco/Décaisst/Acquisition/Agronome/Genre GVT/FAD/CDFO
Décembre 2007 Supervision Socio-économiste/Agronome/Genre GVT/FAD/CDFO
Juin 2008 Supervision Socio-économiste/Agronome/Genre GVT/FAD/CDFO
Novembre 2008 Supervision Socio-économiste/Agronome/Genre GVT/FAD/CDFO
Février 2009 Achèvement Socio-économiste/Agronome/Genre GVT/FAD/CDFO

5.4 Dispositions relatives à l’acquisition des biens et services

5.4.1 Les dispositions relatives à l'acquisition des biens et services sont résumées dans le
tableau 5.3 ci-après. Toute acquisition de biens et services financés par le FAD se fera
conformément aux règles de procédure de la Banque pour l'acquisition des biens ou, selon les
cas, aux règles de procédure de la Banque pour l'utilisation des services de consultants, en
utilisant les dossiers types d'appel d'offres appropriés de la Banque. L’organe d’exécution du
projet, assisté du cabinet KPMG-RDC, sera responsable de la passation des marchés des
biens et des services. Les partenaires d’exécution retenus pour le projet collaborent déjà avec
le programme dans la zone d’intervention du projet du FAD. Leur sélection par le programme
avait été faite sur une base compétitive.
Tableau 5.3
Résumé des dispositions relatives aux acquisitions (en millions d’UC)

AOI AON LR Autres Total


B. Biens 0,073
Equipements informatiques 0,073** 0,073
C. Services 10,28 (9,18)
Sensibilisation et Information 0,300 (0,100) 0,800* (0,271) 1,1 (0,371)
Formation des ex-combattants 8,053* (8,053) 8,053 (8,053)
Etude sur les femmes associées aux forces et
groupes armés (FAFGA) 0,604* (0,483) 0,604 (0,483)
Elaboration d’une stratégie d’assistance aux FAFGA 0,008 (0,008) 0,485** (0,239) 0,493 (0,247)
Audit des comptes du projet 0,024 (0,024) 0,024 (0,024)
Services de consultant pour Rapport d’achèvement
du projet 0,004 (0,004) 0,004 (0,004)
F. Fonctionnement 0,87 (0,456)
Fournitures de bureau 0,21** 0,21
Carburant/Entretien mat roulant 0,21** 0,21
Suivi des activités sur le terrain 0,456** (0,456) 0,456 (0,456)
D. Divers 5,44 (5,44)
Filet de sécurité 5,44* (5,44) 5,44 (5,44)
Total 0,336 (0,136) 16,376 (14,864) 16,66 (15)

N.B : (…) : Les chiffres entre parenthèses sont les montants financés par le don du FAD ; AOI : Appel d’offres international ; AON :
Appel d’offres national ; LR : Liste restreinte ; Autres : * Négociation directe ; ** Consultation de fournisseurs à l’échelon national
22

5.4.2 Les autres modes d'acquisition sont présentés dans le tableau 5.4 ci-après :
Tableau 5.4
Autres modes d’acquisition (en UC)
Procédure Activités/Catégories de dépenses Max. par Total max.
marché
Utilisation des services des radios locales et télévision 800 000
nationale et des chefs des communautés pour la 20 000
sensibilisation ; Affiches, dépliants et banderoles.
Formation des ex-combattants + kits 250 000 8 053 000
Négociation directe Réalisation de l’étude sur les femmes et Elaboration de 8000 604 000
la stratégie d’assistance aux femmes associées aux
forces et groupes armés
Paiement du filet de sécurité 460 100 5 439 000
Equipements informatiques et bureautiques 50 000 73 000
Consultation des fournisseurs
à l’échelon national Fournitures et consommables 25 000 420 000
Voyages pour les missions de suivi 30 000 80 000

Biens (0,073 million d’UC) :

5.4.3 L’acquisition de 5 ordinateurs portables, 5 imprimantes et 5 photocopieurs pour les


besoins de la CEP et des trois ministères sectoriels chargés du suivi des activités se fera sur la
base de consultation des fournisseurs à l’échelon national. Cette procédure est retenue en
raison de la faiblesse du montant prévu et de l’existence sur le marché national d’un nombre
suffisant de fournisseurs pour garantir la concurrence.

Services (10,28 millions d’UC) :


5.4.4 Les services relatifs à : (i) la stratégie d’assistance aux femmes et filles associées aux
forces et groupes armés (0,008 million d’UC), et (ii) l’élaboration du rapport d’achèvement
(0,004 million d’UC) seront acquis sur la base de listes restreintes avec utilisation de la
méthode basée sur l’évaluation technique des propositions avec prise en compte de leurs prix.
5.4.5 L’acquisition des services de consultants pour l’audit des comptes du projet (0,024
million d’UC) et des services des agents temporaires pour la sensibilisation des populations
(0,3 million d’UC) sera faite sur la base de liste restreinte en utilisant la procédure de
comparabilité des propositions techniques et des prestations, et la sélection de l’offre
financière la moins disante.
5.4.6 Les montants de tous les différents contrats de services présentés aux paragraphes
5.4.4 et 5.4.5 ci-dessus étant inférieurs à 350 000 UC, la publication de leurs annonces pour
la constitution des listes restreintes sera limitée dans les journaux nationaux ou régionaux.
Cependant, tout consultant éligible, régional ou non régional, pourra exprimer son désir
d’être inscrit sur les listes restreintes.
5.4.7 Les services relatifs à la formation des ex-combattants par les partenaires d’exécution
seront acquis sur la base de négociations directes comme mentionné au paragraphe 4.5.10 et à
la section 5.2. Selon la procédure en vigueur au PNDDR depuis le début du programme, et
appliquée par les autres bailleurs de fonds du programme, les contrats des partenaires
d’exécution couvriront le coût de la formation et la fourniture, par le partenaire d’exécution,
des facteurs de production liés à la formation dispensée. Le coût total de la formation des
28 500 ex-combattants est estimé à 8,053 millions d’UC. Le montant maximum par marché
sera de 250 000 UC.
5.4.8 Les services des radios locales et de la télévision nationale pour la diffusion des
messages de sensibilisation et d’information, ainsi que ceux relatifs à la production des
affiches, prospectus, banderoles ou dépliants, évalués à 0,1 million d’UC seront acquis sur la
base de négociations directes. Il en sera de même pour les services des chefs des
23

communautés qui seront utilisés pendant l’organisation des causeries. Cette procédure est
retenue car ils sont les uniques fournisseurs de ce type de services dans la zone du projet.

Fonctionnement (0,87 million d’UC) :


5.4.9 Les acquisitions du projet dans cette catégorie de dépenses, pour une valeur globale de
0,874 million d’UC, concernent la contribution du projet à l’achat des fournitures de bureau,
à l’achat de carburant et à l’entretien du matériel roulant, ainsi que le suivi des activités du
projet sur le terrain. Les services seront acquis par la voie de la consultation des fournisseurs
à l’échelon national.

