Vous êtes sur la page 1sur 16

REPUBLIQUE DU CAMEROUN REPUBLIC OF CAMEROON

Paix - Travail - Patrie Peace - Work - Fatherland


---------- ----------
MINISTERE DES TRAVAUX PUBLICS MINISTRY OF PUBLIC WORKS
------- -------
ECOLE NATIONALE SUPERIEURE DES NATIONAL ADVANCED SCHOOL
TRAVAUX PUBLICS OF PUBLIC WORKS
---------- ----------
B.P 510 Yaoundé P.O. Box 510 Yaounde
Tel :22223 09 44 Fax : 222 22 18 16 Tel :222 23 09 44 Fax : 222 22 18 16

PROCES-VERBAL

DE LA 22ème SESSION ORDINAIRE DU CONSEIL DE DIRECTION

DE L’ECOLE NATIONALE SUPERIEURE DES TRAVAUX

PUBLICS

LE 27 AOUT 2020

1
L'an deux mille vingt et le vingt-sept du mois d’avril s'est tenue, à partir de 11 heures
précises, dans la salle de réunions de l'École Nationale Supérieure des Travaux Publics
(ENSTP), la 22ème session ordinaire du Conseil de Direction de ladite Institution, sous la
conduite de sa Présidente, Madame LEKEUFACK née METANGMO Virginie.

Pr. NKENG George ELAMBO, Directeur de l’ENSTP rapportait les travaux. Il était
assisté par Dr. BWEMBA Charles, Directeur Adjoint chargé des études.

Y prenaient part, les membres et les invités dont les noms suivent :

a) Membres

N° Noms et prénoms Fonction


01 Mme LEKEUFACK née METANGMO Virginie Présidente du Conseil de Direction de l’ENSTP
02 M. ONDOA Antoine Représentant de la Présidence de la République
03 M. NGOLLE Yannick Représentant des Services du Premier Ministre
04 M. ABOUNA ZOA Daniel Guy Représentant du Ministère des Travaux Publics
05 M. TCHOTELE Thomas Représentant du Ministère en charge des
Finances
06 Pr. GOUET BEBGA Représentant du Ministère en charge de
l’Enseignement Supérieur
07 M. EGBE Moses ACHERE Représentant du Ministère en charge de l’Habitat
et du Développement Urbain
08 M. VOUNDI Jacquinot Représentant du Ministère en charge des
Domaines
09 FORCHAP ESANDEM Prudence NKONG Représentant du Ministère en charge de la
Formation Professionnelle
10 Pr. MADJADOUMBAYE Jérémie Représentant des Enseignants de l’ENSTP
11 M. TAMI MEKOUM Pierre José Représentant des Personnels non Enseignants de
l’ENSTP
12 M. CHEFOR MBAFOR WAZIBI Représentant des Etudiants de l’ENSTP

b) Rapporteur
13 Pr NKENG George ELAMBO Directeur de l’ENSTP
14 Dr BWEMBA Charles Directeur Adjoint chargé des Etudes

2
Invités
16 M. KOUONTCHOU NGUEPKAP Emmanuel Directeur de l’ENSTP Annexe de Buea
17 M. ZANGA NKODO Didier Directeur du CMTP Akonolinga
18 M. NGAIDI ADAMA Directeur du CMTP Garoua
19 M. POUTOUONCHI ABDOU K. Chef de service administratif et Financier de
l’ENSTP
20 M. TANGA ESSENGUE Agent Comptable auprès de l’ENSTP
21 M. FORSHU Christopher Contrôleur Financier sortant de l’ENSTP
22 Mme Emelda NYAKE MESUMBE Contrôleur Financier nouvellement promu
auprès de l’ENSTP

Était absent
M. NGOA Kisito Représentant de l’Ordre National des Ingénieurs du Génie Civil

L’ordre du jour portait sur les points suivants :

1) vérification du quorum ;
2) mot de bienvenue de la Présidente du Conseil ;
3) examen et adoption de l’ordre du jour ;
4) examen des procès-verbaux des 20ème et 21ème sessions du Conseil de Direction ;
5) examen des états d’exécution des résolutions des 20ème et 21ème sessions du Conseil
de Direction ;
6) examen des Comptes de l’exercice 2019 ;
7) Présentation des projets de résolution
a. projet de résolution portant validation du projet d’Arrêté MINTP-
MINESUP portant création et fonctionnement du Conseil des
Enseignements, des Etudes, de la Recherche et Scientifique de l’Ecole
Nationale Supérieure des Travaux Publics
b. projet de résolution portant validation du projet d’Arrêté conjoint MINTP-
MINESUP portant création et fonctionnement du Conseil des Professeurs
de l’Ecole Nationale Supérieure des Travaux Publics :
c. projet de résolution portant validation du projet d’Arrêté MINTP-
MINESUP portant création et fonctionnement du Conseil de Discipline de
l’Ecole Nationale Supérieure des Travaux Publics ;
8) Divers

3
1. Vérification du quorum

Après vérification, douze (12) des treize (13) membres du Conseil de Direction étaient
présents. Le quorum légal de 2/3 des membres étant largement atteint, le Conseil pouvait
donc valablement siéger.

