Vous êtes sur la page 1sur 50

COURS DE COMPTABILITÉ

ANALYTIQUE DE GESTION
JILANI BEJAOUI
JILANI.BEJAOUI@YAHOO.FR
JILANI.BEJAOUI68@GMAIL.COM
SOMMAIRE
• CHAPITRE INTRODUCTIF : GÉNÉRALITÉS

• 1: CHARGES DE LA COMPTABILITÉ ANALYTIQUE

• 2: TRAITEMENT DES CHARGES DE LA COMPTABILITÉ ANALYTIQUE

• 3: COÛTS D’ACHAT ET INVENTAIRE PERMANENT DES MARCHANDISES, MATIÈRES ET FOURNITURES

• 4: COÛTS DE PRODUCTION ET INVENTAIRE PERMANENT DES PRODUITS

• 5: COÛT DE REVIENT ET RÉSULTAT ANALYTIQUE


CHAPITRE INTRODUCTIF :
GÉNÉRALITÉS
DÉFINITION DE LA COMPTABILITÉ ANALYTIQUE

COMPTABILITÉ GÉNÉRALE ET COMPTABILITÉ ANALYTIQUE

COÛTS

1.DÉFINITIONS
2.CARACTÉRISTIQUES D’UN COÛT
ALORS QUE LA COMPTABILITÉ GÉNÉRALE A POUR VOCATION DE RÉPONDRE À DES OBLIGATIONS
LÉGALES, L'APPROCHE ANALYTIQUE S'INTÉRESSE À LA GESTION DE L'ENTREPRISE. 

DÉFINITION DE LA COMPTABILITÉ ANALYTIQUE D’EXPLOITATION


SES OBJECTIFS :

1. CALCULER LES COÛTS AVEC PRÉCISION POUR CONNAÎTRE LE VÉRITABLE PRIX DE REVIENT DES
PRODUITS ET SERVICES (OU MÊME D'UNE ACTIVITÉ).

2.  DÉTERMINER AINSI LE RÉSULTAT GÉNÉRÉ PAR L'EXPLOITATION.

CES ENJEUX SONT CENTRAUX DANS TOUTE ENTREPRISE. POUR DÉFINIR UNE STRATÉGIE ET PRENDRE
DES DÉCISIONS COHÉRENTES, IL EST PRIMORDIAL DE CONNAÎTRE SES COÛTS.

LES TECHNIQUES EMPLOYÉES SONT NOMBREUSES : MÉTHODE DES COÛTS COMPLETS, LE DIRECT
COSTING, ETC. IL S'AGIT DE L'OUTIL DE PRÉDILECTION DU CONTRÔLEUR DE GESTION.
COMPTABILITÉ GÉNÉRALE ET COMPTABILITÉ ANALYTIQUE
Comptabilité générale Comptabilité analytique
But But
Recherche d’un résultat global et de synthèse Recherche des coûts Recherche
(comptabilité à but juridique et financier). des coûts et résultats analytiques (comptabilité de
rendement à but économique).
Nature
Comptabilité de synthèse juridiquement obligatoire. Nature
Comptabilité analytique à caractère facultatif, mais
Méthodes nécessaire.
Comptabilité légale basée sur la notion d’exercice
comptable annuel. Méthodes
Fourniture des renseignements à intervalles de temps très
rapprochés (chaque mois par exemple).

Horizon Horizon
Exactitude totale et rapidité relative des résultats. Possibilités d’approximation des calculs et rapidité
nécessaire des renseignements.

Concordance entre résultat analytique et résultat comptable


La comptabilité générale et la comptabilité analytique doivent aboutir au même résultat
global malgré les différences et la tenue séparée.
COÛTS1. Définition
s

•ENSEMBLES D’ÉLÉMENTS DE CHARGES POUR UNE MARCHANDISE, UN


BIEN, UNE PRESTATION DE SERVICE NE CORRESPONDANTS PAS AU
STADE FINALE D’ÉLABORATION DU PRODUIT VENDU.