Divers (5,44 millions d’UC) :


5.4.10 Cette catégorie de dépenses concerne le paiement du filet de sécurité aux ex-
combattants. Le filet de sécurité comprend une assistance immédiate payée à l’ex-combattant
en une seule tranche dès sa sortie du Centre d’orientation et une allocation mensuelle payée
pendant une période de 12 mois. Le montant total concernant l’assistance immédiate est
1,592 millions d’UC, et le montant total des paiements mensuels est de 3,387 millions d’UC
pour l’ensemble des 17000 bénéficiaires. Le prestataire du service est déjà sous contrat avec
le programme. Sa rémunération est de 460 100 UC.

Lois et réglementations nationales :

5.4.11 Les lois et réglementations nationales concernant la passation des marchés en RD


Congo ont été examinées. Le système de passation des marchés publics est régi par
l’Ordonnance loi n°69-054 et l’Ordonnance 69-279 du 5 décembre 1969. Les dispositions de
ces lois concentrent l’essentiel des pouvoirs de décision à l’Autorité Adjudicatrice. Pour
corriger cette situation susceptible d’entrainer des abus et dérapages, le Gouvernement a
élaboré avec l’appui de la Banque mondiale et du Canada une nouvelle réglementation des
marchés publics. Les textes relatifs à cette nouvelle réglementation sont en cours d’adoption,
et leur mise en application est prévue en 2008. Les procédures qui seront appliquées au projet
seront celles de la Banque.

Organe d’exécution :

5.4.12 La Cellule d’exécution du programme, sous la tutelle du Ministère de la Défense


nationale, sera responsable de la passation des marchés de biens et services. La Cellule est
appuyée par un cabinet international d’audit et de gestion, KPMG-RDC membre du réseau
KPMG International, pour les activités relatives aux acquisitions. Le cabinet a été sélectionné
sur une base compétitive et appuie le programme depuis 2005 dans le cadre de l’exécution
des activités de réinsertion. Cet appui a été rendu nécessaire en raison de la faiblesse des
capacités nationales disponibles notamment en matière de passation des marchés.

Note d’information générale sur l’acquisition :


5.4.13 Le texte d’une note d’information générale sur l’acquisition (NGA) adopté avec le
Gouvernement sera émis pour publication dans « Development Busines », dès l’approbation
par le Conseil d’Administration de la proposition de don.

Procédures d'examen des activités d’acquisition :

Examen à posteriori

5.4.14 Compte tenu de la durée d’exécution du projet et de la nécessité de maintenir un


rythme soutenu d’exécution du projet, les contrats d’un montant maximum de 30 000 UC
seront approuvés par le projet sans approbation préalable du FAD conformément à la
24

procédure de revue à posteriori de la Banque pour les acquisitions des projets financés par le
Groupe de la Banque. Les documents relatifs à ces contrats, notamment les dossiers d’appel
d’offres, les rapports d’évaluation, les attributions de marchés, et les marchés signés seront
tenus au projet à Kinshasa pour examen périodique par les missions de supervision du FAD
et l’audit annuel des acquisitions par un cabinet spécialisé. Les termes de référence de
l’auditeur des comptes du projet devront être soumis à l’avis du FAD.
5.4.15 Dès la signature des marchés, les contrats signés accompagnés des rapports
d'évaluation des offres, les propositions d’attribution des marchés, et toute autre information
que le FAD demandera, devront être transmis avec la première demande de paiement direct
relative à ces marchés ou la première demande de renouvellement du Compte Spécial.

Examen à priori
5.4.16 Pour les marchés supérieurs à 30 000 UC, les documents suivants seront soumis à
l’examen et à l’approbation de la Banque avant d’être publiés : (i) la Note d’information
spécifique sur l’acquisition des biens et services ; (ii) les dossiers d’appel d’offres, les termes
de référence et lettres d’invitation aux consultants ; (iii) les rapports d’évaluation des
soumissions comportant les recommandations sur l’attribution des marchés ; et (iv) les projets
de contrats au cas où les modèles de contrats inclus dans les dossiers d’appel d’offres aient
été modifiés.

5.5 Dispositions relatives aux décaissements


5.5.1 Les décaissements des fonds par le FAD seront effectués conformément aux règles et
procédures du FAD. Deux comptes seront ouverts, au nom du projet, dans une banque jugée
acceptable par le FAD : (i) un compte spécial devant recevoir les ressources du don ; et (ii) un
compte spécial destiné à recevoir les ressources de contrepartie nationale du projet. Cela
constituera une condition du don.

5.5.2 Les décaissements se feront selon le calendrier des dépenses du projet et la liste des
biens et services. Le premier décaissement sera effectué après la mise en vigueur du don et la
satisfaction des conditions préalables au premier décaissement du don. Le premier fonds de
roulement sera payé par le FAD dans le compte spécial ouvert à cet effet, sur présentation
d’un programme d’activités et d’un budget prévisionnel. Les paiements suivants se feront
après justification de : (i) l’utilisation d'au moins 50% du précédent décaissement, et (ii) la
totalité des décaissements antérieurs, le cas échéant. L'approvisionnement par le FAD du
compte spécial destiné à recevoir les ressources du don visera à financer les dépenses
éligibles couvrant une période de six mois d'activités. Le Bureau régional de la Banque à
Kinshasa (CDFO) assistera la CEP dans la préparation des demandes de décaissement.

5.5.3 Les décaissements au titre des marchés relatifs aux biens et à certains services
(formation des ex-combattants, audit des comptes) pourront être effectués, en fonction de leur
montant, directement aux fournisseurs et consultants.

5.6 Suivi et évaluation

5.6.1 Le dispositif du suivi évaluation du projet sera basé sur le suivi des réalisations sur le
terrain. Les partenaires d’exécution, qui ont eux-mêmes des chargés du suivi-évaluation dans
leurs équipes, collecteront des informations sur les sites et les transmettront à l’antenne locale
de la CEP qui a elle aussi un responsable du suivi-évaluation dans son effectif. Après le
traitement des données, l’antenne locale de la CEP fera parvenir à son siège les informations.
La CEP à son tour les traitera et en fera la synthèse pour le CIDDR et les bailleurs de fonds
du programme.
25

