Vous êtes sur la page 1sur 19

Chapitre 3

Equations différentielles ordinaires

3.1 Introduction

Qu’est-ce que c’est une équation différentielle ordinaire ? C’est une


équation définie en termes d’une variable t 2 I, I intervalle réel, une
fonction inconnue y : I 7! Rn et ses dérivées par rapport à t. En formule :

F(t, y(t), y0(t), y00(t), · · · ) = 0. (1)

Une fonction y qui vérifie F(t, y(t), y0(t), y00(t), · · · ) = 0 s’appelle solu-
tion de l’EDO.
Une EDO est d’ordre k si elle contient les dérivées de y jusqu’à l’ordre k.

Exemple 14 Le équations :

y0(t) t = 0;

y 2 0(t) y(t) = 0;
2
0(t)
ey t2 + y = 0;
sont équation différentielles ordinaires.

Si n = 1 on parle d’équation différentielle scalaire. Si n > 1 on parle


d’equation différentielle vectorielle. Par exemple l’équation pour l’incon-
nue y(t) = (y1 (t), y2 (t))) 2 R2 :

y0(t) = ||y||2 y

39
40 3.2. Existence et unicité locales pour le problème de Cauchy

est un premier exemple simple d’équation vectorielle.

Exemple 15 L’EDO d’ordre 2 la plus célèbre est la deuxième loi de New-


ton :
F (x) = mx00(t)
qui décrit per exemple la dynamique d’un point matérielle soumis à la
résultante des forces F .

On peut écrire la loi de Newton en termes du système :



x0(t) = v
v0(t) = m1 F (x)
de deux équations d’ordre 1. En general une équation scalaire d’ordre k
peut être écrite comme un système de k équations d’ordre 1.
Dans la suite on va considerer des équations différentielles d’ordre k sous
la forme normale :

y (k) = f (t, y, · · · , y (k 1)
) k2N

3.2 Existence et unicité locales pour le problème de


Cauchy

Soit I un intervalle, f : I ⇥ Rn 7! Rn . On considere l’EDO :

y0(t) = f (t, y(t))

On peut penser à cette équation comme un phénomène évolutif en temps


( la variable t ). Comme le problème de déterminer toutes les primitives
d’une fonction donnée, cette problème admet en genéral un nombre in-
fini de solutions. Pour choisir une solution particulière on impose une
condition initiale, c’est à dire

y(t0 ) = y0 ,

ce qui veut dire que à l’instant initial t0 la loi evolutive vaut y0 .


Chapter 3: Equations différentielles ordinaires 41

Définition 3.2.1 [Problème de Cauchy] On appelle problème de Cauchy


le problème de trouver une intervalle I tel que t0 2 I et une fonction
y : I 7! Rn qui vérifie :

y0(t) = f (t, y(t)) t 2 I
y(t0 ) = y0 , t0 2 I, y0 2 Rn

Première question : sous quelles conditions existe-t-il une solution du pro-


blème de Cauchy ? Deuxième question : cette solution est-elle unique ?
Le théorème de Cauchy- Lipschitz donne une réponse à ces deux ques-
tions. Si f satisfait une condition supplémentaire, alors l’existence et
l’unicité d’une solution sont assurées localement, c’est à dire sur un (pe-
tit) intervalle autour de t0 .
La condition supplémentaire qu’on demande pour la fonction f est d’être
lipschitzienne par rapport à la variable y dans un voisinage du point
initial y0 .

Définition 3.2.2 [ Fonction localement lipschitzienne ] Soient I un in-


tervalle, D un ouvert de Rn , f : I ⇥ D 7! Rn . Soient (t0 , y0 ) 2 I ⇥ D.
Soit J ⇢ D un voisinage du point y0 . On dit que f est lipschitzienne
par rapport à la variable y dans le voisinage J si il existe une constante
L > 0 et il existe un voisinage U ⇢ I du point t0 tels que :

||f (t, y1 (t)) f (t, y2 (t))||  L||y1 (t) y2 (t)||

pour y1 (t), y2 (t) 2 J, t 2 U .

