Vous êtes sur la page 1sur 8

Document téléchargé depuis www.cairn.info - Université de Strasbourg - - 130.79.168.107 - 15/10/2018 14h08. © Presses de Sciences Po (P.F.N.S.P.

)
MÉDECINS ET CHARLATANS AU XIXE SIÈCLE EN FRANCE
Nicole Edelman
Document téléchargé depuis www.cairn.info - Université de Strasbourg - - 130.79.168.107 - 15/10/2018 14h08. © Presses de Sciences Po (P.F.N.S.P.)

Presses de Sciences Po (P.F.N.S.P.) | « Les Tribunes de la santé »

2017/2 n° 55 | pages 21 à 27
ISSN 1765-8888
Article disponible en ligne à l'adresse :
--------------------------------------------------------------------------------------------------------------------
https://www.cairn.info/revue-les-tribunes-de-la-sante-2017-2-page-21.htm
--------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Pour citer cet article :


--------------------------------------------------------------------------------------------------------------------
Nicole Edelman, « Médecins et charlatans au XIXe siècle en France », Les Tribunes
de la santé 2017/2 (n° 55), p. 21-27.
DOI 10.3917/seve.055.0021
--------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Distribution électronique Cairn.info pour Presses de Sciences Po (P.F.N.S.P.).


© Presses de Sciences Po (P.F.N.S.P.). Tous droits réservés pour tous pays.

La reproduction ou représentation de cet article, notamment par photocopie, n'est autorisée que dans les
limites des conditions générales d'utilisation du site ou, le cas échéant, des conditions générales de la
licence souscrite par votre établissement. Toute autre reproduction ou représentation, en tout ou partie,
sous quelque forme et de quelque manière que ce soit, est interdite sauf accord préalable et écrit de
l'éditeur, en dehors des cas prévus par la législation en vigueur en France. Il est précisé que son stockage
dans une base de données est également interdit.

Powered by TCPDF (www.tcpdf.org)


dos s ier

Document téléchargé depuis www.cairn.info - Université de Strasbourg - - 130.79.168.107 - 15/10/2018 14h08. © Presses de Sciences Po (P.F.N.S.P.)
La santé-business
Médecins et charlatans
au XIXe siècle en France
Document téléchargé depuis www.cairn.info - Université de Strasbourg - - 130.79.168.107 - 15/10/2018 14h08. © Presses de Sciences Po (P.F.N.S.P.)

Nicole Edelman

Médecine et charlatanisme entretiennent des


rapports complexes, l’opposition entre ces
deux domaines est loin d’être radicale et les
frontières en sont poreuses. Le XIXe siècle est
ainsi parcouru par de multiples inventions de
thérapeutiques dont certaines ont un succès qui
dure jusqu’à aujourd’hui (magnétisme, spiritisme,
méthode Coué…). Si bien des charlatans ont
un grand succès, c’est parce qu’ils expliquent
le fonctionnement du corps d’une manière
parfaitement claire et compréhensible (à tort !),
loin de la complexité exposée par la médecine
conventionnelle que, bien souvent, il faut croire
sur parole. Certaines de ces thérapeutiques
contestées ont cependant parfois donné lieu
à de vraies découvertes médicales, l’hypnose
par exemple, tandis que d’autres sont toujours
pratiquées et dénoncées.

Médecine et charlatanisme entretiennent des rapports complexes et


l’opposition entre ces deux domaines est loin d’être radicale. D’une part,
la relation à la maladie, au soin, au corps, à la santé varie selon les lieux et
les temps, selon les savoirs et les croyances, et d’autre part, la pensée ration-
nelle est loin d’être universellement partagée tandis que la crédulité est en
revanche profondément humaine ; aussi les frontières entre charlatanisme
et médecine sont-elles souvent poreuses. Certains docteurs en médecine
peuvent être des charlatans et certains, considérés comme des charlatans,
devenir à un moment de l’histoire des découvreurs de nouvelles thérapies
scientifiques reconnues dans l’espace médical. Définir un charlatan est donc
difficile ; je retiendrai la proposition suivante : « Dans le domaine de la santé
et de la médecine, est un charlatan toute personne qui se prétend thérapeute

