Vous êtes sur la page 1sur 13

‫الــجــمــھـــوریة الــجـــزائریــة الدیمقراطیة الشعبیة‬

République Algérienne Démocratique et Populaire Ministère de


l’Enseignement Supérieur et de la Recherche Scientifique

Centre Universitaire Nour Bachir, El-Bayadh

Institut : Des Sciences

3 ème année Licence Génie Civil

Module : Matériaux de Construction

TP Analyse granulométrique

Réalisé par :
- Zallouta Fatima Chahra zed
- Mammeri Sara
Introduction :
On appelle granulat un ensemble de grains minéraux,
de dimensions comprises entre 0 et 125 mm, de
provenance naturelle ou artificielle, destinés à la
confection :
• des mortiers, des bétons,
• des couches de fondation, des couches de base et
de roulement des chaussées,
• et des assises et des ballasts de voies ferrées
Les granulats sont appelés fillers, sablons, sables, gravillons, graves ou ballast suivant leurs
dimensions.

le but de l'essai:
L’analyse granulométrique a pour but de déterminer quantitativement la distribution des
particules de sol par classes de diamètres. le nombre et la grandeur des classes de diamètres
dépendront de l’objectif pour suivi et, éventuellement, de l’importance de l’échantillon dont
on dispose. Il y a lieu de faire remarquer dès à présent qu’il existe des différences quant aux
limites des classes et quant aux appellations des sols en fonction du corps professionnel
impliqué.

Principe de l’essai :
• L'essai consiste à fractionner au moyen d'une série de tamis un matériau en plusieurs classes
granulaires de tailles décroissantes.

• Les masses des différents refus et tamisats sont rapportées à la masse initiale du matériau.
Les pourcentages ainsi obtenus sont exploités sous forme graphique.
Matériel utilisé :
• Les dimensions de mailles et le nombre de tamis sont choisis en
fonction de la nature de l'échantillon et de la précision attendue.

• La norme actuelle (EN 933-2) préconise, pour l’analyse

granulométrique, la série de tamis suivante en (mm):

0.063, 0.125, 0.25, 0.50, 1, 2, 4, 8, 16, 31.5, 63, 125


Les Calcules :
Tamis(mm) Refus(kg) Refus Refus Tamis
cumulé(kg) cumulé(%) cumulé(%)
5 0.041 0.041 4.1 95.9
4 0.007 0.048 4.8 95.2
3.15 0.009 0.057 5.7 94.3
2.50 0.009 0.066 6.6 93.4
2.00 0.010 0.076 7.6 92.4
1.60 0.012 0.088 8.8 91.2
1.25 0.014 0.102 10.2 89.8
1.00 0.018 0.12 12 88
0.630 0.067 0.187 18.7 81.3
0.135 0.585 0.772 77.2 22.8
0.160 0.187 0.989 95.9 4.1
0.080 0037 0.996 99.6 0.4
0.063 0.006 1.00 100 0
fond

Module de finesse :
Mf=1/100 ∑ refus cumulé en % des tamis
Mf=1/100 [4.1++5.7+6.6+7.6+8.8+10.2+12+18.7+77.2+95.9+99.6+100]

Mf=4.51
120

100

80
tamis cumulé %

60

40

20

0
0.06 0.08 0.16 0.32 0.63 1 1.25 1.6 2 2.5 3.15 4 5
Tamis(mm)

Analyse des résultats :


Diamètre qui correspond 10% D10=0.21mm ;

Diamètre qui correspond 30% D30=0.3mm ;

Diamètre qui correspond 60% D60=0.39mm

Coefficient courbure Cc=D²30/D10*D60 ; Cc=1.098

 Un sol nom uniforme qui contient 50% des particules >80µm Donc il est grenus ;
Dans notre cas le % des éléments = 99.6%>80µm

50% des élément >80µm un ont un diamètre <2mm

Le Cc<1 Donc on a un sable Propre mal gradué  

Conclusion :

L'analyse granulométrique permet de déterminer la grosseur et les pourcentages pondéraux


respectifs des différentes familles de grains constituant les échantillons
Introduction :
Le mortier un mélange intime de liant, de sable et d'eau, réalisé de manière à obtenir une pâte
de plasticité convenable pour la mise en œuvre et la prise correcte du ciment Dans toute
construction, il est indispensable de réunir entre eux les différents éléments (blocs de béton,
briques, éléments en béton préfabriqué, etc.) au moyen d’un mortier de ciment ou d’autre liant
qui a pour but de:

• solidariser les éléments entre eux.

