Vous êtes sur la page 1sur 298

Projet National de recherche et développement

INGÉNIERIE DE LA SÉCURITÉ INCENDIE


 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

Sélection des scénarios d’incendie 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

 
 
 
 
 
 
 
Mars 2011 
SOMMAIRE

1 INTRODUCTION .................................................................................................................................4
2 TERMINOLOGIE .................................................................................................................................6
3 MÉTHODE DE SÉLECTION DES SCÉNARIOS D’ÉTUDE ...............................................................7
3.1 LES DONNÉES D’ENTRÉE À RECUEILLIR ............................................................................................. 7
3.1.1 LES CARACTÉRISTIQUES DE L’OUVRAGE....................................................................................................... 7
3.1.1.1 Les éléments constitutifs de l'ouvrage .......................................................................................... 7
3.1.1.2 Les équipements et mesures de sécurité mis en place ................................................................ 8
3.1.2 LES ACTIVITÉS, LE FONCTIONNEMENT DE L’OUVRAGE ............................................................................... 8
3.1.3 L’ENVIRONNEMENT DE L’OUVRAGE ................................................................................................................. 9
3.1.4 LES PERSONNES (COMPORTEMENT HUMAIN)............................................................................................... 9
3.1.4.1 Les occupants de l’ouvrage .......................................................................................................... 9
3.1.4.2 Les services de secours ............................................................................................................... 9
3.2 LES SCÉNARIOS D’INCENDIE D’ÉTUDE ..............................................................................................10
3.2.1 L’IDENTIFICATION DES SCÉNARIOS D’INCENDIE ......................................................................................... 10
3.2.1.1 Etape 1 : Départ de feu ............................................................................................................... 10
3.2.1.2 Etape 2 : Propagation à des combustibles relai .......................................................................... 11
3.2.1.3 Etape 3 : Systèmes/Eléments influents sur le feu ....................................................................... 11
3.2.1.4 Etape 4 : Action des personnes .................................................................................................. 11
3.2.1.5 Etape 5 : Construction de l’enchaînement des événements possibles ....................................... 11
3.2.1.6 Représentation des scénarios (ex : de l’arbre d’évènements) .................................................... 11
3.2.2 LA SÉLECTION DES SCÉNARIOS D’INCENDIE D'ÉTUDE .............................................................................. 12
3.2.2.1 Etape 6 : Groupement des scénarios ......................................................................................... 12
3.2.2.2 Etape 7 : Estimation de la probabilité d’occurrence .................................................................... 12
3.2.2.3 Etape 8 : Estimation des conséquences ..................................................................................... 13
3.2.2.4 Etape 9 : Classement des risques .............................................................................................. 13
3.2.2.5 Etape 10 : Sélection des scénarios d'incendie d'étude ............................................................... 13
3.3 CARACTÉRISTIQUES DES FEUX DE DIMENSIONNEMENT ............................................................... 13
3.4 LES SCÉNARIOS D’ÉVACUATION ET DE MISE EN SÉCURITÉ .......................................................... 14
3.4.1 IDENTIFICATION DES SCÉNARIOS D’ÉVACUATION ET DE MISE EN SÉCURITÉ ....................................... 15
3.4.1.1 Etape 1 : Nombre et distribution des personnes dans l’ouvrage ................................................. 15
3.4.1.2 Etape 2 : Aptitudes comportementales ....................................................................................... 15
3.4.1.3 Etape 3 : Activités ....................................................................................................................... 15
3.4.1.4 Etape 4 : Personnel de l’ouvrage ................................................................................................ 15
3.4.2 SÉLECTION DES SCÉNARIOS D’ÉVACUATION .............................................................................................. 15
3.4.2.1 Etape 5 : Matrice des caractéristiques du personnel .................................................................. 15
3.4.2.2 Etape 6 : Sélection des scénarios d’évacuation des occupants.................................................. 16
4 LE REX (RETOUR D’EXPÉRIENCE) ...............................................................................................17
4.1 LE REX : UN OUTIL INDISPENSABLE .................................................................................................. 17
4.2 LE REX EXISTANT SUR LES INCENDIES EN FRANCE ....................................................................... 18
4.2.1 LE REX ET LES SOCIÉTÉS D’ASSURANCE ..................................................................................................... 18
4.2.2 LE REX ET LES SERVICES DE SECOURS ....................................................................................................... 18
4.2.3 LE REX ET LES ORGANISMES PUBLICS ......................................................................................................... 19
4.3 LE REX DU PN ISI ................................................................................................................................... 19
4.3.1 LES STATISTIQUES ............................................................................................................................................ 20
4.3.1.1 Le site : www.isirex.fr .................................................................................................................. 20
4.3.1.2 Les statistiques consultables : bilan............................................................................................ 20
4.3.2 L’INVESTIGATION SUR SINISTRE..................................................................................................................... 21
4.3.2.1 Objet de l’investigation ................................................................................................................ 21
4.3.2.2 Partenariats établis pour l’investigation ...................................................................................... 21
4.3.2.3 Bilan des investigations effectuées ............................................................................................. 21
5 CONCLUSION SUR LES SCÉNARIOS INCENDIE .........................................................................23
6 RÉFÉRENCES BIBLIOGRAPHIQUES ............................................................................................24
ANNEXE 1 – SYNTHÈSE DES DONNÉES D’ENTRÉE DES SCÉNARIOS ........................................25
ANNEXE 2 – ILLUSTRATION DE SCENARIOS PAR ARBRE D’ÉVÉNEMENTS ..............................27
ANNEXE 3 – EXEMPLE DE CLASSEMENT DE SCÉNARIOS ............................................................29

_____________________________________________________________________________________________________
2/298
ANNEXE 4 – SITE ISIREX .....................................................................................................................30
A4-1 DÉVELOPPEMENT DU SITE .................................................................................................................. 30
A4-2 STRUCTURE DU SITE ............................................................................................................................ 30
A4-3 UTILISATION DU SITE ........................................................................................................................... 30
ANNEXE 5 – INVESTIGATIONS SUR SINISTRES ..............................................................................35
ANNEXE 6 –SCÉNARIOS INCENDIE PRÉCONISÉS PAR LA NFPA 5000........................................41
ANNEXE 7 - RECUEIL D'INCENDIES RÉELS .....................................................................................42

_____________________________________________________________________________________________________
3/298
1 INTRODUCTION
Dans la démarche d’ingénierie de sécurité incendie, comme dans toute démarche de maîtrise du
risque, le scénario est essentiel pour évaluer le niveau de sécurité de la solution de conception. Il
permet de vérifier la robustesse des solutions de protection de prévention et de prévision choisies en
vue d’atteindre les objectifs de sécurité définis.

C’est en définissant des scénarios d’incendie, que le concepteur de la solution de conception est
amené à s’interroger sur les causes qui peuvent amener à l’éclosion d’un incendie et à sa propagation
et sur les conséquences que cela peut engendrer. Toutefois, il y a lieu de s'assurer d’une part que les
scénarios d’incendie utilisés pour évaluer la solution de conception sont réalistes et représentatifs des
dangers réels du bâtiment et d’autre part, que les conséquences sont acceptables après mise à
l’épreuve de la solution de conception.

Un scénario d’incendie est défini par un enchaînement d’événements, depuis l’événement initial
initiateur du feu (allumage du premier foyer) jusqu’à l’événement final (extinction du feu, par
épuisement du combustible ou en raison de l'action des services de secours). Ces événements
dépendent des caractéristiques de l’ouvrage (structure, activités, occupation et environnement), des
sources de danger et des conditions de développement et de propagation du feu. Le scénario
d'incendie tient également compte de l’impact potentiel sur les cibles que sont principalement, selon
les objectifs de sécurité retenus, les personnes, l’environnement ou les biens.

Le nombre de scénarios d’incendie susceptibles de se produire pour un ouvrage est considérable. Par
conséquent, il y a lieu de faire appel à une analyse des risques préliminaire afin de définir un
échantillon ciblé des scénarios les plus défavorables qui sera utilisé pour l’évaluation. Ces scénarios
sont appelés : « scénarios incendie d’étude ». Cet échantillon pourra être plus ou moins important,
selon que l'évaluation sera événementielle, probabiliste ou déterministe. Ce rapport présente une
méthode pour sélectionner ces scénarios d’incendie d’étude à utiliser pour la phase de l’évaluation de
la solution de conception, dans le cadre d'une approche d'ingénierie de sécurité incendie (cf. figure 1).

Le retour d’expérience, soit comme exemples de scénarios possibles soit d'un point de vue statistique,
étant l’un des éléments majeurs pour la sélection des scénarios d'incendie, des travaux à l’échelle
nationale ont été menés durant les 5 années du PN ISI. Des sinistres incendie ont été investigués
pour constituer des fiches scénarios permettant de mettre à jour des situations qui ont tendance à se
répéter pour un même type de bâtiment ou, au contraire, des scénarios atypiques qu'il aurait été
difficile d'envisager. Sur la base de ce retour d’expérience et de celui recueilli auprès de quelques
SDIS de France, un site web “ISIREX“ a été créé pour mettre en ligne un outil permettant de recueillir
des informations et d’effectuer des analyses statistiques sur des paramètres liés aux scénarios
d’incendie. Avant de dresser un bilan de ces travaux et des conclusions qui en ressortent, ce rapport
explique l’intérêt de disposer d’un retour d’expérience et la manière de l’utiliser dans une démarche
d’ISI.

_____________________________________________________________________________________________________
4/298
Périmètre du projet

Objectifs de sécurité
et critères associés

Proposition de solution de conception

Définition de scénarios d'incendie d'étude


OUI

Choix des méthodes et outils


Changements
d’évaluation
significatifs?
NON
Revue d’étude préliminaire

Exploitation
de l'ouvrage Evaluation de la solution proposée

Solution acceptable ? NON


Suivi de la
construction

OUI
Approbation de l'étude ISI Révision de la
proposition

Figure 1 : Processus de conception d’un ouvrage par application de l’ingénierie de la sécurité


incendie

_____________________________________________________________________________________________________
5/298
2 TERMINOLOGIE
Scénario d'incendie : Un scénario d’incendie est défini comme la description qualitative des
éléments clefs du déroulement possible d'un incendie, compte tenu des potentiels de danger identifiés
et des moyens de prévention, de protection et de prévision : contexte, inflammation, développement,
propagation, décroissance et extinction de l’incendie. Le détail d’un scénario consiste en un
enchaînement chronologique et logique d’évènements conditionnant le déroulement de l’incendie.

En bref : le scénario d’incendie est défini comme l’enchaînement d’événements qui jouent un rôle
dans le développement et l’activité de l’incendie, de son allumage à son extinction.

Feux de dimensionnement : Description quantitative des caractéristiques du feu, pour un scénario


d'incendie donné. Cette description peut correspondre à la donnée de l'évolution temporelle du
dégagement de chaleur. Les caractéristiques du feu sont alors calculées à partir de modèles de
développement du feu.

La confusion entre la notion de scénario et celle de feu de dimensionnement est souvent faite. Pour
illustrer la différence sur un cas concret, supposons que l'on étudie le comportement au feu d'un
élément de structure interne, lors d'un incendie se déclarant dans une chambre d'hôtel.

Un scénario d'incendie possible est :

- fenêtre et porte sont closes ;


- départ de l'incendie par allumage du matelas ;
- généralisation du feu à tout le matelas, conduisant à l'accumulation de fumées chaudes en
partie haute de la pièce ;
- flashover ;
- bris du vitrage de la fenêtre ;
- période de feu généralisé ;
- déclin de l’incendie par épuisement du combustible.

A ce scénario peuvent être associées différents caractéristiques de développement de feu, et donc


différents feux de dimensionnements. Ces derniers peuvent être caractérisés par des courbes de
dégagement de chaleur présumée en fonction du temps, dont les paramètres sont utilisés en tant que
données d’entrée d’outils destinés à calculer les actions thermiques sur un élément considéré.

Dans le dernier cas, on peut supposer par exemple que la puissance libérée par l'incendie suit une loi
en t2, tant que l'effet du confinement ne se fait pas ressentir. La limitation de l'apport d'air peut ensuite
limiter le dégagement de chaleur au sein du local selon la taille et la position des ouvertures existant
dans le local.

Scénario incendie d’étude : Un scénario d’étude est celui qui est jugé représentatif et enveloppe
d’un ensemble de scénarios incendie, il est utilisé pour évaluer l’impact sur les cibles au regard des
objectifs de sécurité à atteindre. Ainsi, par l’évaluation de la solution de conception vis-à-vis de
quelques scénarios d’études, il est possible de considérer que l’ensemble des scénarios couverts par
ces scénarios d’étude est pris en compte.

Scénario d’évacuation et de mise en sécurité : Il concerne les occupants et les tiers. Il s’agit de
définir un enchaînement d’événements, depuis l’événement initial (instant où la première personne
prend conscience de l'existence d'un feu) jusqu’à l’événement final qui peut être l’instant où toutes les
personnes seraient en sécurité. Un scénario d’évacuation et de mise en sécurité se construit sur la
base du type de population concernée et des caractéristiques du comportement humain ; il permet de
formuler des hypothèses sur le comportement des occupants d’un ouvrage en situation d’incendie.

Scénario d’étude : Le scénario d’incendie sélectionné, associé à un scénario d’évacuation, est


appelé scénario d’étude. Dans le cas où l’objectif de sécurité visé ne concerne pas la sécurité des
personnes, le scénario d’étude se limite au scénario d’incendie.

_____________________________________________________________________________________________________
6/298
3 MÉTHODE DE SÉLECTION DES SCÉNARIOS D’ÉTUDE
Ce chapitre précise les conditions d'application du chapitre 5 de la méthodologie générale (Action
A01). Il a pour but d’aider le praticien en ingénierie de la sécurité incendie à sélectionner les scénarios
d'incendie d’étude pertinents pour l’évaluation d'une solution de conception vis-à-vis d'objectifs de
sécurité recherchés.

Lorsque les objectifs de sécurité se rapportent à la sécurité de la vie et de la santé des personnes, il
convient de sélectionner également des scénarios de comportements humains. Les choix qui seront
faits dans chacun des deux types de scénario auront une influence sur les résultats de l’évaluation,
d’où l’importance de suivre un certain nombre d’étapes dans leur définition et sélection pour s'assurer
que l'ensemble des risques potentiels sont bien pris en compte.

3.1 LES DONNÉES D’ENTRÉE À RECUEILLIR

Les scénarios d’étude doivent prendre en compte les dangers que présente l’ouvrage et ses
caractéristiques intrinsèques. Il est nécessaire de recueillir les données d’entrée relatives aux étapes
intitulées « Périmètre du projet » et « Proposition de solution de conception » de la méthodologie
générale. Les caractéristiques dont dépendent les scénarios d’incendie peuvent se répartir suivant les
quatre domaines exposés dans les chapitres ci-dessous. Les tableaux en annexe 1 présentent de
façon synthétique toutes ces données d’entrée à recueillir.

3.1.1 Les caractéristiques de l’ouvrage

Elles sont formées par l’ensemble des éléments qui le constituent. On peut distinguer :

 l'environnement de l'ouvrage,
 les éléments de l'ouvrage. Il s’agit des différents locaux, ouvertures mettant en
communication les locaux entre eux.
 les éléments constitutifs du schéma de sécurité contre l’incendie de l’ouvrage. Il s’agit par
exemple d’un dispositif de désenfumage s’il existe, des portes ayant une performance de
résistance au feu.

3.1.1.1 Les éléments constitutifs de l'ouvrage

Les caractéristiques de l’ouvrage correspondent aux données géométriques et physiques du bâtiment


et de ses locaux. Les dispositifs constructifs de l'ouvrage jouent un rôle majeur dans le
développement de l’incendie, la propagation des fumées et gaz chauds, l’évacuation des occupants et
l’intervention des services de secours.

Le degré de détail de la description des caractéristiques de l'ouvrage dépend de la nature et de la


complexité de l’analyse d’ingénierie prévue. Les informations suivantes sont parmi les plus
importantes et les plus souvent requises :

 nombre d’étages au-dessus et en dessous du rez-de-chaussée ;


 les caractéristiques architecturales, comme la géométrie et la dimension des compartiments,
les matériaux de construction et conception des éléments de l’ouvrage (murs, planchers,
plafonds…) sont autant de paramètres qui peuvent affecter le développement de l’incendie et
la sévérité dans le local d’origine ;
 inflammabilité et propriétés thermiques des finitions intérieures (densité, conductivité
thermique, chaleur spécifique …) ;
 localisation et dimensions des ouvertures qui peuvent fournir l’oxygène nécessaire pour
alimenter un incendie (les portes, les fenêtres, leur type de vitrage…) ;
 les interconnections entre locaux ;
 la localisation, les dimensions et les propriétés des composants structuraux (matériaux,
propriétés thermiques, propriétés mécaniques, charges anticipées…) ;
 description des voies d’évacuation proposées.

_____________________________________________________________________________________________________
7/298
La nature et les propriétés des systèmes liés au fonctionnement de l’ouvrage doivent être déterminés.
Ceci implique entre autres de connaître :

 le réseau d’alimentation électrique de l’ouvrage ;


 le réseau d’alimentation en gaz de l’ouvrage et la plomberie plus généralement ;
 les équipements de ventilation.

3.1.1.2 Les équipements et mesures de sécurité mis en place

L’ensemble des caractéristiques des dispositifs et mesures de sécurité qui seront mis en place
dépendent de la proposition de solution de conception. Contrairement aux cas précédents, les
caractéristiques suivantes ne font pas nécessairement partie initialement de la définition du projet et
peuvent donc être plus facilement modifiées ou adaptées par le praticien de l’ISI suivant sa stratégie
de conception :

 localisation, performance attendue et fiabilité des moyens de protection actifs : par exemple, la
localisation des détecteurs et leur temps d’activation doivent être connus. L’estimation de la
fiabilité des systèmes de détection et d’extinction est indispensable. Indépendamment, il peut
être nécessaire de considérer les cas où ces systèmes peuvent ne pas être activés.

 caractéristiques des moyens de protection incendie passifs qui seront mis en place dans
l’ouvrage. Le détail et la position des fermetures censées protéger les communications entre
les locaux/compartiments doivent être déterminées.

 moyens humains particuliers mis en place dans l’ouvrage (formation, nombre…).

3.1.2 Les activités, le fonctionnement de l’ouvrage

La connaissance des caractéristiques de l'exploitation prévue de l’ouvrage vise à dégager des


informations qui permettront d'identifier les dangers inhérents aux activités qui y seront exercées.
Cette étape renseigne sur les conditions de réalisation de ces activités (types, modalités, produits
utilisés,…) et sur les conditions d'occupation (horaires, effectifs, …).

En lien avec l’activité qui est pratiquée, les caractéristiques suivantes jouent un rôle primordial pour
identifier les scénarios incendie potentiels:

- Les types de combustibles : Différents types de combustibles donnent des taux de


dégagement de chaleur différents et dégagent différents types de produits de combustion. Il
est donc important de connaître la constitution de la charge combustible en termes de nature
de matériaux (cellulosique, plastique, …), d'état (solide, liquide…), de densité… Il est
également nécessaire de disposer d'informations permettant d'estimer la nature des effluents
qui pourraient être émis selon les différentes situations d'incendie qui pourraient être
rencontrés. Quelques études récentes fournissent des données sur les types d’occupation de
charges calorifique dans différents types d’ouvrage (voir Action A10) ainsi que sur les débits
de pyrolyse (voir Action A11).

- Les charges combustibles : La quantité de combustible contenu dans l’ouvrage joue un rôle
très important dans le déroulement de l’incendie, ainsi que pour sa sévérité. Il est nécessaire
d’estimer la quantité de charge calorifique dans chaque local, ainsi que le type de combustible
qui peut être présent. La quantité de charge calorifique s’exprime en MJ/m². Des données
statistiques dérivées d’études sont disponibles pour différents types d’exploitation et de
bâtiment (voir Action 10 du PN ISI). Lorsqu’une charge calorifique doit être utilisée, il est
conseillé de choisir un fractile de 90% selon la distribution connue de la charge calorifique.

_____________________________________________________________________________________________________
8/298
3.1.3 L’environnement de l’ouvrage

Il peut être actif ou passif selon qu’il peut agir sur l'initiation et le déroulement de l'incendie dans
l’ouvrage (le vent par exemple) ou que l’incendie agit sur lui (le feu peut s’étendre à d’autres ouvrages
par exemple). La connaissance de l’environnement de l’ouvrage est par conséquent indispensable à
l’élaboration des scénarios d’incendie.

Il convient donc d'identifier :


 les phénomènes, en particulier géologiques et climatiques susceptibles d’avoir un impact sur
l’incendie (zone vulnérable à des risques naturels, région soumise à des conditions
climatiques extrêmes, …).
 les tiers potentiellement exposées aux risques générés par l’ouvrage considéré.
 les interactions avec les ouvrages, installations, équipements, voies de communication
avoisinants. Dans les cas où l’incendie peut se propager vers les ouvrages voisins, la
localisation de l’ouvrage sur le site peut être remise en question. Les propriétés des murs de
façade doivent être connues, c’est-à-dire leur comportement au feu, ainsi que leur
revêtement, la taille et la nature des ouvertures.

3.1.4 Les personnes (comportement humain)

Les occupants de l’ouvrage et les secours susceptibles d’être amenés à combattre un sinistre
constituent le groupe « personnes ».

3.1.4.1 Les occupants de l’ouvrage

Les occupants peuvent être à la fois considérés comme la cible de l’incendie et comme acteurs en
influençant le déroulement de l’incendie (ouverture d’une porte, déclenchement de l’alarme…).
Bon nombre de variables affectant le comportement des occupants sont difficiles à quantifier.
Néanmoins, même si la stratégie de sécurité incendie implique l’évacuation ou la mise en sécurité des
occupants, les facteurs suivants doivent être considérés :
 Population (nombre et densité) ;
 Seul ou accompagné ;
 Activités et état de vigilance (sommeil, …)
 La distribution (nombre, genre, âge, localisation, …) ;
 Les capacités physiques (mobilité, vitesse de déplacement, capacité sensorielles…),
 Les capacités cognitives (niveau de compréhension, connaissance des consignes d’urgence,
capacité d’interprétation d’un signal d’alarme, de prise de décision, d’indépendance,
comportement psychologique, raisonnement…),
 Le niveau d’assistance disponible (ressources humaines et matérielles),
 L'entraînement à réagir aux situations d’urgence (lutte contre les départs de feu, intervention,
exercices d'évacuation …)
 Familier de l’ouvrage (fréquentation des lieux).

Concernant spécifiquement le personnel, il faut considérer que ces personnes participent du


fonctionnement et de la vie de l’ouvrage. Elles connaissent donc les lieux et peuvent parfois être
impliquées dans les actions de protections des personnes en cas de feu (assurer par exemple le
transfert des patients en cas de feu dans un établissement de soins).

Ces caractéristiques fournissent des informations sur les réactions possibles des occupants face à un
incendie, sur leurs capacités à évacuer durant une alerte incendie ainsi que sur l’impact potentiel que
pourra avoir l’incendie sur eux (leur vulnérabilité). Voir également le chapitre 3.4 sur les scénarios
d'évacuation.

3.1.4.2 Les services de secours

Le temps d’alerte des secours doit être un des paramètres à prendre en compte dans les scénarios.

_____________________________________________________________________________________________________
9/298
L’action que peuvent avoir les services de secours (sapeurs pompiers) sur l’incendie est également un
facteur à considérer, tout en prenant en compte les incertitudes potentielles. Pour cela, il est utile
d’estimer les ordres de grandeur des temps d’accès sur les lieux de l’incendie, les types et la capacité
d’équipements…

3.2 LES SCÉNARIOS D’INCENDIE D’ÉTUDE

3.2.1 L’identification des scénarios d’incendie

L’identification des scénarios d’incendie consiste à ordonner les données d’entrée pour prévoir, par
analyse de risques, les scénarios susceptibles de se produire dans l’ouvrage. La phase d’identification
s’attache à définir les étapes essentielles de chaque scénario incendie en fixant les paramètres qui
concernent :

- Localisation du foyer initial ;


- Type de feu ;
- Eléments de l’ouvrage, systèmes et mesures impactant le développement de l’incendie ;
- Caractéristiques des occupants concernant leur impact potentiel sur l’incendie.

3.2.1.1 Etape 1 : Départ de feu

La définition du départ de l’incendie se fait en 2 étapes. La première est d’identifier les lieux de départ
possibles d’incendie via les potentiels de dangers. La seconde est d’identifier la cinétique du feu liée à
la localisation et aux caractéristiques du foyer initial.

La localisation et la caractérisation du type de feu nécessitent à ce stade d’identifier les combinaisons


de sources d’inflammation et les combustibles associés qui peuvent conduire à des feux significatifs.
Le retour d’expérience peut aider à identifier ces sources et ces éléments. A titre indicatif, les causes
et sources d’incendie les plus fréquemment citées concernent :
- les causes matérielles accidentelles comme les court-circuits ;
- les actes imprudents et comportement inadaptés : par exemple, l’action d’enfants ou de
personnes irresponsables, une négligence de fumeur… ;
- les causes criminelles qui consistent à initier l’incendie (feux de poubelles, de voitures…) les
accidents domestiques suite à l’utilisation d’appareils ménagers (fer à repasser, friteuse,
plaques électriques…) ;
- les causes liées aux activités industrielles et activités à risques où des outils, produits et
matériaux utilisés dans des process de fabrication peuvent engendrer un début d’incendie ;
- les causes naturelles : foudre, …;

 Localisation du foyer origine

Il s’agit ici de caractériser l’espace dans lequel l’incendie risque de se déclarer ainsi que sa
localisation spécifique à l’intérieur de cet espace. L’identification de la plupart des lieux de départ de
feu vraisemblables sera réalisée en se basant sur les statistiques, lorsqu'elles existent (cf. chapitre 4),
une estimation déduite de l’emplacement des sources de chaleur, des matériaux combustibles et des
personnes ainsi que tout retour d'expérience pour des activités similaires.

Concernant la localisation des foyers origine, il est possible de prendre en compte les principes
suivants [3] :

- les locaux contenant un grand nombre d’occupants ou ayant des biens vulnérables ;
- les feux qui rendent une partie des voies d’évacuation inutilisables ;
- les feux qui débutent dans des zones non visibles du bâtiment les rendant ainsi difficiles à
détecter, ce qui leur permet de monter en intensité avant d’être détectés ;
- les feux localisés qui vont solliciter les mesures de protection actives (ex : feu qui active un
sprinkler, feu à un étage au centre d’un espace qui génère de larges volumes de fumée…).

_____________________________________________________________________________________________________
10/298
 Type de feu

La définition du type d’incendie fait référence aux conditions initiales (intensité, vitesse de
développement) du feu, compte tenu de la source de chaleur initiale et aux premiers objets
enflammés.

3.2.1.2 Etape 2 : Propagation à des combustibles relai

L’objectif est d'estimer si le feu au niveau du foyer initial pourra se propager plus ou moins rapidement
à des combustibles à l'entour, créant ainsi des foyers secondaires.

3.2.1.3 Etape 3 : Systèmes/Eléments influents sur le feu

L’objectif est ici d’identifier et de définir les éléments de l’ouvrage étant susceptibles d’avoir un impact
significatif sur le développement du feu ou sur l’évolution des conditions de tenabilité. Ainsi, les
systèmes de protection passive et active doivent être identifiés et leur fonctionnalité caractérisée.

3.2.1.4 Etape 4 : Action des personnes

Par personne, on entend : les occupants de l’ouvrage (public, personnel), les tiers et les secours
susceptibles d’être amenés à combattre l’incendie. A cette étape, il s’agit de répertorier les actions
que les occupants peuvent avoir sur l’incendie. L’impact en résultant peut être favorable ou
défavorable sur le développement de l’incendie, la propagation des fumées, etc.

Par exemple, l’ouverture d’une porte d’un local où se situe le foyer origine pourra d’une part modifier
les conditions de ventilation du foyer et d’autre part, favoriser la propagation des gaz chauds et
fumées en dehors du local.

3.2.1.5 Etape 5 : Construction de l’enchaînement des événements possibles

Les étapes précédentes permettent, en identifiant les départs possibles, les éléments et les actions
humaines pouvant avoir un impact sur l’incendie, d’identifier les composantes possibles des scénarios
incendie. L’identification des événements possibles faite, il s’agit de les ordonner les uns par rapport
aux autres pour en constituer un enchaînement cohérent qui constituera ainsi le scénario d’incendie.
Les conséquences d’un incendie pourront être différentes suivant l’ordre des événements. Par
exemple, l’ouverture d’une porte en tout début d’incendie (propagation des gaz chauds en dehors du
local d’origine) pourra ne pas avoir le même impact que si celle-ci est ouverte alors que l’incendie
couve depuis un certain temps (possibilité de backdraft).

Cette étape de définition de l’enchaînement des événements consiste à se poser deux types de
questions :

1- sur l’enchaînement logique (possible) des événements ;


2- sur les ordres d’événements qui pourraient s’avérer aggravants.

3.2.1.6 Représentation des scénarios (ex : de l’arbre d’évènements)

La construction d’un arbre événement (ou de défaillance) permet de représenter de manière


exhaustive les scénarios recensés. Chaque paramètre pris en considération engendre un
embranchement de l’arbre et correspond à une évolution particulière de l’incendie. Le parcours de
l’arbre, depuis son origine (le départ de l’incendie) jusqu’à l’extrémité d’une de ses branches,
représente un scénario d’incendie.

A titre d’exemple, les évènements qui pourraient être considérés comme déterminants pour un cas
d’étude spécifique seraient les suivants [1] :

1) Localisation initiale du foyer : probabilité d’atteinte de conditions critiques suivant l’étage, le


local origine de l’incendie ;
2) Feu à flammes vives : probabilité pour le type d’ouvrage considéré ;

_____________________________________________________________________________________________________
11/298
3) Détection automatique de l’incendie : probabilité de fonctionnement / défaillance du
système ;
4) Extinction manuelle de l’incendie : probabilité de succès/d’échec en fonction des
caractéristiques des occupants ;
5) Extinction automatique de l’incendie : probabilité de fonctionnement / défaillance des
systèmes ;
6) Ouverture de porte : probabilité d’occurrence dépendant de la localisation des occupants ;
7) Embrasement généralisé et propagation : probabilités d’occurrence en fonction des
combustibles avoisinants ;
8) Intervention des services de secours : probabilité d’extinction dépendant notamment du
délai d’intervention et de l’état de l’incendie à l’arrivée des services de secours

L’arbre des évènements caractéristiques d’un incendie qui se développerait selon ces paramètres est
présenté en annexe 2.

D’autres outils d’analyse de risques sont utilisables pour établir l’enchaînement des évènements
possibles. Ils sont détaillés dans le rapport d’action 03.

3.2.2 La sélection des scénarios d’incendie d'étude

Suivant le type d’évaluation adoptée dans la suite de l’étude ISI, la démarche de sélection des
scénarios incendie peut différer :

- pour une démarche probabiliste : tous les scénarios identifiés dans les étapes précédentes
et représentés sur le ou les arbre(s) d’événements sont pris en compte. C’est l’évaluation de
la solution de conception avec ce grand nombre de scénarios qui permettra d’apprécier le
risque. Pour ce type de démarche, il n’est pas nécessaire d’aller plus loin dans la sélection
des scénarios d'étude ;

- pour une démarche déterministe : parmi les scénarios identifiés, seuls quelques-uns sont
pris en compte. Ces scénarios sélectionnés doivent être enveloppes et représentatifs de
l'ensemble des scénarios en termes de "gravité" vis-à-vis des objectifs de sécurité visés. Pour
ce type de démarche, les étapes suivantes permettent de sélectionner ces scénarios incendie
appelés scénarios d'incendie d’étude.

3.2.2.1 Etape 6 : Groupement des scénarios

Pour simplifier l’étape de sélection, les scénarios peuvent être groupés par similitudes, par exemple
tous les incendies qui débutent dans un même type de local, ou tous les incendies qui peuvent aboutir
à un événement redouté commun. La condition étant toutefois que les scénarios d'un même groupe
puissent être représentés par un nombre extrêmement restreint (de préférence un seul) de scénarios.

3.2.2.2 Etape 7 : Estimation de la probabilité d’occurrence

La probabilité d’occurrence de chaque scénario représentatif de groupes est estimée de façon plus ou
moins fine en déterminant la probabilité d’occurrence de chaque événement qui le constitue. Dans le
cas d’une approche déterministe, l’estimation de la probabilité de chaque événement peut se faire de
façon approximative car l’intérêt recherché par cette estimation est de pouvoir classer les scénarios
entre eux.

Pour les systèmes de protection actifs, comme par exemple les systèmes d’extinction automatiques,
la probabilité d’occurrence qu’ils aient un impact sur le développement de l'incendie se détermine à
partir de données sur leur fiabilité, leur disponibilité et leur efficacité.

La fiabilité est une donnée qui peut être fournie par le fabricant. La disponibilité et l’efficacité sont
généralement déterminées à partir du retour d’expérience.

_____________________________________________________________________________________________________
12/298
3.2.2.3 Etape 8 : Estimation des conséquences

Les conséquences attendues pour chaque scénario sont estimées à partir de l’importance des pertes
qui peuvent être engendrées par rapport aux objectifs de sécurité visés. Cette estimation est faite par
jugement d’expert.
Cette estimation peut se faire en considérant par exemple dans un même local le nombre de
personnes à proximité d’un foyer incendie. Plus le nombre de personnes sera élevé, plus les
conséquences potentielles seront importantes.

Remarque : il ne faut pas confondre avec la phase d’évaluation (Cf. chapitre 8 de la méthodologie) qui
consiste à faire une l’analyse précise des conséquences liées à chaque scénario d’incendie d’étude.

3.2.2.4 Etape 9 : Classement des risques

Les scénarios incendie sont ensuite classés et triés en fonction de leur risque qui peut être estimé
comme étant le produit de la probabilité d’occurrence et des conséquences (voir étapes précédentes).
Le risque estimé est à rapporter à chaque objectif de sécurité visé.

Ce classement des scénarios peut se faire à l’aide de matrices de criticité qui peuvent être
développées pour chacun des objectifs de sécurité ou exigences fonctionnelles concernées.
L’annexe 3 donne un exemple de classement de scénarios incendie par une matrice de criticité.

3.2.2.5 Etape 10 : Sélection des scénarios d'incendie d'étude

La sélection, ainsi que les critères de sélection utilisés, des scénarios d’incendie d'étude doivent être
justifiés et documentés. En principe, ce sont les scénarios présentant les risques les plus importants
pour chaque objectif de sécurité incendie (ou exigence fonctionnelle) qui sont sélectionnés, dans la
mesure où il peut être démontré qu'ils englobent tous les autres scénarios d'incendie du même groupe
qu'ils représentent. En d’autres termes, si les objectifs de sécurité sont atteints pour les scénarios
d'étude on peut en déduire qu'ils le seraient pour n'importe quel autre scénario non analysé.

3.3 CARACTÉRISTIQUES DES FEUX DE DIMENSIONNEMENT

Le développement du feu constitue un maillon essentiel d’un scénario d’incendie. L'expression


«développement du feu» désigne au sens large dans ce document l'ensemble des phénomènes
physiques se produisant pendant le déroulement de l'incendie. Le développement du feu correspond
entre autres aux écoulements de gaz, aux flux thermiques d'origine convective et radiative, à la
production des effluents, à l'évolution des pressions, etc.

Selon la manière dont le feu se développe, le déroulement du scénario d’incendie peut être très
différent et conduire à des conséquences diverses. Ainsi, il est important que le scénario d'incendie
prenne bien en compte les éléments exerçant une influence significative sur le développement du feu.

Afin de caractériser un scénario d'incendie d'étude, il est nécessaire d’associer à ce dernier des
caractéristiques type du développement de feu correspondant au cas considéré. L’ensemble de ces
caractéristiques constitue le « feu de dimensionnement ».

Un feu de dimensionnement est généralement associé aux phases de développement de feu


suivantes (cf. figure 2) :

- Une phase d’inflammation, caractérisée par différentes sources combustible et engendrant


des feux de natures différentes (feu couvant, feu vif…),
- Une phase de croissance, durant laquelle la température moyenne est faible et le feu est
localisé au voisinage de son origine ;
- Une phase de feu pleinement développé, avec une température moyenne élevée et où
l’embrasement est généralisé à tout le volume du compartiment ;
- Une phase de décroissance du feu correspondant à l’épuisement du combustible.

_____________________________________________________________________________________________________
13/298
Figure 2 : Évolution caractéristique de la température moyenne pour un feu de compartiment

Sur la figure 2, la courbe en pointillés représente l’évolution de la température lorsque des moyens
d'extinction sont employés avec succès.

La transition entre un feu croissant et un feu généralisé est appelée « flashover » (embrasement
généralisé); elle correspond à un embrasement soudain de l’ensemble des combustibles exposés. Le
flashover doit être vu comme un événement de courte durée marquant nettement le passage d’un
régime de feu croissant à un régime de feu pleinement développé.

Durant la période de feu généralisé, le taux de dégagement de chaleur atteint sa valeur maximale. La
phase de décroissance du feu est caractérisée par une diminution du dégagement de chaleur par
manque de combustible.

Un même scénario peut contenir plusieurs feux de dimensionnement : en effet, un incendie se


déclarant dans un compartiment et se propageant à un instant donné à un second compartiment fera
l’objet d’une étude en deux temps. Un premier feu de dimensionnement caractérisera l’incendie dès
son origine et pendant son développement dans l’enceinte d’origine, jusqu’à atteinte des conditions
critiques ; un second feu de dimensionnement caractérisera l’incendie à partir de ces conditions
critiques de propagation de l’incendie au second compartiment.

Les caractéristiques d’un feu de dimensionnement vont également dépendre des outils d'évaluation
qui seront utilisés par la suite (feu paramétrique, modèle à une ou deux zones, modèle de champ,
voire expérimentation…).

La caractérisation des feux de dimensionnement consiste, dans le cas de l'utilisation de modèles de


zones, en l’élaboration d’une courbe d’évolution du débit calorifique en fonction du temps. La courbe
est généralement décrite pour une pièce particulière ou pour l’espace d’origine du feu.

Trois types de sources d’information peuvent être utilisés pour la définition des données d'entrée : des
résultats d'essais de combustion, des données sur des foyers type, des tailles de feu théoriques.

3.4 LES SCÉNARIOS D’ÉVACUATION ET DE MISE EN SÉCURITÉ

Lorsque l’objectif de sécurité concerne la préservation de la vie et de la santé des personnes, des
scénarios d’évacuation doivent être élaborés et associés aux scénarios d’incendie d'étude.
L’élaboration de ces scénarios d’évacuation dépend des hypothèses formulées pour le scénario
d’incendie d’étude ainsi que des données liées à l’occupation de l’ouvrage.

Il est primordial de veiller à la cohérence entre les scénarios d’évacuation et les scénarios d’incendie
tout au long de la démarche.

_____________________________________________________________________________________________________
14/298
L’élaboration de ces scénarios d'évacuation et de mise en sécurité pourra suivre les étapes suivantes.
Il est également à noter qu'une spécification technique est en cours d'élaboration par l'ISO TC92/CS4
(document ISO CD 29761).

3.4.1 Identification des scénarios d’évacuation et de mise en sécurité

Sur le même modèle que pour le développement des scénarios d’incendie, l’identification des
scénarios d’évacuation consiste à ordonner les données d’entrée relatives aux occupants pour
formuler diverses hypothèses sur le comportement possible des occupants dans l’ouvrage. Il s’agit
notamment d'identifier les paramètres liés à ces données d’entrée pour dégager un ensemble de
scénarios possibles.

3.4.1.1 Etape 1 : Nombre et distribution des personnes dans l’ouvrage

Le nombre et la répartition des personnes au sein de l’ouvrage permettent de déterminer le nombre


de personnes potentiellement exposées aux effets de l’incendie. Cela rejoint les conséquences
potentielles déjà abordées en 3.2.2.3

La densité et le nombre des occupants peuvent être tirés d’étude statistiques, d'exigences
réglementaires ou déterminés par jugement d’expert. Ces valeurs doivent être estimées dans divers
cas d’exploitation, aussi bien en fonctionnement normal qu’en fonctionnement particulier (ex :
occupation d’un supermarché dans la période précédant les fêtes de fin d’année).

3.4.1.2 Etape 2 : Aptitudes comportementales

Les aptitudes physiques et cognitives des occupants de l’ouvrage peuvent affecter leurs capacités à
détecter et percevoir l’incendie, à comprendre la nécessité d’évacuer ou encore à pouvoir se déplacer
vers une zone sécurisée. Tous les facteurs liés aux occupants qui pourraient retarder leur évacuation
doivent être répertoriés. Il peut s’agir entre autres de leur âge, leur condition physique, leur état de
santé, leurs capacité psychomotrices…. La combinaison de ces facteurs aggravants doit également
être prise en compte.

3.4.1.3 Etape 3 : Activités

Les activités dans lesquelles les occupants peuvent être plongés lors de la survenance d'un incendie
impactent leur temps de réaction avant qu’ils décident d’évacuer. Un exemple caractéristique est celui
d’un hôtel où les personnes sont endormies.

3.4.1.4 Etape 4 : Personnel de l’ouvrage

Le personnel d’un ouvrage, suivant son entraînement et l’organisation de plans d’évacuation auquel il
doit répondre, peut influencer l’efficacité de l’évacuation des personnes. Les actions du personnel sur
l’évacuation des occupants peuvent être ressenties à différents stades :

- le personnel peut précipiter l’évacuation de certains occupants ;


- les diriger lors de l’évacuation ;
- s'assurer qu'il n'y a pas de personnes isolées ;
- etc.

3.4.2 Sélection des scénarios d’évacuation

3.4.2.1 Etape 5 : Matrice des caractéristiques du personnel

A partir des dangers identifiés à chaque étape précédente, une matrice regroupant les
caractéristiques des occupants est construite afin de pouvoir identifier quelles combinaisons de
facteurs pourraient être les plus critiques pour l’évacuation et la mise en sécurité. Le tableau ci-
dessous donne un exemple de ce type de matrice pour un complexe polyvalent.

