Vous êtes sur la page 1sur 18

I.

Première partie: Généralités sur les composites


textiles

__________________________________________________________ 29
Modélisation du comportement élastique endommageable de matériaux composites à renfort tridimensionnel
Partie I: Généralités sur les composites Textiles

30 __________________________________________________________
Modélisation du comportement élastique endommageable de matériaux composites à renfort tridimensionnel
Introduction

Introduction

L'âge de l'acier est reconnu comme étant la révolution industrielle. Celui des
plastiques été marqué par le développement de la pétrochimie. Actuellement, il
semblerait que nous entrions dans une nouvelle tendance, marquée par la maîtrise et
l'utilisation massive d'un nouveau type de matériaux: les matériaux composites qui ne
sont autres qu'un mélange hétérogène d'au moins de deux matériaux de nature
différente.

En fait, les matériaux composites existaient depuis des siècles. L'os et le bois sont
des matériaux composites constituées de fibres noyées et liées entre elles par des tissus,
dont le rôle est de distribuer les contraintes et de réaliser la protection contre
l'environnement extérieur. Les études des matériaux composites sont généralement très
complexes. Ces matériaux sont recherchés pour leurs nombreux avantages:
• Bonne adaptation sur les conceptions de formes.
• Possibilité d'obtenir de nouvelles performances (tenue mécanique particulière,
résistance chimique, résistance électrique, résistance aux érosions, résistance aux
hautes températures…)
• Concevoir des pièces multifonctionnelles.
• …

Dans cette partie, on exposera en premier lieu des généralités sur les composites à
renfort textile, suivi d'un parcourt sur l'intérêt du tissage tridimensionnel
comparativement au tissage bidimensionnel.

Une étude bibliographique aussi complète soit elle, ne peut être exhaustive sur le
sujet vu son étendue.

__________________________________________________________ 31
Modélisation du comportement élastique endommageable de matériaux composites à renfort tridimensionnel
Partie I: Généralités sur les composites Textiles

32 __________________________________________________________
Modélisation du comportement élastique endommageable de matériaux composites à renfort tridimensionnel
Partie I: Généralités sur les composites Textiles

I.1. Généralités
Dans le domaine aéronautique et aérospatial, l'innovation technologique industrielle
fût sans aucun doute celle des matériaux composites, car ils permettent d'alléger
considérablement le poids des pièces d'une part, et de simplifier le nombre des pièces à
assembler d'autre part.
On s'intéresse plus particulièrement aux matériaux composites à renfort tissés. Ces
matériaux sont conçus à des éléments structuraux dans le domaine aérospatial, marine
et aéronautique.
Le choix du type de matrice et de renfort, ainsi que l'arrangement des fibres sont bien
entendu fonction des propriétés finales recherchées (propriétés mécaniques, aspect de
surface,…). Par contre, le choix de la mise en œuvre, dépend de la pièce à réaliser. En
effet, la nature des pièces (type de fibre et type de matrice) et leur géométrie, rendent
certaines méthodes de procédé de fabrication plus convenables que d'autres. Au cours
des vingt dernières années, l'utilisation des procédés LTM (Liquid Transfer Moulding),
RTM (Resin Transfer Moulding) et VARTM (Vaccum Assisted Resin Transfer Moulding), est
sans cesse croissante dans la majorité des secteurs. Le procédé RTM est le préférable
pour les filières textiles (Carronier et Gay (1996)).
A travers leur microstructure de fibre, les composites textiles offrent la possibilité de
création du motif adapté aux performances désirées. Pour cette raison, les composites
textiles sont classés parmi les matériaux innovants de nos jours. Ils ne cessent d'évoluer
vers des produits de plus en plus performants.
Pour les composites tissés, à l'échelle microscopique, la fibre constitue la plus petite
unité, contenue par le renfort (10 micros de diamètre). Elles sont regroupées pour former
des mèches. On se situe alors à l'échelle mésoscopique. Ce sont les mèches (ou torons)
qui servent à la confection de la préforme macroscopique soit directement par tissage
tridimensionnel soit par l'intermédiaire de plis bidirectionnels tissés ou non (en mat ou
bien en nappes unidirectionnelles) qui sont ensuite assemblés.
Les fibres avec l'aide de machine à tisser, donnent naissance à des préformes
résistantes pour des applications structurales. La figure 1, montre une gamme type de
préforme textile plus répandues dans le domaine des structures composites. Elles sont de
deux types, bidimensionnelles et tridimensionnelles. Les préformes bidimensionnelles se
composent d'un empilement de plis indépendants l'un de l'autre, dont le transfert de
charge est réalisé principalement dans les deux directions du plan. Par contre, les
préformes tridimensionnelles permettent d'assurer un transfert de charge selon les trois
directions de l'espace. La majorité des préformes textiles bidimensionnelles sont les
tissus, les tricotés, les tressés et les triaxiaux. Pour les tridimensionnelles ce sont les
tissés, les cousus, les tricotés et les tressés.

