Vous êtes sur la page 1sur 223

ROYAUME DU MAROC

OFPPT Office de la Formation Professionnelle et de la Promotion du Travail


DIRECTION RECHERCHE ET INGENIERIE DE FORMATION

RESUME THEORIQUE
&
GUIDE DE TRAVAUX PRATIQUES

MODULE N°: 2 TRANSPORT ET LOGISTIQUE

SECTEUR : TRANSPORT
SPECIALITE : TECHNICIEN SPECIALISE
D’EXPLOITATION EN
TRANSPORT
NIVEAU : TECHNICIEN SPECIALISE

VERSION 1.1 JUILLET 2005

www.cours-ofppt.com
www.cours-ofppt.com
Résumé de théorie et Module 2 : Transport et Logistique
guide de travaux pratiques Version 1.1 Juillet 2005

Document élaboré par :

Nom et prénom EFP DR

ANGA Driss INFTR Grand Casablanca

www.cours-ofppt.com
OFPPT/DRIF 1
Résumé de théorie et Module 2 : Transport et Logistique
guide de travaux pratiques Version 1.1 Juillet 2005

SOMMAIRE

Présentation du module.................................................................................................7

RESUME THEORIQUE

PARTIE 1 – LE MONDE DES TRANSPORTS

CHAPITRE 1 – INTRODUCTION..................................................................................9
CHAPITRE 2 – LES ECHANGES INTRA ET INTER TERRITOIRES...........................16
I. Le rôle des frontières d’un pays.............................................................................16
II. Le rôle du transport comme vecteur de communication ........................................17
III. Le rôle du transport comme vecteur de déplacement humain ...............................18
IV. Le rôle du transport comme vecteur de développement d’un pays .......................19
CHAPITRE 3 – LA REGLEMENTATION DES ECHANGES ........................................20
I. La réglementation des échanges nationaux ..........................................................20
II. La réglementation des échanges internationaux ...................................................22

PARTIE 2 – LES MODES DES TRANSPORTS

CHAPITRE 1 – LES DIFFERENTS MODES DE TRANSPORT....................................24


I. Le transport routier ................................................................................................24
II. Le transport maritime.............................................................................................26
III. Le transport ferroviaire ..........................................................................................33
IV. Le transport aérien ................................................................................................37
CHAPITRE 2 – LES MOYENS DE TRANSPORT.........................................................44
I. Le transport routier ................................................................................................44
II. Le transport maritime.............................................................................................48
III. Le transport ferroviaire ..........................................................................................57
IV. Le transport aérien ................................................................................................70
CHAPITRE 3 – LES INFRASTRUCTURES LIEES AUX DIFFERENTS TYPES
DE MOYENS DE TRANSPORT .........................................................75
I. Les aéroports.........................................................................................................75
II. Les infrastructures ferroviaires ..............................................................................81
III. Les ports maritimes ...............................................................................................82
CHAPITRE 4 – ANALYSE COMPARATIVE DES MODES ET MOYENS DE
TRANSPORT .....................................................................................86

PARTIE 3 – LA LOGISTIQUE DES ECHANGES

CHAPITRE 1 – LA DEMARCHE LOGISTIQUE............................................................89


I. Définitions de la logistique .....................................................................................89
II. L’évolution de la fonction logistique .......................................................................90

OFPPT/DRIF 2
Résumé de théorie et Module 2 : Transport et Logistique
guide de travaux pratiques Version 1.1 Juillet 2005

III. La chaîne logistique...............................................................................................93


IV. Les techniques logistiques de base.......................................................................99
V. La logistique : une activité à forte valeur ajoutée...................................................102

CHAPITRE 2 – LES STRUCTURES DE STOCKAGE ET LES MATERIELS


DE MANUTENTION ...........................................................................104
I. Les matériels de stockage .....................................................................................104
II. Les entrepôts.........................................................................................................114
III. Les quais ...............................................................................................................115

CHAPITRE 3 – LES FONCTIONS PHYSIQUES DE L’ENTREPOSAGE .....................122


I. La préparation de commande................................................................................122
II. Les grands systèmes de préparation de commande .............................................131
III. Les documents administratifs utilisés en préparation des commandes .................136

CHAPITRE 4 – LA GESTION ECONOMIQUE DES STOCKS .....................................143


I. Les stocks .............................................................................................................143
II. La méthode ABC ...................................................................................................149

CHAPITRE 5 – LA GESTION DES FLUX D’INFORMATION LOGISTIQUE ................161


I. La logistique et les systèmes d’information ...........................................................161
II. La logistique et les nouvelles technologies............................................................164
III. Les tendances modernes en logistique .................................................................166

GUIDE DE TRAVAUX PRATIQUES


TP 1 : QCM.............................................................................................................173
Corrigé TP 1 : .........................................................................................................176
TP 2 : LES MOYENS ET LES CONVENTIONS DE TRANSPORT .......................177
Corrigé TP 2 : .........................................................................................................181
TP 3 : LE TRANSPORT FERROVIAIRE.................................................................184
Corrigé TP 3 : .........................................................................................................186
TP 4 : LE TRANSPORT AERIEN ...........................................................................188
Corrigé TP 4 : .........................................................................................................189
TP 5 : LE TRANSPORT MARITIME ......................................................................190
Corrigé TP 5 : .........................................................................................................191
TP 6 : LE TRANSPORT ROUTIER.........................................................................193
Corrigé TP 6 : .........................................................................................................194
TP N° 7 : LA METHODE ABC ................................................................................196
Corrigé TP 7 : .........................................................................................................198
TP N° 8 : STOCKAGE DES PALETTES.................................................................204
Corrigé TP 8 : .........................................................................................................205
TP N° 9 : LA PREPARATION DE COMMANDE ....................................................209
Corrigé TP 9 : .........................................................................................................211

Evaluation de fin de module....................................................................................213


Corrigé évaluation de fin de module .......................................................................216

Liste bibliographique ...............................................................................................221

OFPPT/DRIF 3

www.cours-ofppt.com
Résumé de théorie et Module 2 : Transport et Logistique
guide de travaux pratiques Version 1.1 Juillet 2005

MODULE 2 : TRANSPORT ET LOGISTIQUE

Durée : 119 heures


Théorie : 104 heures 30 soit 88 %
Travaux pratiques : 09 heures 30 soit 29 %
Evaluation : 03 heures soit 04 %

OBJECTIF OPÉRATIONNEL DE PREMIER NIVEAU


DE SITUATION

INTENTION POURSUIVIE

Acquérir la compétence pour :


positionner sa fonction dans le monde du transport et de la logistique et
expliquer son environnement professionnel
en tenant compte des précisions et en participant aux activités proposées selon le
plan de mise en situation, les conditions et les critères qui suivent

PRÉCISIONS

• Expliquer l’environnement du transport


• Expliquer le contexte économique du transport
• Expliquer le contexte réglementaire du transport
• Citer les modes de transport

PLAN DE MISE EN SITUATION

PHASE 1 : Information sur le monde du transport


• Discuter sur l’économie des transports
• Discuter sur les échanges intra et inter territoires
• S’informer sur la réglementation des échanges

PHASE 2 : Information sur les modes de transport


• S’informer sur les modes de transport
• S’informer sur les moyens de transport
• Discuter sur les avantages et inconvénients des différents modes et moyens
de transport

PHASE 3 : Information sur la logistique des échanges


• S’informer sur la logistique
• Discuter sur la nécessité d’une logistique d’entreprise

OFPPT/DRIF 4
Résumé de théorie et Module 2 : Transport et Logistique
guide de travaux pratiques Version 1.1 Juillet 2005

OBJECTIF OPÉRATIONNEL DE PREMIER NIVEAU


DE SITUATION (suite)

CONDITIONS D’ENCADREMENT :

• Faciliter les échanges par la technique des questions miroirs


• Donner des sources documentaires sur la logistique des échanges
• Donner des documents de synthèse sur le transport et la logistique
• Faire travailler thématiquement les stagiaires en sous-groupe

CRITÈRES DE PARTICIPATION :

PHASE 1 :

• Recueillir des données sur la réglementation des échanges


• Echanger sur le rôle du transport dans l’économie locale
• Discuter sur l’importance du transport dans l’économie nationale et
internationale

PHASE 2 :

• Observer les modes et moyens de transport au quotidien


• Citer les modes et moyens de transport observés
• Porter un jugement pertinent sur les avantages et inconvénients des modes
de transport
• Porter un jugement pertinent sur les avantages et inconvénients des moyens
de transport

PHASE 3 :

• Se documenter sur les échanges d’un pays


• Emettre un avis sur la pertinence d’une logistique des transports

OFPPT/DRIF 5
Résumé de théorie et Module 2 : Transport et Logistique
guide de travaux pratiques Version 1.1 Juillet 2005

OBJECTIFS OPÉRATIONNELS DE SECOND NIVEAU

L’APPRENANT DOIT MAÎTRISER LES SAVOIRS, SAVOIR-FAIRE, SAVOIR-PERCEVOIR OU


SAVOIR-ÊTRE JUGÉS PRÉALABLES AUX APPRENTISSAGES DIRECTEMENT REQUIS POUR
L’ATTEINTE DE L’OBJECTIF DE PREMIER NIVEAU TELS QUE :

Avant d’entreprendre les activités de chacune des phases :

1. Identifier les métiers du transport


2. Résumer les principes d’économie générale
3. S’informer sur les principes d’économie d’entreprise

Avant d’entreprendre les activités de la phase 1 :

4. Observer le fonctionnement des échanges d’une entreprise


5. S’informer sur la position d’une entreprise dans son marché
6. S’informer sur les bases de la réglementation des échanges au Royaume du
Maroc

Avant d’entreprendre les activités de la phase 2 :

7. S’informer sur les flux de marchandises


8. Observer les modes de transport
9. Observer au quotidien les moyens de transport

Avant d’entreprendre les activités de la phase 3 :

10. Expliquer la logique d’échange d’un pays


11. S’informer sur la logistique
12. S’informer sur la logistique des transports

OFPPT/DRIF 6
Résumé de théorie et Module 2 : Transport et Logistique
guide de travaux pratiques Version 1.1 Juillet 2005

PRESENTATION DU MODULE

COMPETENCE

Positionner sa fonction dans le monde du transport et de la logistique. Expliquer son


environnement professionnel.

PRESENTATION

C’est un module de compétence générale. Il est dispensé au début de la formation


parce qu’il est préalable aux compétences particulières dans lesquelles l’apprenant
utilisera ces connaissances.

DESCRIPTION

L’objectif de ce module consiste à développer les capacités de l’apprenant à


s’informer sur le monde du transport, sur les modes de transports et sur la logistique
des échanges.

CONTEXTE D’ENSEIGNEMENT

Activités d'apprentissage :
• Former des groupes de stagiaires
• Former des sous-groupes thématiques
• Proposer des sources documentaires
• Proposer un questionnaire de recherche documentaire

Activités d'enseignement :
• Remplir et compléter les questionnaires
• Expliquer les principes et problématiques de base du thème retenu
• Rédiger un rapport
• Rédiger une note de synthèse
• Expliquer la problématique et le rôle du transport dans les échanges

CONDITIONS D’EVALUATION

S’appuyer sur l’habileté de l’apprenant à rechercher et à exploiter les informations


professionnelles.

OFPPT/DRIF 7

www.cours-ofppt.com
Résumé de théorie et Module 2 : Transport et Logistique
guide de travaux pratiques Version 1.1 Juillet 2005

Module 2 : Transport et Logistique


RESUME THEORIQUE

OFPPT/DRIF 8
Résumé de théorie et Module 2 : Transport et Logistique
guide de travaux pratiques Version 1.1 Juillet 2005

PARTIE 1 - LE MONDE DES TRANSPORTS

CHAPITRE 1 – INTRODUCTION

Le transport, du latin trans, au delà, et portare, porter, est le fait de porter quelque
chose, ou quelqu'un, d'un lieu à un autre. Le transport est un élément fondamental
de toute l'activité humaine, qu'il s'agisse d'activité économique, de loisirs, de sport,
de secours ou d'action militaire. Les moyens de transports ont considérablement
évolué au cours de l'histoire de l'humanité. Cette évolution s'est fortement accélérée
au cours des XIXe et XXe siècles.

Transport

Trans : Au-delà Portare : porter

Le transport se réalise par la circulation de véhicules mobiles, généralement


motorisés, sur une installation fixe, l'infrastructure. La vitesse de circulation, très
variable, est en soi un facteur de risque, qui fait de la sécurité des transports un
enjeu important. Selon les modes de transport, la liaison entre véhicules et
infrastructure est plus ou moins étroite, les extrêmes étant le véhicule tout-terrain,
totalement indépendant, d'un côté, et la cabine de téléphérique, totalement liée à son
infrastructure, de l'autre.

OFPPT/DRIF 9
Résumé de théorie et Module 2 : Transport et Logistique
guide de travaux pratiques Version 1.1 Juillet 2005

L’économie des transport

Economie Politique

Economie Appliquée

Economie des Economie de l’énergie Economie de la santé


transports

Economie du Economie du Economie du


transport transport transport aérien
terrestre maritime

Economie du Economie du Economie du


transport routier transport maritime de transport aérien
lignes régulières de lignes
régulières

Economie du Economie du
Transport transport
ferroviaire d’affrètement

Le transport est un service :

1. Le transport est couramment classé comme une activité de service dans le


sens ou les caractéristiques du service s’appliquent au transport.
2. Le transport ne modifie pas les propriétés des objets auxquels il s’applique.
3. Le transport ne se stock pas et ne se transporte pas : Il doit être consommé
au moment où il est produit. La production du transport ne peut donc
s’organiser d’une façon séparée des produits ou des marchandises qui font
l’objet du transport.

OFPPT/DRIF 10
Résumé de théorie et Module 2 : Transport et Logistique
guide de travaux pratiques Version 1.1 Juillet 2005

Le transport est une activité industrielle :

1. Même s’il n’altère pas leur forme ou leur composition physiologique, le


transport transforme les produits auxquels il s’applique en modifiant leur
position dans le temps et dans l’espace.
2. Le transport a une valeur d’usage et une valeur d’échange et par conséquent
indifférent à sa localisation, le coût de production totale d’une quantité est la
somme du coût de fabrication et de coût de transport.

La marchandise du transporteur est non stockable, consommée au moment où elle


est produite, ce qui fait que le transporteur est en position d’exercer une activité de
service.
La production de transport n’est pas seulement un fait d’entreprise de transport. Une
part importante du trafic est assurée pour compte propre sans faire appel au marché
de transport, ce dernier n’est pas indépendant du transport produit hors marché
(transport pour compte propre), les chargeurs effectuent un arbitrage entre le faire et
le faire faire en transférant une partie du trafic pour compte propre vers le transport
pour compte d’autrui ou réciproquement.
Entre le chargeur et le transporteur, le rapport est non seulement commercial, il est
aussi un rapport de coopération productive directe, l’achat de transport suppose une
coordination effective entre le transporteur et le chargeur, les objets transportés et
les moyens de transport doivent être réunis de façon exacte dans le temps et dans
l’espace.
L’ajustement de l’offre et de la demande de transport doit être absolue, cet
ajustement n’est jamais parfait : des capacités de transport sont inemployées et/ou
immobilisées.
L’ajustement de l’offre et de la demande a donné naissance à toute une famille de
professions d’intermédiaires spécialisés (auxiliaires de transport).

Définition d’une entreprise :


Le but d’une entreprise est, avant tout, de fabriquer des biens ou fournir des services
pour satisfaire les besoins du marché. L’entreprise s’inscrit dans un contexte
relationnel économique CLIENT/FOURNISSEUR (l’entreprise jouant alternativement,
dans ce contexte, l’un et l’autre rôle).

Définition et généralités :

En économie, l’entreprise est traditionnellement définie comme étant « une


organisation économique, de forme juridique déterminée, réunissant des moyens
humains, matériels, immatériels et financiers, pour produire des biens ou des
services destinés a être vendus sur un marché pour réaliser un profit »(TOPDICO,
Hachette éducation).

On constate alors que l’entreprise d’un point de vue générique se distingue par :
• Son but : qui est l’essence même de son existence et qui est souvent
confondu avec la nature du bien ou service qu’elle produit.
• Les moyens qu’elle met en œuvre pour atteindre ce but : les objectifs de
l’entreprise déterminent les moyens humains, matériels, immatériels et
financiers qu’elle va engager pour produire.

OFPPT/DRIF 11

www.cours-ofppt.com
Résumé de théorie et Module 2 : Transport et Logistique
guide de travaux pratiques Version 1.1 Juillet 2005

• La recherche du profit : une entreprise ne peut exister que si elle crée de la


valeur ajoutée du fait même de sa fonction de transformation.

Mais limiter l’entreprise en tant que telle à sa simple expression économique, c’est
faire l’impasse sur un certain nombre d’aspects qui rendent d’autant plus complexe la
définition même de l’entreprise. Car celle-ci est aussi :
• Une entité autonome : lors de sa création, l’entreprise acquiert une
personnalité qui dépasse sa simple expression juridique. On attribue alors à
l’entreprise une terminologie qui lui confère souvent des caractéristiques
d’être vivant : une entreprise naît, grandit, meure, agit avec morale (entreprise
citoyenne…)
• Une entité qui modifie son environnement : par son action, une entreprise agit
et réagit à son environnement via notamment les externalités qu’elle produit
(pollution…). Elle change donc constamment pour s’adapter aux évolutions de
la sphère économique, sociale, juridique… dans laquelle elle évolue.
• Une organisation sociale : qui est le reflet des individus qui la composent et
qui poursuivent eux-mêmes des objectifs parfois différents de l’entreprise elle-
même. L’entreprise est alors au cœur des conflits sociaux, le lieu de
cristallisation des problèmes plus généraux de la société.
• Un système complexe car ouvert : l’entreprise est constamment en relation
avec un nombre important de partenaires vers lesquels (et à partir desquels)
elle échange des biens, des services, des hommes, des informations...

Au-delà de sa fonction première et essentielle qui est de produire un bien ou un


service, l’entreprise doit être vue comme une organisation complexe, crée et animée
par des hommes, ouverte sur son environnement et qui est en interaction perpétuelle
avec lui. Sans aller jusqu’à lui donner un caractère humain, l’entreprise en tant
qu’entité autonome doit alors s’analyser dans toute sa diversité. C’est ce que nous
allons tenter de voir dans les chapitres suivants.

Afin de réaliser ses objectifs, l’entreprise possède trois types de ressources :


1. Des ressources physiques,
2. Des ressources humaines,
3. Des ressources financières.

La première fonction d’une entreprise étant de produire un bien ou un service destiné


à satisfaire un besoin, il est alors aisé de classer les différentes entreprises selon la
nature de leur production.

Le concept de secteur d’activité :


La classification des entreprises selon la nature de leur production généralement
retenue amène à définir la notion de secteur d’activité.

Définition : un secteur d’activité regroupe les établissements de fabrication, de


commerce ou de service qui ont la même activité principale.

OFPPT/DRIF 12
Résumé de théorie et Module 2 : Transport et Logistique
guide de travaux pratiques Version 1.1 Juillet 2005

A la suite notamment des travaux de J.Fourastié, on distingue dans la nomenclature


traditionnelle trois secteurs d’activités :
1. Le secteur primaire : qui regroupe l’ensemble des entreprises agricoles ou
travaillant dans les domaines de l’extraction ou de l’exploitation forestière,
c’est à dire l’ensemble des entreprises ayant une activité principale
directement liée à l’exploitation des ressources naturelles.
2. Le secteur secondaire : qui regroupe l’ensemble des entreprises produisant
des biens économiques, c’est à dire l’ensemble des entreprises dont la
production provient d’une activité de transformation.
3. Le secteur tertiaire : qui regroupe l’ensemble des entreprises dont la fonction
est de fournir un service qu’il soit marchand ou non marchand, à destination
des entreprises ou des particuliers.

L’entreprise industrielle :

Elle a pour activité l’achat des matières premières, la transformation et la vente de


produit fini. Pour ce type de sociétés le choix du personnel est axé essentiellement
sur le rôle commercial de ce dernier, souvent on constate que les employés sont
des diplômés des écoles de commerce et de gestion et ont une vision plus ouverte
vers le client final.

L’entreprise commerciale :

Elle a pour principale activité l’achat et la vente de produits sans qu’ils subissent une
transformation. Pour ce genre d‘entreprise, l’activité est répartie sur plusieurs
segments comme l’industrie, l’achat de matières premières, la vente, la gestion et la
finance.

Donc on trouve un personnel de différentes spécialités souvent chapeautés par un


managérial qui a de l’expérience dans son domaine d’activité stratégiques.

L’entreprise de transport :

Les entreprises de transport sont souvent spécialisées dans un mode de transport


particulier : compagnie aérienne, entreprise ferroviaire, transporteur routier, etc.
Certains groupes se sont diversifiés et sont présents dans plusieurs modes, le plus
souvent routier et ferroviaire. Par exemple la RATP exploite un réseau de métro et
de RER (chemin de fer lourd), des lignes de tramway, et un réseau d'autobus
urbains, la SNCF s'est diversifiée, par son groupe dans le transport routier de
voyageurs (Kéolis) et de marchandises (Géodis).

On distingue également les exploitants (sociétés qui offrent les services de transport)
des gestionnaires d'infrastructure (sociétés d'autoroutes, gestionnaires d'aéroports et
de d'infrastructure ferroviaire). Certaines sont dites intégrées en ce sens qu'elles
gèrent à la fois les services et l'infrastructure : c'est le cas des compagnies de
chemin de fer aux États-Unis, à l'exception notable d'Amtrak (voyageurs), qui ne
possède pas son infrastructure.

OFPPT/DRIF 13
Résumé de théorie et Module 2 : Transport et Logistique
guide de travaux pratiques Version 1.1 Juillet 2005

Le rôle de l’entreprise de transport dans les échanges entre les entreprises :

Le transport est un facteur économique de production de biens et de services. Sa


fonction dans ce domaine est d'ouvrir les marchés aux produits et vice versa. Le
transport engendre le commerce, les échanges et vice versa. Un système de
transport efficace et des réseaux modernes amènent une spécialisation
géographique, une production à grande échelle, une augmentation de la compétition
et de la valeur du sol.

L'évolution des transports (développement et améliorations) a toujours été liée au


développement de l'activité économique et à la création d'emplois directs et indirects.

La construction de matériel de transport a évolué selon les modes en vigueur;


construction navale, ferroviaire, automobile et aérospatiale (aéronautique et
astronautique). Les transports sont aussi facteur économique de production de biens
et de services. Ils donnent une valeur ajoutée aux biens et services, ils permettent la
production à grande échelle, ils ont aussi un impact sur la valeur des terres (du sol)
et permettent la spécialisation géographique de certaines régions. Les transports
sont à la fois facteur et reflet de l'activité économique.

Le rôle du transport dans le développement économique social et humain:

Le rôle des transports est de circonscrire l'espace, ce qui crée des contraintes
physiques et humaines variées, telles que la distance, le temps, les divisions
administratives et la topographie. Cependant, ces contraintes peuvent seulement
être partiellement circonscrites. Ceci a un coût qui varie beaucoup en fonction des
distances impliquées et de ce qui est transporté.
Un trait particulier aux transports est qu'ils remplissent une demande de mobilité,
c'est-à-dire que les transports peuvent seulement exister s’ils déplacent des
passagers, des marchandises ou de l'information. Autrement, ils perdent leur sens
car les transports obéissent à une demande dérivée. Conséquemment, tout
mouvement a une considération spatiale.

Les entreprises multinationales, la mondialisation du commerce et la division


internationale du travail sont des forces modifiant et prenant avantage des
transports. En vue de ces attributs économiques contemporains, une part importante
de la différenciation spatiale de l'économie est liée à la localisation des ressources
(matières premières, capital, main d’œuvre, information, etc.) et la facilité à laquelle
elles peuvent être distribuées. Les services de transport sont établis pour distribuer
les ressources entre les lieux où elles sont abondantes et les lieux où elles
manquent, mais seulement si certaines contraintes peuvent être circonscrites. Nous
pouvons noter les tendances contemporaines suivantes illustrant l'importance
croissante des transports :

- Croissance de la demande : Le vingtième siècle, plus que tout autre, a vu une


croissance considérable de la demande de transport. Ceci est lié à une
multiplication du nombre de déplacements et à la variété des modes supportant la
demande de transport.

OFPPT/DRIF 14
Résumé de théorie et Module 2 : Transport et Logistique
guide de travaux pratiques Version 1.1 Juillet 2005

- Réduction des coûts : Même si plusieurs modes de transport ont de très hauts
coûts d'acquisition et d'opération (les navires et les avions commerciaux par
exemple), les coûts par unité transportée ont significativement baissé au cours
des dernières décennies. Ceci implique la possibilité de circonscrire de plus
grandes distances et de mieux exploiter les avantages comparatifs de l'espace.

- Expansion des infrastructures : Les deux tendances ci-dessus ont de toute


évidence accrue le besoin d'infrastructures de transport. Les routes, les ports, les
aéroports, les télécommunications et les pipelines ont accru considérablement
leurs aires de service tout en augmentant leur capacité. Les infrastructures de
transport sont donc une composante majeure de l'utilisation du sol.

Conséquemment, les transports ont un rôle important à jouer dans les nouvelles
conditions affectant les échelles globales, nationales, régionales et locales. Ils sont
un service lié aux activités socio-économiques des individus, des institutions et des
corporations au point qu'ils sont souvent invisibles pour le consommateur, mais
toujours partie de toute fonction économique.

OFPPT/DRIF 15
Résumé de théorie et Module 2 : Transport et Logistique
guide de travaux pratiques Version 1.1 Juillet 2005

CHAPITRE 2 - LES ECHANGES INTRA ET INTER TERRITOIRES

I. LE ROLE DES FRONTIERES D’UN PAYS

La géographie des transports s’intéresse aux mouvements, lesquels se déploient en


référence à la surface terrestre. Les caractéristiques de cette dernière imposent des
contraintes physiques majeures aux systèmes de transport quant au mode
pouvant être employé ainsi qu’à l’étendue et à la capacité du service. Parmi les
principales contraintes spatiales se retrouvent:

• La topographie consiste en la surface géologique ou encore l’ensemble des


caractéristiques du terrain d’une aire géographique. Elle comprend la topographie
qui décrit les composantes tant naturelles qu’artificielles ponctuant la surface
terrestre. Des composantes telles les montagnes et vallées ont fortement
influencé la structure des réseaux ainsi que le coût et la faisabilité des projets de
transport. A titre d’exemple, un gradient de pente prononcé disqualifie le passage
d’une voie ferrée et d’une autoroute ou encore la construction d’un champ aérien.
• L’hydrographie rassemble des composantes telles les rivières, lacs et océans.
L’hydrographie détermine l’étendue des voies navigables tout en imposant des
contraintes au transport terrestre sous forme de ponts et de détours. Plusieurs
éléments hydrographiques d’importance comme le Mississippi, le Saint-Laurent,
le Rhin ou le Yangtze furent l’objet d’une accumulation d’activités anthropiques
cherchant à extraire les avantages qu’offrent ces éléments en matière de
transport. Les ports tombent également dans la catégorie des infrastructures de
transport fortement régies par des facteurs hydrographiques.
• Le climat se définit comme l’ensemble des patterns de conditions
atmosphériques se déployant sur une région et sur de relativement longues
périodes et englobe des éléments tels la température, les vents et les
précipitations. Ses impacts sur les modes et les infrastructures de transport
varient de conditions d’opération inoffensives à hasardeuses. Les courants-jet
constituent une composante physique dont les transporteurs aériens
internationaux doivent tenir compte au sein de la mise sur pied de trajectoires
efficaces. En effet, pour un avion, la vélocité du vent peut affecter directement les
coûts de déplacements. Un vol peut se voir écourté de plusieurs heures lorsque
le vent souffle en direction de la destination de l’avion.
Une autre caractéristique de la surface terrestre à ne point négliger est sa
sphéricité. Celle-ci impose aux mouvements une géométrie spécifique, notamment
dans le cas des itinéraires internationaux. Les masses continentales quant à elles
tracent un espace maritime clairement défini se traduisant en une série de points de
passage obligatoire devant être respectés et circonscrits lorsque possible (les
canaux de Panama et de Suez en constituent des illustrations). En ce qui concerne
le transport aérien, la sphéricité de la terre impose également des routes cherchant à
minimiser les distances intercontinentales via des parcours passant par le grand
cercle terrestre.

OFPPT/DRIF 16

www.cours-ofppt.com
Résumé de théorie et Module 2 : Transport et Logistique
guide de travaux pratiques Version 1.1 Juillet 2005

L’espace géographique et les transports


Le concept de localisation est intimement lié à la géographie des transports, tout
comme à la géographie en général. Le poids du concept est issu foncièrement de
l’emplacement des ressources et de la distance. Il se résume sous six volets
principaux :
• La localisation géographique. Elle implique la position absolue selon un
système de référence (longitude, latitude) ainsi que la position relative qui, elle,
change avec le temps et suivant le développement des activités. Un endroit est
souvent donné en référence à un autre.
• Les attributs géographiques. Les attributs d’un endroit consistent en
l’ensemble des traits spécifiques lui étant propres dus à sa localisation mais aussi
à ses ressources. Une population peut être également considérée en tant que
ressource du fait de son degré de qualification et d’éducation ainsi que par les
rémunérations revendiquées par sa main d’œuvre.
• La distance est une mesure de la friction de l’espace. Cette dernière peut être
exprimée d’après plusieurs paramètres tels la longueur, la durée, le coût, l’effort,
la perception ou encore l’énergie utilisée.
• La relativité géographique. Tout endroit est relatif puisqu’il s’inscrit dans un
contexte plus vaste. L’importance d’un endroit varie selon son importance relative
vis-à-vis d’autres endroits de même que l’échelle à laquelle il est considéré.
• La notion de dynamique. La notion implique trois points incontournables.
D’abord, tout changement en un endroit affecte les endroits y étant liés. Ensuite,
si un nouveau lien est créé, l’importance des endroits rattachés changera
conséquemment. Enfin, quelle que soit la nature du changement, l’effet sera ou
positif ou négatif.
• La fixité. Les endroits sont stationnaires puisque de toute évidence ils ne
peuvent se mouvoir. Ceci cause des disparités car les conditions économiques,
sociales et politiques varient dans le temps et dans l’espace alors que la
localisation géographique demeure la même.

Le transport représente une des plus importantes activités humaines mondiales. Il


est indispensable dans l'économie et joue un rôle majeur dans les relations spatiales
entre lieux géographiques. Le transport crée des liens entre les régions et les
affaires, entre les populations et le reste du monde.

Le transport est un service qui intervient à plusieurs niveaux, touchant plusieurs


aspects de nos vies. Il a une grande importance à plusieurs points de vue.

II. LE ROLE DU TRANSPORT COMME VECTEUR DE COMMUNICATION

Jusqu’à une date récente, le transport a joué un rôle important étant la pierre
angulaire de la communication :

Les transports de courrier postal.


Le transport de documents.

OFPPT/DRIF 17
Résumé de théorie et Module 2 : Transport et Logistique
guide de travaux pratiques Version 1.1 Juillet 2005

La mobilité en général est une caractéristique fondamentale et importante de


l'activité humaine: elle est importante et omniprésente. Elle répond à un besoin
fondamental, celui de se déplacer pour aller d'un lieu à un autre en fonction de motifs
très variés et variables dans le temps. Toutes les sociétés (et à plus petite échelle,
tous les humains) ne possèdent pas le même niveau de mobilité. Les sociétés ou
individus jouissant d'une grande mobilité ont généralement plus de chance de se
développer que ceux n'ayant qu'une faible mobilité. On remarque alors que la
mobilité est un indice du développement des sociétés ou des individus. Une mobilité
réduite est un frein au développement, une grande mobilité s'avère un catalyseur du
développement.

Depuis toujours, les transports ont joué un rôle dans la localisation des activités. Le
contraire est aussi vrai; là où il y a une activité ou un intérêt, on a développé le
transport pour rendre ce lieu accessible. Certains systèmes de transport ont favorisé
la dispersion des hommes et des activités, d'autres leur concentration. Tous les
systèmes sont porteurs de spécialisation et de configurations spatiales.

III. LE ROLE DU TRANSPORT COMME VECTEUR DE DEPLACEMENT HUMAIN

Les transports facilitent les déplacements des citoyens qui désirent avoir accès aux
services de santé, de bien-être, aux événements culturels et artistiques. Ils façonnent
les villes, les régions en favorisant la mobilité des personnes. Ils ont un impact sur
toute la société (usagers, fournisseurs, entrepreneurs, gouvernements).

À chaque grande étape du développement des sociétés humaines, un mode de


transport a été conçu ou s'est adapté à l'évolution. Ainsi, la révolution industrielle des
années 1800-1850 est intimement liée aux développements et à l'implantation des
réseaux ferroviaires et maritimes :
• Phase mécanique : Utilisation des canaux, apparition du chemin de fer (permet
la diffusion du charbon et l'implantation d'industries), introduction du navire à
vapeur (régularité des lignes maritimes).
• Phase électromécanique : Adaptation du chemin de fer pour desservir les
premières concentrations urbaines, arrivée du pétrole et du moteur à explosion
(naissance de l'automobile).
• Phase électronique : Nouvelles capacités de contrôle et de maintenance; les
communications électroniques appuient la fonction transport.

La Révolution industrielle a contribué à polariser l'espace. Les réseaux de transport


en ont été les outils et plus particulièrement le chemin de fer. Le pouvoir économique
se mesure en partie à la puissance des armements mais aussi à la capacité des
réseaux de transport qui ont acquis alors une importance stratégique.

La fonction fondamentale des transports est d'ordre géographique, c'est-à-dire


faciliter les déplacements entre des points géographiques différents, depuis le 19e
siècle, l'objectif des planificateurs de transport était de couvrir la surface de la terre
par des voies de circulation.

OFPPT/DRIF 18
Résumé de théorie et Module 2 : Transport et Logistique
guide de travaux pratiques Version 1.1 Juillet 2005

Au 20e siècle, l'objectif est plutôt de sélectionner des itinéraires, de faire des choix
de modes de transport, d'augmenter la capacité des réseaux existants et de
répondre aux besoins de mobilité des personnes et des biens.

IV. LE ROLE DU TRANSPORT COMME VECTEUR DE DEVELOPPEMENT


D’UN PAYS

Les transports contribuent au développement économique par la création d'emplois


et par diverses activités qui en découlent. Ainsi un grand nombre d'emplois directs
(transporteurs, gestionnaires, manutentionnaires) et indirects (assurances,
emballage, entretien, agent de voyage, transitaire) sont liés à l'industrie du transport.
Les consommateurs prennent des décisions économiques sur les produits, les
marchés, les coûts, la localisation, les prix, qui sont elles-mêmes basées sur les
services de transport, leur disponibilité, leur coût et leur capacité.
Les transports touchent toutes les personnes et affectent leur bien-être économique,
leur sécurité et la qualité de leur environnement depuis toujours. Quand le système
de transport est déficient, il peut être source de frustrations et de pertes
économiques, de bien-être, de mobilité ou autres mais lorsqu'il est efficace et
performant, il fournit opportunités et bénéfices économiques, sociaux et plus. Les
transports ont aussi un coût social et environnemental à ne pas négliger.
• Spécialisation géographique : Chaque pays, État ou ville produit des biens et
services pour lesquels les capitaux, la main d’œuvre et les matières premières
sont les plus appropriées. Une zone se spécialise dans la production d'un bien ou
d'un service pour lequel elle possède les meilleurs avantages (ou les moins
grands désavantages) comparativement à une autre zone en autant qu'elle
puisse compter sur les transports comme outil d'exportation et d'importation.
• Production à grande échelle : Un bien ou un service produit efficacement peut
être demandé à de grandes distances du site de production. Cette production est
efficace seulement si les modes de transport sont efficaces, c'est-à-dire au
niveau du coût, du temps de transport et de la fiabilité des équipements en
présence (sécurité). La production de masse ou en série implique spécialisation
des tâches, transport important de matière première et d'énergie et distribution
des produits à grande échelle. Depuis quelques années, un nouveau concept a
fait son apparition le "just-in-time". Le transport y joue un rôle très important non
seulement dans la manutention des composantes et des produits finis mais aussi
dans la phase de production.
• Augmentation de la compétition : Lorsque le transport est efficace, le marché
augmente pour un produit (ou service); donc il y a ouverture des marchés aux
compétiteurs en offrant aux consommateurs d'un territoire, une gamme plus
vaste de produits et services (ce qui est bénéfique).
• Augmentation des valeurs du sol : Les terres qui sont adjacentes ou
desservies par de bons moyens de transport sont de plus grandes valeurs pour
certaines activités. En milieu suburbain, l'accessibilité accrue augmente la valeur
des terres. Les terrains près des aéroports et des autoroutes, donc près du bruit
et de la pollution, voient leur valeur diminuer sauf s'ils sont destinés à des usages
reliés à la fonction transport ou entreposage.

OFPPT/DRIF 19
Résumé de théorie et Module 2 : Transport et Logistique
guide de travaux pratiques Version 1.1 Juillet 2005

CHAPITRE 3 - LA REGLEMENTATION DES ECHANGES

I. LA REGLEMENTATION DES ECHANGES NATIONAUX

Pour réaliser son programme économique, l’entreprise doit conclure une multitude de
contrats qui s’enchaînent ou qui se conditionnent mutuellement.

L’expérience prouve qu’ils sont d’une grande diversité : à côté des contrats usuels,
classiques, ceux du code civil DOC et du code de commerce, d’autres contrats sont
apparus afin de répondre aux besoins toujours changeants de l’économie. La
pratique commerciale ne cesse en effet d’élaborer des conventions inédites, des
institutions originales qui mettent en forme les relations de toutes sortes,
économiques et financières.

Mais qu’ils soient anciens ou nouveaux, tous ces contrats sont soumis au droit
commun des contrats et des obligations conventionnelles tel qu’il résulte du DOC. En
effet, il n y’a pas de contrats commerciaux. Un contrat nommé est civil ou
commercial suivant les personnes qui les passent et le dessein qu’elles poursuivent
en contractant.

Il faut classer les contrats passés par un commerçant en trois catégories :

1. Ceux qu’il passe avec un autre commerçant pour les besoins de son
commerce.
2. Ceux qu’il passe avec ses clients non commerçants.
3. Ceux qui ne sont pas relatifs à l’exercice de son commerce.

Les contrats sont très nombreux dans la vie des affaires puisque la plupart des actes
d‘exploitation passe par eux. Ils s’ordonnent autour de trois activités économiques
auxquelles s’applique le droit des affaires : la production, la distribution et les
services.

Les contrats de fabrication d’un produit :

Il s’agit d’un contrat qui s’analyse comme une vente d’une chose future. L’industriel
applique le travail de ses ouvriers en y ajoutant des matières premières et vend
l’objet après achèvement, par exemple un navire. C’est alors un contrat d’entreprise
qui est au cœur de l’opération, c’est à dire, un louage d’ouvrage selon l’expression
utilisée par le D.O.C, qui consiste à exécuter un travail déterminé pour autrui.

Les contrats de distribution :

Les distributeurs sont des intermédiaires qui pratiquent l’acte de commerce par
excellence : l’achat pour revendre. Parmi les contrats de distribution, les principaux
sont constitués par la vente, le transport, la concession et la franchise.

OFPPT/DRIF 20
Résumé de théorie et Module 2 : Transport et Logistique
guide de travaux pratiques Version 1.1 Juillet 2005

La vente commerciale :

Ce sont les règles du D.O.C qui sont applicables à la vente commerciale car le code
de commerce ne consacre dans aucune de ses dispositions ce type de contrat. Le
titre du code de commerce consacré aux contrats commerciaux ne contient qu’un
seul texte, relatif à la preuve. Mais d’innombrables lois modernes, le plus souvent
impératives, réglementent des aspects particuliers du contrat de vente et comportent
autant de dérogations qui contribuent à renouveler le droit commun de la vente. Il en
est ainsi la loi n° 06-99 qui instaure le principe de la liberté des prix et de la
concurrence.

Le transport :

Le transport est un fait matériel de déplacement. C’est l’objet principal du contrat de


transport. C’est en effet une convention par laquelle le transporteur s’engage
moyennant un prix à faire lui-même parvenir une personne ou une chose en un lieu
déterminé.
Le contrat de transport est une variété de contrat d’entreprise. Il peut s’appliquer aux
voyageurs ou à des marchandises. Il peut être effectué par terre, mer ou par air.
Le code de commerce étend les règles du transport même à un non professionnel
qui se charge du transport de façon occasionnelle et à titre onéreux. Ainsi, la location
d’un véhicule avec chauffeur ne va pas à l’encontre des dispositions concernant le
transport.
L’objet du contrat de transport ne se limite pas uniquement à déplacer la
marchandise du magasin de l’expéditeur à celui du destinataire. A cette obligation
principale peuvent se joindre des opérations accessoires, telles que le chargement,
le magasinage, le déchargement, le dépôt chez un gardien en attendant que le
destinataire vienne prendre livraison de la marchandise. Toutes ces opérations ne
changent rien à la nature du contrat qui reste malgré tout un contrat de transport.
Ces opérations ne retrouvent leur autonomie que lorsqu’elles peuvent être
intellectuellement divisibles. Or, lorsqu’elles sont l’accessoire du contrat de transport,
elles continuent ce contrat, et même si ce n’est pas le transporteur qui les exécute,
c’est pour son compte qu’elles sont exécutées.

La concession :

La concession est un contrat qui permet une exploitation commerciale. Le contrat de


concession lie le fournisseur et des commerçants auxquels il confie la vente d’un
produit sous certaines conditions. Le concessionnaire met ainsi son entreprise de
distribution au service du concédant pour assurer exclusivement sur un territoire
déterminé la distribution de produits dont le monopole de revente est concédé. Le
concessionnaire est commerçant indépendant juridiquement, qui achète les
marchandises du fabricant et supporte seul le risque commercial de leur vente.

La franchise :

La franchise est une opération d’origine américaine, c’est un système de


commercialisation de produits ou de services ou de technologies, par lequel le
franchiseur accorde à ses franchisés le droit d’exploiter une entreprise en conformité
avec son concept. C’est une sorte de concession puisque le franchisé est un

OFPPT/DRIF 21

www.cours-ofppt.com
Résumé de théorie et Module 2 : Transport et Logistique
guide de travaux pratiques Version 1.1 Juillet 2005

commerçant indépendant et qu’il dispose d’un territoire exclusif pour exploiter


l’entreprise.

Ce peut être une méthode de travail, de commercialisation, de publicité, de


techniques expérimentées et éprouvées. Le régime juridique de la franchise a été
forgé par la pratique.

Le contrat de franchise est toujours un contrat écrit, mais dont la rédaction n’est pas
indispensable à sa validité, mais dont la précision des droits et obligations ainsi que
les responsabilités est indispensable. En outre, c’est le contrat qui trace la stratégie
du réseau de franchise et comporte l’indication de moyens nécessaires pour
atteindre la réalisation du concept de franchise.

II. LA REGLEMENTATION DES ECHANGES INTERNATIONAUX

Il existe des traités internationaux ou conventions internationales, qui constituent des


accords conclus entre Etats souverains et par lesquels sont fixés les règles
obligatoires pour des situations juridiques ou économiques qui posent dans les
rapports internationaux. Le but est d’uniformiser certains aspects des affaires et
échanges commerciaux, par exemple la vente des marchandises ou leur transport.
Le traité peut définir tout le régime applicable à une opération juridique donnée. Il en
est ainsi des conventions qui fixent les règles applicables aux transports
internationaux par mer (convention de Bruxelles du 25 août 1924 et Règle de
Hambourg de 1978), par air (convention de Varsovie du 12 octobre 1929) ou par
route (conventions de Genève du 19 mai 1956, dite CMR).

Le traité peut aussi poser des règles uniformes applicables dans les rapports
internationaux et nationaux : le cas le plus connu est celui de la convention de
Genève du 7 juin 1930 portant loi uniforme sur la lettre de change et le billet à ordre.

Une autre catégorie de traités comprend ceux qui mettent en place des organes
permanents qui, à leur tour, génèrent des règles de droit international.

Nous avons aussi des traités ayant pour but de faciliter les relations économiques et
les échanges entre Etats, certains revêtent une importance particulière.

Il s’agit en premier lieu des accords de Bretton Woods signé le 22 Juillet 1944, qui
ont abouti à la création du Fonds Monétaire International pour établir un système
multilatéral de paiements et lutter contre les restrictions monétaires entravant le
développement du commerce international. Ces accords ont aussi fondé la Banque
Internationale pour la Reconstruction et le Développement (BIRD).

Un autre accord, est celui concernant les tarifs douaniers et le commerce AGETAC
General Agreement on Tarifs and Trade GATT, signé à Genève le 30 octobre 1947
et entré en vigueur le premier janvier 1948.

Pour abaisser les droits de douane et régulariser les barrières commerciales non
tarifaires, sept accords ont été conclus dans le cadre du GATT à la suite de
négociations dites « rounds », puis aujourd’hui l’Accord de Marrakech du 15 avril

OFPPT/DRIF 22
Résumé de théorie et Module 2 : Transport et Logistique
guide de travaux pratiques Version 1.1 Juillet 2005

1994, mettant fin à l’Uruguay Round (1986 à 1994), a mis en place une nouvelle
organisation, l’Organisation Mondiale du Commerce OMC, chargée notamment :
• De mettre en œuvre et de faire fonctionner les accords et instruments
juridiques élaborés dans le cadre de l’Uruguay Round.
• D’être l’enceinte unique pour les négociations commerciales.
• De régler les difficultés entre Etats membres.
• De coopérer avec le FMI et la BIRD.

Afin d’aider les pays du tiers-monde, les Nations-Unies ont crée en 1964, la
Conférence des Nations-Unies pour le Commerce et le Développement CNUCED.
Le but de cette organisation est d’instaurer des relations commerciales
internationales plus équitables entre les pays industriels et les pays en voie de
développement. Elle a permis de conclure de nombreux accords. L’un des plus
connus est celui relatif au système des préférences généralisées par lequel les pays
industrialisés se sont engagés à consentir des préférences, sans réciprocité, aux
produits finis et semi-finis des pays en voie de développement.

OFPPT/DRIF 23
Résumé de théorie et Module 2 : Transport et Logistique
guide de travaux pratiques Version 1.1 Juillet 2005

PARTIE 2 - LES MODES DES TRANSPORTS


CHAPITRE 1 – LES DIFFERENTS MODES DE TRANSPORT

I. LE TRANSPORT ROUTIER

Le transport routier est devenu dans la seconde moitié du XXe siècle le mode
dominant de très loin le secteur des transports terrestres tant pour les voyageurs
(automobile et autobus) que pour les marchandises (camion). Il a dû son succès à
ses qualités de souplesse et d'adaptation à toutes les situations (porte à porte), au
progrès technique, ainsi qu'à l'extension et à l'amélioration considérable du réseau
routier, en particulier avec le développement des autoroutes. Ce développement
n'est pas sans poser des problèmes de sécurité, de congestion et de pollution.

Les avantages :

Les avantages du transport routier dans la région sont sensiblement les mêmes que
dans n'importe quelle autre partie du monde :
1. Les services de transport routier sont disponibles presque partout, que ce soit
pour desservir des villages de montagne, des localités de pêcheurs ou des
agglomérations à l’activité intense. Grâce à ces services, les clients disposent de
toute la latitude voulue pour choisir leur implantation et peuvent par conséquent
tirer parti de la logistique de pointe et des nouveaux systèmes de production et
d'entreposage.
2. Le transport routier peut s'adapter très rapidement et de façon très rentable à
presque n'importe quel changement quantitatif ou qualitatif au plan des
approvisionnements ou des marchés, ce qui permet aux clients de desservir des
marchés émergents de façon efficiente et de trouver de nouvelles possibilités
d’approvisionnement de grande qualité.
3. Malgré les divers obstacles auxquels il est confronté, le transport routier offre une
grande fiabilité en ce qui concerne les services en flux tendus. C’est le seul mode
de transport qui assure un véritable service de porte à porte, de l'usine du
fournisseur à la chaîne de montage du client ou au supermarché du coin de la
rue.
4. Le transport routier met à la disposition de ses clients des caisses et conteneurs.
5. Enfin et surtout, le transport routier offre les meilleures solutions à bas prix sur
n'importe quelle distance. Les camions peuvent en effet franchir de grandes
distances pour le transport international ou de courtes distances pour la logistique
urbaine.

Les avantages du transport routier reposent sur ses qualités :

• De souplesse (aucune contrainte horaire, mise en œuvre immédiate), en plus


de la souplesse d'adaptation grâce au transport porte à porte, sans rupture de
charge, et au transport combiné.
• De capillarité : un véhicule peut charger dans n’importe quelle commune pour
livrer n’importe quelle autre sans rupture de charge.

OFPPT/DRIF 24
Résumé de théorie et Module 2 : Transport et Logistique
guide de travaux pratiques Version 1.1 Juillet 2005

• De rapidité : délais relativement courts (grâce aux infrastructures routières et


aux procédures douanières allégées, comme le carnet TIR), même si la vitesse
de croisière est inférieure à celle du train, l’élimination de tout temps perdu au
chargement et au déchargement (respect des créneaux horaires pour le train et
l’avion) permet d’obtenir des temps totaux de transport très compétitifs pour les
distances moyennes de 600 Km.
• La fiabilité et le suivi du transport. Les systèmes de repérage des camions et
les moyens radio de communication permettent à tout moment de connaître la
position du chargement, ce qui permet au chargeur et au client de réagir en
temps réel en cas de modification de programme.
• Gamme de services très étendue comme le groupage, le fret express, le
cabotage,...
• Rapport vitesse/prix avantageux.
• Possibilité de transporter par conteneur, d’où la possibilité de réaliser du
transport combiné (rail / route) ou multimodal (fluvial ou maritime / route).

Aujourd’hui on assiste à une externalisation de l’activité du transport. Peu


d’entreprises manufacturières ou de distribution possèdent leur propre parc.

Les inconvénients :

• Les méfaits de l’immigration clandestine (avaries et pertes de marchandises,


retards de livraison, etc.) entraînant la fuite de la clientèle des opérateurs
marocains,
• L’atomicité des entreprises marocaines et leur faible nombre,
• La domination du secteur informel,
• La vétusté du parc,
• La sécurité et les délais sont dépendants des régions parcourues et des
conditions climatiques,
• La dépendance de l’infrastructure et du réseau routier,
• La croissance fulgurante de la consommation de produits pétroliers, pollution
accrue, engorgements et multiplication des accidents de la route.

