Vous êtes sur la page 1sur 11

I.

Cycle des immobilisations :


1. Définition des immobilisations :

Le CGNC définit les immobilisations comme étant :

« L’ensemble des éléments de l’actif, hors ceux de l’exploitation appartenant à l’entreprise


et destinés à être conservés durablement par celle-ci. »

Dans le cadre réglementaire marocain, la notion de propriété, tout comme les deux premières
notions à savoir la durabilité et la valeur seuil, est déterminante pour inscrire un bien dans les
comptes d’immobilisations de l’entreprise

2. Distinction entre charges et immobilisations :

2.1. Nouvelles acquisitions :


Sont considérées comme immobilisations, les dépenses qui ont pour résultat l’entrée
d’un nouvel élément destiné à rester durablement dans le patrimoine.

2.2. Acquisitions rattachées à des éléments existants :


On cite à titre d’exemple les cas suivants :

Aménagement d’un véhicule pour les besoins du commerce :

Compte 2340 Matériel de transport.

Rénovation des locaux de l’entreprise :

Compte 2327 Agencements et aménagements des constructions

En revanche, si la dépense a pour objet de maintenir l’immobilisation dans un état normal


d’exploitation jusqu’à la fin de la durée probable de vie de l’immobilisation, elle est
comptabilisée en charges, quel que soit son montant. Il s’agit essentiellement des cas
suivants :

• Entretien courant d’un véhicule (vidange, révision, changement de pneumatique):

Compte 6133 entretien et réparation.

• Remplacement des pièces usagées d’une machine :

Compte 6120 Achats consommés de matière et fournitures.

1
3. Procédure d’audit des immobilisations :

 Il y a essentiellement 3 étapes essentielles :

3.1. La prise de connaissance:

L’acquisition de la connaissance des immobilisations inscrites dans le patrimoine de


l’entreprise doit être préalable aux autres phases, puisqu’elle conditionne leur bonne
exécution.

Elle permet à l’auditeur de déceler les anomalies pouvant avoir une incidence significative sur
les comptes des immobilisations, et donc d’identifier les risques principaux auxquels est
soumise l’entreprise.

La prise de connaissance des immobilisations d’une entreprise nécessite, en premier lieu, de


recueillir des informations sur la politique générale d’investissements adoptée par l’entreprise.

En outre, l’auditeur aura besoin des informations suivantes :

 La politique de distinction entre charges et immobilisations ;


 La politique d’amortissement ;
 Le système de suivi des immobilisations ;
 Les principales catégories des immobilisations ;
 Le mode de financement ;
 La participation du personnel de l’entreprise à la production et / ou à l’entretien des
immobilisations;
 Les assurances.

En ce qui concerne les immobilisations incorporelles, la prise de connaissance consiste à


connaître la nature de ces éléments ainsi que leur système de protection.

L’auditeur doit également, lors de la prise de connaissance des immobilisations, visiter les
lieux afin de s’assurer de l’existence physique des immobilisations et de vérifier l’état de ces
dernières.

Dans le cadre de la visite des lieux, l’auditeur peut demander les informations suivantes :

 L’ancienneté moyenne des immobilisations corporelles par type, catégorie,


emplacement physique et secteur d’activité

2
 L’importance qu’ont l’entretien et les réparations sur les durées de vie utile.
 Les immobilisations corporelles utilisées pour la recherche et le développement
 Les immobilisations acquises à l’aide de subventions d’investissement et de
développement ainsi que les restrictions afférentes.
 L’importance des opérations de location et de crédit-bail.
 L’existence éventuelle de projets de vente des immobilisations corporelles sous-
utilisées
 L’importance du recours à des actifs entièrement amortis.

3.2. Contrôle interne des immobilisations


3.2.1. Les objectifs du contrôle interne des immobilisations :
Toutes les immobilisations sont correctement évaluées en valeur brute et valeur nette.

La protection des actifs est assurée.