les tribunes de la santé n° 55 — été 2017

21
doss ier La santé-business

1. J. Poirier, Petit (guérisseur) mais qui se situe hors du champ de la science, de la loi et/ou de la

Document téléchargé depuis www.cairn.info - Université de Strasbourg - - 130.79.168.107 - 15/10/2018 14h08. © Presses de Sciences Po (P.F.N.S.P.)
dictionnaire du
charlatanisme morale1 », sachant que science, loi et morale changent au cours du temps…
médical, article
« Charlatan »,
Quant à la définition d’un médecin, elle est simple selon le dictionnaire La-
Hermann, 2011, rousse : « Personne qui, titulaire du diplôme de docteur en médecine, exerce
p. 30.
la médecine. » Mais elle devient plus ardue si l’on dépasse les frontières fran-
Document téléchargé depuis www.cairn.info - Université de Strasbourg - - 130.79.168.107 - 15/10/2018 14h08. © Presses de Sciences Po (P.F.N.S.P.)

2. Un artisan gagne
entre 2 et 3 F/jour.
çaises et qu’on se place dans le cadre large de la discipline médicale et non
plus de celui ou celle qui la pratique. Selon l’Organisation mondiale de la
santé : « La médecine traditionnelle est la somme totale des connaissances,
compétences et pratiques qui reposent sur les théories, croyances et expé-
riences propres à une culture et qui sont utilisées pour maintenir les êtres
humains en bonne santé ainsi que pour prévenir, diagnostiquer, traiter et
guérir des maladies physiques et mentales. » En m’appuyant sur des exemples
de médecins et de charlatans au XIXe siècle en France, j’explorerai ces brouil-
lages et j’analyserai leurs évolutions.
Si les démarcations entre médecine et charlatanisme sont parfois floues,
les médecins diplômés, reconnus par leurs pairs, ont toujours au cours du
XIXe siècle repéré et dénoncé les concurrences des charlatans. Les grands
dictionnaires médicaux du XIXe siècle ont tous une entrée aux deux mots
« charlatan » et « charlatanisme » et tous s’étonnent, quelle que soit la date,
que la répression soit si peu efficace. Il est vrai que la fin du XVIIIe siècle
et le début du XIXe effacent même toute possibilité de mesure de rétorsion
puisque la Révolution, ayant fait disparaître les corporations en 1791, avait
permis à quiconque de se dire médecin. Toutes les académies, les facultés, les
collèges avaient disparu, l’enseignement médical était devenu extrêmement
périlleux et l’exercice de la médecine avait été totalement libéré pendant
quelques années puisqu’il fallut attendre la loi de l’an XI (1803) pour mettre
fin à cette liberté.
Par cette loi de 1803, l’art de guérir n’est désormais plus libre, il est réservé
à ceux qui auront obtenu, après examen, un titre officiel. La loi ne recon-
naît cependant pas un corps unique de médecins, qui sont répartis en deux
groupes : les docteurs et les officiers de santé. Les premiers sont tenus à quatre
années d’études effectuées dans trois écoles de médecine, terminées par la
soutenance d’une thèse et le paiement de 1 250 F de droit d’inscription2.
Chirurgien et médecin sont cependant dorénavant confondus hiérarchique-
ment, mais chacun est spécialisé dans sa discipline. Les officiers de santé
sont des médecins de second ordre (le droit d’inscription n’est que de 250 F) ;
ils accomplissent soit trois ans d’études théoriques, soit six ans de travail
dans un hôpital ou près d’un médecin. Leur diplôme, conféré par un jury
départemental, ne leur permet que d’exercer dans ce département. Tous sont

les tribunes de la santé n° 55 — été 2017

22
Méecins et charlatans au XIXe siècle en France dos s ier
3. Les lycées encore des hommes, même si la loi n’interdit pas formellement l’accès des

Document téléchargé depuis www.cairn.info - Université de Strasbourg - - 130.79.168.107 - 15/10/2018 14h08. © Presses de Sciences Po (P.F.N.S.P.)
étant réservés aux
garçons, les filles ne femmes à cette profession3. Dans ce nouveau cadre, le délit d’exercice illé-
pourraient passer
le bac qu’en l’ayant
gal de la médecine demeure peu réprimé : une amende pouvant aller jusqu’à
préparé seules… et mille francs et, en cas de récidive, une peine d’emprisonnement jusqu’à six
surtout la morale et
mois touche les charlatans éventuels. Mais les preuves sont toujours difficiles
Document téléchargé depuis www.cairn.info - Université de Strasbourg - - 130.79.168.107 - 15/10/2018 14h08. © Presses de Sciences Po (P.F.N.S.P.)