5.6.2 En dehors de l’analyse des informations transmises par les partenaires d’exécution, la
CEP effectuera son propre suivi. Elle effectuera à cet effet une mission par trimestre sur le
terrain, avec la participation des ministères de l’agriculture, de la condition féminine et de
l’environnement. Les informations seront collectées en tenant compte des indicateurs définis
dans la matrice du cadre logique, et l’évaluation se fera par rapport aux objectifs fixés. Le
projet élaborera et soumettra à la Banque, dans les 15 jours suivant la fin de chaque trimestre,
les rapports d’activités trimestriels conformément au format de la Banque. Le nombre de
rapports attendus est de 6. Ces rapports incluront l’évolution des indicateurs définis dans la
matrice du cadre logique du projet, les réalisations des partenaires d’exécution (80 causeries
et ateliers organisés pour la sensibilisation, 28500 ex-combattants formés et 2000
exploitations agricoles mises en place), l’état d’avancement des études qui seront réalisées
dans le cadre du projet, l’état des décaissements, les problèmes rencontrés et les solutions
envisagées. Les comptes-rendus des missions trimestrielles de suivi des activités du projet,
incluant les aspects environnementaux et les questions liées au genre, seront annexés aux
rapports. Le Bureau CDFO procédera à l’examen préalable des rapports avant leur
transmission au siège de la Banque.
5.6.3 Le suivi des activités se fera aussi à travers les rapports annuels d’audit des comptes
du projet. Le nombre de rapports d’audit attendu est de 2. Le FAD effectuera une mission de
lancement du projet et trois missions de supervision pendant la durée de l’exécution du
projet. Les experts locaux du Bureau CDFO participeront à ces missions et suivront la mise
en œuvre des recommandations. En raison de la courte durée du projet, il n’y aura pas de
mission de revue à mi-parcours. A la fin du projet, la CEP rédigera un rapport d’achèvement
du projet, suivant le format défini par le FAD. Ce rapport servira de base pour l’élaboration
du rapport d’achèvement du FAD.

5.7 Rapports financiers et audit

5.7.1 La comptabilité du projet sera tenue par la CEP selon les principes comptables admis
par le FAD. La CEP mettra en place un système de gestion financière et comptable
informatisé qui devra permettre de suivre les dépenses du projet par source de financement,
par catégorie de dépenses et par composante. Les opérations financées par le Fonds feront
l’objet d’une comptabilité séparée.
5.7.2 Les opérations financées par le FAD feront l’objet d’un audit annuel dont le rapport
sera soumis au FAD dans les six mois suivant la fin de l’exercice comptable concerné,
conformément aux dispositions des conditions générales de la Banque, applicables aux
accords de prêt et aux accords de garantie. Des ressources du FAD seront allouées pour le
recrutement de l’auditeur.

5.8 Coordination de l’aide

5.8.1 Il n’existe pas de mécanisme formel de coordination de l’aide en RDC. Mais le


DSCRP indique que le Ministère des Finances assure la mobilisation des ressources propres
de l’État et des ressources extérieures à la mise en œuvre de la stratégie de lutte contre la
pauvreté. Cette stratégie constitue le cadre de référence des interventions du Gouvernement et
des partenaires dans le pays. Le Ministère des Finances travaille de ce fait en collaboration
avec tous les partenaires au développement.
5.8.2 Dans le cadre du projet d’appui à la réinsertion socio-économique post-conflit, qui
s’insère dans la mise en œuvre de la stratégie de lutte contre la pauvreté, la coordination
s’effectuera à deux niveaux. D’abord entre les partenaires financiers du PNDDR qui se
concertent au cours des réunions annuelles du Comité consultatif et du Comité du fonds
fiduciaire du Programme Multi-pays de Démobilisation et Réintégration (MDRP). Ensuite,
entre les partenaires financiers du PNDDR et le Gouvernement à l’occasion des missions qui
26

seront effectuées en RDC. La mission d’identification/préparation du projet a été préparée en


étroite coopération avec les autres partenaires, et la mission d’évaluation du projet a été
préparée et effectuée conjointement avec la Banque mondiale.

5.8.3 L’ouverture du Bureau CDFO permettra à la Banque de maintenir et de renforcer la


coordination sur place en RDC avec les partenaires financiers du PNDDR représentés dans le
pays. La Banque prendra également part aux différentes réunions annuelles du Comité
consultatif et du Comité du fonds fiduciaire du MDRP. Cette coordination se poursuivra tout
au long de l’exécution du projet, qui bénéficiera par ailleurs de l’assistance de l’équipe du
MDRP présente sur le terrain en RDC.

6. DURABILITE ET RISQUES DU PROJET

6.1 Charges récurrentes

6.1.1 Le projet est conçu de manière à minimiser les charges récurrentes. Il ne prévoit pas
des travaux de réhabilitation ou de construction. Les charges récurrentes du projet
comprennent donc uniquement les frais de fonctionnement de la cellule du projet, et le suivi
des activités de réinsertion sur le terrain.

6.1.2 L’essentiel des frais de fonctionnement de la cellule commune d’exécution des


activités de réinsertion du PNDDR est supporté par le financement de la Banque mondiale. Il
s’agit notamment des salaires et indemnités du personnel, de la location et de l’entretien des
locaux, de l’entretien des équipements et des fournitures et consommations diverses. Le
projet apportera un appui, avec les ressources de la contrepartie, en ce qui concerne les
fournitures de bureau, les carburants et lubrifiants ainsi que l’entretien du matériel roulant
existant. Le montant de cette dépense est estimé à 168 000 UC par an pendant la durée du
projet. La location des locaux cessera à la fin du programme PNDDR, le 31 décembre 2008,
qui correspond également à la fin du projet. Les dépenses liées à l’utilisation des locaux
cesseront donc à cette date. En ce qui concerne le suivi des activités sur le terrain, les frais y
afférents sont évalués à 227500 UC par an et seront supportés par le projet.
6.1.3 A la fin du projet, le Ministère de l’agriculture, le Ministère de la condition féminine,
et le Ministère de l’environnement poursuivront les missions de suivi, à raison de trois
missions par an pendant deux ans, puis deux missions par an pendant les années suivantes. Le
coût de cette activité, qui devra être supporté par les budgets respectifs de ces ministères est
estimé à 103 050 par an pendant deux ans (soit 34 350 UC par an pour chacun des trois
ministères), et à 68 700 UC par an pendant les années suivantes (soit 22 900 UC par an pour
chacun des trois ministères). Les montants prévus représentent moins de 1/10000ème du
budget de fonctionnement de l’État de 2006 et environ 1% du budget de fonctionnement du
ministère de l’agriculture qui se situait à 5,3 milliards de FC soit 7,6 millions d’UC la même
année. Ils sont supportables pour le Gouvernement. Les charges d’entretien des exploitations,
qui devront être supportées par les bénéficiaires, seront insignifiantes en 2007 et 2008, années
de la mise en place de ces exploitations. Elles sont estimées en moyenne à 70 UC par an et
par exploitation à partir de 2009. Ces charges représentent environ 3,7% du résultat annuel
d’exploitation d’une unité de maraichage.

6.2 Durabilité du projet

6.2.1 Le projet est de type « opération d’urgence », mais il intègre la notion de durabilité.
Celle-ci a été prise en compte à plusieurs niveaux. D’abord, dans le choix des partenaires
d’exécution des activités de réinsertion. Le choix a été basé sur leur expérience dans la
réalisation des missions similaires notamment dans le cadre du programme PNDDR, sur leur
présence effective dans la zone du projet, et sur leur capacité à encadrer les bénéficiaires
27

après la fin du projet. Tous les partenaires sélectionnés lors de la mission d’évaluation du
projet répondent à ces critères.

