Vous êtes sur la page 1sur 128

MISE EN PLACE DE LA TELEPHONIE SUR IP : CAS DE LA SITARAIL

SOMMAIRE

DEDICACE...........................................................................................................................................ii
REMERCIEMENTS.........................................................................................................................iii
AVANT-PROPOS..............................................................................................................................iv
RESUME................................................................................................................................................v
INTRODUCTION GENERALE ET DESCRIPTION DU PROJET......................................................1
PREMIERE PARTIE : PRESENTATION DE LA STRUCTURE D’ACCUEIL ET ETUDE DE
L’EXISTANT............................................................................................................................................3
CHAPITRE I : PRESENTATION DE LA STRUCTURE D’ ACCUEIL...............................................4
CHAPITRE II: ETUDE DE L’ EXISTANT..............................................................................................9
DEUXIEME PARTIE : ETUDE DETAILLEE DE LA TELEPHONIE SUR IP ET DES
PROTOCOLES DE SIGNALISATION..............................................................................................19
CHAPITRE I : LA TELEPHONIE SUR IP (ToIP)...............................................................................20
CHAPITRE II : LES PROTOCOLES DE SIGNALISATION...............................................................34
TROISIEME PARTIE:REALISATION ET MISE EN ŒUVRE DE LA SOLUTION RETENUE
.................................................................................................................................................................. 55
CHAPITRE I : ETUDE TECHNIQUE DE LA SOLUTION RETENUE.............................................56
CHAPITRE II: LA MISE EN ŒUVRE..................................................................................................71
CONCLUSION GENERALE..................................................................................................................95
GLOSSAIRE.............................................................................................................................................97
BIBLIOGRAPHIE..................................................................................................................................101
WEBOGRAPHIE....................................................................................................................................102
ANNEXES..............................................................................................................................................104
LISTE DES TABLEAUX.....................................................................................................................108
LISTE DES FIGURES..........................................................................................................................110
TABLE DES MATIERES.....................................................................................................................113

MEMOIRE DE FIN DE CYCLE D’INGENIEUR INFORMATIQUE / TRAORE ABDOULAYE Page i


MISE EN PLACE DE LA TELEPHONIE SUR IP : CAS DE LA SITARAIL

DEDICACE

Nous dédions le présent mémoire à :

 Dieu tout puissant qui a toujours veillé sur nous ;

 Nos parents respectifs qui nous ont toujours


soutenus dans nos études ;

 Tous ceux qui nous ont apportés leur soutient  .

MEMOIRE DE FIN DE CYCLE D’INGENIEUR INFORMATIQUE / TRAORE ABDOULAYE Page ii


MISE EN PLACE DE LA TELEPHONIE SUR IP : CAS DE LA SITARAIL

REMERCIEMENS

Un grand merci à tout ceux qui d'une manière ou d'une autre nous ont soutenus dans
l'établissement de ce document; par le partage de connaissance, par leur encouragements pour
tous les efforts fournis à notre endroit. Qu'ils voient en ce document le fruit de leur contribution.
Nos remerciements vont en particulier à :

 Monsieur GERARD Quentin, Directeur général de SITARAIL qui a placé sa confiance en


nous en nous acceptant sa structure ;
 Monsieur Bamba SIAKA, Administrateur système et réseaux à SITARAIL, notre
supérieur hiérarchique pour sa disponibilité, ses conseils, ses recommandations et
encouragements, sans lesquels ce travail n’aurait pu aboutir. Nous lui exprimons notre
gratitude ;
 Madame Stéphanie NIAMBE, Ingénieur Télécoms pour son soutien et ses conseils;
 Monsieur Francis APPALO, Ingénieur Télécoms, pour son aide et soutien ;
 Monsieur BOTI Guillaume, Adminsitrateur réseaux et systèmes , pour son aide et soutien 

Puisse Dieu dans sa grande bonté vous combler au-delà de vos espérances.

MEMOIRE DE FIN DE CYCLE D’INGENIEUR INFORMATIQUE / TRAORE ABDOULAYE Page iii


MISE EN PLACE DE LA TELEPHONIE SUR IP : CAS DE LA SITARAIL

AVANT-
PROPOS

Au debut des années 1980, l’Etat de côte d’Ivoire a concédé au secteur privé , l’éducation qui
jadis,était exclusivement , un service public.Toutefois l’Etat en considérant ce service public au
secteur privé se réservait le droit des enseignements dispensés à travers ces différents ministères
de tutelle.

C’est dans ce contexte qu’au fil des années, plusieurs établissements d’enseignement privé vont
voir le jour.Dans cette veine, en 2007, le Groupe ALT-ISTEA intègre le secteur de
l’enseignement privé en côte d’Ivoire en offrant des formations de niveau secondaire technique
( BEP et BAC) et supérieur (BTS et Ingénieur).

Le Groupe forme dans les filiales tertiaires et idustrielles.Ces formations, comme dans tous les
établissements d’enseignement privé sont soumises à l’homologation de l’Etat.Ainsi au niveau
de l’enseignement supérieur, cette tâche est dévoulue au Ministère de l’Enseignement supérieur
et de la recherche scientifique.

Depuis sa création en 2007, Le groupe ALT-ISTEA travaille pour offrir aux entreprise, en étroite
collaboration avec celle-ci, des ressources humaines efficaces, compétentes et opérationnelles.La
quête perpétuelle d’une formation de qualité a permis à ALT-ISTEA de se positionner
aujourd’hui comme un leader dans le secteur de la gestion de l’informatique.

A l’origine ALT-ISTEA offrait des formation de type BAC+2 ( BTS et DUT).

Aujourd’hui l’école a étoffé son offre de formation et prépare aux dipômes de type BEP (BEP
comptabilité et BEP sécretariat) et BAC ( BAC B, BAC G1 et BAC G2). Surtout, pour apporter
des solutions aus préocupations des entreprises, en leur permettant de soutenir la concurrence
avec le reste du monde, l’école assure des formations scientifiques et technologiques de haut
niveau de type BAC+5. Pour arriver à ses fins , l’etablissement s’est assigné les objectifs
suivant :

MEMOIRE DE FIN DE CYCLE D’INGENIEUR INFORMATIQUE / TRAORE ABDOULAYE Page iv


MISE EN PLACE DE LA TELEPHONIE SUR IP : CAS DE LA SITARAIL

 Une foramation de pointe comparable à celles des grandes Ecoles et Universités


Internationales ;
 Une Autonomie financière ;
 Une gouvernance renforcée ;
 La garantie d’un fort taux d’emploi des Etudiants ;
 Un accroissement du cercle des partenaires.

C’est au sein de ce groupe que nous avons suivi durant trois (3) années la formation d’Ingénieur
option Réseaux Télécom.Dans sa volonté de former des cadres d’entreprise plus opérantionnel et
compétitifs, le groupe ALT-ISTEA exige de ses étudiants, en complément de la formation
théorique la réalisation d’un stage pratique obligatoire dans une entreprise.Toutefois, ce stage
devra permettre la redaction d’un mémoire de fin d’étude répondant à un besoin exprimé par
l’entreprise d’accueil, qui donera lieu à une soutenance devant un jury de représentants de
l’école, de l’entreprise et est sanctionné par une note qui participe à l’obtention du dipôme.

C’est donc dans ce contexte que nous avons effectué un stage à la SITARAIL en vue de réaliser
notre projet d’étude .

MEMOIRE DE FIN DE CYCLE D’INGENIEUR INFORMATIQUE / TRAORE ABDOULAYE Page v


MISE EN PLACE DE LA TELEPHONIE SUR IP : CAS DE LA SITARAIL

RESUME
La présente étude pose la problématique de la fusion du réseau informatique et
télécom en vue d’aboutir à un réseau unique IP par lequel transiteront la voix, la vidéo et
les données informatiques. Cette fusion doit opportunément réduire les factures
téléphoniques et de la maintenance du réseau.

Nous avons effectué une étude pour la mise en œuvre d’une plateforme qui
s’articule autour de trois (03) axes :

 La présentation de la structure d’accueil et l’étude de l’existant ;


 L’étude détaillée de la téléphonie sur IP et des protocoles de signalisation ;
 La réalisation et la mise en œuvre de la solution retenue.

Dans cette étude, nous avons mené une analyse minutieuse de l’existant informatique
et télécom. Cette analyse a permis dans les moindres détails, de déceler les forces et
faiblesses.

En ce qui concerne le réseau télécom, le coût trimestriel des factures téléphoniques


s’élève à un montant d’environ 4.000.000 FCFA ( quatre millions ) et possède des
équipements ( Autocom analogique) devenus obsolètes qui datent de 1993.

Quant au réseau informatique, il se trouve que les sites de la Direction du Matériel


de Traction (DMT) et de Treichville ne répondent pas suffisamment aux normes de
câblage standards, ce qui ralentit parfois la transmission des données.

Après ces analyses effectuées, nous avons établir une étude qui porte sur une
technologie permettant, d’une part de réduire les charges de l’entreprise, et d’autre part de
bénéficier de nombreux services.

Quant au retour sur investissement, la société réalisera une réduction d’environ 30%
( trente pourcent ) sur sa facture, ce qui équivaut à un bénéfice :

 D’environ 1.125.000 FCFA (un million cent vingt-cinq mille) par mois ;
 D’environ 13.350.000 FCFA ( treize millions trois cent trente-cinq mille ) par an ;

MEMOIRE DE FIN DE CYCLE D’INGENIEUR INFORMATIQUE / TRAORE ABDOULAYE Page vi


MISE EN PLACE DE LA TELEPHONIE SUR IP : CAS DE LA SITARAIL

 De 130.350.000 ( cent trente millions trois cent cinquante mille ) sur une période de
de 10 ( dix ) ans ;
 Sur la réduction du coût de la maintenance du réseau qui passe de deux réseaux
à un seul réseau ;
 Concernant la suppression des liaisons spécialisées de 2Mbits/s louées à environ
2.124.000 ( deux millions cent vingt-quatre vingt mille ).
En cas de coupure de la fibre optique qui relie les différents sites, le réseau
internet servira de relai pour la transmission des données.
Cette migration se fera sur trois sites à savoir :
 Bouaké avec près de 100 abonnées ;
 Abidjan (DMT) qui contient à peu près 200 abonnés,
 Ouagadougou qui renferme près de 100 abonnés.

MEMOIRE DE FIN DE CYCLE D’INGENIEUR INFORMATIQUE / TRAORE ABDOULAYE Page vii


MISE EN PLACE DE LA TELEPHONIE SUR IP : CAS DE LA SITARAIL

SUMMARY

This study poses the problem of merging the computer and telecom network with a view to
achieving a single IP network through which voice, video and computer data will pass. This
merger should expediently reduce telephone bills and network maintenance.

We carried out a study for the implementation of a platform, which revolves around three (03)
axes:
 The presentation of the reception structure and the study of the existing;
 Detailed study of IP telephony and signaling protocols;
 The realization and the implementation of the chosen solution.

In this study, we conducted a careful analysis of the existing IT and telecoms. This analysis
made it possible to detail the strengths and weaknesses.

     As far as the telecom network is concerned, the quarterly cost of telephone bills amounts to
around 4,000,000 FCFA (four million) and has obsolete equipment (Autocom analog) which
dates back to 1993.
As for the computer network, it turns out that the Traction Material Directorate (TMD) and
Treichville sites do not meet standard cabling standards sufficiently, which sometimes slows data
transmission.

    After these analyzes carried out, we have established a study which relates to a technology
allowing, on the one hand to reduce the expenses of the company, and on the other hand to
benefit from many services.

As for the return on investment, the company will achieve a reduction of about 30% (thirty
percent) on its invoice, which is equivalent to a profit:
 About 1,125,000 FCFA (one million one hundred and twenty-five thousand) per month;
MEMOIRE DE FIN DE CYCLE D’INGENIEUR INFORMATIQUE / TRAORE ABDOULAYE Page 1
MISE EN PLACE DE LA TELEPHONIE SUR IP : CAS DE LA SITARAIL

 About 13,350,000 FCFA (thirteen million three hundred thirty-five thousand) per year;
 130,350,000 (one hundred thirty million three hundred fifty thousand) over a period of
10 (ten) years;
 Reducing the cost of maintaining the network, which goes from two networks to a single
network;
 Regarding the removal of dedicated 2Mbits / s links leased at approximately 2,124,000
(two million one hundred and twenty-eighty thousand).

In the event of a break in the optical fiber connecting the various sites, the internet network will
serve as a relay for data transmission.
This migration will take place on three sites, namely:
 Bouake with nearly 100 subscribers;
 Abidjan (DMT) which has around 200 subscribers,
 Ouagadougou, which has nearly 100 subscribers.

MEMOIRE DE FIN DE CYCLE D’INGENIEUR INFORMATIQUE / TRAORE ABDOULAYE Page 2


MISE EN PLACE DE LA TELEPHONIE SUR IP : CAS DE LA SITARAIL

INTRODUCTION GENERALE

MEMOIRE DE FIN DE CYCLE D’INGENIEUR INFORMATIQUE / TRAORE ABDOULAYE Page 3


MISE EN PLACE DE LA TELEPHONIE SUR IP : CAS DE LA SITARAIL

I- INTRODUCTION

La téléphonie sur IP constitue actuellement une des plus importantes évolutions dans le
domaine des télécommunications. Il y a quelques années, la transmission de la voix sur le réseau
téléphonique classique ou RTC constituait l'exclusivité des télécommunications. Aujourd'hui, la
donne a changé. La transmission de la voix via les réseaux IP constitue une nouvelle évolution
majeure comparable à la précédente. Au delà de la nouveauté technique, la possibilité de fusion
des réseaux IP et téléphoniques entraîne non seulement une diminution de la logistique nécessaire
à la gestion des deux réseaux, mais aussi une baisse importante des coûts de communication ainsi
que la possibilité de mise en place de nouveaux services utilisant simultanément la voix et les
données.

Le présent thème soumis à notre étude entre dans le cadre de notre projet de fin de cycle pour
l'obtention du diplôme d'ingénieur en Réseaux Telecom.Il traitera de la mise en place de la
téléphonie sur IP (ToIP) au sein de l’entreprise SITARAIL.

Ce rapport s'articulera autour de trois grandes parties essentielles:

 La première partie consistera à la présentation de la structure d'accueil et du thème qui


sera l'objet de notre travail.

 La deuxième partie sera consacrée à l'étude du thème où nous allons parler des éléments
clé nécessaires pour la mise en place d'un tel système et les différents aspects à prendre en
compte pour une fiabilité du système.

 Enfin la troisième partie sera question de la présentation de la solution.

MEMOIRE DE FIN DE CYCLE D’INGENIEUR INFORMATIQUE / TRAORE ABDOULAYE Page 4


MISE EN PLACE DE LA TELEPHONIE SUR IP : CAS DE LA SITARAIL

PREMIERE PARTIE :

PRESENTATION DE LA STRUCTURE
D’ACCUEIL ET ETUDE DE L’EXISTANT
CHAPITRE I : PRESENTATION DE LA STRUCTURE D’ACCUEIL
CHAPITRE II : ETUDE DE L’ EXISTANT

MEMOIRE DE FIN DE CYCLE D’INGENIEUR INFORMATIQUE / TRAORE ABDOULAYE Page 5


MISE EN PLACE DE LA TELEPHONIE SUR IP : CAS DE LA SITARAIL

CHAPITRE I : PRESENTATION DE LA STRUCTURE D’ACCUEIL

Dans ce chapitre, nous vous proposons de présenter la structure qui nous a accueilli
durant notre stage de fin de cycle.

I. HISTORIQUE

Les travaux de construction du chemin de fer, long de 1145 kilomètres débutèrent à Abidjan
en 1904 pour s’achever à Ouagadougou en 1945. Par convention du 30 avril 1960 fixant
l’organisation et les conditions de fonctionnement du chemin de fer Abidjan-Niger hérité de la
colonisation, les Etats de Côte d’Ivoire et de la Haute volta mettent en place une plate-forme
idéale de coopération économique et cela dans la perspective d’atteindre rapidement la rive du
fleuve Niger d’où le nom Régie Abidjan-Niger ( RAN ).

La RAN permettra donc de désenclaver une grande partie de la sous-région Ouest


Africaine par d’intenses activités de transport de marchandises et de personnes. Elle
permettra alors un essor très important jusqu’aux années 70 (soixante-dix) et rencontrera par
la suite des difficultés économiques qui aboutiront, en juin 1989 à la dislocation de la RAN
en deux structures nationales que sont la Société Ivoirienne de Chemin de Fer (SICF) gérée par
l’Etat de Côte d’Ivoire et la Société des Chemins de Fer du Burkina (SCFB) gérée par l’Etat
Burkinabé.

Depuis le 20 Avril 1995, sous la direction générale de monsieur ABDEL AZIZ THIAM,
la Société Internationale de Transport Africain par Rail (SITARAIL) exploite désormais
l’activité ferroviaire sur l’axe Abidjan-Ouagadougou-Kaya dans le cadre d’une convention
signée par les Etats de Côte d’Ivoire et du Burkina.

La SITARAIL est une société anonyme au capital de 5.000.000.000 de francs CFA


supervisée par le groupe Bolloré. Sa direction générale se situe à la Rue Closel non loin de la
pharmacie des Finances et sa direction technique se situe au cercle des rails. Les actionnaires
sont repartis comme suit :

MEMOIRE DE FIN DE CYCLE D’INGENIEUR INFORMATIQUE / TRAORE ABDOULAYE Page 6


MISE EN PLACE DE LA TELEPHONIE SUR IP : CAS DE LA SITARAIL

REPARTITION CAPITAL SITARAIL

3%
Personnel SITARAIL
15%
État de Côte d’Ivoire
15%
67% État du Burkina Faso

Groupe Français
Bolloré

Figure n°1 : Répartition du capital de SITARAIL

1960 : Création
de la RAN

1992
1989 Signature privatisation
de la scission du chemin de
du réseau entre fer, Reprise
les deux Etats : par BOLLORE
CI et BF Africa logistic

1954:
Fin de la ligne
de la haute
volta,
1904: terminus
Constructi provisoire
on du
chemin de
fer
Abidjan-
Niger

MEMOIRE DE FIN DE CYCLE D’INGENIEUR INFORMATIQUE / TRAORE ABDOULAYE Page 7


MISE EN PLACE DE LA TELEPHONIE SUR IP : CAS DE LA SITARAIL

Figure n° 2 : Chronologie de la construction de la ligne du chemin de fer Abidjan – Ouagadougou

II. ACTIVITE DE LA SITARAIL

Le transport des marchandises est l’activité principale de la SITARAIL. La SITARAIL


transporte des produits de tout genre telles que :
- Les hydrocarbures.
- Les colis divers (produits vivriers, les matières premières, ciment, bétail, la volaille
etc.…)
Par ailleurs le transport des personnes est assuré par la STIB qui loue les wagons, deux
conducteurs, deux contrôleurs, les voitures à la SITARAIL. En outre la SITARAIL a effectué
un partenariat avec l’opérateur de téléphonie privé MOOV par l’allocation de support de
transmission à fibre optique d’Abidjan à Ouangoloko en échange de services MOOV.

III. ORGANIGRAMME GENERALE DE LA SITARAIL

MEMOIRE DE FIN DE CYCLE D’INGENIEUR INFORMATIQUE / TRAORE ABDOULAYE Page 8


MISE EN PLACE DE LA TELEPHONIE SUR IP : CAS DE LA SITARAIL

PCA

DG

PCA

SG DT DF DCRE DIF DAPM DSI DM DC DCQHSE

Figure n° 3 : Organisation de SITARAIL

DG : Direction Générale


SG : Secrétariat Général
DF : Direction Financière
DT : Direction des Transports
DCRE : Direction de la Communication et des Relations avec l’extérieur
DIF : Direction des Installations Fixes
DAPM : Direction des Approvisionnements et des Marchés
DSI : Direction des Systèmes d’Information
DM : Direction Matériel
DC : Direction commerciale
DCQHSE : Direction du Contrôle Qualité Hygiène Sécurité et Environnement

IV. PRESENTATION DE LA STRUCTURE (DSI)

Créée en l’an 2011, la DSI (la Direction des Systèmes d’Information) est un cadre important
pour le développement de la SITARAIL. Consciente des enjeux stratégiques liés à
l’importance pour toute grande entreprise de disposer et de maîtriser un système
d’information global performant et la nécessité de développer l’usage des TIC dans tous les

MEMOIRE DE FIN DE CYCLE D’INGENIEUR INFORMATIQUE / TRAORE ABDOULAYE Page 9


MISE EN PLACE DE LA TELEPHONIE SUR IP : CAS DE LA SITARAIL

secteurs de la vie de la société, SITARAIL du groupe Bolloré Africa Logistics décide de


mettre en place une Direction du Système d’Information (DSI).

I.1- Mission de la DSI

La DSI a pour mission de mettre en œuvre la politique du système d’information telle que
définie par la direction générale dans le domaine du traitement informatisé ou numérique de
l’information relative à la formation, à la recherche, à l’innovation, à la documentation et à la
gestion.
Dans le cadre de cette mission, la DSI est chargée :

 D’améliorer et de développer un système d’information global et cohérent au sein de la


société avec son schéma directeur du numérique, dans un souci d’informatique durable ;
 D’accompagner et sensibiliser les utilisateurs dans l’adoption des bonnes pratiques et des
évolutions de ce système ;
 D’assister et assurer le support des divers utilisateurs informatiques de l’établissement ;
 De développer et de généraliser l’utilisation des dernières avancées en matière de TIC
(Technologie de l’Information et de la Communication) dans les activités de formation, de
recherche et d’innovation ;
 D’assurer l’accès à l’information et aux applications, de garantir aux utilisateurs la sécurité
des échanges, la fiabilité des services et l’interopérabilité des référentiels ;
 De développer et fiabiliser les outils du Système d’Information (bases de données, réseaux
d’établissement, systèmes spécialisés,…).