1. Mot de bienvenue de la Présidente du Conseil de Direction

Madame la Présidente a souhaité la bienvenue à tous les membres et invités présents. Elle
a réitéré le vœu que les travaux de la présente session du Conseil se fassent dans le cadre des
échanges conviviaux seuls à même de permettre à cette instance de jouer pleinement son rôle
d’accompagnement de l’ENSTP en vue de l’atteinte des objectifs qui sont assignés.

Elle a terminé son propos liminaire par la présentation de Mme FORCHAP ESANDEM
Prudence NKONG, nouvellement désignée comme représentant du Ministère de l’Emploi et
de la Formation Professionnelle, en remplacement de M. KOUEKAM Justin.

2. Examen et adoption de l’ordre du jour


Le projet d’ordre du jour présenté par Pr. NKENG George ELAMBO, Rapporteur des travaux
s’articulait autour des points suivants:
1) Vérification du quorum
2) Mot de bienvenue de la Présidente du Conseil
3) Examen et adoption de l’ordre du jour
4) Examen des procès-verbaux des 20ème et 21èmesessions du Conseil de Direction
5) Examen de l’état d’exécution des résolutions des 20ème et 21ème sessions du Conseil de
Direction
6) Présentation et adoption du Compte de Gestion de l’exercice 2019
7) Présentation des projets
 d’arrêté conjoint MINTP-MINESUP portant création et fonctionnement du
Conseil des Professeurs de l’Ecole Nationale Supérieure des Travaux Publics :
 d’arrêté conjoint MINTP-MINESUP portant création et fonctionnement du
Conseil de Discipline de l’Ecole Nationale Supérieure des Travaux Publics ;
 d’arrêté conjoint MINTP-MINESUP portant création et fonctionnement du
Conseil des Enseignements, des Etudes, de la Recherche et Scientifique de
l’Ecole Nationale Supérieure des Travaux Publics
8) Divers

4
A la suite de la lecture du projet d’ordre du jour, Mme la Présidente a donné la parole aux
membres pour d’éventuels amendements.
M. ONDOA Antoine, Représentant de la Présidence de la République a fait observer,
qu’en principe, la présente session du Conseil de Direction devrait uniquement être réservée à
l’examen des comptes de l’exercice budgétaire 2019. Par conséquent, les points relatifs aux
projets d’arrêtés conjoints MINTP-MINESUP devaient être examinés au cours d’une autre
session.
Réagissant à cette observation, M. NGOLLE Yannick, représentant des Services du
Premier Ministre a convoqué l’article 10 (1) du décret n° 2016/426 du 26 octobre 2016
portant réorganisation de l’Ecole Nationale Supérieure des Travaux Publics, qui stipule que :
« le Conseil de Direction se réunit en session ordinaire deux (02) fois par an sur convocation
de son Président, dont une (01) fois pour le vote du budget et une (01) fois pour arrêter les
états financiers annuels et examiner la marche de l’ENSTP ».
En s’appuyant sur cette disposition du Décret organique, il a estimé que les projets
d’arrêtés conjoints sus évoqués pouvaient être examinés au cours de la présente session dans
la mesure où ils participent de la bonne marche de l’ENSTP.
L’analyse de M. NGOLLE Yannick a été entérinée par les membres du Conseil de
Direction
Dans le même ordre d’idées, M. TAMI MEKOUM Pierre José, Représentant des
Personnels non Enseignants a fait deux observations :
- l’entrée en vigueur du décret n° 2016/426 du 26 octobre 2016 dont les dispositions
abrogent toutes les dispositions antérieures, devrait automatiquement impacter les
numéros d’ordre des sessions du Conseil de Direction. De ce fait, il a estimé qu’avec
la mise en place du nouveau format du Conseil de Direction, l’ancienne numérotation
devenait automatiquement caduque ;
- conformément aux dispositions de l’article 10 alinéas (1) et (2) du Décret sus évoqué,
les différentes sessions du Conseil de Direction, en fonction des circonstances,
devaient, suivant le cas, revêtir le qualificatif « de session ordinaire » ou « de
session extraordinaire ».
Après des échanges entre ses membres, le Conseil de Direction a adopté les positions
suivantes :
- en vertu du principe de continuité dans le fonctionnement des entités publiques, la
numérotation des sessions du Conseil du Direction doit continuer à tenir compte des
sessions antérieures ;
- la documentation produite lors d’une session du Conseil de Direction doit clairement
indiquer si c’est « une session ordinaire ou une session extraordinaire ».