_____________________________________________________________________________________________________
15/298
Localisation
Identification Nombre de Etat des
dans le Activité Personnel
du scénario personnes personnes
bâtiment
Ecoute de la Prêt à
S1 1000 Grande salle Alcoolisée
musique intervenir
S2 200 Petite salle …. … …
… …. …. …. …. ….
Tableau 1 : Matrice des caractéristiques des personnes de l’ouvrage

3.4.2.2 Etape 6 : Sélection des scénarios d’évacuation des occupants

Ces scénarios sont ensuite classés en fonction des risques qu’ils peuvent présenter en situation
d’incendie, ce qui nécessite d’estimer :

- leur probabilité en estimant la fréquence d’occurrence de chaque facteur. Ceci peut être
déterminé sur la base du retour d’expérience ou de statistiques faits sur le type d’ouvrage
similaire ou à partir du jugement d’expert ;
- les conséquences selon le temps jugé nécessaire pour l’évacuation ou le délai d'alarme et de
pré-mouvement.

La combinaison de ces 2 facteurs permet de classer entre eux et de sélectionner les scénarios qui
présentent le risque le plus élevé vis-à-vis du critère de performance à vérifier. Les scénarios
d’évacuation d’étude sont ceux qui présentent la pire configuration, tout en étant suffisamment
réalistes.

Cette sélection ne peut pas se faire sans préciser la stratégie d’évacuation choisie : c'est-à-dire s’il
s’agit d’une évacuation vers une zone de sécurité à l'extérieur du bâtiment, d’une évacuation vers un
refuge, à l'intérieur du bâtiment, d’une évacuation vers une zone d'attente sécurisée… Dans ce
dernier cas, il faut également compléter le scénario en prenant en compte les conditions nécessaires
pour assurer l'évacuation des personnes situées dans ces zones d'attente.

La sélection, ainsi que les critères de sélection utilisés, des scénarios d’incendie d'étude doivent être
justifiés et documentés.

_____________________________________________________________________________________________________
16/298
4 LE REX (RETOUR D’EXPÉRIENCE)
4.1 LE REX : UN OUTIL INDISPENSABLE

Qu’est ce que le retour d’expérience ?

De manière générale, le retour d’expérience participe à l’amélioration de l’efficacité de la prévention et


de la maîtrise des risques.

La Direction de la Sécurité Civile définit le retour d’expérience comme une démarche qui consiste à
utiliser le développement d’un événement réel comme une opportunité pour collecter l’expérience
individuelle de plusieurs acteurs et la réunir sous forme d’une expérience collective [4].

La démarche de retour d’expérience permet ainsi :

- D’identifier en détail l’évolution de l’événement dans ses diverses composantes (techniques,


humaines, organisationnelles, environnementales) ;
- De déterminer l’ensemble des actions entreprises, négatives et positives ;
- De construire des scénarii d’actions alternatives permettant de mieux gérer ces situations si
elles se reproduisent, en accédant à la connaissance tacite des acteurs.

Quel que soit le domaine concerné, il permet toujours de conserver la mémoire des événements, de
renforcer les liens entre acteurs, d’identifier les pistes de progrès afin d’améliorer le fonctionnement
des organisations et l'impact des réglementations.

Et plus particulièrement dans la sécurité incendie ?

Dans le domaine de la sécurité incendie le retour d’expérience a toujours été une source
indispensable pour orienter les choix du réglementeur. En effet, l’évolution de la réglementation
descriptive, s’est souvent faite à la suite de sinistres nécessitant une réaction de la part des pouvoirs
publics, visant à ce que les situations rencontrées ne se reproduisent pas.

Dans la démarche d’ingénierie de sécurité incendie, l'intérêt est le même, mais la réflexion est propre
aux dispositions à mettre dans un ouvrage spécifique, mais pas aux dispositions à mettre en place
pour un ensemble d’ouvrages.

Le REX dans l’ingénierie de sécurité incendie :

Dans la méthodologie dont le schéma d’application est présenté sur la figure 1, le REX intervient
principalement lors des phases de proposition de solutions de conception et de définition des
scénarios d’étude.

Dans la définition des scénarios d’étude, le retour d’expérience est une source d’information utile à
toutes les étapes de la méthode de sélection des scénarios d’étude présentées au chapitre 3 du
présent rapport.

Le retour d’expérience permet aussi bien de fixer des paramètres précis dans un scénario incendie
que de définir un scénario complet dans une configuration semblable à celle d’un sinistre passé. Le
retour d’expérience est par conséquent exploitable et présentable sous différentes formes :

- fiche scénario spécifique à un sinistre ;


- statistiques effectuées sur la base de nombreux sinistres.

_____________________________________________________________________________________________________
17/298
4.2 LE REX EXISTANT SUR LES INCENDIES EN FRANCE

Afin d’établir une base de données permettant l’étude statistique de paramètres à fixer dans le cadre
de l’application de l’ISI, des organismes français détenant un retour d’expérience significatif sur les
incendies en France ont été consultés. Cette consultation a permis d’ouvrir le dialogue avec divers
organismes des domaines suivants :

- sociétés d’assurances (FNSEA, AXA…) ;


- services de secours représentés pas la DSC, la FNSPF et la BSPP ;
- organismes publics (BARPI) ;
- publications : Sapeur Pompier magazine, Allo 18, Face au risque.

4.2.1 Le REX et les sociétés d’assurance

Bien que les assurances disposent de données sur le sujet, la profession ne souhaite pas
communiquer ses bases de données qui constituent le point fort de leur activité et de leurs
ressources. La possibilité de pouvoir utiliser ces bases de données pour des études ISI ne paraît
donc, pour l'instant, pas possible.

4.2.2 Le REX et les services de secours

Dans bon nombre de pays anglo-saxons, les sapeurs pompiers ne consacrent leur activité qu’aux
risques incendie. Ceci leur permet donc de pouvoir investiguer plus en détail les sinistres incendie et
constituer un retour d’expérience important.

En France, les interventions pour incendie représentent 8% de l'activité des sapeurs pompiers1 (figure
3). En partie pour cette raison, le retour d’expérience français n'est pas assez complet pour pouvoir
être appliqué en ISI. En effet, le retour d’expérience actuel répertorie des informations générales sur
les dommages humains, l’intervention, la répartition géographique des incendies, etc. mais pas sur
les paramètres propres aux scénarios incendie.

Figure 3 : Répartition des interventions des services de secours par nature

1
Ces chiffres et ce schéma sont tirés du rapport « Les statistiques des services d'incendie et de secours : édition 2010 »
disponible sur le site du ministère de l’intérieur [5].
http://www.interieur.gouv.fr/sections/a_votre_service/statistiques/securite_civile/2009/statistiques-2009/#

_____________________________________________________________________________________________________
18/298
Toutefois, des travaux de constitution de retour d’expérience sur les scénarios incendie sont peu à
peu mis en places au sein de la BSPP ou encore au sein de différents SDIS.

Au sein du Bureau prévention de la BSPP, la création d’un groupe d’investigation permet depuis
quelques années d’établir un retour d’expérience se renforçant d’année en année. Chaque année, un
rapport d’investigation est rédigé par ce groupe d’intervention, dans lequel sont étudiés plusieurs
paramètres sur l’ensemble des incendies investigués (140 investigations en 2008). Les paramètres
étudiés sont adaptés par type de bâtiment. Par exemple, pour les bâtiments d’habitation :

- locaux d’origine et causes d’incendie ;


- étude des propagations ;
- état des systèmes de désenfumage des escaliers ;
- décès sur feux d’habitation.

D’autres paramètres particuliers peuvent être étudiés tels que les propagations en façade et les feux
de toitures.

Enfin, suite à des conventions passées entre certains SDIS et Procureurs de la République
permettant de prendre en compte les compétences de ces SDIS dans des procédures judiciaires à la
suite d’incendies, un groupe de travail, nommé RCCI (Recherche des Causes et Circonstances des
Incendies), piloté par la Direction de la Sécurité Civile, vise à harmoniser l’enseignement et les
pratiques de l’investigation pour tous les SDIS de France prêts à s’engager dans cette voie.

Le retour d’expérience significatif recueilli dans le cadre de ces procédures par les SDIS impliqués
n’est pas encore accessible car les sinistres en question font l’objet de procédures judicaires, bloquant
ainsi toute autorisation d’exploitation des données tant que l’affaire judiciaire n’est pas menée à terme.

4.2.3 Le REX et les organismes publics

La base de données ARIA (http://www.aria.developpement-durable.gouv.fr/barpi_3252.jsp), mise à


jour par le BARPI pour le ministère du développement durable, recense les incidents ou accidents qui
ont, ou qui auraient pu porter atteinte à la santé ou la sécurité publiques, l'agriculture, la nature et
l'environnement. Pour l'essentiel, ces événements résultent de l'activité d'usines, ateliers, dépôts,
chantiers, carrières, élevages classés au titre de la législation relative aux Installations Classées, ainsi
que du transport de matières dangereuses.

A ce jour, la base ARIA recense plus de 32 000 accidents ou incidents survenus en France ou à
l'étranger. En évolution permanente pour s'adapter aux besoins, elle permet de collecter un grand
nombre d'informations. Ces dernières sont utilisées pour établir des bilans, rédiger des fiches
techniques et des recommandations ou réaliser des études à la demande d'industriels, de bureaux
d'étude, d'experts, de sociétés d'assurance, d'organismes de recherche ou de formation ou encore de
services administratifs (DREAL) ou de secours.

4.3 LE REX DU PN ISI

En collaboration avec la Direction de la Sécurité Civile, plusieurs niveaux de recueil d’informations sur
les incendies en France ont été définis pour alimenter le retour d’expérience pendant le PN ISI :

 Niveau 1 : enquête simplifiée après sinistres. Afin de constituer une base de données
nationale sur les incendies, les services de prévention au sein des SDIS de France
renseignent un questionnaire simplifié et mis en ligne sur le site www.isirex.fr. Ces données
ont pour seul but d’être exploité statistiquement sur ce même site.

 Niveau 2 : Une enquête d’investigation sur site de certains sinistres ayant présenté des
scénarios de développement de feu particuliers, afin d’identifier les paramètres dominants
ayant pu influencer le développement du feu. Ce niveau d’enquête vise à retrouver, le plus
précisément possible, les scénarios de développement et de propagation du feu. Chaque
investigation sur sinistre donne lieu à un rapport d’investigation, qui sert d’une part de fiche
scénario instructif qui peut être exploité dans son ensemble et d’autre part, à alimenter la base
de données sur le site www.isirex.fr pour l’exploitation de statistiques.

_____________________________________________________________________________________________________
19/298
4.3.1 Les statistiques

L’exploitation des statistiques consiste à déterminer les paramètres influençant le développement de


l’incendie, relatifs aux combustibles, à l’état initial des ouvertures, aux conditions de vent… Pour
mettre en évidence les conséquences les plus marquantes concernant un ensemble de feux possibles
dans un bâtiment donné, l’identification des paramètres les plus influents et l’estimation de leur poids.
Cette démarche peut également être exploitée pour repérer les actions les plus efficaces à la mise en
sécurité de l'ouvrage.

4.3.1.1 Le site : www.isirex.fr

Ces données recueillies sur des paramètres précis relatifs aux scénarios d’incendie ont été
récupérées à partir du questionnaire mis en ligne sur le site www.isirex.fr. Ce site permet également
de consulter en ligne des statistiques établies automatiquement à partir de la base de données
constituée.

Après une première orientation avec support papier envoyés via la DSC, la création d’un site web
s’est avéré être le moyen le plus adapté pour recueillir des informations sur les sinistres incendie afin
de constituer un retour d’expérience en France. Le site est composé de plusieurs parties :

- saisie des données, par un questionnaire évolutif mis en ligne ;


- consultation des données par l'entité ayant effectuée la saisie ;
- études statistiques sur des paramètres liés aux scénarios incendie, qu'elles concernent le
niveau national ou uniquement un département.

Ces fonctionnalités sont présentées plus en détail en annexe 4.

Le questionnaire en ligne a été développé par un groupe de travail au sein du PNISI auquel ont
participé plusieurs organismes tels que a Brigade des Sapeurs Pompiers de Paris (BSPP), le
Laboratoire Central de la Préfecture de Police (LCPP), PlasticsEurope, le Laboratoire National de
Métrologie et d’Essais et le CTICM. Ce questionnaire a de plus été soumis aux commentaires de la
Fédération Nationales des Sapeurs Pompiers de France (FNSPF).

Le questionnaire en ligne est évolutif dans le sens où il s’adapte à la complexité du sinistre.

Le site web www.isirex.fr, est le seul outil existant dans le domaine du retour d’expérience sur les
incendies en France qui permette un recueil de données et à la fois la mise en ligne de résultats
statistiques. A travers ses multiples fonctions et possibilités d’évolutions, cet outil peut être une source
d’information précieuse pour tous les acteurs du secteur de la sécurité incendie en France.

Tout l’enjeu pour que ce site soit crédible est de faire en sorte que les sinistres soient régulièrement
saisis par les services de secours, et ce quelle que soit l’ampleur du sinistre afin de ne pas avoir de
statistiques biaisés qui pourraient ne porter que sur les sinistres incendie les plus importants. Dans ce
cas, les statistiques n’auraient plus la même portée et leur interprétation en serait faussée.

4.3.1.2 Les statistiques consultables : bilan

Les statistiques en ligne sur le site en fin de projet du PN ISI sont effectuées sur une soixantaine de
sinistres.

En l’état actuel, l’étude statistique ne permet pas, en l’absence de données plus nombreuses, de tirer
des conclusions définitives sur les paramètres pouvant influencer le développement du feu, les modes
spécifiques de propagation, les durées d’incendie ou encore des phases de propagation du feu.

_____________________________________________________________________________________________________
20/298
4.3.2 L’investigation sur sinistre

4.3.2.1 Objet de l’investigation

Comme pour les données recueillies au niveau 1 du retour d’expérience, l’investigation permet
d’identifier de façon qualitative les éléments et paramètres ayant eu une influence déterminante sur le
déroulement des différents incendies. Cette liste d’éléments et de paramètres identifiés servira par la
suite à attirer l’attention de l’ingénieur de sécurité incendie sur des points critiques lors de l’élaboration
de scénarios d’étude (cf. chapitre 3).

L’investigation permet également de reconstituer et de répertorier des scénarios qui peuvent être
utilisés dans leur ensemble dans une étude ISI, si la configuration de l’ouvrage faisant l’objet d’une
étude ISI est assez proche de celle ayant fait l’objet de l’investigation.

4.3.2.2 Partenariats établis pour l’investigation

L’intervention sur sinistre d’une équipe d’investigation a nécessité la mise en place de conventions
entre les autorités représentées par le LCPP et les membres participant à l’enquête (CTICM, CSTB,
CERIB, INERIS, IRSN, ACCOR). Ce partenariat a été mis en place pour intervenir sur les sinistres en
région parisienne dans des délais très courts.

D’autre part, une convention entre la BSPP et le CTICM a permis de mettre à disposition du CTICM :

- les bulletins de renseignements quotidiens (BRQ) qui permettent d’informer en un temps très
court des événements particuliers. A partir de ce bulletin, une identification des incendies
pouvant faire l’objet d’une investigation sur sinistre est possible ;
- les rapports minute qui apportent des éléments sur la chronologie des événements dans le
cas où les sinistres donnent lieu à des investigations ;
- les rapports techniques complémentaires (RTC).

Ces données ont permis de présélectionner les sinistres faisant l’objet d’investigation.

4.3.2.3 Bilan des investigations effectuées

Au total, 35 sinistres ont été investigués durant les 5 années du PN ISI. Les éléments recueillis lors de
ces visites ont été soigneusement analysés et ont fait l’objet de rapports d’investigation visant à
retracer les scénarios incendie. L’annexe 5 présente quelques uns de ces rapports d’investigation.

La majeure partie des sinistres investigués ont eu lieu dans la région parisienne. En effet, seuls 4
sinistres sur 35 se sont déroulés en province. Il est donc important de considérer ces scénarios avec
le contexte propre à la région parisienne qui constitue un cas particulier par son service de secours et
ses infrastructures qui peuvent être spécifiques.

Même si ce nombre de sinistres investigués reste relativement faible par rapport aux sinistres qui ont
réellement lieu, des tendances ont été relevées entre des paramètres/événements et des
conséquences. En effet, la configuration du bâtiment et son occupation sont parfois déterminantes sur
l’issue du sinistre. Le cas le plus manifeste est celui de certaines habitations parisiennes où le
scénario type peut se caractériser par un départ dans la cage d’escalier, suivi d’une propagation dans
les étages par la cage d’escalier, ce qui a pour conséquence d’intoxiquer toute personne ouvrant sa
porte d’entrée donnant sur celle-ci. De même, pour quelques incendies, il est possible d’identifier des
dangers comme les travaux de rénovation ou même de construction sur un bâtiment.

D’autres sinistres donnent également des exemples de propagations verticales en façades ou par le
biais des balcons sur lesquels les habitants avaient stocké du combustible. Il est également important
de signaler que dans ces cas, il s’agissait de bâtiments d’habitation datant des années 70 et avant.
Ainsi, leur façade ne répondait pas en partie aux exigences de la réglementation actuelle pour les
habitations.

_____________________________________________________________________________________________________
21/298
Par ailleurs, les scénarios incendie dans les ERP sont très différents les uns des autres car dans ce
type d’ouvrage, les configurations et les types d’exploitation y sont très différents.

En ce qui concerne le recueil d’information sur le comportement humain et plus généralement sur les
scénarios d’évacuation, peu d’éléments ont pu être recueillis. Pour mener ce genre d’investigation
coûteuse en temps, il est indispensable de mener des enquêtes auprès des occupants des ouvrages
sinistrés dans les jours qui suivent le sinistre. Toutefois, lorsqu’il y a décès, notamment dans le cas
des habitations, il est évident de mettre en avant des comportements humains à risques. Par
exemple, les habitants d’un bâtiment peuvent chercher à évacuer par la cage d’escalier alors que
l’incendie s’y développe.

_____________________________________________________________________________________________________
22/298
5 CONCLUSION SUR LES SCÉNARIOS INCENDIE
La sélection des scénarios incendie est l’une des étapes essentielles dans la démarche d’ingénierie
de sécurité incendie. Les scénarios sont au cœur de la réussite et de la robustesse des solutions qui y
seront proposées.

Le guide de sélection de scénarios d’étude présenté au chapitre 3, permet à l’ingénieur de sécurité


incendie de se poser les bonnes questions sur les scénarios et leurs paramètres à prendre en compte
pour la phase d’évaluation de la solution de conception, que ce soit dans le cas d’une démarche
d’évaluation déterministe ou probabiliste.

Cette démarche de sélection des scénarios d’incendie vient en complément de scénarios qui
pourraient être imposés réglementairement, comme cela se fait dans certains pays anglophones (cf.
annexe 6).

Le retour d’expérience, qu’il soit utilisé pour s’inspirer de scénarios qui eurent lieu dans des situations
et configurations similaires au cas d’étude, ou qu’il soit utilisé pour constituer des bases de données
exploitées statistiquement, est une source d’informations indispensable pour le choix des scénarios.

La mise en place d’un retour d’expérience efficace demande un investissement important en temps et
en moyens. Ainsi, ce sont les organismes dont le cœur de métier est en lien direct avec le risque
incendie qui sont le plus à même de recueillir sur les lieux sinistrés ce retour d’expérience le recueil
d’un REX plus détaillé et utilisable pour l’ISI tend à se développer au sein de la profession des
sapeurs pompiers (cf. bureau prévention BSPP et groupe RCCI).

Ainsi, dans l’esprit de la base de données ARIA (cf. chapitre 4.3.2), mais élargie à l’ensemble des
sinistres incendie en France, le site www.isirex.fr vise à constituer un outil de référence utilisable par
l’ensemble des acteurs de la sécurité incendie dont l’ingénieur de sécurité incendie.

Les perspectives de travail dans le domaine des scénarios incendie dans un avenir proche concernent
principalement :

- l’alimentation d’un retour d’expérience qui soit commun à tous les acteurs de la sécurité
incendie (par le biais du site www.isirex.fr par exemple) ;
- le retour d’expérience sur les scénarios d’évacuation en situation d’incendie.

_____________________________________________________________________________________________________
23/298
6 RÉFÉRENCES BIBLIOGRAPHIQUES

[1] Evaluation of a Fire Risk Index Method for Multi-storey Apartment Buildings, Hans Hultquist, Björn
Karlsson, Lund, 2000

[2] Fire Scenario – George V. Hadjisophocleous & Jim R. Mehaffey – The SFPE Handbook of Fire
Protection Engineering – Fourth Edition

[3] ISO/TS 16733 :2006

[4] Mémento - Direction de la Défense et de la sécurité civiles Sous direction de la gestion des risques
– La conduite du retour d’expérience – Elément de culture professionnel – 2006

[5] Site internet du ministère de l’intérieur :


http://www.interieur.gouv.fr/sections/a_votre_service/statistiques/securite_civile/2009/statistiques-2009/#

_____________________________________________________________________________________________________
24/298
ANNEXE 1 – SYNTHÈSE DES DONNÉES D’ENTRÉE DES SCÉNARIOS
La quantification des paramètres caractéristiques d’un l’ouvrage fait appel à des données issues de
disciplines telles que la mécanique, l’électricité, l’architecture ou l’agencement intérieur de l’ouvrage.

Une illustration du type de données requises pour mener à bien une définition des scénarios est
figurée dans le tableau ci-dessous :

THEMATIQUE VARIABLES LIEES


Subdivisions - Longueur, largeur, hauteur de compartiments
internes - Localisation et dimensionnement des voies d’évacuation
- Espace et géométrie des compartiments (hauteur, configuration de plafond)
- Inflammabilité et propriétés thermodynamiques des fournitures d’intérieur
- Matériaux de construction et propriétés des murs, cloisons et plafonds
Dispositifs de
- Position, taille et nombre d’ouvertures ou éléments de faible résistance pouvant être
construction
source de ventilation (fenêtres, portes, …)
- Configuration et localisation des espaces cachés (plafonds suspendus, …)
- Nombre d’étages supérieurs et inférieurs
- Localisation et taille des éléments porteurs
- Matériaux de construction et propriétés des éléments structuraux (conductivité
Aspects
thermique, caractéristiques des connections, …)
structuraux
- Caractéristiques des matériaux de protection, le cas échéant
- Charges structurales de conception
- Charge calorifique globale par type d’ouvrage
Charge incendie
- Variation prévisible de la charge incendie au cours de la vie de l’ouvrage
Annonce de - Type d’alarme (voix, sonnerie, …)
l’alarme - Niveau de pression minimal
Système de - Type de détection (fumée, UV / IR, chaleur, …)
détection - Caractéristiques des détecteurs (localisation, type de détecteurs, …)
Systèmes - Types et caractéristiques des systèmes (mode d’extinction, caractéristiques
d’extinction d’activation, densité ou concentration de décharge, localisation des têtes,…)
Equipements de - Localisation, capacité et caractéristiques des équipements de ventilation
service - Localisation et capacité des équipements de distribution électrique
Fonctionnalité - Effectif prévisible (heure par jour et jour par semaine)
Intervention - Localisation, caractéristiques et temps de réponse des services de secours
- Température ambiante interne et panel de températures externes
Facteurs
- Niveaux sonores ambiants
d’ambiance
- Conditions potentielles de vent (rose des vents)

Caractéristiques de l’ouvrage – grille synthétique

Cette étape de quantification peut être soit développée de manière préliminaire dans le cas d’une
approche descriptive, soit intégrée à la solution de conception développée ultérieurement.

Le niveau de détail des données de caractérisation d’un ouvrage dépend de la complexité de l’analyse
envisagée : dans le cas de l’étude d’un sous système, seuls les facteurs clés de conception seront
explicités ; pour un projet de conception d’un ouvrage dans sa totalité par contre, toutes les
caractéristiques seront revues et quantifiées.

- Caractéristiques des occupants :

Une illustration du type de données requises pour caractériser les occupants d’un ouvrage est
figurée dans le tableau ci-dessous :

_____________________________________________________________________________________________________
25/298
CARACTERISTIQUES VARIABLES LIEES
- âge, mobilité, nombre, des personnes pouvant être présentes
Comportements humains - Phénomènes de groupe, famille
- effets possibles de panique
- Reconnaissance des files d’attente
- Niveau de conscience des occupants
- Actions préférentiellement entreprises
Temps de réponse des
- Familiarité avec l’ouvrage
occupants
- Tracé (agencement) de l’ouvrage
- Eclairages
- Signalisation
- Réceptivité : habilité à ressentir le son de l’alarme (peut inclure
également le discernement et la discrimination envers certaines
informations visuelles, olfactives et auditives)
- Réactivité : habilité à interpréter correctement des informations et à
mener les actions appropriées qui en découlent (peut être fonction des
Caractéristiques
capacités cognitives, vitesse de réaction d’instinct, dynamique de
de réponse
groupe, …)
- Mobilité : caractérise la vitesse de déplacement et déterminée par des
capacités individuelles, des phénomènes de foule
- Sensibilité : métabolisme de réaction aux produits de combustion
(capacité des poumons, maladies pulmonaires, allergies, …)
Mouvement des - Nombre et largeur des dégagements, hauteur des marches, largeur des
personnes échelons, nombre et types d’escaliers
(Estimation du temps - Temps d’évacuation (méthodes de calcul, …)
total d’évacuation) -

Caractéristiques des occupants – grille synthétique

Dans l’estimation des comportements humains, une attention toute particulière doit être portée sur
l’incertitude des données exploitées.

_____________________________________________________________________________________________________
26/298
ANNEXE 2 – ILLUSTRATION DE SCENARIOS PAR ARBRE
D’ÉVÉNEMENTS

Un des scénarios (31) est identifié et peut faire l’objet d’une analyse spécifique, afin d’en estimer
l’impact. Le scénario peut être décrit comme tel : au sein d’un local situé dans une zone critique
(devant une issue…), un feu à flamme vive se déclare. L’incendie n’est pas détecté par un système
automatique, un occupant présent au moment de l’évènement ayant pu agir pour maîtriser l’incendie
dès les premières minutes. A ces évènements peuvent être associées des probabilités : probabilité
que l’incendie se déclare à cet endroit dans ce type d’ouvrage, probabilité que l’incendie qui se
déclare soit un feu à flamme vive (fonction du potentiel calorifique…), probabilité que l’incendie soit
détecté en fonction de la sensibilité, de la disponibilité et de la fiabilité du système, probabilité qu’une
personne présente maîtrise l’incendie (fonction du rôle de la personne, de son entraînement, de son
état de conscience…). Chaque paramètre considéré peut faire l’objet lui-même d’un arbre

_____________________________________________________________________________________________________
27/298
d’événements détaillant les composants spécifiques du paramètre. Cette approche simplifiée montre
que, en considérant quelques paramètres, et ce de manière simplifiée, un nombre relativement
important de scénarios potentiels est identifié. Le caractère de chaque paramètre et son impact sur
l’issue finale de l’incendie vont différer d’un cas à l’autre, et il serait utopique de vouloir en généraliser
la portée.

Plus le nombre de paramètres considéré est important, plus le niveau de détail de l’étude l’est mais
plus le niveau d’incertitude des données est susceptible de croître.

_____________________________________________________________________________________________________
28/298
ANNEXE 3 – EXEMPLE DE CLASSEMENT DE SCÉNARIOS
Pour la protection de la santé et de la vie des occupants, 4 niveaux d’intensité des conséquences
peuvent être utilisés :
- Négligeable : blessures négligeables ;
- Faible : Blessures mineures et incapacité temporaire ;
- Modérée : Blessure sérieuse, incapacité permanente, hospitalisation indispensable ;
- Elevée : Blessure très grave, menace pour la santé et la vie de la personne.

Ces échelons ou degré de gravité peuvent aussi être définis non pas en fonction de la gravité de la
blessure comme ci-dessus, mais en fonction du nombre de personnes qui peuvent être touchées par
les effets de l’incendie.

En termes de dommages sur les biens, les 4 niveaux ci-dessous peuvent aussi être définis :
- Négligeable : peu de dommages au bâtiment, très peu de travaux de restauration ;
- Faible : dommages chiffrés en dessous du seuil de X€, les dommages sont réparables en peu
de temps, pas d’impact sur l’environnement du bâtiment ;
- Modéré : dommages chiffrés en dessus du seuil de X€ mais en dessous d’un seuil fixé à Y€,
des équipements ou parties importantes ont été détruits, peu d’impact sur l’environnement du
bâtiment ;
- Elevé : dommages chiffrés en dessus du seuil de Y€, le bâtiment est détruit, impact important
sur l’environnement du bâtiment.

Comme pour la gradation des conséquences des scénarios, une échelle doit être déterminée pour la
fréquence. Suivant le même mode que pour les conséquences, les fréquences peuvent être classées
de façon quantitative ou qualitative.

Voici un exemple de niveau de fréquence qui peut être proposé [2] :


- Courant : incident qui peut se produire souvent sur la durée de vie du bâtiment (ex :
f  110 2 an ) ;
- Rare : incident qui n’est pas censé se produire durant la vie du bâtiment (ex :
10 4 an  f  110 2 an ) ;
- Extrêmement rare : incident qui ne se produira probablement pas durant la vie du bâtiment (
10 6 an  f  110 4 an )
- Marginal : tous les autres incidents ( f  110 6 an ).

Avec ces échelles de classement de fréquence et de gravité, une matrice de criticité comme ci-
dessous peut être élaborée. Une fois les matrices de criticité construites, les scénarios avec les
risques élevés doivent généralement faire l'objet d'une modification des dispositions constructives
afin, en seconde analyse, de les faire venir dans les risques modérés. Puis parmi les risques
résultants, les scénarios conduisant aux plus élevés doivent être sélectionnés comme scénarios
d’incendie d’étude.

Fréquences Marginaux Extrêmement rare Rare Courants


6 4 4 2
Conséquences f  110 6 an 10 an  f  110 an 10 an  f  110 an f  1102 an
Elevé

Modéré

Faible

Négligeable

Risque négligeable Risque faible Risque modéré Risque élevé

_____________________________________________________________________________________________________
29/298
ANNEXE 4 – SITE ISIREX
A4-1 DÉVELOPPEMENT DU SITE
Le site a été développé à l’aide du logiciel Dreamweaver. L’utilisation de phpMyAdmin pour gérer la
base de données permet à la fois de faire des modifications sur les données stockées (par exemple
l’ajout d’un nouveau mode de propagation) et de les analyser en temps réel. En termes d’analyse,
phpMyAdmin autorise les recherches multicritères (par exemple le nombre de blessés par intoxication
et système de désenfumage mécanique présent).

A4-2 STRUCTURE DU SITE


Pour la gestion du site, il existe trois niveaux d’accès permettant différent types d’utilisation :

- Le niveau utilisateur : il permet de remplir des questionnaires, de consulter ceux remplis


sous le même compte d’utilisateur et de consulter les statistiques au niveau national et pour
le seul département dont il dépend.

- Le niveau administrateur : il ne permet pas de remplir de questionnaire mais permet de


consulter tous les questionnaires de la base de données. Pour veiller à la cohérence des
informations rentrées dans les questionnaires, l’administrateur a la possibilité de les classer
suivant 3 catégories : A valider, Validé ou Refusé. Seules les données des questionnaires
Validés sont prises en compte dans les statistiques.

- Le niveau super-administrateur : il ne permet pas de remplir de questionnaire mais permet


de consulter, supprimer et modifier les questionnaires de la base de données. Il permet de
gérer et créer les comptes d’utilisateurs mais aussi de créer les type de paramètres
statistiques étudiés qui pourront être consultés par les utilisateurs.

A4-3 UTILISATION DU SITE


L’adresse www.isirex.fr oriente l’utilisateur sur la page d’accueil du site sur laquelle apparaît un texte
de présentation sur l’Ingénierie de sécurité incendie (ISI), sur le retour d’expérience et sur l’intérêt de
constituer un recueil d’informations sur les sinistres incendie en France.

Sur cette même page, la lettre du directeur de la DSC à l’attention des préfets de département sur
l’intérêt de collaborer au recueil de données sur les incendies dans le cadre du PN ISI est en
téléchargement. Enfin, une zone de saisie permet aux utilisateurs de s’identifier et d’accéder au
diverses parties du site.

Questionnaire en ligne

Après identification et autorisation d’accès au site, l’utilisateur accède directement à la première page
du questionnaire.

Le questionnaire évolue en fonction des réponses qui sont faites aux premières questions posées.
Lors de la saisie des informations sur un sinistre, il est possible d’abandonner à n’importe qu’elle
étape, ce qui signifie que les données rentrées jusqu’au moment de l’abandon ne seront pas
enregistrées. Au contraire, si l’utilisateur clique sur le bouton “reprendre plus tard“, le questionnaire est
enregistré et peut être récupéré ultérieurement dans la partie “enquête remplie en ligne“.

Attention, les champs marqués d’un astérisque rouge doivent impérativement être remplies pour
pouvoir passer à l’étape suivante. Des contrôles sur la cohérence des dates et des chiffres peuvent
aussi empêcher de passer à l’étape suivante tant que l’information erronée n’est pas corrigée.

_____________________________________________________________________________________________________
30/298
ERP
Par incendie 1. Date du sinistre, lieu ORGANIGRAMME DU QUES TIONNAIRE - ISIREX
2. Interlocuteur SP
(nom, fonction, tél, IGH
email)
Habitation

2. Type (s) établissement (s)


C oncerné ( s) : Etablissement Industriel et
commercial soumis au code Loca lisation des victimes (cases à cocher) :
(multichoix) - local d’origine Constat du pompier opération (case à cocher) :
du travail - Carbonis ée
- local immédiatement contigu
- local voisin - Intoxiquée
ICPE - circulation commune - Défenestrée
- autre local : …. - Autre : ….
Tunnel - Si plusieurs établissement s : lequel ?

Autre : …

Nb Pompiers : … Pour chaque victime


Décès : oui / non oui
Nb Civils : …
3. Victime(s) oui / non oui
Propagation Horizontale :
Nb Pompiers : … - porte
Blessés état grave oui (nbre) / non oui - cloison
- conduit/gaine/trave
Nb Civils : … rsée de câble
Si porte Porte ouverte ? oui/non
- faux plafond
Nb Pompiers : … Ou sans réponse
oui - plancher
Blessés état léger oui (nb re) / non
- toiture/comble
Nb Civils : … - Inconnue
- Autre :…
Estimation du nombre d’évacué : … évacués

4. Présence d’occupants Nb Sauvetage(s) : …


lors de l’incendie oui Si horizontale
(oui/non/inconnu)
Nb Mise en sécurité : … Propagation verticale:
- Plancher haut ;
- Plancher bas ;
Propagation de l’incendie (multichoix) : - Façade ;
5. Étendue de l’incendie : - Horizontale Si verticale - Cage d’escaliers ;
- Un local ; Si > 1 local - Verticale - Conduit/gaine/traversée
- Plusieurs locaux ; de câble ;
- Un niveau entier ; - Chute de matériaux
- Plusieurs niveaux ; Surfa ce sinistrée annoncée dans le dernier - Inconnue
- Bâtiment complet ; message : … m² - Autre :…
- Plusieurs bâtiments ;

Type d’élément effondré/affaissé : ( multichoix ) :


- Mezzanine ;
- Plancher ; Si plancher ou mezzanine…
- Toiture/couvertur e
- Mur ;
- Autre : … Période de construction du bâtiment conc erné par l’incendie (multichoix) :
- avant 1950
6. Effondrement/Affaissement constaté Oui - 1950- 1975
de la structure du bâtiment ? - 1975- 2000
N ature de la structure effondrée /affaissée (multichoix) : - après 2000
- Béton ; - inconnue
- Bois ;
- Métallique ;
- Pierres
Heure Feu circonscrit (date) - parpaings
- Autre : …
7. Déclin/ fin de l’incendie
(Au moins 1 des 3 champs renseigné ) Heure Feu maitrisé

Case à cocher (multichoix) :


Heure Feu éteint - Travaux sur la voie publique ;
- Véhicule en st ationnement sur la voie
8. Types et nbr de lances incendie : pompier ;
- … Q1, … Q2 , … Q3, … Q4 - Portail fermé ;
- … lance(s) c anon(s) ; Accessibilité aux lieux sinistrés - Site clos ;
- … Queue de paon - Travaux en façade du bâtimen t ;
- … lance(s) Cobra ; - Digicode ;
- Autres : … BI/PI : problème d'accessibilité - Porte blindée ;
- Autre :…

9. Difficultés rencontrées lors BI/PI : problème de


oui
de l’intervention ? oui/non disponibilité
Système d’extinction automatique Fonctionnement ? oui/non +
Colonne(s) sèche/humide commentaires
Inutili sable
D ésenfumage mécanique Foncti onnement ? oui/non +
Autre : … commentaires
Protecti on active
Exutoire s de fumée Fonctionnement ? oui/non +
comm entaires

Autre
10. Avez -vous constaté la présence d’un système oui
de détection / protection active ? (oui/non)

Présence DAI ?
Détection

Présence DA A F ?

___________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________
31/298
DETAIL POUR LA RUBRIQUE « TYPES
Type (case à cocher) : J, L, M, N, O, P, R,
D’ETABLISSEMENTS SINISTRES» - ISIREX W, X, Y, PA, CTS, SG, PS, EF, OA, GA,

Catégorie (menu déroulant) :


- 1ère catégorie ;
ERP - 2ème catégorie …
- Sans réponse

Effectif normal
Effectif présent lors de l’incendie

Classe (menu déroulant) :


- GHA ;
- GHO …
IGH
Effectif normal
Effectif présent lors de l’incendie

Famille (menu déroulant) :


- 1ère famille
- 2ème famille …
Habitation

Effectif normal
Effectif présent lors de l’incendie

Types établissements
concernés :
(multichoix)

Activité (champ à
Etablissement Industriel et remplir) :
commercial soumis au code
du travail Effectif normal
Effectif présent lors de

- Déclaration ;
- Autorisation ;
- Seveso
- Sans réponse

Nomenclature
ICPE

Effectif normal
Effectif présent lors de

Longueur du tunnel (champ à


remplir) : … m

_____________________________________________________________________________________________________
32/298
Consultation des enquêtes remplies

Dans la partie qui permet de consulter les enquêtes remplies par son entité, il est possible de les
retrouver à partir des fonctions :

- Filtrer en fonction d’un critère de date ou d’un critère de lieu, c'est-à-dire que seuls les
questionnaires répondant à l’un de ces deux critères ou aux deux à la fois apparaîtront à
l’écran. Cette fonction vise à faciliter la recherche d’un questionnaire pour un utilisateur qui
aurait rempli un grand nombre d’enquêtes ;
- Classer par date de l’incendie, du plus récent au plus ancien ou par lieu dans l’ordre
alphabétique ;

Le filtrage et le classement sont deux fonctions qui peuvent se cumuler.

L’utilisateur peut à tout moment consulter ses questionnaires et a la possibilité de les modifier dans un
délai de 2 mois après leur création. Passé ce délai, les réponses du questionnaire sont figées, seul
l’administrateur aura la possibilité de les modifier exceptionnellement.

Pour savoir si les enquêtes sont utilisables pour les statistiques elles prennent trois états :

- Etat dit “Validée“ : cet état est attribué par l’administrateur aux enquêtes dont les réponses
sont jugées cohérentes. Dans cet état, les réponses du questionnaire sont prises en compte
dans les statistiques. Si un questionnaire est validé par l’administrateur avant que les 2 mois
ne soient écoulés et qu’une modification est faite par l’utilisateur dans cet intervalle de temps,
le questionnaire sera remis à l’état attribué par défaut qui est “A Valider“ ;
- Etat dit “A Valider“ : il s’agit de l’état par défaut qui est attribué au questionnaire tant que
l’administrateur n’a pas vérifié la cohérence des réponses ;
- Etat dit “Refusée “ : lorsque l’administrateur, après relecture du questionnaire, a détecté des
incohérences. Dans ce cas, la personne ayant rempli le questionnaire sera contactée par
l’administrateur pour modifier les champs erronés en vue de valider le questionnaire.

Exploitation des statistiques

L’onglet “Statistiques“ permet à l’utilisateur d’accéder aux multiples études statistiques sur les
paramètres renseignés des enquêtes dites “Validées“.

Comme pour la première version du site, parmi les informations analysées et disponibles sous forme
de graphique, on trouvera des données classiques comme la répartition des incendies par type de
bâtiments sinistrés, l’heure de détection…. L’analyse des données est réalisée au travers d’études
croisées de différents paramètres. Les paramètres statistiques analysés sont listés ci-dessous :

Les études statistiques sur ces paramètres peuvent être consultées sur 2 niveaux :

- Au niveau national (cf. figure 4) : les statistiques sont faites sur tous les questionnaires de la
base de données, c'est-à-dire sur les enquêtes remplies par tous les utilisateurs du site, SDIS
de France, BSPP et BMPM.

_____________________________________________________________________________________________________
33/298
- Au niveau de la zone couverte par l’entité d’affiliation auquel l’utilisateur appartient (cf.
figure 5) : les statistiques sont faites à partir des enquêtes remplies par tous les utilisateurs
appartenant à la même entité d’affiliation. Par exemple, pour un utilisateur rattaché à la BSPP,
les statistiques qu’il pourra consulter à ce niveau seront exclusivement issues des enquêtes
remplies par les utilisateurs rattachés à la BSPP.

A ce niveau, les statistiques peuvent être personnalisées et adaptées à chaque entité


d’affiliation en fonction des besoins en retour d’expérience sur des points particuliers
identifiés. L’étude statistique de paramètres spécifiques peut être intégrée à la demande de
l’entité d’affiliation auprès de l’administrateur du site.

Figure 4 : “Statistiques Nationales“

Figure 5 : “Statistiques de l’entité d’affiliation “

_____________________________________________________________________________________________________
34/298
ANNEXE 5 – INVESTIGATIONS SUR SINISTRES
A partir des rapports d’investigation accessible dans un document annexe, le tableau ci-dessous donnent un résumé de certaines données et scénarios
probables des sinistres investigués.

