Vous êtes sur la page 1sur 39

Comptabilité d'une créance devenue irrécouvrable

Lorsque vous vendez des marchandises et que votre client ne règle pas la facture ,dans ce cas vous perdez
votre créance sur lui et par conséquent vous devez soldez la créance de vos comptes.

1- Disparition de la créance irrécouvrable

2- Annulation de la provision déjà constatée


ENREGISTREMENT COMPTABLE DE LA PAIE:

 Si vous donnez des avances à vos salariés,vous devez passer l'écriture suivante:

débit
3431 Avances et acomptes au personnel
                                                                            crédit
                                                                   5141 banque (ou mode de paiement)

 pour comptabiliser les charges patronales (On entend par charges patronales les


cotisations faites de la part de l’employeur en faveur des salariés )

débit
61741 Cotisations de sécurité sociale

                                                                     crédit
                                                      4441 Caisse Nationale de la Sécurité Sociale

 comptabilisation du bulletin de paie ou bien le livre de paie

débit
6171 Rémunérations du personnel
                                                           crédit
                                                 3431 Avances et acomptes au personnel
                                                 4432 Rémunérations dues au personnel
                                                 4441 Caisse Nationale de la Sécurité Sociale
                                                 4443 Caisses de retraite
                                                 4445 Mutuelles
                                                4434 Oppositions sur salaires

 Paiement des salaires

débit
4432 Rémunérations dues au personnel
                                                                                 crédit
                                                                                 5141 banque

 Paiement  de l’impôt sur le revenu (IR)

débit

4452 Etat Impôts, taxes et assimilés.

                                                                              crédit

                                                                             5141 banque
l existe trois types de subventions :

1- La subvention d'équilibre.
2-La subvention d'exploitation.
3-La subvention d'investissement ou d'équipement.

La subvention d'équilibre accordée  est un produit exceptionnel


La subvention d'exploitation accordée est un produit d'exploitation

Les subventions d'exploitation et d'équilibre sont accordés selon le résultat pour compenser une
insuffisance au niveau du prix de vente lorsque les pouvoirs publics imposent un prix fixe à ne pas dépasser
ou dans le cas où l'entreprise a un déficit structurel et que l'Etat veut l'aider et la soutenir pour dépasser la
crise .

Les subventions d'investissement sont attribuées aux entreprises pour les aider à financer leurs opérations
d'investissements à long terme.

Enregistrement comptable de la subvention


d’exploitation : 
débit 5141 par le crédit de 7161

Enregistrement comptable de la subvention d’équilibre : 


débit de 5141 et crédit de 7561

Comptabilisation de la subvention d'investissement :


1-lors de la promesse:
Débit de  34511 Subventions d'investissement à recevoir par le crédit de 1311 

2- lors l'encaissement effective de la subvention :


crédit de 34511 et débit de 5141 
3- lors des travaux d'inventaire:on essaie d'amortir la subvention d'investissement 

montant de la subvension/durée d'amortissement= quote part à reprendre chaque année


on débite le compte 1319 et on crédite le compte  de 7577 

Lorsque le montant du poste 1319 a atteint celui du poste 7577 .ces deux sommes disparaissent du
bilan
Lorsque l'on cède un titre de participation et que l'on veut enregistrer cette opération dans notre journal ,on
passe par 3 étapes:

1- enregistrement du prix de cession :

débit du compte banque(5141) ou compte de créance sur cession des titres de participation et on crédite le
compte 7514 Produits des cessions des immobilisations financières (droits de propriété)

2- sortie des titres cédés du bilan :

Débit du compte 6514 : VNA provisions des immobilisations financières cédées (droits de propriété) et
crédit du compte 2510 titre de participation.

3- Annulation de la provision déjà constatée :

Débit du compte 2951 Provisions pour dépréciation des titres de participation et crédit du compte 7392
Reprises sur provisions pour dépréciation des immobilisations financières
Il existe plusieurs types d'emballage au sein de l'entreprise:

1- Si l'entreprise utilise l'emballage pour son propre usage ,on va considérer cet emballage
comme une immobilisation à enregistrer dans la classe 2 : Actif immobilisé(exemple : bouteille de
Gaz pour un restaurant ).

2-Si l'entreprise utilise l'emballage pour conditionner ses produits vendus,dans ce cas on parle
des emballages commerciaux qui se divisent en deux parties : emballages perdus et emballages
récupérables.

  L'emballage perdu     : il est livré au client avec leur contenu (marchandises) sans
consignation ni reprises, le prix de l'emballage facturé est compris dans le prix de vente.

