Vous êtes sur la page 1sur 10

Unité

d'enseignement : UED 2.1


Matière 1: Technologie de Base
Chapitre 1: Matériaux
1.Introduction:
Un alliage est la combinaison d'un élément métallique avec un ou
plusieurs métaux par fusion.
Les caractéristiques mécaniques des métaux purs sont la plupart du temps
relativement faibles. Le fait d'ajouter d'autres éléments permet de « durcir » le
métal en augmentant ses caractéristiques mécaniques1. Outre les renforcements
mécaniques engendrés par déformation, tel que l'écrouissage, il existe des
durcissements chimiques par addition d'éléments en solution solide ou par
précipitation de phases secondaires durcissantes telles que les carbures. Ces
ajouts permettent également de modifier les caractéristiques chimiques, telle que
la résistance à la corrosion, ou d'améliorer d'autres caractéristiques, par exemple
la coulabilité.
Dans un alliage, l'élément métallique majoritaire, c'est-à-dire constituant
la plus importante partie du mélange, est appelé « métal de base » ou « base ».
Les éléments ajoutés volontairement sont appelés « éléments d'alliage » ou «
éléments d'addition » et les éléments non désirés sont appelés « impuretés ».

Les éléments d'alliage sont le plus souvent des métaux, mais peuvent
également être d'autres éléments chimiques tels que le carbone dans l'acier ou la
fonte, le silicium dans l'aluminium, etc.

2. Métaux et alliages et leurs désignations
2.1 Les Métaux ferreux et leurs alliages
 Les Fontes
Les fontes sont des alliages ferreux qui contiennent entre 1,7 et 6,67% de
carbone. Le carbone se présente sous la forme de graphite en lamelles ou
nodules. les caractéristiques mécaniques des fontes sont très variable. La fonte
sert à la fabrication de pièces moulées et à l'élaboration de l'acier par raffinage et
décarburation au four à oxygène ou électrique.
 Désignations
1) Fontes à graphite lamellaire JL
Désignation numérique: Préfixe EN, suivi du symbole JL, suivi d'un code
numérique.

1
Désignation symbolique: Préfixe EN, suivi du symbole GJL, suivi d'un
nombre indiquant la résistance minimale à la traction en mégapascals.
1MPa=1N/mm2.
Exemple : EN-JL1040 ou EN-GJL-250.
2) Fontes à graphite sphéroidal JS
Désignation numérique: Préfixe EN, suivi du symbole JS, suivi d'un code
numérique.
Désignation symbolique: Préfixe EN, suivi du symbole GJS, suivi de deux
nombres indiquant:
- la résistance minimale à la traction en mégapascals. 1MPa=1N/mm2.
- L'allongement minimal en %.
Exemple : EN-JS1040 ou EN-GJS-450-10.
3) Fontes malléables
Désignation numérique: Préfixe EN, suivi du symbole JM, suivi d'un code
numérique.
Désignation symbolique: Préfixe EN, suivi du symbole GJMB ou GJMW,
suivi de deux nombres indiquant:
- la résistance minimale à la traction en mégapascals. 1MPa=1N/mm2.
- L'allongement minimal en %.

Exemple : EN-JM1030 ou EN-GJMW-400-5.


EN-JM1150 ou EN-GJMB-500-5.

 Les Aciers

Les aciers sont des alliages fer-carbone . le carbone est contenu pour
moins de 1,7% dans l'alliage. Les caractéristiques des aciers sont modifiées par
adjonction d'éléments d'addition afin d'en faire des acier faiblement ou fortement
alliées. Les caractéristiques mécaniques peuvent être modifiées par la réalisation
de traitements thermiques.
 Désignations

1) Aciers d'usage courant


-Classe S: acier d'usage général
-Classe E: acier de construction mécanique.
Ces acier ne prennent pas les traitements thermiques.

2
Désignation:
Le symbole de la classe S ou E associé à un nombre qui indique la valeur
minimale de la limite élastique en N/mm2 ou mégapascals (MPa).
Le symbole de la classe S ou E précédé du symbole G pour un acier moulable
suivi d'un nombre qui indique la valeur minimale de la limite élastique en
N/mm2 ou mégapascals (MPa).
Exemple : Pièce usinée S275
Pièce moulée S275