I.2- Organigramme de la DSI (Direction des Systèmes d’Information)

La structure du fonctionnement du service informatique

DIRECTEUR DSI

CHEF DE DEPARTEMENT CHEF DE DEPARTEMENT


.. TELECOMS DIRECTION DES . .. INFORMATIQUE
AFFAIRES GENERALES

CHEF DIVISION .
CONDUCTEUR . INFRASTRUCTURES . ..
MEMOIRE
TRAVAUXDETELECOM
FIN DE CYCLE D’INGENIEUR INFORMATIQUE / TRAORE ABDOULAYE
.
Page 10
RESEAUX
MISE EN PLACE DE LA TELEPHONIE SUR IP : CAS DE LA SITARAIL

SECRETARIAT GENERAL

INGENIEUR SOFTWARE

. TECHNICIEN
. INFRASTRUCTURES
.. . RESEAUX

Figure n° 4 : Organigramme du service informatique

CHAPITRE II: ETUDE DE L’EXISTANT


Dans ce chapitre, nous nous proposons de mettre en relief l’existant informatique et
téléphonique à la SITARAIL par un inventaire global des équipements physiques et
logiciel

I. PRESENTATION GENERALE

I.1- Le Réseau téléphonique Commuté

Le Réseau téléphonique Commuté (R.T.C.), est un réseau permettant à deux ou plusieurs


abonnées téléphoniques de communiquer via un central téléphonique . Ce réseau a pour
objectif principal le transfert de la voix. Il utilise le principe de la commutation de
circuits pour mettre en relation deux abonnées à travers une liaison dédiée pendant la
durée de la communication. Un canal de communication est alors ouvert entre eux et
l’intégralité de cette bande passante est réservée à ces deux interlocuteurs.

1.1-architecture

Le réseau téléphonique de la SITARAIL a une organisation hiérarchique à quatre


principaux niveaux. IL est structuré en quatre grandes zones et chaque zone correspond à

MEMOIRE DE FIN DE CYCLE D’INGENIEUR INFORMATIQUE / TRAORE ABDOULAYE Page 11


MISE EN PLACE DE LA TELEPHONIE SUR IP : CAS DE LA SITARAIL

un niveau de concentration. On distingue : la zone d’Abidjan (DMT), Bouaké, Ouagadougou


et Bobo-Dioulasso. Ils sont tous interconnectés par la fibre optique.

1.1.1-Abidjan: Direction Matériel et Traction (DMT)

La DMT dispose d’un PABX JISTEL IS33 qui relie environ 200 (deux cents)
abonnés, de préfixes 81 et 82. Ce PABX représente le principal autocommutateur de ladite
société. Il est configuré en maitre par rapport aux autres autocommutateurs qui lui sont
raccordés. Ses sites esclaves sont énumérés comme suit :

 Le Siège : Un PABX IS31 relie environ 100 (cent) abonnés, de préfixes 20 et 80 ;
 Agboville : Un PABX JISTEL IS31 avec 5 (cinq) abonnés, de préfixe 86. Le lien de cet
autocommutateur avec Abidjan se fait à travers deux Liaison Inter Automatique (2LIA) ;
 Dimbokro: Un PABX JISTEL IS31 raccorde à peu près 30(trente) abonnés, de préfixe
87, il dispose de deux Liaison Inter Automatique (2LIA).

1.1.2-Bouaké

Bouaké dispose d’un seul PABX JISTEL IS32. Il prend en charge environ 200
(deux cents) abonnés de préfixe 88 et commande au travers de ( 04 ) quatre Liaison Inter
Automatique, le site de Ferkessédougou qui dispose d’un PABX JISTEL IS31 de préfixe
89, avec plus de 50 (cinquante) abonnés.

1.1.3-Ouagadougou

Ouagadougou héberge un PABX JISTEL IS32 de préfixe 51 et 52 et relie à peu près


150 (cent cinquante) abonnés . Il a pour esclave le PABX JISTEL IS32 de Koudougou
avec deux Liaison Inter Automatique.

1.1.4-Bobo-dioulasso

Ce site possède un PABX JISTEL IS32 qui prend en charge environ 110 (cent dix)
abonnés de préfixe 54 et 55. Il a pour esclave le PABX JISTEL IS32 de Banfora avec
deux Liaison Inter Automatiques (LIA).

MEMOIRE DE FIN DE CYCLE D’INGENIEUR INFORMATIQUE / TRAORE ABDOULAYE Page 12


MISE EN PLACE DE LA TELEPHONIE SUR IP : CAS DE LA SITARAIL

Figure n°5: Schéma synoptique de la RTC de SITARAIL

1.2- Equipements

Un autocommutateur (PABX) est un équipement de télécommunication qui assure


exclusivement une liaison temporaire entre deux (2) lignes d’abonnés ou entre une ligne
d’abonnés et une jonction allant vers un autre PABX. SITARAIL dispose de dix (10)
autocommutateurs, de modèle JISTEL IS3x, dont six (06) sont repartis en COTE
D’IVOIRE et quatre au BURKINA FASO.

1.2.1- Les répartiteurs

Les répartiteurs constituent le point d’accès des lignes à l’autocommutateur. Les lignes sont
amenées sur des réglettes verticales aussi appelés têtes verticales. Les points d’arrivées des
lignes sur l’autocommutateur sont raccordés sur des réglettes horizontales. La liaison entre
réglettes verticales et horizontales se fait au moyen de jarretières.

1.2.2- Les postes téléphoniques

MEMOIRE DE FIN DE CYCLE D’INGENIEUR INFORMATIQUE / TRAORE ABDOULAYE Page 13


MISE EN PLACE DE LA TELEPHONIE SUR IP : CAS DE LA SITARAIL

Les postes téléphoniques sont alimentés en 48V par le central téléphonique. Malgré leurs
simplicités apparentes, ils assurent un nombre surprenant de fonctions.

SITARAIL dispose aussi de postes téléphoniques numériques et de fax.

1.2.3- Les interfaces lasers

Les interfaces lasers sont présentées à la transmission du signal lumineux. Sur chaque
liaison, il existe une à l’émission et une autre à la réception. Leur rôle est de convertir le
signal reçu en signal optique sur tout le long du trafic.

1.3- Le support de transmission

Nous entendons par supports  tous les moyens par lesquels on peut conduire le signal
de son lieu de production à sa destination avec le moins possible de perditions, dispersion ou
distorsions. Les medias de transmission utilisés sont le cuivre (paire torsadées) et la fibre
optique. La tendance actuelle est l’utilisation de la fibre optique qui offre une capacité
et une qualité de transmission élevée ainsi qu’une portée bien supérieur à celle du
cuivre.

I.2- Le réseau informatique

Pour répondre à ses besoins en accroissement de la productivité, de la rapidité et


d’efficacité du travail collaboratif, SITARAIL s’est doté d’un réseau étoilé étendu supportant
plusieurs équipements informatiques (serveurs, ordinateurs fixes ou portables, clients légers,
imprimantes…) situés à distance les uns des autres. Ces équipements sont interconnectés
entre eux en vue de partager et d’échanger des ressources et des informations.

2.1- Architecture générale du réseau informatique

MEMOIRE DE FIN DE CYCLE D’INGENIEUR INFORMATIQUE / TRAORE ABDOULAYE Page 14


MISE EN PLACE DE LA TELEPHONIE SUR IP : CAS DE LA SITARAIL

Figure n° 6: Schéma synoptique d’interconnexion des sites

2.2- Equipements

Les équipements du réseau informatique de SITARAIL se subdivisent en trois (03)


grands groupes :

 Les équipements d’utilisateur final ;


 Les serveurs ;
 Les équipements d’interconnexion réseau.

2.2.1- Les équipements d’utilisateurs final

Ces équipements sont notamment des ordinateurs, des imprimantes, des scanneurs et autres
périphériques qui fournissent des services directement à l’utilisateur.

 Les clients légers


MEMOIRE DE FIN DE CYCLE D’INGENIEUR INFORMATIQUE / TRAORE ABDOULAYE Page 15
MISE EN PLACE DE LA TELEPHONIE SUR IP : CAS DE LA SITARAIL

Une architecture de ce type est une architecture client /serveur particulière, permettant à
plusieurs utilisateurs de se connecter en même temps et d’exécuter les applications sur le
serveur dans les sessions indépendantes et protégées. Le client est dit « fin » ou « léger »
quand la machine cliente ne prend en charge aucun traitement de l’application en cours
d’exécution. C’est le serveur qui s’occupe de tout. Les clients légers (Wyse) de SITARAIL se
connectent aux serveurs Windows 2016 en utilisant le protocole RDP de Microsoft.

 Les micro-ordinateurs

Les micro-ordinateurs utilisés sont des core i5 et core i7 de marque DELL .

2.2.2- Les serveurs

Les serveurs jouent de nombreux rôles dans l’environnement client / serveur. Certains
serveurs sont configurés pour l’authentification et d’autres pour l’exécution des applications.
D’autres fournissent des services réseau qui permettent aux utilisateurs de communiquer ou de
trouver d’autres serveurs et ressources sur le réseau. L’entreprise a à son actif plusieurs
serveurs énumérés comme suit :

 Le serveur DHCP

Il permet aux différents hôtes qui se connectent au réseau, d’obtenir de manière


dynamique des adresses IP. Il facilite la configuration réseau des ordinateurs et autres
périphériques compatibles.

 Le serveur DNS

Le serveur DNS (Domain Name System) permet d’associer des noms aux adresses IP des
terminaux. Il agit comme un annuaire car il permet de retrouver l’adresse d’une machine à
partir d’un nom spécifique.

 Le contrôleur de domaine (Active Directory)

Les contrôleurs de domaine stockent les données d’annuaires et gèrent les communications
entre les utilisateurs et les domaines, y compris les processus d’ouverture de session utilisateur
d’authentification et de recherche dans l’annuaire. Active Directory installé sur un ordinateur
exécutant Windows Server 2008 ou autre, est un contrôleur de domaine.

MEMOIRE DE FIN DE CYCLE D’INGENIEUR INFORMATIQUE / TRAORE ABDOULAYE Page 16


MISE EN PLACE DE LA TELEPHONIE SUR IP : CAS DE LA SITARAIL

 Le serveur de messagerie

Le serveur de messagerie utilisé est Microsoft Exchange Server 2010. Il a pour fonction
de transférer les messages électroniques d’un serveur à un autre, et d’un serveur à un client.

L’utilisateur est en contact avec un serveur de messagerie via un client de messagerie, qui se
charge de contacter le serveur pour envoyer ou recevoir les messages.

 Le serveur de fichiers

Le serveur de fichiers fournit, sur le réseau, un emplacement central permettant

À l’utilisateur de stocker et de partager des fichiers à travers le réseau.

 Le serveur d’impression

Les serveurs d’impression permettent de partager les imprimantes entre plusieurs


utilisateurs situés sur un même réseau informatique. Ils centralisent les spoolers d’impression.

 Le serveur d’application

Le serveur d’application fournit une infrastructure et des services essentiels aux


applications hébergés dans notre système. Le serveur d’applications inclut les applications
suivantes :

 Gestion du Parc (GESPAR) ;


 Comptabilité Générale (IRIS) ;
 Paie du Personnel (AVEIS) ;
 Transport de Marchandises (WAPITI V2) ;
 Facturation du Client (BFC) ;
 Suivi du Fournisseur (BSF) ;

Ses applications sont hébergées sur le serveur l’AS400.

 Le serveur Proxy

Le serveur proxy aussi appelé serveur mandataire est un serveur faisant fonction
d’intermédiaire entre les ordinateurs du réseau local et internet. Il permet de gérer l’accès à
internet aux utilisateurs de notre réseau en fonction des heures d’accès, des ports de

MEMOIRE DE FIN DE CYCLE D’INGENIEUR INFORMATIQUE / TRAORE ABDOULAYE Page 17


MISE EN PLACE DE LA TELEPHONIE SUR IP : CAS DE LA SITARAIL

destination d’un service, des sites web, etc. Il permet aussi de mettre en cache les sites les plus
visités afin d’accélérer le trafic.

 Le serveur Anti-virus

Le logiciel serveur d’anti-virus installé dans notre réseau est Kaspersky Endpoint
security for windows. IL a pour rôle de protéger tous les hôtes du réseau contre les virus et
autres attaques.

 Les serveurs Terminal Server

Ils fournissent aux clients légers un accès aux programmes Windows exécutés sous
Windows server 2003 et 2008 Standard Edition. ILS gèrent les opérations d’authentifications des
clients et rendent les applications disponibles à distance. Ils s’occupent également de
restreindre les accès clients en fonctions du niveau d’accès qui leur est attribué.

2.2.3- Les équipements d’interconnexion de réseaux

Les équipements d’interconnexion de réseaux se réfèrent à tout le matériel servant à


interconnecter les équipements d’utilisateur final et les serveurs pour leur permettent de
communiquer. Ces équipements sont utilisés pour étendre les connexions de câbles,
concentrer les connexions, convertir les formats de données et gérer les transferts de
données.

 Des routeurs CISCO (1841 & 2811)

Ils offrent de nombreux services, y compris l’ interconnexion, ainsi des ports d’


interface de réseau WAN. Nous avons quatre (04) routeurs CISCO 1841 dont trois (03)
sont connectés à l’unique routeur 2811 via des interfaces G.703 , et le quatrième est
utilisé pour la connexion internet. Ces interfaces sont utilisées pour transmettre des
données à un débit de 2.048 kbps sur le lien fibre optique.

 Des Switch CISCO (2950 ,2960 et 2811) 

Ils apportent de l’intelligence à la gestion du transfert des données. Ce sont des


autocommutateurs Ethernet intelligent, autonomes, qui fournissent aux postes de travail une

MEMOIRE DE FIN DE CYCLE D’INGENIEUR INFORMATIQUE / TRAORE ABDOULAYE Page 18


MISE EN PLACE DE LA TELEPHONIE SUR IP : CAS DE LA SITARAIL

connectivité FastEthernet et Gigabit Ethernet, et permettent la mise en œuvre des services


LAN avancés au sein de notre réseau.

 Des panneaux de brassage

Ce sont des boitiers ou se concentrent tous les câbles de chaque prise murale RJ45
d’un bâtiment. Il sert à relier ces prises à un Switch grâce à un cordon de brassage .

 Un firewall (StoneSoft)

Il a pour but de protéger le réseau des intrusions indésirables en filtrant les


communications autorisées ou non.

 Des convertisseurs fibre optique D-LINK

Ils permettent de transformer le signal réseau Ethernet 100 BaseTX en fibre optique 100
Base FX et vice versa.

 Des tiroirs à fibre optique

Ils sont destinés au raccordement des fibres optiques en vue d’assurer la distribution sur
d’autres fibres optiques ou sur des convertisseurs fibres optiques.

2.2.4-Supports de transmission

Les supports de transmission sont nombreux. Parmi ceux-ci, on distingue  : les supports
métalliques et supports de verre. Les supports métalliques utilisés sont la paire torsadée
blindée FTP de catégorie 5 et 6. Les supports de verre (la fibre optique) transmettent la lumière.

II. ANALYSE DE L’EXISTANT

L’analyse de l’existant permet de faire ressortir ses forces et failles du système


d’information.

II.1- Forces du réseau

MEMOIRE DE FIN DE CYCLE D’INGENIEUR INFORMATIQUE / TRAORE ABDOULAYE Page 19


MISE EN PLACE DE LA TELEPHONIE SUR IP : CAS DE LA SITARAIL

1 1-le réseau téléphonique commuté

Malgré la forte croissance des flux de données et des flux multimédias observée ces
dernières années, la téléphonie constitue encore pour l’entreprise le principal media, aussi
bien en matière de communication interne qu’externe. Le département de télécommunication
s’est habitué à ce que le téléphone fonctionne en permanence, même lors des coupures
électriques. Ce réseau entièrement privé dispose d’autocommutateurs robustes. Il couvre
également l’entièreté des gares.

1.2- Le réseau informatique

L’architecture du service informatique évolue en parallèle avec l’infrastructure


téléphonique. Les postes informatiques, les serveurs, les imprimantes et autres périphériques
sont renouvelés régulièrement  selon les normes et recommandations du Groupe Bolloré.Le
réseau informatique est formé de plusieurs réseaux locaux Ethernet /IP. Chaque réseau
offre un accès à 100Mbit/s (full duplex) aux stations de travail.

Certains commutateurs Ethernet implémentent le standard PoE (Power over Ethernet), devant
assurer ainsi l’alimentation électrique des postes téléphoniques.

Cette fonctionnalité est essentielle pour ne pas avoir à encombrer les bureaux des
utilisateurs avec les câbles d’alimentation et les transformateurs des postes téléphoniques. De
plus, le système de câblage est suffisamment récent pour un service de transport qui satisfera
le trafic voix. Ces niveaux de classification permettent en outre de transporter le flux électrique
nécessaire à l’alimentation des postes téléphoniques.

II.2- Faiblesses du réseau

2.1- Le réseau téléphonique commuté

Autocommutateurs, postes téléphoniques (numériques et analogiques) et fax forment


l’architecture du service de téléphonie de notre entreprise. Ces équipements sont aujourd’hui
obsolètes et inadaptés aux exigences d’intégration de la téléphonie sur IP. Les mouvements de
personnels inter-sites ou intra sites, nécessitent un rebrassage et un paramétrage du PABX
du (des)sites concerné(s). Les déménagements et les réaffectations de postes, sont lourds à
gérer à partir d’un PABX classique.

MEMOIRE DE FIN DE CYCLE D’INGENIEUR INFORMATIQUE / TRAORE ABDOULAYE Page 20


MISE EN PLACE DE LA TELEPHONIE SUR IP : CAS DE LA SITARAIL

Les postes téléphoniques et leurs numéros directs associés (SDA) sont physiquement
attachés à des lignes, chaque utilisateur ne peut donc facilement conserver son numéro lors
d’un déménagement.

2.2- le réseau informatique

Les administrateurs réseau ne cessent de constater des pannes pour diverses raisons.
Dans de nombreux cas, le réseau est en panne à cause du système de câblage de qualité
inférieure.

Ses différentes insuffisances créent une baisse de productivité, de compétitive et d’efficacité.

DEUXIEME PARTIE 

MEMOIRE DE FIN DE CYCLE D’INGENIEUR INFORMATIQUE / TRAORE ABDOULAYE Page 21


MISE EN PLACE DE LA TELEPHONIE SUR IP : CAS DE LA SITARAIL

ETUDE DETAILLE DE LA
TELEPHONIE SUR IP ET DES
PROTOCOLES DE SIGNALISATION
CHAPITRE I : LA TELEPHONIE SUR IP (voix, données ,vidéo)

CHAPITRE II :LES PROTOCOLES DE SIGNALISATION

CHAPITRE I : LA TELEPHONIE SUR IP (ToIP)


Dans ce chapitre, nous allons présenter d’une part la voix sur le réseau IP et d’autre
part la téléphonie sur IP suivi de la différence avec la téléphonie traditionnelle et enfin
expliquer le fonctionnement et les contraintes qui sont liées à cette technologie.

PREAMBULE

La Téléphonie sur IP est basée sur un double principe :

MEMOIRE DE FIN DE CYCLE D’INGENIEUR INFORMATIQUE / TRAORE ABDOULAYE Page 22


MISE EN PLACE DE LA TELEPHONIE SUR IP : CAS DE LA SITARAIL

Découpage du flux voix numérisé en une suite de « paquets » :


Cette mise en paquets prépare le transport de la voix sur des réseaux informatiques en
la mettant au format adéquat ;

Transit sur un réseau IP :


Grâce au « réseau des réseaux » ou « Internet », le protocole IP littéralement ( Protocole
de l‘Internet) est devenu la technique de base la plus largement utilisée et disponible
pour véhiculer un « paquet » de données entre deux points ou entre deux périphériques
quelconques d‘un réseau. La Téléphonie sur IP (ToIP) utilise ce support devenu de
facto universel.

Figure 7: Schéma synoptique de la convergence des réseaux de SITARAIL

I- GENERALITES

I.1- La voix sur IP (VoIP) 

La voix sur IP Qualifie les principes de transport de la voix sous forme de paquet IP
entre deux points d‘un réseau donné.
.

MEMOIRE DE FIN DE CYCLE D’INGENIEUR INFORMATIQUE / TRAORE ABDOULAYE Page 23


MISE EN PLACE DE LA TELEPHONIE SUR IP : CAS DE LA SITARAIL

Figure 8: Schéma descriptif de la voix sur IP

I.2- La téléphonie sur IP (ToIP)

La téléphonie sur IP Qualifie un service de communication entre deux terminaux


téléphoniques IP ( ou entre un terminal téléphonique IP et un PABX classique ), pour
lesquels un ensemble de fonctionnalités de téléphonie sera mis en Œuvre.

Figure 9: Schéma descriptif de la téléphonie sur IP

I.3- La différence entre la téléphonie IP et la téléphonie traditionnelle

La téléphonie sur IP et la téléphonie traditionnelle ont le même but, celui de faire


transiter des appels téléphoniques, mais nous constatons qu’ils ont des architectures et des
technologies très différences :
 En ce qui concerne la téléphonie sur, la voix et la signalisation sont désormais
considérées comme des données et transitent par un réseau local ou étendu, voire
dans certain cas internet ;
 Cependant, dans une architecture de téléphonie classique, chaque ligne téléphonique
a un circuit physique privé et une architecture dédiée à cette application.

MEMOIRE DE FIN DE CYCLE D’INGENIEUR INFORMATIQUE / TRAORE ABDOULAYE Page 24


MISE EN PLACE DE LA TELEPHONIE SUR IP : CAS DE LA SITARAIL

I.4- Le fonctionnement des appels téléphoniques sur le réseau IP

Certaines personnes cherchant à satisfaire leur curiosité se demande, comment la voix réussit-
elle à transiter sur un réseau informatique pour atteindre un correspondant. Pour être plus
explicite, nous présenterons dans cette partie huit(08) étapes pour la transmission de la voix
pour aboutir à une communication fiable.