 L'emballage récupérable : c'est un emballage conservé pendant un moment par le client et


que le fournisseur s'engage à reprendre.

                       L'emballage récupérable :

 Est soit identifiable(par un numéro de série) ,il est traité comme une immobilisation 

 Ou non identifiable(ex:bouteille en verre).  

Traitement comptable de l'achat de l'emballage:

 Achat d'emballage récupérable identifiable:


 Achat d'emballage perdu:

 Achat d'emballage récupérable non identifiable:

* La consignation :

La consignation est une somme que le fournisseur facture au client en contrepartie de l'emballage


qui lui a emprunté et s'engage à rendre au client quand ce dernier lui rend l'emballage consigné.

Traitement comptable de la consignation


 chez le fournisseur:

 chez le client :

Déconsignation :

La déconsignation consiste à verser la somme déconsignation par le fournisseur au client et que ce


dernier lui reprend son emballage.

Comptablement on fait une contre passation de l'écriture de consignation chez le client ou chez
le fournisseur si le prix  de consignation = prix de déconsignation
Dans l'autre cas (c'est à dire que le prix de déconsignation est inférieur au prix de consignation),il faut
passer un mali ou boni sur emballage .

 Pour le client: 

Débit de 4411 et 61317(malis) et crédit de 3413

 Pour le fournisseur:

Débit de 4425 et crédit de 71275 et crédit de 3421

Si le client prend la décision de garder l'emballage pour lui ,dans ce cas on va considérer l'opération
comme un achat pour le client et une vente pour le fournisseurs.
La comptabilité des opérations en devise

lorsqu'on achète une marchandise depuis l'étranger ,on l'achète le plus souvent avec une
devise(monnaie étrangère) ,pour nous les marocains ,notre monnaie nationale c'est le DH, par contre
l'euro et le dollar ,c'est des devises.

pour convertir une devise à la monnaie nationale ,on a besoin d'un taux de change

exemple: 1 mars 2017 : achat de marchandise, prix d'achat :5000 euros


le cours de change : 1 euro = 10 DH
le prix qu'on doit enregistrer dans notre comptabilité est de 5000*10=50000 DH ;

après on comptabilise la facture comme toute facture d'achat , c'est à dire au débit: on débite le
compte d'achat(6111) et le compte de TVA récupérable(34552) sur charge et on crédite le compte du
fournisseur étranger (4411) si le règlement est à crédit ou le compte banque(5141) si le règlement
est fait par virement ou chèque bancaire.

on suit notre exemple précédent ,on précise que le taux de TVA est de 20% et que le règlement est à
crédit

1 mai 2017: on a réglé 30% du montant de la facture.cours de change : 1euro=12dh

 à la date de facturation : 5000*30%*10=15000


mais le cours est changé nous devons régler 5000*30%*12=18000

Donc on a une perte de change à enregistrer dans les charges financières.


On débite le compte 4111 et le compte 6331 Pertes de change et on débite le compte banque 5141
  
Nous avons une dette de 15000 DH envers notre fournisseur et une perte de change de 3000 DH et
on a réglé le tout soit au total : 18000 dh

mais si le taux de change le 1er mai de 2017 est : 1 euro= 8 DH

Dans ce cas on a un gain de change à enregistrer en produit financier en créditant le compte 7331
Gains de change  et on va payer au fournisseur que (5000*30%*8 = 12000 ).
gains de change = 3000

En gros :gains ou perte de change= différence de change entre la date de facturation et la date de
règlement.
  
juste pour rappel ,on a encore 70 % de dette non encore réglée on va payer le reste ,l'année
prochaine

lors des travaux d'inventaire,c'est à dire après la clôture des comptes et de l'exercices,on essaye de
comparer la variation des cours de change entre la date de facturation et la date de clôture ,cette
différence s'appelle l'écart de conversion
l'écart de conversion actif : perte de change potentiel
l'écart de conversion passif: gain de change potentiel
 
donc les écarts de conversions constatent la différence entre la valeur initiale (le montant de la
facturation) et la valeur d'inventaire ( valeur de 31/12/N)
si nous avons constaté un écart de conversion actif , on doit passer en plus une provision pour risque
et charge égale au montant de l'écart de conversion.
date de facturation 1euro=10 dh 5000*0.7*10= 35000
date de clôture 1euro=12 dh 5000*07*12=42000
on constate une augmentation de la dette (35000-42000=7000dh)
donc il faut constater un écart de conversion actif

