Vous êtes sur la page 1sur 1

3 • LA PROPRETÉ DE SURFACE

ofppt.scholarvox.com:OFPPT:1186524699:40001189:196.89.149.84:1605576989
3.1 Rappel de la définition d’une surface B
industrielle

PRÉPARATION DES SURFACES MÉTALLIQUES


Toutes les opérations de mise en forme ou de mise à la cote d’un matériau métal-
lique jouent un rôle déterminant sur la nature des couches superficielles. Il en est
ainsi par exemple dans le cas de demi-produits réalisés par traitement thermomé-
canique où l’on peut rencontrer des incrustations d’oxydes. Ces incrustations
peuvent appartenir au métal de base ou à des éléments d’alliage qui ont migré vers
la surface lors du laminage à chaud (exemple du magnésium sous forme de MgO
dans les alliages d’aluminium). Il en est encore ainsi dans le cas de demi-produits
laminés à froid où l’on peut rencontrer des couches adsorbées ou des films réac-
tionnels par suite d’une interaction avec les constituants du lubrifiant, notamment
les agents « antiusure » ou « extrême pression. Il en est ainsi également dans les
opérations qui utilisent la coupe ou l’électroérosion, la forge ou frappe à froid.
Tous ces procédés entraînent la formation d’une couche de contamination en
général hydrocarbonée résultant de phénomènes d’adsorption plus ou moins
importants selon la température atteinte en surface. Cette couche renferme succes-
sivement des molécules organiques polaires, des molécules organiques non polaires
et des molécules de gaz adsorbées. Les opérations ultérieures de recuit pour régénérer
la structure du matériau vont entraîner sur la surface des produits des modifications
de composition chimique sur des épaisseurs variables de quelques dizaines de nano-
mètres à plusieurs microns, en liaison avec les différences de réactivité des éléments
d’alliage vis-à-vis des atmosphères utilisées.
D’une manière générale, une surface industrielle présente des contaminations telles
© Dunod – La photocopie non autorisée est un délit.

que poussières, particules métalliques, oxydes, corps gras (huiles et graisses) parfois
cokéfiés, microorganismes, sels minéraux et vapeurs condensées à partir d’atmos-
phères contenant de la vapeur d’eau ou du dioxyde de carbone. Ces contaminations
peuvent être définies comme des substances indésirables affectant les caractéristiques
physiques et chimiques d’un matériau métallique et susceptibles d’affecter une
mesure, comme l’énergie de surface, les caractéristiques électriques, ou un procédé
ultérieur de mise en œuvre, comme par exemple des traitements thermiques ou ther-
mochimiques, la réalisation de revêtements ou différentes techniques d’assemblage.
Les poussières ont comme origine l’atmosphère environnante et les manipulateurs.
Elles sont gênantes en microélectronique, en optique ou pour certaines techniques
d’assemblage comme le collage ou le brasage. Elles nécessitent des précautions

57