Vous êtes sur la page 1sur 7

Universite badji mokhtar annaba

Faculté des science Et technique

Département de Electromécanique

Feliere maintenance industrielle

TP

Machines Electriques

Présente par :

 Aimene houssem
 Triki yahia
 Mihoubi walid

Année Master 1
2020-2021
I: Machine à courant continu
Une machine à courant continu est une machine électrique. Il s'agit
d'un convertisseur électromécanique permettant la conversion
bidirectionnelle d'énergie entre une installation électrique
parcourue par un courant continu et un dispositif mécanique ; selon
la source d'énergie. • En fonctionnement moteur, l'énergie
électrique est transformée en énergie mécanique. • En
fonctionnement générateur, l'énergie mécanique est transformée en
énergie électrique (elle peut se comporter comme un frein). Dans ce
cas elle est aussi appelée dynamo
.

2 Et 3 : d'un rotor bobiné relié à un collecteur rotatif inversant


la polarité de chaque enroulement rotorique au moins une
fois par tour de façon à faire circuler un flux
magnétique transversal en quadrature avec le flux statorique.
Les enroulements rotoriques sont aussi appelés
enroulements d'induits, ou communément « induit » en
référence au fonctionnement en génératrice de cette machine.
III: Principe de Fonctionnement de
MCC
Le moteur à courant continu se compose :

 de l’inducteur ou du stator,
 de l’induit ou du rotor,
 du collecteur et des balais.

Lorsque le bobinage d’un inducteur de moteur est alimenté par un courant


continu, sur le même principe qu’un moteur à aimant permanent (comme la
figure ci-dessous), il crée un champ magnétique (flux d’excitation) de
direction Nord-Sud.

Une spire capable de tourner sur un axe de rotation est placée dans le champ
magnétique. De plus, les deux conducteurs formant la spire sont chacun
raccordés électriquement à un demi collecteur et alimentés en courant
continu via deux balais frotteurs.

D’après la loi de Laplace (tout conducteur parcouru par un courant et placé


dans un champ magnétique est soumis à une force), les conducteurs de
l’induit placés de part et d’autre de l’axe des balais (ligne neutre) sont soumis
à des forces F égales mais de sens opposé en créant un couple moteur :
l’induit se met à tourner !
Dans la pratique, la spire est remplacée par un induit (rotor) de conception
très complexe sur lequel sont montés des enroulements (composés d’un grand
nombre de spires) raccordés à un collecteur “calé” en bout d’arbre. Dans
cette configuration, l’induit peut être considéré comme un seul et même
enroulement semblable à une spire uniqu

Le principe de fonctionnement d’un moteur à courant continu


repose sur la création d’un couple électromagnétique sur un
rotor porteur de conducteurs parcourus par un courant continu,
et qui se déplacent dans un champ magnétique.

Un inducteur (stator) crée un champ magnétique de direction


fixe. Ce champ peut être obtenu par un aimant permanent ou par
un électro-aimant.
 
L’induit (rotor) porte des conducteurs parcourus par un courant
continu. Les spires sont le siège de forces (loi de Laplace) qui
créent un couple entraînant la rotation du rotor. De cette rotation
résulte une variation du flux traversant la spire, variation qui
engendre une force électromotrice (f.e.m.) aux bornes de la spire.
 
Un dispositif permet l'alimentation des conducteurs en inversant
leur sens deux fois par tour. Ce dispositif est appelé collecteur.
Des solutions plus récentes permettent
par une solution électronique de s'affranchir du collecteur. Les
moteurs sont alors applés moteur à courant continu "sans
balais", mais il s'agit en réalité de moteurs synchrones (voir
chapitre spécifique).
IV: Les Caractéristiques de
Fonctionnement

Les avantages et inconvénients du moteur à courant continu sont repris ci-


dessous :

L'avantage principal des machines à courant continu réside dans


leur adaptation simple aux moyens permettant de régler ou de faire
varier leur vitesse, leur couple et leur sens de rotation :
les variateurs de vitesse, voire leur raccordement direct à la source
d'énergie : batteries d'accumulateur, piles, etc.

Le principal problème de ces machines vient de la liaison entre les


balais, ou « charbons » et le collecteur rotatif. Ainsi que le
collecteur lui même comme indiqué plus haut et la complexité de sa
réalisation. De plus il faut signaler que :

1: Avantages

 1: plus la vitesse de rotation est élevée, plus la pression des


balais doit augmenter pour rester en contact avec le collecteur
donc plus le frottement est important ;
 2:
aux vitesses élevées les balais doivent donc être
remplacés très régulièrement ;
le collecteur imposant des ruptures de contact provoque des arcs,
qui usent rapidement le commutateur et génèrent des parasites
dans le circuit d'alimentation, ainsi que par rayonnement
électromagnétique

 3: accompagné d’un variateur de vitesse électronique, il possède une


large plage de variation (1 à 100 % de la plage),
 4: . régulation précise du couple,
 5: son indépendance par rapport à la fréquence du réseau fait de lui
un moteur à large champ d’application,

 4: Type de moteur a courant
continu
Suivant l’application, les bobinages du l’inducteur et de l’induit peuvent être
: connectés de manière différente. On retrouve en général
Des moteurs à excitation indépendante

Des moteurs à excitation parallèle.

Des moteurs à excitation série.

Des moteurs à excitation composée.

La plupart des machines d’ascenseur sont configurées en excitation parallèle


ou indépendante. L’inversion du sens de rotation du moteur s’obtient en
inversant soit les connections de l’inducteur soit de l’induit.

Vous aimerez peut-être aussi