6.2.2 Ensuite, au niveau de la composition du Comité interministériel de désarmement,


démobilisation et réinsertion (CIDDR). Comme mentionné au paragraphe 2.3.2, certains
ministères exerçant la tutelle des secteurs d’activités retenus pour la réinsertion des ex-
combattants ou devant assurer le suivi des activités de réinsertion ne sont pas membres du
CIDDR. Il s’agit du Ministère de l’agriculture, du Ministère du développement rural et du
Ministère de l’environnement. Le projet propose d’élargir la composition du CIDDR à ces
ministères afin de permettre une meilleure prise en compte des activités des ex-combattants
démobilisés dans les programmes de travail des dits ministères pendant et après la fin du
projet. Cette proposition est dictée par le souci de la durabilité.

6.2.3 Les résultats des campagnes de sensibilisation et l’élaboration d’une stratégie


d’assistance aux femmes et filles ex-combattantes ou associées aux forces et groupes armés
contribuent également la durabilité. Les campagnes de sensibilisation permettront une
cohabitation pacifique entre les ex-combattants et les communautés d’accueil. Elles
permettront aussi aux ex-combattants d’agir en protecteurs de l’environnement dans leurs
exploitations agricoles. Quant à la stratégie d’assistance aux femmes et filles associées aux
groupes armés, elle permettra au Gouvernement et aux partenaires au développement
d’apporter une réponse appropriée aux besoins, multiples mais non satisfaits, des femmes et
filles qui ont été associées aux groupes armés. Elle contribuera donc à une réinsertion sociale
durable des femmes et filles ex-combattantes ou associées aux groupes armés.
6.2.4 Enfin, les récents développements intervenus dans la sous-région avec la signature en
décembre 2006 à Nairobi du Pacte de stabilité, de sécurité et de développement par les pays
de la région élargie des Grands lacs constituent eux aussi un facteur important de durabilité
du projet. En effet, le respect effectif des clauses du Pacte empêchera un pays signataire de
soutenir des groupes armés dans un autre pays signataire, et cela contribuera à apaiser les
relations entre les populations vivant le long des frontières. Cet apaisement sera favorable à la
réalisation des activités du projet et à leur durabilité.

6.3 Principaux risques et mesures d’atténuation


6.3.1 Le projet repose sur les hypothèses suivantes : (i) les partenaires au développement
poursuivent leur appui au programme PNDDR ; et (ii) le climat de sécurité est maintenu dans
le pays pour permettre la réalisation des activités sur le terrain. Les facteurs pouvant
empêcher la satisfaction de ces hypothèses devront être éliminés pour atteindre les objectifs
du projet. En ce qui concerne les risques identifiés, ils sont liés : (i) à l’affectation des terres
aux ex-combattants ; et (ii) aux menaces sur la stabilité du pays et de la sous-région.

6.3.2 L’ex-combattant démobilisé choisit librement le lieu où il souhaite s’installer pour sa


réinsertion ainsi que l’activité qu’il souhaite exercer, parmi celles qui sont retenues par le
programme. S’il choisit une activité agricole par exemple, un lopin de terre lui sera affecté. Si
l’ex-combattant n’est pas originaire de la localité qu’il a choisie pour sa réinsertion, cette
affectation des terres est susceptible d’entraîner des conflits fonciers avec certains membres
de la communauté d’accueil. Ce risque sera atténué par les campagnes de sensibilisation et
d’information du projet, qui se font déjà et vont se poursuivre avec la participation active des
chefs des communautés dans les causeries et ateliers organisés. L’implication des chefs des
communautés dans les campagnes de sensibilisation est importante car en RDC, le régime
foncier prévoit l’accord préalable du Chef du Clan possesseur avant l’entérinement par
l’Autorité administrative de l’attribution des terres.
28

6.3.3 La RDC est un vaste pays, qui partage des frontières avec neuf autres pays de la sous-
région, et dont la stabilité reste fragile. Elle peut être menacée par d’autres groupes armés. En
effet, malgré les efforts accomplis pour assurer la sécurité dans le pays, des menaces sur la
stabilité existent toujours comme l’ont montré les évènements meurtriers survenus en mars
2007 à Kinshasa. Les exactions commises par des hommes armés à l’est du pays confirment
ces menaces. Le risque est atténué par la formation progressive des brigades mixtes et leur
déploiement sur l’ensemble du territoire, la présence de la MONUC et la signature du Pacte
de stabilité, de sécurité et de développement par l’ensemble des pays de la sous-région élargie
des Grands Lacs.

7. AVANTAGES DU PROJET

7.1 Analyse de l’impact économique

7.1.1 L’impact économique du projet sera non négligeable. En effet, à la fin du projet 17 000
bénéficiaires auront perçu le filet de sécurité pour un montant total de 5,017 millions d’UC.
L’injection de cet argent, sur une période de 18 mois et dans cinq provinces qui sont parmi les
plus pauvres du pays, aura un effet multiplicateur sur l’activité économique locale. En outre, les
kits d’outillages que le projet fournira à 28500 ex-combattants permettront la création d’environ
2000 exploitations d’élevage, de productions vivrières et maraîchères et de pêche artisanale,
avec le regroupement des bénéficiaires en coopératives ou associations. Le développement de
ces exploitations créera des emplois et augmentera la production agricole locale.

7.1.2 Selon les estimations du PNDDR, au bout d’une année, les bénéficiaires de malaxeurs
pourront produire, chacun, jusqu’à 30 litres d’huile de palme par jour. Une unité d’élevage de
lapins pourra atteindre un effectif de 100 têtes en moyenne et un éleveur de volailles aura acquis
une unité dont la valeur des effectifs sera d’environ 1000 dollars EU. En ce qui concerne les
cultures vivrières, chaque bénéficiaire d’un kit pourra récolter, au bout d’une année, 1 ha de
maïs, 0,5 ha d’arachide et 1,5 ha de manioc, le tout représentant une valeur totale d’environ 2000
dollars EU. A la fin du projet, l’ensemble des ex-combattants réinsérés pourront mettre sur le
marché 600 000 tonnes de produits vivriers par an, produire au moins 5 000 000 de litres d’huile
de palme par an et 7000 tonnes de poisson. L’effectif total des unités d’élevage sera de 700 000
têtes de bétail et volailles.
7.1.3 A moyen terme, la pacification du pays, que le projet aura contribué à consolider, devrait
permettre au Gouvernement de réduire le niveau des dépenses militaires et sécuritaires et
d’accroître parallèlement les allocations budgétaires en faveur des infrastructures économiques.