2) Aciers pour traitements thermiques classe c


La teneur en manganèse est inférieure à 1%.
Désignation:
Le symbole de la classe C associe à un nombre indiquant le pourcentage moyen
de la teneur de carbone multipliée par 100. pour un acier moulable, le symbole
de la classe C est précédé de la lettre G.
Exemples : Acier C30 (Acier de classe C , 30: 0,30% de carbone).
Acier GC30 (Acier de classe C moulable , 30: 0,30% de carbone).
3) Aciers faiblement alliés pour traitements thermiques
La teneur en manganèse est supérieure ou égale à 1%.
La teneur de chaque élément d'addition est inférieure à 5%.
Les valeurs des teneurs des éléments d'addition sont multipliées par un facteur
variable correspondant à chaque élément d'addition.
Elément d'alliage Facteur
Cr, Co, Mn, Ni, Si, W 4
Al, Be, Cu, Mo, Nb, Pb, Ta, Ti, V, Zr 10
Ce, N, P, S 100
B 1000

4) Aciers fortement alliés pour traitements thermiques classe X


La teneur d'au moins un élément d'addition est supérieure ou égale à 5%.
Désignation:
- Le symbole de la classe X associé à un nombre entier indiquant la teneur en
carbone multipliée par 100.
- Une lettre ou un groupe de lettres qui représente le ou les symboles chimiques
des éléments d'addition rangés dans l'ordre des valeurs décroissantes.
- Un nombre ou une suite de nombres qui représente les teneurs des éléments
d'addition dans l'ordre des valeurs décroissantes.

3
X: Acier fortement allié
10: 0,10% de carbone
Cr: chrome 18= 18% de chrome
Ni: Nickel 8= 8% de Nickel
3. Métaux et alliages non-ferreux
3.1 L’aluminium et ses alliages :
L'aluminium fabriqués industriellement depuis 1886 à partir de bauxite et
de cryolithe, ces métaux sont les plus utilisés juste après les fontes et les aciers.
L'aluminium peut être transformé par différents procédés : laminage, moulage,
forgeage, étirage, métallurgie des poudres.
Désignation:
On distingue deux catégories d'alliages d'aluminium qui ont chacun une
désignation différente:
 Les alliages moulés
 les alliages corroyés (forgés).
1) Aluminium et alliages d’aluminium moulés :
La désignation utilise un code numérique. Il peut être suivi
éventuellement, si cela est justifié, par une désignation chimique des éléments et
de nombre indiquant la pureté de l’aluminium ou la teneur nominale des
éléments considérés.
Exemples de désignations usuelles : EN AB-43000 ou EN AB-43000
[AlSi10Mg]

2) Aluminium et alliages d’aluminium corroyés :


La désignation normale utilise un code numérique. Il peut éventuellement
être suivi, si cela est justifié, par une désignation utilisant les symboles
chimiques des éléments et de nombres indiquant la pureté de l’aluminium ou la
teneur nominale des éléments considérés.
Exemple de désignations usuelles :
EN AW-2017 ou EN AW-2017 [Al Cu 4 Mg Si]

4
3.2 L'alliages de cuivre :
On utilise deux désignations :
Une désignation symbolique : elle décrit la composition chimique : Cu (alliage
de cuivre) suivi de la liste des éléments d'alliage et de leur teneur en % ; la
teneur n'est pas indiquée si elle est inférieure à 1 % par exemple CuZn39Pb2 :
alliage de cuivre avec 39 % de zinc et 2 % de plomb ;
Une désignation numérique :
C (alliage de cuivre) + lettre + référence (3 chiffres et une lettre) ; la 2e lettre est
un B pour un lingot (block), C pour une pièce de fonderie (cast), W pour une
pièce corroyée (wrought).
Le cuivre et ses alliages
Structure chimique de base
 Les laitons : Alliages de cuivre et de zinc (de 5 à 45%) avec,
éventuellement une faible teneur en plomb
 Les bronzes : Alliages de cuivre et d’étain (de 3 à 20%) avec,
éventuellement un apport de phosphore, de plomb (jusqu’à 6%) ou de
zinc.
 Les cupro-aluminiums : Parfois appelés « bronzes d’aluminium », ce sont
des alliages de cuivre et d’aluminium (de 5 à 12%) avec, éventuellement
un apport de Fer et de manganèse ou de nickel.
 Les cupronickels : Alliages de cuivre et de nickel (jusqu’à 45%)
 Les maillechorts : Alliages de cuivre, de nickel et de zinc.

3.3 L'alliages de zinc


Les alliage de zinc sont désignés par le symbole Z, suivi d'une
désignation chimique. Les alliages de zinc sont plus couramment appelés
par leur désignation commerciale.