•LES DIFFÉRENTS COÛTS D’UN PRODUIT SONT CONSTITUÉS PAR UN


ENSEMBLE DE CHARGES SUPPORTÉES PAR
L’ENTREPRISE EN RAISON DE LEUR EXPLOITATION.
1. Définition
COÛTS s
•LA NOTION DE COÛT EST INSÉPARABLE DE L'ACTIVITÉ DE L'ENTREPRISE.
CELLE-CI VEND DES MARCHANDISES OU DES PRODUITS
MANUFACTURÉS.

•CETTE ACTIVITÉ CONSOMME DES RESSOURCES (FINANCIÈRES,


TECHNIQUES, HUMAINES…) : LE CHIFFRAGE DE CES CONSOMMATIONS
REPRÉSENTE LE COÛT.

•LA DÉFINITION DU COÛT DOIT CEPENDANT ÊTRE PRÉCISÉE, CAR ELLE A


ÉVOLUÉ DANS LE TEMPS ET SES LIMITES DOIVENT ÊTRE POSÉES.
Coûts

1- UN COÛT PEUT ÊTRE DÉFINI COMME LA SOMME DES CHARGES RELATIVES À UN ÉLÉMENT (PRODUIT, ACTIVITÉ, FONCTION…).

CETTE DÉFINITION REVIENT À DIRE QUE LE COÛT EST CONSTITUÉ DE L'ENSEMBLE DES FRAIS ENGAGÉS DANS UNE OPÉRATION, DE QUELQUE NATURE
QU'ELLE SOIT.

EN RÈGLE GÉNÉRALE, CES FRAIS SONT RECENSÉS DANS LE COMPTE DE RÉSULTAT, D'OÙ L'UTILISATION DU TERME DE CHARGES.

2- UN COÛT REPRÉSENTE LA SOMME DES RESSOURCES CONSOMMÉES PAR LES ACTIVITÉS NÉCESSAIRES À LA MISE EN ŒUVRE
DU PROCESSUS D'ÉLABORATION ET D'EXPLOITATION D'UN PRODUIT OU D'UN SERVICE.

DE MANIÈRE SCHÉMATIQUE, UNE ACTIVITÉ EST UN ENSEMBLE DE TÂCHES EFFECTUÉES À PARTIR D'UNE MATIÈRE PREMIÈRE, D'UN PRODUIT OU D'UN
SERVICE, DONT LE RÉSULTAT SE TRADUIT PAR UN PRODUIT OU UN SERVICE DÉTERMINÉS.
COÛTS
II- CARACTÉRISTIQUES GÉNÉRALES

•LE COÛT SE CARACTÉRISE PAR TROIS PARTICULARITÉS


INDÉPENDANTES LES UNES DES AUTRES :

1- LE CHAMP D'APPLICATION,
2- LE MOMENT DU CALCUL,
3- LE CONTENU.
1- LE CHAMP D'APPLICATION
Celui-ci est extrêmement varié. Il peut s'appliquer à :
Couts par fonction Couts par moyen Couts par Couts par Autres champs
d’exploitation produits ou par responsabilité d’application
stade d’
élaboration du
produit

Il s’agit de regrouper les Il est possible de Il s’agit de Il s’agit de rattacher les Coûts par région,
charges qui concernent calculer le coût calculer le coût charges à chaque coût par type de
telle ou telle fonction de d’utilisation ou de du produit niveau de l’organisation clientèle,…
l’entreprise mise en œuvre d’un intermédiaire, le afin d’identifier les
(production,distribution,…) moyen d’exploitation coût du produit responsabilité (chef de
(magasin, fini,… produits, chef
usine,atelier,…) d’atelier,…)
2- LE MOMENT DU CALCUL
UN COÛT PEUT ÊTRE CALCULÉ A POSTERIORI : IL S'AGIRA ALORS D'UN COÛT CONSTATÉ, QUE NOUS QUALIFIERONS
ÉGALEMENT DE « RÉEL ».
IL PEUT AUSSI ÊTRE CALCULÉ A PRIORI : ON PARLERA ALORS DE « COÛT PRÉÉTABLI ».