Réf. Type d’ouvrage scénario d'incendie probable Décès et Dommages constatés

F1 Foyer-logement - Mise à feu volontaire d’un matelas dans une chambre Sur un étage :
pour la partie - Ouverture de la porte de la chambre d’origine du foyer - Destruction chambre d’origine du foyer + quelques
habitation / ERP - Transmission du feu à tout le mobilier de la chambre et à certains éléments des parties communes
2ème catégorie éléments combustibles des parties communes - Dépôt de suies sur les parois dans les parties
communes
F2 ERP 5ème catégorie - Mise à feu criminelle de la toiture par un mouchoir enflammé - Bâtiment entièrement détruit
- Propagation vers l’intérieur de l’établissement à un stock de textile - Immeuble d’habitations touché par les gaz chauds
- Propagation aux habitations environnantes par rayonnement
thermique
F3 Entrepôt rubrique - Départ du feu dans une zone de stockage extérieure, au niveau - Destruction de la totalité du stockage de l’entrepôt sur ~
1510 de caisses en polyéthylène 3000m²
- Propagation du feu de l’extérieur vers l’intérieur de l’entrepôt par - Effondrement d’environ 1/3 de la toiture et de la
le bardage métallique (rayonnement) et par une grille d’aération charpente
(convection)
- Propagation de l’incendie à tous les éléments combustibles de
l’entrepôt
F4 Habitation R+5 - Mise à feu criminelle d’une ou plusieurs poussettes au RdC - Dans la cage d’escalier : combustion des éléments en
- Propagation de l’incendie aux éléments combustibles d’une partie partie basse et gaz chauds en partie haute
de la cage d’escalier - Dans les habitations : dégradation dues aux gaz chauds
F5 Habitation R+5 - Mise à feu criminelle d’une poussette au RdC - 3 décès
- Une conduite de gaz du 1er étage fond et alimente ensuite - Dans la cage d’escalier : combustion des éléments en
l’incendie partie basse et dommages dus aux gaz chauds en partie
haute
- Dans une habitation au dernier étage : un peu de noir de
fumée sur les parois

________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________
35/298
Réf. Type d’ouvrage scénario d'incendie probable Décès et Dommages constatés

F6 ERP (bar - Explosion de gaz suite à des travaux de voirie - 100% du bar restaurant et des habitations aux étages
restaurant) + - Pan de mur soufflé - Un pan de mur soufflé
Habitation - Torchère de gaz orientée contre la façade du bâtiment - La toiture et la cage d’escaliers brulées
F7 ERP (gymnase) - Départ de feu accidentel sur un tapis de réception, suite à des - Gymnase : suies sur les parois intérieures et baies
travaux de collage vitrées détruites
- Bris des baies vitrées de la salle - Habitation : suies sur les parois intérieures
- Propagation du feu à un 2ème tapis
F8 Entrepôt - Feu d’origine électrique dans l’entrepôt 60% du bâtiment détruit
- Propagation de l’incendie en différentes zones de l’entrepôt par la
toiture
F9 ERP en construction - Travaux de soudage à un niveau de l’ERP - Mise à nu des armatures suite à un éclatement important
- Etincelles tombant dans un local du niveau inférieur par une du plancher et du mur séparatif en béton armé
trémie - Fissuration des dalles et des murs au dessus du local
- Inflammation d’un matériau combustible et propagation à tous les sinistré
autres situés dans ce local - Destruction totale de certaines portes-fenêtres de façade
en double vitrage
F10 Garage automobile - Départ du feu accidentel sur une pompe à essence en réparation Effondrement du bâtiment très rapide après le début de
- Propagation du feu à plusieurs voitures l’incendie
- Effondrement partiel du bâtiment (environ 10 min après l’arrivée des secours)
- Propagation du feu à tout le bâtiment
F11 ERP type U (centre - Départ du feu dans une circulation du sous-sol contenant de Destruction d’une partie des voix de circulation au sous-
médical) nombreux matériaux combustibles sol et quelques petits locaux sur une surface de 25 m²
- Propagation du feu à des petits locaux du sous-sol
- Système SSI défectueux
F12 Entrepôt rubrique - Départ du feu dans une cellule de stockage de produits Destruction du stockage et du bâtiment sur 12 000 m²
1510 pharmaceutiques
- Propagation rapide à une autre cellule par une ouverture créée
dans un mur coupe feu pour permettre le passage d’un convoyeur

________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________
36/298
Réf. Type d’ouvrage scénario d'incendie probable Décès et Dommages constatés

F13 Habitation 3ème - Départ du feu dans le salon d’un appartement, suite à un mégot Destruction de l’appartement où l’incendie a débuté et
famille R+4 de cigarette sur un canapé destruction de la façade de l’immeuble
- Propagation en façade du bâtiment, en matériaux combustible
(polystyrène + toile) et ne répondant pas à la règle du C+D, avec
présence de garde-corps en PVC
- En même temps, propagation aux appartements de l’étage et à
une partie de la cage d’escalier par la porte de l’appartement
laissée ouverte
F14 ERP 5ème catégorie - Départ du feu dans un atelier de peinture Destruction de la totalité du bâtiment
type M, (atelier et - Propagation dans tout le bâtiment par le biais de nombreuses
stockage de portes ouvertes
peinture)
F15 Entrepôt / Atelier - Départ du feu suite à des travaux de pose de revêtement Incendie de toiture sans propagation à l’intérieur du
bitumineux en toiture bâtiment
- Pas de propagation à l’intérieur du bâtiment
F16 Entrepôt / Atelier - Destruction de la totalité du bâtiment
- Départ du feu dans une zone de stockage de tissus
- Propagation rapide au reste de l’établissement, notamment à - Quelques dommages localisés et mineurs pour les
cause d’un vent défavorable ouvrages voisins

F17 Habitation 4ème - Départ du feu dans le salon d’un appartement - Destruction de l’appartement origine de l’incendie
famille - Propagation en façade du bâtiment, due à des stockages - Destruction des balcons pour les autres étages sinistrés
combustibles sur les balcons, et à des garde-corps en PVC
F18 Entrepôt de Départ dans une zone de stockage et propagation à tout l’entrepôt - Effondrement de la structure vers l’intérieur du bâtiment
stockage (activité de - Destruction du bâtiment et de son contenu
dépôt – vente)
F19 Entrepôt de Départ dans une zone de stockage et propagation à tout l’entrepôt Destruction de la totalité de l’exploitation et du
stockage chargement
F20 ERP type X - Départ du feu dans un sauna Destruction totale du bâtiment
(Piscine) - Propagation du feu à la toiture, puis à la structure en bois de
l’établissement

________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________
37/298
Réf. Type d’ouvrage scénario d'incendie probable Décès et Dommages constatés

F21 Entrepôt de - Départ du feu au 1er étage de l’entrepôt au niveau d’un compteur - Destruction quasi totale du bâtiment et de son contenu
stockage de électrique - Une réserve séparée du reste du bâtiment par un mur en
produit de - Propagation à tout l’entrepôt due à une charge calorifique très parpaings n’a pas été touchée par l’incendie
maroquinerie importante et dense, et à une ouverture pour le passage d’un
escalier entre le RdC et le 1er niveau
F22 Entrepôt de Départ du feu dans une zone de stockage de vêtements, sans - Destruction de la structure du bâtiment localisée à 1
stockage de textile propagation aux autres cellules (zones éloignées les unes des poteau
autres, ~ 20 m) - Bardage localement détruit

F23 ERP 3ème catégorie - Départ du feu dans une réserve de textile du supermarché, en Perte du local de réserve et de son contenu
type M sous-sol
(supermarché) - Porte coupe-feu mise en marche évitant la propagation de
l’incendie aux autres locaux.
F24 Entrepôt de Départ dans une zone de stockage et propagation à une partie de Destruction d’une partie du contenu de l’entrepôt et
stockage de l’entrepôt destruction d’une partie de la toiture du bâtiment
mobilier
F25 Entrepôt frigorifique - Départ du feu dans un atelier où se trouvait un transpalette en Effondrement de la toiture, mais la structure verticale est
rubrique 1511 charge restée stable
- Propagation du feu aux panneaux sandwichs servant de faux-
plafond
- Propagation à tout l’entrepôt par le vide sous toiture commun à
toutes les cellules
F26 Entrepôt (fourniture Départ dans une zone de stockage et de stationnement, et Effondrement vers l’extérieur d’un panneau de bardage en
de bureaux de propagation à tout l’entrepôt plaques de béton cellulaire au moment de l’intervention
tabac) des sapeurs pompiers
F27 Parking souterrain + - Départ du feu au niveau d’un véhicule dans le parking - Destruction d’une vingtaine de véhicules
Habitation R+2 - Propagation aux autres véhicules - Effondrement d’une dalle en béton au niveau du plafond
du parc de stationnement, sur une surface d’environ 80 m²
F28 Installation chimique - Départ du feu au niveau d’un pré-concentreur d’une pompe Pas de dégâts importants
SEVESO - Alimentation de l’incendie par du cumène
- Dilatation de joints permettant la propagation à un étage supérieur

________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________
38/298
Réf. Type d’ouvrage scénario d'incendie probable Décès et Dommages constatés

F29 Parking souterrain + - Départ du feu au niveau d’une voiture Destruction d’une trentaine de véhicules, sur les 3 étages
Habitation R+18 - Propagation du feu aux autres voitures par les boxes du parking
communiquant entre eux
- Propagation aux étages du parking par un joint de dilatation
F30 Parking souterrain Départ du feu au niveau d’une voiture et propagation à 4 véhicules Destruction de 5 voitures

F31 ERP + Habitation - Départ du feu sur un scooter dans la rue - Destruction d’une trentaine de véhicules 2 roues, de 4
R+6 - Propagation à une rangée de 33 scooters voitures, et de 4 commerces
- Propagation aux magasins à proximité par leur vitrine - Les habitations ont été en partie endommagées par les
- Propagation de l’incendie dans un magasin et à l’étage supérieur suies des fumées, en dehors d’une chambre au R+2 qui a
par un escalier en colimaçon été totalement détruite
- Propagation dans une cours à l’arrière du bâtiment aménagée en
verrière
- Propagation à travers les locaux des arrière boutiques
F32 Silo de colza - Auto-échauffement au cœur d’une cellule Destruction partielle de 2 cellules
- Transmission de la chaleur par conduction dans une cellule
adjacente
- Auto-échauffement et dégagement de gaz inflammables dans
cette cellule
- Auto-inflammation des gaz et apparition d’une l’explosion
- Transmission de l’explosion dans la galerie
- Incendie dans les cellules à proximité
F33 Entrepôt (usine - Départ du feu dans un grenier servant de stockage d’emballages - 1 décès
agro-alimentaire) cartons et polystyrènes, à proximité d’un chauffe-eau - Destruction de tous les panneaux sandwich
- Apparition d’un phénomène thermique de type FGI - Effondrement d’une partie de la toiture
- Propagation rapide à tout l’établissement par les panneaux
sandwichs en mousse polyuréthane
F34 ERP (gymnase) - Départ du feu au niveau d’un boitier électrique Gymnase totalement détruit
- Embrasement généralisé rapide dans tout l’établissement dû à la
structure en bois lamellé-collé du gymnase
- Début de propagation à des bâtiments situés à 8 m.

________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________
39/298
Réf. Type d’ouvrage scénario d'incendie probable Décès et Dommages constatés

F35 Local de stockage - Départ du feu dans une circulation en sous-sol Bâtiment entièrement ravagé
pour particuliers - Propagation à travers un mur CF suite à un défaut d’étanchéité
- Trouées réalisées par les SP dans la dalle béton, propagation du
feu au RdC

________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________
40/298
ANNEXE 6 –SCÉNARIOS INCENDIE PRÉCONISÉS PAR LA NFPA 5000
La liste des scénarios d’incendie d’étude proposés par la NFPA permet à l’ingénieur ISI de vérifier
rapidement que les scénarios les plus communs ont bien été pris en compte. Ces scénarios types
sont à adapter suivant les spécificités de l’ouvrage :

1- Scénario prenant compte les caractéristiques de l’occupation et de la destination du bâtiment ;


2- Scénario où l’incendie bloque une issue d’évacuation ;
3- Scénario où l’incendie débute dans un local habituellement inoccupé mais qui peut mettre en
danger un grand nombre d’occupants dans un local voisin ;
4- Scénario où l’incendie débute dans une zone peu visible des personnes (difficilement
détectable) et où il peut potentiellement mettre en danger un grand nombre d’occupants dans
un autre local ;
5- Scénario où il s’agit d’un feu couvant proche de locaux à sommeil ;
6- Scénario où l’incendie est susceptible de mettre en danger les tiers ;
7- Scénario où l’incendie se propage en façade extérieure ;
8- Scénario où l’incendie se développe et se propage aux revêtements des parois intérieures ;
9- Scénario incendie quelconque avec un dispositif de sécurité défaillant parmi les autres étant
opérationnels.

_____________________________________________________________________________________________________
41/298
 
 
 
 
 

Annexe 7 – Recueil d'incendies réels 

_____________________________________________________________________________________________________
42/298
1 SINISTRE F1
1.1 RÉSUMÉ

Dans la matinée du 12 mars 2007 vers 7h45 dans un foyer-logement, un incendie est signalé. Il s’en
suit l’intervention de la BSPP. Il s’avèrera que l’occupant d’un des logements du second étage du
bâtiment se soit suicidé après avoir volontairement mis le feu dans son appartement et avoir laissé la
porte donnant sur le couloir ouverte en le quittant. Une autre personne fut gravement intoxiquée par
les fumées en ouvrant la porte de son appartement pour le quitter ou par curiosité. Les dommages suite
à l’incendie sont principalement localisés au niveau du second étage. Le local d’origine du feu a été
principalement touché par le feu lui-même et les effets thermiques de l’incendie, alors que les parties
communes ainsi que l’appartement de la victime par intoxication grave ont été touché par les fumées
dégagées par l’incendie.

1.2 BÂTIMENT

1.2.1 Description de l’établissement

Le bâtiment fut construit dans les années 1970, il est de 6 étages sur rez-de-chaussée et sous-sol
(Photos 1.1 et 1.2). Les parties communes au rez-de-chaussée comprennent un hall, une salle de
restauration, une salle d’activités et un bureau. Les étages sont desservis par un escalier encloisonné
et deux ascenseurs. On dénombre 14 appartements par étage ce qui fait une totalité de 70
appartements pour l’ensemble du bâtiment. Par ailleurs, ce bâtiment est isolé des tiers et chacune de
ses façades est accessible aux engins par l’extérieur.

Photo 1.1 : Vue du foyer-logement Photo 1.2 : Vue du foyer-logement

L’incendie s’est déclaré au second étage du bâtiment, dans la pièce principale d’un appartement
(Figure 1.1).

_____________________________________________________________________________________________________
43/298
Studio sinistré

Figure 1.1 : Plan partiel du 2ème étage

1.2.2 Réglementation

Cet immeuble est classé en logements-foyers pour la partie Habitation et en établissement recevant
du public du 2ème groupe pour les locaux communs.

D’après les renseignements recueillis par le LCPP et obtenus auprès de M. Pavio de la société IDF
Habitat propriétaire du foyer-logement, la partie Habitation n’a pas fait l’objet de modification
importante depuis le permis de construire, seule une isolation extérieure a été effectuée il y a environ
une quinzaine d’années. Cet immeuble relève donc des seules dispositions de l’arrêté du 10
septembre 1970 et de l’article R111-1 du Code de la Construction et de l’Habitation.

Pour les locaux communs n’ayant pas fait l’objet de modification depuis le permis de construire,
ces locaux relèvent des dispositions des chapitres I et II de l’arrêté du 4 novembre 1976 relatif aux
ERP.

1.2.3 Moyen de prévention/protection en place

- Présence d’un gardien 24h/24 dans un logement de fonction au 1er étage ;


- Un escalier encloisonné dont l’exutoire est commandé par un dispositif « tirez- lâchez »
disposé au dernier palier ;
- Un éclairage de sécurité réalisé au moyen de blocs autonomes habitation ;
- Un équipement d’alarme est disposé dans un placard technique au rez-de-chaussée.
Chaque niveau de logements dispose d’un déclencheur manuel et d’un diffuseur sonore installés
à proximité de l’accès à l’escalier et raccordé sur ce tableau. Aucun report d’alarme n’existe
dans le logement de fonction ;
- Les portes palières entre les halls et l’escalier sont à double battant équipées de ferme-porte.
Ces portes sont pare-flammes 1/2 heures d’après la réglementation du 31 janvier 1986.

1.2.4 Structure

Seules les cloisons internes aux appartements c'est-à-dire les cloisons séparant la salle principale de
la salle de bain sont en placoplâtre, le reste de la structure et des murs est en béton. Au sol, il s’agit
de lino sur une chape de béton.

1.3 LES ÉLÉMENTS RECUEILLIS

Les indices et éléments recueillis sur les lieux du sinistre peuvent être distingués suivant trois classes.

1.3.1 Le constat des dégâts causés par l’incendie :

Il s’agit de recueillir des éléments dont l’état est lié à la physique de l’incendie passé (Photos en
Annexe). A partir de ces dommages, il est possible de retrouver certaines caractéristiques physiques
des phénomènes passés ayant induit ces conséquences. Dans ce cas nous avons recueilli les
éléments suivants :

_____________________________________________________________________________________________________
44/298
- Le noircissement de la façade surplombant l’appartement sinistré (photos n°1.3).
- Le niveau de combustion des éléments recueillis dans le local d’origine du foyer (photo n°1.4).
- La déformation du radiateur (photo n°1.6) et l’état d’une prise électrique (photo n°1.7) présent
dans le local d’origine.
- Le bris de vitrage sur la fenêtre de la voix de circulation la plus proche de l’appartement
sinistré (photo n°1.5).
- Dans le couloir de la partie commune, la stratification de la fumée sur les murs est située à 1
m du sol à proximité de la porte de l’appartement sinistré. Cette stratification n’est plus à
première vue très visible lorsqu’on s’éloigne de l’appartement sinistré vers le hall. Il a été
observé que dans le hall du second étage, la totalité des parois est noire. En fait, cela ne
signifie pas la non présence de la stratification. Selon l’expérience du LCPP, la trace de la
stratification par le dépôt des fumées noires sur la partie supérieure du mur a été atténuée par
la condensation de l’eau provenant des arrosages des services de secours.
- Du noir de fumée recouvrait la partie haute (> 1,50m) des parois verticales d’un second
appartement. Le dépôt de noir de fumée n’était pas visible au plafond.
- Les objets présents sur le balcon du 3ème étage étaient dégradés. Un bac en plastique d’une
jardinière suspendu au balcon avait partiellement fondu. Un second bac posé au sol dans le
coin avait également partiellement fondu. Le volet extérieur roulant en plastique était intact
(nous avons pu le manœuvrer de l’intérieur). D’autres bacs en plastiques situés en retrait du
bord du balcon étaient intacts. L’intérieur du logement était intact.
- La salle de bain d’un appartement du 6ème a été enfumée. Par contre, les étages
intermédiaires n’ont pas été remplis de fumée.
- Le globe de verre de l’éclairage de la circulation proche de l’appartement sinistré était en
place.
- La goulotte en plafond proche de l’appartement sinistré est fondue sur quelques mètres (1 à 2
m).
- Les fauteuils des parties communes étaient intacts.
- L’intérieur des autres appartements visités du 2ème étage n’ont subit aucun dégâts.
- Une grande partie des portes des appartements ont été forcées par les services de secours
lors de leur mission de sauvetage.
- Les portes des deux appartements sont ouvertes ainsi que les fenêtres des balcons.

1.3.2 Le rapport de la BSPP :

Le témoignage des pompiers est précieux pour la reconstitution du scénario incendie car ils font partie
intégrante du scénario incendie par leur action sur l’incendie et l’évacuation des personnes. Le
rapport de la BSPP décrit précisément les faits et constations lors de leur intervention, néanmoins
voici quelques éléments supplémentaires utiles à la reconstitution de notre scénario :
- Au deuxième étage : la fumée remplit complètement le palier, la visibilité est nulle, la
température est supportable, le déplacement est possible avec un ARI.
- Les fumées avaient envahi la circulation horizontale commune du 2ème étage et sortaient sur
deux façades (Sud et Est) de l’immeuble par les fenêtres du logement sinistré et du studio
occupé par la personne intoxiquée.

1.3.3 Les témoignages :

Le témoignage des occupants du bâtiment, des victimes, des tiers et de l’ensemble des personnes
présentes sur les lieux lors de l’incendie présente un intérêt majeur dans la recherche de notre
scénario incendie. En effet, ces témoins peuvent donner bon nombre d’éléments survenus avant
l’arrivée des services de secours, notamment pour ce qui est des conditions initiales, des départs du
feu, des délais jusqu’à ce que l’alerte soit donnée... Dans notre cas, nous n’avons pas eu de
témoignage exploitable de la part des occupants, victimes ou tiers.

L’ensemble de ces éléments recueillis recoupés aux témoignages des différentes personnes
permettent de constituer un scénario incendie qui tente le plus fidèlement possible de se rapprocher
de l’incendie réel passé.

_____________________________________________________________________________________________________
45/298
1.4 LE SCÉNARIO INCENDIE POTENTIEL

Le scénario incendie potentiel est décrit par l’ensemble des événements survenus placés sur une
échelle chronologique associés au schéma de l’étage sinistré (2nd étage).

1.4.1 La chronologie du scénario

Description des événements du scénario incendie :

1. Les conditions initiales :

- Configuration exacte du local du foyer d’origine (voir le plan Figure 1.3) ;


- La charge calorifique n’est pas exactement connue de par l'absence de "chambre- type",
comme il serait possible d'en trouver dans les hôtels ou les hôpitaux, et de l'absence de
photos de l'appartement avant le sinistre ;
- Pour l’apport en comburant (air), la porte-fenêtre de la pièce principale donnant sur le balcon
est supposée ouverte ;

2. Le départ de l’incendie :

- Le local du foyer d’origine se situe dans la pièce principale, mais l’endroit exact dans la pièce
n’est pas connu ;
- L’élément de mise à feu n’est pas déterminé mais supposé classique, par allumette sur
matelas, papier, vêtements.

3. Après avoir mis le feu dans son appartement la personne quitte son logement par la voix de
circulation commune en laissant la porte d’entrée de celui-ci ouverte. La porte restera ouverte pour la
suite du scénario incendie.

4. La personne se défenestre par la fenêtre du couloir (voir Figure 1.2). La fenêtre reste donc
ouverte pour toute la suite du scénario.

5. Une personne d’un logement du second étage (voir Figure 1.2) ouvre sa porte d’appartement
pour une raison indéterminée. La porte fenêtre du balcon de ce logement étant ouverte un appel d’air
est crée, la fumée s’engouffre rapidement dans le logement, la personne est gravement intoxiquée et
tombe dans l’entrée de son logement. Les portes restent ouvertes dans la suite du scénario.

6. L’alerte est donnée auprès des pompiers vraisemblablement par un voisin.

7. et 8. La partie intervention comprend l’action menée par les services de secours dès leur arrivée
sur place jusqu’à l’extinction de l’incendie. Le rapport d’intervention apporte plus de précisions sur
cette phase du scénario incendie. Quelques éléments sont néanmoins rappelés :

_____________________________________________________________________________________________________
46/298
- Après l’appel d’alerte, s’en suit le départ de deux engins empruntant deux chemins différents
(procédure). L’engin est sur place à 8h03. Le second engin s’assure qu’aucun feu ne s’est
déclaré à l’adresse indiqué et rejoins le premier engin à 8h05.

- A 8h05, soit 10’ après la réception de l’appel, les pompiers sont sur place. Le chef d’agrès
effectue le premier diagnostic. Dégagement de fumée noire (pas de flammes visibles) de deux
appartements situés sur deux façades du deuxième étage (façade). Dégagement le plus
important : appartement sur façade.

Le chef d’agrès :

a. Envoie une équipe pour intervention par l’extérieur sur l’appartement du second étage
(façade). Elle évacue une personne par l’échelle. Celle-ci est sérieusement intoxiquée. Elle est
évacuée et transportée à l’hôpital.
b. Envoie des sapeurs en reconnaissance à l’intérieur de la résidence : Un sapeur emprunte
l’escalier non enfumé et ouvre l’exutoire.
c. Appelle des renforts (70 résidents à évacuer). Les pompiers de casernes avoisinantes sont
appelés sur place pour l’intervention.

9. Extinction de l’incendie.

1.4.2 L’emplacement dans le bâtiment des événements du scénario incendie

Figure 1.2 : Schéma du 2nd étage plaçant par ordre chronologique les événements clefs du scénario
incendie

_____________________________________________________________________________________________________
47/298
1.4.3 L’emplacement dans le bâtiment des dommages à l’issue de l’incendie

Fonte de gaines
plastiques

Photo 1.9

Photo 1.12

Escaliers
Photo 1.5

Photo 1.8

Photos Photos 1.13 et 1.14


1.10 et 1.11

Lieu du foyer d’origine


Zone fortement endommagée Murs de la salle de bain
par la fumée entièrement recouvert de
suies. Quelques éléments en
plastique ont fondu Dégâts en façade – Photo 1.3

Figure 1.3 : Plan de l’étage sinistré du bâtiment

_____________________________________________________________________________________________________
48/298
ANNEXE F1

Photo 1.3 : Dommages en façade

Photo 1.4 : débris issus de l'appartement suite au


déblai

Photo 1.5 : fenêtre dans la voix de circulation


jouxtant l’appartement

_____________________________________________________________________________________________________
49/298
Photo 1.6 : radiateur dans la chambre dont est Photo 1.7 : prise électrique dans la même
issu l'incendie pièce

Photo 1.8 : Circulation (à gauche, l'appartement ayant Photo 1.9 : Entrée de l'appartement
contenu le foyer primaire) de la personne intoxiquée

Photo 1.10 : appartement sinistré Photo 1.11 : appartement sinistré

_____________________________________________________________________________________________________
50/298
Photo 1.12 : voix de circulations communes et
fenêtre du lieu de défenestration

Photo 1.13 : Face externe Photo 1.14 : Face


de la porte d'entrée de intérieure de l'appartement
l'appartement sinistré sinistré

_____________________________________________________________________________________________________
51/298
2 SINISTRE F2
2.1 RÉSUMÉ

Dans l’après-midi du 5 mai 2007 à 14h19, dans un ERP de 5ème catégorie contenant un stock de
vêtements et sous-vêtements avec une partie showroom, un incendie est signalé. Il s’en suit
l’intervention de la BSPP sur les lieux. A l’origine de l’incendie, un adolescent lance d’une habitation
surplombant l’entrepôt un mouchoir enflammé sur la toiture de celui-ci. Les propos recueillis auprès de
la personne mise en cause sont admis sous réserve. De la toiture, l’incendie se propage aux stocks
de vêtements au RDC et au sous-sol de l’entrepôt puis aux bâtiments d’habitations et bureaux
encadrant l’entrepôt. Le jour de l’incendie, aucune personne n’était présente dans l’entrepôt. Les
seules personnes présentes dans les habitations et bureaux adjacents ont évacuées les lieux par
leurs propres moyens. Ce sinistre ne dénombre aucune victime ni dans l’entrepôt ni dans les
habitations alentours.

2.2 BÂTIMENT

Plusieurs bâtiments ayant été endommagés par l’incendie, il serait logique de procéder à leur
description et de récupérer leur plan pour obtenir une description complète de la cinétique et
propagation de l’incendie. Malheureusement dans un premier temps pour simplifier le recueil
d’information ces détails ne seront pas donnés. Une description simpliste des dommages sur ces
bâtiments en sera faite dans ce rapport. En revanche, on s’attarde sur l’entrepôt, le foyer principal de
l’incendie.

2.2.1 Description de l’établissement

Le bâtiment fut construit dans les années 1970, il comporte 2 niveaux, le RDC et le sous-sol. Au RDC,
à l’entrée du bâtiment se trouve un show room où des vêtements sont exposés. La partie
administrative se situe au fond du bâtiment dans une pièce séparée de la partie stockage par un mur
en moellon. Un escalier au centre du RDC non encloisonné mène au sous-sol (Photo 2.7). Une partie
du RDC de cet ERP avait des renfoncements dans les bâtiments d’habitation voisins, c'est-à-dire que
pour certaines parties le plafond de l’ERP correspondait au plancher des bâtiments d’habitation
annexes (Photo 2.7). La partie droite du bâtiment est délimitée par un mur (photos 2.1et 2.2). Le sous-
sol servait principalement de zone de stockage de tissus et de vêtements entreposés sur racks. Pour
plus de détails se reporter à la figure 2.1. Des ouvertures entre le sous-sol et le RDC étaient obturées
par des verres très épais.

_____________________________________________________________________________________________________
52/298
Figure 2.1 : Schéma du RDC de l’entrepôt détruit (vue de dessus)

Le sous-sol s’étend sous toute la surface du RDC du bâtiment avec une extension sur la partie droite.

_____________________________________________________________________________________________________
53/298
Figure 2.2 : Schéma du sous-sol de l’entrepôt détruit (vue de dessus)

L’incendie se serait propagé de la toiture de l’établissement au RDC, à partir de la partie


administrative.

2.2.2 Réglementation

Cet immeuble est classé en ERP de 5ème catégorie.

2.2.3 Moyen de prévention/protection en place

• Pas de moyens de protection constatés ;


• Un filet de protection en polyamide était tendu au-dessus de la toiture.

2.2.4 Structure

La toiture était en Makrolon/PMMA. Pour la partie centrale de l’entrepôt, la charpente métallique


(Photos 2.1, 2.2, 2.6 et 2.7) était scellée dans les murs environnants (Photo 2.11) des linteaux en bois
(Photo 2.6) semblaient aussi faire partie de la charpente. Le reste de l’entrepôt pour le RDC se situe
sous les bâtiments d’habitation (Figure 2.1), la toiture dans ces parties correspond au plancher des
habitations supérieures. La structure dans ces parties recouvertes par les habitations est en briques
(Photo 2.7 et 2.13).

Pour le sous-sol des piliers en acier soutenaient la dalle de béton (Photos 2.12 et figure 2.2). Le reste
de la structure était délimité par des murs en béton.

2.3 LES ÉLÉMENTS RECUEILLIS

Les indices et éléments recueillis sur les lieux du sinistre peuvent être distingués suivant trois classes.

_____________________________________________________________________________________________________
54/298
2.3.1 Le constat des dégâts causés par l’incendie :

Il s’agit de recueillir des éléments dont l’état est lié à la physique de l’incendie passé (Photos en
Annexe). A partir de ces dommages, il est possible de retrouver certaines caractéristiques physiques
des phénomènes passés ayant induit ces conséquences. Dans ce cas nous avons recueilli les
éléments suivants :
- Le niveau de dégradation sur les éléments dans les locaux d’habitation surplombants
l’entrepôt (Photo 2.14 à 2.21) ;
- La déformation des poutres constituant la charpente métallique (Photo 2.8 2.11) ;
- Bris de vitrage des fenêtres des bâtiments alentours (Photo 2.10) ;
- Dans un local (salon) du bâtiment d’habitation au 3ème étage, la stratification de la fumée sur
les murs est située à environ 1,50 m du sol ;
- Bris et déformation de verre sur la dalle en béton (Photo 2.22) ;
- Propagation de l’incendie à la toiture de l’immeuble d’habitation voisin par convection (Photo
2.9) ;
- Une pièce dans le sous-sol (partie hachurée de la Figure 2.2) n’est pas touchée. Les tissus
entreposés dans cette pièce n’ont subis que très peu de dégradations.

La Figure 2.3 replace les constatations dans l’entrepôt.

2.3.2 Le rapport de la BSPP :

Le témoignage des pompiers est précieux pour la reconstitution du scénario incendie car ils font partie
intégrante du scénario incendie par leur action sur l’incendie et l’évacuation des personnes. Le rapport
de la BSPP décrit précisément les faits et constations lors de leur intervention, néanmoins voici
quelques éléments supplémentaires utiles à la reconstitution de notre scénario :
- Lors de l’arrivée sur les lieux la dalle en béton vibrait, le feu semblait être pleinement
développé au sous-sol.
- L’accès est difficile et aux zones touchées par l’incendie pour les services de secours.
L’ensemble de ces locaux est enclavé dans les habitations alentours.
- A leur arrivée, les services de secours précisent un embrasement généralisé du RDC.
- Moyens déployés : 250 SP, 52 véhicules, 19 lances.

2.3.3 Les témoignages :

Le témoignage des occupants du bâtiment, des victimes, des tiers et de l’ensemble des personnes
présentes sur les lieux lors de l’incendie présente un intérêt majeur dans la recherche de notre
scénario incendie. En effet, ces témoins peuvent donner bon nombre d’éléments survenus avant
l’arrivée des services de secours, notamment pour ce qui est des conditions initiales, des départs du
feu, des délais jusqu’à ce que l’alerte soit donnée...

D’après les propos recueillis, un occupant des locaux d’habitations surplombant l’établissement
sinistré travaillait lorsqu’il vit tomber un objet non identifié par la fenêtre. Quelques minutes plus tard, il
aperçoit des flammes sortant de la toiture de l’établissement du coté de la partie administrative.

La personne ayant jeté l’objet par la fenêtre déclare qu’il s’agissait d’un joint enroulé dans un
mouchoir.

L’ensemble de ces éléments recueillis recoupés aux témoignages des différentes personnes
permettent de constituer un scénario incendie qui tente le plus fidèlement possible de se rapprocher
de l’incendie réel passé.

2.4 LE SCÉNARIO INCENDIE POTENTIEL

Le scénario incendie potentiel est décrit par l’ensemble des événements survenus placés sur une
échelle chronologique associés au schéma de l’établissement sinistré.

_____________________________________________________________________________________________________
55/298
2.4.1 La chronologie du scénario

________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________
56/298
Description des événements du scénario incendie :

1. Les conditions initiales :

- Configuration de l’entrepôt (voir les plans Figures 2.1 et 2.2) ;

- Une charge calorifique importante est répartie au sous-sol. Cette charge est principalement
constituée de tissus et d’enveloppes en polyéthylène ;

- Au RDC le local qui semble être touché en premier contient quelques vêtements sur cintre, et
des bureaux avec des fournitures standards.

2. Le départ de l’incendie :

Un chiffon/mouchoir, dans lequel un élément incandescent se consume, est jeté sur la toiture de
l’établissement. Cette version est retenue car un adolescent avoue avoir jeté ce chiffon, mais au vue
des conséquences il parait plus probable que le feu soir parti du RDC.

3. Très peu d’éléments nous permettent d’affirmer quels ont été les mécanismes, l’ordre et par
quels éléments s’est propagé l’incendie. La toiture a-t-elle pris feu et a enflammé à différents endroit
l’établissement ou le chiffon a-t-il percé la toiture en la faisant fondre pour tomber sur des vêtements.
La question reste posée.

4. La partie administrative serait le lieu de départ de l’incendie dans l’établissement, d’après le


témoignage du voisin.

5. De cette partie le feu se propage au stock et gagne le sous-sol où il gagne en puissance et


chauffe les habitations environnantes. Les gaz chaud se propagent.

6. Un voisins aperçoit des flammes sortir de la toiture du bâtiment du coté de la partie


administration.

7. L’alerte est donnée par de nombreux appels de voisins.

8. Le rayonnement thermique et les gaz chauds chauffent les habitations et bureaux voisins. Un
début de propagation d’incendie commence sous la toiture et dans certains locaux de l’immeuble
d’habitation (Figure 2.1, carré quadrillé).

9. Intervention des pompiers.

2.4.2 L’emplacement dans le bâtiment des événements du scénario incendie

Ce schéma est à relier avec la chronologie vue précédemment et aux photos en Annexe.

_____________________________________________________________________________________________________
57/298
Photo 2.10

Photos 2.14 Photo 2.22


à 2.18

Photos 2.3,
2.4, 2.5 et
2.9

Photo 2.2

Photo 2.6

Photo 2.8

Figure 2.3 : Schéma du RDC de l’entrepôt détruit (vue de dessus) – lien avec les photos

_____________________________________________________________________________________________________
58/298
ANNEXE F2

Photo 2.1 : Fond du bâtiment vu de dessus

Photo 2.2 : vu de dessus du bâtiment

_____________________________________________________________________________________________________
59/298
Photo 2.3 : dommages constatés dans le bâtiment d’habitation (plafond)

Photo 2.4 : plancher directement supérieur à l’ERP sinistré - Bâtiment d’habitation

_____________________________________________________________________________________________________
60/298
Photo 2.5 : local dans le bâtiment d’habitation

Photo 2.6 : Type d’éléments stockés

_____________________________________________________________________________________________________
61/298
Photo 2.7 : Dommages structurels

Photo 2.8 : Dommages structurels sur la charpente


_____________________________________________________________________________________________________
62/298
Photo 2.9 : toiture au 4ème étage du bâtiment d’habitation

Photo 2.10 : Façade de l’hôtel en vis-à-vis de l’ERP

_____________________________________________________________________________________________________
63/298
Photo 2.11 : Charpente celée dans le mur

Photo 2.12 : Dommages sur la couverture et charpente

Photo 2.13 : pilier en brique

_____________________________________________________________________________________________________
64/298
Photo 2.14 : Dégradation au 4ème étage

Photo 2.15 : Chambre au 4ème étage surplombant l’entrepôt

Photo 2.16 : dégradation sur un miroir dans une habitation au 3ème étage

_____________________________________________________________________________________________________
65/298
Photo 2.17 : dégradation sur une lampe dans une habitation au 3ème étage

Photo 2.18 : bougie fondue jusqu'à hauteur des gaz chauds (appartement 3ème étage)

Photo 2.19 : Bris de vitrage au 2ème étage dans l’immeuble partie bureau

_____________________________________________________________________________________________________
66/298
Photo 2.20 : Bris de vitrage et carbonisation du cadre de la fenêtre au 1er

Photo 2.21 : Bris de vitrage au 2ème étage dans l’immeuble partie bureau

Photo 2.22 : Bris de verre sur une ouverture communiquant entre le sous-sol et RDC

_____________________________________________________________________________________________________
67/298
3 SINSITRE F3
3.1 RÉSUMÉ

En fin d’après-midi à 18h28, le 7 mai 2007 dans un entrepôt de matériel de réception (chaises, tables,
vaisselle…), un incendie est signalé. Il s’en suit l’intervention de la BSPP sur les lieux pour éviter la
propagation de l’incendie aux entrepôts adjacents. L’entrepôt ce jour là était fermé et ne comptait
donc aucune personne à l’intérieur. Aucune victime n’est à déplorer. L’incendie semble s’être déclaré
à l’extérieur de l’entrepôt dans une zone de stockage puis s’est propagé à l’intérieur de celui-ci par
une grille d’aération. L’incendie est remarquable au niveau des dégâts structurels engendrés.

3.2 BÂTIMENT

3.2.1 Description de l’établissement

Il s’agit d’un entrepôt dont le permis de construire date de 1972. Il est à simple RDC avec un niveau
partiel en mezzanine. Dans la partie avant de cet entrepôt se trouvaient les bureaux, dans la partie
latérale gauche en mezzanine se situait vraisemblablement un atelier. Le reste de l’entrepôt était
destiné au stockage de matériel de réception (Figures 3.1 et 3.2). Il est possible de voir sur les figures
3.3 et 3.4 la répartition dans l’entrepôt des différents matériels retrouvés dans les décombres. Par
ailleurs, ce bâtiment comportait une extension sur le coté gauche qui a été épargnée par l’incendie.
Cette extension était séparée de l’entrepôt sinistré par un bardage métallique. Sur le coté droit se
trouvait un autre entrepôt de la chaîne Kiloutou (location de véhicules utilitaires). Seules les faces
avant et arrière permettaient l’accès des pompiers au bâtiment. La face avant donnait sur le parking,
la face arrière sur un espace clôturé et délimité par un bardage. Cet espace servait de stockage de
produits tel que des caisses en polyéthylène (Figures 3.1 et 3.2). Cet espace était accessible par les
pompiers par la cour d’une entreprise voisine.

Entrepôt voisin
Cuves

Voix ferrée

Stockage à l’air libre

Extension de
l’entrepôt
Entrepôt sinistré Entrepôt voisin
sinistré
indemne

Parking

Figure 3.1 : Vue d’ensemble du bâtiment et de l’entourage

L’incendie a débuté dans la zone de stockage à l’air libre (figure 3.2), vraisemblablement à un stock
de caisse en polyéthylène.

_____________________________________________________________________________________________________
68/298
Stockage à l’air libre Stock de caisses

Entrepôt sinistré

Parking

Figure 3.2 : Vue d’ensemble du bâtiment

3.2.2 Réglementation

Cet entrepôt est classé en installation soumise à déclaration n° 1510.

3.2.3 Moyen de prévention/protection en place

- Un système de RIA alimenté par un ancien réseau sprinkler ;


- Exutoires (voir photos) ;

3.2.4 Structure

Les murs extérieures constitué par du bardage métallique. Le sol ainsi que la mezzanine sont en
béton. La charpente est faite de poutres en béton maintenue par des poteaux en béton armé. La
couverture est faite de plaques métalliques avec isolant plus étanchéité bitumé. L’ensemble de ces
éléments est visible sur la totalité des photos en annexe.

3.3 LES ÉLÉMENTS RECUEILLIS

Les indices et éléments recueillis sur les lieux du sinistre peuvent être distingués suivant trois
classes :

3.3.1 Le constat des dégâts causés par l’incendie :

Il s’agit de recueillir des éléments dont l’état est lié à la physique de l’incendie passé (Photos en
Annexe). A partir de ces dommages, il est possible de retrouver certaines caractéristiques physiques
des phénomènes passés ayant induit ces conséquences. Dans ce cas nous avons recueilli les
éléments suivants :
- La déformation des éléments de bardage (Photos 3.1, 3.2, 3.3 et 3.13) ;
- Les dommages constatés sur les poutres béton (Photos 3.9, 3.10 et 3.14) ;
- Le niveau de combustion des éléments stockés dans l’entrepôt comme la vaisselle, les verres,
le plastique… (Photos 3.5, 3.7 et 3.8) ;
- Une flaque de polyéthylène de 10m  5m  5cm à l’endroit supposé du début de l’incendie
(Photo 3.4) ;
- Effet bilame sur certain murs de cloisonnement (Photo 3.11).

_____________________________________________________________________________________________________
69/298
3.3.2 Le rapport de la BSPP :

Le témoignage des pompiers est précieux pour la reconstitution du scénario incendie car ils font partie
intégrante du scénario incendie à travers leur action sur l’incendie et l’évacuation des personnes. Le
rapport de la BSPP décrit précisément les faits et moyens mis en œuvre lors de leur intervention
(Annexe).