A tout seigneur, tout honneur : la route est le mode de transport incontournable au


Maroc, que ce soit pour acheminer des marchandises ou des personnes. Le
transport routier joue un rôle dominant à l’intérieur du Maroc : le transport intérieur
réalise 75% des flux de transport de marchandises.

Avec plus du quart de la production de service, le transport routier est aujourd’hui le


principal mode d’acheminement de marchandises au Maroc.

Compte propre et compte d’autrui. La particularité de ce moyen de transport est


qu’il fait appel à deux types d’intervenants : d’une part, les entreprises industrielles
ou artisanales qui possèdent leurs propres flottes de camions et acheminent leurs
marchandises : ce qu’on appelle le transport pour compte propre ; d’autre part, les
entreprises qui transportent les produits des autres : il s’agit du compte d’autrui.

Le parc de transport intérieur de marchandises est évalué à 84.000 véhicules dont


70.000 camions légers, 6.000 véhicules de transport pour compte d’autrui (avant la

OFPPT/DRIF 25

www.cours-ofppt.com
Résumé de théorie et Module 2 : Transport et Logistique
guide de travaux pratiques Version 1.1 Juillet 2005

libéralisation du marché ce parc était soumis aux agréments délivrés par la


commission des transports et affrétés par l’Office National du Transport (O.N.T),
auquel était dévolu le monopole d’affrètement) et 8.000 pour le transport pour
compte propre (parc intégré par les chargeurs aux activités agricoles, industrielles et
commerciales pour réaliser le transport des marchandises qui leurs sont propres).

Une pléthore de petites entreprises. Autre aspect spécifique du secteur : la forte


atomicité des entreprises (85% ont moins de deux véhicules), ce qui, en l’absence
d’une réglementation anti-dumping, a plongé le marché du transport routier de
marchandises dans une situation de concurrence prédatrice acharnée.

Les mesures prévues dans le contrat programme 2003-2006 entre le Ministère de


l’Equipement et du Transport et la Fédération Nationale du Transport Routier (FNTR)
visent à atténuer puis à supprimer les effets pervers de la régulation par le marché.
Ce contrat programme est dicté par l’approche de l’échéance de l’entrée en vigueur
de la Zone de Libre Echange ente le Maroc et l’Union Européen (UE) en 2010.

Un mouvement de concentration. On assiste, actuellement, à un groupement


d’entreprises face à la nécessité pour elles d’atteindre une taille suffisante pour
répondre à la demande de gros clients et satisfaire au mieux les exigences du
marché. Les observateurs et les professionnels soulignent, d’ailleurs, que ceci
pourrait contribuer à un meilleur respect des réglementations sociales comme de la
sécurité. Parfois, ces aspects sont peu respectés et plutôt mis à mal par les délais de
livraison imposés. Ainsi, devenir un interlocuteur de taille donne plus de poids au
transporteur face aux grandes entreprises et contribue à un équilibre entre les
impératifs de l’un et les contraintes de l’autre.

Un secteur multiforme. Une des particularités est aussi de faire appel à différents
types de commandes, à des spécialités et des équipements spécifiques : on ne
transporte pas de la même façon les produits frais qui doivent impérativement rester
à une température constante et les produits chimiques ou les produits dangereux. On
distingue également l’envoi par lot du groupage ou de la messagerie :

- Le lot complet consiste à envoyer une seule marchandise (généralement de


grands volumes ou de gros tonnages) à un client unique.
- Le groupage, lui, prend en charge plusieurs marchandises de plus petites tailles
à répartir auprès de différents clients.
- La messagerie fait appel à une organisation plus complexe des plates-formes
pour être ensuite redistribués via des lignes régulières. Il est à noter que le
marché de la messagerie et de l’express (livraison sous 24 heures) est en cours
de concentration.

II. LE TRANSPORT MARITIME

Le transport maritime est lui très ancien et reste vital pour le commerce international
et les échanges massifs (notamment pétroliers) à longue distance. Il est aussi très
important pour les échanges à courte distance (cabotage) dans les régions bien
irriguées par les mers, notamment en Europe.

OFPPT/DRIF 26
Résumé de théorie et Module 2 : Transport et Logistique
guide de travaux pratiques Version 1.1 Juillet 2005

Le transport maritime distingue deux intervenants qui participent au contrat de


transport : le chargeur et l'armateur.
Le chargeur, représente la marchandise. Ce peut-être l'expéditeur réel, un
mandataire de celui-ci (transitaire) ou le destinataire de la marchandise.
L'armateur (compagnie maritime) représenté en général par un agent.

Le chargement de la marchandise peut s'effectuer sur deux types de navires :


Les navires spécialisés dans un type de marchandise : les vraquiers, pétroliers
ou céréaliers, les navires polythermes destinés au transport de denrées
périssables.
Les navires non spécialisés tels que les cargos conventionnels qui disposent de
leurs moyens de manutention. Les portes conteneurs adaptés au volume des
conteneurs. Les navires rouliers équipés d'une rampe arrière permettant la
manutention de tous les types de marchandises. Cette technique de roulage est
aussi appelée la technique RORO : (roll on-roll off). Les navires mixtes RORO +
conteneur combinent l'intérêt du conteneur avec celle du roulage. Les portes-
barges destinées au transport combiné fluvial/maritime.

La conteneurisation quant à elle, est considérée comme un cas particulier. Le


conteneur est la solution technique la plus appropriée, car elle permet les coûts les
plus bas, malgré quelques contraintes.

Il existe quatre types d'expéditions par conteneurs :

FCL/FCL (FCL=Full Container Load=Conteneur complet)


L'entreprise met elle-même sa marchandise dans le conteneur, le scelle et il est
livré directement chez le client sans être ouvert (sauf contrôle douanier).

LCL/LCL (LCL= Less than a container load= groupage dans un conteneur)


Si les envois sont insuffisants pour remplir un conteneur, l'entreprise livre ses
marchandises à un centre de groupage. Elles sont conteneurisées avec d'autres
à destination d'un même port où elles sont dégroupées et remises au client.

FCL/LCL
Plusieurs lots sont prévus pour une même destination. L'entreprise les charge, le
conteneur est acheminé au port de chargement. A l'arrivée au port de
déchargement, on procède au dégroupage des marchandises qui sont mises à
la disposition des réceptionnaires.

LCL/FCL
A l’import, l'entreprise a des livraisons d'origines diverses. Les fournisseurs les
livrent au même centre de groupage puis ensemble au domicile du client.

Le contrat de transport maritime:

Le transport maritime peut entrer dans le cadre de 2 types de contrats :


Soit un contrat de transport, c'est à dire que le chargeur s'engage à payer un
fret déterminé, et le transporteur à acheminer la marchandise d'un port à un
autre.
Soit un contrat d'affrètement par lequel les contractants conviennent de la
location d'un navire pour une période de temps déterminé.

OFPPT/DRIF 27
Résumé de théorie et Module 2 : Transport et Logistique
guide de travaux pratiques Version 1.1 Juillet 2005

Concernant les parties au contrat :


Le chargeur doit présenter sa marchandise en temps et lieu fixé. La prise en charge
est très importante puisqu'elle ouvre la période contractuelle couverte par les règles
de transport. L'armateur prend en charge la marchandise pour la transporter.
L'armateur est presque toujours représenté par son agent. Le transporteur délivre le
document de transport maritime : Connaissement Maritime = Bill of Lading.
Le connaissement maritime est considéré comme la preuve du contrat passé entre le
chargeur et le transporteur. C'est une pièce de justification, il représente la
marchandise.
Dans le cadre d'un crédit documentaire, le nom de l'expéditeur réel doit figurer
clairement et la date d'émission peut être essentielle. La mention "on board" est
obligatoire pour prouver le chargement. Le connaissement doit de plus être signé par
le transporteur. La mention "clean" est appréciée, celle-ci certifie la prise en charge
des marchandises net de réserves.

La tarification :

Les conférences maritimes (accords entre les compagnies maritimes) fixent les
règles de tarification.
Le fret de base : le fret de base est fonction de la classe de marchandise et de la
masse ou du volume avec équivalence :
1 tonne = 1 m3. Un minimum de taxation est prévu pou les petites expéditions et des
règles particulières s'appliquent à certaines marchandises. Le fret maritime est établi
en unité payante (UP). Cette unité payante est la tonne ou le volume à l'avantage du
transporteur.

Les avantages :

- Diversité et adaptation des différents types de navires, Ce mode de transport est


également caractérisé par sa capacité à acheminer des grandes quantités de
marchandises, des colis lourds et encombrants. Par exemple certains navires
assurent l’acheminement de cargaisons équivalentes à l’utilisation de 5 000
véhicules pour assurer la même fonction.
- Utilisation très répandue du conteneur qui permet de diminuer le nombre de
ruptures de charge et réduit le coût de la manutention.
- Taux de fret avantageux. Le transport maritime est le moins coûteux et le mieux
adapté pour les transports de produits lourds et volumineux (céréales,
hydrocarbures, fruits, etc.)
- Possibilités de stockage dans les zones portuaires.
- De nombreuses zones géographiques peuvent être desservies : Le transport
maritime est un transport permettant de relier le plus souvent deux continents.
Ainsi la plupart des transports maritimes s’inscrivent dans le cadre de relations
commerciales entre deux nations et, par conséquent, nécessitent une bonne
maîtrise des termes de ventes internationaux (INCOTERMS).

Les inconvénients :

- Délais importants.
- Certaines lignes ne transportent pas de conteneurs.
- Assurances et emballages plus onéreux.

OFPPT/DRIF 28
Résumé de théorie et Module 2 : Transport et Logistique
guide de travaux pratiques Version 1.1 Juillet 2005

- Souvent exposés aux intempéries, aux différences de température entre les


destinations, les navires parcourent le monde par tous temps et sont
habituellement exposés aux risques de la mer. La nécessité de recourir à des
emballages spécifiques s’avère parfois nécessaire.
- Les navires se déplaçant sur l’eau, leur consommation en énergie est moindre par
rapport à d’autres modes. Cela en fait un atout à la fois écologique et financier.
Cependant, de telles masses ne peuvent se déplacer qu’avec lenteur.

Le transport maritime joue un rôle vital dans le développement économique du


Maroc, la quasi totalité du commerce extérieur Marocain s'effectue par voie maritime.

En effet, la marchandise transportée choisit la chaîne dont le coût global de bout en


bout est le moins élevé, en incorporant en terme financier des éléments qualitatifs
tels que la durée, la régularité, la fiabilité du transport et la conservation du produit
transporté.

Toutefois on n’a pas moins intérêt à faire en sorte que le coût du transport maritime
soit le plus faible possible. On doit pour cela, réaliser le niveau d'équipement qui
permet d’optimiser le coût de port à port. Pour avoir ce niveau, il faut adopter un
mode d'exploitation qui minimise les coûts portuaires et ceci bien sûr avec l’aide de
l’Etat. Or, le coût à prendre en considération, c’est celui qui est supporté par la
marchandise, qui constitue le véritable client du port : le coût est constitué par la
somme des prix demandés aux chargeurs pour les services rendus directement ou
indirectement au trafic.

Aussi, il faut prendre en considération les frais portuaires qui sont très élevés, sans
oublier la taxe de la traversée du détroit, considérée comme étant la plus élevée au
monde en comparaison avec les autres taxes. Elle représente une fraction
significative du coût du transport maritime. Dans le coût de passage, celui de la
manutention est majoritaire par ses divers produits exportés de la région. En fait elle
constitue un handicap majeur pour le transport maritime.

On peut aussi, recenser d'autres limites à ce dernier :

- La vétusté de la flotte nationale, et son insuffisance pour le trafic maritime: avec


de vieux navires on ne peut guère dire compétitif sur les délais ni sur la qualité de
la marchandise transportée. Mais le problème le plus marquant, c’est que ces
navires ne sont pas renouvelables.
- L'absence d'infrastructure d'accueil, du fait qu'on ne possède pas d'entrepôts
frigorifiques sur place, capables de supporter tous les produits destinés à l'export.
- La mauvaise circulation de l'information, qui a des retombées très graves sur la
compétitivité des produits, sur les délais et sur les coûts du fait qu'on assiste à
une mauvaise rotation, à une grande file d'attente des navires sur les quais (une
attente par exemple d’une journée pour un bateau coûte pour le chargeur environ
50 millions de centimes).

Dans le cadre de la mondialisation des échanges et de l'interpénétration toujours


plus forte des économies, les transports maritimes jouent un rôle essentiel, en raison
des masses de marchandises transportées et de leur coût très attractif sur de
grandes distances.

OFPPT/DRIF 29
Résumé de théorie et Module 2 : Transport et Logistique
guide de travaux pratiques Version 1.1 Juillet 2005

Dans les années 1990, les transports maritimes représentent, en effet, les trois
quarts du volume du commerce mondial et les deux tiers de sa valeur. Les
révolutions technologiques, depuis le simple cabotage réalisé le long des côtes
méditerranéennes durant l'Antiquité, ont été considérables, surtout depuis la
Seconde Guerre mondiale.

D'abord à voile, la navigation a été bouleversée par l'apparition de la machine à


vapeur (charbon, puis fuel). Le transport a ainsi pu s'affranchir de l'obstacle de la
distance transocéanique ainsi que de l'orientation préférentielle des vents, tout en
gagnant en rapidité, en confort et en sécurité. Les navires ont vu leur taille
augmenter progressivement et leurs fonctions se spécialiser : paquebots (destinés
aux croisières des passagers), pétroliers, méthaniers, porte-conteneurs, bananiers,
minéraliers, etc.

Les porte-conteneurs se sont progressivement substitués aux vraquiers et aux


cargos polyvalents à partir de la fin des années 1950, en apportant une véritable
révolution en matière de manutention et de productivité, au point de représenter
actuellement environ deux tiers de la valeur des échanges maritimes.

Compte tenu de la lenteur de la navigation maritime, ce sont naturellement les


marchandises qui constituent l'essentiel du trafic. Quant au trafic de passagers, qui a
connu son heure de gloire à la veille de la révolution aéronautique, il est depuis le
début des années 1980 l'objet d'un retour en grâce, dû a l'essor du tourisme, et
suscite la construction de paquebots modernes. À la différence des transports
terrestres, les réseaux ne sont pas matérialisés spatialement par des infrastructures.

En revanche, la carte des principaux flux maritimes met en évidence l'existence de


lignes régulières empruntées par les grandes compagnies, qui respectent des dates,
des horaires et des itinéraires, et qui appartiennent à des conférences maritimes.

Certains espaces maritimes concentrent un flux exceptionnel de navires : la Manche,


mer la plus fréquentée au monde ; détroits stratégiques (détroits d'Ormuz, de
Malacca, de Bab El-Mandeb, de Gibraltar, etc.) ; ou encore débouchés de canaux
gigantesques et transcontinentaux (Suez et Panama). Parallèlement subsiste la
navigation au coup par coup, motivée par la seule recherche du fret (tramping).
D'abord centrés sur l'Atlantique, les flux se sont progressivement étendus à tous les
océans du globe et devraient connaître au XXIe siècle une véritable explosion dans
le Pacifique, grâce à l'essor de l'Asie du Sud-Est. Cependant, les flux maritimes
restent encore centrés sur l'Europe (27 % du trafic mondial), l'Asie (26 %), tandis que
l'Amérique du Nord n'en représente que 16 %.

LE FRET MARITIME :

Toutes les marchandises peuvent être transportées par mer. On effectue une
distinction des marchandises selon plusieurs grandes catégories : marchandises en
vrac, marchandises manufacturées,...
Cela permet d’y associer des emballages spécifiques. De plus, chaque type de
navire est spécialisé par catégorie de marchandises.

OFPPT/DRIF 30
Résumé de théorie et Module 2 : Transport et Logistique
guide de travaux pratiques Version 1.1 Juillet 2005

Les marchandises en vrac : ces marchandises ne sont pas conditionnées, ni


emballées. Elles sont chargées directement à bord des navires conçus à cet effet.
On distingue les vracs liquides, les vracs solides et les vracs gazeux.

• Les vracs liquides


La plus grande part du trafic mondial par voie maritime est réalisée par le transport
de vracs liquides. Les marchandises transportées sont essentiellement le pétrole
brut, les dérivés du pétrole, les huiles et les produits chimiques.

La plupart des navires transporteurs de vracs liquides (tankers) sont de grande


capacité et leur tirant d’eau est tel qu’ils ne peuvent franchir tous les ports ni certains
canaux tel que le canal de Suez.

On remarque que la quasi-totalité des produits ainsi transportés sont classés dans la
catégorie des marchandises dangereuses et nécessitent le respect de normes de
sécurité nationales et internationales.

• Les vracs solides


Ce sont essentiellement des minerais (fer, chrome, cuivre, zinc, manganèse,
charbon, coke...), les céréales en grains (maïs, orge, soja, blé) ainsi que les produits
pulvérulents et/ou chimiques (phosphate, soufre, potasse, ciment).

• Les gaz liquéfiés


Ils sont soumis à d’importantes contraintes de sécurité liées à leur degré de danger:
Explosion, inflammabilité... Afin de les transporter, ils sont maintenus sous fortes
pressions et stockés en petites quantités à l’état liquide dans des récipients
spécialisés de type conteneurs. Ils sont maintenus à l’état liquide à des températures
différentes. On les classe en deux catégories : les Gaz de Pétrole Liquéfié (GPL) et
les Gaz Naturels Liquéfié (GNL). Parmi les GPL, on retrouve des marchandises
comme l’ammoniac transportée à - 31 °C, le butane à + 5 °C ou le propane à - 40 °C.
Parmi les GNL, on trouve notamment le méthane transporté à - 170 °C.

Les navires qui les transportent sont très spécialisés et les ports qui les accueillent
sont équipés de moyens de manutention très spécifiques permettant de reliquéfier
des produits gazeux ou de détendre des produits liquéfiés. Ces opérations
nécessitent le respect d’importantes normes de sécurité et de contraintes
techniques.

Les marchandises conditionnées : Les produits manufacturés sont conditionnés


sous diverses formes. Selon la nature de l’emballage, le transport maritime se fera
sur des navires différents. Les produits manufacturés sont généralement transportés
sur palettes et mis en conteneurs, parfois enfermés dans des remorques, ou en
sacs, balles, fûts, cartons, caisses...

• Les marchandises sur palettes


La charge palettisée est l’ensemble constitué de la palette et de la charge qu’elle
supporte. Les palettes peuvent être de plusieurs dimensions. Les plus répandues
sont la palette Europe dont les dimensions sont 120 cm x 80 cm x 15 cm et la palette
ISO soit 120 cm x 100 cm x 15 cm. Ces palettes sont d’ailleurs des standards

OFPPT/DRIF 31

www.cours-ofppt.com
Résumé de théorie et Module 2 : Transport et Logistique
guide de travaux pratiques Version 1.1 Juillet 2005

internationaux. Il existe également des palettes répondant à d’autres dimensions et


souvent, leur structure est plus fragile mais leur coût d’achat est moindre ; de plus
elles sont très souvent non récupérables.

La palette ISO offre plusieurs combinaisons pour une disposition au sol. Ainsi pour
une longueur de 240 cm, il est possible de combiner soit 3 largeurs de palettes ISO,
soit deux longueurs. Ces combinaisons s’avèrent très utiles lors de la conception de
plans de chargement. On remarque que la plupart des camions disposent d’une
largeur intérieure légèrement supérieure à 240 cm permettant ainsi d’optimiser
l’espace disponible.

Le poids des charges palettisées est variable, une palette peut recevoir entre 800 et
1 000 kg de marchandises. Le poids d’une palette est d’environ 25 kg pour une
palette ISO et de 35 kg pour une palette Europe. Le volume chargé est limité le plus
souvent aux dimensions de la palette en ce qui concerne la largeur et la longueur. La
hauteur moyenne des palettes est de 120 cm, ce qui n’exclut pas les palettes dont la
hauteur peut atteindre 200 cm voire plus. Cependant, dans de tels cas, la répartition
du poids est très importante car la stabilité de la palette au sol est moindre.

Les marchandises sur palettes sont généralement sanglées, filmées ou attachées à


l’aide de feuillards.

• Les conteneurs
Un conteneur (en anglais «container») est un emballage permanent, résistant,
réalisé pour des manutentions répétées et particulièrement adaptées pour les
transports avec une ou plusieurs ruptures de charge.

Il est composé d’un plancher, de 4 montants verticaux très résistants permettant le


gerbage de 9 conteneurs. Les 8 pièces d’angle sont standardisées et permettent de
fixer le conteneur sur un camion, sa manutention par des engins spéciaux conçus à
cet effet : portiques, chariots porte conteneurs que l’on retrouve dans les gares
ferroviaires importantes, dans les terminaux à conteneurs sur les principaux ports.

Les pièces d’angle permettent l’utilisation de crochet, de manilles, de verrous...

Le conteneur est souvent équipé d’un toit, de parois et d’une porte. Ses dimensions
les plus courantes sont de 20 et 40 pieds de long pour une largeur de 8 pieds. En
mètre, les dimensions courantes sont donc de :

6,058 x 2,438 x 2,591 pour les 20 pieds (noté 20’)


12,192 x 2,438 x 2,591 pour le 40’.

Leur masse brute maximale est respectivement d’environ 20 et 30 tonnes.

Il existe plusieurs types de conteneurs en fonction de l’usage qui leur est demandé.

• Les marchandises sur remorque


Elles sont assimilées aux conteneurs mais leur manutention est principalement
horizontale.

OFPPT/DRIF 32
Résumé de théorie et Module 2 : Transport et Logistique
guide de travaux pratiques Version 1.1 Juillet 2005

• Les marchandises en sacs, balles, fûts, cartons, caisses...


Elles sont de préférence mises en conteneur afin de faciliter leur manutention et
limiter les risques de dommages. Ces types d’emballage sont parfois
incontournables notamment pour desservir des destinations où les ports ne sont pas
équipés de portiques à conteneurs ou lorsque les marchandises sont trop lourdes ou
trop volumineuses pour être mises en conteneur. Cela pose évidemment des
difficultés de manutention.

Les marchandises sont également très souvent levées par des grues, ce qui
nécessite d’élinguer les marchandises et donc là encore la main d’œuvre est très
importante. Outre un surcoût, ces opérations nécessitent plus de temps que la
manutention de conteneurs.

III. LE TRANSPORT FERROVIAIRE

A l'heure actuelle, face aux conséquences, souvent désastreuse, des atteintes que
l'espèce humaine porte à l'environnement, une prise de conscience de plus en plus
généralisée au niveau de la planète peut être fort heureusement constatée. En effet,
la menace pour l'équilibre de la nature est préjudiciable à la vie sur cette planète.

C'est pourquoi, la protection de l'environnement occupe, désormais, une place de


taille dans la mise en place des stratégies de développement futur, et des initiatives
sont, dores et déjà, prises en vue de défendre le droit inaliénable à un
environnement préservé.

Bien entendu, parmi les nuisances les plus graves portées à l'environnement figurent
celles engendrées par le transport notamment routier. De sa part, le mode ferroviaire
est affiché comme étant le moyen le plus respectueux de l'environnement.

Les avantages du transport ferroviaire :

Le rail refait bien aujourd'hui surface et fait valoir ses qualités intrinsèques
notamment en tant que mode de transport le plus économe pour la collectivité en
matière de consommation d'énergie et le mode qui porte des atteintes minimales,
pour ne pas dire inexistantes, à l'environnement. Ces points forts sont en réalité les
fruits des atouts indéniables propres à la technique ferroviaire elle-même qui accorde
une attention particulière aux différents aspects liés au respect de l'environnement, à
savoir :
1. La sécurité,
2. L'économie de l'espace,
3. La consommation d'énergie,
4. La pollution atmosphérique,
5. Le bruit et les nuisances,
6. L'impact de l'infrastructure sur la faune et la flore,
7. L'intégration de l'infrastructure dans le paysage,
8. Le transport des matières dangereuses.

OFPPT/DRIF 33
Résumé de théorie et Module 2 : Transport et Logistique
guide de travaux pratiques Version 1.1 Juillet 2005

A titre d'illustration, nous donnons dans ce qui suit quelques indications sur l'impact
des chemins de fer sur certains de ces aspects, et ce, en comparaison avec les
autres modes de transport.

1- La sécurité

Les progrès techniques connus en installations de sécurité ont fait du chemin de fer
le mode le moins sensible aux défaillances humaines et aux intempéries: à titre
d'exemple, au Maroc la route a occasionné, en 2000, environ 48.370 accidents
causant 3627 tués et 84.265 blessés, alors que le chemin de fer n'a donné lieu à
aucun accident ferroviaire mortel, si ce n'est quelques collisions au niveau de
certains passages à niveau, et qui sont dues en totalité au non-respect par les
usagers du code de la route.

2- L'économie d'espace

Le chemin de fer occupe au maximum pour une double voie seulement une bande
de 14m de largeur (débit maximum de 15.700 voyageurs/heure/sens). Quant à la
construction d'une autoroute 2 x 2 voies, elle nécessite au minimum une bande de
40m de largeur (débit maximum de 3.600 voyageurs/heure/Km), ce qui ne manque
pas d'avoir des effets négatifs sur les milieux ruraux en portant, entre autres, des
atteintes aux zones cultivées ou terrains agricoles.

3- La pollution atmosphérique

L'adaptabilité du train à utiliser l'énergie électrique fait de lui le moyen de transport le


moins polluant. En effet, des études ont montré que le chemin de fer n'induit
pratiquement aucune pollution atmosphérique, alors que la route émet des
substances polluantes plus nocives telles que :

Le monoxyde de carbone (CO) et le plomb qui sont des poisons pour les
organismes vivants,
Les hydrocarbures (HC) et les composés organiques volatils (COV) qui
entraînent des risques de maladies respiratoires et de cancer,
Les oxydes d'azote (Nox) ou le dioxyde de soufre (SO2) qui contribuent au
phénomène des " pluies acides ",
Le dioxyde de carbone (CO2) qui contribue directement à l'effet de serre et aux
changements climatiques qui en résultent.

Par ailleurs, il convient de noter que des études menées en Europe sur l'évaluation
des coûts externes d'environnement et des accidents de l'ensemble des moyens de
transports ont conclu que ceux-ci avoisinent 4,6% du PIB européen répartis par
mode comme suit :
transport routier : 92%
transport aérien : 6%
transport ferroviaire : 1,7%
voies navigables : 0,3%

OFPPT/DRIF 34
Résumé de théorie et Module 2 : Transport et Logistique
guide de travaux pratiques Version 1.1 Juillet 2005

Au Maroc, on est encore dans une phase embryonnaire dans le domaine de


l'environnement (manque d'études, législations inexistantes). Ce n'est que depuis
quelques années que le LPEE a engagé, dans le cadre de son programme de
recherches, certaines études relatives à la pollution atmosphérique.

Alors que la pollution était attribuée aux seules activités industrielles, elle est
reconnue aujourd'hui comme étant principalement d'origine automobile, avec
notamment l'émission de gaz à effet de serre.

Les chiffres avancés par le Ministère de l'environnement du Maroc (1995) pour les
rejets gazeux au niveau national, témoignent parfaitement de l'entière responsabilité
des transports routiers dans la pollution de l'air en particulier pour le rejet des oxydes
d'azote (316.000 tonnes) et des matières en suspension et du plomb (35.000
tonnes).

A la suite d'une récente étude d'impact sur l'environnement élaborée à la demande


de l'ONCF pour le cas du doublement de la voie entre Meknès-Fès, un rapport
définitif a mis en évidence les réelles possibilités de réduction de cette pollution de
l'air par le simple transfert du trafic marchandises et voyageurs du secteur routier
vers le secteur ferroviaire.

En effet, les diminutions de rejet des polluants dans l'atmosphère pour l'année 2004,
date probable de mise en service de la double voie Meknès-Fès, sont estimées à
190 tonnes d'oxyde d'azote, et plus de 400 tonnes pour les autres matières en
suspension.

En conclusion :

Il ressort de ce qui précède que le transport ferroviaire est donc promis à un avenir
de renaissance, marqué par des perspectives de développement inédites qui feront
sûrement du train le mode de transport le plus recherché du 21ème siècle, surtout si
des initiatives des pouvoirs publics sont prises en vue d'internaliser les coûts
externes de chaque mode de transport, c'est à dire d'imputer à chacun les coûts qu'il
fait directement supporter à la protection de l'environnement et à la collectivité.

Les inconvénients :

Le transport ferroviaire au Maroc présente des handicaps dans l’intermodalisme.


Dans l’état actuel des choses, la plupart des ports (en dehors de Casablanca pour
les marchandises diverses et les ports de Safi et Jarf Lasfer pour les vrac) ne sont
pas reliés aux voies ferrées. Le port de Tanger qui draine une partie croissante du
trafic de marchandises diverses (fruits et légumes, textiles et poissons à l’export et
produits industriels à l’import) à destination de l’Europe n’est pas opérationnel pour le
trafic par chemin de fer du fait que :

1) les wagons ne transitent pas par les bateaux,


2) la gare de Tanger-Port a été supprimée des abords du Port et transférée à
plusieurs kilomètres. Le Port de Nador n’est pas relié à la voie ferrée.

OFPPT/DRIF 35

www.cours-ofppt.com
Résumé de théorie et Module 2 : Transport et Logistique
guide de travaux pratiques Version 1.1 Juillet 2005

Le Port de Casablanca est relié à la voie ferrée. Mais, du fait de l’exigence de


célérité pour les opérations de déchargement/chargement des navires, il est évident
que les évacuations des marchandises vers les entrepôts, magasins, plates-formes
de stockage se font principalement par camions et reprises par camions pour les
acheminer vers leur destination finale. Le chemin de fer pourrait se positionner dans
le marché des conteneurs. Pour cela, il serait nécessaire que le déchargement des
conteneurs se fasse directement sur les wagons ou qu’ils soient acheminés sur des
camions sous contrôle de l’ONCF (camions propres, loués, ou en sous-traitance. Les
conditions pour assurer un transport multimodal efficace en Méditerranée) vers des
lieux d’entreposage branchés sur les voies ferrées afin de les réexpédier par fer vers
les destinations finales.

C’est vers cette stratégie que s’oriente l’ONCF avec l’acquisition de moyens de
transport routier, création des plates-formes logistiques multimodales seul ou en
association avec les opérateurs privés et/ou les collectivités locales, construction de
la ligne Taourirt-Nador et de la desserte du futur Port Tanger Med.

Le contrat de transport :

Le document de transport utilisé en trafic ferroviaire, est la lettre de voiture CIM. Il


existe 2 formulaires : un pour le trafic normal et un pour le trafic accéléré. L'original
est remis au destinataire, l'expéditeur recevra un feuillet de la liasse. Le document
sera rempli en partie par l'expéditeur et en grande partie par la société de chemin de
fer.

Sur la scène internationale, le Maroc est membre de l'Organisation Internationale du


Trafic Ferroviaire (OTIF) qu'il s'agisse de marchandises (CIM) ou de voyageurs
(CIV). De même, l'ONCF est membre actif de l'Union Internationale des Chemins de
Fer (UIC), de l'Union Arabe des Chemins de Fer (UACF) et du Comité du Transport
Ferroviaire Maghrebin (CTFM).

La tarification :

La convention CIM ne prévoit aucun tarif dans la mesure où les règles de tarification
sont aléatoires d'un pays à un autre. La tarification ferroviaire fut donc harmonisée.
Cette harmonisation se distingue sous trois formes :

- La tarification multilatérale : c'est un tarif qui est valable dans plus de 2 pays mais
il ne concerne qu'un type particulier de marchandise.
- La tarification bilatérale : ce sont des tarifs appliqués entre 2 pays qui concernent
tous les types de marchandises, ex : le tarif Franco-allemand.
- En cas d'absence de tarif en commun, on applique le principe des « tarifications
nationales soudées ». Cette tarification est calculée en fonction des règles de
calcul propres à chaque pays. Par contre, le prix du transport sera ensuite soumis
à une opération de change.

OFPPT/DRIF 36
Résumé de théorie et Module 2 : Transport et Logistique
guide de travaux pratiques Version 1.1 Juillet 2005

IV. LE TRANSPORT AERIEN

L’organisation :

Dernier mode de transport apparu au cours du XXe siècle, d'abord réservé à une
élite, il s'est rapidement démocratisé. Il est devenu véritablement un transport de
masse avec l'apparition des avions gros porteurs et les compagnies aériennes à bas
prix. Il commence à rencontrer des limites à cause de l'encombrement du ciel et les
nuisances sonores de plus en plus mal acceptées par les riverains des aéroports.

Le transport aérien de marchandises est une opération complexe, qui fait intervenir
l’ensemble des acteurs présents sur une place aéroportuaire :

Le chargeur : qu’il s’agisse d’un opérateur vendant selon un incoterm qui lui attribue
la charge du transport, ou d’un importateur achetant selon un incoterm qui lui laisse
cette charge, est à l’origine de la chaîne du fret aérien.
Dans quelques rares cas (entreprises ayant un volume d’expéditions aériennes
suffisant pour dédier un service spécialisé à leur gestion), il traitera en direct avec le
transporteur. Mais dans l’immense majorité des cas il aura recours à un intermédiaire
spécialisé.

L’agent de fret aérien est cet intermédiaire spécialisé du chargeur auprès du


transporteur. Vis-à-vis de son client, l’agent de fret agit en tant que commissionnaire
de transport, chargé d’organiser le transport de sa marchandise, de l’enlèvement à la
livraison, et de choisir le transporteur. Il agit en général en tant que groupeur de fret
aérien, l’expédition confiée par un chargeur étant rarement suffisamment importante
pour constituer une ULD complète.

Dans ce cas l’agent groupeur devient vis-à-vis du transporteur le chargeur se


substituant à l’expéditeur d’origine. L’agent de fret aérien agit enfin le plus souvent
également comme commissionnaire en douane, chargé des formalités liées au
dédouanement d’une expédition.

Vis-à-vis du transporteur, l’agent de fret agit en tant que recteur de fret. C’est lui qui
émet le titre de transport (LTA) en vertu de l’agrément IATA nécessaire à l’exercice
de son activité.

La gestion physique de la marchandise, une fois rendue sur l’aéroport, revient en


général soit au transporteur, si son implantation sur cet aéroport est suffisante pour
motiver l’emploi de personnel dédié à la manutention, soit à un opérateur spécialisé
appelé agent de handling. Celui-ci assure généralement le conditionnement de la
marchandise, et son convoyage à bord de l’avion.

Une fois la marchandise à bord de l’avion, intervient le transporteur, à savoir la


compagnie aérienne. Celle-ci assure le transport d’un aéroport à l’autre du fret qui lui
a été confiée.

A destination, on retrouve les mêmes acteurs qu’au départ. La société de handling


assure la manutention de débarquement du fret. L’agent de fret assure sa livraison, à
l’aéroport ou hors de celui-ci selon le contrat conclu, au client du chargeur ou au
chargeur lui-même.

OFPPT/DRIF 37
Résumé de théorie et Module 2 : Transport et Logistique
guide de travaux pratiques Version 1.1 Juillet 2005

Cette description, qui correspond au schéma classique d’une expédition de fret


aérien, peut connaître de nombreuses variantes.

Les opérations de conditionnement avant embarquement, généralement assurées


par l’agent de handling ou la compagnie, peuvent ainsi être assurées par l’agent de
fret, même cette opération est devenue rare.

Les différents types de transport de fret aérien :

Sous l’appellation générale de transport de fret aérien, sont regroupées des


prestations très différentes, qui font appel à des spécialisations diverses.

On peut distinguer différentes sortes de transport aérien en fonction du type de


contrat, du type de marchandises transportées, et de l’exigence en terme de délais.

Avant d’évoquer ces différentes modalités, il convient de dire un mot sur le transport
aérien hors avion.

Si l’essentiel emprunte les airs (il s’agit alors du fret avionné), une partie des
marchandises voyagent sous lettre de transport aérien, emprunte en effet la route.

Ce fret camionné l’est généralement sur une partie de son trajet seulement, entre un
aéroport secondaire qui est le point de départ mentionné sur la LTA, et un HUB où il
prendra un vol pour sa destination finale.

Cependant, sur des liaisons court-courrier, par exemple intra européennes, un


certain nombre d’expéditions confiées aux compagnies aériennes accomplissent
l’intégralité de leur trajet en camion, les capacités de soute limitées des vols court-
courrier étant réservées aux produits express.

Différents types de contrats :

Le contrat de transport aérien est conclu entre le transporteur (compagnie aérienne)


et le chargeur qui peut être le transitaire. Le contrat est matérialisé par la Lettre de
Transport Aérien (LTA = AIR WAY BILL). La Lettre de Transport Aérien peut être
établie par la compagnie aérienne, l'expéditeur, ou le destinataire. La LTA est à la
fois : la preuve du contrat de transport, la preuve de la prise en charge de la
marchandise et le justificatif des prix.

L'engagement du transporteur suscite quelques responsabilités :

- La marchandise est sous la garde du transporteur depuis sa prise en charge


jusqu'à son déchargement. En cas de manquants, le destinataire est tenu de faire
porter des réserves sur le poids et le nombre de colis et non sur le nombre
d'articles.
- En cas de dommages résultant d'un retard, le transporteur est responsable de
l'avarie sauf s'il a émis des réserves. Pour les pertes ou les avaries, il faut
envoyer une lettre recommandée dans les 14 jours de la réception. Mais en cas
de retard, il faut envoyer une lettre recommandée dans les 21 jours de la mise à
la disposition.

OFPPT/DRIF 38
Résumé de théorie et Module 2 : Transport et Logistique
guide de travaux pratiques Version 1.1 Juillet 2005

Pour se couvrir d'un éventuel retard (cas des expéditions urgentes) vous pouvez
convenir d'un délai avec la compagnie et avec garantie d'embarquement ou porter
des réserves sur la LTA, contresignée par le transporteur.

L’essentiel du transport de fret aérien mondial recourt à l’utilisation de lignes


régulières, opérant sur une liaison donnée avec une fréquence donnée, que cette
ligne soit opérée en vol passager ou en vol cargo.

Pour des opérations particulières et ponctuelles, nécessitant la mobilisation de


capacités supérieures à celles disponibles sur une ligne régulière ou la disposition
d’un appareil acceptant des cargaisons hors normes, le fret aérien peut cependant
être transporté en vol charter, sur un appareil affrété pour l’occasion. Comme pour
une expédition sur une ligne régulière, c’est d’ordinaire un agent de fret aérien qui
sera affréteur de l’appareil, à moins que le chargeur dispose des compétences
nécessaires pour s’adresser directement à un opérateur de ce type de vol.

La tarification :

La base de tarification est le rapport entre le poids et le volume sachant que


1 tonne = 6m3. On divise donc le volume réel par 6 pour obtenir le poids fictif servant
de base de tarification.
- Le tarif IATA en principe obligatoire, peut faire l'objet de réductions suivant le
volume. C'est un tarif par tranche de poids, rapidement dégressif, qui change d'un
pays à un autre et un minimum de taxation est prévu pour les petites expéditions.
Les compagnies aériennes appliquent la règle du "payant pour" qui consiste,
compte tenu de la forte dégressivité du tarif, à payer un poids supérieur au poids
réel.
- Le tarif ULD (Unit Load Device = Unité payante). Dans ce cas, chaque unité de
chargement a un prix minimum. Le tarif ULD est une taxe forfaitaire consentie
pour certains trajets. A ce forfait correspond, ce que l'on appelle un "poids pivot".
Si le poids excède ce poids forfaitaire, les kilos supplémentaires seront taxés à un
tarif très favorable (tarif intéressant dans la mesure où les contenants tels que les
palettes ou les conteneurs ne sont pas taxés).
- Les tarifs spéciaux («CO-RATES» Commodity Rates). Ce sont des tarifs
préférentiels qui sont généralement très inférieurs aux tarifs généraux et sont
applicables à des marchandises bien déterminées, au départ d'une escale
d'origine stipulée, vers une escale de destination précisée. Ils peuvent être
assortis de conditions particulières concernant le minimum de perception et le
rapport poids/volume.

Différents types de marchandises :

Si presque tous les types de marchandises peuvent être transportés par voie
aérienne aujourd’hui, le fret est divisé en deux grandes catégories, distinguées par le
besoin ou non d’un traitement particulier.

La première catégorie est celle du General Cargo (marchandises diverses), qui


regroupe l’ensemble des cargaisons supportant les conditions normales de
traitement appliquées au fret aérien.

OFPPT/DRIF 39
Résumé de théorie et Module 2 : Transport et Logistique
guide de travaux pratiques Version 1.1 Juillet 2005

La seconde est celle des frets requérant un traitement particulier. Traditionnellement,


trois types de marchandises constituent cette catégorie. Il s’agit des Hors-Gabarit,
dont les dimensions ou le poids supérieur à ceux acceptables par des ULD
impliquent une manutention et un chargement particulier, et des périssables, qui
impliquent d’ordinaire un conditionnement particulier (apte à maintenir une
température dirigée), et des Dangereux, que la réglementation soumet à des
conditions particulières de chargement (accessibilité et limitation de quantité).

Cependant, au cours des dernières années, les compagnies ont étendu le champ
des frets à traitement particulier, proposant des produits sans cesses plus
spécialisés.

Des traitements particuliers sont ainsi dorénavant proposés aux chocs ou


accélérations, aux conditions climatiques, au vol, etc. Si le General Cargo reste
aujourd’hui majoritaire, la part des frets à traitement particulier est en augmentation
constante.

Les produits à plus forte valeur ajoutée qui leur correspondent présentent en effet les
intérêts convergeant de mieux répondre aux attentes des chargeurs, et d’être plus
rémunérateurs pour les compagnies aériennes.

Différents délais :
La différenciation entre « General Cargo » et fret à traitement particulier peut tenir
également, non pas à la nature de la marchandise, mais à son traitement par rapport
à la question des délais.

Le « General Cargo » consiste ici dans le fret qui entre dans le cadre classique des
conditions de vente des compagnies aériennes, qui prévoient une obligation de
moyens, et non de résultats. C’est à dire que le fret concerné doit être acheminé sur
le premier vol où de la capacité est disponible, pour autant que le délai
d’acheminement reste raisonnable.

Le fret à délais définis se voit par contre assorti de conditions contractuelles.


Celles-ci concernent en général une mise à disposition de la marchandise dans un
délai préétabli après arrivée d’un vol identifié. Elles peuvent cependant aller jusqu’à
un engagement de mise à disposition à l’aéroport d’arrivée dans un délai défini dans
l’absolu, sans considération des aléas de vol.

Ces produits tendent ainsi à se rapprocher du fret Express, dérivé du transport


aérien proposé par les intégrateurs. Ce dernier type de produits repose sur des
délais définis non plus seulement d’aéroport à aéroport, mais de porte à porte.

Parallèlement à ces produits axés sur la notion d’urgence, les compagnies aériennes
ont également développé des produits basés sur la notion de planification des délais.

Ce sont ici les capacités garanties à un client sur des périodes déterminées, qui
sont destinées à permettre le travail en flux tendu de leurs utilisateurs.

Les produits à délais définis, également porteurs de valeur ajoutée, sont également
en fort développement aux dépens du General Cargo.

OFPPT/DRIF 40

www.cours-ofppt.com
Résumé de théorie et Module 2 : Transport et Logistique
guide de travaux pratiques Version 1.1 Juillet 2005

L’évolution des transporteurs de fret aérien :


Le transport aérien est un secteur aux investissements et aux coûts de
fonctionnement lourds, qui imposent souvent des logiques de coopération par delà
celles de concurrence.

Extrêmement fréquente au niveau ponctuel d’une ligne, cette coopération prend alors
la forme d’un accord de partage de codes (Code-Share agreement), par lequel une
compagnie acquiert des capacités sur une liaison opérée par une autre compagnie,
le vol étant alors enregistré sous deux numéros différents.

Les partages de codes peuvent répondre à deux logiques différentes, ils peuvent
viser une augmentation des fréquences, lorsqu’ils interviennent sur une liaison où les
deux parties opèrent des vols, et mettent en commun leurs capacités par accord.

Ils peuvent autrement viser une extension de réseau, lorsqu’ils interviennent sur une
liaison où l’une des deux compagnies n’opère pas de vol. Les accords de ce type
prévoient fréquemment des échanges permettant aux deux transporteurs d’étendre
leur réseau, une compagnie A apposant son code sur une ligne 1 opérée par une
compagnie B, tandis que la compagnie B appose son code sur une ligne 2 opérée
par la compagnie A.

Lorsqu’elles sont étendues à une dimension plus large portant par exemple sur
l’ensemble des liaisons entre deux régions du monde, ces coopérations peuvent
donner lieu à des accords commerciaux entre compagnies. Ceux-ci reposent sur le
même principe d’acquisition ou d’échanges de capacités, en vue d’augmenter les
fréquences offertes sur certaines liaisons ou le réseau de destinations proposé sous
code de la compagnie.

A côté de ces coopérations au cas par cas, les années 1990 ont cependant vu
l’apparition de regroupements de nature foncièrement différente.
Les alliances de compagnies visent en effet une coordination globale des moyens de
divers transporteurs, dans le but de proposer un réseau aussi global que possible,
exploité par des procédures communes (dont la plus visible pour les passagers
consiste dans les programmes de fidélisation communs aux membres des alliances).

Initié en 1995 ce mouvement a abouti en 2003 à la structuration du transport aérien


mondial de passagers autour de trois grandes alliances, qui comptent 55% du trafic
mondial.

Ces alliances qui ont survécu à la crise de 2001, sont toutes trois structurées autour
du même schéma global, avec une compagnie majeure américaine, une européenne
et une asiatique, autour desquelles gravitent les autres membres qui permettent
d’étoffer les déclinaisons régionales du réseau.

Intervenues au moment où les départements fret acquièrent de l’indépendance, et se


transformaient parfois en filiales, au sein de nombreuses compagnies, les alliances
n’ont dans un premier temps pas concerné le fret.

A partir de 2000 cependant, cette approche a changé. Deux alliances fret sont en
effet nées. Si elles sont en concurrence frontale, avec pour objectif la mise en
commun d’un réseau via l’harmonisation des produits de leurs membres, elles
développent cependant des stratégies divergentes.

OFPPT/DRIF 41
Résumé de théorie et Module 2 : Transport et Logistique
guide de travaux pratiques Version 1.1 Juillet 2005

Les avantages du transport aérien :

Les avantages offerts aux utilisateurs de l'avion pour l'acheminement de leurs


produits sont nombreux et liés aux qualités de base du fret aérien lui-même qui sont
au nombre de 3 :

1. Simplicité
Grande facilité d'approche géographique réduisant les pré et post-
acheminements.
Evite les ruptures de charge.
Peu ou pas d'emballage (donc gain à la fois sur l'emballage lui-même et la tare).
Simplicité des formalités administratives (1 seule LTA ; dédouanement accéléré).

2. Sécurité
Reconnue statistiquement ; encore renforcée depuis la mise en service des
gros-porteurs.
Volume des bris, vols, détériorations extrêmement réduit.
D'où : assurances nettement inférieures au transport maritime (0,15 % en Europe,
0,20 % sur long-courrier, contre environ 2 % par bateau).

3. Rapidité
C'est évidemment le facteur essentiel, qui peut même devenir déterminant dans le
choix du mode de transport envisagé. La rapidité de l'avion entraîne des
conséquences multiples jouant sur :
les «masses» : stocks moyens annuels et de sécurité (au départ, à l'arrivée)
et sur les postes qui y sont liés (fabrication, stockage, gardiennage, impôts,
assurances, immobilisations etc).
le «temps» : grâce à la vitesse de l'avion, les marchandises sont en quelques
heures chez le destinataire.

De ces trois qualités de base, les utilisateurs du fret aérien retirent de nombreux
avantages.

Sur le plan commercial

acheminement rapide et mise à disposition quasi immédiate,


sécurité et fiabilité de l'acheminement,
amélioration des services après-vente permettant une meilleure efficacité et image
de marque renforcée,
approvisionnement à la fois plus régulier et plus échelonné au fur et à mesure de
la production et/ou de la demande,
rotation accélérée des stocks (donc réduction de ces derniers).

OFPPT/DRIF 42
Résumé de théorie et Module 2 : Transport et Logistique
guide de travaux pratiques Version 1.1 Juillet 2005

Sur le plan financier

gains de trésorerie
pour l'exportateur (si la date de paiement est liée à la livraison),
pour l'importateur (en cas de paiement en fonction des dates de facturation
ou d'expédition).
tarifications diverses adaptées aux poids, volumes et certaines natures de
marchandises ainsi qu'à l'emploi d'unités de chargement, gains sur le
recouvrement des créances, voire sur les risques de change et d'inflation.
Rapidité, sécurité pour la marchandise (manutention horizontale),
Régularité et fiabilité du transport,
Emballage peu coûteux,
Frais financiers et de stockage moindres. Ce mode de transport s'adapte
particulièrement aux méthodes de gestion actuelles d'approvisionnement
calculé en fonction des besoins de l'entreprise sur une courte période,
De nombreuses zones géographiques peuvent être desservies.

Inconvénients :

1. Prix élevé qui proscrit l'envoi de marchandises denses ou de faible valeur,


2. Les produits transportés doivent être des produits à forte valeur ajoutée,
3. Capacité limitée,
4. Interdit à certains produits dangereux,
5. Ruptures de charge.

Pendant de nombreuses années, l’avion passagers a présenté, pour le transport des


marchandises, certains inconvénients :

1. Une priorité d’ensemble des passagers et du courrier postal sur le fret,


2. Des horaires de vols basés sur le besoin des passagers,
3. Refus de fret en raison d’une capacité insuffisante sur diverses relations,
4. Limitation des dimensions acceptables par colis, due aux dimensions réduites
des soutes et des portes, limitation, voire interdiction de chargement des
« marchandises dangereuses » (Réglementation IATA),

La mise en service, pour le transport de passagers, d’avions de grande capacité a


estompé et pratiquement levé les inconvénients mentionnés du fait du volume
considérable qu’ils offrent au fret dans leurs soutes ventrales. Plus tard la mise en
service de la version « tout fret » de ces avions a autorisé le transport de
marchandises encore plus volumineuses et plus lourdes que celles que l’on pouvait
embarquer sur les appareils de la génération précédente.

