Vous êtes sur la page 1sur 6
Sr La technique est un ensemble de moyens en vue d ‘une fin .L ensemble de moyens ,de procédés définis et transmissibles destinés & produire une action efficace afin de transformer la naturesla nature ¢ est ce qui apparait et se produit par soi méme sans donner a } homme de quoi vivre sans étre transformée par lui L ‘homme doit transformer , modifier la matiére brute de la nature afin qu'elle puisse le nourrir, lui donner un habitat {ui donner des moyens de se déplacer. L ‘homme par la technique va trouver la fois des moyens de survie et de confort qu'il ne trouve pas naturellement . - L ‘ori nique A) : Mythe de Prométhée ou la faiblesse de l'homme les Dieux ont oublié les hommes : Epiméthée | imprévoyant « d6té les animaux de ressources naturelles pour s ‘adapter ‘la nature . L "homme n'a rien : Prométhée vole Athéna I ‘intelligence et a Héphaistos | 'art du few afin de donner &] "homme les moyens de créer des objets, les outils qui vont lui permettre de suppléer sa faiblesse native . (Voir Texte p 232) (Le réle philosophique des mythes. Les interprétes de Platon tombent d’accord pour voir dans le mythe « Partifice {que la connaissance utilise en absence de données historiques pour pallier les tacunes de la mémoire et Poubli des es) Les étres vivants, qui sont encore des statuettes de glaises, vont recevoir différentes qualités. La tache de eréation des vivants est confige a une divinité dune intelligence fine et rusée, Prométhée — celui qui ». Pour « égaliser les chances » de survie de chaque espécé, il veille ane pas concentrer toutes les aptitudes chez une espéce en particulier, pour les répartir équitablement. (Qui a la force n’aura pas la vitesse, et qui est faible sera plus vif et agile, et saura mieux passer inapergu et se protéger ‘grace & des habitats souterrains. De sorte que tous les animaux ont les défauts de leurs qualités, et les qualités de leurs défauts. On reconnait ici en filigrane le rebativisme de Protagoras, selon lequel il n’existe aucune qualité absolue, car d'un certain point de vue, toute qualité peut devenir un défaut, et vice versa len va de méme également en ce qui concerne les moyens par lesquels les animaux peuvent agir efficacement sur leur environnement et s'en protéger : ils portent leurs instruments sur eux, car les outils sont les organes de leurs corps, organon, signifiant aussi bien Vorgane que Voutil. Les animaux portent des vétements perpétuels qui les protégent: fourrure, carapace ~ outils qui peuvent recouvrir de multiples fonctions, protégeant autant de la morsure du froid que de la brilure du chaud. L’animal n'a done pas de technique extérieure & lui, ne manipule pas d'outils, précisément parce quill porte son monde technique avec lu Afin déviter Pimpérialisme des espaces prédatrices, Fpiméthée octroie aux espéces chassées une fécondité plus importante, alors que les carnivores, quant & eux, s¢ révélent moins prolifiques. Ainsi Vindgalité des moyens d'assouvir les fins du vivant, a survie, n’empéche pas légale adaptation de chaque espéce a la survie, car les qualtés différentes se compensent, quand on en fait la moyenne pondérée, Apparemment, tout est en ordre dans la biosphere créée ex nihilo par Epiméthée, Elle semble assurer Pordonnancement du regne animal en un écosystéme harmonieux analogue ala perfection du Cosmos (gr. kosmos, « Pordre »). L*homme sans qualités. Tout et été pour le mieux dans fe meilleur des mondes possibles, si Epiméthée avait ‘46 exhaustif dans sa distribution. Mais, parvenu devant homme, son sac de provision est vide : toutes les qualités ont 4&4 distribuées, « au profit des &tres privés de raison ». La justice distributive d’Fpiméthée n’tait done qu'apparente, ‘ear elle n'était pas planifige par une raison prudente (proairésis), mais improvisée par un pragmatisme placé sous le régne de Pimpulsion (dumos). Prométhée fait le constat amer de limprévoyance de son frére. A la difference de tous Jes autres animaux, l'homme est comme l'animal avant la dotation épiméthéenne : il est nu dans une nature hostile. Il est comme un animal auquel on aurait retiré tous ses attributs adaptatifS : fourrure, sabot, griffes. . Faute de de boneficier de l'aide de ses eréateurs, il est vous a disparaitre, Or, c'est la suprématie de Phomme qui pourtant s"impose aujourd'hui & nos yeux. Comment expliquer que l'homme se soit adapté & son environnement, au point méme de ddépasser sa condition animale? Le récit de Protagoras laisse échapper un indice de taille: Epiméthée a privilégié «les animaux dénués de raison {alogoi] ».Or, ce qui va distinguer "homme de animal, c'est Paptitude au logos, c'est-i-dire au langage. Protagoras n’en dit pas plus pour Je moment, mais reprendra ce point |, 50-52. En attendant, Prométhée, qui ici est Pallégorie de intelligence rusée (Ia métis des Grecs), va dérober aux dieux un élément, un seul, qui va changer du tout au tout Ia place de "homme dans la nature : d’étre essculé et déseeuvré, l'homme va dés lors devenit un maitre technicien ~ artisan et artiste, En effet, Prométhée va apporter aux hommes « le génie eréateur des arts » (entenhos sophia), par V'intermédiaite du feu, qu'il subtilis dans Patelier d Héphaistos et d” Athena. ‘Les limites de Ia technique. Si le feu rend homme habile technicien, il n’en fait pas encore un étre social, Join s'en faut ! Car c'est Zeus qui est dépositaire du savoir politique, et il est autrement plus difficile de pénétrer en sa demeure {que de se faufiler dans Patelier d’Héphaistos, qui est & moitié sourd et aveugle....Le mythe signifie ici que le feu est une condition nécessaire, mais non suffisante & avenement des sociétés humaines. Gréce au feu | homme peut faire des armes, puisque ¢’est dans le feu que les armes les plus tranchantes et les plus résistantes vont étre forgées. Grace au feu, Phomme va faire de sa nudité originaire une force, puisque, ne possédant aucun outil sur soi, comme animal, il va les manipuler, grace & ce méta-instrument qu’est la main : outil qui sert & en fabriquer et & en manipuler d'autres. Le relativisme de Protagoras se confirme : méme Pabsence de qualité peut devenir Ia plus grande qualité, car n’étant rien, "homme peut devenir tout. N’ayant aucune qualité, Phomme peut les avoir toutes, en imitant celles qu'il observe chez l'animal. Mais la oi "animal n'a pas le choix des moyens, homme, dcmeurant nu, va produire des outils distinets de lui, tout en étant le prolongement de ses propres organes : Pinstrument technique est un organe artificiel, tentacule humain caractérisé par sa multifonctionnalité, ce que l'on peut appeler la vicariance fonetionnelle de la technique humaine, sa capacité a servir des finalités multiples (couper, frapper, tourner, modeler), et & des degrés divers (selon la congruence fonetionnelle, par exemple, des matériaux utilisé). La division des hommes. Dans ce monde encore divisé par la spécialisation des tiches et aimanté par des préoccupations purement instrumentales, la réalisation d’une communauté politique échoue nécessairement, car l'idée Gun bien commun n’existe pas encore: chacun cherche & subvenir a ses propres besoins, et les hommes ne arviennent pas @ s'entendre sur la répartition du pouvoir, commettant alors des injustices, Ainsi les hommes se Tegroupent-ils pour fuir le péril animal, mais se séparent dés qu’ils se trouvent ensemble, pour fair le peril humain. Loorigine de la société politique. Mais Zcus qui, plus encore que Prométhée, est doté de matis, d'intelligence rusée voit bien ce qui manque aux hommes pour tisser entre eux un lien d’amitié, ce que les Grecs nomment philia aspiration & se rapprocher des autres. Aussi leur octroie-til « le sentiment de Phonneur (aidés) et celui du droit (dike) », L’aidos designe plus précisément une attitude de respect et de retenue, et dik? la disposition a la justice, dans le jugement et dans la conduite. C'est seulement grice a ces sentiments que des rapports de réciprocité peuvent naitre centre les hommes, d'une part, et entre hommes et dicux, d'autre part, de sorte qu'une justice équitable (dike) peut donner naissance & une loi (nomos) égale (is0-) pour tous : Pisonomie, fondement de Ia démocratie. Le droit va done pouvoir se faire jour, a partir de lidée de contrat qui engage et accorde deux parties B ) Intelligence et