Vous êtes sur la page 1sur 58

ChapitreVII Calcul des charges

CALCUL DES CHARGES

VII.1 Calcul des charges agissant sur le soutènement du tunnel : 

VII.1.1 CALCUL DE LA PRESSION VERTICALE ACTIVE DESCENDANTE SUR LE 
SOUTENEMENT EN DEMI SECTION SUPERIEURE DU TUNNEL   v  : 
σ
1. Méthode TERZAGHI :
La largeur de la voûte de décharge B est calculée en fonction de la hauteur et de la largeur
de l'excavation et des caractéristiques mécaniques de sol considérées obtenues par la formule
suivante :
⎛π ϕ ⎞ ⎛ 20 ⎞
B = b + 2mtg ⎜ − ⎟ → B = 9, 69 + 2.6,17tg ⎜ 45 − ⎟ = 18,33m
⎝4 2⎠ ⎝ 2 ⎠
La couverture H = 16,93m
Le coefficient de poussée active "k" est pris égale à 1
La contrainte verticale est donnée par :

σv =
( Bγ − 2C ) ⎡1 − e −( 2 KHtgϕ)

+
−( 2 KHtgϕ )

⎢ B
⎥ qe B
2 Ktgϕ ⎢⎣ ⎥⎦
Couche 1: Argile calcaireuse jaunâtre
C = 20 KN / m 2 , ϕ = 200 , γ h = 20 KN / m3
_ ( 2×1×5,5×tg 20 ) _ ( 2×1×5,5×tg 20 )

σ v1 =
(18,33 × 20 − 2 × 20 ) ⎡ ⎤
⎢1 − e 18,33
⎥ + 10e 18,33
2 ×1× tg 20 ⎢⎣ ⎥⎦
σv 1 = 96,184KN / m 2
Couche 2: Sable d’oued avec grain et galet
C = 0, ϕ = 200 , γ h = 20 KN / m3

σ v2 =
(18.33 × 20 − 2 × 0 ) ⎡ _ ( 2×1×3,5×tg 20 )
⎤ _ ( 2×1×3,5×tg 20 )

⎢1 − e 18.33
⎥ + 96.18e 18.33
2 ×1× tg 20 ⎣⎢ ⎦⎥
σ v 2 = 149,117 KN / m 2

Couche 3: Argile calcaireuse jaunâtre très compacte


C = 20 KN / m 2 , ϕ = 200 , γ h = 20 KN / m 3

σ v3 =
( 22.44 × 20 − 2 × 20 ) ⎡ _ ( 2×1×7,93×tg 20 )
⎤ _ ( 2×1×7,93×tg 20 )

⎢1 − e 18.33
⎥ + 155.46e 18.33
2 × 1× tg 20 ⎢⎣ ⎥⎦
σ v 3 = 244, 936kN / m 2

2. Théorie des poids des terres :


La contrainte verticale est donnée par :
n
σ v = ∑ hiγ i + q
i =1

Génie Civil 2007 ENP 64


ChapitreVII Calcul des charges

σ v = [ h1γ 1 + h2γ 2 + h3γ 3 + q ]


σ v = ( 5.5 × 20 + 3.5 × 20 + 7.93 × 20 + 10 ) = 348.6kN / m 2

VII.1.2 CALCUL DE LA PRESSION HORIZONTALE ACTIVE DESCENDANTE SUR LE 
SOUTENEMENT EN DEMI‐SECTION SUPERIEURE DU TUNNEL :  
1. Méthode de TERZAGHI :
La poussée horizontale est donnée par :
σ h = 0.3γ ( 0.5m + H P )
b
HP =
2sin ϕ
9, 69
HP = = 14,165m
2sin 20
σ h = 0,3 × 20 × ( 0,5 × 6,17 + 14,165 ) = 103,5KN / m
σ h = 103, 5kN / m 2
2. Théorie des poids des terres :
La poussée horizontale sera donnée par :
σ h = kaσ v
Coefficient de poussée active Ka :
⎛π ϕ ⎞
K a = tg 2 ⎜ − ⎟
⎝4 2⎠
K a = 0, 49
σ h = 0, 49 × 348.6 = 170.81kN / m 2
σ h = 170.81kN / m 2

3. Théorie des SOVIETIQUES :


La poussée latérale au niveau de la calotte :
σ h1 = γ hp K a − 2C K a
⎛π ϕ ⎞ ⎛π ϕ ⎞
σ h1 = γ hp tg 2 ⎜− ⎟ − 2Ctg ⎜ − ⎟
⎝4 2⎠ ⎝4 2⎠
b
hp =
s in 2ϕ
9, 69
hp = = 15, 074 m
sin 40
⎛ π 20 ⎞ ⎛ π 20 ⎞
σ h1 = 20 × 15, 074tg 2 ⎜ − ⎟ − 2 × 20 × tg ⎜ − ⎟
⎝4 2 ⎠ ⎝4 2 ⎠
σ h1 = 119,812 KN / m 2

La poussée latérale au niveau des pieds des longrines :


σ h 2 = γ ( m + hp ) tg 2 K a − 2C K a
⎛π ϕ ⎞ ⎛π ϕ ⎞
σ h 2 = γ ( m + hp ) tg 2 ⎜ − ⎟ − 2Ctg ⎜ − ⎟
⎝4 2⎠ ⎝4 2⎠

Génie Civil 2007 ENP 65


ChapitreVII Calcul des charges

⎛ π 20 ⎞ ⎛ π 20 ⎞
σ h 2 = 20 × ( 6,17 + 15, 074 ) tg 2 ⎜ − ⎟ − 2 × 20tg ⎜ − ⎟
⎝4 2 ⎠ ⎝4 2 ⎠
σ h 2 = 180, 301KN / m 2
4. Théorie de COULOMB-RANKINE :

Couche 3 : Argile calcaireuse jaunâtre très compacte


C = 20 KN / m 2 , ϕ = 200 , γ h = 20 KN / m 3
La poussée latérale au niveau de la calotte :
σ h1 = kaσ v
⎛π ϕ ⎞
K a = tg 2 ⎜ − ⎟
⎝4 2⎠
K a = 0, 49
σ h1 = 0, 49 × 244, 936 = 120, 018kN / m 2
σ h1 = 120, 018 KN / m 2
La poussée latérale au niveau des pieds des longrines :
σ h 2 = γ mK a − 2Ctg K a
⎛π ϕ ⎞ ⎛π ϕ ⎞
σ h 2 = γ m tg 2 ⎜− ⎟ − 2C tg ⎜ − ⎟
⎝4 2⎠ ⎝4 2⎠
σ h 2 = 32, 501K N / m 2

σ h = σ h1 + σ h 2
σ h = 32, 501 + 120, 018 = 152, 519 KN / m 2
σ h = 152, 519 KN / m 2

VII.1.3 CALCUL DE LA PRESSION VERTICALE ACTIVE AGISSANT SUR LE 
SOUTENEMENT DE LA STRUCTURE GLOBALE : 

1. Méthode de TERZAGHI :
La largeur de la voûte de décharge B est calculée en fonction de la hauteur et de la largeur
de l'excavation et des caractéristiques mécaniques de sol considérée obtenues par la formule
suivante :
⎛π ϕ ⎞
B = b + 2mtg ⎜ − ⎟
⎝4 2⎠
⎛ π 20 ⎞
B = 10.16 + 2 × 8.77 tg ⎜ − ⎟ = 22.44 m
⎝4 2 ⎠
La couverture H = 16,93 m
Le coefficient de poussée active "k" est pris égale à 1
La contrainte verticale est donnée par :

σv =
(B γ − 2C ) ⎡1 − e − ( 2 KBH tg ϕ ) ⎤ + q e − ( 2 KBH tg ϕ )
⎢ ⎥
2 K tg ϕ ⎢⎣ ⎥⎦
Couche 1: Argile calcaireuse jaunâtre
C = 20 KN / m 2 , ϕ = 200 , γ h = 20 KN / m

Génie Civil 2007 ENP 66


ChapitreVII Calcul des charges

σ v1 =
( 22.44 × 20 − 2 × 20 ) ⎡1 − e _ ( 2×1×22.44
5,5×tg 20 )
⎤ _ ( 2×1×5,5×tg 20 )

+ 10e 22.44
⎢ ⎥
2 × 1× tg 20 ⎢⎣ ⎥⎦
σ v1 = 100.04 kN / m 2
Couche 2: Sable d’oued avec grain et galet
C = 0, ϕ = 200 , γ h = 20 KN / m3

σ v2 =
( 22.44 × 20 − 2 × 0 ) ⎡
1− e
_ ( 2×1×3,5×tg 20 )
⎤ _ ( 2×1×3,5×tg 20 )

+ 100.04e 22.44
⎢ 22.44

2 × 1× tg 20 ⎣⎢ ⎦⎥
σ v 2 = 155.46 kN / m 2

Couche 3: Argile calcaireuse jaunâtre très compacte


C = 20 KN / m 2 , ϕ = 200 , γ h = 20 KN / m 3

σ v3 =
( 22.44 × 20 − 2 × 20 ) ⎡1 − e _ ( 2×1×22.44
7.93×tg 20 )

+ 100.04e
_ ( 2×1×7.93×tg 20 )

⎢ ⎥ 22.44
2 × 1× tg 20 ⎢⎣ ⎥⎦
σ v 3 = 247.6 kN / m 2
2. Théorie des poids des terres :
La contrainte verticale est donnée par :
n
σ v = ∑ hiγ i + q
i =1

σ v = [ h1γ 1 + h2γ 2 + h3γ 3 + q ]


σ v = ( 5.5 × 20 + 3.5 × 20 + 7.93 × 20 + 10 ) = 348.6kN / m 2
σ v = 397.9kN / m 2

 VII.1.4 CALCUL DE LA PRESSION HORIZONTALE ACTIVE AGISSANT SUR LE 
SOUTENEMENT DE LA STRUCTURE GLOBALE : 

1. Méthode de TERZAGHI :
La poussée horizontale est donnée par :
σ h = 0.3γ ( 0.5m + H P )
b
HP =
2sin ϕ
10.16
HP = = 14.85 kN / m2
2sin 20
σ h = 0.3 × 20 ( 0.5 × 8.77 + 14.85 ) = 115.41 kN / m 2
σ h = 115.41 kN / m 2
2. Théorie des poids des terres :
La poussée horizontale sera donnée par :
σ h = kaσ v
Coefficient de poussée active Ka :

Génie Civil 2007 ENP 67


ChapitreVII Calcul des charges

⎛π ϕ ⎞
K a = tg 2 ⎜ − ⎟
⎝4 2⎠
K a = 0, 49
σ h = 0, 49 × 348.6 = 170.81kN / m 2
σ h = 170.81 kN / m 2
3. Théorie des SOVIETIQUES :
La poussée latérale au niveau de la calotte :
σ h1 = γ hp K a − 2C K a
⎛π ϕ ⎞ ⎛π ϕ ⎞
σ h1 = γ hp tg 2 ⎜− ⎟ − 2Ctg ⎜ − ⎟
⎝4 2⎠ ⎝4 2⎠
b
hp =
sin 2ϕ

10.16
hp = = 15.82 m
sin 2 ( 20 )
⎛ π 20 ⎞ ⎛ π 20 ⎞
σ h1 = 20 × 15.82tg 2 ⎜ − ⎟ − 2 × 20 × tg ⎜ − ⎟
⎝4 2 ⎠ ⎝4 2 ⎠
σ h1 = 127.08 kN / m 2
La poussée latérale au niveau des pieds des longrines :
σ h 2 = γ ( m + hp ) tg 2 K a − 2C K a
⎛π ϕ ⎞ ⎛π ϕ ⎞
σ h 2 = γ ( m + hp ) tg 2 ⎜ − ⎟ − 2Ctg ⎜ − ⎟
⎝4 2⎠ ⎝4 2⎠
⎛ π 20 ⎞ ⎛ π 20 ⎞
σ h 2 = γ ( 8.77 + 15.82 ) tg 2 ⎜ − ⎟ − 2 × 20tg ⎜ − ⎟
⎝4 2 ⎠ ⎝4 2 ⎠
⎛ π 20 ⎞ ⎛ π 20 ⎞
σ h 2 = 20 × ( 8.77 + 15.82 ) tg 2 ⎜ − ⎟ − 2 × 20tg ⎜ − ⎟
⎝4 2 ⎠ ⎝4 2 ⎠
σ h 2 = 212.98 kN / m 2

