Vous êtes sur la page 1sur 9

SOMMAIRE

Chapitre I: Théorèmes généraux. Sous forme de série de révision


Les lois de Kirchhoff. Théorèmes de Thèvenin et de Norton. Théorème de
superposition. Théorème de Millman
Chapitre 1I: Les diodes. (pour le TD: 1série)
I- Introduction: Différence entre un conducteur - isolant et semi-conducteur (en se
basant sur la conductivité de courant). Variation de la résistivité, en fonction de la
température, d'un conducteur et d'un semi-conducteur. L'utilité des diodes dans les montages
électriques.
II- Diode (dipôle non linéaire)
1/ Constituants d'une diode (Rappel sans entrée en détaille: S-C intrinsèque, S-C extrinsèque).
2/ Courbe caractéristique d'une diode (idéale, réelle et parfaite).
3/ Modèle statistique.
4/ Modèle dynamique.
III- Point de fonctionnement
IV- Diodes Zener
1/ Effet Zener.
2/ Diode Zener.
IV- Autres types de diodes.
Chapitre III: Applications des diodes.
I- Redressement
1/ Simple alternance.
2/ Doubles alternances.
II- Filtrage
III- Régulation de la tension
Chapitre IV: Les Transistors bipolaires. (pour le TD: 1série)
I- Introduction
II- Les différents types de transistors bipolaires
III- Principe de fonctionnement
IV- Caractéristiques statiques du transistor
V- Droite de charge statique - Droite d'attaque statique
VI- Transistors bipolaires en régime dynamique
Chapitre III : Applications des diodes

La diode est un composant électronique très intéressant qui peut être employer dans une
grande variété d'applications telles que : la détection, le redressement, la régulation, la
multiplication de fréquence, la réalisation de porte logique, l'oscillation......

I- Redressement

Le redressement consiste à transformer une tension bidirectionnelle en une tension


unidirectionnelle appelée tension redressée.
1/ Simple alternance

avec : u = UMsint,  = 2f et ud = uA - uK


On suppose que la diode est idéale.
Pendant l’alternance positive de la tension u (u >0), la diode D est polarisée en direct donc
elle est passante (i>0 et ud=0 ; uA = uK) donc:

uR = u – u d = u
u
i=
R
Pendant l’alternance négative de la tension u (u <0), la diode D est polarisée en inverse donc
elle est bloquée (i =0 et ud<0 ; uA < uK) donc :

uR =0.
2/ Double alternance
a) Point milieu

Figure 2 : Redressement double alternance par le point milieu

u = u1 – u2 = UMsint avec = 2f

u
u1= =−u 2
2
Les diodes sont supposées idéales.
* Pendant l’alternance positive de u :

 u1 est positive, D1 conduit donc


u
u R=u 1= =Ri
2
 u2 est négative, D2 bloquée :
Loi des mailles :
u2 - uR-uD2 = 0 = u2 - u1-uD2 = u2 + u2-uD2
uD2=2xu2
* Pendant l’alternance négative de u :

 u2 est positive, D2 conduit donc


−u
u R=u 2= =Ri
2
 u1 est négative, D1 bloquée.
u1 - uR-uD1 = 0 = u1 - u2-uD1 = u1 + u1-uD1
uD1=2xu1
En conclusion on aura :

b) Pont de Graetz
Le circuit de redressement double alternances (Figure 3) utilise un pont à diodes.
L'application d'une tension sinusoïdale à l'entrée du dispositif de redressement permet
d'obtenir un signal où l'alternance positive est restituée telle quelle, alors que la polarité de
l'alternance négative est inversée. Pour simplifier, on considère qu'on est en présence de
diodes idéales.
Figure 3 : Redressement double alternance par le pont de Graetz
*) cas ou u > 0

Au départ la tension de sortie est nulle. Lorsque la tension d'entrée est positive, les deux
diodes D1 et D3 conduisent. Les diodes D2 et D4 sont bloquées. Le schéma équivalent du
circuit de redressement double alternances est :

De ce fait, l'alternance positive est restituée à la sortie. On peut constater sans grande
difficulté que lorsque la tension d'entrée est positive, on a :

u = uR

u
i=
R
*) cas ou u < 0

A l'arrivée de l'alternance négative de u, les deux diodes D 1 et D3 se bloquent et les diodes D2


et D4 conduisent. On constate dans ces conditions que :
uR = -u

u
i=
R
En résumé :

Comme les diodes D1, D2, D3 et D4 travaillent simultanément, on obtient donc en sortie un
redressement double alternances. Ce qui nous donne dans le cas idéal :

u>0 uR = u

 uR = |u|

u<0 uR = -u

Dans ce cas de redressement double alternance par le point milieu, la période n'est plus T
mais T/2.
II- Filtrage

Le filtrage d’une tension redressée consiste à réduire au maximum l’ondulation donc à avoir
une tension aussi constante que possible. Cette fonction peut être réalisée par un
condensateur.

Figure 4 : Filtrage d'une tension redressée

u : tension sinusoïdale de fréquence f = UMxsin(t) avec =2f = 2/T

Dès la première alternance, le condensateur C se charge puis, dès que la tension à ses bornes
devient supérieure à la tension redressée, il se décharge à travers la résistance R. L'allure de la
tension uc pour un redresseur double alternance est :

* Le taux d'ondulation
Par définition, le taux d'ondulation est le rapport
∆ uc
θ=
∆ ucmoy .
uC = uM - um c'est l'ondulation de la tension filtrée
et
uCmoy. = (uM + um)/2 c'est la tension filtrée moyenne
* Détermination de la capacité de filtrage
Pendant la charge du condensateur, la tension filtrée passe de um à uM donc : Q = C (uM – um).
Cette charge va être restituée à la résistance R pendant le temps de décharge t d soit Q= Imoyxtd
avec
u cmoy
I moy =
R
I moy t d ucmoy . t d
C= =
uM −um ∆u c R
Si on néglige le temps de charge devant le temps de décharge, alors t d  T' ≈ T/2 et on peut
écrire:
ucmoy . T ' T
C= =
∆ u c R 2 Rθ

III- Stabilisation par une diode Zener

La stabilisation d’une tension ondulée consiste à obtenir une tension pratiquement constante.
Cette fonction peut être réalisée par une diode Zener.

Figure 5 : Montage stabilisateur de tension par une diode Zener

u : tension ondulée = UMxsin(t) et RP : résistance de polarisation de la diode Zener.


* Prenons le cas d'une résistance R déconnectée et une résistance de la diode Zener R Z
négligeable (RZ = 0),
Si u > UZ alors uS = UZ
Si u < UZ alors uS = u.
Il faut donc que u > UZ pour que la tension de sortie soit constante (stabilisée).
 Maintenant la résistance R est connectée et la résistance RZ est non négligée.
Lorsque u est suffisamment supérieure à UZ, le schéma équivalent du montage est le suivant :

Les équations sont


u=RP i E +u s
i E =i Z +i s
u −U Z
i z= s
RZ
uS
iS =
R
RP
1 RZ
u S= u+ uZ
1 1 1 1
1+ RP
( +
RZ R ) 1+ R P
( +
RZ R )
À retrouver cette expression en utilisant le théorème de Millman.

On définit le coefficient de régulation S = uS/u à iS constant.


1
S=
1 1
1+ R P( RZ R
+ )
RZ
S≅ si R Z ≪ R
RZ + R P
La résistance interne du stabilisateur est  = -uS/iS à u constante.
ρ=R z /¿ R P
R R
ρ= Z P
R z + RP