__________________________________________________________ 33
Modélisation du comportement élastique endommageable de matériaux composites à renfort tridimensionnel
Partie I: Généralités sur les composites Textiles

Figure I-1 La structure des types de préforme textile

I.2. Les préformes bidimensionnelles


Dans les préformes bidimensionnelles, les mèches sont continues, enchevêtrées,
orientées au moins selon deux directions et étendues dans le plan. Ce qui donne à la
préforme une épaisseur très petite par rapport à ces dimensions planes. La majorité des
préformes textiles bidimensionnelles sont les tissés, les tricotés et les tressés dont les
moyens et les modes de tissage, diffèrent d'un type à l'autre.

I.2.1. Les tricotés


L'un des avantages des tricotés est l'habilité de produire des structures complexes qui
semblent proches de la forme finie avec une facilité de fabrication. Il existe dans la
littérature, plusieurs types de conception de tricotés, dont quelques uns sont montrés
dans la figure I-2.

Le tricotage est exécuté soit pour rassembler des unidirectionnels à travers des
mèches tricotées perpendiculaires à la direction des UD, soit à partir d'un seul fil tricoté

34 __________________________________________________________
Modélisation du comportement élastique endommageable de matériaux composites à renfort tridimensionnel
Partie I: Généralités sur les composites Textiles

par entrelacement selon une direction privilégiée sens chaîne ou sens trame pour obtenir
un tricot simple ou double.

a- Tricoté en sens trame b- Tricoté en sens chaîne c- Double tricoté en sens chaîne
Falconnet et al. (2002) Falconnet et al. (2002) Rozant et al. (2001)

Figure I-2 Quelques types de Textile tricotés

I.2.2. Les tissus


Les tissus sont utilisés dans les composites depuis plusieurs années. Ils sont
constitués généralement d'au moins deux types de mèches entrelacées orthogonalement
selon les deux directions chaîne et trame. Le tissage est réalisé périodiquement par
entrelacement des mèches entre elles, dans les deux sens, constituant ainsi un seul pli
de tissage. Ils sont simples à manœuvrer et sont délivrés en préforme sous forme de
rouleaux de tissus secs ou de plis pré-imprégnés. Il existe plusieurs types de tissus 2D
parmi lesquels le sergé, le taffetas et le satin, présentés dans la figure I-3.

a- tissu taffetas b- tissu sergé 2x2 c- tissu satin de 5


Figure I-3 Quelques types de tissus 2D

En terme de performance, ils sont caractérisés en générale par une bonne résistance
à l'impact, aux endommagements et une bonne tenue en fatigue.