4. Théorie de COULOMB-RANKINE :
Couche 3 : Argile calcaireuse jaunâtre très compacte
C = 20 KN / m 2 , ϕ = 200 , γ h = 20 KN / m 3
La poussée latérale au niveau de la calotte :
σ h1 = kaσ v
⎛π ϕ ⎞
K a = tg 2 ⎜ − ⎟
⎝4 2⎠
K a = 0, 49
σ h 1 = 0, 49 × 247.6 = 121.32 k N / m 2
σ h 1 = 121.32 k N / m 2
La poussée latérale au niveau des pieds des longrines :
σ h 2 = γ mK a − 2Ctg K a

Génie Civil 2007 ENP 68


ChapitreVII Calcul des charges

⎛π ϕ ⎞ ⎛π ϕ ⎞
σ h2 = γ m tg 2
⎜ − ⎟ − 2 C tg ⎜ − ⎟
⎝ 4 2 ⎠ ⎝ 4 2 ⎠
La poussée latérale au niveau des pieds des longrines :
σ h 2 = γ m K a − 2 C tg K a
⎛π ϕ ⎞ ⎛π ϕ ⎞
σ h2 = γ m tg 2
⎜ − ⎟ − 2 C tg ⎜ − ⎟
⎝ 4 2 ⎠ ⎝ 4 2 ⎠
⎛ π 20 ⎞ ⎛ π 20 ⎞
σ h 2 = ( 8.77 × 20 ) tg 2 ⎜ − ⎟ − 2 × 20tg ⎜ − ⎟
⎝4 2 ⎠ ⎝4 2 ⎠
σh 2 = 57.94kN / m2
σ h = σ h1 +σ h 2

σ h = 121.32 + 57.94 = 179.26 kN / m 2


σ h = 1 7 9 .2 6 k N / m 2
Pour notre travail on admet que les résultats obtenus par la méthode de TERZAGHI qui est plus
fiable soit pour la charge verticale « σ v », soit pour la charge horizontale σ h

Les résultats obtenus par la méthode de TERZAGHI sont :

Résultats obtenus pour la demi-section Résultats obtenus pour la structure


supérieure globale

σ v 3 = 244,936kN / m 2 σv 3 = 247.6 kN / m 2

σ h = 103, 5 k N / m 2 σ h = 115.41 kN / m 2

Génie Civil 2007 ENP 69


Chapitre VII Calcul des charges

VII.2 Application de la méthode convergence‐confinement 

VII.2.1 COURBE CARACTERISTIQUE DU TERRAIN : 
Le tunnel du Métro d’Alger sera implanté dans un couche d’argile jaunâtre très compacte :
- Module de déformation : E = 100 MPa
- Coefficient de poisson : υ = 0.33

- Cohésion : 20 KN/ m 2
- Angle de frottement interne : ϕ = 20°
- Rayon de l’excavation : R = 5.12 m

VII.2.2 CHARGES VERTICALES : 
Selon la méthode de TERZAGHI : σ V = 244.93 KN/ m 2 = σ 0

Rc
Si σ 0 ≤ ⇒ comportement élastique, le creusement n’entraîne que des déformations
2
élastiques.
La courbe caractéristique du terrain est une droite qui recoupe l’axe des déplacements en un
point d’abscisse :
1+υ 1 + 0.33
ue = σ 0R = 5,12
E 100
u e = 0.068 m = 6.8 cm
On constate que dans la couche d’argile jaunâtre très compacte, la convergence est très
importante, donc on doit disposer le soutènement le plus rapidement possible.

VII.2.3 COURBE CARACTERISTIQUE DE SOUTENEMENT : 
Convergence acquise à la paroi au moment de la mise en place du soutènement :
u S 0 > 0.265 u e

u S 0 > 0.265 × 0.068 ⇒ u S 0 > 0.018 m


Soit généralement plus du tiers du déplacement élastique à p = 0.
u S 0 = 0.02 m
Cintres calés à la paroi :
Section du cintre : A S = 237 ×10 −4 m 2

Résistance de l’acier : σ 0 = 240000 KN / m 2

Module d’élasticité de l’acier : E = 2.1 × 108 MPa

Génie Civil 2007 ENP 70


Chapitre VII Calcul des charges

Espacement des cintres : a = 1.00 m


Raideur du cintre :
E AS
KC =
a R

2 . 1 × 10 8 × 237 × 10 − 4
KC =
1 . 00 × 5 . 12

⇒ K C = 9 . 72 × 10 5 MPa

Pression maximale de soutènement :


AS ×σ 0
=
max
PC
R×a
273× 10 −4 × 240
=
max
PC
5.12
PC = 1.28 MPa
max

×R
max
PC 1.28× 5.12
ua = =
KC 9.72 × 10 5
u a = 6.74 ×10 −6 m
Béton projeté :
Module de Young : E b = 27547,92 MPa

Coefficient de poisson : υ = 0.2


Epaisseur du béton : e = 0.20 m = d
Raideur du béton projeté :
Eb e
Kb =
(
1 −υ 2 R )
27547.92× 0.20
Kb = ⇒ K b = 1120.93 Mpa
(
1− 0.2 2 × 5.12 )
Pression maximale de soutènement :
σb ×e 14.17 × 0.20
= =
max
Pb
R 5.12
= 0.55 Mpa
max
Pb

R × Pb 5.12 × 0.55
max

ub = =
Kb 1120.93
u b = 2.5 mm

Génie Civil 2007 ENP 71


Chapitre VII Calcul des charges

La convergence acquise par la paroi au moment du soutènement :


u S 0 = 10 % u 0
u S 0 = 0.0068 m
Pour mise en place à proximité du front de taille :
u S 1 = u S 0 + s u1
u S 1 = 0.0068 + 0.002 ⇒ u S 1 = 0.0088 m
Vérification du soutènement :
P = σ V < PC + Pb ⇒ 0.245 Mpa < (1.28+ 0.55) =1.83 Mpa
max max

Génie Civil 2007 ENP 72


Chapitre VIII
Chapitre VIII Calcul du soutènement provisoire

Calcul du soutènement provisoire

VIII.1 Introduction : 
Après avoir évalué du Chapitre VII le chargement agissant sur l'ouvrage, on arrive au stade
du dimensionnement proprement dit. Le calcul analytique constitue en fait un contrôle des
dimensions admises sur la base de données expérimentales, celles d'ouvrages exécutés et reconnus
comme économiques. Ces hypothèses devront être justifiées par un calcul numérique.

VIII.2 Vérification préliminaire du soutènement provisoire : 

Le dimensionnement analytique traite le cintre comme un arc porteur encastré aux


deux extrémités. Les efforts actifs qui entrent en ligne de compte dans le calcul sont les
poussées verticales et horizontales du terrain (le poids propre du cintre étant négligé)
Nous admettrons en première approximation que la pression verticale se répartit
uniformément sur la portée de l'arc.
Par conséquent la charge verticale agissant sur le cintre est égale à :

Q + Q 0 + ΔG
PV =
l
Telle que :
⎛ n ⎞
Q 0 = ⎜ ∑ hi γ i + q ⎟ × a
⎝ i =1 ⎠
(Partie uniforme de la pression géologique).
a : la distance entre les cintres a = 1m
A- Cas statique :

Sous la combinaison « G » :
Lorsque a =1 m:
Q0 = ⎡⎣h1γ1 + h2γ 2 + ( h3 + h4 ) γ 3 + q ⎤⎦ ×1
Q0 = ( 5.5 × 20 + 3.5 × 20 + ( 3 + 4.93) × 20 + 10) = 348.6 k N / m 2
Q 0 = 348.6 kN / m 2
⎛ f ×l ⎞
ΔG = ⎜ k k γ h ⎟ × a
⎝ 3 ⎠
(Partie de la charge d'intensité variable).

On détermine les valeurs de fk et lk :

r = 4.99 m

Génie Civil 2007 ENP 73


Chapitre VIII Calcul du soutènement provisoire

rk = 5.12 m
rb = 4.86m
2ϕ 0 = 1 2 0 0 ⇒ ϕ 0 = 6 0 0
l k = 2( rk cos 30) = 2(5.12 × 0.866) = 8.868 m

l = 2( r cos 30) = 2(4.99 × 0.866) = 8.642 m

l b = 2( rb cos 30) = 2(4.86 × 0.866) = 8.417 m

f k = rk − rk cos ϕ 0 = rk (1 − cos ϕ 0 )

f k = 5 .1 2 (1 − c o s 6 0 ) = 2 . 5 6 m

f = r − r cos ϕ 0 = r (1 − cos ϕ 0 )

f = 4 .9 9 (1 − c o s 6 0 ) = 2 .4 9 5 m

f b = rb − rb cos ϕ0 = rb (1 − cos ϕ0 )

f b = 4 .8 6 (1 − c o s 6 0 ) = 2 .4 3 m

f fk
fb
ϕ rb
r
rk

lb
l
lk

Figure VIII.1 Vérification préliminaire du soutènement provisoire

2 .5 6 × 8 .8 6 8
ΔG = 2 0 = 1 5 1 .3 4 7 k N / m l
3
Génie Civil 2007 ENP 74
Chapitre VIII Calcul du soutènement provisoire

Δ G = 1 5 1 .3 4 7 k N / m l
3 4 8 .6 × 8 .8 6 8 + 1 5 1 .3 4 7
pV = = 3 7 5 .2 2 9 k N / m l
8 .6 4 2
pV = 375.229 kN / ml
La charge horizontale sera calculée à partir de la poussée verticale en se basant sur la relation de
COULOMB-RANKINE.
⎛ n ⎞
e 0 = ⎜ ∑ hiγ i + q ⎟ K a − 2 C K a
⎝ i =1 ⎠
⎛π ϕ ⎞
K a = tg 2 ⎜ − ⎟
⎝ 4 2 ⎠
⎛ n ⎞ ⎛π ϕ ⎞ ⎛π ϕ ⎞
e0 = ⎜ ∑ hi γ i + q ⎟ tg 2 ⎜ − ⎟ − 2 C tg 2 ⎜ − ⎟
⎝ i =1 ⎠ ⎝4 2⎠ ⎝4 2⎠
2 ⎛ π 20 ⎞ 2 ⎛ π 20 ⎞
e 0 = 348.6 tg ⎜ − ⎟ − 2 × 20 tg ⎜ − ⎟ = 142.915 kN / m
2

⎝ 4 2 ⎠ ⎝ 4 2 ⎠
e 0 = 142.915 kN / m 2
e1 = (H + f )γ h K a − 2C Ka
⎛ π 20 ⎞ 2 ⎛ π 20 ⎞
e1 = ( H + f ) γ h tg 2 ⎜ − ⎟ − 2 C tg ⎜ − ⎟
⎝4 2 ⎠ ⎝4 2 ⎠
⎛ π 20 ⎞ ⎛ π 20 ⎞
e1 = ⎡⎣( h1 + h2 + h3 + h4 + f ) γ h ⎤⎦ tg 2 ⎜ − ⎟ − 2C tg 2 ⎜ − ⎟
⎝4 2 ⎠ ⎝4 2 ⎠
⎛ π 20 ⎞ ⎛ π 20 ⎞
e1 = ⎡⎣( 5.5 + 3.5 + 3 + 4.93 + 2.495 ) × 20 ⎤⎦ tg 2 ⎜ − ⎟ − 2 × 20 tg 2 ⎜ − ⎟
⎝4 2 ⎠ ⎝4 2 ⎠
e1 = 162.477 kN / m 2

