Vous êtes sur la page 1sur 10

Les Marie du Nouveau Testament

 
Même si Marie était un prénom commun à l'époque de Jésus, ce prénom
doit bien désigner des personnes différentes dans nos É critures. Combien
de Marie y a-t-il dans le Nouveau Testament? (Roger)

Les commentateurs actuels s'entendent pour affirmer qu'il y en six :


1) Marie, la mère de Jésus; 2) Marie, la soeur de Marthe et de Lazare;
3) Marie de Magdala (cf. Mt 27,56.61; 28,1; Mc 15,40.47; 16,1.9; Lc 8,2;
24,10; Jn 19,25; 20,1.18); 4) Marie, la mère de Jacques et la femme de Clopas,
souvent accompagnée de Marie de Magdala (cf. Mt 27,56.61; 28,1; Mc 15,40.47;
Lc 24,10; Jn 19,25); 5) Marie, la mère de Marc (cf. Ac 12,12); 6) et une chrétienne
de Rome (cf. Rm 16,6).

      Les identifications se sont compliquées du fait que le même récit est attribué à
l'une ou à l'autre de ces Marie. On pense surtout aux récits de l'onction de Jésus.
Dans Lc 7,36-50 il s'agit d'un pécheresse publique dont on ne connaît pas le nom.
Comme Marie de Magdala entre en scène tout de suite après, en Lc 8,2, la
tradition a identifié les deux femmes, mais cette identification est loin d'être
certaine. L'onction dont parlent Mc 14,3-9 et Mt 26,6-13 est aussi l'ouvre d'une
femme anonyme.
 
Apparition à Marie Madeleine (1308-11)
Duccio di Buoninsegna
Peinture sur bois, 51 x 57 cm
Museo dell'Opera del Duomo, Sienne

     Marie de Madgala, village de Galilée, est une femme qui a été délivrée de
démons (Lc 8,2; Mc 16,9), qui se tenait courageusement au pied de la croix et qui
est surtout célèbre pour avoir été le premier témoin de la résurrection de Jésus
(cf. Mt 28,1; Mc 16,1; Lc 24,10; Jn 20,1.11-18). Marie de Béthanie fait partie du
cercle des amis de Jésus (cf. Lc 10,38-42; Jn 11-12), avec Marthe et Lazare.
L'autre Marie, la mère de Jacques, était au pied de la croix avec Marie de Magdala.

     Les confusions anciennes se sont reflétées dans la liturgie. Marie Madeleine,


célébrée le 22 juillet, comportait un office mettant en relief la pécheresse
convertie. La réforme conciliaire lui a plutô t donné un ton pascal en insistant sur
son expérience de Jésus ressuscité. Le 29 juillet, alors que l'É glise romaine fête
sainte Marthe, certains ordres religieux ont une fête de Marthe, Marie et Lazare.

Hervé Tremblay, OP
Professeur au Collège dominicain de philosophie et de théologie (Ottawa)

Combien de "Marie" ?
(Marie-Madeleine, de Béthanie, etc.)

Les évangiles mentionnent dans divers épisodes des femmes, dont


plusieurs s'appellent Marie (autres que la mère de Jésus, dont il ne sera
pas question ici).
Cette brève note veut aider le lecteur à comprendre ce que l'on peut dire
à leur sujet.

Précisons pour commencer que "Marie-Madeleine" et "Marie de Magdala"


sont une seule et même personne ("Marie, celle que l'on appelle la
Magdaléenne"): ce nom apparaît dans Saint Luc (8,2) parmi les femmes qui
suivent Jésus. Il est cité par les trois autres évangélistes au moment de la
mort (Matthieu 27,56 et 61, Marc 15,40 et 47, et Jean 19,25); puis après
la résurrection dans les 4 évangiles (Mt 28,1 à 9: elle saisit les pieds de
Jésus; Mc 16,1 à 9 Jésus lui apparaît "en premier"; Luc 24,1 à 10; Jean
20,1 à 18).

Une seconde Marie est citée en général avec Marie-Madeleine: c'est


Marie "mère de Jacques et de Joseph" en Matthieu 27,56 et Marc 15,40
(et soeur de la mère de Jésus? voir Jean 19,25); on n'en parlera pas plus
ici, sauf pour noter que s'il s'agit bien de la tante de Jésus, les deux
personnes nommées, Jacques et Joseph, sont ses cousins: or en Matthieu
13,55 et Marc 6,3 Jacques et Joseph sont mentionnés en premier parmi
les "frères" de Jésus: ils seraient en réalité ses cousins.

Deux autres personnages des évangiles méritent de retenir notre


attention: la "pécheresse" de Luc 7,36-50, et Marie de Béthanie.