technique La technique révele fe fait que | homme manque de moyens naturels de vie , il doit inventer grace & son intelligence des moyens antificiels de vie. L.homme developpe son intelligence afin de transformer la nature en fonction d idées qui réexistent dans son esprit .II doit adapter la nature & ses besoins , il pense la nature "en vue de lui méme ". Il se Tapporte aux choses comme se rapportant lui Aristote : " Ce m ‘est pas parce qu ‘il a des mains que I homme est le plus intelligent des étres , mais ¢ ‘est parce qu'il est le plus intelligent qu ‘il a des mains . L “intelligence selon Aristote est la prudence : la capacité de mener & bien une action en vue d ‘une fin Cette eapacité de réflexion se refléte dans la fagon dont il utilise ses mains qui sont I ‘intermédiaire entre I “intelligence et ta matiére .L ‘homme grice a sa main est capable de fabriquer un nombre indéfini d ‘outils et de pouvoir accomplir un nombre indéfini d ‘actions . Une multitude d ‘habileté permet d 'envisager une multitude d ‘actions possibles . "La main devient griffe, serre, corne, ou lance ou épée ou tout autre arme et outil .Elle est capable de tout saisir et de tout tenir.” Aristote homme a une capacité d ‘invention indéfinie , ce qui donne a | ‘homme une liberté indéfinie dans 1 ‘affrontement du déterminisme , et le rendre capable de progrés technique , fait évoluer son existence vers plus de contort et d'efficacits 11) La visée de la technique A)" nous rendre comme mate et possesseurs de la nature." Descartes Descartes envisage Ja connaissance technique de la nature comme un moyen pour | “homme de fire progresser la technique -Avant Descartes , la physique hértée de Aristote se calque sur les préjugés sensoriels avec des lcux spéeifiques ( sublunaies supralunaire ) et des entités spécifques (le lourd . Ie léger ir, le feu, la tere eau) Apres Galilée , le monde est un espace homogéne qui obéit a des lois mathématiques , ia matigre se rédut & de | ‘erendue en mouvement . La nature est congue comme une machine , elle est un ensemble de forees qui agissent les unes sur les autres On peut connaftre fa nature comme "les métiers des artisans ", c"est dire que ‘on peut connaltre les processus sur lesquels on veut agr. La nature est un ensemble de forces qui agissent les unes sur les autres il’ ‘ait de comprendre le méeanisme de I ‘action de ces forces les unes sur les autres pour internevir dans leurs interactions et intervenir dans le cours du fonctionnement de la nature afin qu'elle serve des buts humains -La connaissance de I'action de ‘ar et du vent permet de penser une machine ; le moulin & vent qui va utiliser la force de I ‘air pour démultiplier ceite: énergie naturelle en produisant une énerpie anifcielle qui permettra de moudre le grain’. Les machines transforment des énergies en d autres énergies pls pissantes et une matire est modifige pour eréer des effets sur une autre matiere qui serait natuellement sans relation avec elle. L “homme invente des processus intermédiaires pour ast plus effieacement sur les phénomenes de la nature . Dans son Traité de Mécanique , Descartes expligue que Invention de la poulie “permise par | invention de la vis a permis de multiplier | ‘énergie & In disposition de Ivhomme : "un hhomme seul pouura lever un aussi grand poids avec cet instrument , lequel s ‘appelle la vis sans fin que trois cents hommes sans lui." Teste de Descartes: Texte 3 p 201 I faut connate les actions du feu, de I‘air, de l'eau , de la terre , on comnat rationnellement ces forces , on peut agi ratignnellement sur tlle cause afin de produive tel effet on connait ces éléments en termes de matiére et d'étendue que'an peut traduire en termes de lois rationnelles ain “dé nous rendre comme maitres et possesseurs de la nature " Descartes envisage que la technique peut faciliter notre travail et la connaissance du mécanisme biologique peut faire progresser Ia médecine . "On jouirait , sans peine , des fruits de la terre et de toutes les commodités qui s 'y trouvent ... pour la conservation de la santé , laquelle est .. le premier bien et le fondement de tous les biens de cette vie “La nature va étre