Comme approximation supplémentaire, on admet qu'au lieu d'une répartition trapézoïdale la


pression est uniforme, on aura donc :
e 0 + e1
e =
2
1 6 2 .4 7 7 + 1 4 2 .9 1 5
e= = 1 5 2 .6 9 6 k N / m 2
2
e = 1 5 2 .6 9 6 k N / m 2

Cette valeur rapportée à l'extrados nous donne :

⎛ f ⎞
Ph = ⎜e k ⎟ ×a
⎝ f ⎠
2.56
Ph = 152.696 = 156.674 k N / m l
2.495
Ph = 156.674 kN / ml
Les réactions d'appuis au niveau de la naissance seront calculées en fonction du
rapport f /l en utilisant le tableau des coefficients (voir page 30)

Génie Civil 2007 ENP 75


Chapitre VIII Calcul du soutènement provisoire

f
l
=
2.49
8.64
= 0.28 ⇒ { α m = 0.01010
β m = − 0.01010 { α h = 0.4415
β h = − 0.1749

Les réactions d'appuis seront :

1. Sous charges verticales :

M V = α m PV l 2
MV = 0.01010×375.229×(8.642) = 283.04 kN .m
2

H V = α h PV l
HV = 0.4415 × 375.229 × 8.642 = 1431.66 kN
l
V V = PV
2
8.642
V V = 375.229 × = 1621.36k N
2
N V = H V
2
+ V V2
(1621.364 ) + (1431.664 )
2 2
NV = = 2162.98 k N
2. Sous charges horizontales:
h = β m p hl
2
M

M h = −0.01010×156.674×( 8.642) = −118.18 kN .m


2

H h = β h Ph l
H h = −0.1749 ×156.674 × 8.642 = −236.81kN
Vh = 0
Les sollcitations cumulées seront:
M f = MV + M h
H f = HV + H h
V f = VV + V h
M f = 283.039 − 118.18 = 164.85 kN .m
H f = 1431.664 − 236.81 = 1194.85 kN
V f = 1621.364 + 0 = 1621.36 k N

NB : Les contraintes ne seront contrôlées qu'à la naissance, l'influence favorable de la


charge horizontale étant négligée.
En possédant les valeurs du moment et de l'effort normal, les contraintes du cintre peuvent être
vérifiées à l'aide de la relation suivante :
NV M V
σ naissance = ± < σe
AV WV

Génie Civil 2007 ENP 76


Chapitre VIII Calcul du soutènement provisoire

H EB 240 ⇒ { AV = 1 0 2 c m 2
WV = 938 cm 3 }
2162.980 283.039
σ naissance = −4
+ −6
= 513804.19 kN / m 2
102 × 10 938 × 10
σ naissance = 513804.19 kN / m 2 > σ e = 240000 kN / m 2
Le profilé ne vérifie pas ; donc on procède a l’ajout de deux platines pour rigidifier la section de
l‘HEB de dimensions (2X20 cm)

• Calcul du moment d’inertie de la section totale (profilé + les deux platines) :


I xx = I x 1 + I x 2 + I x 3
b1 h13
I x1 = + S 1 y 12
12
( 0.01)( 0.206 )
3

+ ( 0.01)( 0.206 )( 0 ) = 7.84 × 10−6 m 4


2
I x1 =
12
I x 1 = 7.28×10−6 m 4
b 2 h 23
I x1 = + S 2 y 22
12
( 0.24 )( 0.017 )
3 2
⎛ 0.206 0.017 ⎞
Ix2 = + ( 0.017 )( 0.24 ) ⎜ + −5
⎟ = 5.079 × 10 m
4

12 ⎝ 2 2 ⎠
Ix3 = 5.079 ×10−5 m 4
I xx = 2 ( 5.079 ×10−5 ) + 7.284 ×10−6 = 1.126 ×10−4 m4
I xx = 1.126 × 10 −4 m 4
⎛ bh 3 ⎞
I p = 2⎜ +S y 2 ⎟
⎝ 12 ⎠
⎛ ( 0.02)( 0.20)3 ⎞
+ ( 0.02)( 0.20)( 0.0025) ⎟ = 2.67 ×10−5 m 4
2
I p = 2⎜
⎜ 12 ⎟
⎝ ⎠
I x 2 = 5.079 × 10−5 m 4
b 3 h 33
Ix3 = + S 3 y 32
12
( 0.24)( 0.017)
3 2
⎛ ⎛ 0.206 0.017 ⎞ ⎞
Ix3 = + ( 0.017)( 0.24) ⎜ − ⎜ + −5
⎟ ⎟ = 5.079 ×10 m
4

12 ⎝ ⎝ 2 2 ⎠⎠
I xxt = I xx + I p

I xxt = 1.126 × 10 −4 + 2.67 × 10 −5 = 1.393 × 10 −4 m 4

I xxt = 1.393 × 10 −4 m 4

AST = AS + ASP

Génie Civil 2007 ENP 77


Chapitre VIII Calcul du soutènement provisoire

AST =102×10−4 + 2( 20× 2) ×10−4 =182×10−4 m 2

I
W = xxt
z
1.393 × 10 − 4
W = = 1.166 × 10 − 3 m 3
0.12
W = 1.166 × 10−3 m3

HEB 240 + platines ⇒ { AV =182cm 2


WV =1166cm 3 }
2162.980 283.039
σ naissance = −4
+ −6
= 361478.33 kN / m 2
182 ×10 1166 × 10
σ naissance = 361478.33 kN / m 2 > σ e = 240000 kN / m 2

HEB 300 + platines ⇒ { AV =237.5cm2


WV =1944cm3 }
I xxt = I xx + I p
I xxt = 2.517 ×10−4 + 2.67 ×10−5 = 2.9 ×10−4 m 4
I xxt = 2.9 ×10−4 m 4

AST = AS + ASP
AST = 149 × 10−4 + 2 ( 2 × 22 ) ×10−4 = 237 × 10−4 m 4
AST = 237 × 10 −4 m 4
I xxt
W =
z
2.9 × 10 − 4
W = −2
= 1933 × 10 − 3 m 3
15 × 10
W =1933×10−3 m3

2162.980 283.039
σ naissance = −4
+ −6
= 237497.56 kN / m 2
237.5 × 10 1933 × 10

σ naissance = 237497.56 kN / m 2 < σ e = 240000 kN / m 2 Vérifié

Lorsque a = 0.5 m:

1⎛ n ⎞
Q0 = ⎜ ∑hiγi + q⎟
2 ⎝ i=1 ⎠
1
Q0 = ( 348.6 ) = 174.3 k N / m 2
2

Génie Civil 2007 ENP 78


Chapitre VIII Calcul du soutènement provisoire

Q 0 = 174.3 kN / m 2

1 ⎛ f ×l ⎞
ΔG = ⎜ k k γ h ⎟
2⎝ 3 ⎠
1 ⎛ 2 .5 6 × 8 .8 6 8 ⎞
ΔG = ⎜ 2 0 ⎟ = 7 5 .6 7 3 k N / m l
2⎝ 3 ⎠
Δ G = 75.673 kN / m l
174.3 × 8.868 + 75.673
pV = = 187.614 kN / ml
8.642
pV = 187.614 kN / ml
⎛ n ⎞ ⎛π ϕ ⎞ ⎛π ϕ ⎞
e0 = ⎜ ∑ hi γ i + q ⎟ tg 2 ⎜ − ⎟ − 2 C tg 2 ⎜ − ⎟
⎝ i =1 ⎠ ⎝4 2⎠ ⎝4 2⎠
⎛ π 20 ⎞ 2 ⎛π 20 ⎞
e0 = 348.6tg 2 ⎜ − ⎟ − 2 × 20 tg ⎜ − ⎟ = 142.915 kN / m
2

⎝4 2 ⎠ ⎝4 2 ⎠
e0 = 142.915 kN / m2
⎛ π 20 ⎞ 2 ⎛π 20 ⎞
e 1 = ( H + f ) γ htg 2 ⎜ − ⎟ − 2C tg ⎜ − ⎟
⎝4 2 ⎠ ⎝4 2 ⎠
⎛ π 20 ⎞ ⎛ π 20 ⎞
e1 = ⎡⎣( 5.5 + 3.5 + 3 + 4.93 + 2.495 ) × 20 ⎤⎦ tg 2 ⎜ − ⎟ − 2 × 20 tg 2 ⎜ − ⎟
⎝4 2 ⎠ ⎝4 2 ⎠
e1 = 162.477 kN / m2
e + e1
e = 0
2
162.477 + 142.915
e= = 152.696 kN / m2
2
e = 152.696 kN / m2
1 ⎛ fk ⎞
Ph = ⎜e ⎟
2 ⎝ f ⎠
2.56 1
Ph = 152.696 × = 78.337 k N / ml
2.495 2
Ph = 78.337 kN / ml
Les réactions d'appuis seront :
1. Sous charges verticales :
M V = α m PV l 2
MV = 0.01010 ×187.614 × ( 8.642) = 141.519 kN.m
2

MV = 141.519 kN .m
H V = α h PV l
HV = 0.4415 ×187.614 × 8.642 = 715.83 kN
HV = 715.83 kN

Génie Civil 2007 ENP 79


Chapitre VIII Calcul du soutènement provisoire

l
V V = PV
2
8.642
VV = 187.614 × = 810.68 kN
2
VV = 810.68 kN

N V = H V2 +V V2
( 715.83) + (810.68)
2 2
NV = = 1081.47 k N

2. Sous charges horizontales:


M h = β m phl 2
M h = −0.01010 × 78.337 × ( 8.642) = −59.09 kN .m
2

H h = β h Ph l
H h = −0.1749 × 78.337 × 8.642 = −118.40kN
Vh = 0
Les sollicitations cumulées seront:
M f = MV + M h
H f = HV + H h
V f = VV + Vh
H f = 715.83 − 118.405 = 597.42 kN et: M f = 141.519 − 59.090 = 82.42kN .m
V f = 810.68 + 0 = 810.68 k N
NV M V
σ naissance = ± < σe
AV WV
HEB 240 + platines ⇒ { AV =182 cm2
WV =1166 cm3 }
1081.478 141.519
σ naissance = −4
+ −6
= 180793.22 kN / m 2
182 ×10 1166 × 10
σ naissance = 180793.22 kN / m 2 < σ e = 240000 kN / m 2 Vérifié

HEB 260 ⇒ { AV =118 cm 2


WV =1148 cm 3 }
1081.478 141.519
σ naissance = −4
+ = 214925.06 kN / m 2
118 × 10 1148 × 10−2
σ naissance = 214925.06kN / m 2 < σ e = 240000 kN / m 2 Vérifié

B- Cas dynamique :

Sous la combinaison « 1,2G » :

Les réactions d'appuis seront :

Génie Civil 2007 ENP 80


Chapitre VIII Calcul du soutènement provisoire

1. Sous charges verticales :


MV = αm (1.2PV ) l 2
M V = 0.01010 × (1.2 × 375.229) × ( 8.642) = 339.64 kN .m
2

HV = αh (1.2PV ) l
HV = 0.4415 × (1.2 × 375.229 ) × 8.642 = 1718 k N
l
V V = (1.2PV )
2
8.642
V V = (1.2 × 375.229 ) × = 1945.63 k N
2
N V = H V2 +V V2

(1718) + (1945.63)
2 2
NV = = 1933.13 k N
2. Sous charges horizontales:
M h = β m (1.2Ph ) l 2
M h = −0.01010×(1.2×156.67) × ( 8.642) = −141.81kN .m
2

H h = βh (1.2Ph ) l
H h = −0.1749 × (1.2 ×156.67) × 8.642 = −284.16kN
Vh = 0
M f = MV + M h
Hf = HV + Hh
Vf =VV +Vh
M f = 339.64 − 141.81 = 197.83 kN .m
H f = 1718 − 284.16 = 1433kN
V f = 1945.63 + 0 = 1945.63 k N
N V MV
σ naissance = ± < 1.33σe
AV WV