7.2 Analyse de l’impact social

Le projet contribuera à la consolidation de la paix et de la réconciliation nationale, au


développement des compétences des ex-combattants, et à une meilleure connaissance de la
situation des femmes et filles ex-combattantes ou associées aux forces et groupes armés. Il aura,
en conséquence, un impact social considérable. Les 80 causeries et ateliers qui seront organisés
ainsi que les 78 diffusions de messages qui seront effectuées à la télévision et à la radio
transmettront à environ 5 millions de personnes des messages destinés à favoriser l’harmonie
sociale, l’entente réciproque et l’acceptation de la diversité culturelle. Ils prépareront et
faciliteront l’arrivée des ex-combattants dans les communautés où ils ont choisi de s’installer.
Les causeries et ateliers qui seront organisés par le projet et les messages qui seront diffusés
influenceront également de manière positive le comportement des ex-combattants face à la
pandémie du VIH/SIDA, grâce à la vulgarisation des risques liés à la pandémie et des moyens
pour s’en protéger. Grâce aux formations qu’elle financera, le projet développera les
compétences professionnelles de 28500 ex-combattants et contribuera de ce fait à leur
développement humain et à leur épanouissement.
29

7.3 Impact sur les femmes


7.3.1 Le projet permettra de prendre en charge 1000 ex-combattantes qui seront formées et
réinsérées dans les activités agricoles. Ce nombre représente celui des ex-combattantes restant à
réinsérer dans la zone du projet. Le projet permettra également de connaitre l’ampleur exacte de
la participation des femmes dans les groupes armés qui ont combattu en RDC entre 1996 et
2003. A cause de l’absence de cette information, peu de femmes ont accès au programme
PNDDR (mois de 3% du nombre total de personnes déclarées par les chefs des groupes armés)
et celles qui sont identifiées ne bénéficient pas d’une prise en charge adaptée. Grâce à la
finalisation de l’étude sur la situation des femmes ex-combattantes ou associées aux forces et
groupes armés, et à l’élaboration d’une stratégie d’assistance avec les ressources du projet, ces
femmes seront mieux identifiées et pourront bénéficier d’une véritable prise en charge.
7.3.2 Par ailleurs, les campagnes de sensibilisation et d’information qui seront financées par le
projet mettront l’accent sur les violences faites aux femmes. Elles contribueront donc à une
meilleure prise de conscience de ce problème dans le pays. Ces campagnes permettront
également aux femmes ex-combattantes de diversifier le choix de leurs activités de réinsertion,
en valorisant les cas des femmes réinsérées avec succès dans des activités habituellement
exercées par des hommes. Grâce au projet, chaque ex-combattante pourra produire de l’huile de
palme, exploiter un lopin de terre ou posséder une unité d’élevage de volailles ou de bétail.

8. CONCLUSIONS ET RECOMMANDATIONS
8.1 Conclusions
Le projet répond au souci du Gouvernement de consolider la paix et d’assurer la
reconversion des ex-combattants, après une longue période de conflits dans le pays. Il est
conforme aux dispositions du document de stratégie de croissance et de réduction de la
pauvreté du Gouvernement et à celles du document de stratégie d’assistance de la Banque
pour la RDC Les résultats obtenus par le Gouvernement depuis le début de la mise en œuvre
des activités de réinsertion du PNDDR en 2004 et les analyses effectuées dans le cadre des
actions retenues pour le projet montrent que celui-ci est techniquement réalisable et présente
des avantages économiques et sociaux importants qui sont énumérés au chapitre 7 ci-dessus.
Les activités retenues contribueront à améliorer les compétences et capacités professionnelles
de 28500 ex-combattants, à redynamiser l’activité économique au niveau local, et à améliorer
les revenus et les conditions de vie des populations cibles. Elles auront également un impact
positif sur l’emploi, la réduction de la pauvreté et, d’une manière générale, sur le niveau des
indicateurs sociaux et la réalisation des OMD. Le projet permettra en outre de disposer d’une
stratégie d’assistance des femmes et filles associées aux forces et groupes armés pour une
prise en charge adaptée à leurs besoins réels.

8.2 Recommandations et conditions de don


8.2.1 Il est recommandé qu’un don d’un montant n’excédant pas 15 millions d’UC soit
accordé à la République démocratique du Congo pour lui permettre de financer et de mettre
en œuvre le projet d’appui à la réinsertion socio-économique post-conflit (PARSEC) tel que
décrit dans le présent rapport d’évaluation. Ce don sera soumis aux conditions particulières
énoncées ci-dessous.

A. Condition préalable à l’entrée en vigueur du don


8.2.2 L’entrée en vigueur du protocole d’accord de don sera subordonnée à la signature du
protocole d’accord.
30

B. Condition préalable au premier décaissement


8.2.3 Le premier décaissement sera subordonné à la satisfaction par le Donataire de la
condition suivante :
a) Fournir la preuve de l’ouverture de deux comptes dans une banque jugée acceptable par le
FAD : (i) l’un sera destiné à recevoir les ressources de la contrepartie ; et (ii) l’autre sera
destiné à recevoir les ressources du FAD (paragraphe 5.5.1).

C. Autres conditions
8.2.4 Le donataire devra en outre :
a) Fournir au FAD, au plus tard quatre mois après la signature du protocole d’accord de don,
la preuve de l’élargissement de la composition du CIDDR aux ministères de l’agriculture,
du développement rural, et de l’environnement (paragraphe 5.2.1) ;
b) Fournir au FAD, au plus tard quatre mois après la signature du protocole d’accord de don,
la preuve de la signature d’un contrat de performance entre le Directeur de la CEP et le
Ministère de la défense nationale (paragraphe 4.5.15).
ANNEXE N° 1
Page 1 de 1
REPUBLIQUE DEMOCRATIQUE DU CONGO :
PROJET D’APPUI A LA REINSERTION SOCIO ECONOMIQUE POST-CONFLIT
CARTE ADMINISTRATIVE DU CONGO ET ZONE DU PROJET

Cette carte a été fournie par le personnel de la Banque africaine de développement exclusivement à l’usage des lecteurs du
rapport auquel elle est jointe. Les dénominations utilisées et les frontières figurant sur cette carte n’impliquent de la part du
Groupe de la BAD et de ses membres aucun jugement concernant le statut légal d’un territoire ni aucune approbation ou
acceptation de ses frontières.
ANNEXE II
Page 1 de 1
REPUBLIQUE DEMOCRATIQUE DU CONGO :
PROJET D’APPUI A LA REINSERTION SOCIO ECONOMIQUE POST-CONFLIT

ORGANIGRAMME

Ministère de la Défense nationale, de la


Démobilisation et des Anciens combattants

Cabinet du
Ministre

Cellule d’exécution du programme KPMG-RDC


(CEP)