3.3.3 Les témoignages :

Le témoignage des occupants du bâtiment, des victimes, des tiers et de l’ensemble des personnes
présentes sur les lieux lors de l’incendie présente un intérêt majeur dans la recherche du scénario
incendie. En effet, ces témoins peuvent donner bon nombre d’éléments survenus avant l’arrivée des
services de secours, notamment pour ce qui est des conditions initiales, des départs du feu, des
délais jusqu’à ce que l’alerte soit donnée…

Dans le cas de cet entrepôt, des vidéo surveillances d’une entreprise voisine montrent un
dégagement de fumée sur l’arrière du bâtiment, ce qui nous permet de localiser le début de l’incendie.

L’ensemble de ces éléments recueillis recoupés aux témoignages des différentes personnes
permettent de constituer un scénario incendie qui tente le plus fidèlement possible de se rapprocher
de l’incendie réel passé.

3.4 LE SCÉNARIO INCENDIE POTENTIEL

Le scénario incendie potentiel est décrit par l’ensemble des événements survenus placés sur une
échelle chronologique associés au schéma de l’entrepôt sinistré.

_____________________________________________________________________________________________________
70/298
3.4.1 La chronologie du scénario

2. DÉPART 4. Propagation de l’extérieur


INCENDIE vers l’intérieur de l’entrepôt 6. DÉTECTION 7. ALERTE

I. CONDITIONS 3. Feu à un stock de caisse en polyéthylène 5. Propagation de l’incendie dans l’entrepôt par les éléments
INITIALES situé à l'extérieur, au contact du bardage stockés

~18 h 20 18 h 28

8. INTERVENTION 9. EXTINCTION
SERVICES SECOURS INCENDIE

Fiche et rapport d’intervention des pompiers


DOMMAGES

18 h 36 23 h 47

________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________
71/298
Description des événements du scénario incendie :

1. Les conditions initiales :

- Configuration exacte de l’entrepôt (voir le plan en figure 3.4) ;


- La charge et la répartition calorifique n’est pas exactement connue dans tout l’entrepôt. Une
répartition succincte est faite à partir des éléments restant après le sinistre.

2. Le départ de l’incendie :

- L’origine est supposée criminelle ;


- Le foyer d’origine se situe dans la zone de stockage à l’air libre ;
- Dès le début de l’incendie des caisses en polyéthylène sont enflammée.

3. Le feu se développe dans la zone de stockage à l’air libre sur un stockage de caisses en
polyéthylène jouxtant le bardage de l’entrepôt (Photo 3.4). D’autres produits combustibles comme des
palettes sont dans cette zone.

4. Une propagation au travers du bardage métallique n’est pas à exclure. Cependant, la grille
d’aération proche du stockage des caisses enflammée à sans doute permis une propagation
accélérée de l’incendie vers l’intérieur de l’entrepôt.

5. Une fois dans l’entrepôt l’incendie se propage à divers éléments stockés. Les éléments
stockés dans la zone proche du début de l’incendie étaient des chaises et des tables en bois.

6. Un gardien d’une usine voisine détecte sur ses écrans de vidéosurveillance une fumée sortant
de l’arrière de l’entrepôt (coté zone de stockage à l’air libre).

7. Les pompiers sont alertés environ une dizaine de minutes après la détection.

8. Les pompiers arrivent sur les lieux. L’entrepôt n’ayant pas d’occupant, la mission des
pompiers consiste à limiter la propagation de l’incendie aux entrepôts voisins.

9. Extinction de l’incendie.

Dans la chronologie du scénario indiquée ci-dessus certains éléments sont manquants. L’instant et le
mode de propagation de l’incendie à la mezzanine est inconnue. Quelques hypothèses peuvent être
émises à ce sujet :

- Propagation directe de l’extérieur vers l’intérieur aux éléments stockés en mezzanine par une
grille de ventilation (Photo 3.2) ;

- Propagation par l’interstice entre le bardage et le plancher de la mezzanine ;

- Propagation par la partie centrale de l’entrepôt commune au RDC et à la mezzanine.

_____________________________________________________________________________________________________
72/298
3.4.2 L’emplacement dans le bâtiment des événements du scénario incendie

Ce schéma est à relier avec la chronologie vue précédemment.

Zone de stockage extérieure

Stockage de Propagation vers l’intérieur.


mobiliers en acier

Partie commune RDC et mezzanine Stockage de verre


Stockage de produit sur rack

Stockage de vaisselle-porcelaine
Photo 3.8

Figure 3.3 : Schéma vu du dessus du RDC de l’entrepôt plaçant par ordre chronologique les
événements clefs du scénario incendie

Zone de Stockage de tables et chaises en bois

Atelier

Partie commune RDC et mezzanine


Stockage de produits sur rack

Zone de bureau

Figure 3.4 : Schéma vu du dessus de la mezzanine plaçant par ordre chronologique les événements
clefs du scénario incendie

_____________________________________________________________________________________________________
73/298
ANNEXE F3

Chronologie d’intervention de la BSPP

_____________________________________________________________________________________________________
74/298
________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________
75/298
________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________
76/298
________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________
77/298
Photos

Photo 3.1 : Façade avant du bâtiment

Photo 3.2 : Façade arrière du bâtiment

_____________________________________________________________________________________________________
78/298
Photo 3.3: Dommages en façade (arrière du bâtiment)

Photo 3.4 : zone de stockage à l’air libre

_____________________________________________________________________________________________________
79/298
Photo 3.5 : Dommage structure et éléments stockés

Photo 3.6 : Type d éléments stockés

_____________________________________________________________________________________________________
80/298
Photo 3.7 : Type d’éléments stockés

Photo 3.8 : Dommages sur la vaisselle stockée sur rack

_____________________________________________________________________________________________________
81/298
Photo 3.9 : Dommages structurels sur la charpente

Photo 3.10 : Dommages structurels sur la charpente – Jonction poteau/poutre béton

_____________________________________________________________________________________________________
82/298
Photo 3.11 : Mur de cloisonnement – effet bilame

Photo 3.12 : Façade latérale entre l’entrepôt sinistré et l’extension

_____________________________________________________________________________________________________
83/298
Photo 3.13 : Dommages sur la couverture et charpente

Photo 3.14 : Dommages sur la couverture et charpente

_____________________________________________________________________________________________________
84/298
Photo 3.15 : Dommages sur la couverture et charpente

Photo 3.16 : Dommages sur la couverture et toiture

_____________________________________________________________________________________________________
85/298
Photo 3.17 : éléments de stockage- rack dans la partie centrale de l’entrepôt

_____________________________________________________________________________________________________
86/298
4 SINSITRE F4
4.1 RÉSUMÉ

Dans la soirée du 14 juin 2007 à 22h00 dans un immeuble à usage d'habitation R+5, un incendie est
signalé. Il s’ensuit l’intervention de la BSPP qui effectuera 14 sauvetages, 10 mises en sécurité et
découvrira 2 victimes décédées et 2 autres dans un état grave mais stationnaire lors de la phase de
recherche. L’incendie a débuté au RDC de l’immeuble dans la cage d’escaliers où étaient entreposé
des objets tels que des poussettes, vélos et trottinettes. L’incendie s’est propagé verticalement par
ces escaliers jusqu’au dernier étage. Plusieurs appartements ont été endommagés, d’autres sont
intacts. L’incendie a duré environ 1H30.

4.2 BÂTIMENT

4.2.1 Description du bâtiment

Ce bâtiment d’habitation R+5 comptant 20 appartements fut construit dans les années 1970 (Photo
4.1). Au rez-de-chaussée, un hall d’entrée contenant les boites aux lettres est séparé de la cage
d’escaliers par une porte vitrée dont le cadre et l’armature étaient en bois. Les entrées de deux
appartements et un bureau (salle d’archive) donnent sur cette cage d’escaliers. Les étages sont
desservis par un escalier non encloisonné. Il n’y a pas d’ascenseur. Par ailleurs, le bâtiment est
encadré de deux autres bâtiments d’habitation, seule une façade est accessible aux engins par la rue
(cette façade où se situe aussi l’entrée sera considérée comme la façade avant), la façade arrière
donne sur une cour intérieure qui n’est pas accessible aux véhicules de secours.

Photo 4.1 : Vue de la façade du bâtiment

L’incendie s’est déclaré dans la cage d’escaliers du bâtiment (Figure 4.1).

_____________________________________________________________________________________________________
87/298
Escaliers
Boites aux lettres
Porte d’entrée
Cour
Extérieure

Cantonnement en Compteur
Hall d’entrée partie supérieure d’électricité
(SAS)

Poussette n°1 + 2 patinettes


Poussette n°2 + vélo d’enfant
Figure 4.1 : Plan partiel du RDC

4.2.2 Réglementation

Cet immeuble est soumis aux exigences de la réglementation de l’Habitation.

4.2.3 Moyen de prévention/protection en place

- A chaque étage, un extincteur à eau pulvérisée de 6 litres (photo 4.2) ;


- Deux exutoires au dernier étage, dont un à la verticale de l’escalier et un dans les couloirs
(photo 4.3).

4.2.4 Structure

Il s’agit d’une structure en béton. L’escalier est en bois, les parois des murs dans les circulations sont
recouvertes de papiers de fibre de verre.

4.3 LES ÉLÉMENTS RECUEILLIS

Les indices et éléments recueillis sur les lieux du sinistre peuvent être distingués suivant trois
classes :

4.3.1 Le constat des dégâts causés par l’incendie :

Il s’agit de recueillir des éléments dont l’état est lié à la physique de l’incendie passé (Photos en
Annexe). A partir de ces dommages, il est possible de retrouver certaines caractéristiques physiques
des phénomènes passés ayant induit ces conséquences. Dans ce cas nous avons recueilli les
éléments suivants :
- La rampe d’escalier en bois a entièrement brulée du RDC jusqu’au 4ème étage (photo 4.4).
- L’escalier est recouvert d’une couche carbonisée.
- Au RDC les 2 appartements et la pièce faisant office de bureau sont restés intacts.

_____________________________________________________________________________________________________
88/298
- Le hall d’entrée est resté quasiment intact. Les boites aux lettres n’ont quasiment pas été
endommagées. Une ou deux sur l’ensemble des boîtes avaient commencé à fondre en partie
haute. Le cantonnement à été percé en partie haute, un passage de gaz chauds est évident.
La porte séparant le hall de la cage d’escaliers a en partie brulée.
- Sur la majeure partie des parois de la cage d’escalier des traces de suies sont constatées
alors qu’en d’autres points localisés vers les poussettes les murs sont blanchâtres. La boiserie
incrustée dans le mur a été totalement consommée par l’incendie (photo 4.5).
- Une gaine d’alimentation électrique au plafond a fondue sur la largeur du hall.
- Dans une cloison entre l’escalier et la sortie donnant sur la cour intérieure des briques de
verres sont fendues (photo 4.6).
- Dans le mur séparant l’escalier de l’extérieur, au niveau intermédiaire entre le RDC et le 1er
étage des briques de verre sont brisées en partie intérieure (photo 4.7).
- Au second étage : une porte a vraisemblablement cédée et aurait laissé passer en quantité
importante les gaz chauds. Dans l’appartement voisin, des traces de suies et de gaz chauds
au dessus de la porte d’entrée sont visibles (photo 4.8).
- Au 3ème étage : une porte d’entrée d’appart est restée ouverte, certains éléments à l’intérieur
ont commencé à bruler (photo 4.9).
- Au 4ème étage : deux appartements dont les portes sont restées ouvertes ont été enfumés,
des murs sont recouverts de suies. Dans une des deux chambres, celle de la victime
retrouvée au 2nd étage, plusieurs éléments en plastique ont commencé à fondre (imprimante,
lampe, prise murale, interphone…) (voir photo 4.10 et 4.11). Des feuilles de papiers ont
jaunies sans qu’il y ait inflammation. Dans la chambre en face, où une victime par intoxication
a été retrouvée, l’interphone à l’entrée a commencé à fondre. Les dégâts sont principalement
dus aux suies. (voir photo 4.12). Le papier de fibre de verre dans les couloirs a été détérioré
(voir photo 4.13).
- Au 5ème étage : Les parois des circulations communes sont couvertes de suies. Bris de glace
de l’exutoire situé au dessus des escaliers. Fonte de gaines en plastique dans les parties
communes. L’intérieur des appartements est intact, mis çà part un appartement couvert de
suies dont la porte a été ouverte durant l’incendie. Les occupants de celui-ci, un enfant et sa
mère ont été retrouvés gravement intoxiqués dans les voies de circulation. Des chemins de
câbles ont fondus (voir photo 4.14).

4.3.2 Le rapport de la BSPP :

Le témoignage des pompiers est précieux pour la reconstitution du scénario incendie car ils font partie
intégrante du scénario incendie par leur action sur l’incendie et l’évacuation des personnes. Le rapport
de la BSPP décrit précisément les faits et constations lors de leur intervention (cf. Annexe).

4.3.3 Les témoignages :

Le témoignage des occupants du bâtiment, des victimes, des tiers et de l’ensemble des personnes
présentes sur les lieux lors de l’incendie présente un intérêt majeur dans la recherche de notre
scénario incendie. En effet, ces témoins peuvent donner bon nombre d’éléments survenus avant
l’arrivée des services de secours, notamment pour ce qui est des conditions initiales, des départs du
feu, des délais jusqu’à ce que l’alerte soit donnée…

Certaines personnes disent avoir vu des fumées très opaques, marron avec des reflets verts.

L’ensemble de ces éléments recueillis recoupés aux témoignages des différentes personnes
permettent de constituer un scénario incendie qui tente le plus fidèlement possible de se rapprocher
de l’incendie réel passé.

4.4 LE SCÉNARIO INCENDIE POTENTIEL

Le scénario incendie potentiel est décrit par l’ensemble des événements survenus placés sur une
échelle chronologique associés aux schémas du bâtiment sinistré (schéma). Dans cette chronologie
on s’intéressera plus particulièrement à décrire le développement et la propagation de l’incendie de la
cage d’escaliers aux niveaux supérieurs, tout en décrivant principalement les parties communes.

_____________________________________________________________________________________________________
89/298
4.4.1 La chronologie du scénario

5 Ouverture de la porte
du second appartement

1. Conditions 8. Evacuation des personnes 9. Sauvetage des occupants 22h59 23h30 12. Dommages
Initiales Cf. schéma 4.2
3. Propagation des gaz chauds dans les étages 22h00 22h06 10. Intervention sur l’incendie

2. Départ 7. Alerte 9. Arrivée des


du feu services de Maîtrise de 11. Extinction
4 Ouverture de l’incendie
6 Ouverture de secours l’incendie
de la porte
la porte du 3ème
d’un
appartement
appartement

Quelques incertitudes par rapport à cette chronologie :


- Les ouvertures des portes d’appartement ont pu avoir lieu entre l’alerte et l’arrivée des secours.
- L’évacuation des personnes a pu avoir lieu après l’alerte.

Un complément d’informations sur l’intervention des services de secours est disponible en annexe.

________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________
90/298
Description des événements du scénario incendie :

1. Les conditions initiales dans la cage d’escalier du RDC :

- une poussette est positionnée à l’entrée et une autre sous l’escalier avec un vélo pour enfant
et une trottinette ;

Dans les parties communes aux étages :

- Pas de combustible dans les voies de circulations aux étages ;

- Papiers de fibre de verre aux murs, lino sur dalle et chape de béton au sol et plancher.

2. Le départ de l’incendie :

- Le feu a débuté dans l’une des deux poussettes (ou les deux en même temps) ;
- La piste criminelle est privilégiée car une étude a montré qu’il n’est pas possible à partir du feu
d’une poussette d’enflammer l’autre.

3. L’incendie se développe et se propage dans les étages supérieurs. Sous l’action des forces
de flottabilité, les gaz chauds montent. Cette propagation des gaz chauds de bas en haut dans les
escaliers aurait pu être accentuée par un appel d’air fait par l’exutoire ouvert au dernier étage au
dessus des escaliers.

4. Des occupants ouvrent leur porte d’entrée d’appartement. Une occupante du 4ème étage sort
de son appartement et descend jusqu’au 1er étage où elle fut retrouvée par les pompiers, sans vie. La
victime était carbonisée.

5. Un voisin de l’appartement en face de cette première victime, après avoir ouvert sa porte fut
lui aussi retrouvé décédé intoxiqué dans son appartement.

6. Au 5ème étage, deux victimes sont retrouvées intoxiquées dans les couloirs. Leur appartement
dont la porte est ouverte est recouvert de suies.

7. Les pompiers reçoivent un appel de secours à 22h00.

8. Quelques personnes évacuent avant l’arrivée des pompiers en passant par les fenêtres pour
les occupants du RDC et du 1er étage.

9. Les pompiers arrivent sur les lieux et procèdent au sauvetage de 14 personnes. Ils effectuent
aussi 10 mises en sécurité.

10. Intervention des pompiers sur l’incendie.

11. Extinction de l’incendie.

12. Dommages : cette partie a déjà été abordée dans le chapitre précédent.

_____________________________________________________________________________________________________
91/298
4.4.2 L’emplacement dans le bâtiment des événements du scénario incendie

Ce schéma est à relier avec la chronologie précédente.

Lieu où fut retrouvées 2


victimes occupant un
ème
appartement du 5 étage.

Lieu où fut retrouvée une


victime occupant un
appartement du 4ème étage.

2. Départ
du feu

Partie étudiée+ escaliers

_____________________________________________________________________________________________________
92/298
ANNEXE F4

_____________________________________________________________________________________________________
93/298
________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________
94/298
________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________
95/298
Photos

Photo 4.2 Photo 4.3

Photo 4.5

Photo 4.4

_____________________________________________________________________________________________________
96/298
Photo 4.6 Photo 4.7

Photo 4.8 Photo 4.9

_____________________________________________________________________________________________________
97/298
Photo 4.10 Photo 4.11

Photo 4.12

_____________________________________________________________________________________________________
98/298
Photo 4.13 Photo 4.14

_____________________________________________________________________________________________________
99/298
5 SINISTRE F5
5.1 RÉSUMÉ

Dans la nuit du 1er au 2 octobre 2007, dans un immeuble à usage d'habitation R+5, un incendie est
signalé. L’incendie s’est déclenché entre 3 h et 3 h 30 du matin, au bas des escaliers, là où étaient
rangées des poussettes. Lors de la propagation de l’incendie, au premier étage, une conduite de gaz
fond sous l’effet de la chaleur. La propagation de l’incendie dans la cage d’escalier se retrouve alors
conditionnée par l’apport du gaz de ville de la canalisation. Une personne du 5ème et dernier étage
ouvre sa porte est tente d’évacuer par les escaliers. Cette mère de famille décédera avec ses deux
enfants dans les escaliers. Après plusieurs heures d’intervention de plus d’une centaine de pompiers
sur les lieux, 13 sauvetages et 3 mises en sécurité ont été effectuées. Le bilan humain fait état de 3
personnes décédées, de deux blessés graves et de 12 blessés légers.

5.2 CONSTATATIONS

Au rez-de-chaussée de l’immeuble, le hall d’entrée contenait des boites aux lettres, des poubelles et
des poussettes. Les étages sont desservis par un escalier non encloisonné.

Photo 5.1 : Vue de la façade du bâtiment

Le hall d’entrée a été très peu endommagé, comme le montre les photos 5.2 et 5.3, où l’on voit que
les boites aux lettres et les poubelles sont quasiment intactes. Par contre, les dégâts sont
principalement constatés dans la cage d’escalier. La photo 5.4 montre les parois blanchies du bas de
la cage d’escalier. La conduite de gaz ayant fondu et ensuite alimenté l’incendie est située au 1er
étage (photo 5.5). Dans la partie haute de la cage d’escaliers, on constate principalement des
dommages dû aux gaz chauds.

_____________________________________________________________________________________________________
100/298
Photo 5.2 : Hall d’entrée de l’immeuble Photo 5.3 : Hall d’entrée de l’immeuble

Photo 5.4 : Bas de la cage d’escaliers

Photo 5.5 : Reste de la conduite de gaz au 1er étage

Concernant les habitations, même si de nombreuses portes ont été carbonisées (photo 5.6), seul
l’appartement des victimes a été touché par les fumées (photo 5.7).
_____________________________________________________________________________________________________
101/298
Photo 5.6 : Porte d’entrée au 1er étage Photo 5.7 : Vue de l’appartement des victimes

5.3 SCÉNARIO POTENTIEL

A partir des constatations faites sur sinistre, le scénario suivant peut être envisagé :

- Le feu débute sur une poussette dans le hall d’entrée de l’immeuble ;

- L’incendie se développe et les gaz chauds se propagent de bas en haut dans la cage
d’escalier ;

- Une conduite de gaz fond au 1er étage et alimente l’incendie ;

- Une personne du dernier étage ouvre sa porte est tente d’évacuer par les escaliers.

5.4 POINTS CARACTÉRISTIQUES DU SINISTRE

Les points suivant sont les événements ou éléments particuliers liés à cet incendie :

- Feu de poussette dans un hall d’immeuble ;

- Alimentation de l’incendie par une canalisation de gaz.

_____________________________________________________________________________________________________
102/298
6 SINISTRE F6
6.1 RÉSUMÉ

Dans l’après midi du 30 octobre 2007, suite à des travaux sur la chaussée, une canalisation de gaz
est coupée puis répand le gaz. L’initiation du mélange air-gaz provoque une explosion, ce qui aura
pour conséquence la chute d’un pan de mur. Après inflammation du gaz, une flamme torche se forme.
Pendant environ deux heures, cette flamme est dirigée vers la façade d’un bâtiment faisant office de
bar-restaurant au RDC et d’habitation à l’étage. Ce sinistre est remarquable tant par les
conséquences humaines et matérielles engendrées.

6.2 DESCRIPTION DU BÂTIMENT

L’immeuble touché est une construction avec murs de maçonnerie, poutres et charpentes en bois
soutenant une toiture de tuiles mécaniques. Il possède 2 étages avec combles non aménagés. Une
dalle de béton sépare le 1er et le 2ème étage.

L’immeuble abrite un restaurant sur le RdC, une seconde salle de restaurant et un bar sur environ un
tiers de la surface du 1er étage, et des appartements dans les deux étages.

6.3 CONSTATATIONS

Les constatations suivantes ont pu être faites (voir la photo ci-dessous) :

- L’explosion a pulvérisée la moitié du 1er étage du bâtiment ;

- La façade du 2ème étage et la charpente se sont effondrées ;

- La salle du restaurant au RdC a été soufflée.

_____________________________________________________________________________________________________
103/298
6.4 SCÉNARIO POTENTIEL

A partir des différents témoignages, il est possible de définir le scénario suivant :

- Vers 13h40, les crocs d’une pelleteuse arrachent le sol, déchirent une conduite de gaz, ce
qui libère un jet de gaz orienté vers la façade du bâtiment ;

- Dix minutes plus tard, l’explosion est initiée, alors que les clients sont en train d’évacuer le
restaurant ;

- Une torchère d’une dizaine de mètres s’échappe ensuite en continu de la chaussée


éventrée (cf. photo) ;

- Après plusieurs tentatives en divers points de la ville, il est décidé d’écraser la conduite à
une dizaine de mètres en amont de la fuite. L’opération, commencée à 15h30 par le
creusement du trottoir, aboutira à 16h30 ;

- Peu avant 20h, le feu est éteint au moyen de 10 lances. Le bilan humain est d’un mort, 13
blessés graves et 34 légers.

6.5 POINTS CARACTÉRISTIQUES DU SINISTRE

Les points suivant sont les événements ou éléments particuliers liés à cet incendie :

- Explosion de gaz suite à des travaux de voirie ;

- Pan de mur soufflé ;

- Torchère orientée contre la façade.

_____________________________________________________________________________________________________
104/298
7 SINISTRE F7
7.1 DESCRIPTION DES LIEUX

L’établissement, construit en 1989, est classé en établissement recevant du public du type X de 2ème
catégorie (photo 7.1).

Photo 1 : Vue de l’établissement coté Grande Rue

Il comprend trois niveaux répartis comme suit :


- un rez-de-chaussée : un hall d’accueil, une salle de musculation, une salle de danse, une
salle de réunion et des vestiaires ;
- un niveau intermédiaire (N-1): une tribune principale, un club-house une salle de boxe, 2
bureaux et des vestiaires ;
- un niveau bas (N-2): une salle d’entraînement (agrès), une salle de judo, une salle omnisports
et des vestiaires.

La salle d’entraînement est située au dessous d’un immeuble d’habitation R+4. Elle dispose d’une
fosse de réception d’environ 80m² de surface et de 1,40m de profondeur dans laquelle est disposée
une armature métallique à 0,75m du sol de la fosse (photo 7.2) supportant 3 épaisseurs de mousse
de protection en polyuréthane représentant un volume d’environ 48 m3. La salle d’entraînement d’une
surface de 480m² est désenfumée naturellement par des ouvrants dont la commande électrique est
située dans le hall d’accueil (photo 7.9). La commande d’ouverture peut également être réalisée par
une action directe sur le dispositif adaptateur de commande (photo 7.5).

La salle omnisports (photo 7.3) attenante à la salle omnisports d’une surface de 1000m² est
désenfumée naturellement par exutoires dont la commande pneumatique (photo 7.4) est disposée
dans le hall d’accueil.

Les niveaux –1 et –2 sont desservis par des escaliers encloisonnés.

L’établissement est doté d’un système d’alarme de type 2 de marque ATSE (photo 7.6) dont
l’équipement central est installé dans le bureau du gardien dans le hall d’accueil.

_____________________________________________________________________________________________________
105/298
Photo 7.2 : Fosse de réception de la salle
d’entraînement

Photo 7.3 : Salle omnisports attenante à la salle


d’entraînement

Photo 7.4 : Commande Photo 7.5 : Commande


Photo 7.6 : Système d’alarme de
pneumatique des exutoires locale des ouvrants de la
type 2
de la salle omnisports salle d’entraînement

_____________________________________________________________________________________________________
106/298
7.2 INCENDIE

L’incendie s’est déclaré, dans la salle d’entraînement au niveau de la fosse de réception alors que
deux ouvriers procédaient aux travaux de remplacement des mousses de protection en polyuréthane.
Pour ces travaux, ils utilisaient une colle néoprène pour assurer le lien entre les différentes mousses.
Le feu a pris au niveau de la fosse pour une cause actuellement indéterminée. Il a provoqué
d’importants dégâts dans la salle d’entraînement mais également à l’intérieur de la salle omnisports
ainsi que sur certains éléments de la structure de l’immeuble d’habitation.

7.3 CONSTATATIONS

Au cours de la visite, il a été constaté ou rapporté que :


- la salle d’entraînement a été envahie par une épaisse fumée noire ;
- les ouvrants et une partie translucide en « verre securit » du plafond de la salle
d’entraînement situés façade coté jardin avaient disparu (photo 7.7). Des fumées ont pénétré
dans les circulations horizontales de l’immeuble d’habitation par les bouches de ventilation
basse dont le conduit est raccordé à une prise extérieure d’air neuf disposée sur cette façade,
à l’aplomb des parties translucides disparues ;
- les fumées se sont écoulées le long de la façade de l’immeuble d’habitation (photo 7.8) après
que les baies d’éclairage naturel de la salle d’entraînement se soient brisées ;
- la commande pneumatique de la salle omnisports et la commande électrique de salle
d’entraînement permettant la mise en œuvre du désenfumage de ces locaux avaient été
utilisées (photo 7.9).
- le boîtier de commande pneumatique des exutoires de la salle omnisports était ouvert et la
commande d’ouverture était équipée d’une cartouche de gaz de couleur rouge provenant d’un
extincteur (photo 7.4) ;
- l’immeuble d’habitation semble avoir subi des désordres architecturaux importants. En effet la
visite d’un des deux appartements situé au premier étage a permis de constater des fissures
sur certaines cloisons et au raccordement entre le plancher haut des appartements et les
cloisons (photos 7.10 et 7.11).

ouvrants partie translucide baies de lumière

Photo 7.7 : Désenfumage de la salle


Photo 7.8 : Façade coté rue Anne Amieux
d’entraînement façade coté jardin

_____________________________________________________________________________________________________
107/298
Photo 7.9 : Commandes de
désenfumage pneumatiques et
électriques de l’établissement

Commande pneumatique du désenfumage


de la salle omnisports

Commande électrique du désenfumage de la


salle d’entraînement

Photo 7.10 : Fissures entre plancher haut et Photo 7.11 : Fissures sur les cloisons de
les cloisons de l’appartement visité l’appartement visité

7.4 RENSEIGNEMENTS ET DÉCLARATIONS RECUEILLIS SUR PLACE

L’établissement était en cours d’exploitation au moment de l’incendie. En effet, deux groupes


constitués d’un professeur et dix enfants étaient situés dans la salle omnisports et plusieurs adultes
utilisaient les équipements de la salle de musculation.

Nous avons pu obtenir du gardien, présent sur place au moment des faits, les indications suivantes :
la mise en œuvre de l’alarme a été effectuée, après action sur un déclencheur manuel du niveau –1
par les occupants de la salle omnisports.

L’évacuation du public s’était bien déroulée. En effet, le gardien a été prévenu de l’incident par le
déclenchement de l’alarme restreinte au niveau de l’équipement central puis par des enfants
remontant du niveau bas (N-2). Il a immédiatement appelé les secours extérieurs puis, il a fait évacuer
les occupants de la salle de musculation qui restaient dans les lieux malgré le déclenchement de
l’alarme générale. Dès son retour au bureau, il a été informé par les professeurs qu’aucun enfant ne
manquait à l’appel.

Dès l’arrivée de la police sur les lieux, le gardien a dirigé les agents de police vers la salle
omnisports, mais ils n’ont pu pénétrer à l’intérieur de cette salle compte tenu de l‘importante fumée
présente.

Le désenfumage des salles d’entraînement et omnisports n’a été que tardivement mis en œuvre.
_____________________________________________________________________________________________________
108/298
Pour mettre le désenfumage de la salle omnisports en œuvre, l’opérateur a actionné simultanément
les deux organes de manœuvre (ouverture et fermeture) qui équipaient le dispositif de commande
manuelle à cartouches CO2, ce qui a interdit le fonctionnement des exutoires. Ces derniers n’ont pu
être ouverts qu’après remplacement de la cartouche CO2 d’ouverture.

7.5 DÉROULEMENT DU SINISTRE

Suite au départ de feu, un extincteur est utilisé. L’alarme est ensuite déclenchée au moyen d’un
déclencheur manuel (durée préalable au déclenchement de l’alarme non communiquée).

Sur décision des services de secours, la coupure générale électrique et le désenfumage sont
actionnés simultanément. La commande « tardive » (durée à préciser) du désenfumage par les SP a
été décidée afin d’éviter tout risque de propagation des flammes et des fumées dans les logements
surplombant le gymnase.

Sous l’effet de la chaleur (accumulation de gaz chauds dans la salle d’agrès en l’absence de tout
désenfumage), l’ensemble des éléments vitrés en partie supérieure de la salle d’agrès explose ce qui
permet aux gaz chauds et aux fumées de se propager dans certains logements de superstructure
(non accessibles le jour de notre visite). Certains logements auraient ainsi subis des dommages
sévères justifiant le relogement temporaire de leurs occupants.

Les salles d’agrès et omnisport étant séparées par deux accès munis de rideaux métalliques grillagés,
elles constituent un volume unique. Toutefois l’importante hauteur des impostes situées au-dessus de
ces accès fait office « d’écrans de cantonnement », la hauteur sous-plafond étant voisine de 10
mètres. Cette configuration explique la non-propagation du sinistre dans la salle omnisport, bien que
cette dernière ait été soumise à l’action des fumées froides (parois noircies, principalement au droit
des deux accès).

7.6 EQUIPEMENT DE DÉSENFUMAGE/VENTILATION EN PLACE

7.6.1 Désenfumage

Le désenfumage, exclusivement naturel, est constitué par :


- 5 ouvrants de désenfumage situés dans la salle d’agrès,
- exutoires dans la salle omnisport,
- des bouches d’amenées d’air situées dans la salle omnisport, à environ 2 mètres de hauteur.
Aucune bouche d’amenée d’air ne semble desservir directement la salle d’agrès.

Chaque ouvrant dispose d’une commande manuelle située dans la salle d’agrès. Un des ouvrants
serait asservi à la coupure générale électrique de l’établissement.

Les ouvrants de la salle d’agrès sont asservis à une commande électromagnétique identifiée
« Désenfumage Gymnase » située à proximité du hall d’accueil. L’ouverture des exutoires de la salle
omnisport est réalisée au moyen d’un dispositif de commande par alimentation pneumatique de
sécurité à usage unique (APS) contigu à la commande d’ouverture des ouvrants précitée.

Les volets d’amenée d’air sont asservis à une commande manuelle située dans la salle omnisport à
proximité de la sortie donnant sur l’escalier coté rue Anne AMIEUX.

7.6.2 Ventilation de confort

L’établissement est doté d’une centrale de traitement d’air (CTA) permettant d’assurer la ventilation de
confort dans les différents locaux, en particulier dans la salle omnisport (9 bouches de soufflage en
partie haute) et dans la salle d’agrès (2 bouches de soufflage en partie haute).

Un dispositif assurant la coupure de la totalité de la ventilation de confort semble être (élément à


vérifier) combiné à l’ensemble des commandes de désenfumage situées à proximité de l’accueil. Ce
fonctionnement n’a pu être vérifié lors du traitement de ce sinistre, la coupure générale électrique et le
désenfumage ayant été réalisés simultanément.

_____________________________________________________________________________________________________
109/298
7.7 DIFFICULTÉS RENCONTRÉES

7.7.1 Désenfumage

Les difficultés relatées par les SP présents sur les lieux concernent l’utilisation des commandes de
désenfumage.

Suite à la sollicitation successive des commandes ouverture puis fermeture des ouvrants et exutoires,
les SP ne disposent alors plus de la cartouche d’air comprimé nécessaire à l’ouverture des exutoires
de la salle omnisport. Afin de palier ce défaut, une cartouche d’air comprimé issue d’un extincteur
portatif est alors adaptée dans le dispositif de commande.

Les volets situés sur les bouches d’amenées d’air de la salle omnisport semblent avoir été actionnées
tardivement par sollicitation du dispositif de commande approprié.

Notons que ce dispositif actionnant les volets des bouches d’amenée d’air :
- est qualifié de « Désenfumage » par une signalétique apposée sur le boîtier de commande,
- ne semble pas être relié aux commandes d’ouverture des exutoires et des ouvrants situées à
proximité du hall d’accueil.

7.7.2 Propagation des fumées et gaz chauds

Concernant une des façades, et en dépit du respect de la règle du C+D (> 1 mètre), l’explosion de la
totalité des baies vitrées de la salle d’agrès a grandement contribué à l’envahissement par les fumées
et gaz chauds de certains logements surplombant le gymnase. Il pourrait être intéressant de vérifier si
ce transfert de gaz chauds dans les logements aurait pu être évité ou sensiblement réduit au niveau
de cette façade par ajout (non exigible réglementairement) :

- soit d’un écran horizontal et résistant au feu placé en façade, au-dessus des baies vitrées du
gymnase (valeur de D du C+D non nulle),

- soit de vitrages résistant au feu (PF ½ heure) en partie supérieure des salles du gymnase.

D’autre part, il ne nous a pas été possible de vérifier si une bande de 4 mètres pare-flammes ½ heure
est effectivement en place entre la baie vitrée horizontale surplombant la salle d’agrès et les fenêtres
des logements (conformément à l’article CO7 du règlement de sécurité).

7.8 ANALYSE ET DISCUSSION

Bien que l’incendie ait provoquée des dégâts importants le bon réflexe des professeurs encadrant les
enfants a permis une évacuation sûre et rapide du public présent dans la salle omnisports. En ce qui
concerne la salle de musculation, aucun des adultes présents dans cette salle n’a rejoint
spontanément les sorties dès la diffusion de l’alarme générale ; l’évacuation de ces personnes n’a été
obtenue que sur ordre délivré par le gardien lors de reconnaissance des locaux.

Aucune exigence en matière de réaction au feu n’est imposée pour les mousses de protection
permettant d’amortir les chutes en gymnastique, car les dispositions réglementaires visent l’usage des
matériaux et non pas leur nature. Il en résulte que les matériaux analogues en matière de composition
chimique doivent satisfaire à des critères de réaction au feu lorsqu’ils sont utilisés en tant qu’isolant
thermique ou acoustique ou en tant que rembourrage de sièges fixes alors qu’aucune spécification ne
leur est applicable lorsqu’ils sont utilisés pour la protection contre les chocs dans les établissements
sportifs. Or la facilité d’inflammation de ces mousses, leur forte chaleur de combustion ainsi que la
quantité importante utilisée dans ces établissements présentent, en cas d’incendie, un risque
important pour les biens.

L’ouverture tardive des ouvrants de désenfumage de la salle d’entraînement n’a pas facilité
l’évacuation des gaz chauds dus à la forte chaleur de combustion et la quantité importante de mousse
de protection présente dans ce local. Il y a lieu de rappeler que l’objectif principal du désenfumage est
d’extraire, en début d’incendie, une partie des fumées et des gaz de combustion.

_____________________________________________________________________________________________________
110/298
7.9 CONCLUSION

La faible occupation de l’établissement et la bonne connaissance du gardien en matière de consignes


de sécurité et de conduite à tenir en cas d’incendie ont permis une évacuation sûre et rapide du
public.

Les désordres constatés sur la structure du bâtiment d’habitation, s’ils sont l’effet du sinistre, sont
imputables à la quantité importante de mousse présente dans la fosse et à l’absence de contrainte de
réaction au feu appliquée à ce type de produit. On ne peut exclure que l’utilisation tardive des moyens
de désenfumage ait contribué à l’apparition de ces désordres en empêchant l’évacuation des gaz
chauds au début d’incendie.

_____________________________________________________________________________________________________
111/298
ANNEXE F7

SCHÉMA SIMPLIFIÉ DES SALLES OMNISPORT ET AGRÈS

Accès
principal

Accès n°1

Accès n° 2

Bouches amenée d’air


Sortie
(via escaliers)
Rangement

Légende

Bouches d’amenée d’air


Ouvrants de désenfumage
Commandes de désenfumage
Commande d’amenée d’air

Foyer initial

Baies vitrées en partie haute

Exutoires

Bouches de soufflage (CTA)

_____________________________________________________________________________________________________
112/298
8 SINSITRE F8
8.1 RÉSUMÉ

Dans la soirée du 17 juillet 2007 vers 22h30, un incendie est signalé dans un bâtiment industriel
abritant plusieurs sociétés. Il s’ensuit l’intervention des sapeurs pompiers sur les lieux pour éviter la
propagation de l’incendie à l’ensemble du bâtiment. Les quelques personnes présentes à l’intérieur
évacuent lors de l’arrivée des pompiers et de la police. Aucune victime n’est à déplorer. L’incendie a
duré environ 5H30.

8.2 BÂTIMENT

8.2.1 Description du bâtiment

D’une surface totale de l’ordre de 10 000 m² (dimensions caractéristiques : 200 m x 70 m), le bâtiment
comporte 6 lots abritant diverses sociétés (matériel de travaux publics, matériel de forage, électricité,
micro-électronique, équipement automobile, distributeur d’eau, transformation de véhicules et des
bureaux). Toutes ses façades sont accessibles aux engins de secours et au moins un poteau
d’incendie est présent sur le site. Un ancien système de sprinkler existe mais n’est plus en service.

Photo 8.1 : plan du bâtiment et photo aérienne

Ce bâtiment est un établissement industriel et commercial soumis au Code du Travail.

8.2.2 Structure

Il s’agit d’un bâtiment à structure métallique constitué de poteaux en H et de poutres en treillis


formées de cornières rivetées ou boulonnées. Le remplissage des murs de maçonnerie est assuré par
des parpaings. Point remarquable concernant ce bâtiment, un espace libre existe entre les parois de
chaque compartiments.

8.3 LES ÉLÉMENTS RECUEILLIS

8.3.1 Le constat des dégâts causés par l’incendie :

Il s’agit de recueillir des éléments dont l’état est lié à la physique de l’incendie passé (photos en
Annexe). A partir de ces dommages, il est possible de retrouver certaines caractéristiques physiques
des phénomènes passés ayant induit ces conséquences. Dans ce cas nous avons recueilli les
éléments suivants :
o le niveau de combustion des éléments stockés,
o l’effondrement total de la toiture pour le lot n°2,
o l’effondrement vers l’intérieur des murs de compartimentage pour divers lots
o l’effondrement partiel de la toiture pour les lots n°5 et 6,
o l’absence de propagation du feu au lot n°3 sous l’action des pompiers.

_____________________________________________________________________________________________________
113/298
8.3.2 Le rapport des services de secours et les témoignages :

L’incendie a pris naissance dans la société de pneumatique située dans le lot N°6 vers 22h30 le 17
juillet 2007. Les causes exactes de cet incendie ne sont pas connues mais l’hypothèse d’une
défaillance d’origine électrique est privilégiée.
Il s’est ensuite propagé aux lots N°2 et 5 avant d’être maîtrisé vers 4H le 18 juillet 2007.

Photo 8.2 : emplacement du lot N° 3 – L'incendie a principalement touché les lots 2, 5 et 6

Au plus fort de l’intervention, aux alentours de 2 heures, 120 sapeurs-pompiers, venus de plusieurs
centres de secours, étaient sur place. Il leur a d’ailleurs fallu découper une partie de tôle de façade
pour atteindre un des foyers. Quatorze lances et trois échelles ont été déployées pour venir à bout
des flammes.
La présence de bonbonnes d’acétylène (stockées sur le lot N°6) a par ailleurs contraint les sapeurs-
pompiers à une surveillance active pendant les 48 heures suivantes.
Sur les 10 000 m² d’entrepôts et de bureaux du site, ce ne sont pas moins de 6000 m² qui ont été
sinistrés. Sous l’action des sapeurs-pompiers, le sinistre a été cantonné hors du lot N°3. Parmi les
entreprises touchées, on trouve la société de stockage de bouteilles d’eau qui est située sur le lot N°2
et mitoyenne du lot n°3 (paroi A).