Les engagements hors bilan concernant les immobilisations sont correctement saisis

Les acquisitions de l’exercice sont effectivement capitalisables et représentent des actifs


installés ou construits.

Les immobilisations cédées détruites ou mises en rebus ont fait l’objet d’un retrait des
fiches comptables des immobilisations et que les gains et les pertes relatifs ont été
enregistrés.

La dotation aux amortissements de la période n’est pas excessive et a été calculée


conformément aux méthodes de l’exercice précédent.

3.2.2. Contrôle interne par fonction :


a. L’évaluation et l’identification des besoins en équipement (budget des
investissements):

Les budgets d'investissements doivent être établis de manière à permettre un suivi


ultérieur efficace des engagements ; les dépassements ne peuvent être possibles sans
autorisation.

b. l’acquisition des immobilisations :

3
Les procédures de sélection des fournisseurs doivent donner l'assurance d'un choix
effectué aux critères de qualité, prix et conditions diverses définis par la réglementation en la
matière, Les procédures de commandes de biens d'équipement mises en place doivent
garantir la passation des commandes dans les délais raisonnables; le suivi adéquat des
commandes non honorées et la relance systématique des fournisseurs et Les procédures de
réception et mise en service des immobilisations doivent donner l'assurance : d'une
réception rapide et correcte des immobilisations et de leur identification systématique .

c. La conservation physique et la protection des immobilisations :

Les procédures en place doivent donner l'assurance que:

 les immobilisations sont protégées contre une dépréciation prématurée;


 elles peuvent atteindre leur durée normale d'utilisation;
 leur remplacement en cas de sinistre ne pose pas de difficultés.

d. L’inventaire physique des actifs :

Les procédures doivent donner l'assurance que:

 les consignes d'inventaires sont bien élaborés et permettent une prise


d'inventaire correcte;
 le résultat de l'inventaire fait l'objet d'un traitement rapide correct.

e. La comptabilisation et le règlement :

Comptabilisation :

Les procédures doivent donner l'assurance que:

 le comptablechargé de l'enregistrement des factures peut les identifier les


comptabiliser dans un délai raisonnable;
 les dettes dues aux fournisseurs sont enregistrées à temps opportun.

Règlement :

Les procédures doivent donner l'assurance que:

 seules les factures liées à des transactions régulières sont soumises aux


règlements;

4
 les doubles règlements peuvent être facilement détectés.

f. Les cessions, destructions et mises au rebut :

Les procédures doivent donner l'assurance que :

 les retraits d'immobilisations du patrimoine de la société ne peuvent s'effectuer sans


l'accord d'un responsable autorisé par la direction ;
 Le service comptable est informé de ces retraits

g. Le Suivi des immobilisations :

Les procédures en place doivent donner l'assurance que:

 le montant des fiches d'immobilisations concorde avec le solde des comptes


 les fiches sont mises à jour chaque fois que les immobilisations sont mouvementées.
Les étapes de l’évaluation de contrôle interne :

Les étapes de l’évaluation du contrôle interne se présentent comme suit :

1. La description de procédures suivie par des tests de conformité ou d’existence :

Ces tests ont pour objectif de confirmer que le système tel qu’il a été décrit existe
réellement, que c’est bien celui qui est en place.

Dans cette étape, il ne s’agit pas de rechercher des erreurs dans le fonctionnement du système,
mais de rectifier éventuellement la description qui en a été faite.

Ces tests peuvent être faits par :

 Une observation directe ;


 Une confirmation verbale ;
 Une observation a posteriori.

2. L’évaluation préliminaire :

Dans cette phase, on se constitue une opinion sur la qualité des procédures de
l’entreprise telles qu’elles ont été appréhendées grâce à un questionnaire d’évaluation adapté.
A l'issue de cette évaluation, ce questionnaire permet de dégager les forces et les faiblesses du
système.

5
3. Les tests de permanence :

Ils ont pour objectif de vérifier en détail et au moyen de vérification par


échantillons que les points forts recensés, et sur lesquels on a décidé de s’appuyer, ont bien
fonctionné comme cela était prévu et sur l’échantillon de la période étudiée.