4.1- Acquisition du signal


La voix de l’appelant est captée soit par le micro du téléphone soit par celui du
casque.

4.2- La numérisation
Cette voix par la suite transite par un convertisseur analogique et numérique dans le
but d’exécuter deux taches distinctes.

 L’ échantillonnage du signal sonore : il consiste à prélever périodiquement à des


intervalles de temps régulier ce signal afin de se rapprocher de sa valeur réelle ;

 La quantification : Elle consiste à effectuer une valeur numérique (binaire : 0 ou 1) à


chaque échantillon prélevé.

4.3- La compression

Le signal, une fois numérisé, est compressé par un processeur spécialisé nommé DSP ( Digital
Signal Processor ) qui réduit la quantité d’information nécessaire pour l’exprimer.

L’avantage de cette compression est de réduire nécessairement la bande passante pour une
bonne transmission du signal.

4.4- Habillage des-en-têtes

Avant tout transfert sur le réseau, les données doivent être enrichies en information avant
d’être converties en paquets de données, c’est-à-dire qu’elles sont étiquetées pour s’assurer
d’un bon réassemblage des paquets dans l’ordre à l’arrivée.

4.5- Emission et transport

Ces paquets sont acheminés depuis la source pour atteindre la destination sans qu’un chemin
ne soit préétabli pour leur transport.

MEMOIRE DE FIN DE CYCLE D’INGENIEUR INFORMATIQUE / TRAORE ABDOULAYE Page 25


MISE EN PLACE DE LA TELEPHONIE SUR IP : CAS DE LA SITARAIL

4.6- La réception

Lorsque ces paquets arrivent à destination, il est important de les replacer dans l’ordre,
faute de quoi il aura une dégradation de la parole téléphonique.

4.7- La conversion numérique / analogique

Une fois arrivé à la réception, l’étape réciproque de l’étape deux (2) se produit,
c’est-à-dire la numérisation.

4.8- Restitution

Enfin, la destination reçoit la voix par le biais du hautparleur du casque, du téléphone


ou de l’ordinateur. Pour parvenir à une bonne communication téléphonique, la voix doit
être soumise à des contraintes.

II- ARCHITECTURES RESEAU DE TELEPHONIE SUR IP

Cette partie présente les différents scénarios de mise en Œuvre de la Téléphonie sur IP en
entreprise. Ces scénarios correspondent à des degrés de convergence plus ou moins élevés
entre réseaux et peuvent être vus comme les différentes étapes d‘un déploiement d‘une
solution full-IP.

II.1- La convergence des supports de réseaux

En offrant la possibilité de faire transiter les communications voix sur des réseaux de
données, la Téléphonie sur IP marque la fin d‘une cohabitation entre deux réseaux
distincts, très différents, du point de vue de la gestion et de la technologie. Ce transfert de
l‘ensemble des flux sur une infrastructure unique marque les prémices d‘une convergence
des réseaux multiservices existants (voix, données, vidéo).

MEMOIRE DE FIN DE CYCLE D’INGENIEUR INFORMATIQUE / TRAORE ABDOULAYE Page 26


MISE EN PLACE DE LA TELEPHONIE SUR IP : CAS DE LA SITARAIL

Tableau n°1 : convergence des supports de réseaux

II.2- architecture de téléphonie classique

Une architecture de téléphonie classique centralise l‘ensemble des flux voix et


signalisation au niveau du PABX de chaque site pendant toute la durée d‘établissement
d‘une communication. Cette architecture représente l‘existant dans la grande majorité des
contextes entreprise. Les architectures de Téléphonie sur IP présentées ci-dessous sont à
mettre en parallèle avec cet existant afin de visualiser les évolutions à conduire dans le
cadre d‘une migration en Téléphonie sur IP.

MEMOIRE DE FIN DE CYCLE D’INGENIEUR INFORMATIQUE / TRAORE ABDOULAYE Page 27


MISE EN PLACE DE LA TELEPHONIE SUR IP : CAS DE LA SITARAIL

Figure n° 10 : Architecture de réseau de téléphonie classique (RTC)

II.3- architecture de Voix sur IP (architecture hybride)

C’est une architecture hybride (circuit /Voix sur IP). Cette solution présente l‘avantage de
ne pas remettre en cause l‘infrastructure existante ( terminaux et réseau téléphonique interne,
équipement PABX ) tout en bénéficiant des avantages du transport de la voix sur IP pour
les communications inter-sites.
La mise en Œuvre d‘une solution de Voix sur IP peut se faire :

 soit, par l‘ajout d‘une carte IP sur un PABX, si celui-ci est évolutif en IP ( cas de tous
les PABX récents) ;
 soit, par l‘ajout d‘un boîtier Voice Gateway externe au PABX ;
 soit, par un recours aux fonctionnalités de Gateway intégrées aux routeurs de dernière
génération (sous forme de carte).
Il est à noter que, généralement, les fonctionnalités de téléphonie liées au protocole de
signalisation propriétaire du PABX sont perdues lors du passage par la Voice Gateway.
L‘architecture ainsi définie est la suivante :

MEMOIRE DE FIN DE CYCLE D’INGENIEUR INFORMATIQUE / TRAORE ABDOULAYE Page 28


MISE EN PLACE DE LA TELEPHONIE SUR IP : CAS DE LA SITARAIL

Figure n° 11 : Architecture de réseau de voix sur IP inter site

Le déploiement d‘une solution de voix sur IP peut concerner, dans un premier temps, le
Seul transport inter-sites de la voix sur un réseau IP (privé ou public). Cette étape, moins
engageante qu‘une migration complète en téléphonie sur IP, ne remet pas en cause
l‘infrastructure de téléphonie existante. Elle apporte une réponse simple à un souhait de
réduction des coûts sur des volumes de communication conséquents (ex: vers l‘étranger). Elle
peut aussi constituer la première étape d‘un projet de téléphonie sur IP plus global à travers
laquelle seront testés les aspects QoS sur le réseau inter-sites.

II.4. les solutions (full IP)

 architecture de téléphonie sur IP locale


Le schéma ci-dessous présente l‘architecture type d‘un système complet de téléphonie sur IP

Figure n° 12 : Architecture de réseau de téléphonie sur IP inter site

Cette représentation montre que, lors d‘une communication IP inter ou intra-site, seuls les
flux de signalisation transitent par le gatekeeper. Celui-ci assure la mise en relation des téléphones
IP sans constituer un point de passage obligé des flux voix. La Voice Gateway est la passerelle
d‘accès aux réseaux publics.

Cette architecture constitue une migration complète de la téléphonie de l‘entreprise sur

MEMOIRE DE FIN DE CYCLE D’INGENIEUR INFORMATIQUE / TRAORE ABDOULAYE Page 29


MISE EN PLACE DE LA TELEPHONIE SUR IP : CAS DE LA SITARAIL

IP, incluant les terminaux téléphoniques utilisateurs. Plus lourde qu‘une solution hybride, une
telle migration s‘accompagne aussi de bénéfices plus nombreux en posant les bases de la
convergence entre le système d‘information et la téléphonie de l‘entreprise.

 architecture de téléphonie sur IP distante (Contrex IP)

Si elle ne souhaite pas investir et gérer ses équipements de téléphonie sur IP, l‘entreprise
peut faire le choix d‘externaliser les fonctions de téléphonie chez un fournisseur de solutions
centrex IP. Concrètement, il s‘agit pour l‘entreprise de déporter le gatekeeper et la Voice
Gateway sur le site du fournisseur de service. Ce choix d‘architecture revient à déporter
l‘intelligence dans le cœur de réseau.
Contrairement à l‘infrastructure filaire de bout en bout de la téléphonie traditionnelle, la
topologie (any to any) des réseaux IP facilite le déport externalisé des Gatekeeper et Voice
Gateway. Les échanges avec le Gatekeeper sont limités aux flux de signalisation. De ce fait,
l‘externalisation n‘implique plus, comme précédemment, un transit systématique de tous les
flux voix par le site du fournisseur (centralisation des circuits voix). Dans ce modèle,
l‘interconnexion avec les réseaux publics RTC) se fait également au niveau du site du
prestataire Contrex. En fonction de la nature du contrat, le choix de l‘opérateur RTC peut être
libre ou packagé avec l‘offre de service Contrex.

Figure 13 : Architecture de Téléphonie sur IP de type centrex


La migration en Téléphonie sur IP peut constituer pour une entreprise l‘occasion
d‘externaliser ses services de téléphonie auprès d‘un fournisseur. Cette externalisation lui évite
d‘investir à la fois dans des équipements nouveaux, mais aussi dans des nouvelles
compétences en termes d‘administration et de maintenance. La migration n‘est pas pour autant
transparente pour l‘entreprise puisqu‘elle devra gérer un remplacement des postes téléphoniques
de ses utilisateurs et l‘adaptation de son réseau LAN et WAN aux flux voix. Dans le cadre

MEMOIRE DE FIN DE CYCLE D’INGENIEUR INFORMATIQUE / TRAORE ABDOULAYE Page 30


MISE EN PLACE DE LA TELEPHONIE SUR IP : CAS DE LA SITARAIL

d‘une prestation d‘intégration globale assurée par un opérateur unique voix / data, le
périmètre de responsabilité d‘un opérateur pourra s‘étendre jusqu‘à l‘utilisateur de manière à
proposer une offre de services entièrement packagée à la prise .

III. APPORTS SIGNIFICATIFS DE LA TELEPHONIE SUR IP

III.1- Câblage et équipements

Le passage à une infrastructure unique au niveau du LAN « prise murale unique » et


à un câblage voix/données indifférencié permet de poser une longueur de câble deux fois
moins importante que dans le cas de deux réseaux distincts. La réduction du coût de
câblage permet de faire des économies financières.
SITARAIL peut également réaliser des économies potentielles en mutualisant les
autocommutateurs hybrides entre plusieurs sites distants, ainsi que les contrats de
maintenance associés. De même, les opérations d‘upgrades sont moins coûteuses que sur
un réseau de PABX classiques.

III.2- Coûts de gestion (maintenance et exploitation)

Une migration vers la Téléphonie sur IP est une opportunité pour mettre fin aux
multiples contrats de maintenance avec le(s) prestataire(s) spécialisé(s) en charge de sa
téléphonie traditionnelle et de rendre possible une centralisation de la gestion du nouveau
service de téléphonie.

En effet, si certains PABX fonctionnent à partir de systèmes d‘exploitation propriétaires,


d‘autres s‘appuient sur des standards comme Linux, Unix ou Windows, maîtrisés par les
équipes informatiques en charge de l‘exploitation. Au prix d‘un rapprochement entre les
équipes de gestion et d‘exploitation, des services de téléphonie d‘une part et des services
informatiques d‘autre part, la téléphonie sur IP donne accès à des économies structurelles.

III.3- Déménagements / changements (une grande flexibilité)

Les déménagements et les réaffectations de postes, lourds à gérer à partir d‘un PABX
classique, mais largement facile en Téléphonie sur IP grâce à la souplesse de cette technologie.
Les postes téléphoniques et leurs numéros directs associés (SDA) n‘étant plus

MEMOIRE DE FIN DE CYCLE D’INGENIEUR INFORMATIQUE / TRAORE ABDOULAYE Page 31


MISE EN PLACE DE LA TELEPHONIE SUR IP : CAS DE LA SITARAIL

physiquement attachés à des lignes, chaque utilisateur peut donc facilement conserver son
numéro lors d‘un déménagement. S‘il ne possède pas de bureau fixe (free-sitting), l‘utilisateur
s‘identifie à partir du poste mis à disposition et sera automatiquement identifié par le
serveur d‘appels et cela, sans intervention de rebrassage dans le local technique d‘étage.
Cela permet de créer rapidement des groupes de travail ou de monter ponctuellement un
petit centre d‘appels dans une salle de réunion. Cette souplesse est une source d‘économies
qui gomme les coûts générés par les mouvements de personnels inter-sites ou intra-site,
nécessitant habituellement un rebrassage et un paramétrage du PABX du (des) site(s)
concerné(s).

III.4- Adjonction (une grande simplicité)

La téléphonie sur IP se caractérise par une grande souplesse de montée en charge. A


l‘instar des modèles client/serveur informatiques, l’ajout de nouveaux clients est
techniquement et économiquement plus souple en téléphonie sur IP qu‘en téléphonie
traditionnelle. Les nouveaux clients, après l‘allocation de ressources leur permettant d’être
reconnus comme des hôtes IP, peuvent se brancher directement et avec  un minimum
d‘intervention sur le réseau local de l‘entreprise et accéder aux services de téléphonie offerts
par le PABX. Ce dernier est perçu comme un serveur IP quasi-classique ,plus besoin
d‘intervention hardware sur le PABX pour en augmenter les capacités et plus besoin
d‘opération en local technique pour procéder au brassage des paires de cuivre sur les
répartiteurs, etc…

Toutes ces opérations sont exécutées seules et virtuellement par le terminal lui- même, grâce
à la souplesse logicielle de l‘architecture Téléphonie sur IP.

III.5- Des terminaux évolués

En Téléphonie sur IP, l‘interface mise à disposition de l‘utilisateur présente une


ergonomie supérieure à la plupart des postes traditionnels. En effet, l‘accès à certaines
fonctionnalités disponibles sur un PABX traditionnel est parfois complexe et décourageant
car l‘utilisateur doit composer une séquence incompréhensible de chiffres, entremêlés des
caractères Etoile (*) et dièse (#). Avec la Téléphonie sur IP, il lui est possible de
redécouvrir ces mêmes fonctionnalités, de manière plus naturelle et plus aisée grâce à la
puissance et à la simplicité de l‘interface mise à sa disposition. Cet élément est important dans
la satisfaction de l‘outil et peut représenter un moteur d‘adoption du nouveau service de

MEMOIRE DE FIN DE CYCLE D’INGENIEUR INFORMATIQUE / TRAORE ABDOULAYE Page 32


MISE EN PLACE DE LA TELEPHONIE SUR IP : CAS DE LA SITARAIL

Téléphonie sur IP. Un des intérêts du terminal de téléphonie sur IP est d‘être ouvert au monde
applicatif : XML et HTTP (navigation), SMTP (messagerie), normes multimédias
(audio/vidéo). La puissance du terminal téléphonie sur IP est ainsi décuplée par l‘accès à ces
applications.
Actuellement, les solutions dans le domaine du CTI ( Couplage Téléphonie /
Informatique) permettent une intégration des PABX classiques avec le système
d‘information, qu‘il s‘agisse de réaliser une messagerie unifiée, de centraliser un annuaire
ou de s‘interfacer avec une application de gestion de la relation client. Toutefois, cette
opération requiert la mise en œuvre d‘un serveur CTI entre le PABX et le système
d‘information. Le PABX classique possède de manière native ce couplage, sans serveur
supplémentaire, la voix étant traitée comme une application parmi d‘autres .

Le terminal peut d‘ailleurs être exclusivement constitué d‘un PC multimédia équipé d‘un
kit casque micro, équipant déjà actuellement les téléacteurs travaillant dans les centres d‘appels
ou certains personnels d‘accueil des entreprises. L‘interface disponible sur l‘écran du PC
permet aisément d‘utiliser des fonctionnalités du PABX, de manière plus simplifiée et plus
conviviale, qu‘à partir d‘un poste téléphonique traditionnel.

III.6- Intégration des applications

Au-delà des opportunités de rationalisation des coûts, la Téléphonie sur IP peut aussi
engendrer une réelle amélioration des performances des entreprises, en offrant aux
collaborateurs de nouveaux outils, notamment collaboratifs (messagerie unifiée, téléconférence
ou vidéo-conférence, annuaire, etc.) contribuant à améliorer la productivité des
collaborateurs. Ce gain indirect est plus difficilement quantifiable que ceux découlant
directement de la mutualisation des infrastructures et de leur exploitation.
Les principales applications intégrées sont les suivantes :

 Une messagerie unifiée : un seul outil de consultation, de gestion et de


réponse globale pour tous les messages, quelle que soit la source d'émission, téléphonie, fax
ou e-mail ;

 Un assistant virtuel : Application routant intelligemment les appels


reçus sur le poste de l‘utilisateur programmable depuis le navigateur Internet. cette
application permet de programmer sa disponibilité en fonction des contacts et ce, sur le média

MEMOIRE DE FIN DE CYCLE D’INGENIEUR INFORMATIQUE / TRAORE ABDOULAYE Page 33


MISE EN PLACE DE LA TELEPHONIE SUR IP : CAS DE LA SITARAIL

choisi (poste fixe, DECT, GSM, mail...) ;

 La convergence des multiples annuaires : Permettant la mise à jour


simultanée de tous les annuaires à partir d'un annuaire central ( les mêmes informations sont
partagées par les utilisateurs, où qu‘ils soient raccordés sur le réseau) ;

 Les services multimédias et de streaming : Ce sont des


visioconférences ou des sessions d‘E-learning peuvent être initiées de manière simplifiée à
partir du PC ou du poste téléphonique IP selon les capacités disponibles du terminal ;

 Le travail en mode coopératif : Offrant la possibilité à plusieurs


collaborateurs de travailler sur le même document à distance, en échangeant des
informations multimédias (texte, images), tout en discutant oralement ;

 Une interaction client performante: La téléphonie sur IP et ses


Applications permettent une meilleure performance du centre de contacts clients.

IV. LES PARAMETRES DE LA TELEPHONIE SUR IP

VI.1- Les équipements clés de la téléphonie sur IP

Les principaux équipements de la téléphonie IP sont :

 les terminaux téléphoniques IP ;


 le gatekeeper ;
 la Voice Gateway.

1.1- Les terminaux téléphoniques IP

Il existe deux types de terminaux téléphoniques IP :

Les hard phones


MEMOIRE DE FIN DE CYCLE D’INGENIEUR INFORMATIQUE / TRAORE ABDOULAYE Page 34
MISE EN PLACE DE LA TELEPHONIE SUR IP : CAS DE LA SITARAIL

Ce sont de postes téléphoniques totalement indépendants de l‘équipement informatique de


l‘utilisateur. Ils sont destinés à remplacer l‘équipement de téléphonie classique existant et
présentent l‘avantage de ne pas remettre en cause les mécanismes comportementaux d‘un
utilisateur par rapport à son téléphone. Un poste téléphonique IP dispose d‘un micro Switch
intégré lui permettant de partager la connexion LAN avec le PC (PC connecté au téléphone,
téléphone connecté à la prise LAN).

 Les soft phones


Ce sont des applications permettant d’émuler un terminal téléphonique sur un PC (équipé
d‘un micro et d‘un écouteur). La réception d‘un appel sur un soft phone est conditionnée par
l‘ouverture du poste informatique. Pour prendre ou composer un appel, l‘utilisateur ne décroche
plus de combiné mais clique sur sa souris.

1.2. Le gatekeeper

Le gatekeeper assume les fonctions de contrôle d‘appels et de gestion des terminaux. Cet
équipement détient l‘intelligence du réseau H.323 ou SIP et donne les fonctionnalités de
téléphonie aux terminaux distants.
Physiquement, un gatekeeper est un serveur informatique localisé sur le même réseau que
les terminaux téléphoniques IP.

 principes de communications du GateKeeper :

1ere étape :
Un utilisateur souhaitant communiquer avec un autre utilisateur lance une requête vers
le gatekeeper en composant le numéro de ce destinataire sur son terminal IP.

2eme étape :

Le gatekeeper assure la correspondance entre le numéro de l‘appelé et son adresse IP et


vérifie par une requête la disponibilité du terminal destinataire.
- Si la disponibilité du destinataire est admise, le gatekeeper met en relation directe les deux
terminaux en fournissant l‘ adresse IP du destinataire à l‘appelant.
- Si le terminal destinataire ne se trouve pas sur le réseau local, le gatekeeper route
l‘appel vers la Gateway pour accéder au terminal distant.
3eme étape :

MEMOIRE DE FIN DE CYCLE D’INGENIEUR INFORMATIQUE / TRAORE ABDOULAYE Page 35


MISE EN PLACE DE LA TELEPHONIE SUR IP : CAS DE LA SITARAIL

Lorsque l‘appel est terminé, le gatekeeper met à jour ses tables pour rendre les postes
disponibles. Ce principe de fonctionnement définit une architecture de communication non
centralisée mettant en relation directe les interlocuteurs pendant toute la communication
(flux voix). Les seules informations échangées avec le gatekeeper concernent la
signalisation, qui permet l‘ établissement et la libération de l‘appel.
Ce mode de fonctionnement est à l‘opposé d‘une communication classique centralisant
l‘ensemble des flux voix vers le PABX dont le rôle est d‘ abouter les deux demi-circuits
voix et signalisation durant toute la communication.
Un des apports fonctionnels important du gatekeeper dans l‘administration des services de
téléphonie est sa capacité à se synchroniser avec l‘annuaire du système d‘information de
l‘entreprise ( Active Directory, LDAP…). La téléphonie devient alors un service
supplémentaire géré par l‘administrateur du système d‘information.

1.3. La Voice Gateway


Une Voice Gateway est une passerelle permettant l‘interconnexion entre un réseau à
commutation de circuits (RTC) et un réseau en mode paquet (de type réseau IP).
Ainsi, les Voice Gateway assurent la conversion des communications classiques en IP et
vice-versa.

