Vous êtes sur la page 1sur 5

Mé cani qu e V II.

E 1
1. On se place dans un référentiel galiléen. Le météore n'est soumis qu'à une force de
gravitation donc son énergie se conserve
y
! "
M vient de l'infini → la direction de v 0 est asymptote à la
!
trajectoire. A l'infini, il n'est pas soumis à l'interaction u
1
gravitationnelle → son énergie est E = Ec0 = mv02 > 0. !
2
j
O H
k !
A un instant quelconque Ep = – < 0 donc K ne s'annule x
r RT i
pas et le météore s'approche puis s'éloigne de la Terre. Il !
retourne donc vers l'infini où son énergie cinétique redevient !
! ! v0
égale à K0 et sa vitesse v ∞ de même norme que v 0 mais de !
M0
direction différente. Cette direction est une autre asymptote
pour la trajectoire.
Une conique ayant des asymptotes est forcément une hyperbole.
1 k
2. L' énergie du météore se conserve : E = Ec + Ep = mv2 – où k = GMTm.
2 r

1 1 k
A t = 0 on calcule E0 = Ec0 = m v02 =
m( r˙ 2 + r2 "˙ 2) – .
2 2 r
!
!
dLO ! ! ! !
La force de gravitation est centrale donc ! = OM ∧ F = 0 donc L O = OM ∧ m v est un
! ! dt ! !
! !
vecteur constant. On choisit la direction e z telle que L O = LO e e → le mouvement de M est
dans le plan Oxy.
! ! ! ! ! !
!
! ! ! 2
C 1 C k 1
L O = mr2 "˙  e z = mC e z → "˙ =! 2 → E = !m( r˙ 2 +! 2 ) – = m v02 . On calcule la
r 2 r r 2
constante C = bv0 à t = 0
! ! ! ! ! ! 1 2 -kr – 1 mC2 = 0 dont
La valeur minimale de r ! est obtenue ! v02 r!
! quand r˙ != 0 →! m
2 2
seule la solution positive convient

"k + k 2 +m 2 #C
!2 #v02 k 2 +m 2 #b 2 #v04
"k + !
→ rmin = = ! !
m #v02 m #v02

"k + k 2 +m 2 #b 2 #v04
On doit avoir rmin > RT → RT <
! m #v!02

2
soit m v0 RT + k < k 2 +m 2 "b 2 "v04 → m2 v04 RT2 + k2 + 2m v02 RTk < k2 + m2b2 v04
! 2 "RT "k 2 "RT "G "MT
→ b2 > RT2 + 2
= RT2 +
m "v0 v02
! ! ! !
Mé cani qu e V II.E 2
! !
1. L'orbite est circulaire et la force est centrale
! v02 ! G "M ! G "M
→ a =- e r = -  e r avec r ≈ r0 et g0 =
r r 2
r02
r0
→ v0 = r0 "g 0 = 7,92 kms-1 et T0 = 2π = 5080 s = 84 min 40 s.
! ! ! g0
! ! !
2 " # "r0 "v %2
2. vE = =
! 465 ms -1 et
$ E ' = 3,4510-3.
T1 #v0 & !

! !
1 1 G "M
3. On pose K0 = m v02 = m .
2 2 r0
"r %3 " T %2
1
3.1. S doit avoir la même période de rotation que la Terre soit T1 → $ ' = $ 1 ' (3ème loi
! #r0 & #T0 &
! ! !
r02 "g 0
de Kepler) et C 1 doit être circulaire → v1 =
r1
! !
v0
→ r1 = 42300 km et x = 6,62 et v1 = = 3,08 kms-1.
x
!
G "M
3.2. Au sol l'énergie cinétique du satellite est négligeable → Esol = - m = - 2K0.
r0
!
1 1 G "M 1 G "M 1 G "M K0
Sur C 1, K1 = mv12 = m → E1 = mv12 - m =- m =-
2 2 r1 2 r1 2 r1 x
!
1
→ W = E1 – Esol = K0(2 - ) > 0 puisque x > 1.
x
! ! ! ! ! ! !
4.
4.1. W1 = K0 (on a alors x = 1) !

k G "M "m
4.2. Sur l'orbite elliptique E = - = - . Le péricentre est à la distance r0 du centre
2 "a 2 "a
2
de la Terre et l'apocentre sur C 1 à la distance r1 → 2a = r1+ r0 = r0(1 + x) → E = - K0
1 +x
Sur C 0, l'énergie totale
! est E0 =! Esol + K0 = - K0.