Saint Luc, à la fin du chapitre 7, présente une femme qui vient, pendant un
repas chez un pharisien, baigner les pieds de Jésus de ses pleurs, les
essuyer avec ses cheveux, les embrasser, et les arroser de parfum. C'est
une "pécheresse"; Jésus déclare que ses péchés, ses nombreux péchés, lui
sont pardonnés.
Aussitôt après (8,2), Luc mentionne les femmes qui accompagnent Jésus,
dont Marie de Magdala, "dont étaient sortis sept démons". Les notes des
Bibles indiquent qu'il s'agit donc de quelqu'un qui était gravement
possédé, ou malade, ou... pécheur; et la TOB indique, à propos de Marie de
Magdala: "Luc ne précise pas s'il s'agit de (..) la pécheresse de 7,36-
50 comme on l'a parfois pensé"  (note en 8,2), et aussi "Luc l'identifie
peut-être avec la pécheresse de l'onction chez Simon" (note en Jean
20,1).

Donc ou bien Marie de Magdala est aussi la pécheresse, ou bien il s'agit de


deux personnes différentes. Nous y reviendrons plus loin.

D'autre part il y a la célèbre Marie, qui apparaît d'une part dans l'épisode
de "Marthe et Marie" (Luc 10,38-42, situé dans un "village" non nommé),
et d'autre part lors de la résurrection de Lazare (Jean 11,1-44) et de
"l'onction de Béthanie" (Jean 12,1-8, mais aussi Mt 26,6-13 et Mc 14,3-9),
où cette Marie refait à peu près les gestes de la pécheresse: elle oint les
pieds de Jésus avec du parfum et les essuie avec ses cheveux ("deuxième
onction"); chez Matthieu et Marc c'est la tête qui est ointe.
Le début du chapitre 11 de Saint Jean renvoie assez clairement, me
semble-t-il, à l'évangile de Luc, en précisant que Béthanie est "le village
de Marie et de sa soeur Marthe" (qui n'ont pas encore été nommées dans
Jean). La phrase qui suit est intéressante: "Il s'agit de cette même Marie
qui avait oint le Seigneur de parfum et lui avait essuyé les pieds avec ses
cheveux". Curieusement à mon avis, la plupart des experts ne veulent pas
considérer qu'il s'agit de liens avec l'évangile de Luc, et disent que Jean
veut parler de la deuxième onction, qu'il racontera plus tard, et qui était
connue des lecteurs... (l'évangile de Luc ne l'était-il pas aussi?)

Donc, ou bien "Marie de Béthanie" est aussi la pécheresse, ou bien il s'agit


d'une femme qui refait, en tout cas chez Jean, exactement les gestes de
l'autre (les pleurs en moins!).

Nous avons donc affaire à une, deux ou trois personnes: la


pécheresse, Marie de Magdala, Marie de Béthanie.

La tradition populaire considère qu'il s'agit d'une même et unique femme


(qui aurait ensuite voyagé jusqu'aux "Saintes Maries de la mer" et fini sa
vie à la "Sainte Baume", en Provence, avant que ses restes soient
transportés à Vézelay...).

Le Père R.-L. Bruckberger, dans son livre "Marie Madeleine" (Albin Michel
1975), considère lui aussi qu'il s'agit d'une seule personne, et l'explique
comme suit:

Marie était de Magdala, ville hellénisée; comme tous les juifs hellénisés
(tels qu'Hérode), elle était considérée comme pécheresse par les
pharisiens; en outre, suivant la culture grecque, elle était de moeurs très
libres. Bruckberger évoque à ce sujet le "Banquet" de Platon, et attire
l'attention sur la phrase qui précède l'épisode de la pécheresse:
"La sagesse a été reconnue par tous ses enfants".
En la personne de Marie de Magdala, c'est, pour le Père Bruckberger, la
culture grecque et la culture hébraïque qui se rencontrent.
Comme d'autres riches juifs (les femmes qui suivent Jésus "l'aident de
leurs richesses", Luc 8,3), elle pouvait avoir aussi une propriété près de
Jérusalem (Béthanie en est à trois kilomètres). Juste avant la mort de
Jésus, elle renouvelle l'acte qui avait marqué le début de sa route avec lui.

Ceci n'est bien sûr qu'une hypothèse; actuellement les exégètes


considèrent qu'il s'agit de femmes différentes. Leurs arguments ne sont
pourtant pas forcément convaincants.

Note complémentaire (avril 2012) - Dans les Actes des Apôtres, chapitre
12 verset 12, apparaît encore une autre Marie, chez qui Pierre va
rejoindre les apôtres: Marie "mère de Jean-Marc", c'est à dire de
l'évangéliste Marc.