5
Les principales nuances sont :
Zamak 2 (ou ZP2) : ZnAl4Cu3 (Z-A4U3), pour pièces dures et
résistantes ;
Zamak 3 (ZP3) : ZnAl4 (Z-A4), pour pièces mécaniques (carters,
poignées, carburateurs) ;
Zamak 5 (ZP5) : ZnAlCu1 (Z-A4U1), pour pièces de frottement
(bagues, engrenages) ;
Kayem 1 : ZnAl4Cu3 (Z-A4U3), pour poinçons et matrices de
découpage, moules d'injection plastique ;
ZA8 (ZnAl8Cu1), ZA12 (ZnAl11Cu1), ZA27 (ZnAl27Cu2) : pièces de
précision en grande série.

4. Matières plastiques (polymères)


La matière plastique est composée de polymère, c’est pour cela que nous
ne pouvons pas dire que le polymère est un plastique puisqu’il est un de ses
constituants ; elle est aussi constituée de charge, celle-ci est à l’état solide ou
liquide et permet d’apporter des propriétés au plastique dans le cas présent, par
exemple : renforcement, adhésion ; la matière plastique est aussi composée de
plastifiants, molécules à l’état solide ou liquide, ils permettent de rendre le
plastique plus flexible, résistant ou plus facile à manipuler par exemple. Enfin,
la matière plastique comprend les additifs dans sa composition : ce sont des
substances chimiques qui permettent d’ajouter des propriétés spécifiques au
plastique.
4.1 Les polymères

Une molécule est un assemblage d’atomes et certaines molécules ne


possèdent que deux atomes comme par exemple, le dioxygène : O2 . D’autres en
possèdent énormément (des milliers voire plus !). Parmi les très grosses
molécules, on distingue les polymères : de longues chaînes de molécules
obtenues en répétant des milliers de fois le même motif élémentaire.

Un polymère est une grande molécule crée par un assemblage de


monomères et relié par des liaisons covalentes. Ces monomères sont constitués
de molécules simples qui dans ce cas réagissent avec d’autres monomères et
créant un polymère par un processus appelé polymérisation. Les atomes des

6
monomères sont majoritairement des atomes de Carbone (polymère organique)
ou des atomes de Silicium (polymère siliconé).
Tous les matériaux plastiques dont les noms commencent par « poly »
sont des polymères.
Exemples :

- Polyéthylène : sacs plastiques


- Polystyrène : emballages ou isolants
- Polyamide : appelé Nylon
- PVC : Polychlorure de vinyle : utilisé dans la construction, par exemple, pour
fabriquer les canalisations, utile en menuiserie et en revêtement sol. Il est peu
coûteux, résiste aux intempéries, est un bon isolant électrique, est étanche, etc...
- PET : Type de polyester qui sert à faire des bouteilles en plastiques.
- Polycarbonate : plastique dur et transparent utilisé pour faire des biberons.
Son monomère est le bisphénol A, il polymérise la brique élémentaire pour en
faire du polycarbonate.

5. Matériaux composites
Dans un sens large, le mot “composite” signifie “constitué de deux ou
plusieurs parties différentes”. Un matériau composite est constitué de
l'assemblage de deux matériaux de natures différentes, se complétant et
permettant d'aboutir à un matériau dont l'ensemble des performances est
supérieur à celui des composants pris séparément. Des exemples de matériaux
composites pris au sens large sont donnés au tableau 1.1.

5.1 Caractéristiques générales


Un matériau composite consiste dans le cas le plus général d'une ou plusieurs
phases discontinues réparties dans une phase continue. Dans le cas de plusieurs
phases discontinues de natures différentes, le composite est dit hybride. La
phase discontinue est habituellement plus dure avec des propriétés mécaniques
supérieures à celles de la phase continue. La phase continue est appelée la
matrice. La phase discontinue est appelée le renfort ou matériau renforçant
(figure 1.1).

7
FIGURE 1.1. Matériau composite.
TABLEAU 1.1. Exemples de matériaux composites, pris au sens large.
Type de composite Constituants Domaines d'application
1. Composites à matrice
organique
Papier, carton Résine/charges/fibres Imprimerie, emballage, etc.
cellulosiques Menuiserie
Panneaux de particules Résine/copeaux de bois Bâtiment
Panneaux de fibres Résine/fibres de bois Sports, bâtiment
Toiles enduites Résines souples/tissus Toiture, terrasse, etc.
Matériaux d'étanchéité Elastomères/bitume/textiles Automobile
Pneumatiques Caoutchouc/toile/acier Domaines multiples
Stratifiés Résine/charges/fibres de verre,
de carbone, etc.
Plastiques renforcés Résines/microsphères
2. Composites à matrice
minérale
Béton Ciment/sable/granulats Génie civil
Composite carbone-carbone Carbone/fibres de carbone Aviation, espace, sports,
Composite céramique bio-médecine, etc.
Céramique/fibres céramiques Pièces thermo-mécaniques
3. Composites à matrice Aluminium/fibres de bore Espace
métallique Aluminium/fibres de carbone
4. Sandwiches Métaux, stratifiés, etc.
-Peaux Mousses, nids d'abeilles, balsa, Domaines multiples
-Ames plastiques renforcés, etc.