5
3. Adoption des procès-verbaux des 20ème et 21ème sessions du Conseil de Direction
La méthodologie proposée par Madame la Présidente et adoptée par le conseil consistait à
parcourir les documents page par page et, d’y apporter, le cas échéant, des amendements de
fond et/ou de forme.
3.1.Procès-verbal de la 20èmesession du Conseil de Direction
Sur le fond, les membres ont demandé d’une part, de préciser le lieu de tenue de la
session, et d’autre part, d’insérer dans le corps du procès-verbal, la liste des membres présents
et celle des membres absents.
Ils ont, par la suite, relevé et corrigé les coquilles repérées au niveau des pages 3, 10, 11,
13 et 14.
Sous réserve de la prise en compte des amendements, le Conseil de Direction a adopté le
procès-verbal de la 20ème session du Conseil de Direction.
3.2.Procès-verbal de la 21èmesession du Conseil de Direction
A l’instar des recommandations formulées sur le procès-verbal de la 20èmesession, il a été
demandé au rapporteur d’intégrer la liste des membres présents, représentés et absents dans le
corps du procès-verbal et de procéder aux corrections suggérées aux pages 3, 4, 5, 7, 9, 10 et
12.
Sous réserve de la prise en compte desdites suggestions, le procès-verbal du 21ème Conseil
de Direction a été adopté.
De plus, la Présidente du Conseil a recommandé au Rapporteur de produire les documents
amendés dans les deux langues officielles préalablement à leur signature.
4. Examen de l’état d’exécution des résolutions des 20ème et 21emesessions du Conseil
de Direction
Mme la Présidente du conseil a invité le Directeur de l’ENSTP, Rapporteur des travaux, à
présenter l’état d’exécution de chaque session et de répondre aux préoccupations des
membres.
4.1. Examen de l’état d’exécution des résolutions de la 20ème session du Conseil de
Direction
M. TCHOTELE Thomas, Représentant du Ministère en charge des finances a félicité
la Direction de l’ENSTP pour la diligence dont elle a fait montre dans la production des
rapports relatifs à la mise en œuvre de la convention de coopération entre l’ENSTP et
l’Université de Padoue.
Il a approuvé la pertinence des données sur l’évaluation de la charge financière de la
mise en œuvre des termes de la convention dont le coût annuel a été estimé à environ 440
millions.

6
Il a estimé que c’était le juste prix à payer pour permettre la formation sur place d’une
ressource humaine hautement qualifiée. Il a suggéré aux membres du Conseil de Direction
d’examiner les axes de cette coopération avec une attention particulière.
Concernant le rapport sur d’endettement de l’ENSTP, M. TCHOTELE Thomas a
souhaité avoir des explications sur le volume considérable de la rubrique dédiée à la dette
fiscale. Il a préconisé que son apurement soit envisagé dans la cadre de l’élaboration du Cadre
de Dépenses à Moyen Terme (CDMT).
A la suite de l’intervention de M. TCHOTELE, le Directeur de l’ENSTP a reconnu la
pertinence de ses observations.
Sur la question du stock de la dette, il a expliqué qu’elle était principalement liée au
déséquilibre structurel qui existant entre les dépenses affectées à la mise en œuvre du
système de formation implémenté à l’ENSTP et les ressources disponibles pour leur prise en
charge. Il a illustré ses propos avec l’exemple d’un étudiant de 5ème année dont les frais de
scolarité s’élèvent 235 000 FCFA mais qui bénéficie, en sus des dépenses ordinaires de
formation, d’une prise en individualisée de 510 000 de FCFA, correspondant aux frais
d’encadrement et de soutenance de son mémoire de fin de formation. La contraction entre les
frais de scolarité versés et la prise en charge individualisée laisse apparaître un différentiel
275 000 de FCFA à la charge de l’ENSTP.
Il a par ailleurs profité de l’occasion pour remercier Monsieur le Ministre des Travaux
Publics pour le déblocage d’un appui financier d’un montant de cinquante millions
(50 000 000) FCFA qui a permis d’amorcer l’apurement d’une partie des arriérés des frais
d’enseignements dus aux enseignants de Padoue.
Il a plaidé pour la prise des mesures structurelles pouvant permettre la poursuite et
l’approfondissement des termes de la coopération. Pour ce faire, il a préconisé allocation par
l’Etat, d’une dotation budgétaire permanence d’un montant annuel de 300 millions de FCFA,
spécialement affectée au financement de la convention de coopération.
Pour chuter sur cette problématique, le Directeur de l’ENSTP a préconisé aux
membres du Conseil de valider les taux applicables aux frais d’enseignement et de
coordination de la mise en œuvre de la convention afin de donner une base juridique aux
paiements y afférents
Au regard de l’importance de la question du financement de la coopération entre
l’Université de Padoue et l’ENSTP, Monsieur ONDOA Antoine, Représentant de la
Présidence de la République, a recommandé que ce plaidoyer soit élevé à l’attention de la très
haute hiérarchie afin de lui permettre de mieux appréhender les enjeux y relatifs.