Myriam
Myriam: une préfiguration de Marie dans l'Ancien
Testament

Exode 2, 1 à 10, et 15, 20 à 21.Nombres 12, 1 à 16.


Dans l'Ancien Testament, il n'y a qu'un seul personnage s'appelant Marie (ou Myriam, si
l'on garde la translittération hébraïque) : c'est la sœur de Moïse. Et ce n'est pas un hasard si
Myriam, la Marie de l'Ancien Testament, est bien la femme qui est à l'origine même de
l'histoire du salut, puisqu'elle est présente au moment où Moïse va être sauvé des eaux,
c'est elle qui provoque ce miracle qui sauvera Moïse. Myriam est donc à l'origine même du
salut du peuple, en sauvant la vie de Moïse, tout comme Marie le sera en donnant la vie au
Christ.

Les versions classiques du canon protestant de la Bible (David


Martin, Ostervald, Segond, Darby, King James) comportent 31 102 versets : 23 145 dans l'Ancien
Testament, 7 957 dans le Nouveau. Leur nombre varie selon les versions imprimées, en raison du
découpage de certains psaumes qui incluent ou non les dédicaces.

2-rep:

Une longue période de la vie d'Israël marquée par des temps de déclins spirituels, puis
de relèvement sous l'impulsion de l'Esprit de Dieu suscitant des « libérateurs ».
C'est le temps du gouvernement par des Juges.

Les JUGES Qui sont-ils ?

1. OTHNIEL, fils de Kenas. Juda 1394 Délivre Israël du roi de Méso


2. ÉHUD, fils de Guéra. Benjamin 1336 des Moabites
3. SHAMGAR fils d'Anath.   1336 des Philistins
4. DÉBORA, femme de Lappidoth Ephraïm 1316 des Cananéens
5. GÉDÉON, fils de Joas Manassé 1249 des Madianites
6. ABIMÉLEC. fils de Gédéon Manassé 1209 Usurpateur à Sichem
7. THOLA, fils de Pu Issachar 1183 Juge à Shamir
8. JAÏR Galaad 1183 Juge en Galaad
9. HÉLI, grand-prêtre Lévi 1171 Juge à silo au S. O.
10. JEPHTÉ Galaad 1161 Victorieux des Ammonites
Jeune serviteur d'Héli
11. SAMUEL, fils d'Elkana Lévi 1141
Prophète et juge jusqu'en 11
12. SAMSON Dan 1161 Sa naissance
1141 Délivre Israël des Philistins.
13. IBTSAN Zabulon 1137 Juge à Bethléhem
14. ÉGLON 1130 Juge à Ajalon
15. ABDON, fils d'Hillel

3-rep:
Il y a environ 31 000 versets dans la Bible (selon les versions) ;

D'aucuns peuvent penser être incollables sur la Bible mais les


faits suivants pourraient bien remettre en question cette
certitude. Qu'ils soient historiques, culturels ou simplement tirés
de la Parole de Dieu, voici 40 faits intéressants que vous ne
saviez peut-être pas.

1- La Bible a été écrite sur une période de 1600 ans par environ 40 hommes, de 1500
avant Jésus-Christ à 100 après Jésus-Christ ;

2- La Bible a été écrite sur 3 continents ; une grande partie a été écrite en Israël (l'Asie)
mais certains passages de Jérémie furent écrits en Égypte (Afrique) et plusieurs épitres
du Nouveau Testament furent écrites en Europe ;

3- La Bible a été écrite en trois langues : l'hébreu, l'araméen et le grec ;

4- La première traduction connue de la Bible est la Septante, entièrement en grec ;

5- L'une des premières traductions en français fut la Bible historiale de Guyart des
Moulins en 1297 ;

6- La première traduction complète de la Bible en français à partir du latin fut celle de
Lefèvre d'Étaples en 1528 ;

7- La première traduction de la Bible en français à partir de l'hébreu et du grec, la Bible


dite d'Olivétan, a été réalisée en 1535 ;

8- L'apôtre Paul a écrit au moins 13 livres de la Bible ; il pourrait aussi avoir été l'auteur
du livre aux Hébreux ;

9- Les chapitres ne furent introduits dans la Bible qu'en 1238 par le cardinal Hugues de
Saint-Cher ;
10- La division par versets a été faite en 1551 par Robert Estienne, un lexicographe et
imprimeur français ;

11- La première Bible Louis Segond a été publiée pour la première fois à Oxford en
1880 ;

12- Le plus long chapitre de la Bible est le Psaume 119 avec 176 versets ;

13- Le chapitre le plus court est le Psaume 117 avec seulement 2 versets ;

14- Le plus long livre de la Bible est celui des Psaumes avec 150 chapitres ;

15- Le livre le plus court de la Bible est la 3e épitre de Jean avec seulement 1 chapitre ;