les conceptions de
la complémentarité
entre les sexes
à apporter par les plaignants, qu’ils soient médecins ou patients, ces derniers
rendent quasiment ayant fréquemment honte a posteriori de leur crédulité, et il faut souvent de
impensable cette
éventualité avant les grosses pertes d’argent pour les pousser jusqu’au procès. Cette loi de 1803
dernières décennies régit l’exercice de la médecine jusqu’en 1892 ; cette fois le charlatanisme est
du XIXe siècle.
plus durement réprimé et surtout des associations ou des syndicats de méde-
4. « Actuellement,
en France,
cins sont autorisés à ouvrir des poursuites4.
les sanctions Les médecins, qu’ils soient docteurs ou officiers de santé, s’inquiètent en
disciplinaires
appliquées effet de tous ceux qui leur font concurrence, et ils sont nombreux car la
aux médecins
convaincus de
médecine officielle, celle qui est reconnue par les académies, est bien souvent
charlatanisme par inefficace face aux maladies et aux souffrances. Au XIXe siècle, les théra-
le Conseil de l’ordre
peuvent aller jusqu’à peutiques principales demeurent la saignée, les vomitifs ou les purgations,
la radiation et ajoutés à des potions diverses, calmantes ou soignantes, et pour les mala-
donc l’interdiction
définitive d’exercer dies nerveuses, l’hydrothérapie et les traitements électriques5. L’opium et la
la médecine. Le délit
d’exercice illégal
morphine sont utilisés pour calmer certaines douleurs mais la souffrance des
de la médecine, malades n’est pas le souci des médecins. Aussi toute nouvelle forme de thé-
prévu par l’article
L. 378 du code de rapie est-elle bienvenue et les inventions sont-elles nombreuses.
la santé publique
qui renvoie au code
Face à une relative impuissance de la médecine officielle et grâce à un
pénal, est puni d’un mouvement d’émancipation et un processus de liberté mis en route par les ré-
an de prison et de
quinze mille euros volutions de 1789, 1830 et 1848, certains affirment une nécessaire confiance
d’amende […]. » en soi et promeuvent une automédication appuyée sur des théories médicales
Jacques Poirier,
Petit dictionnaire simplistes mais compréhensibles. François Raspail (1794-1878) diffuse ainsi
du charlatanisme
médical, op. cit.,
l’idée que toutes les maladies sont dues à des parasites et qu’il faut donc les
p. 33. éliminer par une bonne hygiène, à laquelle participe l’utilisation très large du
5. Les découvertes camphre.
de Galvani (1791)
puis de Volta (1800)
Une autre interprétation simple de la maladie est due à Samuel Hahne-
mettent au jour cette mann (1755-1843) à travers l’homéopathie6, qui se diffuse en France dans les
forme d’énergie,
largement utilisée premières décennies du XIXe siècle avec la traduction en 1832 de son livre
sur les hystériques, fondateur publié en 1810 en allemand (Hahnemann est né en Saxe). Il y
en particulier par le
neurologue Jean- expose un certain nombre de principes, dont ceux – essentiels – de similitude
Martin Charcot.
et de dilution élevée de la substance médicamenteuse mais aussi d’attention
6. O. Faure, au malade dans sa globalité tout autant qu’à la seule maladie. Considérée
Praticiens, patients
et militants de comme un charlatanisme par certains, comme une médecine efficace par
l’homéopathie
en France et en
d’autres, l’homéopathie est donc pratiquée par des médecins et des non-mé-
Allemagne (1800- decins (et ce jusqu’à nos jours).…

les tribunes de la santé n° 55 — été 2017

23
doss ier La santé-business

1940), Presses Comme Hahnemann, Franz Anton Mesmer (1734-1815)7 est un médecin

Document téléchargé depuis www.cairn.info - Université de Strasbourg - - 130.79.168.107 - 15/10/2018 14h08. © Presses de Sciences Po (P.F.N.S.P.)
universitaires de
Lyon-Boiron, 1992. du monde germanique. Il invente à son tour une nouvelle thérapeutique, le
7. Voir F. Rausky,
magnétisme animal ou mesmérisme, liée à une conception originale de la
Mesmer ou santé et de la maladie. S’adossant aux découvertes de Newton concernant
la révolution
l’attraction universelle mais aussi à celles de son époque dans le domaine
Document téléchargé depuis www.cairn.info - Université de Strasbourg - - 130.79.168.107 - 15/10/2018 14h08. © Presses de Sciences Po (P.F.N.S.P.)

