Vous êtes sur la page 1sur 86

Université de Sousse

Faculté de Médecine Ibn El Jazzar de Sousse

Bloc 5.2. Santé Communautaire 2

Thème : Médecine Préventive


Gestion du risque infectieux en milieu de soins

Prévention Du Risque Professionnel


En Milieu de Soins
Coordinateur : Mrizak Néjib
Pr. Ag. Kalboussi Houda
Pr. Ag Brahem Aicha
Dr Asma Chouchène
Dr Asma Aloui
Dr Asma Gaddour

Public cible : Etudiants en 5ème Année Médecine (DCEM3)

Année Universitaire 2020/2021


Accidents de travail en milieu
de soins L/O/G/O
Dr Brahem Aïcha
Introduction-1-

• Hôpital :
– Multiplicité des catégories professionnelles
– Différents secteurs d’activité
– Accroissement des moyens techniques de
plus en plus spécialisés
– Polymorphisme des nuisances et des risques
• Accidents de travail
• Risques toxiques
• Risques physiques
• Risques infectieux
• Risques psychologiques
Introduction-2-

• AT en milieu hospitalier :
Risque professionnel important : conséquences
– Lésionnelles
– Socioprofessionnelles : problème d’aptitude
– Économiques : soins et indemnités
• AT : Soucis majeur des structures de
médecine de travail
• Etude des facteurs de risque des AT
 Prévention ciblée
Incidence des AT en milieu
hospitalier
Auteurs Structure Années Incidence AT
hospitalière d’étude (%)
Bel Hedi CHU F. 1988-1990 4,4
Hached
El Hadj Jilani CHU F. 1989-1991 5,7
Bourguiba
Bouaziz 2 CHU Sfax 1989-1991 8,9

Megdiche CHU 1994-1998 3,5


Charles
Nicole
El Memmi 2 CHU 1997-2000 8,12
Sousse
Nos CHU 2008 11,1
statistiques F.Hached
Type d’accident

Auteurs Structure Années Accident Accident


hospitalière d’étude de de trajet
service(%) (%)

Filali CHU Charles 1992-1995 93 7


Nicolle

El Hadj CHU 1989-1991 94,1 5,9


Jilani F.Bourguiba

El Memmi 2 CHU de 1997-2001 91,4 8,6


Sousse

Hamdi CHU Farhat 2002-2006 93 7


Hached
Nature des AT
AES
Traumatismes
Violences

Gestes et postures
Brûlures chimiques

Accidents électriques

Explosions
Exposition accidentelle aux radiations ionisantes

Exposition aux lasers


1- AES

• 1ère Cause des AT dans les


établissements de soins en France
• Incidence CHU F.Hached (2001-2005) :
23,3% [GARBOUJ]
• Risque de contamination
– VHB
– VHC
– HIV
2- Traumatismes

• Circonstances
– Chutes et glissades+++ : 50,8% [Memmi]
– Traumatismes par des objets tranchants ou piquants
• Causes
– Mauvais état des voies de circulation
(Nature des sols, voies de circulation étroites)
– Chaussures mal adaptées aux conditions de travail
• Lésions
– Entorses+++ : 19,1% des AT [Hamdi]
– Luxations, fractures, traumatismes crâniens
• Personnel exposé
– Services généraux et techniques
3- Violences
• Violence aux Urgences

Auteurs Violence Violence


physique verbale
Christopher 86 % 76 %
Vallaeys 49 % 89,4 %
Bsila [2004] 32 % 100 %
CHU F.Hached

• Sous déclaration:
– Bsila : 7% des agressions physiques
3- Violences
• Causes des agressions physiques
– Liées aux soignants :
• Mauvaise organisation du travail
effectif réduit, locaux inadaptés
• Mauvaise coordination de la transmission des tâches
• Conflits interpersonnels
• Absence de relation d’aide
• Stress, Accumulation des tâches…
– Liées aux patients:
• Insatisfaction , attentes prolongées , patients exigeants,
intolérants à la réponse différée…
• Majoration de l’angoisse des patients
• Sensation d’être agressé
• Moindre qualité de la relation soignant-soigné
4- Accidents dus à des gestes et
postures défectueux
• Circonstances
– Manipulation et mobilisation des malades
– Soulèvement des charges lourdes
– Maintien prolongé de la station debout (>6h)
– Déplacement des chariots et brancards
– Postures penchées en avant
• Personnel exposé
– Personnel des salles d’opération
– Dentistes
– Secrétaires médicales
– AS et ouvriers
4- Accidents dus à des gestes et
postures défectueux
• Conséquences
– Troubles musculosquelettiques
Lumbago et lombosciatalgies