en plus ,il faut passer une provision de 7000 dh

mais si le cours de la clôture est 1 euro = 8 dh dans ce cas ,la dette est diminuée et on aura un écart
de conversion passif donc il faut débiter le compte 4411 et créditer 4702 et nous avons pas le droit
d'enregistrer une provision parce qu'il s'agit d'un gain potentiel .
A l'ouverture de l'exercice suivant ,les écarts de conversion sont contre passés
A la date de règlement ou à l'inventaire , la provision constatée est soit reprise en totalité soit ajustée
partiellement
quelquefois,les entreprises peuvent acheter des contrats à terme sur le marché financier pour se
protéger contre le risque du change(fluctuation du cours de change),dans ce cas de figure ,on ne pas
faire des provisions si le contrat à terme couvre la totalité du montant de la facture si ce n'est pas le
cas on doit provisionner la partie non couvert.
Cas de vente de marchandises en devises: on suit le même raisonnement ci-dessus mais avec les
comptes comptables adéquats(3421 clients; 3701 diminution de créances;4701 augmentation de
créance..)
Bien comprendre le quoi du comment en
comptabilité

- Le bilan présente le patrimoine de l’entreprise à la date de clôture des


comptes c'est un  inventaire de ce que l’entreprise possède et de tout ce
qu’elle doit. Il est établi à un moment donné, au moins une fois par an, à
la fin de l’exercice comptable. Il s’agit d’une photographie de la situation
patrimoniale, à travers laquelle on identifie les emplois et leurs moyens de
financement .

- Le compte de résultat présente le résultat de l’activité de l’ese durant


l’année comptable écoulée.

Le compte de résultat récapitule les produits et les charges de l’exercice,


sans qu’il soit tenu compte de leur date d’encaissement et de paiement.

A la fin de l’exercice comptable, on totalise l’ensemble des produits et des


charges. La différence ou solde constitue le résultat de la période qui fera
apparaître un excédent (les produits sont supérieurs aux charges) ou un
déficit (les charges sont supérieures aux produits).

Les produits regroupent tous les éléments de l’activité de l’entreprise qui


lui ont permis de s’enrichir, c'est-à-dire augmenter son patrimoine net.
Pour reconnaître un produit, il faut analyser son impact sur le patrimoine
de l’entreprise.la valeur des entrées dans le patrimoine est supérieur à
celle des sorties, alors il y a enrichissement et donc produit.

Les charges rassemblent toutes les consommations nécessaires à la


réalisation de l’activité.si la valeur des sorties du patrimoine est supérieur
à celle des entrées dans le patrimoine, alors il y a consommation donc
charge.

o L’actif  désigne tout ce que l’entreprise possède : constructions, terrain,


matériels, stock, sommes dues par des clients, trésorerie disponible….

o Le passif  représente ce que l’entreprise doit, ainsi que ses ressources
propres: fonds propres, réserves, emprunts, dettes envers les
fournisseurs...

Les ressources propres représentent le patrimoine net de l’entreprise,


c’est-à-dire sa richesse. Elles sont calculées par différence entre le
montant de l’actif de l’entreprise et celui de ses dettes.

le flux entrant correspond à l’emploi

le flux sortant correspond à la ressource

L’emploi est le but de la transaction, sa destination : c’est l’objectif que


l’entreprise poursuit en réalisant l’opération.

La ressource est le moyen qui a permis d’obtenir l’emploi : c’est l’origine


de l’opération.

Pour chaque compte, la colonne de gauche s’intitule débit et celle de


droite crédit. Ici, la convention habituelle « emplois à gauche et
ressources à droite » s’applique :

- La colonne débit est utilisée lorsque le compte intervient en tant


qu’emploi.
- La colonne crédit est utilisée quand il intervient en tant que ressource.

Les comptes d’actif augmentent par le débit tandis que les


comptes de
Passif augmentent par le crédit.

Tout ce qui est emploi est débité, tout ce qui explique l’origine
d’une
ressource est crédité.

Les comptes de charges et produits :


- Tout compte de charge augmente au débit (emploi) ;
- Tout compte de produit augmente au crédit (origine d’une
ressource).

La trésorerie (banque, caisse) intervient en emploi lors d’un


encaissement, et en ressource lors d’un décaissement.

Valeurs immobilisées (comptes de classe 2):

Cette catégorie regroupe toutes les valeurs immobilisées, c'est-à-dire


conservées de façon durable par l’entreprise.

A l’inventaire à la fin de chaque exercice, il faudra évaluer (en


quantité et en prix) les produits restant en stock ; seule la variation du
stock sera prise dans le Compte de résultat.