Les tests de permanence du système permettant accessoirement de vérifier que tous les
points faibles ont bien été identifiés.

Les tests de permanence possibles sur les immobilisations:

• Vérification de la budgétisation des immobilisations;

• Sondages sur la manière d'acquisition des immobilisations (appel permanent


à la concurrence) ;

• Vérification de l'existence des titres de propriété;

• Vérification de la correcte évaluation des immobilisations enregistrées,

4.évaluation définitive qui dégage les forces et les faiblesses décisives des procédures :

Les points faibles peuvent s'expliquer soit par un défaut dans la conception du
système, soit par une mauvaise application des procédures. L'auditeur doit déterminer les
conséquences que chaque faiblesse peut avoir sur la régularité et la sincérité des comptes, et
en déduire l'action qu'il faut entreprendre pour pouvoir se faire une opinion et pour permettre
la correction de l'organisation existante.

L'auditeur doit déterminer les conséquences que chaque faiblesse peut avoir sur la
régularité et la sincérité des comptes, et en déduire l'action qu'il faut entreprendre pour
pouvoir se faire une opinion et pour permettre la correction de l'organisation existante.

3. Contrôle des comptes des immobilisations :


Ce contrôle s’effectuera en deux temps :
 Effectué un contrôle des comptes permettant d’établir les documents de synthés.
 L’auditeur réalisera un dernier examen des comptes annuels en vue de s’assurer si
les principes comptables fondamentaux ont été respectés.
L’auditeur demande les documents suivants :

• Balance Générale ;

6
• Détail des acquisitions ;

• Détail des cessions ;

• Synthèse des amortissements ;

• Liste des immobilisations totalement amorties ;

• Pièce justificatives (Factures, Relevés bancaires, bon de commande, bon delivraison...)

3.1. Contrôle des comptes des immobilisations en non-valeurs :

FRAIS D’ÉTABLISSEMENT : L’auditeur doit vérifier que la durée d’amortissement


n’excède pas cinq années, que la société, comme pour toutes les autres immobilisations en
non valeurs, n’applique pas le prorata temporise pour le calcul des amortissements de ces
immobilisations et que les frais totalement amortis sont annulés.
FRAIS DE CONSTITUTION : Dans le cadre du contrôle de ce compte, l’auditeur s’assure
que conformément aux dispositions légales, aucune distribution de dividende n’est intervenue
avant amortissement intégral des frais de constitution sauf s’il existe des réserves libres dont
le montant est au moins égal à la valeur nette des autres frais de constitution.
3.2. Contrôle des comptes des immobilisations incorporelles et corporelles :
1. Le tableau des mouvements des immobilisations corporelles
2. La revue analytique des variations 
3. Vérification de la distinction charge immobilisation
4. Test sur les acquisitions d’immobilisations
5. Test sur les cessions d’immobilisations
6. Validation des amortissements
1. Le tableau des mouvements des immobilisations corporelles
Immobilisations corporelles et incorporelles brutes à l'ouverture + Acquisitions de
l'exercice - Cession de l'exercice = Immobilisations corporelles et incorporelles brutes à
la clôture.

 Vérifier l’exactitude arithmétique des soldes ;


 Pointer le solde des immobilisations corporelles à l’ouverture aux papiers de travail de
l’exercice précédent ;
 Pointer le solde des acquisitions et cessions avec les fichiers de la société ;

7
 Pointer le solde des immobilisations à la clôture avec la balance générale et le fichier
immobilisations.
2. La revue analytique des variations :
L’examen analytique est un ensemble de procédures de révision reposant sur des
techniques différentes et consistant à :

 Faire des comparaisons entre les données résultant des comptes et des données
antérieures, postérieurs ou prévisionnelles de l’entité ou des données similaires afin
d’établir des relations entre elles ;

 Analyser les variations significatives et les tendances ;

 Étudier et analyser les éléments résultant de ces comparaisons.