Photo 8.3 : l’incendie a été très violent (crédits photo SDIS 78)

8.4 LE SCÉNARIO INCENDIE POTENTIEL

Le scénario incendie potentiel est décrit par l’ensemble des événements survenus placés sur une
échelle chronologique associés au schéma de l’entrepôt sinistré.

_____________________________________________________________________________________________________
114/298
8.4.1 La chronologie du scénario

4. DÉTECTION
1. CONDITIONS
INITIALES
2. Feu d’origine électrique à l’intérieur du lot n°6 3. Propagation de l’incendie dans le bâtiment

~22 h 30

7. EXTINCTION
5. Evacuation des 6. INTERVENTION INCENDIE
personnes présentes SERVICES SECOURS

Fiche et rapport d’intervention des pompiers

~4 h 00

________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________
115/298
Description des événements du scénario incendie :

1. Les conditions initiales :

- Configuration exacte du bâtiment (cf. Photo 8.2)


- Le combustible est fonction de la société.

2. Le départ de l’incendie :

L’origine est vraisemblablement liée à une défaillance d’un équipement électrique dans la société de
pneumatique.

3. L’incendie se propage à différents lots à priori par les toitures.

4. Le feu est détecté vers 2hh30. La police ainsi que les pompiers arrivent rapidement sur place.

5. Il est procédé à l’évacuation des quelques personnes présentes.

6. Les services de secours tentent de contenir le feu au centre du bâtiment pour protéger les lots
attenants. En outre, une lance est utilisée pour arroser une partie où sont stockées des bouteilles
d’acétylène.

7. L’incendie est maîtrisé vers 4H, la surveillance est maintenue pendant 48 heures pour éviter
tout risque d’explosion des bouteilles de gaz.

_____________________________________________________________________________________________________
116/298
ANNEXE F8

Photo 8.4 : présence d’un poteau incendie

Photo 8.5 : éléments combustibles du lot n°6

Photo 8.6 : éléments de structures internes du lot n°6

_____________________________________________________________________________________________________
117/298
Photo 8.7 : effondrement de la toiture (lot n°2)

Photo 8.8 : façade du lot n°2

Photo 8.9 : façade opposée du lot n°2

_____________________________________________________________________________________________________
118/298
Photo 8.10 : façade interne du lot n°6

Photo 8.11 : autre partie de la façade interne du lot n°6

Photo 8.12 : toiture du lot n°6

_____________________________________________________________________________________________________
119/298
Photo 8.13 : tenue des murs de façade pour les lots n°5 et 6

_____________________________________________________________________________________________________
120/298
9 SINSITRE F9
9.1 RÉSUMÉ

Dans la matinée du 4 avril 2007 vers 9h00, un incendie est signalé dans un bâtiment d’un collège à
Paris en phase de construction. Il s’ensuit l’intervention des sapeurs pompiers sur les lieux pour
éteindre l’incendie. Les ouvriers présents à l’intérieur ont évacué avant l’arrivée des pompiers et de la
police. Aucune victime n’est à déplorer. L’incendie a duré environ 2H00.

9.2 BÂTIMENT

9.2.1 Description du bâtiment

L’établissement a une capacité d’accueillir à terme plus de 600 élèves et occupe une superficie de
6500 m². Il comporte trois bâtiments principaux. L’accessibilité des bâtiments n’est pas bien claire
compte tenu du fait que le bâtiment est encore en phase de construction. Le plan sommaire du local
sinistré est indiqué sur la photo 9.1.

Photo 8.1 : Maquette de l’établissement et le bâtiment sinistré

Il s’agit donc d’un établissement scolaire soumis à la réglementation ERP.

9.2.2 Structure

La structure du bâtiment est en béton armé constitué de poutres, poteaux et plancher. La façade du
Rez-de-chaussée est en retrait par rapport à celle des étages au dessus. Ainsi des poteaux extérieurs
ont été utilisés pour reprendre les étages supérieurs.

_____________________________________________________________________________________________________
121/298
9.3 LES ÉLÉMENTS RECUEILLIS

9.3.1 Le constat des dégâts causés par l’incendie :

Il s’agit de recueillir des éléments dont l’état est lié à la physique de l’incendie passé (photos en
Annexe). A partir de ces dommages, il est possible de retrouver certaines caractéristiques physiques
des phénomènes passés ayant induit ces conséquences. Dans ce cas nous avons recueilli les
éléments suivants :
- le niveau de combustion des éléments stockés,
- la mise à nu des armatures suite à un éclatement important du plancher et du mur séparatif
en béton armé, ce qui nécessite d’étayer le plancher afin d’éviter sa ruine,
- la fissuration des dalles et des murs au dessus du local sinistré,
- la destruction totale de certaines portes-fenêtres de façade en double vitrage
- intacte de deux bouteilles de gaz à l’intérieur du local sinistré,
- l’absence de propagation du feu mais propagation des fumées aux autres étages.

9.3.2 Le rapport des services de secours et les témoignages :

L’incendie a pris naissance dans un local dans lequel ont été stockés des panneaux isolants (4 ou 5
m3) et des portes ordinaires et CF (environ une quatre-vingtaines) vers 9h00 le 4 avril 2007. Les
causes exactes de cet incendie ne sont pas connues mais l’hypothèse d’une chute des étincelles de
soudage des tuyaux à travers des trémies présents au niveau plancher est privilégiée.

Photo 9.2 : Matériaux combustibles présents et les éléments susceptibles de provoquer le sinistre

_____________________________________________________________________________________________________
122/298
Photo 9.3 : Ouvertures existantes du local sinistré et portes-fenêtres de façade non sinistrées

Aux alentours de 9h15, Une vingtaine de sapeurs-pompiers étaient sur place. Il leur a d’ailleurs fallu
mobiliser 4 engins et environ 2 heures de lutte pour éteindre le feu.

9.4 LE SCÉNARIO INCENDIE POTENTIEL

Le scénario incendie potentiel est décrit par l’ensemble des événements survenus placés sur une
échelle chronologique.

Description des événements du scénario incendie :

1. Les conditions initiales :

- Matériaux stockés : panneaux isolants et portes (cf. Photo 9.2)


- Ouverture en façade extérieure du local (cf. Photo 9.3).

2. Le départ de l’incendie :

L’origine est vraisemblablement liée à la chute des étincelles de soudage des tuyaux à l’étage
supérieur par les ouvriers du chantier.

3. Les fumées sortent des ouvertures de façade du local.

4. Le feu est détecté vers 9h00 et le chef du chantier a procédé l’évacuation des ouvriers
présents sur chantier.

5. La police ainsi que les pompiers arrivent rapidement sur place (environ 15 minutes après).

6. Les services de secours tentent de contenir le feu.

7. L’incendie est maîtrisé vers 11H.

_____________________________________________________________________________________________________
123/298
________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________
124/298
ANNEXE F9

Photo 9.3 : Etat du local après incendie

Photo 9.4 : Trémie au dessus du local sinistré

Photo 9.5 : Bouteilles de gaz se trouvant à l’intérieur du local

_____________________________________________________________________________________________________
125/298
Photo 9.6 : Une des portes détruites de la façade vers le cours intérieur

Photo 9.7 : Trace des fumées en dessous du plancher à l’extérieur du local

Photo9.8 : Etat du mur à côté du stockage des portes


_____________________________________________________________________________________________________
126/298
Photo 9.9 : Etat du plancher au dessus du stockage des portes

Photo 9.10 : Etat du châssis d’une des portes détruites de la façade

Photo 9.11 : Etat de la porte à l’extrémité droite du local (près du stockage portes)

_____________________________________________________________________________________________________
127/298
Photo 9.12 : Etat de la porte à l’extrémité gauche du local (côté stockage panneaux isolants)

Photo 9.13 : Etat du mur au dessus du local sinistré

Photo 9.14 : Etat de la façade dessus du local sinistré


_____________________________________________________________________________________________________
128/298
10 SINISTRE F10
10.1 RÉSUMÉ

A partir des données actuellement disponibles le scénario qui s'est déroulé pourrait être le suivant.
Dans l'après-midi du 16 novembre 2007, dans un garage, durant des opérations de réparation sur
une pompe à essence de véhicule, un incendie se déclenche. Un ouvrier du garage tente d’éteindre
l’incendie en utilisant 2 extincteurs. Une quinzaine de personnes travaillant dans le garage sont
évacuées. L’alerte est donnée aux sapeurs-pompiers à 17 h 01. Lorsque les pompiers arrivent sur
place ils ne constatent que des fumées « molles » qui sortent du bâtiment. Afin d'effectuer des
opérations de reconnaissance pour localiser l'étage ou se situe l’incendie 4 pompiers utilisent une
cage d'escalier. L'incendie étant localisé au premier niveau, deux pompiers sortent de la cage
d'escalier. Peu de temps après, à 17h21, une partie du bâtiment s’effondre dont la cage d'escalier, 2
pompiers sont pris sous les décombres et décéderont. Après l’effondrement, l'incendie continue à se
propager au reste du garage.

10.2 BÂTIMENT

10.2.1 Description du bâtiment

Le bâtiment est un R+4 faisant office de garage (figure 10.1). La partie en pointillé sur le schéma
correspond à la partie du bâtiment qui s’est effondré. La photo 1 en annexe de ce document donne
un aperçu du bâtiment avant le sinistre. Des véhicules étaient situés à tous les étages du bâtiment.

Figure 10.1 : Croquis du bâtiment sinistré

_____________________________________________________________________________________________________
129/298
10.2.2 Structure

La structure du bâtiment date vraisemblablement d’une cinquantaine d’années et mélange des


poutres et poteaux tantôt en béton et tantôt en acier.
Au RDC, les photos 10.1 et 10.2 montrent des poutres en béton armé qui soutiennent la dalle en
béton du 1er étage.

Poutre en béton
armé

Photo 10.1 : poutre en béton armé de la dalle du 1er étage

Photo 10.2 : zoom sur une poutre en béton armée

A partir du premier étage, des poteaux (acier ou mixte) et des poutres en acier soutiennent des dalles
de béton. Sur la photo 10.3, les structures à chaque étage sont visibles. Sur les photos 10.4 et 10.5
on distingue le plancher béton qui reposait sur des cornières soudées sur l'âme des poutres en acier.

_____________________________________________________________________________________________________
130/298
4ème
étage

Poutre acier entre le


1er et 2nd niveau
3ème
étage

Poutre acier entre le


2ème
2ème et 3ème niveau
étage
dont l’attache a cédée
sur le coté gauche

1er
étage

Photo 10.3 : vue de la partie restante du bâtiment

Figure 10.4 : plancher et nervure béton sur poutres Figure 10.5 : cornière soudée sur l'âme des
acier poutres acier et supportant la dalle béton

Les principaux éléments de la structure en acier ont été mesurés :

 Les poutres principales visibles sur la photo 10.3 sont des types d’IPN 600 avec les
dimensions indiquées sur le schéma ci-dessous :

_____________________________________________________________________________________________________
131/298
 Le poteau de la photo 10.6, prenant son appui sur la dalle du 3ème et qui soutenait la structure
à partir de cet étage a été identifié comme étant un IPE 200 avec les mesures indiquées par
le schéma suivant :

Poteau acier dont les


cotes ont été
mesurées

Photo 10.6 : déformation d’un poteau

_____________________________________________________________________________________________________
132/298
10.2.3 Cage d'escalier

La cage d'escalier situé au contact du pignon était constituée de poteau et poutre en béton armé
(photo 10.7) avec remplissage en parpaings et des marches en béton (photo 10.8).

Photo 10.7 : poteau et poutre béton Photo 10.8 : Marches en béton

10.3 LES ÉLÉMENTS RECUEILLIS

10.3.1 Le constat des dégâts causés par l’incendie :

Une partie du bâtiment s’est totalement effondrée sur 4 étages. Afin d'en comprendre les causes,
quelques éléments méritent une attention particulière :

 L’état d’un poteau qui semble avoir été soumis à de très fortes températures (photos 10.9 et
10.10) ;

Photo 10.9 : comportement particulier d'un poteau Photo 10.10 : détail du poteau fortement
déformé

 La rupture de points d’attache et d’une cornière (photo 10.11) ;

_____________________________________________________________________________________________________
133/298
Cornière de la poutre
entre le 2ème et 3ème
niveau

Photo 10.11 : rupture d’une cornière d’une poutre métallique

10.3.2 Le rapport des services de secours et les témoignages :

Lors de la visite, les informations suivantes ont été obtenues :


- à l'arrivée du premier véhicule il n'y avait que des fumées "molles " qui s'échappaient du
bâtiment, ne laissant pas présager un incendie violent à l'intérieur ;
- la cage d'escalier, en maçonnerie, n'était pas enfumée lorsque 4 SP ont pénétré dedans ;
- les SP sont allés jusqu'au 4ème pour localiser le foyer d'incendie et ont découvert qu'il était
au 1er étage ;
- l'appel a été reçu à 17:01:07 ;
- le premier véhicule est arrivé à 17:06 et le second à 17:08 ;
- il y a eu une 15ène de personnes qui travaillaient dans le garage qui ont été évacuées ;
- Une personne du garage avait vidé 2 extincteurs sur le foyer ;
- Le bâtiment s'est effondré à 17:21, le chef d'agrée le voyant descendre graduellement ;
- Il n'y a pas eu d'explosions, à proprement parler (peut-être quelques éclatements de
pneus) ;
- Un des pompiers, qui est intervenu, après l'effondrement avec une lance à partir de la
terrasse du bâtiment limitrophe (où un trou d'homme a été creusé), a indiqué qu'il avait
vue une flamme bleue dans l'angle du bâtiment (proche du poteau qui a été fortement
déformé), qu'il n'a pas pu éteindre ;
- Une cheminée est tombée dans la rue, mais cela s'est produit dans la nuit de samedi à
dimanche.
_____________________________________________________________________________________________________
134/298
10.4 SCÉNARIO D'INCENDIE PROBABLE

_____________________________________________________________________________________________________
135/298
10.4.1 La chronologie de l'incendie

6. ARRIVÉE DES EFFONDREMENT DU 7. EXTINCTION


4. ALERTE SERVICES SECOURS BÂTIMENT INCENDIE

2. Départ de feu 3. Développement et Propagation de Fiche et rapport d’intervention des pompiers


1. CONDITIONS l’incendie dans le bâtiment
INITIALES

17:01:07 17:06 -1er véhicule


17:08 – 2ème véhicule 17:21

________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________
136/298
10.4.2 Mécanisme de ruine probable

D'une part, il a été constaté que la structure du bâtiment consistait en un empilage d'éléments
structuraux sans de vraies liaisons entre eux. Il est vraisemblable que la structure de la cage
d'escalier trouvait sa stabilité par appui simple sur la structure acier avoisinante.

D'autre part, compte tenu de l'état fortement déformé du poteau métallique (photos 10.9 et 10.10) et
en l'absence de flux de fumées intense à l'extérieur (lors de l'arrivée des pompiers), il peut être
supposé que le feu était alors localisé auprès de ce poteau. Des essais effectués à la Station d'Essais
de Maizières les Metz ont montrés qu'avec un feu de voiture moderne, des températures de l'ordre de
1200 – 1300°C, dans un parking peuvent être atteintes (photo 10.12).

Dans ces conditions il peut être supposé une déformation excessive du poteau échauffé, entrainant
alors les poutres métalliques qui lui sont assemblés puis la désolidarisation et la déformation des
planchers béton, conduisant alors à l'instabilité d'une grande partie de la structure du garage, sur
laquelle l'ossature de la cage d'escalier était appuyée.

Il en est alors résulté l'effondrement de cette cage d'escalier avec les conséquences rapportées ci-
avant.

_____________________________________________________________________________________________________
137/298
ANNEXE F10

Photo avant sinistre (ci-dessus) et après sinistre (ci-dessous)

_____________________________________________________________________________________________________
138/298
11 SINISTRE F11
11.1 DESCRIPTION DES LIEUX ET DES INSTALLATIONS DE SÉCURITÉ

Le centre médical, est classé en établissement recevant du public du type U de 3ème catégorie.
L’établissement ne comporte pas de locaux réservés au sommeil (hôpital de jour).

Photo 11.1 : façade de l'établissement

Le centre médical est constitué de deux bâtiments élevés de 6 étages sur rez-de-chaussée et un
niveau de sous-sol :
- les étages aménagés en différents services regroupent approximativement 70 postes de
consultation et des locaux administratifs ;
- le sous-sol commun aux deux bâtiments comprend des locaux accessibles au public (salle de
radiologie / mammographie et postes de consultation) des locaux techniques et des réserves.
Il est desservi par trois escaliers encloisonnés et un escalier à l’air libre et il est équipé des
installations de sécurité suivantes :
- un éclairage de sécurité réalisé au moyen de blocs autonomes ;
- un désenfumage naturel des escaliers ;
- un système de sécurité incendie (SSI) de catégorie A.

11.2 INFORMATIONS RECUEILLIES

Lorsque l’incendie s’est déclaré, l’établissement était en cours d’exploitation et un effectif d’environ
150 à 180 personnes était présent dans l’ensemble des deux bâtiments.
Des éléments recueillis sur les lieux, il apparaît que plusieurs évènements permettent d'élaborer une
chronologie des faits :

_____________________________________________________________________________________________________
139/298
- à 13h30 l'agent de sûreté présent dans le bâtiment fait une ronde au sous-sol sans percevoir de
fumée ni de flamme,

- à 13h40 le personnel en charge des consultations de mammographie situées au sous-sol fait le


même constat,

- à 14h40 le réseau téléphonique se met en dérangement.

- vers 15h00 la fumée est constatée provenant du sous-sol. L'agent de sûreté tente une extinction, le
personnel du centre médical procède à l'évacuation du public.

Les secours sont alertés à 15h19 (source BSPP).

Aucun blessé n'est à déplorer parmi le public. L'agent de sûreté est légèrement intoxiqué par les
fumées.

Aucun élément du système de sécurité incendie n'a fonctionné (détection de fumée et alarme sonore
d'évacuation).

L'origine du sinistre est située au sous-sol dans une circulation comprise entre la salle de
mammographie et une salle d'attente.

Cette circulation non accessible par le public dessert notamment le magasin et des petits locaux de
stockage. La surface affectée par le sinistre est d'environ 25m².

Il a été constaté un dépôt important de matériaux divers comme des dossiers médicaux, des boites de
films radiographiques, des cartons de produits divers utilisables le samedi en l'absence du
gestionnaire du magasin.

Les dégâts concernent essentiellement ces éléments combustibles posés sur le sol ainsi que les
installations techniques cheminant dans les faux plafonds.
Les fumées de combustion ont produit des suies qui se sont déposés dans les locaux mitoyens,
notamment dans la salle de mammographie.

Plusieurs foyers d'incendie sont visibles le long de cette circulation. Certains sont imputables à la
chute de matériaux enflammés du faux plafond sur des cartonnages et matériaux divers, trois autres
plus importants résultent de mises de feu indépendantes.

Le foyer principal est situé devant la réserve de film et développeur radiographie, à 1m50 environ de
la porte d'accès à la salle de mammographie, le deuxième le long de la paroi du local entretien et le
troisième à gauche de l'accès au magasin.
L’équipement d’alarme précédent a été remplacé en juin 2007 par un SSI de catégorie A de marque
Chubb Sécurité - type UTI.com (photographies n° 2, 3 et 4). Le matériel central du SSI est implanté à
l’accueil, au niveau du standard téléphonique. L’installation n’était pas encore totalement achevée.
Le système de sécurité incendie étant inopérant, l’ordre d’évacuation du public a été délivré
verbalement par le personnel qui s’est rendu dans toutes les salles ; l’évacuation s’est déroulée
rapidement et sans panique.
De plus :
- le personnel de l’accueil n’est pas en mesure d’exploiter les informations en provenance du SSI,
une seule personne, absente au moment de l’incendie, a le niveau d’accès 2 requis. Ainsi, les
personnes présentes à l’accueil au moment du sinistre n’ont pas su déclencher la diffusion de
l’alarme générale manuellement à partir de la commande de l’unité de gestion d’alarme (UGA) ;
- une carte électronique du SSI se rapportant aux zones de détection était défectueuse la semaine
précédant l’incendie, entraînant la mise hors service ou le dérangement de plusieurs zones de
détection manuelle ;

_____________________________________________________________________________________________________
140/298
- un déclencheur manuel du sous-sol aurait été sollicité au moment du sinistre avec
déclenchement de l’alarme restreinte au tableau de signalisation, mais sans diffusion de l’alarme
générale (ce déclencheur manuel a été détruit au cours de l’incendie).

11.3 CONSTATATIONS

On constate effectivement l’existence d’un matériel central implanté au niveau du standard


téléphonique (photographies n°2, 3 et 4).

Photo 11.2 : matériel central du SSI

Photo 11.3 : estampille d'admission à la marque NF du matériel central

_____________________________________________________________________________________________________
141/298
Photo 11.4 : fiche signalétique du matériel central

Étant donné que le système est toujours en cours d’installation :


- le tableau de signalisation du matériel central du SSI affiche « Hors Service système» et
plusieurs zones de détection manuelle sont en « court circuit » ou en « circuit ouvert » (photo
11.5) ;
- les boucles de détection automatique d’incendie existantes ne sont pas raccordées (photos 11.6
et 11.7).

Photo 11.5 : signalisation des défauts sur le tableau du SSI

_____________________________________________________________________________________________________
142/298
Photo 11.6 : câbles en attente de raccordement

Photo 11.7 : câbles en attente de raccordement


Enfin :
- les événements du samedi 1er décembre (jour du sinistre) ne figurent plus dans le journal tenu
automatiquement par l’Équipement de Contrôle et de Signalisation du SSI.

_____________________________________________________________________________________________________
143/298
11.4 ASPECT RÉGLEMENTAIRE

On relève les anomalies suivantes :


- l’installation du S.S.I. de catégorie A n’a pas fait l’objet d’un dépôt de dossier préalable auprès
des services administratifs compétents, contrairement aux dispositions de l’article R123-23 du
Code de la Construction et de l’Habitation. De plus il n’a pas été prévu une mission de
coordination pour sa mise en place, ni une vérification de l’installation par un organisme agréé ;
- l’absence d’une personne qualifiée pendant la présence du public ne répond pas aux dispositions
de l’article MS57 du règlement de sécurité. Ainsi, l’ordre d’évacuation du public a dû être délivré
verbalement alors que le déclenchement de l’alarme générale d’évacuation peut être obtenu à
partir de la commande centralisée de l’UGA. Or, le personnel présent à proximité du tableau n’a
visiblement pas su procéder à cette manœuvre ;
- aucun stockage n’aurait dû se trouver dans la circulation où s’est produit le sinistre car celle-ci
conduisait à la sortie de secours des locaux adjacents recevant du public.
Remarque importante :
- dans un établissement de type U de 3ème catégorie sans locaux à sommeil (cas présent), il n’est
exigé réglementairement qu’un équipement d’alarme de type 3. La mise en œuvre d’un
équipement d’alarme de type 1 (SSI de catégorie A) n’est pas interdite mais elle nécessite que
l’on prévoie des moyens d’exploitation adaptés (présence d’un personnel de sécurité formé
pendant l’exploitation de l’établissement), ce qui visiblement n’est pas le cas ici. En d’autres
termes : le niveau de performance espéré est entièrement illusoire si on ne se dote pas des
moyens d’exploitation nécessaires.

11.5 CONCLUSION

L’incendie du 1er décembre 2007 s’est déclaré dans un établissement dans lequel plusieurs
manquements et dysfonctionnements se rapportant à l’équipement d’alarme se sont produits. En effet,
on constate à la fois, le non-respect de la procédure qui conditionne les travaux de mise en place d’un
nouveau SSI, la défectuosité de l’équipement installé et l’absence d’un personnel qualifié pour son
exploitation lors du sinistre.
Ainsi, le système de sécurité incendie n’a été d’aucune utilité, ce qui, en d’autres circonstances, aurait
pu entraîner de très graves conséquences pour le public présent.

_____________________________________________________________________________________________________
144/298
12 SINISTRE F12
12.1 RÉSUMÉ

Mercredi 19 Mars 2008, un entrepôt de stockage et d’expédition de produits pharmaceutiques est


ravagé par les flammes. Le système de sécurité aurait permis de localiser le lieu de départ de
l’incendie dans une cellule de stockage aux environ de 6 heures du matin. Le feu s’est ensuite
propagé à deux autres cellules de stockage. Après 3 heures d’intervention des services de secours,
l’incendie fut maîtrisé à 9H50 et endommagea finalement environ 12 000 m² de l’entrepôt.

12.2 BÂTIMENT

12.2.1 Description générale

Le bâtiment destiné à conditionner, stocker et expédier des produits pharmaceutiques est une ICPE
rubrique 1510 concernant les entrepôts couverts. La surface totale de l’entrepôt de la société victime
s’étend sur une surface d’environ 50 000m². La photo aérienne ci-dessous permet de visualiser le
bâtiment concerné.

Photo 12.1 : Vue aérienne de l’entrepôt

Afin d’avoir une idée plus précise de l’activité et de l’organisation de l’entreprise voici quelques chiffres
issues du site internet de la société exploitant l’entrepôt en question.

_____________________________________________________________________________________________________
145/298
Tableau 12.1 : Information générales sur l’exploitation du bâtiment

Une surface d’environ 12 000m² représenté par les 4 zones sur la photo ci-dessous a été touchée par
l’incendie. Les zones 1 et 2 sont des zones de stockage où sont entreposés sur des racks d’environ
10 m de hauteur une grande quantité de produits différents tels aliments nutritionnels, crèmes,
magazine, produits plus ou moins inflammables… La zone 3 correspondait principalement à du
conditionnement (mise en carton). Un employé nous explique que cette partie n’était pas très chargée
calorifiquement. Dans cette zone 3 le self de l’entreprise occupait une partie du 1er étage celui-ci était
aussi sinistré. Enfin la zone 4 correspondait à une zone d’expédition ou réception (présence de quai).
Cette zone comportait aussi peu de charge calorifique.

Photo 12.2 : Zones sinistrées du bâtiment

_____________________________________________________________________________________________________
146/298
Voici les dimensions et contenu des différentes cellules/zones sinistrées :

Dimension Surface (m²) Contenue/quantité


11 000 palettes de
Zone 1 75 m sur 50 m 3750
produits divers
11 000 palettes de
Zone 2 70 m sur 50 m 3500
produits divers
4 000 palettes de
Zone 3 20m sur 50 m 1000
produits divers
Zone 4 100m sur 35 m 3500 négligeable

12.2.2 Structure

Il s’agit d’une structure métallique. Chaque cellule est séparée de l’autre par un mur coupe feu sauf la
cellule 1 (zone 1) et cellule 2 (zone 2) qui sont séparées par un mur en parpaing ne répondant pas à
d’exigences spécifiques. Vis-à-vis de l’extérieur le bâtiment est protégé par un bardage métallique.
Les plans consultés sur place le jour du sinistre (cf. photo 12.3 et 12.4) indiquent l’implantation des
poteaux de la structure et des murs coupe feu entre les cellules.

Photo 12.3 : plan et implantation des poteaux

_____________________________________________________________________________________________________
147/298
Photo 12.4 : plan de la cellule 2 et implantation des poteaux

Entre chaque poteaux métalliques espacés de 15 m se trouvaient 2 potelets pour le maintient du


bardage espacés de 5 m chacun.

Les figures ci-dessous les dimensions des poteaux et potelets.

190 150

450 300

Figure 12.1 : Dimension des poteaux Figure 12.2 : Dimension des potelets

A partir des locaux qui n’ont pas été touchés (photo 12.5) et des constations des débris sur sinistre
(photo 12.6), il est possible d’avancer que des poutres treillis supportait la toiture constituée d’un
bardage associé à un revêtement bitumineux en partie extérieure.

_____________________________________________________________________________________________________
148/298
Photo 12.5 : Poutres treillis en zone non sinistrée

Photo 12.6 : Poutres treillis en zone sinistrée

12.3 CONSTATATIONS

Les zones principalement touchées par le sinistre sont des zones de stockage où des palettes de
produits étaient entreposées sur des racks. La photo 12.7 ci-dessous prise dans une partie épargnée
par l’incendie rend compte du stockage dans les cellules 1 et 2 avant sinistre.

_____________________________________________________________________________________________________
149/298
Photo 12.7: Stockage sur rack avant sinistre

Pour chaque zone décrite précédemment sur la photo 12.2 voici les dommages principaux constatés :

 Zone 1 : il s’agirait de la zone de départ de l’incendie. La totalité de la structure s’est effondrée


vers l’intérieur. La photo ci-dessous montre le mur de séparation entre les zones 1 et 2 vue de
la zone 1.

Photo 12.8 : Mur de séparation


entre zone 1 et 2

 Zone 2 : c’est la seconde zone temporellement touchée par l’incendie. La photo 12.9 ci-
dessous montre le mur de séparation entre les zones 1 et 2 vue de la zone 2 ainsi qu’une
partie de la toiture et quelques racks encore debout.

_____________________________________________________________________________________________________
150/298
Photo 12.9 : Mur de séparation entre zone 1 et 2 +toiture zone 2

Le reste de cette cellule s’est effondrée vers l’intérieur (cf. photo 12.10).

Remarque : comme on l’observe sur la photo ci-dessus, on peut supposer que le mur séparatif reste
en place du fait que la toiture au voisinage de ce mur ne s’est pas effondrée celle-ci étant supportée
par les racks.

Photo 12.10 : Effondrement vers


l’intérieur

 Zone 3 : Un mur coupe feu séparait les 2 cellules correspondant aux zones 2 et 3. L’incendie
s’est propagé entre ces 2 zones (cf. photo 12.11). La ta totalité de cette zone est sinistrée.

_____________________________________________________________________________________________________
151/298
Photo 12.11 : Mur CF vu de la zone 3

 Zone 4 : Pas de séparation physique entre cette zone et la zone 2. L’incendie à pu se


propager sans difficulté à cette zone mais la charge calorifique n’étant pas très importante
dans cette zone la toiture et les éléments de structure ont mieux résistés (cf. photo 12.12)

Photo 12.12 : Etat de la toiture et structure en zone 4

 Zone non touchée : Les murs coupe feu séparant les zones de stockage des zones
d’expédition et conditionnement ont joué leur rôle. Toutefois des dégradations ont été
constatées (photo 12.13).

_____________________________________________________________________________________________________
152/298
Photo 12.13 : Dégradation du mur coupe feu

12.4 SCÉNARIO POTENTIEL

Le feu aurait débuté vers 6h du matin dans la zone 1 à l’endroit précisé par un point rouge sur la
photo 12.14.

Photo 12.14 : Départ du feu

Le témoignage d’un employé présent sur les lieux à environ 6h 20 mentionne que dans la zone 4 il y
avait de la fumée noire et qu’il apercevait des flammes lécher la toiture dans la zone 2.

Actuellement aucune indication sur les causes de l’incendie.

Concernant la propagation de l’incendie de la zone 1 à 2, le mur de séparation a été franchi


rapidement environ 20 min après le départ de l’incendie d’après les témoignages. Ce mur de
séparation entre les 2 zones de stockage comportait trois ouverture dont 2 étaient fermées par des
portes lors de la visite et dont une où il n’y avait rien (cf. photo 12.15).

_____________________________________________________________________________________________________
153/298
Photo 12.15 : Ouverture dans le mur
séparatif

Un tapis roulant mettait en communication directe les deux cellules. Un trou d’environ 1m² permettait
le passage de ce tapis roulant (cf. photo 12.16).

Photo 12.16 : Dégradation du mur coupe feu

12.5 POINTS CARACTÉRISTIQUES DU SINISTRE

Les points suivant sont événements ou éléments particuliers liés à cet incendie :

- Propagation entre cellules ;

_____________________________________________________________________________________________________
154/298
13 SINSITRE F13
13.1 RÉSUMÉ

Lundi 7 Avril 2008 vers 13h10, dans un bâtiment d’habitation R+4, un incendie débute dans le salon
d’un appartement du RDC. Puis l’incendie se propage par la façade de l’immeuble en enflammant les
huisseries des portes fenêtres et gardes corps en PVC des étages supérieurs. A l’intérieur, l’incendie
s’est aussi propagé dans les logements à chaque niveau et dans la cage d’escaliers jusqu’au 2ème
étage. Les gaz chauds se sont accumulés en partie haute de la cage d’escaliers et n’ont pu être
évacué immédiatement à l’arrivée des secours car la commande de l’exutoire n’a pas fonctionné.
Cependant il n’y pas eu de propagation par l’escalier. Les dégâts dans la cage d’escaliers restent
relativement peu importants et principalement causés par le dépôt de suies.

13.2 2. BÂTIMENT

13.2.1 Description générale

Il s’agit d’un immeuble d’habitation R+4 de 3ème famille construit en 1957. L’aspect intéressant que
présente ce sinistre est la propagation de l’incendie par la façade et plus précisément par les
huisseries des grandes fenêtres.

Photo 13.1 : Bâtiment

La façade ne répondait pas à la règle du C+D > 0,60 m fixé par l’arrêté du 10 septembre 1970 reprise
dans celui du 31 janvier 1986.

13.2.2 Structure

La structure du bâtiment est en béton classique.

13.3 CONSTATATIONS

13.3.1 Propagation en façade

Comme le montre les photos 13.2 et 13.3 ci-dessous, la charge calorifique en façade est assez
importante à chaque niveau (gardes corps + huisseries des portes fenêtres en PVC + polystyrène en
façade) et le C+D n’étant que d’environ 40 cm, l’incendie a pu se propager d’un étage à l’autre sans
difficulté et rapidement.

_____________________________________________________________________________________________________
155/298
Photo 13.2 : Façade suite à la Photo 13.3 : Etat de la façade avant
propagation sinistre

Sur la façade arrière de l’immeuble, où la fenêtre de la cuisine de l’appartement d’origine donnait, il a


pu être constaté qu’une partie du revêtement mural au-dessus de la fenêtre avait participé à la
propagation de l’incendie vers l’étage supérieur (cf. photo 13.4). Sur les lieux, il a été constaté que le
revêtement de façade était constitué d’une couche de polystyrène recouvert d’une toile servant de
support au projeté (cf. photo 13.5).

Photo 13.4 : Dégâts sur la façade Photo 13.5 : Revêtement de la


arrière façade

13.3.2 Propagation par la cage d’escaliers

Lors du sauvetage de l’occupant de l’appartement d’origine, les voisins ont laissé la porte de
l’appartement ouverte ce qui a favorisé la propagation de l’incendie dans la cage d’escaliers. La photo
13.6 montre par les dégâts sur le mur de la cage d’escaliers en face de la porte d’appartement entre
le RDC et le 1er étage un cône dirigé vers la fenêtre brisée par la chaleur.

_____________________________________________________________________________________________________
156/298
Photo 13.6 : Cage d’escaliers

13.4 SCÉNARIO POTENTIEL

L’origine de l’incendie serait accidentelle et causée par une cigarette dans le salon de l’appartement
d’une personne âgée du RDC entre 13h05 et 13h10.

L’occupant n’ayant pas tout ces esprits ne souhaitait pas évacuer son appartement en restant dans sa
cuisine. Finalement, ce sont des voisins qui sont allés le chercher pour l’évacuer de l’immeuble avant
l’arrivée des pompiers soit entre 13h10 et 13h15.

En sortant de l’appartement en question les personnes n’ont pas refermées la portes d’entrée ce qui a
permis aux gaz chauds et fumée de se propager dans la cage d’escaliers.

A l’arrivée des pompiers à 13h15, l’incendie c’était déjà propagé sur toute la hauteur de la façade de
l’immeuble du RDC au 4ème étage. Cette propagation serait plus due à la présence des huisseries
qu’aux gardes corps à chaque niveau sans respect de la règle du C+D.

La commande de désenfumage que les pompiers ont actionnés à leur arrivé n’a pas fonctionné.

L’exutoire au-dessus de la cage d’escaliers est resté bloqué jusqu’à ce que les pompiers le
débloquent. Ce blocage de l’exutoire a favorisé l’accumulation de gaz chaud en partie haute de la
cage d’escaliers au niveau du 4ème étage. Les dommages constatés dans cette partie ne sont que des
gaines et boitier en matières plastique qui ont fondues ce qui permet d’estimer une température
avoisinant les 200°C.

Suite à la propagation en façade, l’incendie s’est propagé dans les pièces situées en façade des
appartements des étages supérieurs.

L’incendie est ensuite rapidement maitrisé par les sapeurs pompiers.

13.5 POINTS CARACTÉRISTIQUES DU SINISTRE

Les points suivant sont événements ou éléments particuliers liés à cet incendie :
- tiré lâché qui n’a pas fonctionné ;
- propagation en façade par les huisseries en PVC ;
- revêtement de façade n’offrant pas de performances satisfaisante en réaction au feu ;
- immeuble ancien ne respectant pas la règle du C+D.

_____________________________________________________________________________________________________
157/298
ANNEXE F13
Règle C+D de l’arrêté du 31 janvier 1986

_____________________________________________________________________________________________________
158/298
14 SINSITRE F14
14.1 RÉSUMÉ

Jeudi 29 Mai 2008, aux alentour de 19h, un incendie se déclenche dans une des cellules d’un
entrepôt de peinture. Cette entrepôt divisé en plusieurs cellules dont une dédiée à la vente n’était pas
occupé au moment des faits. L’incendie s’est propagé de cellule en cellule en dégageant un important
panache de fumée repérable à plusieurs kilomètres à la ronde. L’intervention des pompiers a permis
de circonscrire l’incendie en évitant sa propagation à un pavillon tiers. Finalement, cet incendie a
gravement endommagé l’entrepôt et provoqué la ruine de la quasi-totalité de sa toiture.

14.2 BÂTIMENT

14.2.1 Description générale

A partir des pièces communiquées par la cellule prévention de la BSPP, la demande de permis de
construire suite à un changement de destination du bâtiment précise que ce bâtiment est un ERP de
5ème catégorie. Le bâtiment était divisé en plusieurs parties (cf. photo 14.1) :

- Au sous-sol où se trouvaient des caves ;


- Au RDC : principalement une zone de vente, une zone de stockage, un atelier de
colorimétrie, et une zone de livraison ;
- une partie mezzanine : des bureaux et ateliers ;

Photo 14.1 : Plan du bâtiment

Les locaux de stockage étaient considérés comme des locaux à risques importants.

_____________________________________________________________________________________________________
159/298
14.2.2 Contexte géographique

Le bâtiment sinistré a sa façade principale qui donne sur l’avenue de Verdun. C’est par cette face que
se fait l’accès à la partie vente et livraison. Les employés qui travaillaient dans l’atelier accédaient par
la façade arrière du bâtiment qui donnait sur un parking. De chaque coté du bâtiment se trouvaient
des pavillons à simple RDC. L’un était accolé au bâtiment sinistré l’autre se trouvait à une dizaine de
mètre.

14.2.3 Structure

La structure principale du bâtiment est faite de béton et de mur en parpaings. La structure de la


charpente principale du bâtiment est un mélange d’éléments en acier et d’éléments bois. Les fermes
sont en aciers. La toiture comporte des poutres treillis en acier (cf. photo 14.2) et d’autres en bois (cf.
photo 14.3).

Photo 14.2 : Poutre treillis en acier Photo 14.3 : Poutre bois

La toiture est soutenue par des murs en parpaing et des poteaux en acier.

Il est précisé dans la notice de sécurité que les locaux de stockage sont isolés des locaux accessibles
au public par des murs coupe feu 2h, cette séparation était réalisée par un mur de parpaing.

14.2.4 La réglementation

La notice de sécurité donne en fonction du classement du bâtiment et des risques qu’il comporte des
indications sur les exigences en matière de résistance au feu des structures :
- l’établissement doit être isolé des tiers par des murs coupe feu 2h ;
- les éléments porteurs de la structure dans la réserve doivent être stables au feu 2h ;
- les locaux de stockage doivent être isolés des locaux accessibles au public par une
enveloppe coupe feu 2h (cloisons, planchers et faux plafonds) et les éléments de structures
doivent être stable 2h ;

Il est aussi précisé :

_____________________________________________________________________________________________________
160/298
14.3 CONSTATATIONS

D’après les photos et informations transmises par la cellule prévention de la BSPP, les éléments
suivant ont pu être recueillis :
- l'incendie a été détecté vers 19h soit 1h 30 après la fermeture du magasin, il a été maîtrisé
vers 20h ;
- ruine de la quasi totalité de la charpente ;
- un accès entre la réserve et la zone accessible au public a été percé dans le mur CF 2h
sans mise en place de porte (cf. photo 14.4) ;
- la porte coulissante entre la zone de livraison et la réserve est restée ouverte lors de
l’incendie (cf. photo 14.5), le système de déclenchement par détecteur autonome n’a pas
fonctionné ou la porte était bloquée ;
- la porte séparant l’atelier de colorimétrie de la réserve comporte des traces d’un panache
sur l’ouvrant droit (cf. photo 14.6), ce qui mène à penser qu’elle était ouverte.

Photo 14.4 : accès entre la réserve


et la partie accessible au public

_____________________________________________________________________________________________________
161/298
Photo 14.5 : porte coulissante entre la réserve et la zone de livraison

Photo 14.6 : trace de panache sur la


porte CF

14.4 SCÉNARIO POTENTIEL

L’origine et le lieu de départ de l’incendie ne sont pas clairement identifiés. Toutefois, la cellule
prévention de la BSPP soumet l’hypothèse d’un départ de feu dans la zone de vente. Le feu se serait
ensuite propagé aux autres cellules sans trouver d’obstacle du fait que les multiples accès entre les
volumes n’étaient pas obstrués par la fermeture des portes lorsqu’elles existaient. Le caractère
facilement inflammable des produits stockés tels que solvants et peintures ont de la même manière
favorisé le développement et la propagation de l’incendie.

14.5 POINTS CARACTÉRISTIQUES DU SINISTRE

Les points suivant sont les événements ou éléments particuliers liés à cet incendie :
- des exigences de la réglementation non respectées tels qu’un accès percé dans le mur coupe
feu 2 H ;
- le système de déclenchement par détecteur autonome n’a pas fonctionné ou la porte était
bloquée ;
- la porte séparant l’atelier de colorimétrie de la était ouverte ;
- stockage très inflammable ;

_____________________________________________________________________________________________________
162/298
15 SINISTRE F15
15.1 RÉSUMÉ

Mardi 3 juin 2008, aux alentours de 14h lors de travaux effectués sur la toiture d’un entrepôt un
incendie se déclenche. L’incendie n’a détruit qu’une partie restreinte de la toiture du bâtiment. Aucun
dommage aux structures et aucune propagation à l’intérieur de l’entrepôt n’a eu lieu de même
qu’aucune propagation vers les entrepôts environnant n’a été constatée. L’intervention des pompiers
a permis de circonscrire l’incendie en toiture, en conséquence les dommages restent localisés à cette
toiture.