Elles permettent d‘assurer l‘acheminement :

 Des appels sortants du réseau IP: Cas d‘un appelant disposant d‘un téléphone

IP mais souhaitant contacter un destinataire utilisant un téléphone classique ;

 Des appels entrants dans le réseau IP : Cas d‘un appelant disposant d‘un
téléphone.
Classique mais souhaitant contacter un destinataire utilisant un téléphone IP ;
 Les processus clés d’une Voice Gateway sont
- La translation de protocole (échanges d‘informations de signalisation entre les deux réseaux);
- La conversion de formats d‘informations (échanges de signaux audio décodés) ;
- Le transfert d‘informations ;
Physiquement, les Voice Gateway sont des serveurs contenant des cartes d‘interfaces
numériques (T0 ou T2) ou analogiques. Nombre d‘autocommutateurs incluent déjà, en
option, des fonctionnalités de Gateway. De même, un certain nombre d‘équipementiers
réseaux comme Cisco proposent des routeurs assumant des fonctions de Voice Gateway, via

MEMOIRE DE FIN DE CYCLE D’INGENIEUR INFORMATIQUE / TRAORE ABDOULAYE Page 36


MISE EN PLACE DE LA TELEPHONIE SUR IP : CAS DE LA SITARAIL

l‘ajout de cartes voix.

CHAPITRE II : LES PROTOCOLES DE SIGNALISATION


Dans ce chapitre, nous parlerons des protocoles des signalisations définis par les
organismes internationaux tels que L’IUT et L’IETF. Nous nous limiterons aux deux
normes les plus utilisées sur le marché. C’est-à-dire :
 Le protocole H323 ;
 Le protocole SIP (Session Initiation Protocol).

Dans le souci d’éviter une modification de la plateforme de la nouvelle solution


retenue, nous avons choisi la norme SIP. Toutefois, un bref aperçu sera faite sur H323 qui
est le plus ancien.

I- LES PROTOCOLES DE LA TELEPHONIE IP

I.1- Généralité

Les réseaux d‘interconnexion de PABX classiques s‘appuient, d‘une part, sur des
protocoles standards (ex : QSIG) et, d‘autre part, sur des protocoles propriétaires (ABCF1,
MCDN, DCS+…) développés par les équipementiers afin d‘offrir des fonctionnalités de
téléphonie enrichies. La mise en relation de systèmes différents exigeait une certaine
standardisation des protocoles de signalisation. Un groupe de travail de l'UIT (Union
Internationale des Télécommunications), réunissant des organismes internationaux de
normalisation et des éditeurs (comme Microsoft), a élaboré en ce sens la norme H.323, en
1996.
Plusieurs protocoles de signalisation permettent aujourd‘ hui l‘établissement des
communications de Téléphonie sur IP. Parmi eux, le standard H.323 (RFC 2543) est le plus
mature , le protocole SIP (Session Initiation Protocol ), à l‘initiative plus récente de l‘IETF,
est en cours d‘adoption massive et fait figure de challenger sérieux par sa plus grande souplesse,
son évolutivité et sa meilleure adaptation aux réseaux à très large échelle, le protocole
MGCP (Media Gateway Control Protocol) est un standard commun aux groupes de travail
IETF (H248) et UIT (MEGACO), Ce protocole complémentaire aux protocoles H323 et SIP
est plus particulièrement implémenté dans les solutions de passerelle entre le monde de l‘IP
et le monde des télécoms.
MEMOIRE DE FIN DE CYCLE D’INGENIEUR INFORMATIQUE / TRAORE ABDOULAYE Page 37
MISE EN PLACE DE LA TELEPHONIE SUR IP : CAS DE LA SITARAIL

Les principales caractéristiques des protocoles H323 et SIP sont comparées de manière
synthétique à travers le tableau ci-après :

Tableau n°2 : Comparaison des protocoles SIP et H323

I.2- Définition du Protocole SIP (Session Initiation Protocole)

SIP (Session Initiation Protocol) est un protocole de signalisation défini en 1999 par
l’IETF (Internet Engineering Task Force) permettant l’établissement, la libération et la
modification de sessions multimédias. Il hérite de certaines fonctionnalités des protocoles
HTTP (Hyper Text Transport Protocol) utilisé pour naviguer sur le WEB, et SMTP (Simple Mail
Transport Protocol ) utilisé pour transmettre des messages électronique (E-mails).
SIP s’appuie sur un modèle transactionnel client/serveur comme HTTP.

L’adressage utilise le concept d’URL SIP ( Uniform Resource Locator) qui ressemble
à une adresse E-mail. Chaque participant dans un réseau SIP est donc adressable par une
URL SIP.

SIP a été étendu afin de supporter de nombreux services tels que la présence, la
messagerie instantanée ( similaire au service SMS dans les réseaux mobiles ), le transfert
d’appel, la conférence, les services complémentaires de téléphonie, etc…

I.3- Architecture du protocole SIP

MEMOIRE DE FIN DE CYCLE D’INGENIEUR INFORMATIQUE / TRAORE ABDOULAYE Page 38


MISE EN PLACE DE LA TELEPHONIE SUR IP : CAS DE LA SITARAIL

SIP est un protocole fonctionnant en mode point à point et / ou en mode diffusif. SIP
permet donc l’ouverture de sessions en mode :

 Point-à-point 
Communication entre 2 machines (on parle d’unicast), Ex : téléphonie sur IP.

 Diffusif
Plusieurs utilisateurs en multicast, via une unité de contrôle M.C.U (Multipoint Control
Unit). Ex : visioconférence, forum.

 Combinatoire
Plusieurs utilisateurs pleinement interconnectés en multicast via un réseau à maillage complet
de connexions.

1.3.1- Le transport de la Téléphonie sur IP

La téléphonie traditionnelle est orientée « connexion », c‘est à dire qu‘elle a recours à


la commutation de circuits pour mettre en relation deux interlocuteurs. Deux demi-circuits voix
sont ouverts en permanence entre les deux terminaux téléphoniques et l‘autocommutateur,
aussi bien pendant la conversation que pendant les silences.

Ceci est également valable dans le cas d‘un service externalisé pour lequel des
ressources seront mobilisées pendant toute une communication jusqu‘au PABX distant. La
particularité de la voix sur IP est d‘assurer le transport de la voix sans logique de
connexion entre deux points. La voix des usagers est transformée en paquets de données,
lesquels transitent par le réseau informatique. Dans un mode de transport IP, les paquets
sont routés indépendamment les uns des autres, sans réservation de ressources réseau. On
parle ainsi de téléphonie en mode paquet quand une session et non plus une connexion est
ouverte entre deux usagers réseaux.

Les réseaux en mode paquet sont par nature plus économiques que les réseaux à
commutation de circuit. La capacité à mutualiser toutes les ressources entre toutes les
sessions, y compris pendant les silences permet:

 De dimensionner les réseaux de données avec une bande passante


Moindre que celle nécessaire pour les réseaux voix ;

MEMOIRE DE FIN DE CYCLE D’INGENIEUR INFORMATIQUE / TRAORE ABDOULAYE Page 39


MISE EN PLACE DE LA TELEPHONIE SUR IP : CAS DE LA SITARAIL

 D’utiliser des protocoles beaucoup plus souples de contrôle et de


Gestion des sessions ;

Cependant, la commutation de paquets comporte un inconvénient: la bande passante étant


mutualisée, elle peut être ponctuellement indisponible pour une session donnée parce
qu‘utilisée par une autre session au même instant. Ce phénomène s‘appelle congestion. Il
introduit retards et pertes de paquets.

Malheureusement, ces dégradations sont incompatibles avec le transport de la voix.


Quand elles dépassent un certain seuil, elles produisent une dégradation du signal voix
restitué, inacceptable pour l‘oreille humaine. La réponse des réseaux de données consiste à
ajouter aux protocoles de transport un ensemble de mécanismes de contrôle destinés à
assurer une certaine « qualité de service » ou QoS.

Le transport de la Téléphonie sur IP met en jeu de nombreux protocoles de couches


inférieures à celle qui contient l‘information voix parmi lesquels TCP, UDP et RTP.
Les protocoles de transport classiquement utilisés pour transporter les données sont TCP et
UDP.

Tableau n°3 : L’architecture en couches de SIP dans le modèle OSI

 TCP (Transfert Control Protocol)


C’est un protocole qui assure un bon contrôle de l‘intégrité des informations transportées

MEMOIRE DE FIN DE CYCLE D’INGENIEUR INFORMATIQUE / TRAORE ABDOULAYE Page 40


MISE EN PLACE DE LA TELEPHONIE SUR IP : CAS DE LA SITARAIL

(mécanismes d‘accusé de réception) mais n‘est pas particulièrement performant en termes de


délais ;

 UDP (user Datagramme Protocol)


C’est un protocole plus simple que TCP, présentant, de ce fait, de meilleures performances
moyennes car il permet l‘envoi de paquets sans contrôle de réception (pas d‘acquittement).

Le transport de la voix répond à des exigences différentes de celles relatives au


transport de données, à savoir des fortes exigences de délais, sans garantie aussi forte de
fiabilité ( la perte de quelques paquets voix est en effet compensable par des algorithmes de
correction d‘erreurs et par l‘oreille humaine) .

Le protocole répondant à ces exigences est le protocole RTP (Real Time Protocol), utilisé
pour les flux temps réel encapsulés dans des paquets UDP.
Deux protocoles peuvent compléter RTP :

 Le protocole RTCP (Real Time Control Protocol)


Il est associé à RTP afin de lui fournir les fonctionnalités de contrôle de la QoS qui
lui manquent ;
 Le protocole cRTP (compressed RTP)
Il permet un gain de bande passante en compressant l‘entête Ethernet d‘un paquet en
sortie d‘un routeur.

A cela s’ajoutent d’autres protocoles de gestion de qualité (QoS) :

 RSVP (Resource reSerVation Protocol)
C’est un protocole utilisé pour réserver les ressources réseaux sur IP avec une excellente
qualité de service(QoS) ;
 R.T.C. (Real-Time streaming Control Protocol)
Ce protocole assurer le contrôle de flux des données multimédia ;

 S.A.P (Session Announcement Protocol)


Ce protocole préciser si les sessions multimédia ouvertes le sont en multicast ;

 S.D.P (Session Description Protocol)


C’est un protocole de description des sessions multimédia.

MEMOIRE DE FIN DE CYCLE D’INGENIEUR INFORMATIQUE / TRAORE ABDOULAYE Page 41


MISE EN PLACE DE LA TELEPHONIE SUR IP : CAS DE LA SITARAIL

Les fortes contraintes de délais pesant sur le transport des flux voix impliquent que
les réseaux de données, supports aux communications, soient prêts à assurer le niveau de
qualité de service minimum requis par la Voix sur IP.

I.4- Les Codecs Audio

Un Codec audio ( Compresseur – Décompresseur ou Codeur – Décodeur ) est un


algorithme ( programme ) utilisé pour numériser la voix en vue de permettre une meilleure
transmission sur le réseau IP. Cette numérisation renferme :

 L’échantillonnage : consiste à prélever à intervalle régulier les échantillons d’un


signal ;
 La quantification : c’est le fait d’affecter à chaque échantillon prélevé une valeur
numérique ;
 Le codage : consiste à transmettre sur un canal, un flux d’information binaire
correspondant à l’échantillon prélevé par octet (huit bit).
Nous avons ci-dessous les caractéristiques de certains codecs audio :

Noms Débit Binaire (Kb/s) Fréquence .


. . . D’échantillonnage

G.711 64 8
G.721 32 8
G.723 24 à 40 8
G.723.1 5.6 à 6.3 8

Tableau n°4 : Récapitulatif des Codecs Audio

Les normes G.711, G.721, G.723 disposent des débits élevés qui conviennent au
transfert de la voix sur les réseaux à haut débit et trop élevés pour les conversations
passant sur l’internet.
Pour ce qui est de notre étude, nous avons fait le choix du codec G.723.1 en raison
de son faible débit favorable à une conversation téléphonique sur l’internet et aussi de
certains critères essentiels tels que :

 Le délai des opérations de codage et décodage : délai acceptable ;

MEMOIRE DE FIN DE CYCLE D’INGENIEUR INFORMATIQUE / TRAORE ABDOULAYE Page 42


MISE EN PLACE DE LA TELEPHONIE SUR IP : CAS DE LA SITARAIL

 Les ressources processeurs : il nécessite plus ou moins de ressources processeurs


et utilise de préférence le DSP ( Digital Signaling Processing ).
Le DSP exécute plusieurs opérations en une seule instruction et en un seul
cycle d’horloge ;
 La sensibilité aux erreurs : il tolère une marge de près de 3% d’erreurs pendant
la compression et la décompression des données ;
 La bande passante : il consomme moins de bande passante ;
 La qualité de la communication.

I.5- Les Codecs Vidéo

Toute transmission fiable de la vidéo sur un réseau IP exige d’abord une bande
passante importante à cause du contenu volumineux du fichier et nécessite un
algorithme permettant de compresser et de décompresser la source vidéo.
En effet, pour lire la source compresser, un algorithme inverse est appliqué, ce qui
permet d’obtenir une vidéo contenant pratiquement le même contenu que la source vidéo
d’origine.

I.6- Entités du protocole SIP

SIP définit deux types d’entités: les clients et les serveurs, nous pouvons citer entre
autre :

 Le serveur proxy (Proxy server)

Il reçoit des requêtes de clients qu’il traite lui-même ou qu’il achemine à d’autres
serveurs après avoir éventuellement réalisé certaines modifications sur ces requêtes.

 Le serveur de redirection (Redirect server)

Il s’agit d’un serveur qui accepte des requêtes SIP, traduit l' adresse SIP de
destination en une ou plusieurs adresses réseau et les retourne au client. Contrairement au Proxy
server, le Redirect server n'achemine pas de requêtes. Dans le cas d’un renvoi d’appel,
le Proxy server à la capacité, de traduire le numéro de l’appelé dans le message SIP
reçu, en un numéro de renvoi d’appel et d'acheminer l’appel à cette nouvelle destination,

MEMOIRE DE FIN DE CYCLE D’INGENIEUR INFORMATIQUE / TRAORE ABDOULAYE Page 43


MISE EN PLACE DE LA TELEPHONIE SUR IP : CAS DE LA SITARAIL

et ce, de façon transparente pour le client origine pour le même service, le Redirect server
retourne le nouveau numéro ( numéro de renvoi ) au client origine qui se charge d’établir
un appel vers cette nouvelle destination.

 L’agent utilisateur (UA, User Agent):

Il s’agit d’ une application sur un équipement de l’usager qui émet et reçoit des
requêtes SIP. Il se matérialise par un logiciel installé sur un PC, sur un téléphone IP ou
sur une station mobile UMTS ( UE, User Equipment).

 L’enregistreur (Registrar) :

Il s’agit d’un serveur qui accepte les requêtes SIP Register. SIP dispose de la
fonction d’enregistrement d’utilisateurs. L’utilisateur indique par un message Register émis
au Registrar, l’adresse où il est joignable. Le Registrar met alors à jour une base de
donnée de localisation. L’enregistreur est une fonction associée à un Proxy server ou à
un Redirect server. Un utilisateur peut s’enregistrer sur différents UAs SIP, dans ce cas,
l’appel lui sera délivré sur l’ensemble de ces UAs.

Figure n°14 : Entités d’un réseau SIP

MEMOIRE DE FIN DE CYCLE D’INGENIEUR INFORMATIQUE / TRAORE ABDOULAYE Page 44


MISE EN PLACE DE LA TELEPHONIE SUR IP : CAS DE LA SITARAIL

I.7- Méthodes et Réponse du protocole SIP

 Méthodes ou Requête SIP

Six requêtes ou méthodes SIP sont définis à savoir :

 La méthode INVITE 
Elle est utilisée afin d’établir une session entre UAs. INVITE contient les informations
sur l’appelant, l’appelé et sur le type de flux qui seront échangés (voix, vidéo, etc…).
Lorsqu’un UA ayant émis la méthode SIP INVITE reçoit une réponse finale à l’invitation ( 200
OK), il confirme la réception de cette réponse par une méthode ACK. Une réponse telle
que « busy » ou « answer » est considérée comme finale alors qu’une réponse telle que «
ringing» signifiant que l’appelé est alerté, est une réponse provisoire.

 La méthode BYE
Elle permet la libération d’une session préalablement établie. Un message BYE peut
être émis par l’appelant ou l’appelé. Elle termine une session en cours.

 La méthode REGISTER
Elle est utilisée par un UA afin d’indiquer au registrar la correspondance entre son
adresse SIP et son adresse de contact (adresse IP). Elle enregistre l’UA.

 La méthode CANCEL
Elle est utilisée pour demander l’abandon d’un appel en cours mais n’a aucun effet
sur un appel déjà accepté. En effet, seule la méthode BYE peut terminer un appel établi.
Elle annule un INVITE en suspens.

 La méthode OPTION
Elle est utilisée afin d’interroger les capacités User agent (UA) ou d’un serveur. La
réponse contient ses capacités ( type de média étant supporté, méthodes supportées, langue
supportée ) ou le fait que l'UA soit indisponible.

MEMOIRE DE FIN DE CYCLE D’INGENIEUR INFORMATIQUE / TRAORE ABDOULAYE Page 45


MISE EN PLACE DE LA TELEPHONIE SUR IP : CAS DE LA SITARAIL

 La méthode ACK
Elle confirme l’établissement de la session.

 Réponse SIP

Les réponses SIP sont les codes utilisés par le Session Initiation Protocol (SIP) pour les
communications. Une réponse SIP est générée par un UAS ou un serveur proxy pour
répondre à une requête. Nous vous présenterons une liste essentielle des réponses SIP
connues.

 1xx = réponses informatives

100 Trying (Essai) : une recherche étendue est en cours afin qu’un proxy envoie une réponse
100 Trying.
180 Ringing (Sonnerie) : Le client qui a reçu la requête INVITE présente l’appel à
l’utilisateur.
181 Call Is Being Forwarded (Transfert d’appel) : Optionnel, envoyé par le serveur pour
indiquer qu’un appel est en cours de transfert.
182 Queued ( Mis en file d’attente ) : L’appelé est temporairement indisponible, le serveur a
placé l ’appel en file d’ attente, jusqu’ à ce que l’ appelé soit disponible.
183 Session Progress ( Etat d’avancement de la session ) : Cette réponse peut être utilisée
pour envoyer plus d’information pour un appel en cours.

 2xx = réponses réussies

200 OK : Confirme que la requête a réussi.


202 accepted (Accepté) : Confirme l’acceptation de la requête.
204 No Notification (Pas de notification) : Indique la réussite de la requête mais qu’aucune
réponse ne sera reçue.

 3xx = réponses de redirection

300 Multiple Choices (Choix multiples) : l’adresse est résolue en une option que
l’utilisateur choisi.

301 Moved Permanently (Déplacé définitivement) : L’utilisateur ne peut plus être joint à
l’adresse indiquée (URI) et le demandeur devrait essayer à nouveau à l’adresse fournie
dans le champ Contact de l’ en- tête.

MEMOIRE DE FIN DE CYCLE D’INGENIEUR INFORMATIQUE / TRAORE ABDOULAYE Page 46


MISE EN PLACE DE LA TELEPHONIE SUR IP : CAS DE LA SITARAIL

302 Moved Temporarily (déplacé temporairement) : L’utilisateur devrait renvoyer la requête


à la nouvelle adresse fournie dans le champ Contact de l’en-tête.

305 Use Proxy (utiliser proxy) : La ressource demandée doit être utilisée au travers du
proxy indiqué dans le champ Contact.

380 Alternative Service (service alternatif) : L’appel n’a pu aboutir mais des services
alternatifs restent possibles. Les services alternatifs sont décrits dans le corps du
message de la réponse.

 4xx = échecs

400 Bad Request (mauvaise requête) : La requête n’a pas été comprise car elle comporte
une erreur de syntaxe

401 Unauthorized (non autorisé) : La requête nécessite l’authentification de l’utilisateur.


Cette réponse est fournie par les serveurs d’enregistrement.

403 Forbidden (non autorisé) : Le serveur a compris la requête mais refuse de la


réaliser.

404 Not Found (non trouvé) : Le serveur a la certitude que l’utilisateur n’ existe pas dans
le domaine spécifié dans le Request URI.

405 Method Not Allowed (méthode non autorisée) : La méthode spécifiée a été comprise
mais elle n’ est pas autorisée pour l’ adresse indiquée dans le Request URI.

 6xx = échecs généraux

600 Busy Everywhere (partout occupé) : Toutes les destinations possibles sont occupées.

603 Decline (refusé) : La destination ne peut / veut pas participer à l’appel, il n’y a pas
de destination alternative.

606 Not Acceptable (non acceptable) : L ’agent de l’ utilisateur a été contacté avec succès
mais certains aspects  de la description de la session n’ ont pas été accepté.

II- FONCTIONNEMENT DU PROTOCOLE SIP

SIP est un protocole simple, basé sur l'ASCII, qui utilise des requêtes et des réponses
pour établir des communications parmi les divers composants d'un réseau et
optionnellement d'établir une conférence entre deux ou plusieurs extrémités. Les utilisateurs
MEMOIRE DE FIN DE CYCLE D’INGENIEUR INFORMATIQUE / TRAORE ABDOULAYE Page 47
MISE EN PLACE DE LA TELEPHONIE SUR IP : CAS DE LA SITARAIL

d'un réseau SIP sont identifiés par une adresse SIP unique. Une adresse SIP est similaire à
une adresse e-mail dont le format est: sip:userID@gateway.com. Le user ID peut être soit un
nom d'utilisateur soit une adresse E164.

Une adresse E164 est un numéro de téléphone avec une chaîne de chiffres décimaux
qui identifie de manière unique le point de terminaison du réseau public. Le numéro
contient l'information nécessaire pour router l'appel vers ce point terminal.
Les utilisateurs s'enregistrent avec un serveur d'enregistrement en utilisant leur adresse
SIP affectée. Le serveur d'enregistrement fournit cette information au serveur de localisation
sur requête.