16- Le verset le plus long de la Bible est Esther 8:9 ;

17- Le verset le plus court est Jean 11:35 avec seulement 2 mots, « Jésus pleura » ;

18- L'expression « L'Éternel dit » est utilisée 3 800 fois dans l'Ancien Testament ;

19- Job est le livre de la Bible le plus ancien ;

20- Malachie, écrit vers 400 avant J.-C., est le plus jeune livre de l'Ancien Testament ;

21- L'Épitre de Jacques, écrit vers 45 après J.-C., est le plus ancien livre du Nouveau
Testament ;

22- L'Apocalypse, écrit vers l'an 95, est le plus jeune livre du Nouveau Testament ;

23- Le milieu de la Bible est le Psaume 118 au verset 8 ; il y a 594 chapitres avant et
après ;

24- Il y a 1188 chapitres dans la Bible 25- Il y a environ 31 000 versets dans la Bible
(selon les versions) ;

26- Dépendant de la version, la Bible possède entre 4 et 5 millions de caractères


27- A une vitesse de lecture normale, il faut 38 heures pour lire l'Ancien Testament, 12
pour le Nouveau Testament, soit une 50aines d'heures au total pour lire la Bible ;

28- La Bible dans son intégralité a été traduite en 542 langues ;

29- Le Nouveau Testament est disponible en plus de 1320 langues ;

30- La Bible hébraïque possède seulement 22 livres ;

31- Le nom de Dieu apparait plus de 7 000 fois dans la Bible hébraïque sous la forme
de YHWH ;

32- Les titres « Adonaï » et « Elohim » sont les autres noms de Dieu les plus utilisés
dans la Bible hébraïque ;

33- La Bible est le livre le plus lu au monde au cours des 50 dernières années ;

34- Selon des estimations, environ 25 millions d'exemplaires de la Bible seraient


vendus chaque année dans le monde ;

35- Le plus ancien manuscrit presque complet de la Bible encore existant est le Codex
Vaticanus, datant de la première moitié du 4e siècle, actuellement gardé dans la
bibliothèque du Vatican ;

36- Esther et Cantiques des Cantiques sont les seuls livres dans la Bible qui ne
contiennent pas le mot « Dieu » ;

37- Les livres des Lamentations et de Jonas finissent par un point d'interrogation ;

38- Le mot « trinité » n'est pas mentionné dans la Bible ;

39- Mathusalem est le plus vieil homme mentionné dans la Bible ; il est mort à 969 ans ;

40- Les chiens sont mentionnés une quinzaine de fois dans la Bible mais les chats n'y
sont pas cités du tout.
5- rep :
La théologie (en grec ancien θεολογία, littéralement « discours rationnel sur la divinité ou le divin,
le Θεός [Theos] ») est un ensemble de champs disciplinaires qui concernent d'une manière ou d'une
autre l'idée de Dieu ou de divin.
En Occident, le concept est formulé pour la première fois par Platon, puis repris par Aristote et
développé principalement par la théologie chrétienne.

6-rep:
Dans le christianisme, la Trinité (ou Sainte Trinité) est le Dieu unique en trois personnes : le Père,
le Fils et le Saint-Esprit, égaux, participant d'une même essence divine et pourtant
fondamentalement distincts. Le terme Trinitas (= tri + unitas) est forgé en latin par Tertullien (155-
220).

7-rep:

Selon Simon Claude Mimouni, « la tradition chrétienne la plus ancienne affirme que Pierre a été
tué en 68 et que Paul l'a été en 64 », mais pour lui « il est tout à fait envisageable de penser
que c'est Pierre qui a disparu le premier en 64, et Paul le second en 68 ».

Pierre (saint Pierre pour les catholiques et les orthodoxes), de son vrai nom Simon Bar-


Jona (« Simon, fils de Jonas ») selon le témoignage des Évangiles, aussi appelé Kephas (« le roc »
en araméen) ou Simon-Pierre, est un Juif de Galilée ou de Gaulanitide connu pour avoir été l'un
des disciples de Jésus de Nazareth. Il est répertorié parmi les apôtres, au sein desquels il semble
avoir tenu une position privilégiée du vivant même de Jésus avant de devenir, après la mort de ce
dernier, l’un des dirigeants majeurs des premières communautés paléochrétiennes. Il est né
vraisemblablement au tournant du Ier siècle av. J.-C. et serait mort selon la tradition
chrétienne vers 64-68 à Rome. La plupart des historiens soulignent le caractère très incertain de la
date et des circonstances de sa mort et doutent de la pertinence du lieu traditionnellement retenu
pour son exécution.

8-rep:

Il y a 1188 chapitres dans la Bible

Vous aimerez peut-être aussi