Les comptes de tiers (poste 34 et 44) enregistrent toutes les opérations


de dettes et de créances envers les tiers dès que ces dettes et créances
sont certaines. Elles demeurent inscrites au compte tant que le paiement
n’est pas effectué.

Les créances, c’est-à-dire ce qui est dû à l’entreprise, seront inscrites


au débit des comptes, les dettes au crédit.

En conséquence, la somme des soldes débiteurs des comptes de tiers


donnera le total des créances de l’Actif et la somme des soldes créditeurs
le total des dettes du Passif.

Le règlement est l’opération qui a pour effet d’éteindre, c’est-à-dire de


faire disparaître une créance ou une dette.

Les règlements par la trésorerie sont opérés :


- soit en espèces.
- soit par chèques et virements bancaires
- soit par chèques postaux.

Il est nécessaire d’ouvrir un compte par banque et plusieurs comptes


caisse s’il y a effectivement plusieurs caisses.

Les opérations au comptant : il s’agit de toute opération qui donne


naissance à une dette ou à une créance, réglée immédiatement. Il est
inutile ici d’utiliser un compte de tiers pour comptabiliser une dette
aussitôt éteinte.
Les opérations à crédit et leur règlement :

Il faut ici impérativement utiliser des comptes de tiers, dès qu’il y a un «


espace-temps »  entre la fourniture de l’objet ou la prestation de service
et le paiement effectif.

Lorsqu’une opération est faite à crédit, un compte de créances ou de dette


intervient.
Après le règlement, ce compte se présente avec des sommes égales des
deux cotés, le compte est soldé. Ce compte dure le temps du crédit
accordé ou obtenu

Les fonds permanents se divisent eux-mêmes en deux catégories :


- Les fonds propres
- Les fonds empruntés à long et moyen terme

Les fonds propres enregistrent les apports faits à l’entreprise soit en


espèces soit en nature, ou les excédents de gestion, ou encore les
subventions d’équipement.

La saisie des écritures dans le Journal, où sont enregistrées les


opérations chronologiquement durant 12 mois. Selon l’importance des
opérations, il peut être judicieux d’ouvrir plusieurs journaux suivant le
type d’opération (journal des achats, journal des ventes, journal de
banque, journal de caisse et journal des opérations diverses).

Les opérations enregistrées au journal sont simultanément


reportées au Grand Livre. Le report manuel s’effectue sous la forme de
comptes « en T ». L’utilisation d’un logiciel informatique permet de
simplifier les écritures : l’opération saisie au livre journal est
automatiquement reportée au Grand Livre.

A la clôture des comptes, la balance des comptes reprend les 


soldes des comptes du Grand Livre. A la fin de la période, la balance
des comptes doit présenter un équilibre des débits et des crédits.

L’élaboration des comptes de synthèse (Compte de Résultat,


Bilan) s’effectue ensuite en reprenant les soldes débiteurs et
créditeurs de la balance des comptes. Les comptes des classes 6 et 7
seront repris dans le Compte de Résultat et les comptes de la classe 1 à 5
seront repris dans le Bilan.

La tenue du journal  :
C’est le document de base de toute comptabilité, l’entreprise devra y
reporter « au jour le jour » toutes les opérations se traduisant par une
écriture dans au moins deux comptes :
L’un débité : les comptes débités sont présentés en premier et
s’inscrivent à
gauche,
L’autre crédité : les comptes crédités s’inscrivent à droite.

Pour chaque opération doivent figurer : son libellé (objet de


l’opération), sa
date (date d’émission du chèque pour un paiement, date d’envoi du
chèque à la banque pour encaissement), la référence à la pièce
comptable qui en constitue le justificatif.

Dans le système classique, les opérations sont enregistrées dans


un seul journal.

Le journal des opérations diverses : prend en compte les écritures


d’inventaires (amortissements, stocks, provisions…) ;

Les totaux du ou des journaux, des comptes du Grand Livre et de


la balance doivent être égaux.

Lorsqu’une entreprise possède des immobilisations, elle les inscrit au


bilan. Leur
« consommation » se constatera sur plusieurs exercices et viendra
diminuer chaque année la valeur de ce bien.