Quand un utilisateur initie un appel, une requête SIP est transmise vers un serveur SIP
( soit un serveur proxy soit un redirect serveur). La requête comprend l'adresse de
l'appelant ( dans le champ From de l'en-tête) et l'adresse de la partie appelée (dans le
champ To de l'en-tête).
Au cours du temps, un utilisateur SIP peut se déplacer d'un système d'extrémité à un autre.
La localisation d'un utilisateur peut être enregistrée dynamiquement avec un serveur SIP.
Le serveur de localisation peut utiliser un ou plusieurs protocoles (LDAP, Finger, rwhois,
…) pour localiser l'utilisateur.

Comme l'utilisateur peut être connecté sur plusieurs stations et que le serveur de
localisation peut avoir quelque fois des informations imprécises, celui-ci peut retourner
plusieurs adresses pour l'utilisateur. Si la requête vient au travers d'un proxy server, le proxy
server essaie chacune des adresses retournées jusqu'à ce qu'il localise l'utilisateur. Si la
requête vient d'un Redirect server SIP, le Redirect server achemine toutes les adresses
vers l'appelant dans le champ Contact de l' en-tête du message "invitation response".

II.1- Fonctionnement du protocole SIP avec un Proxy Server

Si un Proxy server est utilisé, l'agent utilisateur de l'appelant transmet une requête
INVITE à Proxy server, le proxy server détermine le chemin et achemine la requête vers
la partie appelée.
La partie appelée répond au Proxy Server qui à son tour achemine la réponse vers
l'appelant.

MEMOIRE DE FIN DE CYCLE D’INGENIEUR INFORMATIQUE / TRAORE ABDOULAYE Page 48


MISE EN PLACE DE LA TELEPHONIE SUR IP : CAS DE LA SITARAIL

Le Proxy Server achemine les acquittements des deux parties. Une session est
ensuite établie entre les parties appelante et appelée. RTP ( Real-time Transfer Protocol )
est utilisé pour la communication entre les parties appelante et appelée.

Figure n°15 : Schéma (3) synoptique Requête SIP à travers un Proxy Server

II.2- Fonctionnement du protocole SIP avec un Redirect Server

Si un Redirect Server est utilisé, l'agent utilisateur de l'appelant transmet une requête
INVITE au Redirect Server, le Reditrect Server contacte le serveur de localisation pour
déterminer le chemin vers la partie appelée et ensuite le Redirect Server renvoie l'information
vers l'appelant. L'appelant acquitte la réception de l'information.

MEMOIRE DE FIN DE CYCLE D’INGENIEUR INFORMATIQUE / TRAORE ABDOULAYE Page 49


MISE EN PLACE DE LA TELEPHONIE SUR IP : CAS DE LA SITARAIL

Figure n°16 : Schéma (1) synoptique Requête SIP à travers un Server Redirect

L'appelant transmet la requête à l'équipement indiqué dans l'information de redirection


(qui peut être la partie appelée ou un autre serveur qui achemine la requête). Une fois que
la requête atteint la partie appelée, celle-ci donne une réponse et l'appelant acquitte cette
réponse. RTP (Real-time Transfer Protocol) est utilisé pour la communication entre les parties
appelante et appelée.

Figure n°17 : Schéma (2) synoptique Requête SIP à travers un Server Redirect

II.2- communication du protocole SIP

Cette section décrit les communications pour les scénarios suivants qui illustrent des
communications réussies:
 SIP Gateway vers SIP Gateway - Call Setup et Disconnect;

MEMOIRE DE FIN DE CYCLE D’INGENIEUR INFORMATIQUE / TRAORE ABDOULAYE Page 50


MISE EN PLACE DE LA TELEPHONIE SUR IP : CAS DE LA SITARAIL

 SIP Gateway vers SIP Gateway - Appel via Redirect Server SIP;
 SIP Gateway vers SIP Gateway - Appel via Proxy Server SIP.

2.1 SIP Gateway vers SIP Gateway (Call Setup ET Disconnect)

La figure suivante montre un établissement d'appel et une déconnexion Gateway vers


Gateway réussis. Les deux utilisateurs d'extrémités sont User A et User B. User A est
localisé sur PABX hybride A qui est connecté à une passerelle SIP (GW1) via une
liaison T1 / E1. User B est situé sur PABX hybride B qui est connecté à une passerelle
SIP (GW2) via une liaison T1 / E1. Le numéro de téléphone de USER B est 2320.

La passerelle SIP GW1 est connectée à la passerelle GW2 par un réseau IP.
Le scénario de la communication est le suivant:

1. User A appelle User B


2. User B répond à l'appel
3. User B termine la communication

PABX Hybride A PABX Hybride B

MEMOIRE DE FIN DE CYCLE D’INGENIEUR INFORMATIQUE / TRAORE ABDOULAYE Page 51


MISE EN PLACE DE LA TELEPHONIE SUR IP : CAS DE LA SITARAIL

Figure n°18 : communication SIP gateway vers gateway

Nb: L’ UAS qui reçoit une requête BYE envoie d'abord une réponse à toutes les requêtes
en attente pour cette communication avant de déconnecter. Après avoir reçue une requête
BYE, l'UAS doit répondre d'état 487 (Request Cancelled).

2.2- SIP Gateway vers SIP Gateway (Appel via Redirect Server)

Dans ce scénario, les deux extrémités sont identifiées comme User A et User B. User
A est situé sur PABX Hybride A. PABX Hybride A est connecté à la passerelle SIP GW1
via une liaison T1/E1. La passerelle SIP GW1 utilise un Redirect Server. User B est situé
sur le PABX Hybride B. Le PABX Hybride B est connecté à la passerelle SIP GW2 via une
liaison T1/E1. Le numéro de téléphone de User B est 2320. La passerelle SIP GW1 est
connectée à la passerelle GW2 par un réseau IP.
Le scénario de la communication est le suivant:
1. User A appelle User B via GW1 en utilisant un Redirect Server
2. User B répond à l'appel
3. User B termine la communication

MEMOIRE DE FIN DE CYCLE D’INGENIEUR INFORMATIQUE / TRAORE ABDOULAYE Page 52


MISE EN PLACE DE LA TELEPHONIE SUR IP : CAS DE LA SITARAIL

Figure n°19 : communication SIP via Redirect Server

2.3- SIP Gateway veers SIP Gateway (Appel via Proxy Server)

La figure suivante montre l’établissement d'un appel et une déconnexion Gateway vers
Gateway réussi via un Proxy server. Les deux utilisateurs d'extrémités sont User A et User.
User A est situé sur PABX Hybride A qui est connecté à une passerelle SIP (GW1) via
une liaison T1/E1. La passerelle SIP GW1 contient le Proxy Server. La passerelle SIP
GW1 est connectée à la passerelle GW2 par un réseau IP. User B est situé sur le PBX B
qui est connecté à une passerelle SIP (GW2) via une liaison T1/E1. Le nu méro de
téléphone de USER B est 2320.

Remarque: Le champ Record-Route de l'en-tête est inséré par le Proxy Server dans une
requête pour forcer les requêtes futures de l'échange à être routées vers le Proxy Server.

Dans la figure suivante, la fonctionnalité Record-route est validée sur le Proxy


Server. Quand la fonctionnalité Record-route est validée, le Proxy Server ajoute le champ
Record-route dans l'en-tête des messages SIP pour s'assurer qu'il sera sur le chemin des
requêtes suivantes pour la même branche de la communication. Le champ Record-route
contient une Requeté-URI globalement accessible qui identifie le Proxy Server. Quand
Record-route est dévalidé, les messages SIP passent directement par la passerelle une fois
que la communication a été établie.
Le scénario de la communication est le suivant:

MEMOIRE DE FIN DE CYCLE D’INGENIEUR INFORMATIQUE / TRAORE ABDOULAYE Page 53


MISE EN PLACE DE LA TELEPHONIE SUR IP : CAS DE LA SITARAIL

1. User A appelle User B via GW1 en utilisant un Proxy Server


2. User B répond à l'appel
3. User B termine la communication

Figure n°20 : communication SIP via Proxy Server

III. SECURITE DE LA TELEPHONIE SUR IP

III.1- Paramètres de performance des réseaux


Les trois paramètres de performance réseau impactant directement la qualité perceptible
de la téléphonie sur IP sont :

Le délai de latence : Il s'agit du délai de réponse du réseau. Il est la somme :

 Du temps de traversée du réseau ;


 Du délai nécessaire pour construire un paquet IP ;
 Du temps nécessaire pour émettre le paquet sur l'interface réseau
(délai inversement proportionnel au débit de l‘accès réseau).

La gigue : Il s'agit de la variation du délai de latence ou écart temporel maximum


constaté entre les temps de transit consécutifs de paquets émis par une même source de
flux. Les CoDecs voix utilisant des mécanismes de compensation de retard, il est primordial
que la variation du délai de latence soit connue et bornée.

Le taux de perte de paquets : Chaque paquet IP perdu fait disparaître un ou plusieurs


échantillons du flux voix. Or, des retransmissions seraient inutiles car trop lentes.

MEMOIRE DE FIN DE CYCLE D’INGENIEUR INFORMATIQUE / TRAORE ABDOULAYE Page 54


MISE EN PLACE DE LA TELEPHONIE SUR IP : CAS DE LA SITARAIL

Les CoDecs sont capables de reconstruire via des algorithmes prédictifs. Les échantillons
manquants, du moins jusqu'à un certain seuil. Ce seuil est traduit en taux de pertes. On
notera que certaines installations de Téléphonie sur IP sont sensibles aux pertes de
paquets consécutives: Lorsque les paquets sont perdus en rafales, les algorithmes prédictifs
sont incapables de reconstruire les paquets manquants.

Les valeurs optimum (et valeurs acceptables) couramment admises pour un service de
Voix sur IP sont :

 Les délais de latence (aller simple): Inférieur ou égal à 100 ms ( valeur acceptable:
Inférieur ou égal à 200 ms ) ;
 La gigue : Inférieure ou égale à 40 ms (valeur acceptable : Inférieur ou égal à 75 ms);
 Le taux de perte : Inférieur ou égal à 1% (valeur acceptable: Inférieur ou égal à
3%).

1.1- Gestion de la QoS sur le LAN (Local Area Network)

La mise en Œuvre d‘une solution de Téléphonie sur IP au niveau local ne pose pas
de lourds problèmes de qualité de service, étant donné que les hauts débits sont
disponibles sur des interfaces LAN (ex : Ethernet, Fast Ethernet, Gigabit Ethernet …).

Néanmoins, toutes les préconisations des constructeurs recommandent la mise en


Œuvre de la gestion de la qualité de service, y compris sur les LANs. En effet, même
sur un LAN haut débit, des phénomènes de congestion peuvent survenir et produire des
variations dans le délai de transmission des paquets voix ( microcoupures dégradant la qualité
auditive perçue par les correspondants ).

Ces congestions surviennent sur les interfaces de concentration des flux, par exemple
sur l‘interface concentrant les flux de tout un étage vers l‘équipement LAN de pied
d‘immeuble ou bien sur l‘interface de sortie du LAN vers le réseau WAN. La qualité de
service sur un LAN peut être gérée, au niveau des commutateurs, par des mécanismes de
gestion des files d‘attente donnant une priorité de traitement aux trames voix.

Une meilleure solution est d‘utiliser la technologie des VLAN ( LAN virtuels ) et
d‘en assigner un au flux voix. L‘ensemble des équipements réseaux est ensuite informé de
l‘existence du VLAN voix et assigne la bonne priorité à ses trames.

MEMOIRE DE FIN DE CYCLE D’INGENIEUR INFORMATIQUE / TRAORE ABDOULAYE Page 55


MISE EN PLACE DE LA TELEPHONIE SUR IP : CAS DE LA SITARAIL

1.2- Gestion de la QoS sur le WAN (Wide Area Network)

Le déploiement de la téléphonie sur IP entre sites distants interconnectés par un


réseau étendu ( WAN ) nécessite davantage des précautions. La nature d‘IP requiert
absolument la mise en place d‘une gestion de la qualité de service. Les réseaux WAN
actuels supportent en standard les flux temps réel à travers la mise en Œuvre de mécanismes de
priorisation des flux garantissant des délais de transmission aux paquets voix. Les
mécanismes de priorisation sont implémentés au niveau des liaisons d‘accès aux réseaux
backbone opérateurs de manière à prévenir les risques de congestion, là où la bande passante est
limitée. Les mécanismes de priorisation permettent la création de files d‘attente au niveau
des routeurs (sur la base d‘un marquage amont ou d‘une classification) et l‘attribution à chaque
flux, en sortie vers le WAN, d‘un pourcentage de bande passante. Pour assurer une
priorisation absolue des flux voix sur tous les autres (Priority Queuing), les opérateurs ont
recours au mécanisme de Low Latency Queuing (LLQ).

Dans la grande majorité des cas, ces mécanismes de priorisation ne sont mis en
Œuvre que lorsqu‘ une congestion est détectée : Par défaut, une file d‘attente de type FIFO
(First In, First Out) est utilisée.

On notera que, si la priorisation permet d‘optimiser l‘utilisation de la bande passante,


elle n‘évite en aucun cas que le réseau WAN soit dimensionné pour répondre aux besoins
de transport de flux voix, consommateurs de bande passante. Ne serait-ce que pour éviter
une dégradation du service pour les flux data transportés sur le même réseau WAN
( priorisation absolue des flux voix ).

Grâce à la mise en Œuvre de mécanismes de gestion différenciée des flux, les réseaux
de données étendus sont prêts à recevoir des flux temps réel à forte criticité de type voix
sur IP.

1.3- Sécurisation de la Téléphonie sur IP (TOIP)

La Téléphonie sur IP a pour objectif de permettre la communication vocale à l’aide des


réseaux informatiques.
A cet effet deux (02) solutions techniques sont actuellement proposées :

MEMOIRE DE FIN DE CYCLE D’INGENIEUR INFORMATIQUE / TRAORE ABDOULAYE Page 56


MISE EN PLACE DE LA TELEPHONIE SUR IP : CAS DE LA SITARAIL

- Le prestataire Internet peut fournir un service externalisé de téléphonie sur IP


(TOIP). Tout est hébergé et administré chez lui ;
- L’autocom téléphonique de l’entreprise est remplacé par un autocom compatible avec
la TOIP. Cela peut être un autocom standard, auquel est rajoutée une carte d'extension
IP ou une nouvelle machine (PC ou Autocom).

Nous sommes exposés à des risques de sécurité très importants, lorsque l’on utilise
cette technologie car elle n’a pas atteint un niveau de sécurité satisfaisant.
A présent les risques qui pèsent sur cette technologie :

- La ligne téléphonique à plus de risques d’être engorgée et bloquée, qu’une ligne


téléphonique standard ;
- Le trafic téléphonique peut être perdu et la conversation peut devenir incompréhensible;
- Les appels des inconnus peuvent être pris en charge et payés par l’entreprise ;
- Le trafic téléphonique peut être détourné vers des serveurs surtaxés ;
- Les boites vocales peuvent être encombrées de messages publicitaires de la même façon
que les boites mail sont encombrées de spam ;
- Les appels peuvent être bloqués, les boites vocales saturées ou les équipements
(les téléphones par exemple) rendus inutilisables ;
- Les conversations peuvent aussi être facilement interceptées ou enregistrées ;
- Les vers et virus peuvent aussi toucher ce réseau téléphonique et se propager sur le
réseau des données informatiques. Ce qui implique la compromission des postes de
travail ou du serveur de données ;
- Enfin, un attaquant peut infiltrer le réseau informatique de l’entreprise à partir du
réseau téléphonique IP, qui est très mal protégé.
L’utilisation de la téléphonie sur IP (ToIP) demande en fait la mise en œuvre de règles très
strictes de sécurité et ce quelque soit la solution technique adoptée. Parmi ses règles nous
pouvons citer entre autres :

- Le débit de l’accès Internet et du réseau informatique de la SITARAIL doivent


être bien dimensionné, de telle sorte, qu’il puisse prendre en charge le trafic des
données et le trafic téléphonique, afin d’éviter les blocages et la mauvaise qualité
des communications ;

MEMOIRE DE FIN DE CYCLE D’INGENIEUR INFORMATIQUE / TRAORE ABDOULAYE Page 57


MISE EN PLACE DE LA TELEPHONIE SUR IP : CAS DE LA SITARAIL

- Les communications doivent être cryptées lorsqu’elles empruntent le réseau public


Internet, afin d’éviter l’espionnage. La mise en place et la gestion d’un VPN
(réseau privé virtuel) est donc indispensable ;
- Le VPN utilisé doit permettre la priorisation des flux téléphoniques sur tous les autres
flux, afin de garantir la qualité des communications et d’éviter les blocages et les
coupures ;
- Une solution de secours doit être disponible, afin d’assurer une continuité du
service téléphonique ( redondance des équipement critiques et de l’accès à Internet
par exemple ) ;
- Un pare-feu, capable de reconnaître et contrôler aussi les protocoles de
communication très fragiles utilisés par la VoIP ( SIP et H.323 ), doit être installé,
afin de protéger l’entreprise des intrusions extérieures ;
- Une solution de contrôle antiviral, antispyware (anti-espion) à jour doit être installée
sur les équipements utilisés par la téléphonie sur IP (TOIP), afin d’éviter toute
possible compromission du réseau téléphonique mais aussi du réseau des données
informatique ;
- Le débit réseau minimum requis dans l’entreprise doit être de 100Mb/s ;
- Le trafic Voix IP (VOIP) doit être isolé du reste du réseau de l’entreprise. Cela
implique, que le réseau est compartimenté en 2 sous réseaux distincts, appelés aussi
vlans, un pour la voix et un pour les données ;
- Les postes téléphoniques IP doivent être contrôlés et authentifiés avant de pouvoir
se connecter au réseau de l’entreprise, afin d’empêcher toute connexion illicite ;
- La mise à jour des firmwares, qui est le logiciel installé dans les équipements de
téléphonie IP doit être automatisée ;
- L’utilisation de solutions de type softphone (logiciel téléphonique sur PC) doit être
évitée, car elles ne sont pas très stables et demandent une protection renforcée des
postes de travail contre les codes malveillants et l’usurpation d’identité.

TROISIEME PARTIE 
MEMOIRE DE FIN DE CYCLE D’INGENIEUR INFORMATIQUE / TRAORE ABDOULAYE Page 58
MISE EN PLACE DE LA TELEPHONIE SUR IP : CAS DE LA SITARAIL

REALISATION ET MISE EN ŒUVRE


. DE LA SOLUTION RETENUE
CHAPITRE I : ETUDE TECHNIQUE DE LA SOLUTION RETENUE

CHAPITRE II : LA REALISATION

CHAPITRE I : ETUDE TECHNIQUE DE LA SOLUTION RETENUE


Afin de répondre aux besoins spécifiques de la SITARAIL, nous avons étudié la possibilité de
faire un compromis entre l’environnement existant et la panoplie de solutions qu’offre le
marché. Les contraintes fondamentales qui ont guidé notre choix sont tels que :

MEMOIRE DE FIN DE CYCLE D’INGENIEUR INFORMATIQUE / TRAORE ABDOULAYE Page 59


MISE EN PLACE DE LA TELEPHONIE SUR IP : CAS DE LA SITARAIL

 La plupart des routeurs et autres équipements réseaux sont de marques CISCO ;


 Les autocommutateurs existants sont de type analogiques et dispose des interfaces
FXS / FXO ;
 La nécessité de migration progressive ou partielle et sans interruption de
services ;
 L’interopérabilité et l’homogénéité avec l’existant (serveurs de messagerie, routeurs,
Switch …).

Ses constats nous obligent à adapter une solution qui rallie à la fois performance,
compatibilité et facilité de mise en place.

Nous avons par ailleurs fait un benchmarking des solutions existants dans le domaine
de la téléphonie IP et nous en avons comparé qui semblaient approché nos besoins : Alcatel,
Siemens et Aastra , notre choix s’est porté sur la solution Aastra qui a passé tous les
tests de compatibilité avec l’existant qui, de sur croire, offre une solution de bout en bout,
ce qui permettra de faire une migration partielle sans interrompre le service .Cette solution est
compatible avec l’existant, elle nous donne une gestion de la qualité de service (QoS) au
niveau des équipements d’accès jusqu’au transport et à l’intégration de la voix sur
l’ensemble des supports existants.

Par ailleurs, la solution Aastra offre la meilleure ergonomie, et est compatible avec des
systèmes d’exploitation existants (serveur et client Windows). Ces critères de performances et
les contraintes d’existence nous conduit au choix d’une solution Aastra. Nos tests ont
permis de nous assurer de la compatibilité de Aastra avec les équipements existants.

I. LA SOLUTION AASTRA
Le marché de la téléphonie sur IP connait actuellement une croissance et supplante
désormais les solutions traditionnelles. Avec la fiabilisation des réseaux IP et le
développement accéléré des nouveaux outils dérivés de l’internet, s’appuyant sur des offres
basées sur des standards ouverts qui s’ intègrent simplement dans le système d’information
de l’entreprise. L’interopérabilité des équipements est désormais assurée, apportant une
grande souplesse dans les choix et le rythme d’évaluation du Système d’Information.

MEMOIRE DE FIN DE CYCLE D’INGENIEUR INFORMATIQUE / TRAORE ABDOULAYE Page 60


MISE EN PLACE DE LA TELEPHONIE SUR IP : CAS DE LA SITARAIL

C’est dans ce contexte qu’Aastra a mis au point son offre logicielle Aastra 5000, sa gamme
de gateways Aastra X séries ainsi que sa solution d’administration pour les grands
systèmes Aastra Management 7450.

L’Aastra 5000 s’accompagne d’application de communication unifiée. L’unification génère


des gains de temps et de productivité dans la gestion de l’information quelle que soit sa
forme (PC , poste fixe ou sans-fil, etc..). La gestion de présence, le numéro unique et le
routage intelligent des appels sont autant de fonctions qui permettent de joindre
infailliblement ses interlocuteurs. Les outils de travail collaboratifs accroissent et
optimisent quant à eux le partage d ’information en alliant la voix et la vidéo.