Exemple 16 La fonction f : R 7! R+ :
p
f (y) = y

n’est pas lipschitzienne au voisinage de y = 0. En fait :


|f (y1 ) f (y2 )|
lim =1
(y1 ,y2 )!(0,0) |y1 y2 |
et par conséquence il ne peut pas exister aucune constante L vérifiant la
condition de Lipschitz. Cependant f est lipschitzienne sur tout intervalle
42 3.2. Existence et unicité locales pour le problème de Cauchy

[a, b] avec b > a > 0. En fait pout tout y1 (t), y2 (t) 2 [a, b] on a :
p p
| (y1 ) (y2 )| 1 1
= p p  p
|y1 y2 | | (y1 ) (y2 )| 2 (a)

Et donc la condition de Lipschitz est vérifiée avec L = p1 .


2 (a)

Si une fonction (d’une variable) est dérivable au voisinage d’un point et


la dérivée est bornée dans ce voisinage, alors la fonction est localement
lipschitzienne. La réciproque est fausse : il y a des fonctions lipschitziennes
qui ne sont pas dérivables. Si une fonction est de classe C 1 alors elle est
localement lipschitzienne.

Exemple 17 La fonction f : R 7! R+ :

f (y) = |y|

est lipschitzienne au voisinage de tout y 2 R. En fait pour tout y1 , y2 2 R


on a :
|f (y1 ) f (y2 )| = ||y1 | |y2 ||.
La condition de Lipschitz est donc vérifiée avec L = 1 :

||y1 | |y2 ||  |y1 y2 |.

Noter que la fonction valeur absolue n’est pas dérivable en y = 0. Ce-


pendant elle est lipshcitizienne.

Théorème 3.2.3 [ Cauchy - Lipschitz ] Soient I un intervalle, D un


ouvert de Rn , f : I ⇥ D 7! Rn . Soient (t0 , y0 ) 2 I ⇥ D. Si f est
continue et lipschitzienne par rapport à sa deuxième variable dans un
voisinage du point y0 , alors le problème de Cauchy :

y0(t) = f (t, y(t)) t 2 I
y(t0 ) = y0 , t0 2 I, y0 2 D
admet une unique solution y définie dans un petit voisinage du point t0 .
De plus la solution est de classe C 1 dans ce voisinage.
Chapter 3: Equations différentielles ordinaires 43

Grâce au théorème de Cauchy-Lipschitz, on sait que au moins locale-


ment et sous certaines conditions, le problème de Cauchy est bien posé.
Essayons maintenant de calculer quelque solution d’EDO très simples.

Exemple 18 [ Modèle de Malthus pour la croissance des populations] Un


des premières et plus simples modèles pour l’évolution en temps des po-
pulations est le modèle de Malthus du 1798. On considère une fonction
t 7! y(t) qui décrit le nombre d’individus à l’instant t. Si l’on suppose
que le rapport entre le taux de croissance de la population et la population
même soit proportionnel au temps passé l’on trouve :
y(t + t)
=k t k 2 R+
y(t)
et si on fait la limite pour t ! 0 l’on trouve l’équation différentielle :

y0(t) = ky(t) k 2 R+

La fonction f (t, y) = ky(t) est bien continue et lipschitzienne par rap-


port à la variable y pour toute condition initiale (t0 , y0 ). Le théorème de
Cauchy-Lipschitz assure que pour toute condition initiale (t0 , y0 ) il existe
une unique solution du problème :

y0(t) = ky(t) t 2 I
y(t0 ) = y0 y0 2 J

On observe que si y0 = 0 alors la (seule) solution du problème est la


fonction costante y(t) = y0 = 0. Si y0 6= 0 on peut chercher cette solution
par séparation des variables. Cette méthode s’applique lorsque le terme
f (t, y(t)) est de la forme :

f (t, y(t)) = a(t)b(y(t))

pour a, b fonction donnés. Ici a(t) = 1 et b(y(t)) = ky(t). Si y0 6= 0,


on peut supposer que y(t) 6= 0 ( au voisinage de y0 ) et diviser par y(t)
l’équation différentielle :
y0(t)
=k
y(t)
44 3.3. EDO linéaires

On intégre entre t0 et t :
Z t Z t
y0(t)
dt = kdt
t0 y(t) t0

ln |y(t)| ln |y0 | = k(t t0 )


et on explicite la solution y(t) en fonction de t et de la condition initiale :

y(t) = y0 ek(t t0 )

On remarque que la solution est définie pour tout t 2 R.