Sur le plan mondial, nous pouvons dire que le développement du trafic n’est ce qu’il
est que grâce à l’accroissement progressif des services « tout fret ».

OFPPT/DRIF 43
Résumé de théorie et Module 2 : Transport et Logistique
guide de travaux pratiques Version 1.1 Juillet 2005

CHAPITRE 2 - LES MOYENS DE TRANSPORT

I. LE TRANSPORT ROUTIER

1. Les différents types de véhicules routiers :

Véhicule utilitaire (VU)


Véhicule destiné normalement soit au transport de marchandises, soit au transport
collectif de plus de 8 personnes (non compris le conducteur).

Camionnette (CTTE)
Véhicule à moteur ayant au moins quatre roues, destiné au transport de
marchandises et dont le poids total autorisé en charge n’excède pas 3,5 tonnes.

Camion (CAM)
VU pour marchandises dont le PTAC est supérieur à 3,5 tonnes. Il peut être
« autoporteur » ou « porteur-remorqueur ».

OFPPT/DRIF 44
Résumé de théorie et Module 2 : Transport et Logistique
guide de travaux pratiques Version 1.1 Juillet 2005

Remorque (REM)
VU non automobile à un ou plusieurs essieux, destiné à être derrière un porteur-
remorqueur.

Ensemble de véhicules ou train routier


Cet ensemble de véhicules ou train routier est constitué d’un porteur-remorqueur et
d’une remorque.

Tracteur routier (TRR)


VU simplement carrossé de la cabine de conduite et destiné à recevoir sur la partie
arrière de son châssis un dispositif d’attelage pour semi-remorque.

OFPPT/DRIF 45

www.cours-ofppt.com
Résumé de théorie et Module 2 : Transport et Logistique
guide de travaux pratiques Version 1.1 Juillet 2005

Semi-remorque (S.REM)
VU non automobile à un ou plusieurs essieux porteurs dont la partie avant, en
position de tractage, repose par l’intermédiaire d’un dispositif pivotant sur le châssis
d’un tracteur routier, entre les essieux avant (AV) et arrière (AR).

Véhicule articulé
Un véhicule articulé est formé d’un tracteur routier et d’une semi-remorque.

TRACTEUR SEMI-REMORQUE

OFPPT/DRIF 46
Résumé de théorie et Module 2 : Transport et Logistique
guide de travaux pratiques Version 1.1 Juillet 2005

Train double
Un véhicule articulé et une seconde semi-remorque (reposant sur un essieu
amovible avant-train « dolly »), constituent un train double.

AVANT-TRAIN
(DOLLY)

TRACTEUR SEMI-REMORQUE SEMI-REMORQUE

2. Les carrosseries :

En fonction des transports à effectuer, le type de véhicule choisi doit être équipé
d’une carrosserie rationnelle par sa forme, sa capacité, sa résistance, son poids.
Pour les transports de marchandises les principales formes de carrosserie sont :

Plateaux : nus ou bâchés (bâche


rabattable ou coulissante), avec ou
sans ridelles rabattables.

Bennes : avec basculement arrière ou


latéral.

Exemple : sable, betteraves.

OFPPT/DRIF 47
Résumé de théorie et Module 2 : Transport et Logistique
guide de travaux pratiques Version 1.1 Juillet 2005

Fourgons : en tôles ou en plastique, avec portes arrière ou latérales.

Exemple :
Pour messagerie : colis de détail,
Pour déménagements : intérieur capitonné
et « dais » au-dessus de la cabine,
Pour viandes abattues : isolant thermique,
source et ventilation de froid.

Citernes : spécialisées ou polyvalentes,


mono cuve ou multiple.

Exemple :
• Liquides pétroliers,
• Lait,
• Pulvérulents, tels que ciment.

L’étude des besoins à satisfaire doit permettre de déterminer également d’autres


caractéristiques :
• La charge utile du véhicule,
• Les dimensions telles que hauteur du plateau, hauteur totale de la carrosserie,
capacité des cuves pour les citernes, rayon de braquage, longueurs etc.

Les aménagements particuliers à prévoir, en fonction notamment :


• De la nature de la marchandise,
• Du mode de transport utilisé, soit exclusivement par route, soit combiné rail-
route,
• Le type de cabine et ses aménagements, par exemple couchette,
• Les éléments mécaniques les mieux adaptés aux parcours à effectuer.

II. LE TRANSPORT MARITIME

1. Les différents types de navires

Dans le cadre du transport à la demande, on trouve essentiellement des navires de


types vraquiers (liquides et solides) alors que pour la ligne régulière les navires sont
essentiellement des porte-conteneurs, rouliers et des navires conventionnels.

Les vraquiers liquides

On distingue habituellement plusieurs grandes catégories de vraquiers liquides :


navires transportant du pétrole brut ou des produits pétroliers, navires transportant
du gaz liquéfié = les gaziers.

OFPPT/DRIF 48
Résumé de théorie et Module 2 : Transport et Logistique
guide de travaux pratiques Version 1.1 Juillet 2005

• Transport de pétrole brut ou de produits pétroliers

Le pétrole brut se transporte dans des navires de très grande capacité : les pétroliers
ou «tankers». Cette capacité, comme celle des autres types de navires, se mesure
de deux manières différentes :

Le Tonneau de Jauge Brute: un tonneau de jauge brute équivaut à 2,83 m3 (TJB),


Le port en lourd : tonne (TPL) Tonne de Port en Lourd.

«Le transport maritime de pétrole brut s’effectue à bord de «tankers» dont les trois
tailles types sont les Very Large Crude Carriers (250.000 TPL et au-delà), les
SuezMax (130/150.000 TPL), les Aframax (80.000 TPL). La flotte mondiale (262
MTPL) est pour partie la propriété des compagnies pétrolières, qui utilisent leurs
navires pour compte propre, et pour partie, la propriété d’armateurs indépendants qui
donnent leur flotte en affrètement à temps».

Le plus gros pétrolier du monde est le Jahre Viking. Il mesure 414 m de long pour 63
m de large. Il a un creux de 35.90 m et son port en lourd est de 564 650 tonnes. Le
pétrolier moyen est de 250 000 tonnes, il est d’une longueur de 340 m pour une
largeur d’environ 55 m. Son tirant d’eau est de 21 m. Il pèse en propre environ
35 000 tonnes, sa puissance est de 32 000 CV et peut naviguer en vitesse de
croisière à 15 nœuds soit environ 28 Km/h. L’équipage d’un pétrolier est composé en
moyenne d’une vingtaine de personnes. Le prix d’achat d’un pétrolier neuf de
250 000 tonnes de port en lourd avoisinait en 1990 les 50 millions de dollars US.

Le transport de produits pétroliers s’effectue à bord de navires de tailles plus


réduites, souvent équipés pour transporter des lots de natures différentes. Le marché
des produits pétroliers, tout en s’internationalisant rapidement, reste cependant
localisé à certaines zones et régions géographiques.

Caractéristiques d’un pétrolier - le «Erradale»


Longueur : 283,73 m
Largeur : 44,40 m
Hauteur pont principal : 24,10 m
Volume cuves : 181 000 m3
Volume ballast : 76 400 m3
Tirant d’eau : 16,75 m
Volume carburant : 190 m3
Vitesse de croisière : 15,5 nœuds
Consommation carburant : 55,6 tonnes/jour.

OFPPT/DRIF 49
Résumé de théorie et Module 2 : Transport et Logistique
guide de travaux pratiques Version 1.1 Juillet 2005

Les vraquiers liquides sont équipés de citernes (tanks) dans lesquelles les
marchandises sont stockées pour le transport. Les manutentions portuaires se font
par tuyaux (pipe lines) au chargement comme au déchargement. Les pompes du
port sont utilisées au chargement alors que ce sont celles du navire qui sont utilisées
au déchargement. Parfois, le lieu de chargement ou de déchargement n’est pas un
terminal, mais une simple bouée en mer (sea line). Cette opération peut être
effectuée en moins de 48 heures.

Certains types de produits nécessitent d’être réchauffés pendant le transport et/ou


pendant les manutentions. Par conséquent, les citernes des navires sont équipées
de systèmes sophistiqués pour de telles opérations.

• Transport de gaz liquéfié

On distingue traditionnellement le transport de gaz de pétrole liquéfié (GPL) et le


transport de gaz naturel liquéfié (GNL).

Le GPL est transporté par des navires de moyenne capacité ; leurs tailles maximales
sont de 75 000 m3. Ces navires ont sensiblement les mêmes caractéristiques que
ceux qui transportent du GNL.

Le GNL est transporté par des navires de grosse capacité, actuellement


standardisés à 125/130.000 m3. Le navire constitue le maillon d’une chaîne intégrée
puisque le gaz est transporté sous forme liquide (- 163°C). Les trafics mondiaux,
dont les trois quarts intéressent l’Extrême-Orient, s’élèvent aujourd’hui à plus de 60
MT. Ils sont en progression constante. Vingt-six navires de 130.000 m3 sont en
construction ou en commande dans le monde.

OFPPT/DRIF 50

www.cours-ofppt.com
Résumé de théorie et Module 2 : Transport et Logistique
guide de travaux pratiques Version 1.1 Juillet 2005

Caractéristiques d’un gazier GNL le «Hyandaï Utopia»


Longueur : 271,1 m
Largeur : 43,3 m
Hauteur pont principal : 25,40 m
hauteur totale : 31,42 m
Tirant d’eau : 11 m
Port en lourd : 62 500 tonnes
Volume citernes : 130 000 m3
Volume ballast : 44 600m3
Volume fuel : 3 500 m3
Vitesse de croisière : 21 nœuds

Chaque citerne est équipée de deux pompes d’une capacité de 1 650 m3 / h.

Caractéristiques d’un gazier GPL le «Tarquin Ranger»


Longueur : 105,14m
Largeur : 15,70 m
Hauteur pont principal : 8,25 m
hauteur totale : 12,10 m
Tirant d’eau : 5,70 à 6,90 m
Port en lourd : 4 317 tonnes
Volume citernes : 5 600 m3
Volume ballast : 1 900 m3
Volume fuel : 95 m3
Consommation fuel : 14 tonnes/jour
Vitesse de croisière : 15,5 nœuds

Le degré de sophistication de ces navires est extrême eu égard aux marchandises


transportées.

Les vraquiers solides

Le «grand vrac» concerne le transport des grosses cargaisons de produits bruts et


de matières premières (charbon, minerais, grains) avec des tailles de navires
adaptées aux tailles unitaires des lots et aux trajets à effectuer. On distingue ainsi
plusieurs segments de marchés : Capesize (120/170.000 TPL), Panamax (60/80.000
TPL), Handy size (25/40.000 TPL) et les autres (10/25.000 TPL).

OFPPT/DRIF 51
Résumé de théorie et Module 2 : Transport et Logistique
guide de travaux pratiques Version 1.1 Juillet 2005

Pour les navires de moins de 10.000 TPL, une certaine spécialisation apparaît. On
peut ainsi trouver des navires transporteurs de produits chimiques, de vins, d’huile,
de voitures, de soufre, de colis lourds, etc. et bien sûr des petits vraquiers
polyvalents.

Certains ne font que du cabotage et leur capacité est encore plus petite.
L’aménagement des cales de ces navires est assez sommaire. Elles sont
recouvertes pour assurer l’étanchéité et préserver les marchandises. Il arrive
fréquemment que la cargaison perde du poids durant la traversée. C’est le cas des
marchandises chargées alors qu’elles sont mouillées et qui sèchent au cours du
voyage (les cales étant pompées pour éviter l’accumulation d’eau). C’est ce qu’on
appelle la freinte de route et qui est admise pour certains types de cargaisons.

Caractéristiques d’un vraquier


Longueur : 110,65 m
Largeur : 19 m
Tirant d’eau : 7m
Volume de chacune des 6 cales : 5 574 m3
Port en lourd : 6 x 600 tonnes
Panneau cales : 27,30 m x 14,50 m
Vitesse de croisière : 11,5 nœuds

2. Les navires de ligne régulière

Les navires de ligne régulière sont très diversifiés. On distingue habituellement :


1. Les navires à passagers,
2. Les navires porte-conteneurs,
3. Les navires rouliers,
4. Les navires conventionnels.

Certains navires proposent le transport de plusieurs types de cargaisons. Par


exemple, le transport de véhicules et de conteneurs ou le transport de conteneurs et
de marchandises en conventionnel. On parlera alors de navires mixtes.

OFPPT/DRIF 52
Résumé de théorie et Module 2 : Transport et Logistique
guide de travaux pratiques Version 1.1 Juillet 2005

Les navires passagers

La voie maritime est en plein essor pour les déplacements courts et pour les
croisières.

Sur les lignes courtes, sont exploités soit des transbordeurs (ferries) qui permettent
aux passagers de voyager avec leurs voitures, soit des engins rapides, catamarans
ou monocoques, mais de moindre capacité, assurant des traversées de jour à 35
nœuds.

Les lignes desservies à l’intérieur de l’Union Européenne sont soumises à une


concurrence extrêmement sévère, trouvant sa source dans un éventail assez ouvert
des charges salariales dans les différents pays membres et dans la disparité des
taux de change (livre).

Le transport des voyageurs sur les dessertes de proximité (îles, estuaires,


promenades en mer), appelé encore micro-cabotage, utilise des unités de taille
beaucoup plus réduite. Les navires rapides y trouveront prochainement une place.

Le secteur des croisières maritimes est un marché porteur dont les zones
traditionnelles (Caraïbes, Méditerranée) s’étendent de plus en plus (Asie, Grand
Nord, Océan Indien). Le marché de la grande croisière est international et très
ouvert, en même temps que très sensible à la conjoncture économique
internationale, comme toutes les industries de loisirs. Les navires sont devenus de
véritables palaces flottants, exploités par des compagnies très puissantes.

Les navires porte-conteneurs.

Les lignes régulières de long cours sont pour leur part spécialisées dans le transport
intercontinental de marchandises générales. Les deux tiers environ de ces
marchandises (environ 500 millions de tonnes par an) sont à présent chargés dans
des conteneurs.

La part des porte-conteneurs dans la flotte de marchandises générales ne fait que


croître. L’unité de mesure de la capacité des porte-conteneurs est l’Equivalent Vingt
Pieds (EVP) ou TEU (Twenty feet Equivalent Unit). Bien entendu, un conteneur 40’
équivaut à 2 conteneurs 20’. A la fin de 1994, les porte-conteneurs comptaient en
tonnage pour 25 % de la flotte mondiale de marchandises générales, avec une
capacité d’emport de plus de 4 millions d’EVP.
Les navires sont exploités sur la base d’horaires, d’itinéraires, de ports et de tarifs
prédéterminés.

Pour assurer la régularité des services et rentabiliser les investissements en navires


et en conteneurs, les armements se sont fréquemment regroupés en ententes
techniques, dits «consortiums ou pools». Compte tenu de la dispersion géographique
des dessertes, du nombre des participants, du poids des investissements, ces
regroupements sont souvent indispensables à la mise en place de services
performants. Pour assurer une meilleure gestion des parcs à conteneurs, rentabiliser
les exploitations et répondre à la demande des chargeurs, les armateurs ont été
conduits à proposer des prestations de «bout en bout», incluant des prestations de
transport terrestre et de location de conteneurs.

OFPPT/DRIF 53
Résumé de théorie et Module 2 : Transport et Logistique
guide de travaux pratiques Version 1.1 Juillet 2005

Certains porte-conteneurs sont équipés de moyens de levage propres (on dit qu’ils
sont gréés). La plupart utilisent les portiques des ports. Ces portiques sont équipés
de spreader qui saisissent le conteneur par les pièces d’angles supérieurs. Ce
système permet de charger et de décharger les conteneurs.

Lors du déchargement, les conteneurs sont mis sur des camions ou à quai. Ensuite,
des portiques sur pneus appelés cavaliers prennent le conteneur et vont le
positionner sur une plate forme de stockage appelée terminal à conteneur où ils
seront pris en charge pour le post-acheminement. Cette phase d’attente au terminal
se retrouve également après le pré-acheminement. Les portiques peuvent décharger
jusqu’à 40 conteneurs à l’heure. Un porte-conteneurs charge et/ou décharge en
moyenne 1 000 conteneurs par port soit environ 24 heures de manutention.

Avec une forte croissance, la flotte de porte-conteneurs continue d’apparaître comme


la fraction la plus dynamique de la flotte mondiale. Toutes les catégories de navires
porte-conteneurs participent à cette croissance. Mais il est clair que les porte-
conteneurs purs, notamment les navires de plus de 2 500 conteneurs, sont les
véritables moteurs de la progression.

Les navires rouliers.

On les appelle aussi des navires RO-RO (Roll On, Roll Off). Ce sont des navires
conçus pour transporter des marchandises sur roues. Les manutentions se font donc
horizontalement.

Certaines marchandises ne sont pas roulantes d’origine mais sont mises sur des
remorques appelées remorques esclaves pour les besoins de la manutention.

OFPPT/DRIF 54

www.cours-ofppt.com
Résumé de théorie et Module 2 : Transport et Logistique
guide de travaux pratiques Version 1.1 Juillet 2005

L’accès des véhicules se fait donc du quai directement sur le navire où le véhicule
est stocké sur différents ponts en fonction de sa taille et de son poids. Les ponts de
ces navires sont très résistants ; le cloisonnement vertical n’est pas assuré ce qui
peut poser problème dès qu’une voie d’eau survient dans la coque.

Selon la longueur de la traversée, les marchandises transportées sont différentes. En


effet, une traversée longue mobilise inutilement des véhicules de transport de
marchandises. Ainsi pour des traversées courtes (de quelques heures) les ponts du
navire supporteront des véhicules complets (ferries). Par contre, avec l’allongement
des distances, les remorques esclaves viendront les remplacer. Pour les grandes
traversées, les remorques esclaves seront reléguées à leur tour et les marchandises
seront de préférence posées sur le pont.

Les dimensions de ces navires rouliers varient de 80 à 200 m de long, de 15 à 30 m


de large et de 10 à 20 m de creux. Leur port en lourd est compris entre 3 et 22 000
tonnes. Leur mesure de capacité peut être l’EVP ou le nombre de véhicules. Leur
vitesse de croisière n’excède pas les 40 km/h. Le navire roulier traditionnel appartient
aux compagnies maritimes qui exercent la fonction de transporteur en ayant une
relation directe avec leur clientèle.

Parmi les navires rouliers, existent les rouliers transporteurs de véhicules particuliers
d’une capacité pouvant aller jusqu’à 6000 véhicules. Ces navires appartiennent en
principe aux constructeurs de voitures ou parfois sont utilisés dans le cadre d’un
contrat d’affrètement.

OFPPT/DRIF 55
Résumé de théorie et Module 2 : Transport et Logistique
guide de travaux pratiques Version 1.1 Juillet 2005

Caractéristiques d’un navire mixte roulier/porte-conteneurs


Longueur : 249,36 m
Largeur : 32,26 m
Tirant d’eau : 10,89 m
Vitesse de croisière : 20 nœuds
8 ponts de transport de véhicules : soit 15 821m2 au total
Capacité de 1 432 TEU pouvant être portée à 2 157 TEU en réduisant l’espace
disponible pour les véhicules

Les navires conventionnels

Ils sont de petites dimensions comparativement aux vraquiers. Ils ont en général un
port en lourd compris entre 5 et 15 000 tonnes. Leurs dimensions moyennes sont de
150 à 170 m de longueur, 20 à 25 m de largeur pour un creux moyen de 14 m. D’une
puissance allant de 8 à 13 000 CV, ils peuvent naviguer en vitesse de croisière de 14
à 17 nœuds.

Ils sont généralement équipés de leurs propres moyens de manutention et disposent


de 3 à 6 cales séparées par 1 ou 2 ponts intermédiaires. Ils nécessitent une main
d’oeuvre plus abondante que les navires précédents puisqu’ils emploient en général
50 à 75 personnes.

Le navire conventionnel est conçu pour s’adapter à tous les trafics et peut recevoir
des colis lourds. Sa souplesse d’utilisation en fait un outil très pratique. En effet, bien
que de conception ancienne (c’était le navire type de transport de marchandises il y
a une vingtaine d’années), il est très utilisé pour des échanges avec les pays en voie
de développement dont les infrastructures portuaires ont peu évolué avec les
nouvelles techniques de transport. Par contre, la faiblesse de ses ponts et de ses
moyens de levage, lui permettent difficilement le chargement de palettes, encore
moins de conteneurs.

La plupart des navires conventionnels ont une infrastructure renforcée pour recevoir
des conteneurs.

OFPPT/DRIF 56
Résumé de théorie et Module 2 : Transport et Logistique
guide de travaux pratiques Version 1.1 Juillet 2005

Caractéristiques d’un cargo conventionnel «Tadorne II»


Longueur : 82,78 m
Largeur : 16 m
Tirant d’eau : 7,40 m
Port en lourd : 4 750 tonnes
Dimensions cale : 52 m x 13,35 x 9,20
Panneau de cale : 44,18 m x 13,45 m
Capacité conteneur : 103 TEU en cale et 66 TEU en pontée
1 grue de 37 tonnes
2 mâts de charge 9 et 17 tonnes
Vitesse de croisière : 12 nœuds

Certains de ces navires disposent également de cales réfrigérées ou pourvues de


branchements pour accueillir des conteneurs réfrigérés.

III. LE TRANSPORT FERROVIAIRE

1. le matériel de transport ferroviaire

Historique :
La construction du réseau des chemins de fer du Maroc remonte au début du 20ème
siècle. En effet, les premières lignes construites à voie de 0,60m ont été établies à
partir de 1916, et ce n'est qu'en 1923 que la construction des voies à écartement
normal a été confiée à trois Compagnies concessionnaires privées. Ces dernières se
partagèrent le trafic ferroviaire, en exploitant chacune la partie du réseau qui lui était
concédée, jusqu'en 1963, lorsque le Gouvernement Marocain a décidé le rachat des
concessions et la création de l'Office National des Chemins de Fer (ONCF). C'est un
Établissement public à caractère industriel et commercial doté de la personnalité
civile et de l'autonomie financière, et placé sous la tutelle du Ministère de
l’Equipement du Transport.

L'ONCF qui emploie actuellement environ 9767 agents, gère et exploite un réseau de
1.907 Km de ligne, dont 1.537 Km à voie unique (80%) et 370 Km à double voie
(20%). Ce réseau comporte également 528 Km de voie de service et 201 Km de
ligne d'embranchements particuliers reliant diverses entreprises au réseau ferré
national. A noter que 53% de la longueur totale dudit réseau, soit 1003 Km, est
électrifié à 3000 Volts continu, alors que 904 Km sont exploités en traction Diesel.

OFPPT/DRIF 57
Résumé de théorie et Module 2 : Transport et Logistique
guide de travaux pratiques Version 1.1 Juillet 2005

Ainsi, le réseau ferroviaire marocain qui permet des vitesses de 160 Km/h sur
certains tronçons, se présente sous forme d'un couloir reliant le Sud (Marrakech) à
l'Est (Oujda) avec des antennes vers Tanger, Safi, Oued Zem, El Jadida et Bouaârfa.
Il dessert les grandes villes et les principaux ports du Royaume à l'exception de ceux
d'Agadir au Sud et de Nador au Nord. Il est également relié aux réseaux algérien et
tunisien, avec des caractéristiques techniques similaires permettant d'assurer la
circulation des trains dans de bonnes conditions d'exploitation.

Quant au parc matériel roulant, il se compose de 116 locomotives de lignes, 95


locomotives de manœuvre, 14 rames automotrices à 3 voitures, 372 voitures à
voyageurs et 6894 wagons à marchandises.

Par ailleurs, il convient de souligner que le transport ferroviaire joue un rôle


primordial dans le processus de développement allant de pair avec l'évolution
croissante que connaît le tissu économique et la renaissance que le Maroc ne cesse
d'enregistrer durant les dernières décennies. Il s'agit en fait d'un facteur essentiel de
rapprochement des distances qui assure le trafic des voyageurs et des
marchandises entre les grandes villes dans de meilleures conditions, mais aussi d'un
moyen de transport stratégique en matière de redynamisation des activités
industrielles en reliant leurs sites aux principaux ports du Royaume.

Pour ce qui est de l'activité de transport, l'ONCF opère sur trois marchés
stratégiquement indépendants, à savoir: le transport des voyageurs, le transport des
marchandises diverses et le transport des phosphates.

L’ONCF offre une gestion opérationnelle de bout en bout : raccordement des usines
au réseau ferroviaire, entreposage de marchandises sur des plates-formes
concédées, conseil en chargement, pesage, manutention ...

Embranché ou non au rail, Fret ONCF propose des solutions logistiques diverses :
Le FRET ONCF est une offre intégrée qui ne se limite pas à l'embranchement par
voie privée mais à l'ensemble organique des biens d'équipement et des installations
technologiquement indissociables de la fonction transport, en aval ou en amont des
fonctions de stockage et de production. C'est l'ensemble des moyens logistiques qui
permet la livraison et l'enlèvement à domicile : embranchements de particuliers, porte
à porte, occupation domaniale … avec une large gamme de prix compétitifs et
négociables sous forme de convention de partenariat.

Embranchements particuliers :

Une voie ferrée est construite au cœur même de votre usine et s’intègre dans votre
chaîne logistique en desservant tous les postes de travail : zones de manutention,
lieux de stockage

Les dessertes à domicile sont effectuées selon un plan de transport préétabli avec la
possibilité de conserver le wagon pendant un délai négocié dans un cadre de
partenariat.

L’embranchement de particuliers réduit les coûts de transport terminaux dans des


proportions considérables notamment en cas de mouvements massifs de produits.

OFPPT/DRIF 58
Résumé de théorie et Module 2 : Transport et Logistique
guide de travaux pratiques Version 1.1 Juillet 2005

L’ONCF vous fournit son assistance


technique pour l’étude et la réalisation
des installations de l’embranchement.
Dans certains cas, la participation au
financement du projet peut être
envisagée.

L’occupation domaniale :

L’occupation domaniale est une offre de location pour une durée déterminée de
terrains et de bâtiments situés dans les emprises des gares.
Elle est proposée par l’ONCF aux clients qui désirent en faire des dépôts de
stockage, voire des unités de production et ce moyennant un engagement de remise
au rail d’un minimum de trafic arrêté d’un commun accord.

Vous avez la possibilité d’effectuer


des travaux d’aménagement, de
construire des entrepôts... Toutes ces
modalités font l’objet de négociations
et de contrats personnalisés.
L’occupation domaniale est une offre
de location pour une durée
déterminée de terrains et de
bâtiments situés dans les emprises
des gares.

Le porte à porte :

Vu que toutes les unités économiques ne


peuvent être embranchées au réseau
ferroviaire, soit à cause de leur
dimension ou de leur situation
géographique, l’ONCF leur propose une
solution sur mesure : le porte à porte.
Elle consiste à prendre la marchandise
au domicile du chargeur pour la livrer au
domicile du destinataire.

OFPPT/DRIF 59

www.cours-ofppt.com
Résumé de théorie et Module 2 : Transport et Logistique
guide de travaux pratiques Version 1.1 Juillet 2005

Cette formule épargne aux clients les sujétions inhérentes à la rupture de charge; les
opérations de transbordement se déroulent dans les meilleures conditions de
sécurité pour la marchandise grâce aux moyens adéquats utilisés.

A. PRODUITS ENERGETIQUES:

Pour son approvisionnement en produits énergétiques, le Maroc a recours aux


importations. L'activité de raffinage du pétrole brut est assurée par deux unités, l'une
à Mohammedia et l'autre à Sidi Kacem. Le charbon se place au deuxième rang des
énergies primaires.
Avec 1,6 million de tonnes transportées en 2003, correspondant à un chargement de
33 100 wagons, ONCF FRET occupe une place de leader sur le marché
énergétique.

Le réseau ferroviaire connecté aux points d'approvisionnement garantit une offre


intégrée de transport.

L’ONCF dispose d’un parc diversifié de wagons présentant des caractéristiques qui
répondent à vos exigences et à tous les modes de conditionnement.

Caractéristiques des wagons


Principaux produits transportés Charbon

Charge utile moyenne 60 T

Tare 20 T

Volume 72 m3

Longueur 12,71 m

Mode de chargement et de Chargement: A travers sa partie supérieure découverte


déchargement Déchargement: Par ouverture des portes latérales

OFPPT/DRIF 60
Résumé de théorie et Module 2 : Transport et Logistique
guide de travaux pratiques Version 1.1 Juillet 2005

Caractéristiques des wagons


Principaux produits transportés Produits pétroliers

Charge utile moyenne 58 T

Tare 22 T

Volume 68 m3

Longueur 15 m

Chargement : A travers un trou dôme placé sous le


Mode de chargement et de couvercle de la partie supérieure
déchargement Déchargement : Par ouverture des vannes placées sous
le longeron du wagon

Caractéristiques des wagons


Principaux produits transportés Charbon

Charge utile moyenne 56 T

Tare 24 T

Volume 75 m3

Longueur 15,4 m

Chargement: A travers sa partie supérieure découverte et


Mode de chargement et de
Déchargement: par gravité par ouverture des trappes
déchargement
inférieures

Wagons équipés de leviers pour l'ouverture manuelle des trappes inférieures

OFPPT/DRIF 61
Résumé de théorie et Module 2 : Transport et Logistique
guide de travaux pratiques Version 1.1 Juillet 2005

B. PRODUITS MINERAUX

Outre le phosphate pour lequel le Maroc détient les 2/3 des réserves mondiales en
étant le premier exportateur à l'échelle internationale, il existe toute une gamme
d'autres minerais dont le niveau de production n'est pas négligeable tels que la
barytine, le zinc, la fluorine, etc… Concernant les ciments, le Maroc dispose de
l'autosuffisance. En 2003, 911 000 tonnes ont été transportées correspondant à un
chargement de 22 000 wagons.

Le train est le mode le mieux adapté au transport des minerais. Il permet des
évacuations massives qui garantissent des gains de productivité, une meilleure
programmation et une régulation des stocks.
Le rail, c'est aussi un mode respectueux de l'environnement. La réception et
l'enlèvement massifs des marchandises est l'atout de l’offre intégrée de l’ONCF.

L’ONCF dispose d’un parc diversifié de wagons présentant des caractéristiques


techniques assurant la sécurité de la marchandise et facilitant les opérations de
chargement et de déchargement des produits minéraux.

Caractéristiques des wagons


Principaux produits transportés ciment

Charge utile moyenne 60 T

Tare 20 T

Volume 62 m3

Longueur 14.5 m

Chargement: Par ouverture des 2 trous dôme situés sur


Mode de chargement et de la partie supérieure de la caisse du wagon
déchargement Déchargement: A travers les vannes situées sous le
longeron, en utilisant l'air comprimé

Wagons équipés de volants pour l'ouverture manuelle des trappes inférieures

OFPPT/DRIF 62
Résumé de théorie et Module 2 : Transport et Logistique
guide de travaux pratiques Version 1.1 Juillet 2005

Caractéristiques des wagons


Principaux produits transportés Barytine, gravettes...

Charge utile moyenne 57 T

Tare 23 T

Volume 41 m3

Longueur 14,86 m

Chargement: A travers sa partie supérieure découverte


Mode de chargement et de
Déchargement: Par gravité par ouverture des trappes
déchargement
inférieures

Wagons équipés de leviers pour l'ouverture manuelle des trappes

C. PRODUITS ALIMENTAIRES

La vocation agricole du pays et le poids qu'occupe ce secteur dans l'économie


nationale expliquent l'intérêt porté aux industries agroalimentaires. Le secteur
agroalimentaire regroupe les branches des industries alimentaires et celle des
boissons.
Environ 310 000 tonnes de produits alimentaires ont été transportées par train en
2003, ce qui correspond à un chargement de 8 800 wagons.
L’ONCF dispose d’un parc diversifié de wagons présentant des caractéristiques qui
répondent à tous les modes de conditionnement.

OFPPT/DRIF 63

www.cours-ofppt.com
Résumé de théorie et Module 2 : Transport et Logistique
guide de travaux pratiques Version 1.1 Juillet 2005

Caractéristiques des wagons


Principaux produits transportés Eau minérale, huiles alimentaires, limonades...

Charge utile moyenne 21.5 T

Tare 2.5 T

Volume 34 m3

Longueur 6,058 m

Mode de chargement et de
Par portes latérales ou frontales
déchargement

Caractéristiques des wagons


Principaux produits transportés Sucre raffiné, carton...

Charge utile moyenne 58 T

Tare 22 T

Volume 95 m3

Longueur 16,52 m

Mode de chargement et de Mode de chargement et de déchargement Par portes


déchargement latérales

OFPPT/DRIF 64
Résumé de théorie et Module 2 : Transport et Logistique
guide de travaux pratiques Version 1.1 Juillet 2005

Caractéristiques des wagons


Principaux produits transportés Eau minérale, agrumes...

Charge utile moyenne 26 T

Tare 14 T

Volume 75 à 80 m3

Longueur 12,75 m

Mode de chargement et de
Par portes latérales
déchargement

Wagons équipés de volets d'aération

D. BOIS, LIEGE ET CARTON

Face à une faible production nationale de bois (30% des besoins), les importations
du Maroc oscillent entre 650 et 850.000 tonnes. En 2003, 386 000 tonnes ont été
transportées correspondant à un chargement de 15 300 wagons.
L'ONCF met à la disposition des opérateurs de ce secteur une offre intégrée de
moyens logistiques qui leur assurent ce transport de bout en bout dans des
conditions optimales leur permettant des gains de productivité. Compte tenu de
l’importance de ce trafic, l’ONCF lui réserve un parc de 370 wagons.

OFPPT/DRIF 65
Résumé de théorie et Module 2 : Transport et Logistique
guide de travaux pratiques Version 1.1 Juillet 2005

Caractéristiques des wagons


Principaux produits transportés Bois et divers

Charge utile moyenne 58 T

Tare 22 T

Superficie 51 m2

Longueur 18,2 m

Mode de chargement et de
Utilisation d'un chariot élévateur
déchargement

E. PRODUITS "AGRICULTURE":

Ce secteur, récemment libéralisé, regroupe principalement les produits céréales et


engrais.
Malgré sa vocation de pays agricole, le Maroc a recours aux importations de
céréales pour assurer l'équilibre entre l'offre et la demande.
Pour le secteur des engrais, le Maroc dispose d'énormes richesses de phosphates
qui sont à la base d'engrais de fond banalisés à toutes les cultures. Les engrais de
couverture à base de pétrole, quant à eux, font l'objet d'importation.
Grâce à sa capacité d'enlèvement au départ des ports, à sa technique
d'acheminement en trains complets, et à une gamme de services sur mesure,
garantissant toute la performance et la compétitivité d'une offre intégrée de
transport, l'ONCF a transporté près de 830 000 tonnes en 2003, correspondant au
chargement de 24 054 wagons.

OFPPT/DRIF 66
Résumé de théorie et Module 2 : Transport et Logistique
guide de travaux pratiques Version 1.1 Juillet 2005

Caractéristiques des wagons


Principaux produits transportés Engrais en vrac et céréales

Charge utile moyenne 55 T

Tare 25 T

Volume 55 m3

Longueur 15,5 m

Mode de chargement et de
Par gravité par ouverture des trappes inférieures
déchargement

Wagons équipés de volants pour l'ouverture manuelle des trappes

Caractéristiques des wagons


Principaux produits transportés Céréales

Charge utile moyenne 32 T

Tare 10 T

Volume 43 m3

Longueur 8,5 m

Mode de chargement et de
Par ouverture des trappes supérieures et inférieures
déchargement

Wagons équipés de volants pour l'ouverture manuelle des trappes

OFPPT/DRIF 67
Résumé de théorie et Module 2 : Transport et Logistique
guide de travaux pratiques Version 1.1 Juillet 2005

F. PHOSPHATES

Le transport des phosphates sur les différents axes est assuré par un parc d'environ
1200 wagons en alliage d'aluminium d'une capacité globale de 77600 tonnes

1- Axe Khouribga - Casablanca / Jorf (phosphate sec) :

Wagons Tads équipés de trappes


supérieures, à déchargement latéral par
gravité et à commande manuelle.

- Effectif du parc: 902 Tads


- Capacité globale : 58.500 tonnes

2- Axe Benguerir - Safi (phosphate humide)

Wagons Uads sans trappes supérieures,


à déchargement central par gravité et à
commande pneumatique.

- Effectif du parc : 166 Uads


- Capacité globale : 10 700 tonnes

3- Axe Youssoufia - Safi (phosphate sec)

Wagons Uads équipés de trappes


supérieures, à déchargement central par
gravité et à commande pneumatique.

- Effectif du parc : 130 Uads


- Capacité globale : 8 400 tonnes

- Produits dérivés
1. Acide phosphorique : Industries chimiques
---> port de Safi. Wagons citernes dont les
cuves sont en acier revêtu intérieurement
par du caoutchouc synthétique anti-acide
ou par de l'ébonite.
- Effectif du parc : 78 citernes
- Capacité globale : 4 560 tonnes

OFPPT/DRIF 68
Résumé de théorie et Module 2 : Transport et Logistique
guide de travaux pratiques Version 1.1 Juillet 2005

2. Soufre : port de Safi ---> Industries


chimiques.
Wagons Taoos en alliage aluminium,
caractérisés par une charge à l'essieu de
22,5 tonnes.
- Effectif du parc : 48 Taoos
- Capacité globale : 3 440 tonnes

3. Engrais : Industries Chimiques ---> port


de Safi
Wagons Uads en acier à déchargement
latéral par gravité avec 4 trappes de
chaque côté.
- Effectif du parc : 74 Uads
- Capacité globale : 4 000 tonnes

PHOSPHATES :

Le nombre de trains chargés atteint en moyenne 18 trains ce qui permet le


dégagement de 62 500 tonnes par jour.

Performances 1998/2003
(Chiffres en milliers)
Années 1998 1999 2000 2001 2002 2003
Tonnage 20809 19983 19086 20200 22820 23001
Tonnes - Km 3703851 3555877 3393809 3635533 3930287 4009623

Produits dérivés

Le nombre de dessertes atteint en moyenne 12 dessertes ce qui permet le


dégagement de 8 500 tonnes par jour dont :

- 3 500 tonnes d'acide phosphorique,


- 3 100 tonnes de soufre,
- 1 900 tonnes d'engrais.

Performances 1998 / 2003 :


(Chiffres en milliers)
Années 1998 1999 2000 2001 2002 2003
Tonnage 3400 3321 3289 3183 3107 3286
Tonnes-Km 84990 83031 82227 79582 77679 82150

OFPPT/DRIF 69

www.cours-ofppt.com
Résumé de théorie et Module 2 : Transport et Logistique
guide de travaux pratiques Version 1.1 Juillet 2005

IV. LE TRANSPORT AERIEN

1. Présentation des types d’avions

Un avion est défini comme un appareil de navigation aérienne plus lourd que l’air,
muni d’ailes et d’un moteur à hélices ou à réaction. Il a un nom, un domicile et une
nationalité qui permettent de l’identifier. Matériellement, c’est son immatriculation qui
assure cette fonction. Elle est donc unique, obligatoire et affichée sur l’appareil. Le
certificat d’immatriculation correspondant est délivré par le Ministère chargé de
l’aviation civile.

Comme tout matériel de transport, l’avion est composé d’un système de propulsion
(moteur à hélices ou à réaction), des éléments de direction (gouvernes de direction
et de profondeur situées à l’arrière de l’appareil, ainsi que les ailerons situés sur les
ailes), de la cabine de pilotage et de compartiments situés dans les ailes et le
fuselage.

Dans les ailes, se situent les soutes de carburant. D’autres réserves peuvent se
situer dans le fuselage. Leur capacité est variable et permet de déterminer
l’autonomie de vol de l’avion. Les avions dont l’autonomie de vol ne permet que des
vols de courte durée, seront affectés par les compagnies à la navigation intérieure :
le court courrier. Les avions moyen courrier sont de plus grande autonomie et leur
rayon d’action est d’environ 1 000 à 2 000 Km. Ils assurent une partie du trafic
international On retrouve principalement des appareils de type B727.200, A300,
A310, DC10. Les avions long courrier effectuent des voyages plus longs. Leur
autonomie de vol est bien entendu élevée, ils assurent notamment les trafics
intercontinentaux. On trouve surtout des B707, A320 et B747. L’autonomie n’est pas
la seule caractéristique de l’affectation d’un appareil sur un courrier. D’autres
éléments sont pris en compte tels que la capacité de charge, l’emport de passagers,
la régularité des trafics, les prix de vente du carburant dans les aéroports
desservis…

Dans le fuselage se situe un espace disponible pour l’emport de passagers et de


marchandises. Leur capacité est très variable de quelques kilogrammes pour les plus
petits, spécialisés dans le fret urgent et pouvant décoller et atterrir sur de petits
aérodromes, jusqu’à près de 100 tonnes pour les plus gros.

2. Classification du matériel volant

Comme nous l’avons vu précédemment les marchandises sont transportées :

pour partie dans les soutes ventrales des avions passagers,


pour partie dans la « soute cabine » et les soutes ventrales des avions « tout
fret ».

Sur les lignes desservies par des appareils de l’une et de l’autre catégorie, il est
courant que les expéditions les plus urgentes soient acheminées sur les services
passagers, dont les fréquences sont généralement les plus élevées, et il va de soi
que les objets de grandes dimensions ne peuvent l’être que sur les avions cargo.

OFPPT/DRIF 70
Résumé de théorie et Module 2 : Transport et Logistique
guide de travaux pratiques Version 1.1 Juillet 2005

Cependant, à partir de 1970, l’introduction du Boeing 747 pour le transport de


passagers a profondément modifié la répartition du fret entre les catégories de
matériel du fait de l’énorme capacité qu’offrent les soutes ventrales de ces gros
quadrimoteurs. Cette incidence du matériel gros porteur s’est depuis lors manifestée
également avec la mise en exploitation de nouveaux types d’avion à grande capacité
(DC10, Lockheed L.1011, Airbus, Boeing 747 version combi.).

2.1. Avions « TOUT FRET »

Avions dont le chargement fret est effectué sur le pont principal, ce qui exclut
totalement le transport de passager. La soute principale est alors constituée par le
pont principal lui-même.

2.1.1. Les avions de moyenne capacité

Ces avions sont tous à réaction à l’exclusion de quelques appareils à turbo


propulseurs (Lockheed « Electra » et Vickers « Merchantman ») qui résultent de la
conversion en cargos d’avions primitivement conçus et exploités pour le transport de
passagers.

Suivant le type d’appareil, les unités de chargement sont placées en cabine dans le
sens de la largeur ou dans le sens de la longueur. Par exemple, les côtés de 2,24 m
se trouvent dans le sens longitudinal sur un long courrier B 707 et dans le sens
transversal sur un moyen courrier DC 9.

Vous trouverez ci-après les principales caractéristiques des avions « tout fret » de
moyenne capacité les plus utilisés.

Charge Dimensions cabine Dimensions Volume


Type d’avion
(kg) (cm L x l x h) porte (cm l x h) utile m3
B 707 320 C 40 000 3400 x 355x 231 340 x 219 213
B 727 100F 19 500 2215 x 355 x 231 340 x 218 118
B 737 QC Cargo 15 000 1660 x 352 x 218 356 x 203 100
DC 8 BF 61 36 000 4115 x 350 x 221 356 x 216 297
DC9 9 F 30 Cargo 15 400 1880 x 290x 205 345 x 205 102
Vickers
18 500 2490 x 305 x 234 343 x 203 160
Merchantman
Lockheed L 100.30 22 500 1650 x 304 x 274 304 x 274 170
Airbus A 300 C 4 45 000 3200 x 535 x 257 358 x 257 305

2.1.2. Les avions de grande capacité

Ces avions possèdent, outre leur très grande soute-cabine, des soutes ventrales
elles-mêmes assez volumineuses pour justifier la mise en œuvre des unités de
chargement. Plus précisément il est possible d’y loger soit des unités standards
ayant une base de 2,24 x 3,18m et 2,44 x 3,18m, soit des conteneurs spéciaux
également standardisés.

OFPPT/DRIF 71
Résumé de théorie et Module 2 : Transport et Logistique
guide de travaux pratiques Version 1.1 Juillet 2005

Dans cette catégorie, deux appareils sont actuellement en exploitation :

Le Boeing 747 F/C dont la soute cabine peut recevoir, en deux files longitudinales,
non seulement les unités utilisées sur tous les autres avions, mais aussi des unités
(palettes ou conteneurs) aux normes dimensionnelles ISO = section transversales de
2,44 x 2,44 (8 x 8 pieds) longueur de 10 à 40 pieds (3,05 à 12,20m).

Le Boeing 747 F en version cargo dispose de :


- la soute avant qui peut contenir 5 palettes,
- la soute arrière qui peut contenir 4 palettes,
- la soute de vrac, le pont principal qui peut contenir 29 palettes.

Le Douglas CD 10 – 30 Cargo dont la soute-cabine peut recevoir côte à côte des


unités de 2,24 ou de 2,74m de largeur, à pans coupés dans les deux cas.

Vous trouverez ci-après les principales caractéristiques des B 747 Cargo et DC 10 –


30 Cargo :

Charge Dimensions cabine Dimensions Volume


Type d’avion
( kg ) (cm L x l x h) porte (cm l x h) utile m3
B 747 F 105 000 4875 x 592x 254 355 x 259 695
DC 10 – 30 Cargo 70 000 3725 x 560x 259 355 x 259 420

2.1.3. Caractéristiques des soutes

Les conditions de transport dans les soutes et sur le pont principal sont fonction des
conditions climatiques et atmosphériques à bord des appareils. Elles sont très
variables. Dans un avion moderne au moins une, voire toutes les soutes sont
pressurisées, ventilées et chauffées. La pression normale à bord ne descend pas au-
dessous de 0,75 kg/cm2 et la température en vol peut être contrôlée dans une plage
de +5° à +20°C. Lorsque les soutes ne sont pas chauffées, la température peut
descendre jusqu’à –45°C. Par conséquent, les marchandises chargées à bord de
ces appareils devront pouvoir supporter de telles conditions de transport.

Les soutes et le pont principal, quelles que soient leurs capacités, sont en principe
équipés de points d’ancrage des palettes et des conteneurs.

Lorsque l’avion est de type combi, les sièges des passagers sont montés sur base
palette qui est fixée au sol de la même manière.
Chaque ULD est mise en place selon un plan de chargement établi par le Chef
avion. Dans un B 747 F, il dispose les ULD les unes à côté des autres en respectant
les espaces prédéfinis pour chaque ULD. Chaque position ainsi déterminée est
lettrée ou chiffrée. La position A ou 1 est située au début de l’avion, la dernière
position porte la lettre T ou nombre 20 (dans le cas du B747 F). A ces chiffres ou
lettres sont associées les lettres L et R. L pour le côté gauche (left) et R pour le côté
droit (right). Par exemple, la position 5R sera en face de la position 5L et sera après
la position 4R et avant la position 6R. Afin d’éviter tout risque de confusion entre les
lettres et les chiffres, certaines lettres ne sont reprises dans les positions. Il s’agit des
lettres I, O et Q que l’on peut confondre avec 1 et 0.

OFPPT/DRIF 72
Résumé de théorie et Module 2 : Transport et Logistique
guide de travaux pratiques Version 1.1 Juillet 2005

En accord avec la compagnie, certaines ULD peuvent avoir un chargement hors


normes en longueur et en largeur. Il s’agit des ULD positionnées en A, P et T, (il
existe un espace libre autour de l’ULD positionnée à ces endroits). Cependant, le
comblement de ces espaces disponibles nécessite des constructions et des
arrimages spécifiques.
Le temps de chargement d’un avion cargo de type B747 F est d’environ 40 minutes.

2.2. Les avions mixtes

Cette catégorie, la plus fréquente, comprend :


• Les avions combis : le pont principal est alors partagé entre le fret et les
passagers.
• Les avions passagers : le fret est chargé uniquement dans les soutes sous le
pont principal.

La charge offerte par les soutes doit être répartie par ordre de priorité entre :
• Les bagages des passagers,
• La poste aérienne,
• Le fret.

La charge offerte est une estimation moyenne du fret pouvant être embarqué et non
pas la capacité totale comme pour les avions cargo.

Le Boeing 747 en version passagers dispose de 3 soutes :


1. La soute avant qui peut contenir 5 palettes,
2. La soute arrière qui peut contenir 4 palettes,
3. La soute de vrac.

2.3. Les avions COMBINES et CONVERTIBLES

Pour les avions de passagers comme pour les avions de fret, il est évident que la
rentabilité de l’exploitation est liée d’une part au remplissage de la capacité offerte,
d’autre part au nombre d’heures de vol par an. Ainsi a-t-on songé depuis longtemps
à utiliser un même appareil pour le transport des voyageurs et pour celui des
marchandises, ce qui peut se faire de deux façons :
L’avion combi.
L’avion convertible.

2.3.1. L’avion combi

Il s’agit d’un appareil dans la cabine duquel on transporte au cours du même vol des
passagers et du fret, soit en proportions fixes, soit en proportions variables par le jeu
d’une cloison mobile séparant les parties affectées respectivement aux deux
catégories de charge.

OFPPT/DRIF 73
Résumé de théorie et Module 2 : Transport et Logistique
guide de travaux pratiques Version 1.1 Juillet 2005

Cette formule convient à la desserte de ligne dont le potentiel fret, tout en étant
substantiel, n’est pas suffisant pour justifier économiquement l’exploitation d’un
service spécialisé avec une fréquence commercialement convenable ou, à l’inverse,
la desserte de lignes dont la fréquentation des voyageurs est trop faible pour justifier
l’exploitation à fréquence suffisante d’un gros porteur « tout passager » mais où il
existe un marché de fret en harmonie avec la capacité d’emport résiduelle (cas de
Boeing 747 « combi », mis en service à partir de 1975).

L’avion combi a en outre pour avantage la possibilité d’accepter des marchandises


plus volumineuses que ne le permettent les avions de passagers.

Le Boeing 747 en version combi dispose des capacités suivantes :

• le pont principal peut contenir 7 à 11 palettes,


• la soute avant peut contenir 5 palettes,
• la soute arrière peut contenir 4 palettes,
• La soute de vrac.

2.3.2. L’avion convertible

La cabine est affectée intégralement et alternativement au transport de passagers et


à celui du fret.