La plupart des immobilisations vont faire l’objet d’un « amortissement »


qui répond à deux objectifs principaux :

- constater la perte de valeur (ou dépréciation) des biens acquis par


l’entreprise et parallèlement constituer une « réserve » pour les
renouveler ;
- répartir le coût (et donc la charge) sur plusieurs exercices, ce qui
correspond à
la dotation aux amortissements, inscrite au compte de résultat.
La dotation aux amortissements correspond donc à la « consommation
annuelle » de l’immobilisation inscrite au bilan. Elle va constituer une
charge au compte de résultat

L’amortissement linéaire:
Appelé aussi amortissement constant, il est considéré comme identique
tout au long de la durée de vie du bien. Son montant est calculé en
appliquant à la valeur d’origine (valeur d’acquisition) un taux linéaire :

Taux linéaire = 100 / durée de vie

L’amortissement linéaire débute au jour de mise en service du


bien

1ère annuité : la 1ère année de possession du bien, le montant de


l’annuité
d’amortissement est calculé proportionnellement au temps d’utilisation du
bien, selon la durée écoulée entre la date de mise en service et la date de
fin d’exercice comptable (durée appelée «prorata temporis») :

N.B. : l’administration fiscale admet les 2 modes de calcul pour le prorata


temporis : 30 jours par mois et 360 jours par an, ou nombre de jours réel
par mois et 365 jours par an

Dernière annuité : la 1ère annuité étant partielle, elle est complétée par
une annuité supplémentaire en fin de vie.

L’amortissement dégressif

C’est une faculté accordée par l’administration fiscale, permettant


d’amortir plus vite les biens en début de vie, par application d’un
coefficient multiplicateur au taux linéaire :

Taux dégressif = Taux linéaire x coefficient

Le coefficient est lui-même fonction de la durée de vie

L’amortissement dégressif débute au 1er jour du mois


d’acquisition du bien.
la base de calcul n’est plus la valeur d’acquisition, mais la valeur résiduelle
après amortissements antérieurs, ce qui explique que les annuités
diminuent progressivement, et sont donc dégressives ;

· ce type de calcul ne permettrait jamais de s’arrêter, car il existe toujours


une
valeur résiduelle. Aussi, pour respecter la durée d’amortissement, au bout
d’un
certain temps on abandonne l’amortissement dégressif par
l’amortissement
linéaire lorsque le taux dégressif devient inférieur au taux linéaire calculé
sur la
durée restante

Si le compte de résultat de la comptabilité générale permet de déterminer


le résultat global d'exploitation, il ne permet pas d'appréhender la
contribution à ce résultat de chaque produit ou service fabriqué ou vendu

La comptabilité analytique permet de décomposer le résultat global


d'exploitation en résultats individualisés obtenus par :
- La vente de chacun des produits ou services ;
- L'analyse des coûts de revient de ces produits ou services.

La comptabilité analytique a pour rôle de déterminer les différents


éléments constitutifs des coûts, afin d'expliquer les résultats.
Les comptes d'écarts d'incorporation :Ils permettent de contrôler la
cohérence entre les charges de comptabilité générale et leur incorporation
en comptabilité analytique.

Les opérations de fin d’exercice

Avant d’établir les documents de synthèse, il faut procéder à certaines


vérifications:

·     Faire l’inventaire des matières en stock,

·    Inscrire dans les comptes la valeur nominale (amortissements) concernant


les actifs (immobilisés) qui se sont dépréciés,

·  Tenir compte des possibles dépréciations qui ont un caractère accidentel


par le jeu des provisions,

Procéder aux régulations d’Actif et de Passif : il faudra se demander si


certaines
dettes contractées au cours de l’exercice n’ont pas encore été enregistrées
en
l’absence de pièces justificatives, si des charges ont été payées en avance
et
inversement, se demander si des produits pour l’année N n’ont pas encore
été
comptabilisés tandis que des produits relevant de l’année N+1 l’auraient
déjà été.

C’est seulement après avoir réalisé ces vérifications que les


documents de synthèse peuvent être établis.
Le crédit bail (ou leasing) est une location avec option d'achat à
la fin. Autrement dit ,tu loues une immobilisation et tu payes une
redevance.

Vers la fin de la période de location, tu as le choix entre acheter le


matériel (le prix d’achat = valeur résiduelle) ou bien  le rendre à
son propriétaire(société de leasing).

En matière de comptabilité ,on passe les écritures suivantes:


 Au début ,les organismes de crédit bail vous oblige de
payer un cautionnement(garantie).

 Lors du paiement de la redevance.


NB : le taux de la TVA est de 20%.
 Au terme du contrat(à la fin ) ,et en cas d'achat ,l'entreprise
devient la propriétaire(en cas d'achat) de son immobilisation et
par conséquent elle constate son écriture de son entrée au bilan.

 NB: il faut créditer le compte du cautionnement à la fin 


On pratique l'amortissement dérogatoire pour des considérations
purement fiscales. Il ne correspond pas à une dépréciation
comme l'amortissement comptable mais il sert à calculer une
charge exceptionnelle.