I.2.3. Les tressés


Ils sont fabriqués à partir d'au moins deux types de mèches qui parcourent chacune
une trajectoire qui n'est pas forcement droite, tout en créant une direction privilégiée en
renfort. Le tissage est réalisé par entrelacement des différentes mèches entre elles. Il
s'effectue par un simple moyen technique de changement de position des porteurs de
bobine de chaque type de mèche. Les tressés ont une large flexibilité en conception
géométrique dont quelques types sont présenté en figure I-4. Par contre, le processus de
fabrication est lent.
__________________________________________________________ 35
Modélisation du comportement élastique endommageable de matériaux composites à renfort tridimensionnel
Partie I: Généralités sur les composites Textiles

a- Tressé plat biaxe b- Tressé axial à 5 mèches c- Tressé circulaire


Ruan et al. (1999) Adanur et Liao (1998)

d- Tressé triaxial à espace hexagonale e- Tressé triaxial à trois orientations


D'Amato (2001) Chen et al. (1999)

Figure I-4 Quelques types de tressés 2D

Les tressés triaxiaux sont plus utilisés que les biaxiaux. Ils sont constitués par trois
directions de mèches dont une UD dirigée en sens chaîne ou en sens trame et les deux
autres s'entrelacent sur les UD selon deux directions principalement symétriques,
inclinées par rapport aux directions principales du plan. Les trois mèches ensembles,
forment une architecture hexagonale. Généralement, il s'adapte à des formes complexes.
Le triaxial donne une forte isotropie avec une stabilité équilibrée dans le plan, D'Amato
(2001). Il présente aussi une distribution uniforme du chargement en traction et en
cisaillement. Les études expérimentales réalisées sur le type triaxial 0°/60°/120° par Hoa
et al. (2002) ont montrées une symétrie de rigidité entre le sens chaîne et le sens trame.
Par rapport aux préformes textiles tricotées et aux textiles à base de tissus, les
tressés sont peu fabriqués. En termes de performance, ils ont une bonne tenue sous
chargement en traction mais pas en compression. Des mèches peuvent se rajouter dans
la direction longitudinale pour un renforcement supplémentaire.

I.3. Les préformes tridimensionnelles


L'existence de mèches dans des plans verticaux, assurent avec les autres mèches de
la préforme une résistance dans les trois directions cartésiennes. La majorité des
préformes textiles tridimensionnelles sont les cousus, les tricotés, les tressés et les
tissés qui pour chaque type correspond sa propre machine de tissage.
Les composites 3D sont caractérisés généralement par une fraction volumique faible.
L'entrelacement des mèches provoque des espaces entre les mèches qui seront remplis
par de la résine au moment de l'injection. Un pourcentage de maximum de 55% de fibres
peut être signalé avec le procédé RTM avec les 3D, pour un pourcentage qui peut
atteindre l'ordre de 70% dans les composites UD.
36 __________________________________________________________
Modélisation du comportement élastique endommageable de matériaux composites à renfort tridimensionnel
Partie I: Généralités sur les composites Textiles

En terme de performance, les préformes 3D sont considérées comme des solutions de


motif pour augmenter la résistance dans l'épaisseur, la prévention du délaminage,
Kawabata et al. (1970), Brookstein (1990), pour augmenter les déformations à rupture,
Kuo et al. (2003) et pour l'augmentation de la résistance à l'impact, Adanur et Tam
(1997).

I.3.1. Les cousus


Les cousus sont des préformes 2D renforcées dans l'épaisseur par une mèche
''couture'' qui traverse la préforme dans son épaisseur. Ce renfort dans l'épaisseur peut
être dirigé soit perpendiculaire au plan horizontal, soit incliné. Ils sont alors constitués de
deux éléments principaux la structure non cousu et la couture.
1- La structure de la préforme non cousu peut être des empilements de
monocouches constituées par des Mats, des stratifiés ou par des bidirectionnels
(tissus, tricoté, tressé multiaxial) ou également elle peut être une structure
sandwich.
2- La couture est réalisée soit en piquage soit en chaînette (avec ou sans bouclette),
sur des pré-preg ou sur des préformes sèches. Elle peut être verticale ou inclinée
avec ou sans entrecroisement.