Auteurs Structure Années Accident


hospitalière d’étude lombaire
(%)
Bel Hedi CHU F.Hached 1988-1990 8,8

Chatti CHU 1990-2000 11,2


F.Bourguiba
El Memmi 2 CHU de 1997-2000 10,2
Sousse
Hamdi CHU F.Hached 2002-2006 10,1
5- Risque chimique
• Incidence
– El Memmi : 0,8% des AT
• Circonstances
– Dans les laboratoires :
• Risques liés aux modes opératoires
– Dégagement des vapeurs toxiques ou inflammables
Opérations de séchage, d’évaporation
– Mélange de plusieurs produits
Risques de projection et d’explosion
– Transvasement mal effectué : acides forts et bases fortes
– Nettoyage de la verrerie
Risques d’intoxication, d’irritation et de brûlures cutanées et
muqueuses
– Pipetage buccal
 Risque d’ingestion de produits toxiques
5- Risque chimique
• Circonstances
– Dans les laboratoires :
• Risques liés aux modes opératoires
• Risques liés aux conditions de travail
– Stockage non conforme aux règles
– Absence d’aspiration et de ventilation
– Encombrement
• Risques liés aux matériels et appareillage
– Verrerie fragile aux chocs mécaniques et
thermiques
Risque d’éclatement et de projection de produit
chimique
– Mauvais état de matériel : hotte mal placée ou de
puissance insuffisante.
5-Risque chimique

• Les principaux produits chimiques


– Solvants : benzène, toluène, méthanol,
éthylène glycol…
– Caustiques : chlore et acide chlorhydrique
– Métaux : mercure, plomb, chrome,
phosphore…
– Organiques divers : Aniline, bromure de
méthyle…
– Isotopes : Iode 125, Carbone 14, Tritium
5- Risque chimique
• Circonstances
– Dans les laboratoires
– Dans les services de soins et de diagnostic
• Manipulation des médicaments
• Préparation des cytostatiques
• Exposition aux anesthésiques dans les blocs
opératoires
• Ports de gants en latex
• Usage des antiseptiques
– Dans les autres services
• Gaz sous pression : ateliers d’entretien, cuisine,
chaufferie (ammoniac…)
• Hygiène et assainissement :
– désinfectant (formaldéhyde, glutaraldéhyde…)
– Insecticides, rodenticides
5- Risque chimique

• Effets toxiques
– Brûlures cutanées chimiques
– Conjonctivite, kératite…
– Urticaires de contact immunologiques : risque de
choc anaphylactique
• Médicaments
• Gants en latex
– OAP, RADS syndrome : inhalation gaz et vapeurs
caustiques (ammoniac, chlore, oxydes d’azotes,
bromure de méthyle…)
– Atteinte hépatique : halothane
6- Brûlures par produit chaux

• Lieu
Cuisine +++
• Circonstances
– Chute en arrière dans les bacs d’huiles ou
d’eau bouillantes non protégées
– Renversement des récipients
• Conséquences
– Brûlures cutanées et muqueuses
7- Électrisation
• Incidence : Accident rare
– [El Memmi] : 0,8% des AT
– [Megdich] : 0,3% des AT
• Circonstances
– Utilisation fréquente de nombreuses
installations électriques mal entretenues
– Défaut d’isolement d’un matériel mouillé et
mal protégé
• Conséquences
électrisation/électrocution
8- Explosions

• Circonstances
– Explosions d’autoclaves et des installations
de stérilisation
– Association de gaz inflammable et une
source de feu(cigarette ou étincelle)
8- Exposition accidentelle aux
radiations ionisantes
• Sources d’exposition
– Rayons photoniques X et δ
• Radiographie au lit du malade
• Radiographie pédiatrique
• Radiographie per-opératoire
• Radiographie vasculaire
– Sources scellées : curiethérapies
• Traitement endo-cavitaire ou externe
– Sources non scellées : Isotopes (exp : I131)
• Thérapie : injection par une seringue, per os
• Diagnostic : scintigraphie, étude de métabolisme de
certaines substances…
8- Exposition accidentelle aux
radiations ionisantes

