Vous êtes sur la page 1sur 8

République Algérienne Démocratique Et Populaire

Ministère de L’enseignement Supérieur


Et La recherche Scientifique
Université TAHRI MOHAMED BECHAR

FACULTE : science et technologie


DEPARTEMNT : Génie Mécanique
Promot :1 MGM-E

Exposé sur :

Examen finale

Par :

L’année universitaire :

2019/2020

 Définitions
 Turbomachines
Les turbomachines sont des machines dans lesquelles un
fluide (liquide ou gaz) échange de l’énergie à l’aide d’un ou
plusieurs impulseurs (appelés aussi rotors ou roues). Ces
derniers sont munis d’aubes (pompes et compresseurs),
d’ailettes (turbines à gaz ou à vapeur) ou augets (turbine
hydraulique Pelton).
Pour une pompe par exemple, les aubes sont des obstacles
profilés, plongés dans un écoulement de fluide. Elles
constituent entre elles des canaux courbés dans lesquels le
fluide s’écoule .

1/Classification des turbomachines :


Dans les turbomachines le transfert d'énergie s'effectue entre
le fluide et une roue mobile. La théorie du fonctionnement est
la même quelque soit le sens du transfert, mais on distingue :
 Les turbines, dans lesquelles l'énergie du fluide fait
tourner la roue : turbines, éoliennes, etc.… Dans ces
machines l'énergie du fluide est cédée à la roue.
 Les turbopompes et les turbocompresseurs qui ont
pour objet principal de mettre sous pression, soit un
liquide, soit un gaz.
 Les turbosoufflantes, les ventilateurs, les hélices dans
lesquels on communique au fluide
à la fois de l'énergie de pression et de l'énergie cinétique en
proportion variable selon les appareils.
Suivant la manière dont le fluide traverse la roue mobile, on
dit que, dans la traversée d'une machine, on a un passage axial
là où la vitesse du fluide n’a en plus de sa composante
circonférentielle, qu’une composante axiale; chaque ligne de
courant se trouve sur la surface
d’un cylindre circulaire coaxial à la machine. Une machine est
dite axiale si le courant y est sensiblement axial, du moins
dans la région où la majeure partie du travail est effectuée.
Citons les pompes et les ventilateurs hélicoïdes, des turbines à
hélices et les turbines Kaplan
De façon analogue, on dit qu’on a un passage radial là où la
vitesse n’a, en plus de sa composante circonférentielle, qu’une
composante radiale; chaque ligne de courant se trouve dans un
plan perpendiculaire à l’axe de la roue (Les particules fluides
se déplacent dans des plans normaux à l’axe de la roue). Une
machine est dite radiale si le courant y est à peu près radial.
Dans ce cas on qualifie de :
 Centrifuges, les machines dans les quelles les particules
s’éloignent de l’axe,
 Centripètes, les machines dans lesquelles les particules
se rapprochent de l’axe.
Citons les pompes et les ventilateurs centrifuges, les turbines
hydrauliques Francis (figure2).
Figure 2: Vue schématique d'une turbine Francis

 Les turbomachines hydrauliques génératrices ont pour


fonction d'accroître l'énergie du fluide qui les traverse
sous forme potentielle ou cinétique, c’est essentiellement
les turbopompes.
 Les turbomachines hydrauliques réceptrices ont pour
fonction de recueillir l'énergie qui
leur est cédée par le fluide qui les traverse, cette est
transformée en énergie mécanique. En fluide
incompressible, les seules turbomachines réceptrices sont les
turbines hydrauliques.
 Les turbomachines réversibles sont tantôt réceptrices
tantôts génératrices.
 Triangle de vitesse :
2/ parce que :
vitesse d'entrainement" est la vitesse par rapport au référentiel
"absolu" de ce point coïncidant à l'instant considéré.
Comme le rayon qui passe par le mobile tourne autour de
l'origine du référentiel relatif, la distance entre la mobile et le
centre de rotation du référentiel relatif varie au cours du
mouvement. Donc sa vitesse d'entrainement varie.
Vous constaterez que la vitesse d'entrainement d'un point est
d'autant plus grande que sa distance au centre de rotation du
référentiel relatif est plus grande.
La somme vectorielle de la "vitesse relative" et de la "vitesse
d'entrainement" donne la " vitesse absolue".
3/ le référentiel de vitesse relative w :
En relativité, toutes les vitesses sont relatives, c’est pourquoi la
vitesse absolue est à remplacer par la vitesse vx dans le
référentiel R de l'observateur. La vitesse relative v'x est la
vitesse dans le référentiel R' mobile par rapport à l'observateur.
La vitesse v est la vitesse du référentiel R' dans le référentiel R.
Cette formule donne bien une limitation de vitesse, comme on
le voit en remplaçant v'x par c pour obtenir vx=c. Pour une
vitesse de la lumière infinie, on retrouve l'addition galiléenne
des vitesses.
4/ la comparaissant entre la vitesse tangentielle u à l’entrée
et la sortie d’une turbomachine axiale :
La vitesse à l'entrée et à la sortie de l'aube indice1 : entrée du
rotor indice 2 : sortie de l'aube V: vitesse absolue U : vitesse
d'entrainement W : vitesse relative L'équation vectorielle
simple donne les relations entre les différentes
5/ la position de la vitesse tangentielle u par apport au
rayon d’une turbomachine :
Un mouvement d’entraînement avec une vitesse d’entraînement
U provoquée par la rotation de la roue et qui est tangente à la
roue

Vous aimerez peut-être aussi