L'amortissement dérogatoire est la différence entre


l’amortissement linéaire et l’amortissement fiscal(fiscalement
déductible).

Au niveau comptable, l’amortissement économique qui constate


l’obsolescence et l’usure est à enregistrer dans la comptabilité par
contre ce n’est pas le cas pour l’amortissement fiscal. Afin de
remédier à cet écart, on doit passer une écriture de façon
exceptionnelle appelée amortissement dérogatoire.

Amortissement dérogatoire=Amortissement fiscal-Amortissement comptable  

Cas 1 = amortissement fiscal est supérieur à l’amortissement


comptable
Il faut passer une dotation d’amortissement complémentaire.
Cas 2 = amortissement fiscal est inférieur à l’amortissement
comptable

il faut faire une réintégration (reprise)

Les écritures comptables :

Dans le cas : en plus des écritures classiques de


l’amortissement comptable on débite en plus le compte 6594
Dotations non courantes aux provisions réglementées et
on crédite le compte 1351 Provisions pour amortissements
dérogatoires.
 
Cas pratique :

Un logiciel est acquis le 01/12/2016 sera amorti en linéaire sur


4 ans.
L’entreprise souhaite bénéficier de l’amortissement
exceptionnel des logiciels sur 12 mois.
Prix d’acquisition du logiciel : 5000 DH
1-calculer l’amortissement dérogatoire.

2-Passez les écritures comptables au 31/12/2016

Solution :
1-calcul

   - Amortissement fiscal : 5000*1/12=416.66


   - Amortissement économique(linéaire) :
(5000/4)*(1/12)=104.16
   - Amortissement dérogatoire=416.66-104.16=312.5

 2- les écritures comptables au 31/12/2016


La TVA est une taxe sur la consommation, elle est supportée  par
le consommateur final ,dans ce cas, l’entreprise joue juste le rôle
d’intermédiaire entre l’Etat et le consommateur .Donc la  TVA
n'est pas une charge .

Si la TVA facturée(collectée) est inférieure à la


TVA récupérable(déductible) ,on enregistre un
crédit de TVA reporté sur la déclaration du
mois ou du trimestre suivant.

Si la TVA facturée est supérieure à la TVA


récupérable ,on aura dans ce cas une TVA
due à verser à l'Etat.
TVA due= TVA facturée- TVA récupérable
voilà la formule détaillée:

La TVA due = TVA facturée-TVA récupérable sur


les charges - TVA récupérable sur les
immobilisations - crédit de TVA (du mois ou du
trimestre précédent).

La déclaration de la TVA est soit mensuelle ou


trimestrielle.
 La comptabilisation de la déclaration: 
Cas de TVA Due:
L'écriture de déclaration de TVA solde les
comptes de TVA en utilisant le compte 4456.

Cas de crédit de TVA:


Après la déclaration de la TVA ,il faut
reverser la TVA due au trésor public

Le bilan comptable

Le bilan est la « photographie » patrimoniale et financière de l’entreprise à une date


donnée(ce que possède). Il se divise en 2 parties :
Les EMPLOIS  figurent à gauche c'est-à-dire à L’ACTIF du bilan.

Les RESSOURCES figurent à droite c'est-à-dire le PASSIF du bilan.


    L’actif  se décompose en :
·         Actif immobilisé (classe 2).
·         Actif circulant hors trésorerie (classe 3).
·         Trésorerie actif (classe 5).

    Le passif se décompose en :


·         financement permanent (classe 1).
·         passif circulant hors trésorerie (classe 4).
·         trésorerie passif (classe 5).
L’actif

♦L’actif immobilisé :

Comprend l’ensemble des biens et des droits qui ont pour vocation de
rester durablement dans l’entreprise, il est subdivisé en :
-Immobilisations en non valeur
-Immobilisations incorporelles
-Immobilisations corporelles
-Immobilisations financières

♦L’actif circulant hors trésorerie:

Il Comprend l’ensemble des biens et des droits qui ne sont pas destines à
rester durablement dans l’entreprise c’est à dire ils ont une durée
inférieure à une année , il se compose des stocks,   des créances de l’actif
circulant(créances clients), des titres et valeurs de placement.

♦Trésorerie – actif:

Elle comprend les disponibilités et les liquidités de l’entreprise ( avoir en


banque, en C.C.P et les espèces en caisse ).

Les entreprises sont tenues à respecter une présentation normalisée du


bilan qui s’inspire du code générale de la normalisation comptable
(C.G.N.C ).