7
A cet effet, il a proposé à la Direction de l’ENSTP de monter, avec l’appui de ses
tutelles, un dossier de plaidoyer présentant les atouts inestimables de la coopération avec
l’Université de Padoue. Il a en effet estimé que le coût de sa mise en œuvre lui semblait
raisonnable lorsqu’on les mets en rapport avec ceux sont appliqués au niveau international
pour les formations similaires.
L’intervention de Monsieur ONDOA a été suivie par celles des autres membres du
Conseil:
- M. NGOLLE Yannick, Représentant des Services du Premier Ministre a proposé que
le Ministère des Travaux Publics, tutelle technique de l’ENSTP, saisisse Monsieur le Premier
Ministre, Chef de Gouvernement, à l’effet de solliciter une réévaluation de la subvention
annuelle de fonctionnement allouée par le MINFI à l’ENSTP dans l’optique d’une prise en
charge efficiente de la coopération ;
- M. CHEFOR MBAFOR WAZIBI, Représentant des Etudiants de l’ENSTP, a
encouragé les membres du Conseil à envisager des solutions urgentes à la situation
d’endettement de l’ENSTP afin de ne pas compromettre la qualité de la formation des
étudiants;
- M. VOUNDI Jacquinot, Représentant du Ministère en charge des Domaines, a suggéré
au Représentant des Services du Premier Ministre d’élaborer une note de synthèse à
l’attention de sa hiérarchie afin qu’une assise réunissant les différents acteurs
intervenant dans la chaîne décisionnelle soit convoqué, pour qu’une solution
définitive aux problèmes financiers de l’ENSTP y soit envisagée;
- M. ONDOA Antoine et M. TCHOTELE Thomas ont plutôt estimé que c’est de la
responsabilité de la tutelle technique de procéder à la saisine de Monsieur le Premier
Ministre, Chef du Gouvernement, pour solliciter la tenue d’une réunion conjointe à
l’effet de trouver des solutions aux problèmes de l’ENSTP.
Les membres conviennent, d’une part, de la nécessité de porter la préoccupation au plus
haut sommet de l’Etat à travers la saisine de Monsieur le Premier Ministre en vue de
l’organisation d’une réunion conjointe regroupant toutes les parties prenantes, et d’autre part,
de valider les taux applicables aux frais d’enseignement et de coordination relatifs à la mise
en œuvre de la convention entre l’ENSTP et l’Université de Padoue.

8
4.2.Examen de l’état d’exécution des résolutions de la 21ème session du Conseil de
Direction
A la suite des précisions sur les modalités de prise en charge des avantages à allouer à
l’équipe dirigeante de l’ENSTP, les membres ont convenu de l’exécution satisfaisante de
toutes les résolutions de la 21ème session du Conseil de Direction.

5. Examen et adoption des Comptes de l’exercice 2019


Les comptes de l’exercice 2019 comprennent :
- le compte administratif, présenté par le Directeur de l’ENSTP ;
- le compte de gestion présenté par l’Agent Comptable de l’ENSTP ;
- le rapport financier au titre de l’exercice 2019 par le Contrôleur Financier.