La conversion peut se faire soit à intervalles espacés selon la saisonnalité des


trafics, soit quotidiennement, dans ce cas l’appareil est utilisé de jour pour les
voyageurs et de nuit pour le fret.

En contre partie de ses avantages, l’avion convertible présente des inconvénients.


Son poids à vide est supérieur à celui de l’appareil « tout fret » et supérieur à celui de
l’appareil exclusivement destiné aux passagers hors sièges. Son prix de revient
d’exploitation est sensiblement plus élevé.

OFPPT/DRIF 74
Résumé de théorie et Module 2 : Transport et Logistique
guide de travaux pratiques Version 1.1 Juillet 2005

CHAPITRE 3 – LES INFRASTRUCTURES LIEES AUX DIFFERENTS


TYPES DE MOYENS DE TRANSPORT

I. LES AEROPORTS

Il existe plusieurs conceptions d’aéroports qui sont basées essentiellement sur le


trafic passagers.
La conception linéaire correspond à la première génération d’aéroports. Les avions
arrivent directement à proximité des aérogares. Les couloirs de raccordement sont
inexistants. Cette conception occupe une grande surface au sol. Certains aéroports
de province sont encore conçus selon ce schéma.

La conception jetée est plus moderne et offre l’avantage d’avoir une capacité
supérieure à celle des aéroports de la première génération pour une surface
quasiment identique. Les appareils n’arrivent pas directement à côté des aérogares
mais à proximité et des couloirs de raccordements permettent la circulation des
passagers jusqu’aux avions.

La conception satellite correspond à la dernière génération d’aéroports. Les


appareils se placent autour d’un pôle de convergence des passagers. La circulation
des appareils au sol est plus aisée. La rationalisation de l’espace est optimale.
Généralement, un couloir de raccordement entre le cœur de ce pôle et l’aérogare
permet la circulation des passagers. Sur certains aéroports, ce pôle est composé des
aérogares ce qui facilite les déplacements des passagers et du fret.

La conception « transporteur » devient moins utilisée car coûteuse au niveau de son


exploitation : des véhicules navettes assurent la jonction entre l’aérogare et les
appareils en attente d’embarquement. Ce type d’aéroport permet de décentraliser les
aérogares des aires de stationnement et des appareils. Il est particulièrement adapté
lorsque l’emplacement des bâtiments ne permet pas d’adopter un autre type de
structure.

L’aéroport regroupe l’ensemble des installations aménagées en vue de l’exploitation


des lignes aériennes. Il comprend notamment l’aérogare, les aires de stationnement
et les pistes.

L’aérogare est le point de départ et le point d’arrivée des passagers et du fret. Il


comprend des guichets billets, un bureau d’enregistrement, un local pour les
formalités de police, un local pour les formalités sanitaires, les formalités douanières,
un local important pour le fret (chambres fortes, chambres froides…) et un centre
commercial. Parfois cette dernière activité (duty free shop : boutiques en franchise
de taxes) est plus lucrative que le transport aérien réellement effectué.

Les aires de stationnement sont les emplacements où les avions s’arrêtent pour
charger ou décharger le fret et les passagers.

OFPPT/DRIF 75

www.cours-ofppt.com
Résumé de théorie et Module 2 : Transport et Logistique
guide de travaux pratiques Version 1.1 Juillet 2005

Les pistes sont de diverses dimensions et doivent permettre le décollage et


l’atterrissage des avions. Les plus modernes disposent d’aides à la navigation et à la
préparation de ces manœuvres par des systèmes de balises, de radioguidage…
permettant de décoller et d’atterrir par tout temps et sans visibilité.

Ajoutés à ces infrastructures, l’aéroport peut disposer de locaux administratifs qu’il


loue à des agents de fret aérien ou à des services publics.

Transports de fret dans les principaux aéroports (toutes compagnies) en tonnes

Aéroports 1999 2000 2001 2002


CASABLANCA Mohamed V 44 255 43 489 41 142 43 042
AGADIR 2 123 1 787 2 351 1 709
MARRAKECH Ménara 2 006 2 354 2 469 2 198
TANGER Boukhalef 662 839 449 417
RABAT Salé 1 820 1 579 1 531 1 323
OUJDA Angads 600 509 312 618
LAAYOUNE Hassan 1er 215 120 233 336
FES Saiss 658 569 468 426
ALHOCEIMA Charif Al Idrissi 14 7 4 5
OUARZAZATE 122 127 39 47
DAKHLA 2 - - -
TETOUAN Saniat Rmel 1 - -
ERRACHIDIA 36 257 220 244
TAN TAN 7 2 6 2
NADOR 1 6 12 20
ESSAOUIRA - 1 -
Total 52 521 51 644 49 236

OFPPT/DRIF 76
Résumé de théorie et Module 2 : Transport et Logistique
guide de travaux pratiques Version 1.1 Juillet 2005

Aéroports ouverts au trafic national


Aérogares
Aire de mouvement
Passagers
Superficie
de Aire de Equipements
AEROPORTS stationnement
l'emprise Superficie Capacité Piste Aéronautiques
(ha) totale (m3) pax/an d'envol L*l Surface Nombre
Totale
de postes
(m2)
2 pour
TETOUAN VOR VHF 1enregis-
Saniat Rmel
82 1 200 100 000 2.300mx45m 11 700 moyen
treur /1 locator DME
courrier
2 pour
TAN TAN 572 1 620 160 000 2.000mx45m 13 024 moyen 1 locator VOR VHF
courrier
2 pour
VOR-DME-VHF-BHI 1
DAKHLA 250 200 100 000 3.000mx45m 18 900 moyen
locator
courrier
3 pour
CASABLANCA VOR-DME-VHF-BBI 1
Anfa
136 288 - 1.880mx45m 49 420 moyen
enregistreur
courrier
6 pour
VOR VHF-DME 1
ERRACHIDIA 130 - - 3.200mx45m 19 500 court
locator ILS
courrier
6 pour
SIDI IFNI 58 - - 1.460mx45m 17 500 court
courrier
2 pour
ESSAOUIRA VOR/DME, VHF,
MOGADOR
60 900 60 000 2100mx30m 9 600 court
Enregistreur
courrier

Etat des aéroports secondaires ouverts à la circulation aérienne publique


Code Emprise Altitude Piste
Aéroports
OACI (ha) (m) Orientation Longueur (m) Largeur (m) Avion critique
IFRANE 4B 213 1664 03/21 2100 35 ATR 42
BENI MELLAL 3A 114 510 05L/23L 1200 23 ATR 42
CASABLANCA
TIT MELLIL
1A 95 96 18L/36R 700 75 AL

EL JADIDA 3A 90 27 05/23 1400 50 AL


KENITRA
TOURISME
3A 111 41 03/21 1400 50 AL

TAROUDANT 3A 71 264 08/26 1500 50 AL


SIDI IFNI 4A 122 58 04/22 1000 45 AL
ZAGORA 2A 246 800 11/29 1100 60 AL
TAZA 3A 75 575 08/26 13/31 650 45 AL
OUAZZANE 3A 72 173 18/36 1600 50 AL
SAFI 3A 199 52 08/26 1790 60 AL

OFPPT/DRIF 77
Résumé de théorie et Module 2 : Transport et Logistique
guide de travaux pratiques Version 1.1 Juillet 2005

Etat des aéroports ouverts à la circulation aérienne publique


Code Piste Parking avions Aérogare Trafic 1999 Trafic 2000
Emprise Altitude
Aéroport OACI
(ha) (m) Longueur Largeur Avion Superficie Superficie Capacité Passagers Avions Fret Passagers Avions Fret
Orientation (m) (m) PCN critique (m2) Capacité (m2) (Pax) (Pax) (Mvts) (Tonnes) (Pax) (Mvts) (Tonne)
4E 1484 200 17/35 3720 45 65/F/C/WT B 747 250000 12 B 737 50000 6000000 3421445 47415 44255,3 3569752 49571 43474
MOHAMMED V
5 B 747

AGADIR AL 4E 555 78 10/29 3200 45 46/F/A/WT B 747 145000 10 B 737 28000 3000000 ?28882 13604 2122,8 1151264 13625 1776,5

MASSIRA 4 B 747
4E 588 468 10/29 3100 45 56/F/B/WT B 747 82000 6 B 737 7500 1000000 ?292216 12942 2006 1425713 13936 2294,6
MARRAKECH
1 B 747
MENARA
1 A 300
4D 291 19 10/29 3500 45 47/F/B/WT B 747 44000 4 B 737 4000 450000 285705 7116 662,4 290622 8578 788,4
TANGER IBN
1 B 747
BATTOUTA
2 B 757
4E 1500 84 04/22 3500 45 60/F/B/W/T B 747 84000 3 B 737 5600 600000 137380 2409 1820,3 157235 2340 1579,2
2 B 757
RABAT SALE
2 B 747
2 A 300
4D 285 579 10/28 3200 45 53//F/B/W/T B 757 27650 3 B 737 1000 120000 121763 2336 657,9 1239,5 2274 569,2
FES SAISS
1 B 747

LAAYOUNE 4D 1376 68 03/21 2700 45 40/F/B/W/T B 757 40000 3 B 737 5400 600000 62371 2291 215,3 68430 2329 120,7

HASSAN 1ER 04/22 2400 45 1 B 747

4D 580 468 06/24 3000 45 42/F/B/W/T B 757 37500 1 B 747 3000 300000 199593 3500 600,1 157907 3068 502,2
OUJDA
1 A 300
ANGADS
4 B 737

AL HOCEIMA
ACHARIF AL 4C 78 27 18/36 2160 45 40/F/B/W/T B 737 8800 3 B 737 1400 140000 56643 872 14 48637 728 6,8
IDRISSI

OFPPT/DRIF 78
Résumé de théorie et Module 2 : Transport et Logistique
guide de travaux pratiques Version 1.1 Juillet 2005

4D 189 1153 12/30 3000 45 46/F/B/W/T B 757 18000 2 B 737 1600 160000 79216 1460 121,5 85779 1437 126,6
OUARZAZATE
1 B 747

ERRACHIDIA 4D 266 1045 13/31 3200 45 37/F/B/W/T B 757 19500 2 A 300 - - 1510 39 36 3129 100 307,5
MOULEY ALI
CHERIF 2 B 737

NADOR EL 4E 276 180 08/26 3000 45 B 747 24000 1 B 747 5600 600000 7280 128 1 76674 1062 5,4

ARAOUI 2 B 737

9 ATR
CASABLANCA 3C 131 96 03/21 1720 45 23/F/B/W/T ATR 42 27000
42
- - - - - - - -
ANFA

DAKHLA 4C 639 6 03/21 3000 45 28/F/B/W/T B 737 18900 3 B 737 900 100000 - - - - - -

4C 644 199 04/22 2000 45 22/F/B/W/T B 737 11500 1 B 737 1600 160000 8 22 6,9 62 12 2
TAN TAN PLAGE
BLANCHE 3 ATR
42
2 ATR
TETOUAN 3C 200 3 04/22 2300 50 26/F/B/W/T B 737 11700
42
1200 120000 5943 336 0,4 4426 324 -
SANIAT RMEL
1 B 737
3 ATR
ESSAOUIRA 3C 68 117 17/35 2000 30 ATR 42 7000
42
- - 3008 291 - 3789 224 -

OFPPT/DRIF 79
Résumé de théorie et Module 2 : Transport et Logistique
guide de travaux pratiques Version 1.1 Juillet 2005

II. LES INFRASTRUCTURES FERROVIAIRES

L'ONCF qui emploie actuellement environ 9767 agents, gère et exploite un réseau de
1.907 Km de ligne, dont 1.537 Km à voie unique (80%) et 370 Km à double voie
(20%). Ce réseau comporte également 528 Km de voie de service et 201 Km de
ligne d'embranchements particuliers reliant diverses entreprises au réseau ferré
national. A noter que 53% de la longueur totale dudit réseau, soit 1003 Km, est
électrifié à 3000 Volt continu, alors que 904 Km sont exploités en traction Diesel.

Les gares :

Les gares se développent et évoluent en des points d’échanges et de rencontres


avec une large offre de commerces et de services.

Pour rendre leurs surfaces encore plus attractives, un ambitieux programme de


construction, d’extension et de mise à niveau des gares a été lancé. Les travaux ont
concerné principalement l’extension des halls voyageurs pour permettre une
meilleure fluidité du trafic, l’amélioration des conditions d’accueil : nouveau
revêtement du sol, portes coulissantes, meilleur éclairage, nouveaux abris sur les
quais…ainsi que le renforcement de la sécurité par la création des passages sous-
terrain. La gare de RABAT-AGDAL est la première à bénéficier de cet ambitieux
projet

Gare de Tanger-Ville une nouvelle gare :

La période estivale a été marquée par l’ouverture de la nouvelle gare de Tanger qui
a accueilli ses premiers clients à partir du 27 août 2003, dans un cadre plus
convivial, plus commode et plus fonctionnel.

Par ce projet, l’ONCF va au devant des desiderata de ses clients en mettant à leur
disposition un véritable complexe ferroviaire doté de toutes les commodités :
bâtiments spacieux d’une superficie de 1880 m2, avec une salle des pas perdus
équipée des infrastructures adéquates d’accueil et de vente, un centre multi
fonctionnel sur deux niveaux supplémentaires de 2700 m2, un parking sous-terrain
sur une superficie de 3200 m2 pouvant accueillir jusqu’à 120 voitures.

OFPPT/DRIF 81
Résumé de théorie et Module 2 : Transport et Logistique
guide de travaux pratiques Version 1.1 juillet 2005

III. LES PORTS MARITIMES

1 Définitions

«Le port est un abri naturel ou artificiel pour les bâtiments de navigation, muni des
installations nécessaires à l’embarquement et au débarquement du fret et des
passagers». (Source : dictionnaire Edition Larousse 1990).

Le statut des ports est différent selon les états dans lesquels ils se situent. Ils
peuvent être gérés par l’état, la municipalité, avoir une gestion autonome ou être
privés.

La gestion publique permet à l’Etat de conserver les pouvoirs de décision des


activités portuaires dont les répercussions sont le plus souvent nationales. Ce
principe ne va pas à l’encontre du recours à des sociétés privées pour assumer
certaines fonctions portuaires dès l’instant que l’Etat contrôle leur activité. Les
principaux ports Grecs sont gérés de cette manière.

OFPPT/DRIF 82
Résumé de théorie et Module 2 : Transport et Logistique
guide de travaux pratiques Version 1.1 juillet 2005

La gestion municipale fait preuve d’une très grande efficacité. Les principaux ports
de l’Europe du Nord ont une gestion similaire. On retrouve parmi eux les ports de
Rotterdam et d’Anvers où le Conseil Municipal est l’organisateur des activités du
port.

Aujourd’hui on remarque que la tendance générale est de déréglementer l’activité


portuaire ; ainsi le secteur privé occupe une part de plus en plus grande.

Le financement des activités portuaires est assuré en partie par les versements de
taxes portuaires à la charge des compagnies maritimes. Ainsi chaque fois qu’un
navire entre dans un port, il doit s’acquitter du versement de différentes taxes.

«Les ports, interfaces dans la chaîne des transports, s’adaptent ou se trouvent peu à
peu marginalisés par rapport aux grands flux de marchandises.
Les ports maritimes regroupent en leur sein différents types de ports : un port de
plaisance, un port de pêche et un port de commerce. Le port de plaisance reçoit
l’ensemble des bateaux de plaisance. Destinés aux loisirs, ces bateaux sont de très
petites dimensions. Le port de pêche accepte les chalutiers. Il est composé d’un ou
plusieurs bassins séparés par des môles. Un môle est un ouvrage de maçonnerie
destiné à protéger l’entrée du port ou à séparer des bassins. Les môles du port de
pêche sont généralement équipés de bâtiments de réfrigération, de conditionnement
et d’expédition du poisson. On y retrouve également la halle de criée ou se vendent
les poissons venant d’être débarqués. Le port de commerce, quant à lui accueille les
navires de marine marchande.

2 Le port de commerce est composé de plusieurs terminaux

2.1 Les principaux terminaux

Les terminaux à passagers sont composés d’une ou plusieurs darses pour recevoir
les car-ferries. Leurs quais sont composés de parkings des véhicules en attente
d’embarquement ou débarquement. Souvent ce parking est couplé avec celui
destiné à garer les véhicules transportés par navires rouliers. Une gare maritime est
également implantée sur le quai afin d’assurer le départ et l’arrivée de passagers.

Les terminaux à agrumes, fruits et primeurs sont essentiellement composés de


hangars climatisés pour le stockage des marchandises en attente d’embarquement
ou de débarquement. Le développement du nombre des conteneurs a causé une
diminution du nombre de ces terminaux.

Les terminaux à conteneurs sont beaucoup plus étendus que les terminaux
précédents. Ils sont composés d’une zone de quai immense pour le stockage des
conteneurs en attente d’embarquement ou de post-acheminement. Lors des
périodes d’activité, leurs quais sont parcourus d’engins spéciaux de manutention de
conteneurs (chariots élévateurs, portiques, châssis routiers...).

Les terminaux minéraliers sont également très vastes pour contenir l’ensemble des
minerais à expédier ou à stocker. Généralement, ils sont parsemés de grues à
bennes qui disparaissent derrière des monticules de minerais de toutes sortes

OFPPT/DRIF 83

www.cours-ofppt.com
Résumé de théorie et Module 2 : Transport et Logistique
guide de travaux pratiques Version 1.1 juillet 2005

parcourus de longs tapis à bandes. La plupart des manutentions se font par tapis
roulant ou à bandes, parfois par bandes à godets (notamment pour le charbon). La
présence de silos à phosphate est également fréquente sur ces terminaux.

Les terminaux céréaliers sont de taille plus réduite. Leur taille est voisine des
terminaux à agrumes. Ses quais sont généralement peu animés en apparence.
L’activité de manutention est souvent peu visible car la présence de dockers est rare,
du moins sur le quai. La manutention se fait par pompes suceuses directement des
cales du navire lors des déchargements, les grains étant envoyés directement dans
des silos qui jouxtent le quai. Le chargement se fait par l’intermédiaire de tapis
roulant et le navire est rempli par gravité.

Les terminaux pétroliers reçoivent les tankers. Leurs quais sont très étroits et sont
parcourus de pipelines pour assurer la manutention des cargaisons. Généralement
les terminaux pétroliers sont à l’écart des autres activités portuaires et en dehors des
lieux d’habitation pour des raisons de sécurité. Sur terre, les terminaux pétroliers
sont composés d’immenses réservoirs de stockage, de raffineries et autres
installations de transformation.

Ajoutés à ces terminaux, la plupart des grands ports disposent d’un chantier naval
pour la construction de nouveaux navires. Près des cales de lancement, on retrouve
souvent des bassins de radoubs destinés à assurer la maintenance des navires en
exploitation. Un radoub est un bassin de cale sèche ; il permet l’inspection et
l’entretien de la coque en dehors de l’eau. Parfois le port est équipé de docks
flottants pour assurer ce genre de travaux.

L’activité portuaire ne se limite pas à cela. Le port assure également des fonctions
administratives, de douane, de contrôle d’immigration... Il assure aussi l’entretien des
installations et l’aide à la navigation à l’intérieur du port ; il dispose d’ailleurs de
bateaux-pilotes, de remorqueur et de matériels fixes tels que les portiques, les
écluses permettant les chargements et déchargements quelle que soit la marée...

2.2 Les infrastructures des terminaux

⇒ Généralités

«La concentration du trafic portuaire sur certains ports implique non seulement
l’extension des quais (les postes actuels ont de 270 à 300 m de longueurs), mais
aussi des surfaces de stockage très importantes dont les dimensions dépendent de
nombreux facteurs :
• prix du terrain et possibilités d’expansion,
• massification des escales,
• type d’exploitation technique du terminal (transtainers, cavaliers),
• moyen d’acheminement et de post-acheminement de la marchandise
(massification permettant une densification du stockage),
• délai de séjour moyen de la marchandise.

Aussi est-il difficile de donner un ratio étalon figurant un bon rendement.

OFPPT/DRIF 84
Résumé de théorie et Module 2 : Transport et Logistique
guide de travaux pratiques Version 1.1 juillet 2005

2.3 Les infrastructures tertiaires

La cadence de manutention des conteneurs dépend également de l’organisation


générale du terminal.

L’informatisation complète depuis la saisie des données jusqu’à la transmission de


l’information aux engins de manutention entièrement automatisés est déjà en
fonction dans certains terminaux.

La connexion avec les systèmes de suivi des conteneurs mis en place par les
transporteurs maritimes ou terrestres dans le cadre d’une intégration complète dans
la chaîne logistique, se réalise déjà.

Pour diminuer le temps d’escale du navire dans les ports, de nombreuses


communautés portuaires ont compris l’utilité de la mise en place d’outils
informatiques sophistiqués qui permettent de suivre en temps réel le positionnement
physique et administratif de la marchandise, mais la prolifération des systèmes
informatisés pose le problème des interconnexions au niveau port/armateurs.

OFPPT/DRIF 85
Résumé de théorie et Module 2 : Transport et Logistique
guide de travaux pratiques Version 1.1 juillet 2005

CHAPITRE 4 – ANALYSE COMPARATIVE DES MODES


ET MOYENS DE TRANSPORT

Le transport maritime est pratiquement le seul moyen économique pour transporter


de grands volumes de marchandises entre des pays éloignés. Le marché du
transport maritime est en évolution. Il existe deux moyens : les lignes régulières ou le
fret.

Le transport aérien est en grande évolution depuis ces dernières années. La I.A.T.A
(Association pour le transport aérien international) a simplifié l’utilisation des
documents pour faciliter l’exportation en avion. Ils ont aussi mis en place des tarifs et
des conditions de transport plus adaptés. Le transport routier est le seul moyen
capable de réaliser un service de “porte à porte”, ce qui veut dire que le transport
routier permet de transporter directement la marchandise de l’entreprise de
l’exportateur à l’entreprise de l’importateur. Le transport ferroviaire est l’un des
moyens les plus sûrs qu’il existe aujourd’hui. Il permet de transporter des petits colis
jusqu’au conteneur. Le transport ferroviaire peut concurrencer le transport maritime
au niveau de la capacité de la charge. Le transport multimodal est un transport
d’unité de charge avec différents moyens de transports (maritime, routier..) sous un
seul document et un seul contrat de transport.

Une analyse générale des modes de transport démontre que chacun des modes
possède ses particularités. Il reste que la demande actuelle est en partie régie par
des réseaux intégrés de transport, lesquels exigent un maximum de souplesse. Il
en ressort une concurrence modale à plusieurs volets. Les modes peuvent
concurrencer ou se compléter en termes de coût, de rapidité, d’accessibilité, de
fréquence, de sécurité, etc.

La concurrence peut également provenir d’une co-présence du trafic de passagers


et de marchandises le long de mêmes itinéraires.

La concurrence est aussi observable sous forme de lutte entre terminaux de


transport pour la conquête de nouveaux marchés et la desserte de nouveaux
espaces.
Bien entendu, ceci mènera tôt ou tard à une congestion accrue, à une réduction de la
sécurité, à une dégradation accélérée des infrastructures mais aussi à de lourdes
préoccupations d’ordre environnemental.

La demande de transport est une demande dérivée des individus, des groupes et
des industries. Celle-ci se découpe en une série de demandes partielles rencontrées
par l’adaptation et l’évolution des techniques, des véhicules et des infrastructures de
transport aux besoins changeants. Davantage, l’inextricable complexité des
systèmes économiques et sociaux liée aux bouleversements technologiques forcent
l’industrie des transports à adopter la voie du changement de manière continue.

OFPPT/DRIF 86
Résumé de théorie et Module 2 : Transport et Logistique
guide de travaux pratiques Version 1.1 juillet 2005

L’évolution technologique au sein de cette industrie vise l’adaptation des


infrastructures de transport aux besoins. Il existe par ailleurs une variation
considérable dans la distribution géographique des réseaux et infrastructures
de transport. Tandis que certaines régions se caractérisent par une coexistence de
plusieurs modes de transport, d’autres ne sont desservies que par un seul.
L’évolution des transports s’appuie autant sur les infrastructures que sur les
véhicules.

Les changements technologiques en matière de transport ont contribué à une


performance accrue des modes existants ainsi qu’à la création de nouveaux
types de transport. Un historique des transports montre effectivement que tous les
modes ont su surmonter une panoplie de contraintes liées à l’environnement naturel.
De surcroît, l’ensemble des innovations en transport aura mené à une restructuration
spatiale s’élaborant sous deux volets :

• Une réduction en coût et en temps des déplacements.


• Une croissance de la mondialisation des échanges.

Le transport routier enregistre le plus haut taux de croissance. La libéralisation des


échanges a largement contribué à alimenter un tel essor. Ceci est le résultat de
l’expansion de la capacité de charge des véhicules et leur adaptation au fret (fruits,
légumes, carburants, matériaux de construction, etc.) ou à la demande du passager
(l’autobus scolaire par exemple) en matière de rapidité, d’autonomie et de souplesse.
Toutefois, ceci ne fut point sans engendrer de nouvelles problématiques:
croissance fulgurante de la consommation de carburant, pollution accrue,
engorgements et multiplication des accidents de la route.

Les réseaux maritimes de leur côté ne reposent pas tant sur la configuration des
bassins et voies hydrographiques que sur l’existence d’itinéraires empruntés sur une
base régulière. Les routes maritimes sont fonction des passages imposés par les
vents, les courants, la profondeur des eaux et les récifs. Par conséquent, les grandes
routes maritimes sont des corridors de seulement quelques kilomètres de largeur qui
dessinent des arcs sur la surface des eaux du globe. Les plus récentes avancées
technologiques touchant au transport par voie d’eau ont cherché à modifier les
écluses et canaux, à augmenter la taille, l’automatisation et la spécialisation des
navires (conteneur, vraquier, bateau-citerne, etc.). Ces transformations sont à
l’origine en partie du développement d’un trafic maritime attentif à la demande accrue
en combustibles ainsi qu’à la géographie des grands marchés céréaliers. Cet
entassement des trajets en flux réguliers sur de longues distances maritimes n’est
point dépourvu de répercussions. Il n’est qu’à porter au souvenir les incidents de
déversements de pétroliers se résumant trop souvent à des calamités écologiques
(Amoco Cadiz, Exxon Valdez et autres). En dépit de services réguliers le long d’une
sélection d’artères fluviales, l’intérêt envers les voies navigables en ce qui a trait au
transport de passagers demeure limité et actuellement entre les mains du tourisme.

Le transport ferroviaire se caractérise également par une série d’innovations


continue. Les vitesses de pointe sur rail ont constamment repoussé leurs limites. Au
chapitre des records de vitesse, le TGV Atlantique peut atteindre jusqu’à 515 km/h.

OFPPT/DRIF 87
Résumé de théorie et Module 2 : Transport et Logistique
guide de travaux pratiques Version 1.1 juillet 2005

Des essieux de roues ajustables permettent aux locomotives et wagons de s'adapter


à des lignes aux rails à écartements différents. Des rails allongés et plus costauds
jumelés à des prouesses en ingénierie permettent la suppression d’obstacles
naturels à la continuité des lignes. Le tunnel japonais Seikan reliant Honshu à
Hokkaido compte pas moins de 53.8 kilomètres tandis que le tunnel de la Manche
reliant l’Angleterre à la France a une longueur de 50.5 kilomètres. Les avantages
comparatifs du chemin de fer se situent essentiellement dans sa capacité de
transporter du vrac lourd suivant des itinéraires spécifiques sur de longues distances.
En outre, sa grande emphase sur la sécurité et la régularité en fait un moyen
d’évacuation rapide et efficace de la population suburbaine aux heures de pointe.

Pour sa part, le transport aérien a grandement contribué à réduire les distances. Ce


mode est parfaitement adapté au transport rapide de fret et de passagers à travers
continents et océans. Mais pour des raisons de sécurité l’organisation du trafic aérien
à l’échelon international est minutieusement contrôlée. Ainsi, la géographie du
transport aérien est, tout comme son protagoniste maritime, limitée à quelques
grands corridors établis. Il s’agit par ailleurs d’une industrie en plein essor. Elle est
devenue un puissant moteur de développement générant plus de $700 milliards en
valeur ajoutée et créant plus de 21 millions d’emplois. Ce mode de transport a su
tirer profit de plusieurs améliorations techniques ainsi que de certains avantages
commerciaux. Des progrès remarquables ont ponctué le secteur de l’aéronautique.
Les avions ont désormais une capacité d’accueil atteignant les 500 passagers ou les
100 tonnes de cargo. Davantage, malgré des coûts élevés, une multiplication des
vols ayant pour but de rencontrer une demande à la hausse est en cours. Ceci
néanmoins a pour corollaire la naissance de nouveaux problèmes de trafic. Ces
problèmes sont d’ailleurs à l’origine de la construction de nouveaux aéroports
modernes souvent situés à une distance considérable de la ville desservie.

OFPPT/DRIF 88
Résumé de théorie et Module 2 : Transport et Logistique
guide de travaux pratiques Version 1.1 juillet 2005

PARTIE 3 – LA LOGISTIQUE DES ECHANGES


CHAPITRE 1 – LA DEMARCHE LOGISTIQUE

I. DEFINITION DE LA LOGISTIQUE

Initialement, le terme de logistique apparaît dans les écrits d’Aristote (384/322 avant
J.C.) et se trouve étroitement lié aux domaines de la logique. En effet,
étymologiquement logistique désigne « l’art du calcul ».

Les définitions de la logistique sont nombreuses. Mais le terme logistique est apparu
avec précision à la suite de la guerre 1870 dans le domaine militaire. Elle était, en
effet, considérée comme une partie de l’art militaire qui a pour objet l’étude des voies
et moyens pour amener le plus promptement possible les troupes mobilisées avec
leur matériel, leur convoi, des camps et des lieux de garnison aux points de
concentration du théâtre des opérations militaires.

« Il se trouve que dans l’histoire, beaucoup plus d’armées périr faute de pain, que
par l’effet des armes ». Cette phrase nous amène à penser que certaines conquêtes
dans l’histoire n’auraient pu aboutir sans un soutien logistique réfléchi. On peut citer
Hannibal (217 avant JC), homme d’état carthaginois, qui après avoir pacifié
l’Espagne dut prévoir la nourriture de 50 éléphants pour traverser les Alpes et
atteindre Rome ! Ou encore Napoléon, fin stratège qui gagna nombre de ses
conquêtes grâce à son ingéniosité à réguler les flux en armes, et en nourriture pour
ses soldats. Plus récemment, c’est la puissante logistique des États-Unis qui
entraîna le succès rapide et précis lors de la guerre du Golf.

C’est d’ailleurs sous influence américaine que le terme de logistique est entré dans le
vocabulaire de l’entreprise dans les années 50 pour désigner une organisation
regroupant des activités existantes (manutention, transport, stockage) et des
activités plus novatrices (coordination, remise en question des méthodes de
production, optimisation des activités de l’entreprises). Elle n’apparaît réellement en
Europe que dans les années 60 et reste encore aujourd’hui un instrument de gestion
d’avenir.

Définition de l’ASLOG (Association française pour la Logistique) :


La logistique est l’ensemble des activités ayant pour objet la mise en place au
moindre coût d’une quantité déterminée d’un produit à l’endroit et au moment où une
demande existe.

Définition du Comité Européen de Normalisation :


« La logistique est la planification, l’exécution et la maîtrise des mouvements et
mises en place des personnes et des marchandises, et des activités relatives à ces
mouvements et mises en place au sein d’un système organisé pour atteindre des
objectifs spécifiques ».

OFPPT/DRIF 89

www.cours-ofppt.com
Résumé de théorie et Module 2 : Transport et Logistique
guide de travaux pratiques Version 1.1 juillet 2005

Ainsi, la logistique peut être définie en terme de moyens et d’outils comme la


discipline qui consiste à gérer et réguler :

les flux physiques


les flux d’informations
Les flux financiers
le temps dans l’entreprise

La logistique est définie couramment comme l’aptitude à assurer la disponibilité du


bon produit, dans les bonnes quantités, au bon endroit, au bon moment, et au
moindre coût.

Depuis les années 60, le rôle de la logistique a pris de l’importance, pour devenir de
plus en plus stratégique.

Le système est perçu comme un ensemble finalisé composé d’éléments qui


interagissent entre eux, et il résulte du système des propriétés qui ne peuvent pas
être analysées et ne se trouvent pas dans les sous parties du système.

II. L’EVOLUTION DE LA FONCTION LOGISTIQUE

Longtemps ignorée, la logistique est initialement considérée comme un ensemble


d’activités opérationnelles qu’il s’agit d’optimiser localement sans rechercher une
consolidation des différentes opérations si ce n’est dans la recherche de la fluidité
(phase 1).

Les progrès réalisés dans la réduction des coûts et l’intensification de la concurrence


conduisent à intégrer certaines activités proches. La logistique est alors
appréhendée aux niveaux de l’approvisionnement, de la production et de la
distribution physique avec l’objectif toujours présent d’une réduction accrue des
coûts dans chacun de ces domaines (phase 2). Les doctrines managériales
nouvelles, comme le juste à temps (JAT) ou la qualité totale, viennent renforcer cette
volonté d’étendre la sphère de compétences de la logistique.

Elle n’est alors plus limitée à la gestion d’une partie du flux physique mais s’étend à
l’ensemble de l’organisation avec le double objectif de réduire les coûts et
d’améliorer le niveau de service (lequel devient l’élément central de la démarche
logistique). Ce raisonnement en terme de flux conduit à considérer le processus
logistique et à redéfinir une logistique qui s’élargit et s’émancipe de l’unique
considération du flux physique pour prendre en compte le flux remontant
d’informations. La définition de COLIN et PACH (1988), pour lesquels elle consiste
en une « technologie de la maîtrise de la circulation des flux d’informations et
de marchandises que l’entreprise expédie vers ses clients, transfère entre ses
établissements et reçoit de ses fournisseurs », correspond bien à cette troisième
phase. Enfin, après cette phase d’intégration interne, la poursuite de la diminution
des coûts et de l’amélioration de la qualité de la prestation fournie passe par une
réflexion sur l’ensemble d’une chaîne qui devient plus complexe à gérer et nécessite
donc une considération extra organisationnelle de la logistique.

OFPPT/DRIF 90
Résumé de théorie et Module 2 : Transport et Logistique
guide de travaux pratiques Version 1.1 juillet 2005

Jusqu’à maintenant, plusieurs schémas ont été développés pour expliquer l’évolution
du marché.

Ces évolutions sont à l’origine des différentes philosophies (Total Quality


Management, Computer Integrated Manufacturing, Juste à Temps, etc.).
Les caractéristiques de chacune de ces 3 périodes ont été très souvent décrites et
elles sont résumées dans le tableau ci-dessous :

Les années Avant 1975 Après 1975 Les années 90

Rapport
offre/demande Demande > offre Demande = offre Demande < offre
Connaissance La quantité à produire Prévisible avec
incertaine
de la demande est déterminée erreur acceptable
Priorité du
quantité Qualité et flexibilité Vitesse de réponse
producteur
Cycle de vie du
long moyen court
produit

Choix du client limité diversifié personnalisé

Domaine du
national continental mondialisé
marché
Relation entre Coopération forte entre
producteur et Le producteur est roi Le client est roi client (donneur d’ordre) et
client producteur (fournisseur)
- producteur de masse - zéro temps de réponse
Philosophie de - zéro défaut
- zéro temps - ingénierie simultanée
management - zéro stock
d’inoccupation - chaîne logistique

Période de logistique séparée (avant 1975)

C’est la période où la demande était supérieure à l’offre. Les clients avaient donc peu
d’influence sur les producteurs. Le souci principal du producteur était la production.
Les produits étant attendus par les clients, le producteur n’avait pas de motif pour
raccourcir ses délais de livraison, améliorer la qualité ou aller au devant des
nouveaux besoins. Chaque service (conception, production, distribution, etc.) de
l’entreprise travaillait indépendamment des autres. Pour augmenter le profit, le
responsable de chaque sous partie de la chaîne logistique (approvisionnement,
production, distribution) essayait de diminuer les coûts de son service, sans
s’occuper des répercussions de ses décisions sur l’ensemble des activités de
l’entreprise. On avait donc une suite d’optimisations locales, et non une recherche
d’optimisation globale.

Période de logistique intégrée (1975 - 1990)

Dans cette période, l’apparition de nombreuses entreprises pour un même segment


de marché, accroît l’offre et exacerbe la concurrence et la compétition entre elles.
Pour garder les clients, il faut augmenter la qualité des produits (présence de la
philosophie T.Q.M.), arriver à produire en petites séries, mais avec une grande

OFPPT/DRIF 91
Résumé de théorie et Module 2 : Transport et Logistique
guide de travaux pratiques Version 1.1 juillet 2005

diversité (présence de la technologie F.M.S.), tout en gardant des coûts compétitifs.


Un des moyens pour diminuer le coût global des produits était de diminuer les coûts
de stockage (une des raisons de la philosophie du J.A.T.).

Dans cette période, le client devient "roi" pour le producteur. Pour augmenter le
niveau de satisfaction du client, tous les services (conception, production,
distribution, etc.) doivent collaborer et échanger des données techniques (présence
de technologie de C.I.M.). Pour diminuer les coûts logistiques (afin de satisfaire le
client), les responsables des services logistiques essayaient de profiter de cet
environnement d’intégration des données pour diminuer au maximum les coûts
logistiques. Ceci a conduit, par exemple, à développer des modèles mathématiques
pour déterminer les quantités à produire, en tenant compte des contraintes à la fois
des sites de production et des centres de stockage/distribution. On avait donc une
optimisation globale dans le cadre de l'entreprise et non une suite d’optimisations
locales.

Période de logistique coopérée (les années 90)

Nous entrons dans la période où la capacité globale de production (l'offre potentielle)


est supérieure à la demande, d’où une compétition plus forte qu’avant. De leur côté,
les clients adoptent des comportements de consommation difficiles à prévoir. En
conséquence, l’incertitude sur la demande est une caractéristique importante du
marché.

Pour rester sur le marché il faut que :

1) L’entreprise trouve de nouveaux marchés.


2) La qualité des produits soit plus élevée qu’avant.
3) Le coût des produits soit plus faible qu’avant.
4) Et, ce qui est le plus important pour coller à la demande, il faut que le temps de
réponse aux évolutions du marché soit de plus en plus court. A cause de la forte
compétition et de la diminution du cycle de vie des produits, les entreprises
doivent produire en faible quantité et livrer dans un délai généralement inférieur
au cycle de fabrication. En fait les deux zéros, «zéro défaut »et «zéro stock »,
sont suivis par un autre objectif : « zéro temps de réponse ».

Comment les entreprises peuvent-elles parvenir à satisfaire ces quatre obligations ? :


Pour entrer dans un nouveau marché, on peut voir se créer des alliances, même
entre des entreprises concurrentes. L’une des raisons pour lesquelles "Benz" et
"Chrysler" ont récemment fait alliance est de pouvoir utiliser mutuellement leurs
réseaux de distribution.

De plus pour fidéliser les anciens clients, les entreprises cherchent à avoir une
alliance avec eux. Le phénomène d’alliance entre fournisseur et client est entré dans
le domaine du service aussi.

Pour augmenter la qualité du produit, il faut notamment augmenter la qualité des


matières premières et des produits semi-finis. La coopération entre le producteur et
ses fournisseurs peut aider à parvenir à cet objectif.

OFPPT/DRIF 92
Résumé de théorie et Module 2 : Transport et Logistique
guide de travaux pratiques Version 1.1 juillet 2005

La coopération entre un fournisseur et son client (qui peut être lui-même un


producteur) peut diminuer les coûts pour les deux parties. En outre, pour diminuer
leurs coûts, les entreprises recherchent des pays où le coût de la main-d'œuvre, des
énergies, des matières premières ou des taxes est plus faible (phénomène de
mondialisation). Une autre façon pour diminuer les coûts consiste à diminuer
l’incertitude de la demande. Un des moyens pour la diminuer est d’avoir une relation
durable avec le client. Cette relation est dans l’intérêt du client aussi. Grâce à cette
relation durable le client peut aider son fournisseur à augmenter la qualité de ses
produits et à diminuer ses coûts.

Pour augmenter la vitesse de réponse au marché, le phénomène de L’ingénierie


simultanée est apparu dans les années 90 :

Une coopération forte entre les entreprises qui sont dans une même chaîne
logistique. Cette coopération forte est nécessaire. En effet, si une partie de cette
chaîne n’assure pas correctement sa fonction, le produit final ne peut pas être
disponible à l’heure. En fait, aujourd’hui la concurrence n’est pas entre les
producteurs, elle est entre les chaînes logistiques.

III. LA CHAINE LOGISTIQUE

Une chaîne logistique est un système qui assure les fonctions d’approvisionnement
en matières premières, le transport de ces matières premières, la transformation de
ces matières premières en composants puis en produits finis, la distribution du
produit fini chez le client ainsi que le service après vente, le recyclage ou la mise au
rebut des produits en fin de vie.

La gestion logistique est la partie du processus de la chaîne d’approvisionnement qui


planifie, implante et contrôle le flot et le stockage efficace des biens et services, et
l’information associée, depuis le point d’origine jusqu’au point de consommation, de
manière à rencontrer les desiderata des clients.

Les activités logistiques forment une partie primordiale du processus de la chaîne


d’approvisionnement.

Leur gestion nécessite de planifier, implanter et contrôler le flot et le stockage


efficace des biens et services, et l’information associée, depuis le point d’origine
jusqu’au point de consommation, de manière à rencontrer les desiderata des clients.
Nous allons passer en revue les principales activités qui relèvent de la logistique, en
justifiant en quoi leur gestion efficace peut-être un atout pour l’entreprise.

Même si toutes les organisations ne considèrent pas explicitement toutes ces


activités comme faisant partie de la logistique, celles-ci affectent toutes le processus
logistique.

1. Service à la clientèle

Le service à la clientèle intègre et gère tous les éléments de l’interface avec les
clients. Cette gestion nécessite un bon compromis entre les coûts et le service
rendu.

OFPPT/DRIF 93
Résumé de théorie et Module 2 : Transport et Logistique
guide de travaux pratiques Version 1.1 juillet 2005

La satisfaction du client, dont le service à la clientèle fait partie intégrante, sera


atteinte si les efforts en marketing de l’organisation sont fructueux. Chaque élément
du système logistique va affecter la manière dont un client va recevoir le bon produit,
au bon endroit, au bon moment et au juste prix. Le service à la clientèle nécessite
donc une gestion logistique intégrée efficace de façon à fournir le niveau nécessaire
de satisfaction de la clientèle au coût minimum.

2. Prévision de la demande

La prévision de la demande consiste à déterminer la quantité d’un produit, et des


services associés, que les clients vont réclamer à un point donné dans le futur.

Le besoin de savoir précisément en quelle quantité un produit va être demandé est


présent dans tous les aspects des opérations de la firme : marketing, production, et
logistique. Les prévisions des demandes futures vont déterminer les stratégies
promotionnelles, la répartition des forces de vente, la tarification et les activités
d’étude du marché. Les prévisions de ventes vont déterminer l’ordre et l’horaire de
production, les stratégies d’achats, et les décisions concernant les stocks à l’intérieur
des sites de productions.

Au niveau de la gestion logistique, les prévisions de la demande déterminent quelle


quantité de chaque produit doit être transportée vers les différents marchés servis
par la firme. L’origine des demandes doit également être connu de manière à
produire ou stocker les produits dans chaque partie du marché. Une prévision
précise de la demande future permet également aux décideurs d’allouer les budgets
aux activités qui vont servir cette demande. La prise de décision avec des
incertitudes n’est certainement pas optimale vu qu’il est très difficile d’allouer les
ressources entre les différentes activités logistiques sans savoir quels produits et
services seront à fournir.

Il est donc impératif pour toute organisation d’entreprendre une prévision de la


demande et d’en communiquer les résultats aux départements de marketing, de
production et de logistique.

3. Gestion des stocks

L’activité de gestion des stocks est critique à cause de la nécessité financière de


maintenir une offre suffisante de produit pour rencontrer à la fois les besoins du client
et les contraintes de fabrication. Les stocks de matières premières et pièces
détachées, de produits en cours de fabrication et de produits finis consomment tous
de l’espace physique, du temps du personnel et du capital. L’argent retenu dans les
stocks n’est pas disponible ailleurs.

La gestion des stocks doit arriver à un équilibre entre le niveau de stocks à assurer
pour atteindre un haut niveau de service à la clientèle et le coût de maintenance de
ces stocks, incluant le capital bloqué en stocks, les coûts d’entreposage et
l’obsolescence. Dans certains cas, ces coûts atteignent 50 % de la valeur des stocks
sur une base annuelle. Un contrôle des stocks réussi doit déterminer le niveau
nécessaire pour atteindre la qualité désirée de service à la clientèle tout en
considérant le coût pour effectuer les autres activités logistiques.

OFPPT/DRIF 94
Résumé de théorie et Module 2 : Transport et Logistique
guide de travaux pratiques Version 1.1 juillet 2005

4. Communications

Le succès dans l’environnement commercial actuel nécessite la gestion d’un


système de communications complexe. Une communication efficace doit avoir lieu
entre :

1. l’organisation, ses fournisseurs et ses clients,


2. les fonctions principales à l’intérieur de l’organisation, telles que la logistique,
l’ingénierie, la comptabilité, le marketing et la production,
3. les activités logistiques mentionnées ci-dessus,
4. les différents aspects de chaque activité logistique, tels que la coordination du
stockage de matières premières et pièces détachées, de produits en cours de
fabrication et de produits finis,
5. les membres de la chaîne d’approvisionnement, tels que les intermédiaires et
les clients et fournisseurs secondaires, qui ne sont pas nécessairement reliés
directement à la firme. La communication est un lien vital entre le processus
logistique complet et les clients de la firme. Une communication précise et au
bon moment est la pierre d’angle d’une gestion logistique réussie.

Le système de communications d’une entreprise peut être aussi sophistiqué qu’un


système de gestion de l’information informatisée, ou aussi simple qu’une
communication orale entre individus. Quel que soit le système, l’information vitale
doit être disponible et communiquée aux personnes appropriées.

5. Manutention

La manutention est le déplacement automatique, mécanique ou manuel de matières


premières, de produits en cours de fabrication ou de produits finis sur une faible
distance et généralement à l’intérieur. Elle est associée aux opérations
d’approvisionnement, de fabrication, d’assemblage, d’emmagasinage, d’expédition
ou de vente.

Les objectifs de la gestion de la manutention sont :

d’éliminer les manipulations partout où c’est possible,


de minimiser les distances parcourues,
de minimiser les produits en cours de fabrication,
d’assurer un flot uniforme, sans "bottleneck",
de minimiser les pertes dues au gaspillage, à la casse, au vandalisme et au vol.

Chaque fois qu’un objet est manipulé, la firme subit un coût et la manipulation
n’ajoute en général pas de valeur au produit. Le nombre de manipulations doit donc
être minimisé. Pour des objets de petites valeurs, la proportion de ce coût par rapport
au coût total peut être significative. En analysant soigneusement les flots de
matières, la gestion de la manutention peut permettre à l’entreprise des économies
importantes.

OFPPT/DRIF 95
Résumé de théorie et Module 2 : Transport et Logistique
guide de travaux pratiques Version 1.1 juillet 2005

6. Exécution des commandes

Une commande d’un client met en route le processus logistique. La réception de


celle-ci va déclencher l’ensemble des activités administratives destinées à
transmettre à la production les ordres de fabrication qui en découlent ou à expédier
les produits commandés. Ces activités peuvent être classées en trois catégories :

1. les éléments opérationnels tels que l’entrée et l’édition des commandes, la


fixation des délais, la préparation de l’envoi de la commande, et la facturation,
2. les éléments de communication tels que la modification des commandes, les
demandes d’informations sur leur statut, l’expédition, la correction d’erreurs et
les demandes d’informations sur le produit,
3. les éléments de crédit et d’encaissement, incluant la vérification des crédits et
l’établissement et l’encaissement des factures.

La vitesse et la précision des activités d’exécution des commandes vont influencer


en grande partie le niveau de service à la clientèle fourni par l’entreprise. Puisque le
cycle d’exécution des commandes est un élément clé de l’interface entre le client et
l’entreprise, il peut avoir un grand impact sur la perception du service par le client, et
dès lors sur sa satisfaction.

L’informatique et le commerce électronique peuvent aider à réduire le temps entre le


placement d’une commande et l’envoi du produit. Dans de nombreux cas, les
commandes peuvent être transmises directement de l’ordinateur d’un client à celui
du vendeur. Les systèmes informatisés peuvent donc améliorer considérablement à
la fois la précision de l’exécution des commandes et le temps de réponse. De plus,
les économies réalisées dans d’autres dépenses logistiques (stocks, transport,
entreposage), ou les ventes supplémentaires réalisées grâce à un meilleur service à
la clientèle vont justifier le coût d’un système informatisé de gestion des commandes.

7. Emballage

L’emballage procède de deux fonctions de base : le marketing et la logistique. Du


point de vue du marketing, l’emballage va jouer un rôle de promotion et de publicité.
Sa taille, son poids, sa couleur et les informations imprimées vont attirer les clients et
transmettre des informations sur le produit. En logistique, l’emballage va jouer un
double rôle. Tout d’abord, il protège le produit de dégâts éventuels lorsqu’il est
entreposé ou transporté. Ensuite, un emballage adéquat peut faciliter le stockage et
le déplacement des produits, diminuant dès lors les coûts de manutention.

Lorsque les firmes sont présentes internationalement, l’emballage devient encore


plus important.

Les produits vendus dans des pays étrangers voyagent sur de plus grandes
distances et subissent plus de manipulations physiques que ceux qui sont vendus
sur le marché domestique.

En général, l’emballage domestique n’est pas assez fort pour supporter les rigueurs
de la distribution internationale.

OFPPT/DRIF 96

www.cours-ofppt.com
Résumé de théorie et Module 2 : Transport et Logistique
guide de travaux pratiques Version 1.1 juillet 2005

8. Support pièces détachées et maintenance

En plus des mouvements des matières premières, des stocks des produits en cours
de fabrication et des produits finis, la logistique doit être impliquée dans les
différentes activités découlant de la réparation et l’entretien des produits. La
responsabilité logistique ne s’arrête pas lorsque le produit est livré au client. Une
partie des activités de marketing d’une firme a pour but de fournir aux clients le
service après-vente. Ce qui peut impliquer la fourniture de pièces de rechange quand
un produit casse ou tombe en panne. Les distributeurs automobiles, par exemple,
doivent avoir des départements efficaces pour l’entretien et la réparation, et la
logistique est responsable de la disponibilité des pièces quand et où le client en a
besoin.