Le passif
♦ Le financement permanent :
Comprend les sommes qui appartiennent au propriétaire de l’entreprise :
ce sont les capitaux propres (Apport/capital ) et les sommes
correspondant à des dettes à plus d’un an ( Emprunt, fournisseurs
d’immobilisations….) ce sont des dettes de financement.
Il comprend toutes les ressources qui sont durable à la disposition de
l’entreprise.

♦Le passif circulant hors trésorerie:

Il comprend les sommes dues à des tiers ( personnes extérieures de


l’entreprise et qui ont des relations avec elle) , créanciers de l’entreprise
lorsque ces dettes sont nées à intervalle moins d’un an : ce sont des
dettes du passif circulant hors trésorerie ( dettes fournisseurs,
fournisseurs effet à payer créditeurs divers….)

♦trésorerie-passif :

Ce sont les sommes dues à des banques (banques solde créditeurs).


Le total des Emplois doit être toujours Egal au total des Ressources
C'est-à-dire l’actif doit être Egal au passif. TOTAL DEBIT=TOTAL CREDIT

   Les comptes de bilan :

 Un compte de l’ACTIF est débité lorsqu’il augmente de


valeur et crédité lorsqu’il diminue de valeur.

Un compte du PASSIF est crédite lorsqu’il augmente de
valeur et débité lorsqu’il diminue de valeur.
Le système comptable classe les
emplois de l’actif par ordre de
liquidité croissante et le passif par
ordre d’exigibilité croissante.
La liquidité étant l’aptitude d’un
bien ou d’une créance a être
transformée en monnaie, les biens
les moins liquides sont classés en
haut tels que : frais de constitution,
les terrains , les constructions le
matériel , le fonds commercial….
Les créances et les stocks sont
classés ensuite et les biens les plus
liquides sont classés en bas du bilan
tels que : ce qu’il y a en banque , en
caisse, en C.C.P.
L’exigibilité étant la date qui sépare
une dette du moment de sa
naissance au moment de son
remboursement ( échéance) . Les
dettes les moins exigibles sont
situées en haut du passif du bilan :
le capital, les emprunts les dettes de
financement ; par contre les dettes
les plus exigibles sont situées en bas
de bilan : les dettes fournisseurs,
dettes envers ( CNSS,RETRAITE,
Mutuelle, Assurance ,Etat…)
Pour passer des comptes au Bilan ,
on détermine les soldes des
comptes, les comptes à soldes
créditeurs sont portés au passif du
bilan par cotre les comptes à soldes
débiteurs sont portés à l’actif du
bilan.

 La situation nette:C'est la valeur


nette du patrimoine.elle est égales
au total de l'actif moins les dettes
financières.

NB: Parfois dans quelques


exercices ,il faut prendre en compte
le résultat de l'exercice pour
équilibrer le bilan.
cas 1 =bénéfice=l'actif est plus
grand que le passif=ajouter un poste
dans les capitaux propres(résultat
avec signe positif).

cas 2 =perte= le passif est plus


grand que l'actif =ajouter un poste
dans les capitaux propres(résultat
avec signe négatif)

 Exercice 1: 
Le premier janvier 2002 Ms TAZI a apporté
un capital de 150000 DH et
a emprunté 50000DH auprés d’un établissement
bancaire pour constituer une entreprise avec les
éléments suivants :

Constructions :60000DH, matériel
d’exploitation :45000DH, matériel de
transport :26000DH, stocks de
m/ses :31500DH, stocks d’emballage perdu :
450DH, caisse :20000DH,le reste a été
déposer dans un compte chez WAFA BANQUE.
Travail à faire :
Dresser le bilan de l’entreprise
TAZI au 01-01-02

solution :
Le compte de produits et de charges(CPC)

Le CPC est un état de synthèse comme le bilan qui décrit en terme de produits et de charges le
résultat final .Le C.P.C constitue en quelque sorte le film de l’activité de l’entreprise pendant une
période donnée ,c’est le second état de synthèse prévu par le C.G.N.C.

Le compte de produits et de charges (C.P.C) est un état de synthèse qui joue un double rôle :

 Il permet de déterminer le résultat de l’entreprise par la confrontation des produits et des


charges de l’exercice(produits-charges).

 Il permet de calculer toute une série de résultats expliquant ainsi la formation du résultat net
global de l’entreprise.

