Vous êtes sur la page 1sur 9

Les Cahiers du Musée des

Confluences. Revue thématique


Sciences et Sociétés du Musée
des Confluences

Le passage des frontières


M. Foucher

Abstract
The contemporary world is characterised by a groundswell in terms of territory organisation : the intensity of exchanges of all
natures and the hardening of control systems. The Internet and the free movement of goods, people, ideas and emotions for the
former ; the multiplication of political borders in Europe and fences of any kind for the latter. To understand that contradiction, it
is not useful to repeat Kant's well-known distinction between the limit, implying the other and inviting to a crossing, and the
boundary that denies and closes. A world without frontiers would be a bounded world. The choice is open.

Résumé
Le monde contemporain est marqué par un double mouvement de fond en matière d'organisation des territoires : l'intensité des
échanges de toute nature et le durcissement des dispositifs de contrôle. Internet et la circulation des biens et des hommes, des
idées et des émotions témoignent de l'un ; la multiplication des frontières politiques en Europe et des clôtures de toute nature
incarne l'autre. Pour comprendre cette contradiction, il n'est pas inutile de reprendre la vieille distinction kantienne entre la limite,
qui implique l'autre et invite au passage, et la borne, qui nie et clôt. Un monde sans frontières serait un monde borné. Le choix
est ouvert.

Citer ce document / Cite this document :

Foucher M. Le passage des frontières. In: Les Cahiers du Musée des Confluences. Revue thématique Sciences et Sociétés du
Musée des Confluences, tome 6, 2010. Passages. pp. 17-24;

https://www.persee.fr/doc/mhnly_1966-6845_2010_num_6_1_1516

Fichier pdf généré le 25/01/2019


PASSAGES
DEVIE

LE PASSAGE DES FRONTIERES


Michel Foucher, Géographe, membre de l'Institut des Hautes études de Défense nationale, Paris

Résumé : Le monde contemporain est marqué par un Abstract : The contemporary world is characterised by
double mouvement de fond en matière d'organisation des a groundswell in terms of territory organisation: the
territoires : l'intensité des échanges de toute nature et le intensity of exchanges of all natures and the hardening
durcissement des dispositifs de contrôle. Internet et la of control systems. The Internet and the free movement
circulation des biens et des hommes, des idées et des of goods, people, ideas and emotions for the former; the
émotions témoignent de l'un ; la multiplication des multiplication of political borders in Europe and fences of
frontières politiques en Europe et des clôtures de toute any kind for the latter. To understand that contradiction,
nature incarne l'autre. Pour comprendre cette it is not useful to repeat Kant's well-known distinction
contradiction, il n'est pas inutile de reprendre la vieille between the limit, implying the other and inviting to a
distinction kantienne entre la limite, qui implique l'autre crossing, and the boundary that denies and closes. A
et invite au passage, et la borne, qui nie et clôt. Un world without frontiers would be a bounded world. The
monde sans frontières serait un monde borné. Le choix choice is open.
est ouvert.

