Vous êtes sur la page 1sur 28

Plan du cours 5

1. Types de matériaux
2. Les différentes familles de céramiques
3. Propriétés des céramiques fonctionnelles
4. Propriétés des céramiques structurales
5. Elaboration des céramiques
6. Exemples de pièces

Université d’Annaba Présentation et énumération


des céramiques
Faculté des sciences de l’ingénieur
Département de Génie Mécanique
MENAIL YOUNES 2018.2019
Présentation et énumération des céramiques

1. Types de matériaux
Il existe deux types de matériaux :
1.1 les céramiques traditionnelles (silico-alumineux), qui sont issues de matières
premières naturelles (argile, feldspath, kaolin, quartz) et généralement mises en œuvre par
coulée (barbotine),

1.2 les céramiques techniques (associations métal-métalloïde), obtenues le plus


souvent par frittage (traitement thermomécanique qui, dans un premier temps, provoque la
cohésion de granulés de poudre avec un « aggloméré » préparé par compression à froid, cette
ébauche étant ensuite chauffée dans des fours spéciaux) ou électrofusion (les oxydes sont
coulés directement dans un moule).

02/28
03/28
2. Les différentes familles de céramiques
2.1. Oxydes
La famille des oxydes métalliques est la plus importante parmi les composés céramiques
binaires.

04/28
05/28
06/28
07/28
2.2 Carbures

Les carbures ont un point de fusion élevé, une haute stabilité, une grande dureté et une très
bonne conductivité thermiques et électrique. Mais ils sont très fragiles.

08/28
09/28
10/28
11/28
12/28
2.3. Nitrures

Les nitrures réfractaires ont un point de fusion plus élevé que les oxydes et les sulfures
correspondant mais tendent à se dissocier plus facilement. Pour cette raison, ils sont assez peu
utilisés.

13/28
14/28
15/28
16/28
2.4. Borures
Les borures ont un point de fusion très élevé, compris entre 1900 et 3000°C, et sont peu
volatiles. De plus, ils ont une basse résistivité électrique, une haute stabilité et une dureté
élevée. Mais ils sont très peu résistants à l’oxydation à des températures supérieures à 1200°C.
L’application des borures la plus répandue est la fabrication de creusets pour les métallisations
sous vide.

17/28
2.5. Siliciures

Les siliciures ont des densités modérées, des points de fusion assez peu élevés, une grande
dureté et une bonne résistance à l’oxydation.

18/28
2.6. Sulfures

Les sulfures métalliques sont thermodynamiquement stables à haute température et


possèdent un point de fusion élevé.

19/28
3. Propriétés des céramiques fonctionnelles
3.1. Propriétés diélectriques
Les qualités électriques des céramiques sont liées aux propriétés suivantes ou à leurs
combinaisons :
- rigidité diélectrique,
- résistivité,
- permittivité diélectrique et facteur de pertes.

3.2. Propriétés électroniques


Aux températures peu élevées, un semi-conducteur (corps non métallique) présente une
résistivité élevée, mais qui diminue quand la température augmente. Ceci est dû à l’agitation
thermique qui arrache des électrons à un certain nombre d’atomes. En ajoutant des impuretés
en faible quantité, cette résistivité peut baisser même aux températures voisines de la
température ambiante.
3.3. Propriétés magnétiques
Ce phénomène est dû à l’existence d’ions magnétiques, possédant plusieurs électrons
célibataires. Sous l’action d’une induction magnétique extérieure, ces électrons célibataires
présentent un moment magnétique dit « de spin », s’alignant dans la direction du champ
magnétique.
3.4. Propriétés électro-optiques
Un matériau est dit électro-optique s’il est susceptible de transformer un signal optique en une
information électrique et vice versa. 20/28
4. Propriétés des céramiques structurales
4.1. Réfractarité et propriétés thermiques
Les céramiques sont connues pour leur bon comportement aux températures élevées. Pour
commenter leur comportement thermique, il faut introduire les notions de conductivité
thermique, dilatation thermique et résistance aux chocs thermiques.

4.2. Propriétés mécaniques


Elles présentent un module d’élasticité très élevé et des déformations élastiques extrêmement
restreintes. Comme les masses volumiques r des céramiques sont faibles, leurs modules
spécifiques E / r (raideurs spécifiques) très élevés les rendent très attractives. On constate ceci
dans le tableau suivant :

21/28
4.3. Propriétés thermomécaniques
La variation des propriétés mécaniques avec la température est le principal obstacle limitant
l’utilisation des céramiques. Dans le cas de chocs thermiques, des contraintes sont générées au
sein de la céramique.
A température élevée, c’est à dire supérieure à la moitié de la température absolue de fusion,
les céramiques peuvent présenter des endommagements de type viscoélastique (fluage).
Les paramètres de résistance mécanique varient en fonction de la température. Une élévation
de la température diminue la rigidité des liaisons atomiques
4.4. Propriétés chimiques
La catalyse est l’action par laquelle une substance augmente la vitesse d’une réaction chimique
sans paraître y prendre part.
Pour la catalyse, on emploie des poudres à très fortes surfaces spécifiques, en particulier les
hydrates d’alumine. On utilise aussi la cordiérite, 2 Al2O3 - 2 MgO - 5 SiO2.
On appelle inertie chimique la capacité à résister aux attaques chimiques. Les céramiques
oxydes étant déjà oxydées, elles résistent beaucoup mieux aux effets corrosifs que certains
métaux.
4.5. Propriétés de radioactivité
Un matériau combustible est une matière capable de dégager de l’énergie par fission ou fusion
nucléaire.
Il existe plusieurs types de céramiques combustibles.

22/28
5. Elaboration des céramiques
5.1. Différentes étapes d’élaboration 1

23/28
5.1. Différentes étapes d’élaboration 2

24/28
6. Exemples de pièces
6.1. Perçage classique

25/28
6.2. Perçage par ultrasons

26/28
6.3. Assemblage de pièces

27/28
FIN

28/28

Vous aimerez peut-être aussi