Vous êtes sur la page 1sur 3

La théorie de la contingence structurelle

De l’environnement à l’organisation Ces deux chercheurs anglais publient en 1964, The management
of innovation. Burns & Stalker ont étudié les facteurs explicatifs de la structure d’entreprises
industrielles.

La théorie de la contingence structurelle permet d’expliquer les stratégies de nombreuses


entreprises (leur évolution structurelle en particulier) et d’identifier les facteurs essentiels à
considérer dans l’environnement.

Leur constat est que c’est la nature de l’environnement en général qui explique la forme choisie par
les organisations. Si la technologie ou le marché sont stables, qu’ils n’évoluent plus, les structures
d’organisations le sont aussi. Par contre, si l’environnement est marqué par l’incertitude et la
complexité, les organisations vont tenter de trouver la structure qui leur paraît le plus adapté Selon
Burns & Stalker la variabilité de l’environnement permet de distinguer deux grandes structures pour
les organisations : - les structures mécanistes : elles sont adaptées à un environnement stable Elles
sont complexes, formalisées et centralisées et fonctionnent de manière routinière. - les structures
organiques : elles sont adaptées à un environnement instable Elles sont flexibles et adaptatives. Elles
sont basées sur des communications horizontales. L’autorité repose sur l’expertise et la
connaissance.  Le choix d’une structure

6. [Tapez un texte] 6 Burns & Stalker insistent sur le fait que quelque soit la structure adoptée, il n’en
existe pas de meilleure que d’autre. Or, ces deux structures ne sont quasiment jamais pures, toute
organisation pratique un mélange.

L’APPORT DES THEORIES DE LA CONTINGENCE STRUCTURELLE

Une bonne structure doit s’adapter à l’environnement dont dépend l’entreprise. Les facteurs de
contingences sont des éléments internes ou externes à l’entreprise qui vont influencer de manière
déterminante sa structure.

Les facteurs de contingence sont des caractéristiques évolutives qui influencent les décisions et les
actions des entreprises.

1- L’INFLUENCE DU CONTEXTE ET DE L’ENVIRONNEMENT

Toute entreprise est insérée dans un environnement caractérisé par des contraintes qui
s’imposent à elle et par des opportunités qu’elle doit exploiter.

Pour s’adapter à ces contraintes, saisir ces opportunités et réaliser leurs objectifs stratégiques,
les entreprises doivent être capables de mobiliser avec efficience leurs ressources et leurs
compétences. Cette indispensable performance de l’entreprise est rendue possible par
l’adoption d’une structure adaptée à son environnement spécifique. Par conséquent, une bonne
structure d’entreprise est une structure adaptée à l’environnement dont l’entreprise est
dépendante et qui lui permet d’en surmonter les contraintes.

2- LES FACTEURS DE CONTINGENCE

Les facteurs de contingence sont des éléments internes ou externes à l’entreprise qui influencent
de manière déterminante sa structure. Ces éléments sont l’âge, la taille, la technologie, la
stratégie, l’environnement ou encore la culture, le secteur d’activité, etc.
La théorie de la contingence pose que la structure d’une entreprise est déterminée par son
environnement (est contingente à son environnement). La structure d’une entreprise dépend
donc de l’influence qu’exerce sur elle son propre environnement.

III- CONSIDERATION DES FACTEURS INTERNES INFLUANT LA STRUCTURE Il existe 4 variables


pouvant intervenir sur la structure de l’organisation: - La taille - L’âge - La technologie - La
stratégie

o La taille : effectivement les petites entreprises n’ont pas la même organisation