I.1- Aastra 5000

La solution Aastra 5000 est une application logicielle de téléphonie sur IP, résolument
tournée vers les grandes entreprises et besoins. Elle bénéficie des dernières évolutions
technologiques pour proposer aux collaborateurs une productivité et une efficacité accrues
ainsi qu’une grande flexibilité de déploiement et d’intégration au sein du système
d’information. Ce logiciel est capable de gérer 500 à plus de 150.000 abonnées, et jusqu’à 2000
gateways en réseau.

 L’Aastra est disponible 


 En version logicielle pour serveur informatique Standard. Un seul serveur
accueille jusqu’ à 15.000 abonnés IP ;
 Sur plateforme matérielle dédiée, avec la gamme Aastra X Séries. Ces gateways
permettent de conserver des équipements traditionnels (terminaux ou accès
opérateurs) avec des capacités modulaires de 8 à 1000 abonnés.

I.2 Les caratéristiques d’Aastra 5000

 Puissance et performance

Aastra 5000 dispose d’une grande puissance de mise en réseau lui permettant de gérer
jusqu’à 150.000 abonnés en raison de 15.000 par serveur et 2000 sites. Il offre ainsi un
même niveau de service à tous les utilisateurs, quelle que soit leur localisation. C’est
également l’un des logiciels les plus complets du marché avec plus de 500 fonctionnalités

MEMOIRE DE FIN DE CYCLE D’INGENIEUR INFORMATIQUE / TRAORE ABDOULAYE Page 61


MISE EN PLACE DE LA TELEPHONIE SUR IP : CAS DE LA SITARAIL

téléphoniques disponibles, enrichies de nombreuses fonctions de mobilité et de travail


collaboratif.

 Richesse de l’interface utilisateur

Aastra propose une gamme complète de terminaux compatibles avec la solution


Aastra 5000 :

- Filaires: IP, SIP ;


- Mobiles: DECT sur IP, WLan SIP ;
- Soft phone et Visiophone sur PC.

Un large éventail d’application de communications unifiées est également proposé


autour de ce logiciel. A cet effet nous avons :

 La messagerie unifiée tel que la voix, la data, fax etc..

Elle est gérer par l’ UCP ( Unified Communication Plateform ) inclut dans la gestion de
présence et la messagerie instantanée (Chat). Elle est accessible au travers d’une interface
Web ( client léger ) .

 L’application telephony Web Portal ( TWP ) 

Elle inclut les fonctions de visiophonie, de routage personnalisé des appels, de


contrôle de communication ( CTI ), de remontage de fiche et d’enregistrement de
communications.

 Le portail d’application ACP

ACP (Aastra Communication Portal), celui-ci donne accès aux fonctions d’accueil
( opératrice par interface web, centre de contacts ) et de pont de conférence IP.

MEMOIRE DE FIN DE CYCLE D’INGENIEUR INFORMATIQUE / TRAORE ABDOULAYE Page 62


MISE EN PLACE DE LA TELEPHONIE SUR IP : CAS DE LA SITARAIL

Tableau n°5 : dimensionnement de l’Aastra 5000 ( par serveur )

 Ouverture sur les standards du marché

Aastra 5000 s’inscrit dans la stratégie d’ouverture du groupe Aastra. Cette solution de
communication s’appuie sur les standards du marché et devient ainsi une application
totalement intégrée au système d’information, indépendante des équipements réseau et
interopérable avec les solutions applicatives de l’entreprise.

Aastra 5000 intègre notamment :

 Le protocole SIP user qui permet d’être compatible avec tous les types de
terminaux, à savoir : SIP, SIP vidéo, DECT sur IP, Wifi SIP, soft phones ;
 Une interface trunk pour que l’entreprise puisse bénéficier des offres opérateurs
voix sur IP et réaliser ainsi des économies sur ses communications ;
 Une architecture basée sur Linux, procurant une meilleure réactivité pour
développer et intégrer de nouvelles briques logicielles. Aastra 5000 comprend en
outre des interfaces applicatives standards tel que LDAP , SIP ,XML, etc.. visant
à intégrer des applications bureautique ( telles que Microsoft Outlook et Microsoft
office …) et des applications métiers spécifiques à certains secteurs d’activité
( santé, tourisme …).

 Qualité, fiabilité et sécurité

Aastra 5000 est doté de plusieurs niveaux de sécurité, nous pouvons citer :

 L’Authentification des postes IP par le réseau, qui interdit l’accès au LAN à


tous les équipements non autorisés ;
 L’Authentification des données et des postes IP par le logiciel Aastra 5000 qui
refuse l’accès au service de téléphonie à toute personne non autorisé,
 Cryptage des communications pour des abonnés critiques tant sur le réseau
LAN que sur le WAN, afin de renforcer la confidentialité des échanges, sans
matériel additionnel.

MEMOIRE DE FIN DE CYCLE D’INGENIEUR INFORMATIQUE / TRAORE ABDOULAYE Page 63


MISE EN PLACE DE LA TELEPHONIE SUR IP : CAS DE LA SITARAIL

La solution Aastra 5000 garantit une parfaite continuité de service à savoir :

 La sécurisation du serveur est assurée par duplication (clustering) sur le LAN


ou le WAN. Un deuxième serveur est mis en place localement ou sur un site
distant. En cas de problème, le basculement s’effectue automatiquement tout en
maintenant les communications en cours ;
 La disponibilité du service peut aussi être renforcer en choisissant un serveur
à tolérance de panne ( de type Stratus ), dont tous les composants physiques
sont dupliqués ;
 Les gateways Aastra X séries sont capables de fonctionner en mode autonome
et d’assurer un secours local complet, y compris pour les postes IP ;

La qualité des communications sur IP est remarquable, Aastra 5000 propose en effet

 Le support de divers codecs (G711, G723, G729) ;


 La mise en œuvre d’une architecture voix directe ( voix sur IP de bout en
bout ) ;
 L’ adaptation dynamique à l’état de l’ infrastructure réseau avec des fonctions de
contrôle de bande passante ( Call Admission Control ) sur les liaisons IP les
plus constantes.

 Administration simplifiée et optimisée.

Aastra 5000 a aussi une administration très simplifiée et optimisée, nous pouvons le voir
dans:

 L’administration de système, elle s’opère via une application Web centralisée,


Sécurisée et accessible à distance, afin d’offrir une maitrise complète du système
tout en réduisant les coûts d’exploitation ;
 La configuration des abonnées, elle est facilitée par la synchronisation de l’annuaire
LDAP avec un externe, tel que Microsoft Active Directory. Ainsi la création, la
modification ou suppression d’abonnées ne s’effectue qu’une fois la synchronisation
étant automatique et immédiate ;
La suppression du logiciel Aastra 5000 et des gateways Aastra X séries, basée
sur le protocole SNMP, est proposé nativement avec l’application
d’administration.

MEMOIRE DE FIN DE CYCLE D’INGENIEUR INFORMATIQUE / TRAORE ABDOULAYE Page 64


MISE EN PLACE DE LA TELEPHONIE SUR IP : CAS DE LA SITARAIL

I.3 principales fonctions de Aastra 5000

Aastra 5000 a son sein plusieurs fonctions dans lesquelles nous citer :

 Appels simples, nous pouvons trouver :


 Appels d’urgence ;
 Appel par le nom,
 Transfert et affiche du numéro ;
 Transfert et affichage du nom ;
 Restriction de présentation du numéro ;

 Appels complexes, à savoir :


 Mise en attente va et vient ;
 Transfert, conférence à trois ;
 Renvoi tout type ;
 Rappel automatique ;
 Multi-lignes ;
 Multitouches, touche classeur ;
 Filtrage patron-secrétaire ;
 Guides vocaux.
 Présence et numéro unique, on peut citer :
 Gestion de présence téléphonique ;
 Poste associés (un seul numéro).

 Mobilité et sécurité, au niveau de la mobilité et sécurité, nous


avons :
 Login utilisateur ;
 Handover DECT / IP ou WIFI;
 Authentication des utilisateurs;
 Gestion des droits des utilisateurs ;
 Chiffrement des communications.

 Applications, cela nous présente :


 Interfaces de service vocal (SVI, messagerie unifiées) ;

MEMOIRE DE FIN DE CYCLE D’INGENIEUR INFORMATIQUE / TRAORE ABDOULAYE Page 65


MISE EN PLACE DE LA TELEPHONIE SUR IP : CAS DE LA SITARAIL

 Supervision des appels ;


 Couplage téléphonie informatique (CTI).

 Réseau, nous pouvons voir :


 Mise en réseau IP ;
 Routage au moindre coût (Least Cost Routage)
 Signalisation SIP, RNIS, analogique ;
 Traduction des adresses IP.

 Qualité de service, en ce qui concerne la qualité de service nous


pouvons voir :
 Priorisation Vlan, 802.1p/q, diffserv ;
 Call Admission Control.

 Continuité du service, on ne peut que citer :


 Duplication du service, cluster ;
 Secours et débordement sur RNIS ;
 Maintien des communications.

 Administration et système d’information, nous trouvons :


 Portail web intégré pour l’administration ;
 Annuaire téléphonique LDAP ;
 Synchronisation de l’annuaire sur Microsoft Active directory;
 Ticket d’appels pour analyse de trafic ou taxation ;
 Multi-société (partage des ressources) ;
 Serveur DHCP pour mise à jour des postes et bornes IP ;
 Serveur NTP pour la mise à l’heure des postes IP.

I.4. Aastra Management Portal

Soucieux de rationnaliser l’investissement clients, Aastra management portal est totalement


intégré aux solutions de communications sur IP Aastra et Aastra X séries.Aastra management
portal ( AMP ) simplifie l’administration de la téléphonie sur IP avec un impact immédiat
et quantifiable en matière de réduction de coûts pour l’entreprise . Grâce au logiciel

MEMOIRE DE FIN DE CYCLE D’INGENIEUR INFORMATIQUE / TRAORE ABDOULAYE Page 66


MISE EN PLACE DE LA TELEPHONIE SUR IP : CAS DE LA SITARAIL

Aastra management portal, l’administration bénéficie d’un accès unifié à toutes les
fonctions, à partir de son navigateur web habituel ( Microsoft internet Explorer ou Mozilla
Firefox ). Nul besoin de déployer le logiciel sur le pools client, épargnant ainsi un temps
précieux aux administrateurs système.

Aastra management portal dispose d’une sécurité intrinsèque renforcée :

 Interface sécurisées par https ;


 Authentification de chaque administrateur via un login et un mot de passe et
blocage des accès au-delà de trois authentifications erronées ;
 Accès aux applications selon les droits attribués à chaque administrateur.

Aastra management portal possède une ergonomie qui offre à l’administrateur trois
applications principales :

 Configuration des différents services proposés par Aastra 5000 et Aastra X séries.
Cette interface ergonomique offre un accès thématique (abonnées, système, réseau,
accueil, messagerie vocale) ainsi qu’une recherche par mot clé ;
 Gestion de l’annuaire LDAP intégré, il donne aux hôtesses d’accueil, la possibilité de
mettre à jour des informations telles que les noms, prénoms, adresses mails des
utilisateurs etc… ;
 Gestion des terminaux SIP, IP et numérique : Elles permettent de préparer la mise à
jour automatique de la version logicielle des postes et offre également un
inventaire des terminaux complet des terminaux déployés sur le réseau IP.

I.5 Aastra management 7450

Pour une administration de réseau ouverte et optimisée, ce logiciel Aastra management


7450 (AM.7450) répond non seulement au besoin d’administration des architectures multi-sites,
mais aussi aux problématiques de gestion de parcs d’ores et déjà équipés de solution Aastra.
Extrêmement flexible, il est capable de gérer des réseaux de très grande capacité, constituant
ainsi l’un des atouts majeurs de la solution Aastra 5000.

L’Aastra Management 7450 est proposé sous deux formes, selon les besoins du client à
savoir :

MEMOIRE DE FIN DE CYCLE D’INGENIEUR INFORMATIQUE / TRAORE ABDOULAYE Page 67


MISE EN PLACE DE LA TELEPHONIE SUR IP : CAS DE LA SITARAIL

 Une offre logicielle pour s’intégrer dans une politique serveur d’entreprise ;
 Une offre packagée intégrant le logiciel sur un serveur.

L’Aastra Management 7450 à son sein des caractéristiques plus évoluées :

 Puissance

Aastra management 7450 est l’un des logiciels les plus puissants du marché, de par
sa capacité à gérer plusieurs milliers de gateways et jusqu’à 150.000 utilisateurs sans la
moindre perte de fonctionnalité. Avec 30 administrateurs connectables en permanence sur le
serveur AM 7450, ce logiciel est totalement adapté à la gestion de très grands réseaux ;

 Sécurité

Aastra management 7450 fonctionne sous Linux Redhat et peut être sécurisé en de
multiples points :

- Le matériel peut être sécurisé localement, via un serveur Stratus, ou


géographiquement grâce à un serveur en cluster situé dans un local distant
et ce, même au travers d’un réseau WAN ;
- Les données échangées par le logiciel AM 7450 sont chiffrées au travers
d’une interface https ;
- Le logiciel est compatible avec des antivirus et des pare-feu du marché .

II. LA GAMME AASTRA X SERIES

La gamme Aastra X séries présente un ensemble de produits homogène et modulables


permettant la gestion de 8 et 1000 abonnés s’appuyant sur un logiciel unique et une
gamme de sous-ensemble (cartes) commune à tous les produits de la gamme. La gamme
Aastra X séries permet la connexion à des réseaux de communications analogiques ou
numériques traditionnels ou utilisant le protocole IP. Elle assure un haut niveau
d’intégration des services téléphoniques (messagerie, SVI, répondeur, annonces, ….) et de
télégestion (IP, HDLC, téléchargement) des autocommutateurs. Elle est basée sur une
exploitation totale (surveillance, configuration …) des autocommutateurs par télégestion. Elle
comprend cinq produits :

 Aastra XD (AXD) ;

MEMOIRE DE FIN DE CYCLE D’INGENIEUR INFORMATIQUE / TRAORE ABDOULAYE Page 68


MISE EN PLACE DE LA TELEPHONIE SUR IP : CAS DE LA SITARAIL

 Aastra XL (AXL) ;
 Aastra XS (AXS) ;
 Aastra XS12 (AXS12) ;
 Aastra XS6 (AXS6).

Ces PABX Hybrides se différencient essentiellement par leur puissance de gestion et de


communication:

 De 1000 abonnés physiques pour un AXD ;


 De 1000 abonnés physiques pour un AXL ;
 De 500 abonnés physiques pour un AXS ;
 De 500 abonnés physiques maximum pour un AXS12.

Mais la SITARAIL pour sa migration utilise seulement que deux (02) types
d’autocommutateur tels que : Les systèmes AXD et AXS.

Les systèmes AXD, AXS accueillent une gamme étendue de cartes d’extension, leur
permettant d’être configurées de manière optimale pour répondre aux besoins :

 Des Autocommutateurs (PABX hybrides) ;


 Des trunk gateways ( passerelles utilisant de façon optimale les ressources réellement
utilisées à un instant donné) ;
 Des Voice gateways (passerelles de phonie : ressources assurant l’établissement d’un
circuit de phonie entre deux sites d’un réseau).

II.1-Architecture autocommutateurs (PABX hybrides)

1.1- Généralités

Les plates-formes de la gamme Aastra XS / XD assurent principalement :

 Des liaisons temporaires entre lignes d’abonnés, différents types de réseau et


éventuellement d’autres plates-formes ou installation privées ;
 La prise en charge de service d’abonnés ;
 La sécurisation du fonctionnement du système (Aastra XD uniquement).

Pour cela, ils assurent les fonctions suivantes :

MEMOIRE DE FIN DE CYCLE D’INGENIEUR INFORMATIQUE / TRAORE ABDOULAYE Page 69


MISE EN PLACE DE LA TELEPHONIE SUR IP : CAS DE LA SITARAIL

 Gestion de l’accès à différents types de réseau :


- RTCP ;
- RNIS ;
- X.25 ;
- Ethernet.
 Gestion de l’accès à différents type périphériques :
- Poste numériques ;
- Postes analogiques ;
- Postes IP ;
- Postes SIP ;
- Terminaux informatiques ;
- Bornes DECT.
 Gestion des accès à d’autres plates-formes (accès multi-sites) par interfaces :
- MIC (E1 / T1) ;
- Réseau Ethernet ;
- Ligne analogique ;
- Ligne Inter-Automatique.
 Commutation des communications :
- Communication de circuits ;
- Communication de paquets.
 Génération et détection des signaux :

 Service d’abonnés :
- Serveur de messagerie ;
- Serveur d’annuaires ;
- Répondeur / enregistreur ;
- Standard automatique ;
- Stockage des informations et données nécessaires aux périphériques connectés
(messages vocaux, annuaires).

 Au niveau de sa gestion interne :


- Exploitation et supervision des périphériques et des réseaux connectés au
système, en collaboration avec l’Aastra Management Portal ;

MEMOIRE DE FIN DE CYCLE D’INGENIEUR INFORMATIQUE / TRAORE ABDOULAYE Page 70


MISE EN PLACE DE LA TELEPHONIE SUR IP : CAS DE LA SITARAIL

- Collecte d’alarmes internes ou externes ;


- Gestion des cartes d’extension (systèmes AXD, AXS) :
 Initialisation et supervision ;
 Stockage des informations et données nécessaires au fonctionnement
des cartes.
 Gestion des services dupliqués (Aastra XD uniquement) :
- Duplication des alimentations (basculement) ;
- Duplication des cartes mères :
 Basculement ;
 Duplication des fonctions matérielles ;
 Synchronisation des données ;
 Synchronisation du logiciel.
- Duplication de l’accueil intégré ;
- Duplication de la messagerie vocale ;
- Duplication de services intégrés de taxation ;
- Duplication des connexions au réseau IP.

1.2- Description du PABX hybride (AXD)

Un PABX hybride Aastra XD (AXD) en configuration simplex ou duplex se compose


d’un coffret principal et éventuellement d’un coffret d’extension (version A2XD) ou de deux
coffrets d’extension (version A3XD).

Le coffret principal et les coffrets d’extension se présentent sous la forme d’un boitier
métallique au format 19‘’, 10U, dans lequel s’insèrent les sous-ensembles nécessaires aux
fonctions du PABX. Les coffrets sont adaptés aux baies 19  ‘’ grâce à des équerres de
fixation. Ils peuvent également être simplement posés au sol ou sur un meuble. Les coffrets
peuvent être superposés les uns sur les autres mais pas mis côte à côte en raison des
entrées d’air situées sur le franc gauche.  

 Un emplacement A, situé dans la partie supérieure du coffret :


- Réservé à la carte UCV-D (A) principale dans le cas du coffret principal ;
- Réservé à la RUCV (A) dans le cas du coffret d’extension.
 Un emplacement B situé dans la partie supérieure du coffret :

MEMOIRE DE FIN DE CYCLE D’INGENIEUR INFORMATIQUE / TRAORE ABDOULAYE Page 71


MISE EN PLACE DE LA TELEPHONIE SUR IP : CAS DE LA SITARAIL

- Réservé à la carte UCV-D (B) secondaire dans le cas du coffret principal dans une
configuration Duplex ;
- Réservé au panneau obturateur dans le cas des coffrets d’extension.
 Un emplacement C, situé dans la partie supérieure du coffret :
- Réservé à la carte IUCV-D dans le cas du coffret principal ;
- Réservé au panneau obturateur dans le cas des coffrets d’extension.
 Un emplacement D, situé sur le côté droit dans la partie inférieure du coffret, réservé au
module alimentation ;
 Un emplacement E, situé sur le côté droit dans la partie supérieure du coffret, réservé à
un module ventilation ou un deuxième module d’alimentation ;
 2 rangées de 8 emplacements (1 à 16 et 2 à 14) dans le coffret principal et le coffret
d’extension :
- Les 14 premiers emplacements sont réservés au cartes d’extension enfichables
le long des guides situés sur les côtés du coffret (format RJ45) ;
- Les 2 derniers emplacements sont réservés aux cartes d’extensions BTX ;
- Dans le(s) coffret(s) d’extension, les 16 emplacements sont réservés aux cartes
d’extension enfichables le long des guides sur les côtés du coffret (forma RJ45) ;
- Les cartes RJ sont verrouillées en face avant du coffret, des panneaux obturateurs
du coffret sont présentes sur :
 Des ouvertures destinées à la circulation d’air assurant la ventilation
des éléments du coffret sont présentes sur :
- Le franc gauche : entrée d’air frais ;
- La face arrière : sortie d’air chaud.

Les raccordements des câbles externes se font en face avant des sous-ensembles insérables
dans le coffret (carte principale, cartes d’extensions, secteur).

Les raccordements aux coffrets d’extension et à une batterie optionnelle s‘effectue à


l’arrière du coffret.

MEMOIRE DE FIN DE CYCLE D’INGENIEUR INFORMATIQUE / TRAORE ABDOULAYE Page 72


MISE EN PLACE DE LA TELEPHONIE SUR IP : CAS DE LA SITARAIL

Figure n°23 : coffret A3XD en configuration simplex avec alimentation sécurisée

1.3- Description générale des IPBX AXS

Un PABX Aastra XS (AXS) se compose d’un coffret principal et éventuellement d’un coffret
d’extension (version A2XS). Le coffret principal et le coffret d’extension se présentent sous
la forme d’un boitier métallique au format 19 ’’, 2U, dans lequel s’insèrent
les sous-ensembles nécessaires aux fonctions du PABX.