5.1.Compte administratif
Prenant la parole, sur invitation de Madame la Présidente, le Directeur de l’ENSTP a
présenté les grandes lignes du compte administratif de l’ENSTP.
S’agissant du budget 2019 de l’ENSTP adopté par le Conseil au cours de sa 19ème
session, il avait été équilibré en recettes et en dépenses à 3 034 275 000 FCFA et réparti ainsi
qu’il suit :
- ENSTP de Yaoundé : 1 824 000 000 FCFA ;
- ENSTP Annexe de Buea : 480 775 000 FCFA;
- Centre des Métiers des Travaux Publics d’Akonolinga : 429 500 000 FCFA;
- Centre des Métiers des Travaux Publics de Garoua : 300 000 000 FCFA.
Il est ressorti que les prévisions de recettes, d’un montant de 3 034 275 000 FCFA, ont
connu une diminution de 811 470 000 FCA par rapport à celles de l’exercice 2018 qui étaient
estimées à 3 845 745 000 FCFA. Cette baisse est liée d’une part à la réduction des appuis
budgétaires et, d’autre part, à l’effritement de certaines rubriques de recettes notamment celles
en lien avec la mise en œuvre des masters professionnels.
Les prévisions de dépenses avaient pour but de permettre une couverture optimale de
la mise en œuvre des trois programmes retenus dans le cadre du Plan d’Actions Prioritaires.
Elles étaient respectivement de 1 064 950 000 FCFA pour l’investissement et de
1 969 325 000 FCFA pour le fonctionnement. Toutefois, elles avaient connu une baisse en
valeur absolue de 330 811 470 FCFA par rapport à l’exercice 2018.

La répartition des dotations entre les trois programmes avait planifiée ainsi qu’il suit :
- Programme 1 : Formation initiale et continue : 2 110 575 000 FCFA ;
- Programme 2 : Recherche appliquée et appui au développement : 39 000 000
CFA ;
- Programme 3 : Gouvernance et appui institutionnel : 884 700 000 FCFA.

9
L’exécution budgétaire de l’ENSTP au titre de l’exercice 2019 a été arrêtée en recettes
à un montant de 2 183 734 821 FCFA et en dépenses à un montant de 2 269 684 685 FCFA ;
soit un déficit budgétaire de 85 949 864 FCFA.
Dans le détail, les recettes propres ont été recouvrées pour un montant de 830 216 700
FCFA, en augmentation par rapport à l’exercice 2018. Par contre, les appuis budgétaires de
l’Etat ont été recouvrés à hauteur de 1 353 518 121 FCFA sur une prévision de
1 781 000 000FCFA.
La contribution de l’Union Européenne, dans le cadre du projet du Master
Professionnel « Water Facilities », a été recouvrée à hauteur de 132 814 296 FCA sur une
prévision de 116 000 000 FCFA.
La subvention issue du projet « Safer Africa » a été recouvrée à 1 660 000 FCFA sur
une prévision de 15 000 000 FCFA.
Les engagements des dépenses budgétaires ont été effectués à hauteur de
2 269 684 685 sur une prévision de 3 034 275 000 FCFA. Dans le détail, les dépenses
d’investissement ont été exécutées à hauteur de 728 908 272 FCFA sur une prévision
1 066 450 000 FCFA et les dépenses de fonctionnement engagées pour un montant de
1 540 776 413 FCFA sur une prévision de 1 967 825 000 FCFA.
De manière générale, le budget a été réalisé à 71,96% pour les recettes et 74,80% pour
les dépenses.
Le Directeur de l’ENSTP a mis en relief l’impact d’un certain nombre de goulot
d’étranglement sur la performance budgétaire des structures de l’ENSTP. Il a notamment
évoqué les contraintes liées à la passation des marchés des structures annexes. Il a toutefois
indiqué que la tutelle technique de l’ENSTP avait donné des instructions fermes en faveur de
la consolidation de la compétente de la CIPM de l’ENSTP sur la procédure de passation des
marchés de toutes les structures de l’ENSTP.

5.2.Compte de Gestion

Dans sa présentation, M. TANGA ESSENGUE Agent Comptable auprès de l’ENSTP,


a rappelé les éléments du cadre juridique qui préside l’élaboration du compte de gestion des
établissements publics.
Il a par la suite retracé les principales données comptables de l’exercice 2019
enregistrées dans les livres de l’Agence Comptable. Il a ainsi ressorti que les recettes avaient
été encaissées pour un montant de 2 029 310 810 FCFA et les dépenses prises en charge à
hauteur d’un montant de 2 095 701 296 FCFA.

10
Il a fait part des difficultés de trésorerie récurrentes auxquelles l’ENSTP est confrontée
depuis quelques années. Il s’agit entre autres d’un important d’un stock de restes à payer à
cheval sur plusieurs exercices et dont l’apurement impacte significativement sur la
programmation des paiements à effectuer par l’Agence Comptable.