LES CAHIERS DU MUSÉE DfS .CONFLUENCES PASSAGES


« Traverser les frontières m'aide à voir » anciens douaniers en poste sur ce site, refusant cette
Michel Butor évolution en vigueur sur l'ensemble de l'Union européenne,
a manifesté son mécontentement pendant environ vingt
Pour ouvrir cette méditation raisonnée sur les passages minutes. Le démontage intégral des bureaux de douane
et souligner la modernité d'Hermès, il convient de saluer et police, française et espagnole, présents sur le secteur,
avec Arthur Rimbaud « les Soldats des Traités qui tailla¬ commencé le 15 octobre 2010 s'est achevé en fin
dent l'azur frontière »? (Les Douaniers, 1871 ). Et même si d'année.
l'on omet cet hommage un brin anachronique, ils ne man¬
quent pas de se rappeler à nous, Trois ans plus tôt, le 21 décembre
ces gardiens des portes et des 2007, à Francfort sur Oder, les
" Géographe et diplomate,
passages, même dans le territoi¬ garde-frontières allemands
re le plus fluide du monde, pour avaient manifesté contre l'inclu¬
ses citoyens. Et de nous dire la sion de la Pologne dans l'espace
modernité d'Hermès, dieu du Schengen de libre circulation in¬
commerce et des bornes fron¬ térieure en invoquant les nouvelles
tières, des fripons et des voleurs, essayiste
Michel
FENS
Analyse
la publier
Hautes
nale.
de
du
Editeur
formation
monde
Ancien
deFoucher
etudes
(nov.2010).
Paris
critique
« et
La
ambassadeur,
», Ulm
grand
bataille
de
François
àest
l'Institut
défense
etdes
professeur
il
directeur
voyageur,
desvisions
Bourm
cartes.
ilnatio¬
vient
des
deà facilités ainsi offertes, selon eux,
messager des dieux, prince des à l'expansion de la criminalité or¬
limites et des contrebandiers. ganisée « frontière ouverte, oui,
:
mais pas de liberté pour le terro¬
En voici deux exemples.
risme et la criminalité » pouvait-
on lire sur les calicots des
Modernité d'Hermès manifestants, soucieux de leur
emploi. Celui-ci a été ensuite préservé par la formation
Fin septembre 2010, dans le cadre de l'euromanifestation de patrouilles mobiles binationales et bilingues.
syndicale qui a attiré 2000 personnes, dans le village du
Perthus, à la frontière entre le Roussillon et l'Empordà, les Cloisonnement et ouverture
douaniers français bloquèrent l'autoroute A9/AP7, sur la
même commune. Les agents membres de la CGT reprirent Tout est là, dans cette dialectique constante entre le cloi¬
symboliquement leurs postes de travail, qu'ils avaient dû sonnement qui procure un sentiment de sécurité et l'ou¬
abandonner il y a quelques semaines, par obligation lé¬ verture qui est la condition de la prospérité moderne sous
gale. En effet, la Commission européenne avait lancé plu¬ la forme de l'échange et du grand commerce. C'est du res¬
sieurs ultimatums à la France visant à fluidifier le trafic te à la suite d'une menace d'un mouvement social des
routier, en vertu de la disparition des anciennes frontières. transporteurs routiers allemands que la chancelier Helmut
Le personnel anciennement présent dans les bureaux de Kohi s'engagea dès 1 985 dans le processus conduisant à
douane de l'autoroute a ainsi été réduit. Une partie des la signature de l'accord de libre circulation à Schengen,

1 l'« aCeux
zur frontière
qui disentà grands
Cré Nom,
coupsceux
d'hache.»
qui disent macache, Soldats, marins, débris d'Empire, retraités, Sont nuls, très nuls, devant les Soldats des Traités Qui tailladent
:

LES CAHIERS DU MUSÉE DIS >£ ONFLUENCES - PASSAGES


signé entre les Pays-Bas, la Belgique, le Luxembourg, la d'Afrique comme un monde à part; je considère l'Afrique
France et l'Allemagne sur un bateau de croisière comme une partie fondamentale de notre monde inter¬
luxembourgeois, la Marie Astrid, ancré sur la Moselle, près connecté. Le XXIe siècle sera influencé par ce qui
du seul tripoint existant entre les deux pays cités et ceux passera non seulement à Home (réunion du G8j ou à Mos¬
regroupés dans le Bénélux. Il fallut encore dix ans pour qu'il cou ou Washington, mais aussi à Accra. C'est la simple
soit ratifié. Ce qui indique que l'ouverture concertée de vérité d'une époque où nos connexions font disparaître
passages dans de vieilles frontières d'État ne va pas de les frontières entre les peuples ».
soi. La Commission européenne tient un registre, mis à jour
selon le bon vouloir des États, des points de passage fron¬ Le monde contemporain est donc marqué par un double
taliers relevant du code communautaire relatif au régime mouvement de fond l'intensité des échanges de toute na¬