Les préformes textiles cousues ont fait l'objet de plusieurs études. En ce qui concerne
le non cousu, les performances dépendent de plusieurs paramètres comme la nature de
la couture, le pas de couture, l'inclinaison l'adhérence ou la cohésion de l'interface
renfort/matrice envers la texture géométrique. Les principales performances sont:
l'amélioration du module d'élasticité dans l'épaisseur, l'amélioration de la résistance
interlaminaire de rupture en mode I et mode II, Mouritz et al. (1997), l'augmentation de
la résistance en traction, Tong et al. (1998) et la diminution des déformations en fluage
dans certaines configuration de coutures, Pang et al. (1997), l'amélioration de la tenue
en fatigue, Aymerich et al. (2005), et l'amélioration des propriétés en cisaillement plan,
Mouritz et Jain (1999), Lomov et al. (2005), Truong et al. (2005).

Dans le cas du sandwich cousu, la couture, par le rassemblement des peaux avec
l'âme, assure un renforcement dans l'épaisseur et une meilleure tenue en cisaillement.
Lascoup (2005). Potluri et al. (2003) et Lascoup (2005) indiquent une amélioration à la
tenue à l'impact avec des endommagements circonscrits.

Figure I-5 Structure sandwich cousu, Lascoup (2005)

__________________________________________________________ 37
Modélisation du comportement élastique endommageable de matériaux composites à renfort tridimensionnel
Partie I: Généralités sur les composites Textiles

Dans le cas du stratifié cousu, la préforme est constituée d'un empilement de


couches, qui peuvent être des UD, des 2D (tissé, tressé,….) ou un mélange des deux,
cousues dans l'épaisseur pour former un ensemble non détachable connu sous le non de
''Non-crimp fabric, NCF''. La figure I-6, montre le motif de stratifié cousu empilé avec des
non tissés.

a- Multicouche cousu b- Couture en chaînette bouclée c- Couture à deux fils


Drapier et Wisnom (1999) Warrior et al. (1999)

Figure I-6 stratifié cousu (non tissé)

La couture, par son passage d'une surface à l'autre dans l'épaisseur du stratifié,
provoque des endommagements se localisants dans les zones de passage de l'aiguille,
comme le montre la figure I-7. Plusieurs auteurs se sont intéressés à étudier l'effet de
ces endommagements sur les propriétés mécaniques, Tong et al. (1998), Warrior et al.
(1999), Mouritz et al. (1999), Weimer et Mitschang (2001), Chun et al. (2005), Sickinger
et Herrmann (2005) et Truong et al. (2005).

Passage de la mèche de couture Endommagements causés par le passage de l'aiguille

Figure I-7 stratifié satin de 5 cousu avec la T900 obtenu par MEB

I.3.1.1. Les tressés


Développé au début des années soixante, le processus de tressage est le premier à
manoeuvrer des préformes 3D. Les tressés 3D, sont produit dans l'épaisseur avec des
sections nettes, dans lesquelles les mèches sont entrelacées de façon à ne pas distinguer
des couches. Dans un seul processus, les bobines, porteurs de mèche sont disposées en
maillage à deux dimensions (rectangulaire, annulaire ou en section transverse). Le
processus du tressage est réalisé par un changement alternatif des rangées et des
colonnes des porteurs de mèche. Les tressés 3D peut être caractérisés par un processus
à 2 Pas, 4 Pas et à multi-Pas. Le nombre de pas est repéré par le nombre de
mouvements requis par le porteur de mèche pour retourner à sa position initiale.

38 __________________________________________________________
Modélisation du comportement élastique endommageable de matériaux composites à renfort tridimensionnel
Partie I: Généralités sur les composites Textiles

Dexter (1998) Kuo et Fang (2000)


Figure I-8 Tressé 3D
Les tressés ont une résistance élevée au délaminage avec une bonne tolérance à
l'impact. Par contre leurs rigidités et leurs résistances sont inférieures à celles des
stratifiés 2D, ce qui limite leur utilisation, Kuo et al. (1998), Mouritz et al. (1999).

I.3.2. Les tricotés


Les préformes tricotées 3D comme les 2D, ont une facilité pour reproduire des formes
géométriques architecturales complexes. Elles peuvent être regroupées en deux
catégories, celle des tricotés en chaîne multiaxiale et celle du sandwich tricoté.