A titre d’illustration, il a révélé qu’une partie des ressources de l’exercice 2019 évaluée
à un montant de 732 185 920 FCFA a été affecté au règlement des arriérés des exercices
2017 et 2018. La conséquence étant qu’une partie des dépenses de l’exercice 2019, soit
886 019 549 FCFA sera nécessairement pris en charge par les ressources de l’exercice 2020.

5.3.Rapport financier au titre de l’exercice 2019


Il est ressorti de la présentation de Monsieur FORSUH Christopher, Contrôleur
Spécialisé auprès de l’ENSTP au cours de l’exercice 2019 que le rapport financier a été
élaboré sur la base des fondamentaux du budget-programme.
Il a tenu à rappeler que le budget de l’ENSTP, adopté lors de la 19ème session du
Conseil de Direction, avait été arrêté en équilibre des recettes et des dépenses à la somme de
3 034 575 000 FCFA.
Il a déploré le fait que contrairement aux dispositions du Décret N° 2016/426 du 26
Octobre 2016 portant réorganisation de l’Ecole Nationale Supérieure des Travaux Publics et
des résolutions du Conseil de Direction, certaines opérations budgétaires des Centres des
Métiers des Travaux Publics continuent à échapper au champ de compétence du Contrôle
Financier Spécialisé auprès de l’ENSTP.
Concernant les données de l’exécution budgétaire enregistrées dans les livres du
Contrôle financier, il a relevé que les dépenses de fonctionnement ont été ordonnancées à
hauteur de 1 002 468 109 FCFA sur des prévisions de 1 402 500 000 FCFA pour l’ENSTP
de Yaoundé et de 338 776 347 FCFA sur des prévisions de 346 825 000 FCFA pour l’ENSTP
annexe de Buea.
Les dépenses d’investissement quant à elles ont été ordonnancées à hauteur de
242 070 174 FCFA sur des prévisions de 420 500 000 FCFA pour l’ENSTP de Yaoundé et à
hauteur de 132 290 465 FCFA sur des prévisions de 133 950 000 FCFA pour l’ENSTP
annexe de Buea.
Monsieur le Contrôleur Spécialisé auprès de l’ENSTP a conclu sa présentation en
sollicitant de Madame la Présidente du Conseil de Direction qu’elle puisse veiller au respect
strict de la date réglementaire du vote du budget.
A la suite de ces trois présentations, Madame la Présidente a passé la parole aux
membres pour leurs observations ou commentaires.

11
M. TCHOTELE Thomas a tenu à félicité les différents intervenants pour la qualité de leur
production respective. Il a rassuré les membres du Conseil sur l’encrage juridique des
comptes ainsi présentés et a apprécié la démarche prudente qui semble avoir été observée au
cours de l’exécution du budget de l’exercice référencé.
Il a néanmoins fait des observations et sollicité, le cas échéant, des explications
complémentaires sur les différentes composantes des comptes.
 sur le compte administratif
- relativement au taux de recouvrement relativement faible de la contribution de
l’Université de Rome Sapienza dans le cadre du projet « Safer Africa », il s’est
interrogé sur les mécanismes mis en place par la Direction de l’ENSTP pour
mieux optimiser le niveau de recouvrement ;
- il a sollicité d’avantage d’explication sur le sens de l’expression « reste à
engager » dans la mesure où l’exercice en question est d’ores et déjà clos.
 sur le compte de gestion
- il s’est interrogé sur l’absence totale de paiement en faveur de certaines activités
ayant pourtant bénéficiées des engagements budgétaires. Il a notamment fait état
des cas de rubriques essentielles à la formation à l’instar de l’« achat des livres »
ou de l’« acquisition des machines » ;
- sur la question de l’accumulation des arriérées, il a voulu savoir s’il existait
encore des restes à payer au titre des exercices 2017 et 2018.
 sur le rapport Financier.
- à la page 5, compte 610024 relatifs à la confection des cartes d’étudiants, la
validation étant de 00 FCFA, s’agit-il d’une recette indument perçue qu’il faille
restituer ;
- à la page 16, le compte 201010 présente des zéros supplémentaires erronés sur la
colonne « dotation finale ».