       

Matériellement le C.P.C se présente sous la forme d’un tableau dont le calcul en cascade des
différents résultats pouvant être schématisé de la manière suivante:

Produits d’exploitation - charges d’exploitation =résultat d’exploitation

Produits financiers - charges financières =  résultat financier

Résultat d’exploitation+résultat financier=  résultat courant

Produits non courants -charges non courantes = résultat non courant

Résultat courant+résultat non courant=  résultat avant impôt

Résultat avant impôt+impôt sur les résultats =  résultat net

Remarque  :
·         Les stocks en tant que comptes (classe 3 du plan comptable) ne figurent pas dans le C.P.C

On enregistre dans les comptes de charges :

• Toutes les opérations qui entraînent un décaissement présent ou futur, de l’entreprise pour
acquérir des biens ou services qui seront consommés dans le cadre de la réalisation de son activité

• Toutes les opérations hors objet social ( financières ou non courantes) qui appauvrissent
l’entreprise

Par contre les produits constatent :

• Toutes les opérations qui entraînent un encaissement présent ou futur, relatif à des ventes de
biens et de services acquis ou produits par l’entreprise dans le cadre de la réalisation de son activité.

• Toutes les opérations hors objet social ( financières ou non courantes) qui procurent un
enrichissement de l’entreprise.

Les comptes de CPC fonctionnent de la manière suivante :

• Les charges à débiter

• Les produits à créditer

Le compte 6114 « variation de stocks de marchandise » quel que soit son solde est cumulé avec le
compte 6111 « achat de marchandises ».Ce cumul figure dans le C.P.C dans le compte 611 « achat
revendus de marchandises » par conséquent ni le compte 6111 « achat de marchandises » ni le
compte 311 « stock de marchandises » ni figurent dans le C.P.C

Concernant le stock de matières et fournitures consommables il faut tenir compte du même


raisonnement que pour le stock de marchandises le cumul de compte 6124 « variation des stocks de
matières et fournitures » et du compte 6121 « achats de matières premières et fournitures
consommables » figure dans le C.P.C dans le compte 6122 « achat consommés de matières et
fournitures ».

* Achat revendu des marchandises = Achat de la période+ Stock au début de la période(SI)- Stock
de fin de période(SF).

Le CPC se subdivise en 3parties :


􀀩 les opérations d’exploitation :

cette rubrique constate les charges et les produits réalisés dans le cadre de l’objet de l’entreprise ,les
charges d’exploitation constatent l’acquisition de biens et de services destinés à la production dans le
cadre de l’objet social de l’entreprise. Les produits d’exploitation enregistrent les opérations
effectuées pendant un exercice, ils comprennent les facturations des biens vendus et les
encaissement ou créances des produits et services.

􀀩 Les opérations financières :

comme les opérations d’exploitation, les opérations financières se divisent en produits financiers et
charges financières ; le niveau financier reprend tout ce qui en rapport avec la trésoreries ; les
charges financières enregistrements intérêts , les escomptes et le coût de la trésorerie en devise…. ;
les produits financiers reprennent le revenu des placements, les escomptes obtenus et revenus de
trésorerie en devises.

􀀩 Les opérations non courantes :

regroupent toutes les charges et tous les produits exceptionnels et qui ne figurent ni dans les
opérations d’exploitation ni dans les opérations financières.

Les comptes de gestion :

  Un compte de CHARGES est débité lorsqu’il augmente de valeur et crédité lorsqu’il diminue de


valeur.

 Un compte de PRODUITS est crédité lorsqu’il augmente de valeur et débité lorsqu’il diminue de


valeur.
Le fonctionnement des comptes peut être  schématiquement résumé de la manière suivante :

Application 1 :

L’entreprise de négoce de BENSALIM a réalisé les opérations suivantes :

1) Ventes de marchandises : 8000

2) Achat de marchandises : 6200

3) Charges de personnel : 400

4) Impôts et taxes :40

5) Autres charges externes : 130

6) Charges financières :90

7) Stocks de marchandises au début de l’exercice :0

8) Stocks de marchandises à la fin de l’exercice :500

9) Produits exceptionnels ( cession d’un matériel ) : 660

10) Charges exceptionnelles : 300


Etablir le CPC

Application : 2 
D'après les éléments comptables ci-après, veuillez établir le CPC

♦ compte de produits et charges au 31/12/2000 .

♦ Stock initial marchandises 620000

♦ Stock final marchandises 570000

♦ Autres produits non courants 80000

♦ Achats de marchandises 3540000

*Dotations d’exploitation 80000

♦ Charges sociales 600000

♦ Ventes de marchandises 6400000

♦ Charges d'intérêts 50000

♦ Impôts, taxes 120000

♦ Intérêts et autres produits financier 20000

Vous aimerez peut-être aussi