Les coffrets sont adaptés aux baies 19’’ grâce à des équerres. Ils peuvent également être
simplement posés au sol ou sur un meuble ou bien accrochés au mur. Les coffrets peuvent

MEMOIRE DE FIN DE CYCLE D’INGENIEUR INFORMATIQUE / TRAORE ABDOULAYE Page 73


MISE EN PLACE DE LA TELEPHONIE SUR IP : CAS DE LA SITARAIL

être superposés ou mis côte à côte. Dans le cas d’une position murale, le coffret d’extension
ne peut être posé que latéralement au coffret de base.

Les deux (2) coffrets présentent une structure commune :

 Un emplacement, situé à la base du coffret, réservé à la carte principale UCV-S ;


 Une carte EXT –S équipée de :
- Prise d’abonnés et d’interface T0/S0 ;
- Prises RJ45 pour ce qui concerne les interfaces d’équipement analogiques et
numériques de la face avant.
 Trois (3) emplacements, situés dans la partie supérieure du coffret, réservés aux
cartes d’extension (format RJ45). Les cartes RJ45 sont verrouillées en face avant du
coffret, des panneaux obturateurs doivent être fixés aux emplacements inoccupés ;
 Des ouvertures destinées à la circulation d’air assurant la ventilation des éléments du
coffret sont présentes sur :
- Le flanc gauche: entré d’air frais ;
- Le flanc droit: sortie d’air chaud.
 L’adjonction ou l’extraction d’une carte d’extension se fait par la face avant, sans
ouverture du capot.

Figure n°24 : vue d’ensemble d’un coffret AXS

MEMOIRE DE FIN DE CYCLE D’INGENIEUR INFORMATIQUE / TRAORE ABDOULAYE Page 74


MISE EN PLACE DE LA TELEPHONIE SUR IP : CAS DE LA SITARAIL

CHAPITRE II: LA MISE EN ŒUVRE

I. CONFIGURATION DES EQUIPEMENTS INFORMATIQUE

1- configuration du pool d’adresses pour le Vlan voix sur notre serveur DHCP

Notre service DHCP est configuré sur windows 2016 serveur R2 qui fait aussi office de
controleur de domaine et de serveur DNS .

Faisons clique droit sur IPV4 et cliquer sur nouvelle étendue pour obtenir l’écran ci-dessous.

MEMOIRE DE FIN DE CYCLE D’INGENIEUR INFORMATIQUE / TRAORE ABDOULAYE Page 75


MISE EN PLACE DE LA TELEPHONIE SUR IP : CAS DE LA SITARAIL

Faisons suivant pour entrer maintenant le nom et la description de notre étendue comme sur
l’ecran ci-dessous :

Faisons suivant pour entrer ensuite la plage d’adresse de notre étendue :

MEMOIRE DE FIN DE CYCLE D’INGENIEUR INFORMATIQUE / TRAORE ABDOULAYE Page 76


MISE EN PLACE DE LA TELEPHONIE SUR IP : CAS DE LA SITARAIL

Dans cette fenêtre nous allons exlure une plage d’adresses qui sera attribué manuellement à nos
autocommutateurs

Denfinissons maintenant le bail d’adresse

MEMOIRE DE FIN DE CYCLE D’INGENIEUR INFORMATIQUE / TRAORE ABDOULAYE Page 77


MISE EN PLACE DE LA TELEPHONIE SUR IP : CAS DE LA SITARAIL

Entrons le nom de notre serveur DNS :

Faisons suivant

Cliquons sur terminer pour finir :

MEMOIRE DE FIN DE CYCLE D’INGENIEUR INFORMATIQUE / TRAORE ABDOULAYE Page 78


MISE EN PLACE DE LA TELEPHONIE SUR IP : CAS DE LA SITARAIL

Nous avons maintenant l’etendue de notre vlan voix

Nous allons répeter la procédure ci-dessu pour créer les étendues des vlans voix de nos sites de
BOBO-DIOULASSO et de OUAGADOUGOU .Ainsi on nous obtenons nos étendues comme
l’indique la fenetre ci-dessou :

MEMOIRE DE FIN DE CYCLE D’INGENIEUR INFORMATIQUE / TRAORE ABDOULAYE Page 79


MISE EN PLACE DE LA TELEPHONIE SUR IP : CAS DE LA SITARAIL

I. 2.Configuration des Switchs CISCO

Nous allons configurer le vlan voix sur les switchs de chaque site.Et pour reduire la zone de
diffusions sur notre réseau , nous allons configurer la commande cisco ip helper-address sur
l’interface de chaque vlan notamment les Vlans voix.Cette commande va permettre au téléphone
Ip de directement interroger notre serveur DHCP en vue d’obtenir une adresse IP.

 Site Côte d’ivoire

Créons maintenant le vlan voix du site d’Abidjan sur notre switch 3750 qui represente le
switch cœur du réseu informatique :

MEMOIRE DE FIN DE CYCLE D’INGENIEUR INFORMATIQUE / TRAORE ABDOULAYE Page 80


MISE EN PLACE DE LA TELEPHONIE SUR IP : CAS DE LA SITARAIL

 Site Bobo-Dioulasso

Sur le site de BOBO , nous faisons la configuration sur un switch CISCO 2960 .

 Site Ouagadougou

Egalement ,sur le site de OUAGA , nous faisons la configuration sur un switch CISCO
2960.

MEMOIRE DE FIN DE CYCLE D’INGENIEUR INFORMATIQUE / TRAORE ABDOULAYE Page 81


MISE EN PLACE DE LA TELEPHONIE SUR IP : CAS DE LA SITARAIL

Les Vlan voix étant crée sur les priciapux switchs de chaque site , nous allons mainteant
configurer tous les autres switchs des différents sites de notre réseaux en autorisant les vlans data
et voix sur chaque port .Rendons nous maintenant sur le switch CISCO 2960 de la direction
transport qui appartient au Vlan 126

La configuration ci-dessus sera répétée sous les autres switchs du réseau informatique

II. CONFIGURATIONS DES EQUIPEMENTS TELECOM

1- Configuaration des autocoms des différents sites

MEMOIRE DE FIN DE CYCLE D’INGENIEUR INFORMATIQUE / TRAORE ABDOULAYE Page 82


MISE EN PLACE DE LA TELEPHONIE SUR IP : CAS DE LA SITARAIL

Nous allons nous connecter à l’autocom via l’interface web à l’aide de son adresse Ip :
https://192.168.65.1 .

Entrons le Nom et le mot de passe par défaut : admin/admin pour accéder à l’interface de
configuration :

Source : IPBX de la SITARAIL

Les principales fonctions de l’Aastra Management Portal disponibles sont :

MEMOIRE DE FIN DE CYCLE D’INGENIEUR INFORMATIQUE / TRAORE ABDOULAYE Page 83


MISE EN PLACE DE LA TELEPHONIE SUR IP : CAS DE LA SITARAIL

• SERVICE TELEPHONIE : Exploitation du système


• SERVICE ANNUAIRE : Accès à l’annuaire
• SERVICE DHCP
• SERVICE POSTES

La fonctionnalité  SERVICE DHCP va nous permettre de gérer les paramètres de nos terminaux
SIP Aastra 6753i .Mais dans notre cas nous allons arrêter SERVICE DHCP de l’autocom afin
d’utiliser le DHCP configuré sur notre windows 2016 serveur.

Le menu SERVICE POSTES va nous permet d’accéder à l’application TMA embarquée sur
notre iPBX.

Rendons maintenant sur le menu service telephonie comme l’indique sur la figure ci-dessou

Source : IPBX de la SITARAIL

Dans ce menu, nous avons l’ensemble des fonctions disponibles du SERVICE TELEPHONIE à
partir d’un contexte particulier. A tout moment, l’utilisateur peut cliquer sur l’une ou l’autre des

MEMOIRE DE FIN DE CYCLE D’INGENIEUR INFORMATIQUE / TRAORE ABDOULAYE Page 84


MISE EN PLACE DE LA TELEPHONIE SUR IP : CAS DE LA SITARAIL

fonctions pour faire apparaitre (développer) les sous-fonctions ou au contraire, réduire l’accès à
ces sous-fonctions.

Liste des fonctions disponibles

Ce menu représente l’arborescence des fonctions & écrans de l’interface d’exploitation. Il


constitue en permanence un outil essentiel de navigation dans cette arborescence.

 PORTAIL

Ce lien permet de revenir à l’écran d’accueil du Web Admin. Ce lien est disponible dans tous les
services du Web Admin.

 LIENS RAPIDES

Cette zone va nous permettre d’accéder directement à certaines rubriques :

 Identification logicielle de la version chargée sur le système,


 Maintenance,
 Constitution de la sauvegarde,
 Restitution,
 Import massif des données

 PLAN DU SITE

 Zone d’affichage principale permettant de visualiser les fonctions et sous-fonctions


disponibles. Cette
 zone affiche en permanence deux niveaux d’arborescence sur une seule page, quand ces
deux
 niveaux existent. Cette zone d’affichage disparait dès l’instant où un menu / écran est
sélectionné.
 L’affichage du plan du site se modifie lorsque la souris passe sur les différentes rubriques
: fond grisé

MEMOIRE DE FIN DE CYCLE D’INGENIEUR INFORMATIQUE / TRAORE ABDOULAYE Page 85


MISE EN PLACE DE LA TELEPHONIE SUR IP : CAS DE LA SITARAIL

 pour la sélection courante et ajout d’une info-bulle. En cliquant sur la sélection courante,
l’écran
 correspondant s’affiche à l’écran.

Nous Allons passer à la configuration de notre plan de numerotation :

Le nombre de chiffre pour notre numerotation sera de 4 chiffres.Et la tranche sera : 3-8
comme l’indique la fenêtre ci-dessou.Les numeros vont commencer de 3000 à 8999.

Source : IPBX de la SITARAIL

Passons maintenant à la configuration de notre annuaire .

Le Service Annuaire sera chargé de la recherche par le nom et de la résolution de numéro. Il sera
présent sur chacun de nos iPBX. il sera utilisable en local par le site mais il sera aussi utilisable
par les autres sites à condition de configurer sa mise à disposition.

MEMOIRE DE FIN DE CYCLE D’INGENIEUR INFORMATIQUE / TRAORE ABDOULAYE Page 86


MISE EN PLACE DE LA TELEPHONIE SUR IP : CAS DE LA SITARAIL

Cette mise à disposition se fait sur le site (ou les sites)sur lequel il est actif via le menu
ABONNES>Annuaire>Parametres>Connexions

Source : IPBX de la SITARAIL

Ensuite nous configurons le service de numerotation. Nous cochons la case Service


opérationnel pour définir la base LDAP utilisée pour résoudre les numéros abrégés, les numéros
interdits et également les numéros SDA.

Nous selectionnons Multisite pour montrer que le serveur est utilisable par tous les sites du
Multisite.

MEMOIRE DE FIN DE CYCLE D’INGENIEUR INFORMATIQUE / TRAORE ABDOULAYE Page 87


MISE EN PLACE DE LA TELEPHONIE SUR IP : CAS DE LA SITARAIL

Source : IPBX de la SITARAIL

Nous créons maintenant les abonnements

Pour un abonné, nous allons définit un abonnement auquel on va affecter un poste


physique (ou terminal téléphonique).
La création d’un nouvel abonnement exige au minimum de savoir quel doit être le type
d’abonné à définir et de connaître un numéro d’annuaire disponible pour cet abonnement.Nos
abonnés sont de type LOCAL.

NB : Lors de la création des abonnées ,nous allons configurer le numero du DG et ceux des
autres directeurs comme des numeros SDA en cochant la case SDA.

MEMOIRE DE FIN DE CYCLE D’INGENIEUR INFORMATIQUE / TRAORE ABDOULAYE Page 88


MISE EN PLACE DE LA TELEPHONIE SUR IP : CAS DE LA SITARAIL

Source : IPBX de la SITARAIL

Nous configurons ensuite les caractersitiques des abonnée.

Une fois le numéro d’annuaire saisi, nous sélectionnons l’element et nous allons dans le menu
ABONNES>Abonnements/Caracteristiques>Caractéristiques générales pour définir
l’ensemble des paramètres relatifs à l’abonné comme l’indique la fenêtre ci-dessous :

Source : IPBX de la SITARAIL

MEMOIRE DE FIN DE CYCLE D’INGENIEUR INFORMATIQUE / TRAORE ABDOULAYE Page 89


MISE EN PLACE DE LA TELEPHONIE SUR IP : CAS DE LA SITARAIL

Nous allons créer par la suite les facités auxquelles doit acéder l’abonnée 

Exemple : l’abonnée peut taper « *50 » sur son téléphone pour faire un rappel automatique
comme l’indique la fenêtre ci-dessous.

Source : IPBX de la SITARAIL

Nous allons enregistrer les gammes de postes téléphoniques IP que nous aurons dans
notre infrastructure sur nos autocoms

La plupart de nos téléphones IP sont des téléphones Aastra de la gamme 6xxxi

MEMOIRE DE FIN DE CYCLE D’INGENIEUR INFORMATIQUE / TRAORE ABDOULAYE Page 90


MISE EN PLACE DE LA TELEPHONIE SUR IP : CAS DE LA SITARAIL

Source : IPBX de la SITARAIL

Nos autocoms ainsi configurés, nous passons maintenant à la configuration de notre Aastra
Management 7450 ( AM7450) pour la gestion du multisite .

2- Configuration de l’Aastra Management 7450

Notre logiciel Aastra management 7450 est installé sur un serveur LINUX redhat Entreprise 6.7.

Nous allons nous connecter à l’AM7450 en cliquant sur le raccourci de l’unilitaire MiVoice
5000 manager client dejà installé à l’aide d’un CD sur notre machine client et dont le raccourci
se trouve sur le bureau comme l’indique la fenêtre ci-dessous :

MEMOIRE DE FIN DE CYCLE D’INGENIEUR INFORMATIQUE / TRAORE ABDOULAYE Page 91


MISE EN PLACE DE LA TELEPHONIE SUR IP : CAS DE LA SITARAIL

Et nous obtenons ceci :

 Nous entrons l’adresse IP ou le nom de l’AM4750


 Esuite le login et le mot de passe ( AM7450/AM7450)

L’application est ainsi lancé et la fenêtre d’accueil s’affiche :

Source : AM7450 de la SITARAIL

Nous allons definir maintenant la portée de nos paramètres téléphoniques.Dans notre cas la
portée de nos paramètres téléphonique est à base mutisite comme l’indique la fenêtre ci-
dessous :

MEMOIRE DE FIN DE CYCLE D’INGENIEUR INFORMATIQUE / TRAORE ABDOULAYE Page 92


MISE EN PLACE DE LA TELEPHONIE SUR IP : CAS DE LA SITARAIL

L’application est ainsi lancé et la fenêtre d’accueil s’affiche :

MEMOIRE DE FIN DE CYCLE D’INGENIEUR INFORMATIQUE / TRAORE ABDOULAYE Page 93


MISE EN PLACE DE LA TELEPHONIE SUR IP : CAS DE LA SITARAIL

Source : AM7450 de la SITARAIL

Configurons ensuite la portée de notre annuaire qui aussi à base mulitisite comme sur la capture
ci-dessous :

Nous allons definir maintenant le seuil de severité des alarmes au dessus duquel une notification
sera envoyé aux administeurs.Dans notre cas le seuil de sevérité est majeure .

MEMOIRE DE FIN DE CYCLE D’INGENIEUR INFORMATIQUE / TRAORE ABDOULAYE Page 94


MISE EN PLACE DE LA TELEPHONIE SUR IP : CAS DE LA SITARAIL

Créons maintenant les éléments de notre réseau ( régions, multisites,sites) :

MEMOIRE DE FIN DE CYCLE D’INGENIEUR INFORMATIQUE / TRAORE ABDOULAYE Page 95


MISE EN PLACE DE LA TELEPHONIE SUR IP : CAS DE LA SITARAIL

Notre AM7450 ainsi configuré nous passon smaintenant la configurer des téléphones IP aastra
que va recevoir nos utilisateurs.

2- Configuration des postes téléphoniques IP

Dans notre configuration le poste est connecté sur un port supportant les VLANS " voix " et
« data » : il doit marquer ses trames dans le vlan voix.
Nous connectons le poste sur le port du switch ( vlan voix + vlan data ) : le poste va emettre sa
requête DHCP dans " le vlan" data et obtient sa configuration notamment son VLAN ID ,via le
FTP (firmware,packs de langue et fichiers de configuration ) en utilisant une adresse temporaire
dans la vlan data .
Le poste va ensuite rédemarrer sur le vlan voix . Le poste va emèttre une deuxième requête
DHCP dans le " vlan voix " et acquerir sa configuration complète .

MEMOIRE DE FIN DE CYCLE D’INGENIEUR INFORMATIQUE / TRAORE ABDOULAYE Page 96


MISE EN PLACE DE LA TELEPHONIE SUR IP : CAS DE LA SITARAIL

Exemple de marquage de trame sur le port du switch

II- EVALUATION FINANCIERE


L’évaluation financière du projet est très importante car elle permet aux administrateurs
d’avoir une visibilité idoine sur les investissements à engager. Nous jugerons l’apport financier
à partir du coût total de possession (le TCO, Total Cost of Ownership) de la solution proposée.
Cet indicateur regroupe les coûts liés à l’acquisition (coût total d’acquisition ) et à l’utilisation
(coût total d’exploitation) de cette solution pendant sa durée de vie.

1- Le cout total d’acquisition (CAPEX)

Le coût total d’acquisition (CAPEX ou Capital Expenditure / dépenses d’investissement) se


réfère aux coûts de développement ou de fourniture des pièces non-consommables pour un
produit ou un système. Dans notre étude ,il s’agira particulièrement du coût des équipements

MEMOIRE DE FIN DE CYCLE D’INGENIEUR INFORMATIQUE / TRAORE ABDOULAYE Page 97


MISE EN PLACE DE LA TELEPHONIE SUR IP : CAS DE LA SITARAIL

d’interconnexion réseau ,des équipements d’utilisateur final ainsi que de tous les accessoires
nécessaires à leur mise en service.

Tableau n°6: Coût total d’acquisition des équipements de téléphonie sur IP

2- Le cout total d’exploitation(OPEX)

Les dépenses d’exploitations (OPEX pour opérationnel expenditure ) sont les coûts courants
pour exploiter un produit ou un système. Dans notre cas, il s’agit de tous les moyens
financiers à fournir en vue d’assurer le bon fonctionnement du système de communication
chaque année.

Quantité Prix Unitaire TTC Prix total / année

en FCFA en FCFA
Licence Aastra 1000 114.000 114.000.000

Entretien des équipements 1 1.200.000/Année 1.200.000

OPEX 115.200.000

MEMOIRE DE FIN DE CYCLE D’INGENIEUR INFORMATIQUE / TRAORE ABDOULAYE Page 98


MISE EN PLACE DE LA TELEPHONIE SUR IP : CAS DE LA SITARAIL

Tableau n°7 : Coût total d’exploitation des équipements de ToIP

 Les licences sont des autorisations d’utilisations des différents


services de Téléphonie sur IP offerts par l’intégrateur de
solution Aastra. Il faut également noter que ces licences sont
payables qu’une seule fois et cela pour toute la durée de la
vie de la solution .
 Un entretien des équipements s’impose afin de garantir leurs
performances et se conformer aux exigences du groupe Bolloré.
Pour n année(s), OPEX n = 114.000.000+ (1.200.000*n), n>=1.

3 . Le cout total d’ exploitation (TCO)

Le coût total de possession ( Total Cost of Ownership ou TCO ), est le coût cumulé
d’un
Capex de la produit
solution toutOpex /an
au longde lade son proposée
solution cycle deTCO
vie,dedepuis le début
la solution proposéede
à lasa conception jusqu’proposée
TCO de la solution à
son (TTC
Proposée démantèlement.
en FCFA) à laDans notre
1ere Année mémoire
(TTC en FCFA),nous 1ere
évaluerons le FCFA)
Année (TTCen TCO sur deux
à la 2(2)
eme ans.
Année (TTC en FCFA)

219.657.000 115.200.000 334.957.000 336.057.000


T

Tableau n°8 : Coût total de possession des équipements de ToIP


Pour n année(s), TCOn = 91.200.000 + (1.500.000*n) + 87.151.011; n>=1

MEMOIRE DE FIN DE CYCLE D’INGENIEUR INFORMATIQUE / TRAORE ABDOULAYE Page 99


MISE EN PLACE DE LA TELEPHONIE SUR IP : CAS DE LA SITARAIL

CONCLUSION
. GENERALE

CONCLUSION
Au terme de notre étude, nous pouvons dire que la réussite d’une conversion à la
Téléphonie sur IP ne dépend pas seulement de la technologie choisie. Elle exige une
pratique exemplaire et méthodologique.

MEMOIRE DE FIN DE CYCLE D’INGENIEUR INFORMATIQUE / TRAORE ABDOULAYE Page 100


MISE EN PLACE DE LA TELEPHONIE SUR IP : CAS DE LA SITARAIL

Durant la pratique d’élaboration de ce projet, nous avons pu constater qu’avec l’évolution


des technologies de l’information et de la communication, et au regard des offres existantes, la
convergence des réseaux apparaît aujourd’hui comme une réalité.

Désormais, la téléphonie sur IP est accessible, prête à être déployée à grande échelle au
sein de tous les sites interconnectés de SITARAIL. Cependant, l’essentiel pour l’entreprise est
de l’intégrer en répondant à des besoins réels, et non de suivre la tendance.

Ainsi, le choix pertinent de la solution (AASTRA) de la Téléphonie sur IP entraînera des


gains économiques bien réels. Ces économies sont issues aussi bien de la mutualisation des
infrastructures que du rapprochement des équipes Télécoms et Informatiques.

Enfin, le décollage progressif de la mise en œuvre de la Téléphonie sur IP proposé


s’explique par la présence encore forte des PABX JISTEL analogiques, et par la difficulté de
faire évoluer l’organisation de la téléphonie générale vers une culture 100% données.