Sur le marché industriel, où le produit peut être un équipement de production, le


temps d’arrêt peut être extrêmement coûteux au client si le défaut de l’équipement
résulte en un ralentissement ou un arrêt de la production. La firme fournissant les
pièces de rechange doit être capable de répondre rapidement. Un support en pièces
détachées et maintenance est extrêmement important lorsque le service après-vente
fait partie des efforts en marketing de la firme.

9. Logistique inverse

La gestion des produits en retour, ainsi que des déchets et des produits défectueux,
fait partie d’un processus plus large appelé logistique inverse, qui est une
composante importante de la logistique. Les acheteurs peuvent renvoyer des articles
au vendeur à cause de défauts du produit, d’erreurs d’envoi, ou d’autres raisons. La
gestion des produits renvoyés peut souvent être considérée comme allant dans le
mauvais sens dans une rue à sens unique, car la grande majorité des envois de
produits va dans l’autre direction. La plupart des systèmes logistiques sont mal
équipés pour gérer les mouvements de produits dans le sens inverse.

Dans beaucoup d’industries où les clients renvoient des produits pour des
réparations sous garantie, des remplacements, ou du recyclage, les coûts de
logistique inverse sont élevés relativement aux coûts de la logistique « en avant ».
Déplacer un produit à l’envers dans tout le système depuis le client jusqu’au
producteur peut coûter de 5 à 9 fois plus que le déplacement du même produit du
producteur au client. Souvent, les biens en retour ne peuvent pas être transportés,
stockés ou manipulés aussi facilement que les biens originaux, résultant en un coût
par unité plus élevé.

La logistique inverse gère aussi le retrait et l’élimination des chutes et déchets des
processus de production, de distribution ou d’emballage. Si les chutes ne peuvent
être utilisées pour produire d’autres produits, la firme doit s’en débarrasser d’une
manière ou d’une autre. Quelques soient ces chutes, le processus logistique doit les
manipuler, les transporter et les stocker de manière efficace. Si elles sont
réutilisables et recyclables, la logistique gère leur transport jusqu’aux sites de
recyclage. Souvent, ces activités sont sous-traitées.

OFPPT/DRIF 97
Résumé de théorie et Module 2 : Transport et Logistique
guide de travaux pratiques Version 1.1 juillet 2005

La logistique inverse va devenir de plus en plus importante au fur et à mesure que la


demande des clients pour des politiques de retour plus flexibles augmente, et que le
recyclage et d’autres aspects environnementaux gagnent en importance.

10. Sélection des sites de production et entrepôts

Que les facilités (sites de production, entrepôts) utilisées par l’entreprise soient leur
propriété, louées ou en leasing, leur localisation est extrêmement importante. Le
placement stratégique des usines et entrepôts peut aider les firmes à améliorer leur
niveau de service à la clientèle. Une localisation appropriée peut aussi permettre de
diminuer les coûts de transport de l’usine à l’entrepôt, d’usine à usine ou de
l’entrepôt au client.

La première considération dans la sélection d’un site est la localisation des marchés
cibles de la firme. Les besoins des clients et la localisation des matières premières,
des pièces détachées et des sous-assemblages sont aussi des considérations
majeures, car la compagnie doit gérer le mouvement et le stockage des matières
entrant dans l’entreprise en plus des flots sortants.

D’autres facteurs importants incluent le coût de la main d’œuvre, les services de


transport, les taxes locales, la sécurité, les contraintes légales, des facteurs locaux
(par exemple, la réaction des riverains à l’implantation d’une nouvelle industrie), les
coûts des terrains.

11. Approvisionnement

Chaque entreprise dépend dans une certaine mesure de produits et services fournis
par d’autres firmes. Dans la plupart des industries, les firmes dépensent de 40 à 60%
de leurs revenus pour les produits et services de sources extérieures.
L’approvisionnement est le processus d’acquisition des produits et services
nécessaires pour assurer l’efficacité du processus de production et de la logistique
de la firme. La fonction d’approvisionnement inclut la sélection des sources
extérieures, la détermination de la forme sous laquelle les produits doivent être
acquis, la planification des achats, la déterminative des prix, et le contrôle de la
qualité.

L’environnement économique changeant de ces dernières années, marqué par de


larges variations dans la disponibilité et le coût des matières premières, a rendu
l’approvisionnement encore plus important dans le processus logistique. Les firmes
liant des relations à plus long terme avec un nombre plus restreint de fournisseurs
principaux, l’approvisionnement continue à gagner en importance dans l’entreprise.

12. Transport

Un autre aspect majeur de la logistique est le mouvement (ou flot) de biens du point
d’origine au point de consommation, et éventuellement leur retour également. Les
activités de trafic et transport gèrent les mouvements de produits et sélectionnent la
méthode d’envoi (air, rail, eau, pipeline, camion, intermodal) ; choisissent le chemin à
suivre (routage) ; s’adaptent aux différentes réglementations de transport locales.

OFPPT/DRIF 98
Résumé de théorie et Module 2 : Transport et Logistique
guide de travaux pratiques Version 1.1 juillet 2005

Le transport est souvent le coût le plus élevé dans le processus logistique. C’est
donc une composante importante qui doit être gérée efficacement.

13. Gestion des entrepôts et stockage

Les produits doivent être stockés pour une vente et une consommation dans le futur,
excepté si les clients en ont besoin dès le moment où ils sont produits.

Généralement, le niveau de stock requis sera d’autant plus grand que l’intervalle de
temps entre la production et la consommation l’est. Les activités de gestion des
entrepôts et stockage gèrent l’espace nécessaire pour maintenir le stock requis. Ces
activités incluent plus spécifiquement les décisions concernant la propriété ou la
location des facilités de stockage ; la conception de ces facilités ; la détermination de
l’assortiment de produits (par exemple, quels produits doivent être stockés ?) ; les
procédures de maintenance et de sécurité ; la formation du personnel et les mesures
de productivité.

L’interdépendance de toutes ces activités est à gérer par la firme, car une décision
prise au niveau d’une activité aura une répercussion immédiate sur les coûts subis
par les autres activités. Le but final de l’entreprise étant de maximiser son profit,
donc de limiter les coûts, il est essentiel d’avoir une vision globale du coût total induit
par la chaîne logistique et ses différents éléments.

IV. LES TECHNIQUES LOGISTIQUES DE BASE

1. Généralités

L'ensemble de la chaîne logistique est tributaire des choix et de l'organisation de


l'entreprise qui est au centre de ces flux.

C'est donc l'organisation de l'entreprise, autrement dit sa logistique de production,


qui va influencer et diriger les logistiques amont et aval, où intervient le transport.

Il existe 2 grands types d'organisation logistique :

* Le MRP, issu du taylorisme, d'origine américaine (Ford).


* Le KANBAN, dit technique du fichet, d'origine japonaise.

Nous allons étudier successivement ces 2 concepts d’organisation.

2. Le MRP

Les concepts de base du M.R.P. : la logique industrielle

* Planification des besoins,


* Prix de vente déterminé d'après les coûts,
* Prix de vente = Coûts + Bénéfices,
* On produit pour vendre.

OFPPT/DRIF 99
Résumé de théorie et Module 2 : Transport et Logistique
guide de travaux pratiques Version 1.1 juillet 2005

Le MRP s’appuie sur 3 principes :

1. Production par anticipation, approvisionnement en continu pour alimenter la


chaîne de production,
2. Fabrication en grande série, risque de surproduction,
3. Nécessité de stockage des produits finis en sortie de chaîne (risque de
gaspillage, de rebuts, production prématurée, etc).

Exemple : la crise industrielle des Etats Unis en 1929 a montré les limites de ce
système utilisé à outrance.

Supprimer les stocks, c’est précisément cette démarche qui mène au Kanban.

3. Le Kanban

Le Kanban : la logique financière

Principes sur lesquels repose le KANBAN :

• L'étiquette ou fichet : à chaque étape de la fabrication, l'étiquette de chaque


élément utilisé, déclenche son réapprovisionnement,
• L'information circule de l'aval (montage) vers l'amont (usinage) par un ordre
de fabrication déclenché par un fichet (étiquette). Ainsi, c'est l'aval qui "tire"
l'amont,
• La vente génère la production : il faut vendre pour produire,
• C'est le marché qui décide du prix de vente,
• Prix de vente - coûts = bénéfice,
• Les bénéfices ne peuvent être obtenus que par la réduction des coûts, donc
par élimination des gaspillages,
• Logique essentiellement financière et commerciale,
• Importance du prix.

Conséquences :

• La production est limitée à la demande, (réduction des stocks),


• L’entreprise devient un site d’assemblage, les livraisons aval et amont sont
réalisées en juste à temps ou flux tendus.

Dans la démarche logistique, les objectifs prioritaires sont définis clairement.

Le KANBAN, c'est tendre vers 5 zéros :

1. 0 stock
2. 0 délai
3. 0 défaut
4. 0 panne
5. 0 papier
auxquels on ajoute parfois un 6ème : 0 mépris et un 7ème : 0 accident.

OFPPT/DRIF 100
Résumé de théorie et Module 2 : Transport et Logistique
guide de travaux pratiques Version 1.1 juillet 2005

Connaître et analyser les coûts de fonctionnement, d’achats et de stocks, pour


quantifier tous les gains de productivité : c’est maîtriser la chaîne logistique.

4. Comparaison MRP / KANBAN

4.1 Caractéristiques du MRP

• Production en série, en masse et à la chaîne


• Stockage systématique
• Spécialisation des sites, caractéristique issue du Taylorisme
• Intégration verticale, où les entreprises sont complémentaires et fabriquent
des produits qui dérivent les uns des autres :
o Extraction du pétrole, transport, raffinage, distribution.
o Exploitation forestière, scieries, fabrique de meubles, distribution.

4.2 Caractéristiques du KANBAN

• Production limitée à la demande


• Pas de stocks, juste à temps (élimination des gaspillages), sous - traitance
• L'entreprise n'est qu'une seule étape du processus de fabrication (les autres
sont réalisées ailleurs) ; l'entreprise est un site d'assemblage de produits finis.
• Nécessité d'un bon réseau d'information.

5. La complémentarité de deux méthodes

Ces deux méthodes (MRP et KANBAN) que nous venons de voir sont extrêmes. De
nombreuses entreprises évoluent actuellement du MRP vers le KANBAN. On trouve
donc aujourd'hui une multitude d'organisations intermédiaires entre les 2 systèmes
logistiques. Ainsi, les 2 organisations cohabitent fréquemment dans une même filière
de distribution. Prenons par exemple le cas de la distribution des eaux minérales.

Dans la production et la commercialisation des eaux minérales, il faut considérer 2


environnements :

• L'environnement producteur
• L’environnement distributeur

D'autre part, la chaîne comporte 3 zones :

• Zone de production (les sources)


• Zone de consommation (les stocks)
• Zone de distribution (les magasins)

La zone de production
Les sources sont contraintes de produire en MRP (la matière première arrive en
continu), ce qui génère des stocks. Les stocks sont conservés soit dans des

OFPPT/DRIF 101

www.cours-ofppt.com
Résumé de théorie et Module 2 : Transport et Logistique
guide de travaux pratiques Version 1.1 juillet 2005

entrepôts gérés par la source, soit dans des greniers (entrepôts servant à faire face
aux saisonnalités ou aux événements imprévisibles tels que les grèves, canicule…)

La zone de consommation
Les entrepositaires - distributeurs stockent la marchandise pour servir leurs clients
(épiceries, cafés, hôtels - restaurants) en fonction de leurs besoins quotidiens ou
hebdomadaires. Les commandes sont centralisées et transitent par une plate-forme .
Les prestataires travaillent indifféremment pour la restauration et les grandes
surfaces.

Il faut stocker, nous sommes dans une logique MRP.

La zone de distribution
La grande distribution fonctionne en flux tendus : commandes quotidiennes en
fonction du rythme des ventes ; livraison pour le lendemain à des heures pré-
déterminées, assurées directement par la plate-forme de distribution (0 stock,
0 délai), nous sommes bien ici dans une organisation de type Kanban.

Nous pouvons tirer de ce cas plusieurs conclusions : MRP et KANBAN peuvent


cohabiter dans un même secteur d’activité ; le MRP se trouvera toujours en amont
du KANBAN.

Mais le Kanban n’est envisageable qu’à partir du moment où l’un des intervenants de
la chaîne dispose de stocks. Cela conduit à dire que la logistique Kanban consiste à
reporter sur ses fournisseurs les frais engendrés par les stocks.

V. LA LOGISTIQUE : UNE ACTIVITE A FORTE VALEUR AJOUTEE

D’un point de vue économique, la logistique se présente comme une activité lucrative
à exploiter dans un contexte caractérisé par le développement de la qualité de
service et de la grande-distribution.

D’un point de vue opérationnel, la création de la fonction logistique se développe. Le


métier de logisticien apparaît dans l’organigramme des entreprises. Il sera au
carrefour de toutes les informations qui circuleront dans la société.

Comparativement au transport qui se situe dans les activités à faible valeur ajoutée,
la logistique représente une activité à forte valeur ajoutée parmi les postes
budgétaires. Sur une échelle de valeur de 0 à 500, l’entreposage et la manutention
se situent à 491 contre 193 pour le transport.

D’un point de vue emploi : la logistique est un créneau porteur, il est universellement
reconnu comme l’un des grands concepts de management. Le logisticien a la lourde
tâche de gérer l’incertitude et de faire correspondre l’offre à la demande, par la
mobilité et la disponibilité des produits.

La profession attire des diplômés de l’Université, des grandes écoles, il existe même
un enseignement supérieur de la logistique.

OFPPT/DRIF 102
Résumé de théorie et Module 2 : Transport et Logistique
guide de travaux pratiques Version 1.1 juillet 2005

Le champ d’application de la logistique ne se réduit pas à la seule composante du


transport
Le rôle du logisticien est de maîtriser et coordonner les différents flux qui circulent
dans l’entreprise, qu’il s’agisse d’informations, de production ou de services.

Les quatre grands domaines d’application de la démarche logistique sont : la


planification, la production, la distribution et le contrôle. Pour chacune de ces étapes,
l’étude à mener s’appuiera sur quatre verbes d’action : recenser l’existant, analyser
la situation, optimiser si possible, éventuellement préconiser une remise en cause.

Il existe différentes méthodes d’analyse et de proposition logistique, audit,


diagnostic ou plan.

Voici quelques critères à respecter dans le concept logistique, pour obtenir de bons
produits :

- déterminer les bonnes quantités,


- au bon endroit,
- au bon moment,
- auprès du bon fournisseur (qui respecte ses engagements),
- avec un bon niveau de service (tant en amont qu’en aval de la vente),
- au bon prix.

1. Les flux tendus

La gestion des transports passe par l’impératif des flux tendus dont la conséquence
est la modification de la demande de transport. Avec l’application des 5 zéros et de
la méthode du juste à temps, on constate une réduction moyenne de la taille des lots
et des commandes. On assiste aussi à un accroissement des fréquences de
transport et à une exigence forte en terme de qualité de service.

La méthode du juste à temps est apparue en France dans les années 80 dans la
grande distribution puis s’est ensuite généralisée. On achemine directement les
produits dans les magasins, la méthode de gestion consiste à maintenir le niveau du
stock au plus bas. La demande de transport devient logistique, elle inclut le
stockage, la situation du produit au cours du transport et le conditionnement.

Cette mutation s’opère à deux niveaux :


- le déplacement des activités de transport de l’entreprise vers des sociétés de
prestations logistiques, c’est-à-dire un recours massif à la sous-traitance. Les
opérations physiques peuvent ou doivent être sous-traitées, afin de dégager
l’entreprise qui pourra se consacrer à sa tâche principale, produire ou vendre.
- les regroupements : les transporteurs se regroupent pour pouvoir opérer des
investissements parfois lourds en moyens matériels et humains.

Dans la grande distribution, on peut constater le phénomène suivant :


- Suite à un texte de loi limitant les agrandissements des hypermarchés, ceux-ci
ont contourné le problème en réduisant les surfaces de stockage pour pouvoir

OFPPT/DRIF 103
Résumé de théorie et Module 2 : Transport et Logistique
guide de travaux pratiques Version 1.1 juillet 2005

agrandir l’espace de vente. Ainsi, l’emprise au sol des magasins ne change pas
et la loi est respectée.
- Les stocks sont très limités et couvrent à peine les besoins d’une journée.

2. La transitique

La rationalisation des flux passe aussi par une autre activité du transport: la
transitique.

Il s’agit de la manutention informatisée et automatisée. Les accessoires de la


transitique vont du tri mécanisé aux robots pilotés par micro-ordinateur dialoguant
avec un code-barre, en passant par les tapis roulants d’évacuation de marchandises.
Le produit, dans ce cas, est identifié et acheminé par un système de tri et de
palettisation automatique.

Exemple :

- Renault, pour la distribution de pièces de rechanges,


- Bosch Outillage, pour la préparation des commandes de pièces détachées,
- Ikéa, pour la gestion et la livraison de plusieurs milliers de références.

Ce type d’organisation est onéreux en coût d’installation et se rencontre plutôt dans


les grandes entreprises. La manutention qui comportait de 80% de mécanique et
20% d’électrique, est passée à 40% de mécanique et 60% d’automatisme.
L’exploitation devient un facteur de productivité à part entière grâce à l’utilisation des
savoir-faire informatique et électrotechnique.

Les moyens logistiques

Pour être efficace, la logistique doit s’accompagner d’un ensemble de moyens :


entrepôts, plates-formes, systèmes informatiques, chariots élévateurs, transpalettes,
transstockeurs, etc.

OFPPT/DRIF 104
Résumé de théorie et Module 2 : Transport et Logistique
guide de travaux pratiques Version 1.1 juillet 2005

CHAPITRE 2 – LES STRUCTURES DE STOCKAGE ET LES


MATERIELS DE MANUTENTION

I. LES MATERIELS DE STOCKAGE

1. Stockage en vrac, charges isolées

1.1 Le stockage en vrac sans équipement est le plus élémentaire, le plus simple, le
plus ancien..., il reste parfois le plus adéquat

Le produit est déposé sur le sol pratiquement sans support. Parfois les produits sont
empilés les uns sur les autres si la résistance mécanique le permet. Le sol est
aménagé principalement en fonction des engins de manutention.

Quels produits peut-on rencontrer dans ce type de stockage ?

Par exemple :
- Des produits finis lourds, volumineux : Machine-outil, véhicule, candélabres
routiers, etc.,
- Des produits métallurgiques : bobine de tôle, poutre, élément d'oléoduc, etc.,
- De la "matière première" : bois (rondin, planche, etc.).

On rencontre ce type de stockage principalement à l'air libre.

AVANTAGES :
- En principe, seul le terrain est indispensable pour cette technique, d'où l’influence
considérable sur le coût,
- Souplesse dans le choix du lieu de stockage,
- Adaptation immédiate aux variations de production.

INCONVENIENTS :
- Impossibilité d'automatiser beaucoup les manutentions,
- Solution très coûteuse là où le m2 de terrain est cher,
- Risque de difficulté pour le comptage ou le mesurage du stock.

1.2 Stockage en vrac des charges isolées avec équipement

Pour un certain nombre de produits, l'équipement en question sert uniquement de


contenant. C'est-à-dire d'enveloppe pour ces produits, ces derniers peuvent être
petits (boulon, pot de yaourt, ampoule, etc.) ou plus grands (fût de zool, châssis de
voiture, etc.). Cette enveloppe permet ainsi la constitution de ce que nous appelons
une charge unitaire. Souvent elle correspond aux possibilités des engins de
manutention classique. Les techniques de stockage des charges unitaires ainsi
formées seront abordées dans les chapitres suivants.

OFPPT/DRIF 105
Résumé de théorie et Module 2 : Transport et Logistique
guide de travaux pratiques Version 1.1 juillet 2005

Rayonnages : On reprend sous ce


vocable tous les types d'ossatures
destinées à recevoir un produit. Nous
nous limiterons aux dispositifs destinés
aux charges isolées manutentionnées
à la main.

On y rencontre :

Les rayonnages de hauteur faible


(<2,20m) avec accès direct pour les
manutentions, les rayonnages de
grande hauteur (jusqu'à 5 m) avec
utilisation d'escabeaux, d'échelles, etc.,
(la zone d'accessibilité du rayonnage
se trouve ainsi augmentée).

Les plans de stockage sont à niveaux fixes ou variables. Des cloisons verticales
peuvent être mises en place. Ceci permet une adaptation aux formes des produits.
Les matériaux utilisés sont la tôle, le bois, etc. Notons l'existence des rayonnages
coulissants et des rayonnages mobiles. Ils sont utilisés pour des produits à taux de
rotation très faibles (par ex : archives). L'utilisation du volume disponible pour le
stockage est excellente.

Les casiers : Ce sont des


meubles de rangement destinés
aux manutentions manuelles. Ils
reçoivent des pièces petites et
légères, le plus souvent sans
conditionnement. On distingue les
meubles à tiroirs et les meubles à
bacs. Ces derniers sont plus
adaptés lorsque les entrées se
font par grandes quantités.

OFPPT/DRIF 106
Résumé de théorie et Module 2 : Transport et Logistique
guide de travaux pratiques Version 1.1 juillet 2005

Les charges longues et les produits tréfilés constituent souvent des charges unitaires
(fardeaux, gerbes, etc.), nous examinerons plus loin les équipements les concernant.

2. Stockage de charges unitaires sans superstructure

2.1 La technique du stockage en bloc est des plus rudimentaires. Les charges
unitaires sont gerbées les unes sur les autres à même le sol sans aucun support
intermédiaire.

Les charges unitaires peuvent être de divers types :


- produit sur palette
- produit en caisse-palette, praticable
- produit de son emballage (carton, bois, toile, acier, etc.) sans support ou
accessoire permettant la manutention par un engin de manutention classique.

Souvent cette technique est appliquée lorsqu'il s'agit d'un stock homogène... mais
cela n'est pas une règle absolue.

AVANTAGES :
- technique peu onéreuse (pas de superstructure),
- couverture du stockage non indispensable,
- bon coefficient d'occupation du volume disponible,
- la forme de l'emballage ne pose pas de problème (si la pile est homogène),
- possibilité de disposer les piles en épi : réduction des largeurs d'allées.

INCONVENIENTS :
- l'accès au produit (SELECTIVITE) est souvent mauvais (mode opératoire parfois
long... d'où coût des manutentions élevé),
- les opérations de prise et de dépose sont délicates (éboulement de la pile),
- risque évident d'écrasement des emballages.

OFPPT/DRIF 107
Résumé de théorie et Module 2 : Transport et Logistique
guide de travaux pratiques Version 1.1 juillet 2005

2.2 Nous allons illustrer cette technique par un exemple.

Si on a un stock homogène important et que l'on désire sortir la charge la plus


anciennement en stock, on a la solution de rangement suivante :

Deux blocs et un espace vide "MOBILE". Les charges entrant en stock sont toujours
mises du même côté de cet espace. De l'autre côté s'effectuent les prélèvements.
Arrivé à un bout, on repart à l'autre bout. Un repérage des files du bloc par numéros
peut faciliter les opérations.

3. Stockage de charges unitaires avec superstructure

L'utilisation de structures de stockage surtout en acier est très répandue. Elle s'avère
indispensable :
- lorsque le conditionnement des produits ne permet pas le stockage en bloc,
- lorsqu'on désire avoir un accès quasiment direct à la charge,
- lorsqu'on opte pour un stockage à grande hauteur automatisé ou non.

Nous allons passer successivement en revue :


- le stockage statique,
- le stockage mobile,
- le stockage dynamique.

Dans le premier mode envisagé, stockage statique, la charge unitaire est reprise
dans le stock à l'emplacement même où elle a été déposée quel que soit le moyen
de manutention utilisé. Dans le stockage mobile, les charges restent immobiles dans
la structure qui elle, est mobile. Dans le troisième mode, les charges circulent dans la
structure de stockage : elles passent des emplacements d'entrée aux emplacements
de sortie, entraînées par la gravité ou par des moyens mécaniques.

OFPPT/DRIF 108

www.cours-ofppt.com
Résumé de théorie et Module 2 : Transport et Logistique
guide de travaux pratiques Version 1.1 juillet 2005

3.1 Stockage statique

3.1.1 Les casiers et rayonnages

Les casiers et rayonnages adaptés aux manutentions manuelles peuvent recevoir


des charges unitaires. Souvent, la hauteur maximale est de 2,20 m. Pour les casiers,
les dimensions intérieures (cases) suivantes sont souvent retenues : 0,60m X 0,60m
X 0,60m. Les équipements sont presque toujours démontables donc aisément
adaptables suivant les contraintes. La meilleure accessibilité se situe entre 1 m
et 1,5 m (cela représente souvent le quart du volume de rangement du casier).

3.1.2 Casiers pour palettes

Ce sont des structures de stockage en profilés du commerce ou spéciaux.

Le tube rond est souvent employé


(20 X 27, 26 X 34,...) pour des
raisons de coût, de simplicité de
montage, de robustesse et de
souplesse (modifications).

Le tube rectangulaire est


également employé. Son moment
d’inertie est avantageux dans le
cas des lisses soumises à flexion.
Souvent, sa construction est telle
qu'à une alvéole correspond une
charge (1000kg). Cette structure
se rencontre à l'intérieur ou à
l'extérieur.

Elle est moins adaptable ou évolutive que les palettiers.

3.1.3 Palettiers

Le palettier est une structure de stockage très répandue dans tous les entrepôts.
C'est un casier pour palette améliorée.

Il comprend des échelles (disposées verticalement) et des longerons ou lisses reliant


ces échelles. Les échelles sont constituées de montants ou poteaux en profilés
soudés. Les montants comportent une série de perforations ou une rainure
permettant un accrochage des lisses soit directement soit à l'aide de divers
dispositifs (brides, pattes, etc.). Le système d'accrochage ou d'encastrement permet
un déplacement facile des lisses, d'où une modification du volume de l'alvéole.

OFPPT/DRIF 109
Résumé de théorie et Module 2 : Transport et Logistique
guide de travaux pratiques Version 1.1 juillet 2005

AVANTAGES :

- le poids des charges admissibles dans une case peut aller jusqu' à 4000 kg et
plus,
- le changement de niveau des lisses permet une adaptation facile aux diverses
formes de charges,
- structure évolutive,
- accessibilité (d'où sélectivité) au produit : excellente : les palettiers à double face
ou à double profondeur autorisant une desserte par deux allées constituant une
solution très bonne en regard des critères suivants : sélectivité, taux d'occupation,
- le palettier s'accommode bien du système d'adressage inhérent à une gestion
intégrée et des méthodes de rangement "scientifiques",
- le palettier peut être adapté à divers schémas d'organisation :
o stockage réserve,
o stockage réserve + préparation de commandes (palettes entières)
o stockage réserve + prélèvement sur palettes,
- divers engins de manutention peuvent desservir un palettier.

INCONVENIENTS :

- par construction, le palettier a un caractère d'instabilité d'où nécessité de liaison à


une paroi (mur par ex) ou d'accrochage à un autre palettier,
- coût :
1. coefficient de remplissage du volume offert par le palettier : 0,7
2. le volume perdu à cause des allées est important : il dépend du type d'engin
retenu,

OFPPT/DRIF 110
Résumé de théorie et Module 2 : Transport et Logistique
guide de travaux pratiques Version 1.1 juillet 2005

3. largeur d'allée pour chariot à fourches frontales : 3 à 3,50 m


4. largeur d'allée pour chariot à mât rétractable : 2 à 2,60 m
5. largeur d'allée pour chariot à fourches latérales : 1,80 à 2 m
6. largeur d'allée pour chariot à prise trilatérale : 1,5 à 1,80 m
7. largeur d'allée pour chariot à poste de conduite élevable : 1 à 1,50m
- A partir de 6,7 m de hauteur, la desserte des palettiers nécessite des engins de
manutention sophistiqués ; d'où incidence financière (maintenance,
investissement),
- Lorsque la toiture et les parois sont fixées directement sur l'ossature de stockage
constituée par les palettiers, cet ensemble s'appelle bâtiment intégré ou
casier-bâtiment. La desserte se fait par des transtockeurs.

3.1.4 Casiers de stockage "à accumulation" ou compact

L'ossature métallique (voir palettiers) présente la forme de couloirs plus ou moins


longs, traversant ou fermés à leur extrémité. La largeur du couloir permet juste le
passage du chariot élévateur. Les charges (presque toujours palettisées) reposent
sur des encorbellements constitués par des amorces de lisses et ce, sur divers
niveaux.

En fait, on rencontre deux types de stockage compact :

1. Le stock n'est accessible que par


une face (couloir fermé). "La
première palette entrée sera la
dernière sortie".

2. Le stock est accessible par


les deux faces (couloir
traversant). "La première
palette entrée sera la
première sortie".

OFPPT/DRIF 111
Résumé de théorie et Module 2 : Transport et Logistique
guide de travaux pratiques Version 1.1 juillet 2005

Le stockage compact n'est utilisable que dans le cas où un même produit est stocké
en grande quantité. Pour la desserte d'une installation de stockage compact, on peut
utiliser les mêmes moyens que pour le stockage classique.

3.1.5 Casier-bâtiment ou bâtiment intégré

L'ossature de stockage (du type palettier) sert en même temps de supports aux
parois extérieures et à la toiture de bâtiment. Cette technique est utilisée dans les
entrepôts de grande hauteur (10 à 30 m). La construction par étapes et les
extensions sont possibles avec ce mode de stockage. Un "transtockeur" permet
l'introduction soit de palettes soit de conteneurs dans les alvéoles de la structure de
stockage. Ce transtockeur se déplace sur un rail au milieu de l'allée il dessert une ou
plusieurs allée (s). Souvent le travail en 3 équipes s'impose (rentabilité).

AVANTAGES :

- prix du terrain (économie de surface),


- grande densité de stockage (casier de grande hauteur, allées étroites et courtes,
banalisation, etc.),
- diminution du temps de manutention,
- vitesse de translation du transtockeur : 2 à 200 m/mn,
- vitesse de levage du transtockeur : 2 à 40 m/mn,
- possibilité d'économie de main d’œuvre,
- réduction des risques (incendie, vol, etc.),
- possibilité de fonctionnement dans des ambiances particulières : chambres
froides, chambres de mûrissement, etc.,
- possibilité de servir pour le stock de réserve et pour la préparation de commande
(prélèvement).

INCONVENIENTS :

- Rigidité de fonctionnement : un changement de programme d'utilisation peut


rendre un casier-bâtiment tout à fait inadapté et donc inutilisable,
- dépendance "absolue" à l'égard de la technique : une défaillance (panne)
électrique provoque l'arrêt de l'installation. D'où nécessité d'avoir un matériel très
fiable et bien entretenu (personnel d'entretien),
- nécessité de normalisation des charges unitaires stockées avec risque de rupture
de charge à la réception,
- coût, études, matériels, assurances,... (mais la solution bâtiment intégré, apparaît
parfois comme celle impliquant l'investissement le moins élevé).

3.1.6 Équipements de stockage pour charges longues

Il s'agit du stockage de produits métalliques (par ex. barres, tubes, profilés...).


Le"parc à fers" dans les usines peu modernisées utilise beaucoup de surface, permet
une tenue difficile du stock, et demeure le théâtre de beaucoup de manutentions
complexes et onéreuses. Quels équipements peut on trouver ?

OFPPT/DRIF 112
Résumé de théorie et Module 2 : Transport et Logistique
guide de travaux pratiques Version 1.1 juillet 2005

Le casier pour barres (la desserte manuelle impose une limite au poids des charges
longues admises dans ce type de rangement).

Râtelier pour stockage horizontal, deux types sont courants : le type "mât de
perroquet" le type "double U" la desserte est assurée souvent par chariot à prise
latérale ou par pont gerbeur.

Râtelier pour stockage vertical, une fosse est parfois aménagée au pied du râtelier
de façon à faciliter les manœuvres.

Berceau gerbable, même principe que le casier pour barres, mais ici la partie
supérieure est accessible, en pont-roulant comme dans un râtelier pour barres
couchées, les berceaux chargés constituent une "charge unitaire" de barres.

3.1.7 Équipements de stockage pour matériaux en plaques

Les matériaux en feuilles, en plaques sont stockés à plat et quelquefois de chant sur
râteliers.

3.2 Stockage mobile

Les structures de stockage se déplacent. La manœuvre suivant la structure est faite


à la main ou grâce à un moteur. Ce type de stockage peut répondre à 2
préoccupations :

Résoudre un problème de service : sortir le produit du stock.

Le stock est constitué par des pièces ou produits regroupés dans des conteneurs ou
sur des supports. Ce stock défile devant le préparateur ou l'opérateur qui prend au
passage le produit désiré. Les équipements quoique relevant du même principe sont
divers :
- convoyeur à balancelles,
- train de remorques (towveyor),
- casier - carrousel,
- casier - noria,
- casier - rotatif.

Résoudre un problème de place.

L'important est de réduire au minimum le nombre d'allées. Le dispositif de stockage


est monté sur des sommiers équipés de roues. D'où possibilité de déplacer chaque
unité de stockage de façon à réaliser, si nécessaire, un bloc compact. Les unités de
stockage peuvent être :
- des meubles à bacs,
- des rayonnages,
- des palettiers,
- etc.

OFPPT/DRIF 113

www.cours-ofppt.com
Résumé de théorie et Module 2 : Transport et Logistique
guide de travaux pratiques Version 1.1 juillet 2005

Cette technique est plus fréquente dans sa version "manutention manuelle". Les
variétés de structures mobiles sont nombreuses... mais la plupart requièrent le
respect de règles de prudence élémentaires.

3.3 Stockage dynamique

A la différence du stockage mobile, ce sont les charges ici qui se déplacent. Les
produits sur palettes ou simplement dans leur conditionnement sont introduits dans
le casier par une face (face d'entrée) et cheminent jusqu'à la face opposée (sortie).
Principe "premier entré premier sorti". Les produits s'accumulent sur toute la
profondeur du casier.

Les déplacements sont obtenus :


- par gravité : les couloirs des casiers sont en pente équipés de glissières, de
roulettes ou de rouleaux. La profondeur est souvent limitée à cause de la pente
importante nécessaire,
- par incitateurs mécaniques : des frotteurs mobiles entraînés par moteurs
permettant d'accentuer l'action de la gravité et de limiter la pente,
- par entraînement mécanisé : les charges sont soit entraînées par des chaînes
soit transportées par des chariots automatiques (possibilité dans ce cas de
déplacement dans deux directions orthogonales).

Dans ce cas, la pente ne constitue plus un frein. Le casier peut avoir une profondeur
importante (15 m et plus). Le stockage dynamique permet d'atteindre une très bonne
densité de stockage. Cette technique se trouve être très utile lorsque la péremption
des produits est un facteur contraignant. Le stockage dynamique apparaît être une
solution très rationnelle au niveau de l'implantation et de l'organisation du travail.

L'aire de manutention "entrée" est distincte de l'aire de "sortie" La préparation de


commande se trouve être facilitée (réduction des déplacements, etc.).

Le stockage dynamique permet la conception d'entrepôt entièrement automatique


(par ex : le robot-système de MILLS - K).

Notons qu'une solution mixte (stockage grande hauteur avec transtockeur et


stockage dynamique) est possible avec rentabilité.

II. LES ENTREPOTS

Les entrepôts et bâtiments de stockage sont à considérer dans le cadre de la


distribution physique des produits.

La distribution physique reprend l'ensemble des opérations de transport, manutention


et de stockage qui permet l'acheminement des produits (finis ou semi-finis) depuis le
producteur jusqu'au client.

Un schéma illustre la situation de la distribution.


Il est à noter que suivant la nature du produit, l'importance due aux coûts de
manutention, transport et stockage peut monter de quelques ......... à quelques
dizaines de % du prix de revient.

OFPPT/DRIF 114
Résumé de théorie et Module 2 : Transport et Logistique
guide de travaux pratiques Version 1.1 juillet 2005

Comment évoluent les structures de la distribution ?

Elles sont conditionnées par deux facteurs :


- accroissement du nombre de produits mis en circulation,
- augmentation de la consommation.

L'évolution se fait suivant 3 voies :


- rationalisation des processus et des moyens de stockage et de manutention,
- développement de la distribution physique pour compte d'autrui,
- concentration des réseaux de dépôts.

Comment rechercher le nombre optimum de centres de distribution ?


Le produit entre dans un circuit de distribution. Il subit un supplément de coût du fait
de ce processus.

Le nombre optimal de centres de distribution sera celui pour lequel la somme des
suppléments de coûts attachés à chaque produit sera minimale.

Entrons dans le détail. Les frais supplémentaires apparaissent du fait :


des transports, T
des manutentions, M
de l'emballage et du conditionnement, C
du stockage. S

Ces divers postes varient en fonction du nombre n de centres de distribution, du


temps de stockage t.

Le supplément de coût est en fait une fonction (T-P-M-C-S-n-t). Au minimum de ce


supplément correspond le n optimal.

L'entrepôt, le bâtiment de stockage sont des constructions fermées1, c'est-à-dire


munies d'une enceinte et d'une couverture, abritant divers espaces affectés aux
activités suivante :
réception,
contrôle et conditionnement éventuels,
stockage,
préparation des commandes,
emballage et conditionnement divers,
expédition.

III. LES QUAIS

Le quai est une plate forme sur-élevée située au bord d'une voie d'accès et
aménagée pour des opérations de manutention de marchandises.

1
Les constructions munies d'une simple couverture sont assez particulières.

OFPPT/DRIF 115
Résumé de théorie et Module 2 : Transport et Logistique
guide de travaux pratiques Version 1.1 juillet 2005

Actuellement les quais constituent une partie intégrante de l'ensemble industriel ou


commercial considéré (entrepôt,...). Cela était moins vrai, il y a quelques dizaines
d'années, quand les manutentions étaient faites à la main ou en utilisant « les
moyens du bord ».

A remarquer que ces structures demandent l'utilisation d'appareils de manutention,


d'appareils de levage...

Lorsqu'on examine les manutentions terminales, il faut considérer :


- les aires pour le déchargement et le chargement des véhicules (quais),
- les aires de circulation (de dégagement) pour les véhicules.

1. Implantation des quais

1.1 Quais ferroviaires

La disposition de l'embranchement et l'implantation des quais ferroviaires dépendent


de la nature des charges et des conditions de travail imposées. En effet, la voie d'un
embranchement ferroviaire peut être :

extérieure et éloignée des bâtiments

Il en sera ainsi, par exemple, lorsque :


- les produits peuvent être stockés à l'extérieur (laminés bruts, matériel de T.P,.. ),
- les produits à manutentionner doivent être à l'air libre pour diverses raisons (GPL,
gaz divers, produits toxiques et dangereux),
- lorsqu'il s'agit de gros conteneurs (30 ou 40') manutentionnés à l'aide de
portiques appropriés.

Extérieure et adjacente à l'une des façades du bâtiment

C'est une situation très courante. L'accès au plancher du wagon est direct :
- soit par un quai fixe,
- soit par un quai mobile.

Intérieure aux locaux

Cela peut permettre le chargement de wagons spéciaux de produits délicats à


manutentionner pour diverses raisons (forme, poids, fragilité, sensibilité aux agents
atmosphériques...).

Cette solution est aussi avantageuse pour d'autres raisons :


- sécurité des biens,
- commodité pour le personnel.

1.2 Quais routiers

Notons quelques facteurs qui sont déterminants - l'infrastructure du terrain :

OFPPT/DRIF 116
Résumé de théorie et Module 2 : Transport et Logistique
guide de travaux pratiques Version 1.1 juillet 2005

- la nature et la quantité de marchandise qui doit transiter,


- le matériel de manutention et de transport,
- les possibilités de stationnement, de manœuvre et de dégagement des véhicules.

Examinons divers cas :

Quais donnant sur une façade du bâtiment

Cette solution est la plus commune avec diverses dispositions possibles :


• disposition classique,
• disposition en creux,
• disposition en épi (manutentions par l'arrière ou par l'arrière et par un côté),
• disposition en étoile.

On a tendance, à l'heure actuelle, à construire des quais dont la face avant est
confondue avec les murs du bâtiment. Cette solution est intéressante à divers
points :
- pas d'auvent,
- commodité pour les manutentionnaires,
- meilleure étanchéité entre le camion et la porte.

Quais disposés à l'intérieur du bâtiment

Signalons deux dispositions suivant le nombre d'ouvertures existantes. Notons


quelques points positifs :
- la protection physique des marchandises est plus complète,
- des dispositifs de manutention "adaptés" peuvent faciliter les opérations de
chargement et de déchargement (ponts roulants,...)
- la prévention "vol" est meilleure. Certaines contraintes apparaissent du fait de
l'utilisation de moteurs thermiques à l'intérieur des bâtiments (limitation du temps
de manœuvre des véhicules, ventilation appropriée, ...)

Quais à l'extérieur (en plein air)

Cette solution devient rare, actuellement. Elle est peu rentable si l'entreposage doit
se faire à l'intérieur des bâtiments.

Dans tous les cas certains dispositifs sont indispensables - auvent (protection contre
les intempéries), - éclairage, -marquage visible au sol.

2. Caractéristiques des quais

2.1 Caractéristiques dimensionnelles

2.1.1 Quais ferroviaires

OFPPT/DRIF 117
Résumé de théorie et Module 2 : Transport et Logistique
guide de travaux pratiques Version 1.1 juillet 2005

Les wagons plats du type courant peuvent avoir jusqu'à 22 m de longueur. Les
wagons couverts jusqu'à 15 m de longueur. La profondeur ou la largeur du quai doit
être telle qu'elle puisse permettre l'évolution des engins de manutention (avec la
mise en place de dispositifs de liaison), l'éventuel stockage (en attente) des
marchandises.
Pas de règle précise pour la largeur du quai. La hauteur idéale du quai est celle du
plateau du wagon qui y accoste. Il n'y a point de valeur constante dans le transport
ferroviaire, cela peut varier de 1,18 à 1,30m.

2.1.2 Quais routiers

Les caractéristiques des quais dépendent des caractéristiques des véhicules


routiers. En ce qui concerne la profondeur des quais, la remarque concernant les
quais ferroviaires reste de mise.

Souvent les quais (destinés à la manutention de charge par l'arrière du camion) ont
une largeur comprise entre 4m et 4,5m. Rappelons que la largeur des attelages est
de 2,5m. La hauteur des quais pose véritablement un problème du fait de la très
grande diversité des véhicules et des plateaux. Sauf, dans le cas des véhicules
surbaissés, on peut dire que les hauteurs de plateaux s'étalent de 0,9m à 1,45m.
Une solution (optimale) résiderait dans le choix de quai de 1,15 à 1,25m de hauteur
avec. Des dispositifs de liaison ou de mise à niveau. Nous parlerons de ces
dispositifs ci-après. La figure 16 illustre quelques types de profils de quai.

2.2 Bordure des quais

Lorsqu'un véhicule de P.T.A.C. 18t accoste à un quai avec une vitesse de 6km/h - le
quai est soumis à une force de 68t. D'où risque de dommage à la structure du quai
ou détérioration du chargement.

2.3 Sols des quais

Les sols doivent pouvoir porter en toute sécurité les charges concentrées prévues
(marchandises ou engins de manutention). Un accent particulier doit être mis sur le
revêtement de sol. Celui-ci doit être lisse, antidérapant et ne pas constituer une
source anormale de poussières.

3. Équipement des quais

3.1 Couverture - Fermeture

Lorsque le quai se trouve à l'extérieur du bâtiment, la mise en place d'un auvent


abritant de la neige et de la pluie est indispensable.

Les problèmes d'étanchéité entre porte et camion sont très difficiles sinon
impossibles à résoudre.

OFPPT/DRIF 118
Résumé de théorie et Module 2 : Transport et Logistique
guide de travaux pratiques Version 1.1 juillet 2005

Lorsque la face avant du quai est confondue avec les murs du bâtiment, il est
possible d'assurer l'étanchéité entre le gabarit du camion et la porte grâce à des
bourrelets, "shelters" (en textile ou en caoutchouc) montés sur le pourtour de
l'ouverture de la porte. Ceci est indispensable dans les entrepôts climatisés.

La fermeture des quais est réalisée à l'aide de rideaux à glissières ou de stores.

OFPPT/DRIF 119

www.cours-ofppt.com
Résumé de théorie et Module 2 : Transport et Logistique
guide de travaux pratiques Version 1.1 juillet 2005

3.2 Éclairage - Signalisation

Le niveau d'éclairement général ne doit pas être inférieur à 50 lux... Le minimum est
porté à 100-150 lux dans les zones où il y a risque de chute ou de heurt.

Un éclairage artificiel est très souvent indispensable.

La signalisation au sol (empruntée à la signalisation routière) aux abords des quais


vise à faciliter les manœuvres et la circulation tant pour les véhicules que pour les
piétons.

3.3 Appareils de levage

Principalement pour les quais intérieurs, divers appareils de levage peuvent se


rencontrer :
potence articulée,
monorail,
poutre roulante,
pont-roulant.

Ces appareils de levage sont souvent adaptés à un type particulier de produit, à un


type particulier de véhicule.

3.3.1 Dispositifs permettant d'assurer une liaison quai-véhicule et (ou) une


compensation des différences de niveaux dues à la grande variété dans les
types de véhicules et donc à la grande variété dans les hauteurs de plateaux.

Ces dispositifs doivent être tels que l'inclinaison soit inférieure à 15% de façon à
permettre une circulation sans risque des divers engins de manutention. Citons
quelques dispositifs :

• Passerelle amovible (accompagnant quelque fois le véhicule durant le transport),


elle peut-être :
soit monobloc (dans ce cas le rattrapage de la différence de niveaux est
difficile sinon impossible),
soit articulée (permettant des rattrapages de niveau de l'ordre de 300 mm),
La capacité des passerelles amovibles est variable, elle peut atteindre dans
certains cas 5t.

• Le pont de liaison ou de chargement


Ce dispositif généralement intégré au quai est conçu pour des rattrapages de
niveaux importants et pour un service régulier et intensif.

Le pont de liaison est articulé du côté quai afin de prendre l'inclinaison positive ou
négative désirable. Cet avant-bec est complété parfois par des languettes
escamotables permettant l'ajustement de la largeur du pont à celle du véhicule.

OFPPT/DRIF 120
Résumé de théorie et Module 2 : Transport et Logistique
guide de travaux pratiques Version 1.1 juillet 2005

La mise à niveau de ces ponts est réalisée soit mécaniquement, soit


hydrauliquement, soit électriquement. La capacité de ces ponts peut atteindre 10t.

• L'élévateur d'essieux arrière du véhicule


C'est un plan incliné mobile à commande hydraulique. Le véhicule l'emprunte en
marche arrière : on peut ainsi amener le plateau du véhicule au niveau du quai.
L'élévateur d'essieux arrière peut supporter des charges importantes (en fait, une
large fraction du véhicule chargé) allant jusqu'à 40 t.

3.4 Voies d'accès, aires de manœuvre de chargement (véhicules routiers)

3.4.1 Les caractéristiques des voies d'accès dépendent :


de la fréquence du trafic,
du gabarit des véhicules,
des dimensions de la voie publique d'accès,
de la population travaillant dans l'établissement.

A noter que le sens idéal de circulation est le sens inverse des aiguilles d'une
montre.

3.4.2 L'aire de manœuvre


Elle doit permettre l'accostage du véhicule au quai en toute sécurité. Les dimensions
de cette zone sont en relation avec le type de quai retenu (classique, en épi, en
étoile)... et avec les dimensions des attelages susceptibles de fréquenter
l'établissement.

3.4.3 L'aire de chargement


C'est celle qui se trouve devant les quais. La largeur de cette zone est fonction de la
taille des attelages (pour un quai classique, il est courant d'avoir une largeur d'aire de
chargement de 20 m).

Le sol peut-être en légère pente vers le quai : cette disposition facilite le travail
d'approche et l'accostage du véhicule. Cette disposition présente parfois
l'inconvénient d'accentuer l'inclinaison de semi-remorques ayant déjà tendance à
pencher légèrement vers l'arrière (d'où difficultés pour la manutention de conteneurs-
roll par exemple).

La solution opposée, c'est-à-dire inclinaison vers la clôture du bâtiment, existe mais


demeure moins courante. Des dos d'âne peuvent être aménagés à une distance
respectable du quai de façon à avertir le conducteur de la position exacte de son
véhicule.

Parfois, l'aire de chargement est munie d'une semelle en béton pour servir d'appui
aux béquilles des remorques dont le tracteur a été désaccouplé.

OFPPT/DRIF 121
Résumé de théorie et Module 2 : Transport et Logistique
guide de travaux pratiques Version 1.1 juillet 2005

CHAPITRE 3 – LES FONCTIONS PHYSIQUES DE L’ENTREPOSAGE

I. LA PREPARATION DE COMMANDE

La préparation matérielle des commandes est l'opération qui consiste, en partant


d'un bon de préparation, à identifier les marchandises concernées/qualitatif), sortir
les quantités demandées (quantitatif) et les acheminer vers un point de
regroupement avant expédition.

A cela viennent s'ajouter des opérations de vérification, pesage, emballage,


étiquetage, etc. mais qui ne sont pas, en règle générale, effectuées par le
préparateur des commandes lui-même.

1. La préparation physique

Si en théorie, les méthodes de Préparation des commandes ne sont pas


nombreuses, leur application présente toujours dans chaque cas, quelques
particularités afin de s'adapter à l'activité de l'entrepôt.

Ainsi, il est donc nécessaire de prendre en considération de nombreux facteurs


parmi lesquels, on peut citer :
• la nature des marchandises stockées,
• le nombre de références en stock,
• le nombre de commandes à préparer par jour,
• l'importance de la commande moyenne en nombre de lignes.

2. Les systèmes de collecte

Les systèmes de collecte des marchandises sont entièrement définis par les quatre
fonctions suivantes :
• mise à disposition de la marchandise,
• prélèvement ou tirage de la marchandise,
• déplacement du préparateur,
• évacuation des prélèvements par le préparateur.