• assurer la stabilité de l’ouvrage.

• combler les interstices entre les blocs de construction.

Le mortier est obtenu par le mélange d’un liant (chaux ou ciment), de sable, d’eau et
éventuellement d’additions. Des compositions multiples de mortier peuvent être obtenues en
jouant sur les différents paramètres: liant (type et dosage), adjuvants et ajouts, dosage en eau.
En ce qui concerne le liant, tous les ciments et les chaux sont utilisables; leur choix et le
dosage sont fonction de l’ouvrage à réaliser et de son environnement.

LE BUT DU L’ESSAI:
Etude de mortier dons :

1-Resistance a la traction et flexion d’éprouvettes 4x4x16

2-Resistance a la compression d’éprouvettes 4x4x16

Resistance a la traction et flexion d’éprouvettes 4x4x16 :


On définit la classe de résistance d'un liant à 28 jours c’est la résistance à la compression à 28
jours d'une éprouvette prismatique de dimensions données ( 4 x 4 x 16 cm) en mortier normal.
Ce résultat nous permet de vérifier la conformité d'un liant. La valeur de la résistance à la
traction sera déduite par les formules de la résistance des matériaux.

L'indication CEM I 42.5 sur un sac de ciment veut dire que la résistance nominale à la
compression de ce ciment à 28 jours est de 42.5 MPa.

Compter l´âge des éprouvettes à partir du moment du malaxage du ciment et de l´eau, jusqu
´au début de l´essai.

Effectuer les essais de résistance à différents âges dans les limites suivantes :

· 24 h ± 15 min ;

· 48 h ± 30 min ;

· 72 h ± 45 min ;

· 7 jours ± 2 h ;

· 28 jours ± 8 h.

Conduite de l’essai

1- Prendre les éprouvettes 4x4x16 préparées à


l’avance et les placer entre les appuis de
l'appareil de flexion. Les faces latérales
(lisses ) de l'éprouvette doivent être en
contact avec les appuis.
2- Amener l'appui supérieur en contact avec
la face supérieure de l'éprouvette et
appliquer la charge.
3- Relever la valeur de la charge de rupture;
soit " P "
4- Refaire la même opération pour les autres
éprouvettes.
5- Appliquer la formule suivante, pour
calculer la résistance à la traction du
mortier

1.5 PL
Rt = a3
Avec,
- Rt : Résistance à la traction en Mpa.
- P : Charge de rupture en MN.
- L : Distance entre appuis inférieurs en m.
- a : Coté de l'éprouvette en m ( a = 4. 10−2 m ).

Resistance a la compression d’éprouvettes 4x4x16 :

Objectif de l’essai :

Déterminer la résistance à la compression d’un mortier afin de déterminer la classe du liant


employé.

Equipement nécessaire : Le même que l’essai de traction par flexion.

Conduite de l’essai

Placer le demi-prisme ( obtenu à partir de l'essai de traction par flexion ) de l'éprouvette


4x4x16 entre les deux plateaux de la presse.

Les faces de l'éprouvette qui sont au contact de la presse doivent être planes et
perpendiculaires à l'axe de l'éprouvette.

1- Amener les plateaux en contact


avec les faces de l'éprouvette, et
appliquer la charge.
2- Relever la valeur de la charge de
rupture; soit " P ".
3- Refaire les mêmes opérations pour
les autres demi-prismes. La
résistance à la compression du
mortier se calcule par la formule
suivante :
Rc = P / S Avec,

- Rc : Résistance à la compression en Mpa.

- P : Charge de rupture en MN.

- S : Section de l'éprouvette en m² ( S = 16.10−4 m² ).