thérapeutique, Payot,
1977 ; R. Darnton,
La fin des Lumières,
de l’électricité, il affirme qu’un fluide physique emplit l’univers reliant les
Le mesmérisme hommes, les animaux, la terre et les corps célestes, et les hommes entre eux.
et la Révolution,
Perrin, 1984 ; N. La maladie n’est que le résultat d’un engorgement de cette énergie à certains
Edelman, Voyantes, endroits du corps. Rétablir une circulation harmonieuse du fluide suffit à pro-
guérisseuses,
visionnaires en duire la guérison (qui est parfois précédée d’une crise convulsive salvatrice).
France, 1785-1914,
Albin Michel,
Ce fluide peut donc être canalisé, accumulé, redistribué d’une personne à une
1995 ; A. Winter, autre. Sa théorie est d’une simplicité exceptionnelle : il n’y a qu’une maladie,
Mesmerized,
Power of Mind in qu’un remède, qu’une guérison, et par là même elle prend radicalement à re-
Victorian Britain,
The University of
bours les explications complexes et incertaines de la médecine académique.
Chicago Press, 1998 ; Le magnétisme animal s’installe solidement en France avec la venue de Mes-
N. Edelman (dir.),
« Savoirs occultés : mer à Paris en 1778. Le succès de sa thérapeutique lui vaut beaucoup de ja-
du magnétisme à lousie et d’être mis en examen en 1784 par une commission mixte composée
l’hypnose », Revue
d’histoire du XIXe de quatre médecins de la Faculté de Paris et de cinq membres de l’Académie
siècle, numéro
thématique, n° 38,
des sciences. Ces hommes de science devaient constater l’existence de ce
2009/1 ; B. Belhoste, « magnétisme animal » à travers celle du « fluide » qu’ils ne trouvent pas…
N. Edelman, Mesmer
et mesmérismes, Le magnétisme animal devient donc un charlatanisme et dans son tome 4,
le magnétisme
animal en contexte,
publié au début du XIXe siècle, le Dictionnaire des sciences médicales de Panc-
Omniscience, 2015. kouke fait de Mesmer un charlatan aux côtés de Cagliostro, Swedenborg, du
comte de Saint-Germain et d’autres encore.
Ce magnétisme animal donne pourtant lieu à une formidable (re)-décou-
verte, celle de l’hypnose, nommée alors « somnambulisme magnétique ».
Son découvreur n’est pas médecin mais c’est un disciple de Mesmer : Amand
Marc Jacques de Chastenet, marquis de Puységur (1751-1825) appartient à
une grande et riche famille aristocratique ; très cultivé, il est féru de science
et d’expériences. Officier, il pratique le magnétisme animal avec ses frères et
affine ses connaissances en achetant les cours de Mesmer que celui-ci diffuse
en les vendant fort cher. Et c’est en voulant soigner dans son domaine de
Buzancy, en mai 1784, un de ses valets de ferme malade, selon le protocole
habituel des « passes » magnétiques, qu’il découvre ce sommeil étrange dans
lequel tombe ce jeune homme. Puységur le nomme « somnambulisme ma-
gnétique » par référence au somnambulisme naturel auquel cet état modifié
de conscience ressemble et au magnétisme animal. Dans cet état, le jeune
valet dit connaître sa maladie, pouvoir se soigner et soigner les autres.
Des cures sous somnambulisme magnétique vont ainsi être pratiquées par

les tribunes de la santé n° 55 — été 2017

24
Méecins et charlatans au XIXe siècle en France dos s ier
8. J.-P. Peter, des médecins et des non-médecins. En 1812, Puységur soigne pendant six

Document téléchargé depuis www.cairn.info - Université de Strasbourg - - 130.79.168.107 - 15/10/2018 14h08. © Presses de Sciences Po (P.F.N.S.P.)
« Introduction »,
in : Œuvres du mois un jeune garçon et, semble-t-il, parvient à le guérir8. En 1836, le docteur
marquis de Puységur :
un somnambule
Despine père, médecin des eaux thermales d’Aix-les-Bains, soigne et guérit
désordonné ? Journal une très jeune fille atteinte de terribles douleurs et de diverses paralysies. En
du traitement
1837, les médecins Wolowski et Koreff, dont la réputation est européenne,
Document téléchargé depuis www.cairn.info - Université de Strasbourg - - 130.79.168.107 - 15/10/2018 14h08. © Presses de Sciences Po (P.F.N.S.P.)