M. NGOLLE Yannick a relevé un écart significatif entre la programmation et


l’exécution du budget de l’ENSTP. Il a estimé que l’écart ainsi constaté était en grande partie
le fait de la recherche de l’équilibre budgétaire. Il a indiqué que l’une des conséquences
préjudiciables de cette approche managerielle était l’absence de mise en œuvre de certaines
activités pourtant essentielles. Il a préconisé à la Direction de l’ENSTP de ne pas se contenter
de gérer les équilibres budgétaires car, selon lui, cette démarche est par principe inefficace.
M. ONDOA Antoine a estimé que l’ouverture de la résidence des enseignants de passage
« Guest House » au grand public pouvait permettre de booster sa rentabilité et de générer des
recettes propres additionnelles.

12
M. VOUNDI Jacquinot a suggéré de procéder à une relecture du rapport financier afin de
d’élaguer certaines des coquilles décelées.
Dans la même veine, Madame la Présidente a attiré l’attention sur des probables
coquilles, notamment au tableau 3, du Rapport du Contrôle Financier et a proposé de les
élaguer. Sur la question du respect de l’équilibre budgétaire, elle a recommandé à la
Direction de l’ENSTP de faire montre de plus d’ambition.
Elle a donné la parole au Directeur de l’ENSTP pour d’éventuels éléments de
clarifications relativement aux observations formulées par les membres du Conseil.
Concernant les performances mitigées du recouvrement des appuis budgétaires en
investissement, le Directeur a expliqué qu’elles étaient dues en grande partie aux difficultés
inhérentes à la passation des marchés des structures annexes de l’ENSTP. Pour y remédier
Monsieur le Ministre des Travaux Publics, tutelle technique de l’ENSTP, a instruit l’extension
de la compétence de la Commission Interne de Passation des marchés de l’ENSTP à toutes
les structures de l’ENSTP.
Cette mesure laisse déjà entrevoir une amélioration significative du processus de
passation des marchés au titre de l’exercice 2020, seul le Centre des Métiers des Travaux
Publics d’Akonolinga continue de rester en marge du processus, malgré les multiples relances
qui ont été effectuées à son endroit.
En ce qui est concerne la sous performance au niveau du recouvrement des recettes de
fonctionnement, le Directeur de l’ENSTP a rappelé le report de l’ouverture des nouvelles
filières des masters spécialisés avait généré un important manque à gagner au niveau des frais
de scolarité attendus.

Relativement à l’absence d’engagement sur la ligne budgétaire dédiée à l’achat des


livres, le Directeur a expliqué qu’avec l’évolution technologique, la tendance est plus
favorable au recours aux versions numériques des manuels, d’où l’option prise en faveur de
la mise en place de la bibliothèque numérique projetée pour l’année académique 2021-2022.

Pour ce qui de la proposition de Monsieur ONDOA Antoine d’ouvrir la « Guest


House » au grand public afin d’optimiser sa rentabilité, le Directeur a rappelé que la vocation
première de cette infrastructure était d’accueillir les enseignants associés ou vacataires de
l’ENSTP lors de leur passage à Yaoundé et qu’il n’était pas encore suffisamment viabiliser
pour être ouvert au grand public.

Allant dans le même sens que le Directeur de l’ENSTP, Madame la Présidente du


Conseil a préconisé de s’assurer que toutes les conditions de viabilisation de la « Guest
House » soient réunies avant de l’ouvrir éventuellement au public.

13
Concernant le Complexe Sportif, une convention de location a été signée avec la
FECAVOLLEY. D’autres fédérations ont émis le souhait de rentrer dans le processus
d’agrément. La Direction de l’ENSTP tient toutefois à préserver l’affectation première du
complexe comme outil pédagogique.

Sur un tout autre plan, le Directeur a préconisé que l’ENSTP suive l’exemple des
grandes universités occidentales dont 60% des revenus sont générés par les travaux de
recherches initiés par les enseignants. Il pense que l’ENSTP peut leur donner l’opportunité de
monter des projets générateurs de revenus, à charge pour la Direction d’élaborer et de
soumettre à la sanction du Conseil de Direction une clé de répartition pouvant permettre
d’opérer la péréquation.

A la suite de ces échanges et sous réserve des corrections suggérées, les comptes de
l’exercice budgétaire 2019 ont été adoptés à l’unanimité des membres du Conseil de
Direction.

6. Présentation des projets d’arrêtés conjoints MINTP/MINESUP

En application des dispositions du décret n° 2016/426 du 26 octobre 2016 portant


réorganisation de l’Ecole Nationale Supérieure des Travaux Publics, trois projets d’arrêtés
conjoints MINTP/MINESUP ont été présentés au conseil pour validation.