Aucune œuvre humaine n’étant pas parfaite, nous encourageons toute amélioration liée à
d’éventuels paramètres formels ou techniques aberrants.

MEMOIRE DE FIN DE CYCLE D’INGENIEUR INFORMATIQUE / TRAORE ABDOULAYE Page 101


MISE EN PLACE DE LA TELEPHONIE SUR IP : CAS DE LA SITARAIL

GLOSSAIRE
A
AS/400 : Application Système / 400 , est une architecture composée d'éléments matériels et
logiciels, comportant notamment une base de données et des éléments de sécurité avancés.
L’architecture AS/400 est une structure en couche séparant les éléments matériels et logiciels. Le
système d'exploitation de l'AS/400 est appelé OS/400. Il repose sur une couche appelée MI
( Machine Interface ) chargée de fournir un ensemble de fonctions ( API, application
programming interface ) que les applicatifs doivent utiliser afin de s'interfacer avec le matériel.

D
DSP : Digital Signaling processing (traitement des signaux numériques)

DT : Direction du Transport

DIF : Direction de l’Installation Fixe

DMT : Direction Matériel et Traction

DCQHSE :

DF : Direction Financière

DJ : Direction Juridique

DRE : Direction Rémunération

DRH : Direction des Ressources Humaines

DNS : Domaine Name service. Il convertit les adresses IP en nom de domaine et de façon
réciproque.

DHCP : Dynamics Host Configuration Protocol ,est un protocole client /serveur qui fournit
automatiquement un hôte IP avec son adresse IP et d’autres informations de configuration
connexes tels que la passerelle par défaut et le masque de sous-réseau

G
GATEWAY : c’est une passerelle, un dispositif destiné à connecter à des réseaux d’
informatique ou de télécommunication ayant des architectures différents ou des protocoles
différents ou encore des services différents. Une passerelle peut par exemple connecter un
réseau local d’entreprise avec un autre local ou un réseau public de données, dans le cas de
la voix sur IP ,il s’agit de l’équipement permettant de connecter le réseau IP d’une entreprise
au réseau publique.

MEMOIRE DE FIN DE CYCLE D’INGENIEUR INFORMATIQUE / TRAORE ABDOULAYE Page 102


MISE EN PLACE DE LA TELEPHONIE SUR IP : CAS DE LA SITARAIL

HTTP : HyperText Transfert Protocol . C'est le protocole de transfert sur internet le plus
courant. C'est par l'intermédiaire de celui-ci que sont transmises les pages Web au langage
HTML ( HyperText Mark up Language ) et que votre navigateur Web vous présente de façon
structurée.

H.323 : regroupe un ensemble de protocoles de communication de la voix, de l'image et de


données sur IP. C'est un protocole développé par l'UIT-T qui le définit comme : « Systèmes de
communication multimédia en mode paquet ». La première version est publiée en novembre
1996.

I
IUT-T : Union Internationale de Télécommunication.

IETF : Internet Engineering Task Force ( groupe de travail sur les technologies et protocoles
de l’internet) est l’organisation principale des normes de l’internet.

P
PABX : Un autocommutateur téléphonique privé est souvent désigné par l'anglicisme Private
Automatic Branch eXchange.
Q

QoS : Quality of Service (Qualité de Service)

OSI : Open Systems Interconnexion, modèle de référence d'interconnexion de systèmes


ouverts ») a été créé par l' ISO dans le but d'offrir une base commune à la description de tout
réseau informatique.

R
RAN : Regie Abidjan-Niger.

RSVP : (Ressource Réservation Protocol) est un protocole de contrôle de réseau qui permet
au destinataire des données de demander une certaine qualité de service (le délai ou la
bande passante) à travers le réseau. Il permet d’allouer dynamiquement la bande passante.

RTP : Real-Time Transfert, c’est un protocole de temps.

RTCP : Real-Time Control Protocol) est basé sur des transmissions périodiques de paquets
de contrôle par tous les participants dans une session.

RTC : Réseau Téléphonique Commuté.

RNIS : Réseau Numérique à Intégration de service.

MEMOIRE DE FIN DE CYCLE D’INGENIEUR INFORMATIQUE / TRAORE ABDOULAYE Page 103


MISE EN PLACE DE LA TELEPHONIE SUR IP : CAS DE LA SITARAIL

ROUTEUR : Equipement permettant la communication au niveau de la couche 3, couche réseau


du modèle OSI. Il permet de relier deux réseaux distants.

SIP : Session Initiation Protocol. C’est un protocole de déclenchement de session. Il est le


second standard de téléphonie après H.323.

MEMOIRE DE FIN DE CYCLE D’INGENIEUR INFORMATIQUE / TRAORE ABDOULAYE Page 104


MISE EN PLACE DE LA TELEPHONIE SUR IP : CAS DE LA SITARAIL

BIBLIOGRAPHIE

MEMOIRE DE FIN DE CYCLE D’INGENIEUR INFORMATIQUE / TRAORE ABDOULAYE Page 105


MISE EN PLACE DE LA TELEPHONIE SUR IP : CAS DE LA SITARAIL

BIBLIOGRAPHIE
A) OUVRAGE GENERAUX

[1] Guy PUJOLLE : les Réseaux ,5eme édition ,paris, 2010, 1036 pages.

[2] Guy PUJOLLE et Barbara DALIBARD : pour la réalisation d’un livre blanc sur la
téléphonie IP. France, Juin 2004,80 pages.

[3] Guy PUJOLLE : Cours de réseaux et télécoms avec exercices corrigés, EYROLLES
3eme édition, Paris, 2008, 544 pages.

B) OUVRAGE SPECIALISES

[4] BRUNO Roger, OUMAR Samba Ba : VOIP : un exemple en AFRIQUE, Dakar, 2005,
ESMT Division information, 14 pages.

[5] Jean Luc MONTAGNIER : Le Réseau d’entreprise pour la pratique, France, 2004,
577 pages.

[6] AASTRA 1 RUE Anold Schoenberg 78280 Guyancourt-France : Manuel d’installation et


de maintenance AMT / PTD / PBX / 0058/3/7/FR 04/2009, 467 pages.

C) TRAVAUX DE RECHERCHE

[8] Ahmed MOUJANE : Etude, mise en place et optimisation d’une solution intégrée de
transport de la voix sur un réseau au protocole IP. Royaume du Maroc, Université de
Mohammed V :Ecole national supérieur d’informatique et analyse des systèmes
(ENSIAS),1999-2000, 81 pages.

[9] AKOHI Amanie :Conception et mise en œuvre d’une plateforme de convergence


téléphonique et informatique :cas de la SITARAIL ,2013, 103 pages.

MEMOIRE DE FIN DE CYCLE D’INGENIEUR INFORMATIQUE / TRAORE ABDOULAYE Page 106


MISE EN PLACE DE LA TELEPHONIE SUR IP : CAS DE LA SITARAIL

WEBOGRAPHIE

MEMOIRE DE FIN DE CYCLE D’INGENIEUR INFORMATIQUE / TRAORE ABDOULAYE Page 107


MISE EN PLACE DE LA TELEPHONIE SUR IP : CAS DE LA SITARAIL

WEBOGRAPHIE
[6] http:// www.frameip.com/toip/ ( consulté le 02/08/2014 )

[7] http:// www.frameip.com/voip/ ( consulté le 02/08/2014 )

[8] http:// www.fr.wikipedia.org//voix sur r%C3% A9eau IP / ( consulté le


10/06/2014)

[9] http:// www.nitroz.free.fr/voixsurIP.pdf / ( consulté le 10/06/2014)

[10]http : //G:/Downloads/Déployer la téléphonie FULL IP www.azylis.net.htm


(consulté le 12/06/2014)

MEMOIRE DE FIN DE CYCLE D’INGENIEUR INFORMATIQUE / TRAORE ABDOULAYE Page 108


MISE EN PLACE DE LA TELEPHONIE SUR IP : CAS DE LA SITARAIL

ANNEXES

MEMOIRE DE FIN DE CYCLE D’INGENIEUR INFORMATIQUE / TRAORE ABDOULAYE Page 109


MISE EN PLACE DE LA TELEPHONIE SUR IP : CAS DE LA SITARAIL

ANNEXE 1 : PABX JISTEL IS33

Source : salle serveur de la Sitarail

ANNEXE 2 : BAIE INFORMATIQUE DE SITARAIL

Source : salle serveur de la Sitarail

MEMOIRE DE FIN DE CYCLE D’INGENIEUR INFORMATIQUE / TRAORE ABDOULAYE Page 110


MISE EN PLACE DE LA TELEPHONIE SUR IP : CAS DE LA SITARAIL

ANNEXE 3: BAIE TELECOM ( COMMUTATION ) DE SITARAIL

Source : salle serveur de la Sitarail

ANNEXE 4: SERVEUR AASTRA 5000 DE SITARAIL

Source : salle serveur de la Sitarail

MEMOIRE DE FIN DE CYCLE D’INGENIEUR INFORMATIQUE / TRAORE ABDOULAYE Page 111


MISE EN PLACE DE LA TELEPHONIE SUR IP : CAS DE LA SITARAIL

ANNEXE 5: BAIE TELECOM ( TRANSMISSION ) DE SITARAIL

Source : salle serveur de la Sitarail

MEMOIRE DE FIN DE CYCLE D’INGENIEUR INFORMATIQUE / TRAORE ABDOULAYE Page 112


MISE EN PLACE DE LA TELEPHONIE SUR IP : CAS DE LA SITARAIL

LISTE DES
TABLEAUX

MEMOIRE DE FIN DE CYCLE D’INGENIEUR INFORMATIQUE / TRAORE ABDOULAYE Page 113


MISE EN PLACE DE LA TELEPHONIE SUR IP : CAS DE LA SITARAIL

TABLEAU N°1 Convergence des supports de réseaux

TABLEAU N°2 Comparaison des protocoles SIP et H.323


Architecture en couches de SIP dans le . .
TABLEAU N°3 modèle OSI

TABLEAU N°4 Récapitulatif des codecs Audio

TABLEAU N°5 Dimensionnement de l’Aastra 5000 (par serveur)

TABLEAU N°6 Coût d’acquisition des équipements de ToIP

TABLEAU N°7 Coût d’exploitation des équipements de ToIP

TABLEAU N°8 Coût de possession des équipements de ToIP

MEMOIRE DE FIN DE CYCLE D’INGENIEUR INFORMATIQUE / TRAORE ABDOULAYE Page 114


MISE EN PLACE DE LA TELEPHONIE SUR IP : CAS DE LA SITARAIL

LISTE DES FIGURES

MEMOIRE DE FIN DE CYCLE D’INGENIEUR INFORMATIQUE / TRAORE ABDOULAYE Page 115


MISE EN PLACE DE LA TELEPHONIE SUR IP : CAS DE LA SITARAIL

FIGURE N°1 Répartition du capital de SITARAIL

FIGURE N°2 Chronologie de construction de la ligne de chemin de fer Abidjan


Ouagadougou
FIGURE N°3 Organigramme de SITARAIL

FIGURE N°4 Organigramme du service information

FIGURE N°5 Schéma synoptique de la RTC de SITARAIL

FIGURE N°6 Schéma synoptique d’interconnexion des sites

FIGURE N°7 Schéma synoptique de la convergence des réseaux de SITARAIL

FIGURE N°8 Description de la voix sur IP

FIGURE N°9 Description de la téléphonie sur IP

FIGURE N°10 Architecture de réseau de téléphonie classique (RTC)

FIGURE N°11 Architecture de réseau de voix sur IP inter site

FIGURE N°12 Architecture de réseau de téléphonie sur IP inter site

FIGURE N°13 Architecture de réseau de téléphonie sur IP de type Centrex

FIGURE N°14 Entités d’un réseau SIP

FIGURE N°15 Schéma (1) synoptique de requête SIP à travers un proxy server

FIGURE N°16 Schéma (2) synoptique de requête SIP à travers un proxy server

FIGURE N°17 Schéma (3) synoptique de requête SIP à travers un proxy server

FIGURE N°18 Schéma (1) synoptique de requête SIP à travers un server redirect

FIGURE N°19 Schéma (2) synoptique de requête SIP à travers un server redirect

FIGURE N°20 Communication SIP via gateway vers gateway

FIGURE N°21 Communication SIP via redirect server

FIGURE N°22 Communication SIP via proxy server

FIGURE N°23 Coffret A3XD en configuration simplex avec alimentation sécurisée

FIGURE N°24 Vue d’ensemble d’un coffret AXS

FIGURE N°25 Exemple de topologie réseau pour la configuration

FIGURE N°26 Téléphone avec numéro

FIGURE N°27 Téléphone avec numéro associé (2002)

FIGURE N°28 Téléphone avec numéro associé (2003)

FIGURE N°29 Appel numéro 2002

FIGURE N°30 Appel entrant du numéro 2001

FIGURE N°31 En communication avec 2002

MEMOIRE DE FIN DE CYCLE D’INGENIEUR INFORMATIQUE / TRAORE ABDOULAYE Page 116


MISE EN PLACE DE LA TELEPHONIE SUR IP : CAS DE LA SITARAIL

TABLE DES MATIERES

MEMOIRE DE FIN DE CYCLE D’INGENIEUR INFORMATIQUE / TRAORE ABDOULAYE Page 117


MISE EN PLACE DE LA TELEPHONIE SUR IP : CAS DE LA SITARAIL

Table des matières

DEDICACE.................................................................................................................................................ii
REMERCIEMENT.....................................................................................................................................iii
AVANT-PROPOS......................................................................................................................................iv
RESUME....................................................................................................................................................vi
I- INTRODUCTION...............................................................................................................................4
CHAPITRE I : PRESENTATION DE LA STRUCTURE D’ACCUEIL................................................6
I. HISTORIQUE..........................................................................................................................................6
II. ACTIVITE DE LA SITARAIL...........................................................................................................8
III. ORGANIGRAMME GENERALE DE LA SITARAIL.....................................................................8
IV. PRESENTATION DE LA STRUCTURE (DSI)............................................................................9
I.1- Mission de la DSI............................................................................................................................9
I.2- Organigramme de la DSI (Direction des Systèmes d’Information)...............................................10
CHAPITRE II: ETUDE DE L’EXISTANT.............................................................................................11
I. PRESENTATION GENERALE..........................................................................................................11
I.1- Le Réseau téléphonique Commuté................................................................................................11
1.1-architecture..................................................................................................................................11
1.1.1-Abidjan: Direction Matériel et Traction (DMT)....................................................................11
1.1.2-Bouaké.....................................................................................................................................11
1.1.3-Ouagadougou...........................................................................................................................12
1.1.4-Bobo-dioulasso.........................................................................................................................12
1.2- Equipements...............................................................................................................................13
1.2.1- Les répartiteurs.......................................................................................................................13
1.2.2- Les postes téléphoniques........................................................................................................13
1.2.3- Les interfaces lasers...............................................................................................................13
1.3- Le support de transmission......................................................................................................13
I.2- Le réseau informatique..................................................................................................................13
2.1- Architecture générale du réseau informatique...........................................................14
2.2- Equipements...............................................................................................................................15
2.2.1- Les équipements d’utilisateurs final.....................................................................................15
2.2.2- Les serveurs............................................................................................................................15
2.2.3- Les équipements d’interconnexion de réseaux....................................................................17
2.2.4-Supports de transmission.........................................................................................................18

MEMOIRE DE FIN DE CYCLE D’INGENIEUR INFORMATIQUE / TRAORE ABDOULAYE Page 118


MISE EN PLACE DE LA TELEPHONIE SUR IP : CAS DE LA SITARAIL

II. ANALYSE DE L’EXISTANT...........................................................................................................19


II.1- Forces du réseau......................................................................................................................19
1 1-le réseau téléphonique commuté...............................................................................................19
1.2- Le réseau informatique..............................................................................................................19
II.2- Faiblesses du réseau.....................................................................................................................20
2.1- Le réseau téléphonique commuté............................................................................................20
2.2- le réseau informatique................................................................................................................20
CHAPITRE I : LA TELEPHONIE SUR IP (ToIP)...............................................................................22
I- GENERALITES....................................................................................................................................23
I.1- La voix sur IP (VoIP)....................................................................................................................23
I.2- La téléphonie sur IP (ToIP).............................................................................................................23
I.3- La différence entre la téléphonie IP et la téléphonie traditionnelle............................................23
I.4- Le fonctionnement des appels téléphoniques sur le réseau IP..................................................24
4.1- Acquisition du signal..................................................................................................................24
4.2- La numérisation..........................................................................................................................24
4.4- Habillage des-en-têtes...............................................................................................................24
4.5- Emission et transport................................................................................................................25
4.6- La réception...............................................................................................................................25
4.7- La conversion numérique / analogique......................................................................................25
4.8- Restitution..................................................................................................................................25
II- ARCHITECTURES RESEAU DE TELEPHONIE SUR IP............................................................25
II.1- La convergence des supports de réseaux..................................................................................25
II.2- architecture de téléphonie classique............................................................................................26
II.3- architecture de Voix sur IP (architecture hybride)....................................................................27
II.4. les solutions (full IP)......................................................................................................................28
III. APPORTS SIGNIFICATIFS DE LA TELEPHONIE SUR IP......................................................30
III.1- Câblage et équipements................................................................................................................30
III.2- Coûts de gestion (maintenance et exploitation).............................................................................30
III.3- Déménagements / changements (une grande flexibilité)...............................................................31
III.4- Adjonction (une grande simplicité)...............................................................................................31
III.5- Des terminaux évolués................................................................................................................31
III.6- Intégration des applications.........................................................................................................32
IV. LES PARAMETRES DE LA TELEPHONIE SUR IP....................................................................33
VI.1- Les équipements clés de la téléphonie sur IP.........................................................................33

MEMOIRE DE FIN DE CYCLE D’INGENIEUR INFORMATIQUE / TRAORE ABDOULAYE Page 119


MISE EN PLACE DE LA TELEPHONIE SUR IP : CAS DE LA SITARAIL

1.1- Les terminaux téléphoniques IP...............................................................................................33


1.2. Le gatekeeper..............................................................................................................................34
1.3. La Voice Gateway.....................................................................................................................35
CHAPITRE II : LES PROTOCOLES DE SIGNALISATION...............................................................36
I- LES PROTOCOLES DE LA TELEPHONIE IP.................................................................................36
I.1- Généralité........................................................................................................................................36
..............................................................................................................................................................37
I.2- Définition du Protocole SIP (Session Initiation Protocole)...........................................................37
I.3- Architecture du protocole SIP......................................................................................................37
1.3.1- Le transport de la Téléphonie sur IP...................................................................................38
I.4- Les Codecs Audio.........................................................................................................................40
I.5- Les Codecs Vidéo.........................................................................................................................42
I.6- Entités du protocole SIP...............................................................................................................42
I.7- Méthodes et Réponse du protocole SIP......................................................................................43
II- FONCTIONNEMENT DU PROTOCOLE SIP...............................................................................46
II.1- Fonctionnement du protocole SIP avec un Proxy Server........................................................47
II.2- Fonctionnement du protocole SIP avec un Redirect Server....................................................48
II.2- communication du protocole SIP................................................................................................49
2.1 SIP Gateway vers SIP Gateway (Call Setup ET Disconnect)......................................................49
2.2- SIP Gateway vers SIP Gateway (Appel via Redirect Server).....................................................51
2.3- SIP Gateway veers SIP Gateway (Appel via Proxy Server).......................................................51
III. SECURITE DE LA TELEPHONIE SUR IP...................................................................................52
III.1- Paramètres de performance des réseaux...............................................................................52
1.1- Gestion de la QoS sur le LAN (Local Area Network)....................................................53
1.2- Gestion de la QoS sur le WAN (Wide Area Network)....................................................54
1.3- Sécurisation de la Téléphonie sur IP (TOIP).........................................................................55
CHAPITRE I : ETUDE TECHNIQUE DE LA SOLUTION RETENUE.............................................58
I. LA SOLUTION AASTRA...................................................................................................................58
I.1- Aastra 5000.....................................................................................................................................59
I.2 Les caratéristiques d’Aastra 5000...................................................................................................59
I.3 principales fonctions de Aastra 5000............................................................................................63
I.4. Aastra Management Portal............................................................................................................64
I.5 Aastra management 7450...............................................................................................................65
II. LA GAMME AASTRA X SERIES.................................................................................................66

MEMOIRE DE FIN DE CYCLE D’INGENIEUR INFORMATIQUE / TRAORE ABDOULAYE Page 120


MISE EN PLACE DE LA TELEPHONIE SUR IP : CAS DE LA SITARAIL

II.1-Architecture autocommutateurs (PABX hybrides)......................................................................67


1.1- Généralités.................................................................................................................................67
1.2- Description du PABX hybride (AXD)....................................................................................69
1.3- Description générale des IPBX AXS.........................................................................................71
CHAPITRE II: LA MISE EN ŒUVRE..................................................................................................73
I. CONFIGURATION DES EQUIPEMENTS INFORMATIQUE.....................................................73
1. configuration du pool d’adresses pour le Vlan voix sur notre serveur DHCP....................................73
2. Configuration des switchs CISCO…………………………………………………………………………………………………76

II. CONFIGURATION DES EQUIPEMENTS TELECOM……………………………………………………………………78

1. Configuration des autocoms des différents sites…………………………………………………………………………..78

2. Configuration des postes IP………………………………………………………………………………………………………..91

III : EVALUATION FINANCIERE.........................................................................................................94


1 . Le cout total d’acquisition (capex)....................................................................................................95
2 . Le cout total d’ exploitation (opex)................................................................................................96
3 . Le cout total d'exploitation (tco) ………………………………………………………………………………………………………94

CONCLUSION.........................................................................................................................................95

MEMOIRE DE FIN DE CYCLE D’INGENIEUR INFORMATIQUE / TRAORE ABDOULAYE Page 121

Vous aimerez peut-être aussi