Vous êtes sur la page 1sur 16

Protection contre la foudre dans les installations BT

Généralités

La foudre est un phénomène naturel de décharge électrostatique disruptive

Certains nuages (cumulo-nimbus) créent les conditions météorologiques favorables à l'accumulation


de charges électriques (condensateur géant)

Lorsque le champ électrostatique dépasse les limites diélectriques de l'air (variables selon les
onditions d'humidité et de pression) une décharge de foudre se produit accompagnée d'une onde
acoustique : le tonnerre (engendré par la brutale dilatation de l'air surchauffé par l'arc électrique)

En France, le nombre de coups de foudre qui frappe le sol est de l’ordre de 1 millions par an

Quelques chiffres (par an) :


- 20 à 40 morts
- 20 000 animaux foudroyés
- 20 000 sinistres dus à la foudre dont 15 000 incendies
- 50 000 compteurs électriques détruits
- 250 clochers détruits

Toutes les zones géographiques ne sont pas concernées de la même façon


Deux paramètres facilitent la classification :

• La densité de foudroiement (niveau Ng)


qui définit le nombre d'impacts de foudre
par an et par km2 dans une région
• Le niveau kéraunique (niveau Nk)
qui définit le nombre de jours d'orage par an

Ces paramètres sont liés par la relation approximative


Ng = Nk/10

>> Carte détaillée


Lors d'un impact de foudre des surtensions transitoires d'amplitude importante (plusieurs milliers
de volts) et de courte durée (de la microseconde à la milliseconde) sont créées

• soit par impacts directs sur les lignes extérieures aériennes


• soit par rayonnement électromagnétique
(le spectre des fréquences rayonnées
lors du coup de foudre
s'étend du MHz au GHz)
• soit par remontée du potentiel de la
terre

Des problèmes peuvent alors apparaître


sur les équipements connectés aux réseaux
perturbés

• destruction ou fragilisation des


composants électroniques
• destructions des circuits imprimés
• blocage ou perturbation de fonctionnement des appareils

• vieillissement accéléré du matériel

Effets de la foudre
Les effets directs - la foudre frappe directement la structure - sont essentiellement
thermoélectriques, dus à la circulation du très fort courant qui échauffe la matière et cause des
dommages très importants (incendies, brûlures et destructions)

Les effets indirects - la foudre ne touche pas la structure - produisent des surtensions par
conduction, par induction ou par élévation du potentiel de terre

Surtensions par conduction

Un impact
sur des lignes aériennes
d’alimentation électrique
ou sur les lignes de
télécommunications
crée une surtension
qui est véhiculée le long de ces
lignes
et qui peut entraîner la
destructions
des appareils qui y sont raccordés

Surtensions induites
Le rayonnement électromagnétique dû à la foudre
produit des tensions induites
dans les circuits formant des boucles
et peut entraîner la destruction
ou le dysfonctionnement des appareils
Élévation du potentiel de terre

Lorsqu’un point de la terre reçoit la foudre


la circulation du courant crée dans le sol
une tension électrique
fonction de la résistivité du sol
et de la distance à l'impact
Cette différence de potentiel
peut entraîner le passage du courant
dans les membres inférieurs (tension de pas)

Deux grands types de protection permettent de supprimer ou de limiter ces effets:

• protections primaires: IEPF (Installation Extérieure de Protection Foudre)


• protections secondaires: IIPF (Installation Intérieure de Protection Foudre)

Modélisation de la foudre

90% des surtensions peuvent être modélisées à partir des 3 ondes de courant typiques

onde 8/20 onde 10/350 onde 1,2


Protections primaires

Les dispositifs extérieurs de protection de l'installation contre les effets directs de la foudre sont
constitués:

• d'un dispositif de capture (fils tendus, paratonnerres...)


• d'une prise de terre, formée d'un réseau de conducteurs nus et enterrés, en contact intime
avec le sol
• de conducteurs de descente, qui assurent la jonction entre le dispositif de capture et la prise
de terre

Paratonnerre

Le paratonnerre est un dispositif


qui a été inventé en 1752
par Benjamin Franklin

L'effet de pointe qu'il procure


rend plus probable
le parcours de la foudre par son
intermédiaire

Son rôle principal est d'éviter des


incendies et des dégradations
de la structure du bâtiment qu'il
protège

Il est connecté à la terre


par des conducteurs de "descente"

Fils tendus

Ce sont des
câbles tendus
au-dessus de
l’ouvrage à
protéger

Pour protéger
les réseaux
électriques
on installe au
dessus des
conducteurs détail
des câbles de
garde
Ces câbles
peuvent
contenir
des fibres
optiques
et servent ainsi
de support de
communication

Cage maillée

C'est une cage de Faraday


Ce principe est utilisé pour les bâtiments sensibles (matériel
informatique...)