Effets génétiques
Aberrations chromosomiques
Mutations

Effets tératogènes

Cancers radio-induits
Leucémies
Ostéosarcomes
Cancers cutanés
Cancers broncho-pulmonaires primitifs
9- Exposition aux lasers
• Circonstances
Exposition aux faisceaux lasers :
– Traitement du décollement rétinien en ophtalmologie
– Ablations des formations superficielles (verrues,
tatouages)
– Destruction des tumeurs profondes
– Traitement des caries dentaires en stomatologie
– Spectrométrie laser en cytologie et en biochimie
• Effets
– Brûlures et lésions rétiniennes irréversibles
– Kérato-conjonctivites
– Brûlures cutanées superficielles
Prévention

Supprimer à la source les facteurs de risques

Objectifs OU

Minimiser et maîtriser les risques encourus


Prévention médicale-1-

• Visite médicale d’embauche


– Détecter les déficiences organiques (vue,
ouïe…)
– Se prononcer sur l’aptitude au poste de travail
• Visite périodique
– Annuelle au minimum
– Réduite à 6 mois :
Liste des travaux : Surveillance Médicale Spéciale
(décret n° 68-83 du 23 Mars 1968)
– But : dépister une maladie à son début et
vérifier l’aptitude
Prévention médicale-2-
• Visite de reprise
– Systématique après
• un AT ou MP
• Congé de maternité
• Absence >21 jrs ou absences répétées
– But : Déterminer le rapport entre les conditions de
travail et l’AT ou MP et de discuter l’aptitude
• Rôle du médecin du travail
– Analyse spécifique de l’arbre des causes des AT
– Information, éducation et formation du personnel sur
les risques encourus
– Formation portant sur les règles d’hygiène et l’usage
approprié des nouveaux matériels de sécurité
Prévention technique

•Amélioration des conditions de travail


Prévention •Veuillez à l’application des mesures d’hygiène
collective et de sécurité
•Adapter les techniques de travail à la
physiologie humaine

Prévention •Variable et dépend de la nature du risque


individuelle •Vaccination+++ : VHB, DTP, tuberculose…
Prévention de certains risques
particuliers

• Prévention des chutes et des glissades


– Respect des normes ergonomiques lors de
l’aménagement des allées de circulation et
des escaliers
– Limiter les déplacements sur les sols
humides
– Port de chaussures adaptées
Prévention des AES

Appliquer les Vaccination


précautions contre
universelles l’hépatite B
Prévention des lombalgies
• Initier le personnel de soins aux règles de la
manutention
• Promouvoir l’ergonomie de conception et de
correction au niveau des différents postes de
travail
• Utilisation de chariots douches, brancards
chevaliers, baignoires hydrauliques, lits à
sommier mobile…
• Hygiène de vie
– Lutter contre l’obésité
– Pratiquer le sport
– Éviter les mouvements brusques du rachis
Prévention du risque chimique-1-

• Prévention collective
– Connaissance des propriétés physico-
chimiques des produits utilisés
– Remplacement des produits les plus toxiques
par d’autres moins toxiques
– Travail en vase clos :
• Automates dans les laboratoires
• Utilisation de l’halothane en circuit fermé
– Ventilation générale
• Salles d’opération et d’endoscopie
• Laboratoires
Prévention du risque chimique-2-

• Prévention collective
– Ventilation localisée (Hottes)
• Laboratoires
• Préparation des cytostatiques
• Prothèse dentaire
– Respect des règles d’étiquetage
– Précaution de stockage et de manipulation
– Métrologie :
• Anesthésiques gazeux dans les blocs
• solvants dans les labo
Prévention du risque chimique-3-
• Prévention collective

• Prévention individuelle
– Tenue vestimentaire
– Chaussures adaptées
– Port de gants adaptés
– Hygiène vestimentaire
– Lunettes de sécurité
• Préparation des cytostatiques
• Laborantins
• Prothésistes
Prévention contre les
rayonnements
Gérance par le Centre National de
Radioprotection : quelques règles :