3.3 EDO linéaires

Soient I un intervalle, D un ouvert de Rn , f : I ⇥ D 7! Rn . On dit


que f est linéaire par rapport à la variable y si pour tout t 2 I fixé l’on
a:
f (t, 1 y1 (t) + 2 y2 (t)) = 1 f (t, y1 (t)) + 2 f (t, y2 (t))
pour tout y1 (t), y2 (t) 2 D, 1 , 2 2 R. Si f est linéaire alors il existe
une matrice A : I 7! Mn (R) telle que f (t, y(t)) = A(t)y(t). On appelle
équation différentielle linéaire (du premier ordre ) toute équation de la
forme :
y0(t) = A(t)y(t)
oú y : I 7! Rn est une fonction inconnue et A : I 7! Mn (R) est une
matrice.

Proposition 3.3.1 Soient I un intervalle, D un ouvert de Rn , A :


I 7! Mn (R) une matrice. Soient (t0 , y0 ) 2 I ⇥ D. Si A est continue sur
I alors pour tout (t0 , y0 ) 2 I ⇥D il existe une unique solution y : I 7! Rn
du problème de Cauchy :

y0(t) = A(t)y(t) t 2 I
y(t0 ) = y0 y0 2 D
Chapter 3: Equations différentielles ordinaires 45

Ce résultat est une simple conséquence du théorème de Cauchy-Lipschitz.


Le prochaine théorème donne une caractérisation des solutions d’une
équation différentielle linéaire.

Théorème 3.3.1 Soient I un intervalle et A : I 7! Mn (R) une matrice


continue. Alors l’ensemble des solutions de l’équation différentielle :

y0(t) = A(t)y(t)

est une espace vectoriel de dimension n. Notamment il existe n fonctions


y (1) (t), · · · , y (n) (t) telles que :
— y (i) (t) est solution de l’EDO pour tout i = 1, · · · , n ;
— les y (i) (t) sont linéairement indépendants :
n
X
ci y (i) (t) = 0 ) ci = 0 8i, ci 2 R
i=1

— si y(t) est une solution de l’EDO et y(t) 6= y (i) (t) pour tout i =
1, · · · , n alors y(t) il existe k1 , · · · , kn 2 R tels que :
n
X
y(t) = ci y (i) (t)
i=1

3.4 EDO linéaires à coefficients constants

On cherche à résoudre le problème de Cauchy :



y0(t) = Ay(t)t 2 I
(1)
y(t0 ) = y0 y0 2 D

dont la matrice A 2 Mn (R) ne dépend pas de t. Par analogie avec le cas


scalaire ( modèle de Malthus ) on a la tentation d’affirmer que la solution
du problème est donné par y : I 7! Rn ainsi définie :

y(t) = eA(t t0 )
y0 (2)
46 3.4. EDO linéaires à coefficients constants

Dans l’expression de la solution on voit apparaître l’exponentielle d’une


matrice A. Qu’est-ce c’est l’exponentielle d’une matrice ? Formellement
elle est définie comme la matrice égale à
+1
X
A Ak
e =
k!
k=0

Avec un peu de théorie d’operateurs dans les espaces de Banach on pour-


rait montrer que cette série est convergente. On appelle sa limite ex-
ponentielle de la matrice A. En supposant d’avoir donné un sens à la
notion d’exponentielle d’une matrice, on pourrait aussi démontrer que 2
est l’unique solution du problème 1. En pratique, pour calculer la solu-
tion d’un problème de type 1 il faut calculer l’exponentielle de la matrice
associée au problème. Si cette matrice est diagonalisable alors le calcul
de l’exponentielle est plutôt simple.

Proposition 3.4.1 [ Exponentielle d’une matrice diagonalisable dans


R ] Soit A 2 Mn (R) une matrice diagonalisable dans R. Alors il existe
n valeurs propres 1 , · · · , n 2 R et une matrice C 2 Mn (R) inversible
tels que :
A = C diag ( 1 , · · · , n )C 1
Sous ces hypothèse on peut montrer que l’exponentielle de la matrice A
est simplement :

eA = C diag (e 1 , · · · , e n )C 1

Ainsi, si A est diagonalisable, le calcul de la solution du problème 1 repose


sur le calcul des valeurs propres (et vecteurs propres ) de la matrice A.
Si A n’est pas diagonalisable, le calcul repose sur sa décomposition de
Jordan.

