Vous êtes sur la page 1sur 11

2019/2020 Compte Rendu De

TP1
thermodynamique
Processus de détente &compression
d’un gaz parfait

Département de Génie Mécanique

Préparé par : Dr. SEMMARI

Réalisé par :
Sefir merwa
Hamouda rania
Tadjer nour al houda
Boudiaf safa

[Tapez un texte] Page 0


I. Introduction:
La thermodynamique est une branche qui s’intéresse à l’étude d’un ensemble de
particules(système) et de son évolution, en particulier de ses échanges avec le milieu
l’extérieur .
Le coefficient gamma est un dérivé du delta : la relation entre un cours dérivé et le cours
de l'actif sous-jacent. Plus précisément le gamma est un mouvement de delta par rapport
au cours de l'actif sous-jacent.

II. But du TP :
Le but est de déterminer par la méthode de Clément-Desormes la valeur du coefficient γ
(« gamma ») d’un gaz parfait ,en effectuant deux expériences : une de compression et l’autre
de détente détente opérées sur l’air ambiant .

III. Partie théorique :


 Méthode de Clément-Desormes :
Cette expérience repose sur le principe de la compression et de la détente de l’air dans une
enceinte à volume constant, avec ou sans échanges de chaleur avec l’extérieur.

[Tapez un texte] Page 1


 Le coefficient γ : permet notamment de caractériser le comportement des gaz parfaits
(coefficients calorimétriques) et de modéliser les évolutions isentropiques
(adiabatiques réversibles) du gaz dans les machines thermiques ou les tuyères. Il est
également nécessaire pour déterminer la vitesse de propagation du son dans un gaz.
Lors des deux expériences, le gaz étudié sera de l’air considéré comme étant un gaz
parfait diatomique. On rappelle la définition de γ :

 Un capteur de pression est un système qui permet de convertir une pression


mécanique en une valeur électrique.
Un fluide va agir sur une membrane qui va se déformer. Cette déformation est ensuite
mesurée par un élément sensible comme une jauge de déformation (montage en pont
complet), un circuit MEMS, un élement piézo-électrique ou autre. Cette valeur peut
être lue directement (exemple capteur en mv/V) ou plus généralement, conditionnée
par une électronique interne. Le signal est alors exploitable en tension (0-10 Vcc) ou
courant (4-20 mA). Il existe également des capteurs à sortie numérique.
L'unité de la pression est le Pascal (Pa) suivant le système International, 100 000 Pa
= 1 bar mais aussi 1 bar ≈ 1 Kg / cm²

[Tapez un texte] Page 2


 Lois utilisées dans ce tp :
On a la loi des gazs parfait :

PV=Nrt
 Pour une transformation adiabatique irréversible

Donc entre l’état 1 et 2 :

Ɣrév═

 Pour une transformation adiabatique irréversible :

Cv .dT═-P0.dV R═Cp-Cv

Ɣirrév ═

[Tapez un texte] Page 3


IV. Partie expérimentale :
1) Détente adiabatique :
a/On utilisant la grande vanne V1 :
 Les graphes de température et pression
Expérience1 :
Pression
1500

1000

Pression
500

0
1
22
43
64
85

127

358
106

148
169
190
211
232
253
274
295
316
337

379
Figure3 :variation de pression

31
30
29
28 T1
27 T2
26
25
24
23
1
22
43
64
85

232
106
127
148
169
190
211

253
274
295
316
337
358
379

Figure4 : variation de temperature

[Tapez un texte] Page 4


Expérience2 :
Pression
1600
1400
1200
Titre de l'axe

1000
800
Pression
600
400
200
0
0

294
21
42
63
84
105
126
147
168
189
210
231
252
273

315
336
Figure5 : variation de pression

32

31

30

29

28 Temperature 1

27 Temperature 2

26

25

24
1
22
43
64
85
106
127
148
169
190
211
232
253
274
295
316
337

Figure6 : variation de temperature

2) tableau de valeurs :
Expériences P1.ini P0.inter P2.fin T ini T inter T fin ɤrév ɤirrév
1 1.381 1.12 1.178 28.09 25.17 26.68 1.32 1.35
2 1.335 1.005 1.079 29.7 26.99 27.68 1.33 1.38

[Tapez un texte] Page 5


3) interprétation graphes :
On remarque d’abord que la pression est atmosphérique a l’intérieure du cylindre (0.89 bar
≈1.013 bar) a cause de la position du laboratoire par rapport a la surface de la mer .
Et la température est égale a la température ambiante : température de laboratoire (27⁰C)
1) Pompage : (on met la pompe P1 en marche)
- Pression : elle augmente jusqu'à atteindre la valeur souhaitée (P1=1.38bar).
- Température : elle augmente aussi en fonction de la pression (PV=nRT) jusqu'à obtenir sa
valeur maximale (T1=30.01) , après elle se stabilise à cause de l’équilibre de flux de
chaleur.
2) Arrêt de pompage : (fermeture de la vanne V2)
- Pression : se stabilise parce qu’il n y a ni gaine ni perte de l’air au niveau du cylindre donc
la quantité de matière reste constante et donc la pression constante.
- Température : diminue lentement pour obtenir son équilibre avec le milieu extérieure
(30.01⁰C >27⁰C)
3) Détente : (ouverture et fermeture rapide de la vanne V1)
- Pression : chute jusqu'à atteindre la pression intermédiaire ( P0 =1.12bar) grâce au
phénomène de la détente
- Température : chute brusquement jusqu'à atteindre la valeur (T0=27.99⁰C)
Cette détente provoque un déséquilibre thermique ; l’emplacement du détecteur de pression
est proche de la vanne de détente et donc il n’affiche pas rapidement la pression d’équilibre
mais la pression de la zone qui est proche de lui et qui est inferieure a la pression finale (
P0<P2)
4) Etat finale :
- Pression : augmente graduellement pour atteindre l’équilibre de tout le cylindre (P2).
- Température : augmente aussi cherchant l’équilibre avec le milieu extérieur (T2).
4)analyse des valeurs de gamma :
Après la comparaison entre γobtenus et γthéorique
on a remarqué que les valeurs obtenus sont presque proches à la valeur théorique ( avec
un faible écart de 0.14 ) due à une erreur expérimentale ou de calcul.
Conclusion :
La détente adiabatique est une procédé efficace pour approcher la valeur de
expérimentale à celle de la théorie.
[Tapez un texte] Page 6
b/On utilisant la micro- vanne V6 :
 Les graphes de température et pression :
Pression
1600
1400
1200
1000
800
Pression
600
400
200
0
0