HEB 300 + platines ⇒ {AV = 237.5cm 2


WV =1944cm 3 }
1933.13 339.64
σ naissance = −4
+ −6
= 256278.6 kN / m 2
237 × 10 1944 × 10
σ naissance = 185028.16kN / m 2 < 1.33 × 240000kN / m 2

σ naissance = 256278.6kN / m 2 < 319200kN / m 2 Vérifié

La contrainte est vérifiée, donc on adoptera ce profilé pour toute la suite des calculs

Génie Civil 2007 ENP 81


Chapitre VIII Calcul du soutènement provisoire

VIII.2.1.1 Portance maximale du soutènement P :


σe
P = PV
σs
σ
P = PV e : Pour l’acier du profilé.
σs
f bu
P = PV : Pour le béton projeté.
σbc
1. Pour l'acier du profilé:
240000
P = 375.22 = 431.50k N / m 2
208695.65
2. Pour le béton projeté:
14710
P = 375.22 = 367.96 k N / m 2
15000

VIII.2.1.2 Calcul du module de réaction élastique du sol:


Le module de réaction du sol sera défini par la formule suivante:
1 1 ⎡αa α⎤
= ⎢ + 0.133 ( 9a ) ⎥
K EM ⎣ 2 ⎦
Avec :
E = 100 Mpa
2
α=
3
a)Module de réaction élastique horizontale :

1 1 ⎡αa α⎤
= ⎢ + 0.133 ( 9a ) ⎥
Kh EM ⎣ 2 ⎦
a = m = 5.12 m (hauteur du cintre)
EM = αE
2
E M = (100 ) = 66.67 Mpa
3
⎡2 ⎤
1 1 ⎢ 3 ( 5.12 ) 0.67 ⎥
= 3 ⎢
+ 0.133 ( 9 × 5.12 ) ⎥ = 5.16 × 10−5 kN / m 2
K h 66.67 ×10 ⎢ 2 ⎥
⎣ ⎦
K h = 19343.53 kN / m 2

Le module calculé ci-dessus est un module linéique, la raideur des appuis élastiques à prendre en
compte dans le calcul est un fonction de la longer de la structure affectée à cet appui.
Pour un espacement de 1 mètre entre cintres : K h = 19343.53 kN / ml
b) Module de réaction élastique verticale :
1 1 ⎡αa α⎤
= ⎢ + 0.133 ( 9a ) ⎥
Kv E M ⎣ 2 ⎦
a = b = 9.69 m

Génie Civil 2007 ENP 82


Chapitre VIII Calcul du soutènement provisoire

⎡2 ⎤
1 1 ⎢ 3 ( 9.69 ) 0.67 ⎥
= 3 ⎢
+ 0.133 ( 9 × 9.69 ) ⎥ = 8.85 × 10−5 kN / m 2
K v 66.67 × 10 ⎢ 2 ⎥
⎣ ⎦
KV = 17094.01kN / m 2

Le module de réaction vertical linéique est égal à : KV = 17094.01kN / ml


VIII.2.1.3 Réparation des efforts sur les éléments de soutènement:

• Rigidité du cintre métallique:

HEB 300 + platines ⇒ {


AV = 237cm 2
WV =1944cm 3 }
a) à la compression:
E s = 2.1 × 10 8 kN / m 2
As
As ' =
a
a = 1m
Es As 237 ×10−4 × 2.1×108
Es As ' = = = 4.97 ×106 kN
a 1
b) à la flexion :
Es Is
Es Is ' =
a
Is
Is ' =
a
I s = 2.9 ×10−4 m 4
2.1× 108 × 2.9 × 10−4
EsIs' = = 2.78 × 104 k N
1
• Rigidité de la voûte en béton projeté :

a) à la compression:
E b Ab E
E b Ab ' = = b ( a × d 1 ) = d 1 E b = θ N E s As
a a
Eb Ab '
θN =
Es As
E ×d
θN = b 1
Es × As '
E b = 1100f cj

f c 28 = 25 M Pa
f cj = 0 . 685 f c 28 log (j + 1)

Génie Civil 2007 ENP 83


Chapitre VIII Calcul du soutènement provisoire

f cj = 0.685 × 25 log ( 28 + 1) = 25.043MPa


E b = 1100 × 25.043 = 27547.92M Pa
27547.92 × 0.2
θN = = 0.011
2.1×108 × 237 ×10−4
b) à la flexion
E b I b E b ad 13 d3
Eb Ib ' = = × = E b 1 = θM E s I s '
a a 12 12
E bIb'
θ M =
E sI s
E b d 13
θM =
12 (E s I s ' )
27547.92 × ( 0.2 )
3

θM = = 0.0067
(
12 2.78 × 104 )
VIII.2.1.4 Rigidité du soutènement provisoire:
Vérification des contraintes :

1. Sous la combinaison « G » :
a) à la compression:
Les efforts agissant sur chaque élément de soutènement:

• Dans les cintres:


3
Ms = M
3 + θM
3
Ns = N
3 + θN
3
Ts = T
3 + θN
•Dans le béton projeté:
θM
M bt = M
3 + θM
θN
Nbt = N
3 +θN
θ
Tbt = N T
3 +θN
VIII.2.1.4.1 Dans les cintres:

• En pieds droits :

L'effort normal maximum et le moment dans les cintres:

M = 30.47 kN .m
N max = 2946.56 k N

Génie Civil 2007 ENP 84


Chapitre VIII Calcul du soutènement provisoire

3
Ms = (16.04 ) = 16 kN .m
3 + 0.0067
3
Ns = ( 2946.56 ) = 2935.79 k N
3 + 0.011
Fibre tendue:
⎛ Ns Ms ⎞
σs = γ f ⎜ m ⎟
⎝ A HEB 300 W HEB 300 ⎠
4 ⎛ 2935.79 16 ⎞
σs = ⎜ − ⎟ = 154190.35kN / m
2

3 ⎝ 237 ×10−4 1944 ×10−6 ⎠


σ naissance = 154190.35 kN / m 2 < σ e = 240000 kN / m 2 Vérifié
Fibre comprimée:
4 ⎛ 2935.79 16 ⎞
σs = ⎜ −4
+ −6 ⎟
= 176138.22kN / m 2
3 ⎝ 237 ×10 1944 ×10 ⎠
σ naissance = 176138.22 kN / m 2 < σ e = 240000 kN / m 2 Vérifié

• En voûte :
1er cas :
Le moment maximum et l'effort normal dans les cintres:
N = 864.04 kN
M max = 121.50kN .m
3
Ms = (121.5) = 121.23 kN .m
3 + 0.0066
3
Ns = (864.04 ) = 860.88kN
3 + 0.011
Fibre tendue:
4 ⎛ 860.88 121.23 ⎞
σs = ⎜ −4
− −6 ⎟
= −34716.08kN / m 2
3 ⎝ 237 ×10 1944 ×10 ⎠
σ s = −34716.08 kN / m 2 < σ e = 240000 kN / m 2 Vérifié
Fibre comprimée:
4 ⎛ 860.88 121.23 ⎞
σs = ⎜ −4
+ −6 ⎟
= 131580.21kN / m 2
3 ⎝ 237 ×10 1944 ×10 ⎠
σ naissance = 131580.21kN / m 2 < σ e = 240000 kN / m 2 Vérifié

2eme cas :
L'effort normal maximum et le moment dans les cintres:
N max = 2691.63 kN
M = 30.47 kN .m
3
Ms = ( 30.47 ) = 29.80 kN .m
3 + 0.0067
3
Ns = ( 2691.63) = 2681.79 k N
3 + 0.011
Fibre tendue:
Génie Civil 2007 ENP 85
Chapitre VIII Calcul du soutènement provisoire

4 ⎛ 2681.79 29.80 ⎞
σs = ⎜ −4
− −6 ⎟
= 130435.68kN / m 2
3 ⎝ 237 ×10 1944 ×10 ⎠
σ naissance = 130435.68 kN / m 2 < σ e = 240000 kN / m 2 Vérifié
Fibre comprimée:

4 ⎛ 2681.79 29.80 ⎞
σs = ⎜ −4
+ −6 ⎟
= 17131358kN / m 2
3 ⎝ 237 ×10 1944 ×10 ⎠
σ naissance = 171313.58 kN / m 2 < σ e = 240000 kN / m 2 Vérifié

VIII.2.1.4.2 Dans Le béton:


θM
M bt = M
3 + θM
θN
N bt = N
3 + θN
θ
T bt = N T
3 + θN
• En pieds droits :

L'effort normal maximum et le moment dans les cintres:


N max = 2946.56 kN
M = 16.04 kN .m
0.0067
M bt = (16.04 ) = 0.035 kN .m
3 + 0.0067
0.011
N bt = ( 2946.56 ) = 10.76 k N
3 + 0.011
Vérification de béton projeté :

Le calcul sera identique pour les inerties et les sections que précédemment.
La vérification sera faite à l'ELU et à l'ELS. Nous calculerons d'abord l'inertie et la section
équivalente béton projeté/treillis soudé :
2
bh 3 ⎛h ⎞
I equ = + 15A s ⎜ − d ⎟
12 ⎝2 ⎠
Aequ = bh + 15A s
b : largeur de la section de béton projeté.
h : l'épaisseur de la section de béton projeté
As =6 8=3.02 cm2 (section d'acier en treillis soudé 15x15cm2, pour un espacement de cintre de 1
mètre)
d: distance entre l'axe neutre du treillis soudé et la fibre extrême du béton projeté égal à 16cm.
⎛Nb Mb ⎞
σb = γ ⎜ ± ⎟ < f bu
⎝ b
A W b ⎠
b = 1 m
h = 0 . 18 m
d = 0 . 16 m

Génie Civil 2007 ENP 86


Chapitre VIII Calcul du soutènement provisoire

3.14 ( 0.008)
2

A s = 6φ 8 = 6 = 3.02 cm 2
4
As = 3.02cm 2

1× ( 0.18)
3 2
⎛ 0.18
−4 ⎞
I eq = + 15 × 3.02 ×10 × ⎜ − 0.16 ⎟ = 5.08 ×10−4 m 4
12 ⎝ 2 ⎠
I eq = 5.08×10−4 m4
(
Aeq = (1× 0.18) + 15 × 3.02 ×10−4 = 0.1845 m 2 )
Aeq = 0.1845 m 2
Fc 28 = 25M Pa
γ b = 1.35
F
Fbu = 0.85 c 28
γs
25
Fbu = 0.85 = 14.17 M Pa
1.5
ELU:
Fibre comprimée:
⎛N M ⎞
σ b = γ b ⎜ b + b ⎟ < Fbu
⎝ A W ⎠
⎛ 10.76 0.035 ⎞
σ b = 1.35 ⎜ + ⎟ = 89.43 kN / m
2

⎝ 1 × 0.18 0.0054 ⎠

σ b = 89.43 kN / m 2 < Fbu = 14170 kN / m 2 Vérifié

Fibre tendue:
⎛Nb Mb ⎞
σb = γb ⎜ − < σs
⎜ Aeq W eq ⎟⎟
⎝ ⎠
F
σs = e
γs
240000
σs = = 208695.65 kN / m 2
1.15
⎛ 10.76 0.035 ⎞
σ b = 1.35 ⎜ − ⎟ = 70.28 kN / m
2