En P, l'énergie potentielle est unique (sur l'ellipse et sur le cercle). Donc! la variation
1 1 2 1 2
d'énergie n'est que cinétique mv'02 - m v0 = mv'02 - K0 = E - E0 = K0 (1 - )
2 2 2 1 +x
2 "x 1 1 2 "x x "1
→ v'0 = v0 = 10,4 kms-1. W2 = mv'02 - mv02 = ( - 1)K0 = K0.
1 +x 2 2 1 +x 1 +x
! ! ! ! !
v '0
Le moment cinétique est constant sur l'ellipse r0 v'0 = r1 v'1 → v'1 =
x
! ! ! ! !
2 -1
v'1 = v0 = 1,58 kms
(1 +x ) "x
!
1 1 1 2
4.3. A énergie potentielle constante (en A) W3 = mv12 - mv'12 = K0 ( - )
2 2 x (1 +x ) "x
!
x "1 W 1
W3 = k0 . On retrouve W = W1 + W2 + W3 et = 2- = 1,85.
(1 +x ) #x K0 x
! ! ! !
3
4 "T 2 #r0 +r1 & (1 +x )3
5. T est la moitié de la période de rotation sur l'ellipse → = % ( =
! ! T12 !$ 2 "r1 ' 8 "x 3
→ T = 5 h 15 min.

Mé cani qu e V II.E 3 ! ! !

On travaille dans le référentiel géocentrique supposé galiléen. Le satellite est soumis à


! k !
l'attraction gravitationnelle F = - 2
 e r où k = GMTm est positif. En orbite circulaire, la
r
vc2 k k G " MT k
RFD donne m = → vC 2 = = ou = mvC2.
r0 2
r0 ! m! "r0 r0 r0
!
1.1.1 Pour que le satellite n'échappe pas à l'attraction terrestre, il faut qu'il soit dans
un état lié, donc que son énergie soit négative.
! ! ! ! !
!
Démonstration : la force de gravitation F est une force centrale, et le référentiel
!
! ! dLO !
géocentrique est supposé galiléen → M O( F ) = = 0 (théorème du moment cinétique)
! ! dt
! ! !
→ L O = mr ∧ v est un vecteur constant et le mouvement est dans le plan {r (0), v (0)}
! ! !
→ v = r˙  e r + r "˙  e ϑ reste dans ce plan. !
!
! !
F dérive d'une énergie potentielle donc l'énergie mécanique E du satellite est constante.
! ! ! 2
1 k 1 1 k 1 1 LO k
E = mv2 – m r˙ 2 +
= mr2  "˙ 2 – = m r˙ 2 + [  - ] où la grandeur
2 r 2 2 r 2 2 m "r 2 r
1
entre crochets est l'énergie potentielle effective Epeff. m r˙ 2 ≥ 0 donc E ≥ Epeff. Pour que le
2
! ! !
satellite n'échappe pas à l'attraction terrestre,
! il faut que
! ! sa trajectoire
! n'ait pas de point à
l'infini, donc qu'il existe un domaine inaccessible pour lequel E serait inférieure à Epeff.
!
!
2 2
1 LO k 1 LO
Epeff =  - s'annule en r1 =  et si r → ∞. Pour r > r1 Epeff < 0, donc si
2 m "r 2 r 2 m "r 2
E < 0, le domaine accessible sera borné par un minimum rp (périgée) et un maximum rA
(apogée).
! ! ! ! !
1 k 1 " v %2
On calcule E à l'instant du lancement E = m v02 – = m v02 – mvC2 < 0 → $ 0 ' < 2.
2 r0 2 #vc &
1.1.2 Pour que le satellite ne rencontre pas la Terre, il faut que la valeur minimale de r
soit supérieure à RT. ! !
! ! ! !
Le moment cinétique étant constant on a r0v0 = rPvP où vP est la vitesse au périgée

1 k 1 k 1 "r %2 k r0
L'énergie se conserve donc E = m v02 – = mvP2 - = m v02  $$ 0 '' - 
2 r0 2 rP 2 #rP & r0 rP

1 "r %2 k r r r
→ m v02  [1 - $$ 0 '' ] = ![1 - 0 ] = mvC2 (1 - 0 ). On
! pose β = 0 et on doit avoir
2 #rP & r0
!rP ! rP ! r!
P !
" v %2 1"# 2 " v %2 2
0
rP > RT donc β < λ il vient $ ' = 2 = soit $ 0 ' > .
! v
# c & 1"#2 1 + " v
# c & 1 +"
! ! ! ! !
2 " v %2
0
→ < $ ' <2
! !
1+" #vc &
! !
!