La mise à disposition de la marchandise

Elle peut se faire de deux façons :


y Le préparateur va vers la marchandise. Les stocks de réserve peuvent être à
proximité immédiate du lieu de prélèvement ou à part, dans une zone dite de
réserve.
y La marchandise va vers le préparateur, elle est alors acheminée vers un poste
spécial (en général fixe) de prélèvement.

OFPPT/DRIF 122
Résumé de théorie et Module 2 : Transport et Logistique
guide de travaux pratiques Version 1.1 juillet 2005

Le prélèvement de la marchandise

Il peut-être soit :

• Manuel : le préparateur prélève manuellement, avec ou sans auxiliaire, la


marchandise.

• Mécanisé : indépendant du préparateur. Les marchandises sont prélevées par


un automate (ventouses, pinces, fourches télescopiques, tiroirs motorisés, etc.).
Les possibilités de mécanisation dépendent essentiellement des produits à
prélever, de leur homogénéité et du taux de dégroupage. Le taux de
dégroupage représente le rapport de la quantité prélevée à la quantité
présentée. Exemple : prélever 5 colis d'une palette de 100 unités.

• Automatisé : les opérations de prise des marchandises et leur transfert se font


mécaniquement et automatiquement. Compte tenu de leur coût, de telles
installations ne se justifient que pour des articles à très forte rotation.

Les schémas ci-dessous décrivent bien les 3 principes de prélèvement de


marchandises

Le préparateur Le préparateur :
- Repère la marchandise - Repère
- Reconnaît la marchandise - Reconnaît la marchandise
- Sort - Sort la marchandise
- et confie celle-ci à un moyen de et accompagne celle-ci au lieu d'expédition
manutention continue. ou au point de regroupement

Préparation manuelle Préparation mécanisée

OFPPT/DRIF 123
Résumé de théorie et Module 2 : Transport et Logistique
guide de travaux pratiques Version 1.1 juillet 2005

Préparation automatisée
Source : Mannesmann Demag Manutention

Le déplacement du préparateur

Il peut s'effectuer de deux façons :

• le déplacement est unidimensionnel : le préparateur se déplace à pied ou sur


un engin qui ne permet, à un moment donné, que des mouvements horizontaux
ou que des mouvements verticaux (transpalettes électriques, échelles, etc.).
L'expression "faire du linéaire", si largement répandue, illustre cette méthode.
• le déplacement est bidimensionnel : le préparateur se déplace sur un engin
qui permet de réaliser simultanément des mouvements verticaux et horizontaux
(pick-order, chariot magasinier, transtockeur, etc.).

L'évacuation des prélèvements

Elle peut être :

• Centralisée : les préparations sont acheminées, après traitement de la


commande, vers un centre de regroupement par le préparateur lui-même
(marchandises accompagnées).
• Décentralisée : les préparations sont acheminées au lieu même de
prélèvement par un système de manutention (convoyeurs, chariots téléguidés,
balancelles, etc.).

Les déplacements du préparateur se limitent dans ce cas, à la seule zone de


prélèvement.

OFPPT/DRIF 124
Résumé de théorie et Module 2 : Transport et Logistique
guide de travaux pratiques Version 1.1 juillet 2005

3. L'optimisation de la fonction préparation

Après avoir étudié les différents systèmes de collecte, il convient de préciser qu'à
l'heure actuelle, les deux modes de préparation les plus utilisés sont : les systèmes
manuels et mécanisés.

Or, il apparaît que l'homme intervient pour une grande part dans ces modes de
préparation de commandes. Il importe donc de rationaliser son travail en :
- limitant les déplacements en cours de préparation,
- évitant les recherches de marchandises,
- rendant les marchandises directement accessibles,
- évitant les ruptures de charges.

Réduire la distance à parcourir

Dans un premier temps, il est nécessaire de diviser le stock en deux parties :


- d'une part, un stock de distribution,
- d'autre part, un stock de réserve.

La répartition des zones de travail en zone de distribution

Echantillonnage complet de toutes les références tenues en stock.


Marchandise en quantité constituant au mieux une unité de stockage pour permettre
de satisfaire les demandes pour une période normale fixée (jour, semaine...) en
fonction du volume et de la rotation du produit.
Les emplacements de stockage sont affectés.

La répartition des zones de travail en zone de réserve

Constituer des quantités ne trouvant pas place dans la zone de distribution


Les emplacements de stockage sont banalisés.

A partir de ce tableau, la technique consiste donc à regrouper les références dans


une surface aussi réduite que possible : c'est ce que l'on appelle la zone de
DISTRIBUTION ou la zone de PRELEVEMENT.

Par ailleurs, les quantités ne se trouvant pas placées dans la zone de distribution
sont stockées dans une zone de RESERVE, suivant la méthode du stock banalisé.

Le prélèvement des marchandises pour les commandes clients s'effectue dans la


zone de distribution.

Sortir les marchandises en suivant un circuit de préparation

IL est possible d'éviter les retours en arrière, de limiter les recherches, les oublis en
libellant le bon de commande dans l'ordre du plan de rangement et en imposant un
circuit de préparation (ainsi, au fur et à mesure qu'il avance, le préparateur prélève
les marchandises mentionnées sur l'ordre de sortie).

OFPPT/DRIF 125

www.cours-ofppt.com
Résumé de théorie et Module 2 : Transport et Logistique
guide de travaux pratiques Version 1.1 juillet 2005

Le plan de rangement est établi en attribuant à chaque référence un emplacement


bien défini (adresse de stockage).

En premier lieu le plan de rangement doit tenir compte des contraintes de stockage
telles que :

- la conservation sous température dirigée,


- la fragilité des marchandises,
- le dégagement d'odeurs ou de gaz,
- la sécurité incendie.

Les schémas ci-dessous nous montrent les possibilités d'organisation du


prélèvement dans les allées.

Préparation par demi-allées


Implantation descendante, puis remontante.

Prélèvement par allée


Implantation par alternance gauche/droite.

Eviter les recherches

Le rangement des marchandises à emplacements fixes et la mise en place d'un


circuit de préparation contribuent à éviter des recherches à un préparateur confirmé.

Exemple : l'édition par l'informatique d'un bon de préparation comportant les


références triées dans l'ordre décroissant des emplacements géographiques permet
de réduire considérablement les temps de prélèvement.

OFPPT/DRIF 126
Résumé de théorie et Module 2 : Transport et Logistique
guide de travaux pratiques Version 1.1 juillet 2005

De plus, il est possible de repérer les emplacements à l'aide d'étiquettes mentionnant


par exemple :

- la famille du produit,
- la désignation du produit,
- son numéro de codification.

Rendre la marchandise directement accessible

Si nous examinons le champ d'accès normal de l'homme en position debout nous


voyons que l'espace à l'intérieur duquel un préparateur peut saisir normalement un
colis est limité dans les deux dimensions : d'une part, la profondeur (environ 0,80 m)
et d'autre part, la hauteur de stockage.

Lorsque celle-ci dépasse la


hauteur directement accessible
manuellement (environ 1,95 m), il
faut donner au préparateur un
moyen mécanisé d'élévation
comme par exemple, un chariot
avec une plate-forme élevable.

La hauteur des rayonnages


dépend de la nature des
marchandises à stocker. Ce
schéma montre l'accessibilité des
étagères en fonction de leur
hauteur.

Afin de faciliter le prélèvement manuel des articles entreposés, ceux-ci doivent être
directement accessibles pour éviter l'emploi d'échelles, d'escabeaux, etc. Ils ne
doivent pas être à une hauteur supérieure à 2100 mm au-dessus du sol.

Pour ce qui concerne la profondeur, avec un système de stockage dynamique, ce


sont les marchandises qui viennent automatiquement se placer à la portée du
préparateur.

Eviter les ruptures de charge

L'analyse du travail du préparateur fait ressortir qu'une part importante de son temps
est nécessaire pour fractionner les conditionnements d'origine (ouverture du
conditionnement, comptage des quantités...). Ce fractionnement est de plus une
source d'erreurs lors des prélèvements.

Des économies appréciables peuvent être obtenues en généralisant le principe du


« conditionnement de vente » qui évite toute « rupture » lors de prélèvements en
entrepôt.

OFPPT/DRIF 127
Résumé de théorie et Module 2 : Transport et Logistique
guide de travaux pratiques Version 1.1 juillet 2005

Ce problème est évidemment lié à des contraintes commerciales (contrainte envers


la clientèle). Une solution de compromis devra donc être mise en place.

4. La préparation des commandes et la palettisation

Il est indispensable de constituer une palette stable en respectant les contraintes


physiques des produits. De la qualité de cette opération va dépendre le bon état des
marchandises transportées.

Pour cela, les principaux critères à prendre en considération sont les contraintes de
poids et de dimensions imposant la constitution de palettes en pyramides, en tenant
compte de l'ordre logique de prélèvement lors de l'implantation des articles.

Le plan ci-dessous nous donne les principes de constitution d'une palette.

légers/petits

lourds/grands

5. La qualité de la palettisation

Quelques règles d'or :

Ne jamais faire de débord,


Assurer un croisement des colis suffisant,
Colis les plus lourds au-dessous, colis les plus légers dessus,
Pratiquer un filmage aéré,
Placer les étiquettes de colisage de manière qu'elles soient visibles,
Ne pas surcharger une palette.

6. Stabilisation des marchandises chargées sur palettes

Pour assurer une bonne stabilité des chargements sur palette, on peut avoir le choix
par exemple entre le filmage et l'utilisation d'un ruban adhésif. Le film est le système
le plus commode d'utilisation. IL assure la bonne tenue des palettes au cours du
transport. Le filmage ou l'utilisation du filet ne dispense pas d'une confection
rationnelle des palettes, comme le montre le tableau ci-après.

OFPPT/DRIF 128
Résumé de théorie et Module 2 : Transport et Logistique
guide de travaux pratiques Version 1.1 juillet 2005

Ceinturage Ceinturage
supérieur et inférieur Multiple (*)

(*) Le ceinturage multiple à l'aide de film assure la stabilité des palettes chargées
irrégulièrement.

Filmer les marchandises pour éviter la casse

En premier lieu, il est indispensable de


charger les colis en retrait.

Cela permet :
- une bonne stabilité de la charge,
- une bonne sécurité contre les chocs
pour la marchandise,
- un chargement rapide des palettes dans
les véhicules,
- de casser moins de palettes lors du
chargement.

Cela se traduit donc par une réduction des litiges, des chargements plus faciles et
plus rapides avec une perte de place minimisée.

En second lieu, il est impératif de charger les colis sans débord, car cela provoque
davantage de casse (marchandises et palettes), cela entraîne également un
chargement compliqué et plus lent des palettes, avec une perte de place dans le
véhicule.

OFPPT/DRIF 129
Résumé de théorie et Module 2 : Transport et Logistique
guide de travaux pratiques Version 1.1 juillet 2005

Ci-dessous quelques illustrations des propos énoncés précédemment.

Cassure

1. Au sol à la palettisation 2. Manutention au chariot 3. Au sol après dépose


palettisation élévateur

Croisement insuffisant

1. Au sol à la palettisation 2. Manutention au chariot 3. Au sol après dépose


élévateur

Défauts nuisibles à la stabilité :

Couloirs

Constitution de la palette

OFPPT/DRIF 130

www.cours-ofppt.com
Résumé de théorie et Module 2 : Transport et Logistique
guide de travaux pratiques Version 1.1 juillet 2005

II. LES GRANDS SYSTEMES DE PRÉPARATION DES COMMANDES

Il y a lieu de distinguer tout d'abord :


le principe général (préparation au fil de l'eau ou préparation par vague),
et ensuite les techniques de préparation des commandes, qui feront l'objet
d'une description plus complète dans le prochain chapitre.

1. Le principe général

• Le fil de l'eau
Dans ce principe, les commandes arrivent de manière continue, les opérations de
préparation sont lancées au fur et à mesure de la réception des commandes.
Dans ce contexte, il est difficile de planifier la charge de travail. Le préparateur doit
s'attendre à des irrégularités dans le rythme de son travail. IL doit être disponible,
prêt à réagir à toute demande. Par ailleurs, il devra faire preuve de polyvalence, de
capacité d'adaptation. Enfin, il devra bénéficier d'une large autonomie dans son
travail et d'une plus grande responsabilisation.

• Le traitement par vague


Dans ce cas, l'ensemble des commandes de la période est connu avant le début du
travail de préparation. L'activité est planifiée et répartie entre les différents
opérateurs. La charge de travail est régulière. Le préparateur doit faire preuve de
qualité d'organisation. Là encore, il doit être pleinement responsable et autonome
dans son activité.

2. Les méthodes de préparation

Nous allons préciser dans ce chapitre les caractéristiques de chacune de ces


méthodes de préparation des commandes.

On distingue en effet 5 méthodes de préparation des commandes

- un préparateur une commande complète,


- plusieurs préparateurs une commande simultanément,
- plusieurs préparateurs une commande successivement,
- un préparateur plusieurs commandes simultanément,
- plusieurs préparateurs plusieurs commandes.

Nous allons envisager tout d'abord, les principales méthodes de préparation à


référencier fixe. Dans une deuxième partie, nous aborderons les méthodes à
référencier mobile.

2.1 Les méthodes à référencier fixe

2.1.1 Un préparateur, une commande


C'est le système le plus simple dans sa conception, il s'apparente au principe de la
ménagère qui fait ses courses à l'hypermarché.

OFPPT/DRIF 131
Résumé de théorie et Module 2 : Transport et Logistique
guide de travaux pratiques Version 1.1 juillet 2005

Le préparateur se déplace devant le linéaire de référence en prélevant les quantités


indiquées sur son bon de commande.

Cependant, cette méthode présente les inconvénients suivants :


D'une part, les trajets parcourus sont longs et fastidieux lorsque le linéaire est
important, et d'autre part, le volume de marchandises déplacé peut être une source
de fatigue pour le préparateur.

En fin de circuit, les marchandises collectées sont déposées en un point d'expédition.

Cette méthode facilite le contrôle de la productivité des préparateurs et permet de


détecter les sources d'erreurs plus facilement.

2.1.2 Plusieurs préparateurs, une commande

Traitements simultanés

Dans cette méthode, la commande est éclatée, entre les différents secteurs de
l'entrepôt. Dans chaque secteur un préparateur prélève les références qui
correspondent à sa commande. Les marchandises sont ensuite acheminées vers
une zone de regroupage.

Le délai de traitement de la commande est réduit au temps de préparation dans le


secteur le plus important.

Traitements successifs

La commande passe successivement de secteur en secteur et dans chaque zone,


un préparateur prélève les références concernées. Le circuit de la commande est
simple mais le délai de préparation est important. De plus, la commande doit être
prise en charge dans chaque secteur.

Au point de regroupement, les marchandises sont rassemblées avec le numéro de


commande correspondant.

Quelle que soit la solution retenue, le bon de préparation doit être libellé dans l'ordre
du plan de rangement du stock. De plus, il est souhaitable que chaque ligne de
commande soit affectée d'un code secteur.

Cette méthode pose le problème de l'équilibre du travail dans chacun des secteurs.
Dès qu'un secteur prend du retard, celui-ci peut bloquer le travail des autres secteurs
et créer un goulot d'étranglement. Toutefois, on peut remédier à cet inconvénient en
envisageant les deux possibilités suivantes

Lorsque les secteurs sont situés sur le même plan, en n'instituant pas de
frontières rigides entre les secteurs, en partageant équitablement les lignes du bon
de préparation suivant le nombre de secteurs mais aussi, en supprimant la notion de
secteur dans l'entrepôt.

OFPPT/DRIF 132
Résumé de théorie et Module 2 : Transport et Logistique
guide de travaux pratiques Version 1.1 juillet 2005

Lorsque les secteurs sont situés sur des niveaux différents, le chef de la
préparation peut prévoir "un dispatcheur" qui lance les bons de préparation, et reçoit
les marchandises préparées.

Dès qu'il s'aperçoit que l'un des secteurs prend du retard, il dispose d'une équipe de
préparateurs polyvalents qu'il envoie dans le secteur surchargé.

2.1.3 Un préparateur, plusieurs commandes

Cette méthode consiste à regrouper toutes les quantités nécessaires pour une
période donnée ou pour un nombre de commandes déterminé. Cela permet
d'effectuer les prélèvements en une seule fois.

C'est ce que l'on appelle la sortie de masse ou encore la sortie par train de
commandes.

Principe de fonctionnement

Un bon de commande récapitulatif pour chaque train doit être établi indiquant pour
chaque référence les quantités globales à sortir. L'établissement de ce récapitulatif
ne présente pas de difficulté lorsque l'on dispose d'équipements informatiques.

De plus, les quantités globales sorties sont acheminées dans une zone d'éclatement
où elles sont réparties entre les différentes commandes composant le train de
commandes, suivant les quantités demandées pour chacune d'elles.

Par ailleurs, l'opération d'éclatement permet de contrôler la conformité des


prélèvements lorsque toutes les commandes sont servies.

Préparation en cumulé

Le préparateur prépare une commande qui est la somme (en quantités) d'un groupe
de commandes. Ce peuvent être des commandes d'une tournée de livraison, ou bien
les quantités à sortir pour la journée.

Cette commande, souvent intitulée "récapitulatif" ou "train de commandes", nécessite


ultérieurement un éclatement par client. C'est-à-dire qu'elle donne lieu à une
deuxième préparation des commandes qui est faite : soit dans le magasin, dans une
aire spécialement aménagée, soit avec le client si la "commande" est chargée dans
un véhicule.

Cette méthode présente un intérêt lorsque le récapitulatif permet de faire préparer


des lots complets, en évitant ainsi les prélèvements moins importants.

Préparation en simultané

Le préparateur prépare en même temps plusieurs commandes. L'avantage de cette


méthode réside dans la réduction des trajets, mais elle ne peut être utilisée pour des
commandes avec peu de lignes.

OFPPT/DRIF 133
Résumé de théorie et Module 2 : Transport et Logistique
guide de travaux pratiques Version 1.1 juillet 2005

Plusieurs commandes, plusieurs préparateurs

Dans cette méthode, les marchandises doivent être acheminées mécaniquement


vers un point de regroupement pour être ensuite éclatées sur un numéro de
commande.

Pour faciliter l'opération d'éclatement, la marchandise doit être identifiée selon sa


destination (désignation, numéro de commande, au moment même où elle est
disposée sur le matériel d'acheminement.

Pour ce faire, chaque ligne de commande fait l'objet d'un "ticket" ou "étiquette de
préparation" où sont mentionnés :

- la désignation et les caractéristiques techniques de la marchandise,


- le numéro de code,
- la quantité réclamée,
- le numéro de la commande concernée.

Le préparateur dans cette technique ne reçoit donc plus un bon de commande, mais
une liasse de tickets ou étiquettes concernant son secteur, classés par numéros de
référence.

Toute marchandise sortie est identifiée par l'apposition du "ticket de préparation".

L'allotissement de la marchandise sur le numéro de la commande peut se faire soit,


mécaniquement, en y "indexant" l'élément moteur du convoyeur qui l'achemine, soit
en l'ayant préalablement affecté à un numéro de commande.

L'opération peut se faire manuellement, en effectuant une série de tris successifs sur
les chiffres du numéro de commande (unités, dizaines,...) Les tris sont effectués le
long des convoyeurs au fur et à mesure de l'avancement des marchandises qui se
trouvent ainsi dirigées vers le point de regroupement.

Cette méthode fort simple, réclame par contre beaucoup de surface, mais également
de la main-d'oeuvre, en effet, les marchandises sont manipulées à chaque tri.

OFPPT/DRIF 134
Résumé de théorie et Module 2 : Transport et Logistique
guide de travaux pratiques Version 1.1 juillet 2005

Voici le tableau récapitulatif des méthodes de préparation des commandes

Matériel à mettre
Type Support administratif observations
en place
1 commande, Bon préparation libellé Support de préparation
1 préparateur dans l'ordre du plan de (chariot à bras par
rangement (si possible). exemple).
1 commande, Bon préparation libellé Support de préparation
plusieurs obligatoirement dans avec transfert
préparateurs l'ordre du plan de mécanique
(successivement) rangement. éventuellement.
1 commande, Bon préparation en Support de préparation Regroupement
plusieurs plusieurs parties, un par avec transfert nécessaire plus
préparateurs en zone mécanique vérification.
même temps indispensable.
+ commandes, 1 Récapitulation des Support de préparation Eclatement
préparateur commandes par article si possible mécanisé nécessaire sur
dans l'ordre de (poids). support.
rangement + bon
commande individuel.
+ commandes, Récapitulation des Matériel manutention Regroupement
plusieurs commandes par zone continue indispensable puis éclatement.
préparateurs (tickets de préparation). avec indexation
Traitement informatique. automatique.

2.2 Les méthodes à référencier mobile

Il existe deux grandes méthodes à référencier mobile : soit l'opérateur est à poste
fixe, soit celui-ci se déplace.

Préparateur à poste fixe

Dans ce système de référencier complet, seules les références concernées se


déplacent mécaniquement. Le préparateur prélève alors les quantités nécessaires de
la référence qui s'arrête devant lui. La préparation s'effectue alors commande par
commande.

Préparateur se déplaçant

Le préparateur n'est pas en possession des commandes des clients mais d'un
document classé par produit qui indique les quantités à attribuer à chacune des
commandes. Le magasin de préparation est alors constitué de "case-clients" où le
préparateur vient déposer la marchandise commandée.

La préparation s'effectue alors référence après référence, ce qui nécessite une


préparation simultanée des commandes.

Ce type de préparation réduit les manutentions dans les cas suivants :


- le nombre de clients est important,
- la quantité servie par référence est importante,
- le nombre de références est faible.

OFPPT/DRIF 135

www.cours-ofppt.com
Résumé de théorie et Module 2 : Transport et Logistique
guide de travaux pratiques Version 1.1 juillet 2005

On rencontre également ce type de préparation pour des commandes dont la


constitution s'effectue progressivement.

III. LES DOCUMENTS ADMINISTRATIFS UTILISÉS EN PRÉPARATION DES


COMMANDES

Tous les magasins n'ont pas le même principe de fonctionnement administratif, cela
dépend de leur vocation et de leur importance. Pour aborder ce chapitre, posons-
nous d'abord la question Quel est l'élément déclenchant la préparation ? Une
commande, bien entendu. Celle-ci peut provenir : soit d'un utilisateur au sein de
l'entreprise, soit d'une clientèle extérieure. Nous retrouvons ici les deux types
principaux de magasins : industriel et commercial.

1. Le magasin industriel

Dans le secteur industriel pour des magasins de petite ou moyenne importance, et


sauf exception, la commande s'effectue en règle générale de façon artisanale par
l'utilisation d'une "demande de matériel", cela se traduira par un bon de commande
manuscrit émis par le demandeur.

Ce moyen administratif compte tenu de la faible fréquence des mouvements de


stocks reste efficace.

2. Le magasin commercial

II n'en est pas de même dans le secteur commercial dit de distribution. Les magasins
modernes disposent de moyens plus sophistiqués.

La mécanisation et l'informatique permettent d'obtenir un support administratif plus


élaboré débouchant vers un système de préparation plus complexe.

Revenons à la source de la préparation, à savoir la commande.

Cette commande peut être acheminée par divers moyens notamment : la poste, le
télex, la télécopie, le téléphone, le télé-processing.

Si l'entreprise dispose de moyens informatiques, ces commandes seront soit


enregistrées directement, soit introduites dans le système informatique pour leur
traitement.

Celui-ci transposera les informations reçues sous différentes formes.

Le bordereau de préparation (appelé également bon de préparation), et l'étiquette de


préparation (label système).

Ce sont actuellement les supports administratifs les plus utilisés, en voici une
illustration présentée ci-après.

OFPPT/DRIF 136
Résumé de théorie et Module 2 : Transport et Logistique
guide de travaux pratiques Version 1.1 juillet 2005

3. L'étiquette de préparation (label système)

Le traitement en temps réel


Dans ce domaine, la technique la plus évoluée reste le télé-processing, qui permet
de communiquer directement les informations de commande à l'ordinateur
(terminaux) lequel édite les bordereaux de préparation correspondants (travail en
temps réel).

L'analyse des documents utilisés


Que les documents soient manuscrits ou émanant de l'informatique, les
renseignements concernant la préparation restent sensiblement les mêmes. Nous
pouvons donc établir une liste non exhaustive des éléments pouvant composer un
bordereau de préparation.

OFPPT/DRIF 137
Résumé de théorie et Module 2 : Transport et Logistique
guide de travaux pratiques Version 1.1 juillet 2005

Il s’agit des éléments suivants :


- l'identification du demandeur,
- la ou les quantités demandées avec, si besoin est, la spécification,
- la désignation et la référence de l'article demandé,
- l'adresse de stockage de l'article (situation géographique dans le magasin).

Enfin, il est souhaitable pour faciliter les recherches en cas d'erreur que le
préparateur vise le bordereau à la fin de la préparation.

Le Système Graphique PALETT O’GRAF Fenwick

Etapes Moyens
1. Déterminer les caractéristiques • Le poids d’un «carton» (pesée, étiquette, documents de livraison)
de la charge et ses dimensions (L x l x h)
• La gerbabilité des «cartons» (pictogramme)
• Le nombre total de «cartons» homogènes à palettiser
• La hauteur et le poids maximum de la charge palettisée
2. Répertorier les types de palettes • Dimensions
disponibles • Charge utile
3. Réaliser un graphe pour chaque • Tracer 2 axes Y et Y d’une dimension supérieure à la longueur
type de palette répertoriée de la palette à tester (échelle 1 cm = 100 mm)
• Reporter sur l’axe des abscisses X, la longueur et la largeur de la
palette testée
• Recommencer sur l’axe des ordonnées Y
• Tracer d’axe en axe :
- une oblique pour relier les largeurs de la palette,
- une oblique pour relier les longueurs de la palette.
4. Représenter les «cartons» • A partir de l’origine du graphe :
- reporter sur l’axe des abscisses la longueur d’un «carton»
- reporter sur l’axe des ordonnées, la largeur d’un «carton»
- représenter le premier «carton»
• Répéter l’opération le long de chaque axe pour tendre vers la
dimension maximale des palettes sans la dépasser
• Compléter le graphe par d’autres «cartons» dans la limite des
obliques
5. Interpréter le graphe • Repérer et identifier les intersections des arêtes des «cartons»
avec les axes et les obliques
• Compter le nombre de largeurs et/ou longueurs disposées sur
les côtés de la palette
6. Choisir le plan de palettisation • Retenir l’implantation minimisant la surface inoccupée
optimal • Totaliser le nombre de «cartons» formant le 1er lit (couche)
• Les débordements peuvent être tolérés s’ils sont peu importants
et si l’emballage est résistant
• Les retraits trop importants sont déconseillés et doivent être
compensés par l’adjonction de matériaux garnisseurs
7. Calculer le nombre total de • Evaluer la hauteur de la charge
«cartons» par palette • Calculer le nombre de lits en divisant la hauteur limite de la
charge par la hauteur d’un «carton» (arrondir à l’unité inférieure)
• Multiplier le résultat par le nombre de «cartons» du 1er lit
8. Respecter les limites imposées • Déterminer le poids de la charge palettisée
• Vérifier les contraintes de poids (palette, structure de stockage,
chariot) et de gerbabilité
• Diminuer éventuellement le nombre de lits pour ne pas dépasser
le poids ou le nombre de colis imposés

OFPPT/DRIF 138
Résumé de théorie et Module 2 : Transport et Logistique
guide de travaux pratiques Version 1.1 juillet 2005

Etapes Moyens
9. Vérifier le nombre de «cartons» • Faces avant et arrière de la palette : compter les «cartons» sur
palettisés les arêtes et ajouter ceux du centre
• Faces latérales de la palette : compter les «cartons» sur le centre
uniquement
• Additionner les 4 faces

Application : Démarche guidée

• Consignes : pas de débordement, pas de filmage


stockage en palettier latéral hauteur d’alvéole 1 800 mm
jeu de manœuvre 200 mm
capacité du chariot élévateur 1 000 kg

• Charge : 600 colis gerbables sur 7 lits


dimensions d’un carton L x l x h = 300 x 250 x 200 mm
poids d’un carton 6,3 kg

• Palette : format 800 x 1 200 x 100 mm


Charge utile 800 kg – tare 27 kg

OFPPT/DRIF 139
Résumé de théorie et Module 2 : Transport et Logistique
guide de travaux pratiques Version 1.1 juillet 2005

1 Interpréter le graphe
• Repère et identification des intersections des arêtes supérieures ou inférieure
des colis avec les axes et les obliques
• Projection des intersections sur les axes et comptage du nombre de largeurs
et/ou de longueurs complètes représentées jusqu’à l’origine du graphe
• Calcul des longueurs occupées

Lecture côté palette 800 :

1. A l’intersection A sur l’axe Y compter 3 largeurs complètes de colis jusque O


3 x 250 = 750 mm

2. Projeter B sur l’axe Y, il y a 2 largeurs complètes de colis jusque O ;


projeter B sur l’axe X, il y a 1 longueur complète de colis jusque O ;
à l’intersection B, l’on totalise 2 largeurs + 1 longueur
300 + (2 x 250) = 800 mm

3. Projeter C sur l’axe Y, l’on compte 1 largeur complète de colis jusque O ;


projeter C sur l’axe X, l’on compte 1 longueur complète de colis jusque O ;
à l’intersection C, l’on totalise 1 longueur + 1 largeur
250 + 300 = 550 mm

4. A l’intersection D sur l’axe X, l’on compte 2 longueurs complètes de colis jusque O ;


2 x 300 = 600 mm

Lecture côté palette 1 200 :

5. A l’intersection E sur l’axe Y, l’on compte 4 largeurs complètes de colis jusque O


4 x 250 = 1 000 mm

6. Projeter F sur l’axe Y, l’on compte 3 largeurs complètes de colis jusque O ;


projeter F sur l’axe X, l’on compte 1 longueur complète de colis jusque O ;
à l’intersection F, l’on totalise 3 largeurs + 1 longueur
(3 x 250) + 300 = 1 050 mm

7. Projeter G sur l’axe Y, l’on compte 2 largeurs complètes de colis jusque O ;


projeter G sur l’axe X, l’on compte 2 longueurs complètes de colis jusque O ;
à l’intersection G, l’on totalise 2 largeurs + 2 longueurs
(2 x 300) + (2 x 250) = 1 100 mm

8. Projeter H sur l’axe Y, l’on compte 1 largeur complète de colis jusque O ;


projeter H sur l’axe X, l’on compte 3 longueurs complètes de colis jusque O ;
à l’intersection H, l’on totalise 1 largeur + 3 longueurs
250 + (3 x 300) = 1 150 mm

9. A l’intersection I sur l’axe X, l’on compte 4 longueurs complètes de colis jusque O


4 x 300 = 1 200 mm

OFPPT/DRIF 140

www.cours-ofppt.com
Résumé de théorie et Module 2 : Transport et Logistique
guide de travaux pratiques Version 1.1 juillet 2005

⇒ Choisir le plan de palettisation optimal

a) Sélection des solutions permettant une occupation optimale des côtés de la


palette.

Lecture côté palette 800 : Lecture côté palette 1 200 :


A = l l = 750 I = 4 L = 1 200
B = 1 L + 2 l = 800 H = 3 L + 1 l = 1 150

b) Représentation des colis sur la palette en vue de dessus

2. Solutions I/B 3. Solutions /A


12 colis 12 colis

Conclusion :
12 colis peuvent être placés sur chaque lit (plat, niveau, couche)
Il est souhaitable d’intervertir les plans pour obtenir une stabilité correcte.

⇒ Calculer le nombre total de colis par palette

L’on place 12 colis par lit.


Définir la hauteur de la charge palettisée : hauteur alvéole – jeu de manœuvre de
200 mm

OFPPT/DRIF 141
Résumé de théorie et Module 2 : Transport et Logistique
guide de travaux pratiques Version 1.1 juillet 2005

1 800 – 200 = 1 600 mm

Alvéole = 1 800 mm

Hauteur de la charge : hauteur de la charge palettisée – hauteur de la palette


1 600 – 100 = 1 500 mm

Nombre de lits : hauteur de la charge / hauteur d’un carton


1 500 / 200 = 7,5 lits en théorie soit 7 lits

Contrôle de la gerbabilité des colis : possible sur 7 lits donc aucune correction

Nombre total de colis sur la palette : 12 colis x 7 lits = 84 colis

⇒ Contrôler les limites imposées

Vérification du poids (par rapport à la contrainte palette et chariot de manutention)

1 colis = 6,3 kg
84 colis = 529,20 kg < charge utile palette = 800 kg

Tare de la palette (poids à vide) = 27 kg


Poids total de la charge palettisée = 529,20 + 27 = 556,20 kg < capacité chariot 1
000 kg

⇒ Evaluer les besoins

On place 84 colis par palette alors qu’il faut en palettiser 600

Nombre de palettes = 600 / 84 = 7,14 arrondi à 8 palettes

En conclusion, il faut prévoir :


• 8 palettes 800 x 1 200 c’est-à-dire 7 palettes de 84 colis soit 588 colis et
1 palette de 12 colis
• 8 emplacements en palettier,
• 8 déplacements du cariste.

OFPPT/DRIF 142
Résumé de théorie et Module 2 : Transport et Logistique
guide de travaux pratiques Version 1.1 juillet 2005

CHAPITRE 5 – LA GESTION ECONOMIQUE DES STOCKS

I. LES STOCKS

1. Les définitions des stocks

Un stock est une quantité de marchandises déposées à un endroit en vue d’une


utilisation ultérieure :

Du point de vue comptable le stock représente une immobilisation d’actifs,


En gestion de production il représente le résultat d’une production par lots et un
gage de sécurité en cas de problème,
Sur le plan commercial Le stock représente une garantie de service auprès de
ses clients,
Au niveau logistique, le stock représente un déséquilibre entre plusieurs flux
physiques,
Le stock représente un manque à gagner de produits financiers,
Du point de vue organisationnel, Le stock peut être considéré comme une
contrainte économique pour une organisation.

2. Les fonctions des stocks

Les raisons de détention d’un stock sont nombreuses.

Les principales fonctions d’un stock sont :

1) Fonction de réserve : Pour palier aux différences de flux entrants et sortants, le


gestionnaire se trouve dans la nécessité de stocker des produits.
2) Fonction de regroupement : Afin de minimiser les coûts, les entreprises auront
recours au regroupement physique de la totalité des stocks.
3) Fonction de régulation : L’entreprise doit disposer de stock en amont et de stock
en aval pour éviter les ruptures de stocks.
4) Fonction d’organisation : Dans les processus de production, il est courant de
lancer des ordres de fabrication dans le but d’optimiser l’organisation de l’activité.
5) Fonction d’anticipation : Répondre dans les plus brefs délais aux besoins des
clients internes et externes.
6) Fonction économique : Cette fonction d’un stock permet d’optimiser les moyens
de production de l’entreprise.
7) Fonction de spéculation : L’entreprise peut constituer des stocks en période de
réapprovisionnement pour ne pas subir une hausse importante des prix sur les
produits dont les valeurs fluctuent considérablement sur des périodes courtes.

OFPPT/DRIF 143
Résumé de théorie et Module 2 : Transport et Logistique
guide de travaux pratiques Version 1.1 juillet 2005

3. La gestion des stocks

La gestion des stocks doit assurer une qualité de service clients tout en s’assurant
que le niveau des stocks soit à l’optimum, ainsi on peut distinguer :

1) La gestion physique : La gestion physique englobe les actions menées dans les
magasins et entrepôts.
2) La gestion administrative : La gestion administrative englobe toutes les
opérations effectuées à l’aide des supports et des systèmes d’information.
3) La gestion comptable : La gestion comptable englobe tous les principes de
valorisation des stocks présents dans l’entreprise.
4) La gestion prévisionnelle : La gestion prévisionnelle englobe l’ensemble des
calculs permettant de connaître tous les paramètres futurs de distribution, de
production et de consommation d’un produit.

4. La typologie des stocks

1) Le stock administratif correspond à la quantité de produits théoriquement détenue


dans le magasin.
2) Le stock physique représente la quantité réelle détenue par le magasin.
3) Le stock est dit actif lorsqu’il est mouvementé (flux entrants et flux sortants).
4) Le stock mort se caractérise par des produits n’ayant subi aucun mouvement sur
une période déterminée.
5) Le stock de sécurité permet de palier les aléas d’approvisionnement ou de
consommation.
6) La rupture de stock est atteinte lorsque la quantité demandée par un client
(interne ou externe) est supérieure à la quantité en stock physique.

5. Les mouvements de stock

Pour faciliter la gestion quotidienne des flux logistiques (entrées, sorties), l’entreprise
doit mettre en place une nomenclature rigoureuse des articles ou références en
stock :
Les retours fournisseurs,
Les retours clients,
La casse,
La démarque,
La régularisation des stocks.

Ces mouvements doivent être justifiés et faire l’objet d’un traitement.


Les entrées et les sorties de stock sont contrôlées par des opérations d’inventaire.

Les inventaires ont pour objet :


De mesurer la quantité de produit en stock pour une période donnée.
De calculer la valeur comptable du stock.
De détecter les dysfonctionnements dans la gestion des stocks, en faisant
apparaître des écarts d’inventaire.

OFPPT/DRIF 144
Résumé de théorie et Module 2 : Transport et Logistique
guide de travaux pratiques Version 1.1 juillet 2005

Trois types d’inventaires :

1. L’inventaire comptable annuel : une obligation légale. Il s’agit du comptage de


tous les articles en stock se fait en une seule fois et à une date fixe.
2. L’inventaire tournant : consiste à confronter périodiquement (de façon journalière,
hebdomadaire, mensuelle, etc.) les quantités de certaines catégories d’articles.
3. L’inventaire permanent : permet de connaître en temps réel, les stocks théoriques
en quantité et en valeur.

Le comptage physique du stock permet d’effectuer un rapprochement avec le stock


administratif.

De ce rapprochement peuvent découler des écarts d’inventaire, indiqués en nombre


d’articles et valorisés.

6. La valorisation des stocks

Valoriser les stocks de l’entreprise est une obligation légale.


Tous les mouvements de stock, les entrées et les sorties, doivent faire l’objet d’un
enregistrement comptable.
Plus qu’une obligation légale, connaître la valeur du stock est à la base des outils de
pilotage stratégique de l’entreprise.
Trois principales méthodes de valorisation des stocks :

1) La valorisation par la méthode du Prix Unitaire Moyen Pondéré (PUMP),


2) La valorisation par la méthode du FIFO (First In, First Out),
3) La valorisation par la méthode du LIFO (Last In, First Out).

Le PUMP est calculé en fin de période en prenant en compte la valeur du stock


initial, plus l’ensemble des valeurs représentant les entrées.

Valeur Valeur Valeur


Date Entrée Sortie Dispo PU/HT
Entrée Sortie Stock
01/01 750 8 6000
10/01 250 1000 10 250x10 8500
18/01 250 750 9,5 250x9,5
20/01 350 1100 11 350X11 12350
30/01 300 800 9,5 300x9,5

Valeur SI + Valeur des entrées


PUMP =
Quantité SI + Quantités des entrées

6000 + 2500 + 3850


PUMP =15 DH
750 + 250 + 350

OFPPT/DRIF 145
Résumé de théorie et Module 2 : Transport et Logistique
guide de travaux pratiques Version 1.1 juillet 2005

FIFO : Cette méthode consiste à évaluer les sorties en considérant que ce sont les
références les plus anciennes en stock qui sortent les premières.Cette méthode
consiste à évaluer les sorties en considérant que ce sont les références les plus
anciennes en stock qui sortent les premières.

Valeur Valeur Valeur


Date Entrée Sortie Dispo PU/HT Détail valeurs
Entrée Sortie Stock
01/01 750 8 750x8 6000
10/01 250 1000 10 250x10 (750x8)+(250x10) 8500
15/01 300 700 300x8 (450x8)+(250x10) 6100

LIFO :
Cette méthode consiste à évaluer les sorties en considérant que ce sont les
références les plus récentes en stock qui sortent les premières.

Valeur Valeur Détail Valeur


Date Entrée Sortie Dispo PU/HT
Entrée Sortie valeurs Stock
01/01 750 8 750x8 6000
(750x8)+
10/01 250 1000 10 250x10 8500
(250x10)
(250x10)
15/01 300 700 700 x 8 5600
+(50x8)

La valorisation des stocks permet d’avoir un état en valeur des marchandises


stockées.

Le gestionnaire dispose de différents critères de gestion pour suivre l’évolution des


stocks.

La valorisation du stock est inscrite à l’actif du bilan comptable de l’entreprise.

7. Les indicateurs de suivi des stocks

Trois indicateurs principaux :


Le calcul du stock moyen,
Le taux de rotation,
Le taux de couverture.

7.1 Le calcul du stock moyen.


Le stock moyen est la quantité moyenne de produits en stock sur une période
donnée (année, mois, etc.).
Entre le 01/01 et le 25/01 : Stock Moyen 1 = (320 + 200) / 2 = 260 sur 24 jours.

Stock juste après un approvisionnement


+ Stock la veille d’un approvisionnement
SM =
2

OFPPT/DRIF 146

www.cours-ofppt.com
Résumé de théorie et Module 2 : Transport et Logistique
guide de travaux pratiques Version 1.1 juillet 2005

Quantités

400
320

300

Sm1= 260
200 200

100

01/01/02 25/01/02 20/03/02 12/05/02 30/06/02


Temps

Entre le 25/01 et le 20/03 : Stock Moyen 2 = (400 + 150) / 2 = 275 sur 54 jours.
Entre le 20/03 et le 12/05 : Stock Moyen 3 = (360 + 20) / 2 = 190 sur 53 jours.
Entre le 12/05 et le 30/06 : Stock Moyen 4 = (290 + 130) / 2 = 210 sur 49 jours.

Quantités

400
400
360
320

300 290

Sm1= 260 Sm2 = 275


200 200 Sm4 = 210
150 Sm3 = 190 130

100

20 Temps

01/01/02 25/01/02 20/03/02 12/05/02 30/06/02

OFPPT/DRIF 147
Résumé de théorie et Module 2 : Transport et Logistique
guide de travaux pratiques Version 1.1 juillet 2005

Le stock moyen sur une période :

Stock Moyen entre le 01/01 et le 30/06

(260x24) + (275x54) + (190x53) + (210x49)


SM=
(24 + 54 + 53 + 49)

Quantités

400
400
360 290
320

Stock moyen
300

Sm1= 260 Sm2 = 275


200
200
Sm3 = 190 Sm4 = 210
150

100 130

20 Temps

25/01/02 20/03/02 12/05/02 30/06/02

Le calcul du taux de rotation :

Consommation de la période

Taux de rotation =

Stock moyen de la période

365 jours
Durée du stock moyen =
Taux de rotation

OFPPT/DRIF 148
Résumé de théorie et Module 2 : Transport et Logistique
guide de travaux pratiques Version 1.1 juillet 2005

Le calcul de la couverture moyenne :

Elle exprime la durée moyenne de consommation du stock moyen.

Elle correspond au rapport entre le stock moyen de la période et la consommation


moyenne de la période

Stock moyen de la période


I. Couverture
..++moyenne Consommation moyenne de la période
=
Taux de rotation
Couverture moyenne =
12

Le résultat s’exprime en nombre de jours.

II. LA METHODE ABC

1. Historique

A la fin du XIXème siècle, un statisticien, PARETO, réalisa une étude sur la collecte
des impôts en Italie.

Après une série de traitement statistique, il en déduisit que 20 % des bénéficiaires de


revenus, représentaient 80 % de la totalité des revenus.L'analyse ABC est une
analyse (mono ou multicritères) permettant :
1. D'établir la proportionnalité ou l’importance de chaque élément étudié dans
l'ensemble des éléments.
2. De trier et donc de classer les éléments les uns par rapport aux autres.
3. De tirer les enseignements de cette proportionnalité.
4. De vérifier la concentration grâce à l'indice de concentration de Gini.

L'analyse ABC ou loi des 20/80 provient des observations de l'économiste Wilfrido
PARETO qui remarque en analysant la répartition des terres entre les différents
propriétaires terriens que certains phénomènes sont caractéristiques. Ainsi, il
détermine que 20 % des propriétaires fonciers possèdent 80 % des terres.

Ultérieurement d'autres observations mettront en évidence le phénomène, comme


par exemple, 20 % des contribuables payent 80 % des impôts…

L’analyse ABC permet de limiter le problème, en sélectionnant sur un ensemble de


données, l’importance du ou des critères qui justifient l’étude.

OFPPT/DRIF 149
Résumé de théorie et Module 2 : Transport et Logistique
guide de travaux pratiques Version 1.1 juillet 2005

2. Pratique de l’outil (METHODOLOGIE)

2.1 Choix du critère

Le choix du critère dépend essentiellement des objectifs à atteindre.

Le critère doit être un élément chiffrable et représentatif.

Les critères sont évidemment très nombreux, il est possible d’en énumérer quelques
uns :

• Coût de la pièce, du produit, de l’article.


• Poids de la pièce.
• Volume de la pièce.
• Prix de revient de la pièce.
• Distances de manutention.
• Nombre de caisses manutentionnées...

2.2 Etablissement de la courbe

1. Chiffrer pour chaque produit la valeur du critère.


2. Classer les produits par ordre décroissant d’importance.
3. Effectuer les cumuls.
4. Calculer les pourcentages des valeurs cumulées et des produits.
5. Ainsi au terme de cette phase, pour chaque référence, on pourra apprécier.
6. La hiérarchisation des données.
7. L’importance de chaque donnée les unes par rapport aux autres.
8. La mise en évidence des caractéristiques de la série.

On regroupera les principales données, approximativement les 20 % de données qui


font environ 80 % de la valeur cumulée du critère.

2.3 La représentation graphique

Tracer la courbe en portant des points aux coordonnées.

Axes des abscisses : Identification des produits.

Axes des ordonnées : cumul des valeurs du critère choisi.

Exploiter la courbe en délimitant la séparation des différentes parties A, B & C.

OFPPT/DRIF 150

www.cours-ofppt.com
Résumé de théorie et Module 2 : Transport et Logistique
guide de travaux pratiques Version 1.1 juillet 2005

2.4 L'analyse des résultats

Les principaux résultats sont donc la hiérarchisation des données, et l'établissement


de classes homogènes.

La première analyse consiste à établir la répartition entre les classes.

A titre indicatif :
- La classe A : 20 % des données représentent 80 % de la valeur totale du critère.
- La valeur B : 30 % des données représentent les 15 % suivants.
- La valeur C : 50 % des données représentent les 5 % restants.

Cette répartition théorique variera selon la concentration de la valeur du critère.

A titre d’exemple, Si la série n'est pas concentrée, alors la classe A pourrait


comprendre 40 % des données et ne représenter que 60 % des valeurs. A titre d'un
certain seuil, l’analyse ABC n'est plus caractéristique.

2.5 Indice de concentration de GINI

Il est possible de calculer un indice de concentration permettant de caractériser la


répartition des données dans les différentes classes appelé indice de concentration
de GINI donné par la formule suivante :

Formule de calcul de l’indice de Gini :

somme des critères cumulés en pourcentage


xi = pourcentage d’un produit

OFPPT/DRIF 151
Résumé de théorie et Module 2 : Transport et Logistique
guide de travaux pratiques Version 1.1 juillet 2005

somme des critères cumulés en


pourcentage
xi = nombre de produits

Méthode de raisonnement :

OFPPT/DRIF 152
Résumé de théorie et Module 2 : Transport et Logistique
guide de travaux pratiques Version 1.1 juillet 2005

Interprétation des résultats

Pour apprécier les résultats, on retiendra les règles suivantes :


Plus tend vers 1, plus la concentration de la courbe est forte, inversement plus elle
tend vers 0, plus la courbe tend vers la droite d’équipartition.

IMPORTANT
Si γ > 0,6 l’étude peut être effectuée car le critère choisi est significatif.

Conclusion

L’indice de concentration est un critère d’analyse de la répartition des valeurs qui


permet de comparer deux phénomènes ou un même phénomène pris à deux
époques différentes.

L’inconvénient est que c’est un outil un peu long à mettre en oeuvre, qui présente
toutefois un caractère très ponctuel.

Exemple d’application

Vous êtes magasinier dans la société VENDETOUT SA située : 35 allée de Paris –


33000 BORDEAUX.

Vous êtes chargé de réimplanter une partie du magasin de stockage. Votre étude
portera sur 12 articles dont vous trouverez les fréquences de sortie en annexe.

Vous devrez établir un classement par ordre décroissant sur lequel seront porté :

- Les fréquences de sortie,


- Le cumul des fréquences de sortie,
- Le pourcentage correspondant au cumul.

Vous tracerez la courbe des fréquences de sortie en faisant apparaître les zones A,
B et C.

OFPPT/DRIF 153
Résumé de théorie et Module 2 : Transport et Logistique
guide de travaux pratiques Version 1.1 juillet 2005

Produits Fréquence de sortie Produits Fréquence de sorite


A 855 G 622
B 55 H 2201
C 48 I 101
D 1 J 145
E 115 K 12
F 64 L 1300

Feuille de calcul

Classement Références Total Cumul % cumulé % produit

Corrigé de l’exemple d’application

Classement Produit Fréquence Cumul % cumulé y % produits x Zones


de sortie
1 H 2201 2201 39.88 % 8.33 %
2 L 1300 3501 63.44 % 16.67 % A
3 A 855 4356 78.93 % 25.00 %
4 G 622 4978 90.20 % 33.33 %
5 J 145 5123 92.82 % 41.67 % B
6 E 115 5238 94.91 % 50.00 %
7 I 101 5339 96.74 % 58.33 %
8 F 64 5403 97.90 % 66.67 %
9 B 55 5458 98.89 % 75.00 % C
10 C 48 5506 99.76 % 83.33 %
11 K 12 5518 99.98 % 91.67 %
12 D 1 5519 100.00 % 100.00 %
Somme des % des sorties cumulées 1 053.45

OFPPT/DRIF 154
Résumé de théorie et Module 2 : Transport et Logistique
guide de travaux pratiques Version 1.1 juillet 2005

Indice de concentration (ou indice de GINI) :


Formule : (Σ des % des sorties cumulées x 100/n) / 5 000
(n = nombre de produits)
= [(1053,45 x 100/12) /5 000] – 1 = [(1053,45 x 8,33) / 5000] –1 = 0,75

Le critère est sélectif car > 0,6.