15.2 BÂTIMENT

15.2.1 Description générale

L’entrepôt touché était un atelier destiné au travail sur des wagons. La toiture était à environ 10m de
hauteur et alternait entre une partie plane horizontale avec un revêtement bitumineux et une partie
bombée en PVC translucide qui servait d’éclairage zénithal à l’atelier (cf. photo 15.1).

Photo 15.1 : toiture de l’entrepôt sinistré

Une partie de ces plaques bombées se soulevaient et faisaient office de système de désenfumage (cf.
photo 15.2).

Photo 15.2 : ouvrant en toiture

_____________________________________________________________________________________________________
163/298
15.2.2 Structure

Il s’agit d’une structure métallique avec un bardage métallique en façade.

15.3 CONSTATATIONS

 L’incendie a détruit 6 travées dont 1 partiellement. Ces travées étaient constituées de taules
en polyester et fibre de verre. Il n’y a pas eu de dommage sur la façade ou sur le reste de la
toiture (cf. photo 15.3).

Photo 15.3 : dommage en toiture

 L’intérieur de l’atelier n’a pas été touché et est intact (cf. photo 15.4).

Photo 15.4 : intérieur du bâtiment

_____________________________________________________________________________________________________
164/298
15.4 SCÉNARIO POTENTIEL

Lors de la pose de revêtement bitumineux à l’aide d’un chalumeau, le feu a pris sur une galerie
d’éclairage zénithal puis l’incendie s’est propagé aux autres galeries du même type. Y’a-t-il eu
propagation par le revêtement bitumineux ou est-ce le vent intense ce jour là qui a favorisé la
propagation ? (il faudrait savoir où avaient lieu les travaux, si le premier à avoir brulé est en bout de
ceux qui ont brulé alors il est possible de dire que le vent et le paramètre le plus influent dans la
propagation).

15.5 POINTS CARACTÉRISTIQUES DU SINISTRE

Les points suivant sont événements ou éléments particuliers liés à cet incendie :

- propagation en toiture ;

_____________________________________________________________________________________________________
165/298
16 SINISTRE F16
16.1 RÉSUMÉ

Lundi 30 juin 2008, aux alentours de 16h un incendie se déclare dans une zone de stockage d’un
établissement de fabrication de produits textiles. L’incendie s’est propagé au sein de l’établissement
constitué de plusieurs types de structure mais également à une construction adjacente appartenant à
une concession automobile. Un début de propagation à la toiture d’une habitation voisine fut stoppé à
temps grâce à l’intervention des Sapeurs pompiers de Paris. Cet incendie n’a occasionné aucune
victime mais a gravement endommagé le bâtiment en béton et briques où se situaient les ateliers et
bureaux ainsi que son annexe en structure métallique légère qui servait de stockage pour les bobines
de textile.

16.2 LE BÂTIMENT ET SON ENVIRONNEMENT

Le bâtiment principalement touché se situe entre un concessionnaire automobile, le reste de


l’établissement de fabrication textile et des habitations. Le site est accessible sur deux faces par
l’intermédiaire de deux axes routiers (cf. photo 16.1).

Photo 16.1 : toiture de l’entrepôt sinistré

Partie non sinistrée de l’établissement.

Partie sinistrée de l’établissement en béton et briques.

Partie sinistrée de l’établissement en structure métallique légère et bardage.

Partie sinistrée de l’établissement voisin (concessionnaire automobile).

Le bâtiment en briques et béton (partie encadrée en rouge sur la photo 16.1) était un R+1 datant
vraisemblablement des années 70. Il abritait des ateliers de confection, de conditionnement et des
bureaux.

Une annexe ou appentis en structure métallique légère jouxtait ce bâtiment sur 2 de ses faces (cf.
encadré orange de la photo 16.1) à hauteur du RDC. Cet appentis avait une couverture en bardage

_____________________________________________________________________________________________________
166/298
métallique et était recoupé en certains endroits par des murs en parpaings. L’appentis longeait la
concession automobile et ses constructions. Des plaques de béton séparaient les 2 établissements et
les constructions qui en dépendaient.

Sur la photo 16.2, prise à partir d’un local de la concession, les trois constructions décrites ci-dessus
sont visibles. Au premier plan, le local de la concession, le mur de séparation, l’appentis en structure
métallique puis en arrière plan le bâtiment en brique et béton.

Photo 16.2 : situation

La photo 16.3 montre un panorama du bâtiment principalement touché celui encadré en rouge sur la
photo 16.1.

Photo 16.3 : vue du bâtiment principalement touché (photo prise du concessionnaire)

16.3 CONSTATATIONS

L’ouvrage en brique, qui correspond aux zones d’atelier est très endommagé. Un pilier de soutien de
la toiture ne joue plus son rôle (cf. photo 16.4). La partie du mur sur lequel ce pilier semblait s’appuyer
est effondrée (cf. photo 16.4). La photo 16.5 montre une cassure nette de ce pilier. La dalle supérieure

_____________________________________________________________________________________________________
167/298
soutenue par ce pilier s’est affaissée (photo 16.6). La charge combustible intérieure est en partie
consommée.

Photo 16.4 : pilier de soutien de la


Photo 16.5 : détail du pied du pilier
charpente désolidarisé de la structure

Photo 16.6 : Affaissement de la toiture

L’incendie a endommagé une partie de la charpente et le cadre d’une fenêtre d’une habitation voisine
à l’ouvrage sinistré, située à une dizaine de mètres.

Photo 16.7 : Propagation à l’habitation voisine Photo 16.8 : Propagation par la toiture

_____________________________________________________________________________________________________
168/298
Photo 16.9 : Propagation à la fenêtre
d’une habitation voisine

16.4 SCÉNARIO POTENTIEL

L’alerte a été donnée par le voisinage qui a détecté une fumée sortant d’une zone de l’appentis située
à proximité de la construction (du type Algéco) du concessionnaire. Cette zone sert de stockage de
produits textiles. L’origine de l’incendie est ignorée. Le feu se serait ensuite très rapidement propagé
au reste du stockage et au reste de l’établissement avant que les pompiers n’interviennent.

D’après les témoins rencontrés lors de la visite le vent aurait joué un rôle non négligeable dans la
propagation de l’incendie. Le vent était orienté dans le sens « du concessionnaire vers l’établissement
textile » et « de l’établissement textile vers l’habitation touchée ». Ce vent aurait favorisé la
propagation de l’incendie au sein de l’établissement mais n’était pas suffisant pour empêcher la
propagation vers le concessionnaire.

16.5 POINTS CARACTÉRISTIQUES DU SINISTRE

- La charge calorifique dans le local d’origine était très importante et principalement constituée
de produits textiles ;
- La propagation de l’incendie de la zone d’origine à une construction voisine a pu être
favorisée par leur proximité et leur position relative (pratiquement cote à cote avec une partie
de la construction voisine qui dépassait du mur de parpaing servant de séparation), mais
aussi par la nature des matériaux dont était constitué l’abri voisin (charpente en bois et
structure légère).
- La propagation à une habitation voisine qui a pu se faire par l’intermédiaire des arbustes la
séparant de l’établissement d’origine. La direction du vent a put être un facteur non
négligeable dans cette propagation.

_____________________________________________________________________________________________________
169/298
17 SINISTRE F17
17.1 RÉSUMÉ

Samedi 12 juillet 2008, aux alentours de 22h40 un incendie se déclare dans une habitation situé au
2ème étage d’un immeuble R+14. De cette habitation, l’incendie se propage au balcon puis aux balcons
des étages supérieurs. L’incendie a endommagé une dizaine d’étages en façade, du 1er au 11ème
étage. La propagation de l’incendie des balcons vers l’intérieur des logements ne s’est produite que
pour le 4ème et 5ème étage. Cet incendie entraina l’évacuation d’environ 200 personnes. L’intervention
des pompiers dura environ 4h. Aucune victime n’est à déplorée.

17.2 LE BÂTIMENT ET SON ENVIRONNEMENT

Situé dans une zone de grands ensembles, l’immeuble d’habitation touché par l’incendie est un R+14
(Cf. photo 17.1). Construit dans les 70, il s’agit d’un immeuble de 4ème famille (plancher bas du dernier
niveau à plus de 28 m au sens de l’arrêté du 10 septembre 1970 si il n’y a pas eu de rénovation
nécessitant un permis de construire depuis la mise en application de l’arrêté du 31 janvier 1986).

Photo 17.1 : Façade du bâtiment sinistré

Le bâtiment est en béton. Les gardes corps des balcons touchés étaient en matière plastique PVC
(Cf. photo 17.2).

_____________________________________________________________________________________________________
170/298
Photo 17.2 : situation

17.3 CONSTATATIONS

Les accès aux logements étant condamnés, il n’a pu être possible de constater les dégâts
occasionnés par l’incendie à l’intérieur des logements. Le constat est dressé à partir des dégâts
visibles en façade.

L’origine du foyer se trouvant au 2ème étage et voyant les dégâts causés au 4ème et 5ème étage, il est
intéressant de souligner que le 3ème étage n’a été que très peu impacté (Cf. photo 17.3,17.4 et 17.5).
La bais vitré de cet étage est peu endommagée, seule la partie extérieure du double vitrage s’est
brisée et le rideau à l’intérieur du logement n’est pas brulé (Cf. photo 17.5). Aucun produit n’est stocké
sur le balcon.

4ème étage

3ème étage

2nd étage

Photo 17.3 : 2nd, 3ème et 4ème étage

_____________________________________________________________________________________________________
171/298
Photo 17.4 : 2ème et 3ème étage

Photo 17.5 : 3ème et 4ème étage

Le 4ème étage est très touché. Le garde corps de cet étage est totalement consumé et l’intérieur du
logement (vus de l’extérieur) est sinistré au vue du mur intérieur couvert de suies (Cf. photo 17.6).

Photo 17.6 : 4ème et 5ème étage

_____________________________________________________________________________________________________
172/298
Au 5ème étage, la partie en aluminium des gardes corps subsiste bien que toute la partie PVC soit
consumée. L’intérieur du logement semble peu impacté par l’incendie car on observe que les murs à
l’intérieur du logement sont encore blancs.

Puis plus l’étage est haut plus les dommages sur les gardes corps et produits entreposés sur les
balcons se réduisent (Cf. photo 17.7). Plus aucun dommage n’est constaté à partir du 12ème étage.

Photo 17.7 : tables et chaises stockés sur les balcons

Aucune propagation horizontale n’est constatée. Les fenêtres situées à droite des balcons touchés
ainsi que les balcons situés à gauche n’ont subit aucun dommages apparents.

17.4 SCÉNARIO POTENTIEL

L’incendie débute dans un logement du second étage puis se propage au balcon. De ce balcon du
second étage, l’incendie se propage aux balcons supérieurs jusqu’au 11ème étage. La propagation de
l’incendie d’étage à étage a pu être favorisée par les gardes en corps en PVC et les produits stockés
sur les balcons de chaque étage (tables, chaises…).

17.5 POINTS CARACTÉRISTIQUES DU SINISTRE

 Propagation horizontale en façade ;


 Pour les derniers étages encore peu impactés, on observe qu’il y a toujours des matériaux de
stockés. En supposant qu’il en soit de même pour ceux touchés, le stockage des balcons a
sans doute alimenté l’incendie et favorisé sa propagation horizontale et verticale (dans les
logements) ;
 Le 3ème étage est très peu impacté par rapport aux deux étages qui l’encadrent le 2nd et le 4ème
(contrairement aux autres étages aucun produit n’est stocké sur le balcon). Ce point confirme
le point précédent.

_____________________________________________________________________________________________________
173/298
18 SINSITRE F18
18.1 RÉSUMÉ

Jeudi 9 octobre 2008, aux alentours de 19h20 un incendie se déclare dans un entrepôt destiné aux
produits en dépôt-vente. La totalité du bâtiment est sinistré mais bien qu’il soit situé dans un
environnement urbain aucun établissement voisin ne fut impacté par l’incendie. Aucune personne
n’était présente sur les lieux du sinistre au moment de l’incendie et aucune victime n’est à déplorer.

18.2 LE BÂTIMENT ET SON ENVIRONNEMENT

L’entrepôt de forme rectangulaire de plain-pied s’étendait sur une surface de 800m² et jouxtait un
bâtiment public en construction (crèche) sur l’extrémité nord et des maisons sur l’extrémité sud. Sur la
longueur de l’entrepôt coté nord, une allée d’environ 5m séparait l’entrepôt d’une autre construction
qui n’a pas été affecté par l’incendie. Sur la longueur du bâtiment coté sud, un terrain vague aménagé
en un chantier de construction.

Photo 18.1 : Environnement du bâtiment sinistré

Entrepôt sinistré

Bâtiment public en construction

Bâtiment longeant l’entrepôt dans sa longueur (distant de 5m)

Les parois entre les poteaux de la structure métallique du bâtiment étaient en brique. La charpente
était métallique (Cf. photo 18.2).

L’entrepôt contenait des meubles, des livres, des disques… il servait vraisemblablement de dépôt
vente.

_____________________________________________________________________________________________________
174/298
Photo 18.2 : bâtiment sinistré

18.3 CONSTATATIONS

L’entrepôt est entièrement dévasté par l’incendie. La totalité de la charpente métallique s’est effondrée
(Cf. photo 18.2). Cette ruine a entrainé un effondrement partiel des murs en brique vers l’intérieur de
l’entrepôt (Cf. photo 18.3).

Photo 18.3 : Effondrement partiel vers


l’intérieur

_____________________________________________________________________________________________________
175/298
Il n’y a pas eu de propagation de l’incendie vers le voisinage. Sur la façade sud, des palettes de bois
et autres matériaux posés à quelques mètres de l’entrepôt n’ont subi aucun dommage (Cf. photo
18.4).

Photo 18.4 : façade sud du bâtiment

Sur la façade nord, un bâtiment voisin éloigné d’environ 5 m n’a pas non plus subi de dommages (Cf.
photo 18.5).

Photo 18.5 : bâtiment sinistré

18.4 SCÉNARIO POTENTIEL

L’incendie débute dans l’entrepôt dans une zone qui n’a pas été identifiée. L’intervention des
pompiers a permis de circonscrire l’incendie au bâtiment d’origine.

18.5 POINTS CARACTÉRISTIQUES DU SINISTRE

 Pas de propagation au voisinage malgré un fort potentiel ;


 Effondrement vers l’intérieur de la structure.

_____________________________________________________________________________________________________
176/298
19 SINSITRE F19
19.1 RÉSUMÉ

Lundi 27 octobre 2008, un feu se déclare dans une zone d’entrepôts. Environ 90 sapeurs-pompiers se
sont ainsi retrouvés mobilisés sur le feu en soirée, mettant en œuvre d’importants moyens
d’extinction. Le feu est maîtrisé en 3h, l’extinction complète nécessitera une semaine. Les locaux de 3
400 m² d’un des entrepôts ont été complètement détruits.

19.2 LE BÂTIMENT ET SON ENVIRONNEMENT

L’entrepôt sinistré appartenait à une société de transport et de logistique. Il jouxtait sur sa partie Sud
un entrepôt vide au moment du sinistre. Sur sa partie ouest se trouvait un entrepôt abritant quelques
300 tonnes de prospectus (photo 19.1).

Photo 19.1 : Vue aérienne de la zone d’entrepôts

Entrepôt sinistré

Entrepôt de stockage de papier

Entrepôt vide

L’entrepôt sinistré était fait d’une structure béton revêtue d’un bardage métallique double peau. Deux
murs coupe feu coupaient l’entrepôt dans le sens de la largeur. Une partie de cet entrepôt en R+1
pour la partie bureau était entièrement en béton et parpaing. Ces éléments sont visibles sur la photo
19.2.

_____________________________________________________________________________________________________
177/298
Partie Bureaux Poteau Béton

Poutre Béton

Bardage double peau

Photo 19.2 : Structure de l’entrepôt après sinistre

19.3 CONSTATATIONS

Les photos 19.3 et 19.4 montrent l’état des façades Nord et Sud de l’entrepôt sinistré après le sinistre.

Photo 19.3 : Façade Nord de l’entrepôt sinistré

_____________________________________________________________________________________________________
178/298
Photo 19.4 : Façade Sud de l’entrepôt sinistré

Le mur extérieur avec bardage double peau, à l’extrémité Est de l’entrepôt, est tombé en partie vers
l’extérieur (photo 19.5). Il semblerait que cela soit dû aux poteaux qui soutenaient le bardage.

Photo 19.5 : Effondrement vers l’extérieur du bardage double peau

La charpente de la toiture s’est effondrée sur toute la surface de l’entrepôt (photo 19.6).

Les deux murs internes se sont effondrés sans qu'il soit possible d’en déterminer la raison (photo
19.7). Les deux causes envisagées sont :

- l’explosion d’une bouteille de gaz ;

- l'effondrement de la charpente métallique qui aurait entrainé les murs coupe feu.

_____________________________________________________________________________________________________
179/298
Photo 19.6 : Etat de la toiture après sinistre

Mur CF

Photo 19.7 : Intérieur de l’entrepôt après sinistre

19.4 SCÉNARIO POTENTIEL

A partir des éléments communiqués par les sapeurs pompiers de l’Oise et des témoignages du
voisinage, la chronologie suivante a pu être établie :

- L’alerte est donnée à 19h50 par des personnes se trouvant au stade situé juste à côté de
l’entrepôt ;

- A l’arrivée des pompiers, à 19h58, l’extrémité Est du bâtiment est effondrée ;

_____________________________________________________________________________________________________
180/298
- Dans les minutes qui suivent, une bouteille de gaz explose ;

- L’incendie se propage rapidement d’Est en Ouest, les pompiers s’appuient sur le mur mitoyen
avec la société Champar ;

- Feu maîtrisé à 23h30.

19.5 POINTS CARACTÉRISTIQUES DU SINISTRE

Les points suivant sont les événements ou éléments particuliers liés à cet incendie :

- Effondrement d’une partie du bardage vers l’extérieur ;

- 2 murs coupe-feu sont tombés.

_____________________________________________________________________________________________________
181/298
20 SINISTRE F20
20.1 RÉSUMÉ

Lundi 10 novembre aux alentours de 22h30 un incendie se déclare à partir du sauna d’un gymnase
nautique. Après s’être développé dans le sauna, l’incendie s’est rapidement propagé à la toiture puis à
la structure en bois du bâtiment. Malgré un vent violent en provenance du Sud, l’intervention des
pompiers a permis d’éviter toute propagation au gymnase voisin. Aucune victime n’est à déplorer.
Seuls le gardien et sa femme habitant dans le bâtiment étaient présents au moment de l’incendie.

20.2 LE BÂTIMENT ET SON ENVIRONNEMENT

Le bâtiment sinistré est situé dans un complexe sportif. Un gymnase en lamellé-collé situé à environ
15m de sa façade nord est le seul bâtiment à proximité.

Nord

Photo 20.1 : Environnement du bâtiment sinistré

Stade nautique sinistré


Gymnase voisin sauvegardé

_____________________________________________________________________________________________________
182/298
Le bâtiment sinistré couvrait environ 3000m² de surface au sol et pouvait se découper en 2 zones
principales (Cf. photo 20.2) :

- 1ère zone : les bassins (piscines et jacuzzis) ;


- 2ème zone : une partie R+1 en béton dans laquelle au RDC se trouvaient une partie habitation,
une salle de musculation et des saunas. A l’étage se trouvait une partie bureau.

Photo 20.2 : Agencement du bâtiment sinistré

Bassins (piscine + jacuzzis)

Partie habitation, salle de musculation, et sauna R+1 en structure béton.

Emplacement du sauna (Local origine de l’incendie).

Les deux grandes zones décrites précédemment étaient abritées par une structure en lamellé-collé.
La structure et charpente du bâtiment était formée par des arcs qui se décomposaient en 2 parties :
- un arc principal auquel la façade coté est se rattachait, partait du sol du bâtit du coté façade et
allait s’appuyer sur un pilier en béton à l’intérieur du bâtiment ;
- une poutre inclinée vers le haut repartait du pilier en béton vers la façade ouest du bâtiment ;

La forme de l’ensemble de la structure est visible sur la photo 20.3 ci-dessous.

_____________________________________________________________________________________________________
183/298
Photo 20.3 : forme des arcs

Les piliers de soutient précités de la structure sont visibles sur la photo ci-dessous.

Photo 20.4 : pilier de soutient de la structure

Une douzaine d’arcs de ce type en lamellé-collé soutenait l’ensemble de la toiture dans le sens de la
longueur du bâtiment.

Les murs de pignon (dans le sens de la largeur) étaient en briques rouges (Cf. photo 20.5).

_____________________________________________________________________________________________________
184/298
Photo 20.5 : Mur de pignon

D’après les explications du gardien et les constatations faites sur les lieux du sinistre, la toiture se
décomposait en 3 parties :
- un revêtement extérieur en tôle métallique ;
- un isolant phonique fixé au revêtement (photo 20.6) ;
- un revêtement intérieur en lambris de bois espacé de 5cm de l’isolant phonique.

Photo 20.6 : Isolant Phonique + tôle métallique

Les façades latérales dans le sens de la longueur du bâtiment étaient de grandes bais vitrées dont la
structure du cadre était en bois. Ce cadre était relié à la structure principale du bâtiment.

_____________________________________________________________________________________________________
185/298
20.3 CONSTATATIONS

La structure du bâtiment s’est totalement effondrée pour la partie couvrant les bassins soit environ 3/4
du bâtiment. Le lambris de bois en toiture s’est totalement consumé. La structure porteuse (arches et
poutre en bois) s’est en partie consumée (Cf. photo 20.7).

Photo 20.7: Partie de poutre restante

Les parties basses des arches pour celles visibles sont moins consumées que les parties hautes. Les
bases de ces arches sont arrachées à leur scellement (Cf. photo 20.8).

Photo 20.8 : Scellement des arches arraché

La façade Ouest toujours en place alors que la façade Est s’est effondrée vers l’extérieur (Cf. photo
20.9)

_____________________________________________________________________________________________________
186/298
Photo 20.9: effondrement de la façade vers
l’extérieur

Les attaches de la façade n’étaient pas déformées (Cf. photo 20.10).

Photo 20.10 : Attache de la façade Est

Les locaux en béton sont partiellement impactés excepté les saunas qui ont subi de graves
dommages tels que :
- éclatement du béton (Cf. photo 20.11) ;
- éclatement des parpaings (Cf. photo 20.12) ;

_____________________________________________________________________________________________________
187/298
Photo 20.11 : Eclatement du béton (poutre) Photo 20.12 : Eclatement des parpaings dans le
dans le local du sauna local du sauna

20.4 SCÉNARIO POTENTIEL

Aux alentours de 22h30 le gardien du gymnase nautique habitant dans les locaux, détecte un incendie
dans le local du sauna. A cet instant, le foyer est suffisamment développé pour que les flammes
sortent du local. Avant l’arrivée des services de secours, l’incendie gagna la toiture et se propagea
très rapidement au lambris de bois. D’après les témoignages du gardien et des pompiers, un vent
intense occasionna une propagation rapide du feu à l’ensemble de la toiture du gymnase. La structure
étant en bois celle-ci commença à se consumer en partie haute.

L’action des pompiers se concentra en partie sur la protection du bâtiment voisin (éloigné de 15m)
dont la structure était aussi en lamellé-collé. Le vent violent dirigé vers ce bâtiment voisin, les risques
de propagation de l’incendie à celui-ci étaient fortement accrus.

L’origine de l’incendie dans le sauna serait du à une défaillance électrique du système de chauffage.

20.5 POINTS CARACTÉRISTIQUES DU SINISTRE

 Propagation de l’incendie en toiture aggravé par l’intensité du vent ;


 Structure en lamellé-collé en partie consumée ;
 Effondrement totale d’une façade vers l’extérieur ;

Plus d’explications dans les annexes tirées des magasines Allo 18 et Face Au Risque.

_____________________________________________________________________________________________________
188/298
ANNEXE F20

_____________________________________________________________________________________________________
189/298
_____________________________________________________________________________________________________
190/298
_____________________________________________________________________________________________________
191/298
_____________________________________________________________________________________________________
192/298
21 SINISTRE F21
21.1 RÉSUMÉ

Vendredi 21 novembre 2008 aux alentours de 12h, durant la pause déjeunée des employés d’un
entrepôt de maroquinerie, un incendie se déclenche au 2nd étage du bâtiment, dans une zone de
stockage de produits de maroquinerie. L’alerte est donnée par un voisin qui détecte une fumée
s’échappant de la toiture du bâtiment. L’incendie se propagea rapidement au reste du stockage de
l’entrepôt.

En plus de l’extinction de l’incendie une partie de l’intervention des pompiers de paris se concentra
sur la protection des bâtiments voisins du fait de leur proximité sur deux des cotés de l’entrepôt en
feu. L’incendie ayant fortement endommagé la structure du bâtiment, les pompiers ne pénétrèrent pas
dans le bâtiment ce qui les empêcha d’atteindre quelques foyers résiduels lors d’une première journée
d’intervention.

Alors que le bâtiment était toujours sous surveillance des pompiers, le dimanche 23 novembre, suite à
l’effondrement d’éléments de structures l’incendie se ré-intensifia en dégageant une épaisse fumée.
L’incendie fut considéré comme physiquement éteint quelques heures plus tard alors que
l’intervention des pompiers ne s’acheva que 3 jour après, le 26 novembre.
Les effets directs de l’incendie ne firent aucune victime mais les dommages au bâtiment et à son
contenu sont très importants. Plusieurs planchers se sont effondrés. Une partie des murs en
parpaings s’est effondrée d’elle-même lors de l’incendie et la partie restante a été détruite par
l’intervention des pompiers. Le stockage fait de produits de maroquinerie a été en partie détruit ou
dégradé par les gaz chaud ou par dégât des eaux.

21.2 LE BÂTIMENT ET SON ENVIRONNEMENT

Le bâtiment se situe entre deux autres entrepôts, espacé d’une dizaine de mètres de chacun d’eux,
dans une zone industrielle. (Cf. photo 21.1). Le bâtiment est accessible par une rue qui donne sur le
pignon avant du bâtiment et qui correspond à la partie bureau (encadré en bleu).

_____________________________________________________________________________________________________
193/298
Pignon avant

Façade avant

Photo 21.1 : Bâtiment sinistré (vue du dessus)

Partie administrative du bâtiment. Structure béton.

Partie stockage et conditionnement des produits de maroquinerie. (Structure métallique et mur


de parpaings entre les poteaux)

La construction du bâtiment date de 1975. Comme indiqué ci-dessus, le bâtiment est divisible en 2
parties distinctes :

 La partie bureau du bâtiment en béton, R+3 (cf. photo 21.2).

Photo 21.2 : Pignon avant du bâtiment sinistré – partie bureau

_____________________________________________________________________________________________________
194/298
 La partie entrepôt en structure métallique (cf. photo 21.1 – partie encadrée en orange), se
divise sur sa hauteur en 2 niveaux distincts séparés par une dalle de béton sur bac acier.
Chaque niveau comporte une mezzanine à structure métallique dont le plancher est fait en
panneaux de bois agglomérés (cf. photo 21.3).

Photo 21.3 : Façade arrière du bâtiment

Cette partie du bâtiment compte 9 travées dans le sens de la longueur. La structure


métallique est complétée de mur en parpaings entre chaque poteau sur les 2 façades
latérales du bâtiment (cf. photo 21.4).

Photo 21.4 : Façade avant – murs en parpaings visibles entre


les poteaux

A chaque niveau et pour chaque mezzanine, une partie « préparation des commandes »
s’étendait sur les 2 premières travées à partir du bâtiment des bureaux. Dans cette zone de
préparation des commandes, dans des étagères en bois, des sacs étaient stockés au RDC,
des portefeuilles à la première mezzanine et des ceintures, sacs et serviettes en cuir au 1er et
sa mezzanine.

_____________________________________________________________________________________________________
195/298
Au RDC, sur toute la largeur de la dernière travée du bâtiment s’étendait un local à structure à
structure métallique et aux murs en parpaings. Le local s’arrêtait à la hauteur du plancher de
la mezzanine et abritait une partie cuisine pour les employés. Le dessus du local à hauteur du
reste de la mezzanine, servait de stockage (Cf. photo 21.5).

Photo 21.5 : local du RDC

De même au 1er étage, sur la longueur de la dernière travée, deux locaux dont les cloisons
étaient en parpaings, étaient séparés par une allée et servaient de bureaux, de petit atelier et
de lieu de stockage pour des emballages (Cf. photo 21.6).

Photo 21.6 : locaux du 1er étage

Sur le pignon arrière, le bâtiment a été rallongé d’une travée sur les 2 niveaux. Au 1er étage, cet ajout
semblait servir de hangar aux chariots élévateurs. Au RDC, il s’agissait d’un local qui servait de
stockage de produit de maroquinerie. Cette zone était isolée du reste du bâtiment par mur en
parpaings avec une communication, fermée lors de l’incendie par un rideau métallique (cf. photo
21.7).

_____________________________________________________________________________________________________
196/298
Photo 21.7 : Rideau métallique séparant la partie ancienne du
bâtiment de la récente.

21.3 CONSTATATIONS

Les dommages sont constatés suivant les zones décrites précédemment.

La partie ancienne de l’entrepôt :

 Le RDC et sa mezzanine : la structure métallique du bâtiment présente des déformations en


des points localisés proches desquels des foyers ont été identifiés au vu du niveau de
dégradation du stockage (cf. photo 21.8 et 21.9)

Photo 21.8 : Déformation


Photo 21.9 : Déformation poutre localisée
poteau localisée

Une part importante du plancher de la mezzanine a disparu du coté de la façade avant (cf. photo
21.10) alors qu’il est toujours présent du côté de la façade arrière.

_____________________________________________________________________________________________________
197/298
Mezzanine face arrière
Mezzanine face avant

Stockage

Photo 21.10 : RDC – Mezzanine - Stockage

Un faible pourcentage du stockage a été consommé par l’incendie. Le stockage constitué de


produit de maroquinerie conditionnée dans des cartons semblait être très dense (visible sur la
photo 21.5 en partie mezzanine au dessus du local).

 Le 1er étage et sa mezzanine : il s’agit de la partie la plus endommagée du bâtiment. Il reste


très peu de combustible, la majeure partie du stockage a été consommée par l’incendie.
Plusieurs parties du plancher se sont effondrées du coté de la façade arrière du bâtiment (Cf.
photo 21.3). De la mezzanine il ne reste plus que la structure et les locaux situés vers le
pignon arrière de bâtiment ont une partie de leur mur en parpaing effondrée (Cf. photo 21.11).

Photo 21.11 : 1er étage entrepôt + mezzanine

 La toiture : La totalité de la toiture en taule métallique de l’entrepôt est sinistrée et effondrée


vers l’intérieur de l’entrepôt (cf. photo 21.12).

_____________________________________________________________________________________________________
198/298
Photo 21.12 : Toiture de l’entrepôt.

La partie récente de l’entrepôt :

La partie de l’entrepôt rajoutée sur le pignon arrière du bâtiment n’a pas été touché par l’incendie.

La partie bureau :

Cette partie a principalement été dégradée par les gaz chauds. Le troisième étage de la partie bureau
en communication direct avec le 1er étage de la partie entrepôt a été très endommagé par l’incendie.
La pièce se situant face à l’accès de l’entrepôt est en partie détruite alors que les 2 pièces qui
l’encadrent sont partiellement touchées par les gaz chauds (cf. photo 21.13)

Photo 21.13 : Local de bureau sinistré au 3ème étage – cliché pris depuis
l’entrepôt

_____________________________________________________________________________________________________
199/298
21.4 SCÉNARIO POTENTIEL

D’après les informations recueillies auprès du personnel de l’entrepôt présent sur les lieux lors de
l’incendie, l’incendie se serait déclaré au 1er étage de l’entrepôt du coté du bâtiment des bureaux.
Dans le sens de ce témoignage, le propriétaire de l’entrepôt voisin qui a alerté les services de
secours, aux alentours de 12h, a déclaré avoir vu dans un premier temps des fumées sortir de la
toiture dans cette même zone puis en 10 minutes de temps, avant l’arrivée des pompiers des flammes
sortir de la toiture.

L’intervention des pompiers a durée plusieurs jours avec des reprises de l’incendie. Lors du premier
jour d’intervention, les pompiers déclare avoir entendu comme une explosion ce qui serait attribué à
l’effondrement d’une dalle du plancher du 1er étage de l’entrepôt.

Sur une vidéo visible sur internet, lors de l’intervention des pompiers une partie des murs en parpaing
en façade s’effondre vers l’intérieur. Le reste de la façade en parpaing sur les 2 façades du bâtiment
sont tombées par les pompiers pour des questions de sécurité et d’accessibilité au foyer.

21.5 POINTS CARACTÉRISTIQUES DU SINISTRE

 Incendie durant environ 4 jours.


 Charge calorifique très importante principalement constitué de produits de maroquinerie.
 La structure métallique du bâtiment est fortement endommagée avec effondrement de dalle
de plancher.

_____________________________________________________________________________________________________
200/298
22 SINISTRE F22
22.1 RÉSUMÉ

Le 28 novembre 2008, aux environs de 4h du matin, un incendie se déclenche dans un entrepôt de


textile de 5000 m². Le feu s’est déclaré dans une petite alvéole de stockage de 30 m².

Cette alvéole contenait des invendus qui étaient mis à l’écart du reste de l’entrepôt. L’intervention des
pompiers a permis de circonscrire l’incendie. Ainsi, aucune propagation à l’intérieur de l’entrepôt n’a
eu lieu de même qu’aucune propagation vers les entrepôts environnant n’a été constatée. Les dégâts
sont relativement peu importants et principalement causés par le dépôt de suies. Seule une partie du
mur en parpaings au droit de l’incendie a subi un léger déplacement.

22.2 BÂTIMENT

22.2.1 Description générale

Le bâtiment est un entrepôt R+1 servant de stockage de textile, loué par la SNCF. Il est divisé en
plusieurs cellules de stockage, et contient une petite partie servant de bureaux.

Photo 22.1 : Vue de l’entrepôt, entrée du bureau

L’entrepôt est accolé (distance de séparation inférieure à 10 cm) à un autre entrepôt sur sa partie
Ouest et à un bâtiment contenant des bureaux sur la parti Est (cf. Figure 22.1). Les livraisons et
l’accès des employés se fait uniquement sur la façade avant du bâtiment qui donne sur un parking.

Le foyer de l’incendie se situe à l’extrémité Est, à proximité des bureaux et du bâtiment voisin.

_____________________________________________________________________________________________________
201/298
Stockage de
textile à l’origine
de l’incendie
Voix ferrée

Entrepôt voisin Entrepôt sinistré Bâtiment voisin


indemne indemne

Parking Bureaux

Figure 22.1 : Vue d’ensemble du bâtiment et de l’entourage

22.2.2 Structure

La structure principale du bâtiment est constituée de murs en parpaings et de bardages métalliques.


La charpente est en béton et la toiture est faite de plaques métalliques.

Photo 22.2 : Murs extérieurs Photo 22.3 : Toiture

22.3 CONSTATATIONS

La visite sur sinistre a permis de recueillir les éléments suivants :


- l'incendie a démarré dans une zone de stockage « isolée » du reste des produits
entreposés, à proximité des bureaux (Photo 22.4) ;
- les deux poteaux en béton situés dans cette alvéole n’ont pas subi de dommages (Photos
22.4 et 22.5);
- le bardage métallique a été globalement peu déformé (Photos 22.6 et 22.7);
- les exutoires en toiture ont fonctionné correctement (Photo 22.8) ;
- une partie du bardage extérieur à l’arrière de l’entrepôt a été enlevé par les pompiers pour
servir d’accès (Photos 22.9 et 22.10) ;
- la tête supérieure du mur en parpaings a été légèrement déplacée sous l’effet de la
déformation des plaques métalliques en toiture (Photo 22.11).

_____________________________________________________________________________________________________
202/298
Photo 22.4 : foyer de l’incendie Photo 22.5 : dommages constatés

Photo 22.6 : dommages en toiture Photo 22.7 : dommages au niveau du bardage

_____________________________________________________________________________________________________
203/298
Photo 22.8 : exutoires Photo 22.9 : façade arrière de l’entrepôt

Photo 22.10 : dommages extérieurs Photo 22.11 : déplacement du mur Est

22.4 SCÉNARIO POTENTIEL

L’origine de l’incendie n’a pas été clairement identifiée. Concernant le développement du feu, il s’est
limité à l’alvéole de départ, pour deux raisons principales :
- l’éloignement de ce stock de textiles par rapport aux autres stocks ;
- le désenfumage naturel par les exutoires.

Les pompiers ont pu de plus agir rapidement sur l’incendie par l’arrière de l’entrepôt. L’intensité et la
durée du feu ont donc été globalement faibles. Pour cette raison, la structure en béton a bien résisté,
et seul le bardage métallique situé tout près du foyer (murs et toiture) s’est déformé, entraînant une
légère déformation de la partie haute du mur Est en parpaings.

_____________________________________________________________________________________________________
204/298
22.5 POINTS CARACTÉRISTIQUES DU SINISTRE

Les points suivant sont les événements ou éléments particuliers liés à cet incendie :
- feu localisé dans un entrepôt ;
- système de désenfumage correctement déclenché ;
- stockage isolé du reste des produits inflammables de l’entrepôt ;
- très peu de dommages structurels.

_____________________________________________________________________________________________________
205/298
23 SINSITRE F23
23.1 RÉSUMÉ

Vendredi 28 novembre 2008, aux alentours de 13h30 un incendie se déclare dans une réserve située
au sous-sol d’un supermarché. La réserve équipée d’une porte coupe feu à fermeture automatique a
fonctionnée correctement, laissant toutefois passer quelques fumées dans le reste de la réserve le
temps de la fermeture.

23.2 CONSTATATIONS

Le local sinistré était une réserve de textile en sous-sol d’un supermarché (ERP de type M – 3ème
catégorie). La réserve avait une porte coupe feu munie d’un système de fermeture asservie en cas
d’incendie.

A l’intérieur du local, la majeure partie du stockage a brûlé, comme le montre les photos ci-dessous :

Photo 23.1 : Local sinistré

Photo 23.2 : Local sinistré

_____________________________________________________________________________________________________
206/298
Cependant, on constate également que certains vêtements dans le local n’ont pas été touchés par
l’incendie (photo 23.3), indiquant que le feu s’est éteint par manque d’oxygène.

Photo 23.3 : Local sinistré

Au départ de l’incendie, des fumées ont pu se propager en dehors de la pièce. Au même niveau, des
traces de suies sont visibles dans le couloir et le local situé en face (photos 23.4 et 23.5). Les fumées
se sont également propagées à l’intérieur du supermarché, par des interstices situés sous les rayons
de produits froids (photo 23.6).

Photo 23.4 : Couloir menant


Photo 23.5 : Pièce située en face de la réserve
à la réserve

_____________________________________________________________________________________________________
207/298
Photo 23.6 : Interstices sous les rayons de produits froids
permettant le passage des fumées dans le supermarché

23.3 SCÉNARIO POTENTIEL

L’incendie débute dans la réserve des produits textiles en sous-sol du supermarché à 13h35. A ce
moment, le supermarché accueil environ 300 personnes. Les portes coupe feu se ferment
automatiquement, et le feu s’éteint lentement de lui-même par manque d’oxygène, vers 1h00.

23.4 POINTS CARACTÉRISTIQUES DU SINISTRE

Les points suivant sont les événements ou éléments particuliers liés à cet incendie :

- Incendie localisé dans une réserve située en sous-sol d’un supermarché ;

- Fonctionnement des portes coupe feu.

_____________________________________________________________________________________________________
208/298
24 SINSITRE F24
24.1 RÉSUMÉ

Dans la soirée du 11 janvier 2009, près de 1000 m² d’entrepôt sont détruits. Le feu, d'origine
indéterminée, est survenu dans l'enceinte d’une entreprise de mobilier de bureau. Les pompiers ont
pu cantonner le sinistre à l'entrepôt mais le danger initial a nécessité l'évacuation d'une quinzaine de
riverains.

24.2 DESCRIPTION DU BÂTIMENT

Le bâtiment est un entrepôt de 1500 m² à simple rez-de-chaussée, à usage de garde meuble (photo
24.1). Sa structure est à ossature métallique, avec murs en briques et béton.

La toiture est en shed, avec la partie verticale en fibre de verre.

Photo 24.1 : Vue aérienne du bâtiment

24.3 CONSTATATIONS

Les photos ci-dessous montrent que l’incendie a eu un fort impact en plusieurs lieux localisés de
l’entrepôt (photos 24.2 et 24.3), mais qu’entre chacun de ces points des combustibles sont restés
intacts (photo 24.4).

Le désenfumage ayant fonctionné par l’intermédiaire des plaques de matériaux thermo-fusibles en


partie verticale de la toiture en shed, la toiture est partiellement détruite (photos 24.5 et 24.6).

_____________________________________________________________________________________________________
209/298
Photo 24.2 : Zone de l’entrepôt sinistrée

Photo 24.3 : Zone de l’entrepôt sinistrée

_____________________________________________________________________________________________________
210/298
Photo 24.4 : Zone de l’entrepôt non sinistrée

Photo 24.5 : Toiture en shed après sinistre

_____________________________________________________________________________________________________
211/298
Photo 24.6 : Destruction partielle de la toiture

24.4 SCÉNARIO POTENTIEL

Le départ de l’incendie se situe vers 20h40, et son extinction vers 2h00.

Plusieurs zones de départ sont identifiées comme possibles :

- 1ère zone : stockage de mobiliers (photo 24.2)


- 2ème zone : atelier de peinture (photo 24.3)

24.5 POINTS CARACTÉRISTIQUES DU SINISTRE

Les points suivant sont les événements ou éléments particuliers liés à cet incendie :

- Répartition dense du combustible ;

- Toiture en shed ;

- Plaques fusibles en toiture pour la partie verticale de shed.