soumise aux finalités de I homme . La nuance du “comme” dans "comme maitres et possesseurs de Ja nature " signifie = 1 homme n ‘est pas complétement maitre de fa nature .1! doit obgir aux lois de Ia nature pour lui commander et I homme ne maitrise pas toutes les actions de la nature ( Tsunami, ouragans, tremblements de terre ) Nous ne pouvons nous rendre entirement maftres de la nature car nous ne | ‘avons pas eréee et que la nature est imprévisible (catastrophe , maladie arrivent sans que je Iai prévu , ils ne sont pas a la libre disposition de ma volonté mais de la fortune ) Descartes cependant a confiance dans la technique afin qu'elle soit un bienfait pour ‘homme . Dans ce texte , Descartes ne s interroge pas sur les usages malfaisants de la technique . Dans I ‘agriculture la technique peut étre au service de davantage de fertilté , mais mal utilise , elle peut conduire a |"érosion . (ce qui s est produit avec le phénoméne du Dust Bow! aux Etats Unis dans les années 50 .) Descartes ne s‘interroge pas sur les mauvais usages de Ta technique Phrase de transition : On verra que Heidegger va poser cette question de la neutralité de la technique qui pose probléme B ) La neutralité de la technique : Heidegger Ensot a technique est neue Ele pense les moyens d'action reuse ficae, mas nes interroge pas moralement sur la valeur des fins projetées par I iomme en se demandant si ces fins auront un effet bénéfique ou négatif sur | Thomme Ele est pervée a cour terme delicacies ntrroge pas sures ointines consequences de es ies La techngueTesherhe 'acrwssement dela puissance de | homme en sien wise une reson insrumentale A pence ep tome adéquation ante mavens et ts ct dbtention dun mexinum det, sans se poser la Gquesdon de Sat posi ou nega de cet eficince WERnIgDE ae Tome recur er tonearm juste en vue Te ‘maitTiS€e pouvoir d ‘action , il cherche a répondre a la question comment agir le plus efficacement sans se demander pourquoi i agit , en vue de construire quel monde humain avec quelles conséquences : polution , guerres , inégalités Socials cc" Quand nous comsdérons la echnigue que comme quelque chose de nearest alors que nous Bi Sommeslivrés dea pire des fags.” Mecha Tye quelque chose de non matsable dans la teshnlque 1 Whe a bien la malts des objets, mas I homme ne male ps Te rpportau monde quit intauré gre la technique gui prt wréversibe Ives pas posible par exemple inverser Ie cours du proses technique fa modification que I homme produit dans Tanatur a Jel incidence sua prope vie qu devient de pls en pis artifice Comme le dt Hegel Ta machine Miles force naturles de homme. a teshmique nest passeulement ine action de production mais une ation de provocation. La nature et provogus par homme ence son qu elle extconideree comme reserve dnegle de Intcriaun dnt on pe rerun maxon de prep desqels on put aecommplr un maximum actions La eens oat y eins ieee) earl ay ray epyeeriaril Sargon ae ee a Tavaison humaine. La nature ext considers pat "homme comme un investssement dans le enable, 'utlisable 1 fabrique& parr ele des mates ariel afin d acre son pouvoir dation “ are : AA Ehriniterestionme: le Keohumars wn 7 L homme va fini par se penser aussi comme un Etre "commis &*. La technique entrane I homme dans un absence de pensée de lui méme . La techngue est en sof une recherche de |'inoui mais qui nous entaine dan un processus sans Timites : Ains la voionté dire le maitre de la nature selon Heidegger ;" devient 4 "autant plus insistante que la technique menace d *échapper au contrdle des hommes " L existence humaine est Soumise elle aussi aux impératfs de In technique: vitesse, rendement, aux impératfs de l'économie : production et consommation. Il est soumis a une existence inauthentique dans laquelle il est encourage & ne pas penser Pe danger de ta destruction de la nature : LE) amas ote A) Le choeur d "Antigone : un éloge du pouvoir technique de I homme TehMn9 Texte de Antigone de Sophocle A Puib& er eee ere 8 Nar. il passe au creux des houles mugissantes, et la plus ancienne des divinités, Sunfa : Ja Teree souveraine , Iimmortelle Vnépuisable, tune année aprés autre il a travaile, il la retourne, alignant