I.3.2.1. Les multiaxiaux


Ils sont fabriqués avec des mèches en sens chaîne, trame et axial dans le sens axial
des mèches, réparties par catégorie d'orientation sur l'épaisseur de la préforme. Une
chaîne (ou tricot cousu) assure l'assemble entre les différentes mèches par un lien en
forme de bouclette. Ce type de tricoté provoque des endommages au sein des mèches
conséquence des fortes torsions de courbures. Pour réduire ces endommagements, des
aiguilles à verrou avec crochets arrondis sont utilisées pour renforcer les mèches. Bien
que les multiaxiaux des tricotés, ne constituent pas vraiment des structures 3D, ils
donnent des résistances satisfaisantes dans les trois directions. Les multiaxiaux ont une
densité spécifique faible. Quelquefois ils ont une bonne tolérance aux endommagements
d'impact avec une capacité élevée d'absorption d'énergie, Dexter (1998).

Dexter (1998) Adanur et Liao (1998)

Figure I-9 Tricoté 3D multiaxial

I.3.2.2. Sandwich tricoté


La fabrication a eu naissance au début des années 90, pour renforcer les polymères.
Les sandwichs tricotés sont récents. Il y a peu de publications à propos de ces matériaux.
Mouritz et al. (1999), ont pu tirer quelques avantages de ces matériaux, capacité
d'absorber des énergies élevées et bonne résistance en compression et comme
inconvénient, une faible rigidité en flexion.
__________________________________________________________ 39
Modélisation du comportement élastique endommageable de matériaux composites à renfort tridimensionnel
Partie I: Généralités sur les composites Textiles

I.3.3. Les tissés


Les tissés 3D ont vu naissance suite aux désavantages signalés dans les préformes
textiles 2D tissu (faible module dans l'épaisseur et au délaminage) avec l'idée de
renforcer la direction de l'épaisseur, tout en gardant la maniabilité de manoeuvrer
facilement des mèches ondulatoires comme les tissus 2D. Le tissage est paru, portant
ainsi un non de famille lié à sa structure de tissage: ''angle Interlock''.

I.3.3.1. Machine de tissage 3D


Le tissage 3D peut être manœuvré en utilisant différents types de machines, réglées
sur les détails architecturaux internes du tissage. Pour l'exemple on présente le tisseur
Jacquard, présenté en figure I-10 par Lee et al. (2002).

Figure I-10 Le tisseur ''Jacquard''

Plusieurs étapes se succèdent pour réaliser le tissage 3D: à partir des bobines
disposées sur des poutrelles, les mèches sens chaîne s'étalent dans l'espace vide pour
assurer la linéarité dans le mécanisme cinématique du fonctionnement de la machine.
Trois poulies pour chaque couche de mèche, disposées en V avec système poids font
tendre les mèches par leur passage où leur verticalité est vérifiée à l'aide d'un moyen de
lissage. Par la suite, survient l'étape d'insertion d'une mèche sens trame. Elle est réalisée
par le passage d'une rapière à travers la largeur du tissu pour saisir une mèche trame, la
tirer du cône et la faire traverser en arrière plan du tissu. La mèche sens trame ainsi
tissée est coupée du cône. Elle est alors étroitement serrée dans le tissu en employant un
grand peigne qui la pousse le long de la direction de prise, formant ainsi une densité de
trame prédéterminée (distance entre les mèches sens trame). Après que la dernière

40 __________________________________________________________
Modélisation du comportement élastique endommageable de matériaux composites à renfort tridimensionnel
Partie I: Généralités sur les composites Textiles

couche de mèche sens trame soit insérée et que le battement de mèche soit dans la
position d'en haut, le mécanisme de réception tire la préforme le long de la plateforme.
L'insertion de mèches sens trame et les étapes de battement sont répétées jusqu'à
l'obtention de la longueur définitive du tissage.