_____________________________________________________________________________________________________
212/298
25 SINISTRE F25
25.1 RÉSUMÉ

Vendredi 12 mars à 2h34 du matin, les sapeurs pompiers de Paris sont appelés pour un feu
d’entrepôt frigorifique de stockage de fruits s’étendant sur une surface d’environ 2000 m² sur un seul
niveau. L’incendie est détecté par un chauffeur routier extérieur au bâtiment. Aucun employé n’était
présent dans le bâtiment au moment de l’incendie. Les dommages occasionnés par cet incendie
restent localisé à l’entrepôt. Cet entrepôt étant relativement isolé, il n’y eu aucune propagation et
aucun dommage sur les bâtiments et exploitations aux alentours.

25.2 LE BÂTIMENT ET SON ENVIRONNEMENT

25.2.1 Son environnement

L’entrepôt est isolé d’une centaine de mètres de tout autre entrepôt. Toutefois, un atelier de
mécanique est accolé à la façade sud du bâtiment (cf. photo 25.1) et en était isolé d’un mur en
parpaings coupe feu. Ce qui aurait pu faire l’objet d’un risque particulier était la présence d’une station
essence à une cinquantaine de mètres de l’entrepôt.

Entrepôt sinistré

Station essence

Garage/atelier indépendant

Photo 25.1 : Situation de l’entrepôt

25.3 LE BÂTIMENT

 Description générale du bâtiment et de son contenu

Le bâtiment était une installation classée soumise à déclaration répondant à la rubrique 1511. Le
bâtiment s’étend sur une surface d’environ 2000m² sur un seul niveau. Il se divise en deux parties
distinctes (cf. figure 25.1) :

_____________________________________________________________________________________________________
213/298
- La partie principale constituée par le corps rectangulaire du bâtiment composé de 6 cellules
de stockage frigorifiques et d’une zone de préparation ou d’accès comprise entre les cellules
4, 5 et 6.
- la partie latérale sur le coté ouest du bâtiment, qui sert à accédé aux différentes cellules de
stockage. Il s’agit d’une zone où le chargement transite des cellules de stockage vers les
camions ;

Stockage Stockage
5 6 agrumes
agrumes

Stockage/atelier/zone
d’accès aux stocks 5 et
6
Zone
Cellule 4 - stockage
accès (abricots)
aux
stocks
Cellule 3- stockage

Cellule 2- stockage
(agrumes)

Cellule 1 - stockage (prune)

Figure 25.1 : Zones de l’entrepôt

Dans chaque cellule de stockage, une allée centrale dessert 2 racks latéraux. Ces racks ont une
dizaine de mètre de hauteur. Afin d’assurer une réfrigération efficace, l’isolation vis-à-vis de l’extérieur
de chaque cellule est assurer par des panneaux sandwich (une feuille métallique / une épaisseur de
mousse polyuréthane / une feuille métallique) d’une épaisseur totale d’environ 10 cm.

Chaque cellule de stockage comporte deux portes d’accès, une par l’intérieur du bâtiment pour
permettre aux chariots élévateurs d’y accéder et une plus étroite donnant sur l’extérieur permettant le
passage d’une personne.

Les cellules 1 à 4 possèdent un exutoire en partie haute visible sur la figure 25.1. Pour les cellules 5
et 6 il semblerait qu’il existait des ouvertures en façade.

Suivant le type de produit stocké dans les cellules un conditionnement différent était mis en œuvre.
Pour les cellules 1 à 4, les fruits étaient stockés dans des cartons alors que pour la cellule 6 une partie
des fruits étaient stockés dans des cagettes en plastique (polyéthylène).

Dans la zone de « stockage/atelier/accès aux stocks 5 et 6 » (cf. figure 25.1 zone en rouge) quelques
racks situés en fond de cellule par rapport à la zone d’accès permettaient de stocker quelques
palettes de fruits. Dans cette zone des chariots élévateurs et des transpalettes ont été retrouvés.

 La structure du bâtiment

La hauteur du bâtiment est d’environ une douzaine de mètres. La structure métallique du bâtiment
était extérieure à son enveloppe. L’enveloppe était constituée de panneaux sandwich d’une épaisseur
de 10 cm. (référence relevée de l’isolant : Ext F1860 – B06 Blanroc / Int F 16902 – B05 Blanroc).

_____________________________________________________________________________________________________
214/298
Pour la partie principale du bâtiment, de forme rectangulaire, il y avait 8 travées dans le sens de la
longueur et 4 dans le sens de la largeur. Les figures 25.2 et 25.3 donnent un aperçu global de la
structure du bâtiment avec l’emplacement des contreventements (croix de Saint-André).

Figure 25.2 : Structure du bâtiment dans le sens de la longueur

Figure 25.3 : Structure du bâtiment dans le sens de la largeur

Ci-dessous quelques dimensions des poteaux pour donner un ordre d’idée du dimensionnement de la
structure :

Figure 25.4 : Quelques dimensions des poteaux

_____________________________________________________________________________________________________
215/298
Pour la structure de la toiture, les poutres ainsi que la couverture au-dessus de la zone d’atelier se
sont effondrées à l’intérieur du bâtiment. Les photos ci-dessous montrent ces dommages dans la zone
principalement impactée.

Photo 25.2 Photo 25.3

25.4 CONSTATATIONS

L’incendie a principalement endommagé la toiture du bâtiment et son contenu, la structure porteuse


extérieure n’a pas été touchée. A l’intérieur de l’entrepôt, les dommages sont fortement localisés
autour de la zone d’accès aux cellules 5 et 6 (zone coloriée en rouge sur la figure 25.1).

Les photos ci-dessous montrent l’état de dégradation de chaque cellule.

Photo 25.2 : cellule 1 Photo 25.3 : cellule 2

_____________________________________________________________________________________________________
216/298
Photo 25.4 : cellule 3 Photo 25.5 : cellule 4

Photo 25.6 : cellule 6

Le schéma ci-dessous donne une gradation des dommages constatés dans l’entrepôt par cellule.

Stockage Stockage
5 6 agrumes
agrumes

Stockage/atelier/zone
d’accès aux stocks 5 et
6
Zone Cellule 4 - stockage
accès (abricots)
aux
stocks
Cellule 3- stockage

Cellule 2- stockage
(agrumes)

Cellule 1 - stockage (prune)

Figure 25.5 : Intensité des dommages par cellule

_____________________________________________________________________________________________________
217/298
Pour les cellules en rouge, la toiture est entièrement effondrée. Dans ces zones, les structures, les
panneaux sandwich, les racks et le contenu sont fortement endommagés voire ont été consommé par
l’incendie. La zone où le rouge est le plus intense est plus sévèrement touchée quel les deux autres.

Pour les cellules en orange (5 et 6), la toiture est en partie effondrée, les palettes de cartons de fruits
en partie haute sont très endommagées alors qu’en partie basse le chargement semble relativement
peu impacté par l’incendie.

Pour les cellules en jaune, la structure et le bardage externe de la toiture est toujours en place. La
partie intérieure de la toiture soit le panneau face interne du panneau sandwich est en partie effondré
lorsqu’il n’y a pas de racks qui la retiennent. Les cartons en partie basse sont intacts (cf. photo 25.7)
et ceux en partie haute présentes des traces de suies ou un début de combustion.

Photo 25.7 : Vu du stockage après déblais d’une paroi


(cellule 2)

La zone la moins touchée est la zone d’accès latérale (partie coloriée en bleu sur la figure 25.5). Les
parois ne présentent pas de traces de suies et le peu de chargement présent dans cette zone lors de
l’incendie n’a été endommagé que pour les produits à proximité des parois des cellules 3, 4 et de la
zone d’accès aux cellules 5 et 6.

25.5 SCÉNARIO POTENTIEL

L’incendie est détecté aux alentours de 2h20 du matin par un chauffeur routier qui observe de
l’extérieur du bâtiment un dégagement de fumée sortant au niveau de la zone d’accès aux stocks 5 et
6. Il alerte les secours qui seront présents sur les lieux environ 5 min après.

_____________________________________________________________________________________________________
218/298
Concernant l’origine de l’incendie, celle-ci reste indéterminée, même si quelques hypothèses ont pu
être identifiées. La plus probable étant la suivante :
« Dans la zone d’atelier (accès aux stocks 5 et 6), où se trouvait un transpalette en charge, des
perlages d’éléments électriques ont été retrouvés. Dans cette zone, contrairement aux autres, une
carbonisation plus importante des éléments en partie basse a été constatée. »

L’intervention des pompiers nécessita la mise en place de :


- 2 lances 100/25 ;
- 1 lance Q4 ;
- 8 lances Q3.

Les photos ci-dessous prises lors de l’intervention permettent de constater que les flammes sont
principalement localisées en partie haute de l’entrepôt.

Photo 25.8 Photo 25.9

Photo 25.10 Photo 25.11

A l’aide de ces photos et suivant les dégâts constatés au niveau de chaque cellule, le scénario de
départ et de propagation de l’incendie considéré comme étant le plus probable est le suivant:
« L’incendie a débuté sur un transpalette en charge suite à une défaillance électrique (confirmation
LCPP - relevé EDF), l’incendie a pu se développer dans cette zone en se propageant aux éléments
stockés aux alentours (palettes, cartons, cagettes plastique …). Les traces de carbonisation en partie
basse confirment l’hypothèse d’un feu généralisé dans cette zone. L’incendie a ensuite pu se
propager par la toiture (faux plafond) d’une cellule à l’autre, ce qui est confirmé par les dommages
constatés sur la toiture et par les traces de carbonisation seulement en partie haute pour les cellules
les moins touchées (cellule 1 et 2).

Les pompiers sont passés maîtres du feu environ 3 heures après le début de l’intervention.

_____________________________________________________________________________________________________
219/298
25.6 POINTS CARACTÉRISTIQUES DU SINISTRE

 Entrepôt frigorifique avec structure métallique porteuse extérieure ;


 Effondrement de la toiture et structure porteuse intacte ;
 Charge calorifique constituée de fruits conditionnés sur rack, par palettes en bois, dans des
cartons ou cagettes plastiques.

_____________________________________________________________________________________________________
220/298
26 SINISTRE F26
26.1 RÉSUMÉ

Lundi 6 avril à 19h51, les sapeurs pompiers de Paris sont appelés pour un feu d’entrepôt qui stockait
des produits de fourniture des bureaux de tabac. Parmi ces produits certains étaient inflammables et
une dizaine de véhicules était présent dans l’entrepôt. A l’heure de l’incendie, il n’y avait aucun
occupant. Cet incendie n’occasionna aucune victime. D’importants dommages sur la structure du
bâtiment ont été constatés. Un élément de la toiture en béton ainsi qu’une partie de la façade se sont
effondrés. Le contenu du bâtiment est totalement détruit.

26.2 LE BÂTIMENT ET SON ENVIRONNEMENT

26.2.1 Son environnement

L’entrepôt est situé dans une zone industrielle. Une distance d’environ 10 m le séparait de l’entrepôt le
plus proche de cette zone. Un local attenant à l’entrepôt servait de réserve/stockage.

Entrepôt sinistré

Local intact

Photo 26.1 : Situation de l’entrepôt

26.2.2 Le bâtiment

 Description générale du bâtiment et de son contenu

- Les dimensions du bâtiment : 50 m de longueur sur 40 m de largeur soit au total 2000 m² de


surface au sol. Une hauteur variant d’environ 8 mètres à une dizaine de mètres.
- Un local 7,50 sur 15 m environ prolongeait le bâtiment. Ce local était isolé du reste du
bâtiment par un mur en parpaings ;

_____________________________________________________________________________________________________
221/298
- La dernière visite du bâtiment par les services d’inspections des installations classées
remonte à 1989. Depuis, l’entrepôt était répertorié comme entrepôts de stockage d’allumettes
et de produits inflammables.
- Aucun système d’extinction automatique n’équipait le bâtiment. Celui-ci était seulement
équipé de RIA.
- Sur la photo 26.1, il est possible de visualiser les parties en toiture en thermo fusible.

Dans le sens de sa longueur, à chaque extrémité de l’entrepôt sur environ 5 mètres de longueur, il y
avait d’un coté des locaux pour les bureaux et de l’autre une mezzanine (cf. figure 26.1). Les bureaux
étaient répartis sur 3 niveaux. Deux de ces niveaux étaient peu isolés voire pas du tout de la partie
stockage de l’entrepôt. Une simple baie vitrée séparait une partie du second niveau de la partie
bureau de la zone de stockage alors que pour le troisième niveau il n’y avait aucune barrière
physique.

Onze véhicules étaient en stationnement dans l’entrepôt du coté de la partie bureaux. Ces véhicules
étaient garés à proximité du stockage voire parfois entre les racks de stockage. Des briquets étaient
en partie stockés dans cette zone, le reste du stockage de cette zone n’a pas été clairement identifié.

Un transpalette stationnait au niveau au milieu de l’entrepôt, sous la poutre centrale du bâtiment.

Vers la partie mezzanine, la nature du stockage a pu être quelque peu identifiée au vu des produits
restants lors de l’investigation. Sur la figure 26.1, dans la zone verte, la nature des produits stockés
semblaient principalement être de l’essence à briquet et des feuilles à rouler. Dans la zone orangée,
des boissons étaient principalement entreposées.

Mezzanine Bureaux

11 véhicules + stockage sur rack


Transpalette

Figure 26.1 : Schéma de l’entrepôt

_____________________________________________________________________________________________________
222/298
 La structure du bâtiment

La structure du bâtiment est en béton et se divisait en 2 travées dans le sens de la longueur.

Baie vitrée

Bardage en plaques de béton cellulaire

Figure 26.2 : Schéma de la structure de l’entrepôt (sens de la longueur)

Photo 26.2 : Façade du bâtiment (sens de la longueur)

La toiture était formée d’éléments convexes et concaves s’enchevêtrant (cf. figure 26.3 et photo 26.2).
Les éléments convexes étaient des éléments en béton mesurant environ 25 m de longueur.

_____________________________________________________________________________________________________
223/298
Eléments béton Bardage métallique ou éléments thermo-fusible

Baie vitrée

Bardage en plaques de béton cellulaire

Figure 26.3 : Schéma de la structure de l’entrepôt (sens de la largeur)

Les éléments concaves étaient soit du bardage métallique soit des plaques translucides en fibre de
verre faisant office de thermo-fusible assurant la fonction de désenfumage de l’entrepôt.

Photo 26.4 : Façade du bâtiment (sens de la largeur)

Le détail de la fixation du bardage en plaques de béton cellulaire est détaillé ci-dessous.

_____________________________________________________________________________________________________
224/298
4

Figure 26.4 : Schéma de la fixation des plaques de béton cellulaire

1 : Elément béton cellulaire


2 et 3 sont des pièces métalliques utiles au maintien de l’élément 1
4 : poutre béton
5 : fondation en béton
6 : règle ou plat métallique fixé à la poutre

_____________________________________________________________________________________________________
225/298
4

Photo 26.5 : Façade du bâtiment

Photo 26.6 : Elément de fixation métallique des plaques de béton

_____________________________________________________________________________________________________
226/298
26.3 CONSTATATIONS

L’incendie a endommagé la totalité du contenu de l’entrepôt :


- le stockage sur les racks et en partie mezzanine ;
- les 11 véhicules garés du coté des bureaux ;
- le contenu des bureaux ;

La photo 26.7 donne un aperçu des dommages dans l’entrepôt.

Photo 26.7 : Dommages dans l’entrepôt

Au niveau des dommages structuraux :


- une partie du bardage en plaque de béton cellulaire a chuté vers l’extérieur (environ 3h30 à
4h après le début de l’incendie) (cf. photo 26.5) ;
- un élément béton en toiture s’est effondré (cf. photo 26.7) ;
- la dalle de la mezzanine s’est en partie effondrée. Le reste de la dalle semble très instable (cf.
photo 26.8) ;

Photo 26.8 : cellule 3

_____________________________________________________________________________________________________
227/298
26.4 SCÉNARIO POTENTIEL

Très peu d’éléments ont été recueillis concernant le scénario de cet incendie.

L’incendie est détecté aux alentours de 19h51 par le voisinage de l’entrepôt.

L’incendie a duré plus de 4 heures et d’après le témoignage de pompiers, sa propagation à l’intérieur


de l’entrepôt semble-t-il été largement influencé par les directions prises par le vent.

L’origine et la zone de départ de l’incendie dans l’entrepôt sont inconnues.

26.5 POINTS CARACTÉRISTIQUES DU SINISTRE

 Effondrement vers l’extérieur d’un panneau de bardage en plaques de béton cellulaire.


 Effondrement d’un élément de la toiture ;
 Charge calorifique très élevée avec la présence de véhicule et d’essence à briquet.

_____________________________________________________________________________________________________
228/298
27 SINISTRE F27
27.1 RÉSUMÉ

Dans la nuit du dimanche 17 mai au lundi 18 mai 2009 aux alentours de 1h, les sapeurs pompiers de
Paris sont appelés pour un feu de parking situé sous des bâtiments d’habitation en R+2. Peu de
temps après le début de l’intervention, une dalle plafond du parking située entre les 2 immeubles
d’habitation en hyperstructure s’effondre. Une vingtaine de véhicules sont impliqués dans l’incendie.
Les habitants ont été évacués et aucune victime n’est à déplorer.

27.2 LE BÂTIMENT

Le parc de stationnement d’une surface d’environ 3000 m² était situé sous des immeubles d’habitation
R+2. La figure ci-dessous précise la configuration du parc de stationnement et la situation des
habitations.

Figure 27.1 : schéma du parc de stationnement et des habitations en hyperstructure (source : Face
au risque)

Une partie du parc de stationnement, entre les deux bâtiments d’habitation visibles sur la figure ci-
dessus, est recouverte d’un terre-plein d’une épaisseur de 40 cm sur une surface d’une centaine de
mètre carré.

Le parc de stationnement était constitué d’une structure en béton. Les dalles au plafond du parc de
stationnement semblaient être des dalles alvéolaires (cf. photo 27.1).

_____________________________________________________________________________________________________
229/298
Photo 27.1 : dalle alvéolaire (partie effondrée) Photo 27.2 : Flocage de dalle de plafond

Les dalles de plafond étaient également protégées par un flocage (cf. photo 27.2).

27.3 CONSTATATIONS

L’incendie a détruit une vingtaine de véhicules situés en partie sous la dalle effondrée et plus
généralement dans la zone indiquée sur la figure 27.1. Les autres véhicules du parc de stationnement
présentent des traces de suies sur leur carrosserie.

Pour ce qui est de la structure, dans la zone de l’incendie, le béton des poutres et poteaux a éclaté
laissant apparaître les armatures en acier (cf. photo 27.3 et photo 27.4) Certaines de ces armatures
ne comportaient plus de béton sur aucune de leurs faces.

Photo 27.4 : armature à nue au niveau d’un


Photo 27.3 : armature à nue d’une poutre béton
mur

La dalle située sous le terre plein entre les 2 immeubles d’habitation s’est effondrée sur une surface
de forme rectangulaire d’environ 80 m². Les photos ci-dessous montrent cet effondrement ainsi que la
déformation des torons qui passait dans la dalle (cf. photo 27.5, 27.6 et 27.7).

_____________________________________________________________________________________________________
230/298
Photo 27.5 : partie effondrée de la dalle sous le terre-plein

Photo 27.6 : dalle effondrée vue du parc de


Photo 27.7 : torons coupés
stationnement

27.4 SCÉNARIO POTENTIEL

L’alerte est donnée aux pompiers vers 1 h du matin par les habitants en hyperstructure qui détectent
la fumée. A leur arrivée sur les lieux (1h13), les sapeurs pompiers évacuent les habitants. Les secours
sont à l’attaque lorsqu’à 2h38 la dalle de béton s’effondre (cf. photo 27.5, 27.6 et figure 27.1)
recouvrant ainsi plusieurs véhicules en feu. L’incendie fut éteint quelques heures après.

27.5 POINTS CARACTÉRISTIQUES DU SINISTRE

 Parc de stationnement avec des habitations en hyperstructure


 Effondrement d’une dalle en béton au niveau du plafond du parc de stationnement, sur une
surface d’environ 80 m².

_____________________________________________________________________________________________________
231/298
28 SINSITRE F28
28.1 RÉSUMÉ

Le vendredi 26 juin 2009, aux alentours de 1h15 du matin, un incendie se déclare sur une installation
chimique classée SEVESO. Un premier foyer se déclare au RDC de l’installation, coté ouest du
bâtiment au niveau d’une pompe. Ce foyer restant alimenté par le cumène se vidant du système de
pompe entraine un second foyer sur au 2nd étage de l’installation. L’incendie a causé des dommages à
la structure très localisés et n’a eu que très peu de conséquences humaines.

28.2 DESCRIPTION DE L’OUVRAGE

28.2.1 Description de l’exploitation

Cette installation est une Installation Classée Pour l’Environnement (ICPE) et plus précisément
classée SEVESO à priorité nationale. En fonction des activités et des substances présentes sur le
site, l’ensemble des rubriques et des régimes auxquels l’installation est soumise sont répertoriés dans
l’annexe F28 du présent document.
Elle est également soumise à la directive IPPC (Integrated Prevention Pollution and Control) ce qui
signifie qu’il existe un « Contrôle et une prévention intégrés de la pollution ».

L’activité principale de l’installation consiste à faire réagir de l’oxygène avec le cumène par une
multitude de procédés chimiques visant à accélérer la réaction produisant l’hydropéroxyde de
cumène. Ces produits sont très inflammables.

28.2.2 Description de l’implantation de l’ouvrage

L’installation est implantée sur le site d’une des plates-formes chimiques les plus importantes en
France (la 2nde). Cet environnement de l’installation très particulier engendre un risque qui nécessite la
mise en place de moyens de secours particuliers tels que la présence en permanence de sapeurs
pompiers sur le site. La figure en annexe donne un aperçu de l’environnement dans lequel
l’installation est implantée.

28.2.3 Description de la structure de l’ouvrage

Le bâtiment est composé d’une ossature métallique sur laquelle sont disposés de nombreux
réservoirs et tuyaux dans lesquels les produits chimiques transitent (Cf. Photo 28.1 et 28.2). Sa
construction date des années 50 mais un réaménagement a été effectué dans les années 85.

Photo 28.1 : Façade ouest du bâtiment


Photo 28.2 : Face est du bâtiment sinistré
sinistré

_____________________________________________________________________________________________________
232/298
Le bâtiment est composé de 5 niveaux. La structure du bâtiment repose sur une dalle et des
fondations en béton. Le plancher du 1er niveau est également constitué par une dalle de béton
soutenue par des éléments métallique. A tous les autres niveaux, la circulation des personnes est
assurée par des de coursives et passerelles métalliques.

Dans le sens de la longueur le bâtiment se décompose en 12 travées formées par 13 portiques.


Les pieds des portiques sont constitués par 4 poteaux entre lesquels des contreventements viennent
renforcer leur stabilité (cf. Photo 28.3).

Poutres

Poteaux

Elément de contreventement

Photo 28.3 : Pieds de portique Figure 28.1 : Structure d’un portique

La photo 28.3 et la figure 28.1, illustrent et décomposent la structure d’un pied de portique en donnant
quelques précisions sur les éléments de structure. Les éléments de contreventement en pointillés
rouge n’étaient pas présents sur tous les pieds de portique.

Ces pieds de portiques se décomposent en 2 parties principales dans le sens de la hauteur, une
jonction entre les poteaux est faite à environ 12 mètres de hauteur (au niveau du plancher du 2ème
niveau).

28.3 CONSTAT DES DOMMAGES SUR LA STRUCTURE

Les dommages de l’incendie sont restés localisés autour des zones des deux foyers identifiés, c'est-à-
dire de la 2nde travée à la 4ème travée (entre le portique 2 et 5) du coté de la façade ouest du bâtiment,
identifiée par la zone en rouge sur la figure 28.2 ci-dessous.

_____________________________________________________________________________________________________
233/298
1 2 3 4 5 6

Figure 28.2 : Localisation de la zone principalement impactée sur la partie gauche


du bâtiment – Façade ouest

 Constat au niveau RDC de la structure : le pied du portique n°4 (numérotation selon figure
28.2) est très endommagé sur son coté interne du bâtiment (façade ouest). Un flambement
des poteaux internes du pied de portique (cf. photo 28.4) ainsi qu’un bombement vers
l’extérieur du portique au niveau de la dalle du 1er niveau sont constatés (cf. photo 28.5).

Déformation des
poteaux internes

Déformation des
contreventements

Courbure du portique
vers l’extérieur du
bâtiment

Photo 28.4 : Déformation du pied de portique Photo 28.5 : Déplacement vers l’extérieur du
n°4 portique n°4

Les dommages sont plus étendus pour les éléments verticaux de la structure au niveau du RDC. Un
dévers est constaté pour la poutre reliant le portique n°3 au n°4. Les éléments porteurs de la dalle de
béton entre le RDC et le 1er niveau se sont effondrés de la 3ème à la 4ème travée occasionnant des
déformations des poutres du portique n°2 à n°5 (cf. photo 28.6).

_____________________________________________________________________________________________________
234/298
Photo 28.6 : Formation d'une rotule Photo 28.7 : Travail sur les assemblages entre
plastique des poutres au niveau du portique la poutre reliant le portique n°4 du coté de la
n°5 face arrière du bâtiment

Sur la face arrière du bâtiment qui n’a pas été touchée directement par l’incendie, un travail au niveau
des assemblages reliant les poutres aux poteaux du portique n°4 a pu être constaté (cf. photo 28.7).

 Les constats faits précédemment sur les éléments porteurs de la dalle sont confirmés par les
dégâts occasionnés sur la dalle au 1er niveau du bâtiment (cf. photo 28.8 et photo 28.9). Des
dommages et déformations importantes sont constatée entre les portiques n°2 et n°5.

Photo 28.8 : Déformation de la dalle au 1er niveau Photo 28.9 : Déformation de la dalle au 1er
(vu de gauche) niveau (vu de droite)

Les poteaux internes du portique n°4 sont fortement déformés alors que ceux du portique n°5
présentent des traces visibles d’échauffements sans être déformés.

Les poutres entre le 1er et 2nd niveau présentent toutes des traces d’échauffements mais seules les
poutres reliant les 2 pieds du portique n°4 semblent présentées un léger fléchissement (cf. photo
28.11).

_____________________________________________________________________________________________________
235/298
Poutre la plus touchée au niveau du portique n°4

Photo 28.10 : Etat du poteau le


Photo 28.11 : Impact sur les poutres entre le
plus proche du foyer du portique
1er et 2nd niveau
n°3

 Au second niveau, les dégâts et déformations sont principalement localisés au niveau du


portique n°3. L’un des poteaux interne du portique n°3 (le plus à gauche en regardant le
bâtiment de face) présente une légère déformation vers l’extérieur du bâtiment (cf. encadré
bleu de la photo 28.12). Une des poutres reliant le portique n°3 au n°4 présente un léger
fléchissement (cf. photo 28.13). A ce niveau, le reste de la structure présente des marques
d’échauffements sans présenter de déformations apparentes, comme le montre la photo
28.14 pour les poutres du plancher du 3ème niveau.

Poutre fléchie

Photo 12 : poteau du portique n°3 Photo 13 : Poutre entre le 3ème et 4ème portique

Photo 28.14 : Structure du plancher entre le


2ème et 3ème niveau

_____________________________________________________________________________________________________
236/298
 Au 3ème niveau, la poutre reliant le 3ème au 4ème portique est l’élément le plus touché (cf. photo
28.16) sans présenter de déformation apparente. Les portiques n°3 et 4 sont peu impactés
par l’incendie du niveau inférieur et conserve sur certaines zones de leur surface leur peinture
(cf. photo 28.15).

Photo 28.15 : poteau du portique


Photo 28.16 : Poutre entre le 3ème et 4ème portique
n°4

 Pour les niveaux supérieurs de la structure, l’impact de l’incendie reste faible. Mis à part
quelques éléments de contreventement de faible épaisseur qui se sont déformés (cf. photo
28.17), la majeure partie des éléments ont été noircis par les fumées de l’incendie sans être
déformés.

Photo 28.17 : Partie supérieure du


portique n°3

 L’annexe du document présente schématiquement les degrés d’endommagement constatés


sur les éléments de la façade ouest, façade principalement touchée par l’incendie.

_____________________________________________________________________________________________________
237/298
28.4 SCÉNARIO D'INCENDIE POTENTIEL

D’après les éléments récupérés auprès de l’exploitant et du SDIS 38, il a pu être établi le scénario
potentiel suivant.

L’incendie a démarré, selon l’exploitant, sous le pré-concentreur d’une pompe vers 1h14 (cf. annexe)
à proximité du poteau du 4ème portique de la structure.

L’équipe de première intervention du site (constituée de 2 agents rondiers employés de l’exploitant) a


découvert l‘incendie et donné l’alerte en interne vers 1h20 après l’apparition d’une boule de feu, qui
s’est produite au moment où la pompe de secours devait être démarré.

Le premier engin de Sapeurs Pompiers du site se présente vers 1h25 avec un VMR (Véhicule Mousse
Remorquable).

Le premier foyer de l’incendie alimenté assez longuement par du cumène, du fait de l’absence de
vidange de certaines capacités et de tuyauteries au sein de l’unité, a ensuite causé une dilatation des
joints d’un système similaire une dizaine de mètres au-dessus ce qui provoqua un second départ
d’incendie au deuxième niveau du bâtiment, proche des poteaux du 3ème portique (Cf. Annexe)

L’incendie est maîtrisé à 4h30 et éteint à 5h10.


Ce sinistre est resté localisé à une petite partie de l’unité concernée, grâce à l’intervention conjointe
des SP du site et du SDIS 38, mettant en œuvre 5 lances canons totalisant un débit de plus de 1000
m3/h.
Plus précisément, les moyens de lutte contre l’incendie mis en place par les Sapeurs Pompiers étaient
de :
- 5 lances canons utilisées au plus fort de l’attaque ;
- 2x 4000l/mn, 1x3000l/mn et 2x2000l/mn pour limiter la propagation ;

Les conséquences humaines suite à ce sinistre restent relativement faibles et font état de 4 blessés
légers (civils) causé par :
- des projections de produits occasionnant des irritations chimiques ;
- des irritations des voix respiratoires ;
- une chute.

Le remplissage du bassin de rétention s’est fait en grande partie avec les eaux de refroidissement des
différentes unités qui ont continué à fonctionner, même en mode réduit.

28.5 POINTS CARACTÉRISTIQUES DU SINISTRE

 Installation SEVESO ;
 La dimension du site : 3 km de long qui fait que le PC Ex se retrouve à 1800 m du sinistre ;
 De nombreuses incertitudes sur l’alimentation du feu a été gênante pour les services de
secours ;
 Il n’existe pas de moyens de détection spécifique au produit Hydropéroxy de cumène.

_____________________________________________________________________________________________________
238/298
ANNEXE F28

LES AUTORISATIONS ET DÉCLARATIONS DE L’INSTALLATION

Le tableau ci-dessous répertorie l’ensemble des rubriques et régimes associés auxquelles l’installation
sinistrée est soumise.

Rubri. Etat
Ali. Date auto. Rég. Activité Volume Unité
IC d'activité
1130 1 14/12/2006 En fonct. S Toxiques (fabrication) 500 t
1131 2a En fonct. S Toxiques (emploi ou stockage) 10446 t
DANGEREUX POUR
1171 2b En fonct. A L'ENVIRONNEMENT A ET/OU B 100 t
(FABRICATION)
DANGEREUX POUR
1173 1 En fonct. S L'ENVIRONNEMENT - B - TOXIQUES 10343 t
(EMPLOI et STOCKAGE)
PEROXYDES ORGANIQUES
1211 1 En fonct. S 550 t
(FABRICATION)
PEROXYDES ORGANIQUES (EMPLOI
1212 5a En fonct. A 48 t
ET STOCKAGE)
1412 2b En fonct. DC Gaz inflammables liquéfiés (stockage) 24 t
Gaz inflammables liquéfiés
1414 1 14/12/2006 En fonct. A
(remplissage ou distribution)
1416 3 En fonct. D Hydrogène (stockage ou emploi) 1 t
Liquides inflammables, traitement
1431 20/12/2002 En fonct. A 170
pétrole et dérivés (fabrication )
1432 2a En fonct. A Liquides inflammables (stockage) 7040 m3
Liquides inflammables (mélange ou
1433 Ba En fonct. A 25 t
emploi)
Liquides inflammables (remplissage ou
1434 1a En fonct. A 570 m3/h
distribution)
Liquides inflammables (remplissage ou
1434 2 En fonct. A
distribution)
ACIDE ACETIQUE,
1611 2 14/12/2006 En fonct. D CHLORHYDRIQUE, FORMIQUE, ETC 181 t
(EMPLOI OU STOCKAGE)
1630 B1 En fonct. A Soude ou potasse caustique 420 t
Radioactives (fabrication, utilisation,
1715 1 A l'arrêt A
stockage...) sources scellées ou non
RADIOACTIVES (UTILISATION,
1720 A l'arrêt NC DEPOT, STOCKAGE) SOURCES Bq
SCELLEES CONFORMES
RADIOACTIVES (UTILISATION,
1720 2b A l'arrêt D DEPOT, STOCKAGE) SOURCES Bq
SCELLEES CONFORMES

_____________________________________________________________________________________________________
239/298
Réfrigération ou compression
2920 2a En fonct. A 4187 kW
(installation de) pression >10E5 Pa
Refroidissement par dispersion d'eau
2921 1a 14/12/2006 En fonct. A 77400 kW
dans un flux d'air (installations de)

_____________________________________________________________________________________________________
240/298
IMPLANTATION DE L’INSTALLATION

_____________________________________________________________________________________________________
241/298
IDENTIFICATION DE L’ENDOMMAGEMENT DES ÉLÉMENTS

_____________________________________________________________________________________________________
242/298
SITUATION DES FOYERS INCENDIE SUR L’INSTALLATION

_____________________________________________________________________________________________________________________________________________________________
243/298
29 SINSITRE F29
29.1 RÉSUMÉ

Le jeudi 29 octobre 2009 à 1h59 un incendie est détecté dans un parc de stationnement de 3 niveaux
sous-terrain de bâtiments d’habitation R+18. L’incendie dura environ 24h. Le feu a démarré au niveau
R-3 du parking et se propagea à 2 niveaux supérieurs plusieurs heures après. Sur les 3 niveaux du
parking, l’incendie et les dommages qui s’en suivirent sont restés localisés à 2 rangées de boxes. Il
n’y a pas eu de propagation vers les zones d’habitation et aucune victime n’est à déplorer.

29.2 LE BÂTIMENT ET SON ENVIRONNEMENT

Le parc de stationnement entièrement conçu en béton est situé sous trois immeubles d’habitation de
4ème famille. Le parc de stationnement est commun à ces 3 immeubles et en est séparé par des SAS.
La construction de cet ouvrage date de l’année 1969.
Le texte réglementaire de référence pour la sécurité incendie de cet ouvrage est l’arrêté du 23/05/60.

La configuration du parc de stationnement sur ces 3 niveaux est représentée en annexes.

Les boxes sont fermés par des portes coulissantes en tôle métallique et sont séparés entre eux par
des grilles métalliques (cf. photo 29.1).

Photo 29.1 : Configuration des boxes Photo 29.2 : Porte coulissante sous plafond

De nombreux boxes servaient de local de stockage pour les habitants des immeubles d’habitation. La
photo 29.2 d’un box situé en dehors de la zone impactée par l’incendie montre l’exemple d’un
stockage très important.

En-dehors des boxes utilisés pour le stockage, les boxes contenaient des véhicules (automobiles,
motos, scooters…). D’autres étaient vides. Pour le détail du contenu des boxes dans la zone sinistrée
se reporter au chapitre 29.3.

_____________________________________________________________________________________________________
244/298
29.3 CONSTATATIONS

L’incendie a endommagé le parc de stationnement sur ses 3 niveaux. A chaque niveau l’incendie est
resté localisés sur 2 rangées de boxes, comme indiqué en rouge sur la figure 29.1 ci-dessous qui ne
représente que la partie encadrée des plans de l’annexe F29. Contrairement au niveau R-3, la zone
H1 des niveaux R-2 et R-1 n’a pas été endommagée. Les parties en jaune sur la figure 29.1 n’ont subi
que des dommages dus aux fumées. Les boxes situés en dehors de ces zones n’ont subis aucun
dommage.

Cage d’escaliers

1
Zone de départ : H1

Zone de départ : H2

3 2
13 D 5 4 D D D D

D
7 11
D 6 8 10 D D

12

Circulation vers des


Amenée d’air zones du parking peu
Zone très impactée par l’incendie impactées
Grille
Zone impactée par les suies de l’incendie
Mur béton
Emplacement vide – sans aucune trace de
combustible Taule métallique

D Zone de dépôt Poteau béton

Figure 29.1 : Niveau R-3 du parc de stationnement

_____________________________________________________________________________________________________
245/298
 Dommages sur les structures

Concernant les dommages sur la structure dans les zones les plus sinistrées du parc de
stationnement, le béton a éclaté en plusieurs endroits laissant ainsi les ferraillages à nu (cf. photo
29.3, 29.4 et 29.5). La structure a été endommagée au niveau de la dalle en béton qui s’est effondrée
localement (cf. photo 29.3).

Photo 29.3 : effondrement local de la dalle Photo 29.4 : ferraillage à nu d’une poutre

Photo 29.5 : ferraillage de la dalle à nu

Au niveau des dalles planchers des niveaux R-2 et R-1, le polystyrène présent dans le joint de
dilatation dont la position est indiqué sur l’annexe 1 a été consumé lors de l’incendie. Les photos 29.6
et 29.7 montrent l’état du joint de dilatation avant et après incendie pour la partie sinistrée. Le
polystyrène consumé, les niveaux n’étaient plus isolés et communiquait entre eux par le biais de cet
interstice crée par le vide entre les dalles.

_____________________________________________________________________________________________________
246/298
Photo 29.6 : joint de dilatation avec polystyrène Photo 29.7 : espace entre les dalles

 Dommages sur le contenu des boxes

Ce sont au total, une quarantaine de véhicule détruits par l’incendie, voitures, motos et scooters
compris. Les autres véhicules présents dans le parc de stationnement n’ont été que très peu
endommagés par les fumées, la plupart d’entre eux était couverts d’une fine couche de suie.

Au niveau R-3 la figure 29.1 associe à chaque numéro une photo de l’annexe F29. Ces photos
montrent que les véhicules situés dans la zone rouge ont été totalement détruits.

Au niveau R-2 et R-1, les véhicules détruits par l’incendie sont indiqués en gris sur les plans de
l’annexe. Toutefois, les dommages sur certains de ces véhicules sont à détailler car les parties des
véhicules porche du joint de dilatation ont été très endommagées contrairement à leurs parties qui en
étaient les plus éloignées.

29.4 SCÉNARIO POTENTIEL

L’incendie a débuté au niveau R-3 du parc de stationnement dans les zones identifiées H1 et H2 de la
figure 29.1 aux alentours de 1h50 le jeudi 29 octobre 2009. Toutes les portes des boxes étaient
fermées ce qui ne permettait pas aux sapeurs pompiers de voir le feu et d’y accéder. Le feu dans ces
boxes fermés ne pouvait disposer de suffisamment d’air pour se développer pleinement c’est pourquoi
l’incendie était sous-ventilé et générait une grosse quantité de fumée. La configuration des boxes
permettait au feu de se propager d’un box vers un autre qui lui était mitoyen car leur séparation était
assurée par des grilles métalliques.
L’incendie s’est propagé du niveau R-3 aux niveaux R-2 puis R-1 par le joint de dilatation ou par
conduction thermique au sein des dalles de béton.
Les sapeurs pompiers ont mis en place des ventilateurs à l’entrée du parc de stationnement pour le
désenfumer. Finalement, le feu a été éteint environ 24h après le début de l’incendie en noyant sous la
mousse les zones où l’incendie se trouvait.

29.5 POINTS CARACTÉRISTIQUES DU SINISTRE

 Configuration des boxes en défaveur de l’intervention des services de secours car pas
d’accès direct sur les foyers en raison de leur fermeture par des portes en tôle métallique. A
cela s’ajoute que l’incendie pouvait se propager sans aucune barrière physique d’un box à
l’autre car la séparation était seulement assuré par une grille métallique ;
 Incendie sous ventilé ;
 Propagation verticale vers 2 niveaux supérieurs, par le joint de dilatation ou par conduction à
travers la dalle.

_____________________________________________________________________________________________________
247/298
ANNEXE F29 : CONFIGURATION DU PARC DE STATIONNEMENT
Niveau R-3
Figure 29.1

_____________________________________________________________________________________________________________________________________________________________
248/298
Niveau R-2

_____________________________________________________________________________________________________________________________________________________________
249/298
Niveau R-1

_____________________________________________________________________________________________________________________________________________________________
250/298
ANNEXE F29 : PHOTOS DU SINISTRE

Photo 29.8 : chiffre 1 sur la figure 29.1 Photo 29.9 : chiffre 2 sur la figure 29.1

Photo 29.10: chiffre 3 sur la figure 29.1 Photo 29.11 : chiffre 4 sur la figure 29.1

_____________________________________________________________________________________________________
251/298
Photo 29.12 : chiffre 5 sur la figure 29.1 Photo 29.13 : chiffre 6 sur la figure 29.1

Photo 29.14 : chiffre 7 sur la figure 29.1 Photo 29.15 : chiffre 8 sur la figure 29.1

_____________________________________________________________________________________________________
252/298
Photo 29.16 : chiffre 9 sur la figure 29.1 Photo 29.17 : chiffre 10 sur la figure 29.1

Photo 29.18 : chiffre 11 sur la figure 29.1 Photo 29.19 : chiffre 12 sur la figure 29.1

_____________________________________________________________________________________________________
253/298
Photo 29.20 : chiffre 13 sur la figure 29.1

_____________________________________________________________________________________________________
254/298
30 SINISTRE F30
30.1 RÉSUMÉ

Le 27 mars 2010, 5 voitures sont incendiées dans un parking souterrain.