:
de franchissement des frontières par les personnes. ture et le durcissement des dispositifs de contrôle. Il est
d'ailleurs remarquable que les premiers flux d'échanges
En Europe instituée, tout est pourtant fondé sur le respect téléphoniques internationaux soient le fait des commu¬
des quatre libertés libre circulation des biens, des ser¬ nautés de travailleurs migrants - de l'Allemagne vers la
:

vices, des capitaux et des personnes, même si ce dernier Turquie, de France vers l'Algérie, des États-Unis vers l'In¬
point est le plus sensible. Mais la possibilité de circuler de, les Philippines et les Caraïbes - devant les flux d'af¬
sans s'arrêter au passage de la frontière politique est ju¬ faires reliant les États-Unis et le Canada, la Chine
gée par l'opinion européenne comme l'un des acquis les continentale et Hong Kong, les États-Unis encore, le Royau¬
plus tangibles de la mise en commun des compétences me Uni et l'Allemagne. Outil d'échanges déterritorialisés
souveraines. Elle se complète d'un renforcement des fron¬ dans un espace virtuel nommé « cyberespace » par le ro¬
tières externes, d'une mise à distance et d'une politique mancier William Gibson et présentée comme un vecteur
de visas assez rigoureuse à l'égard de la majorité des États de démocratisation et d'abolition des frontières, l'archi¬
situés en dehors de l'Europe et du continent américain. tecture du réseau possède bien un ancrage physique ter¬
ritorial. En se développant vers des usages civils, le projet
Aux États-Unis, le secrétaire d'État Hillary Clinton a fait militaire d'origine américaine Arpanet s'appuya à partir
du droit à la connexion sur la toile une cinquième liber¬ de 1 993 sur des équipements en câbles sous-marins à fibres
té, qui complète celles énoncées par Franklin Roosevelt optiques à haut débit2.
en 1 941 (libertés d'expression, de culte, du droit de vivre
à l'abri du besoin et de la peur) (discours du 21 janvier 201 0). Dans le même temps, les créations de nouvelles frontières
Elle en a fait un axe central de sa diplomatie, en pensant politiques se sont multipliées sur le continent européen
bien sûr à la Chine et en prolongeant l'ambition du Pré¬ après 1 989-1 991 , ajoutant plus de dix huit mille kilomètres
sident américain. La « connexion » est devenue un enjeu au total existant et portant le kilométrage des frontières
géopolitique, un principe de droit clairement énoncé dans terrestres internationales à environ deux cent quarante huit
le discours de Barack Obama à Accra (Ghana, 1 1 juillet mille, soit près d'un demi-million de kilomètres à gérer par
2009) « Je ne considère pas les pays et les peuples les États contigus. Il est à noter qu'à l'exception de la
:

2 aLeétépremier,
mis enreliant
serviceleàRoyaume
l'été 1999.Uni111à Singapour,
sont en service
la Chine,
et 19le sont
Japonen etcours
l'Australie,
d'installation.
le SEA-ME-WE 3, South East Asia-Middle East-Western Europe, long de 39.900 km,
:

LES CAHIERS DU MUSÉE DES CONFLUENCES PASSAGES


sécession violente de l'Erythrée en 1993 et de l'indé¬ Créer des passages : le cas africain
pendance de Timor Leste en 2002, toutes les nouvelles fron¬
tières ont été instituées sur le continent européen, dans Sur le continent africain, l'on assiste, sous l'impulsion de
le contexte de l'échec géopolitique de l'Union soviétique la Commission de l'Union africaine sise à Addis Abeba,
et de l'affirmation d'un automne des peuples et des na¬ à un processus récent de réaffirmation des frontières. On
tions aspirant à disposer des attributs de l'État. Ajoutons connaît le caractère récent et le plus souvent imposé et
que ce mouvement de fragmentation s'est pour partie dé¬ exogène des frontières africaines. 41 % des tracés n'ont
roulé dans une trajectoire d'adhésion à l'Union européenne jamais été démarqués et 40% de ceux qui l'avaient été
de sorte que ces nouvelles limites ont vu assez vite leurs doivent l'être à nouveau. Pourquoi donner une réalité géo¬
fonctions de barrière symbolique largement dévaluées. On graphique à une ligne virtuelle ? Dans certains cas de
ne relève pas d'évolution comparable ailleurs, notamment confins critiques, l'enjeu est la surveillance et l'exercice
en Afrique où le principe d'intangibilité des frontières hé¬ du contrôle par les États, comme dans les régions sahé-
ritées de la colonisation est respecté. Mais la partition du lo-sahariennes. Mais en règle générale, l'amélioration des
Soudan est un scénario probable en 201 1 régimes frontaliers répond à un double impératif. D'une
.