• Ne jamais se mettre sur le trajet du faisceau

• Se mettre derrière un écran de Plomb

• Porter un dosimètre de manière systématique

• Interdire l’accès au local aux femmes


enceintes
Réparation

Cadre législatif

• Loi n° 94-28 du 21 Février 1994


Secteur privé

• Loi n° 95-56 du 28 Juin 1995


Secteur publique
Nature du risque couvert-1-
• L’AT proprement dit :
– Dans le secteur privé :
(Article 3 de la Loi N° 94-28 du 21 Février 1994)

"Est considéré comme accident du travail, quelle qu'en soit


la cause, le lieu de survenance, l'accident survenu par le
fait ou à l'occasion du travail, à tout travailleur quand il est
au service d'un ou plusieurs employeurs".

– Secteur public :
(Article 3 de la loi n° 95-56 du 28 Juin 1995)

« Est considéré accident du travail, l’accident qui survient


à l’agent par le fait ou à l’occasion du travail quels qu’en
soit la cause et le lieu ».
Nature du risque couvert-2-
• L’accident de trajet ( § 2, art .3: 94-28; § 2,
art .3 : 95-56)

« Est également considéré comme accident de


travail, quelle qu’en soit la cause, l’accident
qui survient alors que l’agent se rendait de sa
résidence au lieu de son travail, ou pendant le
trajet inverse, pourvu que le parcours n’ait pas
été interrompu ou détourné pour un motif
dicté par l’intérêt personnel de l’agent ou sans
lien avec son activité professionnelle ».
Procédure de déclaration
Médecin CMI Victime d’AT

Déclaration 48H

Employeur
Déclaration
(3 jours)

Secteur public Secteur privé


• CNAM
•Commission
Médicale Centrale • Poste de police/GN
•CNRPS • Inspection Travail

Prise en charge médicale


Indemnité journalière
IPP
Certificats médicaux

• Certificat médical initial = CMI


– L'état de la victime
– Les conséquences de l'accident et ses suites
éventuelles (ITT)
• Certificat de prolongation
• Certificat de reprise de travail
– Guérison
– Consolidation :
• État de la victime
• Conséquences éventuelles (IPP)
• Certificat de rechute
Conclusions-1-

• Hôpital
– Entreprise complexe
– Diversité de ses secteurs d’activité
– Moyens techniques de plus en plus
sophistiqués
– Polymorphisme des nuisances
Conclusions-2-

• AT
– Fléau important en milieu de soins
– Risques évitables
• Prévention
– Évaluation continue des conditions de
travail
– Surveillance rationnelle de l’état de santé du
personnel de santé
– Collaboration entre les intervenants :
Service de Médecine du travail, Service
d’Hygiène…
LOGO

RISQUES PROFESSIONNELS
EN MILIEU HOSPITALIER

Dr Brahem Aïcha
INTRODUCTION
LOGO
• « De nombreuses professions sont susceptibles
d’exposer ceux qui les exercent à un ensemble
d’inconvénients ou de dangers liés a la nature du
travail ou aux conditions dans lesquelles l’activité
professionnelle est exercée. Il s’agit d’une éventualité
permanente qu’on appelle risque professionnel »

• En milieu hospitalier: multitudes des fonctions et des


risques : infectieux, chimiques et physiques.
INTRODUCTION
LOGO
Les salariés:
Participent tous ± aux risques professionnels
Hospitaliers: le personnel médical et paramédical
(infirmiers, agents des services hospitaliers, aide
soignant, des laboratoires,…)
Personnel administratif
 Personnel technique
▪ bâtiments (maçons, menuisiers, peintres, serruriers)
▪ alimentation (bouchers, cuisiniers et leurs aides)
▪ transports (conducteurs, ambulanciers, brancardiers)
▪ blanchisseurs et habillement (buanderies,repasseuses)
LES CONDITIONS DE TRAVAIL
ET SON ORGANISATION LOGO

Quatre données principales régissent les


conditions de travail :

• Nécessité d’une permanence,


• Variabilité de la charge de travail,
• Carences ergonomiques de l’aménagement
des locaux,
• Contact avec la maladie, la mort et la
déchéance (Charge mentale).
PRINCIPAUX RISQUES
LOGO
Risque d’accident Risque maladie

Accidents non spécifiques Risque infectieux

Risque chimique

Accidents spécifiques Risque physique

Charge physique

Accidents toxique Charge mentale


1- Accidents non spécifiques
LOGO

- Plaies et blessures:
les plus fréquents: bris de verre, coupure
par bistouri ou ciseaux ...
- Chutes : fractures, entorses...
- Lumbago ou lombalgie d’effort.