⎝ 0.1845 0.0056 ⎠

σ b = −39.63 kN / m 2 < σ s = 208695.65 kN / m 2 Vérifié

ELS:
Fibre comprimée:
⎛Nb Mb ⎞
σb = γb ⎜ + < σ bc
⎝ A W ⎟⎠
σ bc = 0.6 f c 28

Génie Civil 2007 ENP 87


Chapitre VIII Calcul du soutènement provisoire

σ bc = 0.6 ( 25 ) = 15 MPa
⎛ 10.76 0.035 ⎞
σ b = 1.35 ⎜ + ⎟ = 89.43 kN / m
2

⎝ 1× 0.18 0.0054 ⎠
σb = 89.43kN / m 2 < σbc = 15000kN / m 2 Vérifié
Fibre tendue:
⎛N M ⎞
σb = γb ⎜ b − b ⎟ < σs
⎜ A eq W eq ⎟
⎝ ⎠
⎛2 ⎞
σ s = min ⎜ f e ,110 η f c 28 ⎟ = 201.63 MPa
⎝3 ⎠
η = 1.6
⎛ 10.76 0.035 ⎞
σb = 1.35 ⎜ − ⎟ = 70.28 kN / m
2

⎝ 0.1845 0.0056 ⎠
σ b = −39.63 kN / m 2 < σ s = 201630 kN / m 2 Vérifié
• En Voûte :
1er cas :
Le moment maximum et l'effort normal correspondant
N = 864.04 kN
M max = 121.50kN .m
0.0067
M bt = (121.50 ) = 0.26 kN .m
3 + 0.0067
0.011
N bt = (864.04 ) = 3.15 k N
3 + 0.011
ELU:
Fibre comprimée:
⎛N M ⎞
σ b = γ b ⎜ b + b ⎟ < Fbu
⎝ A W ⎠
⎛ 3.15 0.26 ⎞
σ b = 1.35 ⎜ + ⎟ = 88.66 kN / m
2

⎝ 1× 0.18 0.0054 ⎠
σ b = 88.66kN / m 2 < Fbu = 14170kN / m 2 Vérifié
Fibre tendue:
⎛Nb Mb ⎞
σb = γb ⎜ − ⎟⎟ < σ s
⎜A W
⎝ eq eq ⎠
⎛ 3.15 0.26 ⎞
σ b = 1.35 ⎜ − ⎟ = −39.63 kN / m
2

⎝ 0.1845 0.0056 ⎠
σb = −39.63 kN / m 2 < σ s = 208695.65 kN / m 2 Vérifié
ELS:
Fibre comprimée:
⎛N M ⎞
σ b = γ b ⎜ b + b ⎟ < σ bc
⎝ A W ⎠

Génie Civil 2007 ENP 88


Chapitre VIII Calcul du soutènement provisoire

⎛ 3.15 0.26 ⎞
σ b = 1.35 ⎜ + ⎟ = 88.66 kN / m
2

⎝ 1× 0.18 0.0054 ⎠
σb = 88.66kN / m2 < σbc =15000kN / m2 Vérifié
Fibre tendue:
⎛ 3.15 0.26 ⎞
σ b = 1.35 ⎜ − ⎟ = −39.63 kN / m
2

⎝ 0.1845 0.0056 ⎠
σ b = 56.98kN / m 2 < σ s = 201630 kN / m 2 Vérifié
eme
2 cas :
L'effort normal maximum et le moment dans les cintres:
N max = 2691.63 kN
M = 30.47 kN .m
0.0067
M bt = ( 30.47 ) = 0.067 kN .m
3 + 0.0067
0.011
N bt = ( 2691.63) = 9.83 k N
3 + 0.011
ELU:

Fibre comprimée:
⎛ 9.83 0.067 ⎞
σ b = 1.35 ⎜ + ⎟ = 90.47 kN / m
2

⎝ 1× 0.18 0.0054 ⎠
σ b = 90.47kN / m 2 < Fbu = 14170kN / m 2 Vérifié

Fibre tendue:
⎛ 9.83 0.067 ⎞
σ b = 1.35 ⎜ − ⎟ = 56.98 kN / m
2

⎝ 1× 0.18 0.0054 ⎠
σ b = 56.98kN / m 2 < σ s = 208695.65 kN / m 2 Vérifié

ELS:
Fibre comprimée:
⎛ 9.83 0.067 ⎞
σ b = 1.35 ⎜ + ⎟ = 90.47 kN / m
2

⎝ 1 × 0.18 0.0054 ⎠
σb = 90.47 kN / m 2 < σbc = 15000kN / m 2 Vérifié
Fibre tendue:
⎛ 9.83 0.067 ⎞
σ b = 1.35 ⎜ − ⎟ = 56.98 kN / m
2

⎝ 1× 0.18 0.0054 ⎠
σb = 56.98kN / m 2 < σs = 201630 kN / m 2 Vérifié
Sous la combinaison «1.2 G » :

a) à la compression:
1. Dans l'acier :
•En pieds droits :

Génie Civil 2007 ENP 89


Chapitre VIII Calcul du soutènement provisoire

Le moment maximum et l'effort normal dans les cintres:


M = 19.25 kN .m
N max = 3535.87 kN
3
Ms = (19.25) = 19.20 kN .m
3 + 0.0066
3
Ns = ( 3535.87 ) = 3522.95 k N
3 + 0.011
Fibre tendue:
⎛ Ns Ms ⎞
σs = γ f ⎜ m ⎟
⎝ A HEB 300 W HEB 300 ⎠
4 ⎛ 3522.95 19.20 ⎞
σs = ⎜ −4
− −6 ⎟
= 185028.16kN / m 2
3 ⎝ 237 ×10 1944 ×10 ⎠
σ naissance = 185028.16kN / m 2 < 1.33 × 240000kN / m 2
σ naissance = 185028.16kN / m 2 < 319200kN / m 2 Vérifié
Fibre comprimée:
4 ⎛ 3522.95 19.20 ⎞
σs = ⎜ −4
+ −6 ⎟
= 211365.61kN / m 2
3 ⎝ 237 ×10 1944 ×10 ⎠
σ naissance = 211365.61kN / m 2 < 319200kN / m 2 Vérifié
• En voûte :

1ercas :
Le moment maximum et l'effort normal dans les cintres:
N = 1015.80 kN
M max = 145.80kN .m
3
Ms = (145.80 ) = 145.47 kN .m
3 + 0.0067
3
Ns = (1015.80 ) = 1012.08 k N
3 + 0.011
Fibre tendue:
4 ⎛ 1012.08 145.08 ⎞
σs = ⎜ −4
− −6 ⎟
= −32126.45kN / m 2
3 ⎝ 237 ×10 1944 ×10 ⎠
σnaissance = −32126,45 kN / m 2 < 319200kN / m 2 Vérifié
Fibre comprimée:
4 ⎛ 1012.08 145.08 ⎞
σs = ⎜ −4
+ −6 ⎟
= 117534.03kN / m 2
3 ⎝ 237 ×10 1944 ×10 ⎠
σ naissance = 177534.03kN / m 2 < 319200kN / m 2 Vérifié

2eme cas :
L'effort normal maximum et le moment dans les cintres
N max = 3229.12 kN
M = 36.43 kN .m

Génie Civil 2007 ENP 90


Chapitre VIII Calcul du soutènement provisoire

3
Ms = ( 36.43) = 36.34 kN .m
3 + 0.0067
3
Ns = ( 3229.12 ) = 3217.32 k N
3 + 0.011

Fibre tendue:
4 ⎛ 3217.32 36.34 ⎞
σs = ⎜ −4
− −6 ⎟
= 156077.97kN / m 2
3 ⎝ 237 × 10 1944 × 10 ⎠
σ naissance = 156077.97kN / m 2 < 319200kN / m 2 Vérifié
Fibre comprimée:
4 ⎛ 3217.32 36.34 ⎞
σs = ⎜ −4
+ −6 ⎟
= 205927.08kN / m 2
3 ⎝ 237 × 10 1944 × 10 ⎠
σ naissance = 205927.08kN / m 2 < 319200kN / m 2 Vérifié
2. Dans le béton :

• En pieds droits :

N max = 3535.87 k N
M = 19.25 kN .m
0.0067
M bt = (19.25) = 0.042 kN .m
3 + 0.0067

0.011
N bt = ( 3535.87 ) = 12.17 k N
3 + 0.011
ELU:
Fibre comprimée:
⎛N M ⎞
σ b = γ ⎜ b ± b ⎟ < f bu
⎝ Ab W b ⎠
⎛ 12.17 0.042 ⎞
σ b = 1.35 ⎜ + ⎟ = 101.78 kN / m
2

⎝ 1 × 0.18 0.0054 ⎠
σ b = 101.78 kN / m < Fbu = 14170 kN / m 2
2
Vérifié
Fibre tendue:
⎛ 12.17 0.042 ⎞
σ b = 1.35 ⎜ − ⎟ = 78.92 kN / m
2

⎝ 0.1845 0.0056 ⎠
σ b = 78.92kN / m < σ s = 208695.65 kN / m 2
2
Vérifié
ELS:
Fibre comprimée:
⎛ 12.17 0.042 ⎞
σ b = 1.35 ⎜ + ⎟ = 101.78 kN / m
2

⎝ 1× 0.18 0.0054 ⎠
σ b = 101.78 kN / m 2 < σ bc = 15000kN / m 2 Vérifié
Fibre tendue:
⎛ 12.17 0.042 ⎞
σ b = 1.35 ⎜ − ⎟ = 78.92 kN / m
2

⎝ 0.1845 0.0056 ⎠

Génie Civil 2007 ENP 91


Chapitre VIII Calcul du soutènement provisoire

σ b = −50.07 kN / m 2 < σ s = 201630 kN / m 2 Vérifié


En voûte:
1er cas:
Le moment maximum et l'effort normal dans les cintres:
N = 1015.24 k N
M max = 145.80kN .m
0.0067
M bt = (145.80 ) = 0.32 kN .m
3 + 0.0067
M bt = 0.32 kN .m
0.011
N bt = (1015.24 ) = 3.70 k N
3 + 0.011
N bt = 3.70 k N
ELU:
Fibre comprimée:
⎛ 3.70 0.32 ⎞
σ b = 1.35 ⎜ + ⎟ = 79.80 kN / m
2

⎝ 1× 0.18 0.0054 ⎠
σ b = 79.80 kN / m 2 < Fbu = 14170 kN / m 2 Vérifié

Fibre tendue:
⎛ 3.7 0.32 ⎞
σ b = 1.35 ⎜ − ⎟ = −50.07 kN / m
2

⎝ 0.1845 0.0056 ⎠
σb = −50.07 kN / m 2 < σ s = 208695.65 kN / m 2 Vérifié
ELS:
Fibre comprimée:
⎛ 3.7 0.32 ⎞
σ b = 1.35 ⎜ + ⎟ = 79.80 kN / m
2

⎝ 1× 0.18 0.0054 ⎠
σ b = 79.80 kN / m 2 < σ bc = 15000kN / m 2 Vérifié
Fibre tendue:
⎛ 3.7 0.32 ⎞
σ b = 1.35 ⎜ − ⎟ = −50.07 kN / m
2

⎝ 0.1845 0.0056 ⎠
σ b = −50.07 kN / m 2 < σ s = 201630 kN / m 2 Vérifié
2eme cas :
L'effort normal maximum et le moment dans les cintres:
N max = 3229.12 k N
M = 36.43 kN .m
0.0067
M bt = ( 36.34 ) = 0.08 kN .m
3 + 0.0067
0.011
N bt = ( 3229.12 ) = 11.79 k N
3 + 0.011
ELU:
Fibre comprimée:

Génie Civil 2007 ENP 92


Chapitre VIII Calcul du soutènement provisoire

⎛ 11.79 0.08 ⎞
σ b = 1.35 ⎜ + ⎟ = 108.46 kN / m
2

⎝ 1 × 0.18 0.0054 ⎠
σ b = 108.46 kN / m 2 < Fbu = 14170 kN / m 2 Vérifié
Fibre tendue:
⎛ 11.79 0.08 ⎞
σ b = 1.35 ⎜ − ⎟ = 68.46 kN / m
2

⎝ 1 × 0.18 0.0054 ⎠
σ b = 68.46kN / m < σ s = 208695.65 kN / m 2
2
Vérifié
ELS:
Fibre comprimée:
⎛ 11.79 0.08 ⎞
σ b = 1.35 ⎜ + ⎟ = 108.46 kN / m
2