Des feuillards sont disposés à l’extérieur du bâtiment, de façon


symétrique
Les conducteurs de descente sont reliés à la terre par des pattes
d’oies

Cette meilleure équipotentialité du bâtiment et la division des


courants de foudre
réduit fortement les champs électromagnétiques

Protections secondaires

La protection des installations électriques


contre les surtensions produites par la foudre
sur les conducteurs actifs des liaisons électriques
est réalisée par l'utilisation de composants parasurtenseurs
(éclateurs, thermistances, diodes transil)
qui ont pour but de dériver l'énergie de l'impulsion directement vers la terre
et de réduire l'amplitude des surtensions P-N, P-PE et N-PE

Technologie des parafoudres

Éclateur

Un éclateur est composé de deux électrodes placées dans un milieu qui peut être

• l'air ambiant (éclateur à air)


• l'air en milieu clos (éclateur à air encapsulé)
• le gaz (éclateurs à gaz)

Au-delà d'une certaine tension entre les électrodes


un amorçage se produit et le courant passe en formant un arc électrique

Application : parafoudre de type 1, parafoudre téléphonique


Varistance

La varistance est le composant le plus


utilisé pour la protection BT

Au-delà d'une certaine tension


l'impédance de la varistance chute
pour permettre l'évacuation du
courant

Quand la tension revient à son niveau


normal SYMBOLE
l'impédance de la varistance
reprend sa valeur à l'état de veille

Application : parafoudre de type 2

Diode Transil

La diode Transil est un semiconducteur qui utilise l'effet Zener

Sa durée de vie est importante et son temps de réponse très faible

Elle est très utilisée pour la protection des équipements de télécommunication


S
Application : parafoudre de protection fine, parafoudre téléphonique

Protections série et protection parallèle

Parafoudre en série Parafoudre en parallèle


(protection téléphonique) (protection secteur)

Normes
La Norme Française NF C 15-100 impose
l’installation de parafoudres pour

• les bâtiments équipés de paratonnerres


(parafoudre type 1 Iimp ≥ 12,5 kA)
• les bâtiments dont la ligne d'alimentation est
entièrement ou partiellement aérienne
se trouvant dans les départements en zones
AQ2 (parafoudre type 2 In ≥ 5 kA)
• les bâtiments avec services médicalisés
ou équipés de systèmes de sécurité
(incendie...)
se trouvant dans les départements en zones
AQ2 (parafoudre type 2 In ≥ 5 kA)

Lorsqu’un parafoudre est installé sur le circuit de


puissance, il est recommandé d’installer un
parafoudre sur les circuits de communication (ligne
téléphonique ou de données...)

Les départements en zone AQ2 sont représentés en


rouge sur la carte >>>

La Norme Européenne NF EN 61643-11 caractérise


les parafoudres

• de type 1 selon l’onde 10/350 μs


• de type 2 selon l’onde 8/20 μs

• de type 3 selon l’onde 1,2/50 μs - 8/20 μs

EN 61-643-11 Performances requises des parafoudres sur les réseaux BT


Classe I Classe II Classe III
Protection contre Protection contre Protection contre
les courants de coups de foudre les courants de coups de foudre les surtensions
directs indirects industrielles
onde 10/350 µs (surtensions) onde 8/20 µs onde 1,2/50 µs et 8/20 µs
Parafoudre de type 1 Parafoudre de type 2 Parafoudre de type 3

Synthèse de la NF C 15-100 concernant l’installation de dispositifs de protection contre les


surtensions

Section 443

Surtensions d’origine atmosphérique ou dues à des manoeuvres

Les règles énoncées sont destinées à décrire les moyens permettant de limiter les surtensions
transitoires à des niveaux compatibles avec les tensions nominales de tenue aux chocs des matériels
électriques
• Cas d’une installation alimentée en basse tension souterraine ou aérienne isolée avec écran
métallique à la terre : la tension de tenue aux chocs est présumée suffisante et une protection
supplémentaire ne serait nécessaire que dans le cas où le risque de surtension entraînerait un
préjudice important lié à une utilisation de l’installation
• Cas d’une installation alimentée totalement ou partiellement en conducteurs nus ou torsadés
aériens : une protection contre les surtensions est recommandée à l’origine de l’installation

Le choix des matériels dans l’installation devra respecter le tableau ci-dessous


Si des matériels ont une tension de tenue aux chocs inférieure à celle indiquée dans le tableau, on
respectera les règles décrites précédemment