- Électrocution, incendies…
2- Accidents spécifiques LOGO

- Projections oculaires à l’occasion de la


préparation des médicaments
injectables ... produits caustiques.

- Agression par les malades (service des


urgences+++)

- AES (VHB, VIH, ...)+++


3- Accident toxique
LOGO

La gamme utilisée est très vaste :

 Gaz anesthésiques
→ Anesthésiques volatils et gazeux +++

Toxicité

- L’halothane peut donner une hépatite et des


troubles de rythme cardiaque.
- Le fluothane : à l’origine d’une insuffisance rénale,
de troubles de la reproduction
3- Accident toxique LOGO

 Antiseptiques et désinfectants :
- Les antiseptiques : pour le lavage
chirurgical des mains, lavage des sols, ..

La toxicité de ces produits concerne


essentiellement la peau et les poumons :
→ Dermatoses de contact,
asthme
. Exemples : Le formol
3- Accident toxique LOGO
 Agents cytostatiques
→ Indispensables dans la lutte contre les affections
cancéreuses.
→ Stoppent la multiplication des cellules malignes.
→ Des effets néfastes lors de leur manipulation,
→ Les principaux risques de ces produits sont :
. dermatoses de contact
. irritation de la muqueuse nasale
. nausées, vomissements
. dyspnée asthmatiforme
. Douleurs abdominales...
1-RISQUE INFECTIEUX
LOGO

Principal risque +++


• Omniprésent et majoré par certaines
conditions:
1. Importance du réservoir des sujets
transmetteurs
2. Facilité avec laquelle le germe est
transmis (règles d’asepsie)
RISQUE INFECTIEUX LOGO

La contamination
4 voies de pénétration
3 principales circonstances
1-Risque certain : contact avec les malades, les
convalescents, les produits biologiques, le
matériel de prélèvement
2-Risque moins évident: entretien des chambres,
des locaux, du mobilier, du matériel( agents de
nettoyage et d’entretien !!!)
RISQUE INFECTIEUX
LOGO
3- Autres situations:
Manipulation, tri et lavage du linge, intervention
techniques dans les locaux contaminés, collecte et
transport des déchets hospitaliers
AES +++
2ème place des AT à Sousse : 46,2% en 1997
79,4% par piqûres au niveau des mains,
32,5% recapuchonage, 32,5% injections
RISQUE INFECTIEUX LOGO

AES
L’hépatite B

L’hépatite C

Le SIDA
RISQUE INFECTIEUX LOGO

Autres infections virales


• L’hépatite A, entérovirus, virus de la grippe ou des
oreillons et par l’adénovirus type 8
• Quelques accidents paralytiques dus à un poliovirus
ou à un virus coxsakie : dans les laboratoires de
virologie ont été constatés.
• kérato-conjonctivites virales qui sont le plus souvent
dues à des adénovirus.
RISQUE INFECTIEUX
LOGO

Infections bactériennes

La tuberculose : recrudescence+++
Sousse (1979-1996) : incidence : 79/100 000
(2x population générale)
Contamination par :
• Manuportage ou manipulation de produits biologiques:
crachats, liquide de tubage gastrique, LCR…
• Inhalation (aérosols restent longtemps contaminant en
suspension dans l’air)
RISQUE INFECTIEUX LOGO
La brucellose

• Infection fréquente dans les laboratoires.

• Contamination par manipulations des liquides


biologiques par pipetage, piqûre ou blessure par
tube cassé.