magnétique du
jeune Hébert, Les
Empêcheurs de
traitent à Paris une très grande aristocrate anglaise, Lady Lincoln9. Atteinte,
penser en rond, elle aussi, de paralysies diverses, sujette à de très violentes convulsions et
1999.
souffrant de douleurs incroyablement fortes, la jeune femme est journelle-
9. Voir : Histoire ment magnétisée et mise en état de somnambulisme pendant plusieurs mois.
sommaire de la
maladie et du Son état s’améliore fortement. Son mari interrompt cependant brutalement
somnambulisme,
présentée par
cette cure, qui le mécontente sans doute parce qu’elle met au jour des rela-
N. Edelman, L. tions conjugales et familiales particulièrement conflictuelles qu’il veut garder
Montiel, J.-P. Peter,
Tallandier, 2009 ; cachées.
Dr Despine père,
De l’emploi du
Les médecins de cette première moitié du XIXe siècle n’attribuent cepen-
magnétisme animal dant pas les bienfaits des cures à la parole et à la mise au jour d’éventuels
et des eaux minérales
dans le traitement traumatismes comme le feront plus tard, dans les années 1880, des médecins
des maladies comme Pierre Janet ou Sigmund Freud. Ils lient ces améliorations à l’usage
nerveuses, suivi
d’une observation très de thérapeutiques habituelles, l’électricité et l’hydrothérapie, tout en ayant
curieuse du guérison
de névropathie,
la certitude des bienfaits des convulsions physiques qui permettraient d’ex-
Germer Baillière, pulser les maux.
1840.
Face à la médecine conventionnelle, le somnambulisme magnétique de-
10. N. Edelman,
Voyantes,
meure un sujet particulièrement problématique puisque son existence est
guérisseuses, même niée par une commission académique française en 1837… Il est vrai
visionnaires…,
op. cit. que cet état modifié de conscience a fabriqué des formes neuves et inédites
de charlatanisme puisque, comme le jeune valet de ferme de Puységur, les
11. N. Edelman,
Histoire de la voyance êtres mis en état de somnambulisme magnétique disent voir l’intérieur de
et du paranormal, du
XVIIIe siècle à nos
leur corps mais aussi celui des autres et de facto deviennent des guérisseurs10.
jours, Le Seuil, 2006. De plus, il s’agit surtout de femmes qui sont à la fois guérisseuses et voyantes
puisque, dans cet état, elles disent voir non seulement l’intérieur des corps
mais aussi le passé et l’avenir. La voyance resurgit ainsi en Europe11. Ces
femmes se nomment « somnambules », disent avoir le somnambulisme,
comme un don, un sixième sens et s’entransent – sans aucune aide –, bascu-
lant dans cet état de sommeil ou de pseudo-sommeil. Elles ouvrent boutique
dans les villes et les bourgs, sont bien connues ; elles font ainsi florès dans les
romans d’Honoré de Balzac, d’Alexandre Dumas, de Théophile Gautier, de
Charles Nodier ou encore de George Sand. Guérisseuses, certes ! Mais, elles
travaillent parfois en couple avec un médecin ou un officier de santé…
Charlatanisme donc, qui pourtant conduit à des expériences fécondes
débouchant sur des innovations thérapeutiques : celles du chirurgien anglais

les tribunes de la santé n° 55 — été 2017

25
doss ier La santé-business

12. Voir H. James Braid (1795-1860) qui propose en 1843 le nom d’« hypnose » pour

Document téléchargé depuis www.cairn.info - Université de Strasbourg - - 130.79.168.107 - 15/10/2018 14h08. © Presses de Sciences Po (P.F.N.S.P.)
Guillemain, La
Méthode Coué, remplacer celui de « somnambulisme magnétique », trop dévoyé, et définit
Histoire d’une
pratique de guérison
un « sommeil nerveux » purement physiologique ; celles du neurologue Jean-
au XXe siècle, Le Martin Charcot autour des hystériques ; celles du médecin hospitalier nan-
Seuil, 2010.
céen Hippolyte Bernheim qui souligne l’importance de la suggestion. Et l’en-
Document téléchargé depuis www.cairn.info - Université de Strasbourg - - 130.79.168.107 - 15/10/2018 14h08. © Presses de Sciences Po (P.F.N.S.P.)