3. Vérification de la distinction charge immobilisation


Pour vérifier la comptabilisation des investissements en immobilisations, l’auditeur
peut réaliser un test sur les charges d’exploitation, plus particulièrement sur les
charges d’entretien, afin de s’assurer qu’elles ne comportent pas de dépenses
immobilisables .

4. Test sur les acquisitions d’immobilisations :


La régularité des opérations affectant les immobilisations comptabilisées à l’actif du bilan
peut être contrôlée par un test visant à vérifier pour les principales acquisitions de l’exercice :
Le caractère immobilisable de la dépense portée en compte d’immobilisations, la propriété
juridique desimmobilisations, un examen des pièces justificatives telles les factures.
Pour les acquisitions, il faut valider :
 La comptabilisation hors taxe de celle-ci.
 Le caractère immobilisable.
 Le rattachement à l'exercice.
5. Test sur les cessions d’immobilisations :
Après la récupération du détail des cessions, il faut choisir les montants les plus importants
des factures de vente afin de les pointer. L'amortissement des biens cédés doit être pointé au
Listing des amortissements, la VNC et le prix de vente au compte de produits et charges

L’auditeur procéder généralement à un examen des pièces justificatives (facture de cession,


acte notarié, procès-verbal de mise au rebut,), au recoupement des sorties d’immobilisations
avec les produits et charges exceptionnels sur opérations de capital et au contrôle du

8
traitement de la TVA sur les cessions. Toutes les pièces justificatives relatives à cette
opération ont été validées.

6-Validation des amortissements :


S’agissant des amortissements, l’auditeur procède :
 À l’examen de l’application des modes et taux d’amortissement conformes à
la réglementation fiscale ;
 À la vérification par sondages des taux et modes d’amortissement utilisé pour
les immobilisations acquises au cours des exercices antérieurs ;
 Au contrôle du calcul de la dotation aux amortissements pratiquée sur les principales
immobilisations acquises au cours de l’exercice ;
 Au contrôle du calcul des amortissements dérogatoires.

À un travail particulier sur les immobilisations en cours. Il s’assure notamment


 qu’elles ne doivent pas donner lieu à la constatation d’un amortissement.
3.3. Contrôle des comptes des immobilisations financières :
 Obtenir le tableau des mouvements de titres (en nombre et en valeur) et de comptes
courants depuis l’exercice précédent.
 S’assurer par examen des mouvements qu’aucune variation anormale n’est intervenue
depuis l’appréciation du contrôle interne et qui pourrait remettre en cause les conclusions
de cette étape.
 Vérifier le tableau des renseignements concernant les filiales et les participaions, joint en
annexe au bilan.
 Apprécier la justification des provisions pour dépréciation constituées :
 Si la provision a été constituée par rapport à la valeur mathématique des titres, s'assurer que
cette valeur a été corrigée, s'il y a lieu pour tenir compte des sur ou sous-évaluations des
actifs ou passifs de la société émettrice des titres.
 Si la provision a été constituée par rapport au cours de la Bourse, s'assurer que les titres
font l'objet d'un marché significatif, et qu'il n'y a pas eu des variations anormales du cours
en fin d'exercice.

9
10
TABLES DES MATIERES

III- Cycle des immobilisations : 34


1. Définition des immobilisations : 34
2. Distinction entre charges et immobilisations : 34
2.1. Nouvelles acquisitions :34
2.2. Acquisitions rattachées à des éléments existants : 35
3. Procédure d’audit des immobilisations : 35
3.1. La prise de connaissance …..
3.2. Contrôle interne des immobilisations 37
3.2.1. Les objectifs du contrôle interne des immobilisations : 37
3.2.2. Contrôle interne par fonction : 37
3. Contrôle des comptes des immobilisations : 40
3.1. Contrôle des comptes des immobilisations en non-valeurs : 41
3.2. Contrôle des comptes des immobilisations incorporelles et corporelles : 41
3.3. Contrôle des comptes des immobilisations financières : 43

11

Vous aimerez peut-être aussi