Il s’agit de :
- l’arrêté conjoint MINTP-MINESUP portant création et fonctionnement du Conseil
des Professeurs de l’Ecole Nationale Supérieure des Travaux Publics ;
- l’arrêté conjoint MINTP-MINESUP portant création et fonctionnement du Conseil
de Discipline de l’Ecole Nationale Supérieure des Travaux Publics ;
- l’arrêté conjoint MINTP-MINESUP portant création et fonctionnement du Conseil
des Enseignements, des Etudes, de la Recherche et Scientifique de l’Ecole
Nationale Supérieure des Travaux Publics.

A la suite de la présentation faite par le Directeur de l’ENSTP et le Directeur Adjoint


chargé des études, Madame la Présidente a ouvert le débat pour recueillir des observations et
les commentaires des membres du Conseil.
Tout en reconnaissant l’importance de ces textes réglementaires pour le
fonctionnement de l’ENSTP, Monsieur ONDOA Antoine a déploré l’absence des notes de
présentation devant accompagner ces documents et permettre aux membres du Conseil de
mieux cerner leur encrage académique et juridique.

14
Il a par ailleurs préconisé de soumettre ces projets de texte à l’appréciation des
services compétents des tutelles technique et académique de l’ENSTP.
Madame la Présidente du Conseil de Direction et Monsieur le Représentant du
Ministre en charge de l’Enseignement Supérieur ont reçu mandat du Conseil à l’effet de
conduire la procédure de validation desdits textes.
7. Présentation des projets de Règlement Intérieur et de Charte de membre du Conseil
de Direction

Monsieur TCHOTELE Thomas, membre du Comité Ad Hoc chargé de l’élaboration


desdits projets, a présenté la structuration et le contenu des deux textes relatifs au règlement
intérieur et à la Charte de membre.
A la fin de cette présentation, les membres du Conseil ont suggéré de parler plutôt de la
« Charte de l’administrateur » en lieu et place de « Charte de membre ».
Monsieur ABOUNA ZOA Daniel Guy, Représentant du MINTP a relevé, au niveau de l’
article 5, que pour les membres du conseil, il n’est pas interdit d’avoir des liens d’intérêt (sous
forme de prestations intellectuelles par exemple) mais des « conflits d’intérêt ». Sur cette
base, il a proposé de clarifier « lien d’intérêt »et de le distinguer du« conflit d’intérêt ».

M. NGOLLE Yannick a suggéré de remplacer le libellé de l’article 8 « Efficacité et la


collégialité » par « la collégialité et la solidarité des membres » du Conseil.

8. Divers
A la préoccupation de M. CHEFOR MBAFOR WAZIBI relative à la prime de fin de
mandat, Madame la Présidente a révélé que même si celle-ci était prévue par les textes, elle
reste toutefois une option dont la situation financière actuelle de l’ENSTP ne permettait pas
d’activer.
Madame la Présidente a félicité la Direction pour la qualité des documents présentés et lui
a proposé d’élaborer une note de présentation pour chaque document soumis à l’examen du
conseil.
En rapport avec le calendrier académique, il est demandé à la Direction de l’ENSTP de
présenter prochainement un calendrier académique indiquant le début de l’année, la fin des
cours, la date des examens, la date des soutenances, la date de sortie solennelle, les dates
d’entrée et de sortie de chaque promotion de master.
Aux membres, Madame la Présidente a exprimé toute sa gratitude pour la sincérité et la
franchise au cours des échanges. En convoquant l’article 9 du décret n°2016/426du 26 octobre
2016, elle a invité les membres à faire, en tout temps, des propositions pour l’amélioration du
fonctionnement de l’ENSTP.

15
RECAPITULATIF DES RESOLUTIONS

Résolution N° 01/ CD / 22 /2020 du 27 août 2020 portant adoption des Procès verbaux des
20ème et 21ème sessions du Conseil de Direction

Résolution N° 02/ CD / 22 /2020 du 27 août 2020 portant adoption des comptes de l’exercice
budgétaire 2019 de l’ENSTP

Résolution N° 03/ CD / 22 /2020 du 27 août 2020 donnant mandat à la Président du Conseil et


au Représentant du MINESUP pour le suivi des projets d’Arrêtés conjoints MINTP-
MINESUP au Conseil des Enseignements, des Etudes de la Recherche et Scientifique, au
Conseil des Professeurs et au Conseil de Discipline de l’ENSTP.

Résolution N° 04/ CD / 22 /2020 du 27 août 2020 portant validation des Taux applicables au
frais d’enseignement et de coordination de la mise en œuvre de la convention entre l’ENSTP
et l’Université de Padoue.

Fait à Yaoundé,

Le Rapporteur La Présidente du Conseil de Direction

16