Zone A : 25 % des produits et 78,93 % des fréquences de sortie


Zone B : 25 % des produits et 15,98 % des fréquences de sortie
Zone C : 50 % des produits et 5,09 % des fréquences de sortie.

3. L'analyse multicritères
3.1 Définition
L’analyse multicritères est une méthode qui permet de classer des produits pour
lesquels on désire tenir compte de plusieurs critères mais la réalité pratique nous
amène à nous limiter en général à 2 critères.

OFPPT/DRIF 155
Résumé de théorie et Module 2 : Transport et Logistique
guide de travaux pratiques Version 1.1 juillet 2005

Il est bien sûr possible de pondérer les deux critères utilisés en leur appliquant un
pourcentage d’importance.
3.2 Pratique de l’outil

Phase 1
Repérer la valeur maximale pour chaque critère :

Tableau 1

Références Chiffre d’affaire Fréquence de sortie


A 80 800
B 35 600
C 75 1 000
D 105 600
E 50 500

Phase 2
Constituer le rapport entre ces 2 valeurs pour rétablir l’échelle des unités. On
constitue en fait un coefficient de correction :
Ex : Coefficient C = 1000 / 105 = 9,52 (cf. tableau 1)
Ceci permettra de rétablir toutes les données sur une base 100 ; cette base
correspondant à la valeur maxi du critère mise au numérateur de coefficient.

Phase 3
On corrige le critère dont la valeur se trouve au dénominateur. Dans notre exemple,
on corrigera donc le chiffre d’affaire.

Tableau 2

Ref CA F/S CA corrigé


A 80 800 761.6
B 35 600 333.2
C 75 1 000 714
D 105 600 1 000
E 50 500 476

Remarque :
On corrige le critère dont la valeur est au dénominateur du coefficient de correction
et uniquement celui-là.

Phase 4
On ajoute les valeurs du critère corrigé et du critère «base 100» qui est non corrigé
soit dans notre exemple :

CA F/S CA corrigé FS + CA corrigé


A 80 800 761.6 1 561.6
B 35 600 333.2 933.2
C 75 1 000 714 1 714

OFPPT/DRIF 156

www.cours-ofppt.com
Résumé de théorie et Module 2 : Transport et Logistique
guide de travaux pratiques Version 1.1 juillet 2005

D 105 600 1 000 1 600


E 50 500 476 976
Phase 5
A partir de ce nouveau critère qui est la somme de la F/S et du CA corrigé, on
effectue une analyse ABC.

3.3 Extension : Importance relative des critères

La méthode présentée ci avant retrace l’utilisation de 2 critères avec chacun la


même importance dans les choix d’implantation (50 % pour le CA, 50 % pour la F/S).
On peut réaliser une analyse qui affecterait une importance relative différente. Par
exemple, on pourra dire que pour l’implantation la fréquence de sortie aura plus
d’importance que le chiffre d’affaire (on peut faire également l’inverse). Dans ce cas,
la méthode sera légèrement différente.

Les 3 premières phases seront identiques. Ensuite, on aura les phases suivantes :

Phase 4
On va pondérer le critère de base et le critère corrigé avec leur pourcentage
d’importance.
Prenons l’hypothèse de 75 % d’importance pour la fréquence de sortie. Dans ce cas,
le CA aura 25 % d’importance (complément à 100 %).

Référence CA F/S CA corrigé F/S pondérée 0.25 CA


0.75 F/S corrigé
A 80 800 761.6 600 190.4
B 35 600 333.2 450 83.3
C 75 1 000 714 750 178.5
D 105 600 1 000 450 250
E 60 500 476 375 119

Phase 5
On va ensuite additionner les 2 critères pondérés.

Référence CA F/S CA corrigé F/S x 0.75 CA corrigé x 0.75 F/S + 0.25


0.25 CA corrigé
A 80 800 761.6 600 190.4 790.4
B 35 600 333.2 450 83.3 533.3
C 75 1 000 714 750 178.5 928.5
D 105 600 1 000 450 250 700
E 60 500 476 375 119 494

Phase 6
On exprime ce total en pourcentage puis on en fait le classement en ordre
décroissant qui sera notre priorité d’implantation des produits.

OFPPT/DRIF 157
Résumé de théorie et Module 2 : Transport et Logistique
guide de travaux pratiques Version 1.1 juillet 2005

Cela nous donne les résultats suivants :

Référence CA F/S CA 0.75 0.25 0.75 F/S + % Classement


corrigé F/S CA 0.25 CA
corrigé corrigé
A 85 800 761.6 600 190.4 790.4 22.94 2
B 35 600 333.2 450 83.3 533.3 15.48 4
C 75 1 000 714 750 178.5 928.5 26.94 1
D 105 600 1 000 450 250 700 20.31 3
E 60 500 476 375 119 494 14.33 5

4. Les indicateurs

Le responsable de la préparation des commandes pourra suivre un certain nombre


d'indicateurs de performance, qu'il réalisera lui-même ou qu'il fera réaliser par le
service administratif. Le type et le nombre d'indicateurs sont variables. Citons ceux
utilisés le plus souvent dans les entreprises

Les indicateurs généraux d'activité

- nombre de commandes / jour,


- nombre de tonnes / jour,
- nombre de colis / jour,
- nombre de lignes / jour,
- nombre de ruptures / jour,
- nombre d'erreurs / jour.

Les indicateurs de performance

- nombre de commandes / préparateur,


- nombre de tonnes / préparateur,
- nombre de colis / préparateur,
- nombre de lignes / préparateur,
- nombre d'erreurs / préparateur.

Les indicateurs de taux de service

C'est le nombre de commandes satisfaites dans les délais rapporté au nombre de


commandes à traiter dans la journée.

Les indicateurs liés au personnel

- l'absentéisme,
- le recours à l'emploi intérimaire.

Les indicateurs liés à la sécurité

- Nombre d'accidents et d'incidents sur une période.

OFPPT/DRIF 158
Résumé de théorie et Module 2 : Transport et Logistique
guide de travaux pratiques Version 1.1 juillet 2005

Le responsable de la préparation des commandes fera un choix judicieux parmi


l'ensemble des indicateurs pour n'en conserver que 4 ou 5 significatifs de son
activité.

Ensuite, dans les indicateurs de performance liés aux opérateurs, il devra discerner
la justesse de la valeur enregistrée. En effet, un préparateur qui réalise une
commande par heure représentant 2 tonnes de marchandises n'est pas forcément
moins performant que celui qui totalise 15 commandes par heure pour 1,5 tonnes de
marchandises.

5. Les erreurs de préparation des commandes et leurs conséquences

Tout au long de sa journée de travail, le préparateur de commandes est exposé à


commettre un certain nombre d'erreurs.

5.1 Les erreurs de préparation des commandes

L'origine de ces erreurs peut être :

- l'inattention et la précipitation,
- une charge de travail trop importante,
- un mauvais éclairage du lieu de préparation.

Les différents types d'erreurs peuvent se classer sous deux rubriques qui sont : en
premier lieu, les erreurs de quantité, et ensuite, les erreurs de qualité.

On appelle erreur de quantité une erreur entraînant soit un excédent, soit un


manquant par rapport à la quantité devant être servie.

Ces manquants, ou excédents, s'ils ne sont pas détectés dans le magasin (service
contrôle), seront signalés par le destinataire (principalement les manquants).

Les erreurs de qualité sont en revanche une interversion de marchandises. Ces


erreurs se rencontrent généralement lorsque le cariste, approvisionneur du stock,
commet une erreur de placement d'un produit dans la zone de distribution.

Il en découle généralement un prélèvement erroné, le préparateur se référant


souvent seulement à l'emplacement de stockage (d'où la nécessité d'identifier le
produit).

Dans les deux cas, ces erreurs entraînent une désorganisation du service et par voie
de conséquence un mécontentement de la clientèle.

5.2 Les conséquences des erreurs de préparation

Ces erreurs ont une incidence sur deux plans :


- l'aspect matériel,
- l'aspect commercial.

OFPPT/DRIF 159
Résumé de théorie et Module 2 : Transport et Logistique
guide de travaux pratiques Version 1.1 juillet 2005

Ces deux notions impliquent bien entendu des répercussions financières importantes
pour l'entreprise, mais aussi pour le client.

Sur le plan matériel, cela se traduit par : des prises et déposes inutiles, des risques
de casse lors des manipulations, des déplacements inutiles, des sources d'erreurs
lors de la remise en place au stock de marchandises erronées, et enfin des travaux
administratifs supplémentaires.

Sur le plan commercial, il y a des risques de mécontentement du client, une certaine


détérioration de l'image de marque de l'entreprise. Par ailleurs, la répétition d'erreur
est souvent une source de contestation permanente ; à long terme, cela peut se
traduire par une perte de clientèle.

Tout cela entraîne donc des frais très importants qu'il n'est possible d'évaluer que
dans chaque cas particulier. Toutefois, pour avoir une idée plus précise, prenons
l'exemple d'un entrepôt de distribution alimentaire de caractéristiques suivantes :

- superficie de l'entrepôt : environ 1 730 m2, - nombre d'erreurs/jour : environ 24,


- poids des erreurs : 690 kg pour une moyenne de 70 t/jour préparées (soit environ
1 %),
- service contrôle de préparation existant.

Partant du principe que les erreurs sont décelées au service contrôle de l'entreprise,
les coûts représentés par les erreurs de préparation, dans ce cas précis, ont été
évalués par

• semaine 100,00 €
• mois 430,00 €
• année 5 200,00 €

En conséquence de ce bilan, le préparateur des commandes devra être très vigilant,


bien respecter les consignes de travail. Pour cela, il devra méthodiquement lire
attentivement le bordereau de préparation, repérer l'emplacement de stockage,
reconnaître le produit à prélever, sortir les marchandises en quantités demandées, et
pointer le bordereau lorsque la marchandises a été déposée sur le support de
préparation, en s'auto contrôlant lui-même.

C'est à cette seule condition que sera, non pas supprimé, mais réduit, le nombre des
erreurs de préparation.

OFPPT/DRIF 160
Résumé de théorie et Module 2 : Transport et Logistique
guide de travaux pratiques Version 1.1 juillet 2005

CHAPITRE 5 – LA GESTION DES FLUX D’INFORMATION


LOGISTIQUE

I. LA LOGISTIQUE ET LES SYSTEMES D’INFORMATION

La logistique bénéficie aujourd'hui de toutes les avancées liées aux développements


informatiques et surtout, puisqu'il s'agit de traiter une chaîne d'interfaces, des
progrès des technologies des systèmes de traitement de l'information. Les outils
disponibles dépendent naturellement du type de distribution et de la nature des
produits, mais les tendances actuelles touchent toutes les branches.

1. Les réseaux d'informations

Les plus récents développements technologiques concernent les réseaux


d'informations externes et internes regroupés sous le vocable EDI (échange de
données informatisé). On peut assez facilement imaginer les potentialités en termes
de rapidité d'échanges et de stockage qu'offrent de tels systèmes : toute
consommation à un maillon quelconque de la chaîne ou toute variation de stocks
peuvent être connues en temps réel dans tous les autres maillons, et cela grâce à de
tels systèmes, aujourd'hui fiables et de moins en moins onéreux.

2. Les logiciels de gestion des systèmes d’information

De nouveaux logiciels de gestion des systèmes d'information se sont développés sur


ces bases : ce sont les EIS (Entreprise Information Systems). A partir de ces
systèmes et d'autres systèmes connexes de programmation de la chaîne
d'approvisionnement, on trouve les nouveaux logiciels ERP (Entreprise Resources
Planning) qui connaissent aujourd'hui un développement important. Sur ces logiciels
peuvent venir se greffer de nombreuses applications informatiques liées aux
nouvelles données de la logistique, les APS , qui sont des outils d'aide à la décision
et d'optimisation des opérations de planification, de distribution et de stockage.

Les logiciels ont évolué à une vitesse importante au cours des dernières années. Il y
a de nouveaux outils de DRP (planification des besoins de distribution), de MRP
(planification des besoins matières), de gestion des activités d'entreposage et des
logiciels intégrés de logistique.

Par ailleurs lorsque l'on compare les attentes des utilisateurs avec l'évolution des
outils logiciels disponibles, on constate comme l'a fait APIC au cours d'un sondage
récent que l'écart entre les attentes et les produits disponibles s'est accru au cours
de la dernière décennie. On peut donc s'attendre à un certain rattrapage dans ces
domaines. Et cela ne fera qu'accentuer la vitesse d'évolution des outils disponibles
au cours des dix prochaines années.

OFPPT/DRIF 161
Résumé de théorie et Module 2 : Transport et Logistique
guide de travaux pratiques Version 1.1 juillet 2005

L'évolution des technologies de communication a marqué les dernières années. Des


outils comme l'échange électronique de données (EDI), à l'utilisation accrue de
codes à barres dans les dernières années. Il s’agit des outils informatiques de clients
serveur. Il y a aussi la technologie de communication par radio-fréquence qui fait des
percées dans le domaine de l'entreposage et du contrôle des inventaires.

L'évolution des technologies de communication viendra supporter l'évolution des


ententes de partenariat entre compagnies. Dernièrement en Suède, un distributeur
de produits de quincaillerie qui fournissait à ses clients comme Volvo des terminaux
avec un accès direct sur les inventaires disponibles chez ses principaux
fournisseurs. Ce sont là des exemples concrets d'échanges d'information à trois
niveaux qui ont un impact majeur sur les activités de distribution.

On voit de plus en plus de distributeurs comme qui rendent l'information sur les
ventes au niveau de chaque point de vente disponible à un certain nombre de leurs
fournisseurs manufacturiers. Cette information sert de base aux prévisions des
ventes des fournisseurs.

La frontière des contraintes se trouve ainsi aujourd'hui modifiée : l'information et sa


transmission rapide ne sont plus théoriquement des obstacles. Ce qui va limiter les
performances de ces systèmes, ce sont les exigences de fiabilité et la cohérence
entre ces systèmes d'information qui ont été développés et les logiques sectorielles,
fonctionnelles ou géographiques. Leur juxtaposition limite ainsi la capacité intégrative
de la logistique. A cela s'ajoutent les restructurations et les réorganisations internes
nécessaires à chacune des entités gestionnaires de chaque maillon de la chaîne,
entités dont les objectifs en termes de coûts, délais, réactivité et sécurité peuvent
naturellement être antagonistes.

Gestion Partagée des


G.P.A
Approvisionnements Démarches
D.R. Distribution Resource Planning

E.R.P Entreprise Ressource Planning


Systèmes d’information
A.P.S Advanced Planning System

E.D.I Echange de données informatisées


Moteurs
Internet Echange de données via le net

La G.P.A. (Gestion Partagée des Approvisionnements) est un réapprovisionnement


en continu pilotée par le fournisseur à partir des données des sorties d’entrepôt ou
des lignes de caisses.

La mise en route de la G.P.A. comprend trois étapes :


1) Généralisation de l’EDI (échange de données informatisées) pour échanger une
information compatible.
2) Récupération des données en sortie d’entrepôt ou de caisse.
3) La gestion des approvisionnements est confiée au fournisseur qui va livrer en
flux tirés par la demande en respectant les niveaux de stocks fixés par le client.

OFPPT/DRIF 162

www.cours-ofppt.com
Résumé de théorie et Module 2 : Transport et Logistique
guide de travaux pratiques Version 1.1 juillet 2005

3. Les codes à barres :

C'est depuis 1976 que cette technique est apparue sur le marché français. Notons
que ce système de saisie de données connaît un essor spectaculaire dans de
nombreux secteurs d'activité.

Le code à barres n'est en fait que la partie visible d'une technologie de pointe
destinée à améliorer la fiabilité de la saisie des données, donc du traitement de
l'information.

Le code étant imprimé, sa lecture exige un équipement dont le coût est encore un
frein à l'utilisation de cette technologie. L'utilisation des crayons lecteurs par exemple
peuvent être portables ou à poste fixe, de même que les lecteurs laser.

Ces systèmes présentent de nombreux avantages lors de la saisie des informations.


D'abord celui de la facilité, puisque l'opérateur n'a pas besoin d'une formation
spécifique, celui surtout de la précision et de la fiabilité, le risque de substitution étant
de un pour plusieurs millions de caractères lus.

L'identification automatique par codes à barres est une technique qui permet de
coder les informations de telle sorte qu'elles puissent être lues rapidement et traitées
par un ordinateur sans aucun risque d'erreur humaine et avec une grande rapidité.

L'identification automatique par codes à barres permet donc :

- un suivi instantané et précis des événements concernant les produits,


documents, plans, composants, sous-ensembles, personnes, etc.,
- la suppression quasi totale des erreurs de saisie,
- la réduction à sa plus simple expression des temps perdus pour introduire et
vérifier des informations dans un système informatique,
- la connaissance précise et instantanée de ce qui se passe sur une ligne de
production, de tri, de stockage, etc.,
- le suivi précis et rapide des stocks,
- l'élimination et/ou le suivi des défauts et l'accroissement de la qualité,
- l'optimisation des surfaces de stockage,
- l'introduction de nouveaux automatismes où la machine doit reconnaître les
produits, outils, composants, etc. instantanément et avec précision.

Les exemples de codes les plus répandus sont :

- le code 39,
- le code Monarch,
- le code 2 parmi S,
- le code 2 parmi 5 entrelacé,
- le code EAN /Gencod).

L'article portant le code suivant a été identifié selon les règles préconisées par le
Gencod, un des systèmes les plus répandus.

OFPPT/DRIF 163
Résumé de théorie et Module 2 : Transport et Logistique
guide de travaux pratiques Version 1.1 juillet 2005

II. LA LOGISTIQUE ET LES NOUVELLES TECHNOLOGIES

La logistique est souvent définie comme « technologie de maîtrise des flux physiques
de marchandises et d’informations associées que les entreprises expédient,
transfèrent et reçoivent »; le terme de « technologie » incluant des techniques
(moyens matériels), mais aussi des savoirs et pratiques organisationnelles

En fait, le pilotage des flux mobilise un complexe de technologies : des technologies


plus particulièrement centrées sur la gestion des flux physiques, d’autres sur la
gestion des flux d’information associés.

Le couplage de ces deux catégories de technologies dans un espace organisationnel


multi-acteurs fait partie des compétences-clés de la logistique.

Pour rendre compte de la place centrale occupée aujourd’hui par la circulation de


l’information au sein d’une démarche logistique un bref rappel historique est
nécessaire.

En effet c’est progressivement que l’attention s’est portée vers le système


d’information. C’est d’abord le flux de marchandises qui a retenu l’attention des
logisticiens. La logistique a fait l'objet d'une réflexion approfondie dans les
entreprises au début des années 1970.

Kolb désigne, alors, la logistique comme une approche globale des problèmes posés
par l'organisation et la conduite des opérations de transport, de manutention et de
stockage permettant l'écoulement de flux de marchandises engendrées par les
activités d'une entreprise.

OFPPT/DRIF 164
Résumé de théorie et Module 2 : Transport et Logistique
guide de travaux pratiques Version 1.1 juillet 2005

Son sens s'est rapidement élargi pour inclure la programmation des opérations de
production de façon à assurer une gestion optimisée des flux de produits permettant
au mieux de satisfaire la demande des clients.
C'est à une nouvelle approche de l'entreprise que nous convie la logistique en
portant une attention toute particulière à la circulation des produits en privilégiant le
pilotage par l'aval. Mais rapidement cette attention au flux des produits va amener les
chercheurs et les praticiens à investir la boite noire qui commande ces flux à savoir
le système d'information. Ainsi, par la suite, la logistique va devenir une technologie
de la maîtrise de la circulation physique des marchandises, qui pour réaliser ses
deux priorités de réduction des coûts et d'optimisation des niveaux de service,
associe en un double mouvement un flux de marchandise régulé d'aval en amont par
un flux d'informations. A partir des années 1990 la logistique parvient en phase de
maturité, elle devient technologie de la maîtrise des flux d’information et de
marchandise. Dans cette définition, les flux d’information deviennent premiers par
rapport aux flux de marchandise.
En effet la logistique privilégie la transversalité intra-organisationnelle et inter-
organisationnelle, et pour faire face aux turbulences de l’environnement, elle
recherche l’adhésion de tous les acteurs. Ainsi poursuit Jacques Colin: « Les
systèmes d’information et de communication logistiques prennent une ampleur
considérable : en s’assurant de la maîtrise des interfaces entre acteurs, ils autorisent
de multiples transactions qui conduisent leur intégration au sein d’un même
processus. » :
• la synchronisation des flux physiques et informationnels est reconnu comme le
principe de base du processus logistique,
• c'est le flux d'information qui permet de piloter au sens large le flux physique,
• la maîtrise du système d'information devient un enjeu majeur pour la démarche
logistique. Ainsi les progrès des systèmes d'information et de communication
logistiques vont largement contribuer à l'évolution de la démarche logistique
elle-même.
De nombreuses innovations logistiques telles que les flux tendus, le juste à temps,
les circuits courts ont été permises par l'accélération et la fiabilisation des circuits
informationnels grâce notamment à l'introduction d'innovations technologiques.
Cette attention portée au système d'information dans son ensemble a attribué une
place privilégiée à la circulation de l'information précise Nathalie Fabbe-Coste:
« L'échange d'information entre des unités qui représente la possibilité de faire
circuler et de diffuser l'information au sein d'une organisation est une fonctionnalité
qui prend une place grandissante en logistique puisqu'elle est nécessaire pour
déclencher automatiquement des opérations, pour coordonner les intervenants ou
suivre à distance le déroulement des opérations. De la vitesse souhaitée par le flux
physique et de principes de pilotage physique adoptés découlent des attentes en
matière de vitesse, de traitement et d'échange d'information ainsi qu'en matière
d’actualité et de précisions des informations mises à disposition. »
Les nouvelles technologies de l'information via le développement de l'informatique et
des réseaux de communication sont les moteurs puissants du développement de la
logistique. Il s’agit alors de concevoir le système d’information logistique. Mais de

OFPPT/DRIF 165
Résumé de théorie et Module 2 : Transport et Logistique
guide de travaux pratiques Version 1.1 juillet 2005

quelle information s'agit-il? Quelle est la nature de l’information circulante entre les
agents dans un processus logistique ?
Une information qui tend à une certaine perfection ; elle est accessible, stockable,
fiable, précise, diffusable...Dans tous les cas une information objective qui a des
caractéristiques quasi-physiques puisqu’elle doit permettre la mise en route
automatique des opérations. Il y a une transposition en logistique entre la façon
d’aborder d’une part les flux physiques et d’autre part les flux informationnels. Les
technologies actuelles de l'informatique permettent de tendre le flux d'information
comme l'on cherche à tendre le flux physique en évitant les ruptures de charges
informationnelles entre les différents acteurs. Un outil important dans la panoplie du
logisticien comme le Kanban repose entièrement sur un système de carte de couleur
qui est de fait un système d’information à même d'intégrer et de synchroniser
adéquatement les transactions entre les différentes entités.

III. LES TENDANCES MODERNES EN LOGISTIQUE

Si les investissements en technologies physiques (moyens de transport, systèmes


de manutention, de stockage, etc.) ont dominé la décennie 1980, ce sont plutôt les
technologies « informationnelles » qui ont marqué les années 1990. Au-delà de ces
effets de « mode », remarquons que tout changement d’organisation logistique
d’envergure au plan physique s’accompagne d’un profond changement du système
d'information et de communication associé, et réciproquement.

Or une des caractéristiques de la logistique, depuis le début des années 1980, est sa
capacité à assimiler des technologiques « nouvelles » et surtout à composer des
systèmes technologiques originaux. C’est d’ailleurs dans l’assemblage et
l’agencement de technologies hétérogènes que la logistique apparaît « innovante ».

Toutes les innovations technologiques ont donc joué un rôle moteur dans le
développement des dispositifs logistiques actuels. La logistique, qui appelle une
perspective globale du pilotage des flux, suppose néanmoins la cohérence des
technologies entre elles et l’intégration organisationnelle des technologies mises en
œuvre, à la fois intra et inter-entreprises.

1. L’externalisation

L'externalisation de la logistique a débuté dans les années 1970, période à laquelle


les entreprises industrielles et commerciales ont commencé à sous-traiter le
transport. Dans les années 1980, certaines entreprises ont étendu ces pratiques à
l'entreposage, puis à des opérations plus complexes telles que la préparation de
commandes, le passage en plate-forme avec éclatement (cross-docking),
l'approvisionnement en juste à temps d'usines... Avec les années 1990, ce sont des
parties complètes de certaines chaînes logistiques qui ont été externalisées,
certaines entreprises allant jusqu’à confier à des prestataires l’ensemble de leurs flux
physiques sur la base d’un cahier des charges. Ce mouvement d'externalisation des
opérations logistiques, voire de processus logistiques (par exemple la logistique de
distribution), de la part des sociétés industrielles et commerciales est une tendance
lourde même si des réintégrations ne sont pas à exclure.

OFPPT/DRIF 166
Résumé de théorie et Module 2 : Transport et Logistique
guide de travaux pratiques Version 1.1 juillet 2005

Le véritable défi de la fonction logistique est de préparer et faire fonctionner tous les
éléments du système de distribution de telle sorte que chacun contribue le maximum
aux bénéfices et à la rentabilité de l'entreprise tout en contribuant comme partenaire
de la chaîne de distribution à en minimiser les coûts totaux.

2. La réduction des coûts de production

Dans cette présentation de la logistique, on a mis beaucoup d'emphase sur la


gestion des coûts de distribution. Qu'en est-il des tendances dans ces coûts?

Des études récentes ont démontré que le ratio coût de logistique / profit brut a
presque doublé depuis 15 ans.

Les coûts logistiques représentent plus de 25% du PNB américain aujourd'hui et


représenteront plus de 30% du PNB au cours de la prochaine décennie.

Dans l'ensemble, la logistique coûte de plus en plus cher aux entreprises et aux
consommateurs.

Il est intéressant de noter par ailleurs que des études américaines de 1995 ont
démontré que les entreprises performantes ont des coûts logistiques de 36%
inférieurs à la moyenne. Cela est encourageant et donne la voie à suivre.

Une autre tendance encourageante reliée aux coûts de distribution est la volonté
d'un nombre croissant d'entreprises de gérer l'ensemble des coûts reliés à
l'acquisition et de rechercher le plus bas coût total et non simplement le plus bas coût
d'acquisition.

CES TENDANCES OBSERVÉES RENFORCENT LA POSITION DE LA


LOGISTIQUE

Qu'est ce qui fait que la logistique reprend de l'importance et cela à une vitesse
impressionnante ?

D'abord, on doit parler du client. Ce n'est pas un hasard que les coûts de la
logistique ont progressé et continuent de le faire à une vitesse vertigineuse. Le client
veut plus : plus de service, plus de disponibilité, plus de qualité, plus de choix.

Les entreprises, pour leur part, découvrent de plus en plus que la logistique peut
apporter un avantage compétitif. Certaines entreprises de messagerie, par exemple,
se sont démarquées en offrant un service 24 heures partout au Canada ou aux
États-Unis. Elles ont redéfini les normes d'aujourd'hui.

La globalisation des marchés et l'abolition des frontières mondiales forcent les


entreprises à repenser leur distribution.

La venue de nouvelles approches et de nouvelles façons de voir avec la réingénierie


de processus ont contribué au renforcement de la fonction logistique.

OFPPT/DRIF 167
Résumé de théorie et Module 2 : Transport et Logistique
guide de travaux pratiques Version 1.1 juillet 2005

La réingénierie force l'abolition des frontières à l'intérieur de l'entreprise et même au


delà de l'entreprise. C'est ainsi que l'on a vu des entreprises comme Ford payer ses
fournisseurs en fonction de la marchandise reçue et non en fonction de factures. On
a vu des entreprises comme Wal-Mart laisser à certains fournisseurs de produits
volumineux le soin de gérer le réapprovisionnement des magasins.

L'augmentation des coûts logistiques est un autre facteur qui contribue à sa façon à
l'essor de la fonction logistique. Même si certains des coûts sont cachés, ils
deviennent apparents à la longue, au fur et à mesure de leur croissance. Et avec les
pressions sur les marges, les entreprises doivent tenir compte de ces coûts et tenter
de mieux les gérer.

L'évolution et la diffusion de concept comme celui de la chaîne d'approvisionnement


aide les entreprises et leurs gestionnaires à penser logistique sans frontière. Le
concept veut que l'on regarde l'ensemble des coûts et des activités de distribution de
la source primaire jusqu'au consommateur. Cette pensée a toujours fait partie de la
vision de la logistique, mais sa diffusion auprès des gestionnaires a favorisé une
sensibilisation accrue qui contribue à l'essor de la logistique.

D'ailleurs, plus les gestionnaires sont formés dans l'entreprise, plus grande est la
compréhension de l'importance de la logistique comme outil pour améliorer le service
aux clients tout en minimisant les coûts.

Les changements au niveau de la législation ont aussi forcé les entreprises à


repenser certaines activités de distribution. Ainsi, la déréglementation du transport au
Canada a modifié les règles du jeu. Les coûts moyens du transport ont diminué. Cela
a rendu le transport plus attrayant comme alternative à l'entreposage.

Finalement, on doit reconnaître que les évolutions technologiques contribuent à faire


évoluer la logistique en ouvrant de nouvelles avenues. Il suffit de penser à l'impact
de l'échange électronique des données (EDI), aux utilisations possibles des codes à
barres et de nouvelles technologies comme la radio-fréquence pour voir les
possibilités qu'offrent les nouvelles technologies pour propulser les efforts et les
résultats qui peuvent être engendrés par l'utilisation sage de la logistique dans les
entreprises.

Alors, si l'on veut bien reconnaître que la logistique prend de plus en plus
d'importance dans les entreprises, on peut certainement s'interroger sur les grands
facteurs ou tendances qui marquent cette fonction.

3. La satisfaction client

Presque toutes les tendances modernes en gestion nous ramènent à ce point


fondamental. L'entreprise n'existe que pour satisfaire les besoins du client.
L'entreprise qui ne satisfait pas les besoins du client n'existera pas longtemps.

La plupart des outils modernes de gestion forcent les entreprises à retourner à leur
client et à s'interroger sur les attentes du client. Il ne faut pas chercher longtemps
dans les livres de Kaizen ou d'amélioration continue ou dans les écrits sur le "Quick

OFPPT/DRIF 168
Résumé de théorie et Module 2 : Transport et Logistique
guide de travaux pratiques Version 1.1 juillet 2005

response" ou sur le "efficient customer response ECR" (qui devient la base du travail
dans l'industrie alimentaire mondiale) pour y lire le mot client.

Les nouvelles approches "qualité" que l'on parle de l'essort des normes ISO ou de
Malcom Baldrige lorsqu'elles sont bien appliquées forcent à retourner aux attentes
clients pour s'assurer que l'on satisfait ses demandes de façon constante.

Les attentes du client ont aussi évolué. Le client veut plus. Plus de produits, de
disponibilités, de service de livraison, de variété et de qualité. Il faudra savoir y
répondre.

4. La globalisation des marchés

Certainement, la mondialisation des marchés est une tendance majeure qui affecte
de façon significative la logistique. On peut y voir des défis avec de nouveaux
compétiteurs sur les marchés. On peut y voir des opportunités de pénétrer de
nouveaux marchés. Une chose est certaine. On est appelé à repenser nos systèmes
de distribution à la lumière de cette globalisation.

Pourquoi des entreprises comme RoNa Dismat et Val Royal au Québec ont elles
ouvert des méga-centres de distribution de produits de quincaillerie? C'est d'abord et
avant tout parce que ces entreprises savaient que l'ouverture des frontières
amènerait des nouveaux compétiteurs des États-Unis et de l'Europe et que ces
compétiteurs arriveraient avec des concepts de méga-centres de distribution.
La globalisation force donc les entreprises à repenser leurs stratégies d'affaires et
cela a un impact direct sur les choix logistiques.

5. Le partenariat

Le terme partenariat a peut-être été utilisé à tort et à travers au cours des derniers
mois. Il n'en demeure pas moins que la notion de partenariat ou d'entreprise réseau
représente une réalité croissante qui présente des opportunités logistiques des plus
importantes. C’est même une des tendances qui risque le plus d'évoluer au cours
des prochaines années. C'est une réserve d'opportunités extraordinaires encore
nettement sous-exploitées. Le partenariat, c'est l'abolition graduelle des frontières
entre les entreprises dans la recherche d'une logistique plus efficace.

6. L’évolution des technologies de manutention

L'évolution des technologies de manutention continue. Des technologies comme les


véhicules autoguidés dans les entrepôts de même que les technologies de systèmes
de gestion automatisés des entrées et sorties de stock (AS/RS) ont été implantées
dans un nombre croissant d'entrepôts au Canada et en Amérique du Nord.

Les carrousels et les chariots porteurs ont continué d'évoluer même si l'on ne peut
pas parler de révolution en ces domaines.

7. L'augmentation de la flexibilité des services offerts

OFPPT/DRIF 169

www.cours-ofppt.com
Résumé de théorie et Module 2 : Transport et Logistique
guide de travaux pratiques Version 1.1 juillet 2005

L'augmentation de la flexibilité des services offerts marque certainement une autre


tendance importante en logistique. De plus en plus d'entreprises se servent de la
logistique pour se différencier.
C'est ainsi que l'on a vu Distribution aux Consommateurs, DAC, une entreprise qui
avait une mauvaise réputation quant à la disponibilité de ses inventaires mettre de
l'avant toute une campagne publicitaire où DAC s'engage à avoir les produits
commandés en inventaire immédiatement sinon il effectuera la livraison sans frais
directement chez le consommateur. Parlez-moi d'un impact sur la logistique.
Dans le monde des messageries, on a vu Federal Express s'engager à distribuer des
colis partout en Amérique du Nord en moins de 24 heures. Ils se sont démarqués de
leurs compétiteurs et ont établi de nouvelles normes pour l'industrie.
Même les distributeurs de pizzas à domicile s'engagent à nous livrer en dedans de
20 minutes sinon c'est gratuit.

On voit de plus en plus de magasins de grandes surfaces qui se distinguent par la


variété des produits offerts.

Certaines entreprises commencent à offrir des services différenciés à leurs clients.


Dans le domaine des pièces automobiles dans la région de Montréal par exemple,
on voit des entreprises offrir deux livraisons par jour à certains clients. On offre aussi
des services 24 heures et on offre des services au comptoir avec préparation de la
commande dans un délai de vingt minutes.

ON DÉVELOPPE DES STRUCTURES DE PRIX QUI REFLÈTENT LE SERVICE


OFFERT.

En même temps que les entreprises offrent de la flexibilité dans les services offerts,
on remarque que certaines entreprises ont des structures de prix qui reflètent les
niveaux de service offerts. Ainsi, chez certains distributeurs de pièces automobiles,
on chargera un supplément pour les commandes au comptoir.

Chez un important distributeur alimentaire en France, certains entrepôts régionaux


du groupe ont commencé à facturer les clients pour les ajouts de dernière minute sur
les commandes. D'autres régions du même groupe n'ont pas de frais
supplémentaires pour ce service. Il est intéressant de noter que la proportion des
commandes avec ajout de dernière minute est six fois plus importante dans les
régions qui n'ont pas de structure de coûts en conséquence. Tout directeur
d'entrepôt peut voir l'impact de telles mesures sur l'efficacité du travail.

Les approches de prix de revient par activité aideront d'autres entreprises à bien
connaître les coûts des divers services offerts et on ne se surprendra pas de voir les
structures de prix refléter les niveaux de service offerts.

L’importance de la fonction logistique :

On voit de plus en plus de formation se donner au sein des entreprises sur les
notions de logistique et sur les façons d'en tirer avantage. D'ailleurs, les entreprises
recrutent de plus en plus de jeunes gestionnaires avec des formations en logistique.

OFPPT/DRIF 170
Résumé de théorie et Module 2 : Transport et Logistique
guide de travaux pratiques Version 1.1 juillet 2005

Et, heureusement, les entreprises font de plus en plus appel à de bons conseillers en
logistique et elles y trouvent leur compte...

Déstabilisée dans ses flux amont comme dans ses flux aval, sollicitée par des
transformations profondes de son environnement direct, la logistique se recompose
dans un cadre complètement nouveau. Cette dynamique de changements devrait
continuer à moyen terme car la logistique ne restera pas à l'abri des impacts d'une
contraction progressive des délais de livraison, d'une intégration géographique de
plus en plus forte de l'Europe ou encore d'une recherche d'une meilleure productivité
dans l'organisation de la distribution capillaire de détail, en particulier en milieu
urbain. Ces évolutions répétitives ne sont pas sans incidences sur le métier même
de logisticien. A l'origine très centré sur l'opérationnel et l'exploitation journalière, il
confie ces tâches aujourd'hui aux professionnels de la prestation logistique et devient
pilote de flux, concepteur de systèmes et gestionnaire de projets complexes.

Les enjeux de ce pilote deviennent considérables au niveau européen comme au


niveau national. Ainsi, la nouvelle logistique va constituer une discipline
particulièrement difficile à gérer. Elle devient la science des compromis dans des
environnements à objectifs souvent contradictoires : compromis entre des soucis de
regroupements liés aux économies d'échelle et les besoins de présence de proximité
imposés par le client, compromis entre les gains liés à la taille des livraisons et le
souci du juste à temps entraînant distribution par quantités de plus en plus limitées et
fréquentes, compromis entre le souci de standardisation des produits et la diversité
liée aux goûts des consommateurs surtout à l'échelle européenne, compromis entre
des niveaux de stocks de plus en plus faibles, des moyens de transport de plus en
plus importants et des réglementations européennes de plus en plus contraignantes,
enfin compromis organisationnel, la chaîne logistique globale imposant
harmonisation, compréhension et cohérence aux différents maillons, dont les
objectifs furent et demeurent encore souvent intrinsèquement opposés.

OFPPT/DRIF 171
Résumé de théorie et Module 2 : Transport et Logistique
guide de travaux pratiques Version 1.1 juillet 2005

Module 2 : Transport et logistique


GUIDE DE TRAVAUX PRATIQUES

OFPPT/DRIF 172
Résumé de théorie et Module 2 : Transport et Logistique
guide de travaux pratiques Version 1.1 juillet 2005

TP 1 : QCM

1. Objectif visé :

- Tester ses connaissances en logistique

2. Durée du TP :

- 30 minutes.

3. Matériel (Équipement et matière d’œuvre) par stagiaire :


- Crayon.
- Papier.

4. Description du TP :

Questionnaire à choix multiples.

5. Déroulement du TP :

Cocher la bonne réponse pour chaque question.

OFPPT/DRIF 173
Résumé de théorie et Module 2 : Transport et Logistique
guide de travaux pratiques Version 1.1 juillet 2005

1) La logistique, ce n’est pas seulement :

A - des entrepôts, des véhicules et des stocks


B - une optimisation des flux de produits et d’information
C - une démarche marketing et qualité

2) La démarche logistique, c’est la coordination de certaines opérations :

A - de la conception du produit à la consommation


B - de l’achat des matières premières à la vente au client
C - de la fin de la fabrication à la remise au transporteur

3) La « supply chain » :

A - tient compte de la stratégie de l’entreprise et des besoins du client


B - une chaîne de moyens matériels logistiques qui assurent les flux
de marchandises
C - un ensemble composé d’élément au sein d’un processus de
production

4) En logistique, un ERP est :

A - un Etablissement Recevant du Public


B - Efficient Reliable Process
C - Entreprise Ressources Planning

5) Les fonctions d’un entrepôt sont :

A - le transport amont, l’entreposage et le transport aval


B - la réception et le stockage des marchandises, la préparation des
commandes et l’expédition
C - 0 défaut, 0 erreur, 0 délai, 0 papier, 0 panne

6) Lorsqu’une pièce détachée vient à manquer dans une usine, le coût de cet
incident correspond :

A - à la valeur de la pièce
B - au coût de l’arrêt de la production occasionné
C - au coût de remplacement de cette pièce

OFPPT/DRIF 174
Résumé de théorie et Module 2 : Transport et Logistique
guide de travaux pratiques Version 1.1 juillet 2005

7) Les techniques du juste à temps, du fait de la suppression des stocks,


permettent :

A - de supprimer la logistique
B - d’intégrer la logistique amont et aval pour optimiser les temps de
manutention
C - de réduire les coût associés au stockage

8) Pour le logisticien, quelle est la meilleure garantie contre la rupture de stock ? :

A - un stock de sécurité confortable


B - une bonne information en provenance des services commerciaux
C - une usine aux capacités de production surdimensionnées

9) Le plus grand port du monde est le port de :

A - Rotterdam
B - Dubaï
C - Marseille

10) Le plus grand aéroport du monde est celui de :

A - Jeddah
B - New York
C - Francfort

OFPPT/DRIF 175
Résumé de théorie et Module 2 : Transport et Logistique
guide de travaux pratiques Version 1.1 juillet 2005

CORRIGE TP 1 :

1) La logistique, ce n’est pas seulement :


REPONSE A « des entrepôts, des véhicules et des stocks »

2) La démarche logistique, c’est la coordination de certaines opérations :


REPONSE A « de la conception du produit à la consommation »

3) La « supply chain » :
REPONSE B « une chaîne de moyens matériels logistiques qui assurent les
flux de marchandises »

4) En logistique, un ERP est :


REPONSE C « Entreprise Ressources Planning »

5) Les fonctions d’un entrepôt sont :


REPONSE B « la réception et le stockage des marchandises, la préparation
des commandes et l’expédition »

6) Lorsqu’une pièce détachée vient à manquer dans une usine, le coût de cet
incident correspond :

REPONSE B « au coût de l’arrêt de la production occasionné »

7) Les techniques du juste à temps, du fait de la suppression des stocks,


permettent :
REPONSE C « de réduire les coût associés au stockage »

8) Pour le logisticien, quelle est la meilleure garantie contre la rupture de stock ? :


REPONSE B « une bonne information en provenance des services
commerciaux »

9) Le plus grand port du monde est le port de :


REPONSE A « Rotterdam »

10) Le plus grand aéroport du monde est celui de :


REPONSE A « Jeddah »

OFPPT/DRIF 176

www.cours-ofppt.com
Résumé de théorie et Module 2 : Transport et Logistique
guide de travaux pratiques Version 1.1 juillet 2005

TP 2 : LES MOYENS ET LES CONVENTIONS DE TRANSPORT

1. Objectifs visés :

- Identifier les types de matériels de transport et de logistique.


- Citer l’objet et le domaine d’application des conventions régissant le
transport.

2. Durée du TP :

- 1 heure

3. Matériel (Équipement et matière d’œuvre) par stagiaire :

- Crayon.
- Papier.

4. Description du TP :

- Identifier différents types de matériels de transport et de la logistique et leurs


domaines d’application.
- Rappeler l’objet et le champ d’application de chacune des conventions
citées.

5. Déroulement du TP :

- Remplir correctement les tableaux et compléter le schéma suivants.

OFPPT/DRIF 177
Résumé de théorie et Module 2 : Transport et Logistique
guide de travaux pratiques Version 1.1 juillet 2005

Tableau 1

Désignation Produits transportés

OFPPT/DRIF 178
Résumé de théorie et Module 2 : Transport et Logistique
guide de travaux pratiques Version 1.1 juillet 2005

Schéma

1 2 3 4

1 3

OFPPT/DRIF 179
Résumé de théorie et Module 2 : Transport et Logistique
guide de travaux pratiques Version 1.1 juillet 2005

Tableau 2

Domaine
Convention Objet
d’application

VARSOVIE

ADR

ATP

TIR

OFPPT/DRIF 180
Résumé de théorie et Module 2 : Transport et Logistique
guide de travaux pratiques Version 1.1 juillet 2005

CORRIGE TP 2 :

Tableau 1
Désignation Produits transportés

Vraquier liquide GAZ : GNL

Marchandises
Vraquier
en vrac

Porte conteneur Conteneurs

Sable,
Benne
Céréales

Cartons
Fourgon
Caisses

Produits pétroliers
Citerne Produits
agroalimentaires,

Transpalette Palettes

Caisses
Camionnette
Cartons

OFPPT/DRIF 181
Résumé de théorie et Module 2 : Transport et Logistique
guide de travaux pratiques Version 1.1 juillet 2005

Tableau 2

Train double

1 2 3 4
Tracteur Semi-remorque 1 Dolly Semi-remorque 2

Train routier 2

1 3
Porteur Remorque
Palettier

Echelle Poteau
Lisse

OFPPT/DRIF 182

www.cours-ofppt.com
Résumé de théorie et Module 2 : Transport et Logistique
guide de travaux pratiques Version 1.1 juillet 2005

Tableau 3

Domaine
Convention Objet
d’application

Fixe les règles applicables au transport


VARSOVIE Transport aérien
aérien

Réglemente le transport de matières


ADR Transport routier
dangereuses.

Réglemente le transport sous température


ATP Transport routier
dirigée.

TIR Transport routier Fixe les règles relatives au transit routier.

OFPPT/DRIF 183
Résumé de théorie et Module 2 : Transport et Logistique
guide de travaux pratiques Version 1.1 juillet 2005

TP 3 : LE TRANSPORT FERROVIAIRE

1. Objectif visé :

- Exposer sa perception du mode de transport en ferroviaire.

2. Durée du TP :

- 1 heure.

3. Matériel (Équipement et matière d’œuvre) par stagiaire :

- Crayon.
- Papier.

4. Description du TP :

Les stagiaires auront à répondre à différentes questions concernant le


transport ferroviaire au Maroc.

5. Déroulement du TP :

1. Quels sont les avantages du transport ferroviaire ?

2. « Dans l’état actuel des choses, la plupart des ports (en dehors de
Casablanca pour les marchandises diverses et les ports de Safi et Jarf Lasfer
pour les vrac) ne sont pas reliés aux voies ferrées. », Expliquer le rôle du
transport ferroviaire dans le transport intermodal, et donner des exemples.

3. Qu’est-ce qu’on entend par les lignes d'embranchements ?

4. Historiquement, la construction du réseau des chemins de fer du Maroc


remonte au début du 20ème siècle. En effet, les premières voies à écartement
normal a été confiée à trois Compagnies concessionnaires privées. Ces
dernières se partagèrent le trafic ferroviaire, en exploitant chacune la partie du
réseau qui lui était concédée, jusqu’à ce que le Gouvernement Marocain a
décidé le rachat des concessions et la création de ONCF.
Donner la signification du sigle ONCF.
En quelle année il a été crée ?
Quelle est sa mission ?
Quels sont ses différents secteurs d’activités ?

OFPPT/DRIF 184
Résumé de théorie et Module 2 : Transport et Logistique
guide de travaux pratiques Version 1.1 juillet 2005

5. Compléter le paragraphe ci-dessous, en mettant chaque mot dans son


emplacement convenable :

1907 Km, 1537 Km, 201 Km, 1003 Km, 904 Km, 370 Km, 528 Km

L'ONCF gère et exploite un réseau de………….. de ligne, dont ………à voie


unique et……. à double voie. Ce réseau comporte également ……….de voie
de service et …….de ligne d'embranchements particuliers reliant diverses
entreprises au réseau ferré national. A noter que 53% de la longueur totale
dudit réseau, soit…….., est électrifié à 3000 Volt continu, alors que …….sont
exploités en traction Diesel.

6. Quels sont les différents types de tarifications utilisées dans le transport


ferroviaire ?

OFPPT/DRIF 185
Résumé de théorie et Module 2 : Transport et Logistique
guide de travaux pratiques Version 1.1 juillet 2005

CORRIGE TP 3 :

1. Quels sont les avantages du transport ferroviaire ?

Réponse :
• Il favorise une gestion opérationnelle de bout en bout : raccordement des
usines au réseau ferroviaire, entreposage de marchandises sur des plates-
formes concédées, conseil en chargement, pesage, manutention…
• Le train est le mode le mieux adapté au transport des minerais. Il permet des
évacuations massives qui garantissent des gains de productivité, une
meilleure programmation et une régulation des stocks.
• Le rail, c'est aussi un mode respectueux de l'environnement.

2. « Dans l’état actuel des choses, la plupart des ports (en dehors de Casablanca
pour les marchandises diverses et les ports de Safi et Jarf Lasfer pour les vrac)
ne sont pas reliés aux voies ferrées. », Expliquer le rôle du transport ferroviaire
dans le transport intermodal, et donner des exemples.

Réponse :
En reliant les entreprises industrielles et commerciales avec les ports, le transport
ferroviaire favorise le développement du transport intermodal (rail-mer). C’est le cas
par exemple du port de Casablanca ou celui de Mohammedia.

3. Qu’est ce qu’on entend par les lignes d'embranchements ?

Réponse :
Une voie ferrée est construite au cœur même de l’usine et s’intègre dans la chaîne
logistique en desservant tous les postes de travail : zones de manutention, lieux de
stockage …
Les dessertes à domicile sont effectuées selon un plan de transport préétabli avec la
possibilité de conserver le wagon pendant un délai négocié dans un cadre de
partenariat.
L’embranchement de particuliers réduit les coûts de transport terminaux dans des
proportions considérables notamment en cas de mouvements massifs de produits.
L’ONCF fournit son assistance technique pour l’étude et la réalisation des
installations de l’embranchement. Dans certains cas, la participation au financement
du projet peut être envisagée.

OFPPT/DRIF 186
Résumé de théorie et Module 2 : Transport et Logistique
guide de travaux pratiques Version 1.1 juillet 2005

4. Historiquement, la construction du réseau des chemins de fer du Maroc remonte


au début du 20ème siècle. En effet, les premières voies à écartement normal a été
confiée à trois Compagnies concessionnaires privées. Ces dernières se
partagèrent le trafic ferroviaire, en exploitant chacune la partie du réseau qui lui
était concédée, jusqu’à ce que le Gouvernement Marocain a décidé le rachat des
concessions et la création de ONCF.
• Donner la signification du sigle ONCF.
• En quelle année il a été crée ?
• Quelle est sa mission ?
• Quels sont ses différents secteurs d’activités ?

Réponse :
• Office national des chemins de fer
• 1963
• C'est un Établissement public à caractère industriel et commercial doté de la
personnalité civile et de l'autonomie financière, et placé sous la tutelle du
Ministère du Transport et de la Marine Marchande, sa mission est de gérer et
exploiter le réseau ferré.
• Le transport des voyageurs, le transport des marchandises diverses et le
transport des phosphates.