Mé cani qu e V II.E 4
! ! ! ! !
! dE dE m "C dv !
1. Si E est constant : est nul : =  + "˙  e r
dt dt k dt
Dans le référentiel "planétocentrique" supposé galiléen, le satellite est soumis à la force
! k !
! centrale f ! = - 2  e r. On ! !
! en!déduit ! (TMC) que le moment cinétique en O du satellite S :
r
! ! ! ! C
L O = OS ^ m• v = m•r2• "˙ • e z = m•C• e z est un vecteur constant et "˙ = 2
r
! ! !
! ! !
dE ! m "C dv C ! C dv k ! dv k !
→ =  + 2 e r = [m + 2  e r] = 0 puisque m = - 2  e r d'après la
! ! dt
! k !dt ! r !k dt r ! dt r
!
RFD
!
! → E est une constante du mouvement.
! ! ! ! ! ! ! ! !
! !
2. L O = OS ^ m• v → OS est constamment perpendiculaire à un vecteur constant et S est à
!
tout instant dans le plan ! perpendiculaire en O à L O donc le mouvement est plan.
!
! 2.1.
! ! E !est une constante, on peut l’évaluer à un instant particulier du mouvement :
Puisque
!

!
" ! ! ! ! ! ! !
Lorsque S passe sur l’axe Oy, en ϑ = + → e r = e y et e ϑ = - e x → v + = r˙  e y - r "˙  e x et en
2
" ! ! ! ! ! ! ! !
ϑ= - → e r = - e y et e ϑ = e x on a alors v - = - r˙  e y + r "˙  e x v e ϑ. En ces deux point
2
symétriques par rapport à Ox, les vitesses ! !doivent
! être! symétriques
! ! ! ce qui
! !impose que les
! ! ! ! !
composantes de v sur e x soient identiques. Or - r "˙  e x = + r "˙  e x → "˙ = 0.
! ! ! ! ! ! ! ! !
! ! !
On en déduit que quand S est sur Oy, sa vitesse est de direction e y comme e ϑ
! m "C! ! ! !
! ! → E = ! e!!
 v - e ϑ = E !
y
k
! !
! ! m "C ! ! m "C C m "C2
2.2. E  e ϑ = ˙ ˙
 v  e ϑ - 1 =!Ecos ϑ = ! !r " - 1!soit avec " = 2 → ecos ϑ + 1 =
k ! k r k "r
m "C2 1 m "C2
r=  qui est l'équation d'une conique de paramètre p = et
! ! !k ! 1 +E "cos # ! ! ! k
! ! ! vecteur E . !
d'excentricité égale à la norme du

! 2 2 2
m "C
!  v! - e! = m "C r˙  e! + m "C r "˙  e! - e! → e2 = E2 = m "C  r!˙ 2 + %m "C "r " #˙ $1(
3. E! = ϑ r ϑ ϑ 2 ' *
k k k ! k & k )

m 2 "C2 2 2 2
˙ 2 + m "C r2 "˙ 2 - 2 m "C r "˙ + 1 = 2 "m "C [ 1 m•( r˙ 2 + r2  "˙ 2) – k ] + 1
→!e2 =  r
!
!
! k!2 ! k2
!
! ! !k k2 !2 r
! !
2 2
2 "m "C
→ e2 = 1 + Em.
! ! ! k2 ! !
! ! !
! Si!Em > 0 alors e > 1 → la trajectoire ! est une hyperbole.
Pour Em = 0 on a e = 1 → parabole
pour Em < 0 on a e < 1, la
! trajectoire est une ellipse.