Tension nominale de
Tension assignée de tenue aux chocs (kV)
l’installation (V)
Matériels de tenue aux
très élevée élevée normale réduite
chocs
compteur appareil de
électrique appareil
distribution matériel
électrodomestique
avec circuit
appareil de disjoncteur électronique
télémesure outil portatif
interrupteur

matériel industriel

230/440 6 4 2,5 1,5


400/690 - 1000 8 6 4 2,5

Section 534

Emplacement et niveau de protection

• Les parafoudres protègent l’ensemble de l’installation


Ils sont disposés en aval du dispositif de sectionnement situé en tête d’installation
• Le niveau de protection des parafoudres doit correspondre à la tension de tenue aux chocs
des matériels à protéger et aux courants de décharge
• Les parafoudres sont montés en tête d’installation (dans ce cas le courant de décharge
recommandé est de In = 5 kA, sous onde 8/20, et un niveau de protection Up=2,5 kV à In) et
près du matériel lorsque celui-ci est particulièrement sensible

Mise en oeuvre des parafoudres

• Les parafoudres se connectent entre phase et terre ou phase et PE (schéma TNC et IT) et
entre phase et PE et aussi neutre et PE (schéma TT et TNS)
• Les conducteurs reliant les bornes du parafoudre aux conducteurs actifs et à la barrette de
terre doivent être les plus courts possibles (< 0,5 m)

Évaluation du risque
Risque lié aux récepteurs à protéger : R = S +
Risque lié au site : E = Ng (1 + BT + HT + d)
C+I
• Ng densité de foudroiement (voir carte)
• S sensibilité du matériel aux surtensions
• BT longueur de la ligne aérienne
- sensibilité peu importante : S = 1
entre le transformateur et l'installation
- sensibilité moyenne : S = 2
- 100 m : BT = 0,2
- sensibilité importante : S = 3
- 200m : BT = 0,4
- 300 m : BT = 0,6
- 400 m : BT = 0,8
- >=500m : BT = 1
• C coût du matériel
- ligne enterrée : BT = 0
- coût faible : C = 1 (< 1500 €)
• HT nature du réseau Haute Tension
- coût moyen : C = 2 (de 1500 € à
- aérien : HT = 1
15000 €)
- souterrain : HT = 0
- coût élevé : C = 3 (>15000 €
• d situation de la ligne aérienne BT et du
bâtiment
- entourés de structures : d = 0
• I incidence de l'indisponibilité du
- quelques structures voisines : d = 0,5
matériel
- terrain plat ou découvert : d = 0,75
- incidence faible : I = 1
- crête, plan d'eau, montagne, paratonnerre :
- incidence moyenne : I = 2
d=1
- incidence élevée : I = 3
Choix du courant maximal de décharge Imax Choix du calibre du disjoncteur de
déconnexion
Imax E =< 1 1<E<4 E >= 4
R = 8 ou 9 30 - 40 kA 65 kA 65 kA Imax Calibre Courbe

R = 6 ou 7 15 kA 30 - 40 kA 65 kA 8 à 40 kA 20 A C

R =< 5 15 kA 15 kA 30 - 40 kA 65 kA 50 A C

Exemple

Une maison individuelle située en terrain découvert près d'Avignon (Vaucluse - 84) est alimentée
par une ligne aérienne BT monophasée de 200 m de long. Le poste HTA/BT est alimenté en aérien.
Le matériel à protéger est considéré comme très sensible (vidéo, ordinateur, Hi-Fi). La valeur de
tous ces équipements est estimée à 10 000 €.

Ng = 4 (d'après le carte) | BT = 0,4 | HT = 1 | d = 0,75 | E = 12,6


S=3|C=2|I=2|R=7
Imax = 65 kA
Disjoncteur de déconnexion 50 A courbe C

Caractéristiques techniques des parafoudres

Tension maximale de Notice technique d'un parafoudre de type 2


Courant de choc Iimp
C'est le courant que peut écouler à la terre, un parafoudre de type 1 (en présence d'un paratonnerre)

Déconnexion du parafoudre

Règles d'installation et de mise en oeuvre des parafoudres principaux (parafoudres de tête)

La mise en oeuvre des parafoudres doit respecter un certain nombre de règles, souvent liées à la
compatibilité électromagnétique
• Les parafoudres de tête doivent être connectés immédiatement en aval du disjoncteur principal
- disjoncteur de branchement (tarif bleu)
- disjoncteur sélectif de type S (immunisé contre les risques de déclenchements indésirables)
- disjoncteur retardé

• Les connexions au parafoudre doivent être les plus courtes et les plus rectilignes possibles