I.3.3.2. Les tissage angle Interlock


Les tissages angle Interlock sont constitués d'une structure de plusieurs plans
nominaux contenant des mèches droites dirigée en sens chaîne et sens trame qui sont
reliés entre eux à travers des mèches tissés en sens chaîne. Plusieurs types de tissage
angle interlock peuvent existés:
• Le tissage angle Interlock 3D.
• Le tissage couche-couche 2.5D
• Le tissage couche à couche 2.5D
• Le tissage orthogonal Interlock

I.3.3.2.1. Tissage angle Interlock 3D


Le tissage angle interlock 3D est tissé par trois types de renfort. Le renfort dans la
direction chaîne, le renfort dans la direction trame et le renfort qui traverse l'épaisseur de
surface en surface. Ces derniers s'ondulent à travers toutes les couches d'empilement
des mèches sens trame. Le tissage est connu sous le non ''Through-Thickness Angle
Interlock'', figure I-11.

a- La structure en vue longitudinale b- Vue tridimensionnelle de la structure


Tan et al. (1999) Adanur et Liao (1998)
Figure I-11 Tissage angle Interlock 3D

D'autres types de tissage 3D à base angle Interlock 3D peuvent exister comme le


tissage à structure polaire, figure I-12, formée par des mèches orientées selon la
circonférence, des mèches axiales, et des mèches radiales (mèches ondulatoires qui
fortifient l'épaisseur du cerceaux).

Figure I-12 Tissage polaire, Adanur et Liao (1998)

__________________________________________________________ 41
Modélisation du comportement élastique endommageable de matériaux composites à renfort tridimensionnel
Partie I: Généralités sur les composites Textiles

I.3.3.2.2. Tissage angle couche - couche, 2.5D


Dans chaque descente ou montée, les mèches sens chaîne ondulent à travers un
nombre de couches d'empilement de mèches sens trame, inférieur au nombre de totales
couches et supérieur au nombre 2. Il est connu sous le nom ''Layer-Layer Angle
Interlock''. Pour ce cas de tissage angle Interlock, la mèche sens chaîne suit une
trajectoire en majorité proche de la linéarité d'où la désignation de la structure de la
préforme sous ''structure entrelacée droite''.
La figure I-13, montre une section longitudinale du tissage entrelacé à travers 3 plis de
mèches sens trame avec une chaîne de renfort dans chaque surface.

Figure I-13 Tissage angle Interlock couche-couche

I.3.3.2.3. Tissage angle Interlock couche à couche, 2.5D


Les mèches sens chaîne s'ondulent entre deux couches successives d'empilement de
mèches sens trame. Il est connu sous le non ''Layer to Layer Angle Interlock''. Entre deux
couches d'empilement, la mèche sens chaîne conserve une forme ondulatoire, la
structure de la préforme est dite ''structure entrelacée ondulatoire''.
La figure I-14, montre un tissage angle Interlock à 5 plis en mèche sens chaîne et à 4
plis en mèches sens trame, donné par Tsai et al. (2000).

Figure I-14 Tissage angle Interlock couche à couche

I.3.3.2.4. Tissage Interlock orthogonal


Le tissage Interlock orthogonal est constitué d'au moins de trois types de mèches
dont obligatoirement, deux orientées dans le sens chaîne et trame du tissage (plan xy)
disposées soit par un empilement de [0/90°], soit par entrelacement entre eux, et une
orientée verticalement pour renforcer la direction de l'épaisseur passant à travers les
deux autres pour former un repère cartésien, figure I-15a. Le tissage est connu sous le
nom de ''Orthogonal'', lorsque la structure de la préforme est constituée uniquement de
ces 3 types d'orientations de mèches avec le cas d'empilement de [0/90°]. Le nombre de

42 __________________________________________________________
Modélisation du comportement élastique endommageable de matériaux composites à renfort tridimensionnel
Partie I: Généralités sur les composites Textiles

mèches sens trame qu'intercepte le renfort vertical peut être supérieur à un, avec une
variation d'un pli à l'autre, figure I-15b-c.
Un ajout de renfort dans le plan xy sous forme de mèches interceptant les mèches
cartésiennes, est possible, d'où le non ''Interlock orthogonal''. En figure I-16, une gamme
de motif et de fabrication.