Exemple 19 On cherche à calculer l’exponentielle de la matrice :


✓ ◆
5 4
A=
1 2
Chapter 3: Equations différentielles ordinaires 47

Est-elle diagonalisable (dans R) ? On cherche les valeurs propres :

p( ) = det(A I) = y 2 7y + 6 = 0 ssi = 1, = 6.

Elle est bien diagonalisable. On cherche les vecteurs propres v et w so-


lutions des équations :

Av = v et Aw = 6w.

Un simple calcul conduit à v = (1 1) et w = (4 1). Ainsi :


✓ ◆✓ ◆✓ ◆
1 1 4 1 0 1 4
A=
5 1 1 0 6 1 1

✓ ◆✓ ◆✓ ◆ ✓ ◆
1 1 4 e 0 1 4 1 e + 4e6 4e + 4e6
eA = =
5 1 1 0 e6 1 1 5 e + e6 4e + e6

Exemple 20 On cherche la solution t 7! y(t) = (y1 (t), y2 (t)) du pro-


blème : ⇢
y1 0(t) = y1 (t) + 2y2 (t) , y1 (t0 ) = y10
y2 0(t) = 2y1 (t) + y2 (t) , y2 (t0 ) = y20
Ce problème est de la forme 1, avec :
✓ ◆ ✓ ◆
1 2 y
A= , y0 = 10
2 1 y20
Tout d’abord on calcule l’exponentielle de A. On cherche les valeurs
propres :

p( ) = det(A I) = 2
2 3 = 0 ssi = 1, =3

On cherche les vecteurs propres v et w solutions des équations :

Av = v et Aw = 3w
48 3.4. EDO linéaires à coefficients constants

Un simple calcul conduit à v = (1 1) et w = (1 1). Ainsi :


✓ ◆✓ t ◆✓ ◆ ✓ ◆
A 1 1 1 e 0 1 1 1 e t + e3t e t + e3t
e t= =
2 1 1 0 e3t 1 1 2 e t + e3t e t + e3t
La solution y définie pour tout t 2 R est donnée par :
✓ ◆ ✓ ◆ ✓ (t t0 ) 3(t t0 )

y1 (t) y 1 (y y )e + (y + y )e
y(t) = = eA(t t0 ) 01 = 10 20
(t t0 )
10 20
y2 (t) y02 2 ( y10 + y20 )e + (y10 + y20 )e3(t t0 )

Et si les valeurs propres de la matrice du système sont des nombres


complexes ? On cherche à diagonaliser A dans C, c’est à dire on cherche
une matrice inversible C 2 Mn (C) et une matrice diagonale ⇤ 2 Mn (C)
tels que :
A = C⇤C 1.
et on calcule eA avec la strategie usuelle. Même si les calculs reposent
sur les nombre complexes, la matrice eA sera toujours une matrice de
nombres réels. Sauriez-vous expliquer pourquoi ?

Exemple 21 [ Exponentielle d’une matrice réelle dans C ] On cherche à


calculer l’exponentielle de la matrice :
✓ ◆

A=

avec ↵, 2 R, ↵, 6= 0. On cherche les valeurs propres :

p( ) = det(A I) = 2
2↵ + 2
= 0 ssi =↵+i , =↵ i

On appelle = ↵ + i et = ↵ i les valeurs propres (complexes) de


la matrice A. On cherche les vecteurs propres v et w solutions :

Av = v et Aw = w

Un simple calcul conduit à v = (1 i) et w = (1 i). Ainsi :


✓ ◆✓ ◆✓ ◆
1( i) 1 1 e 0 i 1
eA =
2i( i) i i 0 e i 1
Chapter 3: Equations différentielles ordinaires 49

Pour tout t 2 R :
✓ ◆✓ t ◆✓ ◆ t t)
!
1 e 0 e t +e t i(e e
1 1 1 i
eAt = t = 2
i(e t +e t)
2 .
2 i i 0 e 1 i e t +e t

2 2

Pour tout x 2 R on a les formules :


eix + e ix
eix e ix
cos x = , sin x = .
2 2i
A l’aide de ces formules on trouve :
! ✓ ◆
e(↵+i )t
+e(↵ i )t i(e(↵+i )t
e(↵ i )t)
cos( t) sin( t)
eAt = i(e(↵+i
2
)t
+e(↵ i )t
e(↵+i )t
2
+e(↵ i )t = e↵t .
sin( t) cos( t)
2 2

ce qui est une matrice à coefficients réels !