Mé cani qu e V II.E 5
1. Dans le référentiel géocentrique galiléen, le satellite, assimilé à un point matériel, est
! k ! !
soumis à la force de gravitation F = -  e r = m a . Son accélération est normale. Le
r02
! V2 ! G "MT
mouvement est circulaire uniforme et a = - 0  e r =
! ! r0 ! r02
!
!
! !
G "MT
d'où V0 = = 7,8 kms-1.
r0

2. Immédiatement après l'allumage du moteur (soit t = 0), S est en S0 à r0 du centre de la


! ! ! !
Terre et sa vitesse est v 1 tangente!au cercle. Posons TS 0 = TS0 e x et v 1 = v1 e y.

2.1. Deux méthodes :


2.1.1 A t!= 0, on peut calculer les invariants
! ! !
du mouvement ! v! = r˙  e! + r "˙  e! :
avec r ϑ
! ! ! ! L
L = TS ∧ m v = mr2 "˙  e z= mr0v1  e z → "˙ =
m "r 2
! ! ! !
! ! 2
1 ! ! L ! 1 ! 1 !
˙ 2
! ! et A != k  v ∧!L ! - e r = ( m !!r ! k !- 1) e r - k r L e ϑ = ( k mr0v1 – 1) e x → le grand
!
! !
axe de la trajectoire reste de direction e x ( v 1 est perpendiculaire à TS en cet instant).
! ! ! !! $! 2 ' ! !
! calculant A r! = Arcos ϑ = & L ! #1)r on trouve
En ! l'équation de la trajectoire .
&m "r "k )
% (
!
1
→ son excentricité e = A = mr0 v12 – 1 = 2,22 donc c'est une hyperbole de paramètre
k
!

!
L2 p
p= = 2,12107 m, de "demi grand axe" a = 2 = 5,4106 m → c = ea = 1,2107 m.
m "k e "1

2.1.2 Même chose avec un minimum de calcul :


! ! 1 k
A t = 0, l' énergie du satellite est : E = Ec + Ep = mv12 – = 7,41010 J > 0 donc la
2 r0
k
trajectoire est hyperbolique. E = → a = 5,4106 m.
2 "a
! !
A t = 0, v 1 est perpendiculaire au rayon vecteur. La seule
! position possible sur l'hyperbole
est TS0 = r0 = rmin = 6,58106 m.
!
Pour
! l'hyperbole rmin = c – a → c = = 1,2107 m ; c = ea → e = 2,22 (confirmation de la
trajectoire) et p = a(e1 –1) = 2,12107 m.

Mais on a besoin du vecteur de Runge Lenz pour la suite …

2 "k G "MT
2.2. La nouvelle trajectoire est fermée si A = e ≤ 1 soit v12 ≤ = 2
m "r0 r0
soit v1 ≤ V0 2 = 1,1104 ms-1.

3. Si v1 = V0. ! !
!
1 k 1 k
3.1. La condition précédente est respectée et E = mV02 – = -  < 0 la trajectoire est
2 r0 2 r0
elliptique.

k
3.2. E = - → a = r0 ne dépend pas de α.! ! ! !
2 "a
!
3.3. A t = 0 le satellite est en S0, sa vitesse v 1 est tangente à la trajectoire, donc n'est pas
perpendiculaire
! à TS0 donc TS 0 n'a pas la direction du grand axe.

Le foyer F est le centre T de la Terre


! et TS0 = r0 . On en déduit F'S0 = r0 donc S0 est sur la
médiatrice de TF'. En ce point S0, la tangente à l'ellipse est parallèle au grand axe donc le
! !
grand axe a la direction de v 1.
!
Pour tracer l'ellipse, il suffit donc de tracer la parallèle à v 1 passant par T, et le triangle
TS0F', isocèle en S0. On! plante alors deux épingles en T et F' et on noue une ficelle de
longueur 2r0 entre F' et T. On tend la ficelle par un crayon qui trace l'ellipse.
!
3.4. On trouve b = r0sin α ; c2 = a2 – b2

→ c = r0.cos α ; c = ea → e = cos α qui reste


inférieur ou égal à 1 et confirme que la
trajectoire est elliptique
"
Cas particuliers pour α = on retrouve le
2
cercle initial.

b2
Pour α = 0 → e = 1 et
! p = = r0sin2 α = 0
a
→ la parabole attendue d'équation y2 = 2px
est la droite y = 0 (gras).
!
3.5. Ci contre.