• Le germe pénètre dans l’organisme par voie


respiratoire, digestive ou cutanéo–muqueuse

• Sérodiagnostic
RISQUE INFECTIEUX
LOGO

Autres infections bactériennes


• Staphylocoque.
• Pseudomonas aerugenosa.
• Enterobactérie.
• Fièvre typhoïde et para typhoïde.
• Choléra
• Rickettsiose
• Rage
RISQUE INFECTIEUX
LOGO

Autres infections
• Les infections parasitaires :
– les protozoaires,
– les vers,
– les champignons
– les prions (agents de transmission
non conventionnels) responsables
d’affections en particulier pour le
personnel de laboratoire.
Prévention du risque infectieux
LOGO

Prévention technique :

• Organisation du travail.
• Application des précautions universelles.
• Acquisition de nouveau matériel de sécurité.
• Choix de produits efficaces de désinfection.
• Mesures de protection individuelle spécifiques
à la nature des pratiques et du service.
Prévention du risque infectieux LOGO
Prévention médicale :
• A l’embauche : le médecin du travail doit rechercher:
– Les CI liées au poste.
– L’état d’immunité : le BCG, la sérologie de
l’hépatite B.
Il établit le calendrier de vaccination envisagé.
• La visite périodique : elle permet d’écarter
temporairement ou définitivement les sujets à
risque.
La vaccination spécifique
de l’hépatiteB LOGO

• Arrêté du MSP du 12 Avril 1994 : vaccination


obligatoire contre l’hépatite B de tout le personnel
exerçant dans les services à risque au sein des
établissements sanitaires privés.
• Circulaire 35-92 du 4 Mai 1992 du MSP :
recommandation et généralisation du vaccin à
l’ensemble du personnel de santé non immunisé contre
cette maladie exerçant dans les établissements
hospitaliers et sanitaires publiques.
Vaccination contre les infections
bactériennes LOGO

• Comme la population générale, le personnel


est couvert par : le vaccin anti diphtérique, anti
tétanique, le vaccin de poliomyélite et le vaccin
contre la tuberculose où l’immunité est établie
après recherche systématique de
l’hypersensibilité retardée à la tuberculine.
Formation du personnel LOGO

• Pilier important de prévention  réduction du risque


infectieux en milieu de soins.

• Insister sur le rôle de la sensibilisation du personnel


quant à la déclaration de toute coupure, piqûre ou
projection de liquide septique et à faire pratiquer les
recherches sérologiques.

➔Le suivi sérologique après AES peut aider à faire la


preuve de l’imputabilité s’il y a conversion ultérieure.
2-RISQUE CHIMIQUE LOGO

1 – Dermatoses professionnelles
• Le personnel hospitalier fait partie des catégories
professionnelles les plus exposées au risque
dermatologique d’origine chimique.

• 1990-1993 : 26 cas de dermatose


18,4 % infirmière , 16,9 % A.S
RISQUE CHIMIQUE LOGO
Eczéma de contact allergique
• Il se localise essentiellement aux mains et/ou à la
face.

• Certains facteurs favorisants : brossage des


mains et le savon.

• Les allergènes incriminés sont : le formol, les


désinfectants et antiseptiques, les médicaments,
les additifs du caoutchouc et les allergènes des
pansements et instruments.
RISQUE CHIMIQUE LOGO
Eczéma de contact allergique
• Kinésithérapie : lanoline, baume de Pérou, fragrances
• Orthopédie : résine, ciment des prothèses, mélamine
formaldéhydes : plâtre)
• Radiologie : révélateurs
• Prothésistes dentaires et dentistes : résines acrylates,
mercure…
Diagnostic
Basé sur la clinique et les tests épi-cutanés, voire
l’épreuve éviction-réexposition.
RISQUE CHIMIQUE
LOGO

Urticaires de contact immunologiques

• Protéines du latex (gants, les doigtiers, les


cathéters, les sondes et les tubulures …).

• Diagnostic: basé sur la clinique, les prick-tests au


latex, le test d’usage des gants et la recherche
des RAST au latex.
RISQUE CHIMIQUE LOGO
Dermatoses de contact irritatives
• Les agents irritants les
plus fréquemment
incriminés : les savons
liquides les détergents et
les divers antiseptiques.
De même, l’oxyde
d’éthylène utilisé pour la
stérilisation
RISQUE CHIMIQUE LOGO

Pathologie respiratoire
• Allergique : manifestations oculaires, ORL,
asthme.