Exemple 22 [ Exemple 7 bis ] Reprenons la matrice A définie dans l’exemple


précédent : ✓ ◆

A=

avec ↵, 2 R, ↵, = 6 0. On peut calculer eA sans faire les calculs com-
plexes. La matrice A admet la décomposition :
✓ ◆ ✓ ◆
1 0 0 1
A = ↵I + J , I = , J=
0 1 1 0

Dés que IJ = JI on a la suivante propriété (croyez-moi) :

eAt = e↵It+ Jt
= e↵It e Jt

IMPORTANT : cette propriété c’est pas vrai si IJ 6= JI ( rappel : en


général le produit matriciel n’est pas commutatif !). La matrice ↵I est
diagonale et sa exponentielle est simplement
✓ ◆
1 0
e↵It = e↵t
0 1
50 3.4. EDO linéaires à coefficients constants

Essayons de calculer l’exponentielle de la matrice Jt :


+1 k
X
Jt J ( t)k
e =
k!
k=0

Comment sont faites les puissances de la matrice J ? Vérifiez vous-


mêmes que :

J (2k) = ( 1)k I et J (2k+1) = ( 1)k J k2N

Ainsi on trouve :
+1 2k
X +1
Jt J ( t)2k X J 2k+1 ( t)2k+1
e = +
2k! (2k + 1)!
k=0 k=0

+1
X +1
X
Jt ( 1)k ( t)2k ( 1)k ( t)2k+1
e =I +J
2k! (2k + 1)!
k=0 k=0
Rappelons que ces deux dernières séries (réelles) sont convergentes et ses
limites sont bien connues :
+1
X ( 1)k ( t)2k
= cos( t)
2k!
k=0

+1
X ( 1)k ( t)2k+1
= sin( t)
(2k + 1)!
k=0
Ainsi on trouve :
✓ ◆
Jt cos( ) sin( )
e = cos( t)I + sin( t)J = .
sin( ) cos( )

Finalement on peut calculer eAt et retrouver le résultat attendu :


✓ ◆
cos( t) sin( t)
eAt = e↵t Ie Jt = e↵t .
sin( t) cos( t)
Chapter 3: Equations différentielles ordinaires 51

3.5 EDO linéaires à coefficients constants non ho-


mogènes

On cherche à résoudre le problème de Cauchy :



y0(t) = Ay(t) + B(t)t 2 I
(1)
y(t0 ) = y0 y0 2 D

avec I intervalle,A 2 Mn (R), B : I 7! Rn continue, y : I 7! Rn , y0 2 Rn .


On appelle équation homogène associée à l’équation y0(t) = Ay(t) + B(t)
l’équation
y0(t) = Ay(t)
oú le second membre B(t) est nul. On appelle équation non homogène
l’équation y0(t) = Ay(t) + B(t) avec B(t) non nul. Toute solution de
l’équation différentielle non homogène s’écrit comme somme de la solu-
tion générale de l’équation homogène plus une solution particulière de
l’équation non homogène :

y(t) = yh (t) + yp (t).

La solution de 1 qui vérifie la condition initiale y(t0 ) = y0 s’écrit sous la


forme : Z t
y(t) = eA(t t0 ) y0 + eA(t s) B(s)ds.
0
Le première terme est la bien connue solution du problème de Cauchy
homogène. Le deuxième terme est une solution particulière de l’équation
non homogène.