En général on écrase les éprouvetles à l'âge de 28 jours . On joindra à l'envoi au laboratoire


officiel les indications suivantes pour chaque série d'éprouvettes:

Commetfant Nombre, désignation et dimensions des éprouvettes

Date de la fabrication, mode de conservation (entreposage)

Essai de résistance à la compression/flexion à l'âge de jours et densité apparente

Dosage et marque du liant Proportions et provenance du sable et du gravier (séparés ou


mélangés)

Consistance du béton, évent. température lors de la fabrication

Conclusion :

Le béton est un nom générique, mais sous celui-ci se cache une palette de matériaux avec
lesquels vous allez pouvoir construire. Les sous-ensembles du béton présentent chacun
des caractéristiques très précises, surtout au niveau de la résistance, et c’est un point auquel
vous allez devoir faire attention avant d’entamer votre construction.
Introduction :

Cet essai appelé aussi cône d'Abrams ou bien slump-test


est décrit dans la norme NF EN 12350-2. Il est
incontestablement un des plus simples et des plus
fréquemment utilisés, car il est très facile à mettre en
œuvre. Il ne nécessite qu'un matériel peu coûteux et peut

être effectué directement sur chantier par un personnel non


hautement qualifié mais ayant reçu simplement les
instructions nécessaires au cours de quelques séances de
démonstration. . Il est utilisable tant que la dimension
maximale des granulats ne dépasse pas 40 mm

PRINCIPE DE L’ESSAI :
Il s’agit de constater l’affaissement d’un cône de béton sous l’effet de son propre poids .plus
que l’affaissement sera plus grand plus que le béton sera très fluide.

EQUIPEMENT NECESSAIRE:

Le cône d'Abrams est un cône en acier galvanisé utilisé pour la mesure de la consistance d'un
béton frais. Il mesure 20 cm à sa base et 10 cm à son sommet. Il porte le nom de son inventeur
Duff Abrams. L'appareillage est complètement décrit dans la norme NF P 18-451.

Il se compose de :

 Moule tronconique sans fond de 30 cm de haut,


de 20 cm de diamètre en sa partie inférieure et
de 10 cm de diamètre en sa partie supérieure.
 Une plaque d'appui.
 Une tige de piquage de 1.6cm de diamètre et
de 60 cm de longueur.
 Un portique de mesure avec une règle graduée
de 0 a 30 cm.
 Entonnoir

MODE OPERATOIORE :

 Mouiller l'intérieur du moule.


 Placer le moule avec l’entonnoir sur un support rigide et
horizontal, mais non absorbant.

 A l'aide d'une truelle (Main écope) remplir le moule de


béton frais, en trois couches d'à peu près même hauteur,
éviter le déplacement du moule en pesant sur les pattes de
calage.

 Compacter chaque couche par 25 coups de barre.

 Retirer l’entonnoir, araser le dessus du moule et nettoyer


le support autour du moule.

 Retirer le moule verticalement avec précaution en 3 à 5


secondes.

 Mesurer l'affaissement du cône par rapport à la hauteur


initiale (moule).
Résultats :
Classe d’affaissement : La norme ENV 206-1 définit 4 classes de consistance, en fonction de
l’affaissement mesuré. Elles sont indiquées sur la figure ci-dessous. Sur cette figure, les
rectangles blancs représentent la variation possible d’affaissement correspondant à la classe
considérée. Les classes sont notées S1, S2, S3,S4 , et appelée classes d’affaissement. S rappelle
ici l'initiale du nom de l’essai en anglais: slump test. La norme NF P 18 – 305 définit les
mêmes classes d’affaissement, mais les note F, P, TP et Fl (Ferme, Plastique, Très Plastique et
Fluide)

Classe de l’affaissement Définition Exemple


consistance mesuré (mm)
S1 ferme 10 - 40 Béton ferme, construction sur une Escalier, accès en pente,
pente forte béton de voirie
S2 plastique 50 - 90 Béton plastique, construction sur une Dalle pleine, ouvrage
pente faible d’art
S3 Très 100 - 150 Béton très plastique, construction sur Dalle, fondation
Plastique une surface plane
S4 Fluide 160 - 210 Construction sur une surface plane Dalle, fondation, voile
S5 Très Fluide >210  construction sur une surface plane, Dalle, fondation
absence de système de vibration

Tableau : Appréciation de la consistance en fonction de l'affaissement au cône

CONCLUSION :
La caractéristique essentielle du béton frais est l'ouvrabilité, qui conditionne non seulement sa
mise en place pour le remplissage parfait du coffrage et du ferraillage, mais également ses
performances à l'état durci. La mesure de l’affaissement permet de vérifier si l’ouvrabilité du
béton est conforme a l’ouvrabilité souhaitée. Le dosage en eau du béton peut être ajuste selon la
résultat de l’essai d’affaissement, le dosage en eau est

Vous aimerez peut-être aussi