5. Compléter le paragraphe ci-dessous, en mettant chaque mot dans son


emplacement convenable :

Réponse :
L'ONCF gère et exploite un réseau de 1907 Km de ligne, dont 1.537 Km à voie
unique et 370 Km à double voie. Ce réseau comporte 528 Km de voie de service et
201 Km de ligne d'embranchements particuliers reliant diverses entreprises au
réseau ferré national. A noter que 53% de la longueur totale dudit réseau, soit 1003
Km, est électrifié à 3000 Volt continu, alors que 904 Km .sont exploités en traction
Diesel.

6. Quels sont les différents types de tarifications utilisées dans le transport


ferroviaire ?

Réponse :
• La tarification multilatérale : c'est un tarif qui est valable dans plus de 2 pays
mais il ne concerne qu'un type particulier de marchandise.
• La tarification bilatérale : ce sont des tarifs appliqués entre 2 pays qui
concernent tous les types de marchandises, ex : le tarif Franco-allemand.
• En cas d'absence de tarif en commun, on applique le principe des
« tarifications nationales soudées ». Cette tarification est calculée en fonction
des règles de calcul propres à chaque pays. Par contre, le prix du transport
sera ensuite soumis à une opération de change.

OFPPT/DRIF 187

www.cours-ofppt.com
Résumé de théorie et Module 2 : Transport et Logistique
guide de travaux pratiques Version 1.1 juillet 2005

TP 4 : LE TRANSPORT AERIEN

1. Objectif visé :

- Exposer sa perception du mode de transport en aérien.

2. Durée du TP :

- 30 minutes.

3. Matériel (Équipement et matière d’œuvre) par stagiaire :

- Crayon.
- Papier.

4. Description du TP :

Les stagiaires auront à répondre à différentes questions concernant le


transport aérien.

5. Déroulement du TP :

1. Quelles sont les trois qualités de base du transport aérien ?

2. Quels sont les cinq avantages sur le plan commercial du transport aérien ?

3. Quels sont les trois avantages sur le plan financier du transport aérien ?
Illustrez votre réponse par des exemples.

4. Quels sont les cinq inconvénients du transport aérien ?

OFPPT/DRIF 188
Résumé de théorie et Module 2 : Transport et Logistique
guide de travaux pratiques Version 1.1 juillet 2005

CORRIGE TP 4 :

1. Quelles sont les trois qualités de base du transport aérien, expliquez chacune de
ces qualités.

Réponse :
• la simplicité,
• la sécurité,
• la rapidité.

2. Quels sont les cinq avantages sur le plan commercial du transport aérien ?

Réponse :
• Acheminement rapide et mise à disposition quasi immédiate,
• Sécurité et fiabilité de l'acheminement,
• Amélioration des services après-vente permettant une meilleure efficacité et
image de marque renforcée,
• Approvisionnement à la fois plus régulier et plus échelonné au fur et à mesure
de la production et/ou de la demande,
• Rotation accélérée des stocks (donc réduction de ces derniers).

3. Quels sont les trois avantages sur le plan financier du transport aérien ? Illustrez
votre réponse par des exemples.

Réponse :
• Tarifications diverses adaptées aux poids, volumes et certaines natures de
marchandises ainsi qu'à l'emploi d'unités de chargement, gains sur le
recouvrement des créances, voire sur les risques de change et d'inflation.
• gains de trésorerie.
• Frais financiers et de stockage moindres.

4. Quels sont les cinq inconvénients du transport aérien ?

Réponse :
• Les produits transportés doivent être des produits à forte valeur ajoutée.
• Capacité limitée.
• Interdit à certains produits dangereux.
• Ruptures de charge.
• Coût élevé.

OFPPT/DRIF 189
Résumé de théorie et Module 2 : Transport et Logistique
guide de travaux pratiques Version 1.1 juillet 2005

TP 5 : LE TRANSPORT MARITIME

1. Objectif visé :

- Exposer sa perception du mode de transport en maritime.

2. Durée du TP :

- 45 minutes.

3. Matériel (Équipement et matière d’œuvre) par stagiaire :

- Crayon.
- Papier.

4. Description du TP :

Les stagiaires auront à répondre à différentes questions concernant le


transport maritime.

5. Déroulement du TP :

1. Définissez le mot « NAVIRE ».

2. Définissez les concepts suivants :


• Navigation de ligne,
• Tramping,
• Navigation au bornage,
• Navigation au long cours,
• Pavillon,
• Pavillon de complaisance.

3. Qu’est-ce que une marchandise en vrac ?

4. Quelles sont les catégories de vracs que vous connaissez ?

5. Qu’est ce qu’une marchandise conditionnée ?

6. Qu’est ce qu’un conteneur ?

7. Citez deux avantages du transport maritime.

8. Citez deux inconvénients du transport maritime.

OFPPT/DRIF 190
Résumé de théorie et Module 2 : Transport et Logistique
guide de travaux pratiques Version 1.1 juillet 2005

CORRIGE TP 5 :

1. Définissez le mot « NAVIRE ».

Réponse :
Un engin flottant, de nature mobilière, affecté à une navigation qui l’expose
habituellement aux risques de la mer.

2. Définissez les concepts suivants :


• Navigation de ligne,
• Tramping,
• Navigation au bornage,
• Navigation au long cours,
• Pavillon,
• Pavillon de complaisance.

Réponse :
• Navigation de ligne : s’effectue à date fixe entre des escales prévues sur un
itinéraire prédéterminé
• Tramping : ne répond à aucune programmation précise, s’effectue au hasard
des contrats, là où l’offre se présente.
• Navigation au bornage : une navigation côtière pratiquée par des bâtiments ne
jaugeant pas plus de 300 tonneaux et ne s’écartant pas de plus de cent milles
nautiques de leur port d’attache,
• Navigation au long cours : c’est la navigation qui dépasse une zone
rectangulaire délimitée en latitude par la Méditerranée et en longitude par le
Cap Nord et le Cap Spartel.
• Pavillon : Le pavillon permet d’identifier la nationalité du navire et, par
conséquent, les droits et devoirs de l’Etat où il est immatriculé.
• Pavillon de complaisance : Ce sont des pavillons économiques que l’on appelle
également pavillons de libre immatriculation ou pavillons de complaisance
permettent à l’armateur d’enregistrer

3. Qu’est-ce qu’une marchandise en vrac ?

Réponse :
Ces marchandises ne sont pas conditionnées, ni emballées. Elles sont chargées
directement à bord des navires conçus à cet effet. On distingue les vracs liquides, les
vracs solides et les vracs gazeux.

OFPPT/DRIF 191
Résumé de théorie et Module 2 : Transport et Logistique
guide de travaux pratiques Version 1.1 juillet 2005

4. Quelles sont les catégories de vracs que vous connaissez ?

Réponse :
• Les vracs solides
• Les vracs liquides
• Les vracs liquéfiés

5. Qu’est ce qu’une marchandise conditionnée ?

Réponse :
Les produits manufacturés sont conditionnés sous diverses formes. Selon la nature
de l’emballage, le transport maritime se fera sur des navires différents. Les produits
manufacturés sont généralement transportés sur palettes et mis en conteneurs,
parfois enfermés dans des remorques, ou en sacs, balles, fûts, cartons, caisses...

6. Qu’est-ce qu’un conteneur ?

Réponse :
Un conteneur (en anglais «container») est un emballage permanent, résistant,
réalisé pour des manutentions répétées et particulièrement adaptées pour les
transports avec une ou plusieurs ruptures de charge.
Il est composé d’un plancher, de 4 montants verticaux très résistants permettant le
gerbage de 9 conteneurs. Les 8 pièces d’angle sont standardisées et permettent de
fixer le conteneur sur un camion, sa manutention par des engins spéciaux conçus à
cet effet : portiques, chariots porte conteneurs que l’on retrouve dans les gares
ferroviaires importantes, dans les terminaux à conteneurs sur les principaux ports.

7. Citez deux avantages du transport maritime.

Réponse :
• Utilisation très répandue du conteneur qui permet de diminuer le nombre de
ruptures de charge et réduit le coût de la manutention.
• Taux de fret avantageux. Le transport maritime est le moins coûteux et le
mieux adapté pour les transports de produits lourds et volumineux (céréales,
hydrocarbures, fruits, etc.)

8. Citez deux inconvénients du transport maritime.

Réponse :
• Souvent exposés aux intempéries, aux différences de température entre les
destinations, les navires parcourent le monde par tous temps et sont
habituellement exposés aux risques de la mer. La nécessité de recourir à des
emballages spécifiques s’avère parfois nécessaire.
• Les navires se déplaçant sur l’eau, leur consommation en énergie est moindre
par rapport à d’autres modes. Cela en fait un atout à la fois écologique et
financier. Cependant, de telles masses ne peuvent se déplacer qu’avec lenteur.

OFPPT/DRIF 192
Résumé de théorie et Module 2 : Transport et Logistique
guide de travaux pratiques Version 1.1 juillet 2005

TP 6 : LE TRANSPORT ROUTIER

1. Objectif visé :

- Exposer sa perception du mode de transport en routier.

2. Durée du TP :

- 45 minutes.

3. Matériel (Équipement et matière d’œuvre) par stagiaire :

- Crayon.
- Papier.

4. Description du TP :

Les stagiaires auront à répondre à différentes questions concernant le


transport routier.

5. Déroulement du TP :

1. Quelles sont les qualités du transport routier ?

2. Citez trois avantages du transport routier.

3. Citez les inconvénients du transport routier que vous connaissez.

4. Citez deux Conventions multilatérales régissant le transport routier et dont


le Maroc est un adhérent.

OFPPT/DRIF 193

www.cours-ofppt.com
Résumé de théorie et Module 2 : Transport et Logistique
guide de travaux pratiques Version 1.1 juillet 2005

CORRIGE TP 6 :

1. Quelles sont les qualités du transport routier ?

Réponse :
• Souplesse (aucune contrainte horaire, mise en œuvre immédiate), en plus de
la souplesse d'adaptation grâce au transport porte à porte, sans rupture de
charge, et au transport combiné.
• Capillarité : un véhicule peut charger dans n’importe quelle commune pour
livrer n’importe quelle autre sans rupture de charge.
• De rapidité : délais relativement courts (grâce aux infrastructures routières et
aux procédures douanières allégées, comme le carnet TIR), même si la vitesse
de croisière est inférieure à celle du train, l’élimination de tout temps perdu au
chargement et au déchargement (respect des créneaux horaires pour le train et
l’avion) permet d’obtenir des temps totaux de transport très compétitifs pour les
distances moyennes.
• Fiabilité et le suivi du transport. Les systèmes de repérage des camions et les
moyens radio de communication permettent à tout moment de connaître la
position du chargement, ce qui permet au chargeur et au client de réagir en
temps réel en cas de modification de programme.

2. Citez trois avantages du transport routier.

Réponse :
• Les services de transport routier sont disponibles presque partout, que ce soit
pour desservir des villages de montagne, des localités de pêcheurs ou des
agglomérations à l’activité intense. Grâce à ces services, les clients disposent
de toute la latitude voulue pour choisir leur implantation et peuvent par
conséquent tirer parti de la logistique de pointe et des nouveaux systèmes de
production et d'entreposage.
• Le transport routier peut s'adapter très rapidement et de façon très rentable à
presque n'importe quel changement quantitatif ou qualitatif au plan des
approvisionnements ou des marchés, ce qui permet aux clients de desservir
des marchés émergents de façon efficiente et de trouver de nouvelles
possibilités d’approvisionnement de grande qualité.
• Malgré les divers obstacles auxquels il est confronté, le transport routier offre
une grande fiabilité en ce qui concerne les services en flux tendus. C’est le seul
mode de transport qui assure un véritable service de porte à porte, de l'usine du
fournisseur à la chaîne de montage du client ou au supermarché du coin de la
rue.

OFPPT/DRIF 194
Résumé de théorie et Module 2 : Transport et Logistique
guide de travaux pratiques Version 1.1 juillet 2005

3. Citez les inconvénients du transport routier que vous connaissez.

Réponse :
• Les méfaits de l’immigration clandestine (avaries et pertes de marchandises,
retards de livraison, etc.) entraînant la fuite de la clientèle des opérateurs
marocains
• L’atomicité des entreprises marocaines et leur faible nombre.
• La domination du secteur informel.
• La vétusté du parc,
• La sécurité et les délais sont dépendants des régions parcourues et des
conditions climatiques.
• La dépendance de l’infrastructure et du réseau routier.
• La croissance fulgurante de la consommation de produits pétroliers, pollution
accrue, engorgements et multiplication des accidents de la route.

4. Citez deux Conventions multilatérales régissant le transport routier et dont le


Maroc est un adhérent.

Réponse :
• ATP : L’Accord relatif aux transports internationaux de denrées périssables et
aux engins spéciaux à utiliser pour ces transports (ATP) en date du 1 septembre
1970. Le transport des denrées périssables au Maroc a été régi uniquement par
l’arrêté du Directeur des Travaux Publics du 23 novembre 1950 fixant les
caractéristiques des véhicules isothermes réfrigérants ou frigorifiques dont les
dispositions sont actuellement dépassées. L’ATP définit les normes auxquelles
doivent satisfaire les engins de transport, les méthodes d’essais et de contrôle,
les conditions d’attribution et les modèles des certificats d’agrément délivrés par
l’administration ainsi que les marques d’identification à apposer sur lesdits
engins.
• CMR Convention relative au contrat de transport international de marchandises
par route en date du 19 mai 1956 (CMR). Le Maroc y a adhéré le 23 février
1995. Promulguée, elle est entrée en vigueur pour lui le 24 mai 1995.

OFPPT/DRIF 195
Résumé de théorie et Module 2 : Transport et Logistique
guide de travaux pratiques Version 1.1 juillet 2005

TP N° 7 : LA METHODE ABC

1. Objectif visé :

- Appliquer la méthode ABC

2. Durée du TP :

- 2 heures.

3. Matériel (Équipement et matière d’œuvre) par stagiaire :

- Crayon.
- Papier.
- Calculatrice.

4. Description du TP :

Il s’agit d’appliquer la méthode ABC pour l’implantation des références dans


un magasin.

5. Déroulement du TP :

Vous devez réimplanter 40 références dans votre magasin.


Vous avez sélectionné 3 critères principaux.

Déterminer par une étude ABC, la validité de chacun des critères ainsi que
l’ordre d’implantation.

OFPPT/DRIF 196
Résumé de théorie et Module 2 : Transport et Logistique
guide de travaux pratiques Version 1.1 juillet 2005

Prix de revient Nbre de pièces


Produits Poids en kg
de manutention sorties par mois
1 203 39.588 26
2 51 1.831 273
3 94 6.801 74
4 48 2.976 168
5 729 42.467 12
6 31 6.551 76
7 8 0.133 3760
8 21 4.979 100
9 938 63.615 38
10 25 9.654 52
11 60 3.935 127
12 58 1.987 251
13 66 8.203 61
14 41 7.551 66
15 21 1.973 253
16 47 5.744 87
17 37 6.715 74
18 43 1.222 409
19 23 6.490 77
20 829 36.112 11
21 67 6.263 80
22 70 6.136 159
23 74 9.142 55
24 82 9.702 52
25 41 0.354 1412
26 24 5.972 84
27 56 9.083 55
28 86 6.540 76
29 90 9.620 52
30 654 53.907 60
31 908 63.604 80
32 60 5.123 98
33 4 2.858 175
34 97 6.930 72
35 91 8.450 59
36 314 76.536 44
37 63 1.444 346
38 361 93.497 90
39 65 6.736 74
40 12 8.647 57

OFPPT/DRIF 197

www.cours-ofppt.com
Résumé de théorie et Module 2 : Transport et Logistique
guide de travaux pratiques Version 1.1 juillet 2005

CORRIGE DU TP N° 7 :

PRODUITS critère cumul % cumul cumul réf % cumul réf


1 203 9 938 938 14,23 1 2,50
2 51 31 908 1846 28,00 2 5,00
3 94 20 829 2675 40,58 3 7,50
4 48 5 729 3404 51,64 4 10,00
5 729 30 654 4058 61,56 5 12,50
6 31 38 361 4419 67,04 6 15,00
7 8 36 314 4733 71,80 7 17,50
8 21 1 203 4936 74,88 8 20,00
9 938 34 97 5033 76,35 9 22,50
10 25 3 94 5127 77,78 10 25,00
11 60 35 91 5218 79,16 11 27,50
12 58 29 90 5308 80,52 12 30,00
13 66 28 86 5394 81,83 13 32,50
14 41 24 82 5476 83,07 14 35,00
15 21 23 74 5550 84,19 15 37,50
16 47 22 70 5620 85,25 16 40,00
17 37 21 67 5687 86,27 17 42,50
18 43 13 66 5753 87,27 18 45,00
19 23 39 65 5818 88,26 19 47,50
20 829 37 63 5881 89,21 20 50,00
21 67 11 60 5941 90,12 21 52,50
22 70 32 60 6001 91,03 22 55,00
23 74 12 58 6059 91,91 23 57,50
24 82 27 56 6115 92,76 24 60,00
25 41 2 51 6166 93,54 25 62,50
26 24 4 48 6214 94,27 26 65,00
27 56 16 47 6261 94,98 27 67,50
28 86 18 43 6304 95,63 28 70,00
29 90 14 41 6345 96,25 29 72,50
30 654 25 41 6386 96,88 30 75,00
31 908 17 37 6423 97,44 31 77,50
32 60 6 31 6454 97,91 32 80,00
33 4 10 25 6479 98,29 33 82,50
34 97 26 24 6503 98,65 34 85,00
35 91 19 23 6526 99,00 35 87,50
36 314 8 21 6547 99,32 36 90,00
37 63 15 21 6568 99,64 37 92,50
38 361 40 12 6580 99,82 38 95,00
39 65 7 8 6588 99,94 39 97,50
40 12 33 4 6592 100,00 40 100,00

3336,26

OFPPT/DRIF 198
Résumé de théorie et Module 2 : Transport et Logistique
guide de travaux pratiques Version 1.1 juillet 2005

courbe ABC

7000

6000

5000
prix de revient

4000
Série1
3000

2000

1000

0
1 4 7 10 13 16 19 22 25 28 31 34 37 40
références

OFPPT/DRIF 199
Résumé de théorie et Module 2 : Transport et Logistique
guide de travaux pratiques Version 1.1 juillet 2005

PRODUITS poids critère cumul % cumul cumul réf % cumul réf


1 39,588 38 93,497 93,497 14,49 1 2,50
2 1,831 36 76,536 170,033 26,34 2 5,00
3 6,801 9 63,615 233,648 36,20 3 7,50
4 2,976 31 63,064 296,712 45,97 4 10,00
5 42,467 30 53,907 350,619 54,32 5 12,50
6 6,551 5 42,467 393,086 60,90 6 15,00
7 0,133 1 39,588 432,674 67,04 7 17,50
8 4,979 20 36,112 468,786 72,63 8 20,00
9 63,615 24 9,702 478,488 74,13 9 22,50
10 9,564 29 9,62 488,108 75,62 10 25,00
11 3,935 10 9,564 497,672 77,11 11 27,50
12 1,987 23 9,142 506,814 78,52 12 30,00
13 8,203 27 9,083 515,897 79,93 13 32,50
14 7,551 40 8,647 524,544 81,27 14 35,00
15 1,973 35 8,45 532,994 82,58 15 37,50
16 5,744 13 8,203 541,197 83,85 16 40,00
17 6,715 14 7,551 548,748 85,02 17 42,50
18 1,222 34 6,93 555,678 86,09 18 45,00
19 6,49 3 6,801 562,479 87,15 19 47,50
20 36,112 39 6,736 569,215 88,19 20 50,00
21 6,263 17 6,715 575,93 89,23 21 52,50
22 3,136 6 6,551 582,481 90,25 22 55,00
23 9,142 28 6,54 589,021 91,26 23 57,50
24 9,702 19 6,49 595,511 92,26 24 60,00
25 0,354 21 6,263 601,774 93,23 25 62,50
26 5,972 26 5,972 607,746 94,16 26 65,00
27 9,083 16 5,744 613,49 95,05 27 67,50
28 6,54 32 5,123 618,613 95,84 28 70,00
29 9,62 8 4,979 623,592 96,61 29 72,50
30 53,907 11 3,935 627,527 97,22 30 75,00
31 63,064 22 3,136 630,663 97,71 31 77,50
32 5,123 4 2,976 633,639 98,17 32 80,00
33 2,858 33 2,858 636,497 98,61 33 82,50
34 6,93 12 1,987 638,484 98,92 34 85,00
35 8,45 15 1,973 640,457 99,23 35 87,50
36 76,536 2 1,831 642,288 99,51 36 90,00
37 1,444 37 1,444 643,732 99,74 37 92,50
38 93,497 18 1,222 644,954 99,92 38 95,00
39 6,736 25 0,354 645,308 99,98 39 97,50
40 8,647 7 0,133 645,441 100,00 40 100,00

3284,27

OFPPT/DRIF 200
Résumé de théorie et Module 2 : Transport et Logistique
guide de travaux pratiques Version 1.1 juillet 2005

courbe ABC

120,00

100,00

80,00
poids

60,00 Série1

40,00

20,00

0,00
1 4 7 10 13 16 19 22 25 28 31 34 37 40
références

OFPPT/DRIF 201

www.cours-ofppt.com
Résumé de théorie et Module 2 : Transport et Logistique
guide de travaux pratiques Version 1.1 juillet 2005

PRODUITS pièces critère cumul % cumul cumul réf % cumul réf


1 26 7 3760 3760 40,98 1 2,50
2 273 25 1412 5172 56,37 2 5,00
3 74 18 409 5581 60,83 3 7,50
4 168 37 346 5927 64,60 4 10,00
5 12 2 273 6200 67,57 5 12,50
6 76 15 253 6453 70,33 6 15,00
7 3760 12 251 6704 73,07 7 17,50
8 100 33 175 6879 74,98 8 20,00
9 38 4 168 7047 76,81 9 22,50
10 52 22 159 7206 78,54 10 25,00
11 127 11 127 7333 79,92 11 27,50
12 251 8 100 7433 81,01 12 30,00
13 61 32 98 7531 82,08 13 32,50
14 66 38 90 7621 83,06 14 35,00
15 253 16 87 7708 84,01 15 37,50
16 87 26 84 7792 84,93 16 40,00
17 74 21 80 7872 85,80 17 42,50
18 409 31 80 7952 86,67 18 45,00
19 77 19 77 8029 87,51 19 47,50
20 11 6 76 8105 88,34 20 50,00
21 80 28 76 8181 89,17 21 52,50
22 159 3 74 8255 89,97 22 55,00
23 55 17 74 8329 90,78 23 57,50
24 52 39 74 8403 91,59 24 60,00
25 1412 34 72 8475 92,37 25 62,50
26 84 14 66 8541 93,09 26 65,00
27 55 13 61 8602 93,75 27 67,50
28 76 30 60 8662 94,41 28 70,00
29 52 35 59 8721 95,05 29 72,50
30 60 40 57 8778 95,67 30 75,00
31 80 23 55 8833 96,27 31 77,50
32 98 27 55 8888 96,87 32 80,00
33 175 10 52 8940 97,44 33 82,50
34 72 24 52 8992 98,01 34 85,00
35 59 29 52 9044 98,57 35 87,50
36 44 36 44 9088 99,05 36 90,00
37 346 9 38 9126 99,47 37 92,50
38 90 1 26 9152 99,75 38 95,00
39 74 5 12 9164 99,88 39 97,50
40 57 20 11 9175 100,00 40 100,00

3418,57

OFPPT/DRIF 202
Résumé de théorie et Module 2 : Transport et Logistique
guide de travaux pratiques Version 1.1 juillet 2005

courbe ABC

120,00

100,00

80,00
poids

60,00 Série1

40,00

20,00

0,00
1 4 7 10 13 16 19 22 25 28 31 34 37 40
références

OFPPT/DRIF 203
Résumé de théorie et Module 2 : Transport et Logistique
guide de travaux pratiques Version 1.1 juillet 2005

TP N° 8 : STOCKAGE DES PALETTES

1. Objectif visé :

- Déterminer la surface de stockage des palettes.

2. Durée du TP :

- 2 heures.

3. Matériel (Équipement et matière d’œuvre) par stagiaire :

- Crayon.
- Papier.
- Calculatrice.

4. Description du TP :

Il s’agit de déterminer la surface nécessaire pour la mise en place d’un


magasin pour un stock en palletier.

5. Déroulement du TP :

Dans une société de montage d’appareils électroménagers, les pièces


détachées nécessaires à leur montage sont stockées en carton dans les
casiers à prise manuelle.
La surface occupée par ce stock doit être libérée afin d’agrandir les
chaînes de montage.

Le bâtiment dans lequel les pièces seront stockées ne permet pas la


réimplantation du stock tel qu’il est actuellement (surface trop petite) ; Il est
nécessaire d’effectuer une étude pour un stock en palettier.
Deux types de palettes peuvent être utilisés : 800 x 1200 et 1000 x 1200.

But de l’étude :

• Définir la surface minimum nécessaire pour le magasin pièces détachées et


dessiner le plan d’implantation.
• Préciser le type de palettes retenu en justifiant votre choix par le calcul des
ratios d’occupation.

OFPPT/DRIF 204
Résumé de théorie et Module 2 : Transport et Logistique
guide de travaux pratiques Version 1.1 juillet 2005

CORRIGE DU TP N° 8 :

E D

A = R + E + jeu 200 mm + D

Pour une palette de dimensions 800 x 1200 mm, nous avons en façade la dimension
1200 mm et en profondeur la dimension 800 mm.

Donc :

A = 1280 mm (pour R) + 270 mm (pour E) + 200 mm (pour le jeu) + 800 mm (pour D)

Type palette
800 x 1200 1000 x 1200
Dimension façade
1200 mm D = 800 mm A = 2550 mm D = 1000 A = 2750 mm

1000 mm D = 1200 A = 2950 mm

800 mm D = 1200 mm A = 2950 mm

OFPPT/DRIF 205

www.cours-ofppt.com
Résumé de théorie et Module 2 : Transport et Logistique
guide de travaux pratiques Version 1.1 juillet 2005

Calcul de la surface par pile de palettes :

1° cas:

100 mm

100

l
1/10 F

Calcul des dimensions L et l :

L = 2 D + A + 100 l = 2F + 3(1/10 F) + 100

Exemple de calcul pour une palette 800 x 1200 mm :

L = (2 x 800) + 2550 + 100 = 4250 mm


l = (2 x 1200 ) + 3 (1200/10) + 100 = 2860 mm

2 ° cas :

Calcul des dimensions L et l :


L = 2d + A + 100

OFPPT/DRIF 206
Résumé de théorie et Module 2 : Transport et Logistique
guide de travaux pratiques Version 1.1 juillet 2005

L = 3F + 4 (F/10) + 100

Exemple de calcul pour une palette 800 x 1200 mm

L = (2 x 1200) + 2950 + 100 = 5450 mm

l = (3 x 800) + 4 (800/10) + 100 = 2820 mm

Tableau récapitulatif de toutes les solutions possibles :

Surface pour
Palette Façade L L Lxl
une pile
800 mm 5,45 m 2,82 m 15,50 m² 2,60 m²
800 x 1200 mm
1200 mm 4,25 m 2,86 m 12 m² 3 m²
1000 mm 5,45 m 2,40 m 13 m² 3,25 m²
1000 x 1200 mm
1200 mm 4,85 m 2,86 m 14 m² 3,5 m²

Calcul du nombre de niveaux :

Hauteur
disponible
lisse
jeu

Hauteur totale palette

1° palette :
hauteur nécessaire = épaisseur palette + hauteur produit + jeu
= 150 mm + 1000 mm + 200 mm = 1350 mm

2° palette et au dessus :
hauteur nécessaire = hauteur 1° palette + épaisseur de la lisse
= 1350 mm + 100 mm = 1450 mm

OFPPT/DRIF 207
Résumé de théorie et Module 2 : Transport et Logistique
guide de travaux pratiques Version 1.1 juillet 2005

Calcul du nombre de niveaux :

Hauteur disponible – hauteur nécessaire pour la 1° p


Nombre de niveaux = --------------------------------------------------------------------------- + 1
Hauteur nécessaire pour la 2°

Zone A : (4500 – 1350) / 1450 = 3 niveaux de palettes


Zone B : (6500 – 1350) / 1450 = 4 niveaux de palettes

Ratio m3/m² :

Ce ratio est calculé pour 1 pile.

Zone A 3 niveaux Zone B 4 niveaux


Type de palette 800 x 1200 mm 1000 x 1200 mm 800 x 1200 mm 1000 x 1200 mm
Mise en façade 800 1200 1000 1200 800 1200 1000 1200
Surface pile 2,60 m² 3 m² 3,25 m² 3,50 m² 2,60 m² 3 m² 3,25 m² 3,50 m²
Volume palette 1 m3 1 m3 1,20 m3 1,20 m3 1 m3 1 m3 1,20 m3 1,20 m3
3 3
Volume pile 3m 3m 3,60 m3 3,60 m3 4m 3
4m 3
4,80 m3 4,80 m3
Ratio m3/m² 1,15 1 1,11 1,03 1,54 1,33 1,48 1,37

Type d’implantation :

Dans les deux zones, il faut utiliser une palette 800 x 1200 mm avec une mise en
façade sur 800 mm

Surface nécessaire :

Disponible en zone A : 5600 m² sur 3 niveaux

Disponible en zone B : 3100 m² sur 4 niveaux

Pour la palette 800 x 1200 avec une façade 800 mm

Surface nécessaire dans la zone B : 6000 m3 / 1,54 = 3900 m²

La surface disponible étant de 3100 m², on ne peut stocker dans cette zone que
3100 x 1,54 = 4770 m3

reste à stocker en zone A : 6000 - 4770 = 1230 m3

surface nécessaire en zone A : 1230 / 1,15 = 1070 m²

Surface nécessaire totale : 3100 m² + 1070 m² = 4170 m²

OFPPT/DRIF 208
Résumé de théorie et Module 2 : Transport et Logistique
guide de travaux pratiques Version 1.1 juillet 2005

TP N° 9 : LA PREPARATION DE COMMANDE

1. Objectif visé :

- Organiser la préparation de commande.

2. Durée du TP :

- 2 heures.

3. Matériel (Équipement et matière d’œuvre) par stagiaire :

- Crayon.
- Papier.
- Calculatrice.

4. Description du TP :

A partir d’une étude de cas, les stagiaires sont appelés à faire une proposition
pour l’amélioration du service d’un magasin et à répartir les références en cas
de création d’un magasin supplémentaire.

5. Déroulement du TP :

Un magasinier a pour tâche de distribuer aux ouvriers des tubes et des


cornières destinés à leurs différents travaux.

Ces produits longs (entre 1,40 m et 2 m) sont stockés verticalement dans les
alvéoles de stockage qui sont implantées de part et d’autre d’une allée centrale
au pas de 0,40 m.
Le comptoir du magasinier est situé en extrémité de l’allée.
Les ouvriers se plaignent de la lenteur du service.
Sachant que l’implantation ne peut être modifiée et que la demande est d’une
unité à la fois, que pourrait-on faire pour améliorer la situation dans l’immédiat ?
Le croquis page suivante montre comment sont rangés les produits, avec pour
chacun d’eux, sa quantité moyenne de sortie journalière.
D’autre part, il est prévu dans un proche avenir, de porter le nombre de
références articles de 40 à 100 par la création d’un deuxième magasin (B) du
même type pour une capacité de 60 références. Le nombre total d’unités à
servir sera alors de 2000.
Combien d’unités au minimum seront servies par le magasinier B ?
Le responsable des magasins souhaite que le magasinier A sorte autant
d’unités que le magasinier B. Comment faut-il alors répartir les références ?

OFPPT/DRIF 209

www.cours-ofppt.com
Résumé de théorie et Module 2 : Transport et Logistique
guide de travaux pratiques Version 1.1 juillet 2005

MAGASIN « A »

AX01 29 unités R21S 160 unités


AX02 18 unités R21T 38 unités
AX03 19 unités R21U 10 unités
AX04 18 unités R21V 34 unités
C21O 95 unités R21W 20 unités
C212 110 unités S1A 5 unités
C214 13 unités S2A 2 unités
BX17 10 unités S3A 3 unités
BX18 45 unités S4A 54 unités
BX19 10 unités S5A 16 unités
BX20 4 unités SIB 12 unités
BX21 290 unités S2C 10 unités
BX22 67 unités S1C 10 unités
BX23 11 unités S1D 9 unités
BX24 14 unités S1E 21 unités
BX25 6 unités S1F 220 unités
L57 25 unités S1G 20 unités
L58 8 unités S2G 23 unités
L59 10 unités S3G 12 unités
L60 38 unités S4G 26 unités

Comptoir

OFPPT/DRIF 210
Résumé de théorie et Module 2 : Transport et Logistique
guide de travaux pratiques Version 1.1 juillet 2005

CORRIGE TP N° 9 :

MAGASIN « A »
Schéma de l’affectation proposée

S3A 3 unités S2A 2 unités


S1A 5 unités BX20 4 unités
L58 8 unités BX25 6 unités
S1C 10 unités S1D 9 unités
L59 10 unités R21U 10 unités
BX17 10 unités BX19 10 unités
S1B 12 unités BX23 11 unités
C214 13 unités S3G 12 unités
S2B 15 unités BX24 14 unités
AX04 18 unités S5A 16 unités
AX03 19 unités AX02 18 unités
R21W 20 unités S1G 20 unités
S2G 23 unités S1E 21 unités
S4G 26 unités L57 25 unités
R21V 34 unités AX01 29 unités
BX18 45 unités L60 38 unités
BX22 67 unités S4A 54 unités
C210 95 unités R21T 88 unités
R21S 160 unités C212 110 unités
BX21 290 unités S1F 220 unités

Comptoir

OFPPT/DRIF 211
Résumé de théorie et Module 2 : Transport et Logistique
guide de travaux pratiques Version 1.1 juillet 2005

Tableau du classement ABC des références

Quantités
Cumul % Cumul
Référence par % Quantités Classe
références Références quantités
référence
BX21 1 2.5 290 290 18.1
S1F 2 5 220 510 31.9
R21S 3 7.5 160 670 41.9
C212 4 10 110 780 48.8
C210 5 12.5 95 878 54.7
R21T 6 15 88 963 60.2
BX22 7 17.5 67 1030 64.4
A
S4A 8 20 54 1084 67.8
BX18 9 22.5 45 1129 70.6
L60 10 25 38 1167 72.9
R21V 11 27.5 34 1201 75.1
AX01 12 30 29 1230 76.9
S4G 13 32.5 26 1256 78.5
L57 14 35 25 1281 80.1
S2G 15 37.5 23 1304 81.5
S1E 16 40 21 1325 82.8
R21W 17 42.5 20 1345 84.1
S1G 18 45 20 1365 85.3
AX03 19 47.5 19 1384 86.5
AX02 20 50 18 1402 87.6
AX04 21 52.5 18 1420 88.8
S5A 22 55 16 1436 89.8 B
S2B 23 57.5 15 1451 90.7
BX24 24 60 14 1465 91.6
C214 25 62.5 13 1478 92.4
S3G 26 65 12 1490 93.1
S1B 27 67.5 12 1502 93.9
BX23 28 70 11 1513 94.6
BX17 29 72.5 10 1523 95.2
BX19 30 75 10 1533 95.8
L59 31 77.5 10 1543 96.4
R21U 32 80 10 1553 97.1
S1C 33 82.5 10 1563 97.7
S1D 34 85 9 1572 98.3
L58 35 87.5 8 1580 98.8 C
BX25 36 90 6 1586 99.1
S1A 37 92.5 5 1591 99.4
BX20 38 95 4 1595 99.7
S3A 39 97.5 3 1598 99.9
S2A 40 100 2 1600 100

OFPPT/DRIF 212
Résumé de théorie et Module 2 : Transport et Logistique
guide de travaux pratiques Version 1.1 juillet 2005

EVALUATION DE FIN DE MODULE

1. Objectif visé :
- Appliquer les principes et méthodes logistiques
- Exposer sa perception du monde et des modes de transport.

2. Durée de l’évaluation :
- 4 heures.

3. Matériel (Équipement et matière d’œuvre) par stagiaire :


- Crayon.
- Papier.

4. Déroulement de l’évaluation :

1ère PARTIE :

AVIS D’EXPEDITION AUTONORD

BALEO
LIVRAISON

ORDRE DE LIVRAISON

FACTURES AUTOCAROS

COMMANDES
ZEIMENS
LIVRAISON

PREVISIONS
TOMOBILOS

PREVISIONS
PACAUTO

EQUIPEMENTIERS CONCESSIONNAIRES

OFPPT/DRIF 213
Résumé de théorie et Module 2 : Transport et Logistique
guide de travaux pratiques Version 1.1 juillet 2005

SYARA ®
Fournisseurs
Equipementiers Service Parc de Concessionnaires
Production véhicules

Service Service
commercial administratif Distribution
Approvisionnement
et financier
Production

SYARA ®est un constructeur automobile, spécialisé dans la production et le montage


de véhicules utilitaires. Pour les commercialiser, il passe par un réseau de
revendeurs.
Le processus d’approvisionnement est assuré par un ensemble de fournisseurs et
d’équipementiers.
Dans le cadre de l’optimisation de ses flux matières et informations (mise en place
d’un système de Just In Time) le directeur du service logistique a fait appel à vos
services pour accompagner SYARA ®dans ce processus de réorganisation et
d’amélioration.

Travail demandé :

1. Quels sont les outils et méthodes logistiques que vous proposez pour gérer le
processus de production ?

2. Quelles sont les solutions informatiques qui s’avèrent susceptibles de fluidifier les
flux de matières et informations ?

3. Un intervenant extérieur a proposé d’instaurer un système de code à barres dans


les magasins de pièces détachées. Que pouvez-vous dire sur les avantages d’un
tel système ?

4. Parmi les problèmes que rencontrent les responsables de magasins, un taux


élevé de commandes erronées (qualitativement et/ou quantitativement). Quelles
sont les améliorations que vous pouvez proposer au niveau de la préparation des
commandes et l’organisation des entrepôts et les magasins ?

5. Dans le cadre de la restructuration en question, la direction prévoit l’implantation


d’un ERP. En quoi un tel outil pourra changer les modes de gestion et optimiser
par conséquent les flux internes et externes de SYARA ® ?

OFPPT/DRIF 214

www.cours-ofppt.com
Résumé de théorie et Module 2 : Transport et Logistique
guide de travaux pratiques Version 1.1 juillet 2005

2ème PARTIE :

1. Expliquer en une dizaine de lignes le rôle joué par les entreprises du transport dans
les échanges économique d’un pays.

2. Comment l’activité du transport peut être influencée par les frontières et la position
géographique d’un pays.

3. Pourquoi le transport est considéré comme étant l’un des vecteurs de


développement économique ?

4. Aujourd’hui les entreprises industrielles externalisent de plus en plus leurs activités


de transport et logistique, quels les avantages et inconvénients de la sous-
traitance ? et comment faut-t-il procéder pour gérer la relation entreprise / sous-
traitant ?

5. Quels sont les différents types de transport routier ?

6. Le développement du transport maritime au Maroc se heurte à un certain nombre de


problèmes, présenter-les.

7. Qu’est-ce qu’on entend par le transport multimodal ? Quels sont ses avantages ? Et
quels sont les problèmes qu’il rencontre au Maroc ?

8. Donner un aperçu historique sur l’évolution de la fonction logistique.

AVANT 1975 APRES 1975 APRES 1999


Offre/demande Demande > Offre Demande = Offre Demande < Offre
Connaissance de la
demande
Priorité du producteur
Cycle de vie du
produit
Choix du client
Domaine du marché
Relation entre
producteur et client
Philosophie de
management

9. Donner une définition du stock, ses différents types, et présenter les fonctions
jouées par les stocks dans la gestion d’une entreprise.

10. Quels sont les différents types de frais liés à la gestion des stocks ?

OFPPT/DRIF 215
Résumé de théorie et Module 2 : Transport et Logistique
guide de travaux pratiques Version 1.1 juillet 2005

CORRIGE EVALUATION DE FIN DE MODULE

1ère PARTIE :

1. Quels sont les outils et méthodes logistiques que vous proposez pour gérer le
processus de production ?

Réponse :
L’utilisation de la méthode MRP pour le calcul des besoins en pièces de rechanges
et consommable s’avère nécessaire dans le cas de cette société, mais il est aussi
possible de mettre en place un système KANBAN pour gérer l’alimentation des
chaînes de montages et les différentes ateliers en composants et pièces.
Au niveau des magasins de stockage, il est conseillé d’adopter la méthode ABC pour
gérer les stocks.

2. Quelles sont les solutions informatiques qui s’avèrent susceptibles de fluidifier les
flux de matières et informations ?

Réponse :
Un ERP (Entreprise ressources Planning) ou progiciel intégré de gestion, incluant les
solutions suivantes :
• Un module GPAO, pour la gestion de la production (planification et
ordonnancement).
• Un module SCM, pour gérer la chaîne logistique.
• Un module CRM pour gérer la relation client.
• Un module pour la comptabilité et gestion financière.
On peut aussi envisager un liaison EDI avec les équipementiers et fournisseurs afin
de gérer et fluidifier les flux d’approvisionnement en pièces de rechange et produits
consommable.

3. Un intervenant extérieur a proposé d’instaurer un système de code à barres dans


les magasins de pièces détachées. Que pouvez-vous dire sur les avantages d’un
tel système ?

Réponse :
L'identification automatique par codes à barres est une technique qui permet de
coder les informations de telle sorte qu'elles puissent être lues rapidement et traitées
par un ordinateur sans aucun risque d'erreur humaine et avec une grande rapidité.
L'identification automatique par codes à barres permet donc :
• un suivi instantané et précis des événements concernant les produits,
documents, plans, composants, sous-ensembles, personnes, etc.,
• la suppression quasi totale des erreurs de saisie,
La réduction à sa plus simple expression des temps perdus pour introduire et vérifier
des informations dans un système informatique.

OFPPT/DRIF 216
Résumé de théorie et Module 2 : Transport et Logistique
guide de travaux pratiques Version 1.1 juillet 2005

4. Parmi les problèmes que rencontrent les responsables de magasins, un taux


élevé de commandes erronées (qualitativement et/ou quantitativement). Quelles
sont les améliorations que vous pouvez proposer au niveau de la préparation des
commandes et l’organisation des entrepôts et les magasins ?

Réponse :
Un certain nombre de mesures est susceptible de mettre un terme à ce genre de
problème, par exemple :
• Limiter les déplacements en cours de préparation,
• Réduire la distance à parcourir
• Sortir les marchandises en suivant un circuit de préparation
• Eviter les retours en arrière, limiter les recherches, les oublis en libellant le bon
de commande dans l'ordre du plan de rangement et en imposant un circuit de
préparation (ainsi, au fur et à mesure qu'il avance, le préparateur prélève les
marchandises mentionnées sur l'ordre de sortie).
• Etablir un plan de rangement en attribuant à chaque référence un emplacement
bien défini (adresse de stockage).

5. Dans le cadre de la restructuration en question, la direction prévoit l’implantation


d’un ERP. En quoi un tel outil pourra changer les modes de gestion et optimiser
par conséquent les flux internes et externes de SYARA ® ?

Réponse :
L’implémentation d’un ERP est susceptible de fluidifier les flux d’information, de
réduire les coûts, de revoir les méthodes de travail permettant ainsi de les
réorganiser et les optimiser.
Un accès rapide à l’information va permettre de réduire les arrêts de chaînes, d’éviter
les ruptures de stock et de synchroniser l’information et surtout accélérer son
échange.
Donc la mise en place d’un ERP va se traduire par une augmentation de la
productivité, une accélération des échanges avec les fournisseurs et surtout
une grande satisfaction de la clientèle, à condition bien sûr de choisir l’ERP le
plus adéquat avec la réalité de l’entreprise, et à un prix raisonnable

2ème PARTIE :

1. Expliquer en une dizaine de lignes le rôle joué par les entreprises du transport dans
les échanges économique d’un pays.

Réponse :
• Le transport est un facteur économique de production de biens et de services. Les
entreprises de transport jouent un rôle important dans l’ouverture des marchés aux
produits et vice versa. Elles engendrent le commerce, les échanges.
• Elles augmentent les recettes fiscales de l’Etat grâces aux différents impôts et taxes
payés par les transporteurs et chargeurs.

OFPPT/DRIF 217
Résumé de théorie et Module 2 : Transport et Logistique
guide de travaux pratiques Version 1.1 juillet 2005

• Elles participent à l’animation du marché de l’emploi et fournissent des postes de


travail (chauffeurs, techniciens, commerciaux,…).
• Elles relient les entreprises industrielles et commerciales avec leurs fournisseurs et
clients.

2. Comment l’activité du transport peut être influencée par les frontières et la position
géographique d’un pays.

Réponse :
La géographie des transports s’intéresse aux mouvements, lesquels se déploient en
référence à la surface terrestre. Les caractéristiques de cette dernière imposent des
contraintes physiques majeures aux systèmes de transport quant au mode pouvant être
employé ainsi qu’à l’étendue et à la capacité du service. Parmi les principales
contraintes spatiales se retrouvent : la topographie, l’hydrographie, le climat.

3. Pourquoi le transport est considéré comme étant l’un des vecteurs de


développement économique ?

Réponse :
Le transport représente une des plus importantes activités humaines mondiales. Il est
indispensable dans l'économie et joue un rôle majeur dans les relations spatiales entre
lieux géographiques. Le transport crée des liens entre les régions et les affaires, entre
les populations et le reste du monde.

4. Aujourd’hui les entreprises industrielles externalisent de plus en plus leurs activités


de transport et logistique, quels les avantages et inconvénients de la sous-
traitance ? et comment faut-t-il procéder pour gérer la relation entreprise/sous-
traitant ?

Réponse :
Avantages : elle permet à l’entreprise de se concentrer sur son cœur de métier, de
réduire les charges et de se concentrer sur la recherche et le développement.
Inconvénient : l’existence d’un certain nombre de coûts cachés, la dépendance du
sous-traitant…
Pour mieux gérer la relation avec les sous-traitant, d’abord il faut choisir les bons
partenaires ou prestataires de services, mettre en place un système de contrôle des
prestations, et surtout être exigeant et précis lors de l’établissement du cahier des
charges.

5. Quels sont les différents types de transport routier ?

Réponse :
• Groupage
• Lot
• Messagerie

6. Le développement du transport maritime au Maroc se heurte à un certain nombre de


problèmes, présenter-les.

OFPPT/DRIF 218
Résumé de théorie et Module 2 : Transport et Logistique
guide de travaux pratiques Version 1.1 juillet 2005

Réponse :
• Délais importants.
• Certaines lignes ne transportent pas de conteneurs.
• Assurances et emballages plus onéreux.

7. Qu’est ce qu’on entend par le transport multimodal ? Quels sont ses avantages ? et
quels sont les problèmes qu’il rencontre au Maroc ?

Réponse :
Le transport multimodal est un transport d’unité de charge avec différents moyens de
transports (maritime, routier..) sous un seul document et un seul contrat de transport.
Il permet d’éviter les ruptures de charge, de gagner du temps, et générer des
économies.
Au Maroc il se heurte à plusieurs problèmes :
• L’absence de plate-forme logistique, d’opérateurs et acteurs économiques
spécialisés.
• La vétusté des moyens de transport

8. Donner un aperçu historique sur l’évolution de la fonction logistique.

Réponse :

AVANT 1975 APRES 1975 APRES 1999


Offre/demande Demande > Offre Demande = Offre Demande < Offre
La quantité à
Connaissance de la Prévisible avec
produire est Incertaine
demande erreur acceptable
déterminée
Priorité du
Qualité Qualité Flexibilité Vitesse de réponse
producteur
Cycle de vie du
Long Moyen Court
produit
Choix du client Limité Diversifié Personnalisé

Domaine du marché National Continental Mondialisé


Coopération forte
Relation entre
Le producteur est roi Le client est roi entre client et
producteur et client
producteur
Zéro temps de
Production de masse
Philosophie de Zéro défault réponse
Zéro temps
management Zéro stock Ingénierie
d’inoccupation
simultanée

9. Donner une définition du stock, ses différents types, et présenter les fonctions
jouées par les stocks dans la gestion d’une entreprise.

OFPPT/DRIF 219

www.cours-ofppt.com
Résumé de théorie et Module 2 : Transport et Logistique
guide de travaux pratiques Version 1.1 juillet 2005

Réponse :
Un stock est une quantité de marchandises déposées à un endroit en vue d’une
utilisation ultérieure.

Les différents types de stock :


• Le stock administratif,
• Le stock physique,
• Le stock est dit actif,
• Le stock mort.

Les principales fonctions d’un stock sont :


• Fonction de réserve,
• Fonction de regroupement,
• Fonction de régulation,
• Fonction d’organisation,
• Fonction d’anticipation,
• Fonction économique,
• Fonction de spéculation.

10. Quels sont les différents types de frais liés à la gestion des stocks ?

Réponse :
• Les frais de passation de commande,
• Les frais de possession du stock,
• Les frais de rupture de stock.

OFPPT/DRIF 220
Résumé de théorie et Module 2 : Transport et Logistique
guide de travaux pratiques Version 1.1 juillet 2005

Liste des références bibliographiques :

Ouvrage/CD-ROM Auteur Edition


Collection classeurs « Exploitation
des transports » (route, maritime, AFT-IFTIM AFT-IFTIM
aérien, ferroviaire)
Le fret aérien pratique Pratic Export Celse
Les ports martimes français dans
Ministère des transports
les échanges mondiaux (livret + CNDP
français
CD-rom)
La gestion des expéditions et du
AFT-IFTIM AFT-IFTIM
transport CD502 14
AC marchandises CD003 AFT-IFTIM AFT-IFTIM
CD108 à 113 (cadre juridique et
cadre général des mode de AFT-IFTIM AFT-IFTIM
transport)
Transport multimodal (CD-rom) AFT-IFTIM AFT-IFTIM
CD-rom Air-France Cargo Air France AFT-IFTIM
Référentiel d’emploi et de
compétences « Technicien AFT OFPPT
d’exploitation en transport »
Programme d’études « Technicien
Spécialisé d’exploitation en AFT OFPPT
transport »
Guide pédagogique « Technicien
spécialisé d’exploitation en AFT OFPPT
transport »
Guide d’évaluation « Technicien
spécialisé d’exploitation en AFT OFPPT
transport »

OFPPT/DRIF 221

www.cours-ofppt.com