Exemple 23 Cherchons à résoudre problème de Cauchy linéaire du pre-


mière ordre non homogène :

y1 0(t) = y1 (t) + e t , y1 (0) = 1
y2 0(t) = y2 (t) 2e 2t , y2 (0) = 1

Si l’on pose Y (t) = (y1 (t), y2 (t)) alors le problème de Cauchy s’écrit sous
52 3.6. EDO linéaires à coefficients constants d’ordre 2 homogènes

forme matricielle Y 0(t) = AY (t) + B(t), Y (0) = Y0 , avec :


✓ ◆ ✓ ◆ ✓ ◆
1 0 1 e t
A= , Y0 = , B(t) = ,
0 1 1 2e 2t

Dès que la matrice A est diagonale, l’exponentielle eAt est simplement :


✓ t ◆
e 0
eAt = .
0 e t
Ainsi la solution du problème homogène est :
✓ t◆
A(t) e
Yh (t) = e Y0 = .
e t
Calculons maintenant le terme :
Z t
eA(t s)
B(s)ds.
0
✓ t s
◆✓ s
◆ ✓ t 2s ◆
e 0 e e
eA (t s)B(s) = 2s =
0 e (t s)
2e 2e t s
Z t R t t 2s ! ✓ ◆
1 t 2t
e ds e (e 1)
eA(t s) B(s)ds = R t 0 = 2
t
0 0 2e t s
ds 2e (e t 1)
La solution du problème de Cauchy est :
✓ t 1 t 2t ◆
e 2 e (e 1)
Y (t) =
e + 2e t (e t 1)
t

3.6 EDO linéaires à coefficients constants d’ordre 2


homogènes

Considérons l’équation différentielle d’ordre 2 homogène :

y00(t) + a1 y0(t) + a0 y(t) = 0 (1)


Chapter 3: Equations différentielles ordinaires 53

oú I est une intervalle, y : I 7! R, a1 , a0 2 R. On sait que l’espace des


solutions de l’équation est un espace vectoriel de dimension 2. On cherche
une base de l’espace. On cherche des solutions de la forme y(t) = e t .
En reportant dans 1 on voit que y(t) est solution si et seulement si
vérifie :
(t)2 + a1 (t) + a0 = 0.
Ainsi on s’est ramené au calcul des racines d’une polynôme. On appelle
ce polynôme le polynôme caractéristique de l’équation. Selon la nature
des racines du polynôme caractéristique on peut distinguer trois cas.

Cas 1 : racines distinctes et réelles


Si le polynôme caractéristique admet deux racines distinctes et réelles
1 , 2 2 R alors une base de l’espace vectoriel des solutions est
donne par les fonctions :
1t 2t
e ,e .

Toute solution de l’équation différentielle 1 s’écrit sous la forme :


1t 2t
y(t) = c1 e + c2 e

avec c1 , c2 2 R.

Cas 2 : une racine réelle multiple


Si le polynôme caractéristique admet une racine réelle multiple 2
R alors une base de l’espace vectoriel des solutions est donne par
les fonctions :
e t , te t .
Toute solution de l’équation différentielle 1 s’écrit sous la forme :

y(t) = c1 e t + c2 te t

avec c1 , c2 2 R.

Cas 3 : deux racines complexes


Si le polynôme caractéristique admet deux racines complexes 1 =
↵ + i , 2 = ↵ i 2 C alors une base de l’espace vectoriel des
54 3.7. EDO linéaires à coefficients constants d’ordre 2 non homogènes

solutions est donne par les fonctions :

e↵t cos( t) , e↵t sin( t).

Toute solution de l’équation différentielle 1 s’écrit sous la forme :

y(t) = e↵t (c1 cos( t) + c2 sin( t))

avec c1 , c2 2 R.

3.7 EDO linéaires à coefficients constants d’ordre 2


non homogènes

Considérons l’équation différentielle d’ordre 2 non homogène :

y00(t) + a1 y0(t) + a0 y(t) = f (t) (1)

oú I est une intervalle, y : I 7! R, a1 , a0 2 R, f : I 7! R continue. Toute


solution de 1 s’écrit comme somme de la solution générale de l’équation
homogène 1 plus une solution particulière de l’équation non homogène
1:
y(t) = yh (t) + yp (t).
On a vu comment calculer la solution homogène yh (t). Essayons main-
tenant de calculer une solution particulière de l’équation non homogène.