LES COÛTS PRÉÉTABLIS ONT UNE GRANDE IMPORTANCE POUR LA GESTION PRÉVISIONNELLE DE L'ENTREPRISE. ILS
PEUVENT PRENDRE LA FORME DE COÛTS STANDARDS, AUQUEL CAS ILS CONSTITUERONT UNE NORME SOUS LA
FORME D'UN OBJECTIF À ATTEINDRE, D'UN MINIMUM À SATISFAIRE, VOIRE D'UN IDÉAL. ILS PEUVENT AUSSI
SERVIR À L'ÉTABLISSEMENT DE DEVIS DANS LES RAPPORTS COMMERCIAUX AVEC LA CLIENTÈLE. ILS PEUVENT
ENFIN, ÊTRE UTILES À L'ÉTABLISSEMENT DE BUDGETS PRÉVISIONNELS.

LA COMPARAISON ENTRE LES COÛTS PRÉÉTABLIS ET LES COÛTS RÉELLEMENT CONSTATÉS PERMET DE METTRE EN
ÉVIDENCE DES ÉCARTS, DONT L'INTERPRÉTATION PERMET D'AIDER À LA GESTION DE LA FIRME.
3- LE CONTENU

SELON QUE LE GESTIONNAIRE RETIENT LA TOTALITÉ DES COÛTS DANS L'ENTREPRISE OU


UNE PARTIE SEULEMENT, ON OBTIENDRA UN COÛT COMPLET OU UN COÛT PARTIEL.
Méthode du coût complet Méthode des coûts partiels
Le coût complet constitué par la totalité des Le coût partiel est constitué par des charges
charges qui peuvent lui être rapportées par relatives à un stade d’analyse intermédiaire
tout traitement analytique approprié : ou à une tranche déterminée d’activité. Les
affectation, répartition principaux coûts partiels sont le coût
variable et le coût direct
Le coût d’imputation rationnelle, variante du Coût variable
coût complet ne retenant dans ce dernier Coût direct
les charges fixes
CHAPITRE I : : CHARGES DE LA
COMPTABILITÉ ANALYTIQUE
D’EXPLOITATION
•CHARGES NON INCORPORABLES
•CHARGES DE SUBSTITUTION
•CHARGES SUPPLÉTIVES
•EXERCICES
CHAPITRE I : : CHARGES DE LA
COMPTABILITÉ ANALYTIQUE
D’EXPLOITATION
Formule
Charges de la
comptabilité générale
Charges non -
incorporables charges non
Charges de la
incorporables
comptabilité
=
générale Charges de la
Charges charges incorporables
comptabilité +
incorporables analytique Charges supplétives
(charges =
Charges incorporables Charges de la
supplétives aux coûts) comptabilité analytique

LES DIFFÉRENCES ENTRE LES CHARGES DE LA COMPTABILITÉ ANALYTIQUE ET LA COMPTABILITÉ GÉNÉRALE SONT APPELÉES DIFFÉRENCES D’INCORPORATION
CHAPITRE I : : CHARGES DE
LA COMPTABILITÉ
ANALYTIQUE D’EXPLOITATION
Ce sont des charges dont l’incorporation aux coûts n’est pas jugée raisonnable.
Il s’agit des charges qui ne sont pas liées aux besoins d’exploitation. Ne sont pas
incorporables aux coûts :

•CHARGES NON INCORPORABLES


•Les charges sur les exercices antérieurs
•Les charges non courantes
•L’impôt sur les résultats
•Les dotations aux amortissements de l’immobilisations en non valeurs
•Les dotations aux provisions pour dépréciation.
CHAPITRE I : : CHARGES DE LA
COMPTABILITÉ ANALYTIQUE
D’EXPLOITATION
Au charges enregistrées en comptabilité générale, on substitue des charges dont les montants sont différents.
1- charges d’usage substituées aux amortissements :
Exemple : une marchine-outil de valeur d’origine 40 000 d est amortissable au taux Constant de 10% (durée
d’utilisation 10 ans). Le montant de l’annuité constante d’amortissement (dotation d’exploitation) enregistré
En comptabilité générale est de 40 000*10%=4000 d

•CHARGES DE SUBSTITUTION ENREGISTRÉES


Le chef d’entreprise évalue cette machine à 20 000 d. Elle sera remplacée après 4 ans
d’usage .
Le montant de l’annuité pour charge d’usage à inclure dans les coûts de la comptabilité
Analytique est de 20 000/4= 5000 d.
Différence d’incorporation = 5000-4000= 1000 d
CHAPITRE I : : CHARGES DE LA
COMPTABILITÉ ANALYTIQUE
D’EXPLOITATION
Au charges enregistrées en comptabilité générale, on substitue des charges dont
les montants sont différents.
2- charges étalées substituées aux provisions :
L’enregistrement des dotations aux provisions en comptabilité générale répond à des exigences
Juridiques. La comptabilité analytique permet de déterminer les coûts en substituant aux
Dotations aux provisions inscrites en comptabilité générale des charges étalées selon des
Critères purement économiques.