que les multinationales. Les décisions, le degré de centralisation, la circulation de
l’information, l’autorité et les responsabilités… Tous ces éléments de l’organisation vont
être appréhendés différemment en fonction de la taille de l’entreprise.
o L’âge : L’entreprise va évoluer, se sophistiquer et se structurer au fur et à mesure
qu’elle acquiert de l’expérience. Une entreprise établie depuis plusieurs années sera
plus organisée qu’une entreprise naissante. Selon GREINER, la croissance de
l’entreprise au fur et à mesure de son développement entraîne différentes phases,
influençant l’organisation.
o Les technologies : C’est Joan WOODWARD qui a démontré que l’organisation
des entreprises (notamment les entreprises de production) diffère selon leur système
technique. Une entreprise qui produit des biens standardisés en masse aura une
organisation très rigide avec un système de contrôle strict (« mécanique »). Par contre
une entreprise produisant des biens différenciés en petite série aura une structure
souple, avec un contrôle direct.
o La stratégie : Alfred CHANDLER a démontré que l’organisation d’entreprise est
liée à la stratégie. En effet, une entreprise diversifiée ne sera pas organisée de la même
façon qu’une entreprise spécialisée (notamment en terme de contrôle). Une entreprise
basant sa stratégie sur la domination par les coûts aura une organisation totalement
différente d’une entreprise focalisée sur un segment de marché etc

IV- CONSIDERATION DES FACTEURS EXTERNES INFLUANT LA STRUCTURE (ENVIRONNEMENTAUX)

1- LE CONTEXTE ENVIRONNEMENTAL  Thomas BURNS et Georges. M. STALKER,


sociologues. “The management of innovation” (1961). Burns et Stalker ont observé
20 entreprises.

Un des points principaux des théories de la contingence est le rôle


de l’environnement sur la structure de l’entreprise. Il s’agit selon ces auteurs du
facteur principal, influençant l’organisation.
o Les travaux de BURNS et STALKER

BURNS et STALKER cherchent à comprendre ce qui explique la structure des


organisations, notamment celles de type industriel. Ils considèrent que l’environnement
dans lequel évolue l’organisation a un impact sur le choix de la structure.

L’élément principal qui influe sur la structure est la stabilité de l’environnement

Les 2 auteurs distinguent 2 types de structure 

2- Le choix d’une structure


o expose ytb
VI- LES LIMITES DES THEORIES DE LA CONTINGENCE

- Un lien reste établi entre facteurs de contingence et organisation adaptée («one best way »
diversifié, adapté à chaque contexte, mais pas totalement absent). - Ces théories basées sur des
études de terrain. Elles sont nombreuses et difficiles à comparer (variables explicatives similaires
mais différentes, mal définies, échantillons non comparables, …). - Elles sont souvent normatives
(prescriptions). - Elles souffrent d’empirisme et de faiblesse conceptuelle. - Une vision trop réductrice
des organisations comme de leurs contextes – qui sont conceptualisés comme un ensemble de
données technico-économiques mesurables objectivement. - Les rapports entre une organisation et
son contexte sont pensés comme des rapports de dépendance à sens unique, Il y a peu de
considération du pouvoir de l’organisation sur l’environnement. - Une vision qui fait comme si les
contraintes de la performance étaient telles qu’une organisation, sous peine de disparaître, n’avait
d’autre possibilité que de s’adapter à son contexte.

CONCLUSION

La théorie de contingence est une classe de théorie


comportementale qui affirme qu’il n’y a aucune autre meilleure
maniére d’organiser une entreprise, d’être un leader d’entreprise, ou
de prendre des décisions.
- Les théories de la contingence (Contingence = dépendance) se
caractérisent par leur rupture avec les courants de pensée normatifs
classiques qui prônent l'existence d'une seule forme structurelle
meilleure [ multitude de "One best way" ]
• Les  auteurs  de  la  contingence  ont  montré  qu’une  structure  n’est  pas 
efficace que dans une situation déterminée qui dépend des caractéristiques 
propres à l’organisation et son environnement. 
Ainsi pour cette école, la structure est relié à des facteurs, dis contingents,  contrairement  à 
l’idée  de  l’école  classique  qui  considère  qu’il  existe  une 
structure idéale indépendamment du contexte.

Vous aimerez peut-être aussi