• Formol, glutaraldéhyde, l’oxyde d’éthylène,


médicaments…

• L’inhalation massive de vapeurs de chlore ou


de formol  pneumonie chimique et OAP
Prévention du risque chimique LOGO

• 4 règles générales :

Elles reposent sur :


* La substitution
* Le monitorage de l’ambiance de travail.
* La manipulation sous hotte.
* L’information du personnel de soins sur les
risques de manipulation de produits chimiques
et sur la conduite à tenir en cas d’accident.
3-RISQUES PHYSIQUES
LOGO

1 – Rayonnements ionisants
• Largement utilisés en milieu de soins
• L’usage médical des RI a bénéficié d’une
réglementation radio–protective très rigoureuse
et sévère
• Atteintes du système hémato–poïétique,
cutanées et des phanères
• Induction des cancers, des leucémies,
augmentation de la fréquence des mutations.
RISQUES PHYSIQUES LOGO

2- Laser
Les risques intéressent les yeux (brûlures
rétiniennes, kérato–conjonctivite, brûlures de la
cornée et de la peau

3 – Bruit :
• Dentistes : les plus exposés.
• Personnel d’entretien
• Rq: le fond sonore (pompes électriques, scope,
conduits d’eau, ventilation…) est source de fatigue
RISQUES PHYSIQUES LOGO

4– Ambiance thermique:
En salle d’opération, de réanimation et dans le
service des grands brûlés.

5 – Odeurs:
Source de gène et d’inconfort.

6 – Eclairage:
Mal adapté, excessif ou médiocre et générateur de
fatigue visuelle.
3-LA CHARGE PHYSIQUE LOGO

• Travaux de manutention: variables en fonction


des services et des catégories
➢ Port de charges lourdes : Soulèvement des
malades ou du matériels
➢ Position de debout prolongée
➢ Déplacements + montée des escaliers

A Sousse (1994), la charge physique:77,4 %


• Lombalgies : 17 % du personnel à Sousse
• TMS : répétitivité des gestes
LA CHARGE PHYSIQUE LOGO
Prévention :

➢ Campagne de sensibilisation, d’apprentissage des


techniques de manutention.

➢ Aménagement ergonomique des postes de travail,


soulève-malade, lits à hauteurs variables…

Régler certains problèmes d’architecture : privilégier la


santé du personnel  réduction des
déplacements…
4- CHARGE MENTALE LOGO

• Le personnel hospitalier: contact avec la


déchéance et la mort: permanence source de
fatigue  stress d’intensité variable
épuisement et « burn out»: association:
o Un épuisement émotionnel
o Un sentiment de dépersonnalisation
o Une perte de l’estime de soi

Prévalence (2002):18,3% des soignants


interrogés des services de pédiatrie(Sousse)
La réduction de la charge mentale LOGO

• La formation et l’encadrement du personnel

• Les réunions : meilleur remède permet la


communication entre les différents partenaires à
l’intérieur des unités de soins.

• Une valorisation du travail accompli par les


soignants, de la part de la hiérarchie, donnera
aux soins une nouvelle dimension.
PREVENTION
LOGO

• Importance de cette prévention :


 Protégerle personnel hospitalier
 Médecin du travail : pilier de cette prévention

• Bases de la politique de prévention :


Motivation
Dévouement
Conscience des professionnels de la
santé
PREVENTION
LOGO

• Raisons de la politique de prévention :


 Améliorer
Convaincre
Valoriser
Développer
 But : améliorer les Conditions du travail
• Surveillance médicale
REPARATION
LOGO
Vingt cinq tableaux sont particulièrement
concernés
1- Agents infectieux
• Brucellose (60)
• Tuberculose (63)
• Rickettsiose (65)
• Tularémie (66)
• Rage (71)
• Hépatites virales (70)
• Agents infectieux susceptibles d’être contractés
à l’hôpital: (75 )
2- Agents physiques LOGO
Rayonnements ionisants : (76)
3- Agents chimiques
•Mercure et composés (2)
•Aldéhydes formiques (28)
•Méthacrylates de méthyle (44)
•Pénicilline et dérivés (47)
•Halothane (50)
•Macrolides (52)
•Autres agents responsables des affections
respiratoires de mécanisme allergique (58)
• Autres agents responsables de dermatoses
(59)
CONCLUSION
LOGO
• Le personnel de soins : exposé à différentes
nuisances
• La connaissance des risques permettra de les
maîtriser et de diminuer la fréquence des
atteintes pathologiques.
• La prévention intéresse non seulement le
respect des mesures de prévention universelles,
la conception des locaux,…
 La formation et l’information continues du
personnel de soins.