• On peut utiliser un bornier intermédiaire


pour diminuer la surtension sur les circuits d'utilisation

• Les parafoudres ne doivent pas être installés


dans des locaux à risques d’incendie ou d’explosion
(le coffret contenant le dispositif parafoudre doit être placé à l’extérieur de ces locaux)

• Un dispositif de signalisation doit indiquer que le parafoudre n'assure plus sa fonction


(voyant de fin de vie)

• Pour diminuer l'impédance au passage du courant de foudre


la section des conducteurs de connexion au parafoudre (de préférence multibrins)
doit être la plus grande possible (capacité maximale des bornes de connexion)
La longueur de la liaison de terre entre le coffret de distribution
et le coffret de communication ne doit pas dépasser 50 cm

Section des conducteurs de terre


Minimale 4 mm²
En présence d'un paratonnerre 10 mm²
Liaison entre le coffret de distribution et le coffret de communication 6 mm²

Le parafoudre de tête doit assurer Si la prise de terre de l'installation est mauvaise


au moins une protection en mode commun une protection en mode différentiel est conseillée
(entre les conducteurs actifs et la terre) (entre les conducteurs actifs)
Le circuit du parafoudre
doit être séparé
des circuits d'utilisation
afin de ne pas les polluer
lors du passage
du courant de foudre

La surface des boucles


doit être la plus réduite possible

Les conducteurs actifs


et les conducteurs de protection
doivent être les plus proches possibles
Les
impédances
ZA, ZB et ZT
résultent de la
longueur des
connexions
La surtension
L di/dt
due à
l'inductance
des câbles
peut atteindre
quelques kV
par mètre de
câble

Lors du coup
de foudre
la tension sur
les circuits
d'utilisation
est
U = UA + UB
+ UP + UT

ZA peut être
réduite
en câblant au
plus court

ZB peut être
réduite
en utilisant un
parafoudre
autoprotégé
monobloc Figure 1 Figure 2 Figure 3
(figure 1)

ZT peut être
réduite
en utilisant un
bornier
intermédiaire
directement
relié à la prise
de terre
(figure 2)
ou en utilisant
un matériel
à bornes
dédoublées
(figure 3)
Règles d'installation et de mise en oeuvre des parafoudres secondaires

Les parafoudres secondaires sont :

• les parafoudres de protection fine, destinés à protéger les équipements sensibles


- lorsque ceux-ci sont situés trop loin du parafoudre de tête
- lorsque le parafoudre de tête a un niveau de tension Up trop important
leurs règles de raccordement sont identiques à celles des parafoudres de tête

La distance entre le parafoudre principal


et le parafoudre de protection fine
doit être la plus grande possible
( > 1 mètre)
de façon à ce que
l'impédance de cette liaison
permette une bonne répartition
du courant de foudre
90% - 10%

La distance entre la protection fine


et le matériel sensible
doit être la plus courte possible

Il est donc préférable d'utiliser


un coffret divisionnaire
proche du matériel à protéger

• les parafoudres téléphoniques, destinés à protéger les éléments connectés à la ligne


téléphonique
Ces parafoudres ont des caractéristiques différentes selon qu'ils protègent un réseau
analogique (RTC) ou numérique (RNIS)
Leur niveau de protection (Up) est plus faible que celui des parafoudres secteur (de l'ordre
de 600 V)
La liaison de terre entre le coffret de distribution BT et le coffret de communication doit
avoir une section minimale de 6 mm²
Sa longueur ne doit pas dépasser 50 cm

Mise en cascade des parafoudres

Une bonne protection parafoudre nécessite la combinaison de plusieurs parafoudres en cascade


En effet, le parafoudre de tête dérive la plus grande partie de l’énergie mais ne protège pas toute
l’installation
Une protection de circuit peut être nécessaire pour compléter la protection de tête
La protection fine est installée le plus près possible du matériel à protéger
Parafoudres et Schémas de Liaison à la Terre

Schéma TT Schéma TNS


Schéma IT
Une protection de mode différentiel Une protection de mode différentiel
La protection de
est souhaitable en complément est souhaitable en complément
est suffisante
de la protection de mode commun de la protection de mode commun

Exemples de matériels

Parafoudre type 1 Parafoudre débrochable


type 2
à cartouche fixe
destiné aux installations à cartouche débrochable
à niveau de risque élevé qui peut être remplacée
(présence d'un sans démontage
paratonnerre) en cas de destruction
Parafoudre auto-protégé Parafoudres de
type 2 protection téléphonique

associé à un disjoncteur raccordement au circuit


qui permet la déconnexion téléphonique
en cas de destruction de la par bornes à vis ou par
cartouche connecteur RJ45

Schémas de branchement (installation domestique)

Parafoudre secteur Parafoudre téléphonique