Vous êtes sur la page 1sur 9

PCSO

MECANIQUE III : Energétique


TD 8 : exercice 1

2020-2021
Exercice 1 : Grimpeur à la corde
1) Un grimpeur de masse m = 70 kg monte à une corde de longueur L = 5 m.
On cherche de combien a cru son énergie potentielle de pesanteur (on prend g = 10 m/s-2).
z

H
L
I
𝑊 𝑃 = 𝑚𝑔.
Ԧ 𝑂𝐻 = −𝑚𝑔 𝐿
𝑃 L/2
O

Donc la variation d’énergie potentielle dûe au travail du Poids mg (qui est une force
conservative) sur la longueur L entre les points O et H est :

Pour une force 𝐹Ԧ CONSERVATIVE, on a : ∆𝐸𝑃 = −𝑊(𝐹)


Ԧ
Exercice 1 : Grimpeur à la corde
1) Un grimpeur de masse m = 70 kg monte à une corde de longueur L = 5 m.
On cherche de combien a cru son énergie potentielle de pesanteur (on prend g = 10 m/s-2).
z

Pour une force 𝐹Ԧ CONSERVATIVE, on a : ∆𝐸𝑃 = −𝑊(𝐹)


Ԧ L
I
𝑃 L/2
O
Donc la variation d’énergie potentielle dûe au travail du Poids mg (qui est une force
conservative) sur la longueur L entre les points O et H est :

∆𝐸𝑃 = −𝑊 𝑃 = −𝑚𝑔.
Ԧ 𝑂𝐻 = −( −𝑚𝑔 𝐿 ) = +𝑚𝑔𝐿 = 70 × 10 × 5 = 3500 𝐽 = ∆𝐸𝑃
Exercice 1 : Grimpeur à la corde
1) Un grimpeur de masse m = 70 kg monte à une corde de longueur L = 5 m.
On cherche de combien a cru son énergie potentielle de pesanteur (on prend g = 10 m/s-2).
z

H
2) On se demande si ce déplacement respecte la loi de conservation d’énergie.
L
I
𝑃 L/2
O
Exercice 1 : Grimpeur à la corde
1) Un grimpeur de masse m = 70 kg monte à une corde de longueur L = 5 m.
On cherche de combien a cru son énergie potentielle de pesanteur (on prend g = 10 m/s-2).
z

H
2) On se demande si ce déplacement respecte la loi de conservation d’énergie.
L
I
𝑃 L/2
O

L’énergie cinétique du grimpeur fluctue autour de valeurs très faibles tandis que son énergie potentielle croît régulièrement.
Ce déplacement ne respecte donc pas la conservation de l’énergie mécanique. Cela est du au fait que le corps est un
système complexe qui produit de l’énergie mécanique au cours de l’effort.
Le corps a sa propre source d’énergie interne (ce n’est pas le cas pour un objet…).
Donc EC + EP = EM ≠ cte
Exercice 1 : Grimpeur à la corde
1) Un grimpeur de masse m = 70 kg monte à une corde de longueur L = 5 m.

z
H
O

L
I
𝑃 L/2

3) Le même grimpeur redescend la moitié de la hauteur de la corde depuis H jusqu’au point I. On cherche alors son
énergie potentielle de pesanteur si on considère que celle-ci était nulle au sommet de la corde.

Entre O et H, l’énergie potentielle a crû de 3500 J. Si le grimpeur redescend de moitié depuis H, son énergie potentielle
diminue aussi de moitié. Si on prend H comme référence où EP(H) = 0, alors à mi-hauteur, EP(I) = -1750 J.
Exercice 1 : Grimpeur à la corde - suite

4) Le grimpeur se lâche alors et retombe donc au sol. On se demande si ce mouvement respecte la loi de conservation de
l’énergie mécanique. On cherche son énergie potentielle et son énergie cinétique, lorsqu’il arrive au sol.

Si le grimpeur lâche la corde (sans vitesse initiale donc), il n’est alors plus soumis qu’à son propre poids (il n’y a plus de force
de traction), si on néglige les forces de frottements de l’air. Le grimpeur est donc dans un mouvement de chute libre qui
respecte la loi de conservation de l’énergie mécanique :
EP(z)
Entre les points I et O : EC(I) + EP(I) = EM(I) = EC(O) + EP(O) = EM(O)
EP(H) 0J
0 + (-1750) = EC(O) + (-3500)
EP(I) -1750 J
0 + (-1750) – (-3500) = EC(O)

+ 1750 J = EC(O) -3500 J


EP(O)

5) Un instant après avoir touché le sol, on cherche l’énergie cinétique du grimpeur.

Après avoir touché le sol, son énergie cinétique devient nulle tandis que son énergie potentielle ne varie pas (= -3500 J).
L’énergie cinétique a été transmise au sol lors de l’impact et pour l’essentiel dissipée sous forme de chaleur (énergie
musculaire) et de déformation.
Exercice 1 : Grimpeur à la corde - suite

4) Le grimpeur se lâche alors et retombe donc au sol. On se demande si ce mouvement respecte la loi de conservation de
l’énergie mécanique. On cherche son énergie potentielle et son énergie cinétique, lorsqu’il arrive au sol.

Si le grimpeur lâche la corde (sans vitesse initiale donc), il n’est alors plus soumis qu’à son propre poids (il n’y a plus de force
de traction), si on néglige les forces de frottements de l’air. Le grimpeur est donc dans un mouvement de chute libre qui
respecte la loi de conservation de l’énergie mécanique :
EP(z) EP(z)
Entre les points I et O : EC(I) + EP(I) = EM(I) = EC(O) + EP(O) = EM(O)
EP(H) 3500 J EP(H) 0J

EP(I) 1750 J EP(I) -1750 J


Si on change de repère???
EP(O) 0J EP(O) -3500 J

5) Un instant après avoir touché le sol, on cherche l’énergie cinétique du grimpeur.


Exercice 1 : Grimpeur à la corde - suite

4) Le grimpeur se lâche alors et retombe donc au sol. On se demande si ce mouvement respecte la loi de conservation de
l’énergie mécanique. On cherche son énergie potentielle et son énergie cinétique, lorsqu’il arrive au sol.

Si le grimpeur lâche la corde (sans vitesse initiale donc), il n’est alors plus soumis qu’à son propre poids (il n’y a plus de force
de traction), si on néglige les forces de frottements de l’air. Le grimpeur est donc dans un mouvement de chute libre qui
respecte la loi de conservation de l’énergie mécanique :
EP(z) EP(z)
Entre les points I et O : EC(I) + EP(I) = EM(I) = EC(O) + EP(O) = EM(O)
EP(H) 3500 J EP(H) 0J

EP(I) 1750 J EP(I) -1750 J

EP(O) 0J EP(O) -3500 J

5) Un instant après avoir touché le sol, on cherche l’énergie cinétique du grimpeur.

Après avoir touché le sol, son énergie cinétique devient nulle tandis que son énergie potentielle ne varie pas (= -3500 J).
L’énergie cinétique a été transmise au sol lors de l’impact et pour l’essentiel dissipée sous forme de chaleur (énergie
musculaire) et de déformation.