⎝ 1 × 0.18 0.0054 ⎠
σb = 108.46kN / m2 < σbc = 15000kN / m2 Vérifié
Fibre tendue:
⎛ 11.79 0.08 ⎞
σ b = 1.35 ⎜ − ⎟ = 66.97 kN / m
2

⎝ 0.1845 0.0056 ⎠
σb = 66.97kN / m2 < σs = 201630 kN / m2 Vérifié

VIII.2.1.4 Vérification au cisaillement :

a) Vérification du cintre au cisaillement :


T ×a ×S σ
τ < γf < e
I ×δ 1.54
Ix : Moment d‘inertie du profilé.
S : Moment statique de la demi-section suivant x
δ : Epaisseur de lame du profilé.
3
T smax = T
3 + θN
Moment statique de la demi-section suivant x :
Sxx = A1y1+A2y2
A1 = ( 30 ×1.9 ) = 57cm 2
A 2 = (14.05 ×1.1) = 15.45cm 2
y 1 = 14.05 m
y 1 = 5.05 m
S xx = ( 57 ×14.05) + (15.45 × 5.05 ) = 878.87 cm 3
1. Sous la combinaison « G »:
3
T smax = T
3 + θN
3
T smax = ( 414.71) = 413.19 k N
3 + 0.011
4 ⎛ 413.19 × 878.87 × 10−6 × 1 ⎞
τ= ⎜ −4 −2 ⎟ = 151782.77 kN / m
2

3 ⎝ 2.9 × 10 × 1.1× 10 ⎠

Génie Civil 2007 ENP 93


Chapitre VIII Calcul du soutènement provisoire

240000
τ = 151782.77kN / m 2 < = 155844.15 kN / m 2 Vérifié
1.54

2. Sous la combinaison « 1.2G »:


3
T smax = T
3 + θN
3
T smax = ( 497.65) = 495.83 k N
3 + 0.011
4 ⎛ 495.83 × 878.87 × 10−6 × 1 ⎞
τ= ⎜ −4 −2 ⎟ = 182141.51kN / m
2

3 ⎝ 2.9 × 10 × 1.1× 10 ⎠
240000
τ = 182141.51kN / m 2 < 1.33 = 207272.72 kN / m 2 Vérifié
1.54
b) Vérification du béton projeté au cisaillement :
T max
τ = b ≤ τu
ad
1. Sous la combinaison « G » :
9
d = h = 16 cm (Hauteur utile de la section)
10
⎛ f ⎞
τ u = min ⎜ 0.15 c 28 , 4MPa ⎟ = 2.5 kN / m 2 (Fissuration préjudiciable)
⎝ γb ⎠
γ b = 1.5
θN
T bmax = T
3 + θN
0.011
T bmax = ( 414.71) = 1.51k N
3 + 0.011
1.51
τ= = 9.46kN / m 2
1× 0.16
τ = 9.46 ≤ τ u = 2500 kN / m 2 Vérifié
2. Sous la combinaison « 1.2G »:
0.011
T bmax = ( 497.65) = 1.81k N
3 + 0.011
1.81
τ= = 11.33kN / m 2
1× 0.16
τ = 11.36 kN / m 2 ≤ τu = 2500kN / m 2 Vérifié

c) Vérification des assemblages:


Afin de faciliter la mise en place des profilés, les cintres seront composés de plusieurs éléments
assemblés entre eux, (assemblage boulonné).
L'assemblage sera vérifié avec les sollicitations maximales obtenues dans le cintre.

Données :
On utilise les boulons de type HR 8 φ 27

Génie Civil 2007 ENP 94


Chapitre VIII Calcul du soutènement provisoire

A r = 561mm 2 (Section de la partie filetée)


σ eb = 640000 kN / m 2
(Limite d'élasticité des boulons)
T b ≤ T a = 1.1ϕ0 ( N 0 − N N )
ϕ : Coefficient de frottement pour une surface simplement brossée.
N 0 = 0.8σ eb A r
N 0 : L’effort de précontrainte dans les boulons.
N 0 = 0.8 × 640000 × 561×10−6 = 287.23 k N
N smax 2945,84
NN = = = 368, 23k N
n 8
L'effort du cisaillement dû à T smax exercé sur chaque boulon:
1. Sous la combinaison « G »:
T max 413.19
Tb = s = = 51.64 k N
n 8
T b ≤ T a = 1.1ϕ0 ( N 0 − N N )
51.64 > 1.1× 0.3 × ( 287.23 − 368.23) = 26.73kN Non vérifié, donc on augmente le nombre de
boulons ou on change la section de la partie filetée :
On prend HR 8 φ 35
A r = 1074mm 2
N 0 = 0.8 × 640000 × 314 ×10−6 = 160.76 k N
N 0 = 0.8 × 640000 ×1074 ×10−6 = 550.22 k N
51.64 < 1.1× 0.3 × ( 550.22 − 368.23) = 60.05kN Vérifié
2. Sous la combinaison « 1.2G »:
N max 3229
NN = s = = 403.62k N
n 8
T max 495.83
Tb = s = = 61.97 k N
n 8
N 0 = 0.8 ×1.33 × 640000 ×1074 ×10−6 = 731.35k N
61.97 < 1.1× 0.3× ( 731.35 − 403.62) = 108.15kN Vérifié
VIII.3 CALCUL DES CHARGES AGISSANT SUR LA GALERIE :
Calcul de la pression verticale active descendante sur la galerie:

1. Théorie de BIERBAÜMER:
La poussée verticale est donnée par: σv = γ h = γα H
Section fer à cheval:
⎛ π 20 ⎞
B = 3 + 2 × 3.5tg ⎜ − ⎟ = 7.90m
⎝4 2 ⎠
⎛ π 20 ⎞
B = 3 + 2 × 3.5tg ⎜ − ⎟ = 7.90m
⎝4 2 ⎠
La couverture H=18.55m
Coefficient de réparation :

Génie Civil 2007 ENP 95


Chapitre VIII Calcul du soutènement provisoire

H tg ϕ K a
α = 1−
B
⎛π ϕ ⎞
Htg ϕtg 2 ⎜ − ⎟
α = 1− ⎝4 2⎠
B
⎛ π 20 ⎞
18.55 × tg 20tg 2 ⎜ − ⎟
α = 1− ⎝ 4 2 ⎠ = 0.57
7.90
h = α H = 0.57 × 18.55 = 10.64m
σv = 20 ×10.64 = 212.87kN / m 2

2. Méthode de TERZAGHI :

La poussée horizontale est donnée par:


σ h = 0 .3 × 2 0 × (0 .5 × 3 .5 + 4 .3 8 )= 3 6 .7 8 k N / m 2

b
H =
2 s in ϕ
P

3
HP = = 4.38 m
2sin 20

σh = 0.3× 20×( 0.5×3.5 + 4.38) = 36.78kN / m 2

Les charges agissant sur la galerie


Pression verticale Pression horizontale

σv = 212.87 kN / m 2 σ h = 36.78 kN / m 2

Génie Civil 2007 ENP 96


Chapitre VIII Calcul du soutènement provisoire

Figure VIII.2 Disposition des deux platines

Figure VIII.3 Schéma de calcul des inerties

Génie Civil 2007 ENP 97


Chapitre VIII Calcul du soutènement provisoire

Figure VIII.4 Dispositif assemblage du cintre sur la culée de béton

Génie Civil 2007 ENP 98


Chapitre IX
Chapitre IX Calcul du revêtement définitif

Calcul du revêtement définitif

IX.1 Détermination du chargement actif agissant sur le revêtement définitif : 

IX.1.1 ETUDE STATIQUE : 

Selon TERZAGHI la largeur de la voûte de décharge B, est calculée en fonction des


caractéristiques mécaniques des couches:
⎛π ϕ ⎞
B = b + 2mtg ⎜ − ⎟
⎝4 2⎠
⎛ 20 ⎞
→ B = 9 , 7 6 + 2 × 8 .5 7 tg ⎜ 4 5 − ⎟ = 2 1 .7 6 m
⎝ 2 ⎠
La couverture H=17,13 m
Le coefficient de poussée active K
La contrainte verticale est donnée par :
Couche 1: Argile calcaireuse jaunâtre
C = 20K N / m 2
,ϕ = 20 0 ,γ h = 20K N / m 3

σv1 =
( 2 1 .7 6 × 20 − 2 × 20 ) ⎡ _ ( 2 × 1 × 5 ,5 × tg 2 0 )
⎤ _ ( 2 × 1 × 5 ,5 × tg 2 0 )

⎢1 − e 2 1 .7 6
⎥ + 1 0e 2 1 .7 6
2 × 1 × tg 2 0 ⎣⎢ ⎦⎥
σ v 1 = 1 2 3 .4 6 k N / m 2

Couche 2: Sable d’oued avec grain et galet


C = 0, ϕ = 20 0 , γ h = 20 K N / m 3

σv 2 =
( 2 1 .7 6 × 2 0 − 2 × 0 ) ⎡1 − e _ ( 2 ×121.76
× 3,5 ×tg 20 )

+ 12 3.4 6e
_ ( 2 ×1× 3,5 ×tg 2 0 )

⎢ ⎥ 21 .76
2 × 1 × tg 2 0 ⎢⎣ ⎥⎦
σ v 2 = 175.84 kN / m 2
Couche 3: Argile calcaireuse jaunâtre très compacte
C = 20K N / m 2 ,ϕ = 200 , γ h = 20K N / m 3

σv 3 =
( 21.76 × 20 − 2 × 20 ) ⎡1 − e _ ( 2×1×21.76
7,93×tg 20 )

+ 175.84e
_ ( 2×1×7,93×tg 20 )

⎢ ⎥ 21.76
2 × 1 × tg 20 ⎢⎣ ⎥⎦
σ v 3 = 261.4 kN / m 2
1. Détermination des charges horizontales:
Au niveau de la calotte:
Couche 3:
C = 0 ; ϕ = 200 ; H = 7.93 m
K 0 = (1 − sin ϕ ) X 1X 2 X 3
σ h1 = K 0σv
K0 : Coefficient des terres au repos
X 1 = 0.70 ; X 2 = 1.00 ; X 3 = 0.70
K 0 = (1 − sin 20 ) × 0.70 × 1.00 × 0.70 = 0.322

Génie Civil 2007 ENP 99


Chapitre IX Calcul du revêtement définitif

σ h 1 = 0.322 × 261.4 = 84.17 kN / m 2


σ h 1 = 84.17 kN / m 2
Au niveau de du radier:
σ h = σ h1 + σ h 2

σ h 2 = m γ × K a − 2C K a
⎛π ϕ ⎞ ⎛π ϕ ⎞
σ h 2 = m γ × tg 2 ⎜ − ⎟ − 2Ctg ⎜ − ⎟
⎝4 2⎠ ⎝4 2⎠
⎛π ϕ ⎞
K a = tg 2 ⎜ − ⎟
⎝4 2⎠
⎛ π 20 ⎞ ⎛ π 20 ⎞
σ h 2 = 8.57 × 20 × tg 2 ⎜ − ⎟ − 2 × 20tg ⎜ − ⎟
⎝4 2 ⎠ ⎝4 2 ⎠
σ h 1 = 56.03 kN / m 2