les sillons au pas lent de ses mules. Le peuple oiseau, race I égere, et les fauves des bois et la faune marine, illles capture au creux mouvant de ses filets, cet inventeur de stratagemes ! attire dans ses pitges le gros gibier des plateaux, il courbe sous le collier Ie col erépu du cheval, ule taureau des monts dans le plein de sa force Bt le langage et la pensée rapide comme le vent et es lois et les mevurs, il s'est tout enseigné sans maitre, comme a s'abriter des grands froids et des traits pergants de la pluie, Génie universel et que rien ne peut prendre au dépourvu, du seul Hades il n’élude point Péchéance, bien qu’a des cas désespérés, parfois, il ait trouvé reméde. Riche d'une intelligence ineroyablement féconde, du mal comme du bien il subit Pattirance, et sur la justice éternelle il greffe les lois de la terre, Mais le plus haut dans la cité se met au ban de la cité si, dans sa criminelle audace, ils‘insurge contre la loi. A mon foyer ni dans mon coxur Le révolté n’aura jamais sa place. Antigone (442 av J.-C), v. 352-375, trad. R. Pignarre, Flammarion, coll. « GF », 1999, p. 56-57, 1 Gata ;divinité grecque personnifiant la Terre-mere. 2 Dans la mythologie grecque, Hadés désigne a la fois le séjour des morts et le dieu des enfers. 3 S'il ne donne pas a "homme le moyen d’éluder la mort, l'art médical permet parfois d’en retarder 'échéance. B®) La technique comme arraisonnement de la nature, mise & Ia raison et a la disposition de t*homme : Heidegger va commenter ce texte afin de montrer que la technique n est pas simplement une partis du savoir qui s applique a 1 tre mais une certaine relation a 'étre a technique est comme la vérité une relation & I'étre Heidegger commente ce texte afin de montrer en quoi la technique modifie radicalement la relation que I ‘homme centretient avec fa nature ; il ne la laisse pas étre mais exerce une violence sur elle . Il ne la regatde pas comme paysage & ccontempler mais comme étre , énergies a défticher, a eapturer, di dompter La relation de I homme a avec la nature est conflictuelle : la nature elle méme est une violence que | homme a maitriser .La nature est en soi indifférente & 1 ‘homme , | ‘homme la considére comme pouvant lui servi, lui étre utile , il ‘arraisonne , il I'utilise et la met & la raison , en la transformant i fait que la nature produit des effets qu ‘ila lui projeté : exemple on domestique des animaux afin qu ils servent d ‘animaux de trait allusion aux cavales , aux chevaux dont parle Antigone II y a une exploration des ressources de la nature , que I'on va considérer non comme un étre a respecter mais comme une chose & utiliser .« Tout dévoilement de la nature se limite au commettre » : Etre commis signifie : étre fait pour quelque chose ; la nature est considérée comme faite pour I homme C ‘est le rendement , le pillage, la surexploitition des ressources naturelles qui est ici pensé . Heidegger prend | ‘exemple du fleuve le Rhin qu ‘on commet & produire de | “énergie électrique par un barrage ,on le modifie selon Jes actions que I homme se propose .La nature doit disponible sur commande .Elle est sommée d ‘obéir aux exigences de I 'étre humain ..L ‘homme méme se pense comme lun sujet « commis & « , le réel devient ce sur quoi ‘on peut commettre n ‘importe quel acte de transformation L ‘homme lui méme peut avec la technique prendre rang de chase dont on peut modifier les pensées , le corps pour des fins de pouvoir .L homme est une merveille au sens oi il est inguiétant I ‘installe dans la nature en adoptant une attitude anthropocentrée , il se donne comme référence de | 'étant , de tout ce qui est alors qu il est lui méme une partie de la nature et qu ‘il ne la surplombe pas au nom d'une hypothétique supériorité. 