13. N. Edelman,
« Lo oculto y las
semble aboutit aux découvertes d’un subconscient par Pierre Janet et d’un
terapeuticas espiritas inconscient psychique par Sigmund Freud et à la naissance de différentes
del espiritu y del
cuerpo en Francia formes de psychothérapie dans les années 1880. Avec, là encore, bien des
(1850-1914) », débordements, telle la méthode Coué : « Tous les jours, à tous points de vue,
Asclepio, vol. LVIII,
n° 2, 39-62, 2006. je vais de mieux en mieux », selon la formule d’Émile Coué (1857-1926),
attribuée à son initiateur. Mais ce pharmacien n’a pas créé sa méthode d’au-
tosuggestion aussi rapidement, il a commencé à recevoir des patients dans
son officine de Troyes en pratiquant l’hypnose thérapeutique classique, telle
qu’il l’avait apprise de l’école de Nancy, de H. Bernheim et A. Liebeault. Et
il ne s’agit donc pas encore de « la » méthode Coué qui se développera après
la Première Guerre mondiale12. Coué cependant n’est pas médecin et peut
donc être appelé charlatan !
Si les psychothérapies de toutes sortes se multiplient, donnant naissance
à bien des charlatanismes, les thérapeutiques magnétiques perdurent elles
aussi, se fondant sur de multiples théories et pratiques, liées souvent à des
croyances religieuses. La religion spirite est l’une d’entre elles qui naît en
France en 1857 avec la publication du Livre des esprits, ouvrage fondateur
écrit par Allan Kardec, alias Hippolyte Denizard Rivail (1804-1869), en dia-
logue avec des somnambules magnétiques censées communiquer avec des
esprits extra-terrestres. Un certain nombre de médecins se proclament spi-
rites13 et soignent en fonction de leur croyance. Ils sont ainsi violemment
opposés à toutes les psychothérapies, combattent neurologie, psychiatrie,
psychologie et nient la notion d’inconscient psychique. Mais ils ont une ex-
plication facile à comprendre de la santé et de la maladie qui seraient liées à
l’intervention d’esprits tantôt maléfiques, qui peuvent rendre malade, tantôt
bienveillants, qui peuvent redonner la santé. Il suffit de les convoquer par
l’entremise d’un médium spirite !
Ainsi, bien des charlatans ont un grand succès parce qu’ils expliquent le
fonctionnement du corps de manière parfaitement claire et compréhensible,
bien loin de la complexité exposée par la médecine conventionnelle. Il est
alors plus aisé de croire les premiers et de rejeter ce qu’on ne comprend pas.
Et si bien des hommes du XIXe siècle occidental ont cru que le développe-
ment de l’instruction et celui de « la » science et de ses progrès feraient dis-
paraître crédulité, superstitions et croyances, on s’aperçoit aujourd’hui qu’il

les tribunes de la santé n° 55 — été 2017

26
Méecins et charlatans au XIXe siècle en France dos s ier
n’en est rien. La médecine est certes en quête du vrai, mais elle s’est souvent

Document téléchargé depuis www.cairn.info - Université de Strasbourg - - 130.79.168.107 - 15/10/2018 14h08. © Presses de Sciences Po (P.F.N.S.P.)
trompée et surtout, quelles que soient ses avancées et ses découvertes, elle
laisse toujours des marges d’inconnu ouvertes dont quiconque peut s’emparer
pour les remplir de nouvelles théories. Les charlatans ne disparaîtront pas !
Document téléchargé depuis www.cairn.info - Université de Strasbourg - - 130.79.168.107 - 15/10/2018 14h08. © Presses de Sciences Po (P.F.N.S.P.)

contact
nicole.edelman@wanadoo.fr

Maîtresse de conférences honoraire en histoire contemporaine (Paris-


Ouest-Nanterre, HAR), les travaux de Nicole Edelman ont porté sur des
domaines mis aux marges par les pouvoirs politiques, scientifiques ou
religieux, sur des savoirs occultés, oubliés des historiens, puis, depuis
quelques années, sur l’histoire de la psychiatrie, la psychologie et la
: Voyantes,
psychanalyse (XIXe surtout). Parmi ses principaux ouvrages 
guérisseuses, visionnaires en France, 1784-1914 (Albin Michel,
1995), Les Métamorphoses de l’hystérique (début du XIXe siècle à la
Grande Guerre) (La Découverte, 2003), L’Affaire Castellan, un viol sous
magnétisme (1865) (Vendémiaire, à paraître début 2018).

les tribunes de la santé n° 55 — été 2017

27