3.7.1 Méthode des coefficients indéterminés

La méthode des coefficients indéterminés vise à trouver une solution


particulière à 1. Cette méthode ne s’applique que dans le cas oú le terme
f (t) est somme ou produit de polynômes, fonctions trigonométriques (
sin(!t), cos(!t)), fonctions exponentielles ( e↵t ). L’idée générale derrière
ette méthode est de poser comme candidat pour une solution particu-
lière une ou des fonctions similaires à celles apparaissant dans f (t) mais
avec des coefficient à déterminer. On substitue ensuite ce candidat dans
l’équation pour déterminer la valeur des coefficients inconnues. Si f (t)
Chapter 3: Equations différentielles ordinaires 55

est somme ou produit de fonctions essentielles u1 (t), · · · , un (t) ( avec ui


polynôme, trigonométrique ou exponentielle) alors on pose comme candi-
dat solution yp (t) une somme ou produit des fonctions essentielles ui et
toutes fonctions qui proviennent par dérivations successives des fonctions
ui , toutes multipliés par des coefficients à déterminer.

Exemple 24 Cherchons une solution particulière de l’équation :

y00(t) + 6y0(t) + 25y(t) = 3 sin(2t) + 5t

Le terme f (t) est somme d’une fonction trigonométrique et d’un poly-


nôme. On pose comme candidat solution :

yp (t) = A sin(2t) + B cos(2t) + Ct + D

avec A, B, C, D coefficients à déterminer.

Exemple 25 Cherchons une solution particulière de l’équation :

y00(t) + 6y0(t) + 25y(t) = 2 sin2 (t) + 3e2t

Le terme f (t) est somme d’une fonction trigonométrique et d’une expo-


nentielle. On pose comme candidat solution :

yp (t) = A sin2 (t) + B cos(t) sin(t) + C cos2 (t) + De2t

avec A, B, C, D coefficients à déterminer.

Exemple 26 Cherchons une solution particulière de l’équation :


3t
y00(t) + 4y0(t) = 2e

On pose comme candidat solution :


3t
yp (t) = Ae

avec A coefficient à déterminer. On calcule les dérivées d’ordre 1 et 2 de


la fonction yp (t) :
3t 3t
yp 0(t) = 3Ae , yp 00(t) = 9Ae
56 3.7. EDO linéaires à coefficients constants d’ordre 2 non homogènes

Après substitution dans l’équation on trouve :


3t 3t 3t
9Ae + 4Ae = 2e ,

et donc A = 13 .
2
La solution cherchée est :
2 3t
yp (t) = e
13
Dans le cas special ou le candidat solution particulière est essentielle-
ment identique à une partie de la solution homogène cette méthode peut
échouer. En fait il faut proposer comme candidat solution une solution
qui ne fait pas partie de l’équation homogène. Par exemple soit à ré-
soudre :
y00(t) 9y0(t) = 2e3t .
La solution homogène est :

yh (t) = c1 e3t + c2 e 3t
.

Si l’on pose come candidat solution :

yp (t) = Ae3t

en reportant dans l’équation l’on trouve :

9Ae3t 9e3t = 2e3t

et cette dernière équation est impossible. Ce comportement est lié à la


présence de la même solution ( e3t ) dans la solution homogène et dans
le candidat solution particulière. Dans ce cas il suffit d’utiliser plutôt le
candidat :
yp (t) = Ate3t .
Considérons un autre exemple. Soit à résoudre :
2t
y00(t) + 3y0(t) + 2y(t) = 2te + 3 sin(5t).

La solution homogène est :


t 2t
yh (t) = c1 e + c2 e .
Chapter 3: Equations différentielles ordinaires 57

Si l’on pose come candidat solution :


2t
yp (t) = (At + B)e + C sin(5t) + D cos(5t),

alors il y a chevauchement être les termes Ate 2t


et 2te 2t
. Pour régler
le problème ou choisira plutôt :

yp (t) = (At2 + Bt)e 2t


+ C sin(5t) + D cos(5t).

Exemple 27 Soit à résoudre :

y00(t) 6y0(t) + 9y(t) = e3t .

La solution homogène est :

yh (t) = c1 e3t + c2 te3t .

Si l’on pose come candidat solution :

yp (t) = Ae3t

alors il y a chevauchement être les termes Ae3t et e3t . Dans ce cas mul-
tiplier par t ne règle pas le problème du chevauchement car te3t apparaît
toujours dans la solution homogène. Pour régler le problème ou choisira
plutôt de multiplier par t2 :

yp (t) = At2 e3t .

Vous aimerez peut-être aussi