30.2 DÉTAIL DE LA STRUCTURE

30.2.1 Plancher Bas du 3ème Sous-sol

30.2.2 Eléments de structure présents

Plancher Caisson en U inversé préfabriqué, probablement précontraint :

_____________________________________________________________________________________________________
255/298
Figure 30.1 : Coupe des éléments de plancher

Présence d’un treillis dans la table : maille 100mmx200 mm! ø4mm, fil non cranté

Présence de barres transversales rapportée ø1 0mm e=400mm fil non cranté

Hauteur libre sous poutre de l’ordre de 2,30m

30.3 CONSTATATIONS

- Sprinkler présent mais pas en fonctionnement.


- Les percements dans les tables ont eu lieu en plancher bas et non en plancher haut.
- Les percements semblent dus à la dilatation thermique empêchée de la table de très faible
épaisseur entre les deux nervures beaucoup plus raides.
- Aucun désordre en plancher haut du niveau incendié.
- Localisation particulière du 2ème percement ainsi que de la « fissure » qui ne sont pas
directement au droit d’un foyer à priori mais entre les 2 foyers.

_____________________________________________________________________________________________________
256/298
30.3.1 Photos du niveau incendié

Photo 30.1 : Vue du percement N°2 en plancher Bas

Note : Les 2 percements relevés sur place ont eu lieu dans le grand entraxe

_____________________________________________________________________________________________________
257/298
Photo 30.2 : Vue du plancher au dessus du deuxième foyer

Photo 30.3 : Vue du plancher au dessus du premier foyer

_____________________________________________________________________________________________________
258/298
Photo 30.4 : Vue de la fissure au niveau du gousset d’un élément. Localisation : entre les 2 foyers

Photo 30.5 : Vue du percement N°1 en plancher Bas

_____________________________________________________________________________________________________
259/298
30.3.2 Photos depuis le niveau inférieur au niveau incendié

Photo 30.6 : Vue du percement N°1 en plancher Haut du 4ème SS

Photo 30.7 : Vue du percement N°2 en plancher Haut du 4ème SS

_____________________________________________________________________________________________________
260/298
Photo 30.8 : Vue de la jonction entre 2 éléments en plancher Haut du 4ème SS

Photo 30.9 : Détail des plaques de coffrage

_____________________________________________________________________________________________________
261/298
31 SINISTRE F31
31.1 RÉSUMÉ

Le mardi 13 avril, un incendie débute aux alentours de 3h du matin (appel des pompiers de Paris à
3h06 – source BSPP) sur un scooter situé sur un parking de véhicule 2 roues le long d’une rue. Dans
un premier temps, l’incendie se propage aux scooters de la rangée le long de la rue dans un seul
sens. Dans un second temps, l’incendie se propage aux voitures garées de l’autre coté de la rue ainsi
qu’à un immeuble à usage mixte (habitation et commerce) R+6 situé sur le coté de la rangée des
scooters. Enfin, après avoir atteint des locaux sur l’arrière de l’immeuble, l’incendie se propage
verticalement à une chambre au niveau R+2.
Cet incendie n’a pas fait de victimes graves. Une trentaine de véhicules 2 roues, 4 voitures, et 4
commerces ont été totalement détruits par les flammes. Les habitations ont été en partie
endommagées par les suies des fumées, en dehors d’une chambre au R+2 qui a été totalement
détruite.

31.2 CONFIGURATION

L’incendie a lieu dans un contexte urbain, dans une rue du 17ème arrondissement de Paris. La photo
ci-dessous prise avant l’incendie montre du coté de la rangée de véhicules à 2 roues les quatre
devantures des commerces touchés par l’incendie ainsi que le bâtiment d’habitation au premier plan
surplombant deux d’entre eux.

Photo 31.1 : Vue du bâtiment principalement touché, avant l’incendie

La configuration des lieux au niveau RDC est précisée sur le schéma ci-dessous.

_____________________________________________________________________________________________________
262/298
Exploitation des locaux
1- Cabinet de conseil en multimédia ;
2- Magasin de CD
3- Magasin de vêtements (retouche) ;
4 5 6 4- Zone d’extension du magasin 1 dans une cour
7 aménagée en verrière ;
5- local de stockage d’archive ;
6- Zone d’extension du magasin 1 dans une cour
11 aménagée en verrière ;
7- Arrière boutique du magasin de fourniture informatique
8- Magasin de fournitures informatiques et vidéo
9- Bureau
8 10- Hall d’entrée de l’immeuble d’habitation
3 2 1 10 9 11- Locaux à poubelle et débarras

Locaux situés sous le


bâtiment d’habitation

Echafaudage

_____________________________________________________________________________________________________________________________________________________________
263/298
31.3 CONSTATATIONS

 Dommages dans la rue

Photo 31.2 : Vue du bâtiment principalement touché, après l’incendie (coté impair de la rue)

Photo 31.3 : Vue des vitrines et véhicule du coté pair de la rue

_____________________________________________________________________________________________________
264/298
 Dommages dans les locaux

Les dommages dans les locaux sont indiqués sur le schéma 2 ci-dessous dans la partie descriptive du
scénario de propagation.

31.4 SCÉNARIO DE PROPAGATION

 Propagation Horizontale :

Les séquences de propagation horizontale de l’incendie sont précisées dans le schéma ci-dessous.

En complément du schéma donné, voici quelques informations relatives à la propagation de


l’incendie :

- D’après la numérotation donnée dans le schéma ci-dessous, aux étapes de propagations 6 et 7,


seuls des éléments verriers séparaient les locaux entre eux.

- Pour l’étape de propagation numérotée 8, celle-ci s’est principalement faite en partie haute des
locaux. Comme le montre la photo 31.4 ci-dessous, une partie de la toiture en bois a été consumée
lors de l’incendie.

Photo 31.4 : propagation entre locaux par la toiture

_____________________________________________________________________________________________________
265/298
Propagation de l’incendie au niveau RDC
1- Départ de l’incendie sur un scooter ;
2- L’incendie se propage sur la rangée de scooters à 33
d’entre eux ;
7 8 3- Propagation de l’incendie aux voitures stationnées sur
6 l’autre coté de la rue Truffaut ;
4- Propagation de l’incendie des scooters vers les
magasins via leur vitrine ;
5- Propagation de l’incendie dans le magasin et à l’étage
supérieur par l’escalier en colimaçon ;
6- Propagation de l’incendie dans une cours à l’arrière du
9 bâtiment aménagée en verrière ;
7- Propagation de l’incendie à travers les locaux des
arrière boutiques ;
5 8- Propagation de l’incendie de la verrière vers l’arrière
boutique du magasin en partie haute ;
9- Propagation de l’incendie dans le magasin et sortie de
flamme sur le devant du magasin.

4 4
Zone de développement
et de propagation de
l’incendie
2 1
Zone uniquement
Rue Truffaut 3 touchée par les suies

Echafaudage

Zone de propagation de l’incendie sur


les véhicules
Vitrines endommagées sans propagation
vers l’intérieur des bâtiments
_____________________________________________________________________________________________________________________________________________________________
266/298
 Propagation verticale :

L’incendie s’est propagé aux étages supérieurs en deux endroits :


- au niveau du cabinet de conseil en multimédia (cf. numéro 1 sur le schéma 1) par le biais des
escaliers en colimaçon. L’incendie s’est développé dans le local situé à l’aplomb des escaliers
sans se propager aux autres locaux du niveau R+1. Les autres locaux ont subis des
dégradations dues aux fumées ;

- au niveau de la cour aménagée en verrière (cf. numéro 6 sur le schéma 1) qui était utilisée
comme arrière boutique du magasin 1 ou 8 par le biais de la façade. L’incendie s’est propagé
directement au niveau R+2 (cf. photo 31.5). Le vent aurait vraisemblablement favorisé cette
propagation, d’une part car son orientation ramenait le panache thermique des flammes sur
ce côté de façade, et d’autre part car la hauteur de l’arrière boutique du magasin ’8’ favorisait
l’action du vent au niveau R+2 plutôt qu’au niveau R+1. L’incendie ne s’est pas propagé aux
locaux dont les fenêtres étaient situées à la façade perpendiculaire.

Propagation à la chambre au
R+2

Dégradation au R+1 dues


aux fumées de l’incendie

Photo 31.5 : façade arrière du bâtiment


surplombant une verrière

31.5 POINTS CARACTÉRISTIQUES DU SINISTRE

 Propagation de feu de véhicules de part et d’autre de la chaussée ;


 Grand nombre de véhicules deux roues concernés par l’incendie (une trentaine) ;
 Propagation horizontale au sein du bâtiment entre plusieurs locaux ;
 Propagation verticale sur l’arrière du bâtiment d’habitation du RDC au R+2.

_____________________________________________________________________________________________________
267/298
32 SINISTRE F32
32.1 RÉSUMÉ

Dans la nuit du 16 au 17 février 2010, une explosion survient dans un silo de graines de colza. Des
odeurs suspectes de gaz avaient été détectées dans la journée du 16. Plusieurs feux se sont ensuite
déclarés dans le silo, obligeant les pompiers à intervenir 5 fois pendant les 3 semaines qui suivirent
l’explosion. Une des cellules du silo n’avait pu être vidée à cause d'un bouchon de colza compacté qui
obstruait la trémie. La cellule a finalement dû être découpée pour régler définitivement le problème.

32.2 CONSTATATIONS SUR SINISTRE

Les photos 32.1 et 32.2 donnent un aperçu extérieur du silo. Celui-ci est composé de 10 cellules, et
l’on peut voir que les cellules centrales ont été largement plus touchées que les autres, la couleur
rouille de l’acier témoignant des températures chaudes atteintes dans cette zone.

Photo 32.1 : Vue extérieure du silo (cellules 1, Photo 32.2 : Vue extérieure du silo (cellules 2, 4, 6,
3, 5, 7 et 9) 8 et 10)

La figure 32.1 présente la situation des différentes cellules au moment du sinistre, en ce qui concerne
leur type de stockage. La capacité d’une cellule pleine est d’environ 300 tonnes de colza. Le schéma
est orienté dans le même sens que la photo 32.2, à savoir que l’escalier externe visible sur la photo,
qui donne accès à la galerie supérieure, jouxte les cellules 1 et 2.

Cellule 1 Cellule 3 Cellule 5 Cellule 7 Cellule 9

Pleine Vide 11 t Pleine Vide

Cellule 2 Cellule 4 Cellule 6 Cellule 8 Cellule 10

185 t Pleine Pleine Pleine Pleine

Figure 32.1 : Numérotation et contenu des cellules au moment du sinistre

_____________________________________________________________________________________________________
268/298
Seules les cellules 3 et 9 étaient vides au moment du sinistre, et la cellule 5 n’était que très peu
remplie.

La photo 32.3 montre la découpe réalisée au niveau de la trémie de la cellule 6, nécessaire afin de
pouvoir vider la cellule. Le problème venait de la vitrification d’un amas de colza, qui était situé contre
la paroi adjacente à la cellule 5.

Sur cette photo on distingue également des gaines de ventilation des cellules 5 et 6, celle de la cellule
5 étant beaucoup plus dégradée.

Photo 32.4 : Bardage en toiture de la


Photo 32.3 : Trémie de la cellule 6 découpée
cellule 5

Au niveau du bardage en toiture des cellules, seul celui de la cellule 5 a été retrouvé largement
déformé (photo 32.4).

Les photos 32.5 et 32.6 montrent l’intérieur des cellules 5 et 6. On remarque principalement l’absence
de suies et la couleur brun-rouge de l’acier.

Photo 32.5 : Intérieur de la cellule 5 Photo 32.6 : Intérieur de la cellule 6

Les photos 32.7 et 32.8 donnent un aperçu de la situation dans la galerie surplombant les cellules. Le
transporteur qui amène le colza et le déverse dans chaque cellule occupe l’axe central de la galerie,
alors que la gaine de ventilation est située du côté des cellules paires.

Concernant la ventilation, il a pu être constaté des différences selon les cellules : Pour certaines
(cellules 5 à 10), on remarque la présence d’une grille au niveau du plancher de la galerie (visible sur
la photo 32.7) qui communique avec les cellules situées en-dessous. Pour les autres cellules (1 à 4), il
n’y a pas de communication entre le réservoir et la galerie, la ventilation se faisant uniquement par la
gaine (photo 32.8).

_____________________________________________________________________________________________________
269/298
Dans tous les cas, il a été remarqué que la paroi séparant les cellules selon l’axe longitudinale de la
galerie (par exemple entre les cellules 1 et 2) n’arrive pas jusqu’au plancher de la galerie, laissant un
espace d’une dizaine de centimètres sous le plancher. D’un point de vue aéraulique, les cellules
étaient donc en communication 2 à 2.

Gaines de ventilation Transporteur

Photo 32.7 : Intérieur de la galerie, au-dessus Photo 32.8 : Intérieur de la galerie, au-
de la cellule 7 dessus de la cellule 3

Les dégradations observées dans la galerie sont les suivantes :


- bris de la majorité des vitres
- quantité de suies importante
- dégradations thermiques fortes au niveau des cellules 5 et 6, et de moins en moins fortes à
mesure que l’on s’éloigne du centre du silo, comme le montre par exemple l’état des gaines
électriques situées sur le transporteur (photos 32.9 à 32.11)

Photo 32.9 : Gaine encore Photo 32.10 : Gaine Photo 32.11 : Gaine
présente au niveau de la carbonisée au niveau de la disparue au niveau de la
cellule 1 cellule 3 cellule 5

Concernant les feux qui se sont déclarés dans les semaines qui suivirent, ils ont concernés des
cellules situées à proximité des cellules 5 et 6, à savoir que les cellules extrêmes du silo (1, 2, 9 et 10)
ont été épargnées.

32.3 RISQUES DANS LES SILOS

Afin de pouvoir reconstituer le déroulement du sinistre, il est nécessaire de faire un résumé des
différents phénomènes thermiques susceptibles de survenir dans les silos.

Ces installations peuvent engendrer trois principaux types de dangers : le phénomène d’auto-
échauffement, l’incendie et l’explosion.

_____________________________________________________________________________________________________
270/298
32.3.1 Auto échauffement

L’auto-échauffement des grains peut être causé par plusieurs facteurs [1-3] :

- L’auto-oxydation : l'intensité du phénomène est fonction de la température et de l'humidité du


grain et de la quantité d'oxygène présent dans la cellule de stockage. En présence d'oxygène,
des sucres libres ou issus de l'amidon par hydrolyse se transforment en eau, en gaz
carbonique et en chaleur (réaction exothermique). Quand l'air se trouvant entre les grains est
renouvelé (faible ventilation ou tirage naturel), la production de chaleur peut devenir très
importante et provoquer des échauffements entrainant des pertes de matière sèche.

- la fermentation anaérobie : en absence d'oxygène, le grain évolue quand même, mais il se


produit alors des fermentations. Les sucres sont transformés en gaz carbonique et en alcool
avec un léger dégagement de chaleur. Dans ce cas la perte de matière sèche est moins
importante que lorsque l'on est en présence d'oxygène.

- lorsque les conditions de stockage présentent des températures trop élevées.

Les produits à forte teneur en lipides, notamment les graines d’oléagineux comme le colza, peuvent
faire l’objet d’un échauffement très exothermique pouvant aller jusqu’à l’incandescence, cause
possible d’incendie. Ces réactions peuvent également s’accompagner de gaz inflammables.

32.3.2 Incendie

Si cet auto-échauffement est non maîtrisé, il peut donc conduire à un incendie. Ce type de
phénomène survient de façon générale dès lors que la température d’inflammation du grain est
atteinte. La source de chaleur peut être de nature très différente :

- biologique : dans le cas précédent de l’auto-échauffement, le processus peut continuer


jusqu’à l’inflammation des grains, on parle alors d’auto-inflammation (à titre indicatif, on peut
indiquer que les phénomènes de fermentation ou d’oxydation produisant un auto-
échauffement peuvent se développer en 3 à 4 jours et l’auto-inflammation sous des délais de
l’ordre de 4 à 5 jours, soit un délai total de 7 à 9 jours [4]) ;

- thermique : si une surface chaude existe, suite à des travaux de soudure par exemple

- électrique : arcs, étincelles…

- électrostatique

32.3.3 Explosion

Enfin, les accidents les plus dramatiques dans les silos ont souvent été causés par des explosions,
qui surviennent lorsque des poussières en suspension ou des gaz inflammables (produits par les
phénomènes d’auto-échauffement) sont enflammés par une source d’énergie suffisante.

Pour que ce phénomène d’explosion apparaisse, il est nécessaire d’avoir :


- une concentration en gaz inflammable suffisante
- un taux d’oxygène suffisant
- une source de chaleur
- un espace relativement confiné, comme c’est le cas dans les silos

Les oléagineux, lors de leur fermentation ou oxydation, peuvent conduire à la formation de gaz
susceptibles de donner lieu à des explosions. Les sources d’inflammation sont les mêmes que celles
données précédemment pour les incendies.

Finalement, il n’est pas rare que soient présents dans les scénarii d’accidents, les trois évènements
précédents combinés (auto-échauffement, incendie et explosion).

_____________________________________________________________________________________________________
271/298
32.4 SCÉNARIO POTENTIEL

Un certain nombre de constatations permettent de déterminer quelques étapes clés dans le scénario
du sinistre.

En particulier, si l’on considère les informations suivantes :

- une odeur de gaz a été ressentie,

- une explosion a été entendue dans la nuit qui a suivit,

- le bardage en toiture au-dessus de la cellule 5 a été largement déformé,

- le lendemain matin un bon nombre de vitres au niveau de la galerie avaient disparu,

- il n’avait pas été constaté de dépôt de suies dans la galerie ce matin là,

- la cellule 5 était peu remplie, et par conséquent il pouvait se former dans cette cellule un
mélange de gaz inflammables et d’oxygène en proportions suffisantes,

- la gaine de ventilation en sortie de trémie de la cellule 5 était beaucoup plus dégradée que les
autres,

- et enfin sachant la présence d’une grille entre la cellule 5 et la galerie, mettant ces 2
compartiments en communication,

il ne fait aucun doute qu’une explosion est survenue dans la cellule 5, et que celle-ci s’est propagée à
la fois vers le haut dans la galerie supérieure à travers la grille, soufflant les vitres, ainsi que vers le
bas, par la gaine de ventilation.

Sachant que cette explosion a eu lieu dans la cellule 5, il faut maintenant déterminer son origine.
L’odeur de gaz ressentie la veille de l’explosion confirme qu’il y a bien eu production de gaz
inflammables dans la cellule, résultant d’un auto-échauffement des grains. Parmi les raisons
possibles, présentées au chapitre 32.3, on peut retenir celle d’une surface chaude en contact avec les
grains. En effet, il a été constaté qu’un amas de colza, situé dans la cellule 6 au niveau de la paroi
jouxtant la cellule 5, s’était compacté sous l’effet de la chaleur, empêchant ainsi l’évacuation des
grains de la cellule 6. Après l’explosion, une prise de température avait été effectuée dans la cellule 6
mais qui n’indiquait pas de risques particuliers. Cependant, cet amas de colza témoigne d’un auto-
échauffement au cœur des grains, échauffement qui se serait ensuite propagé par conduction au
travers de la paroi vers la cellule 5. L’explosion est survenue dans la cellule 5 et non dans la cellule 6
car cette dernière était totalement remplie.

L’origine de cet échauffement, dans la cellule 6, n’est par contre pas déterminée.

Enfin, la cellule 6 n’ayant pu être vidée rapidement, des feux se sont déclarés dans cette cellule et
celles situées à proximité (échauffements résultants probablement de transferts de chaleur par
conduction depuis la cellule 6 vers les cellules 4 et 8 d’une part, et par conduction ou convection entre
les cellules 7 et 8 d’autre part, étant donné que ces 2 cellules étant en communication sous le
plancher de la galerie). Même si les pompiers sont intervenus plusieurs fois, la présence résiduelle de
points chauds dans les cellules et/ou l’effet du vent ont pu ravivés l’incendie.

On peut résumer le déroulement du sinistre par la chronologie suivante :


- Auto-échauffement au cœur de la cellule 6
- Transmission de la chaleur par conduction dans la cellule 5
- Auto-échauffement et dégagement de gaz inflammables dans la cellule 5
- Auto-inflammation des gaz et apparition de l’explosion (cellule 5)
- Transmission de l’explosion dans la galerie
- Incendie dans la cellule 6
- Incendie dans les cellules à proximité

_____________________________________________________________________________________________________
272/298
32.5 BIBLIOGRAPHIE

[1] J.T. Mills, Spoilage and Heating of Storing Agricultural Products: Prevention, Detection and
control, Canadian Government Publishing Centre, Ottawa, Ontario, Canada (1989).
[2] Ramirez A., Garcia-Torrent J., Aguado P.J., Determination of parameters used to prevent
ignition of stored materials and to protect against explosions in food industries (2009) Journal of
Hazardous Materials, 168 (1), pp. 115-120.
[3] Ramirez A., Garcia-Torrent J., Tascon A., Experimental determination of self-heating and self-
ignition risks associated with the dusts of agricultural materials commonly stored in silos (2010)
Journal of Hazardous Materials, 175, pp. 920-927.
[4] Guide de l’état de l’art sur les silos, version 3, MEEDDAT (2008).

_____________________________________________________________________________________________________
273/298
33 SINSITRE F33
33.1 RÉSUMÉ

Ce sinistre concerne un incendie dans une usine agro-alimentaire. Le feu a été détecté dans une
réserve où se situaient de nombreux emballages carton et polystyrène et s’est rapidement propagé à
l’ensemble de l’établissement dans l’heure qui a suivi. Le bâtiment était divisé en cellules par des
panneaux sandwich utilisés aussi bien pour les cloisons que pour les plafonds. Lors de l’intervention,
les sapeurs pompiers ont été surpris par plusieurs phénomènes thermiques rapides.

33.2 LE BÂTIMENT ET SON ENVIRONNEMENT

Le bâtiment est installé sur une zone agroalimentaire d’un port de pêche. Il est composé d’un
établissement frigorifique R+1, et d’une partie administrative qui lui est adjacente (Photo 33.11).

Surface totale 2 265 m²

Etage

Administration

Photo 33.1 : Vue aérienne du bâtiment et de son environnement

La configuration des lieux est donnée sur les figures suivantes. Au RdC (Figure 33.1), on trouve une
zone de quais pour l’expédition et la réception, des chambres froides, une zone de conditionnement,
une zone de cuisson et des locaux techniques (atelier, salle des machines, chaufferie,
transformateur).

A l’étage se trouvent des vestiaires, ainsi que le grenier qui sert à stocker des emballages de carton et
de polystyrène (Figure 33.2). Un certain nombre de trémies ont été créées au niveau du plancher du
grenier, afin d’assurer une communication avec la zone de conditionnement située au RdC. Une de
ces trémies communiquait directement au sous-sol par l’intermédiaire d’une gaine constituée en
panneaux sandwich (gaine D sur les figures 33.1 et 33.2).

1
Tous les documents (photos et plans 3D) contenus dans ce rapport ont été fournis par le SDIS concerné
_____________________________________________________________________________________________________
274/298
zone « cuisson » locaux techniques
bâtiment
« bureaux »

gaine D

zone
« conditionnement »
quais

extension en
cours

Figure 33.1 : Configuration du RdC

grenier
rangée de parpaings enlevés

gaine D

façade
Nord

vestiaires

Figure 33.2 : Configuration de l’étage

_____________________________________________________________________________________________________
275/298
Le RdC du bâtiment est à structure béton, et le 1er étage à structure métallique. La majeure partie du
bardage extérieur est constituée en panneaux sandwich qui isolent thermiquement le volume intérieur
de l’établissement vis-à-vis de l’extérieur. Dans le bâtiment, presque toutes les cloisons verticales
ainsi que les faux-plafonds sont également en panneaux sandwich.

Les panneaux sandwich étaient tous constitués d’une âme en polyuréthane (mousse non ignifugée
classée M4 pour la réaction au feu), avec des parements soit en tôle métallique soit en polyester, le
panneau étant dans tous les cas classé M2.

33.3 CONSTATATIONS

L’incendie a endommagé tout l’établissement, excepté l’extension qui était en cours de construction,
ainsi que la partie administrative de l’entreprise (Photo 33.2).

Photo 33.2 : Vue aérienne de l’établissement, après sinistre

Au moment du sinistre, des travaux d’entretien étaient en cours dans les combles techniques situés
dans le plénum au dessus de la zone « cuisson », et que pour cette raison 2 rangées de parpaings
étaient enlevées dans le grenier pour y accéder (cf. figure 33.2).

Concernant les mousses polyuréthane des différents panneaux sandwich, elles ont pratiquement
toutes été brûlées. Pour les panneaux servant de faux-plafonds, il a été constaté que ceux-ci étaient
fixés à des poutres par un système de suspente, composé d’une chape fixée à la partie métallique du
panneau, d’un tendeur, d’une tige filetée et d’une pince d’accrochage pour la poutre (Photo 3.3).

_____________________________________________________________________________________________________
276/298
Photo 33.3 : Exemple de fixation des panneaux sandwich

33.4 SCÉNARIO POTENTIEL

L’origine et le lieu de départ de l’incendie ne sont pas clairement identifiés. D’après les témoignages
recueillis auprès de l’inspection de la défense et de la sécurité civiles (IDSC), il est possible de
dégager le scénario suivant :

- le feu est détecté à 2h43 par un employé situé en zone « cuisson », à travers les trémies
communiquant avec le sous-sol, puis le foyer est localisé au grenier à proximité d’un chauffe-
eau et de la gaine D en panneaux sandwich ;

- les pompiers, lors d’une première reconnaissance au grenier, constatent qu’effectivement des
flammes sont visibles au fond à droite de la pièce, mais que les fumées n’envahissent pas
totalement le volume et ne se dirigent pas vers la porte d’accès ;

- une dizaine de minutes plus tard, ils reviennent au grenier et constatent que la situation n’a
pas évoluée. Dans la minute qui suit, des fumées denses et grises arrivent vers eux, puis
survient un bruit sourd, tout devient rouge avec une sensation de très forte de chaleur : ce
phénomène thermique ne semble pas être un flashover, ni un backdraft, mais un flash-fire
(voir l’article extrait de la revue Soldats du Feu en Annexe) : une inflammation rapide d’un
mélange gaz combustibles / oxygène ;

- le feu se propage alors rapidement au RdC, d’abord dans la zone « conditionnement », puis
vers les quais, les locaux techniques, la zone « cuisson » pour revenir finalement au niveau
du grenier.

_____________________________________________________________________________________________________
277/298
33.5 POINTS CARACTÉRISTIQUES DU SINISTRE

 Charge calorifique très importante dans la zone de départ de feu ;

 Propagation très rapide de l’incendie par les cloisons et faux-plafonds en panneaux


sandwich ;

 Phénomènes thermiques de type « Fire Gas Ignition » (FGI).

_____________________________________________________________________________________________________
278/298
ANNEXE F33

_____________________________________________________________________________________________________
279/298
_____________________________________________________________________________________________________
280/298
_____________________________________________________________________________________________________
281/298
_____________________________________________________________________________________________________
282/298
_____________________________________________________________________________________________________
283/298
34 SINSITRE F34
34.1 RÉSUMÉ

Le vendredi 3 septembre 2010, un incendie se déclare vers 6h 30 dans un gymnase. L’incendie


ravage entièrement le bâtiment de 800 m² ainsi que son annexe de 200 m² en un peu plus d’une
heure. Un début de propagation à un immeuble à usage d’habitation R+3/R-1 est rapidement maîtrisé
par les sapeurs pompiers. Aucune victime n’est à déplorer, l’incendie ayant eu lieu alors que le
bâtiment était inoccupé.

34.2 LE BÂTIMENT ET SON ENVIRONNEMENT

L’incendie a lieu dans un contexte urbain, dans un complexe scolaire. Ce complexe comprend un
collège ainsi qu’un gymnase, des terrains de sport et un établissement de réinsertion scolaire (ERS)
(cf. figure 34.1). Les bâtiments venaient juste d’être livrés après deux ans de travaux.

Rue de Bellevue

P1 : pavillon 1
P1 P2 : pavillon 2
P3 : pavillon 3

ll A
A ERS llé
Gymnase e P3

P2

Terrains sportifs

Collège

Rue Henri Dunant

Figure 34.1 : schéma descriptif du complexe

Ce complexe s’insère dans un environnement urbain, le gymnase est entouré de pavillons sans
toutefois être attenant. Ces pavillons (type R+3/R-1 pour P1) sont classés dans la catégorie des
immeubles à usage d’habitation Deux allées de 8 m de large, font office de séparation. Le collège est
lui séparé du gymnase par des terrains de sports.

Le gymnase, d’une superficie de 800 m² (environ 32 m x 25 m), dispose d’une structure en bois
lamellé-collé (cf. photo 34.1). Les parois sont en deux parties : le bas (sur 2.5 m de hauteur) est
constitué d’une succession d’ouvertures encadrées par des poteaux en béton recouverts de panneaux
de bardage en zinc. Pour la partie haute, le revêtement extérieur est du bardage alors que pour
l’intérieur des panneaux en bois sont utilisés. Point particulier, le bâtiment possède un système de
détection incendie. La partie ERS, attenante au gymnase, a une superficie d’environ 200 m² (8 m x 25
m) sur un seul niveau, elle est également en structure bois (cf. photo 34.4) et comporte quatre salles
de classe et un bureau.

_____________________________________________________________________________________________________
284/298
Photo 34.1 : Vue du bâtiment principalement touché, avant l’incendie

Photo 34.2 : Vue du bâtiment principalement touché, après l’incendie

_____________________________________________________________________________________________________
285/298
Photo 34.3 : Vue du bâtiment principalement touché, rue de Belleville

Photo 34.4 : Vue du bâtiment ERS

_____________________________________________________________________________________________________
286/298
34.3 CONSTATATIONS

 Dommages dans le gymnase

Le gymnase a entièrement brûlé et la structure est entièrement effondrée (cf. photos 34.5 et 34.6).

Photo 34.5 : Vue du gymnase après l’incendie

Photo 34.6 : Vue du gymnase après l’incendie

_____________________________________________________________________________________________________
287/298
 Dommages dans l’annexe ERS

Les dommages sont très importants dans le couloir qui sépare le gymnase et l’ERS mais sont limités
dans le reste du bâtiment (cf. photos 34.4, 34.7 et 34.8).

Photo 34.7 : Vue du couloir séparant gymnase et annexe

Photo 34.8 : Vue de l’annexe du coté pavillon P3

 Dommages au niveau des pavillons

Les pavillons P1, P2 ainsi que le jardinet situé entre les deux ont été subis des dommages suite à un
début de propagation. Ainsi sur la façade du bâtiment P1, l’enduit s’est détaché à de multiples
endroits (cf. photo 34.9). La palissade en bois qui occultait la vue sur le jardinet a commencé à brûler
(cf. photo 34.10) et les plots lumineux situés à proximité dans l’allée ont fondus. Au niveau du pavillon
P2, la gouttière a fondue sur les premiers mètres. Les conditions météorologiques ont favorisé ce
développement avec un vent soufflant vers les pavillons P1 et P2 (cf. photo 34.11). L’intervention des
sapeurs pompiers a pu empêcher la propagation à ses bâtiments grâce à un rideau d’eau.
Le pavillon P3 n’a subi aucun dommage le vent soufflant dans la direction opposée.

_____________________________________________________________________________________________________
288/298
Photo 34.9 : Vue du pavillon P2

Photo 34.10 : Vue du jardinet

_____________________________________________________________________________________________________
289/298
Photo 34.11 : Vue du pavillon P1

34.4 SCÉNARIO POTENTIEL

Suite à des mises en défauts détectées sur l’éclairage extérieur (lampes situées la paroi donnant sur
les terrains de sport) les jours précédents, deux électriciens sont tôt dans la matinée (vers 6h 30) pour
régler ce problème. Alors qu’ils font des tests, de la fumée s’échappe sur un des boitiers servant à
relayer le courant entre le gymnase et ces lampes (6h 45). L’incendie est donc d’origine électrique. Ce
boitier est situé à l’intérieur du gymnase à une hauteur de 2.5 m. Dès ce moment, un appel est passé
aux sapeurs pompiers (6h 53), le principal du collège qui habite sur les lieux est prévenu par les
électriciens et au même moment la détection s’active. L’embrasement généralisé du bâtiment se
produit très rapidement et en 15 à 20 minutes tout a quasiment brûlé.
Les photos ci-dessous donnent quelques détails sur le déroulement de l’incendie (source : BFM TV).

Photo 34.12 : Image de l’incendie

_____________________________________________________________________________________________________
290/298
Photo 34.13 : Image de l’incendie

Photo 34.14 : Image de l’incendie

Photo 34.15 : Image de l’incendie

_____________________________________________________________________________________________________
291/298
Photo 34.16 : Image de l’incendie

Photo 34.17 : Image après l’incendie

34.5 POINTS CARACTÉRISTIQUES DU SINISTRE

 Origine électrique du sinistre ;


 Embrasement généralisé extrêmement rapide ;
 Activation du système de détection incendie ;
 Début de propagation à des bâtiments situés à 8 m.

_____________________________________________________________________________________________________
292/298
35 SINISTRE F35
35.1 RÉSUMÉ

Le jeudi 30 décembre 2011, un incendie se déclare vers 16h dans un entrepôt à usage de self-
stockage situé sur la commune de Nanterre. L’incendie ravage entièrement le bâtiment de 1500 m².
Aucune propagation au bâtiment mitoyen n’a eu lieu grâce à l’action des sapeurs pompiers. Aucune
victime n’est à déplorer, les personnes présentes au moment du sinistre ayant pu évacuer rapidement
le bâtiment.

35.2 LE BÂTIMENT ET SON ENVIRONNEMENT

L’incendie a lieu dans un contexte urbain où de nombreuses entreprises sont installées (cf.
photo35.1). Le bâtiment, en structure béton, s’étend sur une surface d’environ 1500 m² (54 m x 27 m)
et n’est accolé qu’à un seul bâtiment. Les murs de ces deux bâtiments sont indépendants. Les
activités de l’entreprise sont du type entrepôts de self-stockage, les particuliers peuvent donc
entreposer des biens dans des box de tailles variables (1 à 50 m²). Ces derniers sont modulaires,
leurs parois métalliques sont réagençables en fonction de la surface désirée. Un jour d’environ 30 cm
est par ailleurs présent en partie haute de ces parois.

Photo 35.1 : situation du bâtiment.

Le bâtiment possède trois niveaux : le niveau R-1 est semi-enterré et divisé en deux compartiments
(cf. figure 35.12). Dans le compartiment comportant les conduites d’extraction d’air, la structure béton
(poutres, dalles) est floquée (épaisseur de 2 cm). Le mur de compartimentage est en parpaings creux
de 20 cm d’épaisseur et les deux accès entre compartiments se font par des portes coupe-feu.
Toutefois, l’étanchéité de ce mur s’est révélée imparfaite avec la présence d’une ouverture d’un
diamètre de 30 cm probablement une ancienne conduite (cf. photo 35.2).

Légende :
Jaune : mur de compartimentage au sous-sol
Rouge : conduites d’extraction
Bleu : amenées d’air
Gris : ensembles de box
Portes CF
Trou à travers le mur de compartimentage
Monte-charge
Avant du bâtiment Figure 35.1 : schéma du niveau R-1

2
Les croquis ont été réalisés et fournis par le Bureau Prévention de la BSPP

_____________________________________________________________________________________________________
293/298
Photo 35.2 : passage à travers le mur de compartimentage (source : BSPP)

Les amenées d’air sont toutes dans le même compartiment et les conduites d’extraction sont dans
l’autre (cf. figure 35.1). Un monte-charge dessert les différents niveaux.

Le niveau R+0 est découpé en trois zones : quai de chargement à l’avant, box de stockages puis
bureaux à l’arrière. A ce niveau, aucune porte coupe-feu n’est installée. Certaines conduites
d’extraction sont communes aux niveaux R-1 et R+0.

Bureaux
Escalier
Quai de chargement
Joint de dilatation

Conduites communes
Figure 35.2 : schéma du niveau R+0

Le niveau R+1 est composée d’une mezzanine en structure acier sur l’avant du bâtiment, elle
correspond à une zone de stockage avec des box. Sur la seconde moitié du bâtiment (à partir du joint
de dilation), d’autres box sont présents ; l’arrière du bâtiment abrite quant-à lui des bureaux en open-
space. Enfin, un escalier assure la liaison entre le rez-de-chaussée et la mezzanine.

Bureaux

Joint de dilatation

Conduites communes

Figure 35.3 : schéma du niveau R+1

Concernant les biens entreposés, une grande variété est observée : vaisselle, mobilier, livres,
vêtements voire équipements informatiques (cf. photo 35.3). De plus, le niveau de remplissage des
box est très élevé. Cela conduit à un niveau de risque élevé en matière d’incendie. Une détection
incendie est installée dans les circulations et un gardien est présent en permanence. En termes de
conditions météorologiques, un vent de secteur nord était actif lors du sinistre.

_____________________________________________________________________________________________________
294/298
Photo 35.3 : éléments stockés dans les box

35.3 CONSTATATIONS

 Dommages dans le sous-sol


Le compartiment où sont les extractions d’air brûlé a entièrement brûlé, c’est dans cette partie que
l’incendie a démarré (cf. photo 35.4). Le second compartiment (où sont les amenées d’air) a subi très
peu de dommages. Ces derniers sont localisés dans la zone proche du trou observé entre les deux
compartiments. Le monte-charge, situé à l’interface des deux compartiments, n’a pas été un vecteur
de propagation : il est resté intact.

Photo 35.4 : éléments stockés dans les box (source : BSPP)

 Dommages au rez-de-chaussée
Les dommages sont également très importants sur toute la partie stockage. Lors de l’intervention
plusieurs trouées (5) ont été faites dans la dalle pour atteindre le sous-sol (pour une attaque avec de
la mousse). La partie arrière du bâtiment à partir du joint de dilation n’a pas subi de dégâts.

 Dommages au niveau R+1


Les dommages sont importants sur l’ensemble du niveau que ce soit sur la partie arrière (bureaux) ou
la mezzanine. Un effondrement de la mezzanine s’est produit lors de l’incendie, il a été suivi par
l’effondrement d’une partie de la toiture (cf. photos 35.5 et 35.6).

_____________________________________________________________________________________________________
295/298
Mezzanine effondrée

Photo 35.5 : mezzanine effondrée


Toiture effondrée

Photo 35.6 : toiture partiellement effondrée

35.4 SCÉNARIO

Aux environs de 16 h, la détection incendie signale un départ d’incendie dans la circulation du


compartiment 1. Le gardien, présent sur site, suit la procédure de levée de doute : il a 5 minutes avant
l’activation du système de désenfumage et la fermeture des portes coupes feu. Il entre par la porte de
devant, passe devant le couloir donnant sur la porte CF numéro 1 (aucune fumée constatée). Il
continue vers la porte CF n°2 et constate de la fumée (cf. figure 35.4).

Porte CF n°2
Attaque
Attaque Trajet du gardien SP
SP

Détection
activée
Porte CF n°1

Extraction des fumées par SP

Figure 35.4 : scénario d’incendie au sous-sol

Cette porte est située à proximité de la circulation où la détection s’est déclenchée. Il ressort du
bâtiment et prévient les services de secours vers 16h 16, quatre particuliers également présents
évacuent sans difficulté particulière. Une incertitude sur le fonctionnement de la porte CF n°1 existe :
en effet les photos prises après sinistre montrent un mécanisme bloquant la fermeture de la porte et
les dégâts observés sur la porte sont compatibles avec cette hypothèse (cf. photo 35.7). Au début,
l’attaque des pompiers se fait par l’arrière et l’avant du bâtiment. Au bout d’une heure, suite à l’arrêt

_____________________________________________________________________________________________________
296/298
du courant par ERdF, l’extraction cesse et entraine un abaissement du plafond des fumées. Les
services de secours mettent en place un ventilateur pour l’extraction par la porte façade Est. Le feu
est toujours contenu dans le premier compartiment au bout de 2 h.

Photo 35.7 : porte CF n°1 et détail du bas de la porte (source : BSPP)

2h 30 après le départ de feu, un premier repli, momentané, est réalisé alors que le bâtiment apparait
fragilisé en façade Est (apparition de fissures).

4 h après le début de l’incendie, le feu est toujours confiné en sous-sol mais l’accès est difficile. Une
nouvelle option d’attaque est envisagée : plusieurs trouées successives sont alors réalisées à travers
la dalle en béton du rez-de-chaussée (épaisseur d’environ 12 cm). La première (diamètre d’une trouée
de l’ordre de 40 cm) est à proximité du monte charge, à cet instant aucune fumée n’est observée au
rez-de-chaussée. La température de la dalle à cet endroit est de l’ordre de 100 à 150°C (estimation
par caméra thermique). Le rez-de-chaussée commence à être enfumé au bout de 5 h d’intervention
alors que de la mousse est injectée à travers les trouées.

Figure 35.5 : trouées à travers la dalle du rez-de-chaussée

6 h après le départ d’incendie, un second repli s’opère et les équipements utilisés à travers les
trouées sont donc arrêtés. L’attaque reprend peu après ; une cinquième et dernière trouée est
effective 6h 40 après le départ d’incendie. Les dernières trouvées sont à proximité de l’escalier qui
mène au 1er étage. 7 h après le départ du feu, un dernier repli s’opère (et donc un arrêt des moyens
en eau à travers les trouées)). L’attaque se fait alors par l’extérieur du bâtiment et la propagation au
rez-de-chaussée est confirmée 7h 30 après le début de l’incendie. La propagation au 1er étage se fait
dans la foulée.

_____________________________________________________________________________________________________
297/298
Dans la nuit, la mezzanine s’effondre (9 h après le départ de feu) suivie par un effondrement partiel de
la toiture. Les services de secours sont maîtres du feu le lendemain à 8h 44 (16h 30 après le départ
de feu) et le feu est considéré comme éteint après deux jours d’intervention.

35.5 POINTS CARACTÉRISTIQUES DU SINISTRE

 Sinistre dans un bâtiment à usage de stockage donc charge combustible élevée ;


 Durée importante du sinistre ;
 Activation du système de détection incendie ;
 Début de propagation à travers un mur CF suite à un défaut d’étanchéité (présence d’un trou)
 Propagation entre le sous-sol et le rez-de-chaussée.

_____________________________________________________________________________________________________
298/298