5.2 CLASSIFICATION DES MATÉRIAUX COMPOSITES


Les composites peuvent être classés suivant la forme des composants ou
suivant la nature des composants.
5.2.1 Classification suivant la forme des constituants
En fonction de la forme des constituants, les composites sont classés en
deux grandes classes : les matériaux composites à particules et les matériaux
composites à fibres.
5.2.1.1 Composites à fibres
8
Un matériau composite est un composite à fibres si le renfort se trouve
sous forme de fibres. Les fibres utilisées se présentent soit sous forme de fibres
continues, soit sous forme de fibres discontinues : fibres coupées, fibres courtes,
etc. L'arrangement des fibres, leur orientation permettent de moduler à la carte
les propriétés mécaniques des matériaux composites, pour obtenir des matériaux
allant de matériaux fortement anisotropes à des matériaux isotropes dans un
plan.
Le concepteur possède donc là un type de matériau dont il peut modifier
et moduler à volonté les comportements mécanique et physique en jouant sur :
— la nature des constituants,
— la proportion des constituants,
— l'orientation des fibres,
suivant le cahier des charges imposées.
L'importance des matériaux composites à fibres justifie une étude exhaustive
de leurs comportements mécaniques.
5.2.1.2 Composites à particules
Un matériau composite est un composite à particules lorsque le renfort se
trouve sous forme de particules. Une particule, par opposition aux fibres, ne
possède pas de dimension privilégiée.
Les particules sont généralement utilisées pour améliorer certaines
propriétés des matériaux ou des matrices, comme la rigidité, la tenue à la
température, la résistance à l'abrasion, la diminution du retrait, etc. Dans de
nombreux cas, les particules sont simplement utilisées comme charges pour
réduire le coût du matériau, sans en diminuer les caractéristiques.
Le choix de l'association matrice-particules dépend des propriétés
souhaitées. Par exemple, des inclusions de plomb dans des alliages de cuivre
augmenteront leur facilité d'usinage. Des particules de métaux fragiles tels le
tungstène, le chrome et le molybdène, incorporées dans des métaux ductiles,
augmenteront leurs propriétés à températures élevées, tout en conservant le
caractère ductile à température ambiante.
Les cermets sont également des exemples de composites métal-céramique
à particules, adaptés à des utilisations à températures élevées. Par exemple, les
cermets à base d'oxydes sont utilisés pour les outils de coupe à vitesse élevée, et
pour les protections à hautes températures.
Également, des particules d'élastomère peuvent être incorporées dans des
matrices polymères fragiles, de manière à améliorer leurs propriétés à la rupture
et au choc, par diminution de la sensibilité à la fissuration.

9
Ainsi, les composites à particules recouvrent un domaine étendu dont le
développement s'accroît sans cesse.
1.2.2 Classification suivant la nature des constituants
Selon la nature de la matrice, les matériaux composites sont classés
suivant des composites à matrice organique, à matrice métallique ou à matrice
minérale. Divers renforts sont associés à ces matrices. Seuls certains couples
d'associations
1. Composites à matrice organique (résine, charges), avec :
— des fibres minérales : verre, carbone, etc.
— des fibres organiques : Kevlar, polyamides, etc.
— des fibres métalliques : bore, aluminium, etc.
2. Composites à matrice métallique (alliages légers et ultra-légers d'aluminium,
de magnésium, de titane), avec :
— des fibres minérales : carbone, carbure de silicium (SiC),
— des fibres métalliques : bore,
— des fibres métallo-minérales : fibres de bore revêtues de carbure de
silicium (BorSiC).
3. Composites à matrice minérale (céramique), avec :
— des fibres métalliques : bore,
— des particules métalliques : cermets,
— des particules minérales : carbures, nitrures, etc.
Autres Matériaux
On recense environ 80 000 matériaux utilisés en constructions diverses et,
pour mieux se repérer, les matériaux sont souvent regroupés en six à huit
familles (selon les références) parmi eux en cite :
- céramiques (SiC, Al2O3, ZrO2, diamant, ciment, béton, etc.) ;
- polymères thermoplastiques ;
- polymères thermodurcissables ;
- élastomères et mousses (silicone, EPDM, caoutchouc nitrile (NBR),
polyuréthane, etc.) ;
- verres ;

10