•CHARGES DE SUBSTITUTION ENREGISTRÉES


Exemple : une entreprise doit normalement engager dans 4 ans des travaux
de réparation des machines des Ateliers de production. Ces travaux sont évalués à 400 000d.
Soit une dotation aux provision de 400 000/4=100 000 dh enregistrée .
Or à cause de la crise économique temporaire, l’entreprise a enregistré comme
provision seulement 50 000dh dans la CG. En Comptabilité Analytique, la charge étalée devant être
100 000dh, il en résulte une Différence d’incorporation = 100 000-50 000= 50 000 d
CHAPITRE I : : CHARGES DE LA
COMPTABILITÉ ANALYTIQUE
D’EXPLOITATION
Au charges enregistrées en comptabilité générale, on substitue des charges dont
les montants sont différents.
3- Abonnement des charges :
L’abonnement permet d’étaler des charges dont la périodicité d’enregistrement en comptabilité générale
(loyers, primes d’assurances et impôts annuels,…) est plus grande que la période de calcul des coûts en
Comptabilité analytique ( souvent le mois).

•CHARGES DE SUBSTITUTION ENREGISTRÉES


CHAPITRE I : : CHARGES DE
LA COMPTABILITÉ
ANALYTIQUE
Ce D’EXPLOITATION
sont des charges qui ne figurent pas en comptabilité générale et qui sont introduites
en comptabilité analytique pour des raisons d’ordre économique ou de gestion, telles que :
• rémunération conventionnelle du travail non rémunéré en tant que tel
•Rémunération conventionnelle ou théorique des capitaux propres

1- Rémunération du travail de l’exploitant :


•CHARGES SUPPLÉTIVES
Dans l’entreprise individuelle, l’exploitant reçoit un bénéfice et non un salaire.
Mais pour le calcul des coûts, afin que ceux-ci soient comparables à ceux des sociétés
(où les gérants sont rémunérés par salaire), il tient compte de la rémunération fictive
de son travail.

Exemple : un ingénieur exploitant une entreprise individuelle peut inclure dans ses coûts
Mensuels une charges fictive de 6000 dh (salaire perçu par un collègue travaillant dans
une société concurrente).
Différence d’incorporation = 6000 dh

AIAC PROMOTION GET


CHAPITRE I : : CHARGES DE LA
COMPTABILITÉ ANALYTIQUE
D’EXPLOITATION
2- Rémunération des capitaux propres :
Contrairement aux capitaux empruntés, les capitaux propres dont dispose l’entreprise
ne sont pas rémunérés par des intérêts.
Pour le calcul des coûts, la comptabilité analytique inclut les charges d’intérêts supportées
Fictivement sur les capitaux propres afin de rendre la comparaison possible entre les
Entreprises qui recourent, pour le financement de leur exploitation, aux capitaux empruntés
Et celles qui font appel aux capitaux propres

•CHARGES SUPPLÉTIVES
Exemple : extrait du bilan d’une entreprise individuelle au 31/12
Capital empruntés 100 000 d
Capital propre 100 000 d

Au taux de 10% l’an, l’intérêt annuel théorique des capitaux propres est de :
100 000 *10% = 10 000 dh
Différence d’incorporation = 10 000 d
CHAPITRE 2: : TRAITEMENT DES
CHARGES DE LA COMPTABILITÉ
ANALYTIQUE D’EXPLOITATION
Charges de la Charges directes Affectation
comptabilité
analytique Coûts
(charges Affectation complets
incorporables Charges indirectes
aux coûts) Sections
Répartition d’analyse
Imputation
CHAPITRE 2: : TRAITEMENT
DES CHARGES DE LA
COMPTABILITÉ ANALYTIQUE
D’EXPLOITATION
Charges de la Charges directes Affectation
comptabilité
analytique Coûts
(charges Affectation complets
incorporables Charges indirectes
aux coûts) Sections
Répartition d’analyse
Imputation