a- Tissage orthogonal 3D, Adanur et Liao (1998)

b- Tissage orthogonal 3D, John et al. (2001) c- Design orthogonal 3D, Desplentere et al. (2005)

Figure I-15 Quelques motif du tissage orthogonal 3D

b- Interlock à plan normal, John et al. (2001) c- Interlock orthogonal, Adanur et Liao (1998)

Figure I-16 Quelques motifs de tissages Interlock orthogonal

Pour les orthogonaux, une modification de la longueur du chemin de liaison au


moment du tissage est possible. Cette modification à un effet sur l'allure de la mèche
verticale. Par conséquence, l'orthogonal subit une modification en rigidité et en résistance
en tension, Leong et al. (2000).

I.3.3.3. Performances des tissés


Les études trouvées dans la littérature sur les tissés 3D sont très limitées.
A travers une étude comparative entre trois tissages 3D (orthogonal, Interlock couche
à couche et Interlock couche-couche) et un stratifié 2D, Tarnopol et al. (2000), ont
__________________________________________________________ 43
Modélisation du comportement élastique endommageable de matériaux composites à renfort tridimensionnel
Partie I: Généralités sur les composites Textiles

montré qu'en cisaillement plan xy, le module et la résistance les plus grands sont délivrés
par les composites selon l'ordre: le stratifié 2D, l'Interlock couche à couche, l'Interlock
couche-couche et en dernier l'orthogonal qui donne les valeurs les plus faibles. Par
contre, en cisaillement interlaminaire, les études menées par Brandt et al. (1996),
Tanzawa et al. (1999) montrent l'intérêt du tissage angle interlock 3D envers les 2D, et
les orthogonaux, pour la diminution des effets de délaminage en mode I, comme le
montre la figure I-17. En compression post impact, les 3D montrent leur intérêt par
rapport aux 2D par une augmentation d'énergie d'impact, figure I-18.

contrainte
interlam inaire 120
[MPa] 100
80
60
40
20
0
2D 3D Interlock Interlock
[0/90°]4s ortogonal 2.5D c-c 3D
Type de renfort textile

Figure I-17 Effet du renfort Textile sur la contrainte interlaminaire

Figure I-18 Effet du type de renfort et de la matrice, sur la contrainte en


compression post impact

44 __________________________________________________________
Modélisation du comportement élastique endommageable de matériaux composites à renfort tridimensionnel
Conclusion de la première partie

Conclusion de la première partie

L'aperçu général que nous venons de faire sur les recherches réalisées dans le
domaine des composites textiles, nous a permis de visualiser:
• La diversité des champs de travail sur les textiles 2D.
• La limitation des travaux sur les Textiles 3D, spécialement sur les tissés.
• L'inexistence de frontière stricte pour aborder une étude, soit dans la
conception du design des 3D, soit dans le choix des méthodes
expérimentales.
• L'inexistence d'une unicité des problèmes survenants avec les Textiles 3D.

Il n'y a pas à ce jour, même avec toutes les études dans la littérature sur les 3D,
citées dans nos références bibliographiques, une étude où les résultats sont à généraliser
par type de tissage. La forte anisotropie et la difficulté de la réalisation et de l'exploitation
des résultats expérimentaux, sont les deux causes de la non généralisation

Dans le but de pouvoir comprendre mieux pourquoi, quand, et comment se déroulent


les mécanismes d'endommagement avec leur effet sur le comportement mécanique et
connaître les propriétés élastiques et ultimes, des études expérimentales sont
nécessaires sur différents types de tissage. La partie II de ce manuscrit est consacrée
pour répondre à ces questions, dans le cas du tissage ''angle Interlock'' et du tissage
''orthogonal 3D'' sous les cas de chargement en traction uniaxiale et en compression
uniaxiale respectivement.

__________________________________________________________ 45
Modélisation du comportement élastique endommageable de matériaux composites à renfort tridimensionnel
46 __________________________________________________________
Modélisation du comportement élastique endommageable de matériaux composites à renfort tridimensionnel

Vous aimerez peut-être aussi