σ h = 56.03 + 84.17 = 140.20 kN / m 2


Méthode de TERZAGHI:
σ h = 0.3γ ( 0.5 m + H P )
b
H =
2 s in ϕ
P

9.76
HP = = 14.26 m
2sin 20
σ h = 0.3 × 20 × ( 0.5 × 8.57 + 14.26 ) = 111.27 kN / m 2
σ h = 111.27 + 0.2 (111.27 ) = 133.52 kN / m 2
Cas de long terme:
C
σ h = K 0σ v 3 −
tg ϕ
20
σ h = 0.322 × 261.4 − = 29.22 kN / m 2
tg 20
σ h = 29.22 kN / m 2
Pour plus de sécurité, en négligera de préférence la cohésion "C "
0
σ h = 0.322 × 261.4 − = 84.17 kN / m 2
tg 20
σ h = 84.17 kN / m 2
Cas de court terme:
σ h = K aσv − 2C K a
⎛ π 20 ⎞
K a = tg 2 ⎜ − ⎟ = 0.49
⎝4 2 ⎠
σ h = 0.49 × 261.4 − 2 × 20 0.49 = 100.08 kN / m 2
σ h = 100.08 kN / m 2
2. Calcul de la pression active agissant au niveau du radier:
Application de la méthode de TSIMBARIEVITCHE:

Génie Civil 2007 ENP 100


Chapitre IX Calcul du revêtement définitif

1- Poussé des terres:


3
P = ∑γ
i =1
i h i +q i

P = ⎡⎣ h1γ 1 + h2γ 2 + h3γ 3 + h4 (γ 3 + γ w ) + q ⎤⎦


P = ⎡⎣ ( 5.5 × 20 ) + ( 3.5 × 20 ) + ( 3 × 20 ) + 4.93 ( 20 + 10 ) + 10⎤⎦ = 403.9 k N / m 2
2- Coefficient de poussée:
⎛π ϕ ⎞
K a = tg 2 ⎜ − ⎟ = 0.49
⎝4 2⎠
3- Coefficient de butée:
⎛π ϕ ⎞
K p = tg 2 ⎜ + ⎟ = 2.039
⎝4 2⎠
4- profondeur Z ou e a = e b :
ea= eb → poussée = butée
La formule soviétique expérimentale donne :

Z =
(
PK a − 2C K P − K a )
γ (K P − K a )

Z =
403.90 × 0.49 − 2 × 20 ( 2.039 − 0.49 ) = 5.45 m
20 ( 2.039 − 0.49 )
γZ γZ 2
E = Ea − Eb = ( Z + 2H ) K a − Kp
2 2
γZ ⎛π ϕ ⎞ γZ 2 2⎛π ϕ ⎞
E = Ea − Eb = ( Z + 2 H ) tg ⎜ − ⎟ − 2
tg ⎜ + ⎟
2 ⎝ 4 2 ⎠ 2 ⎝ 4 2 ⎠
E : Module de déformation.
20 ⎞ 20 × ( 5.45) 2 ⎛ π 20 ⎞
2
20 × 5.45 2 ⎛π
E = ( 5.45 + 2 × 17.13) tg ⎜ − ⎟ − tg ⎜ + ⎟
2 ⎝4 2 ⎠ 2 ⎝4 2 ⎠
E = 455.95 kN / m 3

2E ⎛π ϕ ⎞
P0 = sin 2 ⎜ − ⎟
cos ϕ ⎝4 2⎠
P0 : Pression de terre au repos.
2 × 455.95 2 ⎛ π 20 ⎞
P0 = sin ⎜ − ⎟ = 319.25 k N / m 3
cos 20 ⎝4 2 ⎠
P0 = 319.25 kN / m 3

Z
Y =
⎛π ϕ ⎞
tg ⎜ − ⎟
⎝ 4 2 ⎠
5 .4 5
Y = = 7 .7 8 m
⎛π 20 ⎞
tg ⎜ − ⎟
⎝ 4 2 ⎠
La contrainte provoquée sous le radier sera égale à :
P
σ= 0
Y

Génie Civil 2007 ENP 101


Chapitre IX Calcul du revêtement définitif

319.25
σ= = 41.03 kN / m 2
7.78
σ = 41.03 kN / m 2
Vérification au non soulèvement:
P0 4C
≤ ( 2 + sin ϕ ) cos ϕ
Y 1 − sin ϕ
319.25 4 × 20
≤ ( 2 + sin 20) cos 20
7.78 1 − sin 20
41.03 kN / m 2 ≤ 267.56 kN / m 2 Vérifiée

La condition de non soulèvement est vérifiée

Chargement actif agissant sur le revêtement définitif

Au niveau de la calotte Au niveau du radier

Verticale horizontale Verticale horizontale

σV = 261.4 kN / m2 σ h = 84.17 kN / m2 σV = 41.03 kN / m2 σ h = 111.27 kN / m2

A) Calcul de la pression vertical active descendante sur la galerie de reconnaissance:


Théorie de BIERBAÜMER:
La poussée verticale est donnée par: σv = γ h = γα H
Section fer à cheval:
⎛ π 20 ⎞
B = 2.75 + 2 × 3.25tg ⎜ − ⎟ = 7.47 m
⎝4 2 ⎠
La couverture H=18.25m
Coefficient de réparation :
Htg ϕ K a
α = 1−
B
⎛π ϕ ⎞
Htg ϕtg 2 ⎜ − ⎟
α = 1− ⎝4 2⎠
B
⎛ π 20 ⎞
18.25 × tg 20tg 2 ⎜ − ⎟
α = 1− ⎝ 4 2 ⎠ = 0.56
7.47
h = α H = 0.56 ×18.25 = 10.29m
σ v = 20 × 10.29 = 205.96 kN / m 2
B) Calcul de la pression horizontale active agissante sur la galerie:

Méthode de TERZAGHI :
La poussée horizontale est donnée par:
σ h = 0.3γ ( 0.5m + H P )
b
H =
2 s in ϕ
P

Génie Civil 2007 ENP 102


Chapitre IX Calcul du revêtement définitif

3
HP = = 4.38 m
2sin 20
σ h = 0.3 × 20 × ( 0.5 × 3.25 + 4.38 ) = 36.03 kN / m 2

Les charges agissant sur la galerie de reconnaissance

Verticale horizontale

σ v = 205.96 kN / m 2 σ h = 3 6 .0 3 kN / m 2

IX.1.2 ETUDE DYNAMIQUE : 

IX.1.2 .1 1er Méthode :


• Séisme horizontale ( SI H ):

Pour ce qui concerne la sismicité horizontale, le revêtement est supposé encaisser une
déformation imposée par le terrain soit Eh0 = 12 cm en surface.
Z
A une profondeur Z, Eh ( Z ) = 12 − 0.07
50
Le Eh maximal entre deux points à des profondeurs Z1etZ 2 est:
⎛ Z + Z 2 ⎞ ⎛ Z1 − Z 2 ⎞
- Si les deux points sont dans la gneiss : ΔEh = 2 Eh0 ⎜ 1 ⎟⎜ ⎟
⎝ 2 ⎠ ⎝ 100 ⎠
⎛ Z + Z 2 ⎞ ⎛ Z1 − Z 2 ⎞
- Si les deux points sont dans l'argile ou le remblai : ΔEh = 2 Eh0 ⎜ 1 ⎟⎜ ⎟
⎝ 2 ⎠ ⎝ 50 ⎠
On vérifiera alors que la structure est capable de résister à un déplacement imposé par le terrain
entre le milieu du radier et le milieu de la clé de voûte.

• Séisme verticale ( SIV ):


Pour le séisme vertical on admettra une majoration de 20% des charges verticales.

IX.1.2 .2 2eme Méthode :

1-Formule de NEW MARK:

séisme ⇒ { statique + 0.4 SIV + SI H


statique + 0.4 SI H + SI V

2- Majoration de l'effort normale:

séisme = statique ± 0.2statique + 0.2 × 0.4statique { 1.28 statique


0.88 statique

En résumé la vérification au séisme se fait comme suit:

1. faire le calcul statique.

Génie Civil 2007 ENP 103


Chapitre IX Calcul du revêtement définitif

2. majorer les efforts statiques verticaux de 20% pour déterminer le séisme vertical.
3. le séisme horizontal est de 0.4 le séisme vertical et on vérifiera le déplacement ΔEh d'après la
formule de NEW MARK
4. Refaire le même calcul avec 20% des efforts horizontaux et SV − 0.4 S H
5. Faire les combinaisons d'après les formules de NEW MAEK

En définitive la vérification se ferra sous un chargement obtenu en majorant de 20% celui obtenu
dans le cas statique.

Charge agissant sur la structure globale:

1- Au niveau de la calotte: σ h = 84.17 + 0.2 ( 84.17 ) = 101 kN / m 2


σ V = 313.68kN / m 2
2- Au niveau du radier: σ h = 111.27 + 0.2 (111.27 ) = 133.52 kN / m 2
σ V = 41.03 + 0.2 ( 41.03) = 49.23 kN / m 2

Chargement actif agissant sur le revêtement définitif


Au niveau de la calotte Au niveau du radier
Verticale horizontale Verticale horizontale
σ V = 3 1 3 .6 8 k N / m 2
σ h = 101 kN / m 2 σ V = 49.23 kN / m 2 σ h = 1 3 3 .5 2 k N / m 2

Charge agissant sur la galerie :

Verticale:

σ v = 205.96+ 0.2 ( 205.96 ) = 247.152kN / m 2

Horizontale: σ h = 36.03 + 0.2 ( 36.03) = 43.23 kN / m 2

Les charges agissant sur la galerie de reconnaissance


Verticale horizontale
σ v = 2 4 7 .1 5 2 k N / m 2 σ h = 4 3 .2 3 k N / m 2

Génie Civil 2007 ENP 104


Chapitre IX Calcul du revêtement définitif

IX.2 La valeur des efforts interne dans les sections les plus sollicitée : 

IX.2.1  CAS STATIQUE : 
Sous la combinaison « G» :

Effort
Moment fléchissant Effort normal
Elément tranchant
kN .m kN
kN
Mmax 66,22 N 846,98 453,78
Voûte
M 10,25 Nmax 2281,16 79,77
Mmax 4,14 N 2288,97 38,99
Pied droit
M 1,29 Nmax 2367,70 22,16
Mmax 328,16 N 2779,75 1512,89
Radier
M 298,11 Nmax 3009,56 1024,90

Sous la combinaison « 1,35G » :

Moment fléchissant Effort


Effort normal
Elément kN .m tranchant
kN
kN
Mmax 89,4 N 1143,42 612,6
Voûte
M 13,84 Nmax 2959,55 107,69
Mmax 5,59 N 3079,56 52,64
Pied droit
M 2,28 Nmax 3196,4 29,92
Mmax 443,02 N 3752,67 2042,4
Radier
M 402,45 Nmax 4092,62 1383,6

IX.2.2 CAS DYNAMIQUE : 
Sous la combinaison « 1,2G » :

Moment Effort
Elément de Effort normal
fléchissant tranchant
revêtement kN
kN .m kN
Mmax 79,47 N 1016,38 544,54
Voûte
M 12,3 Nmax 2630,71 95,72
Pied droit Mmax 4,97 N 2737,39 46,79
M 2,03 Nmax 2841,25 26,6
Mmax 393,8 N 3335,70 1814,47
Radier
M 357,73 Nmax 3611,47 1229,89

Génie Civil 2007 ENP 105


Chapitre IX Calcul du revêtement définitif

IX.3 Ferraillage  des différents éléments : 

IX.3.1 FERRAILLAGE DE LA STRUCTURE GLOBALE : 
1- Cas statique :
Sous la combinaison « G » :

Elément de revêtement ELU ELS SECTION


Nmax Mmax Nmax Mmax
sup 5,3 6,6 5,3 5,6 5T14
Voûte
inf 5,3 6,1 5,3 5,3 5T14
sup 5,3 5,3 5,3 5,3 5T12
Pieds droits
inf 5,3 5,3 5,3 5,3 5T12
sup 19 21 16 18 5T16+ 2T25
Zone I
inf 19 21 16 18 5T16+ 2T25
Radier
Zone sup 8,3 8,3 8,3 8,3 5T16
II inf 8,3 8,3 8,3 8,3 5T16

2- Cas dynamique :
Sous la combinaison « 1.2G » :