Les charges directes :


Sont des charges qu’il est possible d’affecter sans calcul intermédiaire de répartition
Au coût d’un produit déterminé.
L’affectation est l’inscription directe, sans calcul intermédiaire, d’une charge à un compte
De coûts.
Les charges directes sont affectées aux coûts grâce à un moyen de mesure.
CHAPITRE 2: : TRAITEMENT DES
CHARGES DE LA COMPTABILITÉ
ANALYTIQUE D’EXPLOITATION
Charges de la Charges directes Affectation
comptabilité
analytique Coûts
(charges Affectation complets
incorporables Charges indirectes
aux coûts) Sections
Répartition d’analyse
Imputation

Les charges indirectes :


Les charges indirectes sont des charges qu’il n’est pas possible d’affecter directement aux coûts,
Leur répartition suppose des calculs intermédiaires en vue de leur imputation aux coûts.
L’imputation est l’inscription des coûts des sections aux coûts des produits en proportion des
Unités d’œuvre des centres consacrés à ces produits.
CHAPITRE 2: : TRAITEMENT DES
CHARGES DE LA COMPTABILITÉ
ANALYTIQUE D’EXPLOITATION
REGROUPEMENT DES CHARGES INDIRECTES DANS LES SECTIONS ANALYTIQUES : RÉPARTITION PRIMAIRE

LE TRAITEMENT D’UNE CHARGE INDIRECTE DANS UNE SECTION ANALYTIQUE COMPREND LES DEUX

PHASES SUIVANTES :

1ÈRE PHASE : SAISIE PAR SECTION D’ANALYSE

LES CHARGES INDIRECTES PAR RAPPORT AUX COÛTS SONT :

- SOIT AFFECTÉES À UNE OU PLUSIEURS SECTIONS D’ANALYSE GRÂCE À UN MOYEN DE MESURE

- SOIT RÉPARTIES ENTRE PLUSIEURS SECTIONS D’ANALYSE, AU MOYEN DE CLÉ DE RÉPARTITION, LORSQUE LES MESURES NE SONT PAS POSSIBLES

2ÈME PHASE : TOTALISATION DES CHARGES DE CHAQUE SECTION D’ANALYSE

CETTE TOTALISATION FAITE EN FIN DE PÉRIODE DE CALCUL DES COÛTS, DONNE LE COÛT PRIMAIRE DE LA SECTION D’ANALYSE.
CHAPITRE 2: : TRAITEMENT DES
CHARGES DE LA COMPTABILITÉ
ANALYTIQUE D’EXPLOITATION
TRAITEMENT DES CHARGES INDIRECTES :

LES CHARGES INDIRECTES SONT ANALYSÉES DANS DES SECTIONS ANALYTIQUES AVANT D’ÊTRE IMPUTÉES AUX COÛTS.

A- SECTIONS ANALYTIQUES :

CE SONT DES DIVISIONS DE L’UNITÉ COMPTABLE OÙ SONT ANALYSÉS DES ÉLÉMENTS DE CHARGES

INDIRECTE PRÉALABLEMENT À LEUR IMPUTATION AUX COÛTS DES PRODUITS FINAUX.

CLASSIFICATION DES CENTRES :

1. CENTRE DE COÛT

2. CENTRE DE PROFIT

3. CENTRE DE CHIFFRE D’AFFAIRE

4. CENTRE DE TRAVAIL

3-1 CENTRES OPÉRATIONNELS : CENTRES PRINCIPAUX+CENTRES AUXILIAIRES

3-2 CENTRES DE STRUCTURE


EXEMPLE DE RÉPARTITION
Charges indirectes Montant des Sections Sections principales

PRIMAIRE
(par nature) charges auxiliaires
Administration Approvision Atelier A Atelier B distribution
Fournitures consommable 1500 30% 10% 20% 10% 30%