1 ‘illusion de la toute puissance Oo pony seats la technique est dangereuse: elle peut faire oublier | homme qu il dépend des ressources naturelles Fredseae sca doit pas les épuiser.La technique est dangereuse parce qu'elle engendte un progris sans frein Heideuser souligne « 1. étre méme de I ‘homme jette I ‘homme dans Ia voie d “um entraiaemert qui force 1 “homme a se mettre en marche au dela de lui méme . »L‘homme a une « volomté d ‘inal n Le mythe d Teare , du Golem, le personnage de Frankenstein reflétent cette volonts. Mary Shelley : Frankenstein « si je mous Bony Serre Ragman ta maladie et hors les causes de mort violente, rendre I homme invulnérable ?» Le problems osé ar Ta technique est qu'elle modifie la nature de fagon iréversible: on ne peut plus revenit en arene quand la pollution ert par exemple les sols ou asstche les caux des mers Le film « Soleil Vert de Richard Fleischer anne gue! serait lun monde qui aurait épuisé toutes ses ressources organiques B) La capacité de I homme a tpannah Arendt pointe les dangers dela technique quand ele peut faire apparfire ce qui n'exitait pas dans la mature LL shomme est désormais capable de « déclencher des processus natuels qui ne se sesient pas prodie soe avec este robles posé par les biotechnologies : une fabrique du vivant est possible . La technique échappe & oe controle [aidurites et thique sont interrogés par de nouvelles formes de procréation et de filiation On peut s ‘interroger sur les conséquences dans la connaissance du génome de enfant & naire lors d'une procreation mescloma neers Ans Jean Testartaffrme : « Puisque les habitants des pays industrnlises se soueient de plus en plus de la qualité de Gee gafanes «It question se posed ‘utiliser ou non tous les moyens pour procréer des enfants normaox see, ta tesa repceccntisme: erger le vivant selon un usage ou des valeurs déterminges sans lisser au vivant la place da hasard représente un danger {ss nanotechnologies sont des technologies qui peuvent sintégrer au vivant: on utilise les progrds des Danovethnologies pour vaincre la maladie de Parkinson ou modifier le développement des cellues canctrcuses en Haaren naka Propagation - Cray Venter imagine le danger que constiuerit une machine crée avec ls proprités du ‘vivant; |autoréparation , la teproduction imaginant que les machines pourrait prendre le dessus Nous avon Ie Pama oe pee des moléeulesarificilles quelles sont les conséquences si ces molécues arrvent a modifier le génome humain ou du vivant en général: production de monstres,déréglement du climatetc.Le transhumaniene Geen rregament visant &ameliorer homme, &« Paugmenter»,grce ala puissance des sciences et des techniees Lex ashamanistes ont ainsi "ambition de trmscender les limites biologiques deere humain, en fini aves is mateo, 's souffiance, le hasard de ta nassanee — qui fait courir des risques! ~ mais aussi le veilissoment cra nave TTD igen isa vis dela nature, A) Le devoir moral vis vis de notre environnement : » elle doit réfléchir sur les buts de son action , sur les {aleurs bonnes ou mauvaises des actions qu elle permet .Bien souvent la technique a le soucis de | ehieacké scone conde ee an oe consierer les conséquences a Jong terme .Auparavant les jugements cthiques étaient pores sur a onguite des hommes 4 ‘gard des autres hommes . maintenant H. Jonas pense qu'il faut appliques ee juserront fa onduite de | homme vis vis de la nature : nous avons pas tous les droits. Nous avons des devoits viene de Is {a Personne a une valeur qu'elle soit mon ami ou mon ennemi n je dois la respecte et consider sa vie comme une sey tetol -La nature ext a condition &préserver afin de pouvoir demeurer en vie Il Fatt pratiquer une decoore Fak limite & ne pas franchir parle moyen de Ia peur qui dot éte I inhibition & partir de laquelle on doit eoneinney aeeantiaue Hans Jonas pense que iéthique traditionnelle tit orentée vers un futur proche mais le probleme de a “echmigue est que les effets de ses actions nese feront connaitte que de nos descendants la sphere de nes deren ee done etendue a | humanité eta la nature que notre puissance d action menace La génération future nove impose une responsabilité future ByEthique de conviction et éthique de responsabilité : {2 lei morale de Kant appliqué aia personne était une éhique dela conviction. fondée sur | ‘application intangible d cine eX, Asis de tele sorte que la maxime de ton action puisse valoir comme loi universele de la nature» Co cere eee Une intention a Taquelle on doit obeir quelque soient les conséquences : c'est une. ethique dela