Antenne Antenne Antenne Antenne Antenne Antenne Antenne Antenne Antenne Antenne
Bandundu Bas Equateur Katanga Kasaï Kasaï Maniema Nord Kivu Orientale Sud Kivu
Congo Occidental Oriental
ANNEXE III
Page 1 de 1
REPUBLIQUE DEMOCRATIQUE DU CONGO :
PROJET D’APPUI A LA REINSERTION SOCIO-ECONOMIQUE POST-CONFLIT
ETAPES DE LA PREPARATION DU PROJET
Principales activités Dates de réalisation Observations
Mission d’identification/préparation 14-28 décembre 2006 La Banque a été sollicitée pour contribuer à achever un programme qui a démarré avec
d’autres partenaires, dont la Banque mondiale. La mission d’identification n’a pas été
effectuée. Le document de programme, la requête du Gouvernement et les documents
relatifs à l’état d’avancement et aux besoins de financement additionnels du programme
ont été jugés satisfaisants pour effectuer une mission de préparation. Le contenu de la
requête était conforme au pilier n° 1 du DSP de la Banque qui vise l’amélioration des
conditions économiques et sociales des populations pauvres en milieu rural et semi-
urbain. La mission de préparation avait rencontré les autorités nationales et locales, les
partenaires au développement participant au financement du programme, les partenaires
d’exécution et les bénéficiaires. Elle avait permis de collecter des informations sur le
programme et la situation socio-économique du pays, de s’informer sur les interventions
des autres partenaires, et d’identifier les besoins des groupes cibles.
Mission d’évaluation 31 mars - 17 avril 2007 La mission a été effectuée conjointement avec la Banque mondiale, qui procédait à
l’évaluation du projet relatif à son financement additionnel en faveur du programme. Elle
a été reçue par le Ministre des Finances et le Ministre de la Défense nationale chargé de
la Démobilisation, et a rencontré tous les intervenants du programme ainsi que les
bénéficiaires de celui-ci. La mission a approfondi les aspects examinés pendant la
mission de préparation et a mis l’accent sur la situation particulière des femmes associées
aux forces et groupes armés. Elle a également permis de délimiter la zone du projet.
Rédaction du rapport d’évaluation 18 - 30 avril 2007 Le rapport a été rédigé selon le format de la Banque, et les délais prévus ont été respectés.
Réunion du Groupe de travail (GTI) 7 mai 2007 Les principaux commentaires portaient sur le contexte du projet et les éventuelles
expériences antérieures de la Banque dans le secteur, la capacité de la cellule à exécuter
le projet dans le délai prévu, la prise en compte du genre, les charges récurrentes. Ils ont
été intégrés dans le rapport.
Réunion du Groupe de travail interdépartemental (GTID) 31 mai 2007 Les principales interventions étaient des propositions visant à améliorer le rapport. Elles
ont été prises en compte dans le rapport et concernaient notamment la révision des
conditions du don, la reformulation des risques, des précisions sur le contenu des kits, la
mise en évidence des résultats déjà enregistrés par le programme.
Réunion du Comité Supérieur de Direction (SMC) 8 juin 2007 Les principaux commentaires ont porté sur : la justification du financement de la Banque
dans un programme qui est déjà en cours, la présentation des résultats déjà enregistrés par
le programme, l’explication du focus sur l’agriculture, la prise en compte de la dimension
régionale dans le contexte du projet, la reformulation du titre de la composante 1, et la
nécessité de situer le projet dans le contexte nouveau des États fragiles.
ANNEXE IV
Page 1 de 1

REPUBLIQUE DEMOCRATIQUE DU CONGO :


PROJET D’APPUI A LA REINSERTION SOCIO-ECONOMIQUE POST-CONFLIT
TABLE DES MATIERES DU MANUEL D’EXECUTION DES OPERATIONS
DE REINSERTION DU PNDDR

Avant-propos

I Cadre stratégique du programme de réinsertion


1.1 Contexte
1.2 Groupes cibles

II Cadre institutionnel du programme de réinsertion


2.1 Direction de la réinsertion
2.2 Bureaux provinciaux et communautaires
2.3 Agence de gestion financière

III Processus d’identification des projets de réinsertion


3.1 Schéma d’appui à la réinsertion
3.2 Domaines d’intervention des projets de réinsertion
3.3 Structures d’approbation des projets
3.4 Processus de sélection des projets
3.5 Critères d’analyse des propositions de projet
3.6 Profil des ex-combattants ; Possibilités de réinsertion ; Collecte et traitement de
l’information

IV Suivi technique et financier des projets de réinsertion


4.1 Suivi financier
4.2 Suivi technique
4.3 Processus de paiement aux agences d’exécution
4.4 Convention entre le programme et le partenaire d’exécution
4.5 Etat d’avancement des propositions de projet
4.6 Fin et clôture du projet

Annexes
Liste de critères d’évaluation des propositions de projet de réinsertion
Format standard de proposition de projet et de budget
Coûts standard de réinsertion par filière et par bénéficiaire
Liste d’indicateurs de performance de projets
Tableau de suivi des propositions de projets
Modèle de convention entre le programme et le partenaire d’exécution
Présentation et gestion financière des projets
ANNEXE V
Page 1 de 1

REPUBLIQUE DEMOCRATIQUE DU CONGO :


PROJET D’APPUI A LA REINSERTION SOCIO-ECONOMIQUE POST-CONFLIT
CALENDRIER D’EXECUTION DES ACTIVITES

Activités 2007 2008 2009

Juill. Aout Sept. Oct. Nov. Déc. Janv. Févr. Mars Avril Mai Juin Juill. Août Sept. Oct. Nov. Déc. Janv. Fév.
Présentation au Conseil
Entrée en vigueur du don et
lancement des activités
Passation des marchés
Sensibilisation/Information
sur le PNDDR
Formation/Achats de
kits/Installation des personnes
formées
Etude sur les FAFGA +
Elaboration de la stratégie
d’assistance
Suivi des activités sur le
terrain
Audit des comptes
RAP et clôture du projet
ANNEXE VI
Page 1 de 1

REPUBLIQUE DEMOCRATIQUE DU CONGO :


PROJET D’APPUI A LA REINSERTION SOCIO- ECONOMIQUE POST-CONFLIT

LISTE PROVISOIRE DES BIENS ET SERVICES

FAD GVT Total


Dev ML Total ML Dev ML Total %
A. Biens CB 0,000 0 0,000 0,067 0,000 0,067 0,067 0,425
Imprév. 0,000 0 0,000 0,004 0,000 0,004 0,004
H.Px 0,000 0 0,000 0,002 0,000 0,002 0,002
C.T. 0,000 0 0,000 0,073 0,000 0,073 0,073
B. Services CB 7,674 0,822 8,496 0,980 7,674 1,802 9,476 60,07
Imprév. 0,405 0 0,405 0,000 0,405 0,000 0,405
H.Px 0,203 0 0,203 0,200 0,203 0,200 0,403
C.T. 8,282 0,822 9,104 1,180 8,282 2,002 10,28
C. Fonctionnement CB 0 0,457 0,4568 0,335 0 0,792 0,792 5,02
Imprév. 0 0,000 0 0,042 0 0,042 0,042
H.Px 0 0,000 0 0,040 0 0,040 0,04
C.T. 0 0,457 0,4568 0,417 0 0,874 0,874
D. Divers CB 5,439 0 5,439 0 5,439 0 5,439 34,48
Imprév. 0 0 0 0 0 0 0,000
H.Px 0 0 0 0 0 0 0,000
C.T. 5,439 0 5,439 0 5,439 0 5,44
Total CB 13,113 1,278 14,391 1,383 13,113 2,661 15,774 100
Imprév. 0,405 0,000 0,405 0,046 0,405 0,046 0,451