Location et charges locativ 2000 - 0.15 0.3 0.3 0.25

Entretien et réparations 3500 1/10 5/10 - - 4/10

Impôt et taxes 4000 10% - - - 90%

Charges de personnel 10 000 1 1 3 3 2

Charges d’intérêts 600 100%

Dotation d’exp aux amorti 3000 20% 10% 30% 20% 20%

24 600

Charges supplétives 500 40% 10% - - 50%

Compéter le tableau de répartition des charges indirectes de l’entreprise FADEX


UNITÉ D’ŒUVRE

• DÉFINITION D’UO:
C’EST L’UNITÉ DE MESURE DANS UNE SECTION DE LA COMPTABILITÉ
ANALYTIQUE, SERVANT NOTAMMENT À IMPUTER COÛT DE CETTE SECTION AUX
COÛTS DES MATIÈRES OU PRODUITS
NATURE D’UO :
ON DISTINGUE LES UNITÉS D’ŒUVRE PHYSIQUES ET MONÉTAIRES.

AIAC
PROMOTION GET 10
1- UNITÉ D’ ŒUVRE PHYSIQUE
Elles Concernent les sections dont les prestations sont mesurables en unités physiques.

1- Section approvisionnement : quantité (articles, unités, mètre, kg, tonne,….) des matières
achetées.
2- Section production : heures machine, heures main d’œuvre, quantité de matière consommée
des produits fabriqués
Le coût de l’unité d’œuvre = cout global de la section /nombre d’unité d’œuvre
Exemple : dans une cimenterie, le coût de la section « production », pour le mois de janvier est de
5 500 000 dh (total après répartition secondaire).
L’unité d’œuvre choisie pour cette section est la tonne de ciment produite. Pour le mois de janvier
la production du ciment était de 11 000 tonnes.

CUO= 5 500 000/11000 =500dh


Pour la section « usinage » , l’unité d’œuvre est l’heure de main d’œuvre directe (MOD)
En mois de janvier le coût secondaire de la section 96 000 dh et le nombre de la MOD 3200h
1- UNITÉ D’ ŒUVRE PHYSIQUE
1- UNITÉ D’ ŒUVRE MONÉTAIRE
L’activité de certaines ne peut être mesurée en unité d’œuvre physique

2- Section approvisionnement : montant des achats exprimé en dh ( 10,100,1000) des


produits achetés
3- Section distribution : coût de production en dh , chiffre d’affaire en dh des produits
vendus

Ces unités monétaires sont prises comme assiette de répartition des charges de la
section. Et le nombre d’unité d’œuvre de la section est appelé assiette de frais et le coût
de l’unité d’œuvre est appelé taux de frais.

Le taux de frais = coût de assiette de la section /assiette de frais

Exemple
RÉCAP
EXERCICE D’APPLICATION
EXERCICE D’APPLICATION
CORRIGÉ
REPRÉSENTATION SCHÉMATIQUE D’UN
CYCLE D’EXPLOITATION À ANALYSER
CALCUL DES COÛTS COMPLETS
CHAPITRE 3: COÛT D’ACHAT ET INVENTAIRE PERMANENT DES
MARCHANDISES, MATIÈRES ET FOURNITURES
COÛT D’ACHAT
Le calcul du coût d’achat est la première partie dans le calcul du coût de revient complet,
qui comporte en plus du coût d’achat les coûts de production et les coûts hors
production.

Coût de revient complet


=
Coût d’achat + coûts de production + coûts hors production

Les coûts d’achat représentent tous ce qu’a coûté l’acquisition de marchandise et les
matières achetées jusqu’au moment de leurs mise en stock.
COÛT D’ACHAT
LE COÛT D’ACHAT COMPORTE :
LE PRIX D’ACHAT :
PRIX D’ACHAT HORS TAXES RÉCUPÉRABLES, LES TAXES NON RÉCUPÉRABLES SONT À LA CHARGE DE L’ENTREPRISE
DONC ILS FONT PARTIE DU COÛT D’ACHAT.
LES FRAIS AUTRES QUE LE PRIX D’ACHAT :
OU FRAIS ACCESSOIRES QUI SE DIVISENT ON :
- FRAIS ACCESSOIRES D’ACHAT : FRAIS PAYÉS À DES TIERS CONCERNANT LES MATIÈRES ET LA MARCHANDISE
AVANT L’ARRIVÉ DANS L’ENTREPRISE, COMME LE TRANSPORT ET LES COMMISSIONS. CES FRAIS PEUVENT ÊTRE
CALCULÉS AVEC LE COÛT D’ACHAT OU SÉPARÉMENT.
- FRAIS ACCESSOIRES D’APPROVISIONNEMENT : LES FRAIS ACCESSOIRES D’APPROVISIONNEMENT SONT DES
CHARGES INDIRECTES QUI CONCERNENT LA MISE EN STOCK DES MARCHANDISES DES MATIÈRES ET DES
FOURNITURES: FRAIS DE RÉCEPTION, MANUTENTION, ASSURANCE,...
POUR UN CALCUL EXACT DU COÛT DE REVIENT ON DOIT CALCULER EN PLUS DU COÛT D’ACHAT LE COÛT DE
PRODUCTION ET LES COÛTS HORS PRODUCTION.
COÛT D’ACHAT =
PRIX D’ACHAT (FACTURÉ) + FRAIS D’APPROVISIONNEMENT (CHARGES INDIRECTES)
EXEMPLE
L’E/SE MISBAHI UTILISE 2 MATIÈRES OREMIÈRES : A ET B.