57

133

209

285
19
38

76
95
114

152
171
190

228
247
266

304
323
342
Figure7 : variation de pression
35

30

25

20
Temperature 1
15
Temperature 2
10

0
1
21
41
61
81
101
121
141
161
181
201
221
241
261
281
301
321
341

Figure8 : variation de température


 Interprétation :
Jusqu’à l'arrêt de pompage on a la même variation de pression et de la température par
apport aux valeurs obtenue avec la grande vanne 1
Détente : (ouverture de la vanne V6 )
- Pression : lorsqu’on ouvre la vanne V6 au lieu de V1 on remarque une diminution lente de
la pression.
Aussi : la section de refoulement de v6 est très petite par rapport à celle de v1 et donc le
débit est inférieur à celle de v1,ce qui entraine une lente diminution de pression.
- Température : commence à diminue lentement (contrairement à l’ouverture de V1).
[Tapez un texte] Page 7
2) Compression adiabatique :
 Les graphes de température et pression :
Expérience 1 :
Pression
900
800
700
600
500
400 Pression
300
200
100
0
0
8
16
24
32
40
48
56
64
72
80
88
96
104
112
120
128
136
144
Figure9 : variation de pression
35

30

25

20
Temperature 2
15
Temperature 1
10

0
15
23
31
39
47
55
63
71
79
87
95

119
103
111

127
135
143

Figure10 : variation de température


2) le diagramme PV :

i fi gure 11: diagramme PV de la compression

[Tapez un texte] Page 8


3) tableau de valeurs :
Expérience P1,ini P0,inter P2,fin Tini Tinter Tfin Γrev Γirré
1 0.399 0.826 0.743 24.4 29.05 27.4 1.17 1.11

4) interprétation :
Au début dans le cylindre 2 on’ a une température ambiante température de laboratoire
(27⁰C)
et la pression est atmosphérique a l’intérieure du cylindre 2 (0.83 bar ≈1.013 bar) a cause
de la position du laboratoire par rapport a la surface de la mer.
1) Pompage : (on met la pompe P1 en marche)
- Pression : diminue jusqu'à atteindre la valeur souhaitée (P1=0.39bar) à cause de
l’aspiration entre le cylindre 2 et le cylindre 1.
- Température : commence a chuté lentement aussi en fonction de la pression (PV=nRT)
jusqu'à obtenir sa valeur minimale (T1=24.5°C) , après elle se stabilise à cause de
l’équilibre de flux de chaleur.
2) Arrêt de pompage : (fermeture de la vanne V7)
- Pression : se stabilise parce qu’il n y a ni gaine ni perte de l’air au niveau du cylindre donc
la quantité de matière reste constante et donc la pression constante.
- Température : augmente lentement pour obtenir son équilibre avec le milieu extérieure
(27⁰C >24.5⁰C)
3) compression : (ouverture et fermeture rapide de la vanne V8)
- Pression : augmente brusquement jusqu'à atteindre la pression intermédiaire ( P0
=0.82bar) grâce au phénomène de l’aspiration du milieu extérieure.
- Température : augmentation brusquement jusqu'à atteindre la valeur (T0=29.05⁰C)
On peut considère que ce phénomène est irréversible tellement il est brusque.
Cette compression provoque un déséquilibre thermique ; l’emplacement du détecteur de
pression est proche de la vanne de compression et donc il n’affiche pas rapidement la
pression d’équilibre mais la pression de la zone qui est proche de lui
4) Etat finale :
- Pression : légère réduction à cause du capteur qui est proche de la vanne pour atteindre
l’équilibre de tout le cylindre (P2)
- Température : baisse aussi cherchant l’équilibre avec le milieu extérieur (T2)
[Tapez un texte] Page 9
5) analyse des valleuses de gamma :
Selon l’expérience de la compression adiabatique , on a constaté que les valeurs de gamma
expérimentales sont proches (inferieur) à celle théorique.
Conclusion :
La compression aussi est une procédé efficace pour approcher à la valeur
γthéorique = 1.44

Conclusion générale :
D’après la méthode de clément-desormes on peut calculer la valeur de gamma à travers les
deux transformations la détente et la compression, on obtient des valeurs très proche à la
valeur théorique dans les deux transformations.
On conclure aussi que la transformation irréversible (réel) est plus précise que la
transformation réversible.

[Tapez un texte] Page 10