Vous êtes sur la page 1sur 5

CORRECTION

TD N°1

Question

1- Comparez la comptabilité financière à la comptabilité analytique.

Critères de Comptabilité financière Comptabilité de gestion


comparaison

Au regard de la loi Obligatoire Facultative

Vision de l'entreprise Globale Détaillée

Horizon temporel Passé Présent et futur

Nature des flux observés Externe Interne

Origine des documents de Externe Externe et interne


base
Par nature et par destination Par destination
Classement des charges

Rigides et normatives Souples et évolutives


Règles
Investisseurs, dirigeants et Les dirigeants de l'entreprise
Utilisateurs                       autres        

Exacte, certifiée Rapide, approximative et


Nature de l'information pertinente
2- A quels problèmes sont confrontés les dirigeants qui veulent que
leur planification et leur contrôle soient efficaces ?

 Les problèmes clefs d’une entreprise sont :


 les clients : priorité N°1 de l’entreprise
 l’analyse de la chaîne de valeur
 les facteurs clefs de succès
 le progrès continu

a) Les clients
Le client étant la priorité numéro 1 de l’entreprise, elle va devoir utiliser ses
ressources afin de les satisfaire, tout en restant rentable.
Le nombre d’organisations orientées sur les clients est considérable et continue à
croître.
Ainsi, les charges et produits seront affectés par clients (grands comptes, contrats …).

b) Chaîne de valeur et analyse de la logistique intégrée (concept vu en


principe de gestion première année)
 La chaîne de valeur est un concept, un outil, établit par Michael PORTER.
Elle permet de savoir comment et où est créée la valeur au sein de l’entreprise.
La chaîne de valeur est constituée :
 d’une part des activités principales, créatrices de valeur
 d’autre part des activités de soutien
 

Les comptes de l’entreprise seront donc répartis par activité, en fonction de la


chaîne de valeur.

c) Facteurs clés de succès (FCS)

Notion de management des entreprises, les FCS sont des paramètres stratégiques


permettant à une entreprise de détenir des avantages concurrentiels sur un
marché.

Ces facteurs sont primordiaux pour l’entreprise et sont directement liés à


sa performance.

Ils couvrent les points suivants :


 Coûts : l’entreprise doit en permanence maîtriser ses coûts pour faire face à
son environnement concurrentiel
 Qualité : élément de différenciation et critère primordial pour la clientèle
 Temps : on parle beaucoup d’agilité, de vitesse de réaction d’une organisation
capable de s’adapter aux fluctuations du marché (ou de la conjoncture)
 Innovation : introduire de nouveaux produits, de nouveaux process pour être
plus performant et se distinguer de la concurrence

La comptabilité de gestion sera donc répartie par FCS et une analyse


permanente de l’entreprise dans son environnement externe sera nécessaire pour
évaluer sa performance (avantages concurrentiels) et son positionnement sur le
marché.
d) Progrès continu

Lié à l’innovation, le progrès continu est la recherche permanente de l’accroissement


de la performance dans l’entreprise.

La comptabilité de gestion peut servir à mesurer le progrès continu.

Ce type de CG est plutôt rare et adressé aux petites entreprises innovantes, évoluant
sur un marché très concurrentiel.

3- ETUDE DE CAS «  IKEA »

1- Le système d’information disponible à savoir, le bilan et le compte de résultat ne


permettent pas de répondre à la première question.
En effet, les charges et les produits sont classés par nature pour l’ensemble de la
société. On ne peut pas donc, ni déterminer les charges relatives à l’atelier finition, ni
évaluer son coût.

2- Le système d’information présent ne permet d’avoir que le résultat global et final


(perte ou bénéfice).
Il serait plus intéressant d’apprécier la rentabilité en apportant des réponses
rationnelles à des questions telles que :
- Combien coûte telle ou telle commande ?
- Quelle est la commande qui est la plus rentable ?
- Quel est le coût des différents ateliers ?
- Quel est le coût par produit et par stade de production ?
- Il faut développer un nouveau système d’information qui traite les informations en
détail et pas globalement. C’est à dire raisonner sur des plans particuliers au lieu du
plan général (produits, services, commandes, ateliers,...).
Il est à noter que la rentabilité peut se traduire par le chiffre d’affaires (cas des
commandes...), par les coûts (cas des ateliers, des services,...) ou par le résultat.

3- Les charges de la comptabilité financière telles qu’elles figurent dans le compte de


résultat ne permettent pas de telles analyses.
Ainsi, il faut procéder au classement des charges par produit, par atelier, par
commande. C'est-à-dire par destination.

Par exemple, pour le calcul du coût d’une commande, il faut connaître :


 le coût des matières premières consommées par commande :
Pour déterminer ce coût, le magasinier qui détient le stock des matières
premières doit préciser sur les bons de sortie la référence des commandes
consommées. Ces bons doivent, par la suite, être regroupés par commande.

De même, la valorisation des matières premières consommées doit être


élaborée suivant une méthode rationnelle.

 Les heures de main-d’oeuvre consacrées à la réalisation de la commande :


La comptabilité financière ne tient compte que de la totalité des heures de
présence du personnel.

Ainsi, pour déterminer la masse de travail relative à chaque commande,


l’ouvrier doit remplir un bon de travail sur lequel il indique au profit de quelle
commande il exécute (tenue d’un timesheet avec une pointeuse pour les heures
d’arrivée et de départ). Ces bons peuvent par la suite être regroupés par
commande.
Ainsi, tous les éléments de réponse à ces questions peuvent être offerts par la
comptabilité analytique, outil de gestion très pertinent.

Conclusions :
Les informations fournies par la comptabilité financière telles que le bilan ou les
comptes de résultat sont insuffisantes à une connaissance de l’activité de l’entreprise.

Cette insuffisance s’explique par le fait que :

- La comptabilité financière en respectant les dispositions juridiques et fiscales


s’éloigne de la réalité économique.
Exemple : L’amortissement comptable peut être différent de la dépréciation réelle du
bien.
Ajoutons que, la technique de la comptabilité financière est très rigide du fait qu’elle
respecte des règles strictes et standards.

- La comptabilité financière traite l’entreprise en tant qu’une seule unité c’est-à-dire


d’une manière globale, d’où les résultats sont globaux.

- La comptabilité financière est une comptabilité du passé, puisqu’elle ne traite que


les opérations déjà conclues.

- La comptabilité financière néglige les données non monétaires telles que: les
quantités de matières, le temps de travail...

Ainsi, pour remédier à ces limites et pour améliorer le processus de prise de décision,
les responsables de l’entreprise ont recours à la comptabilité analytique de gestion.

La comptabilité de gestion et la comptabilité financière constituent deux


systèmes d'information complémentaires:

D'une part, la comptabilité de gestion permet l'évaluation de certains éléments de


l'actif du bilan tels que les stocks de matières premières, de produits finis,... d'autre
part, pour aboutir à de telles évaluations, la comptabilité de gestion se sert des
informations fournies par la comptabilité financière, à savoir les charges par nature.

Vous aimerez peut-être aussi