Elément de
Nmax Mmax SECTION
revêtement
sup 5,3 5,8 5T14
Voûte
inf 5,3 5,4 5T12
sup 5,3 5,3 5T12
Pieds droit
inf 5,3 5,3 5T12
sup 17 19 5T16+ 2T25
Zone I
inf 17 19 5T16+ 2T25
Radier
sup 8,3 8,3 5T16
Zone II
inf 8,3 8,3 5T16

IX.3.2 FERRAILLAGE DE LA GALERIE : 
1- Cas statique :

Elément de ELU ELS


SECTION
revêtement Nmax Mmax Nmax Mmax
sup 13 2.6 11 2,6 5T16 +2T14
Voûte
inf 2.6 13 2,6 11 5T16 +2T14
Pied sup 11 11 8,9 8,9 5T16
droit inf 7,2 7,2 6,1 6,1 5T14

Génie Civil 2007 ENP 106


Chapitre IX Calcul du revêtement définitif

2- Cas dynamique :

Elément de
Nmax Mmax SECTION
revêtement
sup 11 2,6 5T16
Voûte
inf 2,6 11 5T16
sup 9,3 9,3 5T16
Pieds droits
inf 6,3 6,3 5T14

IX.3.3 FERRAILLAGE FINALE DE LA STRUCTURE GLOBALE : 

Armature supérieure 5T16 +2T25


Zone I
Armature inferieur 5T16 +2T25
Radier
Armature supérieure 5T16
Zone I
Armature supérieure 5T16

Armature supérieure 5T14


Voûte
Armature inférieure 5T14

Armature supérieure 5T12


Pied droit
Armature inférieure 5T12

IX.3.4 FERRAILLAGE FINAL DE LA GALERIE : 

Voûte Armature supérieure 5T16 +2T14


Armature inférieure 5T16 +2T14

Pied droit Armature supérieure 5T16


Armature inferieur 5T14

Génie Civil 2007 ENP 107


Chapitre IX Calcul du revêtement définitif

IX.4 Dimension de la section du béton : 

IX.4.1 DIMENSION DE LA SECTION DU BETON (DE LA STRUCTURE GLOBALE):  

Elément de
Dimension de la section Section (m2)
revêtement
Voûte et pied Hauteur : h= 0,4 m
0,4 m2
droit Largeur : b =1 m

Elément de
Dimension de la section Section (m2)
revêtement
Hauteur : h= 0,6 m
Radier 0,6 m2
Largeur : b =1 m

IX.4.2 DIMENSION DE LA SECTION DU BETON DE LA GALERIE : 

Elément de
Dimension de la section Section (m2)
revêtement
Voûte et pied Hauteur : h= 0,2 m
0,2 m2
droit Largeur : b =1 m

IX.5 Ferraillage transversal : 
La fissuration étant préjudiciable on a la relation suivante pour des armatures à 900 :
Vu ⎛ f cj ⎞
τu = ≤ min ⎜ 0.15 ; 4Mpa ⎟ → ( BAEL )
b0d ⎝ γb ⎠
⎛ f cj ⎞
min ⎜ 0.15 ;4Mpa ⎟ = min ( 2.5 ;5Mpa ) Pour le cas statique
⎝ γb ⎠
⎛ f cj ⎞
min ⎜ 0.15 ; 4Mpa ⎟ = min ( 3.26 ;5Mpa ) Pour le cas dynamique
⎝ γb ⎠
τ 0 = 0.3f tj k
f tj = 0.6 + 0.06f cj
f tj = 0.6 + 0.06 ( 25) = 2.1Mpa
σ

k = 1 − 1 0 cj
f

S t max = min ( 0.9d ; 40cm )

Génie Civil 2007 ENP 108


Chapitre IX Calcul du revêtement définitif

On prendra St = 20cm

At τ −τ0
ρt = ≥ u
b 0S t f
0.9 e
γs

Elément du
revêtement
τu (Mpa) τ (Mpa) τ0 (Mpa)
St (cm)

Voûte 1.75 3.26 0 .084 20


Pieds droits 0 .15 3.26 0.092 20
Radier 2.29 3.26 0,456 20

Pour le ferraillage transversal on adoptera des cadres « T8 » espacées entre elles de « 20cm »
Le coulage de béton : coulage par plots de 20 m séparés par des joints

IX.6 Armatures de répartition : 

Nous disposerons des armatures de répartition parallèlement à l’axe du tunnel telles que :

As 21
Ar = = = 5.25cm 2
4 4
⇒ A r = 4T 14 / m l

Génie Civil 2007 ENP 109


Chapitre IX Calcul du revêtement définitif

IX.7 Schémas de ferraillages du revêtement : 

IX.7.1 SCHEMAS DE FERRAILLAGES DE LA STRUCTURE GLOBALE : 

C T8
2T14

2T12
D D
B

A
2T16+2T25
B

2T16 A

Figure IX.1 Disposition des armatures dans les différents éléments de la structure globale

5T16

5
60

T8

100

COUPE A-A

Figure IX.2 Ferraillage du radier (coupe A-A)

Génie Civil 2007 ENP 110


Chapitre IX Calcul du revêtement définitif

5T16 + 2T25

60

T8

100

COUPE B-B

Figure IX.3 Ferraillage du radier (coupe B-B)

5T14

3
40

100
T8

COUPE C-C

Figure IX.4 Ferraillage de la voûte (coupe C-C)

Génie Civil 2007 ENP 111


Chapitre IX Calcul du revêtement définitif

5T12

3
40

100
T8
COUPE D-D

Figure IX.5 Ferraillage du pied droit (coupe D-D)

IX.6.2 Schémas de ferraillages de la galerie :

T8
2T16+2T14 B

2T14

A A

Figure IX.6 Disposition des armatures dans les différents éléments de la galerie

Génie Civil 2007 ENP 112


Chapitre IX Calcul du revêtement définitif

5T16

100
T8

5T14
COUPE A-A

Figure IX.7 Ferraillage du pied droit (coupe A-A)

5T16 +2T14

100

COUPE B-B

T8

Figure IX.8 Ferraillage de la voûte (coupe B-B)

Génie Civil 2007 ENP 113


Chapitre IX Calcul du revêtement définitif

20
40

20 90 20 90 20 90 20
T14

Figure IX.9 Disposition de ferraillage vis-à-vis du soutènement provisoire


60 13

20 90 20 90 20 90 20
T12

Figure IX.10 Ferraillage type d’un tunnel dans la partie de la demi-section inférieure

Génie Civil 2007 ENP 114


Conclusion générale

CONCLUSION GENERALE

Deux parties ont été traitées dans le cadre de ce travail :


¾ Une partie bibliographique qui donne un aperçu sur la géologie, les caractéristiques
géotechniques et hydrogéologiques du site qui sont les facteurs déterminants du degré
de difficulté et du coût de réalisation d'un ouvrage souterrain. Les méthodes de
creusement et de soutènement ont été passées en revue d’une part. D’autre part, les
méthodes de dimensionnement et d’évaluations des charges ont été présentées.
Ensuite, on est passé aux différentes auscultations des tunnels.
On conclue que :
L'opération de conception d'un tunnel prend en compte trois types de
contraintes qui sont liés respectivement :
¾ au terrain encaissant,
¾ au site et de l'environnement,
¾ à la géométrie,
¾ et au procédé de construction lui-même.

Une autre partie est consacrée au calcul d’un tunnel du Métro d’Alger et qui consiste
en d’abord la présentation du projet ensuite on passe à l’évaluation des charges
agissant sur le soutènement du tunnel afin de calculer le soutènement provisoire. Des
vérifications à L’ELS et ELU de ce dernier ont été effectuées. Enfin, on a déterminé
le revêtement définitif afin d’assurer la stabilité de l’ouvrage, à l’aide du logiciel
SAP2000 version 11.

Notre travail de projet de fin d’étude nous a permis de faire une synthèse de nos
connaissances (RDM, MDS, Béton….), d’améliorer notre connaissance sur les tunnels
et voir l’importance des infrastructures souterraines de transport dans les grandes
villes implantés dans des sols meubles et aquifères (cas du Métro d’ Alger). Par
ailleurs ; on s’est initié au logiciel SAP2000 dans sa version 11.

Génie Civil 2007 ENP


Références Bibliographiques

Références Bibliographiques

Pour l’élaboration du présent document nous avons utilisé :

• Rêvues De L’A.F.T.E.S : Association Française Des Travaux En Souterrain.


• Thèses traités.

Livres :
1. Calcul des tunnels par la méthode convergence confinement ……………………MARC PANET.
2. Ouvrages souterrains ………………………A.BOUVARD, G.COLOMBERT, F.ESTEUILLE.
3. Tunnel calcul soutènement provisoire …………………………..C.CHRCHALI.
4. Tunnel calcul revêtement définitif …………………………………. C.CHRCHALI.
5. Tunnel calcul d’une station de Métro ……………………………….. C.CHRCHALI.
6. Tunnel calcul des Talus Renforcés (coulage Des sol) ………………. C.CHRCHALI.
7. Technique de l’ingénieur ……………………………………………..C 5 565.

Cours :
1. Mécanique Des Sols …………………………………………..ENP.
2. Béton Armé…………………………………………………..ENP.
3. Charpente Métallique …………………………………………..ENP.
4. Mécanique des milieux continus ………………………………ENP.

Logiciels :
1. SAP 2000 VERSION11……………………………………Analyse des structures.
2. AUTOCAD 2004………………………………………………Dessin.
ANNEXES
ANNEXE -A-
ANNEXE A

Auscultation des tunnels

I. Introduction:

Les méthodes de calcul mises à la disposition des ingénieurs permettent, la plupart du temps,
de résoudre avec une bonne approximation le problème de la stabilité d'une excavation d'un point de
vue numérique. Mais la détermination du comportement du massif rocheux, aussi bien à court terme
qu'à long terme et le choix des paramètres qui y sont liés, constituent les difficultés essentielles dans
l'étude d'un ouvrage. L'auscultation, par exemple, effectuée en galerie de reconnaissance permet de
caler les modèles théoriques de calcul aux observations faites in situ. Parallèlement, les méthodes
modernes de construction s'appuient sur un contrôle continu par l'auscultation de l'ouvrage en cours
de construction pour adapter les méthodes à la situation réelle.
Pendant les travaux, surtout si la méthode appliquée est celle du soutènement immédiat
(boulonnage et béton projeté) ,1'auscultation doit permettre :
• De vérifier constamment l'efficacité du soutènement en s'assurant de la tendance à
l'équilibre.
• De surveiller, le cas échéant, l'influence des travaux sur l'environnement.
L'auscultation permet de contrôler ainsi la validité des modèles de dimensionnement et des
paramètres qui y sont introduits. Parmi ces modèles, la méthode convergence confinement est sans
doute la méthode la plus souple qui apporte à l'ingénieur de chantier le support théorique dont il
peut avoir besoin pour adapter le projet aux conditions in situ.
Pour atteindre ces objectifs, l'auscultation pendant les travaux se doit de répondre au mieux
aux conditions suivantes :
• Validité et facilité d‘installation des appareils.
• Robustesse et protection d'autant plus que les appareils sont généralement posés au front de
taille.
• Sensibilité et précision, pour déceler dés le début une évolution (car le facteur important est
la mesure de la vitesse et de l'accélération des phénomènes).
• Lecture rapide et interprétation immédiate, d'une part pour ne pas rompre le rythme normal
du chantier, d'autre part pour intervenir rapidement sur les travaux.
• Les quantités mesurées ne doivent pas être trop dispersées.
Après les travaux, l'auscultation permet d'assurer la sécurité de l'ouvrage en exploitation. On
distingue alors les mesures périodiques et les systèmes d'alarme.
Les premières sont assez semblables aux mesures faites pendant l'exécution mais s'étendent à
la durée de vie de l'ouvrage, les secondes doivent permettre une intervention immédiate en cas de
comportement anormal (arrêt du trafic par exemple). Cette auscultation concerne aussi bien les
ouvrages récents que les ouvrages anciens. Les appareils utilisés doivent être fiables à long terme et
les mesures automatisées autant que possible.