part, éviter les incidents et les frictions dues à des déli¬


Ce qui, hors d'Europe, caractérise le statut des frontières mitations imprécises. D'autre part, la préoccupation
est la multiplication des règlements frontaliers. Qu'est-ce géoéconomique part du constat qu'une frontière visible peut
à dire ? Pour entrer dans le jeu économique global, exploiter être ouverte sans dommage aux flux d'échanges et
les ressources des régions périphériques, intégrer les mi¬ même les faciliter.
norités et développer les échanges, il est indispensable
de s'accorder sur la délimitation des tracés des frontières Le continent africain est animé de fortes dynamiques de trans¬
internationales, d'entreprendre leur démarcation et de fixer formation. Sa population a triplé entre 1960 et 2005 ; elle
les régimes frontaliers de leur gestion sur les nouveaux doublera d'ici 2050 et elle continuera de s'urbaniser. Il en
points de passage ouverts à des fins commerciales. résulte une intensification des flux entre les villes et les
campagnes qui paraît plus rapide que le rythme de réa¬
Les deux dernières décennies ont été marquées, à lisation des infrastructures et que la croissance des grands
l'échelle mondiale, par une multiplication des règle¬ équipements. Mais les échanges sont en hausse rapide,
ments frontaliers ; accords bilatéraux de délimitation et à la mesure d'une croissance économique moyenne es¬
de démarcation (Asie centrale, péninsule arabique, Asie timée à 5% l'an. Tout cela a une traduction spatiale in¬
:

de l'est mais aussi en continent européen autour des nou¬ tensification des flux dans les corridors de transport (corridor
veaux États). Ce mouvement général peut être considé¬ de Maputo, région des Grands Lacs - Ouganda - Kenya ;
ré comme l'une des conditions techniques de l'accès des Ethiopie - Djibouti, flux nord-sud et est-ouest en Afrique
pays à l'économie émergente dans le jeu économique glo¬ de l'ouest) ; en Afrique de l'ouest, il est estimé que 50 villes
bal. C'est ainsi que la Chine, si sourcilleuse en matière de de plus de 50.000 habitants se localisent à moins de 1 50
contrôle de son enveloppe frontalière, a multiplié les rè¬ km d'une frontière politique. Or, le continent africain res¬
glements frontaliers depuis deux décennies avec tous ses te majoritairement extraverti. Il commerce plus facilement
voisins, sauf avec le rival indien, comme condition préa¬ avec le reste du monde qu'avec lui-même. Malgré l'acti¬
lable à l'essor des échanges. vité de 14 groupements économiques régionaux, les