H.Px 0,203 0,000 0,203 0,242 0,203 0,242 0,444

C.T. 13,72 1,28 15 1,660 13,72 2,94 16,660


ANNEXE VII
Page 1 de 2

REPUBLIQUE DEMOCRATIQUE DU CONGO :


PROJET D’APPUI A LA REINSERTION SOCIO-ECONOMIQUE POST-CONFLIT
RESUME DU PLAN DE GESTION ENVIRONNEMENTALE ET SOCIALE

Pays : RD Congo
Département : OSHD Division : OSHD.1
a) Brève description du projet et des principales composantes sociales et environnementales

Le projet a pour objectif de contribuer à la réinsertion socio-économique des ex-combattants démobilisés


dans le cadre du programme national de désarmement, démobilisation et réinsertion (PNDDR). Il
comprend deux composantes : Renforcement des activités de réinsertion ; et Appui à la gestion du projet.
Les ex-combattants seront réinsérés dans des activités agricoles, après avoir suivi une formation et reçu un
kit d’outillages.

c) Principaux impacts environnementaux et sociaux

Le projet est classé dans la catégorie II, étant donné que ses incidences sur l’environnement seront
mineures. Les principaux impacts sont décrits ci-après :
Impacts positifs : La réalisation des activités du projet aura les impacts positifs suivants : (i) une meilleure
connaissance des groupes cibles sur les questions liées à l’environnement, à cause des campagnes de
sensibilisation ; (ii) l’apprentissage des techniques agricoles et de pêche qui préservent l’environnement ;
(iii) le retour dans les communautés des ex-combattants qui vivaient des zones forestières où ils exerçaient
une forte pression sur les ressources naturelles et les écosystèmes.

Impacts négatifs : (i) Risque de pollution de l’air et des eaux liés à une utilisation maladroite des
pulvérisateurs et des engrais ; (ii) L’augmentation des quantités de poisson pêchées dans la zone du projet
peut conduire à une augmentation de la quantité de poisson séché au feu de bois.

c) Programme d’amélioration et d’atténuation

Le programme PNDDR prévoit la réalisation d’une étude d’impact environnemental de l’ensemble du


programme. L’étude sera réalisée en 2007 et couvrira la zone du projet. Le projet sera exécuté avec la
participation du Ministère de l’environnement Les mesures suivantes font partie intégrante du projet : (i)
Redynamiser les actions de sensibilisation incluant le volet Environnement ; (ii) Former les ex-
combattants aux techniques agricoles et de pêche qui préservent l’environnement ; (iii) Fournir des kits
d’outillages qui correspondant aux normes admises dans le secteur ; (iv) Protéger les zones sensibles des
cours d’eau, des bassins d’eau potable ou des parcs dans le choix des lieux d’implantation des activités
agricoles des ex-combattants ; et (v) Replanter les arbres abattus.

d) Programme de suivi

(i) Le projet aura un point focal au Ministère de l’environnement.


(ii) Le projet dotera ce point focal d’un ordinateur portable, et il participera aux missions de suivi qui
seront effectuées par le projet une fois par trimestre. Ses rapports seront annexés aux rapports
d’activités trimestriels que le projet transmettra à la Banque.
(iii) La Banque suivra la mise en œuvre du PGES à travers les rapports de la CEP et les missions de
supervision.
ANNEXE VII
Page 2 de 2

e) Dispositions institutionnelles et renforcement des capacités

(i) Le Ministère de l’environnement veillera à la mise en œuvre du PGES.


(ii) Les campagnes de sensibilisation du projet seront organisées par des ONG au profit de la
population, en particulier les ex-combattants
(iii) Les ex-combattants à réinsérer dans les domaines de l’agriculture seront formés et apprendront
des techniques qui préservent l’environnement.

f) Consultations publiques et communication de l’information

Les ex-combattants réinsérés seront installés dans des communautés, qui pourront bénéficier des nouvelles
connaissances de ces derniers dans le domaine de l’environnement. Les rapports des missions de suivi des
activités de la CEP seront accessibles.

g) Coûts estimatifs

Les mesures énumérées ci-dessus ont été intégrées dans la conception du projet. Leurs coûts, estimés à
128 000 UC, sont intégrés dans les coûts du projet.

h) Calendrier d’exécution et rapport

Le suivi et la gestion environnementale seront mis en œuvre sur la base du calendrier d’exécution des
activités du projet.
ANNEXE VIII
Page 1 de 2
REPUBLIQUE DEMOCRATIQUE DU CONGO :
PROJET D’APPUI A LA REINSERTION SOCIO ECONOMIQUE POST CONFLIT

LISTE DES OPERATIONS ACTIVES DU GROUPE DE LA BANQUE EN RDC (EN MILLIONS D’UC)

N° PROJETS PAR Guichet Date Date Date de mise Date de Montant Montant Montant Solde non Engagements Taux de
SECTEUR d’approbation signature en vigueur clôture approuvé décaissé annulé décaissé nets décaissement
%

AGRICULTURE
ET DEV. RURAL
1 Projet d’appui à la FAD 19/05/2004 25/05/2004 02/04/2005 31/03/2011 25 1,341 0 23,659 25 5,4
réhabilitation du
secteur agricole dans
les provinces du Bas
Congo et du
Bundundu
(PARSAR)

2 Projet d’appui à la FAD 12/12/2005 02/02/2006 02/02/2006 31/01/2013 35 0,425 0 35 35 1,2


réhabilitation du
secteur agricole dans
les provinces de
Katanga et les 2
kasai (PRESAR)

3 Etude du secteur FAD 28/06/2006 10/11/2006 10/11/2006 31/12/2009 1,85 0 0 1,85 1,85 0
agricole
SOUS-TOTAL 61,85 1,766 58,844 61,85 2,8
SECTEUR
TRANSPORTS
4 Projet de FAD 19/12/2005 29/12/2005 31/01/2010 52,45 0 0 52,45 52,45 0
réhabilitation des
routes Nsele-Lufi et
Kwango-Kenge