LE STOCK DE LA MATIÈRE PREMIÈRE A, AU DÉBUT DU MOIS DE JUIN, ÉTAIT DE 100KG À 29DH/KG. CELUI DE LA MATIÈRE
PREMIÈRE B ÉTAIT NUL.

L’E/SE A ACHETÉ (ENTRÉES):

-LE 06/06 : 500 KG DE A À 27DH/KG (BON D’ENTRÉE N°1)

-LE 16/06 : 800 KG DE A À 29DH/KG (BON D’ENTRÉE N°2)

-LE 17/06 : 700KG DE B À 11DH/KG (BON D’ENTRÉE N°3)

-LE 20/06 : 400KG DE B À 11DH/KG (BON D’ENTRÉE N°4)

POUR LA FABRICATION DES PRODUITS, LES QUANTITÉS SUIVANTES DE LA MATIÈRE A ONT ÉTÉ CONSOMMÉES (SORTIES)

-LE 13/06 : 300 KG (BON DE SORTIE N°1)

-LE 23/06
Charges : 700 KG (BON DE SORTIE
indirectes Total N°2) Approvisionnement Production Distribution
Totaux secondaires 219 700
TAF : 1- COMPLÉTER LE TABLEAU DE RÉPARTITION7 DES
200
CHARGES INDIRECTES.150 000
ET 2- 62 500
CALCULER LES COÛTS D’ACHATS DES
NatureMATIÈRES
d’unité d’œuvre
PREMIÈRES A ET B. Kg de MP achetées Unité produite 100 dh de CA

Nombre d’unité d’oeuvre ? 75 000 12 500

Coût d’unité d’œuvre ? 2 dh 5 dh


SOLUTION

TABLEAU DE RÉPARTITION DES CHARGES INDIRECTES 2400 kg


CALCUL DU NOMBRE D’UO : MATIÈRE A => 500+800=1300
Charges indirectes Total Approvisionnement Production Distribution
MATIÈRE B => 700+400=1100
Totaux secondaires 219 700 7 200 150 000 62 500
Nature d’unité d’œuvre Kg de MP achetées Unité produite 100 dh de CA

Nombre d’unité 2400 75 000 12 500


d’oeuvre
Coût d’unité d’œuvre 3d 2d 5d
EVALUATION DES ENTRÉES EN STOCK
Coût d’achat des matières premières

Valeur d’entrée en stock des matières premières:

1- Coût d’acquisition pour les biens acquis à titre onéreux


2- Coût de production pour les biens produits par l’entreprise
EVALUATION DES SORTIES DE
STOCK
1- STOCK DE BIENS INDIVIDUALISÉS ET IDENTIFIABLES :
LE COÛT DE SORTIE = COUT D’ENTRÉE

2- STOCK DE BIEN INTERCHANGEABLES :


POUR LES ARTICLES OU OBJETS INTERCHANGABLES, ET NON IDENTIFIÉS PAR UNITÉ APRÈS LEUR ENTRÉE EN STOCK, LE COÛT D’ENTRÉE
DU STOCK OBSERVÉ À UNE DATE QUELCONQUE , ET NOTAMMENT À L’INVENTAIRE, EST OBTENU PAR CALCUL SELON L’UNE DES DEUX
MÉTHODES SUIVANTES :