LES CAHIERS DU MUSÉE D EfSf (CONFLUENCES PASSAGES


échanges internes ne représentent que 9% du total des Des passages sous contrôle à travers des
échanges totaux de l'Afrique (contre 18% en Amérique la¬ limites durcies
tine, 40% en Asie du sud-est et 74% dans l'Union euro¬
péenne). Parmi les raisons expliquant ce chiffre encore Ailleurs, le durcissement des contrôles a augmenté le temps
modeste, il convient de citer les lacunes des transports d'attente pour le franchissement des frontières, notam¬
routiers et ferroviaires, le coût élevé du transport (plus éle¬ ment entre les États-Unis d'une part, le Mexique et le Ca¬
vé de 1 36% par rapport aux autres régions du monde), les nada de l'autre. Les Canadiens, dont l'économie industrielle
lourdeurs bureaucratiques. est étroitement liée aux échanges en flux tendus avec les
firmes américaines, ont travaillé sur le concept de « smart
Un des indicateurs de ces obstacles à l'échange est ce qu'il border », de « frontière intelligente », qui permet, par des
est convenu de qualifier de « temps d'attente à la frontiè¬ équipements spécifiques, de discriminer les flux ; les temps
re ». Il se calcule sur la base du nombre de documents doua¬ d'attente étant annoncés sur des sites internet spéciali¬
niers multiplié par le nombre de signatures requises et le sés. Les impératifs de sécurité contredisent la logique éco¬
temps de franchissement des postes frontières (à l'exclu¬ nomique du flux tendu.
sion du temps effectif de transport). Il est de 35 jours à l'ex¬
portation en Afrique et de 41 jours à l'importation contre Pour entrer du Mexique aux États-Unis, des voies rapides
10 jours en moyenne dans les pays développés (source sont réservées aux camions qui transportent les pièces d'as¬
OCDE). Une politique nationale et régionale d'amélioration semblage fabriquées dans les usines (les « maquiladoras »)
des « régimes frontaliers » permettrait de réduire le des zones industrielles mexicaines vers les usines de fi¬
temps d'attente et de fluidifier les flux. Les régimes de type nition situées du côté américain de la frontière. Pour les
« one border post » comme entre la Zambie et le Zimbab¬ passagers traversant en automobile, le temps varie de 45
we, depuis la fin de l'année 2009 ou les facilités douanières minutes à 2 heures selon le moment de la journée. Les points
dans les ports comme Accra, sont significatifs3. de contrôle ressemblent à de vastes péages autoroutiers.
Le retour de San Diego vers Tijuana se fait plus aisément
Par ailleurs, l'instauration de régimes de visas uniques a à pied. Il faut dire que ce segment occidental de la dyade
été décidée par les huit états de l'Union économique et américano-mexicaine est franchi chaque année par envi¬
monétaire de l'Ouest africain (UEMOA) en 2009 mais l'ap¬ ron soixante millions de passagers, dans les deux sens,
plication en est encore lente. La modernisation des in¬ seules celles vers le Nord étant dûment comptabilisées.
frastructures de relations interétatiques et des régimes
frontaliers peut enfin agir comme leviers de formation et Le temps d'attente, dû à une exigence considérable de sé¬
de consolidation d'aires régionales intégrées dont les curité parfois doublée de l'arbitraire, est à son niveau maxi¬
« pays frontières » seraient les charnières et les portes. mum au Proche-Orient, par exemple entre la Jordanie et

3 Id'soit
Lal Ienvoire
CNUCED
unva effet
deet même
leestime
de levier
Sénégal
desquedeprojets
del'ales1mélioration
àdoubler.
d'10interconnexion
en 15Leduans.
commerce
réseau
Le des
revêtement
routier
au sein
réseaux
est defavorable
en l'dur
électriques
UMEAO
de àla etl'pourrait
route
échange
de lareliant
modernisation
tripler
un leinvestissement
siMali
toutesaudeslesSénégal
voies
routes
continental
ferrées.
permettrait
reliantdeles23mds$
de quadrupler
pays membres
généreraitentre
les 250mds$
échanges
eux étaient
de celui
fluxrevêtues
commerciaux,
entre laenCôte
dur.
:

LES CAHIERS DU MUSÉE DEfSfCONFLUENCES - PASSAGES


Israël, au pont Allenby qui permet de franchir le Jourdain. d'exercice d'une souveraineté. Il connote la ligne de contrô¬
Le régime de contrôle impose des ruptures de charge, des le par opposition à la zone, à l'aire intermédiaire des in¬
franchissements à pied et des changements de véhicules. teractions. On se trouve, donc, aujourd'hui, en présence
de divers régimes frontaliers superposés où la fluidité des
Le degré de fluidité des passages est donc bien le symp¬ échanges matériels et l'interconnexion des flux d'images
tôme de la nature des relations entre États voisins et des ne s'accompagnent pas de la même mobilité des personnes.
préoccupations sécuritaires qui se sont accrues depuis une
décennie. Pourtant les véritables murs et barrières élec¬ Mais l'observation des événements et des stratégies de
troniques, spectaculaires, ne comptent que pour 3 % en¬ certains grands États, depuis deux décennies, invite à pous¬
viron de la longueur totale des frontières terrestres. ser plus loin la réflexion. Il est étonnant de remarquer
Et contrairement à une représentation commune, ces dis¬ comment l'ouverture du « mur de Berlin », frontière dure
positifs servent moins à interdire le franchissement qu'à et unilatérale, a constitué une bifurcation historique fort
le filtrer. Le mur israélien, ou clôture de sécurité, positive mais qu'elle a ensuite servi de base pour impo¬
compte une trentaine de points de passage. ser, dans plusieurs pays occidentaux, à des entreprises d'ex¬
portation des valeurs présentées comme universelles. Il
n'y avait plus de limites à l'hybris occidentale, forme mo¬
Fronts et traversées derne de démesure. Et cette hybris a été relayée par l'idéo¬
logie du « sans-frontiérisme » qui a prospéré à cette
Ces dispositifs réinventent la méthode antique du occasion. Cette attention est profondément légitime
« limes » romain qui servait à filtrer le passage des non lorsqu'elle appelle à la solidarité envers les plus dému¬
citoyens romains via des portes préétablies dans les nis. Elle devient croisade quand il s'est agi de dénier la
confins « fines exercictus syraitice etcommercium Bar- réalité de l'indépendance souveraine des États, notamment
:

barorum » lit-on sur les itinéraires des Tables de Peutin- ceux formés au vingtième siècle, en Afrique ou au
ger (territoire limitrophe de l'armée de Syrie et espace Moyen-Orient. Et d'encourager à l'entrée en force de
d'échanges avec les Barbares »4). Le limes est bien un es¬ troupes armées pour imposer de nouveaux régimes ; né¬
pace, une bande de terre, un lieu de passage permettant gation de la souveraineté des États, même de régimes peu
de contrôler l'amont et l'aval. sympathiques. « Il n'y a de frontières pour le petit écran
ni sur le Net. Le virtuel ignore l'histoire et la géographie.
Limite, la frontière est un lieu d'interaction. L'étymologie Les retrouver dans le monde réel choque nos bons sen¬
signale que de nombreux termes ont été utilisés dans le timents et nos meilleurs esprits. Le vaisseau amiral d'Oc¬
passé pour signifier la limite. Si le grec horos marque la cident s'est brisé sur les récifs du Tigre et de l'Euphrate.
limite, peiras vient de la racine per, qui veut dire traver¬ Il arrive en effet que le réel résiste aux contes de fée. Le
ser. Le sens moderne vient, en français, de « front », mi¬ principe de précaution exige qu'on puisse le reconnaître
litaire, dont est issu le terme « frontière » au sens de ligne de loin : un Juste peu judicieux, qui préfère la morale au

4 Claudia Moatti, La terre de personne, Médium, 2010.


:

LES CAHIERS DU MUSÉE ONFLUENCES PASSAGES


droit international, I emotion aux atlas, le 20 heures aux livres Si un monde réputé sans frontières, c'est-à-dire sa
d'histoire et l'image de soi à la réalité des autres » a écrit de passage, advenait, il deviendrait bien vite un
Régis Debray5. borné. On peut se demander si la destruction des
n'a pas pour résultat l'émergence d'une multitude de
Le philosophe Emmanuel Kant distinguait, dans le champ nouvelles. Peut-être est-ce parce qu'il ne supporte
de la connaissance scientifique, la borne (Die Schrancke) limites que l'homme moderne ne cesse pas de s'in
de la limite (Die Grenze). Pour lui « les limites supposent des bornes. Auquel cas il ferait l'échange des bonn
toujours un espace qui se trouve à l'extérieur d'un endroit tières contre les mauvaises.
déterminé et qui enclôt cet endroit; les bornes n 'exigent
rien de tel : ce sont seulement des négations ».

La section terminale de la frontière États-Unis/Mexique en bordure d


l'Océan Pacifique, séparant San Diego de Tijuana. Photo prise depui
plage de Tijuana (novembre 2009).
© Flavien Foucher
RÉFÉRENCES

BIBLIOGRAPHIQUES
L'Obsession
Foucher
Fronts
Médium
2004.
Ouvrage
Frontière(s),
et (M.)
n°24-25,
Frontières,
collectif
des frontières,
scènes Frontières,
deunvietour
entre
Perrin,
dujuin
les
monde
2007.
lignes,
2010géopolitique,
Lyon et Barcelone,
Fayard, 2006.
1998,

LES CAHIERS DU MUSÉE D l/s/ I O N F L U E N C E S PASSAGES

Vous aimerez peut-être aussi