SOUS-TOTAL 52,45 0 0 52,45 52,45 0


SECTEUR
ANNEXE VIII
Page 2 de 2

SOCIAL
5 Santé I Appui au FAD 17/03/2004 25/05/2004 16/03/2005 30/09/2010 25 0,201 0 24,798 25 0,8
PPDS en province
orientale

6 Appui au secteur de FAD 17/03/2004 25/05/2004 30/12/2004 31/12/2009 5,23 2,07 0 3,16 5,23 39,6
l’éducation

SOUS-TOTAL 30,23 2,271 0 27,958 30,23 7,5


SECTEUR
MULTI SECTEUR
7 Projet d’appui au FAD 20/06/2001 18/07/2001 18/10/2001 30/06/2006 1,97 1,616 0,354 0 1,616 100
programme national
d’urgence de
renforcement des
capacités

8 Projet multisectoriel FAD 20/12/2002 06/04/2003 02/03/2004 30/04/2007 27 3,528 0 23,472 27 13


de réhabilitation
socio-économique
« PMURIS »

9 Projet d’appui FAD 13/11/2002 06/04/2003 10/01/2003 31/12/2007 3,23 1,209 0 2,021 3,23 37,4
institutionnel
multisectoriel
« PAIM »

10 Programme d’appui FAD 12/10/2003 15/12/2003 28/07/2004 31/12/2006 47,5 45,298 0 2,202 47,5 95,4
à la relance et à la
réunification
« PARER »

SOUS-TOTAL 79,7 51,651 0,354 27,695 79,346 65


SECTEUR
TOTAL 224,23 55,688 0,354 166,947 223,876 24,8
GENERAL
ANNEXE IX
Page 1 de 2

REPUBLIQUE DEMOCRATIQUE DU CONGO :


PROJET D’APPUI A LA REINSERTION SOCIO- ECONOMIQUE POST-CONFLIT
RESUME DES COÛTS DU PROJET

COMPOSANTE I : RENFORCEMENT DE LA SENSIBILISATION ET DES OPPORTUNITES DE RECONVERSION


Qté P. U. Total Total FAD GVT
Millions Millions x106 x106
USD USD UC UC UC
C/ SERVICES
1. Sensibilisation et Information 1,650 1,107 0,294 0,813
Recrutement agents temporaries 300pers/m 0,300 0,100 0,200
Organisation causeries et ateliers (avec Chefs des
communautés) 80 0,300 0,144 0,156
Affiches/Prospectus et Diffusion messages radio/télévision 0,100 0,050 0,050
Utilisation troupes de theater 10 0,300 0,000 0,300
2. Formation des ex-combattants démobilisés, dont : 28500 400 11,400 7,646 7,646
Formations et autres prestations : 210 $/pers
Kit d'outillages et intrants : 190 $/pers
3. Etude sur les femmes associées aux forces/groupes armés
(FAFGA) Forfait 0,900 0,604 0,483 0,121
4. Elaboration d'une stratégie d'assistance aux FAFGA
Consultants spécialistes (x2, tout compris) 2x24H/J 6 000 0,012 0,008 0,008
Atelier national (4j ouvrables)
Participants venus de l'intérieur du pays (3partx10provx6j) :
Frais de voyage à Kinsahsa 30 500 0,015 0,010 0,010
Per Diems 180 220 0,040 0,027 0,027
Location salle + Prestations de services (hôtesses, café,
Reproduction) Forfait 0,035 0,023 0,023
Impression et vulgarisation du document de stratégie Forfait 0,035 0,023 0,023
Coût de base SERVICES 14,052 9,449 8,468 0,980
Aléas et imprévus (5,3% uniquement pour les kits) 0,604 0,405 0,405 0,000
Hausse des prix (5%) 0,703 0,472 0,202 0,200
Sous-Total SERVICES 15,358 10,326 9,075 1,180
D/ DIVERS
1. Prime de sortie (1x110$=110$) x 1,05 17000 110 1,964 1,317 1,317
2. Allocation pour kit de première nécessité (1x30$=30$) x1,05 17000 30 0,536 0,359 0,359
3. Prime de transition (25$x12mois = 300$) x1,10 17000 300 5,610 3,763 3,763
Coût de base DIVERS 8,109 5,439 5,439
Aléas et imprévus (0%)
Hausse des prix (0%)
Sous-Total DIVERS 8,109 5,439 5,439

Coût de base COMPOSANTE I 22,161 14,864 13,907 0,980


Aléas et imprévus 0,604 0,405 0,405 0,000
Hausse des prix 0,703 0,471 0,202 0,200
Sous-Total COMPOSANTE I 23,467 15,741 14,514 1,180
ANNEXE IX
Page 2 de 2

COMPOSANTE II : APPUI A LA GESTION DU PROJET


Qté P. U. Total Total FAD GVT
Millions Millions x106 x106
USD USD UC UC UC
B/ BIENS
1. Equipement informatique (5 Laptops, 5 Imprim. 5 photocop.) 0,100 0,067 0,067
Coût de base BIENS 0,100 0,067 0,067
Aléas et imprévus (5,3%) 0,005 0,004 0,004
Hausse des prix (3%) 0,003 0,002 0,002
Sous-Total BIENS 0,108 0,073 0,073
C/ SERVICES
1. Audit des comptes (3 H/M) 3 12000 0,036 0,024 0,024
2. Elaboration du rapport d'achèvement :
Consultant ( 1 H/M tout compris) 1 5 000 0,005 0,003 0,003
Coût de base SERVICES 0,041 0,028 0,028
Aléas et imprévus (0%) 0,000 0,000 0,000
Hausse des prix (3%) 0,001 0,001 0,001
Sous-Total SERVICES 0,042 0,028 0,028
F/ FONCTIONNEMENT
1. Fournitures de bureau Forfait 0,250 0,168 0,168
2. Carburant/Entretien matériel roulant Forfait 0,250 0,168 0,168
3. Suivi des activités sur le terrain :
Frais de voyage dans provinces/communes
(5persx8trimx5prov) 200 600 0,120 0,080 0,080
Per Diems (5persx8trimx5provx11j) 2200 255 0,561 0,376 0,376
Coût de base FONCTIONNEMENT 1,181 0,792 0,457 0,335
Aléas et imprévus (5,3%) 0,063 0,042 0,000 0,042
Hausse des prix (5%) 0,059 0,040 0,000 0,040
Sous-Total FONCTIONNEMENT 1,303 0,874 0,457 0,417

Coût de base COMPOSANTE II 1,322 0,887 0,484 0,403


Aléas et imprévus 0,068 0,046 0,000 0,046
Hausse des prix 0,063 0,042 0,001 0,048
Sous-Total COMPOSANTE II 1,453 0,975 0,485 0,496

Coût de base total du projet 23,483 15,751 14,391 1,383


Aléas et imprévus 0,672 0,451 0,405 0,046
Hausse des prix 0,766 0,514 0,203 0,248
COÛT TOTAL DU PROJET 24,921 16,715 15 1,66