• MÉTHODE DU COÛT MOYEN PONDÉRÉ ( CUMP)


• 1- MÉTHODE DU COÛT MOYEN PONDÉRÉ APRÈS CHAQUE ENTRÉE
• 2- MÉTHODE DU COÛT MOYEN PONDÉRÉ DE « PÉRIODE DE STOCKAGE »
• MÉTHODE DU « PREMIER ENTRÉ, PREMIER SORTI » DITE FIFO
MÉTHODE DU COÛT MOYEN PONDÉRÉ (
CUMP)
• MÉTHODE DU COÛT MOYEN PONDÉRÉ APRÈS CHAQUE ENTRÉE (INVENTAIRE) :

LE COÛT D’ENTRÉE DU STOCK À UNE DATE CONSIDÉRÉE =

COÛT DU STOCK AU DÉBUT DE L’EXERCICE (ANCIENNE ENTRÉE)+ COÛT D’ENTRÉE DES ACHATS (NOUVELLE ENTRÉE)- COÛT DES SORTIES (POUR
VENTE OU CONSOMMATION)

LE COÛT UNITAIRE DES SORTIES = VALEURS ENTRÉES/QUANTITÉS ENTRÉES

CE CALCUL EST OPÉRÉ À CHAQUE NOUVELLE ENTRÉE, LE COÛT UNITAIRE AINSI DÉTERMINÉ ÉTANT UTILISÉ POUR VALORISER LES SORTIES JUSQU’À
L’ENTRÉE SUIVANTE.

FICHE DE STOCK E/SE MISBAHI :

AIAC
SOLUTION

CMUP après entrée 06/06 = 29 000+15 000/1000+ 500 29.33 d


CMUP après entrée 16/06 = 20 536+25 600/700+800 30.76 d
Vérification : SF= SI+entrée-sortie
SF en valeur = 29 000 +40 600- 44 996 24 604 d
MÉTHODE DU COÛT MOYEN PONDÉRÉ (
CUMP)
• MÉTHODE DU COÛT MOYEN PONDÉRÉ DE « PÉRIODE DE STOCKAGE »

LE COÛT UNITAIRE D’ENTRÉE DU STOCK À LA DATE D’INVENTAIRE EST ÉGAL À LA MOYENNE DES
DERNIERS COÛTS UNITAIRES D’ENTRÉE OBSERVÉE SUR LA « DURÉE MOYENNE D’
ÉCOULEMENT » DUDIT STOCK.

CETTE MOYENNE DES DERNIERS COÛTS ÉTANT PONDÉRÉE PAR LES QUANTITÉS ENTRÉES
FICHE DE STOCK E/SE MISBAHI

CMUP = 29 000+40 600/1000+1300 30.26 d


Vérification : SF= SI+entrée-sortie
SF en valeur = 29 000+40 600-45 390 24 210 d h
Le CMUP n’est calculé qu’ en fin de période après avoir enregistré toutes les entrées et en
tenant compte du stock initial.
INVENTAIRE PERMANENT DES MATIÈRES : CUMP

Une fois la production achevée, toutes les matières premières et fournitures ne sont pas
forcément épuisées. Or il est fort probable que les prix du marché aient évolué depuis les
précédents achats.

Pour pouvoir déterminer le prix d'un produit fabriqué à partir d'un stock constitué sur
plusieurs achats à des prix unitaires différents, il faut au préalable calculer le coût unitaire
moyen pondéré (CUMP).

CUMP = Valeurs (SI+Entrée)/Quantités (SI+Entrée)

AIAC
EXEMPLE : achète 10 t de sucre à 20dh la tonne. Elle a déjà en
Une entreprise
stock 40 t de saccharose qu'elle a acheté 20,10 dh la tonne. Pendant la période
d'activité étudiée, elle utilise 20 t de matière pour fabrique du caramel.
On calcule ci-dessous la valeur de la matière utilisée

Quantité Prix unitaire Total Quantité Prix unitaire Total

Stock Initial 40 20.10 840 Sortie 20 20.08 401.6


Entrées 10 20 200 Stock Final 30 20.08 624
CMUP 50 20.08 1040
EXERCICES

AIAC

Vous aimerez peut-être aussi